N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Les conséquences de nos actes....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Les conséquences de nos actes....   Dim 30 Juil - 18:59

"Requête base de données mémorielles....
En attente....
Lecture de la plage sélectionnée."


Fleya se souvenait avoir creusé vers la sortie avec la détermination d'un instinct de survie en état d'alerte. Lorsqu'elle avait repris conscience, elle était sous les débris, les gravats et la poussière. Elle avait entendu des grattements sourds, véritables phares auditifs qui l'avait guidée vers où creuser. La terre était plus meuble, et elle était finalement sortie rapidement. La Qantik toussait pour chasser toutes les impuretés et la poussière des philtres et système de distribution de l'air qui lui servaient de poumons. Ses processeurs n'étaient pas encore complètement synchronisés, elle eut tout juste le temps de voir Qwark lui sourire avant de sombrer dans l'inconscience.... Et pourquoi il y avait autant de belettes dans les environs ? Encore hagarde et désœuvrée, la jeune Qantik observa autour d’elle. Poussière, chaos et silence. Synchronisant ses processeurs, elle parvint à remettre de l'ordre dans ses idées. Et alors qu'elle s'était machinalement rapprochée de Qwark pour lui venir, elle se figea nette, et regarda le sol sous ses pieds.

-Non.....

L'éboulement.... Un regard rapide vers la sortie qu'elle avait creusée pour Qwark. Bouchée.... Pas besoin de faire de calcul. Il n'y avait pas de survivant.... La Qantik se laissa tomber à genoux aux côtés de son compagnon.

-Q.... Qu'est-ce que j'ai fais....?

Lentement l'horreur la gagna. Avait-elle réellement causé tous ces dégâts ? Avait-elle réellement tué tous ces gens ? Comment en était-elle arrivée là ? Il ne devait pas y avoir de morts. Il ne devait y avoir que des méchants punis, juste corrigés pour qu'ils ne recommencent plus, mais qu'ils puissent avoir la chance de changer. Ils n'auraient plus jamais la chance de changer....Fleya plaqua ses mains contre sa bouche, alors qu'elle était déjà muselée par le choc. Elle n'avait jamais voulu ça.... Mais à cause d'elle, tant de personnes étaient mortes. Du moins elle en était convaincue. Et Qwark était inconscient, sûrement blessé. La mission avait été une catastrophe complète. Ou presque Qwark avait réussi son travail, lui. Il avait sorti ce qu'ils étaient venus chercher. Fleya dut faire un gros efforts pour trier et ordonner toutes ces données. Elle se releva de nouveau et entendit alors des cliquetis. Ce fut à ce moment là que les rapports systèmes vinrent noyer son cerveau de messages d'alerte. Elle était "blessée". Ou du moins endommagée. Le cache de sa cage thoracique avait été défoncé sous l'éboulement. Il n'y avait plus que ses vêtements pour cacher ce qui lui servait d'entrailles. Elle tira un coup sec sur sa hanche pour la remboîter convenablement et arrêter de manquer de s'effondrer à chaque pas. Sa peau était aussi abîmée à divers endroits.

Elle récupéra son hobby horse qu'elle sangla dans son dos. Elle plaça les outils de Joey dans son torse, laissant ses vêtements les empêcher de tomber. Elle prit ensuite Qwark dans ses bras, et avança comme un zombie mécanique sur le chemin du retour. Son corps lui scandait la nécessité non négligeable de se mettre en veille pour lancer les processus de réparation des systèmes. C'en était presque assourdissant, mais elle ne pouvait pas se permettre de s'arrêter maintenant. Elle se traîna ainsi jusqu'à chez Joey qui faisait les cent pas devant chez lui. Si en voyant la silhouette de Fleya, il avait affiché un large sourire, lorsqu'il distingua son état et Qwark inconscient, son cœur loupa un battement. Il s'était précipité pour venir aider la Qantik, horrifié de son état, et craignant le pire pour Qwark. Le pauvre bougre se maudissait de les avoir laissés partir, s'en voulant profondément de leur état. A peine rentré, ils avaient couché Qwark, il fut rassuré de le voir toujours vivant. Il s'était tourné dès lors vers Fleya, qui s'était trainée vers le siège le plus proche pour s'y échouer, en épave qu'elle était alors.

Par tous les dieux Fleya, que s'est-il passé ?!

Il s'était précipité pour l'examiner et essayer de voir ce qu'il pouvait faire ou bricoler. Elle sortit machinalement les outils de son torse, ce qui avait flanqué un coup supplémentaire au pauvre homme.

Bon sang, tu crois vraiment que c'est le moment de me rendre mes outils ?! Merci beaucoup bien sûr, mais vos états sont clairement plus graves ! Parle moi, dis moi quelque chose Fleya, qu'est-ce que je dois faire ?!

Dans un effort qui lui parut insurmontable, elle articula.

-Les bidons sont à la surface..... Va les chercher.... Et ramène nous aux taudis....

