AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Volonté masculine vous connaissez ?! [Quête|Haku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
avatar


Diyo


RPG
Âge : 22
Groupe: Phytös
Inventaire: Plusieurs fioles ; un couteau suisse ; une bible de l'apothicaire ; un petit sabre de style wakizashi

MessageSujet: Re: Volonté masculine vous connaissez ?! [Quête|Haku]   Lun 20 Mar - 22:19

Mais que fait Haku ? Il en met du temps ! Et s'il n'avait pas la force mentale nécessaire pour finaliser le plan initial ? C'est évidemment une option à prendre en compte. Diyo sait à quel point le charme qui entoure la sirène est puissant pour y avoir été confronté à plusieurs reprises depuis le début de cet événement. Il n'ose pas imaginer les conséquences si l'Anemös ne passe pas à l'action. Et heureusement, il n'a pas à se poser la question bien longtemps, puisque l'archer fini par reprendre ses esprits et porte atteinte à la sirène. Ce qui ne suffit pas à mettre fin à leur supplice. Ca aurait été bien trop beau.

D'autres problèmes se profilent. Certes un temps de repos de quelques secondes ne lui fait pas de mal lorsque la créature marine fut étourdie, mais ce n'est que pour se débattre de plus belle. Impossible pour le Phytös de faire quoi que ce soit d'autre que de rester sur place, toute sa concentration et son énergie orientées exclusivement sur le contrôle de ces pauvres lianes qui ne sont pas de taille face à la sirène. Alors qu'il va se résigner à tout relâcher, ne voyant aucune voie de sortie, il aperçoit son compagnon se jeter sur la base des lianes qu'il a fait émerger de la berge, pour tenter de ramener la créature sur la terre ferme. Très bonne idée évidemment, pour la suite, on verra en temps voulu. Pour le moment, il lui faut résister assez longtemps pour permettre à Haku de mener à terme son action. La douleur s'intensifie à une allure bien trop rapide, ses tempes battent à tout rompre, lui faisant tourner la tête, et l'obligeant finalement à poser un genou à terre pour ne pas perdre l'équilibre. A moins que ce ne soit la façon qu'a son corps de se défendre face au supplice qu'il s'inflige.

Quand enfin, malgré sa vue brouillée, il aperçoit la sirène proche de la rive, il s'autorise à abandonner le contrôle qu'il exerçait jusque là sur ses lianes. Ce qui libère instantanément leur adversaire de toute entrave. Au moins, elle est à présent atteignable sans avoir à passer par un bain d'acide. Mais est-ce vraiment utile ? Parce qu'on a d'un côté Haku qui semble avoir déjà bien du mal à maîtriser la créature pour qu'elle ne puisse abattre son courroux sur eux, et de l'autre Diyo, toujours à terre, la tête entre les mains, prête à exploser.

*Ok, c'est pas le moment pour la sieste* Il tente de se redresser tant bien que mal malgré le sol qui parait bien instable sous ses pieds, et se rapproche de son acolyte, toujours aux prises avec la demoiselle, qui n'a rien perdu de sa beauté même en dehors de l'eau. Mais toute l'énergie dont il dispose est uniquement exploitée par les parties vitales de son corps, alors pour ce qui est de la gestion des sentiments occupée par le cerveau, il n'y a plus grand chose de disponible. Ce qui fait bien son affaire. Il peut ainsi s'approcher d'elle en gardant un objectif offensif. Ce qui peut faire sourire quand on voit son état physique, et que l'on connait ses heures d'entrainement au combat. Mais il n'a pas d'autre option. Il n'est pas du genre à se résigner à son sort. La mort ne lui fait pas spécialement peur, mais il ne donnera pas sa vie sans l'avoir défendue au maximum. Ce qui est d'autant plus vrai lorsqu'il n'est pas le seul concerné.

Dans un geste que lui dicte uniquement son instinct de survie il attrape l'une des flèches de l'archer toujours aux prises avec la sirène, et menace cette dernière à l'aide de la pointe affutée de son arme plus que précaire, l'ayant fait entrer en contact avec son cou. A cet endroit la peau est fine, il ne doit pas être très difficile d'y percer un trou à la seule force de son bras. Mais évidemment, il en est incapable. Il ne peut déjà se résigner à tuer un être vivant pour se nourrir et fait toujours attention à ce que les plantes qu'il utilise pour son alimentation soient suffisamment présentes à un endroit pour se reproduire rapidement, de sorte que son action n'ait pas d'impact sur leur développement. Alors assassiner un Originaire, c'est au delà de ses moyens. D'autant plus lorsqu'il s'agit d'une créature aussi rare. Même si elle n'est pas spécialement des plus sympathiques, et avait visiblement bien l'intention de les voir se dissoudre dans les profondeurs du lac sous terrain.

”Je te le redemande. A quoi rime tout ça ?!”

