Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

Vertiges des classes sociales ! Ft. Naoki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar


Naoki


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Couteaux de lancer, plaque militaire (imposé Y.Y) et un sabre

MessageSujet: Re: Vertiges des classes sociales ! Ft. Naoki   Ven 10 Fév - 0:48

Nos lèvres s'étaient alors éloignées, nous laissant là, tout les deux, au milieu de la blanchisserie à nous regarder sans trop savoir comment réagir. Je n'étais pas réellement responsable de ce baiser, il s'agissait seulement d’enchaînement de situation qui avait mener à un tel résultat et pourtant, en voyant Lucy se décomposer comme si elle prenait conscience de ce qui c'était dérouler quelques instant plus tôt, je me sentais mal à l'aise. Pourtant aucun mot ne sortit de ma bouche.
Me connaissant j'aurai très bien pu me mettre à la charrier, à essayer de blaguer afin de détendre l'atmosphère mais rien, le néant... Non pas que je n'avais pas d'idées, ça il y avait peu de chance, mais là voir dans cet état m'empêchait de lui en faire subir d'avantage.

Finalement, ce fut la première à oser faire quelque chose, enfin, disons qu'elle s'était enfuit, loin et aussi vite qu'elle le pouvait. Passant près de moi, je me retournais tendant la main pour lui saisir le bras et l'empêcher de partir, mais je me ravisais au dernier moment ; préférant la laisser seule. Après tout j'en avais déjà bien trop fait en une seule journée ...
La voir s'enfuir ainsi, provoqua un sentiment étrange à l'intérieur de moi comme si c'était la dernière fois que je la verrai et que je finirai par l'oublier tout comme tout ce qui se serait passer en cette journée ... Je ne voulais pas et pourtant j'étais incapable de la poursuivre, alors que je l'avais fait auparavant ...

A peine Lucy venait de quitter les lieux, que le propriétaire de la blanchisserie vint à ma rencontre afin de réclamer son du, il ne restait plus beaucoup de temps avant de pouvoir récupérer mon uniforme propre. Je soupirai alors, cherchant dans le sac où se trouvait anciennement mon uniforme afin de sortir un portefeuille et lui tendit de l'argent, plus que nécessaire.

- Je pense que vous n'êtes pas à plaindre non ?

L'homme me regarda d'un drôle d'oeil avant de retourner à son comptoir et demanda à son assistant de se dépêcher de finir son travail.
J'entendis piailler Nox qui attira mon attention, avant d'entendre une voix familière.

- Naoki ... Tu me déçois ... Après tout ce chemin tu vas laisser cette jeune demoiselle ainsi ? Tu l'as embrasser après tout ! Ce n'est pas rien, surtout pour une jeune femme en fleur comme elle.

- Tchh ! Qu'est-ce que tu fou là ? Tu n'étais pas au bar, nourrissant tes yeux de ces merveilles que tu n'avais encore jamais vu ?

Silas se mis à rire avant de continuer.

- Voyons ! Je me devais d'accompagner mon chère cousin dans cette aventure amoureuse et je dois avouer que je ne suis pas déçu. Cependant traiter ainsi une jeune fille ainsi est d'une baissasse, même pour toi !

- Je ne suis en aucun cas responsable de ce qui c'est passé ! Ce n'était qu'un accident. Je n'ai pas voulu ce qui est arrivé, ni toute cette histoire ! Si tu n'avais pas été là, je serais à l'heure actuel chez moi en train de me reposer.

Silas me regardait d'un regard clame et posé, tandis que de mon côté je m’énervais contre lui. Il ne savait rien, tout ça était à l'origine sa faute. Si nous n'étions pas venu ici, ou bien s'il ne m'avait pas forcé à trouver la source de ce boucant ... Tout ceci ne serait jamais arrivé

- Alors pourquoi avoir essayer de la retenir ? Pourquoi as-tu fait cette tête lorsque tu l'as vu s'éloigner, comme si tu t'en voulais de ne pas l'avoir rattraper ? Si vraiment tout ceci n'avait pas d'importance pourquoi t'impliques-tu tant à t'expliquer, toi qui passe toujours au dessus de tout ?

Mon cousin avait un don pour me pousser à bout, après tout il me connaissait bien, nous étions souvent ensemble petit et nous partagions tout.
Aussi lorsqu'on vint me porter mon uniforme, je quittais alors la blanchisserie, laissant ainsi Silas, le sourire toujours aux lèvres, Nox et Neo qui se trouvait légèrement en retrait sur place. Au début mes pas étaient lent, de ma cadence normale, plus je m'éloignais du bâtiment où je me trouvais, plus mes pas se faisait de plus en plus rapide. Je commençais alors à chercher cette chevelure de feu qui m'avait accompagnée tout au long de cette journée catastrophique ... mais finalement l'était-elle vraiment ?

