AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Une réparation coûteuse [PV Fleya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Qwark


RPG
Âge : 5 ans réel / 17 ans d'apparence
Groupe: I.A.
Inventaire: Une moto avec side car, une boite à outils divers, un pendentif octogonal métalique

MessageSujet: Une réparation coûteuse [PV Fleya]   Mer 15 Mar - 0:14


______________________Une réparation coûteuse______________________




********* Checking system in progress *********

Etat critique :

Jambe gauche.................81% de domage
Jambe droite ...................34% de domage
Thorax...................................29% de domage
Bras droit.............................12% de domage
Bras gauche = Intact
Tête = Intacte




Après toute cette fâcheuse mésaventure dans le Sidhe, il ne me restait que la moto et son side-car, le journal d’une personne morte dans mes bras et une quantité impressionnante de blessures à divers endroit de mon corps.
Et au bout de trois jours de conduite difficile, trois jours de plus à tenter de survivre dans se désert, je suivis les dernières indications du journal afin de rallier le QG de feu Dan et ses compagnons où j'espérais trouver de quoi me réparer. Ce QG était dans le quartier Est de la ville et c'est donc l'endroit par lequel je choisis de m'approcher des murs en partie effondrés.

Je n'oublierai jamais le jour où, pour la première fois de ma jeune vie, j’aperçus la si tristement célèbre Cité Neutre. Alors que je rattrapais la distance nous séparant, elle la géante que personne n’eut épargnée et moi un simple grain de plus venu du Sidhe, le spectacle qui s'offrait à moi me remplit d'une sensation... Désagréable, en partie semblable à celle ressentie lors de mon départ des laboratoires, quand je du abandonner Cicéro mon créateur.
Je suppose que c'est de la tristesse que je ressent...
Les murs de la Cité Neutre étaient en bien plus mauvais état que je ne l'aurai jamais imaginé. Je ralentissais pour dépasser ses immenses gardiens silencieux, tombés dans une bataille qui les dépassaient largement, en continuant mon chemin dans les ruines de cette ville qui n'en était réellement une plus que de nom.
En avançant dans la cité, je ne vis rien aux primes abords que de la saleté, la misère lisible sur les bâtiments et des rues désespérément vides. Ce ne sera que bien plus tard que je comprendrais la logique de ces lieux : le reste des habitants s’y regroupèrent en petite communauté, facilitant ainsi leur survie, mais aussi leur défense. L’électricité n’arrivant pas en quantités suffisantes pour toute la ville, certains quartiers furent abandonnés afin de concentrer les ressources aux endroits utiles.
En fait, ce n’ést pas tout à fait cela. Ce spectacle se livrant à moi de manière simple et crue m’emplis de tristesse certes…  Mais d'une "profonde" tristesse.

Je me sentais exténué et j'avais beaucoup de mal à garder une trajectoire cohérente avec la moto. Malgré ma faible vitesse, chaque mouvement se faisait plus lent, et le temps de latence impulsion/réponse plus longue. Il ne me restait certainement qu'une ou deux heures d'autonomie, la profonde blessure sur ma jambe demandant beaucoup trop d'énergie et de concentration pour la maintenir dans un état fonctionnel suffisant à me mouvoir ou passer les vitesses.
Sur le plan que j'avais en mains, je pouvais distinguer plusieurs annotations dans une langue inconnue et, en me concentrant sur la marque la plus épaisse, finis par déduire qu'il s'agissait certainement du lieu tant attendu. Avant de passer le coude du chemin dans lequel je me situais, le moteur se mit à trembloter, tousser puis caler. Je descendis alors du véhicule et commençais à le pousser sans trop d'efforts. Au bout de quelques minutes, je me retrouvais au début d'une grande place circulaire. Ma destination se trouvait dans une des ruelles situées à l'autre extrémité de celle-ci.
Petit à petit, plus je m'avançais sur cette place et plus je décelais des mouvements fugaces un peu partout dans les maisons alentour. Qui une porte s'entrebâillant lentement, qui une paire d'yeux me suivant nerveusement du regard, qui des chuchotements derrière une fenêtre aux carreaux brisés. Plus je continuais mon chemin et plus je pouvais sentir comme une partie de la place grouiller autour de cette occurrence que je représentais. Puis une fillette Qantik sortit pour récupérer une peluche en piteux état, venant certainement d'être abandonnée dans la précipitation. La maman la suivit de près et je ne pus que constater que la misère observée sur les murs et les maisons de la cité, n'avait pas épargné les habitants de la ville – en tout cas ceux du quartier dans lequel je me trouvais.
Après un certain temps à pousser l'engin, j'arrivais enfin en vue de ce qui semblait être leur repère. La porte d'entrée fermait avec un code, alors je décidais dans un premier temps de frapper à la porte. Quand je compris qu'il ne servait à rien de continuer, si ce n'est faire du bruit pour le plaisir, je me décidais à recouper toutes les données que j'avais pu glaner en compilant le journal et en moins de cinq minutes… Voilà !
Seuls trois codes ressortaient du lot et paraissaient envisageables. Je m'approchais du panneau de contrôle et me mis à taper les codes l'un après l'autre. Le deuxième fut le bon.

