N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

L'important, c'est de participer. Pv Sally.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Dim 16 Oct - 18:48


Sally courait à perdre haleine dans la Sylva depuis plusieurs dizaines de minutes, droit devant elle, sans chercher à savoir ce qui se tramait derrière elle. Les cris poussés et les râles de douleur avaient ébranlé davantage sa conscience fragile, si bien que dorénavant elle ne voyait plus rien que ce qui se trouvait juste devant elle. Cette forêt dense, sombre et humide, dans laquelle elle n'avait aucun repère. Bien qu'elle eut les poumons et la gorge complètement enflammés, elle ne ralentissait pas et progressait toujours plus au travers de l'inquiétante végétation. Elle se tordit les chevilles dans des racines tortueuses, s'emmêla les cheveux dans des petites branches, s'écorcha les joues et les mollets sur des roches ou des épines, et finalement, elle trébucha contre un obstacle qu'elle n'avait pas vu. La dureté de l'impact la ramena peu à peu à la raison, alors qu'elle sentait ses émotions couler lentement sur ses joues. Elle se redressa et s'essuya le visage d'un revers de poignet. Ses grands yeux clairs fixèrent un instant ses doigts, salis par la terre, qui frémissaient vivement.
« Garde ton calme. Il ne faut pas que tes mains tremblent » lui avait dit Ithilion la première fois qu'elle avait tenu une arme. Elle avait été impressionnée par la violence de cet objet en métal froid, pourtant si petit. Il s'était posté juste derrière elle, une main sur son épaule, et lui avait soufflé ce conseil en regardant droit vers la cible, devant eux. Il ne faut pas que tes mains tremblent. Le souvenir de la voix rassurante de son ami calma peu à peu Sally, qui finit par s'asseoir en soupirant longuement. Elle renifla et se débarrassa des mèches de cheveux qui encombraient son visage. Ses muscles se détendirent, jusqu'à ce qu'elle ne tremble plus. Elle était encore en proie à une vive émotion, à un stress intense, mais elle put dominer ce qui aurait causé sa perte si elle ne s'était reprise. Pourtant, dans son regard luisait quelque chose de différent, comme si la douceur bleu pâle habituelle avait été transformée en une rougeur agressive et dangereuse. Mes mains ne trembleront pas, face à qui que ce soit. Elle ne laisserait personne la chasser, elle ne laisserait pas encore une fois les Üniks décider de son destin. Que ce soit Sullivan, Klegan ou même Cecil. Un sentiment amer crût doucement en son cœur, mêlant détermination et hâte d'en finir. Sally se leva et repartit droit devant elle.
Si elle était resté un instant de plus, elle aurait sentit une abominable odeur de mort s'approcher d'elle, ainsi que le bruit de pas traînants et las de ceux qui sont trop fatigués pour tenir debout, mais qu'une malédiction empêche de prendre du repos. L'être camouflé dans le ramage des arbres renonça à poursuivre la jeune femme alors qu'il sentait une nouvelle senteur de chair fraîche parvint jusqu'à ses naseaux.

Posté sur un rocher qui surplombait l'équipe de défense désormais au tapis, Kled affichait une mine radieuse. Finalement, terrasser ces imbéciles n'avait pas été si dur. Le dernier choix stratégique d'Allister leur avait coûté la victoire, car nul doute que si elle avait visé Siruy ou lui-même, ils ne s'en seraient pas sortis aussi facilement. Mais ce jour-là, c'était eux les plus forts. Une bouffée d'orgueil s'empara du jeune homme, qui en fermant les yeux s'imaginait troquer sa tenue de bleusaille contre le superbe uniforme des Chasseurs ailés. Il inspira un grand bol d'air, profondément heureux à l'idée que tous ses efforts seraient récompensés. Soudain une odeur de chair en putréfaction le tira de sa rêverie et lui arracha une quinte de toux affreuse. Cette horreur aurait pu le faire vomir tant elle était intense. A croire qu'il se trouvait proche d'un cadavre ! Un atroce grognement caverneux lui fit faire volte-face. Kled écarquilla d'immenses yeux terrifiés. Devant lui, un immense monstre à la chair grise tirée sur des os secs et à la tête d'un cerf mort le surplombait. Bien qu'une mousse forestière recouvre partiellement son corps, des lambeaux de peau en putréfaction étaient visibles, tant sur son corps que dans son énorme gueule ouverte, aux dents coupantes. Kled poussa un hurlement alors qu'une grande main noire s'abattit sur lui. L'écran qui renvoyait l'image de sa combinaison se grisa. Le signal venait d'être coupé.