Ses paupières se fermèrent, elle n'avait plus le courage de soutenir davantage cette réalité trop épouvantable dans son état. En se plongeant dans son état de veille, ses programmes d'auto-réparation se mirent en marche. Ils avaient du travail.... Joey aussi ne perdit pas un seul instant. Il fonça vers les taudis chercher de l'aide pour les rapatrier. Et ce ne fut qu'une fois que les deux furent en lieu sûr qu'il termina le rapatriement des bidons de carburant. Il en profita pour faire le plein de la machine de Qwark, en espérant bien que les deux se réveilleraient pour pouvoir en profiter.... L'incident fut rapidement connu de tous, les curieux n'ayant pas hésité longtemps à aller voir sur place ce qu'il s'était passé. Les Cobras n'étaient plus, et pour les populations locales, Fleya et Qwark étaient devenus des héros. Mais personne ne sut que des familles avaient péries avec les hommes de mains.... Le lendemain, Fleya fut la première à se réveiller. Ses protégés avaient veillé sur eux deux avec inquiétude, et furent ravis d'en voir une faire surface.

Enfin ! J'ai cru que tu ne reviendrais jamais parmi nous ! Tu es dans un sale état, mais tu as commencé à te réparer toute seule pour certaines choses. C'est pratique, mais un peu effrayant.... Comment te sens-tu Fleya ?

La jeune Qantik ne parvint même pas à répondre à cette question, encore traumatisée par ce qu'elle était persuadée d'avoir fait. Elle répondit simplement.

-Qwark.....?


Il "dort" toujours, il n'est pas encore sorti de sa veille. Mais il a l'air d'aller bien. Et il y a une belette qui ne le lâche pas d'une semelle, d'où est-ce qu'elle vient ? Bah aucune importance.... Au fait Shorka est là, il semble s'être inquiété de ne pas t'avoir vu rentrer hier et.....

Inquiété le mot est faible, espèce de foutue boîte de conserve !!! Tu veux ma mort ?!

Et.... Je vais vous laisser vous expliquer..... Ménage là un peu vieux grincheux, elle se réveille à peine !

Lysette avait appris à ne pas se laisser intimider par la stature imposant du tivrex, mais celui-ci ne l'écoutait pas. Il s'était approché de Fleya, heureux de la savoir enfin réveillée, mais furieux de la peur bleue qu'elle lui avait faite. Déjà qu'il s'était inquiétée de ne pas avoir eu de nouvelle, mais alors lorsqu'il l'avait trouvée ici dans cet état, ça avait été une catastrophe. Les Cobras n'auraient pas été décimé qu'il l'aurait fait lui-même ! Il était résolu à lui passer un savon dont cette sale gosse allait se souvenir jusqu'à la fin de ses jours, et s'avançait vers elle en la sermonnant.

Non mais t'as vu dans quel état tu es ?! Tu sais l'inquiétude que j'ai pu avoir ?! Sans nouvelle de toi, pour finalement te retrouver comme ça ?! Qu'est-ce qui t'a pris de monter à l'assaut sans moi ?! Tu voulais te faire tu....

-Shorkaaaaaa !!!

Fleya l'interrompit en se jetant à son cou et en fondant en larmes comme il ne l'avait encore jamais vu faire. Ce qui eut le mérite de faire retomber sa colère comme un soufflé sortit trop tôt du four. Déstabilisé par ses sanglots et son état, l'imposant fauve cornu se retrouva tout penaud, et tenta de la réconforter comme il pouvait.

Hm.... Ce.... Ça va aller Fleya.... Je... Je suis là.... Calme-toi allons....

Il ne supportait pas de la voir pleurer, surtout de la sorte, et il commença à paniquer, très embarrassé. Entre deux sanglots, la Qantik vida son sac.

-C'est horrible Shorka ! Ils sont tous morts !

Euh.... oui, c'est qui arrive lors des éboulements ?

-C'est la faute de Fleya ! C'est à cause de moi ! J'ai tapé trop fort quand je les ai repoussé ! Tout s'est effondré à cause de moi ! Fleya les a.... Je les ai tué Shorka !

Pour le félin cornu, il ne voyait absolument pas le problème. Ces types violaient régulièrement "leur territoire" et pillait les ressources des autres. C'étaient des ennemis et des concurrents dans le jeu de la survie. Ils avaient joué, et il avait perdu. Cela faisait parti du jeu de mourir lorsqu'on menaçait la survie des autres. C'était une loi naturelle. Il ne comprenait pas pourquoi la Qantik se sentait aussi mal et aussi coupable. Même si ce n'était pas voulu, leur mort était une bonne chose, elle assurait la sécurité et des meilleures chance de survie des autres. Elle aurait dû être fière au contraire. Et d'ailleurs les autres la considéraient comme une héroïne. Il réprima un soupire. Il n'y avait bien qu'elle pour se mettre des idées pareilles en tête. Un coup d’œil à gauche et à droite, personne ne les regardait. Le gros fauve s'allongea alors pour serrer sa poupée de métal entre ses grosses pattes pour lui faire un "câlin" réconfortant.

Allez, calme toi Fleya..... C'était un accident, tu ne l'as pas fait exprès. Tu ne voulais pas les tuer non ?

La Qantik agrippée à sa peluche cornue géante, secoua la tête en guise de négation.

