Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

L'important, c'est de participer. Pv Sally.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Chevalier Ailé (Ithilion)


RPG
Âge : 23
Groupe: Elite
Inventaire: Bourse sans fond

MessageSujet: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Mar 7 Juin - 14:58

 Les entrailles de la Forêt Profonde d'Hoshizora laissaient à peine pénétrer en son sein la lumière du jour. La densité de la flore associée à l’enchevêtrement des cimes formaient une sorte de second toit à cette prison végétale. Même les plus aguerries perdaient rapidement leurs repères une fois à l'intérieur. L'air chargée en humidité n'aidait pas à garder l'esprit clair tant elle pouvait gêner la respiration. Si la végétation représentait déjà un grand danger pour celui qui osait s'y aventurer, il ne fallait absolument pas sous estimer la faune agressive qui, après d'innombrables années passées à évoluer dans ce milieu, comportait des prédateurs redoutables. Rien que les moustiques devenaient enragés à l'odeur d'un sang chaud, attaquants en nuée et  sans relâche jusqu'à rassasier leur terrible faim.
Ce contexte particulièrement hostile expliquait en partie la raison pour laquelle l'épreuve d'admission des Chasseurs Ailés était si réputée à l'extérieur et redoutée par les candidats. Surtout qu'à la nature s'ajoutait la possible présence d'Hybrids, bien que rare, car même eux redoutaient les désirs meurtriers de cette partie de la forêt.
Un campement avait été dressé par les soldats Üniks après avoir dégagé la zone autant que faire se peut. Du matériel militaire portatif telles que des palissades robustes et dépliables assuraient une certaine pérennité autour des quinzaines de pavillons. Des antennes étaient disposées ici et la et diffusaient un signal servant à repousser les nuisibles ainsi que les prédateurs de plus grande envergure. Ce camp principal apparaissait comme un vrai sanctuaire au beau milieu de cet enfer, les prétendants au titre allaient rapidement s'en rendre compte. Quelques uns avaient d'ailleurs déjà montré des signes de difficultés pour s'adapter à ce climat lourd et malgré quelques remarques moqueuses de leurs ainés, une simple personne sans entrainement aurait été sur les rotules à leurs places.

Le temps pour reprendre ses esprits fût de courte durée. A peine installés, tout les Chasseurs Ailés furent rassemblés par Markus Klegan devant sa tante. Le maitre de l'ordre se tenait fièrement face à la nouvelle génération pleines de désirs. Sur son torse dignement bombé reluisaient des dizaines de médaille, souvenir des haut-faits de ce soldat vétéran et confortant par leurs présences son rôle de meneur. A sa droite se tenaient en ligne  les sept encadrants dont le groupe passait l'épreuve. Chacun d'entre eux regardaient avec un regard rempli de satisfaction les trois élèves qu'ils avaient suivi et soutenu pour les emmener jusqu'à ce jour.  Ces six rangées de vaillants futurs soldats parfaitement ordonnés avait de quoi impressionner. A côté d'eux, à la présence un peu plus discrète, Sally affichait une posture impeccable. Depuis le début de son entrainement, la jeune femme avait gagné beaucoup d'assurance. Son regard commençait à changer. Plus mûr. Plus aiguisé. Certaines fois, Ithilion captait une étincelle étrange au fond de son esprit. Il sentait que cette étincelle, une fois embrasée, animerait la même volonté implacable que possédait Elionne Histo. Aujourd'hui, la demoiselle n'arrivait certainement pas à la cheville des autres apprentis qui subissaient d'épuisants exercices depuis des années. Son objectif était seulement de tenir cette première partie d'épreuve pour montrer qu'elle méritait d'intégrer la formation de l'Ordre. Une tâche déjà démentielle au vu de ce qui l'attendait. En si peu de temps, difficile de transformer une frêle ingénue en une redoutable arme de combat. Cependant, sa progression fulgurante se montrait encourageante pour l'avenir. Ithilion était fier d'elle et il ne le cachait pas. Bien sûr, l'inquiétude le gagnait au fur et à mesure qu'approchait le départ fatidique mais il devait lui rendre le même regard chargé de confiance qu'elle lui envoyait. Son poing serra d'avantage le foulard dont elle se servait pour s'attacher les cheveux. Elle le lui avait remis juste avant de rejoindre les rangs, elle ne voulait pas le perdre ou l'abimer pendant l'épreuve.
Après avoir balayé une énième fois la jeune assemblée avec un visage impassible, Klegan  prit enfin la parole sur un ton solennel :
"Jeunes gens, vous voici au terme de longues d'années d'apprentissage et à l'aube d'une nouvelle vie. Ne pensez pas que celle-ci deviendra plus facile pour autant, elle sera à l'image de ce que vous allez subir dans les prochains jours."
La couleur était donnée mais personne ne tiqua. Tous savaient que le chemin sur lequel ils évoluaient ne leurs offriraient pas de répit. Les raisons divergeaient selon les individus mais chacun souhaitait devenir Chasseur Ailé. Un choix profond. Immuable. Une aspiration inébranlable qui leur servirait de moteur face aux obstacles.
"Pendant cinq jours vous serez livrés à vous même. Vous et votre équipe.  Cinq jour où vous aurez à mettre à profit toute l'expérience que vous ont enseigné vos maitres. Cinq jour où certains d'entre vous atteindront surement leurs limites, mais ça sera à vous de savoir si vous pouvez les dépasser ou non."
Tout en déblatérant son discours, ses yeux s'étaient arrêtés sur Sally. A la fois dégouté et curieux, le commandant ne comprenait pas cet étrange confrontation intérieur à son sujet. Il l'a voyait comme une arme redoutable et utile pour l'Ordre tout en méprisant sa véritable nature. Pourtant, il ne souhaitait pas la dénoncer aux autorités supérieurs, faisant courir ainsi un risque non-négligeable à la structure sous ses ordres. Bien que cela soit en totale contradiction avec tout ses principes, rien n 'y faisait, il ne pouvait se résoudre à l'abandonner.
"Maintenant écoutez bien, je vais vous expliquer le déroulement de cette épreuve."
Un silence de mort accompagna ce moment qui sembla se suspendre dans le temps.
"Vous serez divisés en deux équipes. A vous de vous construire de quoi survivre, de chasser ou cueillir votre nourriture, à vous de survivre pendant ces cinq jours. Toute fois, l'enjeu ne s'arrête bien évidemment pas la. Une équipe aura à défendre un objectif en l'escortant d'un point A à un point B. L'autre devra s'en emparer. Il s'agit du genre de missions pour lesquelles votre équipe pourra être mandatée plus tard. Nous ne serons qu'observateurs et nous n'interviendrons qu'en cas de danger extrême. Sachant qu'une intervention signifiera une disqualification immédiate et définitive."
Markus Klegan marqua une nouvelle pause laisser ses mots s'ancrer correctement dans la tête de chaque participant.  Il se retourna quelques secondes pour se saisir d'une tenue noire, moulante, faite dans un matériau indescriptible à la vue.
" Vous devrez enfiler cette combinaison. Elle vous simulera une sorte de deuxième corps pour aller avec ceci..."
Il désigna du doigt un coffre métallique ouvert qui laissait entrevoir une vingtaine d'arme à feu.
"Il s'agit de répliques, expliqua le commandant. Cela ne tirera pas de balles réelles, mais ces combinaisons simuleront sur votre corps l'effet d'un réel impact. Vous serez donc quasiment en condition de terrain si ce n'est que vous ne pourrez vraiment mourir. Cette fois-ci...."
D'un pas lent mais déterminé, il s'avança devant les trois premiers groupes.
"Vous serez l'équipe attaquante. A vous d'etre suffisamment vif et audacieux pour vous saisir de l'objectif et l'amener à bon port sans l'abimer."
Il se décala de nouveau de quelques pas et désigna les trois groupes restants :
" Vous serez donc les défenseurs. A vous de vous organiser stratégiquement pour protéger jusqu'à votre dernier souffle vôtre clé pour devenir Chasseur Ailé et de l'emmener à sa destination."
Le commandant arriva enfin devant Sally. Il la pointa du bras en déclarant haut et fort :
" Voici l'objectif de cette épreuve. Nancy sera un objectif à capturer pour les attaquants et à défendre pour les défenseurs. Elle aura bien sûr le droit de se défendre et a pour ordre d'utiliser son dzêta annihilant en permanence. En d'autres mots, près d'elle vous ne pourrez utiliser que votre tête et vos capacités physiques."
Cette idée de faire passer l'étrange faculté des Parias de supprimer les dons, les dzêtas et les sigmas pour un simple dzêta était venue lors d'une conversation entre Markus et Ithilion quelques semaines avant l'épreuve. Le sin ne pouvant être caché, il valait mieux trouver une couverture plausible pour justifier ses effets néfastes.
" Vous aurez huit heures pour vous installer. reprit le maitre de l'Ordre en se détournant de la jeune femme. Lorsque vous entendrez retentir le gong, cela sonnera le début de l'épreuve et lorsqu'il retentira à nouveau, cela signifiera que l'une des deux équipes à réussie et que l'épreuve sera terminée. Il vous faudra revenir ici aussitôt. Si par hasard au bout des cinq jours,  aucune des deux équipes n'a réussi au bout des cinq jours, vous aurez tous échoué. Suis-je clair ?
Les dix-neuf soldats en herbe se dressèrent sur le champ en répondant  à l'unisson haut et fort  : " Oui, maitre Klegan !". Une image qui tira enfin l'esquisse d'un sourire sur le visage de leur supérieur.
Ithilion eut une pensée nostalgique de l'époque où il s'était trouvé à leur place. Qu'importe le résultat, ces cinq jours marqueraient leurs esprits au fer rouge. L'amitié n'existait plus. Il ne restait plus qu'une équipe devant se souder et s'articuler comme un seul  et même être. Plus qu'une unique règle subsistait : atteindre l'objectif fixé. Par tout les moyens. Le fait que cette épreuve se déroule au coeur de l'une des zones les plus sauvages de ce monde devenait une véritable ironie car c'était avec cet état primitif qu'allait  parfois devoir flirter ces jeunes gens.
"Vous avez une heure pour vous organiser entre équipe, vous munir d'une réplique, de la combinaison, d'un couteau et d'une gourde d'eau avant de déguerpir." en finit Markus Klegan avant de frapper dans ses mains pour proclamer la dispersion.
Ithilion adressa un dernier clin d'oeil à sa disciple avant de se diriger vers la sortie du campement. Du fait de son dzêta, l'ünik était chargé de surveiller le bon déroulement de l'examen. Il fallait donc qu'il se rende au premier point d'où partirait l'équipe de défense. Les prochains jours promettaient d'être mouvementés. Ithilion connaissait beaucoup de participants et ils savaient que cette promotion était plutôt prometteuse mais comportait pas mal d'esprits échauffés. Pourtant qu'importe la situation, le chevalier avait interdiction d'influer sur l'épreuve, même si son élève se faisait mal mener. C'était sur ce point que l'intéressé avait peur de ne pas tenir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Mer 8 Juin - 1:09


Les instructeurs de l'Ordre des Chasseurs ailés et les nouvelles recrues avaient quitté le quartier général alors que le soleil dormait encore. Seuls ceux qui prenaient part à l'épreuve finale étaient partis. Personne ne leur avait dit avant ce matin-là où celle-ci se déroulerait. La découverte de la destination en fit frémir plus d'un : il s'agissait de se rendre au cœur de la forêt d'Hoshizora, en plein continent Hybrid. Même si on s'était assuré qu'il s'agissait d'une partie de la Sylva où on croisait très peu d'ennemis en raison de la très grande hostilité des lieux, il ne faisait désormais plus aucun doute que le danger serait omniprésent.
Le voyage jusqu'à ce coin reculé d'Origin's fut harassant. Pourtant aucun ne semblait vouloir abandonner, que ce fut par crainte des Hybrids ou par la difficulté du voyage. Au contraire, la motivation des troupes n'en fut qu'augmentée. Dès que les Chevaliers arrivèrent sur place, ils installèrent un campement digne d'un véritable siège. Tentes, palissades, tranchées de défense qui faisaient le tour des structures, tout avait été organisé de main de maître. Quand tout fut près, on prévint les potentiels futurs Chasseurs de ce qu'il faudrait bientôt se rassembler.

Eux qui avait déjà aider à tout mettre en place supportaient mal l'atmosphère pesante de la Sylva. Il faisait chaud, humide, et l'on distinguait à peine les rayons du jour au travers de l'épaisse ramure des arbres énormes. Il y avait de quoi être angoissé rien qu'à être dans cette forêt, lorsque l'on sortait tout juste d'Anathorey et qu'on n'avait jamais vu pareille végétation. Il aurait été difficile pour les candidats de dire ce qui les oppressait le plus : l'examen d'une difficulté sans nom qui les attendait ou le simple fait de se retrouver sur le territoire de l'ennemi juré de leur peuple. Ou les deux, peut-être ?
Tous chuchotaient entre eux. Ne s'étaient-ils pas déjà fait repérer par des Hybrids ? Il paraissait que les animaux étaient dangereux. Pourquoi les supérieurs les avaient amenés ici pour l'épreuve ? N'allaient-ils pas avoir des missions qui pour la plupart se dérouleraient à Urban City, n'était-ce pas le rôle des escadrons généraux de l'armée que de connaître ces terrains ? Il y aurait peut-être des morts – non, ne plaisantez pas avec ça, ce n'est pas drôle ! Tout le monde y allait de son petit commentaire.
« Bordel, cette humidité va me rendre dingue ! se plaignit l'un des prétendants au titre de Chasseur, en tirant le col de son uniforme.
- Râler ne te servira à rien, fit remarquer l'un de ses amis. Même si tu n'as pas tort.
- Ouais, enfin ça n'a pas l'air de déranger tout le monde... »
Ce disant le râleur jeta un regard plein de dédain à Sally, qui après avoir rangé du matériel, attendait sagement l'appel. Il était vrai que si tous les autres jeunes gens semblaient souffrir de l'atmosphère, ce n'était pas du tout le cas pour elle. Ce phénomène s'expliquait par sa nature de Paria, peuple capable de s'adapter en fonction du milieu où il se trouve : à Anathorey, l'organisme de Sally la fondait dans la masse des Üniks, mais dans la Sylva il s'adaptait aux critères Hybrids. Comme cela n'était pas flagrant, elle s'attira bien malgré elle les foudres de ses concurrents – qui ne la portaient déjà guère dans leur cœur.
« Alors Nancy, pas trop la pétoche ? lança le râleur.
Sally lui adressa un regard fermé. Ce type n'était autre que le garçon qui l'avait traitée de bonniche il y avait de cela trois mois près d'une fontaine dans le QG. John de son nom, d'après ce qu'elle croyait se souvenir.
« Non, ça va » répondit-elle. Bien entendu ce n'était pas vrai. Elle sentait l'appréhension monter de plus en plus à mesure que le temps passait.
« La poule aura été briefée par son minet » dit-il d'un ton répugnant. Sally ne répondit rien.

On appela les dix-neuf candidats pour qu'ils s'alignent devant Markus Klegan. L'heure des explications sur l'épreuve à venir avait sonné. Le commandant prit son habituel air supérieur, souligné par les médailles qui brillaient sur sa poitrine, et commença à énoncer les modalités de l'examen d'une voix de ténor. Les jeunes soldats avaient cinq jours pour mener une cible d'un point A vers un point B de la forêt. Pour ce faire, deux équipes s'affronteraient : l'une devrait protéger la cible, et l'autre tenter de s'en emparer. Afin de bien se fondre dans le décor, tous devraient enfiler une combinaison noire moulante, dotée d'un système qui permettrait d'observer les opérations à distance. Dans un coffre métallique reposaient des répliques d'armes à feu qui tiraient des projectiles synthétiques, qui imiteraient l'impact de véritables balles s'ils atteignaient la matière de ces nouveaux uniformes. Ainsi personne ne mourrait cette fois – ou du moins pas d'une blessure par balle, se dit Sally. Elle se tenait parfaitement droite aux côtés des autres recrues. Elle sentait que ses doigts tremblaient légèrement. Tous ces jeunes hommes et jeunes femmes s’entraînaient depuis des années à passer cet examen. Serait-elle à la hauteur ? Elle n'osait imaginer la déception d'Ithilion si elle en venait à échouer. Plus jamais elle ne le regarderait dans les yeux, après tout ce qu'il avait fait pour elle...
Markus Klegan marchait d'un pas lent devant les soldats en formation. Il désigna l'équipe des attaquants, et l'équipe des défenseurs. Sally s'inquiéta un instant de ne faire partie d'aucune des deux, mais le commandants vint bien vite combler ses angoisses :
« Voici l'objectif de cette épreuve. Nancy sera un objectif à capturer pour les attaquants et à défendre pour les défenseurs. Elle a le droit de se défendre et a pour ordre d'utiliser son Dzêta annihilant en permanence »
Elle n'entendit même pas la suite des instructions tant elle était étonnée. Elle allait servir d'appât ? En se retenant d'ouvrir la bouche comme une grenouille, elle comprit aussi que si elle se laissait prendre par les attaquants elle serait recalée. Voilà qui s'annonçait compliqué pour elle...

