Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

L'union fait la force [Néo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


bliss


RPG
Âge : 22 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Une paire de gants blancs, plusieurs tenues élégantes, un nécessaire de coiffure.

MessageSujet: L'union fait la force [Néo]   Mar 20 Sep - 0:11


Elle s'était perdue.
La poupée, descendue à Nordkia pour une mission qu'elle estimait cruciale, fut abandonnée à son propre sort par ses 'confrères'. Dans la navette l'emmenant dans la ville trouée, elle entendait des maux la concernant. Bien trop naïve, trop faible, n'ayant pas sa place parmi les Élites fort hauts placés... Pourtant, personne n'osa lui dire en face ce qu'ils pensaient. Comme d'habitude, le monde Ünik était, hélas, fait d'apparats et autres commérages décadents.

Scarlett ne s'en occupait pas. Elle avait profité de la vue pendant tout le voyage, narguant les autres de pouvoir regarder le sol sans avoir le vertige. C'était tout ce qu'elle pouvait faire de toute manière : s'occuper.
Dans le domaine familial, son frère ainé commençait à devancer le patriarche. Il tenait tête au père de famille, arrivait à s'imposer dans certaines cour et auprès de certaines personnes. L'homme sentait qu'il vieillissait, que son pouvoir déteignait sur cette progéniture qui avait été éduquée dans les règles de l'art. Et ce qu'il en fit, justement, commença à s'impatienté au sujet de la passation. Il rêvait que sa famille parte de là pour le laisser diriger d'une main de maître plus que le domaine. Depuis petit, ce frère ingrat de dix ans plus vieux qu'elle, avait l'envie de régner sur les choses et les personnes. Bien que la petite soit assez distraite et tête en l'air, il tentait de l'absoudre, d'une main de fer, pour ne l'avoir qu'à lui. Qu'elle n'obéisse plus aux parents ni à qui que ce soit d'autres. Que ce soit son pantin. Mais la brunette était bien trop naïve et occuper à voir les beautés du monde pour se soumettre si facilement. Toujours par monts et par vaux, il était difficile de la tenir en place et de la garder en vue.

Ainsi, ce fut à Nordkia qu'elle atterrit cette fois-ci. Forte de son expérience au cœur d'Anathorey, elle avait décidé de rejoindre quelques Üniks pour aider. Ce fut à cet instant qu'elle reçut une salve de chuchotement dédaigneux à son encontre, à bord du vanship.
Ses parents étaient un peu connus, son frère un peu plus et elle pas du tout. Personne ne savait, presque, que les Ketler avaient eu une fille il y a vingt ans de cela. Elle n'était pas l'héritière, elle ne valait donc rien. La règle était claire.
Ainsi, vu qu'aucun passager riche et orgueilleux ne la connaissait, ils se permirent de la critiquer plus ouvertement, presque sous son nez. Peu importait... Ce n'était pas sa vie.

Pour la première fois elle allait découvrir Nordkia. Cette cité tant décriée, considérée comme celle des pestiférés, mais dans laquelle elle n'avait jamais mit les pieds.
Dans sa petite robe bleu, d'un azur des plus belles étendues d'eaux turquoises, elle déambula un peu partout. Les nobles s'étaient bien gardés de lui annoncer que le chemin qu'elle empruntait était erroné, et partirent de leur côté. Il lui fallut plusieurs minutes pour se rendre compte qu'elle s'était égarée dans ce nouvel environnement. Dans le vanship il y avait anormalement beaucoup de vivres. Seulement, la tête en l'air ne prit pas le temps d'en prendre avec elle, et eu bien du mal à justifier sa présence à un commerçant peu aimable.
Devant l'échec cuisant quant à sa demande de renseignements, elle repartie, mine basse, pour trouver refuge dans un bouge un peu miteux. Osant à peine toucher la poignée, elle prit sur elle pour avancer jusqu'au serveur derrière son comptoir en bois « Eh bha ma jolie, on en fait une tête. Tu t'es perdue ? », « Lâche-là. Tu vois bien qu'elle est pas d'ici. » A côté de lui une serveuse passa rapidement, allant resservir deux personnes en bière ou autre alcool « Euh... Non en effet... Tout d'abord bonjour. J'aurai souhaité avoir quelques renseignements... » Mais à peine eut-elle le temps de parler que les secousses recommencèrent. La terre trembla. Peu fort, mais assez pour le sentir et faire peur à ce qui avait les pieds sur terre.
Scarlett prit la fuite, sortant à toute allure pour courir dans les rues. Mais le malheur s'abattit sur elle et en passant près d'une vieille maison, la charpente s'effondra à ce moment là, faisant s'effondrer le bâtiment sur lui-même. Le souffle de poussière étouffa la jeune femme, lui envoyant en même temps quelques débris en plein dessus. L'un d'eux, assez conséquent, lui toucha la tête ce qui la sonna assez pour la déséquilibrer. Elle voyait double et se sentait complètement partir...



Dernière édition par Bliss Abberline le Lun 17 Oct - 0:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: L'union fait la force [Néo]   Mar 20 Sep - 17:26


Les Docks de Nolmë étaient en effervescence. Depuis la veille au soir, des tremblements de terre frappaient le continent, sans épargner les cités Üniks. Anathorey et Nordkia étaient touchées. Si les autorités de la capitale avaient décidé de ce qu'il fallait prononcer un état d'urgence et d'aide exceptionnelle, il était prévisible que les Chevaliers viennent recruter en priorité de la main d’œuvre pour remettre d'aplomb la Cité blanche, délaissant le cratère des Dockers. Les plate-formes d'échange, de départ et d'atterrissage des aéronefs ne désemplissaient pas, bourdonnant comme une ruche dans un va-et-viens interminable de gens, de vivres, de matériaux. Neo, qui portait des sacs de ciment sur son dos depuis l'aube, soupira profondément avant de reprendre son souffle. Il venait de poser sa dernière charge, il était temps pour lui de faire une pause. L'après-midi était bien avancé et il n'avait toujours pas prit une minute pour se remplir l'estomac.

Direction le Démineur, la taverne familiale devenue un endroit incontournable pour tous ceux qui travaillaient à Nolmë. Là aussi régnait un brouhaha assourdissant. Les clients s'étaient amoncelés, et bien qu'aucun ne reste, la salle de service ressemblait à la banque de Nordkia le jour où les ouvriers recevaient leur paie. Il aperçut au loin ses sœurs, Janyce et Lucy, qui s'activaient dans tous les sens. Dans un autre coin de la pièce se trouvait sa mère, Betty, qui lui fit signe d'approcher. Elle lui tendit un paquet dans lequel se trouvait un sandwich – composé exclusivement de pain – ainsi qu'une caisse de bois contenant des bouteilles d'eau.
« Apporte-ça aux Trois Vanships, lui dit-elle, d'une voix calme malgré l'ambiance survoltée.
- Moi qui pensais me poser un peu, bougonna le mécanicien, peu enthousiaste devant ce nouveau travail à accomplir. Elle était loin cette foutue auberge !
- Ils n'ont plus rien dans leurs stocks, si on leur amène des blessés il est important qu'ils aient de quoi boire et manger »
Devant le regard gris perle et implorant de sa mère, Neo n'était jamais apte à dire non. Il se mit en route, son morceau de pain coincé entre ses dents et les bras chargés de la caisse.

Vingt minutes plus tard, qui lui parurent une éternité tant ce qu'il portait était lourd, il arriva à l'auberge des Trois Vanships. Inconnu au bataillon, il se présenta comme le fils de la patronne du Démineur, sur les Docks, qui leur faisait parvenir quelques bouteilles.
« Parait qu'vous êtes en rupture de stock.
- C'est cela même mon p'tit gars. Tu remercieras cette brave Betty de ma part, c'est appréciable l'entraide entre commerçant dans ces coups d'temps-là ! »
Pour sa peine, Neo se fit offrir un verre avant de s'en aller. Quand il passa la porte, il croisa une jeune femme, qui ne manqua pas d'attirer son regard. D'une manière générale il aimait regarder les filles, mais celle-ci dégageait quelque chose qui l'avait intrigué. Ses cheveux châtains étaient impeccablement coiffés, tout comme elle portait une robe d'un bleu délicat qu'il n'avait jamais vu auparavant. Elle avait l'air un peu perdu, ce qui le conforta dans son hypothèse selon laquelle elle n'était pas souvent venue à Nordkia. Une chose était sûre, elle n'y habitait pas. Elle était vraiment très belle... Mais en ce jour, le travail l'appelait et il n'avait pas le temps de conter fleurette. Il s'en alla par dépit et commença à rebrousser chemin dans les rues de la cité.

Soudain, nouveau tremblement de terre. Bien que la secousse fut moins intense que les précédentes, Neo fut un peu déséquilibré. En se redressant, il vit un éclair bleu azur le dépasser et courir droit devant elle. La jeune fille qui venait d'entrer à l'auberge en sortait déjà ? Qu'est-ce qu'elle foutait au juste ?
Il n'eut guère le temps d’échafauder des théories cette fois-ci. Au bout de la rue, alors qu'elle passait près d'une maison déjà sévèrement endommagée, la charpente tomba tout près d'elle. Un nuage de poussière et de décombres l'engloutit en quelques secondes, alors que Neo voyait sa silhouette fine chanceler puis tomber au sol. Merde. Il courut jusqu'à elle et s'agenouilla près de son corps étendu.
« Hé, ça va ?! » demanda-t-il en la soutenant la tête
Elle avait seulement perdu connaissance, son pouls battait toujours. Une sensation de chaleur sur les doigts du jeune homme attira son attention : elle saignait un petit peu. Un truc avait dû lui tomber en plein sur le crâne. Il n'aimait pas ça. Sans pour autant perdre son sang froid, il la souleva pour la porter et se dépêcha d'aller à quelques rues d'ici, où se trouvaient la maison de Tobias. C'était son plus vieux pote, il allait lui ouvrir, à coup sûr.

Neo frappa à la porte. Un grand jeune homme maigrelet aux cheveux blonds hirsutes lui ouvrit. Quand il vit le mécanicien et la fille délicate qu'il tenait dans ses bras, il ne put retenir un soupire.
« Encore ? lança Tobias, dans un demi-sourire.
- T'es con. Elle est blessée, laisse-moi entrer ».
Il fut décidé que la jeune femme serait déposée dans l'ancienne chambre de la mère de Tobias. Une fois qu'elle fut allongée sur le lit, Neo continua de lui soutenir la tête. Il demanda de la glace et un truc pour empêcher le sang de couler. Quand son ami revint, Neo appliqua la compresse et plaça le sac de glaçons contre la tête de la blessée. Elle avait une belle bosse. Le Docker s'assit et soupira. Elle avait l'air paisible, elle était sans doute seulement un peu sonnée. Tobias la couvra d'un patchwork tout ce qu'il y avait de plus modeste et se tourna vers Neo.
« Une chance pour elle que tu sois passé dans l'coin. Qu'est-ce que tu fabriquais ?
- Course à faire, répondit mollement l'intéressé, exténué par toutes les émotions de la nuit et de la journée. Et toi, t'étais pas censé aider les blessés ?
- J'suis revenu chercher deux trois bricoles. J'y retourne de ce pas. Tiens moi au courant pour ta belle endormie ! »

Sur ces mots, Tobias sortit de chez lui, laissant Neo et la jeune femme seule. Il avait du mal à détacher ses yeux d'elle, car le fait était qu'elle était vraiment très jolie. Silencieusement, il attendit qu'elle se réveille. De temps en temps il changeait la compresse, qui cessa rapidement d'être tachée de sang. La blessure n'était donc que superficielle. Neo fut soulagé, mais seulement parce qu'il évitait d'avoir la charge d'une morte sur les bras.

