Partagez|

RP commun - La fête de Nordkia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Prince de rien (Lukas R.)


RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: RP commun - La fête de Nordkia   Lun 12 Sep 2016 - 22:53



La fête de Nordkia



 

Les rues de Nordkia se remplissaient peu à peu en ce début de soirée. Le soleil continuait sa course irréfrénable vers le crépuscule tandis qu'en bas, dans la cité des Dockers, une ambiance de fête se préparait. Cela faisait plusieurs mois que la guerre de la Purge était terminée, et bien qu'elle laissa un vide béant et triste dans le cœur de chacun, les Üniks décidèrent qu'il était temps de s'amuser un peu. Il fut décidé, d'un commun accord entre le peuple et les Prince, que Nordkia serait le cadre d'une immense fête populaire qui durerait le temps d'une nuit complète. Mais avant de commencer les festivités, on décida qu'il fallait rendre hommage à tous les braves hommes et femmes qui avaient donné leur vie pendant cette guerre désastreuse pour les Üniks (*).

Dans le creux du parterre de la ville, une foule grouillante s'était réunie. Des familles, des amis, des parents et des enfants. Tous regardaient le ciel, et nombre d'entre eux tenaient dans leurs mains un petit lampion de couleur blanche, orangée ou dorée. Le silence était absolu. Chacun songeait à son prochain, tombé au combat lors des affrontements contre les Hybrids ou lors de l'effroyable bataille de la Cité Neutre. Mais ce soir, les larmes n'avaient pas lieu d'être, il fallait se tourner vers l'avenir et croire en un monde meilleur. En tout cas il fallait essayer.
Sur le petit estrade qui se dressait au milieu du parterre, une jeune flûtiste s'approcha et commença à jouer une petite mélodie douce et rêveuse. C'était le signal que tous attendaient. D'un geste presque synchronisé, on alluma les lampions. Lorsque la musicienne atteint la moitié de son morceau, des milliers de bras se levèrent, hissant les lumières tamisées par le papier. Puis chacun lâcha le lampion qu'il tenait, le laissant s'envoler paisiblement au-delà des Docks. On aurait dit une marée d'étoiles qui cherchait à rejoindre les cieux. La flûtiste continua sa mélodie jusqu'à ce que les lampions atteignent l'entrée de Nordkia. Et lorsqu'ils ne devinrent plus que des petits points lumineux très haut dans le ciel, alors que la nuit était totalement tombée, elle s'arrêta doucement.

Elle leva soudainement la main, et toutes les lumières de la Cité se mirent à briller, dévoilant tout ce qu'il y aurait à faire ce soir-là. Alors que la foule poussa une clameur de joie puissante, la jeune femme s'écria en souriant de toutes ses dents :

Musique d'ambiance
 « Que la fête de Nordkia commence !! »


Enfin les festivités pouvaient commencer ! Et nul doute qu'elles seraient très réussies, car tout avait été pensé pour que l'ennui soit le grand absent de cette soirée. Les Docks de Nolmë ressemblaient ce soir à l'entrée d'un petit paradis terrestre, annonciateur de tout ce qui attendait ceux qui pénétreraient la ville.
A l'intérieur des murs de Nordkia, boissons et nourriture furent distribuées partout dans des tavernes, des stands ambulants, des banquets et des comptoirs, afin qu'on puisse se restaurer et s'hydrater à loisir et plus qu'à l'accoutumée – il ne fallut pas attendre très longtemps que pour les gens s'y dirigent d'ailleurs. Autour de ces installations, on entendait jouer de la musique par de nombreux groupes ou solistes, qui déambulaient dans les rues ou bien étaient chargés de l'ambiance musicale de pistes de danse. Des chanteurs se faisaient quant à eux applaudir dans les coins plus calmes de la Cité, où la foule était moins nombreuses et la fête plus lointaine.

Mais au beau milieu des activités festives, on trouvait de multiples stands de jeux en tout genre, que ce fut du tir pour gagner des peluches ou des petits objets, des jeux d'argent ou de chance. Lorsque l'on sillonnait ces endroits, on pouvait sentir une bonne odeur de crêpes, de gaufre et de barbapapa – et beaucoup de gens étaient déjà en train d'en dévorer, qu'ils fussent Elite ou Docker. Dans cette fête, on ne pouvait finalement pas voir de distinction sociale se démarquer : ce n'était ni populaire, ni très distingué. A croire que l'émergence d'une culture de « classe moyenne » avait surgi ce soir. Est-ce que cela serait du goût des nobles guindés ? Personne ne s'en souciait spécialement : l'ambiance au début de la fête respirait la bonne humeur et l'enthousiasme. C'était de ça dont Urban City avait besoin, un moment pour souffler, un moment pour se réjouir de ce que la guerre était terminée, un moment d'insouciance et de liberté.

Et pour ce faire, Nordkia proposait en cette nuit un événement qui n'avait pas eu lieu depuis très longtemps : une course d'aéronefs. Même les moins observateurs auraient remarqué les écrans géants disposés sur les parois de la cité, près de certaines galeries ou encore dans le parterre. Pour l'heure, ils affichaient le minois d'un adolescent à l'air fripon, les cheveux en pétard et vêtu comme un bouffon des rues. Il se trouvait non pas au cœur de la fête, mais sur un terrain de la cité plus éloigné, où les rues étaient vides précisément pour la course. Dans ces endroits se trouvaient des gradins spécialement installés pour regarder la course, mais il était possible d'en profiter depuis les galeries et passerelles de la ville. Des hauts-parleurs avaient été installés également, de sorte que l'on entende la voix du garçon déblatérer des commentaires sur la course. Ceci dit, il suffisait de s'éloigner un peu pour ne plus l'entendre et continuer à profiter pleinement de la fête. L'intéressé parlait déjà dans son micro d'une voix forte.
« Bonsoir à tous et bienvenue dans la cent-troisième édition de la Course d'aéronefs de Nordkia ! Mon nom est Willy Watts, je serai votre animateur pour le reste de la soirée ! »

Il continua, tenant des propos introductifs des différents pilotes concurrents. On filma la ligne de départ, en réalité une série de galeries inoccupées pour l'occasion,  où s'alignaient vanships et petits avions, tous fuselés pour la vitesse et le vol de sprint. Dans chaque galerie on voyait s'affairer les équipes de navigateurs et de mécaniciens, s'occupant des dernières réglages avant le top de début. Le trajet de la course fut affiché à son tour : les pilotes resteraient en grande partie dans la ville, mais ils iraient dans les souterrains de Nordkia vers la fin de la course, avant de faire une longue boucle dans le désert et enfin franchir la ligne d'arrivée sur les Docks de Nolmë.
Quelques minutes après le discours de Willy Watts, un clairon fier et un énorme drapeau rouge indiquèrent le début de la course. Les aéronefs partirent en tombe et s'enfoncèrent dans le labyrinthe qu'était leur circuit grandeur nature.

Après une heure, la fête battait son plein. Des jeux, de la musique, des chants, des danses, des conversations enjouées, des rencontres, des rires, tout faisait rayonner Nordkia de mille feux ce soir. Et rien ne semblait pouvoir stopper les festivités. L'ambiance prometteuse de cette nuit promettait qu'elle fut inoubliable !

(*) L'hommage officiel vise exclusivement les Üniks du fait que l'on se trouve à Nordkia, mais rien n'empêche votre personnage de lancer un lampion également en l'honneur d'un parent/ami qui appartenait à une autre race.

Texte de Lukas Rainforth


Explications (HRP) :

(Ici Yuyu, qui prend le relais ♥) – La fête de Nordkia a lieu plusieurs mois après la guerre de la Purge, en l'honneur du cessez-le-feu et du retour de la « paix » sur Origin's (bien que les tensions entre les races soient encore très présentes). Cette fête est officiellement organisée par les Üniks, Élite et Dockers en collaboration. Cependant le RP est ouvert à toutes les races, et pour vous faciliter une entrée digne de ce nom qui que vous soyez, prenez connaissance de ces petites choses :

Si vous êtes un Ünik, il vous est facile de vous rendre à la fête car elle se déroule dans l'une des deux grandes Cité. Si les Dockers se sont occupés de tout installer et préparer, les Élites ont fourni des financements. Cependant, si l’Élite se rend à Nordkia, c'est sur le conseil officiel des Princes Faust et Tarion, au nom de « l'amitié renaissante entre les Dockers et Anathorey », dont on a eu le parfait exemple pendant la grande Purge (précisions ici). C'est cependant une stratégie politique de la part du gouvernement, qui entend par à amadouer les Dockers et se les mettre dans la poche dès qu'un prochain conflit international éclatera, pour éviter un autre soulèvement comme lors de la dernière guerre. Le tout avec le sourire... Üniks, à vous de décider si vous êtes dupes ou non.

Si vous êtes un Hybrid, vous pouvez vous rendre à Nordkia sans danger grâce à un Chaman malicieux nommé Floki, qui vous aura fait cadeau pour le temps d'une nuit d'un Don supplémentaire : celui de vous faire passer pour un Ünik aux yeux de tous (si vous aviez des oreilles de chats ou des épines végétales, elles ne seront plus visibles). Ainsi vous pourrez vous fondre dans la masse et profiter de la fête... ou bien en profiter pour semer le trouble chez la race ennemie. Dans ce dernier cas, prenez garde à vous cependant : les gens sont ici pour faire la fête avant tout, vous n'obtiendrez pas de glorieuse révolution ce soir ! Dans tous les cas, si vous révélez que vous êtes un Hybrid, le charme sera rompu. Faites-donc attention à vous... ♥ (précision : même si vous vous trouvez près d'un Paria, le Don de dissimulation pourra persister)

Si vous êtes un Qantik, il vous sera aisé de pénétrer Nordkia, car parmi les lieux Üniks, c'est bien celui qui vous est le moins hostile. Si vous venez, ce sera pour profiter de la fête, ou bien dans le but de perturber l’événement. Mais là encore, attention à vous : les gens sont avant tout là pour s'amuser !

Si vous êtes un Paria, caméléonez vous en Ünik, tout comme le Sin vous permet de le faire. Ainsi vous ne serez pas dérangé(e) durant cette nuit festive. A condition de vous tenir à l'écart des Dzêta. Et des Sigmas. Et des Dons, qui se déclareraient par inadvertance. Ce qui, je vous l'accorde, n'est pas chose simple dans la fourmilière qu'est la Cité des Dockers !

Déroulement du RP :

→ Veuillez prendre (ou reprendre) connaissance des règles à appliquer lors des RP communs : ici-même. Le staff présume que vous avez connaissance de ces règles lorsque vous postez.

→ La gestion du RP est assurée par Lukas Rainforth (comme vous l'aurez constaté à la vue de ce post), en raison de ce qu'il est à l'initiative du projet (et surtout qu'il a accepté xD). Ceci dit, seul ce post expose ce qui se déroule pendant la fête, il n'y aura pas de posts Pnj par la suite : vos personnages sont donc libres !

→ Le seul « fil rouge » sera la course d'aéronefs. C'est Lukas qui se chargera de poster dans un encadré le déroulement de celle-ci (avant son propre RP). Si vous suivez la course, vous devrez lire ce morceau de son post. Du reste, il jouera son personnage sans que vous ayez spécialement à vous en occuper, à moins de vouloir RP avec lui bien entendu.

→ Votre personnage sait en quel honneur cette fête a lieu et pourquoi. Pas d'ignorant dans ce RP, cela n'a pas lieu d'être. Vous pouvez arriver en cours de soirée, mais pas découvrir totalement l’événement comme une fleur, car son organisation a fait beaucoup de bruit, même au-delà des frontières d'Urban City. N'oubliez pas qu'Origin's est une petite planète.

Indiquez bien en balises « spoiler » le résumé de votre post. C'est important pour les autres joueurs, afin de repérer où vous êtes dans l'espace, ce que vous faîtes et si vous êtes abordable. Ne l'oubliez pas, c'est primordial.

EDIT : AUCUNE DATE DE FIN pour le moment, nous vous préviendront une QUINZAINE de jours en avance pour annoncer la fermeture !



