Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

Nouveau lieu, nouveaux défis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Haku

Originaire depuis le : 19/09/2016
Récits contés : 149

RPG
Âge : 18
Groupe: Anemös
Inventaire: Un arc, des flèches, un couteau de chasseur, un appeau à raton-laveur, un ruban proctecteur, un maillot anti-chaleur, un papier magique et une petite renatsu

MessageSujet: Nouveau lieu, nouveaux défis   Jeu 5 Oct - 18:44

Passage où Haku découvre la capitale et son dojo

Le matin se lève sur la capitale et ses habitants en pleine activité. Haku revoit les arbres hospitaliers, les ruisseaux paisibles, les passerelles aériennes de ses souvenirs. Il marche tranquillement vers le centre de la ville. Cet endroit a tellement plus d’envergure que chaque panorama de Mura no Mori. Il y a tant de monde que ça le met mal à l’aise. Trop de nouveautés et de distractions. Au milieu de ce chaos, il cherche néanmoins un lieu précis : la roche de Maana. Il en a tant entendu parler et pourtant si peu médité dessus jusqu’à présent. Se retrouver devant la sculpture d’aile lui provoque des picotements sur la peau. Il se demande à quoi est dû cette étrange sensation. Il a peut-être ressenti l’émanation de maana. Mais son esprit sceptique lui suggère d’emblée qu’il se l’est suggéré tout seul. Après tout, les hybrids y accordent tellement d’importance, il est logique qu’il se raconte des histoires. Ne sachant que penser, il reste un moment contemplative devant la roche sacrée.

Tant de temps avant qu’il ne prenne la décision d’y revenir. Cette décision n'était à son réveil qu'une impression indicible et vaporeuse. Après plusieurs heures à méditer sur cette sensation de manque, il a fini par trouver le courage, le courage de quitter tout ce à quoi il était habitué, à son cocon familier, pour longtemps. Cela faisait un moment qu’il n'avait plus exploré les différents lieux de la Sylva. Ses excursions se réduisaient à quelques jours, il était même allé à la bordure de la forêt et de Nordkia. Une nouvelle expérience de voyage en solitaire lui serait bénéfique, une plus longue. Sa première action fut d’en parler à Isamu, le chef de son escouade, pour demander à s’absenter. Ce dernier lui proposa d’aller au dojo pour étoffer sa formation d’éclaireur et d’apprendre auprès d’un nouvel instructeur, Osamu, joignant ainsi l’utile à l’agréable. Ce changement n’en faisait plus un voyage découverte mais Haku accepta l’idée en silence. Sûr de lui, il annonça ensuite sa décision à ses parents. Ces derniers accueillirent bien l’idée malgré sa soudaineté. Haku ne demanda pas s’ils espéraient que son séjour dure ou qu’il revienne très vite. En tout cas, ils voulaient vite des nouvelles par griffon.

Un rayon de lumière réfléchi par la roche l’éblouit et le sort de ses pensées. Il doit trouver le dojo avant que le soleil ne monte trop haut. Décrochant son regard de la roche sacrée, il constate bien vite que Miu n’est pas restée avec lui pour contempler le cadeau de Mère Nature, évidemment. Il appelle la petite renastu pour la ramener près de lui car ce serait facile de la perdre dans un endroit aussi peuplé et vaste que la capital. La petite boule de poils est sans surprise en train d'importuner une fille avec ses demandes de jeu. Bien que cette dernière n'ait pas l'air importunée, Haku s'excuse et conduit Miu vers le dojo. Il trouve facilement le chemin, difficile de manquer le grand bâtiment même à Nemoto réputé pour son optimisation de l’espace aérien.

C'est le plus grand édifice hybrid que Haku a vu jusqu'à présent. Interrompu dans sa contemplation par son propre bâillement, l’éclaireur se décide à franchir le seuil de bois en bonne santé. Il a très peu de souvenirs du dojo en lui-même et redécouvre la décoration harmonieuse de lierre et de motifs animaliers. Tout a été construit dans l’idée de permettre la circulation et aussi d’impressionner les visiteurs. Très vite perdu devant la multitude de portes débouchant sur les différents axes des enseignements (ils enseignent même l’art du thé, qui ça intéresserait plus de deux jours ?), il demande son chemin pour trouver la partie réservée aux éclaireurs et aux guerriers.

Après avoir longé plusieurs couloirs, ses oreilles lui renvoient de nouveaux bruits qu’il n’a aucun mal à identifier. Le dernier panneau débouche sur un jardin intérieur, occupé par quelques hybrids en plein entraînement. Je suis au bon endroit mais où est Osamu ? C'est censé être le responsable. Sitôt s’est-il posé la question qu’il croise le regard inquisiteur du plus âgé. Celui-ci n’a pas l’air très musclé et son visage serait presque oubliable sans un aura engageant de pédagogue. Haku le fixe encore, hésitant à détourner ou maintenir son regard. Le maître laisse ses élèves poursuivent leur exercice pour accueillir ce nouveau venu. Il l’interpelle d’un air affable. Haku se présente tout en tendant une lettre écrite de son chef. En la lisant, la maître hoche la tête. Il se présente à son tour, confirmant être Osamu, et poursuit :

- Alors dis-moi, pourquoi es-tu venu si loin de ton village pour te perfectionner ?
- Je veux surtout venir à Nemoto pour changer d’air à vrai dire... Mais c’est toujours utile d’apprendre de nouvelles choses et plus sûr avec ce qui traîne dehors
, répond Haku en pensant aux esprits maléfiques, aux sirènes et aux üniks hostiles qui habitent en dehors de la Sylva.
- Bienvenue au dojo. Ce petit renastu est à toi ? Est-ce qu’il génère des boules de feu.
- Euh non, elle s’appelle Miu et elle ne brûle jamais rien, je m’en porte garant.
- Trop jeune, j’imagine. Tu peux t’installer aux dortoirs. À ce que j’ai lu, tu suis le rythme nocturne. Reviens ici ce soir à dix heures.
- À ce soir alors, monsieur.