¤¤¤¤

La nuit commençait à tomber lorsque les paupières de l'inconnue se soulevèrent. Neo était à moitié dans le coaltar quand il s'en rendit compte. Se redressant sur son siège, il se pencha un peu vers elle, alors qu'elle émergeait avec plus ou moins de difficulté.
« Ah, tu te réveilles enfin, dit-il en se frottant la nuque, un peu engourdi. Ça fait quatre heures que t'es là. J'ai cru que t'étais clamecée, l'espace d'un instant. »
Le garçon ne se demandait pas si elle avait déjà l'esprit suffisamment clair pour parler, mais il poursuivit sans vraiment prendre de pincettes.
« Je t'ai trouvée dans une ruelle de Nordkia. Y a eu un petit séisme, des décombres ont chuté, et manque de bol t'étais juste en dessous. Je t'ai amenée chez un de mes potes. »
Chez lui, cela aurait été bien trop loin : il vivait entre le parterre et les Docks. Pendant qu'il parlait, le Docker contemplait cette beauté qui s'arrachait peu à peu au sommeil. Non, elle ne venait pas de la cité cratère, c'était sûr et certain.
« T'as rien à craindre, t'inquiètes. Je m'appelle Neo Collins. Et toi ? »
Il lui proposerait de l'eau ou une connerie du genre un peu plus tard. Il aimait savoir à qui il avait à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


bliss


RPG
Âge : 22 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Une paire de gants blancs, plusieurs tenues élégantes, un nécessaire de coiffure.

MessageSujet: Re: L'union fait la force [Néo]   Mar 20 Sep - 21:08


Les yeux clos, les bras le long du corps mais légèrement décollés, elle dormait profondément. Profondément car elle avait perdu connaissance... La pauvre, déjà peu aidé par la nature, se voyait à nouveau insulté par celle-ci, lui cognant sa petite tête vide contre les dallages du sol sale. Heureusement, une âme charitable la récupéra pour l'engoncer dans un matelas si mou que les ressorts du sommier en grincèrent.

Au bout de plusieurs heures, ses yeux papillonnèrent, s'ouvrant sur un monde qu'elle ne connaissait pas. Un nouveau jour s'offrait à elle malgré la nuit tombante et la ville, déjà depuis longtemps, plongée dans l'obscurité. Dès qu'elle gémit à cause de sa migraine atroce, une silhouette bougea à côté d'elle. Scarlett fut tellement effrayée qu'elle se tétanisa, muette. Mais la voix était chaude et douce, bien qu'un peu revêche. Peut-être comme son propriétaire ?
Ses esprits n'eurent pas le temps de tous revenir qu'elle força la chose et se redressa légèrement. Ce fut fatal pour sa petite blessure et, dénuée de force, elle replongea dans ces draps colorés. Elle était interdite. Comme si sa bouche s'ouvrait, mais sans prononcer de son. Ses yeux bien ouverts, se fermèrent jusqu'à mi-clos et sa tête roula sur l'oreiller. Elle ne craignait de perdre à nouveau connaissance. Le visage tourner vers l'inconnu, l'étranger alerte, la poupée sortit les doigts de sous le plaid pour les tendre difficilement dans sa direction « P...Prenez... ma main... » La belle voulait qu'il la lui serre, la raccrochant à la réalité qu'elle s'efforçait de relier coûte que coûte. En vérité, la peur l'étreignit. Pas de ne pas connaitre cet homme, mais elle se demandait si elle était en train de lutter contre un simple petit virus ou contre la mort elle-même tant cela mettait ses forces à contributions.

A l'aide de maintes et maintes efforts et grâce au soutien de l'inconnu à la chevelure de feu sur laquelle elle se focalisait, Scarlett arriva à sortir complètement de sa léthargie. Si quelqu'un s'y connaissait, il aurait dit qu'elle faisait, en plus, une crise de tension. Mais ici, aucun n'était renseigné...
Ouvrant complètement les yeux, elle porta sa seconde main à sa tête, au bout de plusieurs minutes laborieuses. Elle transpirait un petit peu, surtout au niveau du visage. Quelques perles sur le front et la nuque, pas plus « Je... » Dès que la fausse duchesse sentit son pied bien ancré dans la réalité, elle lâcha la main de l'homme et se mit à parler, à répondre aux questions qui avaient failli se perdre dans les méandres de son inconscient « Je m'appelle Scarlett. Scarlett Faith de Ketler. Je... je me souviens être arrivée dans une auberge je crois... Je suis à Nordkia ? Oui... » Le type avait confirmé ses dires par ses propres paroles « J'étais venue aidé... Mais je n'ai même pas pu retrouver mon chemin. Les gens avec qui j'étais m'ont laissé dans les ruelles. Je m'étais perdue en réalité... » Se redressant sur le lit, elle rougissait de honte de devoir avouer ses faiblesses « Je ne vous remercierai jamais assez pour cela... Je n'ai pas d'argent sur moi, mais je vous dédommagerai en conséquence Sieur Collins, soyez sans crainte. »

Malgré la pénombre, la lueur des nombreuses bougies éclairait bien la pièce. Elle pouvait voir une décoration très sommaire et des meubles très simples. Un style épuré mais qui sentait le vieux, le renfermé en quelque sorte. Par politesse, elle ne dit rien, jetant ses jambes par dessus le matelas pour s'asseoir en face du Docker « Je suis bien embêtée... Je suppose qu'il n'y a plus une seule navette pour que je puisse rejoindre mes quartiers... » Scarlett fit une petite moue de ses jolies lèvres, avant d'esquisser un léger sourire « Auriez-vous l'amabilité de me conduire dans un hôtel pour que je puisse y séjourner l'espace d'une nuit s'il vous plait ? Ainsi, je libèrerai la maison de votre ami, que je remercie énormément. Je saurai me montrer reconnaissante envers lui également ! » Parler lui faisait très mal à la tête mais elle ignora les maux pour respecter les manières convenues. Seulement, ça l'embêtait beaucoup. Elle aurait aimé se déshabiller, rester en sous vêtement, et s'enfouir sous les draps pour dormir. Oui... C'était ce qu'elle souhaitait ardemment, mais elle ne le fit pas savoir « Que faites-vous dans la vie Monsieur ? »



Dernière édition par Bliss Abberline le Lun 17 Oct - 0:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: L'union fait la force [Néo]   Mar 20 Sep - 23:38


Une voix éteinte et tremblante répondit à Neo. La jeune femme, fébrile et faible, lui demanda d'un ton presque implorant de lui tenir la main. Elle était comme une petite fille, cela fit sourire le jeune homme. Quel âge elle pouvait bien avoir ? Mais puisqu'il n'avait aucune raison de lui refuser cela il s'exécuta.
« Ça va aller, dit-il amusé, mais aussi dans un souci de la rassurer un peu. Ça va aller »
Tandis qu'elle était en plein émoi, Neo l'observait en silence. Cette inconnue était mince et gracieuse comme un félin malgré son état. Elle semblait être, d'ordinaire, quelqu'un de pâle, au vu de la clarté de sa peau. Seules ses pommettes étaient légèrement rosées, du fait qu'elle avait sans doute un peu chaud. Quelques fines mèches de cheveux collaient un peu à sa nuque et à son front. Le reste était élégamment noué, tombant sur ses épaules. Le contact de sa main était doux, délicat. Quant à son regard, il chatoyait d'une discrète couleur noisette. Il ne craint pas de penser que physiquement elle était pile dans le genre qu'il aimait le plus.

La jeune fille parvint à se calmer après un petit moment puis elle se redressa. Elle semblait avoir un peu chaud. Quand elle fut enfin à l'aise, leur mains se séparèrent, et elle se mit à parler d'une voix douce au timbre tendre. Une petite fille, un petit oiseau, tout chez elle évoquait la fragilité. Son nom était Scarlett. Scarlett de trucmuche, il n'avait pas comprit la prononciation du reste – qu'importait de toute manière ? Seul le petit nom comptait véritablement, et ce serait déjà un exploit si Neo daignait le retenir. Ladite Scarlett passait en revue son parcours jusqu'à son point de chute. Cela ne l'intéressait pas des masses, mais dans ce qu'elle contait, il retint qu'elle était « venue aider ». C'était donc bien cela, une petite anathorienne se trouvait devant lui. Toute rougissante pour une raison qu'il ignorait, elle le remercia sincèrement et lui proposa de le dédommager dès qu'elle serait de nouveau en possession d'un peu d'argent. Il esquissa un petit rictus avant de souffler un rire moqueur.
« Tss... Hors de question, trancha-t-il en secourant la tête. Et me sers pas du Sieur ou je ne sais quoi. Appelle-moi Neo, tout simplement »
Cela lui rappela cette femme qui avait décousu un bouton de sa chemise lors de cette fête bizarre dans la Sylva. C'était une manie des Élites que de vouloir réparer par des moyens pécuniaires, décidément.

Scarlett bascula ses jambes par dessus le matelas pour faire face au Docker. Elle avait de petits genoux arrondis et des mollets lisses, bien galbés. Déplorant le fait qu'il n'y avait sans doute plus aucune navette pour la ramener à la capitale, ce que confirma Neo en opinant lentement, elle lui demanda s'il ne connaissait pas un hôtel où elle pourrait loger pour une nuit. Elle le regardait droit dans les yeux, d'un air ingénu. Ce qu'il faisait dans la vie ? Sieur ? Il commençait à la trouver particulièrement mignonne. Il haussa un sourcil, surpris par sa dernière question.
« Moi, je suis mécanicien. Je construis, je répare, je trafique des machines et des moteurs toute la journée » répondit-il machinalement. Ce genre de banalités ne l'intéressait tout de même pas sérieusement ? C'était certainement une question de circonstances, tout au plus.
« Et toi, tu es une petite noble qui s'est perdue dans une ville un peu trop grande pour toi. Ni plus, ni moins. J'me trompe ? » ajouta-t-il d'un air goguenard.

Il se leva de son siège et se dirigea près de la fenêtre. Il jeta un regard à la petite horloge qui trônait depuis des années sur la vieille table de nuit qui trônait à côté du lit. Vingt-et-une heures, dehors il faisait très sombre. Quant à Tobias, s'il n'était toujours pas rentré, c'était qu'il avait élu domicile chez les Collins pour la soirée, comme il en avait l'habitude. Et malheureusement pour Scarlett, son innocence réveillait en son compagnon Docker de viles envies qu'il avait parfois du mal à réprimer, surtout en présence de belles femmes.
« Oublie l'hôtel, enjoint-il en fermant les rideaux élimés. Tu as dit ne pas avoir d'argent sur toi, et surtout si tu y vas seule, tu vas te faire bouffer toute crue, ma jolie ».
Nordkia la nuit ce n'était pas très fréquentable. Surtout dans ce quartier, si proche du Ghetto. C'était même un miracle qu'elle ne soit pas tombée sur quelqu'un de malintentionné avant de défaillir. Neo fit volte-face, ses iris gris pâle pénétrant le regard de la jeune Élite.
« Tu vas devoir crécher ici. Et moi aussi. J'ai bossé comme un fou, je n'ai pas envie de faire le chemin jusqu'à chez moi ».

Ce disant, Neo se débarrassa de ses chaussures, de sa veste, tout comme de son t-shirt. Il fit le tour du lit, et torse nu, il se laissa tomber à côté de Scarlett, sans aucune pudeur. Ravi d'enfin pouvoir détendre les muscles de ses épaules et de son cou, il soupira, profondément soulagé. Un sentiment de bien-être intense s'empara de lui. Sentiment qui devait être le contraire exact de ce que ressentait la jeune femme. Après un moment, Neo lui lança un regard. Il éclata de rire.
« Détends-toi, on va juste devoir cohabiter un moment ! »
Il bascula son corps svelte sur le côté.
« T'apprendras qu'à Nordkia, on ne fait pas comme à Anathorey. Les règles sont moins strictes, chez nous ».
Neo se redressa et s'approcha de Scarlett, pour lui susurrer à l'oreille, tout doucement, quelques mots qui lui donneraient de véritables raisons de rougir. Ses doigts vinrent effleurer sa nuque, alors que son souffle caressait sa peau et chamaillait quelques une de ses mèches de cheveux.
« C'est toi qui parlais de dédommagement. Ce n'est pas l'argent qui m'intéresse... »
Comment allait-elle réagir ? Il s'amusait follement avec cette jolie poupée. Il s'attendait à une gifle, ou à ce qu'elle fonde comme un petit sucre. Dans tous les cas il était de très bonne humeur. Scarlett, hein... Elle était tout à fait le genre de fille qu'il avait envie de croquer à belles dents.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


bliss


RPG
Âge : 22 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Une paire de gants blancs, plusieurs tenues élégantes, un nécessaire de coiffure.