Les gains

Voici ce à quoi vous aurez droit, selon un nombre de messages minimum :

→ 1 message : 2 points d'xp (en plus de ceux gagnés en postant s'entend)
→ 4 messages : Un paquet de 10 biscuits secs en forme de « N ». Lorsque vous en mangez un, votre Don, Dzêta, Sigma ou Sin augmente d'un niveau le temps d'un posts.
→ 6 messages et plus : Un parfum qui fait perdre un niveau au D/D/S/S de celui qui le sentira. Idéal dans les combats, tout en restant très chic (gamme homme et femme, n'ayez crainte ♥)

Lorsque le RP commun sera terminé, vous devrez nous indiquer en spoiler dans votre dernier message : votre nombre de posts et le gain auquel vous avez droit en conséquence. Si vous postez 6 messages mais que le gains des 4 messages vous intéresse, vous pouvez échanger (mais pas cumuler, un seul gain par personne).

Et comme d'habitude, si vous avez des questions, MP un des admins !
Bon jeu à tous ! ♫
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: RP commun - La fête de Nordkia   Mar 13 Sep 2016 - 17:41


« Tu veux aller à la fête de Nordkia ?! »

Cecil ouvrait des yeux ronds comme des billes devant la demande de Sally. Elle, affichait un grand sourire et papillonnait des yeux, enthousiaste à l'idée qu'un tel événement ait lieu non loin de chez eux. Si tant est que l'on pouvait qualifier le quartier général des Chasseurs ailés leur « chez eux ». Les réclames autour de cet événement fusaient depuis quelques temps à Anathorey. Les nobles finançaient les festivités, les bourgeois se chargeaient de l'approvisionnement et les Chevaliers seraient chargés de la sécurité durant toute la nuit. Il y aurait des jeux, de quoi manger et boire, des endroits pour danser, beaucoup de gens à rencontrer et surtout une course d'aéronefs ! Elle ne voulait maquer cela pour rien au monde, car jamais elle n'avait assisté à une telle manifestation.
« Ça sera amusant, dit-elle à son compagnon Ünik, peu emballé par cette idée. Ça fait si longtemps que nous n'avons pas eu de quartier libre.
- Qu'en pense Ithilion ? se surprit à demander Cecil, qui d'ordinaire se fichait de l'avis de ce petit Chevalier pédant. Tu es encore en pleine formation, je doute qu'il soit enchanté à l'idée que tu fasses une nuit blanche pour faire la fête.
- Je ne lui demande pas son avis ».
Quoi ? La douce et calme Sally se dévergondait ? Voilà qui donnait matière à sourire. La petite Paria n'apprécia guère le trait de moquerie de la part de son ami.
« Très bien, reste là à t'ennuyer toute la soirée si ça te chante, moi j'y vais » Et sur ces mots, elle sortit de la chambre de Cecil pour aller se préparer. Une fois qu'elle fut douchée, elle troqua son uniforme des Chasseurs contre une petite robe noire et courte à manches courtes – il fallait qu'elle couvre ses épaules pour ne pas laisser voir ses cicatrices si laides. Ses cheveux, sagement coiffés en un chignon lorsqu'elle se trouvait au QG, furent noués en une longue tresse qui descendait jusqu'en bas de son dos. Sally laissa quelques mèches dépasser de part et d'autre de son visage, se plaça devant un miroir et décida qu'il était temps de partir en direction de Nordkia. En sortant du bâtiment, elle fut surprise de rencontrer Cecil sur le perron, vêtu d'une chemise blanche et d'un pantalon noir.
« Ne dis rien, dit-il avant qu'elle n'ouvre la bouche, je n'aime pas les rassemblements populaires, mais je préfère ne pas te laisser seule dans cette fourmilière grouillante... ».
Qu'il s'inquiète pour elle ou pas, Sally sourit de bonheur. Elle et Cecil s'étaient rencontré à Nordkia et ne s'étaient plus séparés depuis. Elle était heureuse de pouvoir y aller avec son ami. Ils se mirent donc en route vers la porte sud d'Anathorey, où des voitures de Kokobots assuraient le transit vers la cité des Dockers.

L'arrivée à Nordkia la rendit muette tant elle fut éblouie par l'embellissement des lieux. Après l'hommage rendu aux personnes qui avaient perdu la vie durant la guerre, Sally ne sut où donner de la tête tant elle avait les yeux qui brillaient. Dans ses souvenirs, Nordkia était une ville où les gens passaient beaucoup de temps à travailler, et où peu de place était faite pour le divertissement. Mais ce soir-là, la fête promettait d'être complète. Elle entendit de la musique lui bourdonner aux oreilles, elle sentit des odeurs toutes plus délicieuses les unes que les autres, elle vit des messieurs élégants accompagnés par de superbes femmes, ainsi que d'autres plus modestes, mais qui mettaient de bonne humeur rien qu'à les regarder sourire. Jamais encore la jeune Paria n'avait vu Urban City sous ce visage si joyeux. Cecil ne lui parlait que des aspects négatifs de la vie des Üniks, ce qui fait qu'elle en avait une idée biaisée et peu reluisante. Elle put constater qu'il n'avait pas raison sur tout.
« Qu'est-ce que c'est ? » demanda Sally son compagnon, lorsqu'ils s'approchèrent d'un stand où l'on vendait de la nourriture.
« Des gaufres. Elles sont faîtes sur place et l'on peut y ajouter la garniture que l'on souhaite ».
Cette odeur enivrante et l'aspect délicieux de cette nourriture subjugua la jeune femme. Cecil soupira et alla lui en offrir une. Autant s'occuper d'une petite fille...

Après que Sally ait refourgué la moitié de sa gaufre à Cecil – de force – car il était selon elle important de partager, ils déambulèrent dans les rues bruyantes de la fête. Si lui n'était pas très enthousiaste, elle, était bien déterminée à s'amuser comme jamais !

Résumé du post:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: RP commun - La fête de Nordkia   Mar 13 Sep 2016 - 20:01


Diya décacheta la lettre prestement, ravie d'avoir des nouvelles de son amie de Nordkia, Evelyn, et de sa petite sœur, Lucy. Parcourant rapidement la délicate écriture tout en arabesque, elle se rendit dans la cuisine où Kansy et Merybel préparait la salle pour le petit déjeuner et les interpella au sujet de cette grande célébration qui allait avoir lieu à Nordkia, leur demandant si elles souhaitaient l'accompagner. Là où l'Hybrid refusa poliment, la jeune Elite, elle, bondit sur place, les yeux pétillants à l'idée de participer à une fête. La tornade Lilith entra à cet instant dans la pièce en courant, la proposition était parvenu jusqu'à ses oreilles et l'enfant se mit à sautiller autour d'elle en la suppliant de l'emmener avec elle. Amusée, la Cyborg l’attrapa pour la faire tournoyer autour d'elle avant de répondre positivement à sa demande. La gamine s'enfuit ensuite, hurlant dans toute l'auberge qu'elle allait assister aux festivités d'Urban City. Haussant les épaules devant le sourire de son amie, la Qantik lui expliqua alors qu'elle connaissait l'un des participant à la course d’Aéronef ayant lieu durant la soirée, et que, bien qu'ils ne se soient pas quitté en bon terme, elle souhaitait aller l'encourager. Après une longue discussion il fut décidé que le Dernier Paradis fermerait deux jours, exceptionnellement et que la propriétaire ainsi que les jumeaux Draspery et la petit Lilith se rendraient à Nordkia pour profiter pleinement de cet instant de détente et d'amusement garanti. 

Deux jours passèrent durant lesquels le petit groupe se prépara, et une après-midi complète fut nécessaire à la traversée d'Origin's. Diya ayant répondu à Evelyn entre temps, celle-ci vint les accueillir sur les quais afin de les mener dans la petite maison où elle vivait avec sa mère et sa sœur, quelques étages plus bas. La fête n'avait pas encore commencé mais les rues étaient bien animées des derniers préparatifs et il leur fallut zigzaguer entre les techniciens et les stands qui installaient leur étoles. Une fois qu'ils furent parvenus chez les Kendstal, il fallut saluer et présenter chacun à chacune, ce qui prit bien une vingtaine de minutes. Lilith et Lucy se lièrent rapidement d'amitié et commencèrent à prévoir leur soirée à grand renfort d'exclamations joyeuses. Pour l'occasion, la fillette avait souhaité porter une robe à bretelles d'un bleu pastel qui faisait ressortir sa chevelure indigo remontée en une longue queue de cheval nouée par un ruban blanc lui faisant comme deux oreilles de lapin se dandinant à chacun de ses mouvements. La Cyborg, elle, avait opté pour une robe bustier blanche cintrée à la taille par une large bande de tissus pomme. Sa longue chevelure n'avait pas trouvé d'attache et cascadait dans son dos librement. Merybel avait préféré quelque chose de plus ... habillé bien que son frère est tenté de l'en dissuadée, et arborait une robe de cocktail fleurie, ses cheveux d'encre maintenus par une pince agrémentée de fausses fleurs. Mathias n'avait pas réfléchi bien longtemps et avait enfilé le premier costume qu'il avait trouvé dans son dressing, un classique, bien que les lunettes d'aviateur plantées dans sa chevelure en bataille en ôte tout l’élégance selon sa jumelle. 

Une fois l'heure arrivée, le joyeux petit groupe, rejoint par Garen et sa copine blonde à forte poitrine, se dirigea vers la place d'où le lâché de lampions commémoratif devait avoir lieu. Chacun tenait dans ses mains son petit réceptacle en papier dont la bougie attendait d’être allumée. Diya sorti de sa pochette un délicat ruban rouge salement abîmé et tâché. Elle avait perdu beaucoup de connaissances Qantik durant la guerre de la Grande Purge et, eux aussi, avaient le droit à cette commémoration. Et si elle devait être la seule à y songer, alors la demoiselle y mettrait tous ses espoirs et ses regrets pour que demain soit un jour meilleur pour ce peuple meurtris. Après avoir noué le morceau de tissus au lampion, une jeune femme se mit à jouer de la flûte sur une estrade, non loin d'eux. La Cyborg aida alors Lilith à lancer son lampion après avoir allumé la bougie qui trônait en son centre, et propulsa ensuite le sien dans l'air encore chaud de cette belle soirée. Son regard se perdit dans la marée scintillante qui s’élevait de façon régulière sous l'harmonieuse mélodie avant de s'ancrer au minuscule point rouge malmené par le vent jusqu'à ce qu'il disparaisse. Lorsque les lampions furent si haut qu'on ne pouvait plus que les deviner, la flûtiste s'arrêta avant de brusquement lever la main tandis que Nordkia s'illuminait de mille feu, dévoilant stand de jeux, écran géant, nourriture et boissons à profusions, piste de danse avec orchestre, et tant d'autre choses encore. Les exclamations de la foule accompagnèrent cette découverte tandis que les personnes rassemblées se dispersaient.

Les jumeaux décidèrent, tout comme Garen et sa copine, de partir de leur côté, et seul Evelyn et Lucy choisirent de les accompagner vers les stands de jeux. Les deux fillettes avaient décidées que c’était là qu'elles voulaient se rendre en premier alors leurs aînées suivirent en riant devant les yeux scintillants et la joie générale que dégageait la foule. La blonde rafla une kokobot en peluche sur un stand de chamboule-tout et elle allèrent ensuite vers un stand de tir à la carabine. Là, Lilith lui désigna une peluche de Chat-Elums qui tenait un cœur entre ses pattes, la Cyborg regarda alors le nombre de point qu'il fallait pour l'obtenir et grimaça en constatant qu'il fallait faire un score parfait. Soupirant, elle demanda une carabine au jeune homme affublé d'un chapeau rayé rose et jaune qui tenait le stand et l'aligna contre son épaule. Les armes de tirs qui nécessitaient de la précision n’étaient pas vraiment son fort. Fermant un œil, elle profita  que le forain accueillait un autre client et que ses amies soient derrière elle pour activer les lentilles. Prenant une grande inspiration, elle visa le premier ballon, c’était le plus facile car il y en avait pour l'instant trop derrière la grille pour qu'ils puissent se mouvoir rapidement. Un ballon bleu éclata, puis un rose, et un vert. Ne restait qu'un jaune qui, tel un electron libre, allait et venait irrégulièrement en heurtant le cadre en bois qui le retenait. Lilith trépignait dans son dos, l'encourageant de tout son cœur.