Je continuais de chercher la jeune femme en pressant le pas, le fourreau de mon arme cliquetant le long de ma jambe. J'aurai pu hurler son nom espérant qu'elle me réponde mais aucuns sons ne parvenaient à sortir de ma gorge.
Finalement, je la retrouvais enfin, agenouillée, la tête baissée.
Je me rapprochais alors d'elle, lentement, reprenant ma respiration.

- J-je te ... retrouve enfin ...

Arriver à sa hauteur, je posais alors l'une de mes mains sur son épaule avant de m'installer à côté d'elle, remarquant les larmes perlant le long de ses joues, je sortis un mouchoir en tissu de ma poche de veste d'uniforme et lui tendis.

- Tu m'en auras fait voir aujourd'hui ... Tu m'as jeter de la bière sur la figure, insulté, enfermé dans une petite pièce, re insulté, tu m'as forcer à courir pour te rattraper une première fois et maintenant une seconde ...

Je soupirai avant de continuer.

- Tu sais quoi ... Je crois que je ne me suis jamais autant démener pour quelque chose ... Me connaissant j'aurai laisser tombé et me serait débrouillé seul à partir du moment où j'avais récupérer des vêtements de rechange. Mais là, non. Je pense que ta répartie à eu raison de ma curiosité.

Je me grattais l'arrière du crâne un peu gêné.

- Pour ce qui s'est passé dans la blanchisserie ... je dois t'avouer que je m'attendais à ce que tu me giffles, j'en étais presque déçu lorsque je t'ai vu partir ... Ahah !

Je laissais alors un petit silence s'installer.

- J-je suis désolé ...

J'avais eu envie d'ajouter quelque chose, que finalement ...

- Je ne sais pas si je le suis réellement parce que, cela voudrait dire que je regrette ce qui s'est passé ... mais ayant trouver ce moment a-gré-a ...

J'arrêtai alors là ma phrase.
Merde venais-je de dire tout haut ce que j'étais en train de penser .... Mais quel idiot !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: Vertiges des classes sociales ! Ft. Naoki   Mar 14 Mar - 0:25

Lucy ne sut depuis combien de temps elle était prostrée à se morfondre, ses yeux humides rivés sur cette stupide monnaie qu'elle avait oublié de donner. Elle était si fâchée contre elle-même qu'elle aurait pu se gifler. Mais la main qui se posa soudainement sur son épaule stoppa net toutes ses idées de violence auto-infligée. Elle sursauta vivement et écarquilla un regard presque affolé quand elle reconnut Naoki. Elle eut un léger mouvement de recul alors qu'épuisé, il s'installa à ses côtés. Il avait articulé tant bien que mal quelque chose qu'elle comprit comme une exclamation de satisfaction pour l'avoir retrouvée. Quoi, il lui avait couru après ? Mais pour quoi faire, la situation avait été suffisamment gênante jusqu'à lors ! Comme il devait avoir remarqué ses larmes, le Chevalier tendit un mouchoir de tissu blanc à la jeune fille.
« J'en n'ai pas b'soin ! » s'écria-t-elle rageusement, en détournant la tête.
Bizarrement, elle s'empara quand même du mouchoir. Elle l'utilisa pour essuyer ses yeux ainsi que son nez, avant de le fourrer profondément dans une de ses poches. A côté, Naoki commença à énumérer d'un air un peu dépassé ce qu'elle lui avait fait subir ce jour. Lucy aurait aimé répliquer, mais elle aurait eu du mal à démentir ses propos, car tout ce qu'il affirmait était vrai. Quant au fait qu'elle l'ait fait courir jusqu'ici...
« J't'ai rien demandé » grommela-t-elle, trop fière pour admettre qu'elle était en proie à une détresse émotionnelle assez ridicule.