MessageSujet: Re: L'union fait la force [Néo]   Mer 21 Sep - 8:52


L'être qu'elle avait en face d'elle l'amusait. Il était frivole, sans Ordre à respecter, sans image à entretenir. Il se fichait de tout cela et quelque part elle l'enviait. L'inconnu avait un prénom, c'était pour s'en servir. A ce compte là, il la tutoya sans s'en offusquer, dès le départ. Elle était jeune, certainement un peu plus que lui, alors c'était elle qui lui devait le respect des anciens. Pourtant, elle ne s'en sentait pas mal à l'aise. Son statut de noble exigeait une certaine tenue, qu'elle abandonnait bien vite lorsqu'elle était en famille ou juste à l'aise. Et vu combien il l'amusait, elle était juste à l'aise « Très bien, Neo. » Un petit sourire vint illuminer son visage de poupée, acceptant avec plaisir les rites et coutumes d'ici.

Lorsqu'elle lui demanda son métier, elle ne comprit pas de suite le terme de mécanicien. La petite était peu familiarisée avec tout ce qui se passait hors d'Anathorey et voyait son vocabulaire et sa vision des choses très... Restreints. Comme lorsqu'elle arriva en ville et qu'elle découvrit absolument tout. Et puis c'était bien moins horribles que le décrivaient les gens ou les livres...
Cependant, la précision de Neo effaça tout doutes sur cette profession et en une seconde, ses yeux brillèrent « Ce doit être tellement intéressant ! » Travailler de ses mains, essayer de faire de quelque chose de casser, une réussite en le réparant entièrement. Bien qu'elle n'ait aucune compétence en la matière, elle trouvait ce genre de métier bien plus noble que, par exemple, ceux des Erudits « Oh... Vous savez... Il n'y a pas de petit travail. Sans vous, notre propre société tomberait. Moi je trouve ça vraiment admirable ! Vous êtes doué, vous savez vous débrouiller. Si mon carrosse tombe en panne, je serai bien mal aise de devoir réparer la roue... » C'était pas exactement pareil mais, disons, que dans le principe ça se touchait « Hélas oui, j'ai perdu ma route. Nordkia est une ville plein de charme. Comme si elle se voulait repoussante mais qu'au fond, elle accueillait volontiers tout le monde... »
Scarlett était une émerveillée et, pour elle, personne n'était en dessous de l'autre. Elle n'avait pas forcément côtoyé la misère, mais elle avait vu assez de personnes de son âge se prendre le revers de l'image que la Société Elite imposait. Ils évoluaient, mais tels des marginaux, dans l'ombre des autres, pour ne surtout pas qu'on les voit. Elle, elle se faisait défenderesse de ces valeurs en vérité. Tout le monde était différent et c'était ça qui était ravissant dans ce monde ! Les clivages sociaux de leur belle population devrait être amoindris. Mais ça, ce n'était pas pour tout de suite et si, dans sa tête, elle luttait et s'engageait pour une cause, à l'extérieur c'était autre chose. Si elle œuvrait, c'était en secret.

Pendant les quelques minutes de silence, Scarlett détacha son chignon qui était en piteux état, et dénoua cette tresse qu'elle ne supportait plus. Elle avait arrêté de transpirer mais se trouvait relativement sale. Cependant, elle n'en dit rien au Docker qui méditait en regardant à travers la fenêtre. En regardant les manches de sa robe, elle vit que des morceaux de tissus étaient légèrement déchirés... Eh bien, quelle aventure ! Son frère n'allait pas manquer de la réprimander en rentrant, mais qu'importe !
« P... Pardon ? » L'hôtel ? Mais... Ici ? Mais elle... Dans ce lit ? Là ? Dans le même... lit ?
Alors qu'elle avait à nouveau étendu ses jambes pour vérifier le bas de ses jupons, elle regarda, interdite, le type se déshabiller à moitié pour venir directement s'écraser sur le matelas. Lorsqu'il se laissa tomber, elle poussa un cri de surprise happé par l'air, le rendant presque silencieux. Neo était d'un naturel à l'en faire pâlir. D'ailleurs, la pauvre ne devait pas être bien loin de la couleur d'un drap immaculé « M... » Le plus petit son sortit de sa bouche, s'arrêtant net, ne pouvant en dire plus. Sa tête se mit à réfléchir et à repenser à une scène, la pire de toute.

Scarlett rencontrait souvent ses amies. Amies qui étaient le portrait craché de ce que la société voulait en faire, mais elle les aimait bien malgré tout. Seulement, certaines étaient déjà joueuses à leur âge, et flânait dans les rues à la recherche de messieurs désabusés et auprès de qui elles pourraient s'acoquiner. C'était bien connu, elles n'avaient épargné aucun détails à la petite Duchesse qui, au début, s'en retrouva gênée. Et puis avec le temps, elle s'habitua à la verbe vive de ses amies, toujours heureuse de se retrouver pour parler de leurs conquêtes. Scarlett, elle, était vierge et ne ressentait pas le besoin oppressant de se faire déflorer. La brunette était dans son monde, dans son berceau et ne comptait pas en sortir car l'envie et le besoin ne s'étaient pas créés.
Seulement, à voir juste les bras et le torse de cet ouvrier, elle remarqua la finesse de ses muscles en une fraction de seconde. Ses amies l'avaient sacrément bien éduquée, bravo Scarlett. Malgré tout, elle ne pu s'empêcher de superposer cette scène à tout ce que lui avait raconter les filles -qui, actuellement, ne devait être en reste-. Ses yeux se tournèrent, de gêne, et son visage également. Ce n'était pas pareil dans les faits et lorsqu'on était en face, évidemment. La petite était très mal à l'aise et n'osait même plus regarder son hôte. L'éclat de rire du Docker la fit sursauter, si bien qu'elle s'aperçut qu'elle était en train de se rapprocher inconsciemment du bord du lit, petit à petit. Mais Neo était plein d'initiatives...

Il la rapprocha sans conteste, exerçant une pression sur elle, la brûlant là où il la touchait... Son cœur battait à cent à l'heure, elle avait peur et en même temps, pleine d'appréhension. Elle ne savait pas ce qui allait lui arriver. En temps normal, elle appréciait énormément qu'on lui touche les cheveux mais, ici, il y avait un sous-entendu... Un caractère à la scène, qu'elle n'arrivait pas à expliquer...
Contre lui, rouge de gêne, elle avait particulièrement chaud et ce fut un murmure qu'elle prononça. Sans contrôler sa voix, ses mots, ni tout ce qu'elle pouvait dire, elle chuchota quelques bribes de supplication dans une petite transe assez mignonne mais... plutôt évidente quant à la situation « Oh... Neo, je... » Ses yeux noisettes s'enfoncèrent alors dans ceux du Docker. Ils étaient irrémédiablement proches... Que faisait-elle dans pareille situation ? C'était déconvenue au possible... Mais hélas pour sa famille -qui n'en saurait rien- ça la rendait curieuse.
Sa main se posa juste sur l'épaule de l'inconnu et elle essaya d'enchainer, les yeux brillants « Je ne suis pas... venue pour ça... Je vous en prie Neo, ménagez-moi... S'il vous plait... » De son regard implorant mais néanmoins charmant, elle supplia le Docker avant de baisser les yeux. Avec ce geste, elle pouvait regarder ce corps mais elle se l'interdit, fermant entièrement les paupières « Je... J'ai besoin d'aller me rafraîchir. Permettez... » Scarlett se défit de l'étreinte de l'homme, disparaissant dans la pénombre du couloir. Peu importait, la maison n'était pas très grande, elle allait chercher.

La noble revint cinq ou dix minutes après, tout au plus. Elle avait prit soin de se passer un coup d'eau pour enlever la poussière et la transpiration, ressortant ainsi impeccable. De même, elle osa prendre un linge plié sur une pile, qui se trouvait dans la salle d'eau, le prenant en guise de chemise de nuit. C'était une grande chemise blanche appartenant à Tobias, qui engloutissait presque la poupée.
De sa peau perlait encore quelques gouttes d'eau qu'elle n'avait que rapidement séché, et la petite brise qui entrait par la fenêtre à cause des courants d'air, lui procura un frisson. Ce fut sans nul doute qu'elle se jeta sous les draps, la peau froide et les membres légèrement tremblant. De même, le matelas n'était pas des plus chaud, sa non-présence ayant refroidie rapidement les tissus.

HRP:
 


Dernière édition par Bliss Abberline le Lun 17 Oct - 0:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: L'union fait la force [Néo]   Ven 23 Sep - 16:13


Il était facile de lire dans les yeux de la jeune femme qu'elle n'avait jamais été, physiquement, aussi proche d'un homme. Elle rougissait vivement, demeurait immobile. Neo la voyait, toute fébrile, retenir son souffle et trembler tout doucement, tandis que dans son esprit se bousculaient un tas de question que son regard clair reflétait. C'était comme s'il l'avait hypnotisée par ce simple rapprochement et ses paroles prononcées sur le ton doucereux dont il avait le secret. Elle avait osé posé une main sur son épaule. Un rictus moqueur étirait le visage du Docker, qui se demanda si elle avait fait ce geste pour maintenir une certaine distance entre eux ou pour se sentir grisée par le contact de la chair. C'était peut-être un peu des deux, car elle n'avait pas une attitude qualifiable d'hostile. Certes elle fuyait le regard arrogant du jeune homme, qui ne bougea pas, précisément pour la taquiner, mais elle ne semblait pas offensée.  Aux yeux de Neo, elle était comme la neige pure que l'on trouve au sommet de la Muraille de roches. Blanche, immaculée, qui ne demandait qu'à être parcourue d'empreintes. Et lui, voulait y laisser la sienne.

Cependant il lui fallut patienter. Scarlett, en proie à une émotion intense, l'implora de ne rien lui faire d'inconvenant. Elle se défit de lui, ses doigts vibrant sous le coup de la gêne immense qu'elle ressentait, puis elle lui demanda de la laisser aller se rafraîchir. Sa silhouette fondit dans l'obscurité des couloirs de la maison, laissant le Docker hilare derrière elle.
« Va donc, Scarlett » murmura-t-il.
Il se laissa basculer dans le lit en riant, trop amusé par la réaction qu'elle avait eue. C'était la première fois qu'une parfaite inconnue ne le repoussait pas franchement, que ce fut en lui vociférant des insultes ou en lui assénant une gifle bien méritée pour son attitude de goujat. Scarlett était soit une jeune femme plus nuancée, soit terriblement naïve, qui telle un petit chaperon ne se doutait pas qu'elle filait droit dans la gueule d'un grand méchant loup.

Neo s'étira sur les draps en attendant la belle. Rêveur, il se mit à réfléchir. Naïve, cette petite noble devait l'être, au vu de ses grands yeux brillants qui papillonnaient lorsqu'elle faisait une découverte. Il songea à ce qu'elle avait dit suite à leur petite conversation sur les professions. Elle avait semblé émerveillée, voire admirative face à lui, qui était capable de faire de ses mains quelque chose dont elle n'était pas capable. Et cela la rendait respectueuse d'autrui, qui qu'il fut, car c'était celui-ci qui pouvait lui apporter ce qu'elle ne pouvait s'offrir. De plus, elle avait vu en Nordkia une cité chaleureuse et accueillante. Ingénue, elle l'était, car elle ne se doutait pas de ce qui aurait pu lui arriver si elle s'était trop approchée du Ghetto. Bien que Neo en ait conscience, il ne pouvait s'empêcher d'être surpris par ces paroles. Comment disait-on, déjà... Oui, Scarlett était ouverte d'esprit. Elle n'avait pas de préjugé, elle découvrait le monde à travers ses prunelles adorables. Elle savait que ses petites mains pouvaient rester douces grâce aux connaissances des autres et en retenait une leçon d'humilité. C'était à des années lumières de tout ce qu'il connaissait d'Anathorey. Le monde était plus vaste qu'il ne l'aurait cru.

