AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Quiet [PV Diya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Saga


RPG
Âge : 13
Groupe: Discret
Inventaire: Un collier avec un caillou pour pendentif, son bonnet bleu et son espèce de poncho brun, des objets en tous genres dans les poches (cailloux, racines...)

MessageSujet: Quiet [PV Diya]   Lun 17 Oct - 16:57

I could wait a thousand hours
Stay the same in sun and showers
Pick apart a hundred flowers
Just to be quiet



-Sága !

L'appel de son nom, s'accompagna comme à son habitude, d'un tressautement aussi flagrant qu'incontrôlable de l'enfant. La fillette réprima avec une maîtrise qui l'étonna la détente des muscles de sa main, évitant ainsi de lâcher la plume tenue fermement dans sa paume soudainement moite. Elle avait beau avoir parfaitement conscience et connaissance que sa tante criait son nom, à chaque fois elle y réagissait de la même façon. Les bruits forts et soudains paralysaient instantanément ses sens, l'envahissaient avec une force qu'elle ne parvenait jamais à contrôler. Elle même éprouvait une difficultés certaine à hausser le ton, mais pour une raison différente. Parler fort signifie se faire remarquer, être vu, être regardé, examiné, jugé, jaugé, jusqu'à ce que tombe un verdict aussi implacable qu'incontestable : elle est bizarre. Sága souffrait donc de n'avoir aucun ami, personne avec qui partager ses passions et ses centres d'intérêts. Mais peut-être était-ce mieux ainsi.
Plongée dans ses pensées, la gamine se rendit compte qu'elle avait oubliée de répondre à Zahira et aussitôt un sentiment d'effroi couru le long de son échine. Non, pas encore...
Elle plaqua ses mains contre ses oreilles, clos ses paupières et ramena ses genoux contre son torse, se pelotonnant dans une position fœtale.  

-SÁGA ? Mais où es-tu ?!

Las d'attendre une réponse qui, de toute évidence, ne lui parviendrai jamais, Zahira finit par monter à l'étage et faire irruption dans la chambre de l'enfant. Ce qu'elle y vit lui fendit le cœur. Évidemment, elle savait que la fillette ne supportait pas les cris, mais elle ne se rendait pas compte de ce que cela provoquait réellement chez elle, du tourment véritable que les sons engendraient. Ainsi, elle aimerait la prendre dans ses bras, la réconforter, mais Sága y réagirait avec une telle violence que cela ne ferait qu'empirer les choses. Au bout de treize longues années, Zahira était toujours totalement désarçonnée face aux réactions incompréhensibles de sa nièce, elle craignait toujours de la brusquer et tout ce qui lui semblait naturel ne l'était pas du tout pour l'enfant. Elle devait réfléchir à chacun de ses actions avant de s'adresser à elle, mais sur le long terme cela devenait une source de fatigue difficilement gérable.
Un soupir de lassitude lui échappa alors qu'elle contournait l'enfant pour s'accroupir face à elle. Elle plongeât son regard dans celui de la jeune fille, ou plutôt, elle tenta de capturer son regard. Au bout d'un moment, Sága accepta de se plier a ce contact visuel sous le coup d'un effort qui requérait beaucoup d'énergie. Zahira le savait, mais elle attendit que l'enfant daigne ôter les mains de ses oreilles pour reprendre :

-Il fait beau, tu devrais en profiter pour sortir un peu, tu ne crois pas ?

L'attention de Sága dériva vers la fenêtre où le bleu du ciel lui fendit la rétine comme une insulte. Sa tante avait vraisemblablement raison et elle n'arriverait jamais à la convaincre de la laisser s'entraîner à l'écriture. Comme d'habitude, elle lui dirait qu'elle aurait le temps plus tard, qu'elle travaillait trop et qu'elle devrait profiter du Soleil, mais pas trop longtemps non plus car sa peau y était trop sensible. L'enfant opina avec sa maladresse habituelle, posa sa plume et sa condition :

-Oui, mais pas longtemps.
-Juste trente minutes.
-Mais c'est énorme !
-Soit tu vas dehors, soit tu prendras le thé avec Raela, Niita et moi. Oh oui, ce serait une bonne idée, une après midi entre filles, tu en penses quoi ? On parlera de tout et de rien, on rira bruyamment, en se donnant la main et...
-Bon bon d'accord, j'y vais !

