Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

Échange hybrid unïk [Event changeling avec Willow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Haku


RPG
Âge : 18
Groupe: Anemös
Inventaire: Un arc, des flèches, un couteau de chasseur, un appeau à raton-laveur, un maillot anti-chaleur et une petite renatsu

MessageSujet: Échange hybrid unïk [Event changeling avec Willow]   Dim 9 Avr - 23:11

À la périphérie de la forêt des hybrids se détache une silhouette. Savourant le climat doux et la lumière nocturne des prairies paisibles environnantes, Haku se permet de chantonner. Cela fait longtemps qu’il ne s’est pas éloigné de son village, il avait l’impression d’y croupir ces deux dernières dehnes... à cause d’une certaine boule de poils jusque là trop petite pour une escapade loin du couvert protecteur des arbres. Le temps est passé et la petite renastu, répondant au nom de Miu, a maintenant deux mois. Comme elle a grandi en si peu de temps ! L’anemös la regarde exercer ses jeunes ailes pour prendre de la hauteur et voler quelques instants à la poursuite des premières lucioles du soir. Sa petite protégée a l’air d’aimer sa balade loin de sa forêt natale. Cette renastu illumine vraiment ses nuits auparavant si solitaires ; ce sera dur quand elle devra le quitter pour de bon.

La renarde a pris en chasse une lumière bleue. Le feu-follet disparaît et Miu fouille les fourrées à sa recherche. Elle trouve très vite un rongeur – que Haku identifie sans mal grâce à son don – et le poursuit. Haku la laisse s'éloigner avec confiance, il n’y a nul mal ici pour la petite fille de la forêt. L’hybrid ne comprend pas pourquoi les anciens découragent tant les jeunes du village à ne pas venir ici. Seuls les éclaireurs comme lui osent passer outre cette interdiction puisque c’est leur devoir. Cet espace dégagé n’est pas aussi impressionnant que les Clairières Sacrées. Savoir simplement la forêt dans son dos lui suffit amplement pour rester serein et ne pas se sentir vulnérable.

L’éclaireur peut entrapercevoir le désert à l’horizon, ce qui signifie que son don de vision s’est amélioré depuis sa dernière visite. Ce désert qu’il a traversé pour aller à Nordkia à l’occasion la fête des lumières où les unïks faisaient la fête. Il a pu s'y introduire sous l’apparence d’un unïk grâce à une potion juste pour ce moment-là. Mais une soirée c’est si court pour découvrir la cité. La ville-basse d’Urban City, si dissemblable de son village natale, ne lui a pas livré tous ses secrets. Tous les recoins de l’univers qu’il n’a pas visité sont si nombreux, il faudrait plus d’une vie pour connaître l’autre côté du désert.

Il pense à un ami qui se trouve quelque part au delà de l'horizon, un phytös très curieux. Haku se demande ce qui a pu lui arriver là-bas. D’un côté, il regrette de ne pas avoir suivi Diyo, mais de l’autre côté, il adore trop sa forêt et il n’aurait pas rencontré Miu. Un jour, il quittera le sanctuaire de Mère Nature pour découvrir d’autres coutumes que celles de sa race. Un jour !

L’anemös détourne le regard du désert et poursuit sa promenade derrière Miu. Il lui faut vivre le moment présent. Pour l’heure, il profite de la quiétude de l’Orée du bois avec son amie à plume. Il entend le vent secouer les hautes herbes et les buissons, il la sent même faire tinter la corde de son arc et ébouriffer ses cheveux blond-roux.

- Te souviens-tu du vent qui bataillait dans nos cheveux,
Emportant avec lui un chagrin depuis quelques lieues ?
Je me souviens du ciel qui sembla soudain plus transparent
Alors que mes sanglots cessèrent, emportés par le temps...


Haku sent soudainement l’univers se troubler et son esprit perdre le contact avec son corps. Il s’agenouille sur le sol avant de perdre conscience.