Scarlett reparut au bout d'une petite dizaine de minutes, enveloppée dans une chemise d'homme blanchâtre. Sa peau, encore légèrement humide, frissonnait sous les chatouilles de ses pointes de cheveux encore mouillées. Même dans ce modeste appareil, elle était absolument charmante. Une beauté des plus naturelles, des plus pures. Neo la suivit du regard jusqu'à ce qu'elle se glisse à nouveau dans le lit. A voir ses membres tressaillir encore, il comprit qu'elle était un peu nerveuse.
« Tu as froid ? demanda-t-il goguenard. Détends-toi. J'te taquinais, c'est tout ».
Enfin à moitié.
« Alors, miss l'admiratrice des mécaniciens, reprit-il avec désinvolture, tu as dit que tu avais perdu ta route et t'étais retrouvée dans cette ruelle bizarre. Mais moi, j'aimerais en savoir un peu plus sur toi. A part le fait que tu sois d'Anathorey, d'où tu viens ? La seule chose dont j'suis sûr, c'est que t'as pas une dégaine de domestique ».
Pas de petit métier, c'est incroyable, sans les Dockers la capitale tomberait... Elle s'était montrée enthousiaste à plusieurs points de vue et tous le surprenaient. Neo était curieux de connaître un peu plus cette jeune femme. Il était curieux de connaître l'image du monde tel que dépeint à travers ses yeux. Il se redressa un peu en position demi-assise, laissant l'ensemble des draps aux mains de la demoiselle si elle désirait s'y envelopper davantage. La lumière des bougies éclairait paisiblement leurs visages.
« Tu es vraiment belle, commenta-t-il sans vraiment y réfléchir, alors que son regard se mêlait au sien. Mais ça tu l'sais déjà. Moi, je sais peu de choses, et c'est pour ça que si t'es pas trop fatiguée, j'aimerais bien entendre ton histoire ».

Et il se tut.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


bliss


RPG
Âge : 22 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Une paire de gants blancs, plusieurs tenues élégantes, un nécessaire de coiffure.

MessageSujet: Re: L'union fait la force [Néo]   Mar 11 Oct - 16:41


Scarlett était vraiment ingénue et ça se lisait dans son regard ainsi que sur tout son visage. Autant ça pouvait être mignon, autant sa famille trouvait cela particulièrement énervant. Pourtant, ils la laissaient dans son malheur et son ignorance. Elle pouvait bien disparaître trois jours, ils faisaient juste attention qu’elle n’entâche en rien la réputation familiale mais c’était bien tout. Bien qu’elle fut tétanisée par la peur et la gêne, elle était d’un naturel plutôt curieux, comme une loutre ou une marmotte. Si ce type avait été fait de cire et qu’elle savait ne rien risquer avec lui, elle aurait doucement descendu ses doigts le long de ce torse glabre, frôlant, de la pulpe, le relief naturel de ce corps. Elle aurait parcouru un chemin jusqu’à la ceinture de son sous-vêtement, explorant alors chaque parcelle de cette peau. Mais ici, elle n’en fit rien se contentant simplement de fuir comme une petite chatte effrayée.

Une fois sous les draps du lit, elle se réchauffa petit à petit. La présence de l’homme à ses côtés n’était pas étrangère à ce regain de chaleur « Oui… » Ce son n’avait été qu’un couinement timide en réponse et à sa question et à sa remarque qui suivit. Mais le fait qu’il enchaîna sur autre chose eut le mérite de la dérider un peu. Elle se mit même à sourire quand il la nomma comme amoureuse des mécanos. Scarlett ne serait jamais allée jusque là mais elle trouvait ces gens admirables. C’était déjà pas mal « Mon histoire n’a rien de très… Reluisant. Je viens d’un grand domaine à Anathorey où vit mon père et mon frère. Ma mère est… Agonisante car ils s’efforcent de l’achever. Je ne sais pas comment elle fait pour résister. En fait la succession va à mon grand frère alors ils ne font pas trop attention à moi. J’ai reçu l’éducation adéquate pourtant, et je ne manque jamais de rien. Mais mon absence n’est pas remarquée. Bien sûr, je ne me plains pas, je ne vis pas dans la misère. Je me sens juste… Très seule. Et les gens me le font remarquer. Comme je vous ai dit, j’étais venu ici avec un groupe de personnes qui venait rencontrer des pontes pour pouvoir faire transiter des vivres et des changes. Sauf qu’ils m’ont immédiatement exclus et m’ont laissé au milieu de nulle part dès que j’ai eu le nez en l’air. La suite… Vous la connaissez. ». Le fois où elle hésitait à parler, ce n’était pas tant qu’elle cherchait ses mots, mais disons qu’elle avait peur d’ennuyer son interlocuteur. Pourtant, Néo avait l’air réellement intéressé. Ce n’était pas des questions de politesse, ou alors il était bon comédien.

Quand elle leva les yeux vers lui, suscitant une réaction, elle se perdit dans ses orbes sombres. Il avait un charme qu’elle n’arrivait pas à attraper mais par lequel elle se laissait dompter avec plaisir et inconscience. Il lui fit un compliment qui la chamboula. Bien qu’il banalisa totalement la fin de phrase, elle apprécia le fait qu’il la trouva belle. Comme si cela avait une quelconque importance… Et pourtant oui, pour elle, ça en avait. Elle était naïve, elle s’attachait vite, elle donnait rapidement sa confiance à autrui et là, c’était le cas. Etrangement, Scarlett n’avait pas eu beaucoup d’échecs car elle n’était pas tombée sur des personnes mal intentionnées. Du moins, pas plus que ça. Ses “amie” voyaient en elle un faire-valoir et ne comptaient pas la laisser tomber de si tôt, et les hommes la prenaient pour une gamine. Elle s’exprimait correctement, elle était apprêtée, elle avait des connaissances, en soit elle était une noble lambda plutôt bien éduquée mais dans sa société elle était… « Insipide. En fait, les gens autour de moi me trouvent insipide. Je suis madame tout le monde. J’ai juste de la chance car, pour le moment, mon père ne me parle pas de mariage, mais dans moins de cinq ans je sais que je serai marié à un homme que je n’aurai jamais connu si j’avais eu le choix, et à qui je donnerai plusieurs enfants. C’est mon destin en temps que fille. En fait je ne suis pas maudite, c’est notre condition de fille qui fait de nous des êtres maudits. Les hommes ont beaucoup plus le choix. Personne ne les oblige à se marier à des matrones de quarante ans qui se servent d’eux pour proliférer. Enfin… Finalement, c’est pour ça que je vous envie à Nordkia. Vous vivez peut-être dans la misère, mais vous êtes maître de chacun de vos choix. Et si quelque chose vous arrive, c’est de votre fait et de personne d’autre. Et c’est une situation que j’envie. Tu comprends Neo… ? » Il s’était assis dans le lit et elle leva la tête pour le regarder. Prise d’un frisson elle se blottit un peu contre lui, voulant se rapprocher de cette source de chaleur qu’il était. Elle était bien à ses côtés puis elle parlait librement. Bien qu’elle était un peu tendu, tout lui allait… Pourvu que la nuit ne s’arrête pas encore.

« Et toi ? D’où viens-tu et quel est ton destin ? »


Dernière édition par Bliss Abberline le Lun 17 Oct - 0:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: L'union fait la force [Néo]   Mer 12 Oct - 20:03


Scarlett, qui s'était peu à peu détendue, consentit à s'ouvrir à Neo. Il était facile de déceler en elle une once de surprise lorsque le jeune homme lui avait demandé de lui raconter son histoire. A croire que personne ne lui posait jamais ce genre de questions. Bientôt, le Docker reçut la confirmation de ce pressentiment. Scarlett parlait d'une voix feutrée et douce, murmurant presque dans la pénombre de la chambre. D'elle, Neo ne distinguait qu'une silhouette aux courbes gracieuses, allongée auprès de lui, qui semblait prête à s'abandonner au sommeil quand la chaleur aurait regagné son corps. Elle lui parut aussi fragile que désirable, belle à en couper le souffle. Personne n'avait sans doute jamais eu le droit de l'approcher, ni de la toucher. Cette barrière, dressée entre elle et lui comme un interdit moral, réveilla en lui des envies qu'il avait du mal à réprimer. Son regard clair parcourait cette jeune femme légèrement, comme une brise. Elle l'intéressait beaucoup.

La jeune lady lui dressa un portrait de sa personne bien éloigné de ce que lui ne percevait. Elle venait d'un domaine noble d'Anathorey, où apparemment personne ne se souciait de son existence. Elle vivait au creux d'une solitude qui semblait peser lourd sur son cœur, au vu de la teinte terne que prenait son regard alors qu'elle déliait sa langue. Telle une poupée figée, elle décrivit une existence si morne et grise que les lueurs de la cité blanche ne semblaient plus aussi enviables qu'auparavant aux yeux de Neo. Les nobles ne vivaient pas les mains dans la suie, ça se pouvait, mais il y avait en ce monde des gens plus heureux qu'eux. Cela semblait totalement inconcevable et pourtant, à écouter la belle, on ne pouvait que constater qu'elle n'était pas très épanouie. Si elle s'était retrouvée seule plus avant dans la journée, dans cette ruelle lugubre, c'était parce que le groupe d'accompagnateurs venus apporter leur aide dans le cadre des séismes l'avait laissée de côté.
« Si ça c'est pas de la solidarité sélective » souffla Neo le regard dans le vague.
Il imaginait ce petit bout de femme perdu dans Nordkia, qui malgré sa solitude s'émerveillait de ce qu'elle y découvrait. Elle était ingénue et curieuse, mais c'était peut-être ce seul regard naïf sur le monde qui lui permettait d'en goûter la beauté. C'était peut-être cela qui avait empêché une graine amère de pousser dans son cœur esseulé.

Scarlett leva son regard vers Neo, qui ne la lâcha plus à son tour. Il scrutait silencieusement les contours de son visage, les joues rosées de bonne santé, ses yeux implorant cadrés par de grands cils élégants. S'il n'avait craint de l'effrayer pour de bon, il se serait pencher vers elle pour respirer sa peau à même les pores. Il aurait parcouru de ses doigts son petit corps frais, afin d'y susciter des frissons encore inconnus, pour faire chavirer cette jeune femme et l'abandonner à ses bras amoureux. C'était un vertige dont le jeune homme s'enivrait toujours plus et dont jamais il ne se lassait, d'autant que Scarlett lui plaisait plus que de raison.
On la disait pourtant insipide. Sans intérêt. Sans couleur. Elle qui n'était qu'une femme devrait se trouver un mari pour avoir des enfants et assurer la descendance d'une lignée noble de préférence plus huppée que la sienne. Soigner les apparences, sauver les réputations. Tu parles d'un mode de vie. Neo se souvint de ce qu'avait un jour dit Euphy, la plus âgée de ses sœurs, qui travaillait en tant que femme de chambre chez un comte. « Toutes les créatures de ce monde ont leurs malheurs » avait-elle dit, en souriant d'un air triste. Sur le moment, personne dans la famille Collins n'avait eu le cœur à plaindre l’Élite. Et pourtant, à présent qu'il était face à cette jeune fille tristounette, il comprenait ce que sa sœur avait voulu dire par là.

