N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

De plumes et d'écailles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Kotohe tsuba


RPG
Âge : 23 ans
Groupe: Déviant
Inventaire: Une sarbacane, une dague, un arc, des fioles de somnifères.

MessageSujet: De plumes et d'écailles.   Mar 21 Fév - 21:31

Brisure -

Il s’aventurait toujours trop loin. Aki ne cessait de le lui répéter, mais sa curiosité était plus forte. Il avait besoin de savoir ce qui pouvait se cacher dans les moindres coins de la forêt, de découvrir, encore et toujours, de nouvelles choses. N’était-ce pas ainsi qu’il l’avait rencontré elle ? En parcourant Hoshizora, et en s’égarant plus que de coutume ? Ce jour-là aussi, elle le lui avait dit, et lui avait imposé de revenir dans les limites habituelles. Mais il était retourné à l’orée d’Hoshizora – peut-être plus pour croiser Aki que pour découvrir de nouvelles plantes. Le cri de la jeune femme d’alors résonnait encore à ses oreilles, même plusieurs mois après leur rencontre. Un strident « Tsûba Yukio ! » qui lui avait immédiatement donné envie de rentrer la tête dans les épaules. Mais il avait résisté à tout mouvement de fuite, et avait attendu bravement qu’elle apparaisse devant lui, un air courroucé au visage.
Un chasseur et une éclaireuse. Aux yeux de Yukio, cela avait semblé être une évidence. Il ne s’était jamais posé de questions inutiles, n’avait jamais succombé à l’appréhension, au doute, à la tentation du « et si » qui, à ses yeux, ne menait à rien, si ce n’était à un encombrement de l’esprit, conduisant à son tour à l’immobilité. Et d’immobilité, Yukio ne voulait en connaître que le nom. Alors les, « Et si Aki ne m’aimait pas ? – Et si Aki ne voulait pas de moi ? » et autres, si elles lui vinrent à l’esprit, l’effleurèrent si peu de temps qu’il ne fut entravé par rien dans son envie de devenir son compagnon.

Et voilà que, quelques mois après son premier sermon concernant son inconscience à s’approcher si près de l’orée du bois, Yukio se retrouvait dans un endroit semblable, sans recevoir aucun reproche cette fois-là. Bien au contraire. Aki et lui avaient pris l’habitude d’agir de concert, l’un chassant ou cueillant pour leur village tandis que l’autre s’occupait d’en assurer la protection et la surveillance. Sans doute allaient-ils – notamment pour Yukio – plus loin qu’ils n’en avaient réellement besoin, mais leur amour de la forêt était si grand qu’ils ne pouvaient se résoudre à rester continuellement au même endroit.
Ils savaient que l’orée pouvait être dangereuse, mais leur jeunesse additionnée à leur curiosité les avaient jusqu’alors toujours poussées à aller au-delà des recommandations et des craintes de leurs semblables. Jusqu’alors…

Yukio s’était éloigné, avec dans les oreilles le rire d’Aki. Il avait repéré les traces d’un sanglier, et espérait le ramener au village. Concentré, attentif à chacun de ses mouvements, il avançait, se coulait entre les branches, les buissons, utilisant son don pour ressentir l’animal non loin. Cette perception des êtres vivants, petites flammes fluctuantes dans son esprit, faisait de lui un chasseur remarquable. Le cri d’Aki fit éclater en mille morceaux la bulle dans laquelle il se trouvait, le déconnectant de son don. Disparues, les petites flammes autours de lui. Disparue, la tranquille assurance qu’il mangerait du sanglier le soir même. Tout cela remplacé par mille morceaux de peur, d’inquiétude, d’horreur, de panique pure qui le laissèrent pendant de trop longues secondes incapable de réagir d’une quelconque manière.
Un nouveau cri s’éleva, dans lequel il reconnut son prénom, ajouté à mille morceaux de peur, d’inquiétude, d’horreur, de panique pure, répondant trait pour trait à ses mille morceaux à lui.

Jamais il n’aurait cru que son don pouvait lui servir à autre chose qu’à chasser et à ramener du gibier dans son foyer. Mais il se rendit compte, tandis qu’il courait à travers les bois, qu’il courait vers Aki, qu’il pouvait s’agir en quelque sorte d’une chasse. Le gibier était simplement autre.
Il courut, tout son esprit concentré sur les flammes qui brillaient devant lui, d’une toute autre nature que celles qu’il avait jusqu’alors l’habitude d’observer. Trop concentré, tout entier tendu vers Aki, il ne réalisait pas que son don s’était encore développé. Il ne comprenait pas ce qu’il voyait, si ce n’était que l’une des flammes ne pouvait qu’être Aki. Devait être Aki. Flamme mouvante, chancelante.
Son cœur se broyait dans sa poitrine. La forêt semblait se retourner contre lui. Elle entravait son avancée, le giflait, menaçait de le faire tomber à chaque pas. Il n’était plus en communion avec rien, si ce n’était son don, qu’il tendait au-devant, comme si cela pouvait lui permettre d’arriver plus vite là-bas. Toute sa poitrine était en feu. Ses habits se couvraient d’une sueur due tant à sa course effrénée qu’à son angoisse qui l’étreignait tout entier.