La dimension des lieux l'émerveille. Les dortoirs étant assez spacieux pour accueillir plusieurs familles, l’anemös s’installe dans un coin tranquille tandis que Miu explore le vaste endroit avec intérêt. Elle finit son tour d’inspection puis retourne voir Haku mais celui-ci feint de somnoler. Elle se colle à ses jambes avant de se laisser aller au repos à son tour.


Dernière édition par Haku le Mar 10 Oct - 15:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Haku

Originaire depuis le : 19/09/2016
Récits contés : 149

RPG
Âge : 18
Groupe: Anemös
Inventaire: Un arc, des flèches, un couteau de chasseur, un appeau à raton-laveur, un ruban proctecteur, un maillot anti-chaleur, un papier magique et une petite renatsu

MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouveaux défis   Ven 6 Oct - 19:06

Passage où une renastu est abandonnée à son sort et où Haku compte des pantins

Les jours passent et Haku prend ses marques dans ce nouvel environnement. Les entraînements physiques sont plus durs qu’il ne s’y attendait mais son instructeur ne s’en formalise pas. « C’est une forme physique tout à fait normal. Le but de l’entraînement est d’aller au bout de tes limites. Tu verras pendant les exercices de mise en pratique, tu auras progressé. » dit-il. Il s’intéresse fréquemment à Miu, le questionnant sur ses habitudes, son contact avec autrui. Un peu comme si elle était une élève à part entière. Haku n’est pas très rassuré par cette trop grande marque d’intérêt. Mais Osamu trouve la faille et lui propose d’installer la petite renastu dans un coin fréquenté par ses semblables, un arbre particulier, creux, bourré de trous. Haku l’y laisse malgré la peur qu’elle ne s’intègre pas bien. Il s’inquiète pour pas grand-chose, Miu sait se débrouiller pour manger et elle peut retourner au dortoir l’attendre si elle en a besoin. Lui de son côté va à la volière envoyer un message à ses parents. Il passe un sacré moment à raturer son brouillon pour retirer les choses qu’il juge inadéquates et laisse les banalités, cherchant à plaire à chaque membre de sa famille sans savoir ce qui leur plaira vraiment.

Haku a écrit:
Maman, papa, toute la famille,

    Je suis bien arrivé à Nemoto même si j’ai pris un jour de retard à cause des pluies. Osamu est gentil bon professeur et je sens que je fais déjà des progrès. Je prends les cours du soir en même temps que les autres, puis Osamu me teste la nuit. Je suis le seul de l’équipe de nuit pour l’instant mais il m’a promis un changement bientôt. Il teste ma vue et ma capacité à retranscrire les messages. Le code de Nemoto est un peu différent de celui du village ça m’embrouille un peu mais ça va.
    La ville est très belle, très intéressante et très animée la nuit, Les bars sont vraiment ça change pas mal Il y a une foule d’artisans et d’érudits là-bas. La bibliothèque est gigantesque, il y en a même plusieurs. Je me suis déjà fait de nouveaux am intégré aux élèves qui habitent le dojo. Comme ils ont à peu près mon âge, c’est simple. Dites à Kenta et Takumi qu’ils me manquent que je pense à eux quand même. Passez le bonjour à Kenta et Takumi de ma part. Vous me manquez tous.

Haku

Haku fait une grimace en rédigeant la dernière phrase mais décide de ne pas la raturer. Son père ne lui manque pas du tout mais un pieux mensonge ne peut pas faire plus de mal que la vérité. Il rédige sa lettre au propre, espérant en avoir assez écrit et écrit ce qu’il faut. Le griffon des arbres accepte son message et s’envole dans le soir. L’anemös retourne voir Osamu pour son cours particulier.

Dans un terrain d’entraînement à l’extérieur de la ville. Son enseignant lui explique l’exercice : retranscrire sur une feuille tous les pantins placés dans le secteur. Ils sont au nombre de douze mais Haku soupçonne fortement Osamu de lui avoir donné un faux nombre pour tromper sa vigilance. Il part en reconnaissance tandis que ce dernier reste sur place à chronométrer mentalement le repérage de son élève.

- Ça m’a l’air correspondre, tu en as même trouvé un treizième. Maintenant veux-tu bien m’indiquer où se trouvent ceux qui avaient une marque rouge sur le corps ?
J’ai bien fait de mémoriser cette étrangeté.
- J’en ai vu huit. Ici au nord, ici à dix mètres, là...
- Cet exercice est trop facile pour toi je vois.
- Isamu le fait souvent
, modère Haku en cachant sa fierté.

En revenant au dortoir, Haku ne voit pas de traces de sa boule de poils préférée. Il décide que cette nuit et le jour à venir, il n’ira pas la chercher. Plus elle s’habituera à se séparer de lui, moins leur ultime séparation sera douloureuse. Son destin sera de le quitter pour rester définitivement avec les membres de sa race. Depuis le début, c’était ce qu’il avait promis. Il faut quitter le nid familial à un moment.


Dernière édition par Haku le Mar 24 Oct - 21:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Haku

Originaire depuis le : 19/09/2016
Récits contés : 149

RPG
Âge : 18
Groupe: Anemös
Inventaire: Un arc, des flèches, un couteau de chasseur, un appeau à raton-laveur, un ruban proctecteur, un maillot anti-chaleur, un papier magique et une petite renatsu

MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouveaux défis   Mar 10 Oct - 15:25

Passage où Haku rencontre un invité surprise et où le jeu révèle des capacités qu'il n'avait pas encore remarquées

La journée passe, Haku dort d’un sommeil un peu moins réparateur que d’habitude. Les cloches annoncent dix heures. Haku s’habille en vitesse pour ne pas perdre du temps sur son entraînement du soir. Cette fois-ci après l’échauffement, les exercices ne se résument pas à du renforcement musculaire. Ils sont mis deux par deux pour s’entraîner de façon plus pratique à l’affrontement. L’un frappe le bouclier rembourré tenu par son partenaire. La cadence est soutenue si bien que Haku est en nage et tremble à la fin. Il est soulagé d’en arriver aux assouplissements, exercice qu’il préfère.

