N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Les courses de Kokobots [PV Yuris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: Les courses de Kokobots [PV Yuris]   Ven 28 Fév - 16:12



L’aventure de Yuusuke avait bien commencé, après avoir visité une rivière, il décida de revenir aux sources. Il connaissait Nordkia car il y était né mais ce n’était pas la raison de sa venue. Il devait gagner de l’argent, les transports pour aller de ville en ville étaient très chers. Il se rappela que dans sa ville natale, était organisé des courses de Kokobots. Il s’agissait d’un événement mondial qui permettait de rapporter gros si la chance était du bon côté. Yuusuke était parti avec l’idée qu’il allait gagner beaucoup d’argent. Son voyage jusqu’à Nordkia c’était bien passé, mais il ne devait pas se faire voir.

Mettant sa capuche, il ne voulait pas croiser ses parents où les domestiques qu’il avait connu. Il avançait petit à petit, regardant tout autour de lui à chaque pas. On aurait dit quelqu’un de rechercher voulant échapper à la police.  Il s’imagina des retrouvailles avec ses géniteurs, comment allaient-ils réagir ? Depuis cette fameuse lettre, il ne les avait plus revus. Néanmoins, le temps où il était resté dans le laboratoire, il n’a pas arrêté d’être en contact avec son père. A une heure bien précise, pendant quarante secondes, il y avait une assiette qui attendait à l’entrée du passage secret. Ce repas était apporté par un domestique différent à chaque fois, prétextant que c’était pour nourrir les animaux.

Yuusuke prenait l’assiette et la remplaçait par une vide, mais il y avait quelque chose en plus. A chaque fois, un papier se trouvait sur le dessous, caché avec du scotch. Il s’agissait de lettres qu’écrivait son père pour lui demander des nouvelles. L’enfant lui répondait le jour d’après et ainsi de suite. Il ne savait pas si son père le comprenait, mais il aimait lui écrire. Cependant, l’idée de le regarder dans les yeux le terrifiait. Il ne savait pas comment il pouvait justifier son comportement, il avait agi sur un coup de tête.

Perdu dans ses pensées, il se retrouva instinctivement devant son ancienne maison. Son cœur battait très rapidement, il enchaina les cigarettes pour essayer de se calmer. Comme il était à cet endroit, il pouvait en profiter pour jeter un œil par la fenêtre. Il voyait son père et sa mère, ils faisaient à manger et l’odeur était très agréable. De retour à la réalité, il décampa aussi rapidement qu’il était venu. Il laissa toutefois une lettre expliquant ce qu’il faisait.

Yuusuke arriva à l’endroit principal, plusieurs courses avaient déjà commencées. Il en regarda deux ou trois et se dirigea vers le bureau pour parier. Il venait de parier toutes ses économies sur le Kokobots numéro quatre. Lorsque que le signal de départ retentit, tous les oiseaux s’élancèrent ensemble. Il y avait cependant un petit problème, le numéro quatre avait disparu. Pensant que les organisateurs le laissaient se reposer, il attendit encore un peu. Ne le voyant toujours pas, il décida de se rendre vers le bureau des plaintes. En pleine surprise, il remarqua que plusieurs personnes avaient le même problème. D’autre Kokobots avaient disparu, une question était sur toutes les lèvres … Où étaient-ils passés ?

Un membre du staff demanda l’aide de toutes les personnes présentes. Il les invita à former différents groupes pour les rechercher. Yuusuke se plaça en retrait, il ne voulait pas être assigné à un groupe, mais il était trop tard. Quelqu’un d’autre se trouvait au même endroit que lui. L’organisateur les avait vu et les avait mis ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: Les courses de Kokobots [PV Yuris]   Ven 28 Fév - 23:08

Tout le monde ne parlait que de cela. Dans la ville trou où chacun regarde vers le ciel, l'ambiance était à la fête. Les Dockers d'ordinaire si reculés dans leurs galeries arboraient en ce jour de grands sourires sereins, heureux d'avoir quelque chose à fêter dans les entrailles de leur cité. Yuris se fit bousculer pour la dixième fois, par un groupe d'enfants cette fois-ci, excités comme des puces à l'idée des spectacles qui se préparaient un peu partout. Dissimulée sous une cape de vieux tissus, on ne voyait d'elle que sa longue chevelure châtain et le bas de son visage. Elle n'avait pas envie de se faire repérer, bien que sa qualité de Hubot fit qu'elle puisse passer inaperçue sans le moindre problème. Mais Yuris en présence des Üniks développait une prudence exacerbée, qui la poussait à se  cacher sous une vieille cape plutôt que d'affronter en face sa crainte d'être reconnue. Ce n'était pas la première fois qu'elle se rendait dans la ville de Nordkia, cité des Dockers. Au contraire, c'était pour elle comme une terre d'asile dans laquelle elle se ressourçait avant de partir à l'aventure des les contrées sauvages ou mortes d'Origin's. Parfois elle s'y rendait pour voler quelques vivres et les ramener à ses semblables, dans la Cité Neutre. Quand elle songea à sa chère ville d'accueil, ce bidonville éventré au grand air, Yuris sentit son cœur se serrer un peu. Légèrement fébrile, elle s'approcha d'un mur et s'y appuya quelques instants.

Elle parcourait une immense galerie circulaire, qui surplombait une arène remarquable, dans laquelle un spectacle allait bientôt se préparer. Les gens autour d'elle, penchés sur les balustrades -plutôt que collés aux parois, comme elle-, riaient à grande voix et buvaient des pintes achetées dans les petits débits de boissons que l'on trouvait un peu partout. Des mineurs, des aviateurs et leurs navigatrices, des femmes et des enfants, il y avait une multitude de personnes dans la foule en liesse. Yuris les observait silencieusement, toujours adossée au mur, légèrement prostrée. Ces Dockers trouvaient la force de sourire, alors que cela faisait des dizaines d'années que l’Élite et la Science s'étaient détournées d'eux. Et pourtant, ils étaient tous réunis aujourd'hui, radieux et fiers, prêts à célébrer leur culture et leur existence. Savaient-ils les malheurs de la Cité Neutre, et les soupirs d'Ishval ? Connaissaient-ils la triste rumeur du vent du No man's Land ? Quand elle observait Nordkia, et les gens qui y vivaient, Yuris se disait que peut-être ces Üniks étaient les seuls à pouvoir comprendre ce que les Qantiks pouvaient ressentir. Ils étaient rejetés l'un au même titre que l'autre. Seule leur nature différait. Cette similitude faisait que pourtant, Yuris ne pouvait pas détester complètement cette classe d'Üniks. Leurs sourires humbles et francs, leurs vêtements sales et pourtant élégants, leurs mains abîmées et courageuses, tout cela donnait envie à Yuris d'en faire des amis.