Le dernier ballon avait éclaté et l'homme lui avait tendu la peluche. Diya se sentait un peu honteuse d'avoir usé d'un accessoire pour combler sa protégée, mais la voir si joyeuse lui fit rapidement oublier ce détail. Les deux petites filles désignèrent soudain un marchand de barbe à papa au bout de l'allée et sprintèrent au milieu de la foule, laissant Diya et Evelyn derrières elles. Pour les deux jeunes femmes il était moins aisé de se faufiler au milieu des convives et elles tentèrent tant bien que mal de ne pas trop se faire distancer. Trop occupée à rire, Lilith ne vit pas l'imposante bonne femme qui venait de s'arrêter juste devant elle et la percuta de plein fouet, rebondissant contre ses cuisses dodues avant d’atterrir sur ses fesses. La surprise passée, Diya était parvenue à la rejoindre et comprit que quelque chose n'allait pas en apercevant les larmes dans les yeux de l'enfant. Inquiète elle se pencha pour l'aider à se relever et chasser la poussière qui maculait ses vêtements avant de lui demander doucement :

" Qu'y a t il ma chérie ?"

Le visage grave, l'Hybrid aux grands yeux mauves luisant de perles salines baissa les yeux honteuse et répondit d'une toute petite voix :

" J'ai perdu la peluche que tu as gagné pour moi."

Rassurée qu'il ne s'agisse que de cela, Diya posa ses mains sur les épaules de la fillette et déclara :

" Nous allons la retrouver, ne t'inquiètes pas. Quelqu'un l'aura peut être vu tomber ?"

Jetant un coup d’œil aux alentours, la demoiselle ne parvint à repérer le Chat-Elum. Le passage constant des gens ne l'aidaient en rien et un soupire lui échappa tandis qu'elle priait pour que quelqu'un ai vu l'accrochage et l'ai ramassé.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Soldat déchu - Sylver Likaas


RPG
Âge : La petite vingtaine
Groupe: Cyborg
Inventaire: Montre à gousset, Carnet à dessin (+ matériel), polaroid, cache-oeil

MessageSujet: Re: RP commun - La fête de Nordkia   Mer 14 Sep 2016 - 16:07

C’est avec un grand sourire, que Sylver se regarde une dernière fois dans le miroir. Cet élan de fierté… Cela faisait bien trop longtemps à son goût qu’il ne l’a pas ressenti. Après avoir rassembler sa longue chevelure améthyste en une queue basse, il vérifie que son uniforme de Chevalier est bien en place. Il n’aime pas le port de cette tenue et l’évite au maximum. Mais ce soir, elle est de rigueur. Si bien qu’il l’endosse sans broncher. Satisfait, il quitte les murs du Quartier Général, prêt à remplir pleinement son rôle.
Il n’est pas encore à l’extérieur, qu’il la sent déjà grouiller sous ses pieds... Cette effervescence, comme jamais il n’en à connu ! Le monde grouille, impatient, face aux événements tant attendus. Il n’a jamais été grand amateur de festivités, quel qu'elles soient, mais ce n’est pas ce qu’il retient de ce moment qu’on pourrait qualifier d’historique.
D’une démarche assurée, il se fond parmi la foule tout en adoptant ce visage impassible qui fut longtemps preuve de sa réussite. Il ne faut pas mêler travail et sentiment, vous dira-t-il.

Pourtant, cela n’a pas été ainsi de prime abord…
Lorsque qu’il a reçu sa nouvelle affectation, le jeune homme n’a rien fait pour cacher son ennui. Tant d’attente et d’impatience pour finalement se retrouver assigner à… Ca ? Le Qantik, déçu, a voulu protester. Toutefois, il n’en avait rien fait car il savait pertinemment que cela était inutile. Il est parvenu à relativiser, quand bien même il restait vexé par le peu d’intérêt qui lui était alors accordé.
Si on revenait en arrière, bien avant la purge, il aurait été le premier à se proposer pour veiller au bon déroulement de cette fête. Celle-là même, organisée avec dévotion par la grande nation que forme les Üniks. Protéger les siens, n’est-ce pas ce en quoi il aspirait depuis toujours ?
Devant cette flagrante perte d’humilité, le jeune Chevalier s’était maudit. L'aidant sur sa lancée, son supérieur lui avait aussitôt reproché son comportement inapproprié. Le garçon avait reprit ses esprits avant de se mettre au garde à vous, clamant avec détermination son approbation avant de saisir le papier officiel qui signait sa nouvelle mission. Suite à quoi, il avait attendu l’autorisation de quitter la pièce pour aller se préparer.

C'est ainsi que Sylver est parvenu jusqu'ici ce soir. Sans cela, n'aurait certainement pas pris la peine de se déplacer. Il se glisse parmi la foule, sans trop savoir où aller réellement. Il doit garder un œil sur la fête et s’assurer que tout se déroule sans encombres.  Pour le reste, il a quarte blanche. Il choisi donc d’aller là où ses pieds le guide.
Quand la cérémonie d’hommage est annoncée, le désarroi se lit aussitôt sur les traits du Chevalier. Il n’y a rien de pire pour lui, que de réaliser qu’il se trouve en plein cœur du seul endroit qu’il cherche à éviter. Il y a beaucoup trop de monde pour qu’il puisse espérer de s’en éclipser rapidement, ce qui ne l’empêche pas d’essayer. Alors que les premiers lampions se détachent dans le ciel, le silence lourd de sens s’empare des pensées de Sylver. Tout cela lui rappel qu’il est lui-même victime de cette guerre, ayant passé pour mort auprès de ses camarades. Certes, il n’en est rien et il est toujours en vie. Cela n’empêche pas à la réalité de se montrer effrayante, bien plus encore que la mort elle-même. Il refuse de se recueillir sur sa fatalité, plus encore de faire la paix avec lui-même. Il aurait dût tuer, mourir même s’il le fallait. Mais le reste demeure inacceptable pour le militaire. Tout ce qui le préoccupe c’est de s’échapper de ce lieu qui pour lui n’est que supplices. Les barrières de mondes qui se dressent sur son passage ne le lui rendent pas la tâche facile, mais il y parvient avec soulagement.
Alors que la fête est enfin lancée, le Chevalier reprend ses fonctions et hère au hasard dans les rues toujours plus peuplées. Par instants, il s’autorise un regard sur un stand de nourriture tant l’odeur vient lui chatouiller les narines, mais il ne se laisse pas tenter. Intérieurement, il reconnaît toutefois que cette patrouille à du bon. Elle renforce d’autant plus ses sentiments, quand à l’amour qu’il porte pour sa race. Voire le sourire et la joie sur le visage de ses confrères, tout autant qu’ils sont, revigore son cœur.
Il fait face à cette réalité, tout en accompagnant chacun de ses pas d’un regard vigilant. Surgissant de nulle part, une petite fille fend la foule en courant et le bousculant dans son élan. Sylver sent aussitôt l’irritation le gagner face à ce manque de vigilance.

« Tenez vos enfant ! Ce n’est pas compliqué, non ? On n’est pas sur une piste de course ! »

Cependant il parle dans le vide, la jeune fille étant sorti tout aussi rapidement de son champ de vision. N’y prêtant pas d’importance, le chevalier continue sa marche quand il sent un gène au niveau de son pied. Il baisse aussitôt les yeux pour y découvrir une peluche, qu’il ramasse instinctivement. D’un geste de la main, il balaye une fine pellicule de poussière avant de chercher son éventuel propriétaire du regard. Au loin, il distingue difficilement une jeune fille en pleure… La même qui a manqué de le faire tomber quelques instants plus tôt !
Il n’est pas certain que cette peluche ridicule en forme de Chat-Elum lui appartienne, mais il n’y a pas trente six moyens pour le savoir. Il la distance pour l’interroger, quand bien même la vision d’un enfant en pleurs lui est insupportable. Après tout, même si ce n’est pas cela, il sera peut-être en mesure de l’aider d’une manière ou d’une autre.
Sylver baisse sa garde volontairement pour aborder la fillette. Non sans difficultés, il se déride. Ce n’est pas son but de l’effrayer en conservant ce cœur de pierre qui lui sied tant. Il est parmi les siens, lors d’un événement festif qui plus est. Ce n’est pas comme s’il était en plein cœur d’un champ de bataille… Que pouvait-il bien risquer en se montrant humain envers son peuple ?

« J’ai trouvé cet adorable animal perdu. Quand il m’a vu, il m’a semblé aussi triste que toi… Alors je me suis dit que peut-être, ces larmes étaient le reflet de cette douloureuse séparation ? »

Tout en tendant la peluche du bout de ses mains, le Chevalier tente d’esquisser un sourire à l’enfant. Quoi qu’un peu crispé, il sort réellement du cœur. Cependant mal à l’aise face à la tournure que prend la situation, Sylver se relève précipitamment.
Ce n’est qu’à ce moment là qu’il prend conscience de la personne qui se tient à leur côtés. Quand il croise son regard émeraude, sous ses cheveux tout aussi éclatants, il se fige. Cette jeune fille, cette Qantik… Jamais il n’aurait pensé la revoir un jour. Encore moins chez lui, sur ce contient ! Il rougit en découvrant la robe blanche que revêtit cette dernière, loin de lui donner cette allure enfantine dont il garde le souvenir.
Pris au piège, le Chevelier reste interdit. Il ignore comment réagir. Les souvenirs que ravive la jeune fille sont tout aussi douloureux que rassurants. Certes, elle est rattachée à une mauvaise période de son passé qu’il s’efforce d’oublier… Mais comment faire abstraction de tout le soutien qu’elle lui a généreusement apporté ? Le garçon sent ses jambes se dérober, hésitant. Et puis, après avoir honteusement fuit son regard, il fait subitement volte-face pour partir aussi loin que possible. Sans trouver la force de dire quelque chose.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: RP commun - La fête de Nordkia   Jeu 15 Sep 2016 - 19:01

C’est le grand soir, la fête de Nordkia. Trivanj regarde l’heure et se lève de sa chaise. Il revêt son écharpe rouge et enfonce sa casquette blanche et rouge sur sa tête aux cheveux en bataille. Comme à son habitude, le jeune homme joue un coup sur son échiquier. Le fou noir prend la tour blanche. Parfait.
Enfin, avant de partir, Trivanj n’oublie pas de sangler son holster contenant le pistolame qu’il a construit de ses mains.

Ses pas le dirigent naturellement vers le lieu de la fête. Ce n’est pas difficile, après tout, il suffit de suivre les gens, la foule, qui se presse vers le lieu du lâcher de lampions. Des centaines de personnes sont là qui, comme lui, ont perdu des êtres chers durant la guerre. Ils étreignent leurs, alors que Trivanj lui-même, son air blasé légèrement humanisé par une larmichette dégoulinant de son œil droit, prépare son globe de papier. Bientôt, c’est le lâcher. Des centaines, des milliers de globes illuminés s’envolent au grès des vents dans le crépuscule de Nordkia.
C’est beau, mais triste. Trivanj voit des gens pleurer autour de lui.

Puis la ville s’illumine d’un seul coup alors que les lampions volent déjà loin et une musique entraînante se déchaîne, invitant les gens à la danse et à la joie. Après l’émotion, les réjouissances.

Se frayant un chemin pas toujours facile à créer dans la foule, Trivanj arrive assez rapidement à un stand de tir qui propose des peluches plus ou moins grosses au vainqueur. Il y a des tas de gens qui se massent là dans l’espoir de gagner quelque prix.
Ca fout le bourdon à Trivanj, tout ça. Il se demande déjà ce qu’il est venu faire ici, pourquoi il ne rentre pas chez lui faire son asocial à jouer en solitaire aux échecs ou à bricoler quelque petit objet.

-Bonsoir monsieur, que désirez-vous ?

Sans s’en rendre compte, Trivanj s’était arrêté devant l’étal d’un marchand ambulant. Gauffres, barbe à papa, bonbons, glaces en tous genres. D’un signe de la tête et d’un geste de la main, Trivanj fit signe que non merci, c’est bon et reprend sa marche solitaire au milieu de cette foule dense.

Maintenant, la musique se fait plus forte. Il approche d’une piste de danse. La musique est bien. Trivanj s’installe à une table vide bordant la piste de danse sur laquelle évoluent nombre de danseurs au son endiablé d’un orchestre très disparate.
Un serveur ne tarde pas à venir prendre la commande du jeune homme aux cheveux blancs.