Après avoir fouillé les lieux à la recherche de quelqu'un, je du me rendre à l'évidence : ici seules les affaires de cinq personnes encombraient les lieux - dont celles de Dan. Comme il y avait effectivement cinq personnes qui périrent ce jour-là, alors désormais les lieux étaient certainement sans propriétaires. Je me dirigeais vers un large volet métallique que j'ouvris, dans un grincement infernal, grâce à une vieille manivelle rouillée. Puis, après avoir soigneusement rentré la moto et pris soin de la couvrir, je décidais de le laisser redescendre tranquillement.
Un peu de carburant, des outils, quelques pièces de moteur – certainement de voiture – quatre boîtes de conserve, deux trousses de soins, des couvertures et enfin des munitions diverses et variées : telles étaient toutes les possessions sur lesquelles j'avais réussi à faire main basse en une dizaine de minutes. Je rangeais alors le tout dans une armoire métallique du garage et sortis.
Tout en m'éloignant de la porte après avoir retapé le code, je décidais de partir en quête d'une personne capable de me réparer, il me restais environ une heure pour cela et je devais faire vite ! Je choisis de revenir vers la place et de demander mon chemin à quelqu'un. Je ne m'étais juste pas encore rendu compte que l'on me suivait depuis que j'étais ressorti de chez Dan...


Précisions^^:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Une réparation coûteuse [PV Fleya]   Mer 15 Mar - 11:33

Depuis qu'elle s'était battue pour cette cité, et qu'elle en avait constaté la grande misère, Fleya n'avait cessé les aller-et-retour dans la Cité Neutre. Elle offrait son aide à quiconque le demandait ou l'acceptait tout simplement. Que ce soit pour réparer des bâtiments, dispenser des soins ici et là, améliorer les infrastructures pour les rendre moins insalubres, elle ne chômait pas. Elle n'avait pourtant pas de connaissances ou de maîtrises en particulier dans ces domaines là. A vrai dire, sa base de donnée avait été conçue pour lui permettre essentiellement d'infiltrer et de saboter efficacement les infrastructures et autres machineries. Mais l'avantage de ces informations, c'étaient qu'elles lui donnaient par la même occasion l'explication de leur fonctionnement et de leur construction. Sans être une professionnelle, elle pouvait au moins faire en sorte que les choses tiennent et fonctionnent tout le temps qu'il faudra avant qu'une personne plus compétente ne puisse intervenir. Sa force physique et sa vitesse étaient des atouts majeurs, et son implication dans la défense de la Cité Neutre lui avait offert une bonne réputation auprès des autochtones. Si au début nombreux avaient douté de sa nature Qantik, ses exploits, ses capacités physiques et surtout sa dévotion avaient fini par convaincre même les plus sceptiques. Car Fleya œuvrait également pour développer l'unité de ceux qui étaient les siens.

L'entraide était déjà bien instauré dans les quartiers principaux où elle avait commencé à s'activer pour la Cité Neutre. Une bonne dynamique étant déjà présente, et après avoir fait avancer les choses sur places, on lui avait rapidement parlé d'Ishval. Un endroit laissé pour compte où les plus faibles s'entassaient en luttant encore plus durement pour survivre. Il n'en avait pas fallu plus pour que la jeune I.A. s'y rende. Au début elle avait inspiré curiosité et peur panique. Elle avait l'air d'une Ünik dans sa petite robe bleue, et bien qu'elle ne semblait pas méchante, on se méfiait de l'inconnu ici. Mais Fleya était aussi têtue que déterminée. Elle avait commencé à apporter son aide aux familles présentes. Leur dénichant des vivres, restaurant les maigres défenses de la zone le temps qu'elle puisse trouver de quoi les améliorer. Actuellement elle s'était mis en tête de faciliter l'accès à l'eau pour les habitants. Elle avait vu les installations des autres quartiers, elle travaillait donc à les reproduire et les adapter à l'environnement présent. Les constructions étaient longues, la recherche de matériel pour pouvoir les réaliser occupant les trois quart du temps de Fleya. Elle était devenue très douée à l'exercice de recherche de matière première dans les débris et les décombres de la Cité Neutre. Le plus délicat était de trouver de quoi faire des liants, cordes, enduits, ciment, colle.... Mais les habitants qui le pouvaient venaient l'aider dans son entreprise. Et bien que doucement, les travaux avançaient, au gré des visites de la petite Qantik. Les résidents avait fini par l'adopter eux aussi, se laissant toucher par sa candeur et sa bienveillance manifeste. Elle leur semblait un peu naïve, mais encore plus gentille. Ce jour là elle rentrait d'une récolte de matériaux avec deux autres femmes du coin.


Tu ne devrais pas porter ta petite robe bleue quand tu viens ici nous aider Fleya.... A chaque fois tu la taches, et ton tablier est bien plus gris que blanc à présent. Ton "maître" va finir par se fâcher....

Si jamais il te fait du mal, tu nous le dis hein ?! Nos portes te seront toujours ouvertes.

Hi hi ne vous en faîtes pas ! Maître Luka traite très bien Fleya, et je crois qu'il est fier de ce que Fleya fait ici. Il ne m'a jamais grondé parce que je venais, et même si mes robes sont toutes sales après, il me dit que "j'ai l'air d'avoir bien travaillé". Fleya est contente quand Maître Luka pense ça.

"Je suis contente quand il pense ça". Ha ha ! Ta façon de parler est toujours aussi bizarre !

Arrête de l’embêter ! Elle a fait de gros progrès déjà.

Vraiment ? Fleya parle mieux ? Je suis contente !

Hé hé, il y a du mieux, mais il faudra encore du temps avant que le "je" ne s'installe définitivement. Fleya faire gros efforts, Fleya continuer !

