N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

L'envol d'un Ange (RP solo passage lvl 3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Eden


RPG
Âge : 16 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Naginata, un carnet, un sac a dos avec le nécessaire de survie

MessageSujet: L'envol d'un Ange (RP solo passage lvl 3)   Dim 19 Mar - 23:22







L'envol d'un Ange




Je me promenais dans la Sylva en direction de Nemoto, j’étais seul comme d’habitude. Je suivais les indications que m’avait donné Haku avant de nous quitter. Il me restait encore beaucoup de marche à faire avant de rejoindre cette ville et je me mis alors à vaquer à mon imagination.
Si au début j’étais concentré sur ce que je pouvais bien faire une fois arrivé à destination : comment reconnaître les parias, en tout cas si il y en avait bien là-bas. Quoi qu’il arrive je devais en avoir le coeur net. Finalement mon esprit se souvint du jour où j’avais annoncé mon départ à mes parents.
J’habitais dans un coin reculé d’Urban City avec mes deux parents, qui avaient pour des raisons évidentes dû quitter leurs terres respectives afin de vivre de leur amour.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

C’était un matin, je venais de me lever, j’étais encore à moitié endormi et je regardais les rayons lumineux traverser ma fenêtre et se poser sur mon sac préparé depuis plus d’une semaine. Je n’avais toujours pas annoncé à mes parents mon envie de partir, enfin si, ils étaient au courant, mais je n’avais toujours pas eu le courage de leur dire que j’avais enfin décidé de sauter le pas et de partir à la recherche d’autres membres de ma race, de comprendre ce qui nous rendait si différent et surtout ce qui nous valait le surnom de monstre.
Je soupirai, imaginant déjà la réaction de mon père et surtout celle de ma mère, qui se mettrait surement a pleurer, ne pouvant se résoudre à laisser son seul et fragile fils partir sur les terres dangereuses d’Origin. Bien que mon père n’était pas plus enthousiaste à cette idée, il savait très bien qu’un jour viendrait où je me déciderais de voler de mes propres ailes et ce qui comprenait quitter le foyer familiale.

Je sortais donc de ma chambre lentement, descendant les quelques marches qui me séparaient de la cuisine d’où je pouvais entendre mes parents discuter de leurs projets pour la journée. Mon père allait encore une fois chassé, tandis que ma mère allait, quant à elle, rester à la maison afin de s’occuper de moi et des tâches qu’il fallait accomplir chez nous. Depuis 16 ans, j’avais été un fardeau pour elle, devant tous les jours que nous offrait ce monde, s’occuper de ma faible condition et de mon frêle corps afin d’assurer ma survie.
Je restais là, à les écouter parler, toujours sur les plus hautes marches, je soupirai en entendant ces quelques paroles, me mettant de nouveau face à ma propre faiblesse et au poids que j’avais été pour mes parents, bien qu’il me considérait plus comme un cadeau de la déesse qu’un fardeau. Cependant je ne pouvais m’empêcher de me considérer ainsi.

Je fini par les rejoindre, ma mère était en train de préparer le petit déjeuner, mon père engloutissait ce qu’elle venait tout juste de préparer, avant de recevoir un coup de spatule en bois sur la tête en guise d’avertissement. Ils souriaient, ils avaient l’air heureux tandis que de mon côté je les regardais de mon air inexpressif.

- Eden, mon ange tu es réveillé !

Ce fut ma mère qui m’aperçut la première, son visage resplendissait, comme toujours lorsqu’elle me voyait sortir du lit et être en « pleine forme ».
Mon père s’approcha de moi, avant de poser sa large main sur le haut de mon crane et frotter mes cheveux déjà bien ébouriffé, avant d’être réprimandé par ma mère pour son côté un peu trop rustre à mon égard.

- Je n’ai plus le droit de saluer mon fils dès le matin ? Je n’y peux rien s’il me fait penser à un Faeling au sortir du lit.