-Un demi s’il vous plait.

Tandis que le serveur repart vers le bar, Trivanj fixe avec plus d’attention les danseurs. Ils s’apprêtent à former une ronde pour quelque farandole improvisée.
Une jeune fille se détache de la foule des danseurs et s’approche de lui, lui souriant et lui faisant signe de venir les rejoindre.
Alors qu’il décline la proposition d’un geste de la main, la farandole commence à tourner et la jeune fille le prend par la main et l’entraîne sur la piste.

Trivanj est un peu déboussolé, si bien qu’il ne pense même pas à protester. Il se retrouve donc en train de danser au milieu d’étrangers, avec une jolie jeune fille mais tout aussi inconnue.
La tête lui tourne si bien qu’à la fin de la danse, il fait mine de retourner à sa table où l’attend sa bière. Mais c’est sans compter sur sa cavalière qui le retient et le force à nouveau à danser avec elle.
Elle rit. Elle est ravissante. Mais il n’y prête guère attention. Il se sent ridicule. Les couples se défont et se reforment aléatoirement. Trivanj perd de vue la jeune fille et se retrouve au bras d’une femme plus âgée mais non moins joyeuse avec qui il virevolte un moment.

Enfin, la danse se termine. Cette fois, Trivanj se précipite à sa table pour n’en plus décoller et regarder d’un air détaché les danseurs tournoyer sur la piste. Il sirote sa bière, en profitant comme d’un rare moment de détente.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: RP commun - La fête de Nordkia   Dim 18 Sep 2016 - 17:26


Shintaro marchait dans les rues de Nordkia son balluchon sur l’épaule, il avait une démarche lente comme s’il ne voulait pas rentrer chez lui. Sa famille n’était pas au courant de ses activités de mercenaires, il envoyait de l’argent à chaque travail mais il déviait la conversation quand on le questionnait à ce sujet. Cela faisait quelques mois qu’il n’était pas revenu, la dernière fois il s’était engueulé avec son père car le paria ne voulait pas participer à la guerre. Pour un ancien chevalier comme son paternel, ce refus était inacceptable et était une honte pour lui. En réalité, le mercenaire avait été embauché par un noble pour le protéger lui et sa famille contre une bonne somme d’argent.

C’était avec une certaine appréhension qu’il se dirigea vers le domicile de son père. Un cri de nourrisson retentit de l’intérieur, un nouveau membre était arrivé dans la famille. Il ouvrit la porte et pénétra à l’intérieur, sa belle-mère était installée sur une chaise en train de nourrir le bébé,  elle regarda Shin avec un sourire triste. Au même instant la petite sœur chargea en direction de son frère et lui sauta dessus. Elle était heureuse de le retrouver, Shin aimait beaucoup Kotori mais il trouvait son comportement étrange. Il interrogea sa belle-mère du regard.

« Ton père a combattu les envahisseurs pendant la purge pour nous protéger mais malheureusement il est tombé au combat. Sa mort a eu un effet psychologique dévastateur sur ta petite sœur. »

En effet, par mesure de protection Kotori était revenu à ses six ans. Ce passage n’était que temporaire d’après les Erudits mais elle prendra le temps qu’il faudra. Shin ne ressentait aucune tristesse par la mort de son père, il était plutôt inquiet pour sa petite sœur. Il voulait lui redonner le sourire alors il décida de l’emmener à la fête de Nordkia.

La fête débuta par des lampions à la mémoire des héros de la guerre. Kotori voulait en allumer un pour son père, Shin accepta sa demande en la prenant sur ses épaules. Il planait une drôle d’atmosphère dans l’air, il y avait eu beaucoup de victimes même chez les Hybrids. Shin ferma les yeux et murmura une prière à la Sainte Mère pour son défunt père. Même s’il ne l’appréciait pas, il restait son père et il s’était tout de même occupé de lui quand il était petit.

Les festivités pouvaient à présent commencer, la musique résonnait dans les rues de Nordkia. De nombreux stands étaient disponibles avec beaucoup de lots à gagner. Kotori voulait une peluche en forme de renatsu, heureusement pour Shin il s’agissait d’un stand de fléchettes. Il était habitué aux tirs avec des couteaux donc il ne lui fallait pas longtemps pour gagner la récompense. A côté de lui se trouvait un stand de tir à la carabine, une jeune femme aux cheveux verts semblait assez douée. Le paria n’était pas du genre à dépenser son argent mais il s’agissait d’une soirée spéciale, il allait tout faire pour rendre sa petite sœur heureuse.

Kotori était fière avec son renatsu, elle ne le quittait plus. Shin regardait autour de lui et un stand attira son attention. Il s’agissait d’un duel de bras de fer, les participants misaient de l’argent et le gagnant décidait de remporter le tout ou de garder pour une nouvelle confrontation avec quelqu’un d’autre. Il y avait un homme qui remportait chaque duel mais il restait, la mise était importante. Shin s’installa en face de lui et présenta sa main.

Son adversaire semblait sûr de lui, il lança un regard à l’animateur avec un petit sourire. Shin se doutait qu’il y avait une arnaque mais il allait tout donner. A sa grande surprise il gagna très facilement, son opposant était choqué. Le paria analysa rapidement son visage, ses traits indiquaient de l’incompréhension, comme si quelque chose ne s’était pas passé comme prévu. En une fraction de secondes Shin comprit son erreur, ce stand utilisait surement un dzêta pour truquer les duels. Il prit l’argent qu’il avait gagné et se déplaça rapidement accompagné de sa petite sœur.

Si les hommes avaient compris qu’il était un paria, il allait avoir de gros soucis. Il traversa les rues très rapidement mais Kotori avait vu un couple qui se partageait une gaufre. Elle demanda à son frère de lui en acheter mais ce dernier ne voulait pas rester plus longtemps. La petite sœur était une forte tête, elle profita d’un moment d’inattention pour échapper à Shin et elle se dirigea vers le couple.

« Coucou, moi aussi je veux une gaufre, tu peux m’en acheter une ? »

Cette petite voix fluette parvint aux oreilles de Shin, il s’immobilisa et marcha très rapidement en direction de Kotori. Il commença par s’excuser mais quand il aperçut l’homme avec un regard froid, il s’arrêta. Il se positionna devant sa sœur comme pour la protéger, il n’arrivait pas à deviner les intentions de cette personne mais il se tenait prêt à toute attaque.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Chevalier Ailé (Ithilion)


RPG
Âge : 23
Groupe: Elite
Inventaire: Bourse sans fond

MessageSujet: Re: RP commun - La fête de Nordkia   Mar 27 Sep 2016 - 12:05

Un bruit de pas précipités brisa le calme du couloir de l'étage des chambres du quartier général des Chasseurs Ailés. Alors qu'Alaryk, tranquillement allongé son lit, s'essayait à battre son record de mots trouvés dans les mots croisés  du journal quotidien, la porte de sa chambre vola presque en éclat, laissant apparaitre un fauve à la fourrure blanche et au regard consumé par un désir sanglant. Le colosse se redressa un instant et haussa un sourcil. Il soupira et se demanda qu'elle serait cette fois la raison de l'état de son coéquipier.
La bête s'approcha de quelques centimètres de son lit et réussit à articuler sur un ton étrangement à la fois calme et frémissante de rage comme une longue complainte provenant des plus sombres ténèbres.

-Saaaaalllllyyyyy ...?!


Rassuré, Alaryk replongea tranquillement son regard sur son jeu tout en mordillant son crayon et se désintéressant complètement de l'ünik pourtant prêt à déchiqueter le premier qui aurait une information concernant sa disciple. Personne ne risquait de mourir aujourd'hui à cause d'une de ces sauts d'humeur. S’apercevant que ce dernier ne bougeait toujours pas, le chevalier regarda à nouveau Ithilion et haussa les épaules :

-Qu'est-ce que tu veux que j'en sache l'ami ? Ch'uis pas sa secrétaire.

Comme si il avait obtenu satisfaction, le monstre se retourna et sortit de la chambre pour se diriger vers la prochaine. L’écho d'une nouvelle porte ouverte avec fracas résonna dans le couloir. Alaryk ne pût s'empêcher d'éclater de rire en étendant la question une nouvelle fois suivit d'un cri éffrayé. Depuis qu'il avait cette jeune fille sous son aile, son ami était devenu méconnaissable. Un vrai papa poule.  Malheureusement, cela n'offrait pas forcément plus de répit aux autres membres du Q.G.

Errant dans les rues comme une âme en peine, Ithilion déployait son radar à tout bout de champ pour tenter de retrouver sa disciple. Elle et son imbuvable compagnon avaient complètement disparu depuis le milieu de matinée, alors qu'il s'était rendu dans sa chambre pour la séance d'entrainement habituel. A vrai dire cela commençait à l'inquiéter un peu. Avait-elle décidé de reprendre la route sans le prévenir ? Sentant que son temps auprès des chasseurs ailés était fini ? Avait-il été un mauvais en enseignant au point de la faire craquer et s'enfuir ? Complètement à bout de force après avoir déambulé dans toute la cité d'Anathorey en la fouillant de fond en comble, Ithilion se laissa tomber sur les genoux.  Ses réserves d'énergie au plus bas, il se surprit de ne même pas réagir aux propos insultants d'une bourgeoise  par rapport au fait qu'il gênait le passage en plein milieu de la rue. Pire encore, sa détresse ingéra la remarque et il sentit son corps l'emporter lentement vers le côté de la rue pour l'échouer contre un mur d'une vitrine. Il resta ainsi de longues secondes, l'oeil agar, à réfléchir à la raison de cette étrange disparition. Il s'apprêta même à se remettre en question lorsque son regard capta un prospectus  sur le sol. Sali par la poussière et abimé par les centaines de pas des allers et venus  de cette artère, il était néanmoins toujours possible de lire sur les grosses lettres presque effacées : Fête de Nordkia, à la mémoire des üniks.  L'information mit quelques temps à monter au cerveau, mais lorsqu'il pensa à personnalité curieuse de sa disciple en soif de découverte de ce monde, un véritable flash lumineux traversa son esprit. Il attrapa le prospectus pour regarder la date et s'aperçut que l'évènement était prévu pour ce soir. Bien sur cela faisait des semaines que l'évènement se préparait et Sally lui avait plusieurs fois posé des questions à ce sujet.

-Mais comment n y ai-je pas pensé plus tot ?Alors comme ça....on va faire la fête en catimini ?

Le malheureux morceau de papier essuya le geste de rage du chevalier qui relâcha ensuite la boulette avant de se relever, mût par une ambition flamboyante, presque guerrière. Il en connaissait une qui allait passer un très mauvais moment pour la sale journée qu'elle venait de lui faire passer. D'une démarche rapide et déterminée, il se dit au hangar du Q.G pour y prendre son fameux destrier à deux roues. Il monta sur la G-Bike et lâcha complètement les gaz en direction de Nordkia.


*******

La puissance de son véhicule ne lui fît traverser la distance entre les deux cités qu'en une poignée de temps par rapport aux moyens de transport plus conventionnel. Lorsqu'il arriva, la nuit avait déjà posé son manteau sombre sur les rues où la fête ne battait pas son plein. D'ailleurs, il se vît contraint d'abandonner sa G-bike assez loin du centre de l'évènement tellement celui-ci avait l'air d'avoir du succès. Il tapota la carrosserie avec affection en lâchant un petit " te revoilà à la maison", avant de repartir en chasse.
Des milliers de personne arpentaient encore les rues pour tenter se rendre au coeur de la fête. Ithilion soupira. Utiliser son dzêta pour trouver les deux fugitifs au milieu de cette densité de foule allait lui provoquer un sacré mal de crâne. Toutefois, il n'abandonnerait pas pour autant. Son courroux s’abattra sur eux tel le marteau impitoyable de la justice princière  et il se promit que sa disciple regrettera d'avoir séché l'entrainement d'aujourd'hui en la soumettant à des exercices à lui en faire baver dans les jours prochains.
Avec grandes difficultés, il arriva à remonter le courant ünik en se faufilant comme une anguille entre les passants. Son oeil de faucon analysait le visage de la moindre personne qu'il rencontrait, à l'affût du visage pleins d'innocence et enthousiasmé de Sally ou de la tronche renfermée de son toutou. Chaque minute qu'il passait à chercher faisait naitre dans son esprit cruel une autre façon de leur faire payer ce temps perdu. Autant dire qu'il ne sera pas à court de ressource pendant un bon moment.