C'est fini oui ?! Sale chipie !

Ha ha ha !

Mais les chamailleries innocentes cessèrent à l'approche d'Ishval. L'ambiance était tendue et alors que les trois femmes rentraient, un enfant pré-ado se précipita à leur rencontre.

Fleya ! Maman ! Vite !

Mais qu'est-ce qu'il y a Hishem ?!

Il y a un étranger qui est venu ! Personne le connait et....


Et quoi ?!

Il est pas en bel état, mais surtout il est rentré chez Dan.... Il a tapé son code..... Et Dan n'est pas avec lui.... Il....

Dan n'aurait jamais donné son code à un étranger que personne ne connaît....

Vous croyez que.... Qu'il aurait tué Dan et les autres ?

Ils ne sont toujours pas revenus ! Ça fait des jours ! Fleya ! Tu dois nous aider, il nous veut peut-être encore du mal !

Fleya ne le laissera pas faire !

La jeune I.A. posa tout son fardeau au sol et dégaina de son dos son Hobby Horse, sa masse singulière sous les traits d'un jouet..... En acier lourd et trempé..... Les bandits et les malfrats étaient légions dans la région, et ce n'était pas la première fois que la jeune demoiselle leur flanquait une correction de tous les diables. Des défaites cuisantes et humiliantes qui avaient surtout pour but d'être dissuasives. Jusqu'ici cela marchait plutôt bien, sans que toutefois le problème soit solutionné. Mais la Qantik n'était frileuse, s'il fallait appliquer un rappel, elle ne se gênerait pas pour le faire.

Les gars essayent de le coincer mais on ne sait pas à quel point il peut être dangereux ni même s'il est armé.

Fleya s'en charge ! Dis moi où il se trouve et restez à l'abri !

Alors qu'on lui donnait les indications, un peu plus loin, quelques hommes s'étaient réunis pour observer l'inconnu qui avait pénétré ces lieux. Ils avaient attendu qu'ils ressortes, des armes de fortunes en main, composées essentiellement de barre à mine, morceaux de métal ou de bois, et tout ce qui avait pu leur passer sous la main. Ils étaient trois, et bien qu'ils s'étaient mis en travers de la route de ce mystérieux personnage, il n'était pas très dégourdis. Tendus et effrayés, mais ils ne pouvaient pas se permettre de le montrer. Ils devaient être les dominants, ceux qui faisaient peur.

HE ! Toi l'étran-SBLAM- !

Le chef improvisé venait de se prendre les pieds dans un nid de poule.... Se viandant magistralement au sol et faisant tomber son camarade le plus proche dans la foulée. Le troisième encore debout se dépêcha d'aller voir si tout allait bien pour ses compères, l'un s'étant retrouvé sur l'autre. C'est à ce moment là que Fleya arriva, au pas de course, masse en main, et qu'elle vit le spectacle de deux hommes à terre, le troisième essayant de les relever.... Face à un inconnu déjà bien amoché.

Pete ! Ellioth !

Sans chercher à comprendre davantage, et craignant le danger pour ceux qu'elle protégeait, Fleya bondit pour s'interposer entre les trois habitants et l'inconnu. Elle brandit sa masse, et dans un ample mouvement circulaire, elle vint l'abattre violemment en sol, juste devant les pieds de l'étranger. Sous le choc lourd et brutal, le sol autour de l'impacte trembla, la poussière se soulevant, et la terre séchée se fracturant. Ce n'était pas une attaque, mais un coup semonce, destiné à effrayer et surtout faire reculer ce qu'elle croyait être un attaquant. Fermement positionné sur ses appuis, elle fixait droit dans les yeux l'homme qu'elle venait de défier. A l'intérieur, ses processeurs étaient déjà en ébullition.

"Initialisation du protocole de Cromwell.... Mise en attente manuelle. En attente d'instruction....."


Déclinez votre identité. Comment avez-vous obtenu le code de Dan ? Où est-il ? Qu'êtes-vous venu chercher ici ?

L'interrogatoire commençait, et Fleya espérait pouvoir obtenir des informations pour pouvoir secourir Dan et les autres disparus. Les trois hommes finirent par se relever et se mettre un peu en retrait. Même si leur fierté en prenait un coup, ils n'étaient pas forcément doués dans ce genre de situation. Toutefois ils se tenaient prêts à aider Fleya si cela tournait mal.

Pete ? Ellioth ?

Ça va, ça va, rien de cassé.


Fleya n'avait pas quitté l'inconnu des yeux mais ce n’était pas pour autant qu'elle ne s'inquiétait pas des autres. Rassurée, elle pouvait à présent se concentrer pleinement sur sa cible.


Dernière édition par Fleya le Jeu 16 Mar - 14:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qwark


RPG
Âge : 5 ans réel / 17 ans d'apparence
Groupe: I.A.
Inventaire: Une moto avec side car, une boite à outils divers, un pendentif octogonal métalique

MessageSujet: Re: Une réparation coûteuse [PV Fleya]   Jeu 16 Mar - 12:55



Après être ressortis de chez Dan, d'une démarche boitillante et saccadée, je me dirigeais vers la partie un peu plus animée de ce quartier. Cette lourde blessure sur la jambe m'empêchait de me mouvoir rapidement, et à cet instant, je ne m'attendais simplement pas à ce que j'allais voir : trois individus du cru me barraient le passage avec ce qui semblait être des outils, ou des détritus, je ne sais pas vraiment. Les trois hommes devenaient nerveux, hésitant, et je pouvais observer chez eux un comportement plutôt... Suspicieux émanant de leurs personnes.