Zahira se mit à rire sans méchanceté tandis que Sága se drapait de son poncho brun. Elle avait une sainte horreur des repas et activités entre amis en général. Les relations sociales l'épuisaient mais c'était encore pire lorsqu'elles étaient imprévues. Sortir était donc la meilleur option. Elle termina d'enfouir quelques mèches rebelles sous son bonnet bleu avant de quitter la maison. Aussitôt dehors, les bruits du village la prirent aux tripes et elle eut envie de se précipiter à l'intérieur et d'y rester cloîtrer pour le restant de ses jours. Elle se mordit l'intérieur de la joue et se pinça la lobe de l'oreille gauche. Tous ces petits gestes que les autres trouvaient bizarres, cela la rassurait et lui permettait de se couper du monde qui l'envahissait. Elle se mit à déambuler comme un robot, sans prêter aucune miette d'attention aux gens, aux choses et aux bruits environnant. Elle était présente et absente à la fois.

Fort heureusement, elle put rapidement cesser son petit manège lorsqu'elle arriva à l'orée de la forêt. Son village situé au Sud de la Sylva n'était pas loin de son endroit favori : les clairières sacrées. Endroit calme s'il en est. La bas, au moins, elle pourra goûter à la quiétude que l'on lui refuse trop souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Quiet [PV Diya]   Mar 18 Oct - 0:12


Diya avait été réveillée dans la nuit par les gémissement d'un des clients. Le vieux bâtiment peinait à maintenir l'isolement des pièces et les sons passaient aisément à travers les murs. Après avoir enfilé une robe de chambre en satin délicat, la demoiselle était allée toquer à la porte sapin, celle d'où venait les bruits. Un vieil Hybrid ratatiné lui avait ouvert, le visage marqué par l'inquiétude, avant de l'inviter à entrer. Sa femme, couverte de sueur, gémissait dans son sommeil. Son front brûlant révélait une forte fièvre et il semblait évident que ce fut cela qui provoquait ses cauchemars. Monsieur et madame Ellian, le nom lui revenait soudain. C'était la première fois qu'ils séjournaient au Dernier Paradis et étaient tout deux charmant. L'homme lui expliqua qu'il ne parvenait pas à réveiller sa femme et après avoir expliqué à la Cyborg qu'ils avaient, la veille, dégusté quelques champignons en forêt, sans véritablement en connaitre les propriétés, la jeune femme comprit qu'il y avait un problème. Elle sortit de la pièce, se dirigea vers la bibliothèque et attrapa un manuscrit qui contenait de nombreuses informations sur les baies, racines, et champignons qu'on pouvait trouver dans la Sylva. Après un sprint pour regagner la pièce où le couple résidait, elle mit le livre dans les mains de l'octogénaire et les laissa tourner les pages. Il finit par s’arrêter sur une espèce de cèpes à la couleur mielleuse. Nul doute que cette apparence ne laissait pas transparaître une quelconque dangerosité, mais les notes sous le croquis étaient claires. 

Au moment même où l'aube se levait, Diya avait enfourné Luminéa, sa Kokobot immaculé, et avait filé vers Nemoto. Elle ne connaissait qu'une personne qui saurait lui indiquer un antidote pour le petit couple de personnes âgées. Mamoru courrait à son côté, sa fourrure dorée captant les éclats solaire de ce début de matinée. Il leur fallut quelques heures pour arriver à la capitale Hybrid, laquelle était peu animée à cette heure prématurée. Toutefois, Aenaelle était déjà éveillée, occupée à panser la plaie purulente d'un chasseur qui avait du rencontrer un Nagos un peu trop énervé. D'abord surprise de voir la Qantik, la femme aux yeux de pluie lui demanda ensuite ce qui l'amenait. Diya ne se fit pas prier et lui expliqua la raison de son déplacement, insistant sur le fait qu'elle devait agir vite. L'anemos prit quelque secondes pour réfléchir puis lui apporta un petit carnet, la laissant maintenir la pression sur la blessure pendant qu'elle le feuilletait. Mettant le doigt sur un élément, elle tourna les pages vers elle et déclara que la fleur qu'elle désignait, infusée, saurait régler le problème et faire tomber la fièvre de sa patiente si elle était ingérée dans les quarante huit heure. Cela lui laissait pas mal de temps.