Pourquoi cherche-t-il encore des réponses ? Si seulement il était capable de mettre fin à cette mascarade là, tout de suite. *Et après ? Morte elle ne servirait à rien non plus. Aucun de nous deux n'a désormais la force de trouver un moyen de sortir d'ici.* Ce qui est bien vrai, mais pour le moment il y a un problème plus urgent. Comme on peut s'y attendre, la sirène n'a pas l'air d'être particulièrement impressionnée par son assaillant. Alors, après leur avoir offert un nouveau sourire, elle réussit par une souplesse qui doit être propre à cette race d'Originaire à se défaire de l'entrave partielle exercée par ses opposants, et d'un simple coup de queue, à faire tomber le Phytös, le forçant à lâcher son arme pour amortir sa chute et éviter de se casser le nez. Il ne saurait pas vraiment dire si c'était avant ou après cette évasion que le plafond se mit à trembler dangereusement, mais la suite des opérations semble plutôt évidente. Un nouveau tremblement de terre doit avoir lieu là haut, et ce qui se trouve au dessus de leur tête risque à tout moment de leur tomber dessus.

”Comme si on avait besoin de ça... Haku, faut qu'on trouve un abri ! Et vite !”

Plus facile à dire qu'à faire dans un sous terrain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Haku


RPG
Âge : 18
Groupe: Anemös
Inventaire: Un arc, des flèches, un couteau de chasseur, un appeau à raton-laveur et une petite renatsu

MessageSujet: Re: Volonté masculine vous connaissez ?! [Quête|Haku]   Sam 25 Mar - 22:20

Le jeune anemös parviendrait presque à garder le contrôle si la peau de cette dernière ne le brûlait pas et surtout si il osait y aller franchement. Comme une anguille, elle use de son agilité et de la grande force de sa queue marine pour prendre le dessus sur l’anemös et griffer avec ses ongles la peau et les yeux de l’hybrid. Porter des coups de poings à cette ennemi peu conventionnelle ne le tente pas malgré sa difficulté à lui faire des clés de bras. Il réussit au moins à l’éloigner du bord, du moins le croit-il ; difficile qu’il est d’estimer quoi que ce soit au milieu d’une lutte.
Trop focalisé sur sa bataille avec la sirène, Haku manque de voir Diyo à bout de souffle s’approcher d’eux deux. Il menace cette dernière avec une des flèches de l’archer. Le temps se fige l’espace d’une microseconde.

- Je te le redemande. A quoi rime tout ça ?!
Diyo… Tu n’es pas un tueur, ça se voit...

Ce laps de temps suffit à la sirène pour y voir l’opportunité de s’enfuir. Avec agilité, elle envoie valser le phytös et déséquilibre l’anemös avant de ramper vers le lac tandis que la terre se met à trembler comme au début de la journée. Ce danger intempestif, Haku ne perd pas le temps de l’analyser ou le corréler à la présence de la sirène. Celle-ci est bien plus dangereuse qu’un phénomène naturel, les ayant sciemment mener en bateau tout le long et n’ayant fait que mettre leur existence en périls. La voir filer le rend malade.
Tandis que Diyo lui dit qu’ils doivent trouver un abri, Haku amorce sa prochaine action. Dans un acte brouillon et impulsif, il saisit une de ses flèches et comme un poignard enfonce la pointe de métal dans la nageoire caudale de l’originaire aquatique, l’arrêtant dans sa fuite. Cette idée lui venait de la façon dont Diyo a menacé la sirène. Il maintient fermement la pression sans considération pour sa main meurtrie par la friction avec la frêle flèche. Trop Frêle, la flèche se casse en deux, la pointe dans la chair de la nageoire et le reste dans la main de l’anemös. La blessée pousse un longue cri de douleur. De nouveaux roches se détachent du plafond et tombent tout autour d’eux. Le cri s’arrête brusquement et l’éboulement de gravas s’estompe plus doucement.

Le cœur de Haku se sert puis se calme, il se redresse assez pour mieux voir ce qu’il s’est passé. Il ne met pas longtemps à comprendre qu’un fragment rocheux plus gros que le poing s’est écrasé sur la tête de la dangereuse originaire, un sang de couleur noire se propage dans la chevelure blonde de la sirène. Toutes les magies dont la belle s’était entourée pour résister à l’acide n’ont pas d’effet contre la chute des roches du souterrain. Encore d’autres fracas se font entendre plus loin, le plafond de la caverne a été trop secoué, si peu que ce tremblement-ci ait duré. L’anemös tend l’oreille, c’est bien ce qu’il peut faire de mieux en cet instant. Avec la chance qu’ils ont jusqu’à présent la surface est peut-être à portée maintenant que le terrain a encore bougé. Il faut espérer. Quel piteux état il doit présenter avec ses brûlures sur les mains et le visage et ses vêtements rongés.
Plus exténué que jamais, Haku se tourne vers Diyo, ou plutôt vers la direction où ce dernier a été repoussé par leur adversaire. À la lumière fluorescente des lucioles rescapées, l’endroit lui aparait désormais bien davantage encombré de débris et de poussière. Haku aurait voulu dire à Diyo qu’il était désolé, que s’il avait eu la force de frapper la sirène beaucoup plus tôt, ils s’en serraient peut-être mieux sortis et pas grâce à la chance pure mais il y a bien plus urgent que des excuses n’arrangeraient pas.