Bah voilà, ce sont des choses qui arrivent. Leur repère était dangereux, ce n'était pas judicieux de leur part d'avoir pris une tanière aussi fragile. Tu ne pouvais pas savoir. Puis tu sais, ils ont pas eu le temps de souffrir. Et puis même si c'est dur, dis toi que tes protégés seront à présent plus en sécurité grâce à ça. Ils pourront évoluer plus tranquillement maintenant.... .... Allons, arrête de pleurer.... Cela va te fatiguer. Tu n'as pas besoin de ça. Dis toi bien que c'était un accident, bon tu es triste pour eux, tu regrettes, mais maintenant c'est fini. Cela n'aidera personne de rester triste. Puis.... Ton Maître serait dans tout ses états s'il te voyait ainsi....

-Ho non ! Maître Lucas.... Maître Lucas ne voudra même plus me regarder après çaaaaa.... Il va me voir comme un moooonstre.....

Le gros fauve pris une profonde inspiration en fermant les yeux et en se traitant de "gros con notoire". Pourquoi avait-il fallu qu'il mette son maître sur le tapis ?! La voilà repartit dans ses pleures.... Tout en se maudissant il continuait à la câliner tout en essayant de rattraper sa bévue.

Mais noooon pas du tout voyons, tu m'as toi-même dis qu'il est compréhensif, pas vrai ? Et puis toi tu essayais de bien faire hein ?! Tu as voulu régler les choses de manière non létales, ça il aurait approuvé ! Et puis tu faisais ça pour aider et protéger des pauvres gens, ça aussi il aurait approuvé ! C'était un accident, tu ne le voulais pas, il ne va pas t'en vouloir pour quelque chose que tu n'as pas voulu ?

-Mais j'ai tué des geeeens.... Il va devoir me puniiiiir.....

....Avec son dos en compote ? Il risquerait un lumbago juste en fronçant les sourcils....

Hop, une petite pique gratuite, c'était toujours ça de prit ! Mais il chassa son sourire en coin pour se reconcentrer sur Fleya.

Sérieusement Fleya, s'il te voyait comme ça, je crois qu'il serait le premier à te consoler. Même s'il y a eu des morts, c'est pas toi qui a décidé de tout faire s'écrouler, s'était un a-cci-dent. Il serait surtout soulagé de te savoir vivante. D'ailleurs il va s'inquiéter, tu devrais peut-être rentrer pour te faire réparer et te reposer un peu. Les gens d'ici pourront se débrouiller quelques temps seuls maintenant que tu les as sauvés.

Il espérait vraiment la faire revenir à Anathorey en utilisant son cher Maître. Bon il ne pouvait pas voir les Üniks, mais là-bas, elle était définitivement plus en sécurité qu'ici, et surtout elle pourrait se faire réparer. Mais Fleya avait autre chose en tête.

-Je peux pas partir.... Qwark ne s'est pas encore réveillé, et il a besoin de mon aide.... Je peux pas l'abandonner. C'est à cause de moi s'il est cassé....

Le tivrex poussa un long soupir. Bon au moins, elle s'était un peu calmée. Il lui lécha les joues, évitant les zones endommagées, pour essayer de sécher ses larmes. Il n'avait rien pour contrer l'argument qu'elle venait de lui imposer.

Bon.... ça va lui prendre combien de temps ?

-Je ne sais pas.... Dis, tu pourrais rentrer au manoir prévenir le Maître que je vais bien et que je rentrerais d'ici quelques jours ? Je ne veux pas qu'il s'inquiète.... Ne lui dis pas ce qu'il s'est passé s'il-te-plaît.....

Quoi ?! Je ne repars pas sans toi ! Je ne vais pas te laisser toute seule ici !

-S'il-te-plaît..... Shorka....

Dans son état, le gros fauve ne se voyait pas lui résister. Elle était vraiment retournée. Il poussa encore un soupir, et se releva.

Tu exagères tu sais.... Bon, je vais les prévenir et je reviens ici ensuite. Mais tu te reposes et tu ne sors pas dans les environs. Promis ?

-Oui.... Merci Shorka....

Le gros fauve lui administra une dernière léchouille avant de partir. Fleya alla alors s'installer sur une chaise non loin de Qwark, et l'observa silencieuse. Elle se sentait si coupable, si honteuse. Elle passa le bout de ses doigts sur son visage, dégageant quelques mèches de son front. La tristesse gravée sur les traits de la demoiselle, qui lui dit d'une voix mourante.

-Fleya est désolée.... Tellement désolée...

Elle espérait qu'il n'avait rien de grave, qu'il allait se réveiller. Elle ne pouvait pas s'amuser à essayer de le réparer, surtout dans son état. Elle avait besoin de temps pour se remettre elle aussi. Elle poussa un soupir, et ferma les yeux. De nouveaux son processus de réparation se mit en marche. Le jour d'après, elle ne sortait de sa veille que pour "manger". Sauf que cette fois, elle ne prenait pas que des éléments organiques. C'était curieux de la voir mâchonner des tiges de fer ou des morceaux de plastique. Mais elle avait aussi besoin de matière première pour ses réparations. Ce qui lui faisait office d'estomac dégradait tout à l'état primaire pour redistribuer les éléments nécessaires aux endroits endommagés. La peau fut un des éléments les plus faciles à réparer, et rapidement, elle retrouva une figure normale. L'exosquelette fut assez simple à remettre en œuvre aussi, le plus dur restant l'électronique et les connexions entre les différents composants. Le deuxième jour, Shorka était revenu. Il passait ses journées couché au pieds de Fleya, ne sortant que pour aller chasser. Il avait entendu dire que le gang avait été éliminé, mais il ne serait tranquille que lorsqu'elle serait rentrée. en attendant il montait la garde le plus possible. Il avait jeté quelques œillades à ce Qwark. Bon sang, il n'allait jamais se réveiller celui-là ?

