N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Mar 11 Fév - 20:58

La Forêt profonde, ce n'est pas un endroit où il faut se rendre pour faire une petite promenade de santé. Quand on s'enfonce trop dans les méandres de ses ombres, on ne perçoit presque plus la Lumière du Soleil. La végétation très dense des grands arbres empêche les plantes du sol de se développer, et leurs très hautes branches s'entremêlent si bien qu'on pourrait presque à coup sûr marcher au dessus ! Au niveau des racines de ces gigantesques arbres, on ne trouve que des plantes vert très foncé, sinueuses, tortueuses, qui rampent sur le sol comme de silencieux serpents partis en chasse. Des animaux très dangereux se camouflent dans une telle forêt vierge, et il ne vaut mieux pas les énerver. Comment saurait-on courir sans manquer de trébucher tous les deux mètres, avec toutes ces lianes, ces pierres, et ces ennemis susceptibles au sommeil léger qu'il ne faut surtout pas éveiller ? Il faudrait être fou pour venir s'y risquer, même pour un Hybrid !

Seulement, dîtes à Kitsune qu'un danger monstrueux règne quelque part, et elle voudra de suite s'y rendre pour faire moult acrobaties, pour s’entraîner, et trouver des plantes rares, vénéneuses ou parfumées, pour étoffer la collection de son petit herbier. En somme, elle savait pertinemment qu'elle devrait se montrer discrète, et faire preuve de grande délicatesse dans le moindre de ses mouvements pour ne pas causer le courroux de la forêt. Jusqu'alors, elle avait pourtant pas mal réussi. Elle avait pu compléter son herbier, et avait même fait du saut de branches en branches. Mais rater l'appui suivant et retomber lourdement sur un énorme Nago mâle qui faisait sa sieste de l'après-midi n'était pas des plus adroit, et en quelques sortes, Kitsune comprit que son entreprise de passer une journée sympathique était désormais sévèrement compromise.

Cela faisait donc un bon quart d'heure que la renarde courait à toutes jambes dans la Forêt Profonde, pour tenter d'échapper à ce gigantesque sanglier fou furieux qui avait fait d'elle son principal objet de charge. Les troncs, les lianes, les plantes et les roches, tout défilait à toute vitesse sous le regard de Kitsune, qui ne réfléchissait même plus à l'action de ses jambes. Les dents serrées et les bras qui s'agitaient vers l'avant et l'arrière pour prendre le plus d'élan possible, elle affichait une mine de mal-être infini. *Je suis mal, je suis mal, je suis mal !!* se disait-elle en boucle dans sa tête, en redoublant toujours de plus d'efforts pour ne pas perdre en célérité. Elle tourna légèrement la tête vers l'arrière. Le Nago faisait charmante figure : ses sabots tambourinaient sur le sol comme un commando de guerrier assoiffés de sang, et sa gueule grande ouverte il hurlait tout le malheur qu'était le sien, de s'être fait réveillé alors qu'il était si paisiblement installé à l'ombre fraîche d'un buisson toxique. Kitsune regarda de nouveau devant elle, juste à temps pour éviter le tronc dans lequel elle venait d'éviter de s'emplafonner. Ses muscles commençaient à sérieusement la faire souffrir, elle devait rapidement se trouver une cachette. Mais il était hors de question de ralentir, c'était un coup à se faire piétiner !

« Mais bordel, tu vas me lâcher, espèce de débile de cochon !! » cria-t-elle, agacée par cette course poursuite qui n'en finissait pas.

Elle apperçut plus loin un arbre avec des branches sur plusieurs niveaux du tronc. Voilà qui lui permettrait sans nul doute de grimper pour se mettre à l'abri ! Kitsune puisa dans ses dernières forces physiques pour accélérer encore la cadence. Alors qu'elle sentait le souffle chaud, humide et pestilentiel du Nago contre son dos, elle sauta, s'aggripa à la première branche de l'arbre, et pris appui dessus pour sauter sur la deucième, un peu plus haut. Elle répéta l'opération jusqu'à être suffisamment haut pour échapper à la bête. Une fois arrivée, Kitsune s'accroupit, et sentit qu'elle était couverte de sueur. Son cœur faisait des bonds très lourds dans sa poitrine, tandis qu'elle reprenait doucement son souffle. Le Nago fulminait en bas, et levait la tête vers son agresseur aux longs cheveux roux. Celle-ci lui fit signe : « On peut dire que tu m'as bien faite courir... Wooow ! » Il ne devait pas avoir le sens de l'humour, ce gros sanglier. Voilà qu'il donnait des coups de tête violent sur le tronc pour faire tomber Kitsune. Décidément, elle devait avoir fait une grosse bêtise ! Alors qu'elle s'accrochait comme un paresseux sur son perchoir, ses longs cheveux pendouillant dans le vide, elle s'adresse de nouveau au Nago : « Hey, doucement ! Je suis désolée de t'avoir réveillé ! Mais si tu t'énerves trop, il te sera impossible de te rendormir. Sois cool et laisse moi tranquille ! ».

Mais il n'y avait pas plus têtu qu'un Nago dans la forêt Profonde. Kitsune ne pouvait plus faire qu'une chose : s’agripper de toutes ses forces à la branche pour ne pas tomber, et attendre que ce gros tas de viande se lasse, et s'en aille plus loin. *Bon... C'est pas de la tarte !* se dit-elle, pour prendre son mal en patience.


Dernière édition par Kitsune Shibata le Mer 28 Mai - 0:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Mar 11 Fév - 23:05

Connaissez-vous cette sensation ? Oui, j'en suis sûr, tout le monde s'est déjà réveillé avec cette atroce sensation de chute pour finalement remarquer que non, vous ne tombez pas, que vous êtes bien tranquillement allongé dans votre petit lit bien confortable agrémenté de Teddy l'ours en peluche. Alors, une fois que votre cœur a retrouvé une cadence de battement normale, vous refermez vos petits yeux tout ensommeillés afin de reprendre votre nuit là où vous l'avez laissée. Maintenant, imaginez que lorsque vous vous réveillez ce n'est pas le plafond de votre chambre qui s'offre à vous, mais le sol, bien réel... et bien solide... Mais reprenons d'abord l'histoire un peu plus tôt si vous le voulez bien.

Cela faisait plusieurs jours que les chemins d'Alec et de Mao s'étaient séparés. Plusieurs jours depuis que Mao avait retrouvé sa liberté. Les informations qu'il avait pu glaner l'avaient poussé à prendre la direction des terres Hybrids, les terres de ses ancêtres. L'Anemös n'était pas certain de ce qu'il allait y chercher, mais quelque part au fond de lui, il se sentait attiré par ce lieu auquel il appartenait et au sein duquel il avait du vivre il y avait maintenant des années de cela, avant que l'enfer ne commence pour lui. Peut-être pourrait-il y trouver une famille, des gens qui se souviendraient de lui ? En tout cas, il s'était mis en route, courant sans relâche, chassant quand il le devait, fuyant quand son instinct primal de conservation lui indiquait que la bestiole devant lui était un peu trop grosse pour être mangée. Grand ennemi des chaussures qu'il était, l'Hybrid avait pu voir la corne de ses pieds se renforcer au fur et à mesure de son avancée, reléguant à l'état de vague souvenir les blessures qu'il avait lors de sa rencontre avec Alec.

Jour après jour Mao avait donc continué d'avancer en direction de la Silva. Tout ce temps lui avait permis de réfléchir, de se remettre les idées en place, et surtout de faire son deuil. Enfin le souvenir de N°1 n'était plus aussi vif dans sa mémoire. Il ne l'oubliait pas pour autant, mais penser à lui n'était plus douloureux. Fort heureusement pour lui, ou pour eux, il n'avait croisé aucun Ünik lors de son pèlerinage. A vrai dire, il n'avait pas croisé grand monde, tentant d'éviter les villes et les gens autant que possible. Quelque part, Mao avait besoin de retrouver sa part animale et cet éloignement, cette nature sauvage était tout ce qu'il lui fallait. L'Hybrid n'avait qu'à s'abandonner à ses instincts, vivre comme le ferait un animal sauvage. Il apprenait ainsi à se connaître, à connaître cette part de lui qui s'était vue refoulée pendant toutes ces années de captivités. Le félin découvrait aussi de nouvelles expériences jour après jour, la caresse du soleil et du vent, l'écoulement de la pluie sur sa peau, le plaisir sauvage de la chasse et celui bien plus plaisant de la sieste. Ah... Les siestes ! Le bonheur à l'état pur ! Mais cela ne fait pas avancer notre histoire.

Ainsi, plusieurs jours après avoir quitté Alec, Mao se retrouvait à l'orée d'Hoshizora. Ébahi, il contempla la forêt pendant un long moment, son regard embrassant les arbres, les feuilles, le jeu de la lumière et des ombres en ce lieu qui ne ressemblait en rien à ce qu'il avait pu connaître auparavant. Cette ''nature'' que Mao avait côtoyée durant son voyage lui semblait bien pâle devant la magnificence de cet environnement. Il avait l'impression que où que son regard se pose il y avait une nouvelle chose à découvrir et c'est donc avec un sourire plein d'émerveillement et d'insouciance qu'il s'aventura dans Hoshizora. Après tout, comment quelque chose d'aussi beau pouvait-il être dangereux... Il ne lui fallut pas si longtemps que cela pour déchanter. Mao avait beau découvrir le monde, son instinct récemment retrouvé était assez affûté pour lui permettre de déceler les premiers dangers qui se dressèrent sur sa route. Dans un premier temps, ce fut une plante qui tenta de lui boulotter la main, une plante vous rendez-vous compte ? Il ne teint que de cet instinct et d'un incroyable réflexe pour rester intègre...

Dès lors, le jeune Hybrid changea son approche. Du je-chante-presque-en-me-déplaçant-comme-un-éléphant, il passa à une démarche un peu plus discrète, se coulant entre les arbres avec une souplesse toute féline. Soudain, la forêt lui paraissait moins accueillante. Chaque ombre se paraît d'un éclat de mystère et de danger, chaque recoin pouvant potentiellement receler un piège plus ou moins mortel. Après tout, si même les plantes attaquaient, on pouvait s'imaginer que bien d'autres traquenards l'attendaient en ces lieux...

« Tu es perdu ? »

Sous le choc, le jeune homme crut que son cœur allait s'arrêter de battre et le bond qu'il fit en fut le témoin. La voix ayant surgit juste à côté de son oreille, Mao ne comprenait pas comment quelqu'un avait pu approcher sans qu'il ne s'en rende compte. Mais quand il se retourna, ce n'était pas une personne qui l regardait, mais bien ce qui semblait être un chat... Enfin, presque, mais pas tout à fait. Le sourire plein de dents qu'il arborait n'avait rien de félin et il en allait de même pour ses yeux, du moins si l'on exceptait les pupilles en amande.
« Euh... Oui ? » répondit donc enfin l'Hybrid tandis que son cœur tentait de retrouver une fréquence viable.
« C'est bien ce qu'il me semblait. Je connais ces lieux comme ma poche! continua ''l'autre'' tandis que son sourire s'élargissait. Dis-moi juste où tu veux aller, je t'indiquerai la direction ! »
Malgré l'enjouement dont il faisait preuve, cet être ne disait rien qui vaille à Mao, surement à cause de toutes ces dents. Mais l'Anemös n'avait pas vraiment le choix. Il fallait avouer qu'il déambulait dans la forêt depuis un moment, avec la chance que rien de fâcheux ne lui soit arrivé, mais rien ne disait que cela allait continuer...
« Je ne sais pas trop en fait... Je cherche d'autres Hybrids, je ne sais même pas s'ils ont des villes, des villages, ou que sais-je encore... Mais c'est eux que je cherche... » finit-il donc par répondre.
« Je vois, ne t'en fais, pas, tu es proche du but, c'est par là-bas, » indiqua immédiatement la chose en pointant une direction de la patte que Mao suivit du regard. Et alors qu'il tourna de nouveau la tête pour le remercier, il avait disparut. Après être resté un moment interdit devant cet événement dont l'irréalité dépassait de loin ce qu'il avait jamais vécu, l'Hybrid finit par hausser les épaules en signe de reddition et il prit la direction qu'on lui avait indiqué. S'il avait connu la légende du Cetshire, jamais il n'aurait fait ça, mais encore aurait-il fallut qu'on lui en parle...