- Je crois qu’on peut effectivement chercher à s’enfuir… énonce-t-il d’une voix lente.

À quoi bon rester ici, près du corps froid de la sirène ? Le plus important est de se restaurer, ils pourraient éventuellement l’enterrer plus tard. Ou alors la jeter dans le lac. Ses secrets sont engloutis avec elle. Encore qu’ils n’ont pas encore exploré le reste du souterrain. La source du fracas de tout à l’heure peut aider.
Le jeune éclaireur essaye de voir si Diyo a besoin d’aide pour se déplacer et s’il ne prendrait pas mal un peu d’aide. Ce dernier a l’air usé jusqu’à la corde – la faute à la lenteur de Haku encore – lui aussi le jeune éclaireur est las à tel point qu’il n’avancera pas plus vite que le pas. Le phytös lui a jusqu’à présent semblé assez humble et posé pour ne pas refuser de l’aide par fierté. Il propose finalement son bras à son aîné, pour que les deux hybrids puissent s’appuyer mutuellement.


Dernière édition par Haku le Jeu 6 Avr - 22:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Diyo


RPG
Âge : 22
Groupe: Phytös
Inventaire: Plusieurs fioles ; un couteau suisse ; une bible de l'apothicaire ; un petit sabre de style wakizashi

MessageSujet: Re: Volonté masculine vous connaissez ?! [Quête|Haku]   Mer 29 Mar - 22:24

Alors que Diyo entreprend de faire demi tour à la recherche d'un endroit plus éloigné du lac, où le plafond semble plus instable, il aperçoit Haku qui n'a visiblement pas la même idée en tête. Non, il semble bel et bien décidé à ne pas laisser la sirène s'en tirer aussi facilement. Mais seul ? Dans son état et après leurs échecs à répétition, cet acte ressemble davantage à de la folie qu'à un réel espoir. Malheureusement, quand on voit l'état physique dans lequel ils se trouvent actuellement, il n'est pas impossible que l'esprit suive la même voie. Quoi qu'il en soit, Diyo ne peut le laisser agir ainsi en prenant la fuite. Mais alors que Haku réussi à faire entrer la pointe de sa flèche en contact avec la peau de la sirène, un rocher manque de peu le Phytös, s'écrasant à moins d'un mètre devant lui, l'obligeant de fait à s'arrêter net. Et même si on ne peut pas dire qu'il progressait à une allure folle, ce arrêt brutal suffit à lui seul de la faire de nouveau flancher, et c'est cette fois en arrière qu'il bascule, ayant la mauvaise idée d'envoyer ses coudes en première ligne à la rencontre du sol. *Et merde !* Bah, il n'est plus à une égratignure près...

La suite va bien trop vite pour lui. Alors qu'il se redresse péniblement, scrutant avec attention ce qui se passe au dessus de sa tête, la longue plainte de la sirène entraine ses yeux dans cette direction pour voir le spectacle affligeant. Ainsi donc c'est de cette façon que tout cela doit se terminer ? Il le sait bien pourtant, que ce monde est sans pitié. Mais son excès d'utopisme a encore frappé. Il espérait toujours pouvoir trouver un moyen d'arranger tout ça, que la belle finisse par accepter de parler puis de les laisser simplement partir. Happy end. Mais évidemment, cela ne pouvait se passer ainsi. Fermant les yeux par dépit un cours instant, il ne peut s'empêcher de s'en vouloir. Il n'a pourtant jamais eu une vie facile, n'a jamais connu l'opulence ni même la sécurité que peut offrir un foyer. La guerre, la violence, la mort, elles ont toujours fait partie de son environnement. Alors pourquoi est-il si faible ? Pourquoi croit-il si fort que tout peut toujours bien finir ? Pourquoi dépenser des montagnes d'énergie pour qu'au final le même dénouement se produise ? La mort. Une fois de plus. Son seul réconfort pouvant être que cette fois, les pertes ne sont pas dans son camp. *Et alors ? Une vie reste une vie, quelle qu'elle soit. Aucune ne doit avoir plus de valeur qu'une autre. C'est encore un échec.* Peut-être finira-t-il par accepter qu'il ne disposera jamais du pouvoir de sauver l'intégralité d'Origin... L'épuisement n'aide pas à surmonter les émotions négatives qui l'envahissent en cet instant.

Ce n'est qu'au moment où Haku vient à se rencontre qu'il réussi à reléguer ses états de conscience au second plan pour évaluer leur situation actuelle. La sirène n'est plus. Elle ne représente donc plus ni un danger ni une tentation. Eux en revanche sont toujours en vie, mais s'ils veulent que cela dur encore, ils n'ont pas intérêt à trainer dans ces sous terrains qui pourraient bien finir par se transformer en caveau s'ils n'en sortent pas rapidement.

Il acquiesce donc à la remarque de l'Anemös, et après l'avoir jaugé tout juste deux secondes, finit par accepter son aide. Après ce qu'ils viennent d'endurer, il n'a plus vraiment de réticence à faire confiance à son cadet. Quand à sa fierté... Si tant est qu'il en ai jamais eu un minimum, on ne peut pas dire qu'il soit en état de la défendre.