« Qu'est-ce que c'est ? »
Siruy, qui courait après Sally, arrêta ses pas et se retourna immédiatement vers l'endroit qu'il venait de quitter.  Il comprit immédiatement qu'il s'agissait de Kled, le partenaire qu'il avait chargé de surveiller l'équipe de défense. Ce cri, qui résonna dans toute la forêt alentour, lui fit froid dans le dos. Il demeura immobile. Qu'est-ce qui avait bien pu causer une plainte aussi effroyable ? Mais un bruit de pas traînant et las le tira aussitôt de sa réflexion, tout comme la lourde odeur de mort qui peu à peu saturait l'air autour de lui. Il plaça son avant bras devant lui par réflexe et pivota sur lui-même afin de trouver la source de ce qui l'incommodait. Le cœur solide du premier élève de la promotion commençait à se serrer. Il se tint prêt à activer son Dzêta, mais une vive douleur s'empara de son crâne. Il avait trop tiré sur la corde... Ne lui restait que son arme. Mais le visage de son nouvel adversaire lui fit immédiatement comprendre que la carabine qu'il tenait entre les mains n'était rien qu'une brindille, face à ce monstre terrifiant. Un être immense, aux allures de cadavre mi-homme mi-cerf en décomposition, avec une gueule ouverte chargée de dents acérées et de sang... Siruy n'attendit pas même le premier assaut de la créature pour lui tirer dessus. L'être recula un peu, surpris par la détonation, mais les munitions n'eurent aucun effet sur lui, bien qu'elles aient atteint son cœur. Le jeune homme, sans arme utile ni sans Dzêta pour se défendre, ne put se résoudre qu'à courir aussi vite qu'il le put. Cette histoire de frontière l'obligea à aller droit devant, alors que le monstre le talonnait de près, feulant avec menace, annonciateur d'une grande souffrance précédant la mort. Siruy courut, haletant, fatigué mais poussé par l'adrénaline, en jetant parfois un regard inquiet derrière lui. La bête était toute proche... Pour la première fois depuis le début de cette épreuve, il avait peur.

« Des marcheurs forestiers ! » s'exclama quelqu'un au QG, alors que le public assistait avec effroi à l'attaque de ces monstres sur leurs jeunes recrues. Certains crièrent lorsqu'ils les virent pour la première fois, d'autres s'étaient levés, paniqués et impuissants, ne pouvant qu'observer l'ardeur horrible avec laquelle ces créatures s'attaquaient à leurs protégés. Alaryk et Etan écarquillaient des yeux choqués tandis que Dawkins retenait son souffle. Le spectacle abominable d'une attaque sanglante se déroulait sous leurs yeux, et ils ne pouvaient rien faire... Ils ne pouvaient rien faire.
« Le Dzêta de Kled s'est désactivé ! » pleura une voix terrifiée, alors que Simon, Emily et Allister se relevaient, en proie à une incompréhension totale.
« C'est pas bon » lâcha Cédric, en serrant les poings. S'il n'était pas mort, Kled devait être dans un très sale état. Il fallait compter sur les dernières forces de l'équipe de défense pour le sauver, mais eux-mêmes n'étaient pas en très grande forme. D'autant qu'Allister semblait être désormais aveugle. Cecil, pâle comme un linge, se leva et ne quitta plus des yeux l'écran où Sally évoluait. Il avait perçu que sa fragile petite poupée avait rompu quelque chose en elle. Mais si elle croisait l'un de ces monstres... Soudain une branche vint percuter la caméra qui renvoyait les images de Sally. L'écran se grisa à son tour. Les compagnons d'Ithilion poussèrent tous trois une exclamation. Pour elle aussi le signal était perdu.