Dernière édition par Haku le Mer 11 Oct - 22:00, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Willow


RPG
Âge : 21 ans
Groupe: Docker
Inventaire: peluche, veste masculine, carnet (+ stylos couleurs), trousse de secours

MessageSujet: Re: Échange hybrid unïk [Event changeling avec Willow]   Sam 29 Avr - 21:25






Changeling — Haku & Willow





    Après un dernier carrefour, Willow aperçoit enfin la lumière au bout du tunnel. Et ce, sans mauvais jeu de mot. Un grand sourire de fierté vient se dessiner sur son visage marqué par la fatigue.

— Bravo Will ! Tu as explosé le reccord ! Je t'avais bien dit que ça viendrait.

    Tout en ôtant soigneusement sa besace de son épaule, la jeune fille acquiesce les propos de son collègue avec reconnaissance. Après avoir échanger des civilités, les deux dockers déversent le fruit de leur labeur dans le chariot prévue à cet effet et se préparent pour rentrer chez eux. La jeune fille change de manteau et pose son casque avec le reste de son équipement au moment même où deux voix familières, hilares, se rapprochent. Joueuse, la jeune fille fait volte-face et rétorque avant qu’ils n'aient la possibilité d'en rajouter davantage.

— Riez de moi autant que vous le voulez… J’y suis arrivée bien avant que ce que vous avez parié !
— Oui mais à combien de reprises ?

    La jeune fille ne relève pas ce nouvel éclat de rire et se tourne vers le second homme, qui ne semble plus aussi réceptif aux moqueries de son ami mais qui souri malgré tout.

— Excuse-le ma chérie, mais tu sais comment il est…

    Elle souri à son tours, quand son père s'avance pour l’embrasser affectueusement sur le front.

— Je ne doutais pas de toi, je savais que tu arriverait rapidement à te repérer parmi les nombreuses galeries des mines. Tu as toujours eu bonne mémoire. Et puis… Entre nous, il a fallut au moins deux longues années avant que Renton arrive à se débrouiller de lui-même ! Tu es bien loin de ses piètres performances !