”Ici le plafond est haut, mais il y avait beaucoup d'autres endroits où il était bien plus bas. Vu l'intensité de ce tremblement de terre, cet endroit doit être percé de partout. On ne devrait pas avoir de mal à trouver une fenêtre de sortie.”

Cela n'est évidemment que pure théorie, mais ses fondements sont toutefois solides. Même si les phénomènes terrestres sont toujours localisés en un endroit précis, les nombreuses secousses qui ont eu lieu depuis leur arrivée ont forcément affaiblit les fondations du sous terrain.

Les deux Hybrids sont éreintés, leur démarche claudiquante ne laisse aucun doute à ce sujet. Pourtant, il leur faut fournir un dernier effort pour retrouver le plancher des vaches. Ce serait bête d'avoir fournit autant d'efforts pour finir ensevelit sous des tonnes de roche. Ils remontent donc par l'un des couloirs qui débouche au niveau du lac sous terrain, toujours plus lentement, jusqu'à apercevoir un nouveau rayon de lumière plongeant. Signe d'un accès à l'extérieur. L'empilement de gravas en dessous de trou réussissent même étirer imperceptiblement le coin des lèvres de Diyo dans un sourire que l'on ne peut que deviner.

”On dirait bien que cette journée va se finir par une nouvelle phase d'escalade...”

Heureusement, celle-ci n'a strictement rien à voir avec la montagne qu'ils avaient attaqué bien plus tôt pour se retrouver ici. Il ne s'agit que de rochers superposés, de façon plus ou moins stables certes, mais qui devraient au moins leur permettre de se hisser jusqu'au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Haku


RPG
Âge : 18
Groupe: Anemös
Inventaire: Un arc, des flèches, un couteau de chasseur, un appeau à raton-laveur et une petite renatsu

MessageSujet: Re: Volonté masculine vous connaissez ?! [Quête|Haku]   Sam 8 Avr - 22:02

Savoir la sirène enfin neutralisée et les séismes apaisés le rassure, vu ce qui aurait pu leur arriver à tous deux dans bien d’autres scénarios. Mais il ne voulait pas non plus que cette mystérieuse originaire meurt de cette façon... Ils avaient tenter de discuter à maintes reprises mais la sirène profitait nettement de son ascendance sur eux pour les mépriser. Plus tard encore, il avait personnellement espérer la neutraliser sans aller au-delà de blessures sévères. Même quand l’éboulement menaçait de les ensevelir tous les deux, il n’a jamais décidé de la tuer, seulement de l’immobiliser.
Avant de s’adresser à son compagnon d’infortune, Haku a noté l’expression de désespoir peint sur le visage de ce dernier y trouvant un écho à son propre sentiment de regret. Le jeune anemös ne connaît pas beaucoup d’amis dont il peut affirmer avec certitude qu’ils réagiraient de la même façon. Son aîné retrouve toutefois son expression imperméable et son esprit rationnel après ce fugace instant.

Sur les réflexions de l’aîné, les deux rescapés quittent la chambre au haut plafond. Guidés par la source lumineuse de leur lanterne à lucioles, les deux rescapés progressent dans de nouveaux couloirs ténébreux encombrés de fragments de parois pour retrouver la surface. Encore un effort. Mettant patiemment un pied devant l’autre, Haku profite de ce nouveau calme pour relâcher son esprit. Les bruits de leurs pas glissent sur sa conscience comme sur la carapace d’une tortue.
C’est finalement Diyo, si silencieux d’habitude, qui brise le silence.

- On dirait bien que cette journée va se finir par une nouvelle phase d'escalade...
Diyo a l’air d’aller bien. Tant mieux, il faut que je tienne aussi.

Haku lève la tête et aperçoit le rayon de lumière qui révèle une ouverture vers le soir nouveau. Encore une fois la question de la durée de leur escapade se pose. Leurs sacs les attendent en haut, ils pourront se restaurer, dormir sereinement et se laver sous l’eau de la cascade. Joie. Haku sourit en pensant au repos bien mérité qui approche.

- En douceur, on ne sait jamais, c’est certainement instable.

Et le duo monte les rochers amoncelés en dessous de l’accès vers la liberté. Haku change d’appui avec précaution. Après toutes leurs épreuves, c’est de loin la moins terrible. Très vite récompensé par les couleurs lumineuses du soir. Le vent frais ne lui avait encore jamais semblé aussi agréable. La sensation piquante lui fait oublié les brûlures à ses mains et son visage.

Une rapide expertise lui assure qu’il n’y a pas de danger. Il repère leur position par rapport à leur dégringolade initiale grâce à la cascade, un sacré chemin. Spontanément, Haku ne prend pas la direction de leurs paquetages mais du flot de la cascade, trop heureux de pouvoir étancher sa soif, soulager ses blessures et ôter la poussière de ses cheveux. Il n’aura pas à épuiser les dernières plantes médicinales à Diyo. Affamé, il se dirige vers leurs affaires mises de côté qu’un furet était en train de malmener. Après l’avoir chassé, Haku engloutit une double ration et sent ses yeux se fermer malgré l’heure insolite. Il se pelote dans sa couverture au pied de l’arbre, trop fatigué pour y grimper.
Et la suite… ? Ce n’est pas parce qu’ils ont vécu une mauvaise expérience dans les souterrains qu’ils ne pourront pas y trouver des réponses plus tard. Si la sirène y vivait, elle devait avoir des affaires pour ses occupations quotidiennes.