Scarlett ajouta qu'elle enviait les habitants de Nordkia, car ils étaient au moins libres de leurs choix, sans famille qui leur dise quoi faire ni comment vivre. Est-ce que tu comprends, Neo ? lui demanda-t-elle. Ce disant elle glissa un peu sous les draps pour s'approcher de lui, la tête reposée près de ses jambes. Ce tutoiement soudain et ce petit rapprochement avaient quelque chose de mignon. Difficile de dire si elle avait froid, ou si elle cherchait du réconfort. Peut-être un peu de ces deux choses-là. Alors qu'elle le regardait sans rien dire, le jeune homme replaça délicatement une mèche de ses cheveux châtains derrière son oreille. Mais il n'éloigna pas sa main tout de suite, caressant légèrement l'une de ses pommettes à l'aide de son pouce tandis qu'il lui répondait en souriant un peu.
« Tu dois pas te marrer très souvent. J'avais pas idée que la vie à Anathorey était comme ça. Pour être franc, j'ai jamais eu de pensée très charitable pour les habitants de la capitale. Comme ils sont riches, je pensais que tout était facile pour eux. A t'entendre, j'ai l'impression que je dois revoir mon jugement ».
Il ne voyait pas pourquoi, en tout et pour tout, Scarlett lui aurait menti. Elle n'avait aucun intérêt à cela. Neo se reprit après s'être plongé quelques instants dans le regard de sa compagne, après ce moment d'absence qui l'interpella aussitôt qu'il en fut sorti. Il lâcha les mèches de cheveux, s'éloignant de la chaleur de la jeune femme.
« Va pas croire que Nordkia est la terre des libres pour autant, poursuivit-il. On se débrouille surtout avec ce qu'on a. Et crois-moi on possède pas grand chose au départ. On n'a pas de grands rêves, sauf peut-être ceux qui volent dans le ciel, loin de ce pays. Quand les petits d'Anathorey vont à l'école, les gosses de Nordkia vont bosser pour rapporter trois sous à la maison. Et le soir si on mange à notre faim, on s'dit qu'on n'a pas perdu notre journée. Tout ça pour dire qu'on n'est libre que dans une certaine mesure. Mesure pas très souple ».
Neo s'étira un peu avant de se laisser glisser sur le dos à son tour. Il clôt ses paupières, d'un air rêveur, satisfait que Scarlett l'écoute à son tour.
« L'herbe est toujours plus verte à côté, c'est comme ça qu'on dit non ? Pour autant, qu'on soit d'Anathorey ou de Nordkia, on est tous libres dans notre tête. Personne peut t'empêcher de penser. C'est p't'être un peu bête, mais c'est bien parce que je suis libre de rêvasser à ce qui me plaît que je n'ai pas péter un câble. Sinon y a longtemps que je serai parti d'ici »

Qu'est-ce qui le prenait, à parler ainsi ? Il n'en avait lui-même aucune idée. Neo ouvrit une paupière, sourit et pivota sur le côté pour faire face à Scarlett. Ils étaient proches l'un de l'autre, pour des jeunes gens qui venaient de faire connaissance. Une vieille pie d'Anathorey aurait dit que c'était indécent. Une fille peut farouche de Nordkia aurait dit que les choses intéressantes commençaient enfin. Mais Neo entendait surtout répondre aux questions de la belle, qui le ravissait par sa charmante compagnie.
« Je suis né sur les Docks, et j'y ai toujours vécu. Je taffe depuis l'âge de neuf ans, dans le même atelier, au service du même patron. Mon père est mort quand j'avais douze ans. Par contre, j'ai toujours ma mère et mes quatre sœurs. La plus petite chouine tout le temps, et les trois autres dans l'ordre sont râleuse, stressée et absente. Mais au milieu de toutes ces femmes, j'ai un ami d'enfance, Tobias, qui nous prête gentiment sa baraque pour la nuit ».

« Quant à mon destin... »
Neo attrappa doucement la main de Scarlett, et la plaça entre leurs nez, de sorte qu'ils puissent tous les deux l'observer. Les doigts de la belle, parfaitement lisses et fins, était enrobés par ceux du jeune homme. Malgré de grands doigts minces, sa main elle était un peu caleuse, et abîmée par le travail. Ce n'était pas forcément un très joli spectacle mais malheureusement c'était la seule réponse qu'il put lui apporter.
« Il est écrit là, sur toutes ces lignes usées que tu peux voir. Si je veux vivre, je dois manger. Et pour manger, je bosse. Comme tu le vois, ma vie n'a rien de passionnant. La plupart des Dockers est comme ça ».
Il n'avait pas lâché la main de la jeune femme. Au contraire il la tint fermement dans la sienne, sans pour autant se montrer brusque. Il la porta à ses lèvres et osa y déposer un petit baiser, le regard brûlant ancré aux iris flamboyants de Scarlett. Il haussa un sourcil d'un air malicieux en voyant sa réaction, amusé par elle, ne résistant pas à l'envie de la taquiner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


bliss


RPG
Âge : 22 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Une paire de gants blancs, plusieurs tenues élégantes, un nécessaire de coiffure.

MessageSujet: Re: L'union fait la force [Néo]   Lun 17 Oct - 13:40


Lui raconter tout cela la touchait un peu. Même si d’habitude elle tentait de garder une distance non négligeable avec sa famille et ces histoires, en y mettant le doigt dessus elle ne pouvait pas ignorer les sentiments qui remuaient en elle. Elle n’était pas une paria mais elle était clairement non désirée. Plus vite elle serait casée et mariée, plus vite ils n’en entendraient plus parler.
Un long soupir sortit de ses lèvres pleines « Oh eh bien je suppose que je ne peux pas t’en vouloir. Tout ce que nous produisons, en surface, est très rutilant. Habiter chez nous est un privilège, nous avons des rangs, des titres, nous sommes très hiérarchisés et qui possède quelque chose là-bas, est forcément un noble à plus ou moins grande échelle. Mais le coeur de nos vies est un poison. Il nous corrompt et nous forge pour être des manipulateurs. Ici, c’est la misère qui vous sculpte mais si on vous l’enlève vous n’en serez que soulager. Alors que nous, si tu nous enlève notre noblesse, nous n’avons plus rien. Sans richesse, nous sommes pauvres. Vous avez une dignité que coeur que nous n’avons pas et c’est ce que j’essaye de cultiver. Le jour où je serai séparée de ma famille et de tout cela, quand je serai livrée à moi-même, je sais qu’il ne me restera que ce que je me serai forgée, car moi non plus je n’aurai plus rien. » Elle mit ses mains sur son visage. En réalité, elle avait envie de pleurer mais elle ne craqua pas, par honte. Scarlett soupira à nouveau « Ca ne peut pas être pire de vivre ici… » A Anathorey il y avait des meurtres, ici aussi. Il y avait des réseaux de drogues, ici aussi. A Anathorey ils ne faisaient pas vraiment la fête, ici oui. L’ambiance était tout, sauf détendue. Elle était lourde, emplie de paraître, personne ne riait à gorge déployée avec une chope dans une main et une femme dans l’autre. Pourtant, l’addiction au sexe et aux plaisirs étaient les mêmes. Elles étaient juste tabous.

Neo lui annonça que Nordkia n’était pas vraiment une terre d’accueil idyllique, au contraire. Les conditions de vie et de travail étaient très dures, ils ne mangeaient pas à leur faim et Scarlett en déduisit que beaucoup devaient mourir de maladies. Il était vrai que l’avantage d’Anathorey, avec sa richesse, était l’accessibilité aux soins et autres chirurgies. Certains se refaisaient faire parfaitement la plastique du visage ou d’ailleurs et d’autres devenaient de vulgaire Cyborg. C’était leur loi mais au moins elle fonctionnait. La sélection naturelle était moins présente qu’ici bas. Mais ce n’était pas là un concours de qui était le plus malheureux. Non, Scarlett savait qu’elle avait plus de “chance” que Neo et toute sa famille. Ils avaient le loisir de choisir combien d’enfants ils voulaient, de se limiter, de prendre des traitements pour la moindre petite imperfection… C’était juste elle qui le vivait mal.
« C’est… amusant combien, en fait, ni nous ni vous n’êtes libres… Mais ici, au moins, les parents n’inventent pas des chimères pour faire taire leurs enfants. Enfin… »

Penser ? La bonne blague. Ca faisait un moment que Scarlett ne pensait plus. Si c’était ce qui avait fait tenir ce type alors tant mieux pour lui. Elle, elle était coincée. Les rôles s’inversèrent l’espace d’un instant et elle le trouva naïf de croire cela. Pourtant elle se garda toutes ses pensées car elle les savait noires et corrosives. Alors elle hocha juste la tête, sans y croire vraiment, le regard un peu fuyant.

La vie de Neo la passionna. Dans son regard naissait beaucoup d’admiration. Il était fort d’avoir réussi à survivre à tout cela. Elle, elle ne savait pas si elle n’aurait pas fané en voyant sa famille mourir. Elle n’en savait rien, mais ce qui était sur, c’était qu’elle le trouvait courageux « C’est vrai que ça fait beaucoup de femmes à la maison mais ce doit être bien d’avoir une vraie famille. » Scarlett prononça le mot ‘vraie’ inconsciemment. Pour elle, ce n’était pas le cas de la sienne. Elle aurait aimé se glisser dans la peau d’une souris pour voir comment était l’ambiance chez le Docker.
Un peu surprise, elle ettouffa un cri de surprise lorsqu’il saisit sa main. Un peu plus allongé et tourné vers elle, l’Elite avait une vue assez gênante sur la peau nue de son torse. Son esprit se tortura sous cette vision qu’elle ne souhaitait affronter. La petite s’efforçait de garder son regard ancré dans celui du Docker, coûte que coûte.
Triste destin… A peine eut-elle envie d’ouvrir la bouche pour lui répondre qu’elle fut coupé dans son élant par le geste affectueux qu’il entreprit.
Une discussion si rude entraina alors ce rapprochement indéniable de leurs âmes esseulées. Et c’était ce qu’elle apprécia. Mais elle n’était toujours pas habituée au contact. Pourtant la curiosité n’avait pas de limite avec elle. En se glissant dans le lit, il avait fini par quasiment annihiler cette distance pourtant présente au départ. Etait-ce ‘l’effet Neo’ ? se disait-elle. Peut être bien…
Assez naïvement elle tendit son autre main vers lui, complètement bouleversée par le regard de feu qu’il lui lança. Ce n’était peut être pas un drame de céder… ? Ou peut être que si… ? En fait elle n’en savait rien. Et les diktats qu’on lui imposa toute sa vie, se firent sourds.
Alors ses doigts finirent par venir timidement caresser le visage marqué de cet homme. La pulpe de ceux-ci décrivit alors sa mâchoire, son menton, son nez, alors que ses yeux ne cessaient de faire d’incessants aller-retour entre les yeux gris du Docker et ses lèvres. Scarlett mordilla les siennes. Celle du bas commença à rougir à outrance, de même que ses petites joues. Elle était curieuse, elle avait envie de découvrir mais son éducation l’arrêtait quelque peu. Sans qu’elle ne le remarqua, sa bouche s’était entrouverte pour laisser échapper un souffle chaud, brûlant, traduisant l’appel que lui lançaient ses sens. Elle s’écoutait sans comprendre « Neo je… » Les mots étaient fiévreux, chargés d’ardeur. Ils ne pouvaient laisser le Docker de marbre, vu ce qu’elle souffrait. Pourtant, elle se fit maligne, car ce fut elle qui céda la première. Approchant son visage, elle posa ses lèvres sur celle du tombeur, en quête d’une rédemption quelconque. Que son être cesse de réclamer quelque chose qu’elle ne comprenait pas… Malgré son innocence, elle ne perdait rien en sensualité et son ignorance emmenait à cet échange beaucoup de naturel. Elle ne jouait pas de jeu, laissant transparaître ses sentiments et ses envies. Scarlett était gênée et, en même temps, elle était intrépide. Elle voulait s’aventurer un peu plus tenter de voir la chose autrement. Non comme un fardeau ou une fatalité mais comme quelque chose de voulu…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: L'union fait la force [Néo]   Dim 27 Nov - 19:19


Neo savait que les filles aimaient à discuter. Il l'avait expérimenté lors de ses multiples approches, mais généralement c'était d'elles qu'elles parlaient et s'en contentaient parfaitement. L'attention que Scarlett avait porté à son récit était nouvelle pour lui. Il voyait ses grands yeux concentrés sur ce qu'il disait, il y lisait que son imagination vagabondait au gré de ses mots. Et ça l'interpella. Surtout lorsqu'elle évoqua son intérêt pour ce qu'était  une vraie famille. Jamais il n'aurait pensé un jour voir autant de solitude émaner d'une jeune femme qui, semblait-il, avait tout pour elle dans la vie. Finalement, la richesse d'Anathorey n'achetait pas les choses essentielles. Pas pour Scarlett en tout cas.
Il crut, un instant fugace, qu'il l'avait déstabilisée par le geste qu'il avait eu à son égard. Mais lorsqu'il sentit ses doigts s'aventurer sur lui, il comprit qu'en réalité il l'avait confortée dans un désir de découverte qu'elle ne cachait pas ni ne réprimait. Son approche était timide, bien entendu, malgré tout il percevait en elle une pointe de détermination naissante. Et ça lui plu.

