Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

Cache-cache. [Diyo Fukuoka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: Cache-cache. [Diyo Fukuoka]   Mar 28 Fév - 22:19

D'abord la chaleur, qui s'insinue partout, sèche, dure, comme de multiples claques au visage ; la luminosité aussi, qui brûle les yeux malgré la protection. Ensuite, un autre type d'éclat qui agresse la rétine, qui suspend le temps d'une manière si particulière. L'esprit n'a absolument pas le temps de comprendre, de mettre bout à bout les événements. Tout est trop violent. Trop rapide. Comme une distorsion du temps, ce qui se passe au loin doit à peine durer quelques millièmes de secondes, mais pour l'œil, pour l'esprit, pour le corps... Cela dure bien plus longtemps. Pourtant, l'esprit a conscience que l'une des vitesses - la sienne assurément - est faussée. Il sait que tout va plus vite que lui. Trop vite pour lui. Et tout ce qu'il arrive à faire, c'est de passer en mode « image par image ». Comme un besoin de tout décortiquer pour comprendre...
La lumière d'abord, vive, étrange ; le souffle ensuite, qui enfle à vue d'œil, qui éparpille, disloque, détruit ; le bruit, finalement, toujours plus lent, mais si assourdissant. Les corps sont emportés, jetés comme des quilles sur le sable. Petits pantins impuissants...

C'est le souvenir suivant qui la réveille. Celui charrié par le vent...  L'odeur. Celle des corps, de la chair, du métal, de la poussière mêlée à tout cela. Cette odeur si particulière qui lui prenait la gorge, qui lui laissait, même des mois plus tard, une envie de vomir qui lui broyait l'estomac.
À moitié soulevée sur sa couche, les jambes empêtrées dans les draps, Kotohe se débattait contre les brumes du sommeil et des souvenirs, qui cherchaient à persuader son esprit qu'elle était encore là-bas. Petit à petit, son esprit récupéra en clarté, assimilant ce qui était de l'ordre du rêve de ce qui était de l'ordre du réel.

Une fois calmée, elle se recoucha, dos au sommier, les yeux perdus dans le vague du plafond. D'une main, elle retira quelques mèches de cheveux collées à sa peau par la sueur. Elle ne voulait pas penser à son cauchemar. Ce dernier prenait déjà trop de place dans sa vie sans qu'elle ne doive en plus lui accorder une pensée une fois éveillée. Et pour cela, rien de mieux qu'une chasse pour concentrer son esprit sur autre chose. Elle avait choisi une proie des plus difficiles : un apothicaire. Cela n'avait rien à voir avec son travail habituel. La différence entre ces deux types de chasses était grande. Les bêtes laissaient souvent derrière elles des empreintes, une odeur, des plumes ou des poils dans les taillis. Les phytos par contre...

#Plus difficile que prévu de chasser une plante hein ?#

Oh oui, bien plus... Surtout lorsque l'on n'avait qu'une vague description de l'individu.

Plus tard ce matin-là, Kotohe sorti à pas lents du village. « Tu devras bientôt choisir. Gauche ou droite ? » La jeune femme s'immobilisa et tourna son visage vers le vieil Hybrid qui venait de lui adresser la parole. Il continua comme s'il avait lu le questionnement dans les yeux de Kotohe. « Droit devant, c'est l'orée. » Il ne rajouta rien. Qu'y aurait-il eu d'autre à dire ? Tout le monde savait ce que cela signifiait. Kotohe hocha la tête. A lui de voir s’il voulait repérer là un remerciement, ou le signe qu’elle allait prendre en compte sa remarque.
Sans plus s’occuper de lui, elle se mit en route, sa sarbacane dépassant de son dos. Parfois, comme un toc, sa main se glissait, peut-être afin d’être sûre que l’objet était encore là.

Après quelques heures de marche, la forêt lui sembla plus lumineuse. Elle n’avait pas écouté le vieil Hybrid ; pourtant, rien de lui donnait l’assurance qu’elle se trouvait au bon endroit. Si elle avait eu un don semblable à celui de son père, cela ferait sûrement longtemps déjà qu’elle l’aurait trouvé. Mais si elle avait eu un don quelconque, elle ne serait pas non plus en train de chercher l’apothicaire.