Troisième jours, tout était calme. Et pourquoi il empestait la belette comme ça ?! Si ça n'était pas juste parfaitement improbable, le gros fauve aurait juré qu'il en cachait une sous ses vêtements tant l'odeur était forte ! D'ailleurs, ça lui ouvrait l'appétit.... Il se décida à laisser momentanément Fleya pour aller se nourrir. Quelques instants plus tard, Qwark se réveillait. Le prédateur parti, la belette avait également reprit ses droits. Enfin Fleya s'éveilla, juste pour vérifier si Qwark était réveillé. Elle poussa un soupir de soulagement en le voyant conscient. Elle s'approcha de lui, en se demandant pourquoi il y avait une belette sur lui, mais en s'inquiétant davantage de son état.

-Qwark ? Vous allez bien ? Comment vous sentez-vous ? Cela fait trois jours que vous êtes en veille....


Elle allait enfin pouvoir respirer un peu. Ramenant la chaise pour s'asseoir près de lui, elle lui bredouilla l'air accablée.


-Fleya est.... Je suis désolée Qwark.... Je ne pensais pas que tout s'effondrerait.... Fleya ne voulait pas vous blesser.... Fleya ne voulait pas tuer personne.... Fleya est tellement désolée.....

Son visage ne pouvait pas permettre le moindre doute sur sa sincérité tant elle était poignante. La pauvresse en avait encore les larmes aux yeux. Elle se décomposait sur sa chaise, ne sachant plus quoi dire, et n'osant même plus regarder son compagnon. Elle regardait ses mains jointes, tête baissée, l'air absente. Elle n'aurait jamais dû l'embarquer dans toute cette histoire. Avec sa jambe en plus, mais qu'est-ce qu'il lui était passé par la tête ? Qwark aurait pu mourir lui aussi, à cause d'elle. Elle s'en voulait terriblement, et son malaise en était palpable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qwark


RPG
Âge : 5 ans réel / 17 ans d'apparence
Groupe: I.A.
Inventaire: Une moto avec side car, une boite à outils divers, un pendentif octogonal métalique, un briquet à arc électrique

MessageSujet: Re: Les conséquences de nos actes....   Sam 5 Aoû - 20:33



« Qwark ? Vous allez bien ? Comment vous sentez-vous ? Cela fait trois jours que vous êtes en veille.…»

Les yeux dans le vague, je ne restais que quelques instants perdu dans mes pensées, car sans vraiment m’en rendre compte, la Qantïk venait juste de se réveiller. Je tourne alors mon regard vers elle et me doute que quelque chose la travaille. Au bout d’une dizaine de secondes silencieuses, elle me permet de comprendre quoi :

« Fleya est.... Je suis désolée Qwark.... Je ne pensais pas que tout s'effondrerait.... Fleya ne voulait pas vous blesser.... Fleya ne voulait pas tuer personne.... Fleya est tellement désolée.....»

Je la regarde, empreinte d’une profonde tristesse, scruter ses mains ou le sol de la pièce. J’aimerais pouvoir lui remonter le moral, mais je ne sais absolument pas quoi dire. Il y a un peu plus de trois jours maintenant, j’ai fauché la vie d’une trentaine de personnes. Femmes et enfants compris.
Vie avec chacune leurs interactions sociales, leurs motivations, leur vie, leurs problèmes et leurs soulagements, leurs joies et leurs peines.
Leur Futur.
Je ne comprends toujours pas comment nous en sommes arrivés là, mais tel est le cas. Je la vois se morfondre, peut-être depuis trois jours, persuadés qu’elle est la cause de tout ça. Soudainement, je ressens une grande peine pour elle. Alors, je lève une main, comme pour la stopper dans l’ascension de sa morosité, puis je décide de tout lui expliquer :

« Fleya. »

Je regarde fixement l’IA dans les yeux pour avoir toute son attention et, une fois acquise, reprend :

« Il y a deux choses importantes que vous vous devez savoir. »

Je fais alors une courte pause, recommence à caresser cette petite belette qui se trouve sur mes genoux et reprend

« Premièrement, j’ai été obligé de faire un choix. Il n’y avait ni bonne solution ni mauvaise. Je n’ai pas su quoi faire de plus et mon incapacité à me décider, ou à réfléchir posément m’a poussé à commettre une suite d’erreurs qui ont toutes mené vers un implacable et inattendu dénouement. En essayant de gagner du temps, j’ai détruit plusieurs piliers. Je n’avais pas pensé que ça remettrait en cause l’intégrité même des tunnels. J’ai continué de fuir et de briser diverses choses : qui quelques piliers, qui un linteau de porte, etc. Quand je suis enfin arrivé dans une immense salle, où j’ai sauvé vingt-huit belettes du désert, dont celle-ci, je vous entendais combattre. Et juste avant de prendre la porte qui menait à vous, un dernier tremblement est venu lézarder un immense pilier de soutènement - plus proche d’une jonction de stalactite et de stalagmite selon moi - c’est alors, que je me suis rendu compte, que les destructions s’étaient répercutées dans votre couloir. Il ne restait alors plus rien si ce n’est un homme, certainement le chef de la bande, hurlant pendant une dizaine de minutes qu’il comptait me faire la peau et ensuite lancer son ire contre les familles de la surface, d’abord ceux du quartier puis bien d’autres encore dans le temps.
Je devais choisir entre sauver les gens d’ici, ou sauver les voyous ainsi que… Leurs familles qui étaient aussi en dessous. »


Je regarde le plafond sans vraiment le regarder. Je sens sur mes joues, recommencer à couler malgré moi, des larmes. Décidément, je ne contrôle plus mes réactions ces derniers temps, me dis-je d’un air absent.