    Un grand sourire moqueur fend le visage de l'homme, quand son ami déclare aussitôt injustice face à cet acte de trahison. Face à cette réaction excessive, le trio se laisse prendre dans un fou rire.
    La jeune rousse étant sur le départ, son père l’invite à partir sans l’attendre. D’abord réticente, la jeune fille hausse les épaules, et se résout à prendre doucement la route. Il est vrai qu’il lui tarde de rentrer pour se reposer.
    Toutefois bien engagée sur son itinéraire, Willow prend un instant pour  observer son environnement. Chose qu’elle fait rarement quand elle rentre aux côtés de son père, trop occupée par leurs conversations plus ou moins animées.
Ça et là, des silhouettes imposantes d’arbres se dessinent en ombre chinoise à la lumière intimidée du crépuscule. Mais elle presse le pas, quant elle sens les rafales de vent redoubler davantage. Non pas qu’elle ai peur de tomber malade… Mais elle n’aime tout simplement pas ces brises qui l’oppresse. Elle aime marcher dans le calme, et bien souvent, perdue dans ses pensées.
    C’est ainsi que sans que Willow n’y fasse attention, des murmures parviennent lentement à ses oreilles. Comme un appel, le même son se rejoue en boucle. La voix, étrange mais très douce, finit par attiser sa curiosité et, comme un rêve insensé, elle vient même nourrir son espoir le plus fou… Car cette voix lui est tout sauf étrangère.
« Ce n’est pas possible… » pense-t-elle pour elle même alors que sa gorge se noue instinctivement.
    Elle presse une nouvelle fois le pas, afin de rentrer plus rapidement chez elle après cette longue journée. Mais cette fois-ci, ce n’est pas le vent qu’elle cherche à fuir.
    La jeune fille n’est pas idiote. Elle le sait, tout cela ne peut pas être le reflet de la réalité. Un courant d’air rapide quelque part entre deux monts étroits de la Muraille de Roches ou tout autre théorie plus ou moins réaliste, suffirait à classer ce phénomène comme illusion auditive et non un quelconque miracle auquel son peuple semble si fortement allergique.
    Et pourtant… Tout cela est tellement convaincant. Elle aimerait y croire. Croire que son fiancé n'est pas mort et qu'il l'invite à venir la rejoindre. Croire que tout n’est pas dût à une raison particulière. Croire que tout n’est pas réglé comme du papier à musique. Croire que le mystère à sa chance, même dans son monde où la science prime sur tout.
    Dans sa démarche précipité, c’est paradoxalement qu’elle essaie de se convaincre d’une chose en laquelle elle ne veut pas croire. Assez déterminée pour en oublier sa fatigue, elle regarde droit devant elle tout en essayant de ne pas focaliser son attention sur le panorama droit qui la surplombe. Mais c’est difficile… Là, où les prairies se dessinent timidement à l’horizon, elle se sent tellement petite. Ce qui n’empêche pas que la vue de cet espace de verdure apaise le coeur robuste de la jeune mineur. Elle n’a jamais eu la chance de parcourir le continent… Mais elle a, de nombreuses fois, entendu parler de la fameuse Sylva où cette nature intrigante est la base même du mode de vie des Hybrids.
    Que cet espace, pour elle incroyable, doit sembler ridicule pour un être qui grandit et ne connaît que cet univers ! Une pointe de frustration empare sa poitrine, quand elle réalise qu’elle n’arrive pas à imaginer à quel point cela doit être différent. Elle donnerait tellement cher pour remédier à cette ignorance !
    Une nouvelle fois, son côté rêveur envahit ses pensées. Elle se voit dans le ciel, à bord d’un aéronef. Elle se voit parcourir le continent et découvrir sans cesse de nouvelles choses. Elle ne demande que ça ! Vivre. Explorer. Découvrir… Mais les jours passent, sans que cela ne se réalise. Cependant la jeune docker relativise toujours, se persuadant qu’il ne s’agit que d’une question de temps avant que tout cela ne devienne réalité. Au grand dam de ses proches qui ne comprennent pas son intérêt pour « les autres », c’est pour elle une évidence. Ils le savent : Willow est comme ça. Optimiste, déterminée et surtout… Rêveuse.
    Prisonnière de ses pensées, elle jubile tellement que lorsque l’entrée de Norkia se dessine subitement, elle laisse échapper un petit son d’étonnement. Et puis soudainement… Et bien… Elle ne sait pas trop, justement.
    En proie à une grande fatigue, elle ralentit l’allure alors qu’elle franchit avec peine les limites de la cité ouvrière.
    Nombre vous dirait sans grande originalité, que c’est comme quand le ciel vous tombe sur la tête. Une pensée naïve ? Pour un Ünik, très certainement. Mais la jeune rousse n’en rougit pas… Car c’est pour elle ce qui se rapproche le plus de cette sensation étrange qui envahit son corps avant de la faire sombrer dans l’inconscience.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Haku


RPG
Âge : 18
Groupe: Anemös
Inventaire: Un arc, des flèches, un couteau de chasseur, un appeau à raton-laveur, un maillot anti-chaleur et une petite renatsu

MessageSujet: Re: Échange hybrid unïk [Event changeling avec Willow]   Mar 2 Mai - 21:47

Le malaise s’en va mais la fatigue est toujours présente. Haku se relève. Le vent s’est rafraîchi et la lumière a brusquement changé. Il lève les yeux vers les éclairages et voit les Portes d’une ville unïk, des escaliers et des hangars d’artisans du métal. La stupeur le stoppe devant ce changement soudain. Cela ressemble assez à Nordkia. Il y a pensé juste avant, cela a-t-il suffit à l’y amener ? Comment est-ce possible et surtout… ? Où est Miu !? Il tourne frénétiquement la tête à sa recherche. Pas plus de traces d’elle que de verdure. Seulement le sol terreux et les murs citadins avec les travailleurs unïks qui rentrent chez eux. Que va-t-elle faire sans moi… ? Elle n’est pas encore adulte ! Alors que Haku se ronge les sangs, un inconnu l’aborde.