#C’est dans ce genre de conditions qu’on comprend qu’ils disent que tu as une tare.#

Kotohe soupira et s’agenouilla devant une plante dont les boutons commençaient à bourgeonner. Pensive, elle resta là à observer la nature vivre, se demandant qu’elle crédit elle devait accorder à la voix.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Diyo

Originaire depuis le : 02/11/2016
Récits contés : 143

RPG
Âge : 22
Groupe: Phytös
Inventaire: Plusieurs fioles ; un couteau suisse ; une bible de l'apothicaire ; un petit sabre de style wakizashi

MessageSujet: Re: Cache-cache. [Diyo Fukuoka]   Lun 6 Mar - 22:06

Depuis combien de temps n'a-t-il plus vu ces grands arbres ? Bien trop longtemps à son goût pour sûr, mais il est vrai que les dernières aventures vécues par Diyo ont quelque peu chamboulé sa perception de l'écoulement du temps. Bah, de toute façon, ce n'est pas comme si ça change grand chose. Il est plutôt de ces gens qui vivent au jour le jour, alors s'il ne connait pas la date à cet instant précis ça n'a pour lui aucune importance. Et puis, il ne sait même pas quand tombe son anniversaire alors... Enfin, je m'égare.

Ereinté après ses récentes péripéties dans le Sydhe, l'Hybrid a décidé de profiter de la proximité de la forêt pour faire un petit break dans sa vie citadine. Il en a vu des choses chez les Üniks, même des Quantiks, qu'il était loin d'imaginer aussi... Proches d'eux. Il a également pu se rendre compte que malgré ses difficultés à s'intégrer, il n'y a pas que du mauvais au delà de l'Orée du bois. Même si les conditions de survie lui paraissent bien plus corsées... Alors revenir aux sources, ça ne fait pas de mal. Faire le plein d'énergie, de cette énergie propre à cet endroit, celle des arbres, des plantes, de la nature si riche en ce lieu, et tellement austère une fois le seuil franchi. Etrangement, il n'a pour autant aucune envie de s'attarder trop longtemps à l'ombre apaisante de cette végétation luxuriante. Alors, pour éviter toute tentation, il décide de s'arrêter ici, de ne pas s'enfoncer plus profondément dans la forêt, et ainsi éviter le contact avec trop de ses camarades. Sa vie sociale a été bien trop remplie à son goût au cours des derniers jours. Un peu de solitude allait lui faire le plus grand bien.

Et quoi de mieux que de passer une nuit dans les branches massives d'un vieux chêne ? Encore une chose qui lui a manqué. Pourtant, Diyo n'est pas du genre à dormir plus de quatre heure d'affilées, mais cette sensation de réconfort que l'on ressent au moment où on rentre chez soi, après un long séjour en terrain hostile, lui fait passer une nuit des plus reposantes. Même les quelques éclaireurs qui ont fait leur ronde cette nuit là n'ont pas réussi à perturber son sommeil. C'est donc avec le plus grand plaisir qu'il s'éveil paisiblement, avec les premiers rayons de soleil qui arrivent à percer à travers les trous laissés à cet endroit de la Sylva, et qui permettent de voir le ciel. Le tout accompagné des chants harmonieux de quelques oiseaux. Vraiment, qu'est-ce qui a bien pu le pousser à quitter cet endroit ?

La curiosité bien sûr. Cette réponse est évidente, surtout quand on le voit attraper un livre dérobé chez les Üniks au fond de l'une des sacoches dont il est toujours équipé. *Je ferais peut être mieux de refaire le plein de provisions avant. Je ne peux pas rester ici indéfiniment.* En fait, il a déjà envie de repartir à l'assaut des secrets des autres peuples d'Origins, toutes ses mauvaises expériences précédentes déjà partiellement oubliées. Il relâche donc la pression qu'il vient d'exercer sur la reliure du livre, et descend de son arbre. La lecture, ce sera pour plus tard, pour le moment, autant profiter de la lumière pour examiner les différentes plantes mises à sa disposition par Mère Nature.

Il a déjà bien avancé dans ses recherches de ressources médicinales lorsqu'il aperçoit une silhouette avancer au loin. Bien éloigné du sentier comme il l'est, poussé à travers les fougères par les besoins de ses récoltes, il profite de l'avantage du terrain pour se faire un peu plus discret et observer la nouvelle venue. Oui, il s'agit bien d'une femme à première vue. Et elle semble chercher quelque chose. Une fleur, celle auprès de laquelle elle s'agenouille ? Difficile à dire pour qui ne possède pas un don de voyance. Ce qui est clairement le cas du Phytös. Parce que je peux vous assurer que s'il avait su qu'il était l'objet de la venue de celle qu'il prend encore pour l'une de ses camarade de race, il se serait bien vite éclipsé discrètement, n'étant pas particulièrement d'humeur sociable - comme c'est étonnant.... Mais une fois de plus, la curiosité risque de lui jouer de mauvais tours. Parce qu'il se contente de rester là, ayant bien du mal à détacher son regard de la nouvelle. Comme s'il y avait quelque chose d'étrange. Autre que sa présence en ce lieu, qui n'est pas particulièrement prisé des Hybrids.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cache-cache. [Diyo Fukuoka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Mortel cache-cache
» Cache Cache ^^
» Cache cache. [=> Défi]
» Cache-cache dans les buissons [ pv ]
» Touché, c'est toi le chat !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Hoshizora :: L'Orée du bois
-