A mesure qu'elle explorait les traits de son visage, Neo sentait que les barrières de la décence qui bridaient ses désirs tombaient les unes après les autres, sans qu'il ne puisse rien y faire. La douceur du contact avec une jeune femme si jolie lui rappelait durement qu'il n'était qu'un homme, bourré de défauts et de faiblesses qui craquaient sous sa peau frissonnante. Alors qu'elle se mordait la lèvre il se laissa inexorablement glisser vers elle, brisant les frontières de la bonne conduite au profit d'une intimité des plus suggestives. Il sentait vibrer en lui une envie de plus en plus forte, une envie portée sur Scarlett. Il voulait la toucher, il voulait la sentir.
S'accordant à sa partenaire, Neo tendit une main envieuse vers quelques mèches de cheveux de la jeune femme, qu'il rangea derrière son oreille. Il laissa couler sa main paisiblement le long son jeune cou. Le grain de sa peau était si délicat qu'il eut une envie mordante d'y plaquer ses lèvres, de dévorer sa chair tendre. Ses doigts poursuivirent leur route, osant aller jusqu'à la naissance de l'ouverture de la chemise qu'elle portait. Il aurait été simple d'en dégrafer les boutons un à un, de passer sur elle et de faire comme il en avait l'habitude. Mais le souffle chargé d'émotions qu'elle laissait échapper, mêlé au sien, le faisait oublier ses penchants pour la facilité. Il la laissa l'explorer, aspiré par le regard dévorant qu'elle posait sur lui, et qu'il lui rendait avec autant d'envie, si ce n'était davantage.

Scarlett murmura des mots d'une chaleur telle que le garçon sentit les premières contraintes de son corps se manifester. Il se pencha vers elle, froissant dans un bruit délicieux les draps qui les étreignaient, et caressa son corps jusqu'à la hanche joliment courbée de la jeune lady. Mais elle le prit de cours, en l'embrassant alors qu'il ne s'y attendait pas. C'était si innocent, si spontané qu'il n'eut d'autre choix que de s'y abandonner. Emporté par le bien être procuré, il enlaça Scarlett jusqu'à ce que leurs corps soient blottis l'un contre l'autre. Ce baiser était sans artifice, mais sa simplicité rappela à Neo le goût de ses premières fois, ce dont il se délecta.
« P'tite maligne, souffla-t-il lorsque leurs lèvres se séparèrent. Tu m'as pourtant demandé de te ménager... » Il poussa sa main au creux des reins de sa petite noble, frémissante mais curieuse, qui l'intéressait de plus en plus.
« Mais moi... J'résiste pas à ce qui m'est offert sur un plateau.»
Ses lèvres vinrent chatouiller le creux de son cou blanc. Elle avait un parfum subtil et sucré, qu'il aurait voulu respirer encore et encore. Comme un doux échauffement, il la laissa découvrir la sensation de sentir des mains d'homme parcourir son corps, tandis que lui se délectait de ce contact. Il avait l'impression de manipuler une entité fragile et précieuse, que le moindre geste brusque de sa part briserait, lui ferait mal. Il ne fallait pas qu'il soit ce genre de garçon, pas avec Scarlett. Pourtant cette retenue à laquelle il se soumettait créait une tension cruelle pour lui. Cruelle mais aussi très plaisante.

Il bascula au dessus de la belle après quelques instants. Il la regardait droit dans les yeux, dans ses grands yeux noisette qui luisaient à la faible lumière des bougies à leur chevet. Il détailla chaque parcelle de son visage et ne put que constater la perfection de son teint. Scarlett était une femme simple, qui respirait la pureté et la jeunesse. Sa chevelure un peu désordonnée sur l'oreiller lui donnait un air un peu sauvage qui n'était pas pour déplaire au Docker. Elle n'était pas une bombe sexuelle plantureuse aux atouts physiques outrageants, ni une fille que l'on devait scruter des heures avant d'en déceler la beauté. Elle était discrète, mais il suffisait d'un échange oculaire pour constater à quel point elle était belle. Lui le savait mieux que personne, car il aimait particulièrement les jolies filles.
Neo plongea en avant, pour qu'ils échangent de nouveau un baiser. Le premier avait été simple, spontané, comme la caresse d'une plume. Celui-ci n'avait rien perdu en tendresse mais il était plus profond que le précédent, plus suggestif. Meilleur porte-parole des envies qui s'emparaient du jeune homme depuis leur rapprochement, qui lui avait rappelé à quel point il était sensible aux gestes émus des femmes. Encore tout proche d'elle, après un imperceptible soupir, il laissa le bout de son nez effleurer celui de la jeune femme.
« Tu me plais Scarlett... » déclara-t-il sans ciller ni rougir.

Il ne savait pas jusqu'où elle était déjà allée avec un homme, quoiqu'il n'était pas compliqué de deviner qu'elle n'avait pas beaucoup d'expérience en la matière. L'une de ses mains, qui rampait entre la hanche et la taille de la demoiselle, témoignait de ce que la situation lui plaisait. Il avait toujours aimé les jeux de séduction, surtout lorsqu'ils étaient assaisonnés par l'initiative féminine. Cette même main, qu'il dirigea finalement vers les boutons de la chemise enveloppant pudiquement la belle. Il la fit habile, professionnelle, à dénouer peu à peu l'étreinte du vêtement autour de son corps. Un pan de tissu glissa de côté lorsqu'il eu terminé. Alors, ses doigts remontèrent le long d'une peau d'albâtre et satinée, partant de son ventre et évoluant jusqu'à buter contre sa poitrine.
« Alors ma belle... Qu'est-ce que tu dis de ça ? » demanda-t-il d'une voix chuchotante et suave.
Il ne savait résister à ce qui lui était offert sur un plateau, ce n'était rien de le dire. Il aurait bien croquer la jeune noble toutes canines dehors. Elle était mignonne, elle était adorable, elle était parfaitement le genre de femme qu'il affectionnait. Mais il ne souhaitait prendre le risque de froisser la fine fleur d'Anathorey... dans son intérêt.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


bliss


RPG
Âge : 22 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Une paire de gants blancs, plusieurs tenues élégantes, un nécessaire de coiffure.

MessageSujet: Re: L'union fait la force [Néo]   Lun 13 Fév - 23:56

Ils n'avaient encore rien fait, qu'elle en était déjà essoufflée. Ce baiser... Cet échange avait été trop intense pour elle. Scarlett voyait trouble, sa vue complètement embuée par le désir criant qui traversait son jeune corps. Elle savait de moins en moins ce qu'il se passait et elle avait du mal à garder le rythme. La petite cherchait une sorte de répit ou d'accalmie, sans pour autant la trouver. Elle pensait qu'embrasser cet homme lui procurerait ce que ses sens lui dictaient mais, en réalité, ça ouvrit sa boîte de Pandore. L'Elite en voulait plus... Elle n'était pas vorace ou affamée, non... Elle était naïve, se laissant porter par le moment. D'une minute à l'autre, elle savait qu'elle s'abandonnerait à ses bras. Elle le savait et pourtant, elle avait peur. Une appréhension au creux de son ventre, mélanger à cette euphorie, qui ne savait pas se faire sourde.
Posant sa main sur son visage, écartant ses doigts comme pour se frotter une joue, Scarlett agrippa l'oreiller dans le but de garder pied à terre. Son souffle chaud la trahissait, ses longs cils châtain commençaient à s'humidifier de passion. La jeune femme était fiévreuse, tendue. La proximité qu'elle entretenait avec Neo n'arrangea rien, comme si son instinct lui dictait ce qu'elle devait faire et comment elle devait réagir.
Bien que le Docker avait posé sa main au niveau de ses reins, la maintenant alors dans son propre étau, elle ne pouvait s'empêcher de repenser à ses doigts qui parcourait son flanc jusqu'à sa hanche. A ce moment là, la noble avait eu un frisson, sans avoir pourtant froid. Complètement perdue et submergée par les émotions, Scarlett ne perçut ni combien les braies du rouquin se faisaient étroites, ni la rigidité contre sa cuisse. Pour la belle, c'était un monde qu'elle découvrait pas à pas, trébuchant à chaque obstacle.

La cadence accéléra, changea, et la rapidité de l'homme la surpris. Bon sang, comment pouvait-on être si tiraillé entre deux émotions ? Deux envies ? La mignonne ne pouvait y réfléchir pour le moment et ses désirs finirent par la guider. La voix de Neo la rendit folle à lier et le timbre de cette ardeur tordit son corps. Sous le poids de l'homme, son bassin eut un soubresaut, se soulevant légèrement avant de retomber sur les draps mous. Le son qui sortit de sa bouche était similaire à un supplique, comme une prière « Je... t'en prie... » Elle ne savait pas si elle voulait qu'il arrête ou qu'il continue. La torture était aussi délicieuse que douloureuse et elle se découvrait un charme qu'elle ne se connaissait pas.
Son visage de poupée était tentateur car il alliait avec brio innocence, gêne et désir. Elle était comme une prude à qui on venait d'allumer un feu qui commençait à se répandre et qu'elle ne savait endiguer.

Les lèvres de l'homme vinrent doucement lécher sa peau, son cou tandis que ses mains arpentaient ses courbes par dessus la chemise. Scarlett gémissait presque silencieusement, ne pouvant retenir les petits râles sortant de sa bouche. Quelqu'un la touchait autre que pour la saluer... Quelqu'un la touchait avec des pensées qui pourraient être considérées comme obscènes... Un homme la touchait, tout simplement. Elle était si petite dans ses bras, qu'elle se perdit sous ses caresses. Sans se sentir obligé mais dans un sentiment de découverte pure, elle tendit le bras, la main, et remarqua avant même qu'elle n'ait pu le vouloir, qu'elle effleurait ce torse glabre mais terriblement attirant. Ses doigts décrivirent les reliefs d'une vie, des muscles aux cicatrices, et parfois, ses ongles s'enfonçaient dans cette chair ferme, laissant de petites griffures de chaton.
Il la coupa en l'embrassant. Gobant ses lèvres pour les faire siennes, dominer enfin la situation, lui montrer combien elle avait de la valeur. Il la voulait toute entière et le lui faisait comprendre. Elle frissonnait à ce contact tumultueux, appréciant la passion qui gagnait l'homme. Scarlett commençait à gagner en confiance, comme si le fait que ce soit Neo était une bonne chose. Elle ne le connaissait pas, elle ne le reverrait peut être jamais, c'était surement un pervers des bas étages, mais il avait au moins le mérite de la respecter, contrairement à sa propre famille.

A nouveau, le timbre rauque de cette voix vint vriller la raison de la noble. Elle l'enserra de ses bras, appréciant le moment de douceur à sa juste valeur. La petite plissa son nez, lui rendant ses caresses plus calmes et ponctuelles « Je... suis en train de devenir folle, Neo. » Folle de lui ? Elle était si pure et innocente que ça n'étonnerait personne qu'elle s'éprenne d'un jeune démuni. Mais elle tut la suite, se concentrant sur le présent.
Les boutons sautèrent un à un à la fois trop rapidement et à la fois dans une lenteur infinie. Le Docker jouait avec elle, avec ses nerfs. Il la testait et elle, elle mesurait ses limites. Scarlett était gênée et, lorsque le premier pan de tissu tomba, révélant qu'une partie de sa poitrine, elle se cacha le visage, honteuse « Attend je... Je ne suis pas jolie... » Bien qu'il venait de lui dire qu'elle lui plaisait, elle se remémorait les paroles infâmes de son frère, critiquant sa laideur, indigne de la famille nobiliaire. Et alors, quasiment nue face à cet inconnu, elle eut un mouvement de recul, comme si elle avait besoin d'être rassurée. De jouer aux autruches, se cachant le visage alors que Neo avait la vue claire sur un de ses seins galbés et harmonieusement proportionnées avec le reste de ses formes. Pourtant elle n'avait pas l'impression de se dégonflée ou de faire marche arrière, elle avait juste besoin d'étapes, de la présence de cet homme, de son respect et de son dévouement, jusqu'à la dernière goutte « Tu as du connaitre des femmes si... » Expérimentées. Mais elle n'arriva pas à le cracher à travers ses mains. Sa petite voix était soucieuse, presque triste « Je suis désolée Neo, je n'y connais rien... » En réalité, ça n'avait même rien à voir avec tout ce que ses amies lui avait raconté.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: L'union fait la force [Néo]   Lun 13 Mar - 22:43


Des mots dignes d'une supplique sortaient à pas de velours de la bouche Scarlett, qui semblait en proie à des tiraillements inconnus pour son corps. Le contact chaotique de leurs chairs au creux de ce lit qui ne leur appartenait pas donnait des parfums d'interdit à l'atmosphère, qui ne cessait de s'échauffer. Cette tension, cette timidité dont la petite noble faisait preuve et cette envie qui devenait toujours plus forte poussaient Neo dans ses retranchements. Chaque geste ému de la part de la belle, fébrile et tentatrice, faisait naître en lui l'idée de la taquiner. Il souriait lorsqu'il l'entendait soupirer des mots passionnés, riant légèrement dans son cou. Plus elle se cambrait, plus elle était acculée, plus il serrait l'emprise qu'il avait sur elle, dans une douceur étrangement contraignante. Connaissait-elle ses limites ? Connaissait-elle son corps, les messages qu'il lui envoyait et ceux qu'elle pouvait émettre grâce à lui ? Le Docker lui apprendrait ces choses-là, sans la brusquer, mais sans totalement l'abandonner à un rythme lent. La cadence qu'il lui proposait était semblable à une toute première valse, dans laquelle il lui faudrait suivre tout en se laissant guider. Rampant sur elle avec désir et malgré son esprit embué par ces premiers plaisirs, Neo tâchait d'aimer l'espace d'un moment cette jeune femme comme elle le méritait. Si elle n'était aux yeux de sa famille qu'une ratée, il ferait d'elle sa princesse pour un soir (*).