- Tu as ce qu’il te faut en plantes médicinales ? Tu sais, après avoir dormi, je retournerais bien au souterrain, voir s’il n’y reste pas un accès à une pièce plus consistante. Je ne veux pas partir sans avoir au moins percé un mystère d’ici. Ce qu’elle voulait dire, les séismes tout ça...

Il baille à s’en décrocher la mâchoire avant d’avoir pu développer son idée. Luttant à grand peine contre le sommeil, il regarde son ami insomniaque en s’étonnant qu’ils soient tous les deux toujours en vie et en bonne santé tandis que l’aurore étend ses couleurs rosées sur les cascades mystérieuses de Shimizu.


Dernière édition par Haku le Dim 16 Avr - 13:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Diyo


RPG
Âge : 22
Groupe: Phytös
Inventaire: Plusieurs fioles ; un couteau suisse ; une bible de l'apothicaire ; un petit sabre de style wakizashi

MessageSujet: Re: Volonté masculine vous connaissez ?! [Quête|Haku]   Jeu 13 Avr - 13:16

Par chance, les gravats étaient assez bien amoncelés, leur offrant le minimum de stabilité dont ils ont besoin pour rejoindre le sol herbeux. Pas facile pour autant du fait de leur condition physique largement détériorée, mais à deux ils finissent par atteindre cet objectif. Enfin. Et maintenant ? Parce que jusqu’à présent, plusieurs objectifs avaient structurer leur périple. D’abord se rendre aux cascades, puis récupérer ses plantes, retrouver la sirène, pour au final sortir de ce sous terrain mortel. A présent, ils sont « libres » de faire ce qu’ils veulent. Ce qui permet au corps et au cerveau de l’Hybrid de lâcher prise pour la première fois. A sa manière évidemment, ne comptez pas non plus à ce qu’il envoie tout valser pour se rouler dans l’herbe ou faire la roue…

Haku lui a vite fait son choix. Allez boire. Dans l’ordre des priorités, ce besoin se trouve effectivement au sommet de la pyramide. Avec moins d’entrain certes, Diyo lui emboite tout de même le pas, jusqu’à arriver à la source d’eau pure. Malgré la carapace qu’il s’est forgé, un fort sentiment de soulagement, presque de joie, s’empare du Phytös. Etrange n’est-ce pas, comme des choses qui peuvent paraître banales, si pour quelle que raison que ce soit ne sont pas assouvies, peuvent provoquer de telles réactions. Difficile aussi de se rendre compte à quel point l’eau est indispensable tant que l’on ne s’en trouve pas privé jusqu’à atteindre la déshydratation. Les mains dans l’eau, s’aspergeant le visage avec autant de retenue que possible – non vous ne le verrez pas non plus plongez la tête sous l’eau – il sent ses forces revenir peu à peu. Enfin un peu de stabilité dans ses jambes, et sa vue qui semble gagner en acuité.

Finalement, Haku annonce vouloir repartir dans les sous terrains – une fois en meilleure forme en connaissant la voie de sortie et en s’équipant correctement cette fois ci. Vraiment ? Ce n’aurait pas été dans les projets de Diyo, mais après tout, il n’est pas si pressé que ça. Et puis à présent qu’il a tout ce qu’il était venu chercher, il peut bien faire un petit détour. Non pas qu’il pense son camarade incapable de se débrouiller seul loin de là, mais s’en aller en le sachant sous terre n’est pas une idée qui lui plait.

 ”Je ne suis pas certain que l’on y trouve vraiment quelque chose. Elle avait l’air de ne se déplacer que pas les canaux maritimes, que l’on ne peut emprunter. Et puis, je n’arrive déjà pas à m’expliquer l’existence d’une telle créature, et encore moins de tout ce qu’on vient de vivre. Je ne suis pas certain qu’il y ait quoi que ce soit qui suive notre logique dans tout ça…” La sirène bien loin, Diyo a tout retrouvé de sa totale rationalité. ”Mais après tout, ce serait bête de ne pas s’en assurer. ” Peut-être y a-t-il des séquelles finalement…

Il est en fait plus probable que la fatigue actuelle les empêche de réfléchir correctement pour l’heure. Voyant l’Anemös tomber de sommeil, Diyo n’ajoute rien, s’adosse simplement à un arbre en mâchouillant une racine. Habitué à vivre dans la forêt, il a depuis longtemps un régime alimentaire assez spécial, même pour quelqu’un de sa race. Les racines de certaines variétés végétales sont bien plus nutritives que beaucoup des aliments classiquement rencontrés. Et après avoir mis son estomac à la diète pendant si longtemps, ce n’est pas forcément ce qu’il y a de mieux à faire que de le remplir si vite… Enfin, on ne va pas rentrer dans ces questions alimentaires pour le moment. Parce que Diyo fini également par fermer les yeux. Même s’il a habitué son corps à fonctionner avec le minimum de ressources nécessaires, il n’empêche qu’à un moment donné, comme tout être vivant issu de Mère Nature, il a besoin de repos.