Alors pourquoi Yuris avait-elle peur, encore une fois ? Depuis qu'elle avait quitté cet homme qui se faisait passer pour son père, elle avait développé une peur bleue des Üniks. Tous lui rappelaient qu'un sourire bienveillant pouvait ouvrir la porte d'un atroce cauchemar, duquel elle n'avait parfois pas l'impression d'être complètement éveillée. *Allons, courage...* se dit-elle, la gorge serrée et le visage tendu. Elle allait faire comme tout un chacun, et faire fi de son trac. Elle se devait à présent de descendre non loin des pistes, lieu de toutes les attractions à venir.
La fête dont tout le monde se réjouissait était le légendaire Tournoi de courses des Kokobots de Nordkia. Les Dockers, fieffés dresseurs de ces grands oiseaux coureurs, parvenaient à en faire des athlètes accomplis et de précieux alliés, et une fois par an les faisaient tous concourir. Chacun en allait de son pari, et parfois rempotait une somme extraordinaire en récompense de sa chance, si l'on avait eu le bonheur de parier sur le Kokobot gagnant. Une première piste voyait son sol se faire battre par les pas rapides des Kokobots, dont la première course avait commencé. De loin, on voyait une immense masse grise de la foule qui s'était réunie pour observer ce premier pool de courses.
Yuris s'approcha cependant d'une autre arène dans laquelle se déroulerait une autre course, et se posta derrière un grillage léger, qui donnait vue sur un petit enclos ensablé, où se préparaient gentiment les Kokobots. Certains nettoyaient assidûment leurs plumes, tandis que d'autres dormaient profondément, assis en boule sur le sol. D'autres encore faisaient les beaux et cherchaient à impressionner les autres. Yuris sourit de les voir batifoler ainsi. *Ils sont mignons.* se dit-elle, attendrie. *Allez les Kokobots, il y en a qui comptent sur vos pattes !*

Soudain, des cris de mécontentement se firent entendre près de l'arène de tout à l'heure. Intriguée, Yuris se retira du calme coin des Kokobots, et s'approcha de la foule en colère. Méfiante, elle demeura un peu en retrait, et parvint à aborder une jeune femme qui passait près d'elle. Yuris l'interpella sans la moindre politesse : « Qu'est-ce qui se passe ? » - « C'est une catastrophe ! Le Kokobot gagnant, le numéro 4, il a disparu ! C'est celui sur lequel bien des parieurs comptaient, il était favori de la course ! ». Sur ces mots, la jeune femme s'en alla, et laissa Yuris en plan face à cette nouvelle. Un Kokobot aurait disparu ? Cette histoire était étrange. Des hommes criaient de partout au scandale, et s'approchaient menaçant des bancs des gérants des paris, qui dépassés par la situation, tentaient de vaines excuses et juraient qu'il ne s'agissait pas d'une tentative de triche pour réaliser du profit.
Dans la confusion générale arriva d'un niveau supérieur un petit homme tout rond, qui se précipita vers les gérants auxquels Yuris faisait face. Il parvint à se faufiler dans la foule, et cria à ses confrère : « Le favori de l'arène n°6 a disparu lui aussi ! Ceux des arènes 5 et 7 également ! ».

Au bout de quelques dizaines de minutes, durant lesquels chacun allait de son idée sur la situation, on entendit les hauts parleurs de Nordkia se mettre en marche pour faire une annonce générale.  Ceux qui croyaient à une mauvaise farce des organisateurs de paris furent remis à leur place. L'annonce était faite par un aviateur connu des Dockers, un certain Matis Hawk, dont la notoriété attestait du sérieux, et même Yuris avait reconnu sa voix tant il était célèbre. Il déclara que tous les Kokobots favoris ou gagnants à des courses s'étaient volatilisés sans laisser aucune trace. On entendit alors une rumeur formidable parcourir les gradins et les arènes comme un frisson glacial. C'était la première fois que Nordkia était confrontée à pareil problème ! Yuris entendit que l'on accusait l’Élite, des mauvais perdants des années passées, certains pensaient même à ce que les Kokobots s'étaient certainement envolés !
«  Le comité d'organisation demande à ce que des groupes de recherche soient formés afin de retrouver les Kokobots disparus, poursuivit la voix de Hawk dans les hauts-parleurs. A ceux qui retrouveront nos amis coureurs, nous promettons de délivrer une récompense en guise de remerciement. Soyez prudents, et évitez les esclandres ! ».

Ces derniers mots firent sourire Yuris. Quelle idée, cette annonce devait avoir fait l'effet d'un coup de foudre ! Ces pauvres Dockers voyaient leur fête gâchée par un vilain farceur, et on leur demandait de rester calmes. C'était pourtant des milliers de personnes qui étaient désormais plongées dans l'embarras à cause de ces disparitions !
Les gérants de paris près desquels se trouvait Yuris acquiescèrent à la fin de l'annonce, et se mirent aussitôt au travail avec le plus grand des sérieux. Ils formèrent en très peu de temps des petits groupes de personnes, qu'ils chargeaient d'aller enquêter à droite et à gauche. Tous obtempéraient sans rechigner, bien déterminés à retrouver leurs chers Kokobots. Le petit homme rond pris soudainement Yuris par le bras, et à peine put-elle résister qu'elle se retrouva face à un jeune homme, qui lui aussi devait avoir été assigné aux recherches. Dieu qu'il était grand ! Quand elle leva un peu la tête pour l'observer, sa capuche retomba sur ses épaules. Son visage était désormais visible au grand jour. Son visage rougit par la gêne et le sentiment de ne pas savoir quoi dire à cet inconnu. Lui aussi était caché par un vêtement. Yuris balbutia avec maladresse : « Euh... B-bonjour... ». Elle se détesta immédiatement. Jusqu'à quand elle serait intimidée comme cela face à ces Üniks ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Les courses de Kokobots [PV Yuris]   Mer 12 Mar - 0:08


Yuusuke était dans ses pensées, il pensait à beaucoup de chose et ne remarqua pas la foule de personne qui s’était rassemblée. Alors que la joie et la bonne humeur étaient au rendez-vous, Nordkia se plongea dans le silence. Le temps de quelques minutes, une célébrité parmi cette minorité passa une annonce, c’était lui, Matis Hawk. Bien qu’il ne l’ait jamais connu, son nom avait voyagé dans le monde d’Origin’s. Le jeune scientifique rêvait d’un succès comme celui-ci, il voulait avoir une grande notoriété mais ce n’était pas possible dans l’immédiat. Il ne voulait pas grimper les étages d’un coup mais petit à petit. Aussitôt l’annonce terminée, un brouhaha s’éleva dans cette pauvre ville troue.

Les groupes se formaient les uns après les autres. Yuusuke ne savait pas s’il allait participer ou non à cette recherche. Il pesait le pour et le contre dans son esprit. Il se disait qu’il pourrait faire parler de lui, mais était-ce le bon moment ? D’un autre côté, il devait rester plus longtemps dans ce lieu qui ne lui plaisait pas. Trop de souvenirs douloureux, trop de personnes qu’il ne pouvait rencontrer. Il était décidé, il n’allait pas participer à cette recherche !

Reprenant ses esprits petit à petit, il remarqua une tête juste devant lui. Depuis combien de temps était-elle là, sous son nez ? Elle était comme lui, masquée d’une capuche, mais en levant trop la tête elle retomba. Elle avait des longs cheveux châtains, et des yeux d’un noir pouvant rivaliser avec la plus sombre des nuits. Il la fixa longuement dans les yeux, il était dit que l’état psychologique d’une personne pouvait  être lu directement dans ses iris. Yuusuke grava cette image dans sa mémoire, il était captivé par le regard de chaque personne. Ce qu’il avait pu lire en elle était un passé douloureux. Ne sachant pas les détails, il savait quelque chose d’horrible s’était déroulé dans sa vie.

Combien de temps s’était-il passé depuis qu’elle lui avait adressé la parole ? Peu importait, il laissa glisser son regard vers le bas, l’analyse n’était pas terminée. Ce qu’il pouvait dire, malgré un visage gracieux, était que son apparence faisait passe-partout. Un vulgaire T-shirt blanc et un short noir. Une chose était sure, elle n’était pas une noble. Ses chaussures faites pour la marche montraient qu’elle n’était pas du genre à rester dans un coin attendant que le temps passe. Un détail alerta le scientifique, ses mitaines. Il y était incorporé des petites parties métalliques à des endroits stratégiques, c’était bien pensé. Est-ce que cette demoiselle aimait se battre ? Il ne fallait pas qu’il s’abandonne à ses pulsions, il était hors de question qu’une bagarre éclate entre eux.