Sur le côté de la rue s'alignait d'innombrables stands proposant pleins d'activités différentes. Les enfants s'y amassaient les étoiles dans les yeux, les couples roucoulaient en profitant de l'ambiance euphorique de la fête, les rires et les chants provenaient de partout. Malgré tout, l'humeur massacrante d'Ithilion n'en changea pas pour autant. Même lorsqu'il passa devant les stands de tir où il avait l'habitude de frimer quand il le pouvait, avant de subtiliser le gros lots aux yeux des petits garçons qui s'échinaient à motiver leurs parents pour toucher les ballons.
Soudain une petite fille bouscula le chevalier pour se diriger vers un couple.

-Wow, tu as de la chance de pas être majeur toi sinon.. !!!

Mais cette dernière ne écouta pas le moins du monde la remontrance de l'ünik à fleur de peau et se dirigea tout droit vers un couple. Un grand homme à la coiffure sombre impeccable et d'une jeune femme qui avait plus l'expression d'une petite fille comblée. Ithilion les reconnut immédiatement. Le visage radieux de Sally inhiba le temps de quelques secondes la tempête qui faisait rage à l'intérieur de sa tête. Il fût presque pris de remord de devoir mettre un terme à ceci. Néanmoins son égo lui rappela que son autorité était en jeu dans l'histoire, il fallait donc qu'il mette les points sur les i.

-A nous deux...lâcha t-il en commençant à s'approcher.

Il ne put faire plus de trois pas car un remous de personne l'entraina subitement comme une vulgaire feuille emporté par le vent.

-Eh !! Attendez !! Mais !! LACHEZ MOIIIII !! SAlllyyyyyyyyyyyyyyyyy


Rien n'y fit. Son cri de désespoir se perdit dans l'océan de la fête. Le troupeau semblait enthousiasmé par un évènement qui allait bientôt débuter, mais dans la cacophonie et complètement bousculer, Ithilion ne parvint pas à capter le moindre mot. Quand il arriva enfin à s'en extirper, il se rendit compte qu'il se trouvait près d'une immense piste de danse. Autant dire qu'il s'agissait d'un lieu dont il avait horreur. Jamais au grand jamais il ne s'essaierait à tournoyer au rythme de la musique et cela, qu'importe la beauté de la dame qui tenterait de l'y attirer. Usé par sa journée et par la secousse qu'il venait d'encaisser, Ithilion s'assit à la table la plus proche. Il ne se rendit compte peu de temps après qu'elle était déjà occupée par un jeune docker, d'après son accoutrement. Son unique oeil émeraude, l'autre étant caché par un élégant cache-oeil, le dévisagea également, mais le chevalier ne s'en préoccupa guère car un détail chez lui venait de l'interpeller : sa chevelure blanche. Jusqu'a présent, Ithilion ne connaissait qu'une autre personne pourvu de cette couleur neige et il s'agissait de son maitre Elionne Histo. Cette drôle de rencontre remonta chez lui de profonds souvenirs. Il en oublia complètement la raison de sa venue.

-Et bien ça alors...
s'exclama t-il calmement pour lui même. La famille s’agrandit..

Avant d'enchainer finalement sur les présentations :

-Ithilion ! Je suis désolé de m'incruster de la sorte, j'ai juste besoin de prendre mon souffle. Néanmoins c'est coïncidence plutôt rigolote.

Pour illustrer ses propos, il désigna du doigt la chevelure blanche en bataille dont il était si fière malgré les moqueries.



Résumé:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: RP commun - La fête de Nordkia   Ven 30 Sep 2016 - 12:07

Une fête. Une grande fête. Autant dire que la jeune Qantik ne tenait plus en place depuis deux semaines. Elle n'en pouvait plus d'attendre, et elle ressemblait davantage à une enfant qu'à une demoiselle.... Elle avait bien assommé Murray pendant des heures avec ses questions et ses conversations autour de ce sujet. Ce qui avait eu le mérite de bien faire rire Ivy.... Mais il était difficile de lui tenir rigueur de son enthousiasme. Elle parlait de cet événement avec tellement de petites étoiles dans les yeux.... Même Shorka y avait eu droit le pauvre félin n'en pouvant plus de cette fête qui occupait toutes les pensées de la demoiselle. Surtout que lui s'en moquait éperdument, il n'y voyait là qu'un rassemblement massif de bipèdes, dont des Üniks, donc un endroit absolument mal fréquenté et peu recommandable. Fleya avait lutté pendant des heures pour le faire venir, usant de toute sa mignonnerie possible pour faire céder le fauvex mais rien à faire. Il refusa catégoriquement de se rendre sur place, au contact de la foule et de tout ces détestables bipèdes qu'il ne pouvait pas voir en peinture. Toute l'excitation de la foule allait l'envahir et le mettre lui même en tension, aussi il préféra éviter les débordements et gâcher le plaisir de sa petite boîte de conserve.

Et enfin ce fut le grand jour. Pour l'occasion, avant de lâcher Fleya dans les rues tel un fauve dans une arène, Lukas lui avait confié un peu d'argent pour qu'elle puisse s'amuser comme bon lui semblait. Après avoir embrassé chaleureusement son maître entre ses bras, elle s'était ruée vers l'extérieur, ne pouvant tenir une seconde de plus. Il y avait déjà un monde fou, les décorations omniprésentes attiraient le regard de Fleya qui ne savait plus où donner de la tête, et les odeurs..... Entre celles des pommes d'amour, des gaufres, des nougats et milles autres confiseries, il y avait là de quoi la rendre encore plus folle qu'elle ne l'était déjà. Ce fut d'ailleurs son premier achat, une belle grosse pomme d'amour, qu'elle s'empressa de dévorer avec un bonheur non feint. Il y avait pas mal de stand qui proposaient plein de petits jeux. L'un était entouré d'enfants, qui devaient lancer des boules dans des boîtes de conserve. Fleya hésita un instant et décida de tenter sa chance finalement. Mais avec sa faculté à calculer des tirs précis, autant dire qu'elle n'eut aucune difficulté à atteindre son but. Aucune boîte ne parvint à rester en place sous ses tirs aussi puissants que précis, qui laissèrent sans voix l'homme du stand, mais qui inspiraient les applaudissements émerveillés des enfants. Fleya n'avait pas vraiment de mérite, mais elle était tout aussi contente que si elle avait réussi l'ascension d'une montagne. Peut-être était-ce les acclamations des enfants qui la transcendaient.

Néanmoins lorsqu'il fallu choisir un gain, elle se retrouva bien embêtée. Elle aurait voulu pouvoir offrir un petit quelque chose à chacun des enfants présents, mais elle n'avait droit qu'à un seul gain..... Comment faire ? Elle observa les différents prix présents, tout en cherchant une solution à son problème, solution qui s'offrit tout naturellement à elle. En voyant l'objet de sa convoitise, elle le désigna à l'homme qui le lui donna, un peu surprise de son choix vu son âge apparent. Fleya s'empara presque fébrile de l'objet et immédiatement, elle l'utilisa. Une grande tige munie d'anneaux vides, qu'elle plongeait dans un flacon rempli d'une eau savonneuse. Lorsqu'elle ressortait cette tige, elle soufflait dans les anneaux, créant ainsi une multitude de bulles, de toutes tailles et aux couleurs irisées. Elle s'amusait à faire ainsi plein de bulles pour que chaque enfant du petit groupe puisse s'amuser à essayer de les attraper. Et ainsi, on vit une Fleya courir à travers les rues, produisant des nuages de bulles, tout en étant poursuivie par des enfants qui riaient et s'amusaient à attraper les bulles. Drôle de cortège que celui-là mais dans cette ambiance de fête, cela ne dénotait pas. Il devenait difficile d'établir qui des enfants ou de Fleya s'amusait le plus en cet instant. Mais cela n'avait pas vraiment d'importance. Ils étaient tous très joyeux et insouciants en cet instant, ce qui suffisait à tout le monde, et arrachait même des sourires attendris et amusés aux passants. Chacun était dans un état d'esprit de fête.... Ou presque mais pour l'heure, point de nuage sombre en vu !
Résumé:
 


Dernière édition par Fleya le Sam 1 Oct 2016 - 20:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: RP commun - La fête de Nordkia   Sam 1 Oct 2016 - 2:25


Diya s'était éloignée de quelques pas pour observer le sol plus loin, allant même jusqu'à vérifier les abords des stands, elle ne fit pas attention à l'homme qui s'était approché de Lilith. Ce n'est que lorsqu'elle se retourna pour dire à la fillette qu'elle ne l'avait pas trouvé qu'elle l'entrevit. Ne le reconnaissant d'abord pas, la demoiselle s’avança jusqu'à eux, fendant difficilement la foule. La Cyborg vit le larmes de sa protégée se tarir, puis l’étonnement arrondir ses yeux avant qu'un sourire timide l'illumine quand elle remercia la personne qui se trouvait dos à elle. Intriguée, la jeune femme parvint enfin à franchir le dernier rideau d'Uniks, et se retrouva nez à nez avec l'inconnu qui venait de se relever. Ses yeux s’écarquillèrent démesurément. Depuis combien de temps n'avait elle pas vu ce Qantik ? Puis ses yeux tombèrent sur l'uniforme des chevaliers, remontèrent dans les siens pour chercher une réponse à son interrogation silencieuse. Elle vit ses joues s’empourprer avant qu'il ne lui tourne le dos pour fuir. Sa voix fendit l'air, engloutie par le brouhaha ambiant :

" Sylver ? Attend !"

Mais déjà, le flot continu de Dockers l'avait avalé, recrachant de nouvelles têtes et des tenues plus extravagante les unes que les autres. Diya resta un instant immobile, fixant la foule, cherchant désespérément à repérer la chevelure indigo du jeune homme. Son esprit embrouillé par ce qu'elle venait de voir. Lilith la sortit toutefois de ses pensées avant qu'elle ne s'y perde, tirant sur sa robe pour attirer son attention, elle lui montra la peluche toute fière, avant de clamer :

" Tu as vu ? Le monsieur il l'a retrouvé !"

Diya lui rendit son sourire, ébouriffa ses cheveux, ce qui fit grimacer et rigoler l'enfant, avant de se convaincre qu'elle ne parviendrait pas à retrouver le Qantik au yeux vairons dans ces festivités. Soupirant, la Cyborg se dressa sur la pointe des pieds pour observer au dessus de la foule le marchand de barbe à papa. Agacée de ne pas y trouver son amie et sa jeune sœur, la demoiselle se demanda ce qu'elles allaient bien faire à présent. Mais la fillette, loin de réfléchir autant que son aînée, désigna un groupe d'enfant qui courraient derrière une jeune femme armée d'un grand tube à bulles en criant pour se faire entendre :

" Je peux, dis, je peux ?"

La petite fille sautillait sur place, les yeux brillants d'excitation. Oubliée l'incident de la peluche chat-elum, il y avait trop de choses merveilleuses ici pour s'y arrêter plus de deux minutes. Ne voulant pas lui bouder son plaisir, Diya hocha la tête positivement, amusée, et se lança sur les pas de sa protégée qui bondissait pour éclater les bulles savonneuses derrière l'inconnue aux longs cheveux d'ébènes. Ils s'attiraient bien entendu les râles agacés de la foule, mais rien ne pouvait arrêter le petit groupe d'enfant. Rien, sauf un clown modeleur de ballons peut être. Il n'en fallut pas moins pour que les enfants, y compris Lilith, se jette sur l'animateur qui se dépêcha de combler tous ces petits garnements. La demoiselle en profita pour s’arrêter à hauteur de la jeune femme et déclarer, un immense sourire aux lèvres et les joues légèrement rougies par la course entre les passants :

" Jamais je n'aurais cru que des bulles de savon avaient un tel pouvoir sur les enfants ! C'est une idée fantastique."