Je recoiffais légèrement mes cheveux, m’observant dans le reflet des quelques argenteries que l’on possédait et vint m’installer à table. Ma mère m’apporta mon petit-déjeuner tout en évitant les assauts de mon père qui essayait de piquer, le contenu de mon assiette.
Elle avait beau avoir quitté l’armée après avoir rencontré mon père pour fonder leur propre famille, mais elle n’avait pas perdu en reflexe, la connaissant, elle devait surement s’entrainer lorsque son emploi du temps le lui permettait, après tout elle m’avait enseigné les rudiments du combat et de la défense.

- Owain ! Tu as déjà eu ta part il me semble !

Mon père faisait la moue, comme bien souvent le matin. Je crois que mis à part lorsque l’on s’apprête à manger, je ne l’ai jamais vu si détacher et si insouciant.
Il avait un appétit surpassant le miens, ce qui n’était pas si difficile que ça et celui de ma mère réunis.

- Tu sais bien que j’ai besoin de bien plus de nourriture que n’importe quel Unik. Tu es cruelle Ilves !

Ma mère répondit d’un simple sourire, lui faisant comprendre qu’il n’était pas en mesure de se plaindre, puis posa mon assiette sur la table, en face de moi. Il y en avait suffisamment pour pouvoir régaler deux personnes comme moi, mais elle en préparait toujours plus au cas où ma faim se trouvait plus grande.
Mon père s’installa à côté de moi, les oreilles dressées comme attendant que je lui donne mes restes.
Je mangeais, toujours silencieux, cherchant un moyen d’évoquer cette discussion que je redoute pourtant depuis tout ce temps. Cependant, ce fut mon père qui brisa en premier le silence.

- Tu m’as l’air tracassé. Je me trompe ?

Je relevais les yeux vers lui, il me regardait de ses yeux perçant.

- Ne fais pas cette tête, tu es mon fils, je te connais par cœur. Tu as beau ne pas être très expressif, je ressens toujours lorsque quelque chose te préoccupe.

Alors qu’il était jusqu’avant très dispersé, mon Anemos de père devint sérieux, même son ton avait changé, il parvenait toujours à me cerner à me comprendre, sans même que je ne lui adresse un mot. Le simple fait de le regarder ou même ma simple présence dans une pièce où il était déjà présent suffisait pour qu’il ressente mes émotions. Je détournais alors mon regard, me retrouvant alors dos au mur, je ne savais pas mentir et je n’avais jamais menti jusque-là.

- J-je veux voyager … J’aimerai quitter la maison …

Ma mère qui était dans la cuisine, non loin de nous, nettoyant les ustensiles qu’elle avait utilisés pour préparer le repas laissa tomber une assiette en m’entendant prononcer ces mots pourtant faibles.

- J-je veux rencontrer d’autres parias … Pourquoi sommes-nous rejeter ? Ne sommes-nous pas des dons prouvant une possible entente entre deux races ennemis …

Mon père posa sa main sur mon épaule, tandis que ma mère s’approchait de nous deux lentement.

- Eden … Ce n’est pas aussi simple que ça et tu le sais nous en avons déjà parlé et …

- Et quoi ? Pourquoi n’aurais-je pas ma place en ce monde … Si je suis né c’est pour exister non ? Alors pourquoi ne sommes-nous pas reconnu …


Je regardai alors mes deux parents, j’avais haussé la voix et pourtant je m’étais moi-même rendu compte du ton monocorde de mes paroles qui paraissaient alors bien plates comparé à ce que je m’imaginer dans ma tête.