Le regard dans le vague, il se rappela les mots qu’elle avait prononcés. Il lui avait semblé entendre une petite hésitation, qu’est-ce que c’était ? Ce comportement n’allait pas avec l’idée qu’il s’était fait d’elle. Comment allait-il lui répondre ? Voilà la question qu’il se posait. Il analysa la situation. Il était dans un binôme, le but étant de retrouver les kokobots ils devaient s’entraider. De la coopération, ce qui signifiait qu’il devait paraître aimable et amical. Fermant les yeux une demi-seconde, il les rouvrit et afficha un sourire charmeur.

« Salut, à ce que je vois on est assigné au même groupe. On va tout faire pour attraper ce stupide voleur ! Au fait, je m’appelle Yuusuke !»

Yuusuke y alla un peu fort avec les hypothèses, il en conclut immédiatement qu’il s’agissait d’un vol, mais une autre solution existait. Dans sa tête tout était clair, il allait résoudre cette enquête incognito. Il ne voulait gagner en gloire pour le moment, la discrétion était de mise dans cette ville. Il chercha sur le sol un morceau de cailloux pointu et le prit en main. Etant originaire de ce lieu, il connaissait les petites ruelles, il représenta sur le sol un schéma miniature de Nordkia. Enfonçant sa pierre dans la terre, il partait d’un gros carré représentant l’arène et il traça un chemin. Au bout de quelques secondes, il avait dessiné plusieurs routes possibles que le voleur avait pu prendre. Marmonnant des hypothèses, le schéma devenait de plus en plus illisible. Toutes les possibilités avaient été tracées.

Expliquant ce qu’il faisait à cette jeune demoiselle, il constata qu’un point revenait souvent. Plusieurs traits passaient par le même endroit. Il y avait plus de soixante-quinze pourcents de chances que le voleur soit passé par là. Pendant ce temps de réflexion, Matis Hawk continuait de parler en donnant des prérogatives. Bien entendu, le scientifique ne prenait même pas la peine de l’écouter.

« Tu vois ce point que je viens d’entourer ? Notre enquête va commencer là-bas ! Viens avec moi je connais un raccourci. »

Gardant sa capuche sur la tête, Yuusuke ne s’excusa pas, il ne donna même pas une seule raison du pourquoi de son comportement. Il voulait faire les choses rapidement, rester dans cette ville lui pesait. C’était pour cette raison qu’il avait pris les devants, il se disait qu’il n’avait pas très bien agis et qu’il aurait dû lui demander son avis. Il était trop tard pour regretter, ce qui était fait ne pouvait plus être changé. Après une succession de virages, ils étaient arrivés à destination. Une surprise les attendait, et pas des moindres. Dans une ruelle sombre, trois personnes étaient installés dos contre un mur. Le scientifique les avait reconnus en un coup d’œil, il s’agissait des enfants qui le frappaient étant plus jeune. Quelque chose l’alerta, ils n’étaient que trois, où était passé les deux autres …

Ne pouvant à peine finir sa réflexion, une voix s’éleva derrière le binôme. Alors que Yuusuke avait évolué et gagné en maturité, ces cinq-là n’avaient pas suivis le même chemin. Ils étaient en train de les encercler afin de les piller. Toutefois, ils étaient très intéressés par la fille, ou du moins par une partie de son corps. Armés de barres de métal, ils étaient supérieur numériquement. Il ne fallait pas que son identité soit révélé, surtout pas pendant ces circonstances. Qu’allaient-ils faire ? Le combat semblait inévitable, mais y avait-il un autre moyen ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: Les courses de Kokobots [PV Yuris]   Sam 15 Mar - 23:15

Cet Ünik avec qui on avait affilié Yuris l'observa pendant quelques instants qui lui parurent interminables. Il s'était attardé sur chaque détails de son visage, et l'avait ensuite balayée entièrement de son regard. Yuris ne voyait de lui qu'un visage ombré par la capuche qu'il portait lui aussi. Il avait l'air d'être un jeune homme, grand et assez fort, car sa carrure droite et sèche indiquait qu'il était en forme. Il n'avait rien dit pendant un moment, si bien que la jeune Qantik regretta de l'avoir salué. Elle fronça doucement les sourcils, pour finalement regarder le sol, juste à côté de ses pieds. Elle détestait déjà son binôme, et se détestait d'être aussi cruche dès qu'elle se trouvait face à ce genre de personnes. Yuris n'aimait pas cette attitude de petite fille timide, mais malheureusement elle ne se sentait pas la force d'ouvrir sa grande bouche pour monter toute la verve dont elle était capable. Elle ferait donc profil bas pendant un moment, l'air bougon, et que cela ait plu ou non à son compagnon encapuchonné.
A peine maugréait-elle en silence des pensées amères que le jeune homme lui adressa la parole. Il lui fit un grand sourire, et lui confia toute la certitude qu'il avait d'attraper le voleur de Kokobots s'ils faisaient équipe tous les deux. A supposer qu'il s'agisse d'un vol, se dit Yuris à par soi. Il conclut en se présentant. Yuusuke, c'était son nom. Yuris rentra un peu la tête dans ses épaules, et grommela d'un air très méfiant : « Euh... oui. », sans même répondre à la présentation de son compagnon.

Yuris se demandait comment ils allaient procéder pour résoudre cette affaire. C'est alors qu'elle réalisa qu'elle ne voyait absolument pas pourquoi elle devait participer à cette entreprise ! Que diable était-elle en train d'accepter de subir ? Ce n'était là que les directives d'un Ünik, célèbre ou non, pour elle c'était égal. Elle n'avait rien à voir avec les problèmes des Dockers, et si on l'avait mise avec Yuusuke, c'était bien sans lui demander son avis ! On était parti du principe qu'elle allait aider, bien entendu. Yuris se gratta la tempe d'un air très agacé. Elle devait prévenir ce type, et lui dire qu'elle allait s'en aller. Sans la fête, elle n'avait plus rien à faire ici. Quelque part, c'était pour voir les Kokobots courir qu'elle s'était rendue à Nordkia. Maintenant que les tournois étaient suspendus à cause de leurs petits problèmes, elle n'avait plus rien à faire ici. Mais quand elle voulu en faire part à Yuusuke, elle le trouva accroupit au sol, en train de dessiner quelque chose de tout à fait abracadabrant. Cela ressemblait à un plan, mais il traçait des traits de partout. Il avait beau être capuchonné, Yuris sentait la tension émanant autour de lui traduire une profonde concentration. C'était comme si elle s'était trouvée face à un artiste en plein travail. Après avoir observé un peu les alentours, la jeune femme constata que c'était bien le seul à ne pas aboyer et s'agiter dans tous les sens. Elle resta sans voix quelques instants, bluffée par son calme et sa détermination. Il était peut être un habitant de la ville très attaché à sa tranquillité...