« Et si… »

Ne pas penser. Juste courir. Sauter. Tomber. Se relever, toujours. Gémir. Hurler son prénom. Peu importe ce qui se cache là-bas. Peu importe la signification des autres flammes, qui semblent parfois se mêler à celle d’Aki. Ignorer la douleur dans les jambes, la brûlure qui remonte le long des mollets. Sentir un nouveau souffle de cette douleur, comme si un au-delà pouvait exister dans la souffrance, permettant de trouver de nouvelles forces pour continuer. Mais pour combien de temps ?
Il ne se rend pas compte. L’espace lui semble déformé. Il ne voit plus le monde avec des yeux normaux. Ceux-ci seraient-ils devenus comme ceux de son totem ? Il voudrait se transformer, devenir loup, pour retrouver le lien avec cette forêt, s’y glisser avec une plus grande agilité, et arriver, enfin, arriver là-bas. Mais il est Hybrid. Entravé par son corps autant que par la forêt. Par son cœur et son esprit, qui ne peuvent se débarrasser de l’angoisse qui les étreint avec tant de force que respirer devient difficile. Pourtant, comme il a besoin de ce souffle qui nourrit ses muscles, et de ses muscles qui le poussent toujours plus en avant.

« Oh Mère Nature, donne-moi les ailes d’Aki, que je puisse enfin arriver jusqu’à elle ! »

Mais les ailes ne viennent pas plus que le loup. Il est coincé avec sa douleur dans le cœur et dans le corps. Jamais ils n’ont été si liés par quelque chose, si ce n’est par l’amour qu’ils ressentent pour Aki toute entière.

Enfin, les flammes se rapprochent. Yukio en perd une nouvelle fois le maintien de son don. Il éclate, encore, alors même que les mille morceaux de lui n’étaient pas encore recollés. Un cri de rage, de haine, s’échappe de sa gorge, une vomissure abjecte qui lui érafle la paroi, lui déforme la bouche. Il dégueule, il éructe. Il se jette, il mord, il griffe, il plante son unique griffe. Il devient loup. Son esprit a abandonné la lutte, l’Hybrid a laissé la place à l’animal. Il ne peut faire autrement tant ce qu’il voit le dévaste. La réalité est encore trop dure à appréhender. Sa rage, son animalité, ses milliers de brisures le rendent plus fort qu’il ne la jamais été, le décuplent. Il ne pense à rien, ne peut penser à quoi que ce soit, car il n’est plus lui. Son animalité le protège, lui permet de se défouler, de cracher sa haine et sa peur et la tension dans ses veines dans son sang dans ses muscles.

Vient le silence. Rompu par un souffle. Rauque. Qui fait mal. Le silence encore. Puis ce souffle, de nouveau. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que d’autres sons lui parviennent, autre que celui de son propre corps qui vit encore, ainsi que le lui indique ce souffle qui s’échappe, il ne sait comment, de ses poumons, passant par sa gorge mise à vif. Sa griffe tombe. Premier son. Ce n’est plus à présent qu’un poignard poisseux. Un râle. Deuxième son. Un bruit de corps qui se délie, qui se tend vers lui. Troisième son. « Yukio », plaintif, presque inaudible, craintif, à vif. Quatrième son. Doucement, lentement, avec une difficulté incroyable, Yukio revient à lui, repousse l’animal, réendosse l’Hybrid, l’humanité. Ses yeux se posent sur Aki. La tentation de céder une nouvelle fois à sa part animale est forte, si forte. Oublier, ne plus être un être doué de pensées, juste un être qui agit. Si forte… Mais il résiste, car ses yeux croisent les siens, si accrochent, et ce qu’il y lit, bien qu’immensément violent, réveille en lui ce qui l'a pourtant poussé à laisser son esprit s’éteindre : le besoin de protéger l’autre.

Avec une lenteur qu’il ne sait réelle ou imaginée, il se baisse, se tend vers elle. Il a peur qu’elle le repousse, il a peur qu’elle ait, elle aussi, peur. Il craint de n’être plus vraiment l’hybrid qu’elle a connu. De ne plus en avoir l’apparence. L’expérience a été trop violente pour qu’il se soit déjà totalement réapproprié ce qui fait qu’il est lui, corps et esprit mêlé. Il tend les bras, frémit en la cueillant avec une délicatesse qu’il ne pensait pas être sienne, pas après tout ça. Et il la sent frémir elle aussi, il l’entend gémir, il ressent sa douleur, si différente de la sienne, mais qui résonne en lui, comme un écho à sa propre douleur. De son côté, Aki s’agrippe à lui, avec une force qui détonne face à la fragilité qu’il lit à présent en elle.
Sans un mot, le regard tourné vers l’intérieur de la forêt, il enjambe un corps. Sa démarche est droite, rigide. Il met un pied devant l’autre, plus parce que son corps a l’habitude du geste que parce qu’il est conscient du mouvement. Jamais son regard ne se pose sur les deux corps ravagés qu’il laisse derrière eux. Il ne peut pas être à la fois tendu vers la forêt et vers l’épisode d’une rare violence qui vient de se dérouler. Son esprit butte, réfute tout ce qui n’est pas Aki. Alors il s’enfonce, la jeune femme dans les bras, au creux de la forêt. Sans réfléchir. Sans parler. Il est trop brisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

De plumes et d'écailles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Vos bébétes à poil et à plumes (ou à écailles O_o)
» Le Phénix bat des plumes
» Nuage de plumes
» On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...
» Eclats de plumes [PV]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Endless Story
 :: Vos mémoires
-