Il n'y avait plus le temps de se poser de questions. Chaque équipe avait huit heures pour s'installer, et devrait trouver de quoi survivre pendant toute la durée de l'épreuve. Le gong de début retentirait dans une heure, et un deuxième coup signifierait qu'une des deux équipes aura remporté la partie. Il faudrait alors revenir à la base, l'endroit où Klegan leur parlait à ce moment. Si dans le délai de cinq jours personne n'avait gagné, tout le monde serait recalé. Les recrues répondirent en cœur « Oui, commandant Klegan » avant de commencer à se préparer.
Il ne fallait pas mentir, les attaquants étaient bien plus enthousiastes que les défenseurs. Quand tout le monde eu enfilé sa combinaison et prit une réplique d'arme, les recrues se réunirent au point de départ.
« On vous a refilé la patate chaude ! » s'esclaffèrent certains attaquants. Les défenseurs à qui s'adressait cette moquerie répondirent par un rictus nerveux et agacé. L'un d'eux, bien énervé par cette simple boutade, attrapa le bras de Sally fermement et serra si fort qu'il lui fit mal.
« Toi t'as intérêt à rester sur tes gardes. Si je perds l'occasion de rentrer dans l'ordre à cause d'une andouille comme toi, j'te promets que tu me le paieras ! »
Soudain une jeune femme posa une main sévère sur l'épaule de l'auteur des menaces.
« Lâche-la immédiatement » lui ordonna-t-elle.
A la grande surprise de Sally – qui n'en menait pas large – le jeune homme s'exécuta, non sans cracher un juron. Il lançait un regard assassin à celle qui venait de l'interrompre, mais celle-ci n'était pas impressionnée le moins du monde. Au contraire ses yeux verts soutenaient ce défi avec une assurance déconcertante. Elle avait les cheveux blonds et courts, coupés à la garçonne. Le menton légèrement relevé, elle toisait son camarade.
« La mission de notre équipe est de défendre Nancy. Elle doit aussi faire sa part de travail bien entendu, mais si elle se fait prendre par nos adversaires, c'est que toi non plus ne te seras pas montré à la hauteur de l'ordre qui nous a été donné ».
Elle avança d'un pas, ce qui fit reculer son interlocuteur.
« Alors cesse donc de pleurnicher et redouble d'efforts, mauviette que tu es » ajouta-t-elle acerbe.
Le jeune homme soupira d'agacement et tourna les talons pour aller se préparer ailleurs, là où les bonnes femmes ne l'ennuieraient plus. La fille se tourna vers Sally, sans se départir de son air sévère de petit chef.
« Ne te laisse pas impressionner par ces types. Ils se croient au dessus de tout, mais en réalité ils aboient plus fort qu'ils ne mordent. Je m'appelle Allister Clarkson, enchantée ». Sur ces mots, Allister serra la main de Sally qui balbutia une présentation à son tour – bien qu'elle fut déjà connue. Cette jeune femme ne serait certainement pas commode, mais savoir qu'elle comptait parmi ceux qui l'entoureraient durant l'épreuve rassura un peu la jeune Paria, décidément de moins en moins à l'aise. Surtout lorsqu'elle remarqua que le fameux John se trouvait parmi l'équipe des attaquants et qu'il la déshabillait du regard, comme s'il réfléchissait à l'assaisonnement qui siérait le mieux à Sally lorsqu'il l'aurait flanquée par terre et traînée dans les racines.

Le gong retentit enfin. Les équipes s'élancèrent dans la forêt immédiatement. Allister demeura aux côtés de Sally et toutes deux pénétrèrent la forêt en suivant leurs coéquipiers. L'épreuve tant attendue commençait enfin.

¤¤¤¤¤¤

Au quartier général des Chasseurs ailés, à Anathorey, de grands écrans avaient été installés dans une grande salle spécialement préparée pour la retransmission des épreuves qui se déroulaient dans la Sylva. Cecil s'était assis parmi le public, composé aussi bien de Chevaliers qui n'étaient pas en mission que de soldats venus d'autres escadrons de l'armée. Même le personnel administratif et d'intendance était venu assister à cet événement très important pour l'ordre. Il croisait et décroisait les jambes sur son siège, étrangement nerveux. Il ne se voulait pas attaché à Sally, mais il dût admettre que la perdre s'avérerait être une complication pour ses projets dont il se passerait volontiers.
« Puis-je m'asseoir à vos côtés, Fried ? »
Cecil sursauta lorsque Cédric Dawkins s'adressa à lui. Il opina du chef, se trouvant bien stupide de réagir ainsi, et soupira. Le Chevalier prit ses aises, amusé par la réaction du faux majordome.
« Rassurez-vous, elle a suivi un entraînement rigoureux.
- Nancy est très loin du niveau de compétence des autres concurrents, répliqua Cecil, qui appréciait peu d'être materné.
- A-t-on expliqué les modalités de l'épreuve de cette année ? » demanda Dawkins, habitué à la verve de son grincheux compagnon. A vrai dire, même si la plupart des gens le trouvait désagréable, ce sens de la répartie était un trait de caractère que lui, appréciait beaucoup.
« A l'instant. Cela ne devrait pas tarder... »

Les premières images apparurent soudain sur les écrans. Aussitôt, tout le monde se tut et l'on observa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chevalier Ailé (Ithilion)


RPG
Âge : 23
Groupe: Elite
Inventaire: Bourse sans fond

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Ven 10 Juin - 14:50

Le dos appuyé contre l'un des innombrables arbres géants qui peuplaient la forêt, Ithilion attendait patiemment l'arrivée de l'équipe défensive au premier point. La pierre de son dzêta chatoyait d'une discrète lumière bleutée. Son radar lui permettait de suivre la progression en direct des dix neufs candidats. A cette vitesse, l'équipe dans laquelle se trouvait Sally arriverait dans une dizaine de minute. Leurs opposants quant à eux ne bougeait plus pour l'instant. Regroupés et immobiles, ils devaient sûrement établir leur plan d'action. Dans ce type d'épreuve, les premiers instants étaient les plus importants car plus le temps filait, plus les ressources d'énergie s'amenuisaient pour fournir les efforts nécessaires. Surtout en conditions de survie aussi difficiles.
Il s'agissait d'ailleurs l'une des principales craintes du chevalier par rapport à sa disciple. Pendant ces trois mois d'entrainement, il lui avait endurci son corps, appris les bases du tir et des stratégies de combat, inculqué le fondement de la philosophie des Chasseurs Ailés, mais le court délai imposé ne lui avait pas permis de la former sur ces réflexes à adopter pour survivre en pleine nature. Heureusement, la forme de l'épreuve permettait à la paria de se faire aider par des apprentis, eux, surentrainés. En agençant l'examen de la sorte, Markus Klegan offrait à Sally une véritable chance de pouvoir rester dans l'Ordre. Être la clé de la victoire et être protégée par une redoutable équipe  lui offrait en réalité un léger avantage. Cependant, il ne fallait pas s'imaginer que l'épreuve en devenait plus facile et abordable que les précédentes.  Le point d'arrivée se trouvait à trois bonnes journées au pas de course et en réussissant à suivre l'itinéraire le plus rapide. Seulement,  les repères se perdaient facilement dans ce labyrinthe végétal et ajouté aux difficultés d'évolution et de temps, il ne fallait pas oublier la présence de leurs adversaires qui ne manqueraient pas de freiner leur progression.

Ithilion se souvenait de cette rage de vaincre qui avait vibré tout le long de son corps lorsqu'il avait participé à l'examen final. Le déroulement et l'objectif changeaient à chaque session mais le désir de réussite des participants restait indéniablement le même. Au bout se trouvait  l'aboutissement d'une quinzaine d'années intenses et un titre rêvé depuis leur engagement. Alors pour y parvenir, tout les coups devenaient permis. Seule l'atteinte de l'objectif comptait dans la tête de ces soldats. Le combat promettait d'être rude de chaque côté. Le fait de n'être pas en exercice à balles réelles incitaient généralement à se lancer de manière plus agressive et avec moins d’appréhension dans la confrontation. Ces têtes brûlées comprendraient vite à leurs dépends que ces combinaisons fonctionnaient de manière bien différentes que celles utilisées durant leurs anciennes mises en situations. Celles-ci trompaient réellement le corps et lui transmettaient la même réaction que si une balle venait le toucher. Certes, ils ne pouvaient pas mourir d'un coup mortel mais à la place, la combinaison simulait un état de coma artificiel. De plus, ces balles virtuelles possédaient le défaut de ne pas se retirer, ce qui signifiait qu'un ünik touché gardera sa blessure jusqu'à la fin de l'épreuve. Autrement dit, il valait mieux agir intelligemment pour ne pas souffrir d'avantage inutilement.

Le groupe de jeunes üniks arrivèrent enfin sur les lieux.  Certains adoptèrent une posture de méfiance à la vue de l'instructeur aux cheveux blancs, ce qui eut pour effet de tirer un large sourire à ce dernier. En tant normal, il était formellement interdit à l'équipe encadrante d'inter agir avec l'épreuve à l'exception d'une menace mortel pour l'ensemble des participants. Toutefois, devant évaluer leurs aptitudes à un type de mission, il fallait s'assurer que les deux équipes ne s'éloignent pas d'une certaine zone délimitée.
Le chevalier s'avança vers eux afin de leur fournir ces dernières explications :

-Bon la bleusaille, vous avez réussi à trouver le point de départ rapidement, c'est encourageant. Maintenant quelqu'un va prendre cette boussole.

Personne ne broncha devant l'arrogance habituel de leur ainé.  Tous connaissait Ithilion. Tous ne l'appréciait pas mais il restait malgré tout leur supérieur et un soldat de renom. Celui-ci sortit de sa poche un petit objet circulaire fabriqué dans un métal doré. Une fille à la chevelure blonde coupée court se détacha du groupe pour venir s'en saisir. Ithilion la reconnue aussitôt car il s'agissait de l'une des disciples d'Archimede, le leader de l'équipe Alpha. Elle possédait le même tempérament implacable que son maitre et était vouée à marcher très rapidement sur ses traces.

-Toujours aussi entreprenante, lui lança Ithilion sur un ton moqueur. Bien. A partir de cet endroit, le point d'arrivée se trouve à trois jours pleins nord. Facile non ? Si vous devez vous deviez de votre chemin, à vous de vous débrouiller avec la boussole pour le retrouver. Si vous sortez de la zone définie, je vous redirigerai, mais en conséquence l'un de vous sera automatiquement éliminé.

Un vague de murmures se propagea entre les coéquipiers face à cette nouvelle règle éliminatoire. Une main se leva avant de protester :

- Et comment  saurons nous si nous sommes proches de cette limite ou non ?

-C'est très simple, vous ne le saurez pas. lui répondit alors le chevalier. A vous de suivre le trajet prévue et de ne pas en sortir.  Ne pensez pas que vous arriverez à destination sans avoir rencontré l'autre équipe. D'ailleurs, un petit conseil, ne doutez pas du réalisme de l'épreuve. Vous êtes en conditions réelles. J'en dis pas plus ! Vous n'avez pas de temps à perdre.

Les dix jeunes üniks se regroupèrent rapidement autour de la boussole. Les règles étaient les règles, à eux de s'adapter sans discuter. Ils représentaient la future génération de Chasseurs Ailés, ils étaient donc capable de modifier leurs stratégies à volonté en fonction des données du problème.
Avant de partir, Ithilion passa près de Sally qui se tenait à quelques pas en retrait du groupe. Il lui tapota l'épaule.

-C'est toi l'ainée du groupe ! Veilles bien sur eux ! Après tout tu as eu la chance de m'avoir comme maître.

Il éclata d'un rire franc tout en disparaissant, englouti par la haute végétation. A partir de maintenant, Sally se retrouvait livrer à elle même. Le chevalier se retrouvait spectateur et devra rester à l'écart. Mais il ne se trompait pas. Au fond du regard de la Paria, lentement une flamme blanche prenait de la place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Ven 17 Juin - 19:53


Le groupe des défenseurs s'était enfoncé dans la forêt sans la moindre hésitation et y progressait à vive allure. Tous couraient à un rythme soutenu et rapide, fermes et vifs comme de jeunes prédateurs, le regard fixé vers ce qu'il y avait devant. Sally s'était entraînée elle aussi à la course, mais il lui semblait qu'elle s'y prenait d'une manière bien amatrice en comparaison à ses coéquipiers. A mesure que ses pieds foulaient le sol, le sentiment de faire tâche au milieu de ces soldats prometteurs grandissait en elle. Mais si l'hésitation prenait une trop grande place dans son esprit, il ne faisait aucun doute qu'elle ne parviendrait pas à terminer cette épreuve, elle le savait. Il lui fallait se reprendre en main le plus vite possible. Elle osa un regard vers Allister, qui courait non loin d'elle, légèrement en avant. La jeune Paria observa ses gestes, son allure et sa posture. Elle tenta de les imiter tant bien que mal, et lorsqu'elle y parvint, elle lui arriva au coude à coude. Sally avait beaucoup appris d'Ithilion rien qu'en l'observant. « Deviens lui », lui avait un jour dit Cecil alors qu'elle désespérait de faire des progrès. Le mimétisme lui avait permis ces progrès, petit à petit. Ce jour-là ne fut pas différent.
« Dis donc, t'arrive plutôt bien à suivre ! » lui lança un jeune homme à sa droite, tout sourire.
Sally, qui s'était habituée au sarcasme depuis le début de cette journée, n'en releva aucune once dans cette remarque. Ce garçon avait l'air doux. C'est ce que reflétait son regard aimable, derrière sa paire de lunette rectangulaire à la monture épaisse et noire.
« Il faut bien, répondit Sally un peu timidement. Il ne faut pas traîner quand on est poursuivi.
- Bel esprit ! s'écria le jeune soldat avec enthousiasme. Je m'appelle Simon Strauss, partenaire d'Allis' ici présente. Ravi de te connaître !
- Gardez votre souffle », intervint l'intéressée avec sévérité, bien qu'elle fut heureuse de voir que son premier compagnon de mission s'intéresse lui aussi à Nancy, sans la voir comme un boulet à trimbaler tout le long de l'épreuve. Après quelques minutes de course, la troupe vit Ithilion adossé à un arbre droit devant eux. Tous s'arrêtèrent, pour venir à sa rencontre, Simon sur les talons de Sally. Il était sans doute temps d'obtenir davantage de détails sur la mission.

Malgré le fait que le Chevalier aux cheveux blancs fut son maître – et à vrai dire précisément pour cette raison – la jeune femme n'osa pas s'approcher de trop près et demeura un peu en retrait. Il ne chercha pas à attirer son attention et s'adressa à l'ensemble de la « bleusaille », qui venait de trouver le point de départ. D'un air sûr de lui, il énonça de nouvelles consignes à suivre, en tendant une boussole qu'un membre du groupe serait chargé de conserver. Allister s'en empara, presque aussi effrontée que l'était Ithilion, ce qui ne sembla pas lui déplaire.
Il leur dit qu'à partir de leur position, l'arrivée se trouvait à trois jours, direction plein nord. Il leur fallait cependant être prudent : leur parcours serait limité à une zone prédéfinie que le groupe ne devrait pas enfreindre. Si d'aventure cela arrivait, Ithilion serait là pour rediriger la troupe mais un des membres serait aussitôt éliminé. Des protestations s'élevèrent dès que cette information fut donnée : comment savoir si l'on dépassait cette fameuse limite ? Ithilion répondit que personne ne le saurait. Il suffisait de suivre le trajet indiqué et de ne pas s'éparpiller. Il précisa également qu'il était inutile d'espérer terminer l'épreuve sans rencontrer l'autre équipe. A cette idée, le cœur de Sally se serra un peu. L'appréhension lui soufflait, narquoisement, qu'elle ne serait sans doute pas à la hauteur face aux agressifs attaquants.

Vint l'heure de se remettre en route. Ithilion salua les recrues, et juste avant de partir, s'approcha de sa disciple pour lui tapoter gentiment sur l'épaule : elle était l'aînée du groupe, du fait qu'elle avait la chance de l'avoir pour maître. Elle devrait bien veiller sur eux. Il s'en alla avant qu'elle n'eut le temps de répondre quoi que ce soit, en riant d'un air supérieur. Il disparut dans la dense végétation vert foncé. Bien qu'à présent livrée à elle-même, Sally sentit une bouffée de confiance s'emparer de son ventre. Simon s'approcha d'elle, et lui donna un petit coup de coude amical.
« Tu as l'air d'avoir une relation privilégiée avec Gwendilan. Je suis presque jaloux ! »
Un peu gênée, elle lui répondit par un sourire discret. Tout comme Allister, Simon lui parut être un allié qui lui serait précieux pour les jours à venir. Elle n'était donc pas seule, et il ne fallait pas qu'elle se laisse abattre.