« Sachez que vous n’y êtes pour rien. Je suis vraiment heureux que vous soyez en bon état. »

En prononçant ces mots, je viens croiser le regard de mon interlocutrice. Malgré le sourire affiché sur mon visage, les larmes qui perlent encore dessus rendent pour la première fois ce sourire spécieux.

« J’ai fait un choix. Ces choix ont fait de moi un assassin de masse, selon les critères de cette société. Ou tout simplement une aberration, selon les miens.»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Les conséquences de nos actes....   Dim 6 Aoû - 0:16

Entendant son nom, la jeune Qantik sortit lentement de sa torpeur. Avec appréhension, elle leva son regard vers son alter ego masculin. Fleya était une I.A., un être absolument artificiel dans sa conception. Mais dans ses émotions et dans son regard, ses émotions étaient bien réelle. La tristesse de ses yeux bleus avait quelque chose qui était à la fois insoutenable et en même temps captivant. Une désolation poignante qui vous prenait aux tripes, mais qui aurait eu une réalisation artistique, qui au delà de l'empathie incitait à la contemplation. C'était sur ce spectacle paradoxal que Qwark avait commencé à parler. Il parla de choix, de solution qui n'était ni bonne ni mauvaise. D'une succession d'événements tragiques et d'erreurs, qui avaient finalement aboutit à  un inévitable. Une fatalité.... Sur l'instant T, la demoiselle n'avait pas tout compris laissant le temps ces données de s'ordonner dans son esprit. Visiblement, le moment où elle avait été ensevelis avait été plus long qu'elle ne l'aurait cru, et il s'était passé bien des choses.... Mais elle comprit rapidement quelque chose. Qwark s'était retrouvé dans une situation très compliquée et dangereuse. Et il avait agit comme il avait pu pour éviter le "pire". Mais pour Fleya, une autre épreuve allait la percuter de plein fouet.

Des larmes.... Et ce n'était pas les siennes. Qwark pleurait en lui avouant la vérité. Elle l'observa choquée par ce spectacle, qui la bouleversa. Et le coup de grâce furent ses dernières paroles qui la firent réagir. Elle prit délicatement le visage de Qwark entre ses mains, et doucement, elle essuya ses larmes avec ses pouces, avant de lui dire d'une voix nouée par l'émotion.


-Ne pleurez pas Qwark..... S'il-vous-plaît.... Ne dites plus toutes ces horreurs.... Elles sont fausses.... Elles sont injustes....

Elle comprenait à présent ce que Shorka avait pu ressentir la veille. C'était comme si elle s'était vue à travers un miroir un peu étrange. Elle-même au bord des larmes, elle prit sur elle pour analyser la situation et confronter toutes ces nouvelles données aux anciennes, avant de conclure.

-Vous ne pouviez faire plus, ni mieux.... Vous n'avez pas été conçu pour ça Qwark. Fleya est censée pouvoir gérer ce genre de situation. Le professeur m'a conçue pour pouvoir protéger les gens, il a donné à Fleya des armes, des compétences, des capacités et des algorithmes pour ça. Fleya aurait dû envisager tous les risques et pousser plus ses calculs. Je n'aurais pas dû vous emmener avec moi dans des zones dangereuses, alors que vous n'avez pas été fait pour y faire face.... Si Fleya vous avait laissé tranquille, vous n'auriez pas été obligé de faire des choix si terribles. Qwark n'est pas un assassin.... il a fait du mieux qu'il pouvait.... Qwark est une victime.... Une victime de plus....

Un constat qui fut un coup supplémentaire à encaisser pour la jeune I.A., qui se retrouva à déglutir avant de pouvoir ajouter.

-Vous ne pouvez pas être responsable de quelque chose pour lequel vous n'étiez pas préparer. Fleya était préparée en théorie. Je suis responsable.... Alors s'il-vous-plaît.... Ne pleurez plus.... Fleya préfère vous voir sourire....

Elle aurait voulu le prendre dans ses bras pour le réconforter, comme son Maître ou Shorka faisaient lorsqu'elle était malheureuse. Mais son abdomen n'était pas complètement refermé, et elle ne voulait pas qu'il découvre son état. Elle ne voulait pas le voir pleurer davantage. Elle n'aimait pas voir les gens pleurer.... Surtout pas ceux qu'elle appréciait. Luttant pour ne pas fondre en larme une fois de plus, elle chercha quelque chose à dire, et lâcha sans réfléchir.

-Il va falloir avoir l'air normal.... Car.... Les gens des taudis et de la cité.... Nous considèrent comme des héros pour les avoir sauver des Cobras....