La demoiselle reprenait son souffle, sans perdre des yeux Lilith qui scandait en rythme avec les autres chenapans pour que le clown fasse toujours mieux, plus impressionnant, et que chacun obtienne son ballon en forme de fleur, chien d'éracléa, araignée, poisson, ect. Elle ajouta, plus calmement, mais sans se départir de l’émerveillement qu'elle éprouvait pour cette fête :

" Cette soirée est très réussie, vous ne trouvez pas ? Je n'avais pas vu autant de personnes s'amuser innocemment depuis bien longtemps."


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Haku


RPG
Âge : 18
Groupe: Anemös
Inventaire: Un arc, des flèches, un couteau de chasseur, un appeau à raton-laveur, un maillot anti-chaleur et une petite renatsu

MessageSujet: Re: RP commun - La fête de Nordkia   Lun 3 Oct 2016 - 18:10

Haku, sous l’identité de Harry Hiatus, contemple de ses yeux émerveillés les rues colorées. La foule le met mal à l’aise mais l’excitation de la nouveauté submerge ce sentiment. Il découvre avec une grande curiosité ces aéronefs qui ne naviguent pas au dessus de la Sylva. Leur ingéniosité technique est un grand mystère pour Haku. Les gens le fascinent tout autant, ils portent des vêtements bizarres, colorés et ils bavardent, ouverts et joyeux. La musique festive imprègne la ville. L’hybrid peine à imaginer que quelques mois auparavant, son peuple et eux se faisaient la guerre qui provoqua tant de morts des deux camps.

Officiellement, Harry Hiatus est un bourgeois au cheveux roux dont la famille pratique le commerce de céréales et de viande pour nourrir la population ünik. Il porte des vêtements teints en bleu en accord avec son statut dont les longues manches amples conviennent au climat plus froid de Urban City. La poche intérieur de sa veste garnie d’un bonne poignée de pièces, il espère profiter de la fête comme tout bon citadin. Cette identité lui fut donnée par son chef éclaireur qui l’a recommandé pour cette dangereuse mission. Pas vraiment une mission à vrai dire, juste un test pour se fondre dans la population et à l’avenir recueillir plus d’information sur les üniks, de l’espionnage en somme. Les candidats pour se mêler aux abominables üniks ne se bousculaient pas à la porte, surtout des candidats aptes à la discrétion et au camouflage. Ainsi, malgré sa jeunesse, Haku fit partie des rares élus à goûter le sortilège de Floki le chaman. Ce sort permet de camoufler les hybrids aux autres races. L’effet ne dure qu’une nuit, une nuit où « Harry » devra se joindre aux discussions et comprendre la façon de penser de cette race impie qui s’est détournée des enseignements de Mère Nature.

À la fin des festivités, il regagnera un point de rencontre hors de la ville où l’attendent les autres hybrids, prêts à retraverser le désert de Sidhe pour retourner au bercail. C’est aussi à ce point de rendez-vous qu’il retrouvera son arc. Son absence sur son épaule lui manque déjà. Il est désarmé, il n’a que ses jambes pour le sauver en cas de mauvaise fortune.

Harry a imité la foule, la suivant à un parterre. Tous avaient un lampion dans les mains et le « bourgeois » y comprit que leur lancer rendait hommage aux victimes üniks de la Grande Purge. Ce peuple souffrait donc bien de sa nature belliqueuse. Il n’a pas osé se détourner du mouvement car cela aurait paru bizarre. À titre personnel, il a bien perdu des membres de sa famille et des amis ont été affectés par les leurs mais aucun proche de lui. Qu’importe, au signal de la flûte, il a lâché solennellement son lampion dans le crépuscule en pensant à toutes les victimes de la guerre. La musique effaça la tristesse du moment et démarra les réjouissances.

Réjouissances dont Harry profite maintenant pleinement. Il s’est détourné des images d’aéronefs. L’objectif de sa venue est avant tout de voir du monde. Il passe son chemin de stand en stand. Ses yeux sont attirés par les stands de tir. Ce qui semble être une drôle de sarbacane, pistolet comme disent les vétérans, expulse des projectiles difficiles à discerner pour crever des ballons. Harry a bien envie de tester, juste pour tenir la pseudo-arme dans les mains. Les enfants reçoivent des peluches en cadeau. L’idée lui vient d’en offrir une à l’un d’eux s’il venait à en gagner une mais ça paraîtrait suspect et surtout bizarre. Une belle ünik créé des bulles pour amuser des enfants. L’idée est ingénieuse. Harry se décide à tester quand même, il n’est pas sûr de gagner quoi que ce soit après tout. Payant son droit d’essai, il prend le pistolet dans sa main quelque peu gauche et tire. Il rate. Sa précision est parfaite mais l’arme dévie sur le côté, Harry le comprend très vite et enchaîne les coups en maintenant le canon de l’autre main. Les ballons bousculent les autres ballons en éclatant ce qui complique la tâche, juste assez pour stimuler l’esprit ludique de Harry. Il reste un ballon, il n’a pas gagné mais ça n’a pas d’importance. Par contre, il meurt d’envie de ressayer.

C’est donc comme ça un pistolet ! Les coups sont ridiculement faibles mais c’est si facile de tirer rapidement. J’ai maîtrisé l’arme en un coup d’observation alors qu’il m’a fallu un professeur et des mois pour enchaîner dynamiquement mes tirs à l’arc. Et c’est un jeu pour les enfants !

Bouleversé par la révélation, il reste debout à côté du stand les mains devant la bouche. Il se remet doucement. Il lui semble important de reprendre son personnage. Les stands lui tendent les bras, les gens sont tout sourire. Il y a d’ailleurs l’ingénieuse de tout à l’heure qui est abordée par une autre aux cheveux verts comme ceux d’une phytos. Harry arrive à écouter leur discussion, son don est très pratique, même pas besoin d’accoster les gens pour les connaître.

Résumé:
 


Dernière édition par Haku le Mar 4 Oct 2016 - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




RPG
Âge : 23 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Médicaments, carnet de note et fiole de poison, une aiguille à coudre, une photo de sa famille.

MessageSujet: Re: RP commun - La fête de Nordkia   Mar 4 Oct 2016 - 14:47


    L’avion de papier zigzaguait entre les arbres touffu de la Sylva, évita de justesse le plongeon d’un jeune rapace et continua sa course inexorable vers sa destination. Sur son flanc droit, le nom de Radja écrit en patte de mouche brillait d’une faible lueur à peine visible, le poussant à l’approcher d’elle peut importer dans quel sens soufflait le vent. Le nez de l’avion piqua soudainement, terminant sa course en une large spirale avant de se redresser pour passer par la fenêtre de la chambre de l’Unik. Elle était en train de coudre deux pant d’une robe qu’elle était en train de concevoir quand la lettre se posa sur le dos de ses mains.

    Radja ne put retenir un soupir, mais elle souriait. La capacité d’Eachna lui permettait de se tenir au courant de ce qu’il se passait à Nordkia bien qu’elle se trouvait à des kilomètres de cette ville depuis bientôt deux mois, dépliant doucement l’origami elle lit, non sans plisser des yeux, l’écriture tremblante de sa tante. Elle lui racontait avec enthousiasme, car la vieille femme était très expressive et toutes ses phrases explosait de bonheur, qu’une grande fête aura lieu et qu’il fallait « absolument » qu’elle vienne y assisté car c’était les princes qui l’avaient mis en place… enfin elle le pensait, Eachna aimait prévenir sa nièce, mais la véracité de ses propos n’était pas toujours véritable. Radja réfléchit un instant, depuis qu’elle était entré au Dernier Paradis suite à l’intervention de Diya elle avait repris des couleurs et bien que l’ennuis la poussait la saisissait à de multiple reprise, la poussant à parcourir cette terre inconnue, devenir une véritable aventurière malgré elle, et lui permettant de réalisé de diverse création dont elle n’aurait jamais eu l’inspiration à Urban City elle n’avait pas forcément envie de refaire tout le voyage vers cette cité polluer, bruyante et où sa dignité flottait encore sur l’eau poisseuse de Nordkia.

    C’est finalement son stock de médicament, quand elle le regarda, qui la décida. Son temps avait toujours été compté et, bien qu’elle se plaisait à vivre dans la forêt, cette dernière ne pourrait lui permettre de vivre convenablement. La blanche sortie de sa chambre et se mit à chercher Diya, bien qu’elle la savait très occuper par l’auberge ou souvent en quête d’aventure à vivre, elle songea qu’elle devait être dans les parages aujourd’hui, mais elle ne vit sa tignasse verte nulle part et c’est Merybel qui l’informa de son départ. Cela datait d’hier. Choquer par cette nouvelle, surtout par le fait que Lilith avait apparemment claironné partout qu’elle se rendait à la fête dont elle désirait proposer la participation à son amie, Radja se rendit compte qu’elle s’était isoler dans une vrai petite bulle ses derniers jours. Certes, elle était entièrement satisfaite de ce qu’elle avait fait des tissus durement trouvé dans la Sylva et de ses robes qu’elle avait transformé de rapide coup de crayon à une véritable œuvre, mais elle en payait maintenant un prix douloureux. Elle avait été laissé derrière, car on la considérait trop occuper.

    Dépité, mais bien loin d’en vouloir à Diya qu’elle savait généreuse et bienveillante, elle retourna à sa chambre après avoir informé Merybel et Kansy, car elle n’avait vu Mathias de la journée, qu’elle se rendrait le lendemain à Nordkia. La cuisinière lui offrir quelques biscuits pour le voyage et lui prêta un grand sac à dos qui, bien que disgracieux, lui permettait de transporté quelqu’une de ses créations, son carnet à dessins et quelques tenues rechange avec une gourde d’eau. Radja s’attendait à un voyage difficile et très désagréable, c’est pourquoi elle enfila ses bottes de marche qu’elle prenait pour parcourir la Sylva et s’en alla tôt le matin après avoir avaler un gros petit déjeuner. Le plus dure était à venir et c’est comme toujours le voyage en aéronef qui l’acheva. Son mal des transports la fit sortir de l’appareil verte et chancelante, si bien qu’elle dut s’accrocher à deux mains à la rambarde pour ne pas chuter. Elle inspira profondément pour reprendre son souffle, toussa après avoir respiré l’air lourd et poussiéreux de la ville, puis se redressa par fierté et quitta l’aéroport sans attendre.

    Will fut profondément heureux de la voir. Quand il alla ouvrir la porte en grommelant, comme le véritable ours qu’il était, et qu’il dut baisser les yeux pour voir cette petite chose blanche devant sa porte, son visage se métamorphosa pour exposer au monde ce qu’il était vraiment : Un vieil homme émue de revoir celle qu’il ne pensait jamais revoir. Il la serra dans ses bras si fort qu’il manqua de l’étoffer et ne la lâcha qu’après de longue minute d’une étreinte interminable sans prêter attention aux multiples protestations de Radja. Wilhelm offrit à sa protéger le meilleur repas qu’un docker pouvait lui offrir, lui laissa son lit bien que poisseux et tacher et lui concocta de nouvelle fiole de médicament quand elle lui expliqua qu’elle comptait repartir pour la Sylva après la fête qui serait donner à Nordkia. La blanche trouva la réaction de Will exagéré, ce n’était pas comme si elle avait disparu pour toujours, c’était uniquement que ses visites quotidienne c’était arrêter pendant deux longs mois et bien que le vieillard c’était retrouver seul pendant tout ce temps, elle ne comprenait pas pourquoi cela l’avait autant chagriné. Après tout, n’avait-il pas vécu seul une grande partie de sa vie ?

    Le jour de la fête c’était montré interminable, Will avait porté à Eachna une petite lettre de sa nièce lui expliquant qu’elle ne désirait pas revoir Aalana et Vanora, car elle savait qu’elles lui feraient mille et un reproche en lui claquant la porte au nez, alors elle attendrait qu’elles soient partie pour venir lui rendre visite. C’est ce qu’elle fit une fois que le soleil avait commencé à se coucher, d’après Eachna elles partiraient peu de temps après la fermeture de la boutique, elle approcha de la porte arrière de la boutique et frappa trois fois à la porte en bois sombre. Sa tante lui ouvrit tout de suite, un large et éclatant sourire aux lèvres et elle la reconnut sans peine malgré la large cape à capuchon qu’elle portait sur les épaules. Eachna la serra dans ses bras et lui raconta, à toute vitesse sans reprendre sa respiration, tout ce qu’elle irait voir ce soir. Elle avait prétendu ne pas se sentir très bien auprès de ses sœurs qui l’avaient donc laisser à la maison avec une infusion, sans insister.