Les défenseurs se regroupèrent autour d'Allister, qui cherchait le nord avec la boussole. L'aiguille se figea dans la direction qui leur faisait face. Elle se tourna vers ses neufs coéquipiers, en arborant l'air certain d'un militaire aguerri.
« Si le point d'arrivée se trouve plein nord, on va devoir suivre une trajectoire la plus droite possible. Comme ça, on limitera les risques de dispersion. On va se placer en ligne, les uns derrière les autres.
- Ça nous rend simples à repérer et à attaquer, fit remarquer une des recrues.
- Je sais. C'est pourquoi on va se positionner comme je vais vous l'expliquer »
Allister sortit de la poche de sa combinaison un petit carnet et un crayon, objets desquels jamais elle ne se séparait. Elle griffonna quelques traits sur une page et montra le résultat à l'ensemble du groupe. Une ligne traversait le papier de haut en bas, sur lequel avaient été dessinées des petites croix représentant chaque membre de l'escadron de défense.
« Considérez que la ligne que l'on formera sera divisée en deux parties : cinq personnes à l'avant et cinq personnes à l'arrière. Chacun devra couvrir la partie de la ligne dans laquelle il se trouvera – en d'autres termes deux de devant veilleront sur l'avant, et ceux en queue de groupe surveilleront l'arrière »
La jeune femme avait des airs de petit chef si affirmés qu'aucun des soldats présents n'osa former d'objection au fait qu'elle endosse ce rôle difficile.
«  La personne en tête sera notre éclaireur. Il nous faut une personne robuste, car une formation en ligne est faible en cas d'attaque frontale. Je propose que ce soit toi, McMillan » L'intéressé acquiesça sans broncher.
« Tu observeras le danger qui viendrait de front et informeras le reste du groupe de ce que tu vois. Je me placerai juste derrière toi, afin de pouvoir me concentrer exclusivement sur la direction à suivre, puisque je suis en charge de la boussole. Je t'indiquerai le chemin ainsi qu'au reste du groupe »
Allister vint se planter juste devant Simon et Sally.
« Derrière moi, trois autres personnes : Strauss, qui surveillera la droite, Davis la gauche et Nancy entre vous. Vous êtes les deux candidats aux réflexes les plus rapides parmi nous, ce qui fait qu'en cas d'attaque vous serez à même de la protéger. Cela ne veux pas dire que tu ne doives pas faire attention à toi, jeune fille ! »
Cette dernière opina du chef avec énergie, presque effrayée par l'autorité de la détentrice de la boussole. Simon lui adressa un sourire, ravi à l'idée de pouvoir continuer la mission près de sa nouvelle amie. Davis s'approcha à son tour pour se présenter. En serrant la main de la Paria, elle la pria de l'appeler Tatiana, comme chacun le faisait d'habitude.

« Nous avons notre groupe de tête. Passons à la queue de file, qui devra couvrir les zones visuelles latérales et arrières. On va suivre la même logique qu'à l'avant : Little, Matthew et Williams répartissez vous la surveillance à droite et à gauche. Les deux derniers postes héritent de la tâche la plus difficile, en closant la formation. Il nous faut des piliers très forts, qui peuvent non seulement couvrir nos arrières mais en plus apporter un coup de grâce à l'adversaire en cas d'attaque surprise. Prescott et Jones, vous êtes les mieux taillés pour la remplir ».
Parmi les deux intéressés se trouvait celui qui avait menacé Sally avant le début de l'épreuve. C'était un gaillard à la carrure massive et à la mâchoire carrée. Si plus avant dans la journée il n'avait pas fait de vague lorsqu'Allister lui avait fait des remarques, cette fois-ci, il avança jusqu'à être nez à nez avec la jeune femme. Il arborait un air mauvais tandis qu'elle restait froide et très digne.
« J'aime pas que tu m'donnes des ordres, Clarkson. Être dans les p'tits papiers des supérieurs ça te donne peut-être des avantages au QG, mais ici, on est en pleine forêt complètement livrés à nous-mêmes. Qu'est-ce qui te fait croire qu'on va tous suivre tes plans en disant amen ?
- Tu as sans doute un meilleur plan à proposer ? » répliqua-t-elle sèchement sans ciller.
Aussitôt, Simon s'interposa, en agitant ses mains devant lui.
« Allons, allons, on se calme, dit-il, sur le même ton que ceux qui veulent arrondir les angles. Allister n'a pas voulu imposer son point de vue, mais proposer une stratégie qui lui semblait pertinente. Qu'est-ce que vous en dîtes, vous autres ? »
Après un petit instant de malaise, les jeunes chasseurs se concertèrent et conclurent que le plan proposé était le plus efficace à leurs yeux. Prescott cracha un juron. Il aurait voulu être avec John, son grand pote, dans le groupe des attaquants. Pas de le groupe des tapettes, les défenseurs à qui on avait refilé une godiche à protéger. Il était convaincu que tous ceux qui avaient été nommés défenseurs étaient ceux qui étaient d'ores et déjà considérés comme faibles par les instructeurs. Il n'appréciait pas cet affront et entendait bien montrer qui il était pendant cette mission. Et ce n'était pas cette petite pouffiasse de Clarkson qui allait lui faire la loi. Ou alors pas pour bien longtemps...

La ligne fut bientôt formée. McMillan allait annoncer le départ lorsque Sally demanda un instant.
« Mon Dzêta annihilant, que j'ai pour ordre de garder actif toute la mission durant... Il ne faudrait pas qu'il empêche Tatiana et Simon d'agir en cas de danger. Enfin, si vous vouliez utiliser vos Dzêtas en plus des armes à feu... »
Devant le regard dubitatif que lui lançaient les autres, elle se mit à rougir un peu.
« A-actuellement s'ils se tiennent trop près de moi, leurs Dzêtas ne seront utilisables qu'à cinquante pour cents de leur capacité. Donc si vous voulez les utiliser il faudra vous trouver à au moins trois mètres de moi »
Simon et Tatiana firent des mines abasourdies, tandis qu'Allister acquiesça d'un air déterminé.
« C'est une information utile. Merci Nancy. En route ! »

Sur ces mots, la ligne se mit en marche, suivant la direction plein nord vers le point d'arrivée.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chevalier Ailé (Ithilion)


RPG
Âge : 23
Groupe: Elite
Inventaire: Bourse sans fond

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Lun 20 Juin - 14:54

Conformément à ce qu'il avait expliqué à l'équipe défenseuse, Ithilion se trouvait à présent à couvert à une centaine de mètres d'eux.  Son rôle d'observateur l'obligeait à rester suffisamment proche pour évaluer la manière avec laquelle ils avanceraient dans la mission. Il devait également s'assurer que cette équipe ne se dévierait pas au-delà d'un kilomètre à partir de l'itinéraire prévue. Les manœuvres d'évitement faisaient parties des stratégies basiques d'escorte, mais l'intérêt de cette épreuve consistait avant tout à regarder les capacités de survie et surtout de combat des futurs prétendants au titre. Au travers de son radar, il sentit les signatures de chacun des apprentis adopter une formation linéaire. Un choix risqué mais qui facilitait la progression dans une jungle aussi dense. Si il n'arrivait pas associer chaque aura à une tête connue, il repéra celle de Sally naturellement protégée au milieu de la file. Elle était la clé de l'examen et vu la redoutable composition de l'équipe attaquante , ils avaient tout intérêt  à anticiper plusieurs scénarios pour ne pas perdre dès le premier raid. D'ailleurs Ithilion ne sentait toujours pas leur présence dans les parages. Rien ne servait de se précipiter et les attaquants semblaient avoir choisi l'option de prendre le temps de se préparer. L'information du trajet unique leur avait été fournie par un autre instructeur. Sans doute attendaient-ils soigneusement le meilleurs temps pour une attaque éclaire.
Le buisson dans le dos du chevalier aux cheveux blancs explosa soudainement dans une tempête de feuille. Un immense félin sombre en bondit, les crocs ouverts et les griffes aussi affutées que des lames de rasoir sorties,  désireux de lacérer cette proie inattentive . Malheureusement pour le prédateur, cela faisait déjà un long moment que sa présence n'avait échappé au Dzêta du Chasseur Ailé.
Assis sur la carcasse de l'animal, Ithilion planta ses mains sur ses cuisses en soupirant. Sur la tête du félin, un liquide poisseux se mêlait lentement au pelage gris foncée. La faune formait une deuxième équipe d'attaquant au sein de cette forêt. Le chevalier espérait qu'aucune des deux équipes n'oublieraient ce détail.




*****


Les neufs attaquants avaient été conduis par un autre instructeur un peu plus loin sur l'itinéraire prévues. Les informations qu'ils reçurent correspondirent aux mêmes que pour l'équipe de défense et la même boussole leur fût donnée afin de pouvoir rester sur la bonne piste. Très vite, ils retrouvèrent livrés à eux même, sans la possibilité de poser plus de questions. Imaginer devoir poursuivre leurs cibles à travers ce chaos végétal leur parût vertigineux au départ. L'environnement se révélait certes propice pour tendre une embuscade mais encore fallait-il  que l'objectif entre dans le piège tendu. Surtout qu'à la mission s'ajoutaient les difficultés de trouver de quoi manger et de comment dormir. Chaque journée entamerait une part importante de leur énergie et ils savaient pertinemment que chaque seconde valait de l'or.
L'instructeur leur avait informé qu'ils se trouvaient actuellement à une bonne heure de marche en avance par rapport à l'autre équipe. Ils devaient donc tirer profit de cette avantage pour préparer une grosse attaque. Les escarmouches ne risquaient pas d'être nombreuses,  surtout qu'ils n'allaient pas dans leur intérêt qu'elles le soient. Les trois groupes se rassemblèrent en cercle afin de discuter de la stratégie à suivre. Quelques sessions d'entrainement leur avaient déjà permis de travailler de façon coordonnée entre plusieurs groupes mais cela s'était passé sous la direction de leurs supérieurs. Ici, aucune autorité ne créerait le lien nécessaire au bon fonctionnement de l'équipe. Pour limiter les failles dans le ballet impeccable qu'ils allaient devoir proposer, ils décidèrent d’élire dès maintenant le chef d'orchestre qui coordonnerait les opérations. Sur les neufs candidats, deux ressortirent particulièrement du lot par leurs charismes et leurs potentiels physiques et techniques. Le premier s'appelait Siruy. Un jeune homme à la longue chevelure noire jaie et au regard insondable tinté d'une éternelle mélancolie. Malgré son corps qui à première vue ne payait pas de mine, l'ünik avait toujours montré d'exceptionnelles capacités qui l'avaient hissé rapidement à la tête de sa promotion. Calme en toute circonstance, ses prises de décisions et ses réflexes lui avaient forgé une réputation redoutable parmi les siens. L'autre gars se nommait Krys, une personnalité un peu plus volcanique que Siruy mais pas moins intelligent pour autant. Des cheveux blonds en pétard, deux feux-follets bleus  qui virevoltaient sans arrêt pour scruter les alentours, cet apprenti contenait en lui une personnalité explosif qu'il réprimait à grand peine lorsque la situation se chauffait. Ses crises de colère lui attiraient souvent des problèmes et ses deux camarades devaient souvent intervenir pour calmer le jeu lorsqu'ils n'étaient pas dans le collimateur. Un peu à l'image d'Ithilion, il éprouvait une certaine allergie aux ordres et à la hiérarchie, il suivait plus ceux dont les actions quotidiennes attiraient son respect et non ceux qui se contentaient d'afficher une simple médaille. Pour autant, nul doute que cet impétueux soldat deviendra un atout important  chez les Chasseurs Ailés, surtout sur les mêmes types de mission que cette épreuve, dont  certain pourrait croire qu'elle avait été taillée spécialement pour lui.
A leur arrivée à leur plus jeune âge au temple de l'Ordre, ces deux talentueux üniks avaient été placés dans le même trinôme. Cependant, les années passant, une rivalité naquit au fur et à mesure que ces deux esprits forts démontraient leurs grands potentiels. Un jour, cette rivalité gagna tellement d'ampleur que leurs instructeurs décidèrent à titre exceptionnel de les séparer dans deux groupes différents.  Le hasard était bien facétieux de les regrouper dans la même équipe aujourd'hui alors que tout le monde connaissait leur profond désir de s'affronter pour régler leurs comptes. D'ailleurs le débat à peine commencé que les esprits s'échauffaient déjà au fil des argumentations.
Bien évidemment, les coéquipiers des deux potentiels leaders tentaient de soutenir  leur camp, ce qui signifiait qu'en fin de compte, seul le troisième groupe trancherait le problème. Siruy lui assistait à l'échange sans piper mot qui a ses yeux leur perdaient beaucoup de temps inutilement. Contrairement à Krys qui défendait son bout de gras avec vigueur et détermination, il se moquait de mener le groupe où non. Réussir cette épreuve. Voila ce qui occupait ses pensées.
-Ecoutez ! intima alors Krys d'un ton autoritaire. On va pas passer trois heures à faire ce choix. Il faut agir le plus vite possible avant qu'ils ne s'organisent complètement. Laissez moi mener le groupe et on termine cette épreuve en un temps record.
-Désolé Krys, s'opposa Hector, un coéquipier de Siruy. Mais tu es trop réactif. Foncer tête baisser n'est surement pas une bonne solution.

-Comment ça réactif ? J'essaye justement de vous faire comprendre que c'est maintenant que leurs failles seront les plus importantes ! s'emporta l'intéressé dont le regard devint complètement fou.
Hector ne broncha pas sous la colère de son interlocuteur, mais son visage n'affichait pas une expression sereine pour autant. La main de Siruy vint lui tapoter amicalement l'épaule. D'un ton totalement détaché, il ne cacha pas son exaspération :
-Si tu t'emportes comme un gamin à la moindre étincelle. Te prendre comme leader reviendrait à nous brûler les ailes au premier imprévu. Surtout que nous sommes au minimum à une bonne heure de la où ils se trouvent. Le temps d'élaborer une stratégie et d'aller à leur rencontre, ils auront largement eu le temps d'en faire de même.

La tension monta automatiquement d'un cran. Quelqu'un esquissa un geste pour tenter de calmer le jeu, mais il fût très vite remis en place par un regard assassin de la part de Krys. Ce dernier s 'était mis frénétiquement à faire les cents pour tenter de reprendre le contrôle de son esprit, mais le moindre mot de son rival le mettait hors de lui.
-Parce que évidemment TOI, TOI tu penses pouvoir gérer tout le monde comme un dieu. Toi qui reste enfermé le trois quart du temps dans ton monde, qui ne fait que manipuler les autres pour arriver à tes fins ! Tu serais capable de tous nous sacrifier pour être le seul à en tirer les honneurs !

-Je me fiche de gérer ce groupe ou non. Personnellement j'ai déjà réfléchi à un moyen d'agir pendant que vous vous preniez la tête. Je m'opposerai simplement au fait que ce soit toi qui dirige car cela serait trop dangereux pour la réussite de cette mission. Mais faisons un vote bref. A trois, on désigne tous quelqu'un, et celui qui a le plus de voix prendra les commandes.

Tout le monde acquiesça l'idée afin de tourner cette page pesante au plus vite et pour se lancer enfin dans l'épreuve qui les attendait. Krys secoua de la tête en lâchant un rire agacé mais ne rajouta rien. Le décompte tomba aussitôt et les doigts désignèrent leur choix. Siruy décida de ne pas voter. Krys vota naturellement pour lui même, soutenu par ses deux coéquipier. Tout le reste des votes alla  en faveur de Siruy qui se contenta simplement de soupirer en se levant. Le résultat déplut fortement à son ancien ami qui donna un violent coup de pied dans les buissons avant de s'éloigner. Personne n'essaya de le retenir, lorsqu'il était dans cet état, il valait mieux laisser retomber la pression.

-Bien, nous allons d'abord chercher de quoi vivre.
expliqua Siruy Nous avons une bonne heure d'avance nous allons avancer afin de garder une distance confortable pour pouvoir nous préparer. On va s’éparpiller par groupe de deux et trouver de quoi manger. On ramasse tout ce qu'on peut prendre et on détruit tout le reste. Les raids se feront de nuit, avec la majorité de nos dzêtas, l'obscurité nous donnera un large avantage.

Il se tourna vers les deux coéquipiers de Krys.
-Allez me le retrouver, on a besoin de fonctionner tous ensemble. Vu qu'on est un ombre impaire, vous resterez tout les trois, vous aurez un fonctionnement optimal comme ça.

Quelques secondes après tout le monde s’exécuta. La première étape pour le stratège constituait à récupérer de quoi tenir une traque pendant plusieurs jours. Attaquer maintenant alors que l'équipe défensive possédait l'ensemble de ses facultés amenaient des risques considérables. Autant essayer de jouer la course à l'effort et  ramasser ou détruire tout ce qui était mangeable avant qu'ils ne le trouvent. Comme ça ils seront forcés de s'écarter de l'itinéraire et perdre du temps et une énergie précieuse pour trouver de quoi se mettre sous la dent. A l'aide d'un dzêta aussi destructeur que celui d Allan, un membre du groupe de Krys, cette tâche sera assez facile.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Dim 17 Juil - 1:14

La queue formée par les défenseurs évoluait dans la végétation depuis presque une heure. Aucun d'eux ne disait rien depuis qu'ils étaient partis, comme s'ils avaient passé l'accord tacite selon lequel ils ne se parleraient qu'en cas de nécessité absolue durant leurs déplacements. Chacun s'occupait de ses tâches d'observation avec zèle, mais l'obscurité tombant gênait ce travail. Faisait-il déjà nuit, ou bien était-ce l'épais ramage des arbres qui empêchait les rayons du soleil de percer dans la forêt ? La vigilance des jeunes soldats croissait à mesure que les cris d'animaux étranges – et nocturnes ? - se faisaient entendre, mais bientôt McMillan brisa le silence.
« Il commence à faire vraiment sombre, lança-t-il d'une voix forte. Rien ne sert de continuer, mieux vaut trouver un endroit où crécher pour ce soir »
Quand tout le monde fut mis au courant, on décida de s'arrêter au pieds de quatre arbres énormes qui formaient en cercle une toute petite clairière. Leurs gigantesques racines sinueuses et tordues sortaient de terre avant de tomber sur le sol creux en contrebas, si bien que des petits abris étaient formés. Ce n'était pas très grand, mais les Üniks pourraient s'y asseoir et réfléchir à la suite des opérations. Allister nota précisément leur position à l'aide de la boussole afin de s'assurer qu'ils repartiraient tous dans la bonne direction dès le lendemain matin. Elle avait beau savoir utiliser ces outils, il était particulièrement fastidieux de se repérer dans ces bois inquiétants.