*** Threat : Initial Diagnosis ***
................ . . . . .  .  .  .  .  .   .   .   .   .    .    .    .     .      .      .      .

Comportement irrationnel
Transpiration accrue
Dilatation importante des pupilles
Chuchotements :
Danger potentiel = 47 %

Je ne savais pas trop pourquoi ils se mettaient en travers de la route aussi je voulus le leur demander, mais je n'en eus pas le temps. L'un d’eux venait de trébucher sur un petit trou de la route, embarquant avec lui dans sa dégringolade son compagnon. Je fis alors un pas en avant pour venir en aide ces hommes, quand j'entendis une voix féminine sur ma droite.
« Pete ! Ellioth ! »
Je n'eus même pas le temps de tourner la tête que la personne qui en était à l'origine fut en un bond face à moi, brandissant un jouet ayant l'air d'être assez lourd. J'en eus d'ailleurs la confirmation quand je voulus pencher ma tête sur le côté, afin de voir les trois hommes, et leur demander :
« Tout va b… »
Ma phrase fut coupée net par un arc de cercle magistral de la « masse » improvisée, venant percuter le sol devant mon pied avec une force de loin supérieur à la mienne et une violence rare.

WARNING !!! WARNING !!!
Imminent threat !!

Adversaire armé et potentiellement dangereux

Son regard froid ne me rendait l'écho d'un quelconque sentiment. Ni haine, ni colère, ni amour. Juste une posture étudiée et naturelle, parfaite dans sa dangerosité. Elle est comme moi, et pourtant si différente, car pourquoi réagir de la sorte. Pour l'instant, je devais trouver une solution de replis. Elle risquait de me détruire si je restais là. Que cette Qantik agisse de son chef ou soit sous les ordres d'une autre entité, qu'elle soit de nature belliqueuse et si encline au combat, ou qu'elle soit purement territoriale et que j'ai pénétré dans une zone clairement interdite, je ne pouvais de toute façon rester ici.

Protocole de survie = Activated

Escape ?
Yes / No

*Brrrrrrt*
Alors que le haut de mon corps tentait de se mettre en mouvement, et commença à pivoter pour changer d'axe, le bas quant à lui resta fixe. Bloqué.

IMPOSIBLE……….System failure

J'eus à faire ce jour-là, et ce pour la première fois de ma vie, à une vraie panique. Jamais je n'avait agis de manière aussi incohérente. Je tournais plusieurs fois la tête et le buste dans la direction vers laquelle je voulais m'enfuir. Sans plus de résultat que lors du premier essai.
Les simulations fusaient dans ma tête et trop peu d'entre elles ne se terminaient bien pour moi.
Je devais changer de méthode, rapidement… Je repassais en revue, aussi rapidement que possible, les maximums d'information glanée au fils des ans puis, au bout de quelques secondes, je retrouvai celle-là : nous étions dans un marché électronique sur Nordkia afin de trouver certaines pièces somme toute spécifiques. Peu de temps avant, un jeune homme venait de se faire arrêter par les chevaliers pour avoir racketté quelqu'un, sans voir qu'il était surveillé. Mon créateur me dit alors :
"Qwark… Ce qui vient de se passer est plutôt fréquent suivant le lieu. Il y aura toujours des gens qui mettront volontairement la vie des autres en jeu pour un peu d'argent ou des babioles insignifiantes. Sache que dans la plupart de ces cas, tout en ce bas monde peut se négocier. Si tu te retrouves dans une situation difficile et que tu ne peux pas t'enfuir alors tentes de négocier.
- D'accord, mais que puis-je négocier ?
- Tout ou presque, les ressources les plus rares étant les meilleures. Nourriture, eau, munitions, services… Tout se négocie"


Interruption de protocole d'urgence
Initialisation de la simulation transactionnelle.

Protocole marchand = Activated

En l'espace de quelques instants, mon visage passa de sa simple version inexpressive habituelle, à une moue dubitative et un regard jaugeur. Puis, lentement, un sourire de connivence se dessina sur mon visage. La Qantik qui me faisait face profita de cet instant pour me poser une série de questions :
« Déclinez votre identité. Comment avez-vous obtenu le code de Dan ? Où est-il ? Qu'êtes-vous venu chercher ici ? »
Imitant à la perfection les expressions faciales des divers négociants, que j'ai pu observer avec attention au cours de ces dernières années, je toisai mon interlocutrice et entrepris de négocier sévèrement ma liberté ; car maintenant je savais ce qu'elle désirait. Je croisais alors les bras sur la poitrine, pris un air songeur et attendis quelques longues secondes avant de répondre – technique souvent utilisée pour faire monter les prix, ou juste instaurer une ambiance plus prompte à la négociation par les marchands. Enfin quand je supposais que le temps de réflexion devait être arrivé à son terme, tout en rapprochant légèrement mon visage et en inclinant un peu la tête, je m'exprimais alors d'une voix basse, sur un ton calme et proche de la confidence :
« Qwark. Via son journal. Dans le Sidhe. Une réparation. »
Puis je ponctuais cette négociation magistrale d'un clin d’œil appuyé comme je l'ai vu si souvent. J'avais réussi à combler parfaitement la demande de ma cliente et désormais elle ne pouvait pas refuser de m'aider ! J'étais vraiment soulagé d'avoir réussi à marchander de cette manière. Je me redressais alors puis repris mon traditionnel sourire franc et sincère de sociabilisation.
Malheureusement, le répis ne fut que de courte durée. Dans une des vitres encore intacte, d'une fenêtre situé non loin de moi, je croisais mon reflet. J'étais sale, vraiment très sale : mes mains ou mon visage n'étaient quasiment plus visible, mes cheveux étaient très certainement d'un noir de jais sous l'épaisse couche de poussière et de crasse. Mes habits de ressemblais qu'à de vulgaires lambaux à différents endroits. Un petit bruit de grésillement fut suivi d'une légère odeur de bruler flqui flota jusqu'à mes narrines. Je baissais les yeux sur ma jambe gauche puis, m'exprimant avec lassitude, la tapotai du bout des doigts:
« Ah… Ça y est, je crois qu'elle ne répond plus du tout… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Une réparation coûteuse [PV Fleya]   Jeu 16 Mar - 21:24