Après une heure de course, Sally arriva aux portes d'une clairière où perçait enfin la lumière du jour. En son centre, où l'herbe refusait de pousser, était dressée une stèle sur laquelle était gravé le symbole des chasseurs ailés. Deux snipers croisés sur une paire d'ailes immaculées. A bout de souffle, suant comme jamais et les jambes molles, la jeune femme s'approcha. Elle avait réussi. Elle avait réussi à trouver cette fichue arrivée. C'était là que les équipes étaient censées l'amenée. Mais elles n'étaient pas là. Allister, Simon, Krys, tous les autres... Ils étaient au tapis. On te rejoindra, avaient-ils dit. Mais ils n'étaient pas là. Les défenseurs s'étaient fait éliminés un par un, et d'eux, il ne restait plus qu'elle. La petite Paria dont personne n'attendait rien. D'un pas faible, Sally s'approcha de la grande stèle blanche, en tendant la main, dans l'espoir de toucher ce qui enfin mettrait un terme à ce vaste cauchemar.
Elle était presque arrivée près de la pierre lorsqu'elle entendit retentir un cri masculin derrière elle. Siruy arriva dans la clairière en chutant lourdement au sol. Du sang coulait abondamment de son épaule, et une très grande partie de sa combinaison avait été complètement arrachée, déchiquetée, laissant voir son torse blessé et couvert d'ecchymoses. Totalement terrifié, il redressa la tête vers Sally. Il était blafard comme du plâtre, et de toutes petites pupilles folles qui cherchaient désespérément un point de repère qui empêcherait l'esprit de Siruy de tomber dans la démence. Lorsqu'il vit la jeune femme, il tendit la main vers elle, alors qu'une autre main, énorme, noire et crochue s'abattit à nouveau sur son corps meurtri. Une simple impulsion de sa part envoya le jeune homme valser au milieu de la clairière, non loin de Sally qui l'observait avec de grands yeux surpris. Il lâcha un râle de douleur et cracha de la salive mêlée à du sang épais et sirupeux.
« Aide-moi... » implora-t-il d'une voix faible, presque mourante, en jetant un regard de détresse à la jeune femme. « Je t'en prie... »

Mais au lieu du regard apeuré et doux qu'elle lui avait toujours fait connaître, Siruy n'eut en guise de réponse qu'une expression froide, détachée et impassible. Pas même la présence de ce monstre ne semblait ébranler Sally. Droite comme un « i », elle regardait le jeune soldat souffrir sur le sol. Siruy et elle se dévisagèrent quelques secondes. Bon sang, mais n'allait-elle pas l'aider ?! Non. Elle ne lui devait aucune indulgence...
Ce n'est que lorsque le monstre fit mine de s'intéresser à Sally qu'elle dégaina de nouveau sa dague. Elle attendit que la créature soit suffisamment proche d'elle pour lui sauter au cou et lui planter sa lame entre les deux yeux. Quand bien même les grandes griffes noires lui déchirèrent la peau, quand bien même le monstre tenta de la mordre, la Paria était fermement accrochée à lui et lui assénait des coups de dague encore, et encore, et encore, jusqu'à ce que la créature cesse de hurler de douleur et chute inanimée sur le sol. Une fois qu'elle ne bougea plus du tout, Sally se releva, en tremblant un peu. Elle tourna son visage vers Siruy, qui sentit son cœur se serrer d'horreur lorsqu'il croisa le regard bleu perçant de la jeune femme, derrière un épais masque rouge de giclures de sang. Haletant comme jamais, elle approcha le jeune homme, qui cloué au sol, ne pouvait plus que contempler le visage de celle qui le dominait. Elle ne dégaina pas sa carabine. Elle ne tenta aucun geste à l'égard de son adversaire. Elle attendit patiemment, sans bouger, qu'il perde connaissance. Et personne ne vit jamais le déroulement de cette scène cruelle.