Comme toujours lorsqu’il dort, ce sommeil fut extrêmement réparateur. Il y avait de quoi il faut dire. Sans rêve. Comme toujours aussi. Pourtant, lorsqu’il revient à la réalité, c’est comme s’il sortait d'un très long cauchemar. Courbatu, les idées qui se bousculent dans sa tête, sûr de rien. Pourtant après une rapide inspection de ce qui l’entoure, impossible de nier l’évidence. Tout était bien réel. Ce qui n’est pas pour le perturber plus que ça. Non, cela veut juste dire que la suite du programme est déjà déterminée. Il se remet donc doucement de sa nuit avec quelques étirements, va s’asperger le visage, attrape un fruit, et retourne à ce qu’on peut difficilement appeler campement.

”Toujours motivé à repartir là dessous ?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Haku


RPG
Âge : 18
Groupe: Anemös
Inventaire: Un arc, des flèches, un couteau de chasseur, un appeau à raton-laveur et une petite renatsu

MessageSujet: Re: Volonté masculine vous connaissez ?! [Quête|Haku]   Dim 16 Avr - 19:07

L’hybrid est réveillé par Diyo alors que le soleil débute son ascension. Haku n’a pas aussi bien dormi que son comparse même s’il s’est endormi le plus rapidement. Agité de rêves, hanté par les regrets et ses projets du lendemain, l’anemös s’est réveillé une ou deux fois pendant la nuit. Ce qui est bien normal après tout, la nuit est pour lui le temps de l’activité, celle où son esprit est au maximum de son potentiel. À cause de son séjour dans les galeries, son organisme a été perturbé. Puisque le sommeil le fuyait, Haku s’est levé pour marcher jusqu’à leur sortie. Là-bas attendait le corps froid de la sirène, celle dont il a indirectement ôté la vie. Son corps ne pouvait pas rester dans un environnement désert et inerte, elle devait retourner à Mère Nature comme disent les hybrids les plus âgés. Diyo ne croyait pas les origines explicables cette semeuse de troubles mais Haku espérait bien que si. Au moins un nom… Toutes les créatures intelligentes ont conscience d’elles-même et se nomment. Cette originaire quelle qu’elle soit avait des origines hybrids ou au moins ohmiennes. Une autre question pas forcément liée demeure : avait-elle provoqué ces séismes ou la tombée soudaine de la nuit ? Pour l’heure et malgré l’obscurité à son paroxysme, Haku demeurait trop fatigué pour tenter de chercher des réponses. Ses yeux lui faisaient mal, il voyait l’environnement avec une forte clarté, sans doute son don s’activait-il malgré lui. Il devait essayer de se recoucher. De nouvelles lucioles, certes moins nombreuses qu’au moment du trouble, voletaient dans les herbes, ce qui donna une idée à Haku. Il retourna à leurs affaires pour prendre le bocal qui avait servi à retenir prisonnières des lucioles. Avec, il se fit une nouvelle lanterne en pensant l’utiliser pour l’exploration du lendemain. Il était toujours motivé à poursuivre et il pu dormir un peu plus ensuite avant que Diyo ne s’agite et n’aille aux cascades.

- Toujours motivé à repartir là dessous ?

Moins épuisé que la veille, Haku répond par un hochement affirmatif. Il n’est pas question pour lui de reculer par peur d’affronter ses erreurs. Il entame son premier repas du soir-- pardon, du matin par un fruit. Occupé à mastiquer, il continue de réfléchir tandis que Diyo semble l’attendre, insondable comme à l’accoutumé. S’ils étaient amis depuis plus longtemps, Haku saurait peut-être ce que le sombre phytös pense. Ce dernier a bien fait comprendre qu’il doutait de trouver des réponses à cette désastreuse aventure dans les galeries inondées de la sirène. En cela il n’a pas tord, dotée d’une queue marine, elle devait préférer l’eau au sol sec. Mais Haku devait y retourner, au moins pour savoir quoi faire de la dépouille de la sirène. Et abandonner tous ces mystères accumulés tout de suite ne lui laisserait que regrets. Tout cela, il doit l’exprimer devant Diyo pour qu’il comprenne.

- Il faut faire quelque chose du corps, il peut rester longtemps dans cet état. Et ensuite je veux explorer les galeries… un peu…

Le souterrain n’est pas son environnement de prédilection loin de là mais la curiosité l’emporte sur l’appréhension. Et la vie ne le gardera pas toujours à l’abri dans sa zone de confort, surtout s’il veut quitter un jour la forêt. D’ailleurs, en évoquant ce sujet, Diyo peut entreprendre son voyage à présent qu’il dispose de ses fleurs médicinales rares.

- Je sais que c’est moi qui ait le plus envie de rester mais si tu veux… pas. Je ne te retiens pas.