Je ne dois pas être doué pour suivre une direction... C'est la conclusion à laquelle était arrivée Mao alors qu'il se sentait encore plus perdu qu'avant. La forêt semblait bien plus hostile, comme si l'air lui même vous indiquait qu'il valait mieux ne pas traîner dans les parages. Mais pour le moment, malgré les sons étranges qui ne manquaient pas d'atteindre ses oreilles, le jeune homme n'avait pas croisé âme qui vive. Par contre, il avait manqué de se briser la cheville plus d'une fois avant de réussir à marcher sans trop de problème au milieu des racines et des pierres. Enfin bref, il en avait un peu assez de marcher au hasard. C'est donc après un grand soupir contenant tout le ras-le-bol du monde que Mao se décida à faire une sieste. Oui, une sieste. Dormir en milieu hostile, personne n'y aurait pensé. Mais il faut dire qu'il lui manquait un peu de sens commun. C'est donc après avoir escaladé un arbre et s'être bien calé sur une branche en hauteur qu'il s'endormit tranquillement.

Un moment plus tard, la sensation d'un choc venu de très loin agita le sommeil paisible du félin. Puis une sensation de chute, cette même sensation qui vous réveille en sursaut au cœur de la nuit. Mais là, quand il ouvrit, c'est le sol qui s'offrit à son regard... et c'est le visage de Mao qui s'offrit au sol. Fort heureusement pour lui, une mousse bienvenue amortit sa chute et les dégâts furent minimes. Néanmoins sonné, il se releva assez rapidement avant de regarder autour de lui. Cela ne lui ressemblait pas de tomber comme ça, pensait-il en même temps, jusqu'à ce que ses yeux se posent sur une bestiole musculeuse et aux défenses acérées. De plus, ladite bestiole n'avait pas forcément l'air de bonne humeur...
« On peut peut-être discuter ? » questionna finalement l'Hybrid après un profond soupir. Après tout, il avait rencontré un chat qui parle, donc pourquoi pas ce truc ? Mais le grognement qui prit place de réponse indiqua au jeune homme que les négociations avaient tourné court. Ça et le fait qu'il se faisait charger. Peut-être était-ce le fait d'être encore sonné de la chute, peut-être était-ce le sommeil qui lui embrumait encore l'esprit, mais la peur ne fit pas son apparition, laissant la place à un calme olympien, certes bien plus utile dans ce genre de situation. Comprenant que s'il esquivait par les côtés, les défenses seraient là pour l'accueillir, Mao prit une décision, peut-être la plus folle de sa vie. Il se mit lui aussi à courir vers le Nago. Au dernier moment, il prit une impulsion, s'élevant au dessus de la tête de la créature, avant de se servir de ladite tête comme d'un marchepied pour s'élancer vers les branches de l'arbre et se remettre à l'abri.

S'étant agrippé à une branche, il laissa enfin ses yeux observer son environnement immédiat, y trouvant une jeune femme au cheveux d'un roux vif agrippée à une branche, .
« Est-ce que la place est libre ? questionna-t-il avec un brin d'humour, répétant là sans le savoir la première question que lui avait posée Alec. Drôle de situation, n'est-ce pas ? » Là par contre, c'était voulu. Depuis le temps qu'il n'avait parlé à personne, il ne savait pas trop quoi dire d'emblée. Et sa captivité forcée durant la majeure parti de sa vie ne l'aidait pas question social. Jetant un coup d’œil vers le bas pour s'assurer que le Nago ne donnerait pas un bon coup de tête dans l'arbre au moment où il bougerait, Mao se hissa sur ses pieds avant de faire l'équilibriste de branche en branche. Une fois un peu plus proche de la demoiselle, il s'installa à califourchon sur une branche assez large pour être sûr qu'il ne perde pas l'équilibre malgré les soubresauts du tronc.
« Un ami à toi ? Il a l'air d'être contrarié? sourit Mao. Je crois que je peux dire adieu à ma sieste pour le moment en tout cas... Enfin bref, j'ai cru comprendre qu'il était d'usage de se présenter lors d'une première rencontre, donc moi c'est Mao, enchanté ! »
Du moins lorsqu'il avait rencontré Alec, celui-ci s'était présenté...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Mar 11 Fév - 23:44

Ce Nago était d'une humeur très mauvaise. Kitsune, d’ordinaire habituée aux caprices des animaux de la forêt, s'étonnait de ce qu'il était aussi agressif. Il ne devait pas aimer que les Hybrids s'approchent de lui. Toutes les créatures de Mère Nature avaient leur caractère, et visiblement celui de ce Nago était bien trempé. Pendue la tête en bas à la branche, aussi souple qu'un petit singe, Kitsune le regardait s'exciter contre le tronc comme s'il ne pouvait se calmer qu'une fois ce pauvre arbre déraciné. Elle fronça les sourcils, jugeant avec pragmatisme que sa situation était des plus délicates. Comment allait-elle se sortir de ce pétrin ? Le Nago leva une nouvelle fois la tête pour la regarder, et poussa un hurlement strident, qui souffla légèrement la jeune femme vers l'arrière. Elle ferma les yeux, en dépit de pouvoir se boucher les oreilles. Ce cri formidable était terrifiant. Pas un seul bruit ne se faisant entendre dans la forêt, comme si la colère de l'effroyable Nago avait enfermé les autres êtres vivants dans une terreur glaciale. Kitsune, elle, n'avait pas peur. Elle sentait juste le sang lui monter à la tête de façon désagréable.

Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle vit plus loin sur les branches de son arbre un jeune homme lui aussi pendouillé. *Tiens, il est arrivé quand celui-là ?* se dit-elle, amusée par cette surprise. Le garçon avait les cheveux noirs, et le teint très pâle. Vu les oreilles de chat et la queue qui dépassaient de part et d'autres de son corps, elle en déduisit qu'il était un Hybrid, tout comme elle. « La place est libre ? » lui lança-t-il, avec jovialité. Kitsune, toujours la tête en bas, l'observa se rapprocher d'elle tandis que le Nago faisait subir au pauvre arbre une énième secousse. Kitsune se cramponna, et émit un petit gémissement d'effort, signe qu'elle ne voulait pas lâcher la branche. Le garçon se tenait désormais non-loin d'elle. Avec souplesse, la paresseuse tourna son corps de sorte que cet inconnu voit son visage à l'endroit. Elle était cependant dans une situation de déséquilibre avancé.

Le garçon, que rien ne semblait perturber, demanda avec une étrange naïveté si le Nago était un ami de Kitsune, et constata sa contrariété. La jeune femme répondit en riant : « Plus ou moins ! » en se plaçant elle aussi à califourchon sur sa propre branche. Ainsi elle était en sécurité pour quelques minutes. Elle se gratta l'arrière du crâne, et s'expliqua un peu gênée mais non moins joyeuse : « En fait je me baladais, et je lui suis tombée dessus sans crier gare alors qu'il dormait. Je pense que ça lui a fichu les nerfs, hahaha ! ». Le Nago chargea encore une fois. Kitsune se demanda quand il allait se lasser... La pauvre bête commençait à souffrir des coups qu'elle donnait à l'arbre. Elle titubait légèrement, et pourtant n'abandonnait pas. C'était bien étrange, ce comportement ! Il ne devait pas aimer les renards, et peut-être les chats aussi !

Le nouveau compagnon de Kitsune s'appelait Mao. Il venait de se présenter, en précisant bien qu'il lui semblait que l'usage était de se présenter avant d'engager la conversation. La jeune femme lui adressa un sourire approbateur. Fièrement, elle leva la main très haut au dessus de sa crinière ébouriffée. « Enchantée, Mao ! Moi c'est Kitsune. Kitsune Shibata ! » Et toi et moi sommes dans la mouise, se dit-elle. Pourtant, elle sentait dans l'air l'onde fraîche et pure des débuts d'après-midi, qui lui faisait dire que quelque chose de bien allait arriver. Sa bonne humeur n'allait certainement pas être entamée par un animal impétueux de la sorte. Mais tout de même, ce sanglier était vraiment très susceptible. Sans doute un mâle dominant qui venait de se faire jeter de sa colonie, en raison de son trop grand âge ! Les papys, ce n'était plus la même chose qu'autrefois...

« Dis, tu ne voudrais pas m'aider à calmer ce nigaud ? Il va s'ouvrir le crâne, ou bien faire tomber l'arbre, si ça continue ! » demanda Kitsune à Mao, en lui désignant d'un doigt bien tendu le Nago qui en bas commençait sérieusement se sentir mal. Kitsune se mit de nouveau la tête en bas, pour se rapprocher du Nago, et lui adresser de nouveau la parole : « Arrêtes donc, tu vas finir par te faire mal ! Et moi, je n'ai pas un Don de soin ! ».
Alors qu'elle prononçait ces mots, une fumée bleuâtre apparu près de son crâne. Elle reconnu tout de suite de qui il s'agissait. L'animal apparu s'adressa directement à Mao : « On dirait que tu t'es mis dans une situation délicate, mon garçon. » - « Salut, Cetshire ! » lança Kitsune, amicalement. Le Cetshire élargit son sourire morbide et pourtant si drôle, heureux de ce qu'il fut reconnu. « Pourquoi ce lourdaud s'en prend-il à votre arbre ? » - « Je lui suis tombé dessus ! » expliqua Kitsune, avec l'innocence d'une gamine candide. Elle se redressa sur sa branche, et bondit avec remarquable agilité sur celle où se trouvait Mao, de sorte à mieux observer son visage. Elle s'approcha de lui soudainement, et tout en se tenant à une distance correcte de lui, elle fit procéda à son détail approfondi. Ses grands yeux rouges pétillaient de malice. Elle ne l'avait jamais vu par ici, ce gars-là ! Il était peut-être un nouveau, ou tout simplement perdu.

« Bon alors, on s'y met ? » lui demanda Kitsune, tout sourire, en frappant son poing dans sa paume, signe de sa détermination. Mao s'en rendrait bien vite compte : Kitsune avait un goût tout à fait prononcé pour l'aventure, les combats, les courses-poursuites et tout ce qui bougeait. Le Cetshire, bien plus calme, les rejoignit tranquillement, en flottant sur son petit nuage bleuté. Il avait hâte de voir ce que ces deux là pourraient faire contre un tel adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Mer 12 Fév - 1:13

Interagir avec les autres était réellement compliqué en fait. Trouver quoi dire, former les mots avec l'intonation voulue... Mao n'était réellement pas habitué à tout cela. Avec N°1 et Alec, c'était plus simple, en tant qu'IA ils avaient des réactions plus mesurées, alors qu'à présent il se retrouvait face à une boule d'énergie pure. Mais quelque part, le félin se sentait stimulé par cette énergie, une grand sourire fendant désormais son visage alors même qu'une flamme amusée brûlait dans ses yeux. Pour la première fois de sa vie il se retrouvait dans une situation qui sortait de son quotidien habituel et il découvrait la joie et l'amusement que cela pouvait impliquer. En un instant il décida donc de laisser libre cours à cette joie sauvage qu'il se découvrait. Quelque chose lui disait que la compagnie de la demoiselle pouvait se révéler riche en sensations nouvelles.