- Mademoiselle, vous allez bien ?
Il est aveugle ou quoi ? Je suis un garçon !
Haku se retient toutefois de s’énerver et préfère ignorer la méprise. C’est la nuit et il est de dos.
- Non, je vais bien. Mer… ci.

Nouveau choc, sa voix est sortie nettement plus perchée que d’habitude, presque féminine. C’est ma voix ça ?

- Vous êtes sure ? Parce que ça a pas l’air… répond l’unïk d’un ton sincèrement inquiet.
- Si, si, j’ai juste oublié quelque chose.

Déjà ma forêt, ensuite Miu et puis ma voix.

Haku prend la fuite en ignorant vers où, avançant simplement droit devant lui. L'hybrid entre pour la seconde fois de sa vie dans le cratère de Nordkia et s’arrête contre un mur en se faisant discret le temps de faire l’inventaire de tous les changements. Il lève les mains et voit des gants massives et décorés de métal, apparemment faits pour un qantik ou un Unïk. Il fait quelques gestes en les observant et constate l’absence totale de plumes mouchetées sur ses bras. Il retire un gant pour tâter la peau nue de ses bras. Étant née avec ces plumes, elles ont toujours fait partie de lui à une exception : après avoir bu la potion de Floki. Entre cela, sa nouvelle voix et ces nouveaux gants, ce n’est pas un effet de la potion d’autant que cela remonte à plusieurs dehnes. Avant de pouvoir comprendre la cause de ce changement, il lui faut comprendre ce qu’il se passe exactement. Y a-t-il autre chose de changer ?

Naturellement, en tombant sur son reflet dans la vitre du hangar à son côté, il comprend pourquoi l’autre l’a pris pour une jeune fille. Ce n’est absolument pas normal. Comment ai-je atterri chez les unïks et pris cette apparence ? Elle est très mignonne malgré tout. Haku perd de vue sa recherche de réponse pour admirer la silhouette dans le miroir. Il est très difficile d’intégrer que le brin de jeune unïk devant lui est son apparence actuelle. Menue, toute en finesse, des yeux bleus clairs comme un nuage sous les pleines lunes, une chevelure rousse parsemée de mèches blanches lui conférant un charme original. Trop vite malheureusement, une pensée vient troubler sa contemplation. Sa tenue, ses gants et en particulier l’anneau à son cou sont l’expression d’une personnalité propre… Ce corps doit appartenir à quelqu’un. Ce n’est qu’une hypothèse mais ça implique que son corps à lui est peut-être vide ou occupé par quelqu’un qui n’est pas lui… Et elle risque de ne pas apprécier qu'il la mate réalise Haku avant de reprendre un port plus neutre, ne décrochant toutefois pas son regard de l’étrangère dans la vitre. Je suis de l’autre race et je suis de l’autre sexe. Tant de possibilités ! Si seulement c’était un rêve ! Mais Miu, qui s’occupera d’elle ? Et qu’est devenu mon corps ?

Haku se retourne pour contempler la ville qu’il souhaitait tellement revoir... dans d’autres circonstances. S’il racontait son histoire à quelqu’un, on le prendrait pour une folle et on l’enfermerait. S’il retournait en Sylva, il se ferait intercepté par les éclaireurs, ni sa famille ni ses amis ne le reconnaîtraient pas et il serait sacrifié comme ennemi de sa propre race. Sa seule option est de se débrouiller par ses propres moyens pour réparer les choses. Sentant ses nerfs lui échapper, Haku se calme et tente de voir la situation sous un angle plus optimiste. Il se rassure en se persuadant qu’il aura tout le temps de s’inquiéter si son état est permanent. Néanmoins Miu lui manque, la jeune fille qui le remplace peut-être a l’air sympathique. Il fait tourner l’anneau en pendentif dans ses doigts gantés en se demandant s’il s’agit du dzêta de la fille, équivalent du don des hybrids chez les unïks. Son regard va du gant aux façades de la ville. Ses habitants aiment la technologie et les transports rapides, l’un d’eux doit pouvoir le conduire en Sylva.