La suite la surprit. Naoki avoua qu'il ne s'était jamais, ô grand jamais, démené autant pour quelqu'un. Son tempérament habituel l'aurait normalement poussé à se débrouiller seul avec cette histoire de vêtements et plus personne n'en aurait parlé. Mais Lucy, cette petite Dockeuse maigrelette, avait eu l'audace de répliquer à l'arrogant personnage qu'il était. Peut-être était-ce parce qu'il était peu habitué au défi, peut-être était-ce parce qu'il était d'ordinaire en position dominante, mais toujours était-il qu'elle avait attiré son attention. Face a ces révélations, elle tourna de nouveau la tête vers Naoki, d'un air franchement étonné. Elle, elle avait eu ce pouvoir ? Elle, l'énième rouquine du Démineur dont on remarquait à peine la présence ? Cela paraissait improbable. Mais Naoki ne semblait pas mentir, et quelque part, cette idée lui fit plaisir, vraiment plaisir. Un léger sourire naquit sur ses lèvres closes. A présent qu'elle savait tout cela, Lucy se dérida, jusqu'à ce qu'elle fut purgée de sa gêne. Le jeune homme se grattait la nuque d'un air gêné. Quand il faisait cette tête, il avait la mine un peu renfrognée, et on pouvait clairement lire dans ses yeux fuyants qu'il cherchait quoi dire. C'était marrant à regarder.

Et même lorsque le sujet fumeux du baiser revint sur le tapis, Lucy ne se laissa plus dépasser par ses émotions. Naoki déclara qu'il s'attendait à ce qu'elle le gifle, et qu'en la voyant partir il avait presque été déçu.
« T'es pas un peu maso, des fois ? » lui demanda-t-elle d'un air suspicieux. Mais il était vrai qu'elle n'avait eu aucun geste à son encontre, elle était restée bouche bée. Elle devait avoir eu la grâce d'un poisson rouge.
« Mais... j'ai bien vu que tu n'avais pas fait exprès. C'était pas de ta faute » concéda-t-elle. Si elle s'était enfuie, c'était peut-être aussi parce qu'elle s'en était voulu de n'avoir pas esquivé cet assaut non désiré. Enfin, à supposer qu'elle en ait eu la possibilité, ce dont elle n'était pas sûre du tout ! Malgré le caractère accidentel de l'événement, Naoki présenta ses excuses. Lucy voulut lui répondre que c'était du passé, qu'ils n'allaient pas y passer la journée, mais c'était sans compter sur la suite de ses paroles, arrivée si vite qu'il était facile de comprendre que les mots lui avaient totalement échappé.

Cette fois, elle ne put dissimuler son étonnement, tant les yeux qu'elle ouvrit était grands et ronds. Il n'avait pas terminé sa phrase, comme s'il avait réalisé à temps ce qu'il était en train de raconter, mais Lucy avait clairement entendu les syllabes « a-gré-a »... Agréable ! Quoi ? Mais comment cet imbécile pouvait-il penser cela alors que c'était arrivé par accident ?! Cette idée s'était peut-être imposée dans son esprit, comme elle juste avant... Voilà, elle répondait de nouveau elle-même à ses propres questions. Ses pommettes chauffèrent à nouveau, à son grand dam. Finalement, lui non plus n'avait pas les idées claires. Soit ils étaient stupides tous les deux, soit il y avait bien quelque chose, et ce n'était pas son côté rêveur et romantique qui lui jouait des tours. Après quelques instants, elle osa lever un regard à la fois amusé et désolé vers Naoki, en souriant un peu.
« Quand j'y pense... On aurait pu se faire mal. Ça s'est pas si mal fini »

Pour éviter qu'il n'épilogue sur cette remarque, elle reprit son petit air fier qu'elle adoptait avec lui depuis le début de la journée :
« Malgré tout, tu as porté atteinte à mon honneur. Il faut réparer ça ! »
Elle pointa son index juste sous son nez, avec le plus de sévérité dont elle su faire preuve.
« Va falloir réparer ça, et dans les formes. Et les formes, c'est... euh... Un rencard »
Est-ce qu'elle était vraiment en train de dire ce qu'elle disait ?
« Parfaitement, un rencard. Et comme il faut, cette fois. Sinon c'est pas la peine ».
Eh bien oui, elle l'avait dit. C'était n'importe quoi. Si Naoki avait parlé trop vite tout à l'heure, elle, venait de se vautrer totalement et lamentablement. Epic fail, comme disent les autres nazes. L'index toujours levé, Lucy était comme en arrêt sur image, absorbée par une rengaine qui tournait dans sa tête. Quelle. Idiote. Je. Fais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Naoki


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Couteaux de lancer, plaque militaire (imposé Y.Y) et un sabre