Déjà, rien que le fait de l'avoir trouvée la tête en bas était un élément indicateur... A moins que les gens normaux aimaient se pendre la tête en bas ? Enfin, chacun ses hobbies après tout. A présent elle se retrouvait dans le sens normal cela dit, ce qui permit au félin de détailler un peu plus ses traits quelque peu masqués par ses cheveux ardents. C'était la première fois qu'il rencontrait réellement une personne du sexe opposé. Vu que le compte n'accueillait que peu et que bien souvent il s'agissait d'autres hommes venus discuter d'alliances contre untel ou de coup bas contre un autre, Mao n'avait jamais l'occasion de rencontrer de femme. Encore un point à ajouter à sa liste de nouveautés. Mais cela faisait aussi qu'il ne savait pas trop quel comportement adopter. Déjà que ce n'était pas facile à la base... Enfin, vu que la demoiselle ne semblait pas faire mine d'une réaction négative, il en déduisit qu'il pouvait continuer d'agir comme il l'avait commencé. Une autre question qu'il se posait néanmoins était bien à quelle race appartenait-elle ? Trop vive pour être une Qantik, il ne sentait pas non plus en lui la répulsion que provoquait une présence Ünik... Une Hybrid alors ? Avait-il enfin réussi à trouver une membre de sa race ? Enfin, il aurait le temps de le lui demander lorsqu'ils seraient dans une situation plus stable.

Quelques instants plus tard la rousse répondait à la question précédemment posée ne plongeant le félin dans un état de surprise qu'il ne manifesta pas. Pouvait-on réellement être amis avec l'une de ces bestioles à l'allure brute ? Enfin, le monde lui réservait bien des surprises, il devait s'y habituer... Du moins c'est ce qu'il se disait jusqu'à ce que la demoiselle continue ses explication dans la joie et la bonne humeur, et que l'Hybrid ne comprenne son erreur, apprenant les bases du second degré par la même occasion... En effet, bien que sa question originelle soit une preuve d'humour, il ne l'avait lancée que sous une impulsion, sans s'imaginer que quelqu'un d'autre puisse faire de même. Naïveté quand tu nous tient... Enfin, quoi qu'il en soit, il avait une réponse à sa question et c'était le principal. Maintenant, il comprenait la réaction de la créature, lui non plus n'aimait pas être dérangé lorsqu'il dormait... Mais de là à s'exploser la tête contre un arbre, il y avait une limite.

Mais cessons là nos élucubrations sur la mauvaise humeur au réveil. Attentif, Mao comprit que les présentations étaient bien de coutume lorsque l'on rencontrait quelqu'un grâce au sourire approbateur ainsi qu'à la réponse particulièrement enjouée de Kitsune. Il n'y avait pas à dire, elle battait de loin les records d'énergie contenue dans une personne qu'il ait jamais vu... Mais relativisons, il n'avait jamais vu grand monde. Disons plutôt qu'il était surpris de voir quelqu'un manifester un tel enthousiasme, enthousiasme communicatif au vu du sourire qui s’élargit sur les lèvres de notre protagoniste.
Reprenant la parole, Kitsune lui demanda alors s'il voulait bien l'aider à calmer le Nago qui ne semblait pas démordre de ses idées de vengeance. Mais avant qu'il n'ait pu lui répondre, la jeune femme se plaça de nouveau tête en bas, décidément c'était une manie, avant de s'adresser à la grosse bête.

« Non, ça j'ai testé, ça ne marche pas... » annonça Mao suite à la tentative. Et le nouveau coup de tête qui ébranla l'arbre confirma ses dires. Au même moment, une tête connue fit son apparition. Le gentil chat qui lui avait indiqué le chemin ! Celui-ci prit d'ailleurs immédiatement la parole, précisant s'il était besoin que les Hybrids se trouvaient dans une situation pas vraiment confortable.
« J'y suis pour rien ! » se justifia le garçon avant de partir d'un rire franc, sans trop savoir pourquoi. La raison en était pourtant simple : tout les chats ont leurs quart-d'heure de folie ! Quoi qu'il en soit, Kitsune semblait connaître le chat car elle le salua directement par son prénom. Et Cetshire semblait la connaître, pensa Mao au vu du sourire qui s'élargit, en diapason avec le sien. Il n'y avait pas à dire, le jeune homme s'amusait. Enfin, après les explications d'usage quand à pourquoi un Nago était en train de s'acharner contre un arbre, Kitsune bondit soudainement sur la branche de Mao qui eut tout de même un léger mouvement de recul, la peur brillant un instant dans ses yeux avant que son humeur joueuse ne reprenne le dessus. Il n'avait pas l'habitude que quelqu'un s'approche vivement de lui autrement que pour le passer à tabac et les vieux réflexes ont la vie dure. Néanmoins, il avait bien compris que la jeune femme n'était pas une ennemie, ce qui lui avait permis de se reprendre. Malgré cela, inexplicablement, le jeune homme se sentit rougir alors que la demoiselle plongeait son regard rouge à l'éclat malicieux dans le sien, doré où s'était remis à briller cette flamme de joie sauvage. Encore une sensation nouvelle qu'il ne comprenait pas... Mais là n'était pas le moment pour tenter d'approfondir cela. Là était le moment de faire face à la bête, comme l'indiqua Kitsune par un « on s'y met ? » enjoué. Pour toute réponse, le jeune homme commença par s'adresser à Cetshire : « Je dois pas être super doué pour suivre une direction, Cetshire, désolé que tes indications aient été vaines ! » Puis, un sourire sauvage étira ses lèvres. « On s'y met ! »

Le félin découvrait la un nouveau pan de sa personnalité, et ce n'était pas pour lui déplaire. Il allait à présent devoir faire preuve de tout ce qu'il avait acquis ces derniers, et premiers, jours de vie au grand air. Il s'était en effet découvert avec bonheur des capacités physiques intéressante, mais jamais il n'avait encore eu à les exploiter dans une situation pareille. Néanmoins, la peur ne lui effleura pas l'esprit, grisé par l'instant qu'il était.
Enfin, il était temps de se mettre en mouvement. Se laissant tomber sur le côté, il chuta un court instant avant de se servir d'une branche comme pivot pour aller planter ses pieds dans l'arrière-train du Nago alors que ce dernier allait de nouveau se jeter contre l'arbre. Puis, profitant de la bascule retour, il lâcha prise, s'envolant pour retomber à bonne distance de la bête. Bon, ça c'était fait, le tête à tête de la bestiole avec son arbre avait pris fin, mais elle n'était pas calmée pour autant, ce qui aurait été fort surprenant. Bien au contraire, elle avait l'air un peu plus énervée si cela était encore possible. Partant d'un nouveau rire joyeux, Mao la regarda tourner un peu sur elle même pour trouver la source du coup qu'elle s'était pris.
« Eho ! Je suis là! attira-t-il volontairement son attention. Non, pas par là, cochonou, par ici ! » Ne se faisant pas plus prier, l'énorme bête se lança de nouveau à l'assaut. Repensant à sa stratégie précédente, Mao voulu tenter un petit tour de saute-Nago, mais il sembla que la bête apprenait vite. Le félin se prit donc un bon coup de défense. Heureusement, plus de peur que de mal, la pointe ne rencontra pas la chair et l'Hybrid eu juste l'impression de s'envoler, l'adrénaline coupant court à la douleur qu'il aurait pu ressentir. C'est donc après une contorsion aérienne pour se remettre à l'endroit que Mao put retomber sur ses pieds avant de piquer un sprint pour se rapprocher de Kitsune.
« Euh, au fait, j'ai réussi à l'empêcher de s'ouvrir le crâne, mais comment ça se calme une bête pareille ? » demanda-t-il alors sincèrement, un sourcil aussi et un sourire toujours accroché aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Jeu 13 Fév - 20:36

Mao était partant lui aussi pour obligé l'animal à se tenir tranquille. Il eu le courage de partir aux devants sans demander son reste. Kitsune observait la scène perchée sur la branche. Elle s'accroupit, et fourra sa main derrière son dos, dans la petite besace de cuir toujours accrochée à sa ceinture, et saisit le manche d'un de ses kunais. Mais elle ne le lança pas, amusée par le rodéo infernal dans lequel s'était lancé Mao avec le pauvre sanglier. Un peu sonné, il se fit frapper plusieurs fois, de sorte qu'il se retrouve éloigné du tronc. Quelque part, il s'agissait de le faire fuir mais aussi de le protéger. S'il s'était brisé le crâne en s'acharnant contre un arbre, son agonie aurait été atroce et sa mort bien stupide. Kitsune souriait d'un air malicieux et satisfait. Le chat avait l'air de bien s'amuser dans sa course-poursuite. Le Nago n'était pas spécialement de cet avis en revanche. Plus Mao le faisait tourner en bourrique, plus il devenait fou de rage. De plus, l'Hybrid l'avait dénommé « cochonou », ce qui lui valu sans doute le coup de défense si virulent que lui infligea la bête quelques instants plus tard. Kitsune sentit son estomac se soulever. * Quelle puissance dans ce coup ! * se dit-elle, admirative et impressionnée. Elle chercha quelques instants Mao du regard, il avait été projeté un peu plus loin. A présent, il courait de toutes ses forces, comme la jeune fille juste avant lui. Il affichait toujours une mine aussi joyeuse. Le décalage de la situation était assez comique !

Il s'adressa à Kitsune alors qu'il s'approchait d'elle, et lui demanda si elle savait comment ils pourraient arrêter un tel animal. Mao avait le mérite d'avoir enfin détourné l'attention du vieux Sanglier du tronc, il ne serait donc pas blessé par sa faute. Il était cependant un peu sonné. Le Nago s'arrêta de nouveau près de leur arbre, complètement essoufflé de s'être agité ainsi dans tous les sens, et vanné par les manœuvres du Chat. Kitsune se tourna vers Mao, et afficha une mine satisfaite : « Je pense que j'ai trouvé une solution ! ».
Aussitôt, le regard de Kitsune devint le reflet de toute la détermination dont elle faisait preuve à ce moment là. Elle se dressa subitement sur ses deux jambes, et courut le long de la branche sur laquelle elle était perché. Elle s'empara de deux kunais, et les lança en direction des sabots du Nago afin de l'empêcher d'avancer. Le sanglier eu la réaction que Kitsune escomptait : il focalisa son attention sur les deux petites lames qui venaient de fondre juste devant lui. La Renarde était bien heureuse de cela, car elle avait ainsi tout le loisir de vérifier si sa stratégie était la bonne. Elle accéléra son pas de course, et sauta dans les airs une fois arrivée au bout de la branche avec souplesse et élan.

Elle se trouvait juste au dessus du Sanglier. C'est alors qu'apparurent soudainement sur son crâne deux oreilles rousses pointues, et qu'une queue jaillit du bas de son dos. Kitsune contracta subitement tous ses muscles, afin d'effectuer plusieurs rotations rapides sur elle-même alors qu'elle était en train de chuter droit sur sa cible. Au dernier moment, elle tendit sa jambe droite et concentra un maximum de force dans ce membre. « COUCHÉ MAINTENANT !! » hurla-t-elle, alors que le pied de sa jambe tendue vint fracasser lourdement le crâne du pauvre Nago déjà bien sonné. Épuisé, il se laissa aller sous le choc du coup de Kitsune. Bien trop saoulé par les tours que les deux Hybrids lui avaient joué, il se laissa tomber sur le flan, inconscient et très étourdi. Kitsune avait atterri après un dernier salto juste devant le groin de leur agresseur. Elle affichait un air très pugnace, et sérieux. « Ça suffit... rendors-toi. » dit-elle au Nago, comme pour clore définitivement l'incident. Elle retrouva bien vite sa bonne humeur, et rit gaiement en tapotant le groin du Sanglier terrassé.