Après que sa bienfaitrice lui ai expliqué comment trouver la fleur, la demoiselle la remercia et parti à la recherche de celle-ci. Elle n'avait pas laissé de petit mot aux jumeaux et espérait que ceux ci ne s’inquiéteraient pas de son absence, Kansy n'était même pas encore arrivée lorsqu'elle avait quitté l'auberge. Tandis que Luminéa fendait les feuillages couvert de rosé, le Fauvex sur les talons, étrangement silencieux depuis leur départ, son esprit continuait de vagabonder. De nombreuses choses s'étaient passées dernièrement. Outre sa dernière visite à la Cité Neutre qui l'avait convaincu que les Uniks n'étaient pas prêt d'abandonner leur haine pour ses semblables, les festivités de Nordkia l'avaient éblouies et pourtant, les efforts déployés n'avaient pas suffit à la leurrer. Toutefois, elle y avait fait des rencontres intéressantes et ne regrettait pas d'avoir fait le déplacement. Les clairières sacrées apparurent enfin dans son visuel et après avoir laissé brouter sa monture dans un coin, Diya s'agenouilla et se mit à fouiller les abords des troncs, minutieusement. Le soleil avait atteint son apogée lorsqu'elle tomba enfin la plante aux pétales mordorés dont les pistils dégageaient une odeur poivrée. Elle en découpa délicatement quelques pieds qu'elle rangea dans une pochette accroché à la selle de son Kokobot.

Au moment de se retourner, elle repéra un jeune Hybrid en marge des clairière sacrées. De loin, elle ne pouvait deviner s'il s'agissait d'une fille ou d'un garçon. Mamoru lança son regard fauve vers le petit être qui semblait plutôt chétif avant de reposer la tête sur ses pattes. Comme la bague d'Eraclea ne brillait pas à son doigt, la Cyborg en conclu qu'elle n'avait rien à craindre de cette rencontre. Elle se dirigea alors d'un pas tranquille vers l'enfant, les deux jointes devant elle pour paraitre le moins menaçante possible. Sa longue chemise ivoire dansait dans la brise. Sous celle-ci, une tunique citron et un pantacourt terre de sienne venait se fondre dans la masse de couleurs chaleureuses des clairières sacrées. Sa chevelure émeraude était rassemblée en une natte qui pendait négligemment sur son épaule droite et sur le haut de sa tête, un chapeau de paille garnis d'un ruban anisé venait accordé le tout. Lorsqu'elle fut à quelques pas de l'inconnu, elle s'accroupit et un sourire invitant à la confiance se peignit sur son visage. Sa voix, douce et chaleureuse, s'exprima clairement :

" Bonjour toi, comment tu t'appelle ?"

Un rayon de soleil filtra sous le couvert des arbres, illuminant le petit être, et les yeux de la jeune femme s'arrondirent. La fillette, car elle était à présent sûre qu'il s'agissait d'une petite fille, possédait une peau laiteuse, ses cils et les quelques cheveux opalin dépassants du bonnets bleuté qui couvrait sa tête captaient irrémédiablement le moindre changement de lumière et ses yeux d'un bleu diaphane attirait le regard aussi surement que la lumière d'une bougie les papillons de nuit. Elle portait une sorte de morceau de tissus brunâtre, taillé comme un poncho, dans lequel elle flottait, et tout sa personne dégageait une fragilité entourée de mystère. Diya pencha la tête doucement, cherchant à capter son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Quiet [PV Diya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» the quiet ones are usually the most dangerous
» It's oh so quiet [pv Ethan ♥]
» You can keep as quiet as you like, but one of these days somebody is going to find you
» Chhht... Stay quiet and just listen
» Nuage d'Araignée ||Hush now, quiet now||
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins ::  Sylva  :: Les Clairières sacrées-