- Will, tu nous as attendu ?

Haku tourne la tête pour voir son nouvel interlocuteur : un homme âgé de la cinquantaine, couvert de suie, accompagné d’un autre homme du même âge. Son instinct lui souffle « père », confirmant sa théorie – aussi invraisemblable soit-elle – de l’échange de corps. Bon, entrons dans le personnage.

- Oui, euh… je voulais juste me poser un peu.

Qu’il est bizarre pour lui d’entendre le son de sa nouvelle voix. Il suit ce qui a tout l'air d'être le père de la jeune rousse vers ce qu'il espère un foyer. Peut-être trouvera-t-il une solution en y allant.


Dernière édition par Haku le Mer 11 Oct - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Willow


RPG
Âge : 21 ans
Groupe: Docker
Inventaire: peluche, veste masculine, carnet (+ stylos couleurs), trousse de secours

MessageSujet: Re: Échange hybrid unïk [Event changeling avec Willow]   Jeu 28 Sep - 16:32






Changeling — Haku & Willow





Arrachée à son quotidien, littéralement cette fois-ci, Willow vaquait sereinement à ses occupations quand une soudaine sensation étrange a envahit son crâne. Comme si ses pensées d'abords, puis sa conscience, lui échappe à chaque nouvelle expiration. La jeune fille n'a pas eu le temps de chercher à comprendre, que tout ce qui constituait son essence même semblait s'évanouir. En réalité, tout s'était enchaîné rapidement. Beaucoup trop rapidement. Si bien qu'elle a fini par se retrouver face à un déstabilisant sentiment de vide.

Un vide étrange lors duquel il lui semble tomber de haut le temps d’une longue et vertigineuse chute. Inévitablement. Seulement, le vide laisse aussitôt place à un nouveau décors, et c’est allongée sur le sol qu’elle reprend ses esprits. Pour de bon cette fois-ci… Du moins, elle l’espère.

Comme pour parer à ce violent vertige, la docker s'empresse de concentrer au maximum son poids dans la plante de ses pieds et se relève péniblement. Hélas, la journée a été rude. Aussi, elle n'a pas assez d'énergie pour entreprendre une action aussi gourmande pour ses réserves affaiblies. Mais grâce à une agilité jusqu'alors insoupçonnée, elle parvient à se relever non sans une incroyable… Légèreté ?

Face à cette réalité, elle lève ses poignets à hauteur de visage et réalise qu’elle ne porte plus ses gants. La panique commence à monter, mais c’est avec calme que la jeune docker tâte ses poches pour voir si elle ne les as pas mis de côtés… En vain. Alors, son premier réflexe est de porter les mains à son cou. Pas de collier cliquetant non plus... Elle passe ses mains sur son crâne, mais elle n'y retrouve pas l'encombrement de ses barrètes parmi ses cheveux courts... Beaucoup trop courts ! Ses oreilles, habituellement aux extrémités légèrement pointues, elle ne les reconnait pas non plus. Craignant le pire, elle passe à nouveau sa main au niveau de sa nuque avant de cercler son cou de ses mains. D’une main, elle pars ensuite à la recherche de la bague qui ne quitte habituellement jamais sa poitrine.

Et là, son monde s'écroule.

Son sang se fige, quand elle prend conscience avec horreur qu'elle n'a plus son anneau.  Ou diantre a-t-il pu passer ?  La confusion commence à l'envahir. Pourquoi elle même... Ne semble justement plus être elle-même ?

D'instinct, elle ferme les yeux un instant pour essayer de ne pas céder à la panique. En premier, seul le chant apaisant des oiseaux vient briser sa méditation forcée. Puis d'autres sons, tout aussi agréables et mélodieux et desquels -pour la plus part- elle ne parvient pas à identifier leurs sources, viennent s'y mêler.

