AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Le monstre de Nakigao

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Le monstre de Nakigao   Ven 30 Mai - 23:46

Un petit tintement se fit entendre dans la brume. Une brume épaisse et blanche, à fois si légère et si dense, que l’on pouvait parfois avoir la sensation de pouvoir la toucher , ou même y plonger sans que l’on y voit le fond. Mais sitôt qu’on y met sa main, elle glisse, et en ressort froide et mouillée. C’était un phénomène fréquent et étrange, sujet de nombreuses Mythes et légendes , peuplé de mystères, monstres incongrus  et esprits dévastateurs, à la fois craints et adulés.  Les Anciens le surnomment « champ de coton «  ou « Champ de nuages » selon les préférences.  La forêt était envahie ce matin, de cette mer de fumée blanche et opaque, si haute et si aveuglante que l’on ne distinguait plus l’horizon et à peine la cime des arbres. Tout cela baignait dans un silence de mort, et d’une ambiance à la fois grise et bleutée. Une ombre, de la forme d’une cape se déplaçait à travers la brume.Une main balançait en rythme une clochette, produisant un son cristallin. Cette ombre, c’était la jeune Phytos, qui s’était emmitouflée dans sa cape bleue. Elle cherchait à rejoindre le village le plus proche, qu’elle ne devait plus tarder à apercevoir, enfin, si l’on en croyait la carte dessinée de son oncle.

Quelques jours plus tôt, lors d’un simple passage à la maison, son oncle et son père s’était  embarqué sur la question de l’avenir et du cocon familial. L’oncle, tout en la tarissant d’éloges reprochait à ses parents de ne pas assez se préoccuper de son avenir, et de la surprotéger. Il était temps, selon lui, de commencer à voyager, voir le monde , et remplir des missions pour se faire sa propre expérience, quitte à aller dans des territoires inconnus et redoutés, tels que ceux des Uniks ou des Qantik.  Pendant une heure, il fit un discours sur ce combien lui avait rapporté ces expériences, que la vie était dure, que l’on devait se résoudre à se défaire de sa famille, l’importance d’aller aider les autres en accomplissant des quêtes …Bien sûr les « autres » se résumait aux Hybrids, cela allait de soi. Son discours, déjà répété des centaines de fois, se répétait une fois de plus devant la mine fatiguée et agacé de ses parents. Mais elle avait l’âge où il était temps de prendre son envol. Evidemment, cela ne se fit pas sans contestations dispute, crises de colère et on en passe ... finalement, comme il était de tradition, toute la grande famille se réunit pour organiser une grande fête en son honneur, où il était coutume d’offrir  des cadeaux utiles ou inutiles pour le futur voyage de la jeune plante. Ainsi défila bijoux, sacs, porte bonheurs,  écharpe, gants, matériaux de dessin, couvertures, gâteaux, biscuits,… à foison. Puis, les plus vieilles se regroupèrent et cousurent, avec les fibres les plus solides, une cape bleue munie de symboles et de décorations censés atténuer son odeur et éloigner les monstres . Quand tout le monde fut parti, son oncle lui tendit un papier ou il avait dessiné un  plan pour aller à un des villages de Nakigao. Il la serra fort dans ses bras et lui dit au revoir. Miyuki ne put s’empêcher de verser une larme, trop d’émotions…