Les seules images qui parvenaient désormais au QG et à la tente des instructeurs étaient celles du courage de Simon, qui, après des centaines de coups donnés avec les lames de ses pistolets,  au prix d'efforts qui lui déchiraient les muscles, était parvenu à tuer la bête qui s'en était prise à Kled. L'odeur de chair en putréfaction, le sang, l'émotion et l'horreur de cette créature infiniment laide le firent finalement vomir tout ce qu'il savait. Allister et Emily se trouvaient au chevet de Kled, dont le visage avait été complètement lacéré par les griffes du monstre. Il avait également été mordu à de très nombreux endroits de son corps, à tel point qu'il se trouvait désormais dans le coma. Pleurant au dessus de lui, Emily lui essuyait le visage et tentait désespérément de l'éveiller. Mais elle n'obtint aucune réponse.

C'est le regard vide de toute émotion que Sally se détourna de Siruy, et se dirigea en chancelant un peu vers la stèle au centre de la clairière. Dès qu'elle la toucha, un signal sonore puissant se fit entendre. L'épreuve était terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chevalier Ailé (Ithilion)


RPG
Âge : 23
Groupe: Elite
Inventaire: Bourse sans fond

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Sam 22 Oct - 14:09

Un puissant son grave s'échappa des tréfonds de la forêt profond. L'épreuve venait de se terminer, sous la main de Sally. Courant avec toute l'énergie dont il était capable, Ithilion slalomait entre les arbres et les buissons pour se diriger vers les lieux des attaques. Son dzêta scannait avec attention les zones où se trouvaient les disciples de l'ordre des Chasseurs Ailés. En temps normal, son rôle ainsi que ceux des autres encadrants aurait été d'empêcher ce genre d'attaque contre lequel les participants au test ne pouvaient difficilement faire face avec leurs armes factices. Le problème seul problème dans le cas présent venait du fait que leurs présences s'étaient affichées d'un seul coup. Presque à la manière d'une téléportation.
Alors qu'il s'occupait des corps évanouis des éliminés, Ithilion avait réagit immédiatement lorsqu'il avait senti ces indésirables signatures apparaitre sur son radar. Ses deux revolvers en main, il s'était lancé telle une flèche pour porter secours à sa disciple qui se trouvait seule avec Siruy face à l'une créatures. Les marcheurs forestiers étaient redoutés même par les Hybrids tant leur soif irrassasiable  de chair fraiche les rendait violent et pugnace. Lorsque que par chance ou par exploit une personne échappait à sa traque, elle y laissait néanmoins une grande partie de son plumage. Siruy et Kled en avaient fait d'ailleurs les frais. Si les deux marcheurs avaient été vaincus, le dzêta du chevalier aux cheveux blanc lui rapportait des prognostiques vitaux en état critique pour ces deux üniks.
Sous la demande d'Ithilion, les trois encadrants présent sur le terrain se dirigeaient des à présent en direction du groupe où se trouvait Kled et le reste des défenseurs. Pour lui, sa priorité restait sa disciple qui restait étrangement bien éloignée de son ancien adversaire malgré la fin de l'épreuve.