« C'est agréable… »

Doucement, elle fait le vide et se laisse apaiser par l’environnement chantant qui la cercle. Elle refuse de céder à la panique avant de comprendre ce qui lui arrive réellement. Une fois le ménage intérieur effectué, la jeune rousse entreprends d’ouvrir à nouveau les yeux pour faire face à ce qui l’attends.

Jamais elle n’aurait pu imaginer ce que cette réalité étrange lui réservait. Willow réalise alors qu’elle est entouré d’une immense forêt, seule, et dont les limites semblent infinies. Intérieurement, elle jubile. Quand bien même la situation est totalement irréaliste. N’est-ce pas ce dont elle à toujours rêver ? De partir à la découverte de l’inconnu ? Qu’importe les raisons, elle y est… C’est le moment où jamais de profiter de la situation. C’est certainement la chance de sa vie !

A contre coeur, elle n’arrive pas à chasser de ses pensées la perte de sa bague de fiançailles. En vaut-elle le sacrifice ? Elle secoue la tête. Bien sûr… Si Dwei était là, il lui dirait de ne surtout pas laisser passer cette chance; voire même de la vivre également pour lui. Après tout… Qu’est-ce qu’un morceau de métal contre le prix de la liberté ? Elle vous répondrait d'emblée que c'est beaucoup plus compliqué que cela. Bien plus que l'objet en lui-même, cette perte avant tout sentimentale rend son coeur lourd. Peut-être la retrouvera-t-elle en cherchant un peu ?

Willow tourne donc sur elle-même, indécise. Tout se ressemble tellement… Par où commencer ? Et comment parviendra-t-elle à se repérer parmi tous ces végétaux qui semblent être la copie conforme des autres ? Son ignorance d’Ünik l’attriste.

« Si c'est comme ça... J'écouterai mon coeur ! »

Et puis… Un détail stoppe immédiatement la jeune fille dans son élan. Se sentant observée, elle balaye une nouvelle fois du regard les arbres voisins. Là, elle croit discerner la silhouette d’un petit rongeur malgré l’obscurité naissante qui rend la tâche pénible. Le petit être se sentant certainement observé à son tours, bouge soudainement surprenant ainsi la docker qui tombe à la renverse.

La mineur, d’abord étonnée par le ton grave qui est sorti de son corps lors de sa chute, voit le petit rongeur se rapprocher d’elle tout en ne quittant pas du regard… Sa ceinture ? Elle le regarde faire, intriguée et découvre le sourire au lèvre qu’il s’agit d’un petit Renatsu. L’animal, lui, ne semble pas avoir peur bien qu’il se montre méfiant. La jeune fille suit son regard, et découvre alors une bourse remplie de graines accrochée à sa taille.
Willow est aux anges ! La présence du Renatsu dont elle a tant entendu parler, lui confirme que son hypothèse, aussi incroyable ou absurde soit-elle, est la bonne. La voilà enfin dans la Sylva !

Tout en lâchant un sourire devant l'adorable créature, elle lui parle bêtement.

— C'est ça que tu veux ?

Bien sûr, l'animal ne va pas ouvrir la bouche. Mais il la surprend en penchant la tête sur le côté, comme pour lui répondre. Cependant, c'est un autre détail -et non des moindres- qui lui saute aux yeux… Ou aux oreilles. Ce n’est pas sa voix qui sort de son corps… Pas plus que son bras qui se dévoile être entièrement recouvert de plumes. Et pourtant c’est bien celui-ci qui semble rattaché à son corps et qui tend une poignée généreuse de graines à son nouveau compagnon.

— Qu'est-ce que...

Intérieurement, elle s’interroge réellement pour la première fois depuis son réveil. Est-ce un rêve ? Non, c’est beaucoup trop réel.