On l’avait souvent prévenu des dangers de la brume, alors elle agitait la clochette pour éloigner les monstres. La mer cotonneuse  devint peu à peu translucide, et le silence laissa place aux rires et aux cris, aux roulis des roues de chariots sur les pierres, au monde qui s’agitait sur les places pour y acheter leur pain ou leurs légumes, et leur marchands fort sympathiques et parfois colériques, qui tentaient d’appâter en agitant leurs panneaux de prix.  Bref la vie. La jeune Hyrid  ôta la capuche de sa cape et se glissa tel un poisson parmi la foule . Elle dut s’excuser maintes fois parce qu’elle avait soi disant écrasé tel pied ou bousculé tel monsieur. Une dame fort sympathique lui indiqua le chemin pour aller chercher des missions. C’était une véritable étagère . Plusieurs dizaines de feuillets y étaient incrustés, sentant le neuf, sur lequel, on pouvait lire en gras les récompenses. Quelques curieux et professionnels y étaient là, consultant librement. Certains affichaient un sourire jusqu’au oreilles, tandis que d’autres avaient l’air dépités, ou dégoûtés .Miyuki en choisit un au hasard, sous le regard un peu moqueur de ceux autour. Sans doute son jeune âge et son apparence a priori fragile. Elle souhaitait pour ses débuts, quelque chose d’assez simple, car elle doutait de ses capacités, encore trop inexpérimenté.  Mais les missions étaient d’un réel ennui : chercher un balai fugueur, nettoyer une auberge de fond en comble, éradiquer un envahissement   d’insectes,  ou affronter une théière en colère. N’ayant pas  grand choix, Miyuki allait se résoudre à prendre un feuillet sur l’étagère, lorsque quelque chose attira son attention…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: Le monstre de Nakigao   Sam 31 Mai - 19:15

Nous en avons encore trouvé un cette nuit. Il était allongé sur le sol, comme s'il avait fait une mauvaise chute. Cela faisait pourtant bien longtemps qu'il avait cessé de bouger, et d'ailleurs jamais il n'aurait dû se trouver là, en plein air. Son sommeil était désormais éternel, et on ne savait même plus depuis combien de temps il s'était éteint. Quel était son nom ? Ça aussi, on l'ignore. L'odeur qu'il dégageait était abominable, comme si son organisme avait été maudit jusque dans sa profonde chair. De son visage il ne restait que des lambeaux de peau suppurée, et son squelette avait commencé à jaunir sous les froids rayons de nos deux Lunes. On a encore déterrer un mort de Nakigao. Mais il nous faut être discrets... A quelques pas de lui, on raconte qu'il y avait une bête féroce, sombre, aussi noire que la mer qui borde la Frontière sud, et aussi grande qu'un Nago adulte. Seuls deux grands yeux rouges et un rugissement rauque permettent de remarquer sa présence. Quand le jour point, ce monstre s'évapore comme un mauvais rêve ! On raconte même que certains éclaireurs, envoyés à Nakigao pour résoudre le mystère des corps exhumés, ne sont jamais revenus car ils auraient servi de repas à cette bête infâme. C'est là une histoire qui sent bien mauvais, oh oui, bien mauvais ! Réfléchissez bien avant de vous rendre à Nakigao...

« MAIS C'EST QUOI CES BÊTISES, ENCORE ?! » le hurlement de Kitsune sonna dans toute la rue où se trouvait la taverne. Assise alors que le grand-père racontait son histoire aux attentifs et apeurés buveurs, elle s'était soudainement levée et avait bondit sur sa table avec fureur. Son verre et sa chaise furent jetés aux quatre coins de la petite salle. Tout le monde s'était tu à l'entente de ce fracas formidable, causé par une si maigre jeune femme. Depuis que Kitsune était revenue de son voyage, elle n'avait encore jamais pu se reposer. Ce petit village forestier était l'endroit idéal : une ravissante taverne lui avait ouvert ses portes. L'occasion en somme de se refaire une santé après avoir siroter quelques verres bien frais ! Mais l'histoire que racontait le grand-père l'avait bien trop excitée pour qu'elle reste sans rien faire. A présent, elle trônait fièrement sur la table, bien droite sur ses deux jambes, et les bras croisés de détermination. Le grand-père se mit à faire de grands gestes avec la canne qu'il avait à la main.