« Fiou, c'était pas évident, mais on a réussi ! » déclara-t-elle tournée vers Mao. Ils avaient fait un bon travail d'équipe sur ce coup-là, et Kitsune en était très satisfaite. Elle était désormais curieuse de mieux connaître ce garçon impulsif. « On ferait mieux de partir d'ici, histoire qu'on ne se retrouve pas face à d'autres animaux agités ! On a fait du bruit, imagine si ses copains rappliquent ! » Et sur ces mots, elle s'empara de la main de Mao pour l'entrainer derrière elle, en courant à nouveau, en direction de lieux plus calmes, et plus propices à une petite discussion. Il était l'heure de papoter !
Ils arrivèrent dans une clairière plutôt calme, et étonnamment lumineuse pour la Forêt profonde. De la mousse verte recouvrait tout son sol. Kitsune ne se fit pas prier pour s'y jeter à plat ventre, comme si c'était là une récompense qu'elle avait toujours attendu. Elle roula sur quelques mètres pour finalement se retrouver sur le dos. « C'est tellement doux ce truc ! » lâcha-t-elle, euphorique. Elle laissa traîner un de ses yeux rouges vers Mao. « Alors, d'où tu viens dis-moi ? Je ne t'ai jamais vu dans le secteur ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Ven 14 Fév - 9:32

Pour la première fois de son existence, Mao comprenait enfin ce que signifiait être en vie. L'adrénaline qui courait dans ses veines, son souffle qui s'était accéléré pour continuer de fournir aux muscles leur besoin croissant en oxygène. Rien de tel qu'un peu d'action pour se dérouiller après des années passées à devoir se contenir à tout instant. Enfin, d'aucuns auraient dit que se dérouiller en se faisant dérouiller par un Nago n'était pas l'idée la plus intelligente du monde, qu'il pourrait se faire embrocher et gnagnagna... Mais s'il y avait bien une chose dont le félin n'avait plus rien à faire, c'était bien ce que les autres pouvaient lui dire. Enfin, il serait toujorus à l'écoute d'un conseil utile, mais si ce dernier allait à l'encontre de sa volonté, ce n'était même pas la peine de penser à le convaincre.

Quoi qu'il en soit, il fallait maintenant trouver un moyen de calmer la bête. L'Hybrid avait bien pensé à l'envoyer au pays des rêves pendant un moment, mais assommer un bête alors que l'on cherchait à l'empêcher de s'ouvrir le crâne contre un arbre était un peu contre-indiqué, non ? Aussi il demandait à présent son avis à Kitsune qui semblait bien plus au fait de la vie dans la forêt que lui. Elle dégageait une telle aisance que Mao ne doutait pas un instant qu'elle avait dû passer la majorité de sa vie à courir un peu partout, et vu le dynamisme dont elle faisait preuve, ce partout devait être un euphémisme. Quelque part, il l'enviait, comme il enviait tout ceux qui avaient passé toute leur existence avec pour seuls maîtres eux-même, libres de leurs choix et de leurs actes. Certains pourraient dire à cet instant que lui aussi avait eu le choix, qu'il aurait pu s'enfuir plus tôt, à ceux-la, je répondrai simple deux choses. D'une part, si l'évasion échouait, il n'y avait pas de deuxième chance, son maître se serait débarrassé de lui comme on jette un objet inutile aux ordures. D'autre part, essayez de courir avec des chaînes aux chevilles et aux poignets, ce n'est pas forcément évident. De plus, habitué à la servitude depuis ses plus ancien souvenir, celle-ci s'était ancrée dans son être, comme la plus solide des chaînes.

Mais la servitude n'était plus d'actualité. En réponse à sa question, la renarde annonça subitement qu'elle avait la solution à leur problème. Attentif, Mao attendit alors qu'elle n'explique le fond de ses pensées, mais le regard déterminé qu'afficha la jeune femme et le fait qu'elle se redresse sans un mot lui firent comprendre que son idée se jouait en solo. Si certains se seraient sentis humiliés, mis à l'écart, Mao se contenta de sourire et d'attendre de voir ce que la jeune femme allait bien pouvoir inventer pour calmer une boule de fureur pareille. Attentif, il la regarda donc courir le long de sa branche. Surpris, il l'observa tandis qu'elle lançait des petites lames de métal qui lui étaient inconnues. Admiratif, il la contempla s'élancer dans les airs d'un mouvement plein d'une force et d'une souplesse toute animale. Si le jeune homme avait encore eu des doutes quand à la condition d'Hybrid de la demoiselle, ces doutes s'étaient dores et déjà envolés. Et si il avaient subsisté, alors les oreilles et la queue de renard qui apparurent soudainement les aurait déracinés pour de bon. Alors, interdit, Mao observa Kitsune tourner sur elle-même avant de... fracasser le crâne du Nago d'un grand coup de pied qui aurait laissé peu de gens insensible.

Le visage du félin afficha un bon moment une surprise non feinte avant que finalement un rire rafraichissant ne vienne secouer son corps tout entier. Après tout, le cochon était calmé non ? La méthode était peu orthodoxe, mais seul le résultat comptait au final.
« Effectivement, il a arrêté de vouloir déraciner ce pauvre arbre ! » lança Mao, toujours riant, en réponse à la déclaration de la rousse.
L'euphorie qui s'était saisie de lui était bien rafraichissante pour l'Hybrid. Elle permettait d'effacer les dernières traces des anciens souvenirs qu'il tentait d'oublier, laissant la place à un avenir beaucoup plus prometteur. Il se sentait de plus en plus chez lui au sein de cette nature sauvage, comme si quelque chose en lui se souvenait de ces lieux. Peut-être aussi n'avait-il jamais mis les pieds dans une forêt de sa vie, mais le sentiment qui se saisissait de lui ne laissait pas encore place à ce doute.
Finalement, après une déclaration pleine de sens, Kitsune se saisit subitement de la main de Mao avant d’entrainer derrière elle un félin au visage rougeoyant qui se laissa faire sans résistance, accordant la cadence de son pas à celui de son guide.

L'Hybrid profita donc du cours trajet pour calmer  l'excitation de sa joute avec le Nago. Petit à petit son cœur et son souffle reprirent une cadence normale tandis qu'il se concentrait sur sa foulée afin de ne pas se laisser distancer. Il n'y avait pas à dire, la renarde était bien plus habituée que lui à se balader en pleine jungle sauvage...
Finalement les deux compères déboulèrent dans une clairière qui contrastait de façon brusque avec le reste de la forêt de part son calme et sa luminosité. Battant des yeux un instant pour s'y habituer, le jeune homme observa ensuite Kitsune se jeter avec délice dans la mousse qui tapissait le sol. Effectivement, le lit émeraude semblait être une invitation au repos et les instincts quasi narcoleptiques de Mao l'appelait à s'allonger pour faire une bonne sieste, mais bon, ce n'était pas forcément classé parmi les bonnes manières que de s'endormir alors que l'on avait de la compagnie. Tranquillement, il rejoint donc la position de Kitsune avant de s'asseoir à côté d'elle, et de grogner légèrement sous le coup de la douleur qui se diffusait dans son ventre. Il semblait que le coup du Nago l'avait atteint un peu plus qu'il ne l'avait pensée et la retombée de l'adrénaline lui rendait sa sensibilité à la douleur. Néanmoins, habitude ancrée en lui afin d'éviter des coups supplémentaires lorsqu'il était blessé, l'Hybrid ne laissa rien de plus que ce court grognement sortir de ses lèvres et son visage continua d'afficher le sourire qu'il arborait précédemment.

Par contre, Mao n'avait aucune idée de comment répondre à la question de Kitsune. Devait-il dire toute la vérité ? D'un côté, il y était réticent, ce passé il avait envie de le laisser derrière lui et bien qu'il n ait parlé avec Alec, le félin n'avait pas trop envie de le crier sur tout les toits. De plus il n'avait pas envie de ramener ces souvenirs à la surface. Aussi, il décida de répondre par une semi-vérité.
« Je viens du no-man's land, répondit-il donc, et effectivement je n'ai jamais mis les pieds ici. Malheureusement certains... événements m'ont empêcher de pouvoir venir, mais me voilà, à la recherche de mes racines. Savoir d'où je viens pour savoir où je vais en quelque sorte. »
Ça par contre, c'était la pure vérité. Depuis qu'il avait fuit le château du compte, il avait foncé vers les siens afin de comprendre qui il était. Mais par contre, il n'avait aucune idée de ce qu'il ferait par la suite.
« Et toi, dis moi, ça fait longtemps que tu parcours ces lieux ? » Il avait beau avoir une petite idée à ce sujet, autant vérifier. « Est-ce que tu vis avec d'autres Hybrids ? Quel mode de vie avez-vous ? Sommes-nous nombreux ? Tu connais d'autres Hybrids chat ? »
C'était un flot ininterrompu de question qui quittait les lèvres du félin, de sorte qu'il ne laissait même pas le temps à Kitsune de réponde. Mais il avait tellement à demander...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Dim 16 Fév - 23:04

« Tu viens du No man's Land ? » répéta Kitsune, assez surprise. Comment une telle chose pouvait-elle être possible ? Il était pourtant bien un Hybrid, cela ne faisait aucun doute ! Elle avait toujours pensé que chaque Hybrid naissait dans la forêt, y vivait, et y mourrait, peut-être après avoir parcouru le monde et fait quelques escales sur tous les continents. C'était ainsi qu'elle percevait le vécu de sa race. Mais il serait faux de dire que Kitsune se cantonnait à une telle vision, qui était bien idéale et éloignée de la réalité. Au fond d'elle, elle savait très bien qu'on voulait du mal aux siens, et qu'inversement les siens voulaient du mal aux autres races. Elle fronça légèrement les sourcils, n'osant pas vraiment imaginer ce qui avait pu arriver à Mao. Sa gaieté s'effaça quelque peu, laissant la place à un sérieux peu habituel qui ornait très rarement sa figure. Kitsune savait faire preuve de maturité sur les sujets sérieux. Décidément, son combat dans ce monde était très loin d'être terminé. Cependant, rien ne la ferait déchanter, et elle était prête à perdre la vie pour ses idéaux. Mao déclara qu'il était ici pour venir à la découverte de ses racines. Kitsune l'écoutait attentivement, et repris peu à peu un air joyeux et doux.

Il demanda à la Renarde si cela faisait longtemps qu'elle vivant dans ces contrées. Dans un haussement d'épaules, elle répondit d'un air très distrait : « Oh... moi non plus je ne suis pas née ici. J'ai été recueillie par mon maître, et maintenant je me balade un peu partout ! Je n'aime pas rester trop longtemps dans mon village. C'est très bête, mais je m'ennuie hyper facilement ! Tout ce qu'ils savent faire, c'est prier Mère Nature ! » Sur ces mots, elle se leva d'un bond, et afficha un air faussement mécontent : « C'est quand même pas comme ça qu'on réglera nos soucis ! Il faut savoir se bouger un peu les fesses, au lieu d'avoir le nez dans la poussière, prosterné devant une grande statue de pierre ! » Elle faisait ici allusion à l'édifice construit en l'honneur de Mère nature. Si sa foi en cette déesse n'était pas à mettre en doute, ce qui l'agaçait c'était de voir les autres Hybrids parfois trop bornés, qui fondaient beaucoup trop leurs espoirs dans cette entité lointaine et désormais bien obscure.