Soudain, Yuusuke interpella Yuris, qui en oublia ce qu'elle voulait lui dire. Il lui indiqua un point sur le plan qu'il venait de dessiner, et lui dit que leur « enquête » devait commencer par un visite de ce lieu. Ce schéma bizarre était donc un plan de Nordkia, et les traits broussailleux devaient être des hypothèses de passage du « voleur » dont il croyait dur comme fer à l'existence. Mais comment avait-il pu penser à toutes ces choses là si rapidement ? Yuris demeura interdite quelques secondes, et ne pu s'empêcher de trouver cela admirable. Yuusuke lui intima de le suivre, et partit devant. « Eh att... ! Et merde ! » fit Yuris, voyant qu'il ne l'écoutait pas. Elle aurait très bien pu le planter ici, et s'en aller comme elle avait voulu le faire. Mais vu sa façon de percuter aussi rapidement, cette fuite pourrait éveiller ses soupçons, et Yuris serait devenue le voleur idéal de Kokobot à ses yeux. C'est donc avec grand agacement qu'elle se résolut à le suivre dans la foule. Autant faire ce qu'il voulait pour un moment, ensuite il la laisserait tranquille.

Ils coururent l'un derrière l'autre dans des petites ruelles escarpées et poussiéreuses dans lesquelles Yuris n'était jamais allée. Pendant qu'elle économisait son souffle, l'endurante Qantik observait le dos de son guide, qui courait déterminé juste devant elle. Il ne faisait aucun doute qu'il connaissait très bien ces lieux. Peut être que la plupart des habitants de Nordkia ne les connaissaient pas aussi bien que lui ! Quand elle prêtait une oreille attentive à ce qui se passait derrière eux, Yuris entendait les clameurs de la foule inquiétée par les disparitions. Toute cette foule plongée dans l'angoisse mettait la jeune femme mal à l'aise. Ils prirent cependant plusieurs virages, dont les murs éteignirent peu à peu les bruits de la ville. Ils étaient à présent dans une ruelle aussi sombre qu'un terrier de lapin. Yuris se demandait si ce type ne s'était pas moqué d'elle. Les trois personnes adossées au mur leur faisant désormais face lui avaient en tout cas mis la puce à l'oreille. Alors qu'elle s'apprêtait à bondir sur Yuusuke pour lui apprendre qu'un piège aussi ridicule était tout à fait grotesque, elle s’aperçut que deux autres personnes se tenaient derrière eux. Yuusuke et elle étaient donc encerclés. Yuris en déduisit que ces cinq types et son compagnon n'étaient pas alliés.

« Vous êtes perdus ? » fit l'un d'eux d'un ton narquois, alors qu'ils s'approchaient d'eux. Yuris se mit aussitôt sur la défensive, ce qui ne manqua pas d'échapper au jeune homme qui avançait vers eux. « Relaxe, on est là pour profiter de la fête nous aussi. On manque juste d'un peu de fric, de distraction... tu vois le genre ? » Les deux garçons qui se trouvaient derrière eux avancèrent à leur tour dans leur direction. L'un d'eux s'adressa à Yuusuke : « T'aurais pas un p'tit quelque chose pour nous des fois ? » Yuris remarqua alors qu'ils étaient armés de barres en métal qui semblaient pour le moins solides. Vu leur était difforme et bosselé, elles avaient déjà servis à battre des passants. *Les minables...* se dit-elle, déjà écœurée par cette rencontre. Elle sentit cependant qu'un des voyons lui avait entouré la gorge par derrière, et serrait suffisamment fort pour qu'elle ne puisse s'en aller. « Allez, sois sympa, et on te refera pas tout le portrait... si tu nous donnes du pognon ! » - « Ou ta copine ! ». Juste après avoir prononcé ces mots, celui qui tenait Yuris prisonnière de son bras se mit à hurler comme un chien fou, alertant ainsi tous ses camarades. « Qu'est-ce que... Mais tu pisses le sang !! ». En effet, le bras qui maintenant Yuris sous son étreinte était trempé du sang de son propriétaire. La jeune Qantik y avait très profondément planté les griffes de métal logées secrètement entre les os de sa main. Elle se dégagea sauvagement du bras de ce type, sans aucun ménagement pour la pauvre chair encore coincées entre ses lames. L'agresseur avait désormais son avant bras droit très grièvement blessé, et une hémorragie qui lui sera sans doute fatale s'il ne se dépêchait pas de trouver un médecin. Accroupis au sol tant la douleur s'était emparée de lui, il ne s'octroya aucunement la pitié de Yuris. « Je ne vois pas pourquoi je devrais rester avec un bâtard de ton espèce, saleté ! » Sur ces mots, elle asséna un coup de pied violent dans la mâchoire du type accroupit, en prenant bien soin de le frapper avec sa jambe artificielle.

Un de ses camarades, qui ne semblait pas être totalement lâche, fondit sur Yuris en brandissant sa barre de fer, qu'elle stoppa avec son bras en métal. Il avait une allure organique, mais il avait été fabriqué en tous points par un Scientifique de renom. Le bruit issu du choc entre les deux armes fut cinglant. Yuris esquissa un sourire mauvais, et jubilait face à l'incompréhension de son nouvel adversaire. « Quoi ? T'en veux aussi ? » cracha-t-elle avec mépris. Lui, il eut droit à un coup de genou dans les parties. Le pauvre ne pu rien faire d'autre que lâcher son arme, et s'effondrer au sol tout recroquevillé sur le point de douleur. Yuris le frappa lourdement à la nuque, pour l’assommer. « Plus que trois... » dit-elle doucement. Droite comme un i, elle toisa les autres agresseurs, qui demeurèrent silencieux pendant quelques secondes. « Alors quoi ? On a peur, les Üniks ? » demanda-t-elle, non sans arrogance. Ceci dit, elle n’aimait pas l'idée de s'être battue. Elle avait ainsi révélé sa nature à Yuusuke, et cela l'incitait désormais à redoubler de prudence vis-à-vis de tous les hommes présents ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Les courses de Kokobots [PV Yuris]   Mar 1 Avr - 17:48



Où était-il ? Son corps était physiquement présent, mais son esprit était perdu, il s’était éloigné dans un passé lointain. Il voyait ses mêmes rues, mais d’une hauteur différente. Il était essoufflé, son cœur battait à plein régime. Il ne pouvait s’empêcher de regarder derrière lui, il fuyait. Son corps était douloureux, mais il savait que l’arrêt signifiait encore plus de souffrance. Il n’avait pas d’autre choix que de continuer à se cacher. Ce petit rituel se déroulait tous les soirs, il avait commencé à bien connaitre la ville et toutes les cachettes.

Il sorti de sa bulle à cause d’un hurlement de douleur. Il prit quelques secondes pour se remémorer ce qu’il venait de se passer. Ils étaient encerclés par ce groupe, un homme avait attrapé la fille par la gorge et c’était à ce moment-là qu’il avait crié. Regardant dans sa direction, il apercevait avec grande surprise le bras du bandit mutilé et ensanglanté. Il n’arrivait pas à organiser ses idées, comment avait-elle pu faire ça ? Analysant le corps de la fille, il pouvait voir des lames qui sortaient de son corps. Yuusuke resta un moment la bouche ouverte, stupéfiait il essaya de chercher des millions de raisons de ce qu’il venait de voir.

Il ne pouvait qu’émettre des hypothèses, l’une d’elles était que cette personne n’était pas une Unik. Cette interrogation fut confirmée par un gros CLANG qui faisait référence au choc de deux métaux. Yuusuke n’en revenait pas, il avait devant lui une véritable Qantik. Son cœur s’accéléra, il ne pensait plus qu’à une seule chose, l’examiner. Ces êtres robotiques étaient un mystère que le scientifique voulait à tout prix résoudre. Plongeant sa main dans la poche intérieure de sa veste, il la retira lentement. Croyant à une quelconque arme, un des opposants fonça sur lui en frappant avec son arme.