En arrivant dans la clairière où trônait au centre la stèle de son ordre, les traces de la sanglante attaque flottaient encore dans l'air. Une odeur de putréfaction mélangée à celui du sang frais qui éclaboussait l'herbe à quelques endroits. Le cadavre de la créature portait les marques de la hargne avec laquelle sa disciple l'avait frappé. Cette dernière se tenait immobile près de la sculpture. Son regard vague semblait fuir dans une autre réalité pour échapper aux fantômes encore présent de cet évènement. Le choc du combat, la peur de la mort, les douleurs rappelant les images de violence. Pour cette jeune femme qui quelques mois au part avant n'aurait pas fait de mal à une mouche, se retrouver projetée ainsi dans la face sale et brutale de ce monde devait rudement secouer ses repères. Pourtant, elle allait devoir s'y faire. Cette épreuve n'était qu'un petit hublot sur la réelle dimension d'horreur à laquelle appartenait les gens en armes. La liberté qu'Ithilion lui avait promis possédait ce prix maudit. Un coût qui brisait certaines âmes sous le poids de la culpabilité ou de l'excès de violence. Parfois il se demandait si Sally possédait la volonté nécessaire pour encaisser tout ce qu'elle aura à encaisser. Après tout, il l'avait embarqué dans cette histoire sur un coup de tête, forçant son destin à se tordre en angle droit. Poussé par un murmure au creux de son oreille qui lui soufflait qu'elle devait découvrir ce chemin et qu'elle irait jusqu'au bout. Bien plus loin que beaucoup de ceux qui l'empruntait. Pourquoi avait-il fait confiance à cette voix de chimère ? Aujourd'hui encore il ne saurait répondre à cette question. Seulement, en voyant la sombre fêlure s'élargir dans le regard bleu de Sally, il eut soudainement peur d'avoir commis une grosse erreur. Le type d'erreur que même lui aurait du mal à se pardonner.

Avant de se décider de la rejoindre, il se dirigea d'un pas lent vers le corps mortifiés de Siruy. Les griffes et les crocs du marcheurs n'avait épargné aucune zone. Malheureusement pour lui, sa vie s'échappait à grand flot de la vilaine entaille ouverte à sa gorge. A deux jours de marche du campement, Ithilion savait pertinemment que le jeune homme ne reverra pas Anathorey.
La mine grave, sans quitter des yeux le triste amas de chair, de tissus et de sang qui restait de l'apprenti le plus prometteur, il contacta ses supérieurs. Pendant quelques secondes, un échange sur un ton neutre s'effectua et qui se conclut sur un hochement de tete du chevalier. Son radar captait avec grandes difficultés les faibles émanations d’énergie provenant de Siruy.  La fin approchait, alors autant lui épargner d'interminables minutes de souffrances. Une balle en plein coeur libéra le jeune ünik d'un combat inutile et perdu d'avance.
Tout les candidats connaissaient les risques de cet examen avant de s'y engager. Cette sélection cruelle et impitoyable garantissait par la suite une grande force des membres des Chasseurs Ailés et évitait au maximum d'avoir dans leurs rangs des individus au vol fragile. Siruy n'appartenait certainement pas à cette deuxième catégorie, toutefois personne ne pouvait être à l'abri de la mort lorsqu'on la côtoyait aussi souvent qu'eux.  Son histoire ne sera qu'une phrase dans le livre de l'Ordre. Ses coéquipiers devront surmonter cette terrible nouvelle de la perte de leur frère. A condition que Kled survive également à ses blessures.

L'ambiance du retour jusqu'au campement allait être morose. Cette promotion allait en plus du poids de la fatigue et de la douleur devoir porter le deuil d'un ou deux de leurs camarades. Une première expérience qui se marquait souvent au fer rouge dans les esprits. Ithilion soupira en rangeant son arme. Il savait qu'avec le temps ils s'y feront, mais en attendant il faudra supporter leurs gémissements durant le voyage jusqu’à la Cité.
Ithilion s'avança jusqu’à sa disciple qui n'avait pas bougé d'un millimètre depuis son arrivée. Sa main toujours posée sur la stèle, elle semblait suspendue dans le temps. Pourtant, elle ne donnait absolument pas l'air d'une petite fille perdue dans la noirceur de la violence. Quelque chose changeait en elle sous l'empreinte des épreuves qu'elle venait de traverser. En bien ou en mal ? Là se trouvait la véritable essence de la question.
Pour commencer, Ithilion préféra s'assoir en s'adossant contre la stèle à la manière de ces soirées qu'ils avaient passé ainsi côte à côté dans le jardin du Q.G. La materner, la rassurer comme une enfant apeurée ne l'aidera pas à canaliser le flot de perturbations qui s'écoulait actuellement au fond d'elle. Alors il préférait recréer cette bulle qui avait tissé un lien si fort entre eux afin de pouvoir plonger dans ce torrent qui la submergeait et la guider vers la bonne rive. Après tout cette jeune femme s'était défaite d'un marcheur forestier, il ne pouvait plus la considérer comme une chose fragile qu'il devait protéger à tout prix. Cette raison qui, à bien y réfléchir, expliquait peut être d'avantage pourquoi il l'avait pris sous son aile de manière si spontanée. Pourquoi elle ? Pourquoi pas. Son destin n'avait pas été si différent au final, et aujourd'hui, il ne s'adressait plus à la même sally qu'au premier jouer, tout comme lui ne pouvait plus être comparé avec le gamin pauvre et impuissant des rues de Nordkia.