Les apprentis s’en vont, laissant Osamu et Haku seuls. Il attend de voir ce que l’autre lui a réservé ce soir. C’est alors qu’un individu curieusement familier vient à leur rencontre. Haku n’arrive pas à mettre un nom sur ce visage pourtant connu. Il porte la coiffure longue traditionnelle des hybrids de chez Haku mais ce n’est pas un gars du village. Osamu ne semble pas surpris le moins du monde et interpelle le nouveau venu dont le nom ne lui revient toujours pas.

- Ta petite surprise est arrivée Haku. Vous vous connaissez peut-être, on dirait que vous êtes de la même famille. Salut Ayu.
- Salut Osa. Haku, mon grand, comment vas-tu ?
- Cousin Ayu... ?
Risque-t-il.
- Bah oui, « Ayumu ». Tu ne te rappelles pas ? On a discuté à la dernière cousinade.
- Si si, je t’ai reconnu, c’est juste le nom qui ne me revenait pas.
- Alors je suis venu te donner les cours du soir à la place d’Osamu. D’ailleurs Osa, passe une bonne soirée.
- Bonne soirée tous les deux,
dit Osamu.
-Comme ça, je peux passer du temps avec un membre de ma famille. Sinon ça te plaît Nemoto ?
- Euh, oui Nemoto me plaît beaucoup. Comment es-tu au courant que je suis venu ici ?
- Osa m’a supplié
, chuchote Ayumu d’un air complice. Rogner sur ses heures de sommeil ? Horrible, tu gagnes au change. Blague à part, ton père m’avait prévenu de son côté. Son fils aîné qui va à Nemoto, il fait le fier, tu penses.
- Ah…
fait Haku avec gêne. Servir de prétexte à la vantardise ne lui plaît pas mais savoir que son père pouvait tirer fierté de lui le chamboule plus encore.
- Prêt pour un p’tit exo ?
- C’est quand tu veux !
répond-il pour penser à autre chose.
- Tout est déjà prêt. Mais on fera ça après que tu te sois lavé un peu. Je ne sais pas ce qu’Osa t’a fait faire mais tu sens le blaireau.
- Je n'dis pas non...


Ayumu est assez curieux. De loin, ce grand échalas a l’air sombre et même intimidant mais quand on discute avec lui on se rend compte qu’il s’intéresse aux autres et dispose d’un humour assez direct. Son totem, le vautour, est peut-être la cause de cet aura glaçant mais la famille de son père compte beaucoup de totems de rapaces à la mauvaise réputation. Cela tient peut-être aussi au fait que l’équipe de nuit des éclaireurs est toujours composés de gens en marge des relations sociales.

Après s’être restaurés et lavés, les deux cousins retournent au terrain d’entraînement. Son tout nouvel enseignant lui explique l’exercice :

- Ton but est simple : me filer entre les doigts. Tu as quelques secondes pour t’éloigner et te cacher au plus vite. Si je t’attrape avant les coups de quatorze heures, tu m’offres le prochain repas ! Je te préviens : mon pas de lune me rend rapide, plus que les üniks à califourchon sur leurs engins animés sur roues.
- Hein ? Tu me proposes un cache-cache ?
- Un… Deux… Trois…


L’anemös file vers les fourrés. Le test d’Ayumu a peut-être l’air d’une blague mais il ressemble aux exercices que lui donnait son instructeur pour reproduire les conditions d’une éventuelle traque par des üniks. Si Haku échoue trop facilement, Ayumu perdra l’estime qu’il semble avoir envers les capacités d’éclaireur de son cousin. À prendre au sérieux donc. Il prend de la hauteur et saute de branche en branche. Ses muscles déjà éprouvés par l’exercice d’Osamu tremblent.

- Trop facile.

Aiguillé par le bruit, Haku tourne la tête pour découvrir Ayumu juste derrière lui, dans les airs. Prenant appuie sur une surface invisible, Ayumu prend encore de la hauteur et rattrape dangereusement de sa cible.

- C’est dommage d’en avoir déjà terminé.

Avec son don, Ayumu est plus à l’aise dans les arbres que moi ! Je dois rester au sol. Même si ça ne m’arrange pas vraiment ! Il a trop d’avance !

Haku pivote à l’aide d’une branche et plonge vers le sol. Il rampe sous le couvert des arbustes dans une direction au hasard. Heureusement, il bénéficie d’une autre protection : la nuit. Si Haku compte sur sa vision noctambule, Ayumu en est dépourvu. Son don ne se limite pas à cet aspect et lui procure une aptitude remarquable (plutôt son contraire) à se faire discret. Il utilise le manaa pour étouffer les bruits du moindre de ses gestes. Ayumu, bien moins gêné par le souci de progresser à pas de souris, se rapproche dangereusement. Figé comme une pierre, Haku attend qu’il le trouve. Il éclaire les fourrés où il se trouve – bon tant pis – et passe son chemin. Hein ?

La lanterne d’Ayumu s’éloigne progressivement de Haku. Ce dernier se cale dans l‘ombre pour observer la situation. Les minutes passent, Ayumu quadrille la zone de plus en plus perplexe. Cela se voit à sa tête tournée vers le sol, à la recherche de la moindre trace de pas de son cousin. Il suit dangereusement l’itinéraire de son jeune cousin. Il est temps pour Haku de semer définitivement son maître. Pour cela, il doit quitter le sol. Régulièrement il vérifie qu’Ayumu ne l’a pas repéré et change d’arbre. Un exercice qu’il a tellement pratiqué à son plus jeune âge qu’il a gagné l’aisance d’un écureuil.