« Ce ne sont pas des bêtises jeune fille ! Nos morts sont exhumés du cimetière de Nakigao, et un monstre y rôde en ce moment même ! C'est une situation intolérable et dangereuse ! » - « Ha ! Alors pourquoi ne pas tout de suite y aller pour lui ficher la raclée de sa vie à ce monstre ? Comme ça on n'en parlera plus ! » - « Il n’apparaît que de nuit, tu n'as rien écouté ! Et c'est bien trop risqué, on ne peut pas y foncer tête baissée, il nous faut une stratégie, nous ne connaissons pas notre ennemi ! Il nous faut savoir comment il procède et pourquoi ce monstre s'en prend à nos tombes ! » - « Quelle stratégie veux-tu élaborer en ne connaissant pas la situation, vieux rabougri ? » s'écria Kitsune, les sourcils froncés. « Tu parles comme si tu connaissais toute l'histoire, alors qu'en réalité tout ce que tu peux affirmer c'est qu'on vide les tombes de leurs morts, et qu'il y a une gros bébête qui rôde dans le coin ! Qu'est-ce qui te permet de lier les deux ? Je vois pas pourquoi un monstre s'ennuierait à saccager un cimetière ! » - « Jeune insolente, je ne te permets pas de me parler sur ce... ! » - « Si c'est pour faire peur aux autres, c'est réussi ! Mais moi j'ai pas la trouille, et je vais aller voir ce qui se passe à Nakigao ! ».

Les buveurs se mirent à parler tous en même temps. Certains rirent de bon cœur face à la déclaration de Kitsune, qu'ils croyaient être une farce, et d'autres affichèrent une mine grave et inquiète. La Renarde bondit de son perchoir, et fit face à ceux qui riaient. « C'est ça, marrez-vous. Quand je reviendrais en vous disant qu'il n'y a plus de danger, vous verrez que jene racontais pas d'histoires ». Kitsune alla chercher sa besace qu'elle avait laissé à sa place. Les clients de la taverne rirent encore, et certains lui souhaitèrent bonne chance dans son périple. Le seul homme sérieux de toute la bande lui indiqua le panneau des annonces, sur lequel était affichée la mission concernant l'affaire de Nakigao. Il lui conseilla en outre de ne pas y aller seule. Kitsune le remercia, et courut hors de la taverne en arborant un sourire malicieux. C'était l'heure de l'aventure, de la vraie ! Qu'il y vienne, ce pilleur de tombes. Elle lui ferait la tête au carré ! Mais cette histoire de monstre était inquiétante, il fallait bien l'admettre.

Lorsqu'elle arriva au panneau d'annonces, elle chercha rapidement du regard le feuillet qui informait sur la situation à Nakigao. En le lisant, elle se mit à rire discrètement, mais dans un hoquet si machiavélique et excité qu'elle ne put manquer de se faire remarquer par tous les autres aventuriers qui cherchaient du travail. Ils devaient se demander ce que c'était que cette folle. Kitsune leva soudainement les bras vers le ciel, et s'écria : « Allez, direction Nakigao !! Hahaha ! ». Elle se mit alors à courir tout de suite, sans chercher de partenaire comme il le lui avait été conseillé. Le destin se chargea de la remettre sur la bonne route : elle bouscula brusquement quelqu'un qui se trouvait tout près d'elle. C'était une fille qui portait une longue cape sombre, et qui tenait dans la main une annonce, qui chuta à terre sous l'effet de l'impact. Kitsune se calma un peu, et redevint sérieuse une seconde : « Oh, pardon ! Héhé... » fit-elle, un peu gênée. En se grattant la nuque par dessus ses cheveux oranges ébouriffés, elle lui tendit l'annonce qu'elle avait faite tomber par terre. « Tiens ! Mais c'est la même mission que moi ! » s'exclama-t-elle, tout sourire, après avoir entraperçut quelques lignes du texte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: Le monstre de Nakigao   Dim 1 Juin - 23:34