-Je ne doutais pas que tu parviendrais jusqu'au bout de tout ces obstacles,
lui dit-il alors sur un ton apaisant. Cependant je t'ai peut être jeté dans tout ça en ne t'aillant pas montré tout ce que ça impliquerait. Je te demande de m'excuser.

Un profond silence s'installa. Ithilion n'avait jamais été très fort pour exprimer ses sentiments, mais l'unique présence de ces quelques mots témoignaient de la puissante et de la profonde sincérité qu'il voulait leur donner.

-Si tu veux me jeter la pierre vas y.
reprit-il de manière plus neutre Défoules toi, je te dois bien ça. Maintenant que tu as pris cette route, tu pourras plus revenir en arrière et c'est sans doute un piège dont je ne t'ai pas parlé.

Le simple fait d'avoir vécu cette épreuve consistait en une sorte d'étape de non retour. Se retrouver livrer à soit même, donner la mort, combattre ses semblables. Tout ça marquait parfois de façon indélébile au début mais finissait par ressurgir tôt ou tard.

-C'est un tribut à payer....tout se payer dans ce foutu monde. C'est sans doute qui fait que j'aime autant l'argent
. Un petit rictus ponctua ce trait d'humour. Il ne faut pas regretter et tu verras qu'au bout, il n y aura pas que de la misère.

A l'orée de la forêt apparurent au bout d'un certain temps les trois chasseurs ailés encadrants accompagnées de tout les participants. Le coma artificiel des combinaisons ayant été surement désactivés par le commandant Klegan à la fin de l'épreuve. Évidemment, plusieurs d'entre eux ne purent retenir les larmes ou tombèrent à genoux en découvrant la mort de leur ami. Il fallut même retenir Krys qui s'apprêtait à se déchainer sur le macchabée de la créature responsable. Rien de reprochable, ils restaient des êtres doués de conscience après tout. Ils s'arrêteront de pleurer lorsqu'ils comprendront que ces larmes ne changeront jamais la réalité. Ithilion avait traversé les mêmes passes.
L'enterrement de Siruy se déroula sur le lieu même. Transporter un corps ensanglanté à travers la forêt profonde risquait simplement de leur attirer des ennuis dont ils se passeraient bien. N'ayant pas bougé d'un pouce de leur position, Ithilion et Sally l'observèrent de là où ils se trouvaient.  Personne n'était jusqu’à présent venu les déranger. Ce ne fût que lorsque l'heure du départ sonna qu'Ithilion se redressa sur ses deux jambes et prit délicatement le bras de sa disciple pour accompagner son retour au sein du groupe. La sortie de la Silva signera un nouveau départ pour tout le monde. Pour l'heure, il fallait composer avec le triste écho des évènements déroulés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: L'important, c'est de participer. Pv Sally.   Sam 5 Nov - 20:26


Le bruissement des pas rapides d'Ithilion se frayant un chemin jusqu'à la clairière se fit entendre. Lorsqu'il arriva, il tomba nez à nez avec Siruy, qui soupirait douloureusement ce qui lui restait de vie. Les yeux révulsés et la tête lourde, sa conscience avait déjà basculé vers un monde meilleur quand son supérieur l'inspecta avec tristesse et impuissance. Il fallait se rendre à l'évidence. Ce jeune soldat, si fort et courageux, en aurait bientôt fini avec son existence. Après que les recruteurs fussent mis au courant de la situation par ses soins, Ithilion dégaina une de ses armes, et souffla un mot d'adieu au jeune homme, il lui tira une balle en plein cœur afin d'abréger ses souffrances.