Sortant son carnet bleu, où il y figurait toutes ses pensées et les futurs sujets d’expérimentation, il esquiva le coup par un petit déplacement sur le côté. Le scientifique fixa sa coéquipière, il prit un stylo et commença à écrire. Il entrait dans une sorte de transe  qui lui permettait d’analyser quelqu’un dans les moindres détails. Comme ses sens étaient plus aiguisés, il évitait machinalement chaque brassement d’air de la barre de métal. Voulant esquiver une attaque en direction de sa tête, il la pencha en arrière. Il comprit son erreur mais il était trop tard, le mal était fait. Sa capuche venait de tomber, laissant apparaitre son visage aux yeux de tous.

« Mais tu es … Mais oui ! C’est toi Yuu… »

L’homme n’avait pas eu le temps de finir sa phrase qu’un coup en direction de son foie, puis immédiatement après au niveau de la tempe se fit sentir. Le scientifique tremblait, la colère montait petit à petit. Ce qu’il redoutait le plus arriva, ses pulsions étaient là, il ne pouvait les ignorer. Il ne restait que deux personnes qui se rapprochaient avec l’intention de le tuer. Yuusuke se mit en garde, il leva les poings devant sa figure, comme à la boxe. Il faisait des gestes très précis en ne bougeant que d’un millimètre pour éviter la barre.

Il se frappa les mains l’une contre l’autre. Il en profita pour activer son Dzêta en créant un portail d’entrée et sortie sur les mains opposées. Voyant arriver l’arme sur sa tête, il ramena sa main gauche pour se protéger. C’était ce qu’il voulait faire croire, en réalité il allait s’en servir pour activer le portail. Comme il était invisible, personne ne pouvait se douter de ce que le scientifique préparait. La barre traversa sa main et ressorti par la droite qu’il avait placé au niveau de la gorge de son attaquant.  Une demi-seconde plus tard, l’homme avait son arme qui lui traversait son moyen de respirer.

Se rapprochant rapidement du dernier homme, il lui brisa les jambes pour qu’il ne puisse plus s’enfuir. Cassant ses doigts un par un, il lui demanda tout ce qu’il savait concernant le Kokobot disparu. Au même instant, Yuusuke apercevait des plumes sur la route qui était le chemin opposé qu’indiquait le torturé. S’étant calmé, il se releva et se dirigea vers la fille. Il n’aimait pas être dans cet état et préféra ne pas en parler.

« On a deux choix possibles, soit on va à droite, c’est ce que cet homme a dit. Soit on va à gauche, où il y a des plumes de Kokobots. Que choisis-tu ? Ah oui dernière chose, tu peux faire ce que tu veux de lui. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: Les courses de Kokobots [PV Yuris]   Ven 18 Avr - 0:25

Yuris sentait rouler dans son estomac une boule acide de colère. Son angoisse de se retrouver noyée dans une cité Ünik s'était transformée en un courroux intense, que ce pauvre garçon au bras en charpie avait provoqué en faisant preuve de gestes violents à son égard. Yuris réalisait les conséquences de son attaque, et s'en mordit la lèvre de consternation. Quelle imbécile elle avait été ! A présent, tous ici savaient qu'elle était une Qantik, et qui plus est ils connaissaient tous désormais la nature de son Sigma. Il ne serait pas difficile, même pour ces truands, d'élaborer une courte stratégie afin de déjouer ses capacités. Ceci dit, ils n'en firent rien car ils s'en prient derechef à Yuusuke. Il n'avait pas l'air très stressé par la situation, et se contentait d'esquiver avec la plus grande facilité du monde les offensives de ses adversaires. Yuris fut interpellée par la désinvolture dont il faisait preuve : il notait consciencieusement quelque chose dans un petit carnet pendant qu'il esquivait. Il avait l'air bien plus concentré sur ses écrits que sur son agresseur. Il doit être très fort, se dit Yuris. Alors ce type, en plus d'être d'une vivacité d'esprit hors du commun, était également agile et fort comme une bête sauvage ? Elle sentit son cœur trembler un instant. Mais il n'était pas question de céder à la peur pour le moment, et son compagnon de route ne devait surtout pas percevoir l'intimidation qui enserrait la gorge de Yuris. Elle ignorait comment il était réellement, et peut-être tenterait-il de se jouer de cette soumission involontaire. Yuris s'écarta de la zone de combat pour quelques instants, car force était de constater que Yuusuke n'avait absolument pas besoin d'elle pour combattre.

L'un des voyous se jeta sur Yuusuke, toute arme blanche dégainée, et prêt à le saigner à blanc. L'Ünik s'était alors contenter de frapper dans ses mains, puis de placer l'une d'elle devant lui. Il est fou, il va se faire transpercer ! se dit Yuris, incrédule face à la réaction du jeune homme Que croyait-il donc pouvoir faire à main nue contre cette lame affûtée ? Pourtant, c'est bien ainsi qu'il gagna le combat : le sabre de l'adversaire de Yuusuke fut comme absorbée par sa main positionnée juste devant lui, et était ressortie par son autre main, elle placée juste sus la gorge de l'agresseur. Ainsi, par un schéma incroyable mais pourtant bien réel, l'adversaire de Yuusuke s'était tranché la gorge grâce à un chemin très étrange formé par les mains du jeune homme. Yuris n'en croyait pas ses yeux. Elle n'y comprenait rien, et ne put s'empêcher de reculer encore un peu plus, le temps que son compagnon termine de combattre les voyous restant. Résultat, ils étaient tous deux grièvement blessés, tout comme les deux autres dont Yuris s'était chargée juste avant.

Quand Yuusuke se rapprocha d'elle, Yuris tâcha de réprimer de légers tremblements. Ce type était-il un guerrier ? Un mercenaire ? Ou un taré qui passait son temps à tester son Qi et à s’entraîner au corps à corps ? Et qu'est-ce que c'était que ce pouvoir étrange qui lui a permis de faire un tour mortel à son adversaire ? Cet Ünik était encore une énigme pour elle. Alors qu'elle s'était en très grande partie dévoilée. Yuusuke avait donc désormais un avantage non négligeable sur elle. La capuche de sa cape était retombée, ce qui laissait désormais voir son visage à la lumière du jour. Yuusuke avait des cheveux ébouriffés très noirs, et de grands yeux bleus limpides. Son teint pâle laissait à penser qu'il ne sortait pas beaucoup. Il avait l'air insolent et détaché. Yuris décida qu'il fallait s'en méfier d'autant plus.
L'homme que Yuusuke avait torturé en lui fracturant plusieurs doigts lui avait dit qu'ils pouvaient prendre une ruelle à droite pour se renseigner sur les Kokobots perdus. Mais Yuusue avait aussi noté la présence de plumes sur la gauche. Il demanda à Yuris de déterminer la direction à suivre, et ajouta qu'elle pouvait faire de leur informateur ce qu'elle voulait.