Un bruit, un bruit de plus en plus fort venait dans sa direction. On aurait dit Un Nago furieux qui chargeait, fou de colère. Des martèlements sur le sol .Et ça se rapprochait…. Puis des cris, des engeulades, des injures qui fusaient à tout va. Tout le monde se retourna pour voir d’où venait l’origine de ce tintamarre. D’instinct, Miyuki plongea sa main sous sa cape pour  empoigner un couteau. Son cœur battait à tout rompre. Pourquoi paniquer ? Elle tentait de le calmer, mais le tambour était lancé, et ne s’arrêtait pas. Miyuki fit un mouvement d’épaule pour se retourner lentement, mais à peine eut elle la main sur la poignée de sa lame qu’elle se retrouva, en moins de deux face contre terre. Son souffle fut coupé par le choc. La douleur était telle que les larmes lui montèrent aux yeux, et laissa échapper un râle étouffé que seule la terre sur laquelle son visage était écrasé pouvait entendre. Elle avait l’impression d’avoir été frappée par au moins une masse de plusieurs tonnes. Et si son dos savait s’exprimer, Il aurait hurlé et pleuré comme jamais personne ne l’aurait fait. En attendant, l’odeur de la terre humide lui montait au nez, l’herbe lui chatouillant les naines, donnant une terrible envie d’éternuer.  Les cailloux lui avait à moitié arraché sa peau par endroits, ce qui était la aussi, assez douloureux. Décidément, quel manque de pot pour sa première journée ! Bon, elle n’allait pas rester par terre indéfiniment, c’était la meilleure façon de se ridiculiser, et de toute la façon la compagnie des cailloux était vraiment déplaisante !


Quand la jeune femme fut enfin sur ses deux grandes jambes, elle put enfin voir le boulet de canon qui l’avait renversé. Ce n’était pas très compliqué à savoir, c’était la seule à se tortiller dans tous les sens, l’air légèrement gêné, se grattant la nuque, et au centre de tous les regards. « Oh, pardon ! Héhé… »  Fit la rousse, car oui c’était une rousse, dans sa direction. Pourquoi Héhé ? Bon, peu importe.  C’était une jeune femme rousse aux cheveux ébouriffés, ébouriffés, mais avec une certaine classe, ca rendait vraiment bien, malgré tout. Avec ses yeux un peu en amande, Miyuki la trouvait vraiment jolie, mais la jeune femme se dit que cette dernière devait posséder un tempérament de feu, et une certaine fougue. Il est vrai qu’il ne fait jamais se fier aux premiers a priori, mais cette Anémos avait l’air sympathique, pas le genre de garce qui vous bouscule pour savourer le spectacle  de quelqu’un se dépatouillant pour se relever. En fait Miyuki supposait vu son air, que c’était un peu accident, car elle avait du mal à contrôler sa fougue. Comme elle, parfois. Miyuki se cligna des yeux pour retourner à la réalité. Elle devait paraître un peu débile, à rester sans rien faire, la bouche ouverte.  La jeune Phytos finit par remarquer que la rousse lui avait tendu un papier. Ah, c‘était le papier que sa main avait lâché dans sa chute. Quand elle le vit, la rousse se mit à s’agiter, le visage illuminé. Quoi ? Que se passait-il ? Puis elle s’exclama  d’un coup « Tiens !mais c’est la même mission que moi ! » en arborant un grand sourire. Quoi ? Quelle mission ? De quoi parlait-elle ? De la théière en colère ? Pourquoi ça l’excitait à ce point ? Complètement perdu, les sourcils froncés elle parcourut la feuille avant de se rendre compte qu’elle ne l’avait pas encore lue ! Quelle imbécile ! Cependant, Miyuki n’eut pas besoin de lire la feuille en entier pour comprendre de quoi il s’agissait : Quatre mots retinrent son attention : Monstre, tombe, corps en putréfaction… Son air prit un ton plus grave, et se mordilla les lèvres. Ca devait être le fameux monstre de Nakigao. Alors c’était vrai….les histoires se démultipliaient dans les villages, on racontait que l’on retrouvait des corps putréfiés en dehors de leurs tombes. Un frisson traversa tout son corps. De la peur, et étrangement, de l’excitation. Elle était une grande curieuse et cette affaire la fascinait plus que tout. C’était une sorte d’énigme, de mystère à résoudre…