Immobile et silencieuse, chaque fibre de Fleya était tendue, comme un arc bandé. Elle ne savait rien de ce qui était actuellement sa cible. Il semblait avoir essayé de bouger, mais en vain. Et lorsqu'elle l'avait questionné.... Il avait réagit bizarrement. Comme s'il avait eu un temps de latence, ou qu'il songeait à quelque chose. Réfléchissait-il à une histoire, une excuse à lui inventer ? Finalement il lui répondit, de la manière la plus simple, concise et efficace qu'il soit. Jusqu'à.... ce clin d’œil. Si jusque là, sa réponse et son attitude restaient dans une logique observable, sa dernière action avait troublé Fleya qui arqua un sourcil. Lui vint alors cette angoisse, ce sentiment horrible d'être passé complètement à côté de quelque chose, qui pourrait très bien être très important. La jeune Qantik resta un instant hésitante, puis elle se recula doucement jusqu'aux trois hommes, en restant toujours de face vis-à-vis de Qwark. Une fois à la hauteur de Pete et Ellioth, elle leur chuchota.

Pourquoi est-ce qu'il m'a fait un clin d'oeil ? il a voulu me dire quelque chose ?

Quoi ? Mais on en sait rien nous, c'est la question qu'on se posait !

....Fleya ne sait pas quoi faire....

Essaye d'en savoir plus ! c'est louche son histoire là.

Une fois ses messes basses terminées, elle revint vers Qwark et enchaîna.

Comment se fait-il que vous ayez le journal de Dan ? C'est quelque chose de personnel. Il ne l'aurait pas confié comme ça....

Fleya était emplie de doutes. Elle avait appris à quel point les gens pouvaient être fourbes et méchants, qu'ils pouvaient mentir pour parvenir à leur fin. Mais.... quelque chose ne collait pas avec ce tableau ici. Pourquoi ce donnerait-on tant de mal pour les maigres ressources d'Ishval ? Les pillards du coin n'étaient pas du genre à prendre autant de risque et surtout à s'exposer ainsi au grand jour. Encore plus en étant blessé. Et justement.... Une odeur de circuit grillé vint interpellé la Qantik à ce sujet qui baissa les yeux sur la jambe du dénommé Qwark. Ce dernier vint verbaliser une évidence, sa jambe était hors service. Le cumul de ces constatations et réflexion aboutit à une conclusion inéluctable. Et Fleya lâcha à voix basse, quelque peu penaude et déconfite.

"Protocole de Cromwell abandonné."


Fleya se sent bête....

Il ne pouvait pas être une menace. A moins d'être une bombe vivante qui attende pour exploser, dans la situation actuelle, il était en position critique. Cloué là, avec sa jambe en rade. Fleya rangea sa masse chevaline, avant d'observer l'homme face à elle avec un tout autre regard. Elle affichait une petite moue bien embêtée. Ce type était bizarre, mais il semblait pourtant avoir besoin d'aide. Comme un peu tout le monde ici. Elle se tourna vers ses compagnons qui haussèrent les épaules. Elle aurait aimé qu'on lui dise quoi faire, mais il n'y avait personne pour cela. Elle réfléchit. Qu'aurait fait son Maître Luka ? Si c'était lui qui aurait trouvé un Qantik un peu bizarre, blessé et visiblement désœuvré ? En se posant cette question, un souvenir la frappa.... C'était elle. Son cher Maître avait déjà vécu cette situation. Le jour où il l'avait trouvé. Errant blessée comme une âme en peine, en larme après l'assassinat d'Hojo. Il s'était tout de suite montré bienveillant et attentionné. Une lueur de détermination sembla luire dans le regard de la jeune I.A. .

On va le soigner !

Ha... ha bon ?

Oui !

Mais.... ?

Il ne peut pas nous faire de mal dans son état. Et c'est un Qantik comme nous tous.

Les arguments de Fleya laissèrent les habitants dubitatifs, certains s'étant à présent rapproché de leur fenêtre pour voir ce qu'il se passait. La demoiselle artificielle enchaina alors.

Fleya ne serait pas ici aujourd'hui si personne n'était venue l'aider quand elle s'est retrouvée orpheline.... Fleya était.... J'étais si seule...

Un sentiment étrange l'envahi alors qu'elle faisait face à ce qui avait été sa propre douleur, ses propres difficultés. En regardant Qwark, c'était un peu se regarder dans un miroir qui reflétait l'image du passer. Mais ici, c'était à son tour d'aider. Les autres spectateurs gardaient le silence. Chacun savait à quel point il était dur de survivre, et ce qu'était la solitude. Finalement, Pete prit la parole.