- J-j’ai déjà fait mes affaires. Mon sac est prêt depuis une semaine mais je ne trouvais pas le courage de vous le dire …

Ma mère se mis alors à pleurer, comme si le jour qu’elle redoutait tant était arrivé, son bébé avait décidé de quitter le nid. La voir ainsi me rendait quelque peu mal à l’aise, depuis ma naissance et à cause de ma constitution, elle n’avait vécu que pour s’occuper de moi, et c’était pour moi un poids que je ne voulais plus lui donner ; mais en la voyant pleurer en lui annonçant mon départ j’en parvenais presque à regretter mon annonce. Cependant si je voulais découvrir la raison de mon existence et surtout lui prouver que je pouvais me débrouiller seul, je ne pouvais pas faire marche arrière.
Je me relevais donc de ma chaise, pris une grande inspiration sous le regard de mon père qui était toujours assis auprès de moi.

- Je vous en prie ! Laissez-moi rencontrer d’autres contrés, d’autres horizons ainsi que mes semblables. J’ai besoin de savoir !

Ma mère fut choquée de mes paroles, surprise de me voir agir ainsi - moi qui avais toujours été calme et docile, avait décidé de prendre mon indépendance et surtout de cette manière – ses larmes cessèrent de couler, laissant place à un regard vide, cherchant elle-même quels émotions ressentait-elle à ce moment donné.
Voyant mon inconfort et l’état de ma mère, mon père se leva avant de poser de nouveau sa main dans mes cheveux comme pour me rassurer avant de prendre ma mère dans ses bras.

- Nous savions tous les deux que ce moment arriverait … Peut-être pas aussi tôt, mais il fallait bien que ce jour arrive.

Ma mère se contenta d’acquiescer, je m’approchais lentement d’elle.

- M-maman … Ce n’est pas contre toi …

En guise de réponse, elle m’offrit son plus beau sourire, bien qu’un peu forcé.

- Eden. Tu n’es plus un enfant, je le sais très bien mais je n’arrive pas à me faire à l’idée de te laisser seul.

Le reste de la matinée restait assez calme, j’étais retourné dans ma chambre, regroupant les derniers préparatifs à mon départ. Ma mère s’était occupée de ce qu’elle avait convenu de faire et mon père s’était décidé de rester auprès d’elle.
Finalement je me décidai à descendre, mon sac sur le dos. Ils étaient tous deux présents, comme dans l’attente de me voir fouler une dernière fois le sol de notre maison. Mon père tenait toujours ma mère dans ses bras.
Me retrouvant alors devant eux, je baissais alors le regard tout en saisissant la main de ma mère.

- J-je suis prêt à partir. Je reviendrais à la maison dès que l’occasion se présentera, je te le promets maman.

Elle acquiesça de nouveau, puis alla chercher ce qui semblait être une couverture.

- Prends ceci ! Je m’en veux déjà de te laisser partir seul, prend au moins mon arme avec toi.

J’accrochais l’arme et son fourreau à ma tenue. Puis après avoir récupérer quelques denrée alimentaire que mon père m’avait fourni, je me dirigeais vers la porte.
J’embrassai une dernière fois ma famille, ma mère me garda un moment dans ses bras, ne voulant plus me lâcher et mon père se contenta d’une simple tape sur l’épaule en guise d’au revoir. Je savais très bien qu’il cachait ses véritables sentiments, comme il l’avait toujours fait jusqu’à présent.

Finalement, une fois la cérémonie des au revoir terminés, j’entamais mes premiers pas, libre de ma vie cloitré entre quelques murs.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

En y repensant, cela faisait trois jours que j’étais partit de chez moi. Comment allaient-ils ? Est-ce que ma mère c’était enfin faite à mon départ ? Bien que la réponse à cette question me paraissait évidente, je ne pouvais m’empêcher de me la poser.

Je regardais devant moi, j’avais encore un long chemin à faire pour découvrir ce que j’étais et ce que j’allais devenir. Mais pour cela, je devais rejoindre Nemoto.


© Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'envol d'un Ange (RP solo passage lvl 3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» APRES LE PASSAGE D'ANDRE APAID
» Ange gardien
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Reshiram l'ange céleste :P Je m'y crois
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Urban City
 :: Les rivières Eraclea
-