« Il est peut-être temps de se poser des questions... »

La jeune fille, totalement perdue et incapable de se relever, regarde avec attendrissement son compagnons dévorer son repas. Mais malgré cela, jamais elle ne s’est sentie aussi seule.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Haku


RPG
Âge : 18
Groupe: Anemös
Inventaire: Un arc, des flèches, un couteau de chasseur, un appeau à raton-laveur, un maillot anti-chaleur et une petite renatsu

MessageSujet: Re: Échange hybrid unïk [Event changeling avec Willow]   Dim 1 Oct - 18:26

Tout en suivant ses deux guides vers une destination inédite, Haku découvre les rues éclairées en pleine nuit. C’est comme un rêve qui se réalise. Il en oublie qu’il occupe le corps d’une autre personne. Il est captivé par les murs, les enseignes, les gouttières et tous les autres détails d’architecture ünik composés de matériaux totalement inconnus à lui. Les hybrids savent très bien confectionner des outils mais ceux bricolés par les üniks sont… tellement complexes et recherchés. Même en connaissant vaguement le principe, il est incroyable que l’esprit originaire ait pu créer tout ça à partir de terres, pierres et végétaux.

Plus génial encore : les gens. Ce n’est pas une soirée de fête ce soir mais ils flânent, courent, regardent les artistes ambulants, discutent, rient sous les yeux de l’hybrid. Il les détaille essayant de retenir leurs sourires et leurs traits. Des gamins qui fuient le couvre-feu, un couple qui roucoule, deux apprentis qui s’aident pour porter un encombrant chargement, une ancienne qui répare un objet en lançant de temps en temps un regard scrutateur sur la rue. Ces scénettes spontanées et palpables reflètent étonnamment sa propre race. Comment les imaginer vouloir détruire par plaisir leur environnement ?

Les cadeaux de Mère Nature sont plus discrets mais ils sont toujours là : du lierre, des champignons, des rongeurs, des moineaux et des calyons. Ces derniers passent chargés de marchandises sous la conduite d’üniks exténués par leur journée de labeur. Haku tend une main gantée vers les canidés pour leur dire bonjour. Un plus expansif que les autres émet un grondement sourd sous sa caresse. Son compagnon ünik lui adresse la parole gentiment :

- Une fille aussi jolie que toi qui aime les gros chiens comme ça, j’en vois pas souvent. À part ma nièce.
- Elle a de la chance de l’avoir à ses côtés.
- Dans une heure, elle pourra le flatter. J’ai encore du boulot d’ici-là, au revoir, petite.
- Bonne soirée.


Haku soupire, sa petite Miu lui manque un peu. Puis il se souvient qu’il était accompagné, il croit avoir du retard mais les deux autres üniks de l’entourage de la rousse – dont il ignore quand même les noms – traînent en bavardant et sont encore juste à côté. Il se met à leur hauteur mais ne saisit pas le fil trop animé de leur discussion. Il retombe très vite dans la contemplation des rues, des passerelles et des tunnels éclairés par la chaude lumière des éclairages artificiels.

Il a encore la tête qui tourne quand les deux üniks se séparent en se disant « au revoir, à demain ». Haku se demande distraitement s’il fait bien de suivre le premier à lui avoir adressé la parole. Ses hésitations disparaissent quand l’autre homme lui dit « au revoir » à son tour. Par réflexe, la main de « Will » se lève en direction de son anneau. L’anemös lui retourne la politesse en copiant leurs attitudes. L’autre prend la route de son côté. La voix du père s’élève :

- Tu es différente ce soir, ma chérie. Tu avais l’air tellement heureuse.

Haku retient tant bien que mal le sursaut provoqué par le « ma chérie » qui lui était vraisemblablement destiné à lui. Il devrait être plus prudent et ne pas trop rêvasser. L’ünik s’attendait certainement à ce que sa fille participe à la conversation. L’anemös répond par un haussement d’épaule, réponse neutre par excellence. Il réalise soudain qu’il est aussi exténué et qu’il a très envie de retirer les gants qui pèsent inutilement sur ses bras.