Il y a du nécessaire à réparation chez Dan. Autant qu'il serve. Enfin.... tu sais t'en servir Fleya ?

Je ferais de mon mieux pour que ça fonctionne. Au moins temporairement. Avec un peu de chance, Fleya connaîtra le type de modèle utilisé.

Il faudrait plutôt commencer par le dépoussiérer. Je ne donne pas cher de ses circuits si du sable vient se fourrer dedans.

Je l'emmène chez Dan, quelqu'un peut venir m'aider ?

Tout en faisant, Fleya s'approcha de Qwark et.... Le souleva. Comme s'il était aussi léger d'une plume. Elle le portait comme on portait une jeune mariée, et commença à avancer.

Bon bah je suppose que c'est pas pour t'aider à le porter.... Je viens, je pourrais t'aider à le débarbouiller et peut-être à le réparer, on va bien voir. On en profitera pour entendre toute son histoire à l'intérieur.

Merci Lysette.

Le petit groupe pénétra dans l'ancienne demeure de Dan. Fleya déposa Qwark sur ce qui allait faire office de table de réparation pendant que Lysette apportait l'outillage à réparation et des morceaux de tissu pour le nettoyage. Fleya scruta la "plaie" de Qwark, lançant une analyse des composants et des matériaux utilisés pour la confection de Qwark. L'avantage des membres étaient que, même si les composants variaient d'un individu à l'autre, l'agencement lui restait souvent le même. Fleya commençait à choisir ses outils, tandis que Lysette s'attachait à dépoussiérer Qwark du mieux qu'elle pouvait. Elle attendait patiemment qu'il lui conte son histoire, comment il en était arrivé là....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qwark


RPG
Âge : 5 ans réel / 17 ans d'apparence
Groupe: I.A.
Inventaire: Une moto avec side car, une boite à outils divers, un pendentif octogonal métalique

MessageSujet: Re: Une réparation coûteuse [PV Fleya]   Mer 29 Mar - 16:35



Négociation terminée. Fin du protocole marchand.
La situation était franchement désespérée et pourtant, contre toute attente, je réussis à ne pas me faire réduire en pièces. Avoir trouvé la mécanicienne restait certes ce qu’on appelle un « coup de chance ».
Comme quoi, il serait bon que je me penche, à l'occasion, sur le facteur chance, sa multitude de possibilités et leurs répercutions...
Ceci dit, il était vraiment temps que la situation se dénoue. Quelques secondes après que ma jambe ait définitivement grillé, je n'avais plus vraiment l'énergie pour tenir la station debout. Ni pour suivre une conversation, et à peine de quoi parler. Quand la Qantik rengaina son arme, elle vint vers moi et me pris dans ses bras. Toute la petite troupe nous suivit et nous nous dirigeâmes vers la planque de Dan. Sans aucune hésitation, les deux femmes entreprirent de s’occuper de moi. L’une d’entre elles apportait des linges propres, commençait à se débarrasser de la plupart des lambeaux de mes vêtements, en laissant tout de même un morceau d’étoffe sur le bas-ventre. Quand cela fut fini, elle attaqua méticuleusement le nettoyage de mon enveloppe. La Qantik prit une minute à vérifier le matériel à sa disposition avant de se pencher sur ma jambe pour entamer les réparations.
Je n’avais actuellement pas assez de force pour parler. Mes yeux essayaient de suivre les mouvements qu’elles effectuaient et ce qui se déroulait autour de moi, mais ma bouche s’ouvrait sans que rien n’en sorte.
Je devais économiser mes dernières forces et en profiter pour lancer l’aide aux réparations.

Mise en veille forcée ?
Yes / No

Lancement du fichier de maintenance primaire.

* Lecture_vivevoix# Enregistrement_00007.tci
Bonjour, vous vous apprêtez à suivre le fichier de maintenance primaire concernant les membres inférieurs du projet Q.W.A.R.K
Je me nome Cicéro, créateur de cette merveille technologique. Si vous devez suivre ces instructions, je vous demanderai de les respecter à la lettre, pour le bien de Qwark.

Je vous détaillerais avec exactitude les composants internes de la structure, puis donnerai les indications nécessaires quant à leurs remplacements en cas de problème. N’oubliez pas qu’à tout instant, vous serez à même d’utiliser les fonctions vocales suivantes :  lecture, stop, retour arrière, avance rapide.

Bien sûr, si le sujet se voit équipé d’un matériel inadéquat, je ne pourrai garantir son bon fonctionnement sur le long terme.
Merci d’être attentif.

Première partie de la jambe :

Vérins de résistance inertiels aux chocs...



*    *    *


L’opération se déroulait calmement. Alors que les étapes à suivre s’enchainaient les unes aux autres, le corps de Qwark ressemblait de nouveau, grâce aux bons soins de Lysette, à un vrai corps Originien. À peu de choses près, bien sûr, comme le morceau de métal pendant de son autre jambe, les différents câbles branchés, et les parties de peau artificielle manquantes sur la main, le coude et l’épaule droite. Enfin, un trou conséquent au niveau du flan droit laissait s’échapper un fluide foncé en goutte-à-goutte.
Sous leurs yeux, c’était dévoilé lentement centimètre après centimètre sous une épaisse croûte de sable et de poussière, ce corps fin et élancé d’éphèbe dont on lui avait fait cadeau à la naissance. L’opération dura une douzaine d’heures, heures pendant lesquelles l’on vit ce relayer différentes personnes afin d’épauler Fleya, tant sur les moments de transformation des matériaux de seconde main, que sur les poses, les ajustements de profondeur et autres réglages complexes des mécanismes internes.
Ceci dit, il restait un problème.
En effet pour remplacer sa jambe définitivement, et ainsi être certain qu’aucune panne, aucun échauffement, ni aucun court-circuit ne survienne naturellement dans le temps, il manquait une suite de pièces précises : un « Vcyr740 P » et un « TransTZ ».
Le premier, une sorte de petit injecteur assez rare devrait être trouvable auprès d’un revendeur bien que très cher. Quant au second, c’est une sorte de pièce plutôt commune, sur certains petits modèles d’IA réparatrice, d’une génération plutôt ancienne, mais pourtant intemporelle.