Rien ne l’empêche de laisser son cadet ici sauf si justement ses quatre ans supplémentaires ne le fassent se sentir responsable de lui. Non, Diyo n’a pas été un seul instant comme ça. Et explorer les tunnels inondés d’en dessous seul est effectivement une opération risquée même pour le jeune éclaireur comme l’ont démontré tous les problèmes de la veille. Par son coup de tête, Haku a le sentiment de forcer la main au loyal phytös qu’il connaît au final depuis moins d’un mois. Pourtant il apprécie beaucoup sa compagnie. C’est dommage qu'ils n'aient pas plus le temps de se connaître.

- Je ne sais si ça t’intéresse mais j’ai vu des champignons souterrains sur mon chemin hier, lance-t-il au hasard.

Avec un peu de chance, Diyo y trouvera peut-être son compte. Les deux hybrids ayant convenu que revenir dans les souterrains ne coûtent rien de méchant, ils y vont. Haku descend en tête et, armé d’une lanterne et de son don, se repère dans les galeries obscures pour retrouver le chemin emprunté la veille. Pendant le trajet, Haku note mentalement le nombre de galeries à visiter, il les verra plus tard. Diyo aura très envie de remonter voire partir pour quitter la Sylva. L’imminence de son départ attriste un peu l’anemös mais d’une toute autre façon que son retour au bord du lac souterrain.


Mal à l’aise, Haku s’approche avec vigilance du corps refroidi. Il approche sa lanterne de la surface du lac acide et tente de percer l’obscurité. Malgré son don, il ne peut voir au-delà de la couleur sombre, impossible de dire si des tunnels débouchent sous la surface du lac. Si Diyo a raison, cette exploration promet de finir sur un échec.

- Je propose de la pousser dans le lac si ça te va.

C’est simple et au final approprié. Haku étant le fils de deux anemös chasseurs, il a l’habitude de voir les dons de Mère Nature inanimées mais pas une dépouille aussi semblable à lui. C’est du gâchis. Pourquoi cela a-t-il finit comme ça…

Davantage acclimaté à sa vue, il soulève le corps. Son cerveau ne manque pas l’occasion d’analyser et retenir le moindre détail de cette situation morbide. Haku écarte la chevelure de la beauté comme si ça permettait de lui redonner un semblant de dignité en dépit de son mépris pour eux. Le visage lisse et toujours beau lui glace le sang. Il la pousse dans l’eau du lac qui lui fait encore l’effet d’une eau normale. Alors qu’il se prépare à ne plus revoir le visage de la belle, un détail curieux l’interpelle : elle porte une perle à chaque oreille, les seuls éléments matériels de sa parure.

- Regarde !

Pour Haku ces simples objets lui semblent potentiellement très intéressants. Il n’a pour lui pas beaucoup d’explications possibles à ce qu’une personne isolée du monde et peu porté sur la parure fasse une exception. Elle devait connaître une personne ou... l’avoir pillé à une victime parce qu’elle trouvait ça joli... Haku s’est peut-être emballé pour rien. Saleté d’esprit rationel, tu peux arrêter de gâcher mes espoirs ?

A suivre ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Diyo


RPG
Âge : 22
Groupe: Phytös
Inventaire: Plusieurs fioles ; un couteau suisse ; une bible de l'apothicaire ; un petit sabre de style wakizashi

MessageSujet: Re: Volonté masculine vous connaissez ?! [Quête|Haku]   Ven 21 Avr - 12:07

Diyo ne peut s'empêcher de partager la façon de penser de son camarade concernant le corps inerte de la créature qu'ils ont rencontré la veille. Ses objectifs ont beau sembler des moins honorables, finalement ils n'ont, à son grand désarroi, pas eut l'occasion d'en apprendre réellement plus sur sa condition, la raison de sa présence, et les secrets de cet endroit. Peut être quelque chose de plus profond se cache ici. Alors laisser cette originaire ainsi n'est pas dans les moeurs Hybrids. Le Phytös hoche donc la tête pour affirmer son accord. En ce qui concerne les galeries en revanche, son expérience précédente ne lui donne pas réellement envie d'en savoir plus...

Il ne le retient pas ? Qu'est ce que c'est que ces paroles ? Haku n'avait pas habitué son aîné à parler pour rien. Faut dire qu'il n'est pas du genre à donner envie de taper la discute. Evidemment que s'il avait eut envie de laisser l'éclaireur retourner seul dans ces galeries il ne serait pas encore là. Si la vie lui a offert un cadeau, c'est bien celui de la liberté, et jamais il ne s'en est privé. Faire ce qu'il veut quand il veut, sans avoir à demander l'accord de qui que ce soit, voilà comment il a toujours fonctionné. Est-ce vraiment utile de l'expliquer ? Non, Diyo n'a aucun doute, l'Anemös doit bien savoir qu'il n'est pas du genre à rester quelque part contre son gré - sauf en cas d'absence de sortie comme ce fut le cas peut de temps auparavant... Il faudra donc se contenter d'une simple élévation de sourcils.