Mais alors qu'elle venait de finir sa phrase, la pauvresse se mit à fondre en larmes de nouveau, cachant son visage derrière ses mains, et avant entre deux sanglots.

-Fleya n'y arrivera jamais ! Fleya est mortifiée parce qu'elle ne voulait pas tuer des gens ! Fleya ne sait plus quoi faire....

Il ne se passa pas cinq minutes avant que Shorka ne revienne de la chasse, et rentre comme une fleur dans la pièce pour trouver sa protégée en larmes. Qwark était réveillé, et avant qu'il ne parte à la chasse, Fleya ne pleurait pas. Donc il avait forcément dut faire quelque chose celui-là. Et il avait bel et bien une belette sur lui en plus ! Commençant à montrer les crocs, Shorka grogna et alla pour l'interpeler, mais il n'en eut pas le temps....

Mais qu'est-ce qu'il se passe ici ?


Lysette alertée par les sanglots de Fleya était venue voir ce qu'il se passait, et elle trouva Fleya en larmes, Qwark qui n'avait pas l'air plus en forme, et Shorka qui avait l'air grognon. La conclusion fut rapide à faire pour elle, et poings sur les hanches, elle se mit à houspiller le fauve.

Mais c'est pas vrai ! Tu peux pas être un peu moins rustre avec les autres ?! Regarde dans quel état ils sont !

Shorka se retrouva dépassé par les événements. Il tournait sa tête de gauche à droite pour essayer de comprendre pour quelle raison il se faisait rabrouer. Et alors qu'il ouvrait la gueule pour rugir à l'injustice, Lysette l'attrapa par une de ses cornes et commença à le tirer -avec toutes les peines du monde- vers l'extérieur de la pièce.

Tu reviendras quand ils seront calmés ! En attendant tu viens m'aider à aller leur chercher de quoi boire et se sustenter !

Le fauve aurait bien voulu piler des quatre pattes pour ne plus faire un centimètre, mais il connaissait Lysette. Elle aurait été fichue de se faire mal pour parvenir à ses fins. Il la suivit donc, bon gré mal gré, pour commençait à râler en dehors de la pièce et à poser quelques justifications.... Tout en étant quand même obligé de la suivre pour lui passer un coup de main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qwark


RPG
Âge : 5 ans réel / 17 ans d'apparence
Groupe: I.A.
Inventaire: Une moto avec side car, une boite à outils divers, un pendentif octogonal métalique, un briquet à arc électrique

MessageSujet: Re: Les conséquences de nos actes....   Dim 13 Aoû - 18:22



Après cette sortie tonitruante, le silence retomba sur la pièce comme une chape de plomb. Plusieurs minutes passèrent sans qu’aucun mot ne soit prononcé. Fleya, toujours en train de pleurer, regardait Qwark ; ce dernier quant à lui était absorbé par la vision du mur d’en face, qui semblait servir de parfait écran à ces projections mentales. Chacun étant perdu dans leurs propres pensées, leurs propres tourments, aucun d’entre eux ne vit le temps passé alors enfermé dans leur mutisme introspectif.

Dehors, la rue commençait de plus en plus à s’animer. Au bout d’une trentaine de minutes, Lysette revint avec la nourriture et l’eau promise, Shorka n’était pas derrière elle.

«Dame Fleya ! Monsieur Qwark ! Vous ne devinerez jamais ce qu’il se passe dehors !»

Tout en se dirigeant vers une table, afin de poser ce qui l’encombrait, elle reprit sur un ton médusé:

«Il y a plein de personnes qui attendent dehors, elles veulent toutes vous voir ! La plupart d’entre elles sont venues avec des présents afin de vous remercier. Vous voyez que je ne suis pas la seule à penser que c’était un mal pour un bien ! Ce ramassis de voyous et de pleutres qui attendaient de vous détrousser à la première occasion venu. Qui saccageait tout ce qu’ils trouvaient, qui enlevait de jeunes orphelins pour je ne sais quelle raison !»

Lysette ne savait pas ce qu’il s’était réellement passé en bas, seule Fleya comprenait que tout n’était pas ni blanc ni noir, en tout cas, selon la version de Qwark.

«Shorka n’est pas si méchant que ça, vous savez monsieur Qwark, en apprenant à le connaître on finit par s’en rendre compte. Je ne sais pas ce qu’il vous a dit tout à l’heure, mais essayez de faire comme si de rien n’était, non ? Il est juste bourru et veut protéger sa maîtresse, peut-être pas toujours de la bonne manière, certes, mais bon… Il a d’ailleurs décidé de rester dehors afin d’empêcher ce rassemblement de rentrer à l’improviste. Oh et… Je vous ai aussi fait porter de l’eau dans une vasque à l’autre bout de la pièce, rafraîchissez-vous un peu et ensuite, au calme, vous verrez si vous voulez parler aux gens dehors. Je serai derrière la porte, en cas de besoin, tapoter deux fois.»