Bientôt, les soldats descendirent dans leur nouveau nid. Il n'était pas douillet, mais il leur permettrait de se cacher facilement des prédateurs et autres créatures de la Sylva. Il n'était évidemment pas question de faire le moindre feu : la fumée, les flammes et les odeurs seraient des repères idéaux pour se faire remarquer. De toute manière la touffeur humide qui régnait en ces lieux les préserveraient sans doute d'un sommeil froid. Au contraire, il leur était difficile de ne pas défaillir. La route jusqu'à ce continent reculé avait été très longue, précédée d'une traversée du désert du Sidhe harassante. Cette heure de course achevait comme un point d'orgue cette journée épuisante.
Les neufs recrues Üniks convinrent d'un tour de garde qui se ferait par groupes de trois personnes – les coéquipiers habituels, qui savaient comment travailler ensemble, tandis que le reste du groupe se reposerait. Un changement s'opérerait toutes les trois heures, et l'on se lèverait dès cinq heures du matin pour repartir en quête du point d'arrivée. Sally, qui n'appartenait à aucun groupe, ferait un tour de garde avec l'équipe qui voudrait bien s'encombrer de sa présence. Comme les autres semblaient peu enthousiastes à l'idée de devoir s'occuper d'elle pendant ces tours, Allister décida que ce serait son équipe, composée de Simon et Tatiana, qui s'en chargerait. L'intéressée ne sut si elle devait se réjouir d'une telle perspective, ou bien déplorer qu'elle ne soit encore guère acceptée parmi les membres de la formation. Une fois que toute l'organisation fut décidée, les Üniks allèrent s'installer sous leur nouveau toit, tandis que le premier tour de garde commença, assuré par Little, Matthew et Williams.

Assise les genoux repliés sur la poitrine, Sally soupira profondément. Elle devait lutter pour que ses paupières ne se ferment pas immédiatement. Elle observa Allister qui se trouvait adossée à une paroi terreuse juste devant elle. Les yeux clos, elle avait les sourcils froncés et les bras croisés. Il était étonnant de constater que même endormie, cette jeune femme avait l'air sévère. A côté et un peu plus loin, Prescott et Jones marmonnaient des choses dans leur barbe. Quand ils croisaient le regard de Sally, ils lui adressaient une mine mauvaise, tels des travailleurs assidus dérangés dans leur ouvrage par un quelconque garnement. Elle s'éloigna légèrement, de peur d'offenser quelqu'un à la longue. Aussitôt, Simon vint s'asseoir à ses côtés. Il arborait toujours son aimable expression, qui dans l'obscurité de cet endroit sauvage rassurait un peu la Paria.
« Alors, qu'est-ce que ça fait d'être au cœur de l'attention de dix-huit soldats ? »
Il éclata de rire devant le regard étonné qu'elle lui adressa.
« J'imagine que ce n'est pas évident. Mais sache que si une moitié te veut du mal, nous l'autre moitié, ne te voulons que du bien !
- Vraiment ?
- C'est évident, poursuivit-il en s'installant confortablement après s'être étiré. Notre mission est de te protéger. Si nous échouons, nous perdons tout espoir d'intégrer l'Ordre des Chasseurs ailés cette année. Crois-moi, après l'entraînement que nous avons suivi, personne n'est près à retaper ! »
Sally acquiesça. Elle comprenait, lui semblait-il, ce que lui disait Simon. Elle aussi s'était entraînée très durement, certes depuis bien moins longtemps que le reste de son équipe, mais elle refusait l'idée de perdre, l'idée qu'elle ait fait tout cela pour rien. Elle et Cecil étaient à peine tolérés dans le QG. Si elle ne faisait pas ses preuves ici et maintenant, elle pourrait dire adieu à Ithilion, Dawkins, Alaryk et Ethan.
« Me revoilà ! »
Tatiana entrait dans l'abri, les cheveux un peu ébouriffés et les joues salies par un peu de terre. Dès qu'elle l'eut entendue, Allister se réveilla vivement mais ne dit rien. Sally, qui n'avait même pas remarqué son absence, demanda d'où elle revenait.
« J'ai cherché de quoi manger pour ce soir » répondit-elle en lui montrant un fruit qu'elle tenait entre ses mains. C'était un gros fruit orange qui semblait gorgé de sucre. Mais cela semblait très juste pour dix personnes !
« Regarde bien Nancy, tu vas voir. C'est extraordinaire ce que permet le Dzêta de Tatiana ! »
L'intéressée lança un large sourire à son équipier, tandis qu'elle se mettait à bonne distance de Sally pour pouvoir activer son pouvoir. Elle plaqua le fruit contre un bracelet de force qu'elle portait au poignet gauche. Une lumière vive apparut et aussitôt, le fruit commença à se multiplier. Elle réussit à faire apparaître neuf exemplaires supplémentaires de cette denrée. Ébahie, Sally observa la jeune femme faire la distribution. Quand elle eut son fruit entre les mains, Simon la gratifia d'un « bon appétit » amical, qui lui valut un remerciement chaleureux.
« Je te sens un peu plus à l'aise qu'en début de journée. J'en suis bien content !
- Restons sur nos gardes, dit Allister en mastiquant. Tu sais qui sont nos adversaires, je ne serais pas surprise que nous ayons de la visite ce soir »

Dehors, les trois gardes se virent également distribuer un fruit. Ils le mangèrent tout en restant très attentif à ce qui se trouvait aux alentours, et communiqueraient par signes pour le reste de leur tour. Alors qu'elle ne trouvait pas le sommeil, Sally songea à Cecil et à leurs amis restés au QG. Pouvaient-ils les voir en ce moment-même ? Ou devrait-elle tout leur raconter ? A supposer que les intéressés veuillent encore lui adresser la parole. Depuis ce qui s'était passé il y avait de cela deux mois, elle n'avait pas eu l'occasion de discuter de nouveau avec Ethan, et quelque part, cela lui faisait de la peine.

¤¤¤

Dans la grande salle de l'Ordre, le public était nombreux pour observer les nouvelles recrues se démener à réussir leur mission dans la Sylva. La formation des groupes surprit ceux qui connaissaient le mieux les jeunes soldats, mais l'excitation atteint son comble lorsque l'épreuve commença. Les regards de la centaine de personnes présente se portaient aussi bien sur les écrans renvoyant les images des attaquants (au fond de la salle) que ceux renvoyant les images des défenseurs (davantage proches de l'entrée – cette disposition ayant été mise en place pour éviter que les sons ne se parasitent). Il était difficile d'avoir un groupe favori, car les deux avaient un très grand potentiel. Cependant, le major de promotion de cette année étant dans le groupe des attaquants, ces derniers avaient des fans plutôt nombreux. Sur sa chaise, Cecil demeurait silencieux, le regard fixé sur les images où apparaissait Sally. Dawkins, qui se trouvait à ses côtés, lui avait fait un bref descriptif de tous les jeunes Chasseurs qui entouraient leur amie – ce qui ne rassura pas spécialement le faux majordome. Il se demandait en combien de morceaux il retrouverait sa protégée à l'issue de cette épreuve.
« Salut, on peut s'asseoir ? »
Alaryk et Ethan étaient arrivés, avec un autre groupe de Chevaliers qui avaient terminé leur journée. Ils s'assirent juste derrière Cecil et Dawkins. Ce dernier se retourna d'un air ravi.
« Vous venez observer la bleusaille ? s'amusa-t-il
- Ouais, répondit mollement Alaryk. Puis il se gratta la nuque et détourna un peu le regard. Et c'est pas comme si on n'était pas du tout concernés par cet examen »
Cecil tourna légèrement la tête, suffisamment pour voir un air malicieux se promener sur le visage de son capitaine de voisin. Il avait deviné que malgré les incompréhensions et les tensions récentes qui avaient secoué leur petit groupe, les deux hommes s'intéressaient au devenir de Sally. Que ce fut en bien ou en mal, qu'ils veuillent la voir réussir ou échouer, peu importait à Dawkins : Ithilion serait peut-être rassuré de savoir que ses deux fidèles coéquipiers étaient parmi le public. Cecil quant à lui ne s'émut pas le moins du monde de leur présence. Il les aurait bien volontiers chassés, mais malheureusement son rôle de serviteur ne lui permettait pas une telle impertinence. Bon sang... s'il était resté l'héritier du Duc de Rosenwald, il lui aurait suffit de se racler la gorge pour qu'on fasse déguerpir tous ces misérables petits militaires.

Sur l'écran, on voyait les trois gardes du groupe de défense prêtant une oreille attentive à tout ce qui les entourait. Allister les avait prévenus, et eux aussi s'en doutaient : s'ils faisaient face à Siruy et Krys, entre autres, il ne fallait pas s'attendre à ce que la partie soit facile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chevalier Ailé (Ithilion)


RPG
Âge : 23
Groupe: Elite
Inventaire: Bourse sans fond

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Mar 19 Juil - 22:02

Aussi immobile qu'une statue, le regard figé vers l'imposant écran installé dans le pavillon principale du campement, l'intendant de l'ordre des Chasseurs Ailés observait avec attention les moindres faits et gestes de la part des deux équipes. A ses côtés siégeaient quatre des sept maitres présentant leurs disciples à l'épreuve et qui ne participaient pas à l'encadrement du parcours. En réalité, leur poste de spectateurs privilégiés leur permettaient de constituer un jury implacable qui validerait ensuite la promotion au rang de Chasseur de chaque participant en fonction de leur implication. Survivre dans ce milieu hostile et venir à bout de l'objectif imposé ne suffisaient pas pour obtenir la promotion tant attendue, mais ce point la, aucun de ces futurs soldats d'élite n'en avaient eu vent, ainsi leur motivation et leur jugement vis à vis des difficultés s'approcheraient au plus d'une situation réelle. La moindre décision, chaque mot, chaque geste. Tout était assidument ausculté et noté afin de constituer un bilan final pour chaque candidat. Autant dire qu'aucune erreur n'échapperait à l’œil acéré de ces tireurs d'élites aguerris. Les élèves avaient tout intérêt d'appliquer scrupuleusement l'ensemble des connaissances et des capacités acquises ses dernières années car une seule erreur pouvait coûter leur avenir. L'attention se portait encore plus particulièrement sur l'étonnant cas de l'élève d'Ithilion. Une situation complètement inédite dans l'histoire de l'Ordre et qui de ce fait ne faisait qu'augmenter intransigeance à son égard.
Pour l'heure, les deux équipes semblaient amasser le maximum de provision et sécuriser leurs positions afin de préparer leur première nuit à l'intérieur de cette enfer végétale. Cependant, malgré toutes les précautions prises, le sommeil risquait de devenir très vite une denrée rare. Certains participants l'apprendraient sûrement à leurs dépends. Comprenant qu'aucune tentative n'était pour l'instant prévue, Markus Klegan se hissa hors de  sa chaise et se dirigea d'un pas solennel vers la sortie de la tente.

-Je vais aller me reposer quelques instants. Venez me chercher si il y a du mouvement.

L'un des maitres hocha de la tête avant de reporter son regard sur l'écran.
*****
Plus loin dans la forêt, au coeur même des images qu'analysaient les observateurs, l'équipe attaquante organisait les rondes autour du campement de fortune qu'ils avaient construit pour la nuit. Un feu crépitait au centre d'un cercle formé par les apprentis. Les paroles se faisaient rares et les visages restaient fermés, faute à un voyage couteux en énergie, à ajouter au stress de l'épreuve et à la progression éreintante à travers ce milieu chaud et humide. Certain préférait sans doute rester isoler dans leur bulle. Garder une concentration optimale et tirer ses idées pour faire de la place aux difficultés à venir.
Naturellement Krys se tenait le plus loin possible de son rival. Devant la sulfureuse danse des flammes, ses pensées se consumaient encore d'un profond  mélange d'agacement et de colère.  Son orgueil acceptait très mal le fait de devoir obéir à Siruy.  De plus, il contestait cette stupide décision de rester passif. Selon lui, cinq jours représentait un délai vraiment trop court à la base. Alors en rajoutant comme facteur un espace aussi chaotique et étendue que celui dans lequel ils progressaient, ils ne pouvaient se permettre de simplement tendre des embuscades en espérant que les proies tomberont bêtement dedans.
Tandis que deux sentinelles patrouillaient activement, tout sens à l'affut du moindre signe de danger, le reste du groupe pût jouir d'un repas peu ragoutant mais néanmoins nourrissant, à base de quelques fruits cueillis et de trois petits rongeurs capturés, dépecés et cuit au dessus du feu. La soirée aurait pu presque être reposante, mais c'était sans compter la piqure de rappelle de la nature quant au lieu où ils se trouvaient. Attirés par la lumière, des centaines d'insectes dont d'imposants moustiques, complètement affolés par tout ce sang chaud regroupé, s'invitèrent en trouble fête. Par dessus le marché, la fraicheur glaciale de la nuit profitait de l'humidité environnante pour s'infiltrer au travers des combinaisons. Il fallut donc faire un choix. La chaleur et la lumière furent sacrifier au profit d'un peu de répits contre la faune agressive.
Au beau milieu de cette obscurité, la forêt devenait réellement oppressante. Dans ces moments là, l'originaire le plus téméraire retrouvait toute son humble place à l'intérieur de cette incommensurable entité ténébreuse dans laquelle régnait un silence de plomb. Quelques cris ou chants peu  rassurants d'âmes noctambules déchiraient  parfois ce voile pesant, comme si l'écho de leurs propres sons agissaient en repère de leurs existences. Ou peut être sonnaient-ils comme un avertissement à celles des autres. Quoi que c'était, les jeunes soldats allaient devoir dormir avec un oeil ouvert. Surtout que les répliques d'armes à feu en leur possession ne leurs seraient d'aucune utilité en cas d'attaque d'un prédateur. Seuls leurs capacités physiques et pour certains leurs dzêtas compteraient pour survivre à ce genre d'évènement. Fort heureusement, si leurs formations se basaient principalement sur le maniement des armes de précision, ils avaient reçu un entrainement complet pour transformer leurs corps en un redoutable instrument de combat. L'épreuve consistait aussi à explorer cet aspect  de leurs possibilités.
Peu enclin s'abandonner aux pays des songes, Siruy, le dos appuyé contre un tronc à la circonférence démesurée, simulait dans sa tête des dizaines de scénarios possibles pour la suite des évènements. Sur le papier, leur équipe comportait de meilleurs éléments individuels que leurs adversaires, excepté le cas très spécial d'Allister. Cette jeune fille aux caractères en acier trempé et aux facultés hors norme représentait en effet un réel obstacle tellement elle pouvait être imprévisible. Cependant, la bataille ne se remporterait que sur une solide cohésion d'équipe, ce  qui n'était pas gagné dans leur cas avec des bombes à retardement comme Krys.
La fougue de l'ünik blond constituait une grande partie de sa puissance mais lui portait souvent défauts dans les situations subtiles. Il s'agissait en réalité de la seule marche qui le séparait de la tête de la promotion et qui faisait que Siruy passait souvent devant lui dans la finalité. En temps normal, il ne faisait aucun doute que Krys pourrait facilement neutraliser à lui tout seule une bonne partie de l'équipe adverse, pourvu de son  dzêta aussi terrifiant que dévastateur pour un individu aussi jeune. Toutefois, ici tuer n'était pas permis, et son pouvoir bridé ne lui permettrait pas de s'en sortir indemne en courant simplement tête baissé.
Le chef de l'équipe attaquante marqua un profond soupire. Leur victoire passerait d'abord par réussir à canaliser l'esprit impétueux de son rival. Une tache à la base presque impossible mais d'autant plus compliqué dans son cas étant donné la relation électrique qui les reliait. Le reste de l'équipe, plus discipliné, aidera à contenir ses pulsions, du moins il l'espérait. Après le point où Krys n'avait pas totalement tort, c'était qu'au vu de la pénibilité de progression et de survie à l'intérieur de la Forêt Profonde, il valait mieux ne pas trop tarder sur leur attaque. Sans non plus se précipiter. Juste attendre le bon moment. Frapper lorsqu'ils s y attendront le moins car une garde ne pouvait être tenue une journée entière avec la même intensité. De toute manière, il n y aurait pas plus de deux occasions. Si le premier choc ne mettait pas une des deux équipes hors d'état de nuire, au vu du potentiel de tout les participants, la seconde fois suffira à déclarer les vainqueurs. Prendre l'avantage au premier coup était donc primordiale.
A force de réflechir, les yeux de Siruy se mirent soudainement à se refermer petit à petit. La fatigue l'empecha de résister bien longtemps. Son quota de fatigue venait d'être atteint. Il sentit sa tête comme happer vers l'arrière avant de s'endormir.
Un bruit sourd retentit. Suivit d'un deuxième. L'instinct de survie des sept üniks endormis déchargea une alerte dynamique à travers leur corps. L'obscurité était toujours aussi présente. A peine pouvaient ils voir le bout de leurs doigts. Le sol se mettait à trembler au rythme de ce qu'il semblait être une démarche. Difficile de savoir l'origine, ni si cette potentielle menace s'approchait de leur direction.
Les deux sentinelles en poste arrivèrent au pas de course vers leurs amis.
-Je ne sais pas ce que c'est, chuchota l'un deux, mais ça va passer assez près de nous. Impossible d y voir quoi que ce soit mais ça à l'air ...gigantesque.
Tout le monde se regroupa derrière le gigantesque tronc d'arbre contre lequel s'était endormi Siruy, priant pour que cet imposant et ancestral rempart végétale les protège de cette force brutale et invisible. Les pas suivaient un rythme assez lent et des séries de craquements secs retentissaient à chacun d'entre eux. Même les arbres ne semblaient résister au passage de la chose.
-Surtout, ordonna Siruy à voix basse, on ne bouge pas. Pour l'instant ça n'a pas l'air de se rapprocher. Inutile de prendre le risque de nous faire repérer. On ne sait pas comment cette chose pourrait réagir, ni ce que c'est.
Ses camarades lui firent comprendre qu'ils avaient bien reçu la directive, avant de tous se taire. Ils écoutèrent ce véritable concert de fracas de rocs et de bois passer à quelques mètres d'eux. Le sol donnait l'impression qu'il allait rompre tellement il se soulevait. Malgré le bruissement des arbres secoués comme de vulgaires brindilles, un profond et caverneux grognement vibra à travers le corps des üniks. Certain prièrent pour qu'aucun arbre ne s'écrasent sur eux tellement cela semblait proche.  Dans cette noirceur et ce vacarme, tout leurs repèrent s’effondraient comme un chateau de carte. . Ils ne pouvaient faire autre chose qu'attendre.
Après un temps qui leur parut comme une éternité, les tremblement cessèrent petit à petit. Le calme reprit aussitôt son droit. A la fois soulagés, mais peu rassuré, les apprentis essayèrent de récupérer un peu de sommeil supplémentaire.