Non, dans la tête de Diyo ces détails sont déjà réglés. Ils vont retourner dans le sous terrain rendre un hommage à leur assaillante. Quant aux champignons... Moui, peut-être pourrait-il en prélever quelques uns pour les étudier. Il n'est pas habitué à utiliser ce qui pousse à l'abri de la lumière, mais il a lu beaucoup de choses à leur sujet. Pourtant très vite, c'est tout autre chose qui occupe toute son attention. Le corps de la sirène. Si malgré l'absence de vie son corps n'a rien perdu de sa beauté, il s'en dégage tout autre chose. La mort est une chose que chacun appréhende à sa manière. Pour Diyo, quand elle n'est pas naturelle, il ne peut s'empêcher de se révolter contre cette cause. D'où sa volonté de maîtriser toujours un peu plus les lois de l'herboristerie. Ou sa haine des combats. Mais dans ce cas précis, ils sont plus ou moins responsables de cette perte, ce qui est tout nouveau pour lui. Et lui inflige un très gros problème de conscience. Pour sûr que cette créature va hanter encore longtemps ses souvenirs. Et aussi doué soit-il pour cacher toute émotion, il n'est cette fois pas très difficile de voir la déception sur son visage. Alors quand Haku propose de la remettre à l'eau, qui semble être son habitat naturel, il acquiesce simplement.

”Si d'autres créatures de son espèce existent, peut-être la retrouveront-ils plus facilement...”

Comme n'importe quel Hybrid, et malgré son esprit très cartésien, il ne peut s'empêcher de croire à l'importance des rites funéraires. Tout au long de sa vie il a eut de nombreuses occasions de constater que dans la Sylva au moins, des forces supérieures sont effectivement à l'oeuvre. Mais tant qu'on ne fait rien qui ne les frustrent, il n'y a pas de raison d'en avoir peur. Or, assassiner de la sorte l'une de ces créatures, pour sûr que ça ne risque pas de leur rapporter de bons points. Et avec ses projets de quitter la forêt, ce n'est peut être pas le moment d'en ajouter encore un peu plus sur son carnet de "mauvais actes".

Alors qu'il ne peut quitter du regard la silhouette s'éloigner sur le lac, Haku l'interpelle, lui montrant les boucles d'oreilles jusqu'alors cachées par la longue chevelure de la sirène. Intriguant en effet pour un être aussi "naturel". Diyo aurait pu retenir le corps qui s'éloigne au cours de l'eau à l'aide de ses lianes, pour pouvoir inspecter ces perles de plus près. Mais ce n'est pas dans ses façons de faire. Et surtout, son attention se porte rapidement à l'endroit où se trouvait le corps inerte il y a encore quelques instants, avant que Haku ne le remette dans le lac. Deux petites écailles s'y trouvaient, sans doute des vestiges de leur affrontement précédent. Il se baisse alors pour les ramasser.

”Laissons lui ses perles. Si tu veux conserver quelque chose, il y a ça...”

Il n'y a pas vraiment de quoi être fier de ce qu'ils ont vécu dans ces sous terrains. Ils ont réussi à survivre en effet, et ce n'est pas dit que tout le monde y soit parvenu. Mais cela a coûté la vie à une créature mythique. Pour Diyo c'est certes nouveau, mais c'est avant tout le signe que rester en vie implique parfois de prendre celle d'un autre. Que le monde utopiste dont il rêve n'est peut être pas envisageable. Apprendre à se défendre au lieu de toujours chercher à fuir devrait peut être faire partie de ses priorités. D'autant plus lorsqu'il n'est pas le seul impliqué dans une situation critique. Raison pour laquelle garder un signe qui lui rappel ces derniers jours lui semble important. Quitter la Sylva maintenant, après ce qu'il vient d'expérimenter, est-ce vraiment la meilleure décision qu'il ai prise ? Bah, de toute façon il se connait. Il y a bien trop longtemps qu'il attend de voir ce qu'il y a au delà de la forêt pour reculer maintenant.

”Si tu tiens vraiment à repartir dans ces galeries, alors c'est là que nos chemins se séparent.”

La réalité, c'est que Diyo aurait aimé dire quelque chose de moins tranchant. Avec tout ce qu'ils ont vécu au cours des derniers jours, il s'est attaché à l'Anémös, et le quitter ainsi n'est pas pour lui plaire. En fait, il ressent parfaitement ce sentiment de tristesse, ne sachant pas réellement si et quand il aurait l'occasion de le revoir. Même si le climat avec leurs voisins Üniks semble plus ou moins apaisé pour l'heure, il sait bien que l'activité d'éclaireur n'est pas des plus sécurisantes. Et de son côté, il n'a pas la moindre idée de ce dans quoi il se lance. Mais évidemment, c'est encore une chose qu'il ne sait absolument pas exprimer. Que ce soit verbalement ou physiquement.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Volonté masculine vous connaissez ?! [Quête|Haku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Saphira officiellement padawan
» Vous connaissez le courrier des enfer?
» L'histoire du vilain petit canard, vous connaissez ? Non ? Tant pis pour vous. (Xerxes)
» Vous connaissez SlenderMan?
» Vous connaissez Red Raven?
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins ::  Sylva  :: Les Clairières sacrées :: Les cascades Shimizu-