    Elle était déjà habillée pour sortir, la brune avait revêtue une jupe violette pour s’accorder avec ses chaussettes lavande et un corsage rayer de pourpre et de blanc lui serrait la taille, lui remontant sa poitrine généreuse, mais elle n’avait rien fait pour sa coiffure. Elle l’avait oublié, comme elle oubliait beaucoup de chose. Radja ne put s’empêcher de rire en voyant Eachna tourner sur elle-même dans toute la pièce de travaux et de bondit de joie en imaginant à quoi pouvait bien ressembler la fête. Sa tante la pressa de se changer également pour qu’elle ne rate pas grand-chose des festivités, mais la blanche avoua, penaude, qu’elle n’avait emmené avec elle que des robes à lui présenter, mais rien à mettre. Alors, la vieille femme vida le sac qu’avait emporté sa nièce et fouilla dans les œuvres dont Radja était si fière, elle eut quelques hoquets quand elle vit avec qu’elle violence Eachna s’emparait des soieries et craignit qu’elle ne les déchire, alors elle se pressa à ses côtés et lui saisit le bras, lui sommant de se calmer. C’est à cet instant, que la brune lui tendit un petit tissu bleu clair en explosant.

    - Met celle-là, elle est chouette !

    Radja reconnu la robe du premier coup d’œil et secoua la tête.

    - Eachna, cette robe n’est pas terminé, ce ne serait pas convenable.
    - Mais les autres sont trop pompeuses. – Elle était loin d’avoir tort, malgré sa folie elle était capable de faire la distinction entre les robes qu’elle réalisait pour les Nobles et les tenues festives pour les dockers. – Il y aura des nobles, mais aussi des dockers, et puis on ne va pas à un bal, tu aurais trop mal aux pieds, et puis elle est belle !

    La blanche soupira. Sa condition avait changé depuis maintenant plus d’un an et pourtant elle n’arrivait pas à se détacher des convenances qui lui était si cher. Baissant les yeux vers l’assemblage de tissu léger entre ses mains, elle essaya de visualiser ce que cela ferait sur elle et ne sut que dire. Demandant à sa tante d’aller chercher un ruban pour attacher sa chevelure rebelle sans quoi elle refuserait de partir avec elle à la fête, elle alla enfiler la fine robe bleue ciel qui se révéla plus présentable qu’elle ne l’aurait crus. Bien qu’elle fut loin d’être terminé pour Radja, la robe était composé de deux sortes de tissu, la couche inférieur était une soierie fines qui voltais autour de l’ancienne duchesse à chacun de ses mouvements, soulignant ses quelques formes, et la seconde était aussi fine, blanche et transparente qu’une toile d’araignée dissimulant les excès de la soie et la faisant reluire grâce à des paillettes incrusté dans le tissu. Un petit ruban bleu marine la serrait sous la poitrine, parfaitement aligné avec les manches qui tenait la robe à ses avant-bras. Pour remplir l’espace blanc que formait son cou débudé et sa poitrine son Dzeta, trônait comme un bijou de grande valeurs dont on était fier, accrocher par une chaine dorée.

    Le résultat ne lui déplus pas, bien qu’elle ne jugeait pas parfait, Eachna revins en courant de l’étage avec son ruban mauve quand Radja s’attachait ses cheveux en une demi-queue très tiré. Après avoir noué le flot dans les cheveux échevelé de la brune, et après que cette dernière lui eut fourni un châle marine constellé de silhouette de cygne, elles prirent la direction de la fête. Elles y furent en une vingtaine de minutes de marche et se perdirent si aisément dans la foule qu’elles furent rapidement déboussoler. Elle se repèrent grâce au son de la flûte qui fut jouer pendant la cérémonie du lancer de lanterne et, après avoir réalisé une prière muette en l’honneur des hommes et femmes tombés au combat, bien que Radja n’eut aucun sentiment à leur égards, allèrent profité des festivités comme tous les autres Uniks présents à ce moment.

    Eachna s’émerveilla devant absolument tout ce qu’elle voyait, les stands de tirs, les peluches, les labyrinthes pour les enfants, les démonstrations de forces pour ses messieurs, les accessoires vendu pour ses mesdames, par cette fille qui se promenait en courant avec une ribambelle d’enfant la suivant grâce à une traîné de bulle, mais ce qui l’émerveilla le plus fut les stands de nourritures où elle traîna sa nièce par le bras. La blanche rit et devant cette multitude d’étoiles qui illuminait les yeux de sa tante devant le marchant de barbes à papa, elle choisit de lui en offrir une malgré son petit budget.

    - Une grosse hein …. Encore …. – fit-elle en observant l’homme faire – encore …. Encore… encore plus grosse …

    Finalement, la brune en ressortie avec une barbe-à-papa qui faisait trois fois la taille de sa tête et la savoura avec un sourire aussi large qu’une gamine devant une table remplie de pâtisseries qui lui était toute dédier. Radja, elle s’offrir une gauche chocolaté recouverte d’une couche de chantilly, elle ne savait si cela était très raisonnable, ou convenable, mais se laissa entrainé par la bonne humeur et le dédain de sa tante face à ce qu’il fallait faire ou non. Dégustant sa gaufre du bout des lèvres, avec ce petit sourire rose et bienheureux qu’on ne lui avait jamais connus à Nordkia, elle savourait ce moment d’euphorie avec timidité alors qu’à ses côtés une farandole de docker se mirent à danser.
Résumé :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: RP commun - La fête de Nordkia   Ven 7 Oct 2016 - 19:01

Dans les rues de Nordkia, un nuage de bulles déambulait entre les passants poursuivi par une horde de bambins qui riaient aux éclats en attrapant les bulles qui trainaient. Cette mini tornade de bonne humeur de rire et de bulles se stoppa net néanmoins, lorsqu'un clown vint attirer leur attention avec des ballons. Le groupe d'enfants s'étaient immédiatement arrêté pour l'observer faire, et recvoir chacun un ballon, mais pas que eux. Fleya semblait être greffée à eux, et s'était arrêté en même temps que la troupe, comme si elle était une grande enfant parmi des enfants..... Ce qui était le cas en fait. Elle observait le clown avec le même émerveillement que ses jeunes camarades, et ce dernier, un peu surpris de voir autant d'étoiles dans les yeux d'une demoiselle adultes, termina un chiot pour une petite fille avant de lui demander.

Et la princesse des bulles, souhaiterait-elle un petit animal en ballon elle aussi ?


-Oh oui ! Oh oui ! S'il-vous-plaît !

Parfait, et qu'est-ce qu'elle aimerait comme animal ?

-Un lapin rose !

Lapin rose tu demandas, lapin rose tu auras ! Et hop !

Il sortit plusieurs ballons et s'amusa à les tordre inlassablement jusqu'à obtenir le fameux lapin rose tant espéré. Fleya était aux anges, si fière de son petit lapin rose. Mais alors que le clown continuait de satisfaire chacun des enfants, une voix adulte interpella la Qantik qui se retourna vers son interlocutrice.

-Fleya est heureuse d'avoir pu trouver de quoi satisfaire tout le monde ! J'aime beaucoup les bulles moi aussi, hi hi hi, je suis contente que cela ait eu du succès.

Le clown faisait des prodiges d'imaginations et de talent pour satisfaire et émerveiller toujours plus son jeune public, qui n'était pas avare d'acclamation et scandait toujours plus son ravissement. Tout en appréciant sa prestation, Fleya continua d'écouter la jeune femme lui parler, et emportée dans son état euphorique, elle parla sans retenue.

-J'attendais cela depuis des semaines, je suis tellement heureuse de pouvoir participer à une si grande fête ! C'est la première fête du genre à laquelle Fleya assiste et je ne regrette pas, c'est vraiment extraordinaire ! On s'amuse beaucoup, il y a tellement de choses à voir et à faire hi hi hi, Fleya ne sait plus où donner de la tête. J'espère qu'il y en aura beaucoup d'autres !

Elle continuait son espèce de jonglerie entre la première personne et son propre nom, ayant toujours du mal avec cette habitude, qu'elle commençait néanmoins à prendre. La plupart des petits bouts de choux avaient tous leur ballon, et heureusement ou le pauvre clown allait finir par tomber d'épuisement à travailler ainsi à la chaîne. Toujours emportée dans son élan de joie débordante, la jeune femme s'arma de sa baguette à bulle, et se mit à inonder les alentours de bulles, distrayants momentanément les enfants qui s'amusaient à présent à éclater les bulles avec leur animaux en ballon. Fleya soufflait ses bulles dans tous les sens, permettant à chacun de s'amuser, et lorsqu'elle eut finit d'en produire suffisamment pour tous, elle se tourna de nouveau vers l'inconnue, tout sourire, en commentant.

-Il faudrait qu'il y ait plus de gens pour faire des bulles que tout le monde puisse en profiter !

Mais ceux au alentours en profitaient déjà, et même malgré eux.... Parmi ces victimes des bulles, il y avait un Hybrid, minutieusement dissimulé, qui n'avait certainement pas prévu cette violente agression de bulles ! Elles qui osaient se briser et s'évanouir à son contact ! Loin de toutes ces considérations, Fleya continuait d'irradier d'une bonne humeur palpable et poignante, et alla même à demander avec son aplomb et son naturel désarmant.


-Vous voulez un animal en ballon vous aussi ? Il faut en profiter tant que le clown n'est pas accaparé par les enfants !

Dans son innocence caractéristique, elle était à mille lieux de se douter que la plupart des adultes n'étaient plus spécialement friands des distractions enfantines. Et que les ballons n'émerveillait plus autant ces grandes personnes..... Mais dans la plupart des cas de figures, il y avait toujours des exceptions. A savoir si cette femme au cheveux verts en faisait partie ou non. Mais dans tous les cas, même si elle refusait ce ne serait certainement pas suffisant pour gâcher le moindre plaisir de la jeune Qantik !
Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: RP commun - La fête de Nordkia   Mer 12 Oct 2016 - 16:22


Il régnait à Nordkia un tohu-bohu comme jamais Sally et Cecil n'en avaient jamais vu. Ils étaient restés dans cette ville pendant plusieurs mois, mais jamais ils n'auraient cru possible que cette immense fourmilière puisse être plus bruyante et agités qu'elle ne l'était déjà au quotidien. Jamais ils n'avaient vu autant de monde, ni entendu autant de voix, ou vu autant de visages, même à Anathorey par les journées les moins chaudes. Cecil tenait fermement sa compagne par le bras afin de ne pas la perdre. Elle, se laissait malmener par l'Ünik, trop occupée à admirer toutes ces choses nouvelles qu'elle découvrait à peine. Les jeux, les peluches, cette nourriture bizarre et sucrée, si simple et pourtant délicieuse, les boissons amères et les pistes de danse, tout cela accaparait toute son attention, à tel point qu'elle manqua de bousculer une enfant venue se planter juste devant eux.
« Regarde Cecil, c'est une petite fille ! s'enthousiasma Sally
- J'ai bien vu » rétorqua l'Ünik, qui contrairement à sa souriante amie n'arborait qu'une mine froide, voire dérangée par cette gamine sortie de nulle part.

La petite, toute droite sur ses petites jambes, déclara avec angélisme qu'elle aimait bien les gaufres elle aussi et qu'elle apprécierait de s'en faire offrir une. Sally s'apprêtait à demander de l'argent à Cecil lorsqu'un homme démesurément immense arriva à son tour. Penché en avant et l'air inquiet, il posa ses mains sur les épaules de la fillette, tel un parent rassuré d'avoir retrouvé le petit qui venait de lui échapper. Il s'excusa, mais le regard acerbe de Cecil lui dit un effet désagréable qui le poussa à la méfiance. La situation pouvait paraître très curieuse, car cet homme était si grand et costaud qu'il aurait pu briser le faux majordome en deux rien qu'à la force de ses poignets s'il l'avait voulu. Si la petite semblait ravie de l'avoir retrouver, Sally et Cecil demeurèrent silencieux. L'un était dérangé de nouveau par cette nouvelle apparition – pourquoi le dévisageait-il de la sorte d'ailleurs ? Tandis que l'autre demeura sans voix face à une telle force de la nature. Cet inconnu était plus grand et plus fort qu'Alaryk, ce grand dadais resté au QG des Chasseurs pour ce soir, ce qui n'était pas peu dire ! Tous les quatre demeurèrent quelques instants ainsi, sans rien dire, à se toiser sans trop savoir que faire.