Ayumu perd définitivement sa trace au pied de l’arbre. Il tente une autre tactique et balaye rapidement la zone de sa lanterne. Des bruits brefs marquent chaque pas de lune d’Ayumu. Haku se concentre à nouveau sur son don quand l’autre peut le voir. À mesure que son cousin perd son temps à le chercher, Haku s’interroge sur son coup de bol initial, quand il était à moins de deux mètres de lui. Comment avait-il pu le manquer en braquant sa lanterne juste à côté de lui. Les coups de quatorze heures viennent interrompre ses pensées.

- Haku, comment as-tu fait pour disparaître ?
- Je ne sais pas, je me suis couché dans l’herbe, tu ne m’as pas vu du tout ?


Ils mettent quelques minutes à comprendre, expérimentant un peu les limites. Ayumu ne pouvait voir Haku concentré sur son don qu’en braquant directement la lanterne sur lui. Ce mystère plus ou moins résolu, ils décident de changer de registre et de rentrer à la capitale pour se divertir et discuter ensemble. Si Ayumu connaît bien son cousin Hayato et par extension son fils, Haku. Ce n'est pas le cas de ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Haku

Originaire depuis le : 19/09/2016
Récits contés : 149

RPG
Âge : 18
Groupe: Anemös
Inventaire: Un arc, des flèches, un couteau de chasseur, un appeau à raton-laveur, un ruban proctecteur, un maillot anti-chaleur, un papier magique et une petite renatsu

MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouveaux défis   Lun 13 Nov - 22:37

Où Haku évoque l’épineux sujet des üniks

C’est d’assez bonne humeur que Haku échange avec Ayumu, enhardi par le constat des progrès de son don. Se fondre chez les üniks sera plus simple qu’il l’imaginait auparavant. Car cette idée persiste dans son esprit malgré la méfiance – en grande partie fondée – de son peuple. Il a toutefois besoin de confier son projet à quelqu’un, celui d’aller chez les üniks et les qantiks. Les juger de ses propres yeux.
Ayumu partage ses expériences sur le terrain, agrémentées de piques. Après un long moment de discussion d’où ressort leur vision commune du monde, il se laisse aller à lui demander son avis sur les üniks. La moue que fait son interlocuteur répond vite à sa question mais celui-ci ne s’arrête pas à ça et lui prodigue des mises en garde, ne cachant pas le dégoût que lui inspire ce peuple :

« Que ce sont des fourbes, dangereux parce qu’inconscients et bravaches. Sérieusement, ne les juge pas niais et inoffensifs, tu y perdras des plumes ! Pas que leur armée, leurs civils sont pareils, ils ne voient que leur intérêt personnel, méfie-toi des apparences. Ce sont peut-être des originaires, mais jamais ils n’apporteront du bien au monde. Surtout pas par plaisir. Si tu peux les chasser, fais-le. »

Haku acquiesce avec retenue, n’osant pas contredire son cousin. Celui-ci se doute-il que d’autres proches – dont son père - lui ont tenu le même discours ? Il abandonne l’initiative de la conversation, repensant à ce que lui sait personnellement des üniks : que certains fondent des familles avec des hybrids et que les dockers s’épanouissent dans le travail et aiment la fête. La façon dont il l’a découvert, si certains l’apprenaient, risquait fort de le mettre en situation délicate et ce n’est qu’un euphémisme. Ayumu ne peut donc pas être mis dans la confidence. Certes, le point de vue de ce dernier – et des autres hybrids – se défend mais l’opposition perpétuelle entre les deux races n’apportera la sagesse ni à l’une ni à l’autre. Un peu pour ça – pas simplement par curiosité – qu’il aimerait rencontrer vraiment les autres races. Ayumu continue à lui parler, moins répugné maintenant qu’il ne parle plus principalement des üniks :

- Tu sais, tu n’hériteras pas automatiquement d’un secteur à la frontière, il y a bien d’autres zones à surveiller. Ils se passent de curieux phénomènes depuis quelques temps. ‘Fin sans vouloir t’alarmer.
- Je choisirai mon secteur le moment venu,
répond Haku. Je ne pense pas mésestimer les üniks, je serai prudent.

Le plus jeune cousin reste un moment silencieux, digérant sa déception d’avoir retrouvé les idées désagréables de son père chez un autre adulte en qui il était prêt à faire confiance. C’est Ayumu qui relance la discussion.

- Alors quand retournes-tu à la maison ?
- Hein ? Euh… Dans deux dehnes… ou trois.
- Ça n’a pas l’air de t’enchanter. Du coup, tu veux t’installer à Nemoto ?
- Non, je veux voyager
, dit-il sans trop d’hésitation. Me poser quand je le veux.
- Avec un ou une partenaire à l’issue ?
demande Ayumu avec malice.
- Ouais, bah, ça on verra plus tard, survivre seul serait déjà pas mal !

Ayumu se moque gentiment de sa réaction. Cette boutade mise à part, ça lui fait tout drôle d’affirmer ses projets à une autre personne. Des deux côtés de sa famille, le domaine familial revient conventionnellement au cadet, les aînés partant ailleurs fonder de nouveaux foyers. La tradition va parfaitement à Haku, qui trouve Chibi parfait pour ce rôle d’héritier. Leur écart d’âge lui laissant un délai très confortable, sa grande peur était jusqu’à présent de tomber dans l’apathie et de parasiter sa famille. Ici et maintenant à Nemoto, il se sent plus que prêt à partir.