Le coup de feu tira brutalement Sally de sa transe. Il lui semblait qu'elle venait tout juste de s'éveiller. Que faisait-elle ici ? Que s'était-il passé ? Son regard parcourut la clairière, suivant les traînées de sang tracées au sol. Elle vit à son tour le corps de Siruy, inerte et maculé de chair et d'os réduits en bouillie. Tout près de lui gisait la carcasse déjà purulente du marcheur. Horrifiée par ces visions infernales, Sally fut prise d'un haut le cœur si violent qu'elle en fut déséquilibrée. Elle porta sa main à ses lèvres pour éviter de vomir. Son sang battait à un rythme démoniaque dans sa poitrine, ses jambes tremblaient, ses dents claquaient. Sally était terrifiée. Elle ne s'expliquait pas ce qui avait bien pu se dérouler après qu'Allister lui eut dit de courir droit devant elle. Elle était tombée, et c'était le trou noir.
Tout ce qu'elle savait, c'était qu'à son réveil, Siruy était mort.

Sally demeura immobile près de la stèle, en proie à une incompréhension telle qu'elle en avait perdu sa voix. Ithilion s'approcha d'elle lentement, son regard porteur d'une lourde émotion que la jeune femme ne sut décrypter. Il s'adossa à l'édifice, près d'elle qui tremblait de nouveau, mais n'eut aucune parole rassurante à son égard. A dire vrai Sally n'entendit même pas ce qu'il avait bien pu lui dire à ce moment-là. C'était comme si la vue du corps de ce pauvre Siruy avait aspiré entièrement sa conscience. Une question la tarauda alors qu'une panique silencieuse s'emparait de son esprit : est-ce que tout cela était de sa faute ?
Un nombre incertain de minutes plus tard, l'équipe des recruteurs ainsi que l'ensemble des candidats apparurent à leur tour dans la clairière. Dès qu'ils furent face à leur ami, une vive émotion s'empara d'eux. Simon, la mine grave, prit dans ses bras Tatiana qui s'était instantanément mise à pleurer. Les uns s'agenouillèrent aux côtés de la dépouille tandis que d'autres crièrent avec rage leur tristesse. Krys voulut s'en prendre avec tant de virulence à la carcasse pourrissante du monstre qui était la cause de ce massacre qu'il fallut la force de deux hommes pour le retenir. Allister, elle aussi totalement désemparée, osa un regard vers Sally. Elle la trouva si pâle qu'elle se demanda si elle aussi n'allait pas défaillir d'un instant à l'autre. Mais la Paria demeurait debout. Alors que tous ces Üniks surentraînés et forts de leur expérience s'étaient faits meurtrir par les charmes maléfiques de la forêt, cette petite jeune femme dont personne n'attendait rien se tenait envers et contre tout debout.

Ramener Siruy à Anathorey n'était pas possible. L'odeur du sang attirerait sans nul doute des créatures tout aussi terribles que ces marcheurs, et la traversée du désert accélérerait la putréfaction de ses chairs d'une manière absolument atroce. Il fut décidé de l'enterrer sur place, au cœur de cette terre ennemie de sa patrie. Le coup porté à la promotion et à l'Ordre fut d'autant plus cruel. Malgré l’initiative honorable de lui dresser une sépulture, chacun ne put s'empêcher de sentir en lui une pointe d'amertume atroce, celle de priver un Ünik de sa dignité. Le cœur lourd et l'esprit embrumé par le chagrin, les camarades de Siruy le déposèrent au fond de la tombe qu'ils avaient creusée grâce au Dzêta d'Emily. Les jeunes gens dirent adieu à leur ami, puis les recruteurs décidèrent qu'il était temps de s'en aller.
Ithilion se leva et prit doucement le bras de Sally pour l'entraîner sur le chemin du retour. Mais elle se défit violemment de cette étreinte, sans dire un seul mot. Elle lui jetait un regard où se mêlaient l'incompréhension, la peur et la colère.
« Ne me touche pas... ».