Soudain il sembla à Sally qu'elle entendait quelqu'un crier son nom dans le lointain. Elle tourna la tête à droite, puis à gauche, sans rien voir. Elle avait très certainement rêver. Elle remarqua alors qu'une petite buvette ouvrait ses portes non loin d'eux, juste devant une piste de danse, avec des chaises et des tables qui seraient bientôt prises d'assaut par la foule omniprésente autour d'eux. Cecil, qui avait compris ses intentions, eu beau signifier par tous les moyens possibles et imaginables qu'il n'avait aucune envie de rester dans le coin, la jeune femme ne lui laissa pas le choix. Elle tendit gentiment la main à la petite fille.
« S'il me reste un peu de monnaie, je veux bien t'en acheter une. Je m'appelle Sally, et toi ? »
Elle cherchait à détendre l'atmosphère, ça il l'avait bien compris, mais cette manie qu'elle avait d'arrondir les angles depuis quelques temps avait le don d'horripiler l'Ünik vêtu de noir. Cependant il se voyait mal fuir à présent que le mal était fait : soit il perdait Sally dans ce capharnaüm géant, soit il l'emmenait de force, mais c'était prendre le risque de l'entendre piailler de mécontentement jusqu'à la fin de la nuit. Il accepta de supporter ces inconnus le temps d'un verre et de faire croire qu'ils l'intéressait, jusqu'à ce qu'ils se quittent et se promettent de ne plus jamais de revoir.
« Vous voulez bien ? demanda Sally à l'immense gaillard. Nous pourrions aller nous asseoir ensemble, si ça ne vous dérange pas ? »
D'un sourire aimable elle alla chercher une table libre où ils purent tous s'asseoir. Avec le peu de monnaie qu'il lui restait, elle commanda une gaufre pour la petite, tandis que Cecil commanda pour lui et Sally – hors de question d'abreuver ces gens-là gratuitement. Déjà qu'il n'invitait jamais ses amis, il n'y avait aucune chance pour qu'il se montre davantage charitable avec deux parfaits inconnus.

Un début de conversation s'amorça. D'où venez-vous, ce genre de choses sans grand intérêt mais qui permettait de mieux se connaître en douceur. Devant la terrasse de la buvette tournoyaient des couples et farandoles au rythme bondissant de la musique. Les lumières de la cité éclairaient chaleureusement cette petite scène charmante, qui faisait dire à Sally qu'elle était heureuse d'être partie du QG un peu en douce afin de profiter de cette fête. Cecil quant à lui ne disait pas grand chose, peu à l'aise lorsque la gamine croisait son regard. Son regard balaya l'assemblée, jusqu'à tomber sur une table à l'extrémité de la terrasse, autour de laquelle se trouvait deux hommes aux cheveux blancs. L'un borgne, et l'autre qu'il ne connaissait que trop bien. La présence de ce gringalet le surprit tant qu'il manqua de s'étouffer avec sa gorgée de vin. Sally le tapota doucement dans le dos, très loin de se douter que son maître se trouvait à quelques mètres d'elle et qu'il était la source de l'émoi de son ami. Cecil se garda bien d'en dire quoi que ce fut à Sally : mieux valait rester loin de cet énergumène pénible. La soirée était pour le jeune homme suffisamment lassante pour que ce Chevalier ne vienne s'y greffer. De toute manière, comme Sally avait fait le mur, elle faisait aussi bien de ne pas se faire remarquer !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: RP commun - La fête de Nordkia   Mar 18 Oct 2016 - 2:49


Diya observait la joie apparente de la jeune femme avec amusement, et il semblait que le clown lui même ai été contaminé par la réaction enfantine de la jeune femme, lui proposant un ballon à elle aussi. La dénommée Fleya lui répondit avec plaisir et la Cyborg s'étonna de son passage de la première à la troisième personne régulier. Les rires sincères de l'inconnue firent sourire plus largement la Qantik qui se trouvait à présent dans un état de détente totale. Fleya se remit à faire des bulles et la troupe de petits garnements se mit à bondir en tout sens pour crever ces dernières à l'aide de leur nouvelles acquisitions. Lorsque la demoiselle lui suggéra de demander elle aussi une création en ballon en clown, la jeune femme ne pu s’empêcher de pouffer et dans un élan d'innocence qu'elle n'avait pas ressentit depuis longtemps, la Cyborg se tourna vers le clown qui, ayant finit de satisfaire les enfants, hélait les passants pour les attirer. Il n'eut donc aucun mal à se rendre disponible et lui demanda ce qu'elle voulait comme petite bête. Prenant une poignée de seconde pour y réfléchir, Diya tapota sa lèvre inférieur de son index avant de lancer, contente d'avoir trouver :

" Vous arriveriez à faire un Fauvex doré ?"

Le clown prit un air malicieux et sortit deux ballons de sa carriole. Il se mit ensuite à les tordre dans tout les sens après les avoir gonflé à l'aide de sa petite pompe. Les couinements étaient assez agaçants pour les oreilles, mais la musique et les gestes gracieux et précis rendirent ce détail facilement surmontable. Lorsque le forain lui tendit le fruit de ses efforts, les yeux de la Qantik brillèrent et elle s’écria, émerveillée :

" C'est très réussi, bravo !"

Après avoir coincé le petit Fauvex sous son bras, la jeune femme attacha ses longs cheveux avec un ruban noir. Dans la foule, elle craignait que le sac ou le vêtement de quelqu'un s'y accroche et cela risquerait de lui faire perdre de vue sa protégée. Celle-ci se dirigeait par ailleurs déjà vers un autre stand et la Cyborg se dépêcha de s'adresser à Fleya avant de le suivre :

" Profitez bien de la soirée, ce fut un plaisir !"

Son sourire était sincère, elle avait apprécié la candeur contagieuse de la demoiselle aux grands yeux bleus. Se précipitant derrière la petite fille pour ne pas la perdre dans la foule, la Cyborg la rattrapa devant une piste de danse. De multiples personnes avaient formés des cercles et dansaient en se tenant les mains. Lilith tira sur son bras, hurlant par dessus l'orchestre qui jouait à côté pour se faire entendre :

" Je veux danser aussi, viens avec moi !"

Sans attendre elle tira la main de sa protectrice et les Dockers leur firent une place dans la ronde sans hésiter. Elle eut à peine le temps de ranger la sculpture en ballon dans son sac ! Les pas étaient simples et au bout d'une dizaine de minutes elle n'eut aucun mal à les reproduire sans y penser, prenant même du plaisir à participer à cette chorégraphie endiablée. La musique les entraînait à chaque instant d'avantage et quelque tours plus tard, les danseurs se dirigèrent tous vers des inconnus pour les convier à les rejoindre. La piste de danse devenant trop petite, les cercles s’accrurent jusqu'à en déborder. Suivant le mouvement, Diya se jeta dans la foule, Lilith pendue à son bras, elle attrapa les mains de la première personne qui se démarquait et l'invita en s'exclamant, tout sourire, les joues rougies par l'effort physique :

" Venez danser !"

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: RP commun - La fête de Nordkia   Mar 18 Oct 2016 - 13:45

La nouvellement nommée "Princesse des bulles" prit à cœur d’honorer avec soin son rôle, et s'attachait à faire toujours plus de bulles. Elle avait l'impression d'avoir trouvé là le secret du bonheur, et bien décidée à inonder le monde de joie et de félicité, elle continuait sans relâche sa pluie de bulle. Elle applaudit le Clown alors qu'il avait réussi l'exploit de faire un fauvex à son interlocutrice, qui s'était finalement laissée contaminée et envahir par la bonne humeur que dégageait son alter égo. Son fauvex en ballon sous le bras les obligations rappelèrent cependant la demoiselle, qui s'excusa auprès d'elle avant de filer. D'un ton enjoué et avec un sourire radieux, Fleya ne manqua pas de la saluer également.

-Merci ! Amusez-vous bien vous aussi !

A peine le temps de dire au revoir que les enfants s'impatientaient déjà et scandaient leur "princesse" pour avoir leurs bulles. Il n'en fallait pas plus pour que Fleya reprennent du service, la passion dans l'âme, et la volonté sans faille de faire naître et grandir les sourires de tous ceux qu'elle croisait. Elle reprit sa course légère, semant derrière elle des nuages de bulles éphémères, que les enfants s'évertuaient à attraper ou à toucher avec leurs animaux en ballons. Un spectacle qui finalement faisait sourire les passants, bien que les parents soucieux veillaient tout de même à garder un œil sur leurs précieuses progénitures. Encouragée par les sourires des gens qui se laissaient volontiers emportés par l'esprit de fête et la mignonnerie du tableau, la jeune Qantik se sentait pousser des ailes. Le princesse et sa cours paradaient dans l'insouciance et la gaieté, mais au bout d'un moment, même les petits bouts de choux étaient fatigués de courir. Soucieuse du bien-être des enfant Fleya s'arrêta pour les laisser reprendre leur souffle, mais sans pour autant les priver de bulles.

Son lapin rose en ballon fermement tenu sous un de ses bras, elle commença à faire de petites vagues éparses de bulles pour permettre à ces tous petits de pouvoir attraper leurs cibles sans trop se fatiguer. Certains n'attrapaient même plus les bulles trop pris par le besoin de reprendre leur souffle. Mais on parlait là de bambins surexcités et en pleine force de l'âge. Autrement dit, il fallait peu de temps à tous ces jeunes garnements pour se remettre de leurs efforts, et déjà il avaient recouverts tous leurs moyens. Et en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, ils l'avaient déjà encerclés en sautillant pour avoir de nouveau de quoi s'amuser. Fleya soufflait dans toutes les directions pour les obliger à se disperser et être de nouveau en mesure de se déplacer. Il lui fallait pouvoir rester en mouvement pour lui permettre de continuer à satisfaire tout le monde. Bien qu'elle ne courait plus, elle allait ici et là, parfois faisant simplement quelques pas, parfois quelques mètres.

Des gens assis à une terrassent observaient ce spectacle incongru, d'abord surpris d'un pareil tableau, mais une fois l'étonnement passé, c'était plutôt un spectacle divertissant et touchant. Les enfants étaient mignons et tout sourire, rappelant aux plus nostalgiques les plus beaux moments de leurs tendres années. Fleya semblait être une jeune femme fraîche et pimpante, à la bienveillance débordante et à la bonne humeur communicative. Elle aussi suscitait la sympathie et les sourires. Impossible de voir qu'elle était une I.A. en cet instant. L'hardiesse de ses petits poursuivants la contraint à se rapprocher justement des tables en terrasses, pour pouvoir contenter tout son petit monde. Les rires des enfants pouvaient à présent se faire entendre, et quelques bulles venaient timidement se balader au milieu des spectateurs. Ces derniers se laissaient aller à les contempler, et pour les plus réceptifs à les attraper à leur tour, un petit sourire en coin. Mais il y allait en avoir un plus gâté que les autres. Car dans sa volonté immuable de satisfaire les bambins, Fleya se décida à provoquer une véritable brume de bulle à l'opposé de la direction des enfants. Ce qui fut un succès, les petits chenapans s'empressant de courir après toutes ces bulles. Mais une partie de ce ras-de-marée de bulles alla s'égarer sur un homme assis à une table, un petit homme aux cheveux blanc qui ne demandait qu'à retrouver son souffle..... Mais qui allait vite avoir une drôle d'invasion à gérer !
Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RP commun - La fête de Nordkia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Événement commun] Infestation
» Comment se perdre en 1 leçon [Sujet Commun N°1]
» Un guérisseur hors du commun ! {Amarante}
» Un malheur commun rapproche beaucoup plus que le bonheur. KATHLEEN ♥
» [Mission: Chasse Aux Voleurs] Une Equipe Hors Du Commun ~ La Louve & Le Samouraï ~
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Urban City
 :: Nordkia
-