Mao bombarda ensuite Kitsune de questions. Alors qu'elle avait encore les poings en l'air, suite à son petit élan d'humeur de quelques instants, elle rabattit l'un d'eux doucement sur le crâne de Mao. D'un air amusé elle lui dit : « Miiiiiinute papillon ! Tu m'en demandes beaucoup à la fois ! ». Elle retira sa main du crâne de son compagnon. « Garde bien à l'esprit que je suis une petite tête, héhéhé ! ».
« Pour te répondre, la plupart des Hybrids vivent en communauté dans des villages qui comptent aussi bien des types Phytös que des types Anemös. Dans chaque village, ce sont les Chamans qui nous dirigent, et qui tiennent des conseils durant lesquels ils organisent la vie de tous les jours ! Il y a des postes importants que chacun doit pourvoir : des Chasseurs pour ramener du gibier, des Cueilleurs pour les plantes -ça, c'est moi par exemple!,  il y a aussi des Guérisseurs, sans qui on serait bien mal, ainsi que des Veilleurs pour assurer notre sécurité, et des Chuchoteurs qui conseillent les Chamans comme de véritables bras droits ! ». C'était là un topo bien rapide, mais plutôt bien fait de ce que Mao avait demandé. « Je pense que tant qu'on ne se frite pas avec les Üniks et qu'on laisse tranquille les grands animaux, on vit en paix dans Hoshizora. Là où on est les plus nombreux, c'est dans la capitale de Nemoto. C'est une ville vraiment magnifique, qui n'a rien à envier à Anathorey selon moi, haha ! Pour le reste, ce sont souvent des villages isolés, près des terres de Nakigao. Mais je pourrais te faire visiter tout ça, si tu veux ! Je suis un vrai guide touristique ! » Kitsune posa alors sa main sur l'épaule de Mao, amicalement, comme u  signe de ce qu'il pouvait lui faire confiance. Elle l'aimait bien, ce petit minet !

« Mais je crains de ne pas connaître personnellement d'autres Hybrids chat. Enfin ne t'en fais pas, il y en a des tas, c'est certain ! ». Kitsune repassa en revue la question de Mao. Normalement, elle avait répondu à tout. A présent, c'était à son tour de poser une question. Elle prit un air plus sérieux qu'auparavant,et sa voix se fit moins sonore et tonitruante également. Au contraire, c'est comme si elle avait revêtu un voile plus sombre, et discret. « Dis-moi Mao... Que t'est-il arrivé dans le No man's Land ? Est-ce que tu veux bien me le dire ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Dim 30 Mar - 15:03

« Plus ou moins, oui... » marmonna le félin en réponse à la surprise de la renarde. Etait-ce si surprenant se questionnait-il. Bon, d'accord, il n'y avait pas croisé grand monde, mais cela signifiait-il pour autant que personne ne fréquentait ces lieux ? Ou alors peut-être était-ce les Hybrids qui ne le fréquentaient pas, percuta-t-il alors. Du peu qu'il savait d'eux et de ce qu'il avait ressenti depuis sa libération, Mao avait bien compris que ses pairs préféraient les étendues naturelles. Les déserts n'étaient donc pas le lieu de prédilection de sa race... *J'aurais dû y penser...* se sermonna-t-il donc. Non pas qu'il ne faisait pas confiance à Kitsune, mais il avait plutôt envie de laisser son passé derrière lui, de s'en libérer. Enfin, les bracelets d'acier qu'il portait aux chevilles et aux poignets auraient attiré les questions bien assez tôt quoi qu'il en soit... Donc un peu plus tôt ou un peu plus tard...

Mais bien que l'air sérieux qu'arbora Kitsune amena Mao à penser qu'elle n'allait pas tarder à le questionner, rien ne vint, sauf l'air joyeux de la demoiselle qui reprit ses droits. C'est donc au grand soulagement de Mao que la renarde, plutôt que de poser des questions, continua de l'écouter. Lorsqu'elle prit la parole, ce fut pour lui apprendre qu'elle non plus ne venait pas d'ici. Avec beaucoup d'intérêt le félin l'écouta donc, attentif à tout mot qui pourrait lui en apprendre un peu plus sur le monde qui l'entourait, et sur le monde des Hybrids. Il apprit ainsi que la façon d'être de ses pairs ne semblait pas correspondre à ce que voulait Kitsune, même s'il ne comprenait pas trop où se trouvait le lien avec une statue de pierre... Enfin, il pourrait toujours lui poser la question plus tard. Pour l'instant, il en avait d'autres un peu plus urgentes qu'il lui lança dans un flot ininterrompu. Enfin si, le flot fut interrompu par un point qui s'abattit doucement sur le sommet du crâne du félin.
« Désolé, désolé! rit-il alors. Je te laisse donc la parole... petite tête ! » Bien entendu, les derniers mots furent prononcés sur le ton de la boutade, dans un rire refoulé pour garder tout de même un semblant de dignité. S'il avait laissé le fou rire qui montait quitter ses lèvres, qui savait combien de temps il aurait duré ? Pour le moment, les diverses émotions qu'il pouvait ressentir était si nouvelles qu'il n'en avait aucune maîtrise donc il fallait bien se restreindre un peu...

Ce fut donc un sourire amusé aux lèvres qu'il se mit à écouter, attentif, les réponses aux questions qu'il avait posées. Réponses qui, bien qu'elle lui en apprirent beaucoup, apportèrent avec elles d'autres questions... Phytös ? Qu'était-ce donc que cela ? Pour les Anëmos, N°1 lui en avait parlé et le félin savait donc qu'il en faisait partie, mais les Phytös ? Au vu du contexte, ce devait être un autre type d'Hybrid, mais en quoi était-ils différents ?
Gardant la question dans un coin de son esprit, Mao entreprit d'écouter la suite des explications. La société Hybrid semblait plus complexe que ce que le jeune homme avait pu penser. Que serait-il devenu lui, s'il avait pu vivre parmi son peuple ? Chasseur ? Veilleur ? Chaman peut-être ? Bien que pour le dernier, il en doutât fortement. Vu l'importance qu'ils semblaient avoir, Mao ne se sentait pas du tout taillé pour ce poste.
Continuant d'écouter, l'Hybrid apprit finalement que leur peuple avait une capitale. C'était un point qui le surprenait. Il aurait plus vu les siens comme un peuple nomade, mais bon, il était vrai que même parmis les animaux certains préféraient rester toute leur vie au même endroit... Quoi qu'il en soit, bien qu'ils semblaient criant de sens pour Kitsune, certains noms qu'elle donnât restaient inconnus à Mao. Encore une fois il les mis donc dans un coin de son esprit pour la questionner un peu plus tard.
« J'en serais ravi ! » répondit-il finalement avec un sourire éblouissant à la proposition de visite de Kitsune. Vu comme il s'était perdu pour venir, il avait craint de devoir encore errer un moment avant de trouver ses compatriotes, la proposition qui lui était faite sonnait donc comme une délivrance.

Ne se soutirant pas à la main qui se posa sur son épaule, il écouta calmement la renarde finir de donner ses réponses. Je dis calmement car cette fois-ci la réponse portait sur un point important et si une pointe de déception perça, il n'en laissa rien paraître, et garda l'espoir de tout de même pouvoir trouver quelqu'un qui le connaîtrait. Mais l'air sérieux qu'arbora alors la renarde lui fit comprendre que la question qu'il aurait préféré éviter allait tomber... Et en effet, cela ne manqua pas... Pendant un moment, Mao hésita à voiler la vérité, à raconter sa rencontre avec Alec sans évoquer le reste... Mais un échange de regard avec la jeune femme lui retira cette velléité. Elle était la première représentante de sa race qu'il rencontrait et si sa discussion avec Alec avait permis à Mao d'abandonner ses envies de vengeances, un échange avec une Hybrid lui permettrait peut-être d'y voir plus clair...

Le jeune homme raconta donc sa vie pour la seconde fois. Depuis le début, sans rien omettre. Sans pudeur aucune il raconta ce qu'avait été son quotidien dans la demeure du Compte. De même, lorsqu'il en vint au jour de sa libération, il ne cachât pas la façon dont il s'était échappé, en déchirant de ses crocs la gorge de celui qui avait été son maître. Mais son récit cette fois-ci ne portait plus trace de la violence et de la haine qui l'avaient secouées alors qu'il le contait à Alec. Cette fois-ci, seule une profonde tristesse fit trembler sa voix en certains points de l'histoire. Et finalement le récit prit fin...

« Désolé d'avoir menti, ce n'est pas dans le No Man's Land que quoi que ce soit c'est passé... J'y ai seulement rencontré une IA qu'aujourd'hui j'estime beaucoup... »
A présent silencieux, Mao n'attendait plus que la réponse de la renarde...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Dim 20 Avr - 18:12

Mao pris un air plus sombre quand Kitsune lui demanda de lui raconter ce qui s'était déroulé dans le No man's Land. A sa triste mine, elle comprit qu'il n'avait pas dû beaucoup s'y amuser. Kitsune fit un sourire en coin un peu gêné. Il n'était pas rare de rencontrer des personnes au passé tragique par ces chemins, tout le monde avait en lui une profonde cicatrice infligée par la dureté d'Origin's. Mao n'était en rien obligé à lui répondre, mais le jeune chat s'y résolut sagement, et raconta sa vie dans les moindre détails à Kitsune, qui s'était assise en tailleur, et l'écoutait aussi attentivement que possible. Humblement, le jeune Hybrid lui conta comment il s'était retrouvé réduit en esclavage par un vieil Ünik, comte tyrannique assoiffé de pouvoir, comment il s'était lié d'amitié avec une petite I.A qui comme lui ne portait qu'un numéro en guise de nom et qui était devenue sa seule famille, et comment il s'en était pris au Comte lorsque leur tentative d'évasion échoua. Mao s'était donc de nouveau retrouvé seul. * Je comprends mieux qu'il se sente un peu perdu, et qu'il n'ait aucune idée de qui sont ses semblables... * se dit Kitsune, qui perdait son regard sur le visage sombre de Mao. Quel âge pouvait-il bien avoir ? Il semblait être aussi âgé qu'elle, mais son côté timide et sa fragilité sensible faisaient dire à Kitsune qu'il était comme un jeune chaton effarouché. Que deviendra-t-il une fois qu'il aura rencontré les autres Hyrbrids ? Kitsune se dit qu'un contact avec les membres de leur race lui serait très bénéfique, mais elle redoutait qu'on ne cherche à l'endoctriner. Mao était quelqu'un de très gentil, c'était clair comme de l'eau de roche. Elle imaginait fort bien toute la haine et la rancœur qu'il avait dû nourrir envers les Üniks durant toutes ces années. Ces sentiments collent à la gorge et à l'estomac comme un virus congénital, pour n'en plus bouger et pourrir lentement. Le porteur de cette maladie maudite était destiné à errer dans les limbes de la guerre, sans même y trouver du réconfort, et pour toujours plus s'enfoncer dans une mélasse de sentiments amers avant de mourir.
Quand elle croisa de nouveau du regard les grands yeux verts de Mao, Kitsune sentit son cœur se serrer. Ces grands yeux clairs et purs, elle n'avait aucune envie de les voir se teinter à jamais de haine. Ce serait la chose la plus triste qui puisse lui arriver. Mais comment retrouver la lumière quand on a perdu tout espoir en ce monde ? La renarde pencha la tête sur le côté, et adressa un gentil sourire à Mao.