- Je peux comprendre, c’est à toi de faire tes propres choix. Tu as maintenant l’âge de voler de tes propres ailes. Mais tu n’oublieras pas la grande fête d’adieu, hein ? Et tu inviteras ton cousin, naturellement.
- Hein ?
- Quand les enfants partent, ils reçoivent un coup de pouce de la famille entière. C’est important, les dernières retrouvailles, imagine que la forêt t’engloutisse après et qu'on ne te revoit plus
, dit-il sans que Haku détermine bien son degré d’humour noir. Bon, en attendant l’invitation, laisse-moi t’offrir ce cadeau, ajoute-il en mettant dans la main de Haku un objet en métal.
- Qu’est-ce que c’est ? Un appeau ?
- Oui, un appeau à blaireaux.
- C’est censé me servir à quoi ?
- Si jamais tu souffles dedans Osa et Isamu viendront au pied. Je plaisante, ne fais pas cette tête. Ça peut être bon, la viande de blaireau si tu n’as pas d’autres moyens de subsistance.
- D’accord, merci pour le cadeau. J’en parlerai à mes parents mais ce sera une fête courte, hein ? Pas de repas interminables, repas sobre. Et si on rentrait ? Il est plus que l’heure.


Les deux cousins quittent le bar, laissant son propriétaire fermer. Celui-ci est bien content de pouvoir aller dormir même si ses clients étaient calmes pour une fois. Les rues sont bien tranquilles à cette heure de nuit, la beauté de la ville n’en est que plus lumineuse. Haku fait un détour par le coin des renastus où se trouve Miu. Il reconnaître facilement sa fourrure dorée parmi tous ces renardeaux en train de jouer. La voir s’affirmer au sein de sa nouvelle fratrie lui réchauffe le cœur. Il passe son chemin et suit son cousin, décidé à dormir seul au dortoir. Il sent quelque chose de griffue lui sauter dans le cou. Avec joie, il reconnaît le museau de Miu et ses yeux noisette.

- Ayumu, j’ai une amie à te présenter.
- Tu avais déjà une partenaire de voyage, fripon va !


Miu ne quitte pas les bras de Haku de tout le chemin. Laissant Ayumu jusqu’à leur prochaine séance, le jeune éclaireur s’en retourne au dortoir des garçons. Une fois là-bas, il la gâte avec des fruits puis s’installe paisiblement, prêt à entamer sa journée de sommeil. Sa protégée fatiguée et repue se couche à ses côtés. Quelques heures plus tard, il est réveillé de force par des appels et des secousses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Haku

Originaire depuis le : 19/09/2016
Récits contés : 149

RPG
Âge : 18
Groupe: Anemös
Inventaire: Un arc, des flèches, un couteau de chasseur, un appeau à raton-laveur, un ruban proctecteur, un maillot anti-chaleur, un papier magique et une petite renatsu

MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouveaux défis   Mar 21 Nov - 22:17

Passage où Miu use d’une nouvelle aptitude

- Haku, réveille-toi ! Ta renastu a tenté de mettre le feu !

C’est un autre élève de son âge, qui le secoue comme ça. Miu se débat dans son autre main, ce qui ne fait pas plaisir à Haku même si sa déclaration l’interpelle. Il lui prend Miu des mains, cette dernière se débat toujours mais moins violemment. Il murmure des mots calmes pour l’apaiser et remet de l’ordre dans ses plumes. Quand il décroche son regard de sa pauvre Miu, il remarque la trace brunâtre dans le bois. Il espérait avoir encore du répit avant qu’elle n’invoque le même feu que ses parents. Il soupire. L’autre jeune anemös le regarde, ses grands yeux marrons à l’affût de sa réaction.

- Je vais parler avec Osamu, merci Sora. Qu’est-ce qu’elle faisait avant ?
- En fait j’étais en train de jouer avec elle, je l’ai peut-être un peu trop embêtée... puis je l’ai vu frotter sa queue contre ses ailes. Je l’ai chopée avant qu’elle finisse son geste.
- Tu as bien fait. Ne la taquines plus trop à l’avenir.


Sautant hors de sa couchette, Haku va chercher Osamu. Celui-ci s’étonne de le voir tombé du lit jusqu’à ce Haku lui explique la situation.

- Pour le mur, on va voir ce qui va pouvoir être fait.
- Je peux l’arranger, ou le recouvrir !
- Ne t’en fais pas, tu as l’entraînement de ce soir à suivre, je préfère que tu aies dormi. Pour le dressage, je te laisserai gérer pendant ton temps libre. Pour aujourd’hui, Miu va rester à l’arbre aux renastus. Ça me paraît le plus simple.


Haku confie Miu à Osamu et retourne au dortoir en compagnie de Sora un peu penaud. Il regagne son lit, essayant de retrouver le sommeil.

↓↑↓↑↓

Passage où les exercices pratiques intéressants commencent

Cette fois-ci, ce sont ses deux professeurs qui accueillent tout le groupe. Ayumu n’est désormais plus son professeur particulier. Sora est naturellement présent, il se place à son côté pour lui glisser que Miu ne va plus faire de bêtises. Osamu s’exprime alors.

- Je vous présente Ayumu, éclaireur instructeur comme moi. Demain, vous ferez un exercice pratique avec les chasseurs alors préparez-vous à faire honneur à la classe des éclaireurs. Je rappelle que les cours sont facultatifs mais nous avons prévu pour aujourd’hui une simulation qui devrait beaucoup vous aider pour demain – et à l’avenir.

Certains anemös comme Sora manifestent ouvertement leur joie. Haku est lui-aussi assez impatient à l’idée de tester sa valeur sur le terrain. Tout en les conduisant hors du dojo, Osamu explique plus en détails les règles de l’exercice : une équipe de quatre ou cinq surveillera un certain périmètre tandis qu’une équipe adverse de deux devront déposer un parchemin dans un panier situé derrière la ligne de sentinelles. Osamu et Ayumu étant là pour surveiller et juger. L’exercice sera répété jusqu’à ce que tout le monde soit passé au moins une fois dans chaque équipe, ce qui prendra toute la soirée.
Le groupe défensif est déjà complet, les élèves gardent le plus excitant, à savoir l’infiltration, pour la fin. Sora par contre est juste impatient de commencer quel que soit son rôle dans l’exercice et se dévoue spontanément pour l’infiltration. Il s’avance et attend un éventuel coéquipier. Haku est aussi très impatient même s’il ne le manifeste pas, rester sur le banc pour le premier essai ne le tente pas. Il rejoint Sora malgré une certaine réserve. Ce dernier est juste content de pouvoir commencer l’exercice et avec le don de Haku ce sera joué d’avance ajoute-il.