*    *    *


Réactivation...

3203e Démarrage.

Je n’avais pas encore ouvert les yeux, que je sus que tout allait mieux. Certes, ma jambe ne répondait pas comme à l’accoutumée, mais au moins elle fonctionnait. Mieux encore, il ne me restait quasiment plus de gêne ni au thorax ni au bras droit. Il me faudra faire bonne impression pour mes sauveurs et les remercier à leurs justes valeurs, car, pour tout dire, sans eux je ne sais pas ce qui serait advenu. Je me lève et me dirige vers tout ce qu’il reste de mes vêtements : un tas de loques déchirées sur un coin d’établis. C’est alors que j’entendis des bruits de pas et des voix, dans mon dos vers fond de la salle, s’approcher. Sans vraiment faire attention à ce qui m’entourait, je décidais alors de les accueillir avec un sourire franc et sincère.
« Merci infiniment de m’avoir aidé. Sachez que… Tiens, se pourrait-il que ces vêtements soient pour moi ? »
Alors que je pointai du doigt les vêtements de rechange que la mécanicienne avait dans les mains, je vis la femme l’accompagnant tourner vivement la tête et regarder le mûr ouest fixement. Je reportai alors mon regard sur ce dernier, mais n’y vis absolument rien.
Je ne compris pas.
Les deux hommes quant à eux rigolèrent de bon coeur en me regardant, avais-je dit quelque chose de drôle ? Je penchais la tête sur le côté sachant que quelque chose m’avait échappé sans vraiment savoir ce que c’était, ni d’ailleurs pourquoi tout le monde me dévisageait de la sorte. Il me semblait pourtant qu’il était mal vu, par la quasi-totalité des personnes que j’ai rencontrées, de dévisager ainsi les autres - et je l’appris à mes dépens à l’époque.

Quelques minutes plus tard, une fois les vêtements récupérés et revêtus, je m’installais alors face à eux et entrepris de leur expliquer mon histoire sur ces derniers jours à renfort de fichier vocaux et du plus grand nombre de détails pertinents possibles…

Résumé:
 

« Donc voilà vous savez tout. » Je posais les yeux sur ma nouvelle cheville que je remuais machinalement, puis repris : « Pardonnez-moi de changer de sujet, mais n’avez-vous pas eu du mal à réparer ma jambe ? Je la sens anormalement lourde et lente quant à son temps de réaction. À vrai dire, je ne sais pas vraiment si je serai en mesure d’utiliser mon corps correctement en cas de problème. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Une réparation coûteuse [PV Fleya]   Jeu 30 Mar - 15:50

Bien qu'elle était fermement décidée à prendre les choses en main, Fleya n'en restait pas moins bien embêtée. La réparation n'était un domaine complètement inconnu, mais la prise d'initiative sur ce plan là n'était pas son point fort. Outils en main, elle observa très concentrée la jambe de Qwark réfléchissant sur la meilleur procédure à suivre et surtout par quoi commencé. Jusqu'à ce que le principal intéressé ne se mette en veille, en enclenchant un dispositif d'assistance à la réparation. Une véritable aubaine pour la jeune Qantik qui poussa même un soupir de soulagement. Suivre des protocoles c'était facile, et le créateur de Qwark avait eu le bon goût de lui avoir laissé un véritable petit tutoriel ! Elle n'avait plus qu'à suivre les instructions, et elle se laissa même à croire que cela allait être un jeu d'enfant. A un petit détail près.... Elle n'avait à sa disposition que des outils et matériaux de récupérations ! Et rapidement, les séances "bricolages" se firent incontournable.

-On a de la fibre connectique de 1.8 ?

Euh non....

-Bon, tu peux me donner la 0.6 alors ? Et une tige de cuivre de 4, environ quarante centimètres.

Qu'est-ce que tu vas faire ?

-Improviser une fibre de 1.8 avec tout ça.... je vais placer la tige de cuivre au milieu, comme un tuteur mais conductible, et la fibre de 0.6 autour. Dans l'absolue ça reviendra au même, mais en plus lourd, et moins raffiné.... Pendant ce temps est-ce que tu peux dénuder ces câbles là et me donner la gaine ? Elle me servira à protéger la connectique que je suis entrain de faire....