Cette dernière phrase réveilla en Yuris cette boule de nerfs colériques qui lui raclait le fond des entrailles. Mais qu'est-ce que c'était que ce type à la fin ? Pour qui se prenait-il donc ? Elle oublia ses craintes, et laissa se déverser son flot de colère sur son compagnon. Elle tâchait par là même de ne pas paraître aussi vulnérable que précédemment.
« Arrête de me dire ce que je dois faire ! Je n'ai pas à obéir à tes demandes, et surtout on n'a pas à faire la route ensemble ! ». Yuris frappa de son poing droit le mur derrière elle ce disant, comme un réflexe qu'elle n'avait pas pu réprimer afin de se donner de l'assurance. Comme pour se prouver qu'elle était doté d'un petit peu de force, à même de la faire combattre. On regard noir dans les yeux glacés de son compagnon témoignaient de sa colère. Elle sentit qu'elle perdait le contrôle de ses sentiments. Elle se mit à hurler : « Et je n'ai pas non plus besoin de toi pour m'occuper de mes ennemis ! » Subitement, Yuris fit jaillir de ses mains de fortes griffes de métal longues de trente centimètres, et les positionna juste sous la gorge de Yuusuke d'un geste très vif. « Je n'ai qu'à te trancher la gorge, comme ça je n'aurais plus jamais à entendre tes sottises ! » cracha-t-elle, avec toute l'amertume et la pugnacité dont elle pu faire preuve sur le moment. Mais elle fut forcée de baisser son bras : il s'agissait de celui qu'elle avait sollicité pour transpercer son propre adversaire, et la blessure du fait du jaillissement de la lame sous la peau ne s''était pas refermée. C'était très douloureux, et Yuris ne put le supporter davantage. Elle replia ses longues griffes, et serra son bras blessé contre elle, grimaçant de douleur.

Silencieusement, Yuris s'éloigna de Yuusuke en direction des plumes de Kokobots. Elle n'avait pas envie de croire en la parole de cet Ünik blessé. Il avait très bien pu dire n'importe quoi pour se soustraire à la violence de Yuusuke. Elle n'avait pas envie de croire un Ünik tout court, et ce compagnon improvisé ne faisait pas exception à ce principe.
Les plumes étaient effectivement posées là, sur les pavés sombre de Nordkia. Un tas de longues plumes dorées, abîmées par des traces de lutte. Yuris demeura perplexe face à ces plumes. On était assez loin des arènes dans ce coin... Qu'est-ce qu'elles pouvaient bien faire ici ? La réflexion de Yuris était perturbée par son bras, qui la lançait beaucoup. La chair artificielle prendrait du temps à se refermer. Elle pourrait même avoir de la fièvre. Une chose était sûre : si elle voulait continuer cette enquête, la jeune femme ne le pourrait pas seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Les courses de Kokobots [PV Yuris]   Lun 16 Juin - 0:44

Quel spécimen très intéressant, Yuusuke avait toujours cru que les Qantiks n’étaient que des êtres robotiques dépourvu d’intelligence humaine. Ce qu’il appelait ainsi était le mécanisme d’un cerveau, la façon de réfléchir, de prendre des décisions et surtout d’avoir des sentiments. Pour lui, les personnes de cette race étaient de vulgaire boite de conserve, elle exécutait les ordres sans se poser de questions. Cette fille avec lui était différente, elle ne semblait pas être suivie ou commandée à distance. Il était à présent certains qu’il y avait chez les Qantiks différentes sortes de robot. Il en connaissait déjà une, il ne lui restait plus qu’à étudier cette nouvelle espèce.

Yuusuke commençait peu à peu à se calmer, il n’aimait pas quand il était dans cet état, il perdait toute notion d’analyse. En regardant rapidement sa coéquipière, il remarqua qu’il lui avait fait de l’effet. Il ne parlait pas d’une attirance quelconque, mais elle pensait quelque chose de lui, surement en mal d’ailleurs. Ses soupçons étaient vérifiés quand cette dernière éleva la voix pour évacuer sa colère. Pendant qu’elle lui disait qu’elle n’aimait pas que le scientifique prenne les devants en lui donnant des ordres, ce dernier nota dans son carnet. Il marqua sa première découverte, la fille pouvait ressentir de la colère et avait un trait de caractère, elle n’aimait pas se faire contrôler.

Yuusuke resta calme, même quand dans lames se retrouvèrent collée à sa gorge il ne bougea pas d’un pouce. Un regard glacial, ce n’était pas le même qu’elle avait lors de la rencontre, non cette fois ci il s’agissait bien d’une haine profonde. Le scientifique ne pouvait qu’admirer, il y avait un tel éclat dans ses yeux qu’il laissa tomber son carnet au sol. Il ne savait pas ce que cette fille avait vécu mais il voulait connaitre la vérité.

Reportant son attention sur les lames, il remarqua le sang et les plaies ouvertes. Il ne pouvait s’empêcher de penser à comment il pouvait la soigner, mais il n’avait rien sous la main. Elle devait affreusement souffrir, ce qui se ressentait par la petite grimace qui s’affichait sur son visage. Etant enfin libre de ses mouvements, il récupéra son livre pour y inscrire de nouvelles informations. Avait-elle une véritable peau ? Ce qui était le plus surprenant était qu’elle pouvait ressentir la douleur, comme lui. Que pouvait-elle sentir d’autre ?

Il y avait trop de questions sans réponses, mais il allait toutes les découvrir avant d’avoir retrouvé les Kokobots. Une personne sous torture ne peut pas mentir car si elle le fait, les dommages peuvent être encore pires et pourtant la coéquipière n’avait pas choisi ce chemin. Elle avait préféré un détail futile que le vent aurait pu emmener. Le scientifique se demandait si sa haine ne concernait pas les Uniks … Il nota cette observation pour plus tard. Elle était vraiment énervé après lui, mais il ne voulait pas s’excuser, il se demandait jusqu’où elle pouvait aller… Allait-elle vraiment le tuer ?

« Dis-moi, je sais que tu es énervée mais j’aimerai connaitre ton nom. Même si tu n’as plus besoin de moi, il me faut ton aide pour les retrouver… »


Ils marchèrent un petit moment, Yuusuke en profita pour allumer une cigarette, il tira une grande quantité de fumée. Le frais de la menthe se faisait sentir dans sa bouche, puis le gout acre du tabac qui reste au fond de la gorge. Quelques instants plus tard il propulsa le tout par la bouche en faisant des cercles. Il se tenait derrière sa coéquipière de sorte que l’odeur ne la dérange pas, mais ses yeux bougeaient dans toutes les directions pour tout analyser. Ils arrivèrent à un endroit plutôt spécial, il y avait des bâtiments autour d’eux, et devant eux deux chemins possibles. Le scientifique remarquait qu’il y avait de gros anneaux en fer attaché aux murs, il y en avait quatre. Deux de chaque côtés de la ruelle, il y avait de nombreuses traces de luttent ainsi que plusieurs plumes sur le sol.

Sur chacun des chemins, les pavés s’arrêtaient pour laisser place à un chemin de petits cailloux ressemblant à du sable. Des traces de pas humain s’y trouvaient, comme s’il y avait eu deux hommes et que chacun avait pris un chemin différent. Yuusuke ne croyait pas trop à cette analyse, les traces de pas étaient beaucoup trop similaires, le voleur faisait tout pour effacer ses agissements. Du côté gauche, les empreintes étaient plus profondes qu’à droite, une réponse était possible, il était revenu sur ses pas. Il ne pouvait y avoir deux personnes, même pointure, même semelle, même distance entre chaque enjambé, il y avait trop de coïncidences. De plus, l’un des anneaux n’était pas collé au mur, il avait été utilisé, surement pour attacher un kokobot.