L’équipe de surveillance part dans une direction sous la houlette d’Osamu, le reste du groupe dont Haku dans une autre pour ne laisser aucun indice de leur angle d’intrusion. Pendant le trajet, Ayumu prend son cousin à part :

- N’utilise pas ton don de discrétion pendant l’infiltration, tu n’as rien à prouver là-dessus. Je veux voir comment tu te débrouilles sans ce don.
- … D’accord. Je ferai de mon mieux.


Son don s’est bien amélioré depuis les débuts de sa formation d’éclaireur, il se fatigue beaucoup moins mais puisqu’Ayumu le lui demande, il suivra sa nouvelle consigne. Sora l’interpelle du regard, pour lui Haku est un élève comme les autres. Celui-ci lui divulgue son lien de parenté avec leur nouveau professeur.

- Oh, t’es son chouchou alors !
- Euh, non… J’crois pas.

Merde, je ne veux surtout pas être trop couvée. Ça va pas du tout, je… bref !
- Il m’a dit de ne pas utiliser mon don, figure-toi. Donc faudra compter sans.
- Bah de toute façon, ça aurait été trop facile. Ça te dérange pas si je prends le parchemin ?
- Non, vas-y. Je te couvrirai.


Les deux nouveaux coéquipiers recouvrent leurs armes de paille et de papier pour l’exercice. Les élèves désœuvrés les regardent partir vers les sentinelles et leur cible. Ayumu de son côté a déjà regagné les airs à l’aide de son don qu’il aime appeler le « pas de lune ». Haku grimpe en hauteur tandis que Sora tente une première reconnaissance du terrain en utilisant son don à lui. Son totem étant le vanneau social, son don lui permet de communiquer avec tous les types d’oiseaux. Haku ne sait pas exactement ce qu’un animal pourvu d’un cerveau si petit et dédié au vol et à la nidification peut apprendre à un hybrid. Il a sa réponse quand après quelques minutes Sora lui apprend l’emplacement des élèves postés en sentinelles. Haku, quant à lui, a mémorisé la densité des arbres et le nivellement du terrain.
Ils se rapprochent à couvert alors que la lumière du jour est en train de s’estomper. Un nouvel échange avec ses amis à plumes et Sora prend connaissance des nouvelles positions des gardes. Ayant choisi un terrain où seuls deux seraient à portée de vue, il tente de trouver un endroit optimal pour passer inaperçus.

- Attends une seconde, ils ont pas dit si on pouvait en immobiliser un ?
- Non, mieux vaut pas, sauf si tu connais le don de tout le monde et en situation réelle, on ne saurait pas. Ça ne sert à rien de se précipiter, on s’approche et on passe quand leur garde a une défaillance.
- Je peux faire l’appât aussi.
- Non, inutilement risqué. Et tu as le rouleau, n’oublie pas.


Ils s’approchent encore, à pas prudent et sur leur garde. Haku s’arrête régulièrement, utilisant sa grande vision, capacité que ne lui a pas interdite Ayumu. Ce dernier les observe, perché dans les hauteurs des arbres. Il les observe eux et l’équipe adverse.

- Si on se magne pas le cul, les autres vont pas apprécier et j’veux pas passer pour un traînard.
- Tais-toi. L’anemös-là, c’est Ayane. On contourne.
- Attends, mais on s’approch’ra jamais à ce rythme !?

Faîtes-le taire, par pitié !
- Qui va là ? Je vous entends, vous savez, Sora, Haku, leur lance la prénommée Ayane, son arc à la main.
Nous voilà quasi-repérés. Elle peut voir le son sous forme de couleur et son ouïe est peut-être meilleure que la mienne… Et j’ai pas mon don pour compenser !
- J’y vais, couvre-moi.
Je vais le tuer.

Ayane tire une flèche d’entraînement puis deux dans le vide. Ensuite, elle reste figée sur place, ne sachant pas trop si elle devait quitter son poste ou aller voir. Sora poursuit sa démarche rapide, Haku ignore si les flèches l’ont frôlé ou non. Bon, il doit le couvrir comme il lui a promis plus tôt. Si elle le poursuit, Haku répliquera de ses flèches. Il prépare son arc le plus silencieusement possible. Pas si bête, Ayane retrouve ses réflexes d’éclaireuse et donne l’alerte. Bien joué Sora. Haku a néanmoins encore assez de temps pour la distraire avant que ses partenaires à elle n’arrivent. Il tire, l’embout rembourré touchant Ayane à l‘épaule. Eh oui, tu ne t’es pas mise à couvert, t’es morte.

Venant confirmer ses réflexions, Ayumu arrive à la hauteur d’Ayane pour lui signifier qu’elle est hors course mais que ce n’est pas grave, elle aura sa revanche. Les renforts arrivent également. Haku essaye de scruter les buissons à la recherche de Sora mais il s’est trop éloigné. Il pourrait rechercher des mouvements inhabituels de passereaux mais notre apprenti-éclaireur a d’autres soucis à traiter. Ayumu est remonté dans les arbres, laissant ses élèves agir par eux-même. Les nouveaux intervenants ont formé une ligne de défense entre lui et le panier à atteindre. Bon, en soit, il n’a plus de parchemin à déposer, Sora l’ayant emporté dans sa course. Ayant perdu la trace de son partenaire, comment Haku allait-il faire pour réussir l’exercice ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Haku

Originaire depuis le : 19/09/2016
Récits contés : 149

RPG
Âge : 18
Groupe: Anemös
Inventaire: Un arc, des flèches, un couteau de chasseur, un appeau à raton-laveur, un ruban proctecteur, un maillot anti-chaleur, un papier magique et une petite renatsu

MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouveaux défis   Lun 27 Nov - 0:03

Passage où Haku agit de façon impulsive

Ayane, assise sur le sol, bouillonne de frustration. Elle avait repéré Sora et Haku. Sora s’était carapaté sur la droite, quant à Haku elle pensait qu’il l’avait suivi. C’est dur de savoir avec lui, il est si silencieux que c’en est perturbant. Mais il n’avait pas bougé, il s’est trahi en tirant un flèche sur elle. Elle avait vu la lumière bleu électrique de son approche mais trop tard. À quoi cela sert d’avoir une bonne perception si les réflexes ne suivent pas ? Une fois touchée, tout ce qu’Ayumu lui a donné le droit de faire est d’indiquer la direction à ses camarades avant de faire la morte jusqu’à la fin de l’exercice. Pour une petite flèche de rien du tout. Que cette épaule la gêne ! Enfin… Elle a fait ce qu’elle a pu.

Les quatre participants encore en jeu tente de couvrir le plus de terrain possible et avance, deux vers Haku, deux vers la gauche pour retrouver Sora. L’anemös les contourne discrètement et gagne un arbre à escalader, étant plus à l’aise en hauteur. Son don lui permet d’estimer les déplacements de ses poursuivants, lui épargnant de jeter un coup d’œil par derrière sa cachette. Il grimpe de branche en branche mais cela ne qui laisse pas le temps de cogiter sur la démarche à faire. Il sent la présence d’Ayumu, ce dernier s’est dissimulé dans le feuillage. Ça ne peut qu’être lui, un élève l’aurait signalé aux autres. Il aimerait croiser son regard pour savoir ce qu’il pensait mais il se retient. Ses poursuivants ne chôment pas et scrutent les horizons, ils finiront par lever les yeux au bon endroit et le dépister. Les autres signalent avoir trouvé Sora. Il ne reste plus que lui. Doit-il se rendre pour ne pas empêcher les autres de s’exercer ou tenir le plus longtemps possible ?

Une corneille se pose en face de lui. Le corvidé le regarde de ses yeux noirs comme l’encre et dépose devant Haku un parchemin. Le parchemin ! Bien joué Sora ! Il se saisit de l’objet et réfléchit rapidement à une idée pour s’en sortir. Un plan lui vient, il retire le tissu qui entoure son couteau de chasse et l’utilise pour lier le parchemin à une de ses flèches. Toujours discrètement, il se rapproche du cercle adverse en évitant d’être vu. Coup de chance ou du destin, le terrain est assez dégagé pour laisser visible le panier. Quand il s’estime prêt, il prépare son arc et vise.

La précision c’est bien mais il faut que le corps respecte cette précision. Haku prend le temps de bien orienter son épaule, ce qui n’empêche pas les autres à le repérer entre les branches des arbres. Mais il ne se laisse pas distraire et se concentre sur sa cible. Chaque particule de son corps et de son esprit est dirigé dessus. Il lâche la corde et projette la flèche messagère. Il ne peut s’empêcher de s’attarder sur l’observation de la trajectoire pour vérifier s’il a tiré juste. Ce délai lui coûte d’achever l’exercice indemne.

Une projection de Maana rouge fonçait sur lui alors qu’il préparait son tir. Ce n’est cependant pas l’attaque de l’autre anemös qui le déstabilise violemment mais plutôt ce curieux phénomène qu’il a déjà éprouvé contre l’esprit Chiamibou. Il ne s’était pas encore manifesté depuis son départ du monde des esprits où la petite Lastel Zalëon a été aspirée. Il ne subit aucune blessure mais sa propre défense le propulse sur le côté. Il glisse de son perchoir tandis qu’un cuisant mal de tête irradie son front. Il tombe, butant contre les branches sur son passage.

Des mains arrêtent sa chute. Malgré la douleur, il reconnaît son cousin et professeur Ayumu. Ce dernier a l’air déconcerté et son cadet ne saisit pas pourquoi. Il ramène son cousin au sol pour lui permettre de se tenir sur ses jambes.

- Tu vas bien ? Qu’est-ce qu’il s’est passé à l’instant ? C’était quoi cette décompression ?
- La décompression… Je-- ne suis pas sûr...
- On en rediscutera. Bon dans tous les cas, en situation réelle, tu serais devenu captif mais tu as peut-être réussi l’exercice.


Le reste des élèves présents sentent effectivement que la fin de l’exercice a sonné. Leurs mines perplexes sont toutes tournées vers Ayumu et Haku – ce qui gêne ce dernier – en attente d’un verdict. L’une des camarades d’Ayane en particulier trahit une certaine nervosité. Ce doit être l’autrice de l’attaque rouge. Osamu amène le reste du groupe d’exercice et commence à rendre le compte de ses observations.

- Bon, c’était bien. Je tiens à souligner que l’équipe de défense a bien réagi quand l’alerte a été donnée et les attaquants ont malgré tout réussi leur objectif même si c’était de façon inattendue, dit-il en remuant le panier complètement troué à cause de la flèche. Je rappelle que l’exercice a été orchestré pour trouver des points à perfectionner.

Osamu commente l’organisation de l’équipe de ronde puis l’absence de prudence d’Ayane quand celle-ci les avait repéré. Cette dernière ne semble pas atteinte, d’autant que la constatation sert à parler de l’intérêt des postes de guet et combien une équipe peut sembler excessive avant d’être mise à l’épreuve mais peut se révéler mal approvisionnée.
C’est au tour d’Ayumu d’ajouter ses observations personnels. Il rappelle l’intérêt des concertations en équipe, du langage codé silencieux des éclaireurs, d’éviter les initiatives trop irréfléchies. S’il désigne sans le dire assez bien le comportement de Sora, Haku se demande s’il est aussi compris dedans. Il aurait en effet dû utiliser dès le début la communication muette avec son coéquipier.