« Je vois... » lui dit-elle, chaleureusement. Son histoire était bouleversante. Kitsune sentait une boule d'émotion lui comprimer les entrailles. Encore un Hybrid qui s'était fait martyriser pour rien. Le tourbillon de haine n'était pas près de s'arrêter de tourner. Les siens en entendant l'histoire de Mao y trouveraient une franche aubaine de lancer un nouvel assaut sur des escadrons Üniks, voire même sur Anathorey ou Nordkia. Les Üniks répliqueraient aussitôt. Et ainsi de suite... et rien ne s'arrêterait jamais. Cela durait depuis tellement longtemps qu'on ne savait même plus qui avait commencé cette guerre. Mais si on leur posait la question, chaque camp accuserait l'autre, et on ne serait pas plus avancé. * Cette vie doit leur convenir à tous... * se dit Kitsune, avec tristesse. Cependant, Kitsune sentait en elle brûler un feu, un tout petit feu qui lui réchauffait le cœur et qui lui disait de ne pas perdre espoir. Elle se redressa, et sourit de nouveau à Mao. « Je n'ai pas vécu les mêmes choses que toi, mais je pense pouvoir te comprendre. Quand j'étais petite, mon village a été complètement détruit par des Chevaliers. Ils n'ont rien laissé derrière eux. Mes parents, notre communauté, la forêt... tout fut anéanti par leurs armes redoutables que l'on appelle ''Dzêtas''. J'ai ensuite rencontré mon maître, qui m'a appris à maîtriser mes pouvoirs, puis il s'est subitement volatilisé sans laisser de traces. Cela fait dix ans que, tout comme toi, je me débrouille par mes propres moyens pour vivre ».

Kitsune se mit à quatre pattes, et attrapa deux petites fleurs blanches. Elle coupa la tige de l'une d'elle, pour ficher dans la corolle la tige de l'autre. Elle avait fabriquer de superbes petits haltères cent pour cent naturels. Elle prit la main de Mao, et y déposa son œuvre pour la lui offrir. « Mais tu sais Mao, je suis certaine que tout n'est pas perdu pour nous. Et je suis tout autant certaine que les Üniks ne sont pas si mauvais qu'on veut bien nous le faire croire. ». Kitsune mesurait l'impact que pouvaient avoir ces mots sur Mao. Elle redoublait toutefois de douceur, et parlait posément pour ne pas l'offenser. « Je suis sûre que si les Hybrids et les Üniks se comprenaient, le monde serait meilleur ! » Kitsune se demanda quelle serait la réaction de Mao. Elle voulait en tout cas voir ce que son message d'espoir lui ferait. Serait-il intrigué, ou bien en colère ? Ou peut-être qu'il se moquerait d'elle. Dans tous les cas, Kitsune se concentrerait toujours pour sentir brûler au fond de son ventre ce toute petit feu rassurant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Dim 20 Avr - 19:05

Si les yeux étaient le miroir de l'âme, en ce moment d'attente ceux de Mao ne devaient refléter qu'une profonde sérénité. Raconter à nouveau son histoire lui avais permis de finalement comprendre qu'il s'était détaché de ce passé. Devant lui l'avenir s'étendait, brillant et plein de promesses. Il ne pouvait que louer les rencontres que le destin avait placé sur son chemin. S'il n'avait pas fait connaissance d'Alec si tôt libéré, aurait-il pu comprendre que le sang ne devait pas forcément engendrer le sang ? Aurait-il pu laisser la vengeance de côté ? Et si parmi les membre de sa race Kitsune n'avait pas été la première à le croiser, un autre n'aurait-il peut-être pas tout fait pour l'amener sur la voie du carnage ?
Sereins donc, ses yeux mordorés se plongeaient sans timidité dans le regard de la renarde, attendant qu'elle prenne la parole. Durant tout le récit, le demoiselle était restée silencieuse, attentive, permettant au félin de dérouler le fil de son histoire sans interruption aucune.
« Je vois... »
Le félin ne comprenait pas ce qu'elle voyait, mais ce qu'il comprenait en revanche était que la chaleur qui se dégageait d'elle était non feinte. Le hasard, le destin ou quoi que ce soit avait définitivement bien fait de la placer sur son chemin, pensa Mao, un léger sourire étirant ses lèvres.

Bientôt le jeune homme reprit néanmoins un air plus sérieux lorsque Kitsune raconta à son tour une partie de son histoire. N'y avait-il donc sur ces terres que des êtres déchirés, se demanda-t-il alors. Alec, Kitsune, lui-même, n'y avait-il personne qui n'ait vécu sa vie en paix et heureux ? Ou alors le hasard lui avait-il fait croiser la route d'êtres lui ressemblant ? … Et les Üniks étaient-ils décidément destinés à détruire ? Non, il s'était promis de ne plus y penser ! Promesse qu'il comptait bien tenir, au moins pour se montrer digne de la mémoire de N°1. Et Alec lui avait dit que certains Üniks n'étaient pas comme ça, il se devait d'y croire, de laisser derrière lui son ressentiment et sa haine.
Ses yeux s'étaient troublés un instant, mais bien vite il reprit contenance, écoutant de nouveau le récit de Kitsune avec toute son attention. Du moins il aurait continué d'écouter si elle n'avait pas finit son récit. À la place, il la suivit des yeux alors qu'elle se déplaçait à quatre pattes pour attraper des fleurs qu'elle agença de manière à ce que la tige de l'une devienne la tige de l'autre. Puis la demoiselle se saisit de la main du félin afin d'y placer sa création.
La détaillant du regard, les yeux du jeune Hybrid revinrent à Kitsune lorsque cette dernière reprit la parole. Étrangement, bien qu'ils viennent de deux être que tout opposait, les mots qu'elle lui prodigua résonnaient avec la même tonalité que ceux d'Alec quelques temps plus tôt. Ainsi donc des êtres de deux races si différentes pouvaient à ce point être similaires dans leur pensée ? Du moins était-ce ainsi que le percevait Mao, peut-être à tord, mais il se raccrochait à l'idée que cela était la vérité. Que lui resterait-il autrement, mis à part cette masse noire et bouillonnante au fond de ses entrailles, cette masse qu'il avait finalement réussi à s'écarter mais qui ne demandait pas grand chose pour revenir ?

Après un instant de réflexion, Mao se décida à prendre la parole, un sourire reprenant place sur son visage.
« Pensais-tu que tes paroles me pousseraient à la colère ? Le fond de tes paroles ressemble étrangement à celui de cet IA que j'ai rencontré dans le No Man's Land. Si je n'avais pas fait sa connaissance, peut-être alors que je ne t'aurais pas compris. Mais ne t'en fais pas, je ne compte pas courir après la vengeance. À présent je ne tiens qu'à découvrir tout ce dont j'ai été autrefois privé. Je ne sais pas si Üniks et Hybrids parviendront un jour à se comprendre, comme tu semble le souhaiter, mais si les massacres animant les deux camps pouvaient cesser, un grand pas aurait déjà été fait. »
Reportant son attention sur le montage de fleurs que lui avait offert Kitsune, Mao l'éleva devant ses yeux avant de le faire tourner entre ses doigts.
« Je ne sais pas non plus si un jour je serais capable de totalement leur pardonner et d'aller vers eux en tendant la main de la paix, mais je ne compte pas non plus sombrer dans la vengeance... »
De nouveau, les yeux du félin se fichèrent dans ceux de la renarde.
« Mais dis-moi, Kitsune, qu'est-ce qui te fais penser qu'un jour Hybrids et Üniks pourront avancer main dans la main ? D'où te vient cette conviction ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Lun 21 Avr - 14:54

Mao déclara ne pas vouloir courir après la vengeance. Kitsune se demanda comment il avait pu deviner que c'était cela qui l'inquiétait. Quoiqu'il en soit, c'était une bonne nouvelle. Mais Kitsune était bien loin d'être convaincue par ce qu'il venait de dire. « Mao, si tu te retrouvais face à un Ünik qui torturait sous tes yeux un enfant Hybrid, que ferais-tu ? ». C'était un test, qu'elle lui lançait avec beaucoup de malice. Elle n'avait que trop entendu des personnes, toutes races confondues, qui déclaraient être prêtes à s'aimer les uns les autres, mais qui en réalité attendaient la première occasion pour laisser se déverser leur haine, et toute la rancœur qui s'était accumulée en eux pendant des années de souffrance. Kitsune nota que Mao n'était pas prêt à pardonner les Üniks pour ce qu'ils lui avaient fait. La Renarde baissa les yeux sur la mousse où elle était assise. Le discours de son compagnon résonnait d'une drôle de façon à ses oreilles. Quelque chose clochait, comme s'il avait en lui des sentiments très sombres qui ne demandaient qu'à refaire surface d'une seconde à l'autre. Mais peut-être que ce n'était là qu'une mauvaise perception de la part de Kitsune.

« Pourtant, si l'on veut que les Üniks et les Hybrids avancent ensemble, il faut pardonner » déclara Kitsune, une fois que Mao eut fini de parler. « Si on ne fait qu'aller de l'avant sans pardonner, soit on va se détourner les uns des autres et chacun vivra dans son coin, soit les guerres recommenceront au premier faux pas d'un des deux ''camps'' ». Kitsune s'approcha de Mao, et leva son index, comme pour indiquer qu'elle allait dire quelque chose d'important. Elle le regardait droit dans les yeux, et était plus déterminée que jamais. « C'est normal que tu veuilles rencontrer les Hybrids. Mais ne les laisse pas te faire croire à n'importe quoi. Les Anciens ont tous le même discours : les malheurs de ce monde ont été causés par les Üniks. Mais combien d'entre eux te raconteront que nos prédécesseurs se sont amusé à chasser et à torturer des civils Üniks qui n'avaient rien fait, et qui te dira que tous ces reproches que l'on fait aux Üniks ne sont fondés sur aucune preuve réelle ? ».

Kitsune se rassit en tailleur, et se gratta la nuque d'un air très réfléchi. « Aucun camp n'a jamais montrer patte blanche face à l'autre en fait ! Mais ce que j'essaye de te dire c'est... ». La jeune femme se tut un instant, pour choisir ses mots. Elle sentait qu'elle commençait à avoir chaud. Comme quoi, réfléchir, ce n'était pas trop son truc. « C'est qu'il faut que l'on s'ouvre aux Üniks pour faire changer la situation. Ce n'est pas en écoutant seulement nos chefs Chamans que l'on pourra se faire une opinion de ''nos ennemis''. ». Kitsune se leva d'un bond, et plaça ses mains sur ses hanches : « Il faut se rendre sur Urban City, dans Anathorey par exemple, pour connaître les Üniks ! ». Elle se sentait toute excitée à l'idée de découvrir quel genre de personne se cachait derrière ceux que l'on décrivait comme des monstres sans âme. C'était tout bonnement impossible. Ce n'est pas parce qu'un groupe Ünik commet un crime à un moment donné que tous ses semblables sont à son image !

Kitsune fit quelques pas dans la clairière. Il faisait vraiment très beau en ce jour ! Cela lui donnait la forme, et elle serait bien rester ici pendant des années. Elle se mit alors à réfléchir à la question que Mao lui avait posé. D'où lui venait donc cette conviction intime, de ce qu'un jour Üniks et Hybrids seraient amis ? Elle se tourna vers Mao, et se pencha légèrement en avant : « Eh bien... j'ai très envie d'y croire ! » lâcha-t-elle, avant de rire doucement. Elle n'avait aucun indice, aucune preuve, aucune once d'espoir visible de ce qu'un jour son souhait avait des chances de se réaliser. Et pourtant Kitsune n'en démordait pas. « Je suis certaine que l'on pourra un jour s'entendre. Nous souffrons tous de nos conflits, et la haine est épuisante. Si l'on parvient à rassembler des gens qui croient en l'avenir, je suis sûre que l'on parviendra à rendre au monde une face plus belle ! Il suffit d'y croire et de se bouger les fesses comme il faut ! ». Kitsune avait conscience que rien n'était gagné, et qu'elle se retrouverait dans sa quête bien souvent face à des situations qui la mettrait très en colère. Mais elle saurait puiser la force en elle, qui l'empêcherait de répliquer à ces viles provocations. Elle saurait trouver des gens qui comme elle, croiront en un futur meilleur, et qui l'aideront à mener à la paix. C'était là son souhait le plus cher !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Lun 21 Avr - 17:40

Mao constata que Kitsune doutait de ses paroles lorsqu'elle lui demanda ce qu'il ferait en voyant un Ünik torturant un enfant Hybrid.
« Je le tuerais. » répondit-il à cette question, sans la moindre trace d'hésitation, une flamme froide dansant dans ses yeux.
« Je le tuerais comme je tuerais un Hybrid torturant un enfant. »
Ce n'était pas parce qu'il ne courait pas après la vengeance qu'il laisserait n'importe qui faire ce qu'il lui chantait et personne ne lui ayant appris le bien du mal, la mort paraissait une juste punition pour un être délivrant le mal sans aucune raison. Après tout la nature tournait ainsi. Pour protéger leur progénitures, les animaux n'hésitaient pas à réduire l'assaillant en charpie, c'était ainsi que s'articulait le cours normal des choses. Et le fait que le coupable fasse partie ou non de sa race n'entrait pas en ligne de compte.