Dès les premières lueurs de l'aube, un tableau surréaliste attendait les neufs rescapés de cette première nuit mouvementée. Au dela des quelques fourrées encore debout, de l'autre côté de l'abri derrière lequel ils s'était réfugiés, le paysage portait les stigmates du passage d'une tornade. Impossible de savoir ce qui avait causé tout ces dégâts, mais la chose avait littéralement éventrée la forêt pour se frayer un chemin d'une dizaine de mètres de large pour une cinquantaine de haut.
Complètement hébétés et réalisant à peine la chance qu'ils avaient eu, les neuf camarades restèrent plusieurs minutes à contempler ce vide. Si cela représentait un simple avertissement de la part de la nature alors les voila prévenus.  Cependant, cela ne les ferait pas abandonner pour autant. Ils ne devaient pas s'éterniser car l'heure tournait et l'objectif attendait. Si cette première démonstration du potentiel de la nature hybrid refroidissait quant à l'idée d'y survivre cinq jour, ils ne pouvaient se permettre d'en discuter des heures. Leur priorité à présent : trouver un endroit convenable pour porter un coup d’estoc à leur adversaire et capturer la cible.
-Quoi que...lacha Siruy, pensif. Un espace aussi dégagé  et soudain pourrait  présenter une  sacrée  aubaine...
***
Rassuré que l'équipe d'attaquante ait bien réagi avec ce géant des forêts, Ithilion se mit à rire en imaginant la tronche que devaient avoir la bleusaille en ce moment même. La forêt Hybrid était loin de leur avoir montrée toute la folie et l'enfer  cachée en son sein. Son attention se retourna alors vers l'équipe où se trouvait sa protégée.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Ven 29 Juil - 1:43


L'aube qui se levait doucement sur la Sylva tira difficilement de leur sommeil les chasseurs du groupe de défense. Empâtés dans une fatigue dont ils n'avaient pu se débarrasser pendant la nuit, ils se levèrent les paupières lourdes et les muscles endoloris. Le très grand bruit qui avait retenti au beau milieu de la soirée avait fait trembler les corps et les cœurs de tous les occupants de la clairière, endormis ou en tour de garde. La surprise les avait tiré de leur sommeil et la peur les avait empêché de se détendre à nouveau. Jamais de leur vie ces jeunes Üniks n'avaient entendu un vacarme aussi redoutable. Certains avaient cru que la mort en personne était venue les chercher, pour les engloutir au creux de ses entrailles sombres et cruelles. Leur torpeur s'estompait peu à peu, à mesure que la lumière revenait, même si l'écho effroyable de ce hurlement faisait encore courir des frissons sur leurs nuques.
Malgré tout ils avaient conscience qu'ils ne pouvaient rester sans bouger tout le jour durant. Ils se remirent en route dès que chacun fut prêt. Sally était un peu fébrile : ce fracas abominable avait eu lieu pendant le tour de garde dont elle avait la charge avec Allister, Simon et Tatiana. Si la première n'avait eu qu'un sursaut finalement maîtrisé, Tatiana et Simon s'étaient jetés l'un sur l'autre. Sally quant à elle s'était cachée derrière un tronc d'arbre et avait attendu que le bruit se calme – il faisait bien trop sombre pour y voir quoi que ce soit. Désormais qu'elle devait courir de nouveau vers le point d'arrivée, elle ne pouvait ignorer la crainte de cet environnement hostile qu'elle n'avait pas mesurer avant de pénétrer cette forêt. Cette nuit leur avait rappelé très brutalement que les attaquants n'étaient pas le seul danger qu'ils auraient à craindre.

Après quelques minutes de course, McMillan leva la main pour stopper la course de la formation. Tous s'arrêtèrent dans des fourrés pour observer ce qui s'étendait devant eux : un vide béant, une scène de chaos indescriptible où tous les arbres avaient été arrachés récemment. Ne restait qu'une immensité de terre retournée, de racines et de roches brisées. Quand ils eurent repris leur souffle et leurs esprits, ils chuchotèrent avec inquiétude.
« Vous pensez que ça a un lien avec ce qui s'est passé cette nuit ? demanda Tatiana.
- Sans aucun doute, répondit Allister immédiatement. L'inconvénient maintenant c'est de savoir par où on va passer. Si nous traversons ici nous serons totalement à découvert.
- Mais si on contourne cet espace, on risque de dépasser les limites dont nous a parlé Gwendilan, ajouta McMillan de sa voix caverneuse.
- Et si tel est le cas quelqu'un se fera éliminer » conclut gravement Sally.
Allister croisa les bras tandis que les autres se concertaient sur la manière de procéder. Ils étaient face à un dilemme difficile. Elle était certaine que leur groupe se ferait repérer dans la seconde même où ils poseraient le pied sur ce vaste champ de bataille. Mais contourner le tout reviendrait à les faire évoluer sur un espace très restreint, ce qui était bien trop risqué. Dans tous les cas les autres n'étaient pas loin et il semblait impossible d'éviter toute confrontation. Il leur faudrait se battre.

Soudainement un grondement sourd se fit entendre juste derrière eux. Les feuillages et les buissons tremblaient dangereusement, jusqu'à ce que finalement la végétation proche de terre soit arrachée sous la force d'une horde de Nago qui s'élançait droit dans leur direction à pleine vitesse. Ils étaient si nombreux qu'ils formaient une ligne de front dense et très large. Les défenseurs n'eurent plus le temps de réfléchir, il leur fallait s'enfuir à moins de finir écraser par les sabots des sangliers géants.
« Foncez ! » hurla Allister pour essayer de couvrir le bruit de ces énormes animaux.
Personne ne se fit prier. Tous se propulsèrent vers l'avant, avec plus de cœur et d'énergie que jamais, happés par l'envie compréhensible de ne pas se faire piétiner.
« Préparez vos Dzêtas, on va devoir se charger de ces bestioles si on veut continuer ! » ajouta-t-elle en chargeant son énorme revolver.

Elle tiqua, agacée par la tournure que prenaient les choses. Ils étaient à découvert, en situation de faiblesse flagrante, et ils devraient se battre contre des bêtes enragées au beau milieu d'un combat autrement plus important pour leur avenir. Leur sens des priorités était désormais mis à l'épreuve. Si tous les défenseurs s'armèrent fermement de leurs Dzêtas comme indiqué par leur chef improvisé, Sally ne put dégainer qu'une petite dague offerte par Cecil après qu'elle soit entrée dans l'ordre des chasseurs. Il n'était cependant pas utile d'être officiellement un Chevalier pour constater qu'elle était dans une situation plus que compromise...

HRP : Dernier post avant les vacances ! Je m'excuse, je l'ai écrit très rapidement... La qualité s'en fait ressentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chevalier Ailé (Ithilion)


RPG
Âge : 23
Groupe: Elite
Inventaire: Bourse sans fond

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Sam 17 Sep - 15:14

L'attente commençait à être interminable. Chaque arrêt, qu'il soit voulu  ou inopiné, rallongeait le temps et engrenait des doutes dans cette course au rythme effréné. La fraicheur matinale renforçait ce sentiment, enroulant son étreinte glaciale autour des muscles au repos des membres de l'équipe attaquante. Suivant à la lettre le plan mis en place par Siruy, les neuf  üniks s'étaient dispersés en une formation en V dont l'immense route défrichée était le centre. L'objectif consistait à repérer leurs adversaires en couvrant une vaste surface du terrain et de les guider au travers de tirs embusqués tout droit sur la zone découverte. Une idée assez simple qui demandait en premier lieu seulement de la patience et beaucoup de vigilance.  Heureusement, le dzêta d'une membre de l'équipe de Krys leur facilitait le travail et leur assurait presque un filet impénétrable. En effet, Jade était connectée en permanence avec cinq drones sentinelles, des petites boules métalliques insoumises aux lois de la gravité, pourvues de caméras et de capteurs qui lui offraient un très large champ de vision. En ce moment même, ces yeux artificiels voyageaient en amont, à l'affût de la moindre présence de leurs cibles.
Devant mener l'opération, Siruy se trouvait au coeur de la disposition, aux abords du tunnel végétal créé par la mystérieuse chose  de la veille.  Le regard fixé à l'horizon, il s'en détacha quelques secondes pour jeter un oeil vers Krys qui se trouvait de l'autre côté. Après l'engueulade de l'autre soir, l'ünik au caractère électrique s'était quand même résolu à jouer le jeu du travail d'équipe et s'était positionné selon sa demande sans broncher.  Cependant, il fallait être aveugle pour ne pas se rendre compte à quel point l'attente le rendait malade, en témoignaient ses inlassables allers-retours qui le prenaient toutes les cinq minutes. Un rictus amusé barra le visage du leader en imaginant l'effort que cela devait coûter à son rival de ne pas faire capoter tout le plan en se lançant seul à l'assaut.
Un bruit au loin tira sa sonnette d'alarme. Du fin fond du tunnel retentissait l'écho d'un vrombissement sourd, semblable à celui d'un torrent. Le buisson vola en éclat dans son dos et Jade apparut essoufflée, suivies aussitôt par les trois autres qu'elle avait rapatrié .  
-On a un problème, lâcha t-elle en haletant. Ces imbéciles se font courser dans le couloir par une horde de Nago.
-Hein?! Mais pourquoi ne s'échappent-ils pas sur les côtés ? s'étonna Siruy en adaptant déjà son plan d'action à ce nouvel évènement.
De là où ils se trouvaient, et à l'exception de Jade, impossible de visualiser la scène en détails, mais le boucan des sabots martelant furieusement le sol  s'amplifiaient de plus en plus.  Plongé entièrement dans son ordre de mission, Siruy y voyait la une alléchante opportunité de mettre la main sur la disciple d'Ithilion. Il fallait agir rapidement avant que l'équipe de défense ne trouve une solution et ne se réorganise.
- Où est Krys ? se demanda-t-il alors en regardant de l'autre côté du sentier de terre. Merde j'espère qu'il n'a pas foncé tête baissé.
Ses propos furent démentis  lorsque l'intéressé réapparu, talonné par le reste de l'équipe. Une fois la situation rapidement expliquée à chacun, l'ünik aux longs cheveux noirs déroula la suite des opérations sur son habituel ton flegmatique en complet décalage avec l'instant. Tout le monde hocha la tête comme une seule et même entité avant de s'élancer en deux groupes.  La tactique consistait à longer le tunnel à couvert des arbres et de capturer Nancy, à tout prix.
Malgré la densité florale, ils arrivèrent très vite à hauteur des fuyards. Déjà épuisés par des heures de courses depuis le début de l'épreuve, leurs pas se faisaient de plus en plus lourd et les Nago se rapprochaient dangereusement. Toutefois, l'équipe attaquante ne pouvait pas prendre le risque d'aider leurs camarades au risque de compromettre l'épreuve. La responsabilité de ces circonstances revenaient à ces derniers pour avoir manqué de prudence ou pris de mauvaises décisions. Siruy profiterait sans remord de cet avantage. A partir de maintenant, si leurs adversaires tentaient de se réfugier dans la forêt, ils se feraient neutraliser par son équipe en position de tenaille. Toutes leurs armes étaient braquées sur leurs cibles, attendant le signal ou la moindre occasion.
                                                                ******************
Dans le campement, tout les chefs d'équipe et les gradés s'étaient regroupés devant l'écran. Une étrange ambiance de mal aise et de tensions flottaient sous le chapiteau principal. Les trois référents de l'équipe de défense fixaient la scène sans piper mot, complètement immobiles. La position fâcheuse de leurs protégés risquaient de mal se terminer.  Inutile d'espérer la moindre chance de survie si l'un d'eux se faisait happer par la horde. Ajouté à cela, la menace de l'autre équipe qui les tenait en joue, prêt à profiter du moindre moment de faiblesse comme il leur avait été scrupuleusement enseigné. Auront-ils la conscience professionnel au point de mettre la vie de leurs camarades en danger ? Ou leur passivité signifiait qu'ils laissaient une chance à ces infortunés de ce défaire de cette charge de Nago ? Dans tout les cas, leur rôle était de capturer la jeune Nancy vivante.
Le visage impassible, Klegan n'entendait pas intervenir. Ces futurs soldats savaient pertinemment qu'ils risquaient leurs vies en venant ici, ils devaient donc compter uniquement sur leurs talents. Perdre une partie de cette promotion aussi prometteuse serait un véritable coup dur pour les Chasseurs Ailés, toutefois leur réputation venait de ces sélections impitoyables. Il ne pouvait donc y avoir de traitement de faveur.
                                                          *******************
A une centaine de mètre des pauvres apprentis qui tentaient de fuir le rouleau compresseur, Ithilion trépignait sur sa branche. Sans connaitre exactement la nature de ce qui les pourchassaient, son radar lui avait permis d'avoir une idée sur leurs tailles et leurs nombres. Bien qu'il avait quitté son poste pour s'approcher, il avait dû prendre énormément sur lui même pour ne pas intervenir. Si il sentait la signature correspondant à Sally se fatiguer à grandes vitesses, l'aider ne lui rendrait absolument pas service. Après tout, il ne sera pas toujours présent pour la materner. Pour autant, il se tenait prêt en cas d'extrême necessité, lié par la promesse qu'il lui avait faite.
Maitrisant à la perfection son angle de visée, les éventuels obstacles, son oeil d'aigle au travers de la lunette de son fusil de précision positionna le point de visée pile entre les yeux du Nago dans l'alignement de sa disciple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Mar 20 Sep - 14:41


Le groupe de défenseurs s'était élancé à toutes jambes sur le terrain vague, poursuivis par la horde de Nagos furieux. Leur formation fut instantanément rompue, ce qu'Allister ne manqua pas de remarquer. Les supérieurs allaient les tacler, c'était sûr et certain. Cependant mieux valait préserver des vies plutôt que d'être trop à cheval sur un code militaire bouseux, surtout dans une telle situation d'urgence.
La taille de ces bêtes, véritables forces de la nature, était impressionnante. Pourt autant qu'un Ünik puisse passer en revue l'ensemble de la faune qui peuplait Urban City, aucun animal n'atteignait l'envergure du Nago. Les plus petits spécimens de leurs poursuivants devaient faire au moins quatre mètres de haut contre trois de larges. Leurs sabots énormes battaient le sol comme s'ils avaient voulu en faire de la bouillie, alors qu'ils élançaient droit devant eux le tas de muscles composant leur impressionnant corps. Leurs grognements terrifiants couvraient toute autre rumeur de la Sylva, et leurs défenses immenses et tranchantes talonnaient de très près les défenseurs qui ne pouvaient plus que fuir droit devant eux. Fuir sur les côtés revenait à se faire piétiner par la nombreuse horde. Aucun des jeunes Chasseurs n'avait cependant pris le temps de les compter, chacun se concentrant à ce moment-là de sauver sa peau. Cependant continuer à courir sans rien faire reviendrait tôt ou tard à rencontrer une mort aussi douloureuse que stupide. Allister prit les devants.

« Williams, emmène Matthews droit devant ! » cria-t-elle de toutes ses forces dans l'espoir que ses compagnons l'entendent. Heureusement pour eux tous, ce fut le cas. Williams, dont le Dzêta consistait à courir plus vite encore qu'un faucon du désert ne pouvait voler, l'activa dès qu'il eut pris sa partenaire dans ses bras.
« Va aussi vite que tu le peux, dit Matthews à l'oreille de son porteur, il faut que j'ai une vue d'ensemble de la horde ».
Alors que Williams accélérait comme un forcené, la jeune femme put voir derrière eux leurs camarades qui se démenaient eux aussi. Tatiana et Simon entouraient Sally, toutes armes dehors, et tirant sur leurs poursuivants, dont la peau épaisse ne ressentait rien de leurs assauts. D'autres se tenaient la main quand les derniers tiraient également sur les coriaces animaux. Ils étaient fatigués, ils souffraient, ils avaient peur. Il fallait faire vite.
Quand elle eut suffisamment de recul, Matthews demanda à Williams de stabiliser sa vitesse. Alors elle activa son Dzêta à son tour, intimant aux autres de faire un ultime effort afin qu'elle ne les touche pas. Mais de tout le groupe, c'était sans doute elle la plus habile au maniement de son pouvoir. Elle frappa dans ses mains, de sorte que ses deux manchettes de métal se heurtent, puis elle tendit les bras vers sa cible, qui n'était autre que le sol que piétinaient les Nagos. Tel un chef d'orchestre, elle abaissa soudainement ses mains pour que la terre obéisse à l'ordre qu'elle lui lançait. Un trou profond fut creusé en première ligne devant les bêtes, si bien qu'elles chutèrent et s'y bousculèrent dans une débandade formidable. Le modelage de la terre avait fonctionné. Williams ralentit. Voilà qui laisserait le temps à leurs amis de courir plus en avant encore.