Le retour à Aanthore disparut de la mémoire de Sally à peine eut-elle franchi les portes du quartier général. On eut pu l'interroger pendant des heures sur la traversée inverse de la Sylva et du désert de Sidhe, elle aurait été totalement incapable d'en donner une moindre description. Le personnel de l'infirmerie de l'ordre prit aussitôt en charge les jeunes soldats, afin de soigner les blessés et prendre en charge ceux en état de choc. Sally, comme tous les autres, fut allongée sur un lit puis auscultée avec minutie par un des médecins de l'ordre pendant de longues heures. Il sortit de l'infirmerie et se dirigea vers Ithilion, qui attendait à l'extérieur, entouré de son équipe, ainsi que de Dawkins et Cecil. Le professionnel de santé lui laissa à peine le temps de se dresser sur ses deux jambes qu'il commença son explication.
« Elle n'a pas été gravement blessée. Cependant son état psychologique est alarmant. Elle n'a pas dit un seul mot durant toute notre entrevue.
- N'est-ce pas dû à un état de choc ? s'empressa de demander Cecil.
- Je crains que cela ne soit plus compliqué que cela. Son regard est vitreux, perdu dans le vide. C'est à se demander si elle nous entend lui parler. Si vous allez la voir, n'escomptez pas obtenir de réponse. Elle s'est enfermée jusqu'aux tréfonds de sa conscience.
Ils échangèrent tous un regard abasourdi.
« Que peut-on faire contre cela ? » articula Dawkins, aussi dignement que possible.
Le médecin se contenta de remuer la tête, dans l'impossibilité de donner une réponse pour le moment. Il promit d'en parler avec ses collègues afin qu'une solution soit dégagée au plus vite.

Cecil fut le premier à pénétrer dans l'infirmerie. Assise sur son lit, Sally contemplait le paysage nocturne par la fenêtre. Il eut beau l'appeler, poser sa main sur la sienne, rien n'y fit. Elle semblait totalement coupée du monde. Sa conscience s'était endormie au plus profond de son être. Il en fut ainsi pendant plusieurs jours, qu'elle passa en compagnie des autres blessés.

Au bout d'une semaine, Sally cessa d'observer par la fenêtre et se mit de nouveau à bouger. En début de soirée, elle débrancha la perfusion qui servait à la nourrir et se dirigea en dehors de l'infirmerie sans que personne ne le remarque. Vêtue d'une simple chemise de nuit, ses grands cheveux tombaient de part et d'autre de son visage pâle, allongé par la fatigue et une perte de poids conséquente. Ses  doigts maigres effleuraient le mur qu'elle longeait, le regard perdu droit devant elle, quelque part entre le sol et le plafond.  Elle erra dans les couloirs du QG à la recherche du premier qui croiserait ses pas, prête à chuter au moindre heurt avec quelqu'un, une bosse sur le tapis, un courant d'air.

[Suite du RP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'important, c'est de participer. Pv Sally.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Design - Hiver 2011 | IMPORTANT |
» Dans la vie , il est important de savoir perdre que de savoir gagner. A 70 ans ,
» L'important n'est qu'un détail, mais les détails sont importants selon Monsieur
» Philosophie : vous etes tous convié à participer ...
» Eric de Branford [Un PERSONNAGE IMPORTANT dans la nouvelle vie de Megan] [LIBRE]
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Hoshizora :: La Forêt Profonde
-