Quand la porte se referma sur cette petite tempête de bout de femme, Qwark regarda Fleya dans les yeux, mais ne dit rien. Il réussissait à comprendre qu’elle s’en voulait, pour tout, alors qu’elle avait failli rester ensevelie sous les galeries et l’entrepôt lui-même. Il ne remettait pas en cause le fait qu’elle était prodigieusement intelligente, et qu’elle avait la faculté de s’adapter à tous types d’ennemis en temps réel, voir tous types de situations, et ce bien mieux qu’il ne pourrait jamais le faire. Mais niveau algorithme de calculs, probabilités et statistique vectoriels, il savait que tout cela lui était largement devinable. A posteriori, chaque coup donné dans un pilier ou une paroi, fragilisait de façon logique et prévisible, la solidité de la structure. Lui-même le savait, il n’était que trop bien placé pour savoir que lorsqu’une architecture ou un aménagement ne présente pas assez de ponts de maintiens dans leur structure globale, tout s’effondre. À y réfléchir, il a vraiment été chanceux, car il aurait pu entraîner avec lui une grosse partie des habitations voisines au passage.

Il se leva alors et regarda, au travers des rideaux, par la fenêtre :

De tout le quartier, des gens affluaient afin de rencontrer ceux qui mirent à mal le groupe des Cobras. Tous voulaient connaître cette femme et cet homme qui les avaient sortis d’une partie du malheur et du danger dans lequel ils vivaient quotidiennement. Fini les raids sur les pauvres ressources du quartier, finis les disparitions tous les mois aux mêmes dates, fini les interdictions de circuler librement dans certains endroits de la ville ou après une certaine heure. Certes tous les problèmes n’avaient pas été chassés d’un coup, mais au moins il n’y en aurait clairement plus autant que ces derniers mois. Peu importe qui étaient ces bienfaiteurs, au moins ils savaient ce qu’il fallait faire pour rendre les rues de la cite Neutre un peu plus calme - et bien sûr le faisait ! À diverses périodes, des gens bien intentionnés avaient aidé à défendre la cité, mais cela ne durait malheureusement que peu de temps. Ces personnes finissaient par partir en abandonnant tout le monde à leur sort, ou finissaient par disparaître lors d’un combat bien souvent sous-évalué ou mal préparé.
Non, ceux-ci étaient clairement différents !
Ce ne pouvait être des novices ou des gens qui ne savaient pas ce qu’ils font. Clairement, pour taper sur ce groupe de dégénérés, aller dans leur repère et s’en débarrasser une bonne fois pour toutes il fallait de la planification, du cran et des compétences !

Regardant dehors, sans vraiment voir le monde, il s’adressa à Fleya d’une voix douce et calme :

«Pour cette foule dehors, nous sommes deux personnes remarquables. Pourtant nous ne le sommes pas. J’ai… Pardon, nous avons commis des erreurs, qui eurent des conséquences que nous sommes les seuls à comprendre pour l’instant. Si je n’avais pas été confronté à la peur comme cela, j’aurais pu deviner ce qui allait se produire. Mais j’ai paniqué, pour la première fois de ma vie, j’ai paniqué. Je n’ai pas choisi les actions les plus logiques ni les moins risquées. J’ai cédé à la peur et à la simplicité. J’ai choisi la voie la plus facile. Je ne veux plus que cela arrive.»

Qwark tourna alors lentement la tête vers l’IA, et d’une voix décidée repris :

«Je ne veux plus et pour cela je dois apprendre à maîtriser ma peur, maîtriser mes gestes.
Résister à la pression.

Apprenez-moi à me battre.»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Les conséquences de nos actes....   Aujourd'hui à 17:54

Parfois les choses semblaient suivre une fatalité inexorable. Alors que les deux I.A. étaient en proie à leur tourments respectifs, Lysette revint annoncer une "bonne nouvelle". Fleya étouffa un sanglot à l'annonce de la nouvelle. Elle serra les poings et les dents. Elle même l'avait dit plus tôt, pour les autres ils étaient des héros.... Ce qui devait arrivé était arrivé. Alors que Lysette expliquait un peu à Qwark comment était Shorka, Fleya tentait de retrouver un peu de contenance. Lysette partie, la jeune Qantik observa la nourriture et l'eau posés. Elle avait fini de pleurer, mais elle ne savait pas quoi faire pour autant. Elle se sentait étrange, comme si son énergie était diminuée, comme si elle était fatiguée. Les paroles de Lysette résonnaient dans ses processeurs. Des "remerciements", de la "gratitude", des "cadeaux".... Elle comprenait que pour eux, ils les avaient délivrés de l'un de leur plus grave problème. Mais que penseraient-il s'ils savaient ? La réflexion de Shorka lui revint alors en tête. Au vu des préjudices qu'ils subissaient à cause des Cobras, il était quasiment certain que tous passeraient sur la mort des "innocents".... Un mal pour un bien. Si Fleya comprenait la logique du raisonnement, elle fut surprise de voir à quel point elle avait du mal à y adhérer.

Pourtant, paradoxalement cette logique lui paraissait tout à fait naturelle, elle était même présente dans sa programmation de base. Elle avait été programmé pour suivre ce genre de pensée. Mais ici, elle n'y parvenait pas.... Son évolution empirique l'avait doucement détaché de ce principe de base pour se créer ses propres manières de réfléchir. Elle se sentait un peu perdue face à ce décalage, et si Qwark n'avait pas été aussi affecté qu'elle, elle se serait demandée si elle n'était pas dysfonctionnelle ou corrompu dans ses données. Mais justement, Qwark avait repris parole. Elle le laissa parler, l'écoutant jusqu'à sa dernière demande. Profitant d'un instant ou les raisonnements logiques avait pris le pas sur ses émotions, justement pour les identifier, elle avait rebondi sur un des propos de son alter ego masculin.