Yuusuke changea de position, de debout il passa allonger sur le ventre, avec un point de vue plus proche du sol, il y verrait d’autre indice. Une petite goutte de sang se trouvait sur l’une des plumes. Les kokobots ont l’hémoglobine plus foncé que celui des Uniks, ou des Qantiks, ce qui veut dire que ce qui se trouve sur la plume n’appartient pas à cet animal. La raison de l’absence de pas de l’oiseau est expliqué par le fait que le voleur a dû le porter, d’où les traces de luttent. Toutes ses hypothèses avaient amené Yuusuke à penser que le bon chemin était celui de gauche. Il ne lui restait plus qu’à savoir ce qu’en pensait sa coéquipière. Il se rapprocha très près d’elle et souffla à son oreille :

« Dis-moi quel chemin prendre, je t’écouterai sans rien dire … »


Il nota le bon chemin ainsi que ses hypothèses dans son cahier, mais il attendait surtout de voir la réaction de la Qantik. La trace de sang était toute fraiche, si elle prenait le bon chemin, il était fort probable de rencontre le voleur, ou du moins l’un des voleurs … Yuusuke avait un autre doute, mais il ne pouvait se prononcer sans preuve.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: Les courses de Kokobots [PV Yuris]   Mer 9 Juil - 14:27

La peau artificielle de Yuris se refermait peu à peu, dans un crissement brûlant qui la faisait souffrir autant que lorsque ses lames sortaient de ses membres. Accroupie sur le sol face au petit tas de plumes de Kokobots, elle serrait son bras à vif très fort, et se mordait la lèvre inférieure pour ne pas gémir. Elle n’avait aucune envie de dévoiler la moindre faiblesse à ce Yuusuke, comme elle l’avait fait juste avant. C’était une erreur à ne pas reproduire. Sur le sol froid, Yuris s’en voulait d’être aussi godiche. Elle s’était laissée faire comme une gentille petite fille, et désormais se retrouvait embarquée dans une affaire dont elle se fichait absolument. Elle regrettait de ne pas s’être montrée ferme dès le départ avec cet Ünik. Maintenant, elle se retrouvait coincée en sa compagnie, car dans son état il était dangereux qu’elle reste seule. A deux, les risques d’agressions diminuaient d’autant plus que si elle avait décidé de se retirer dans ces ruelles malfamées de Nordkia. Elle devrait donc prendre sur elle, et tâcher de supporter ce type jusqu’à ce qu’il se décide à lui lâcher la grappe.

« Dis-moi, je sais que tu es énervée mais j’aimerais connaitre ton nom. Même si tu n’as plus besoin de moi, il me faut ton aide pour les retrouver… » lui dit Yuusuke d’une voix calme, alors qu’elle lui tournait le dos.

La tranquillité n’était pas prévue pour tout de suite ceci dit. A l’entendre demander son nom, Yuris sentit qu’elle recommençait à s’énerver. Une montée de colère s’empara de son ventre, jusqu’à ce qu’elle y ressente une chaleur désagréable. Ses émotions étaient intenses et sincères, si bien qu’elle sentait qu’elle aurait du mal à se contenir trop longtemps. Les sourcils sévèrement froncés, Yuris se redressa, en tenant toujours aussi fort son bras contre elle. Elle se tourna vers Yuusuke, et lui lança d’une voix sèche sans même le regarder : « Mon nom, c’est Yuris. »
Il avait besoin de son aide ? A la bonne heure. Yuris comprit que si elle voulait avoir la paix rapidement, il lui faudrait retrouver au moins un de ces fichus Kokobots. Serrant les dents à s’en faire mal, Yuris s’y résigna avec grande déplaisance. Elle n’avait vraiment aucune envie de perdre son temps à jouer à cache-cache avec des voleurs dans le dédale des rues de Nordkia.

Lorsque Yuris reporte son attention sur Yuusuke, elle le vit presque ramper sur le sol, à la recherche d’indices. Décontenancée, la jeune Qantik se dit qu’elle avait à faire à un véritable chien fou. Tout à l’heure, il avait réfléchit à la vitesse de l’éclair pour dessiner un plan complexe de la ville qu’il avait finalement tracé sur le sol. Puis il s’était royalement battu en écrivant dans un carnet sans se soucier de son adversaire, et lui avait finalement fait mordre la poussière. Et maintenant qu’il avait allumé une cigarette, il la fumait tranquillement tout en cherchant des signes pour la suite de leur route. Mais qu’est-ce que c’est que ça ? Se répétait Yuris, à la fois consternée et épuisée. Le voilà qui arrivait à ses pieds pour examiner les plumes. La jeune femme y avait vu quelques traces de sang, mais n’en avait déduit qu’une seule chose : il y avait eu une lutte, et quelqu’un avait été blessé. Mais de là à savoir s’il s’agissait du voleur ou du Kokobot !

Soudain, Yusuuke se redressa, et s’approcha de Yuris dans une très close proximité. Il pencha ses lèvres près de l’oreille de la jeune femme stupéfaite, et lui souffla d’une voix suave qu’elle choisirait le chemin à prendre, sans qu’il n’y redise rien. Yuris frissonna, et repoussa violemment Yuusuke en arrière. « Dégage ! » s’écria-t-elle, importunée par ce geste soudain.

Mais Yuris tâcha de ne pas s’attarder là-dessus encore longtemps. Comme elle avait repoussé Yuusuke de deux bons pas, elle se dit qu’il était inutile de se montrer plus pugnace. Elle tint à nouveau son bras écharpé, soudainement lancé par le coup qu’elle venait de porter. Elle réfléchit à la topographie des lieux, et remarqua une chose digne d’intérêt, qui ne lui avait même pas effleuré l’esprit quelques minutes auparavant, alors qu’ils se dirigeaient tous deux dans cette direction depuis le début.

« Si on va à gauche, on va se retrouver vers une vieille entrée de la ville qui débouche sur les Docks… Si j’étais un voleur, c’est là que je me rendrais pour m’échapper rapidement. » dit-elle, d’une voix blanche et sérieuse. Cette information l’avait frappée, sans crier gare. Yuris leva les yeux vers les hauts remparts de Nordkia. Et si les voleurs tentaient de s’échapper par cette voie, inhabituelle quand on songeait aux galeries ordinaires prévues à cet effet ?

Yuris jeta un regard indicateur à Yuusuke. Il était certain qu’il comprendrait son intention de s’enfoncer plus profondément dans les ruelles montantes, pour finalement arriver aux quais désaffectés des docks dont elle venait de parler. La jeune femme baissa les yeux vers une plume de Kokobot, et décida d’en ramasser une, rougie par le sang foncé. Elle ignorait ce qu’ils allaient découvrir tous les deux, mais il était certain que cela ne serait pas joyeux. Yuris pris son courage à deux mains, et décida de marcher sur le chemin qui se trouvait à leur gauche, pour monter vers les plateformes de Nolmë.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Les courses de Kokobots [PV Yuris]   Mer 17 Sep - 0:05


Yuusuke s’absenta mentalement un instant, il était en train de réfléchir à cette aventure, à ses observations et repassa les scènes en accélérer. Il se focalisa sur une seule chose, Yuris. Il venait d’apprendre son nom, il était original et n’aurait pas de problème à s’en rappeler. La soif de connaissance du scientifique avait dépassé les bornes, il avait complétement négligé ses bonnes manières sans se préoccuper de l’être en face. Cette Qantik était en colère, elle ne pouvait certainement pas supporter Yuusuke. Ce dernier ne voyait plus la jeune fille, mais un reflet de celui qu’il était. Ce sentiment d’agacement, cette envie de frapper aussi fort que possible sur une personne, il ne connaissait que trop bien.

Il commençait à regretter ce qu’il avait fait jusque-là, certes il avait obtenu des données mais à quoi pouvaient-elles lui servir ? Son seul référentiel était lui-même, il n’avait pas arrêté de se comparer à elle. Analyser deux individus revenait à faire un lien entre un animal et un insecte, ils étaient beaucoup trop différents. Pour comprendre Origin’s, il devait remonter jusqu’aux Ohms, l’origine de tout. Une idée illumina son esprit, il devait assimiler le système de race, chaque spécification et surtout répondre à la question Pourquoi ces trois races différentes ?