D’où venait ce monstre ? A quoi ressemblait il ? Pourquoi s’en prendre à des morts ? De plus il ne les dévorait pas, alors quel était l’intérêt ?  Tant de questions sans réponses…cela la fascinait trop. Même si, certes, c’était une fascination un peu malsaine.  Elle avait tout de même un peur, il fallait bien l’avouer, car c’était sa première mission, et elle allait se lancer dans une chasse dangereuse, là ou de nombreux autres avaient abandonné. Fallait-il en faire de même ? Au vu de son expérience, c’était plus sage…mais, d’un autre côté, La théière n’allait pas lui apporter grand-chose, et puis ce mystère était si excitant ! Et puis, d’une certaine façon, cela rendrait service à son peuple… Bon, il fallait cesser de réfléchie et de tourner en rond, et se décider. Maintenant. Miyuki  se plaça brusquement devant la jeune rousse et lui dit «  Ok. Ca te dirait qu’on soit partenaires pour cette mission ? Je te le dis franchement, Tu es rousse, et tu as l’air d’être quelqu’un de bien, alors ça m’intéresse, et ce mystère m’intrigue ! » A peine eut elle prononcé ces mots que tout le monde prit un ai grave, ils avaient l’air térrorisé , « Elle parle bien du monstre ? Quelle folie …» Ils chuchotaient tous dans leur dos » Mais arrêtez les par pitié, mais enfin parlez leur ! »  Certains devenaient nerveux , et se rongeaient les doigts, leur peau devenu aussi pale qu’un linge. Ils commençaient à partir «  Il y de ces imbéciles je vous jure…»  et une dame pincée les regarda, l’air mauvais «  Quelles idiotes ! On finira par retrouver leurs cadavres, moi je vous le dis… » Non, mais oh ! C’était eux les imbéciles ! Les commentaires et l’ambiance l’agaçait de plus en plus. Pour qui se prenaient-ils ? Du coup, elle s’adressa de nouveau vers la jeune rousse, curieuse, de connaître son nom, par ailleurs.

« On commence par quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: Le monstre de Nakigao   Jeu 12 Juin - 20:07

Kitsune dévisagea la fille qu'elle venait de bousculer. Elle avait l'air soudainement prise de panique, et lut rapidement la feuille avec un air grave. Les mains posées sur les hanches, Kitsune se pencha en avant vers elle, l'air interrogateur. Elle regarda à son tour le feuillet. « C'est quoi le problème ? » finit-elle par demander, en riant. La fille avait l'air totalement perdu. C'était assez mignon ! Kitsune croisa les bras derrière sa nuque, le visage radieux de bonne humeur. « Toi aussi tu as envie d'aller démonter la tête à ce type met à sac le cimetière ? Moi je veux y aller, là, tout de suite, sans hésiter !! » Le renarde avait les yeux pétillants d'excitation, persuadée que cette aventure serait aussi épique qu'amusante !

Alors que Kitsune rêvait déjà aux combats qui se préparaient, la jeune fille qui avait l'air inquiet se plaça devant elle, et lui parla sur un ton des plus déterminés. Elle avoua à Kitsune qu'elle aimait le fait qu'elle soit rousse, et qu'elle avait l'air d'être quelqu'un de bien. C'est pourquoi elle lui proposa d'être partenaires. D'abord étonnée, Kitsune se mit à rire franchement, et laissa descendre ses mains sur ses hanches. « C'est ma couleur de cheveux qui t'a convaincue ? » demanda la Renarde, en pointant sa frange en bataille. Cette fille était très rigolote ! Et l'on pouvait lire dans son regard clair une folle envie de parcourir le monde. Kitsune connaissait bien cette lueur, elle l'avait lue dans les yeux de Mao la première fois qu'elle l'avait rencontré. La jeune femme devait avoir soif de connaissance et d'aventure elle aussi.

Kitsune acquiesça en souriant. « Tu m'as l'air motivée ! C'est d'accord, on va aller à Nakigao toutes les deux ! ». La jeune femme leva en l'air son pouce avec triomphe. Elle avait finalement suivi le conseil du buveur, sans même s'en souvenir.
L’enthousiasme de Kitsune dénotait particulièrement avec l'ambiance qui entourait les deux jeunes femmes. En effet, à l'annonce glorieuse de ce qu'elles allaient affronter le monstre de Nakigao, une rumeur effroyable se répandit dans la rue comme un frisson glacé. Chacun en allait de son commentaire. Si on leur jetait des regards inquiets, certains n'hésitaient pas à se montrer dédaigneux. La Renarde arqua un de ses sourcils. « Quoi ? Faut bien que quelqu'un s'en occupe de ce soit-disant monstre, vous croyez pas ? » lança-t-elle, en souriant. Et ce n'était pas aux gens qui avaient peur de s'en occuper. Cette mission convenait parfaitement à la tête brûlée qu'elle était.