Lové dans ses petits bras qui s'étaient refermés sur lui, il ne cacha pas sa satisfaction lorsqu'elle osa lui faire une confidence que d'ordinaire la fierté personnelle interdisait de prononcer lors d'ébats amoureux. C'était pourtant si naturel et spontané que son sourire n'en fut que grandit, tant il était amusé d'avoir entre les mains une jeune fille si ingénue.
« J'espère bien... » souffla-t-il alors qu'il déposait un petit baiser au coin de ses lèvres roses. Juste là où la joue s'arrête, mais pas encore tout à fait sur la bouche. Comme s'il posait le pied dans un antichambre intimiste, qui le mènerait à une pièce où il n'avait pas le droit d'entrer. Sa main qui parcourait le corps galbé de Scarlett, partiellement dénudé, fut toutefois arrêtée par un mouvement de recul de sa partenaire. Elle se cacha soudainement le visage, le priant d'attendre, hésitante et le teint rougi. Tsss, fit-il entre ses dents, tant ce qu'elle lui avait dit lui paru absurde. Alors qu'elle masquait son propre regard, Neo laissa traîner le sien vers le buste pâle dont il avait permis le dévoilement. S'offrit à sa vue indiscrète la ligne pure d'une courbe qui lui donnait furieusement envie de voir le reste. D'un geste, il écarta les doigts que Scarlett plaquait sur son visage pour la regarder droit dans les yeux.
« Tu es pire que jolie » lui dit-il, calme comme un prince, tandis que la main qui s'était arrêtée reprenait sa course. Elle escalada la peau de la jeune femme pour venir s'emparer tendrement de cette courbe, injuste auteure de la honte de sa propriétaire. Il se pencha de nouveau sur elle pour l'embrasser, dans un deuxième assaut conjugué à celui de ses phalanges promeneuses. Il ne savait pas d'où lui venaient ces idées, cette croyance en sa laideur, ni le fait que son inexpérience la rendrait repoussante. Il entendait lui démontrer par ses gestes que contrairement à ce qu'elle semblait croire, elle était précieuse, elle était désirable, et plus que jamais il la voulait, il l'appelait de tous ses vœux et de tout son corps. Si elle tentait de se soustraire, il ne la laissait pas filer, il collait leurs peaux et leurs lèvres jusqu'à ce que son souffle en soit épuisé. L'action comblerait le manque que les mots n'avaient su effacer.

Quand sa respiration se fit courte, au bout de brûlants échanges qui avaient mis à mal son cœur et sa chair, il se détacha un peu de la belle pour prendre un peu de hauteur. Il soupira, comme pour se calmer, puis il posa sa main sur l'épaule encore couverte de Scarlett. Doucement, il fit glisser le timoré tissu qui la maintenait encore à demi dans la décence.
« Laisse toi aller, lui murmura-t-il comme s'il anticipait une nouvelle réaction timide de la part de la jeune femme. T'as pas à avoir honte de toi, et les autres... Qu'elles aillent se faire voir ».
Une fois qu'ils furent débarrassés de la chemise, Neo baissa son regard brûlant sur la peau fraîche de la petite noble. Il en admira silencieusement les contours, à la lumière dansante des bougies, et lorsqu'il croisa de nouveau ses pupilles, il sentit qu'il lui serait difficile de résister encore longtemps. Ses grands iris sombres, ses cheveux désordonnés qui tombaient sur son cou et l'oreiller, sa bouche légèrement entrouverte... Putain, qu'est-ce que t'es belle. Il se pencha de nouveau sur elle, ondulant presque, trop envieux de la toucher encore.
« Parce que... moi, c'est toi que je veux, Scarlett »
Alors ses lèvres allèrent audacieusement à la rencontre de sa poitrine nue, tandis qu'il ressentait que l'étreinte de ses vêtements contraignait de plus en plus son anatomie, ce corps qui était le sien et qui lui rappelait son statut d'homme plus faible que ses désirs.

''(*)'':
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


bliss


RPG
Âge : 22 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Une paire de gants blancs, plusieurs tenues élégantes, un nécessaire de coiffure.

MessageSujet: Re: L'union fait la force [Néo]   Mar 14 Mar - 8:00

Cet homme était le serpent habile qui la faisait peu à peu tomber dans la folie, dans la tentation. Scarlett était si faible, qu'il n'avait pas besoin de fournir beaucoup d'effort pour la faire chanceler. Le rouge aux joues, le feu dans le bassin, la petite noble ne comprenait pas ce que son corps lui criait à cet instant. Et peu importait, car, après tout, celui qui menait la valse n'était personne d'autre que Neo. Il fallu simplement initier le laisser-aller. Ce qu'il fit.

La brune fondit dans ces bras ciselés. Scarlett retira les mains de son visage, affrontant timidement les envies de l'inconnu. La pauvre était partagée entre la fuite et la suite...
Elle respira lentement alors que le Docker venait piquer son cou de baisers de plus en plus intenses. Elle fit une sorte de vide, pour ne penser à rien et simplement s'écouter. Les écouter.
Ses mains aux ongles parfaitement limés, vinrent à nouveau gratter cette beau d'albâtre. L'homme louvoya habilement pour l'enfermer dans son propre étau, faisant de ses bras sa prison dorée. Scarlett laissa enfin échapper un gémissement, succombant au plaisir de ces lèvres avides. Neo fit mouche en lui ôtant une bonne partie de l'habit, dévoilant avec tact un corps qui se voulait pudique. Mais la situation la faisait se cambrer, s'offrir, sur un plateau d'argent, à cette bouche charnue et expérimentée.
« A...aah... » Si la petite fille se contentait de caresser le dos de l'homme, puis de jouer inconsciemment avec ses cheveux, lui profita de tout ce qui lui était servis. Il savait parfaitement rouler et s'adapter à ce corps ondulant sans cesse, et quand leur peau se touchèrent, Scarlett cru défaillir.
Elle avait envie. C'était bien la première fois que ça lui arrivait !
« Neo... Ça brûle... Pourquoi ça brûle ? » Entre plusieurs hoquets elle arriva à articuler quelques mots, mais la pauvre n'avait plus toute sa tête, et plus les minutes passèrent, plus elle se perdit dans l'écrin de cet homme.

La jeune femme n'aurait jamais pensé, un jour, sentir les battements de son cœur aussi fort. Il pulsait dans ses tempes, ses poignets et bien sûr, sa poitrine. Il l'assourdissait. Les événements commencèrent à la dépasser. Des sons sortaient de cette petite bouche d'ingénue, alors que ses jambes ne cessaient de se resserrer autour de la taille du Docker. Elle voyait en Neo plus qu'un amant, mais pouvait-elle se le permettre ? Tout ce qu'elle savait, était qu'elle en avait besoin. Juste une fois...
L'homme fit glisser cette langue maligne sur ses courbes enivrantes, encore et encore.
Elle perdit pied. Quand il se redressa, lui ayant fait comprendre que sa peau avait bien des endroits sensibles, elle ne pu s'empêcher de vouloir l'embrasser. Mais elle n'était plus guidée par la simplement volonté non, se mêlait là le désir, l'envie. Elle en avait besoin. Scarlett redressa sa tête, devenue pourpre, pour venir coller ses lèvres brûlantes à celle de l'homme. Elle était toute nerveuse concernant la suite et pourtant, la curiosité ne cessa de l'emporter sur toutes ses décisions.

« Fais moi tienne... » Des notes cristallines, sans vulgarité, sans sous-entendu, juste la pureté d'une demande. Scarlett formula ces mots avec difficulté et, pourtant, elle osa les sortir bien que la gêne qu'elle éprouva soit palpable. Mais elle l'avait dit, et c'était ce qu'il comptait.
La noble glissa ses propres mains sur la peau du Docker, remontant pour venir caresser son cou et ses joues. Elle profita de son visage, de ses baisers, descendant doucement ses petits doigts pour venir chercher l'envie. Son corps fuselé et pourtant endurci par la vie, laissait à la petite un arrière-goût sucré, de gourmandise inachevé. Elle se surprit à s'aventurer, comme lui l'avait fait, dans des zones un peu trop habillées. Ainsi, Scarlett joua avec la ceinture qui formait la barrière entre le rêve et ce qui allait devenir réalité. Sa pauvre culotte en coton, aussi jolie soit-elle, essuyait l'écume du plaisir sans qu'elle ne s'en soit rendue compte. Mais à force de jouer les curieuses, un peu trop bas, la belle sentit brièvement, comme un effleurement, l'excitation de Neo. Comme si elle attendait une réaction de sa part, elle se figea, le regardant avec crainte mais tout lui indiquait qu'elle pouvait continuer son audace. Helas, la petite arriva à son point de rupture quand elle explora un peu plus. Elle dessina la forme sculpturale de sa bravoure et, s'enhardissant de cette découverte, se laissa submerger par une énième vague d'émotions et d'instincts. Scarlett ne voulait pas voir, elle avait peur, et pourtant elle en voulait plus. La contradiction à l'état pur qu'elle arrivait pourtant à concilier à merveille... à ça, elle en vint alors à doucement faire glisser le tissu qui, relativement tendu, ne se fit pas prier pour décrire la courbe musculeuse de l'arrière du rouquin. Dans le plus doux des rythmes, sa course s'arrêta à mi-cuisse, continuant de s'en aller au rythme des corps. Scarlett ne baissait pas les yeux, bien que l'envie ne lui en manquait pas. Elle voulait savoir comment Neo réagissait, ses moins émotions et réactions, quant à son toucher subtil et plein de découverte.
Allait-elle trop vite... ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: L'union fait la force [Néo]   Sam 1 Avr - 20:49


E lle était délicieuse. C'était le seul mot qui venait à l'esprit de Neo tandis que ses doigts et ses lèvres glissaient le long du corps de Scarlett. Le souffle court et le cœur battant, il ne cessait de partir à l'assaut de cette peau parfumée qui l'enivrait. Le plaisir qu'il éprouvait à toucher la chair de la jeune femme était indécent. C'était comme braver un tabou absolu, tel un voleur qui s'empare d'un trésor interdit. Ce qui aurait dû refréner les ardeurs du garçon ne faisait que les attiser, car l'idée de renoncer à une telle tendresse lui paraissait aussi insensé que criminel. En se laissant aller contre elle, il se sentait esclave d'une tension si forte que seule une morsure aurait pu l'en libérer. Pourquoi ça brûle? A regarder l'émoi de sa compagne, ses cheveux collés contre ses épaules par la chaleur de leur étreinte, Neo voulait la marquer, plus fort encore que ne le permettaient les caresses de ses mains et de ses baisers. Pour rien au monde il ne voulait comprendre pourquoi son corps se tordait si cruellement par le pouvoir des courbes féminines. Ils prendraient bientôt feu ensemble. Il imprégnerait le corps de Scarlett de son essence, de son cœur jusqu'à son esprit, pour qu'elle ne soit plus qu'à lui. Sa voix feutrée lui fit entendre qu'elle désirait la même chose. Ils s'embrassèrent comme des fous, l'un vorace et l'autre avide de découverte. L'univers s'éloignait à mesure qu'ils s'unissaient. Leur osmose finit par mettre en branle ce qui restait de retenue au Docker.