C'était une curieuse cuisine que la jeune Qantik faisait là, bidouillant et magouillant les composants manquant avec tout ce qu'elle pouvait trouver. Les "pauses" "lectures" et autres "retour arrière" ponctuaient cette curieuse scène, qui embaumait à présent la soudure. Les assistants de Fleya se relayaient, certains étaient plus biologique que artificielle et avaient donc besoin de repos et de sommeil. Fleya avait au moins l'avantage d'avoir une longue autonomie et ne souffrait pas de la fatigue sur ce genre d'activité. Les pièces étaient changées, réparées, nettoyées, les fuites colmatées ou soudée, et finalement après de longues heures de travail, cette opération de maintenance était terminée. Ou presque. Il manquait deux pièces.... Des pièces précises, spécialisées et au travail beaucoup trop complexe pour que Fleya puisse reproduire un équivalent avec les outils et matériaux dont elle disposait. Tant pis, Qwark devrait se contenter de cela. Dans l'absolue sa jambe demeurait fonctionnelle mais beaucoup moins réactive et fluide qu'à la normal. Néanmoins Fleya cette réparation avait conforté Fleya sur un point. Qwark n'était pas un Qantik militaire. Le choix de ses matériaux n'était pas orienté pour le combat ou les contextes de guerre. Ils étaient plutôt au diapason des Qantiks domestiques ou de compagnies. Légers, discrets, facile à habiller et à personnaliser selon les moindres désirs du créateur. Le tout avec le souci de l'efficacité et de la longévité. Ce n'était pas parce que ces Qantik là n'étaient pas blindés qu'on ne souhaitait pas qu'il perdure dans le temps. Il était conçu pour pouvoir "affronter" le quotidien sans souffrir d'usure ou de difficulté.

Fleya laissa ses conclusions et considérations de côté. Qwark venait de sortir de sa veille. Et le moins qu'on puisse dire, c'était qu'il avait amorcé un retour en fanfare ! Dans son plus simple appareil, le Qantik s'était relevé de bon cœur.... Exposant à qui le voulait une plastique des plus agréables. A chacun sa réaction. Les hommes ne trouvèrent rien de plus intelligent que de ricaner dans leur coin. Lysette éprouva un intérêt soudain et profond pour le mur opposé. Quant à Fleya....


Initialisation du protocole "Pudeur"....

Un changement temporaire vint s'appliquer au niveau du programme d'interprétation des images de Fleya. Un flou vint se placer sur le bas ventre de Qwark, dont le créateur n'avait négligé aucun détail, ce qui permit à la jeune Qantik de poursuivre sereine son entreprise.

-Fleya est contente de vous voir opérationnel. Et oui, ces vêtements sont pour vous.... Dans la plupart des sociétés actuelles, il n'est pas du tout convenable pour quelqu'un de se montrer complètement nu devant autrui. Surtout en ce qui concerne les parties dites génitales. Ce n'est pas systématique mais majoritairement, cela peut gêner ou choquer les gens. N'hésitez pas à entrer les notions de pudeur dans votre programme de sociabilisation, vous verrez vous comprendrez mieux. Cela dit, la nudité est vraisemblablement toléré lorsque deux personnes sont amantes. Chacune tolère alors la nudité ponctuelle de l'autre, tant que cela reste dans un cadre privé. Cela s'observe aussi chez les personnes mariées.

Merci professeur Fleya !

Ne te moque pas d'elle, si on ne les a pas complètement programmés, il faut bien leur expliquer. Ils ne peuvent pas le deviner tout seul.

N'empêche.... C'était marrant !

Filez de là, enquiquineurs 2.0 !

Une fois que Lysette eut terminé de chasser ces mâles mal embouchés, Elle revint vers Qwark qui apporta des réponses à ses questions. La tristesse se grava sur son visage, et la pauvresse lâcha un soupir à fendre l'âme. Fleya posa sa main sur son épaule.

-Ça va aller ?

Oui, oui.... Je m'en doutais à vrai dire. Il va juste me falloir un peu de temps. je vais annoncer la nouvelles aux autres.

L'excuse était idéale pour pouvoir s'esquiver rapidement et laisser Fleya avec Qwark. Lysette avait besoin d'être seule.... Et Qwark commençait à ressentir certaines anomalies fonctionnelles sur sa jambes. Il interrogea sa comparse qui lui donna un compte-rendu détaillé des diverses opérations qu'elle avait pratiquée sur lui.

-Fleya a pu produire des éléments de substitution pour tous les composants manquant à l'exception de deux. Le Vcyr740 P et le TransTZ ne sont pas réalisables avec l'équipement présent. Il faudra se rendre à Anathorey pour pouvoir trouver ces pièces. Il est vrai qu'en cas de situation critique, ce membre ne pourra pas offrir de service efficace. Fleya peut vous accompagner sur le chemin d'Anathorey, c'est le chemin que j'emprunte pour rentrer chez Maître Luka. Fleya a des compétences de protection, je pourrais vous protéger des éventuels bandits sur le chemin retour. De combien est votre autonomie en activité de marche continue ?

D'ordinaire, Fleya pouvant courir sans effort à soixante km/h, elle parvenait à rentrer chez elle dans la journée. Mais elle ne connaissait pas les capacités de Qwark. Et de toute manière, il était hors de question de le faire courir avec une jambe dans cet état. Elle ne savait pas encore que Qwark avait un moyen de déplacement propre à lui. Et elle réfléchissait plutôt à un moyen de recharger ses batteries avant le voyage.

-Avez-vous un moyen particulier pour alimenter vos batteries ? Un besoin de matières, de carburants ou autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Une réparation coûteuse [PV Fleya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Séparation listes d'armée et tactica
» Un petit reportage sur la préparation du jardin pour les PdT.
» Préparation suspensions
» Présentation de "Fleya"
» [RP] Préparation de la Messe du 15/02
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins ::  Sidhe  :: La Cité Neutre-