C'était cependant loin d'être suffisant pour arrêter complètement les sangliers géants. Mais l'avance qu'avait permise les deux comparses donnèrent un temps précieux aux autres pour préparer à leur tour leur défense. McMillan frappa le sol de son poing d'acier pour y provoquer une onde de choc – Dzêta d'Iron Knuckle oblige – ce qui déséquilibra en partie les Nagos. Profitant de cette deuxième surprise pour eux, Prescott ouvrit la paume de sa main jusqu'à ce qu'une sorte de sphère d'énergie écarlate s'y forme. Il la lança de toute ses force au beau milieu de la horde, provoquant une explosion dans les rangs des animaux. Cette fois-ci effrayés par la détonation, la horde se dispersa totalement : certains Nagos rebroussèrent chemin tandis que d'autres s'enfuirent dans la forêt qui bordait le terrain vague. Les défenseurs purent enfin ralentir leur course et reprendre leur respiration. Quand ils furent réunis, Allister leur demanda si personne n'avait rien de casser. Williams s'était tordu la cheville dans son accélération et d'autres avaient accusé des blessures légères dues à la poursuite et aux contre-attaques, mais par miracle c'était tout ce qu'il y avait à déplorer. Sally, que Simon et Tatiana n'avait pas quitté d'une semelle, sentait sa gorge la brûler tant elle avait couru et s'était essoufflée. Par chance, ses deux compagnons ne l'avaient pas laissée tomber et ils avaient pu s'en sortir ensemble. Tout était allé si vite... A peine plus de deux minutes. Mais cela lui avait semblé une éternité.

Il ne fallait pas qu'ils restent à découvert, sinon les autres les trouveraient rapidement. Mais alors qu'ils s'étaient repliés dans la forêt, la jeune Little marqua un temps d'arrêt et demanda le silence à ses camarades. Alors que personne ne comprenait ce qu'il se passait, le Dzêta de la petite Ünik s'activait : son ouïe absolue, perturbée par les récents bourdonnements des grognements de Nagos et de la terre battue, entendit un murmure par delà les feuillages qui les entouraient. Un murmure qui, proche, aurait été semblable à un cri. Un cri d'Ünik.
« Clarkson, on est juste à côté des autres ! » s'écria-t-elle en dégainant son arme.
« Ils sont droit devant, certains de ces énormes cochons se trouvent avec eux. J'entends des bruits de combat... »
En effet s'ils étaient dans le coin, ils allaient fatalement avoir à faire aux bestioles qui s'étaient enfuies dans la forêt, paniquées par les explosions causées par Prescott. Le problème principal cependant était de savoir que les attaquants se trouvaient devant, c'est à dire dans la direction qu'il fallait prendre pour atteindre l'arrivée. Et cette histoire de frontière à ne pas dépasser contraignaient les défenseurs à passe tout près d'eux...
« Restez sur vos gardes, lâcha Allister. On rompt notre formation et on s'étend sur une centaine de mètres en largeur dans nos groupes habituels. Si on reste proches, bien que séparés, nous pourrons communiquer discrètement et avancer jusqu'à la zone cible. Nancy, tu viens avec Strauss, Davis et moi ».

A peine eut-elle prononcé cet ordre que le groupe se dissout et s'éparpilla selon les recommandations d'Allister, sans aucune discussion. Mieux valait répartir les forces et surtout diviser les chances des autres de tomber nez à nez avec Sally. Bientôt on n'eut plus besoin du Dzêta de Little pour entendre les cris auxquels elle faisait allusion. Sally sentit sa nuque frissonner, à l'idée qu'ils aient des démêlées avec des bêtes aussi monstrueuses. Mais elle se souvint du motif de sa présence en ces lieux, et chargea son arme à son tour. Elle devait savoir se défendre et l'occasion de prouver ce qu'elle savait faire. Ce serait enfin l'occasion de le faire. De son côté, Simon se dit qu'il n'était pas prudent de laisser Prescott et Jones agir à leur guide de leur côté. Qui sait ce que ces imbéciles feraient une fois devant Siruy ou Krys 

Au QG des Chasseurs ailés, la tension causée par les Nagos fut à peine relâchée qu'elle remonta d'un cran, voyant les attaquants en pleines démêlées avec les animaux et les défenseurs qui, pour avancer, devaient fatalement passer près des premiers. Alors qu'Ethan et Dawkins analysaient la situation avec un professionnalisme tel qu'il eut pu passer pour de l'indifférence, Alaryk émit des craintes quant à la situation de Sally.
« Va falloir qu'elle assure, la p'tite » articula-t-il en se rongeant un ongle.
Cecil ne disait rien. Silencieux comme un mort et pâle comme un linge, il observait avec impuissance. Il ne fallait pas que Sally tombe entre de mauvaises mains, ni qu'elle ne meure dans la Sylva. Sinon il ne pouvait pas espérer retrouver sa vie d'autrefois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chevalier Ailé (Ithilion)


RPG
Âge : 23
Groupe: Elite
Inventaire: Bourse sans fond

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Lun 26 Sep - 21:38

Le plan si parfait de Siruy tourna en une fraction de seconde en un véritable cauchemar. Manquant de peu de se faire piétiner par la horde incontrôlable de nago, l'équipe de défense s'était retournée subitement afin de réagir. Un geste désespéré tant il était dangereux, pourtant la combinaison de leurs dzêtas avait provoqué un grand désordre dans les rangs de ces gigantesques sangliers. Ceux qui n'avaient pas été pas touchés, voir même tués, sous la puissance des armes spéciales des üniks avaient rebroussé chemins ou s'étaient dispersés dans la forêt, offrant enfin aux pourchassés un petit moment de répit. Cette réussite leur fût même deux fois bénéfiques car en plus de se libérer de ce véritable rouleau compresseur, la cohue des nagos avaient complètement désorganisés la souricière dans laquelle les dix fuyards s'étaient inconsciemment  engouffrés.

Tenant au départ une position confortable afin de prendre l'avantage sur leurs adversaires, l'équipe attaquante se vit rapidement contrainte de briser sa position pour ne pas se faire enfoncer par la charge aléatoire de ces montagnes de muscles en déroute. Le sol tremblait de tout les côtés, accompagné par les craquements secs des buissons volant en éclat et des raclements rauques. Au milieu de ce chaos, il fallait des nerfs solides et garder la tête froide. Former depuis quelques années à des formations de survie, Siruy grimpa immédiatement dans un arbre pour se mettre en sécurité et y attendre que l'ouragan passe.
En bon tacticien focalisé sur sa mission et se sachant hors de danger, le leader ne quitta pas d'un seul instant l'évolution de leurs cibles. Il se retourna tout de même un bref instant afin de vérifier si ses camarades avaient réagi de la même manière que lui. En réponse à son interrogation, un intense flash lumineux suivit d'un crépitement survint d'entre les troncs. L'ünik reconnut aussitôt l’œuvre de Krys. Quelques secondes après, les cris de Bak et Illiade retentirent à une quinzaine de mètres. Siruy lâcha un profond soupire tout en sautant à terre. Ces imbéciles venaient griller leur couverture et leur manque de vigilance risquait en plus de leur coûter la vie. Un véritable gâchis pour la mission si cela se produisait.
Il arriva à l'endroit où se trouvait ses deux compagnons, tout de suite rejoint par l'ensemble de l'équipe.

-Tout le monde va bien ? s'enquit Hector. Encore alerte, le garçon tenait en main l'une de ses grenades aveuglantes qu'il appréciait faire apparaitre à l'aide du petit livre qui lui servait de dzêta.

Bak se trouvait assis contre un arbre, une tâche sombre grandissait petit à petit au niveau de ses côtes de droite. Illiade s'attelait à lui prodiguer les premiers secours en utilisant un morceau de sa tunique pour en faire un bandage de fortune, cependant son bras gauche avait également subis un choc et chaque geste lui tirait une grimace de douleur.  Le moral du groupe en prit un coup. Non seulement un de leur camarade se trouvait dans une fâcheuse position, sa blessure ne semblait sûrement pas superficielle et en plus, cela les handicapait lourdement avec la possible arrivée de l'autre équipe.

-Je...Je suis désolé.articula péniblement la victime.

-Cela aurait pu être pire, tenta de le rassurer la jeune fille rousse, également touchée et qui comprenait le désarroi de son coéquipier.
Au cas où, le groupe adopta une posture défensive tout en se préparant à réadapter un plan d'attaque. A la demande de Siruy, Jade repositionna ses yeux virtuels pour retrouver la trace de leurs adversaires. Elle ne mit guère longtemps à les retrouver étant donné qu'ils avaient simplement continué à avancer en marchant en ligne.
-Inutile d’espérer qu'ils nous aient pas repéré. jugea la tête de promotion en analysant ces nouvelles données.
-En ligne, ils couvrent plus de terrain pour nous repérer mais ils s'exposent beaucoup plu...

La phrase de John fût coupée par un grommellement rauque qui s'amplifia à grande vitesse. L'instant d'après, une imposante masse sombre surgit de derrière un arbre et chargea tout droit en direction des neufs üniks. La réaction de Siruy ne se fît pas attendre. La course du nago se stoppa net, comme si sa tête venait de rentrer en contact avec un mur invisible. Puis son corps se retrouva à quelques centimètres du sol, soulevé par une force mystérieuse. L'animal se débattait au poussant des cris stridents mais même sa puissante robustesse ne semblait venir à bout de ce qui le maintenait fermement entre ses serres.

-Saloperie qui nous fait perdre notre temps. lâcha Siruy avec désinvolture.

Cinq gerbes de sang éclatèrent à différents endroit du ventre de la bête avant que cette dernière ne se retrouve subitement déchiquetée en deux comme une vulgaire feuille de papier. Un froid se jeta sur le groupe en regardant les deux morceaux de chair s'écraser durement par terre. Tous redoutait l'ünik à la longue chevelure noire non seulement pour ses capacités hors du communs mais surtout pour ce dzêta dont seuls ses coéquipiers en connaissaient la vérité. Beaucoup d'hypothèses penchaient en faveur  d'une sorte de télékinésie , mais la réalité était tout autre. Dans le dos de Siruy se cachait une sorte de plaque duquel s'échappaient six bras télescopiques construits à base de nanomachines. Possédant une force herculéenne leur véritable puissance résidait dans le camouflage optique dont ils étaient pourvus. Seuls quelques très rares personnes avaient réussi à percer le mystère de cette arme redoutable, comme Ithilion grâce à sa faculté de pouvoir sentir chaque mouvement autour de lui.
Sentant que sa prestation n'avait pas laissé ses camarades indifférents, Siruy les rappela à l'ordre en ramenant la mission sur la table.

-Que faites-vous ? Il faut se bouger, ils ne sont plus qu'à quelques mètres de nous. Puisqu'ils sont en ligne, on va tous foncer sur l'un d'entre eux et le neutraliser. Ils sont suffisamment écartés pour ne pas pouvoir se porter secours immédiatement. Ainsi nous retrouverons un avantage. John, tu vas te servir de ton camouflage pour te rapprocher de l'objectif. Elle doit se trouver sur la piste, au centre de leur formation. Bak surtout tu ne bouges sous aucun prétexte. C'est parti
!

Aussitôt, tous s'élancèrent comme une seule et même personne droit devant. Leurs répliques de fusil pointés devant eux, prêt à tirer à la moindre apparition d'un membre de l'autre équipe. La situation n'exigeait plus de la discrétion et de la patience, maintenant la réussite reposait sur une action rapide et chirurgicale. Le premier contact ne se fît pas attendre. Une fraction de seconde plus tard, le corps du malheureux qui n'eut malheureusement pas le temps de réagir se retrouva allonger au sol, criblé par huit fausses balles mais inconscient. Williams était dorénavant hors jeu, mais ses alliés répondirent immédiatement à l’agression. Des échanges nourris se croisèrent dans toutes les directions à travers les innombrables obstacles qu'offraient la forêt.

Pendant ce temps, John s'approchait à grande vitesse de Sally. Excité par l'état de ses deux coéquipiers après l'épisode des nagos, il se jettera dans le combat sans aucun état d'âme. Surtout que par le passé, il avait un compte à réglé avec l'apprentie du prétentieux Ithilion. Le goût amer de l'humiliation subi par ce duo pathétique lui restait toujours en travers de la gorge. Alors pour sûr, il ne la ménagerait pas. Comme prévu, la fille se trouvait au centre de la piste, protégée de prêt par la redoutable Allister et Little. Il s'apprêtait profiter de l'élément de surprise que lui offrait son camouflage optique pour tirer sur cette dernière lorsque celle-ci pointa soudainement du doigt en sa direction. Allister tira aussitôt mais de façon hasardeuse et il s'en fallut de peu pour que l'attaquant ne soit touché. Celui-ci répondit d'un tir et se rua sur Sally en hurlant. Sous l'impact violent dû à la vitesse, les opposant roulèrent l'un sur l'autre durant quelques mètres.

                                                  ****
La boule d'angoisse grandissait dans le ventre d'Ithilion au fur et à mesure que le combat avançait. Ayant rejoint son poste une fois le danger des nagos écartés, il ne sentait plus que la signature de Sally très très proche de celle d'un membre de l'équipe attaquante.  Il serra les dents en reconnaissant son porteur.

-Ce petit fumier de John. Je vais lui greffer la peau de son p'tit cul de merdeux sur son visage si il y va trop fort sur elle...

En attendant, Sally ne pouvait plus que compter sur ses propres moyens. Elle allait devoir montrer  les progrès parcourus lors de ces dernières semaines. Son sourire revint. Cela sera vraiment douloureux pour lui de se faire humilier une deuxième fois par une fille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Mar 27 Sep - 18:20


Huit coups de feu retentirent. Les défenseurs eurent à peine le temps de voir Williams tomber au sol qu'ils durent répliquer. L'éloignement des uns et des autres les rendaient plus vulnérables, mais le but de leur mission était de mener Nancy vers leur destination. Alors que certains s'empressèrent d'aller aider leurs camarades au milieu des tirs, d'autres, Allister, Tatiana et Little en tête, s'éloignèrent et poursuivirent leur route en déviant un peu. C'était le deal qui avait été monté avec leur équipe. Elles suivirent donc un itinéraire vers la droite, tandis qu'attaquants et défenseurs se
Ce plan ne fonctionna cependant pas très longtemps. La main de Little se posa brutalement sur le bras d'Allister. Toutes firent aussitôt volte-face, et virent ce que Little désignait de son index. Camouflé à l'aide de son Dzêta, John fondit sur Sally. Allister tenta de tirer, mais elle le manqua de très peu. Il répliqua à son tour par un tir, dont la balle vint se loger entre les côtes de Tatiana. Prenant toujours plus d'élan, il finit par bondir sur Sally, à tel point qu'elle en fut déséquilibré. La violence du choc les fit rouler ensemble sur quelques mètres, sur la mousse et les feuilles mortes. Mais alors qu'ils allaient ralentir, ils chutèrent ensemble le long d'une pente toute proche, si glissante et abrupte qu'elle les mena une bonne dizaine de mètres plus bas.
« Nancy !! » entendit-on crier. Mais la voix n'obtint aucune réponse. Seul l'écho des tirs et les cris des combattants résonnaient dans la forêt. La soldate frissonna d'effroi.

Sally déboula jusqu'en bas alors que John la tenait fermement par le poignet. Elle avait le tournis et sentait qu'elle s'était cognée à de nombreux endroits. Son dos la faisait souffrir, ainsi que sa tête. L'espace d'un instant elle ne sut plus où elle était. Elle croisa le regard de ce type, hors de lui, qui l'avait lâchée par mégarde une fois qu'il s'était ramassé en bas. Elle jeta un regard perdu autour d'elle : son arme était un peu plus haut, coincée entre deux branches mortes. Si elle voulait la récupérer, elle devrait escalader un peu.
Pressante, Sally se dépêcha de remonter à quatre pattes, mais son adversaire lui attrapa la cheville pour l'attirer à lui. Elle glissa sur le sol humide et se retrouva à plat ventre près de John, qui malgré sa force, eut grand peine à l'immobiliser. Il n'y parvint pas : elle donnait des coups de jambes, se relevait, repartait, alors que lui, il la rattrapait, s'accrochait à sa combinaison, tirait dessus comme un forcené.
« Tu m'échapperas pas ! » la menaça-t-il, alors qu'il parvint à la saisir aux épaules et à la flanquer sur le dos. Malgré la résistance de la jeune femme, il parvint à se caler juste au dessus d'elle. Position scabreuse et répugnante. Un sourire sadique et dominateur se dessina sur son visage. Il se prenait pour un mâle fort, pour celui qui soumettait la fille. Sally sentit quelque chose en elle se rompre. Elle ne se laisserait pas faire. Elle ne se laissa pas faire. A défaut de son arme, il lui restait ses mains, ses dents, ses ongles, ses genoux. Se débattant comme un chat en colère pour se débarrasser de cette présence masculine au dessus de son corps, elle frappa, cogna, griffa, écorcha tout ce qu'elle put atteindre chez ce sale type : nez, yeux, joues, oreilles, ses ongles raclèrent son visage avec une sauvagerie dont personne ne l'aurait cru capable. Coups de genoux contre les côtes et le diaphragme, elle tentait de se lever sans relâche et repartait à l'assaut aussitôt qu'il la plaquait encore au sol.