MessageSujet: Re: Vertiges des classes sociales ! Ft. Naoki   Sam 18 Mar - 21:44

Lucy avait, sans le vouloir un don pour m'énerver et me fasciner à la fois, elle était un mélange de fermeté et de contradiction, elle cherchait à être forte mais finissait par montrer ses faiblesses ; pour une raison qui m’était étrangère, et qui était le cas depuis le début de la journée, elle était tout ce que je pouvais détester chez quelqu’un et pourtant je n’arrivais pas vraiment à la haïr et à chercher à plus lui pourrir la vie. D’une part parce que le sort en avait déjà décidé ainsi sans que je vienne y insérer mon grain de sel, mais également parce qu’il y avait quelque chose qui m’en empêchait.
Je regardai donc la jeune femme faire son cinéma dans son coin, prenant en compte sans vraiment trop le faire ses paroles, j’eu néanmoins un léger rictus lorsqu’elle évoquait la possibilité d’un côté masochiste me concernant, c’est vrai que je n’y avait pas vraiment pensé, j’aimais que les gens me déteste cela prouvait que je réussissais à merveille ce que j’entreprenais de leur faire.

La demoiselle m’avait pardonné, mettant en avant le fait que je n’étais en aucun cas responsable du baiser, du moins c’est ce qu’elle m’avait annoncé avant que je n’eu prononcé mes derniers mots, qui n’étaient en aucun cas voulu, du moins pas à haute voix. J’aurai très bien pu garder cela pour moi, mais ce ne fut pas le cas, mon esprit préféra ne pas tenir compte de mon avis et laissa alors libre cours à mon corps de réagir seul … Ce qui était pour moi quelque peu gênant.
Bien évidemment, je ne m’attendais pas à voir un autre visage que celui de l’étonnement sur le visage de Lucy, qui ne serait pas étonné d’entendre ces mots surtout après un tel accident, qui s'était déroulé après diverse péripéties qui étaient toutes dû à des accidents et à des enchaînements du destin. Je la vie alors rougir, suite à mon annonce, peut-être qu’entendre ces mots lui faisait plaisir, bien que cela pouvait s’agir d'énervement… c’était assez compliqué de la comprendre parfois.

Je soupirai donc, avant de voir Lucy sourire et oser de nouveau me regarder. Elle avait l’air de prendre cet accident plutôt bien et ma remarque n’avait pas l’air de l’avoir beaucoup dérangé que ça. J’étais quelques peu rassuré mais agacer à la fois, je venais de lui dire que j’avais apprécier ce baiser bien que voler et elle réagissait ainsi … D’un autre côté avait-elle réellement conscience de ce qui venait de se passer, elle était peut-être trop jeune, du moins trop innocente pour ce genre de chose.
En tout cas c’est ce que je croyais, car elle se leva comme une furie avant de me pointer du doigt et d’un air fière et supérieur, demanda réparation sous la forme d’un rendez-vous…
Un rendez-vous ?
Je n’avais d’ailleurs pas eu le temps de répondre à sa demande qu’elle affirma alors ses dires. Elle resta alors figée, elle même perdue par ses mots.

Je me relevais, le sourire aux lèvres, le même qui avait tendance à me suivre partout, le sourire provocateur et défiant. Et m’approcha de Lucy, suffisamment pour que nos deux visages se frôlent à la moindre bourrasque de vent.

- Un rendez-vous ? Es-tu certaines de ce que tu désires ?

Je pris alors son bras pour l’attirer vers moi, collant alors nos deux corps. La défiant davantage du regard.

- J’espère que tu as parfaitement conscience de ce que tu me demandes et de ce que cela implique …

Bien évidemment je sous-entendais de nombreuses choses, que je n’oserais jamais mettre en application, mon but était de la perturber, de la pousser un peux plus à bout. J’aimais trop ses réactions pour la laisser tranquille.
J’approchais donc mon visage de son oreille afin de lui sussurer doucement.

- Mais si c’est vraiment ce que tu souhaites, je me plierais à tes ordres. Mais si tu veux bien allons autre part, il y a trop de monde ici.

Entre temps, de nombreux passant s'étaient agglutinés non loin de nous afin de nous observer, comme si on était devenu leur distraction de la journée.
Saisissant alors la main de Lucy, je l’emmenais plus loin à l’écart de toute cette foule à la recherche d’un endroit approprié pour ce fameu rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vertiges des classes sociales ! Ft. Naoki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Vertiges des classes sociales ! Ft. Naoki
» Les Classes sociales
» 02 - Les classes sociales et les métiers
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Billy Bat par Naoki Urasawa
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Urban City
 :: Nordkia :: Docks de Nolmë
-