La main de Scarlett qui effleura le creux de son bassin endurci fit lâcher à Neo un râle de plaisir qu'il n'aurait pu contenir même avec toute la volonté du monde. Elle se faisait audacieuse encore une fois, comme lorsqu'elle l'avait embrassé plus avant. Elle le libérait des vêtements qui entravaient son corps, doucement, le regard tourné à l'opposé de ce qu'elle n'osait voir. Il sentait que la chaleur lui montait au visage, glissait contre son dos luisant, Comme elle tremblait un peu, il posa sa main contre son petit visage pour décrire lentement la ligne de sa joue, de son oreille et de son cou. Il frissonnait en sentait le tissu coulisser le long de ses jambes. Son sang palpitait douloureusement dans ses veines et ses tréfonds virils. Il ne pouvait plus réprimer ses envies, il devait en montrer davantage à Scarlett, qu'elle comprenne à quel point les signaux qu'elle lui envoyait le faisait ployer sous ses tendres assauts. Neo laissa sa main couler le long du corps de Scarlett, encore une fois, jusqu'à arriver là où elle non plus n'était pas encore découverte. Il se plaqua en douceur contre elle pour aller chercher ses lèvres, comme pour distraire son esprit déjà embué, à mesure qu'il les débarrassait de ce qui empêchait encore de dire que Scarlett était nue. Bientôt elle ne put plus rien cacher à sa vue. Était-ce source d'affolement pour la petite noble ? Ne craindrait-elle rien, au contraire ?
« Fais-moi confiance » murmura-t-il au creux de son oreille.

Sa respiration se cala sur le rythme de Scarlett, tandis que ses doigts s'aventurèrent là où personne, ni sans doute la principale intéressée, ne s'était rendu. Neo commença à toucher sensuellement cet antre d'une moiteur ouatée. Puisqu'elle s'était ouverte à lui, il entendait combler ses souhaits en usant de tous ses pouvoirs. Ses gestes étaient doux, langoureux, menés de sorte qu'elle s'imprègne de cette nouvelle sensation. L'ingénue anathorienne saurait que tout son corps pouvait baigner dans le plaisir alors même qu'un seul point de celui-ci était stimulé. Si petit et discret soit-il, c'était un endroit que Neo connaissait bien et trouvait sans difficulté. Sa bouche harcela le cou de la belle tout le temps que dura cette découverte, qui se voulut par moments plus rapide, plus vertigineuse, avant de se faire plus délicate et douce... Loin d'être indifférent à cette idylle, le Docker était poussé lui-même dans ses retranchements. Il voulait plus, l'embrasser à l'en étouffer, sentir son propre torse parsemé de griffures, entendre sa petite voix gémir si fort que ses tympans en soient vrillés, il voulait de nouveau être l'esclave de tous les vertiges qu'offrait l'amour. Posséder et manipuler une telle beauté ne l'aidait pas à se contenir. Les yeux fermés, il sentit son parfum et écouta sa voix, presque un peu cassée par l'émotion. S'il s'était abandonné à ses pulsions, il se serait jeté sur elle, avec plus de ferveur qu'un prédateur affamé. Scarlett l'ébranlait si profondément qu'il sentait son cœur au bord de l'explosion, son corps tiraillé par la morsure de l'envie, la peau brûlée par leur toucher voluptueux. Il ne tiendrait plus davantage...

Neo déposa un dernier baiser sur le menton de Scarlett avant de lentement s'immobiliser au-dessus d'elle. A leurs souffles rapides se mêlaient leurs regards et leur tourment. Aussi nu qu'elle, il espérait qu'elle se sente bien, qu'elle apprécie les événements. Bien qu'il sache s'y prendre, la moindre touche d'angoisse pouvait venir ruiner ce qu'ils essayaient de construire.
« C'est toi qui me rends dingue » dit-il en lui caressant les cheveux d'une voix imbibée de désir. Il sentit son bassin descendre poussivement contre celui de la jeune femme, comme s'il était attiré par un aimant. A vrai dire, l'envie lui dévorait si fort les muscles qu'il ne parvenait plus à se maintenir en équilibre par dessus ce corps si chaste, qui reposait dans ces draps désormais humides. Neo ne chercha pas à dissimuler la satisfaction qui lui pinça fortement la chair quand ils entrèrent en contact. Il plaqua leurs bouches l'une contre l'autre tandis qu'il repoussait progressivement l'une des cuisses de la jeune femme sur le côté, faisant glisser ses doigts sur la précieuse peau de porcelaine. Scarlett serait à lui... Un simple geste suffirait. Un simple geste suffit. Incapable de prononcer la moindre parole à ce stade, le Docker lançait un regard à sa partenaire qui lui disait n'aie pas peur. Puis il sentit son esprit s'abandonner à ce qu'il désirait plus que tout depuis qu'il s'était retrouvé face à la jeune femme, dans cette chambre, sur ce lit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


bliss


RPG
Âge : 22 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Une paire de gants blancs, plusieurs tenues élégantes, un nécessaire de coiffure.

MessageSujet: Re: L'union fait la force [Néo]   Lun 17 Juil - 12:23


Beaucoup trop d’émotions tourbillonnaient en elle. Mais le moment était venu de découvrir la vie, le plaisir, l’envie et l’audace. De comprendre ce que signifiait être femme, et d’enfin se rendre compte que la nuit réservait bien des surprises. Elle était timide, craintive et, pourtant, elle ne reculait pas. C’était sa bataille à elle, sa petite revanche sur son quotidien. Neo était, à ce moment-là, son havre de paix. Celui qui apaisait la terreur de la belle. Scarlett était chétive dans ses bras et pourtant, elle accueillait tous les gestes avec désir et besoin.
Leur peau n’arrêtait pas de se toucher, s’effleurer, comme un besoin de contact dont ils ne pouvaient se passer. Ses mains blanches caressaient le dos, les épaules, la nuque, les cheveux… Avant de s’aventurer plus bas. La petite savait que l’endroit était interdit, elle le devinait aisément et, pourtant, elle préféra la découverte à la restriction. Néo était habile dans ses gestes et il suscitait l’envie d’aimer. La noble éprouvait, à cet instant, un amour passionnel envers cet homme. Il représentait tout ce qu’elle ne pourrait jamais avoir. Un vil des bas quartiers, qui connaissait tout juste son nom, s’appropriant sa petite fleur avec tellement de facilité… Son frère deviendrait fou s’il apprenait ça.

Les baisers de Neo avaient le don d’être curatifs. Sa voix masculine, virile, autant que son corps, oppressait la jeune femme, la poussant un peu plus vers la folie. La découverte d’une multitude de sensations et de sentiments la bouleversait tellement qu’elle était au bord des larmes. L’embrasser, encore et encore… Les gouttes de transpiration qui perlaient de son front pour venir embuer son regard et rendre ses cheveux humides, ne faisaient que réchauffer l’ambiance déjà tendue, de la pièce. Elle gratta cette peau marquée par la vie, comme si elle désirait fusionner tant elle s’en imprégnait. C’était quelque chose qui la submergeait, un coup d’électricité qui la malmenait.
Le Docker fini de dévoiler leurs corps, s’immisçant alors en elle de plusieurs manières. Elle tourna la tête de côté, prenant une grande bouffée d’air, cherchant le frais du reste de la pièce. Sa main continuait de chercher le point de rupture de l’homme. Elle sentait cette virilité par laquelle elle pouvait le contrôler, lui extirper des râles, alors que ses propres gémissements devenaient presque incontrôlables. Elle était à sa merci, il le savait, et rien ne pouvait l’empêcher de commander les opérations. Pourtant, la délicatesse qu’il mettait dans ses gestes signifiait beaucoup… Il prenait soin de cette étoile, désirant la garder précieuse, dans son écrin. Nul désir de la salir, de la souiller, seulement de rechercher le plaisir, le bonheur du corps, à deux, cette unique nuit…

Un petit cri mêlant surprise et nouveauté, sortit des lèvres charnues de Scarlett lorsque le rouquin se permis l’acte ultime. Neo effaça toute trace de douleur ou de gêne, en dévorant son cou de sensualité. La brune l’avait sommé de s’appartenir, de se régaler de ce qu’elle lui offrait, de lui rendre la pareille, décuplée. Les premiers instants étaient compliqués, difficiles, son corps comprenant avec douleur qu’une engeance se permettait d’outrepasser certaines barrières. Sa raison vacillait également à la compréhension de ce geste qui signifiait beaucoup pour la petite. Il était le premier, l’unique, qui la connaitrait dans cette posture et elle avait eu de la chance de tomber sur un homme compréhensif. Elle le savait, le sentait et se détendit suite à cette pensée. Alors quand il commença à perdre la raison à son tour, elle s’agrippa à lui. Ses cuisses l’avalaient, ses ongles marquaient la chair tendre du Docker,  et ses gémissements étaient une mélodie gracieuse mais tonitruante. La distraction de ses baisers avaient peu d’impact tant elle souhaitait savourer ce moment. Un brasier alluma son être, sa voix s’emmêla à celle de Neo, qu’elle ne cessait de regarder. Les traits langoureux du visage, d’habitude souriant et taquin, de cet homme, attisait son plaisir. Elle se sentait vibrer en voyant l’impact qu’elle avait sur lui. Il n’avait pas menti… Elle se trouvait enfin princesse pour quelqu’un, dans l’étreinte de son amant indigent. Cette situation l’émerveillait autant qu’elle l’excitait, ce qui renforça son emprise sur lui. Ses doigts décrivirent alors ce torse avant que Neo ne s’écroule sur elle. Ce n’était ni la fatigue, ni la fainéantise, elle le savait, elle le voyait, c’était le désir qui le consumait tellement, que ses bras ne pouvaient plus le supporter « Neo je… Fais-moi découvrir… » …d’autres horizons. Mais elle ne pu le dire. Les yeux plantés dans ceux du fougueux, elle savait qu’ils étaient unis, en harmonie et que c’était alors à elle d’œuvrer pour comprendre enfin de quoi était fait cet instant. Qu’il se repose et qu’elle le satisfasse du mieux qu’elle pouvait, avec toute la maladresse qui la caractérisait. Elle était ingénue, naïve et cela se ressentait dans tous ses gestes. Pourtant elle avait l’envie de voir Neo encore plus aux prises de la démence.

La situation avait quelque chose de magnifique. Si d’un premier abord on pourrait insinuer que c’était un couple lambda, voir vulgaire, avec une fille facile et un homme de petite vertu, il fallait être un peu plus attentif pour y déceler la beauté du moment. Un corps frêle, qui s’offrait, pour la première fois, à un homme qui n’en n’était pas à ses prémices. Pourtant il était revenu à ses débuts… A une époque où il prenait soin de la gent féminine, comme elle le méritait. Scarlett faisait ressortir ce genre d’émotion : il fallait faire attention à elle. Un lien, une passion était née entre eux, les faisant vibrer comme un accomplissement. Avait-il seulement déjà vécu ça de son côté ? Elle n’en savait rien et, pourtant, même novice, elle voulait se donner au maximum, lui offrir tout ce qu’elle pouvait, dans l’espoir qu’il le lui rende. Que ce geste ne soit pas négligé mais ritualisé. Avec toute l’importance qu’il recèle… Scarlett était prête à s’abandonner totalement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'union fait la force [Néo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» L'union fait la force.... Oui ! Mais....
» L'union fait la force |Part. I - Pv Oli'Keegan|
» Mission Chapitre un : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]
» La waaagh de Grifskull
» L'union fait la force (PV Seki Zennosuke, Kahei et Kazuo)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Urban City
 :: Nordkia
-