Reprenant ses esprits, il remarqua qu’il avait reculé de quelques pas, elle était encore plus énervée qu’il ne le pensait. Il devait changer d’attitude mais il n’espérait pas grand-chose en retour. Yuusuke ne se définissait pas comme quelqu’un d’énervant, pour lui, elle avait dû subir un traumatisme avec un Unik. Cela ne restait qu’une hypothèse mais il n’éprouvait pas le besoin de la confirmer ou de la réfuter.

Il écouta sagement l’explication de Yuris pour le choix du chemin à prendre. La raison était tellement logique et tout à fait possible qu’il n’y avait pas pensé. Il devait arrêter de se compliquer la vie. L’opération conciliation allait pouvoir commencer, il devait au préalable lui faire un compliment. Elle avait très bien réfléchit et son argument tenait la route.

« Ah oui effectivement, bravo tu fais bien le voleur ! »


*C’est ton compliment ça mon pauvre Yuusuke ?* Pensa-t-il complétement déprimé. Il se rendit compte qu’il s’agissait de la première vraie discussion qu’il avait avec une autre personne. Le scientifique avait décidé de ne plus sortir son carnet, c’était peut-être la cause de ce malaise entre eux. N’étant pas un professionnel des relations sociales, il voyait leur future amitié comme quelque chose d’impossible. Quand il pensait à Yuris dans quelques années, il voyait toujours la même scène. Elle, en train d’écraser violemment son poing sur son visage. Une pensée qui lui donna un profond frisson.

Ils continuèrent de marcher en suivant le chemin de gauche, plusieurs intersections venaient rencontrer la route principale. La voie s’était élargie, il n’y avait pas un bruit autour d’eux, le calme plat. Yuusuke venait de faire tomber une cigarette en sortant son paquet, il s’arrêta pour s’accroupir afin de la ramasser. Son regard était attiré par une chose en mouvement, sa vitesse était incroyable, comme si elle fonçait droit sur eux. Il s’agissait d’un Kokobot de couleur gris noir, sa démarche était étrange tout autant que son approche. Quelques secondes plus tard il remarqua que sa cible était Yuris qui était de dos. La chose ne ralentissait pas, elle allait la percuter de plein fouet.

Sans se poser de question, il sauta dans la direction de la jeune fille et la poussa du plat de la main. Il avait eu juste assez de temps pour reculer afin d’éviter la charge de la créature. Cette dernière, arrivé à leur hauteur, fit un virage de quatre-vingt-dix degrés et heurta Yuusuke. Le scientifique avait replié les bras par réflexe pour se protéger du choc. Il venait de se faire éjecter directement contre le mur. Ses bras étaient endoloris, il ne pouvait plus bouger le gauche et il pouvait sentir son cœur battre dans celui de droite.

Il était certain d’une chose, il ne s’agissait pas d’un Kokobot, c’était un robot. Il était fait d’une fusion de métal rendant le tout très solide et très léger. Son style de combat était inefficace contre lui et il ne pouvait lui faire des dommages sans se briser les mains. Il se demandait comment ils allaient en venir à bout, entre lui qui était inutile et Yuris qui avait encore des douleurs, le combat allait être compliqué


Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: Les courses de Kokobots [PV Yuris]   Sam 7 Mar - 1:31

Quand elle eut amorcé son chemin vers la gauche, Yuris entendit Yuusuke dire qu'elle ferait un bon voleur. Quelle drôle de phrase... Elle ne se retourna pas, et fronça les sourcils. Si c'était pour dire des idioties pareilles, mieux valait qu'il n'ouvre pas la bouche. A quoi pensait-il ? Ils n'étaient pas là pour faire ami-ami, ils cherchaient des Kokobots disparus. Yuris se demandait encore pourquoi elle s'était lancée dans la quête de ces gros poulets, bien sympathiques, mais dont elle se fichait éperdument du destin.

Yuris avançait sans même se soucier de savoir si Yuusuke la suivait. Ce n'était pas pour être désagréable, même si elle savait qu'il avait toutes les raisons du monde de percevoir ses élans hostiles. Elle n'était pas de bonne humeur. Elle avait certes proposé l'hypothèse des Docks, mais finalement elle ne savait pas mieux que cela où il était le plus pertinent de faire des recherches. Et des issues de secours dans Nordkia, il y en avait à la pelle si on connaissait un peu les lieux. A l'évidence, pour que le voleur se soit faufilé ainsi dans les enclos de Kokobots, et les subtilise si rapidement sans se faire voir, il devait connaître l'endroit comme sa poche. Cela ne leur faciliterait pas la tâche le moins du monde !

Ils marchaient tous les deux silencieusement dans les rues de Nordkia depuis quelques minutes, grimpant pour se rendre sur les Docks. Les bâtiments devenaient de plus en plus haut, et étroit, si bien qu'ils étaient préservés de la chaleur battante de la cité. On entendait au loin les clameurs de la foule, qui paniquait à face au gâchis de leur fête bien-aimée. Franchement... Si Yuris s'était imaginée qu'un jour elle ferait du service civique pour les Üniks... En compagnie d'un Érudit, qui plus était !
Soudain, Yuris sentit qu'on la poussait violemment en avant. C'était Yuusuke, qui avait pressé sa paume contre son dos, afin de l'écarter du chemin qu'ils suivaient tous deux. Yuris manqua de se cogner contre un mur. Mais qu'est-ce qui lui prenait encore, à cet abruti ?! Lorsqu'elle se retourna, elle voulut lui mettre son poing dans la figure, mais un Kokobot noir et gris sorti de nulle part s'en chargeait déjà à sa place. Qu'est-ce que c'était que ce truc ? Elle ne l'avait pas du tout entendu arriver ! C'était une bête massive, qui se déplaçait avec vélocité et habileté. On était pourtant dans un quartier tortueux où il était facile pour un Kokobot de paniquer, et de partir dans tous les sens. Lui, maîtrisait parfaitement ses trajectoires. Yuris put le constater quand elle remarqua qu'il s'en prenait à Yuusuke, qui se défaisait tant bien que mal du harcèlement que lui faisait subir la créature.

Quelque chose clochait. Yuris prit de l'élan et se mit à courir en direction de l'assaillant. Elle sauta vivement, et vint ficher son talon dans le flanc du Kokobot fou furieux. A l'impact, un son métallique sourd se fit entendre. L'animal de fer était très solide, à tel point qu'elle se fit mal à la jambe. Le Kokobot cessa dès lors de poursuivre Yuusuke, et chercha à charger la Qantik. Elle parvint cependant à sauter sur le toit d'un petit bâtiment qui devait faire la taille d'un homme, juste à côté.
De son perchoir, elle voyait le Kokobot qui lui fonçait dessus. Ceci dit, lorsqu'il percuta le mur, il s'entêta à rentrer dedans, reculant et avançant de nouveau sans s'arrêter. « C'est quoi ce truc ?! » s'écria Yuris, consternée par le ridicule de leur situation.

Plus loin dans l'ombre, et très discrètement, une personne à capuche sombre se tenait accroupie. Elle soupirait devant les efforts éperdus que faisait sa machine de guerre, face à ce mur où était perchée la fille. C'était effectivement pathétique... Il lui faudrait revoir les contrôles radars situés au niveau de la tête. A moins que ce ne fut le garçon qui ait endommagé l'appareillage ? Un long soupire se fit entendre.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Les courses de Kokobots [PV Yuris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Blabla inscriptions courses
» La corrida
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...
» Jeu de course rFactor
» Par une chaude journée d'été [Pv]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Urban City
 :: Nordkia
-