Quand au pardon, peut-être que le temps lui permettrait de poser un regard différent sur les Üniks. Mais pour le moment, ces souvenirs étaient encore trop frais pour qu'il ne puisse réellement se dire que les Üniks n'étaient peut-être pas si mauvais. Mao ne voulait pas se voiler la face, il existe une nette différence entre dire que l'on pardonne et réussir à réellement pardonner.
Néanmoins le jeune félin écouta tout ce que la renarde avait à dire en tentant de laisser de côté ses préjugés forgés par la souffrance. Ce que disait Kitsune avait un fondement réel. Chacun des camps se retranchait bel et bien de son côté, du moins était-ce ce que Mao avait pu comprendre depuis qu'il s'était échappé. On ne pouvait donc pas espérer une réelle paix si chacun restait dans son coin à maudire l'adversaire. Mais encore une fois, était-il réellement possible de se comprendre entre mentalités aussi opposées ? Que Qantiks et Hybrids y parviennent, pourquoi pas, les quelques robots ayant échappés à l'emprise cruelle de leurs ancien propriétaires portaient des blessures similaires à nombre d'Hybids, mais les Üniks ? Mao en avait croisé bon nombre dans le château du compte et chacun était un être boursouflé par un ego sur dimensionné. Peut-être le jeune félin n'avait-il pas rencontré les bonnes personnes alors et cela, Mao était prêt à le mettre en doute, mais il ne pouvait croire aveuglément en une potentielle bonté de leur part. Il faudrait que ce peuple fasse ses preuves pour qu'enfin Mao puisse les pardonner.

Quoi qu'il en soit, à ses oreilles, le discours de Kitsune était touchant de naïveté. Non pas qu'il se moque d'elle, mais l'excitation qu'il percevait dans ses mots lorsqu'elle parlait d'aller rencontrer les Üniks à Anathorey détonait avec les souvenirs qu'il en avait. Néanmoins il la laissa aller au bout de ses paroles, se gardant d'intervenir avant qu'elle n'eût exprimé le fond de sa pensée. Son dynamisme était rafraîchissant aux yeux du félin et ses paroles ressemblaient à un doux rêve que l'on ne peut qu'espérer, se délitant au moindre contact. Mais, et peut-être était-ce du pessimisme, Mao ne pensait pas que cela puisse se réaliser. Les conflits étaient ancrés dans les relations entre ces deux races au tout opposaient...
« Anathorey... » murmura Mao une fois que la demoiselle eut terminé. Caressant machinalement l'acier enserrant ses poignets, le jeune homme se mit à parler. « J'en viens, Kitsune, et cette ville n'est pas à la hauteur de tes espérances... » Dans ses yeux brillait la nostalgie d'un temps passé au près de N°1, ça allié à la profonde tristesse qui avait baigné ces jours. « Comment te faire comprendre tout ce que j'y ai vu d'égoïsme ? Même entre eux les Üniks s'ignorent, ne montrant patte blanche que pour brandir un poignard de l'autre... Des sourires cachant des complots, la joie de voir son opposant politique tomber, de voir un peu plus d'or emplir les poches débordantes, de se prélasser dans une luxure abjecte... » Plus Mao parlait et plus la colère qu'il pensait avoir refoulée montait en lui, écho de cette colère qui l'avait animé chaque fois qu'il était témoin de ce genre d'affaires. « La suffisance qui éclaire les regards à la vue de ceux qui leurs sont inférieurs... Mais inférieurs à quoi ? Inférieurs pourquoi ? Parce que leur naissance leur à permis de reprendre les rennes d'une puissante famille. Complaisance, arrogance... » Le ton se calma soudain, laissant de nouveau place à une touche de tristesse. «  Il n'y a rien qui vaille la peine d'être vu à Anathorey, Kitsune... Rien. »
Une pause, permettant au jeune homme de se laisser basculer en arrière. Allongé dans la mousse, il reprend alors. « C'est un rêve magnifique et porteur d'espoir qui t'anime, mais j'ai peur que ce rêve ne se brise au contact des Üniks... » La voix n'est plus qu'un murmure. Puis il continue, de façon plus audible, les yeux rivés sur le ciel azuré que l'on peut observer au travers des ramures émeraudes. « Je n'ai pas la prétention de dire que les Hybrids sont parfaits, je ne les connais pas. Peut-être que, comme tu le dis, ils ont beaucoup à se reprocher. Peut-être ne me sentirais-je pas cher moi en leur sein. Mais quoi qu'il en soit, tu peux être rassurée, je ne les laisserai pas orienter ma pensée. Je ne suis pas sorti d'une cage pour entrer dans une autre... Mais je n'ai pas non plus la prétention d'être parfait. » Toujours observant le ciel, il attrapa la main de Kitsune dans une étreinte chaleureuse. « Mais j'espère de tout cœur que ce rêve se réalisera, le monde ne perdrait rien à être en paix... » conclut-il, lâchant sa prise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Lun 21 Avr - 18:32

* Ça, c'est envoyé ! * pensa Kitsune, lorsque Mao déclara qu'il tuerais quiconque torturerait un enfant sous ses yeux. C'était là un châtiment très dur que ferait tomber Mao sur l'auteur de ces infamies. Kitsune quant à elle se serait contentée de lui casser la figure suffisamment bien pour qu'il ne puisse plus jamais parler ! Mais il était amusant de voir les différences d'opinion qui les séparait Mao et elle. En tout cas, elle prenait beaucoup de plaisir à converser avec lui, pour l'instant en tout cas.
Quand Mao commença à prendre un air plus sombre que jamais, Kitsune se douta de ce qui allait suivre. Et elle avait flairé juste : il lui démontra par tous les moyens possibles que son rêve ne se réaliserait pas. Qu'il ne se réaliserait sans doute jamais. Et pourquoi cela ? Car il avait vu, de ses yeux vu, les personnes vivant à Anathorey. Visiblement, les rumeurs qui couraient sur les Üniks étaient fondées. Mao lui assura qu'ils étaient fainéants, avides de pouvoir et avares, lubriques, complaisants. * Quel charmant portait ! * se dit la renarde, amusée par le fatalisme des remarques de Mao. Mais il devait savoir bien plus qu'elle sur la question, puisqu'il avait vécu dans Anathorey même. Le jeune chat conclut par la chose suivante : il ne se vengerai pas des Üniks, mais ne se laisserait pas endoctriné par les Hybrids. En outre, il ignorait s'il se sentirait chez lui ou non parmi ses semblables. Il ne voulait en tout cas pas de nouveau se retrouver enfermé dans un cadre fabriqué de toute pièce, dont il serait un énième rouage.

Mais tout le long de son discours, Kitsune ne put se défaire d'un sourire malicieux, qui s'accentua une fois qu'il eut terminé. « Vraiment ? » lui demanda-t-elle le plus naturellement du monde. Cela pouvait sonner comme une provocation, mais il n'en était rien : Kitsune cherchait simplement à démontrer qu'elle était d'autant plus curieuse de connaître le monde des Üniks après avoir entendu toutes ces folles informations. « C'est bizarre, Mao... Tout à l'heure, tu disais ne pas être en colère, alors que tout ce que j'arrive réellement à voir dans tout ce que tu dis, c'est que tu es encore gravement meurtri... Et si tel est le cas, si tu es encore fâché, pourquoi nous as-tu cru, moi ainsi que ton ami I.A, quand nous t'avons dit que tous les Üniks n'étaient pas comme ça ? » dit Kitsune d'un ton conciliant. Elle ne blâmait pas Mao (on ne se débarrasse pas de son passé ainsi !), elle tenait simplement de le comprendre. Il disait une chose, mais laissait paraître le contraire. Pour l'heure, peut-être qu'il se cherchait lui-même encore un peu. Kitsune n'avait pas l'intention de philosopher là-dessus (c'était un coup à aller se coucher avec un mal de crâne fracassant !). Elle fit quelques pas dans la clairière, et demeura silencieuse pendant un moment.

« Donc si j'ai bien compris, les Üniks sont donc paresseux, lubriques, et cupides... Admettons que cela soit vrai, général, et définitif. » dit-elle, pensive, comme désabusée. En un éclair cependant, elle se tourna face à Mao et lui lança : « Et c'est une bonne raison pour baisser les bras peut-être ? ». Elle sentit alors encore plus d'excitation monter en elle. « C'est donc un grand défi qui se dresse juste devant nous ! C'est génial ! J'ai vraiment hâte d'y être ! Je devrais peut-être un peu m'entraîner avant, au cas où on ait besoin de se battre sur la route, mais qu'importe j'ai de plus en plus envie d'aller à Anathorey ! Et à Nordkia aussi !! ». Kitsune levait les bras ce disant, et affichait un air de joie semblable à celui d'un marin prêt à faire le tour du monde. Mais elle se calma, et pris un air qui se fit plus triste.
« J'ai vu mourir tout ce qui m'était cher du jour au lendemain. Mes parents se sont fait massacrer par des Chevaliers, mon village a brûlé, la forêt qui nous protégeait a été totalement décimée... Tout ce dont je me souvient vraiment bien, c'est de ces odeurs de cendres et de chair brûlée quand je suis partie de ce champ de bataille. J'y ai vu tellement de sang couler que, maintenant, j'ai les yeux tout rouges. » raconta Kitsune, d'une voix un peu étranglée. Quand elle y repensait, elle était vraiment très triste. « Après, quand j'ai pu retrouvé d'autres villages Hybrids, je ne faisais que des bêtises pour qu'on s'intéresse à moi. J'étais insupportable, je t'assure ! Mon maître m'avait souvent réprimandée ! » Elle mima une frappe sur son propre crâne, pour montrer à Mao quel genre de punition on lui infligeait alors.

« Mais ma plus grosse et véritable bêtise, Mao, ç'aurait été de ne plus croire en rien après ces événements ! ». Kitsune retrouva son sourire, et tâcha de s'expliquer le plus clairement du monde. « Tout n'est pas sombre, tout n'est pas que malheur, et il y aura toujours quelqu'un qui sera là pour panser tes plaies ! » La renarde poussa un soupire. « J'ai préféré croire en l'avenir, et croire en ce que nous tous, pauvres Hybrids, pouvons faire pour que le monde change. Oui, je veux croire en nous, fils des Ohms, et je n'en démordrai pas ! C'est aussi un enseignement de mon Maître Yuppa, dont je n'ai jamais su de quelle race il était ! ».