Les deux professeurs concluent là pour ce premier essai et lancent la création de la nouvelle équipe. Haku se dit que pour cette fois, il va se reposer. Sa tête le lance encore un peu, cette protection semble avoir un coût. Il remarque a posteriori les égratignures très superficielles laissées par sa dégringolade dans les branches, une autre conséquence. Il maugrée et arrange les plumes froissées sur ses avant-bras. Le ruban à son poignet, cadeau au terme de sa précédente aventure, n’a heureusement pas souffert dans le processus.
Sora a décidé de faire une pause également et se tient à côté. Haku fait de son mieux pour oublier sa colère passagère contre Sora et le félicite pour lui avoir envoyé l’oiseau.

- C’était une façon de rattraper l’coup. Ça a marché, non ?
- Tout à fait. Et tu auras tout le temps de briller dans l’équipe défensive.
- J’ai hâte !
- Ils en auront pour un moment, malheureusement
, intervient Ayane.

Avec elle, ils sont trois à attendre la fin du second essai. Cette dernière soigne son hématome à l’épaule avec une pommade. Ils attendent un moment sur l’herbe, discutant de tout et de rien. Sora aussi est venu à Nemoto pour changer de son village et de sa famille trop nombreuse. Ce qui rappelle à Haku que la réponse de ses parents ne devrait plus trop tarder.

- Au fait, tu ne m’as pas du tout dit comment tu as évité l’attaque tout à l’heure ! C’était quoi ce truc ?
- Ça ? Honnêtement, je ne sais pas d’où c’est venu. On dirait que dès qu’un truc étranger m’approche, il se manifeste. Ça a commencé quand j’étais dans… je te jure, je ne me moque pas de toi.
- Vas-y !
- … La forêt d’un esprit. Je crois que le Khamui local me l’a donné.


Il raconte l’histoire depuis le début. Être pris au sérieux lui fait bizarre, lui-même n’y aurait pas cru. Ayane ne manque pas une miette non plus.

*< O >*""*< O >*

Passage où s’improvise un dressage

Après deux nouvelles essais dans l’équipe défensive, Haku peut quitter l’exercice s’il le souhaite. Il reste encore une session mais elle se fera sans les anemös Haku, Sora et Ayane, aléa du tirage au sort. Cette dernière repart chez ses parents, la nuit étant tombée, ils sont capables de s’inquiéter.

- On a bien de la chance, nous, de ne plus avoir nos parents sur le dos.
- Oh pas encore pour moi… Je dois leur écrire tous les quatre jours.

Et ce n’est pas comme si mon père n’avait pas demandé à son cousin de me surveiller… Je suis content de parler avec Ayumu mais je suis venu à Nemoto à l’origine pour l’indépendance.
- Un verre pour oublier ?
- Futur ivrogne, taquine Haku. C’est tentant mais je dois m’occuper de ma renastu. Tu peux m’accompagner si tu veux, on sortira après, il est encore tôt.
- Ah oui, ton nouveau briquet sur pattes. Je suis curieux de voir comme tu t’en sors
, dit-il en le suivant vers l’arbre des renastus.

Sa Miu est toute contente de le voir et lui lèche les joues en guise de bonsoir. Et comme à l’accoutumé elle prospecte ses poches pour la moindre friandise. Déçue, elle le fixe intensément avec ses yeux noisettes à l’affût. Comprend-elle pourquoi elle a été expulsée du dortoir ? En tout cas, elle ne doit pas penser avoir affecté Haku, sinon elle montrerais une mine plus contrite. Assez de câlin, Haku ne doit pas perdre de vue son but premier en venant retrouver Miu. Ce feu qui est le sien, elle doit apprendre à le maîtriser ; faute de parents, la responsabilité lui échoie.

Assisté par Sora, il choisit un terrain dégagé et bricole une canne à pêche avec les éléments environnants dont il dispose. Son compère est sceptique. Instantanément, Miu comprend le but du jeu et tente de saisir entre ses griffes le fétu de paille au bout de la ficelle. L’hybrid l’attrape par la peau du cou en demandant à Sora de tenir la canne à pêche à bout de bras.

- Miu, feu ! Fais feu, allez !

Il répète l’ordre, frottant la queue de la renarde contre ses ailes. Au bout d’un moment, la renastu fait d’elle-même le geste déclencheur et projette une flamme devant elle. Effrayé par ce geste, Sora se décale de deux pas. Haku félicite sa petite élève.

- Je croyais que tu voulais lui apprendre à NE PAS lancer du feu.
- Comment je fais à ton avis ? Je préfère lui apprendre à cracher du feu quand je le souhaite. Ne te retire pas, je veux qu’elle vise ta cible. Miu, feu !


Cette fois, Miu frotte d’elle-même sa queue contre ses ailes et crée plus énergiquement ses flammes. Sora tient bon et place le fétu bien en face du feu. Haku félicite aussitôt Miu, regrettant de ne pas avoir pris ses graines préférées pour appuyer la leçon. Mais il ne doit pas s’emballer tant qu’elle n’a pas appris à se retenir. Sora éteint le fétu à moitié consumé.

- Maintenant, Miu, pas bouger !

Cette ordre-ci Miu le connaît depuis très peu de temps mais elle l’applique. Haku alterne encore les ordres opposés une à deux fois, récompensant toujours Miu d’une caresse et de mots encourageants quand elle réussi et la plaquant au sol quand elle se trompe. Enfin, n’ayant pas de récompenses plus substantives, il arrête là son cours et propose à Sora d’aller boire un verre. En passant, il se procure une friandise pour Miu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Nouveau lieu, nouveaux défis   

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau lieu, nouveaux défis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Un nouveau code pour Pokémon Shuffle !
» Comémoration des morts [Nouveau lieu, nouveau morts...]
» Nouveau Lieu HRP
» Un nouveau lieu pour un nouveau jour.
» Un nouveau lieu de vie mais même mode de vie. [Livre I - Terminé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Nemoto
-