-C'est faux.... Nous ne pouvons pas tout prévoir.

Dans un effet de mise en abyme complexe, les algorithmes de Fleya analysaient leur propre manière de fonctionnement et de résolution de calcul. Les propos de Qwark sur leurs "erreurs" avaient automatiquement lancé une recherche interne des erreurs commises. Et cette recherche faisait aboutir à des conclusions qui nuançaient le discours de Qwark.

-Nous pouvons effecteur des calculs d'une grande précision, des calculs qu'aucun originaire ne pourrait faire aussi rapidement et de manière si rigoureuse. Mais nos calculs n'ont jamais permis d'atteindre le risque zéro. Nous pouvons imbriquer toutes les variables possibles dans nos réflexions. Nous pouvons pousser les statistiques à leur paroxysme, et nous rapprocher d'un taux proche du 100% de certitude. Mais nous ne pouvons rarement prétendre à cette certitude. Nous n'avons aucune emprise, aucune mesure exacte sur tous les éléments qui constituent notre environnement. Que ce soit sur un système complet de répartition des masses et de constitution égale ou non des sols.... Ou sur les réactions et comportement d'êtres vivants. Nos calculs ou notre sang froid n'auraient rien pu pour nous. Ils n'auraient pas permis d'éviter cela. C'est justement parce que nous sommes habitués à évoluer dans l'exactitude, les statistiques et les prévisions que nous oublions que nous ne pouvons pas tout contrôler, prévoir ou maîtriser.

Les propos que tenaient la jeune Qantik l'aidaient à prendre du recul, mais pas à digérer les événements pour autant. C'était une analyse froide d'un sujet brûlant. Elle poursuivit.

-C'est peut-être pour ça que parfois.... Il n'y a pas de bon ou de mauvais choix. Parce que nous ne pouvons pas tout prévoir. Parce que nous ne pouvons pas parer à tous les imprévus. C'est peut-être pour ça que parfois, la meilleure et seule chose à faire est de faire de son mieux dans une situation donnée. Si nous devons définir notre erreur.... Ce serait d'avoir cru que nous pouvions tout prévoir et tout gérer. Nous ne le pouvions pas.... En conséquence, nous n'étions pas préparés à vivre tout cela. Il va nous falloir apprendre à accepter le fait qu'il y aura toujours des risques.... Mais.... Fleya sent que ça va être très difficile....

La Qantik se tourna vers Qwark dubitative sur l'idée de lui apprendre à se battre, et se décida finalement.

-Le fait de savoir vous battre ne vous aidera pas toujours soyez-en sûr. Le Maître à appris à Fleya à ne faire ça uniquement en cas de dernier recours. Mais si cela peut vous donner confiance en vous, alors Fleya vous apprendra. Je sais que je suis rassurée à l'idée de pouvoir protéger et défendre ceux que j'aime. Fleya n'aimerait pas se sentir impuissante face à une situation où les siens seraient en périls. Je vous aiderai à éviter cela. Mais.... Uniquement quand vous serez réparé.... Et il faudrait voir avec un professeur pour modifier un petit peu votre constitution pour pouvoir donner et encaisser les coups de manière moins dangereuse pour votre corps. A partir de là on pourra commencer le combat en corps à corps, puis les combats avec les armes.

Fleya se leva, elle entendait la foule dehors les acclamer et les appeler. Elle affichait une moue désœuvrée et affligée et se tourna alors vers Qwark.


-Je n'ai jamais vu les habitants de la Cité aussi réjouis et heureux.... Fleya n'a pas le cœur de briser leur bonheur et leur soulagement avec la vérité.... C'est si rare de les voir ainsi.... Qwark.... J'aimerai qu'on ne leur dise pas ce qu'il s'est réellement passé.... Ce n'est pas bien mais.... Leur vie est si dure et si compliquée, pour une fois qu'ils sont si heureux, laissons-leur cette joie. Quand vous vous sentirez prêts, nous irons les voir. Ils ne partiront pas sans nous avoir vu, et Shorka risquerait de perdre patience. Une fois que nous en aurons fini avec eux, nous partirons.

Elle ne pouvait pas forcer Qwark à mentir, et elle ne le voulait pas. Il était tout à fait libre de dire la vérité aux habitants de la cité. C'était simplement une faveur qu'elle lui demandait. Lorsqu'il se sentit prêt, Fleya frappa à la porte pour sortir, rencontrer leur public....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Les conséquences de nos actes....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [ Actes #2 ] - JoMo : Mission accomplished ... [ World ]
» Lara Croft L'extraordinaire est dans nos actes et non dans notre façon d'être
» La grandeur d'un homme se mesure dans ses actes et non dans ses paroles
» Respecter les préceptes de notre Ordre et tout ce que nous défendons. Ne jamais divulguer nos secrets ni la véritable nature de nos actes. Rester fidèle quoiqu'il advienne... jusqu'à la mort... Tel est mon credo. Je suis Shay Patrick Cormac
» L'immunite des parlementaires
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sidhe
 :: La Cité Neutre
-