Kitsune s'approcha de Mao à toute vitesse, et lui souffla gentiment une fois qu'elle fut face à lui, comme si elle lui confiait un secret : « Et toi, tu n'as pas envie d'y croire ? Ok, c'est pas gagné, et il va nous falloir du temps. Mais tu n'as pas aussi envie de poser ta pierre dans l'évolution vers la paix ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Lun 21 Avr - 22:20

Mao ne se posait en cet instant qu'une question, une seule et unique question... Pourquoi donc Kitsune souriait-elle ainsi ? Ne comprenait-elle donc pas ce qu'il tentait de lui expliquer ? Ne comprenait-elle donc pas la nature des Üniks ? Alors pourquoi ce sourire ?! Mais la colère n'était pas une solution. Expirant à fond, les yeux toujours levés sur la voûte azurée qui les surplombais, le jeune félin laissa retomber la tension. Alec lui avait bien fait comprendre que la colère n'amenait rien de bon dans son sillage. De nouveau apaisé, Mao ne tiqua pas lorsque la jeune femme lui répondit simplement par un « vraiment ? » des plus naturels. D'aucuns auraient alors pris les armes, briguant avec véhémence que tel affront soit ravalé. Pour sa part, Mao ne réagit pas, attendant la suite. Encore une fois, sa courte rencontre avec Alec lui avait appris qu'il valait mieux écouter les gens jusqu'au bout, ça évitais de paraître stupide.
Ainsi Mao écouta, écouta Kitsune mettre le doigt sur la plus grosse incohérence du discours du félin. Pourquoi disait-il ne pas être en colère, ne pas chercher la vengeance alors même que celles-ci lui collaient à la peau, cherchant à l'entraîner dans les limbes de la violence et du carnage ?
« Parce que j'espère une voix vide de tout ça... J'en ai assez, assez de toute cette haine, de cette colère qui m'a dévorée pendant toute ma vie... » Un simple murmure devenu larme unique qui roula sur sa joue avant de se perdre dans le secret de la terre.

Kitsune était si brillante, si pleine de vie, si différente de lui. Comment pouvait-elle être à ce point optimiste ? Elle prenait cette mésentente, ces conflits comme un défi à surmonter pour atteindre la paix là où lui ne voyait qu'une règle immuable qui dictait la vie des trois races d'Origin. Où trouvait-elle la force de ces paroles ? Où peut-être la vie n'avait-elle pas encore eût la possibilité d'écraser son idéalisme ? Non, ce n'était pas ça, et les paroles qui suivirent purent l'en convaincre. Elle aussi avait tout perdu, sa vie détruite par les Üniks. Comment avait-elle pu se relever ainsi des cendres de son passé ? Où avait-elle trouvé le courage et la force de pardonner ces meurtriers ? Décidément, le félin ne comprenait pas. Et il n'était pas au bout de ses surprises.
Sa plus grosse bêtise aurait été de ne plus croire en rien après cela ? Sous la surprise, Mao se redressa sur son séant, ses yeux rivés sur Kitsune, buvant ses paroles, cherchant à comprendre ce sens qui lui échappait. Croire en l'avenir ? Quel avenir ? L'avenir se doit d'être construit par le passé, que faire quand ce passé est une terre stérile et désolée ? Néanmoins, les mots de la renarde touchaient des cordes sensibles. Sans totalement cerner ce qu'elle voulait dire, ces mots trouvaient un écho lointain en lui...

Interdit, il se figea lorsque Kitsune se rua vers lui pour s'arrêter lorsqu'elle lui fit face. Murmure, porteur de promesse d'un futur ou la paix baignerait le monde, les mots que la jeune femme portait avec elle étaient tentants, mais était-il vraiment capable de les accepter ? Y croire ? Oui, il le voulait assurément. Mais serait-il capable de faire face au Üniks sans à priori et sans haine ? Serait-il capable de tendre la main à ceux qui lui avaient tout pris et qui prenaient tant à tant d'autres ?
« Je ne suis pas aussi fort que toi, Kitsune... » lâcha-t-il en amorce. Pouvait-il lâcher les mots qui lui brûlaient la gorge ? Pouvait-il se libérer du poids qui pesait sur ses épaules, fardeau d'Atlas qu'il ne parvenait à abandonner ? « Ton maître devait être un grand homme pour parvenir à te faire pardonner leurs actes aux Üniks... L'ennemi est en moi, la haine, la violence. Le sang de mon tortionnaire baigne encore ma bouche, l'image de ses yeux suppliants appelle à plus, à leur faire payer, tous autant qu'ils sont... Serais-je capable de leur faire face un jour sans tout ça ? Je n'en sais rien, je ne sais pas si je pourrais un jour poser ma pierre dans l'évolution de cette paix que tu désires tant... » Les yeux troublés par ce maelström de sentiments contradictoires qui l'agitaient, Mao ne savait plus trop où il en était. Phare au milieu de la tourmente, ses yeux s'accrochaient à la renarde, à celle qui semblait avoir les clés de ses chaînes. Il fallait qu'il comprenne, pour réussir à se libérer définitivement. « Y croire ? J'en aurais envie. Mais comment faire alors que tout ce que je vois chez eux n'est que malice et faux-semblants ? Quand tout ce que je me demande en les croisant c'est que préparent-ils pour nous nuire ? »
Déchiré, pour la seconde fois Mao se sentait pitoyable devant quelqu'un qu'il venait juste de rencontrer. Il faudrait changer cette habitude... Mais peut-être était-ce justement cela qui lui permettrait d'avancer ? Aussi il continua de lâcher ses questions, ses mots les un après les autres.
« Dis-moi Kitsune, en quoi méritent-ils ton... notre pardon ? Après tout ce qu'ils ont fait ? Tu dis que les Hybrids ont tort de vouloir les exterminer, mais pourquoi ? Qu'y a-t-il de si bon chez eux qu'il faille les sauver, leur tendre la main ? »
L'instant était crucial, Mao se sentait sur la corde raide, prêt à tomber d'un côté où de l'autre. Quelle voie emprunterait-il ? Celle du pardon... ou du carnage ?


Dernière édition par Mao le Ven 25 Avr - 13:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END   Mer 23 Avr - 20:03

Kitsune écarquilla des grands yeux désarmés quand elle vit que Mao s'était mis à pleurer. C'était un garçon sensible, il n'y avait aucun doute là dessus. Peut-être qu'elle était aller trop loin dans la désinvolture ? Elle se sentit subitement gênée, et étouffa un rire très nerveux. Elle n'avait jamais eu l'intention de le toucher à ce point, mais elle se résolut à l'écouter jusqu'au bout pour lui apporter ensuite un maximum de soutien.
Mao était terriblement bouleversé par les maltraitances infâmes qu'il avait dû subir pendant son enfance. A présent, il avait grandement de mal à s'en détacher, pour aller de l'avant. La torture qu'il avait eu à subir à Anathorey lui avait laissé une balafre saillante sur le cœur. Il faudrait alors que Mao trouve quelqu'un de bienveillant, qui accepte de souffler doucement sur cette blessure afin de l'apaiser. Cela ne le guérirait sans doute pas de toute souffrance, et cela n'effacerait en rien son passé douloureux, mais ce simple souffle viendrait soulager chaleureusement le jeune Hybrid, et cette douce caresse serait la plus belle des rédemptions. C'est alors qu'il pourrait peut être de nouveau croire en quelque chose. En lui, en ses futurs amis, en l'avenir, ou tout simplement au fait que le lendemain il ferait beau. Ce serait là un très grand pas en avant pour lui !

Kitsune voyait que Mao était confus. Il semblait fébrile, et tremblait un peu. De sa voix étranglée, il lui raconta que l'image de son maître en train de se faire tuer par lui le hantait, et qu'il ne parviendrait sans doute jamais à l'oublier. Le chat ne comprenait pas non plus par quel miracle elle parvenait à se dire qu'il ne fallait pas tuer les Üniks. Il la voyait comme une personne forte, plus forte que lui, et semblait implorer des conseils, un éclaircissement, un espoir. Kitsune lui sourit une fois de plus, mais cette fois-ci en lui tendant un mouchoir (propre bien entendu) qu'elle venait de sortir de sa manche. « Ne pleures pas Mao, t'es plus tout seul maintenant ! ». La renarde lui confia son mouchoir. « Je ne suis pas très forte ! Sans mon maître, je serais peut être devenue une véritable idiote qui se morfond sur son passé sans cesse ! Mais heureusement, il m'a recueillie, et est devenu mon modèle. Je pense que toi aussi il faut que tu rencontres quelqu'un comme ça, qui te serve de point de repère ! ». Kitsune bascula sur le dos, les bras largement écartés sur la mousse fraîche de la clairière. « Ça peut être n'importe qui... Un ami, un petit animal, un esprit, ou une petite amie ! Si tu vas dans les villages, tu devrais faire des ravages avec ton totem, haha ! » Kitsune s'amusait d'avance, à voir toutes les minettes traîner timidement autour de Mao, un jeune sauvage tout nouveau, qu'elles ne voyaient plus nulle part ailleurs que dans leurs bras. « Avec mon maître, j'ai appris à respecter la vie. Lui, il tenait toujours à ce que je cueille les plantes avec les racines par exemple. Mais finalement, c'est pareil à tous les niveaux : on ne doit pas répondre au sang par le sang, sinon la haine appelle la haine. Et on n'en finira jamais, et il y aura bien un jour où plus personne ne pleurera, car tout le monde sera mort... » trancha Kitsune, d'un ton laconique. Pourtant, cette idée la faisait frisonner d'effroi. Quel genre de guerre pourrait durer si longtemps que ses protagonistes finiraient par s'être anéantis mutuellement ?

« Je ne veux pas tuer qui que ce soit, car je n'aimerais pas que l'on me tue, tout simplement. Ceux qui disent que la vie se résume à chasser ou être chassé ne sont que des trouillards sans cervelle. La preuve, c'est tout ce qu'ils ont trouvé de plus malin pour justifier leurs tueries ! Les gars comme ça, je leur referais la tronche bien volontiers ! » déclara-t-elle ensuite, en frappant son poing dans sa paume, avec un très large sourire aux lèvres. Une fois la gueule retournée, ils comprendraient sans doute mieux que leurs actes sont nocifs pour l'évolution. « Et que veux-tu faire payer de plus aux Üniks. Tu as pris la vie de ton tortionnaire, ça ne te suffit pas ? Tu ne penses pas qu'il est plutôt temps de souffler un peu ? » demanda Kitsune à Mao, en roulant sur le ventre pour de nouveau le regarder dans les yeux. Elle avait les cheveux dans les yeux, et se doutait de ce qu'elle était très ébouriffée. Alors qu'elle se dépêtrait de sa tignasse, elle poursuivit : « Pour te répondre, je ne sais pas du tout si les Üniks ont une nature bonne ou mauvaise. Mais je m'en fiche, c'est pas la question : je veux juste trouver parmi les Üniks quelqu'un qui acceptera de m'écouter. Ensuite, je suis certaine que l'on parviendra à s'entendre, en regardant au-delà de nos races les personnes que nous sommes ! Oui, voilà, on n'est pas qu'un Hybrid, ou un Ünik, on est avant tout un individu qui pense et agit par lui-même ! ».
Kitsune se gratta un peu la tête : « Je sais, on va me dire que cela n'arrivera jamais... ». La renarde se redressa subitement sur ses pieds, en jouant de ses abdominaux fermes. Elle plaça ses mains sur ses hanches, et afficha un air triomphal, comme si elle s'apprêtait à engloutir le monde entier : « Mais moi j'pense qu'il ne faut jamais dire jamais ! ». Elle se pencha vers Mao, et lui dit en pointant son index vers le haut : « Ne te fais pas de souci. Kitsune Shibata est là, et a envie de t'aider ! Est-ce que tu veux bien qu'on soit amis ? Comme ça, même si tu ne me joins pas dans ma quête, tu auras au moins quelqu'un à qui parler à coup sûr ! ». La jeune femme se mit à rire. Elle n'avait pas envie que Mao la suive à reculons, mais elle voulait lui montrer qu'elle saurait être un soutien pour lui. Une amie, une alliée, quelqu'un sur qui il puisse compter et après qui râler ou pleurer sans avoir à se justifier de quoi que ce soit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Les bébêtes d'Hoshizora [Pv Mao] - END

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Hoshizora, feunarde exorciste
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Hoshizora :: La Forêt Profonde
-