Bientôt des coulures de sang creusèrent leur sillage sur la peau meurtrie de John, qui poussait des gémissements de douleur tandis qu'il essayait de maintenir cette furie au sol. Bientôt, elle le gêna tant et si bien qu'il décida d'employer les grands moyens. Une de ses grandes mains vint se plaquer avec violence contre le cou de Sally. Ses doigts serrèrent la gorge si fort qu'elle arrêta ses attaques, et s'empara d'une main du poignet de son agresseur. Sally dévisagea John, dont le visage était couvert de coupures et d'ecchymoses. Elle ne l'avait pas raté, mais elle l'avait énervé. Elle commençait à avoir du mal à respirer. Lui l'observait de ses yeux injectés de sang, la mâchoire serrée et l'air particulièrement belliqueux.
« Pour qui tu te prends, espèce de pétasse... » susurra-t-il, en écrasant toujours plus de force sur la trachée de Sally. Alors qu'elle se sentait partir, presque asphyxiée, elle s'empara à l'aide de sa main libre de la petite dague qu'elle portait sanglée à sa cuisse et d'un geste précis en planta la lame de celle-ci profondément dans l'épaule de son agresseur. Un épais jet de sang coula lorsqu'elle la retira. John hurla de douleur et lâcha Sally, qui profita de l'occasion pour se défaire de son emprise aussi vite qu'elle le put, en toussant douloureusement. Elle se retourna et recommença son ascension vers son arme. Mais cette fois, lorsque le garçon, hors de lui, tenta de la rattraper, elle lui asséna un coup de pied en pleine face. Fracture de la cloison nasale. John avait désormais un bras et le nez en sang. Sally atteignit son arme quelques mètres plus haut, s'en saisit et grimpa encore un peu. En bas, John se tordait de douleur et tentait tant bien que mal de s'emparer de son fusil pour tirer sur la jeune femme.

C'était peine perdue. Tâchant tant bien mal de garder son calme et aussi sérieuse que possible, Sally s'accroupit, positionna la crosse de son arme sur son épaule, et fit descendre le viseur jusqu'à ce que le torse de son adversaire soit en ligne de mire. Elle bloqua sa respiration, une seconde, et pressa la queue de détente sans hésiter. Le canon cracha la balle. Le bruit du coup de feu qui claque résonna dans la forêt, à leurs oreilles, entre les arbres et les ombres autour d'eux. Un instant plus tard John avait roulé sur le côté, inanimé. Hors jeu à son tour. La Paria baissa son fusil en expirant.
« Tu l'as pas vue venir celle-là » murmura-t-elle, de sa voix cassée.
Elle se laissa tomber un instant sur le derrière, toussant et tremblant. Elle avait très mal à la gorge, elle sentait que ses muscles étaient meurtris. Mais par dessus tout, elle avait eu peur, vraiment très peur que John ne la tue. Elle avait pu lire dans ses yeux clairs une envie de meurtre irrépressible, celle qui happe le cœur de ceux dont l'esprit est possédé par la haine. Elle demeura là quelques secondes, pour reprendre ses esprits et son souffle, avant de remonter en haut de la pente.

A peine en avait-elle atteint le sommet que la main de Simon s'empara de la sienne. Sally fut propulsée sur ses deux jambes. Elle, son compagnon ainsi qu'Allister, Tatiana et McMillan coururent droit devant eux.
« Bien joué Nancy ! lança Allister. On fonce ! Les autres nous couvrent juste derrière, il ne faut pas traîner ici ! »
Sally osa un regard derrière elle. Simon, qui ne la lâchait pas d'une semelle, lui expliqua qu'ils n'avaient pu venir l'aider car les autres leur étaient tombé dessus comme la foudre. Ils s'étaient alors réunis et avaient formé une ligne de front défensive pour les empêcher de l'atteindre. La course empêcha Sally de voir qui était qui, mais elle était certaine d'une chose : il y avait plusieurs corps à terre, inertes et tordus. Peu importait qu'ils soient venus l'aider ou pas, elle avait pu se débarrasser de ce type. Elle y était parvenue seule. Un souffle d'énergie s'empara de son cœur, tant et si bien qu'elle avait l'impression que ses jambes peinaient moins à la porter. Elle y était parvenue.

¤¤¤¤¤¤¤¤

« Quel bain de sang » commenta Ethan, alors que les combats se diluaient à l'écran. « Cependant je ne suis pas certain que Clarkson aille bien loin.
- Leurs adversaires sont coriaces, mais la mission consiste malgré tout à emmener Nancy à un point précis » répondit Dawkins.
Il osa un regard vers Cecil, qui s'était enfin un peu déridé. Pendant l'affrontement qui avait opposé la jeune femme à John, c'était tout juste s'il avait respiré. Dawkins savait que jamais le majordome ne l'admettrait, mais il avait eu peur à ce moment-là, très peur de la perdre. Alors que lui et Ethan avaient suivi la scène en silence, éberlués de voir cette jeune femme si douce capable de tant de violence, Alaryk n'avait pu garder son calme : ce petit connard de John méritait qu'on lui crève les yeux avec la queue d'une petite cuiller ! Un soupire de la part de Cecil se fit entendre. Les défenseurs couraient vers leur cible. Jusqu'à quand pourraient-ils encore avancer ? Ils avaient vu ce dont était capable Siruy, et il semblait difficile de contrecarrer son Dzêta. A moins que la présence de la Paria ne soit une gêne trop conséquente...
« Si l'on résume la situation, poursuivit Ethan en lisant les notes qu'il avait prises sur un petit carnet, parmi les défenseurs il reste Clarkson, Strauss, Davis – bien qu'elle soit blessée, Matthews, McMillan, Little et Nancy. Sont HS Williams, Jones et Prescott.
- Lécher l'cul de leurs potes ça leur aura pas servi à grand chose cette fois » railla Alaryk en faisant allusion à Krys et à cette tête de nœud de major de promo.
« Clarkson a réussit à mettre Bak et Illiade au sol. Davis a blessé Krys en lui tirant dessus, et Siruy s'est mangé une lame et une balle de la part de Strauss. Mais ces deux-là sont encore en piste.
- N'oublions pas John. Je ne pense pas qu'il s'attendait à être aussi malmené par notre petite apprentie.
- C'est un loup en peau d'agneau, finalement » s'amusa Dawkins.
C'étaient là les actions notables de la partie. Cecil ne disait toujours rien. Il oubliait le monde qui tournait autour de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chevalier Ailé (Ithilion)


RPG
Âge : 23
Groupe: Elite
Inventaire: Bourse sans fond

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Dim 2 Oct - 18:55

Comme attendu, le premier choc entre les deux équipes avait été rude.  Six candidats se trouvaient dors à présent à terre et il fallait compter la consommation éprouvante d'énergie de la part des survivants, ajouté à d'éventuelles blessures. Statistiquement, la balance de l'avantage ne penchait toujours pas en faveur d'un côté avec ces trois pertes pour chacun des camps..  Toutefois, depuis le départ ce résultat se trouvait biaisé par le simple fait qu'il s'appuyait sur l'hypothèse que Sally ne ferait pas intégralement partie de la puissance de l'équipe d'escorte, considérant son cas  plus comme un poids morts à protéger qu'à une membre à part entière. Une grave erreur d'évaluation qui aura d'ailleurs coûté cher à l'un des attaquants.
Exprimant son bonheur au travers d'une joyeuse mélodie sifflotante, Ithilion descendit la pente qu'avaient déboulé sa disciple et son adversaire quelques minutes plus tôt afin de rejoindre le corps encore inerte de John. Il ne revenait pas que cette fragile ingénue qu'il avait recueilli à peine trois mois plus tôt s'était défaite toute seule d'un jeune homme entrainé au combat depuis son enfance. Les traces de la joute laissées dans le décors n'échappèrent pas aux yeux aiguisés du Chasseur Ailé.  Son expertise en pistage lui permit presque reconstituer chaque instant de la scène. Lorsqu'il arriva à hauteur de  l'amas de chair et de sang qu'avait laissé Sally derrière elle, il ne put retenir un commentaire à haute voix devant l'étendu des dégâts.

-Et beh mon gars, tu avais plus de chance de te faire frapper par la foudre....


Lui même n'arriva pas pleinement à croire que toutes ces marques empreintes d'une profonde violence provenaient des mains de sa disciple. Cet avorton avait du la pousser dans ces derniers retranchements pour essuyer les coups d'une telle furie. Le résultat n'en devenait que plus plaisant. Ce John y réfléchira à deux fois à l'avenir avant de s'en prendre à elle.
Bien que la douce tentation d'abandonner cet apprenti détestable au triste sort que lui réserverait la forêt chatouillait son fort intérieur, Ithilion, qui était chargé de rapatrier les corps inanimés, dût se résoudre à lui empoigner la cheville droite et le trainer comme un vulgaire sac dont le contenu le répugnait à la zone de rapatriement.

-Fini la drague pour toi...

***

Plus loin, une intense et douloureuse course poursuite s'engageait.  Après s'être juste assuré d'un rapide coup d’œil qu'aucun danger mortel ne guettait les coéquipiers au sol, Siruy et ses cinq acolytes partirent immédiatement en chasse de ce qu'il restait de l'escorte. L'inébranlable volonté de ces jeunes gens portait leurs courses, allant jusqu’à leur faire oublier les intenses décharges électriques qui traversaient leurs membres abimés ou endoloris. Pourtant, la fatigue commençait à réclamer son dû sur les muscles en efforts depuis des heures, et les poumons en feu supportaient de moins en moins cet atmosphère lourd qui rendait le souffle difficile.
A présent derrière dans la course, Siruy savait pertinemment que leurs adversaires profiteraient de cette avance pour se jeter corps et âme vers l'arrivée.  Il allait falloir les rattraper coûte que coûte et ne lâcher leurs pas sous aucun prétexte.  Ses excellentes qualités physiques lui permettaient de tenir le choc, il en profita pour servir de locomotive à son groupe et espérer les entrainer avec lui dans son élan.

Trop loin pour tenter des tirs, le défenseurs tenaient une cadence remarquable. Heureusement pour eux, Krys ne pouvait se servir directement de son dzêta pour des raisons évidentes. En effet, il ne pouvait maitriser la puissance de la foudre qu'il manipulait et cette épreuve, aussi dure était-elle, ne tolérait pas les homicides volontaires entre candidats. Ce désavantage avait évidemment joué sur la confrontation. Privé de son atout face à des opposants qui maniaient habilement le leur, Krys n'était pas passé loin de l'élimination.  Il devait son salut à sa forte ténacité ainsi qu'à la couverture de sa coéquipière omnisciente sur un terrain de combat. Le dzêta de Jade la rendait presque impossible à surprendre et lui permettait d'avoir un coup d'oeil global sur les évènements. Cette dernière n'avait rien à envié à Siruy en terme de tactique, surtout qu'elle possédait plus de clés pour anticiper et décider en conséquence.  Seul le caractère écrasant et borné de Krys l'empêchait de prendre les rênes de son groupe pour imposer ses décisions, ce qui pourtant ne l'empêchait pas d'engager de bonnes initiatives lorsque s'en présentait l'occasion. Comme dans le cas présent. Décidée à couper cette course au plus cours, elle envoya ses drones non-plus en éclaireurs discrets mais en assaillants fugaces. Tel un escadron d'énormes moucherons, les boules métalliques se mirent à tournoyer dans les jambes des fugitifs qui n'eurent d'autres choix que de ralentir pour ne pas trébucher.
Une ouverture précieuse dans laquelle ne manqua pas de s'engager les attaquants en chargeant de plus belle. Cette opportunité venait comme par magie d'effacer toute la  dette de l'usure emmagasinée par leurs organismes. Les quelques mètres séparant les deux groupes furent réduit de moitié en une poignée de secondes.
Poursuivant son œuvre de déstabilisation,  Jade réagit immédiatement lorsqu'elle vit par l'intermédiaire de l'un de ses yeux virtuels que la jeune Little se mit à trébucher. Elle braqua dans le même temps son arme en sa direction,  bloqua sa respiration et tira. Le trait lumineux traversa le champs de bataille pour se loger en plein dans le ventre de l'ünik.

-Bien joué Jade ! déclara Siruy en accélérant. En avant, on les tient !

Au même instant, et alors qu'il ne restait qu'une vingtaine de mètre les séparant de leurs adversaires, le sol entra mouvement. Matthews leur faisant volte-face tentait de reproduire le même plan qui avait fonctionné contre la charge des Nagos. De véritables vagues de vibration soulevèrent le sol, obligeant la course à se stopper net. Tous essayait tant bien que mal à garder leur équilibre tandis qu'une gigantesque faille déchirait la croute de la terre.
Hector décida alors d'entrer en action. Il se saisit de son dzêta et écrivit aussi bien qu'il put sur une page vierge les mots "Grenade Aveuglante".  La page du livre s'illumina et l'objet désiré se trouva l'instant d'après dans la main de l'Ünik. Sans attendre, il la balança en direction de Matthews avant de se protéger les yeux et de prévenir ses camarades d'en faire autant. L'intense flash lumineux eut pour effet d'éblouir le responsable du tremblement de terre qui en lâcha immédiatement le contrôle. Le calme revenu, Siruy et Krys bondirent en avant , tirant tout en courant  pour empêcher leurs adversaires de reprendre leurs esprits. L'un des tirs toucha l'épaule de Matthews qui eut cependant le réflexe de se jeter au sol pour ne pas recevoir un tir fatale.

-Krys, on met hors jeu Allister. commanda Siruy en repérant la cible en question.

-La ferme, je sais ce que je dois faire !

La riposte de l'équipe de défense ne manqua pas de se faire attendre, mais Krys avait prévu le coup. Ses gants se mirent à grésiller, parcourus part un intense courant électrique et lorsqu'il abattit les poings vers le sol, d'impressionnants éclaires s'en échappèrent suivis d'une retentissante explosion. Si il ne pouvait viser directement ses adversaires, il s'était servi de son arme pour soulever un nuage de terre et de poussière afin de se créer une couverture.
Une balle perdue se ficha tout à coup dans sa cuisse, mais telle une bête furieuse, il continua son assaut en direction d'Allister. Vu son état, le combat allait s'avérer compliqué, mais s'était sans compter l'aide de son rival. Il allait être très difficile d'arrêter ces deux guerriers hors paires dans l'accomplissement de leur objectif.[/b]
****


Cette fois, ça y était. Tout les juges analysaient avec une extrême attention ce qui se profilait comme étant le dernier acte. L'ultime tentative de l'équipe attaquante dans laquelle il dévoilaient apparemment tout leurs atouts, forçant l'autre équipe à en faire de même. Pour l'heure, impossible de s'aventurer à  un éventuel prognostique. Le suspens était à son comble et le résultat se jouera sans doute à des micro-détails.
Dans tout les cas, la promotion de cette année ne décevait pas les attentes. Promise comme l'une des meilleurs générations depuis un certain moment, le spectacle qu'ils offraient régalait tout le corps supérieur ainsi que les enseignants qui avait formés ces jeunes durant de longues années. Un sentiment de fierté planait déjà à l'intérieur du chapiteau principal. A moins d'un véritable fiasco lors de ce dernier round, les adoubements étaient dors et déjà attribuées. Toutefois, il restait un enjeu important pour la disciple du maitre Gwendilan car elle devait impérativement remporter la partie pour rester au sein des Chasseurs Ailés. Klegan ne l'oubliait pas et c'était la raison pour laquelle il gardait un oeil spéciale sur cette mystérieuse Nancy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Mer 5 Oct - 19:27


Le groupe de défenseurs, qui avait accusé une avance non négligeable sur les attaquants qui les poursuivaient, virent très vite un essaim de drones sphériques se diriger droit sur eux. Les machines, volant près du sol, virent se mêler à leur pas, si bien que les Üniks durent ralentir pour ne pas trébucher dessus et chuter. Seule Little commis cette erreur, qui lui fut fatale : Krys profita de son déséquilibre pour lui tirer une balle dans l'abdomen. De son équipe ne restait plus que Matthews, qui poursuivit sa course la rage au cœur. Agacée par ces assauts incessants, ces grenades aveuglantes et le fait que ses séismes n'arrêtaient pas leurs adversaires, la jeune femme se décida à leur porter un coup plus violent. Elle se rapprocha de Simon, qui tenait Tatiana par le bras afin d'éviter de la perdre en chemin – bien qu'elle fut blessée, il avait refusé l'idée de l'abandonner derrière eux.
« Davis, multiplie ça ! » cria Matthews en lançant à l'intéressée un gros caillou qu'elle avait ramassé pendant la débandade. Tatiana s'empara de l'objet et agit comme le lui avait indiqué sa partenaire. Matthews compléta aussitôt cette action par sa maîtrise de la terre : elle fit léviter les petites roches, présentes par centaines autour d'eux, et d'un geste sec les projeta toutes en direction de leurs poursuivants. Les attaquants durent essuyé de plein fouet une véritable tempête de cailloux durs et coupants qui les aveuglèrent, leur meurtrirent les muscles sous l'effet de l'impact et les gênèrent, l'espérait la jeune Ünik, suffisamment pour refréner leurs ardeurs pugnaces. La dénommée Jade reçut toute une salve en pleine tête, ce qui l'assomma et la cloua au sol pour le reste de l'épreuve. Matthews esquissa un sourire satisfait. Les lâches qui tiraient sur les personnes déjà à terre ne méritaient que cela ! Surtout lorsque ladite personne était un de ses précieux partenaires.