- Je vais demander à ta mère de préparer ton repas préféré pour fêter ton exploit du jour.
- Oh merci !


Haku aimerait bien savoir de quel exploit il est question. C’est très problématique d’improviser un rôle sans avoir la moindre idée de l’histoire, ni même du caractère de la rousse. Elle doit être une bonne personne pour avoir un père aussi aimant. Si seulement lui-même partageait la même alchimie avec son propre père. À quand remonte la dernière fois que ce dernier l’a complimenté sur ses actions ou a été fier de lui ? Son cœur se serre tandis qu’il suit le parent proche de la fille vers le foyer ünik. Il réfléchit à ce qu’il doit faire : attendre ou chercher désespérément un moyen de ramener l’esprit de l’autre à son corps et sa famille légitime. Explorer la ville de Nordkia aurait été fabuleux sans ce gros problème d’identité volée.

Le père et « Will » rentrent à la maison, Haku ressent de nouveaux bruits, de nouvelles odeurs. C’est la première fois qu’il pénètre dans une habitation ünik, une expérience jusque là inaccessible. L’anemös se prépare à rencontrer la famille de la jeune ünik. Il ne doit pas laisser sa timidité naturelle attirer l’attention sur lui. Il faut qu’il fasse comme si c’était sa propre famille, pendant une soirée banale. Sa brève rencontre avec la mère et le grand-père de la famille se passe naturellement – sauf du point de vue de Haku. À cette occasion, il apprend enfin de quel exploit le père lui parlait. Apparemment la fille travaille dans une mine à extraire des ressources, probablement du métal. Il prétexte la fatigue de la journée pour se reposer dans une autre pièce – en espérant qu’il s’agisse de « sa » chambre.

Il s’effondre sur le lit de la dite-pièce et fixe le plafond. Combien de temps cette situation va-t-elle durer ? Que peut-il faire ? Pas grand-chose dans l’immédiat, juste maintenir en bon état le corps de sa propriétaire et espérer que de son côté elle en fasse autant et en plus donne à Miu l’attention dont celle-ci a encore besoin. Elle ne se nourrit plus au lait mais elle n’est pas encore indépendante. Pour retrouver son esprit serein, il tente une relaxation. Il retire ses gants imposants, se masse les mains puis se concentre sur sa respiration. Cette étape maîtrisée, il visualise un endroit où il serait heureux. Il se remémore les rues explorées plus tôt et les imagine envahis d’arbres où hybrids et üniks se côtoieraient. La séance se passe admirablement bien par rapport à d’habitude.

Il analyse les sensations de son corps, bouge les extrémités, oubliant complètement que ce corps n’est pas le sien. Il ressent la faim, la fatigue, la douleur dans ses muscles et une sensation de crasse sur la peau, des sensations pas très glorieuses qu’il avait ignoré jusqu’à présent, leur préférant son nouvel environnement. À contre-cœur il se relève pour régler un de ses soucis immédiats, même s’il ignore encore où sont les thermes plus proches.
C’est en recevant un jet d’eau sur la tête que Haku comprend qu’il a trouvé le bon endroit. Cette pièce l’a particulièrement intrigué sur le moment, n’étant pas comme les autres. Maintenant qu’il a pigé comment se servir des interrupteurs de lumière et d’eau, le quotidien des üniks entassés les uns sur les autres s’éclaire un peu. Il se débrouille comme il peut pour retirer la crasse de la journée avant de retourner dans la chambre qui n’est pas la sienne. Une bonne chose de faite, reste à attendre le repas et penser à ce qu’il pourrait accomplir comme actions réelles avant la fin de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Échange hybrid unïk [Event changeling avec Willow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» échange du pitrouille event octobre 2014
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» [troc, vente, bref, un truc en échange quoi x)] Biri, le lascar des canards !
» Abstracly, tu es celle avec qui je veux partager ma vie..[ Abstracly]
» canadiens fait un échange avec détroit
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Hoshizora :: L'Orée du bois
-