La hargne de Matthews n'avait d'égal que l'inquiétude d'Allister, qui n'aimait pas du tout ce ralentissement auquel ils avaient été contraints. Tous avaient du faire attention, sauf Nancy, que les drones n'avaient pu atteindre. Jade maîtrisait son Dzêta avec la précision d'un chef d'orchestre, il était incroyable que cette jeune fille sortie de nulle part possède un pouvoir d'anéantissement si puissant... Sans cesser de courir, Allister analysait de son regard aiguisé leur situation. La blessure de Krys ne semblait pas l'avoir handicapé autant qu'elle l'aurait voulu. Au contraire, la douleur avait réveillé en lui une fureur telle que ses forces les plus enfouies refaisaient surface. Face à cette ivresse folle, cette détermination à les écraser, on ne pouvait qu'être impressionné. La si solide Allister commençait à être acculée. Ce n'était pas bon, c'était ce qu'ils voulaient.
« Nancy, s'époumona-t-elle, cours droit devant sans te soucier de nous !
Force était de constater qu'elle les attendait, qu'elle ralentissait elle aussi pour ne pas trop les distancer. Mais c'était trop tard pour eux, ils devraient de nouveau faire face.
- Fais ce que te dit Clarkson ! renchérit McMillan, devant le regard inquiet de l'intéressée.
- On te rejoint ensuite, fonce ! »
Les paroles de Tatiana furent celles qui convinrent Sally. Comme il n'y avait plus d'autres options, la petite Paria s'enfonça dans la forêt, en zigzagant derrière les troncs épais, jusqu'à ce que les ombres de la forêt aient totalement engloutis sa silhouette. Désormais, les défenseurs et leur protégée étaient séparés.

Allister échangea un regard entendu avec ses partenaires. Puisqu'ils n'avaient plus le choix, ils devraient jouer une nouvelle carte, peut-être la dernière, afin de se débarrasser des plus dangereux de leurs poursuivants, sans quoi ils allaient tous finir comme Williams, Little et les autres. Il était temps pour Allister d'utiliser son Dzêta. Elle jeta un regard en biais à Krys, qui se trouvait non lin d'elle.
« C'est fini pour toi, espèce d'enfoiré » grommela-t-elle.
Dès que la jeune soldate effleura le collier ras-le-cou qui lui étreignait en permanence la gorge, elle disparut dans un flash. Elle n'était cependant pas qu'invisible : ce pouvoir la plongeait dans une sorte de dimension hors du temps, où tout était fait de noir et de blanc, et où chaque chose, chaque être vivant, était perçu par elle comme ralentit à un point extrême. Personne encore ne savait si ce Dzêta permettait de ralentir le temps, ou bien si c'était Allister qui devenait très rapide, toujours était-il que la jeune femme ne ratait jamais sa cible lorsqu'elle l'utilisait. C'était cependant un pouvoir très coûteux en énergie, à tel point qu'elle était limitée à une seule utilisation par jour. C'est pourquoi elle n'employait ce pouvoir, Shady Race, qu'en dernier recours.

A présent que tout autour d'elle tournait au ralenti, elle pouvait voir absolument tout. Les jambes de ses coéquipiers se déployer aussi lentement qu'éclosent les fleur, leurs cheveux remuer tout doucement sous la houle de leur course, ainsi que les gestes de leurs adversaires. Droit devant elle, puisqu'elle s'était retournée, se trouvait le visage de Krys. Un visage déformé par un rictus sardonique, un de ceux qui présagent un combat rude et sans pitié. Son regard brillait d'une détermination assassine, qui lui donnait un air des plus fous. Ce type était terrifiant. Siruy était dangereux lui aussi, mais il ne laissait pas ses sentiments prendre le pas sur son esprit. Un bon travail d'équipe permettrait d'arriver à bout de lui... Mais Krys, qui n'était plus qu'une bête sauvage, devait être arrêté en priorité. Là s'arrêta la contemplation d'Allister, qui dégaina son arme. Puisqu'elle n'était pas ralentie, elle courut en arrière jusqu'à se trouver à bonne distance de son adversaire. Elle chargea la carabine puis s'accroupit, avant de viser le cœur de Krys afin d'être sûre et certaine que cette fois la blessure – bien que factice – l'empêcherait de se relever. Elle pressa la détente, et en tournoyant à la vitesse de l'éclair dans cet univers lent, la balle vint se loger dans le poitrail de Krys. L'onde de choc du coup rida son corps tout entier, qui fut projeté en arrière comme si une main géant l'avait brutalement retenu. Allister désactiva son Dzêta aussitôt qu'il eut les yeux fermés. Alors que le monde reprenait sa vitesse normale, sans que personne ne l'ait remarqué, le garçon tomba lourdement sur le sol de la forêt profonde.
« Krys, hors jeu » souffla tout doucement la jeune femme, en se relevant. Triomphe solennel.

Elle reprit aussitôt la course, bien que la tête lui tournait. Simon, qui avait entendu un attaquant hurler le nom de Krys, comprit immédiatement ce que venait d'accomplir sa très talentueuse camarade. A ses yeux, bien qu'elle ne soit pas la tête de la promotion, c'était elle la plus classe de tous les aspirants. Le bruit d'un coup puissant se fit entendre derrière eux : McMillan avait envoyé Hector au tapis, alors qu'il s'était rapproché de lui au cours de leur fuite irréfrénée. Si le combat au corps à corps n'était pas la spécialité d'un tireur d'élite, lui, en était spécialiste. Peu de gens résistaient à ses poings d'acier lorsqu'il se servait de son Dzêta.
« Plus que quatre ! s'écria Simon à l'attention de ses camarades. Nous avons l'avantage !
La main de Tatiana se posa sur son épaule.
- Sim... Laisse-moi ici, lui demanda-t-elle, toute pâle et grimaçant de douleur. La blessure qu'elle avait reçu aux côtes et à la hanche la faisait trop souffrir. Je ne fais que vous ralentir.
Le garçon écarquilla des yeux bouleversés. Tatiana était dans un si sale état ? C'était impossible... Jamais elle n'abandonnait !
- Non... Tati', si je te laisse, tu vas...
- Peu importe, j'ai une idée. Fais ce que je te demande »
Le ton de la jeune femme était sans appel. D'un petit sourire implorant et encourageant, elle confia la suite de la mission à ses partenaires. La mort dans l'âme, Simon se résigna à agir selon le souhait de sa plus chère compagne. A peine eut-il lâcher son bras qu'elle tomba au sol, en gémissant de douleur et regardant les autres s'en aller droit devant. Mais comme il lui restait malgré tout quelques forces, elle se positionna en joue, à plat ventre, et n'eut à attendre qu'une fraction de seconde pour que les attaquants qui poursuivaient encore le groupe ne lui passent au dessus. Elle visa au hasard l'un d'entre eux, et lui tira une balle dans le bas du dos, en plein milieu. Elle ne put voir qui elle avait atteint, car ses paupières se fermaient inéluctablement. Avait-elle fait de son mieux ? Courage, Simon. Allister, toi et les autres allez réussir. Ne laissez pas Nancy seule trop longtemps. La tête de Tatiana reposa doucement sur le sol.

« Davis, hors-jeu » dit Ethan.
Le QG était silencieux. La tension était à son paroxysme. D'un côté : Siruy, Allan, Kled et Mello. D'un autre : Allister, Simon, David McMillan et Emily Matthews. Qui allait l'emporter finalement ?

Au loin, bien plus loin que le reste du groupe, Sally courait comme une dératée, le souffle court, les poumons et la gorge en feu, tandis que ses yeux pleuraient des larmes arrachées par la vitesse de ses pas. Une boule, acide et amère, roulait dans ses entrailles dévorées par la peur et l'angoisse. Où allait-elle ? Pour quoi faire ? Le regard de John perça à nouveau dans son esprit, la douleur de sa gorge se réveilla. Inexplicablement, elle avait peur. Pourquoi était-elle là ? Elle entendit la voix de Sullivan lui souffler qu'elle ne serait jamais libre, qu'elle lui appartenait. Qu'est-ce qui l'avait poussée ici ? Pourquoi devait-elle vivre cela ? Perdue dans les ombres de la forêt, Sally ne sentait pas que petit à petit son esprit perdait pied.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chevalier Ailé (Ithilion)


RPG
Âge : 23
Groupe: Elite
Inventaire: Bourse sans fond

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Dim 9 Oct - 14:16

La seconde contre-attaque de leurs adversaires fût d'une violence inouïe. Avec la rage d'animaux sauvages acculés de plus en plus dos au mur, ils se retournèrent pour engager une réplique redoutable. L'extrême vigilance de Jade ne suffit pas, elle sut que ses capacités ne lui permettraient  de se sortir d'une telle pluie d’agressivité.  Elle se retrouva l'instant d'après à terre, percutée par une dizaine de rocs sifflants dans l'air. Inconsciente.
Face à l'élimination aussi brutale de sa coéquipière, Krys entra alors dans une colère noire. Le genre d'état  pour lequel l'ünik était tant redouté. Une tempête sombre balaya presque toute humanité à l'intérieur de ses pensées. Seul l'unique envie d'exterminer le déclencheur de cette furie subsistait. Un oeil de cyclone sanglant qui blindait totalement sa volonté de la raison, de la douleur ou de la pitié. Toute l'intensité de cette rage traversa son corps pour se concentrer dans ses poings dans un crépitement assourdissant. Quelques arcs électriques survoltés s'échappaient entre ses phalanges, tempérant toute la tension entrain de s'y accumuler.  Il n'était plus question de prendre des pincettes pour arriver à ses fins. Bien au contraire, l'épreuve se transformait à  ses yeux en un véritable match à mort au fur et à mesure que se concentrait chaque goutte de frustration et de dégout à l'idée de perdre.
Débout à découvert sur le champ de bataille, semblant ne même plus craindre le tir des balles, Krys apparaissait comme une entité effrayante. Occupé à ne pas se faire toucher par Davis et Emily dont il était devenu la nouvelle cible, Siruy se savait trop loin pour tenter de ramener son rival à la réalité. Pour peu que cela pouvait être possible. Le problème, si la foudre de Krys parvenait à faire mouche, le résultat risquait d'être tristement sans appel. Le contexte de l'épreuve ne justifiait pas le meurtre de deux camarades de la promotion, surtout qu'elle consistait en une infraction aux règles qui ne lui apporterait que des ennuis par la suite. Pour ces deux raisons, il s'apprêtait à sortir de sa couverture pour l'arrêter lorsque son regard capta la soudaine disparition d'Allister.
Un ou deux clignements d'oeil plus tard, Krys s'écroula en arrière, tandis que la jeune femme réapparaissait à ses pieds. Le dzeta de cette guerrière prometteuse mettait même Siruy mal à l'aise tellement il semblait imparable. Pourtant, si le hors-jeu de Krys privait l'équipe d'un gros potentiel d'attaque, le tacticien à la tête de la promotion avait appris au fil des années que la contrepartie de cette capacité en terme d'utilisation coutait assez chère à son utilisatrice. En somme, Allister était à présent d'avantage vulnérable. Une faille qu'il exploiterait impitoyablement et sans perdre de temps.

Alors que les défenseurs encore en piste reprenaient la direction du point d'arrivée, Siruy fût rejoint par le reste de son équipe, composée que par Mello et Kled. Le corps allongé d'Allan au milieu de la piste dans l'axe de la où se trouvait Tatiana suffisait à expliquer la situation. En comptant la cible, qui s'était manifestement défaite des griffes de John, cela menait à du trois contre cinq. La victoire ne penchait en faveur d'aucun côté. Tout en se remettant en chasse, Siruy exposa alors son plan :

"Bien qu'Allister soit une excellente tireuse, elle ne pourra pas utiliser son dzêta dans l'immédiat. On la met K.O quoi qu'il arrive."


L'ensemble hocha la tête en signe d'adhésion à la directive. La fatigue se faisait sentir plus que jamais mais l'approche imminent du point final à cette épreuve motiva le groupe de plus bel. L'écart entre les deux équipes se comptait qu'en une quarantaine de mètres. Une distance insignifiante pour des tireurs d'élite, même en pleine course. Siruy décida alors d'engager cette nouvelle offensive. L'une des immenses mains invisibles attrapa Mello avec délicatesse et le souleva dans les airs en maintenant une position stable. Celui-ci réagit aussitôt en armant son tir. La balle factice toucha l'épaule d'Allister qui malgré l'impact garda son équilibre. Cependant, si en temps normal et en prenant en compte la situation, elle aurait parfaitement encaissé cette blessure, c'était sans compter l'effet pervers du dzêta du tireur. Ce dernier possédait la capacité de supprimer l'un des sens de ses victimes à l'aide de son pistolet spéciale. Cela signifiait qu'à présent, la commandante du groupe de défense risquait d'être fortement handicapé par la privation de l'un de ses repères les plus fondamentaux.
Un nouveau tir détonna mais cette fois, un mur de terre vint faire obstacle à sa trajectoire, obstruant en prime la vue des attaquants de par sa hauteur.  Alors qu'ils allaient dépasser l'imposante œuvre d'Emily, celle-ci en surgit prenant ses poursuivants totalement au dépourvu. Profitant de son avantage, son arme fît feu en pleins dans le thorax de Millo avant que Siruy ne la plaque violemment contre sa propre cloison à l'aide de son dzêta. La tête de la jeune fille ne supporta pas la violence de l'impact, elle s'assomma sur le coup.

-On ne perd pas de temps.
cria alors Siruy à Kled, Sinon on va les perdre !

-Mettons leur le coup de grâce ! enjoignit son dernier coéquipier encore debout. Catapulte moi Si'!

Membre de la même équipe depuis tout petit, Siruy connaissait parfaitement le potentiel de son ami. Il lui jeta un regard entendu et le projeta de toutes ses forces devant lui. Devenu un véritable boulet de canon, Kled rattrapa les fuyards en une poignée de secondes. Aussitôt à leur hauteur, Davis et Simon se retournèrent en alertant Allister mais cette dernière ne sembla pas réagir à leur cri d'alarme. Dans la précipitation de riposte leurs tirs touchèrent l'attaquant à la hanche, puis à la tête, mais lui laissèrent le temps d'activer son dzêta. Une sorte de boule lumineuse s'échappa de la main de Kled et lorsqu'elle toucha le sol, le ciel sembla subitement se comprimer vers le sol. Comme une imposante charge invisible qui obligèrent les jambes des défenseurs à fléchir sous leurs propres poids. A l'exception de Nancy, ses trois gardes du corps se retrouvèrent cloués au sol par une importante augmentation de gravité dans la zone du dzêta. Impossible de lutter sous la contrainte de l'une des forces fondamentales de l'univers.

Siruy contourna la zone dangereuse sans s'en préoccuper. Kled venait de lui offrir la victoire sur un plateau d'argent. Toute l'équipe de défense était à présent hors jeu, il ne lui restait plus qu'à mettre la main sur la disciple d'Ithilion. Pour autant, le dzêta inhibiteur de cette petite n'allait pas lui rendre la tâche forcement facile. Un drôle de sentiment le mit en alerte. Pourquoi son instinct lui intimait de se méfier ?
*****

"-Et bien voila, c'est terminé
. s'avança un juge après avoir assisté à la réalisation de Kled.

-Siruy ne va avoir aucun mal à neutraliser sa cible
. commenta un autre. Cela aura été une belle confrontation.

Dans la tente principale, le résultat ne faisait maintenant plus aucun doute. Les référents des équipes attaquantes jubilaient, tandis que ceux de l'équipe défenseur gardèrent le visage ferme ou soupirèrent de déception. En réalité, ils savaient que la victoire ou la défaite en elle même n'influençait pas sur la promotion. Il s'agissait d'un mensonge pour motiver au maximum les participants car c'étaient bien leurs agissements individuels et collectifs qui seraient au final jugé. Toutefois, remporter l'épreuve rapportait un prestige supplémentaire  autant pour l'élève que pour le maitre qui facilitait souvent la progression au sein des Chasseurs Ailés.
Toujours immobile dans son fauteuil, Klegan ne participait toujours pas à l'humeur général. En tant que vétéran, il savait pertinemment qu'une mission n'était jamais terminée tant que l'objectif n'était pas rempli. Si cela semblait être une formalité qu'un garçon aussi talentueux arrive à maitriser la disciple d'Ithilion, il fallait se souvenir que cette dernière avait tout même mis en-dehors d'état de nuire un apprentie en passe de devenir Chasseur Ailé. Son regard de statut ne lâcha pas l'écran. A l'instar de son maitre au par avant, ce foutu morveux aux cheveux blancs cultivait l'art de l'imprévisible. Un pressentiment le poussait à croire qu'il s'agissait d'un savoir qui, pour son plus grand malheur, se transmettait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'important, c'est de participer. Pv Sally.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Design - Hiver 2011 | IMPORTANT |
» Dans la vie , il est important de savoir perdre que de savoir gagner. A 70 ans ,
» L'important n'est qu'un détail, mais les détails sont importants selon Monsieur
» Philosophie : vous etes tous convié à participer ...
» Eric de Branford [Un PERSONNAGE IMPORTANT dans la nouvelle vie de Megan] [LIBRE]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Hoshizora :: La Forêt Profonde
-