Sa nouvelle partenaire demanda alors par où elles devaient commencer. Kitsune lui tendit la main, pour la lui serrer énergiquement. « Par les présentations ! Moi, c'est Kitsune, Kitsune Shibata ! Ravie de te rencontrer, jeune rousse, haha ! ».
La Renarde détailla un peu le visage de sa partenaire. Elle devait avoir à peu près son âge ! Puisqu'elle se trouvait à Nemoto, elle était forcément une Hybrid (ou alors c'était une Ünik particulièrement courageuse!). Elle dégageait toutefois un parfum forestier tout à fait agréable. Elle devait avoir marché un petit moment pour porter sur elle ce parfum de forêt si frais et léger. Kitsune avait un odorat très fin, du fait de sa nature d'Anemös. Une fois que sa compagne se fut présentée, Kitsune frappa dans ses paumes de mains, l'air fonceur et déterminé.

« Je te propose de nous rendre tout de suite du côté de Nakigao, on cherchera des infos sur place ! Ça marche ? » demanda Kitsune avec énergie. Elle commença alors à courir, de l'impatience excitée mettant en mouvement ses jambes avec l'entrain d'un petit enfant pressé d'aller jouer. Cette matinée fraîche était parfaite pour commencer une mission !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: Le monstre de Nakigao   Sam 14 Juin - 17:04

Décidément, Elle appréciait de plus en plus la jeune rousse, qui par ailleurs lui avait dit son nom : Kitsune Shibata. Il en disait long. Un peu fofolle sur les bords, elle dégageait cependant une sorte d’aura puissante, qui donnait confiance et déterminée à en découdre. Confiante, donc, la jeune Phytos se présenta à son tour: "Bonjour,mon nom est Miyuki, j'espère que l'on va bien s'entendre". Kitsune proposa de se rendre sur le champ à Nakigao, pour chercher de plus amples renseignements. Excellente idée. Il fallait sortir au plus vite de cette ambiance nauséabonde. La foule grossissait, plusieurs curieux continuaient de venir, attirés par le remue ménage. Devant elles, la Phytos ne voyait qu’un amas de têtes et de torses, plus bas, une véritable foret de bras et de jambes. Elles étaient encerclées par un véritable troupeau…de bêtes féroces. Les poings se serraient, des respirations fortes sortaient de leurs naseaux, les torses se gonflaient et des veines saillantes apparaissaient sur les centaines de cous. Si la foule était un troupeau, elle n’allait pas tarder à charger, et les deux têtes brulées allaient finir par se faire piétiner. La tension était palpable, presque insoutenable …les deux têtes brûlées suscitaient l’énervement.  Apparemment la solidarité n’était pas le mot d’ordre ici… Bon. Pas d’affaires à rassembler, juste un petit sac avec tout son matériel. Les deux jeunes femmes plongèrent dans la masse d’Hybrids , en poussant, bousculant sous des regards furieux . Deux trois fois, On leur tira les cheveux. Bon sang, mais qu’est ce qu’il se passait ici ? Elle n’avait jamais vu un comportement pareil ! Une fois sortie, La Phytos s’empressa de regagner la sortie du village, et s’enfonça à nouveau dans la forêt embrumée.


Les cris, les bruits de la foule laissèrent bientôt place à un silence pesant. On pouvait seulement entendre la marche effrénée des deux femmes. Des craquements réguliers, des frottements, puis petit à petit, ma marche se ralentit pour prendre une allure plus joyeuse.  Se sentant plus à l’aise et en confiance, Miyuki se mit à parler avec Kitsune, lui demandant, les yeux brillants de lui raconter ses expériences, tout en regardant la carte. La Phytos avoua à demi mot, qu’elle ne possédait pas un très grand sens de l’orientation, sachant uniquement qu’en se dirigeant tout droit, Elles allaient tomber sur de grands  villages…Oui bon, en clair, elle ne savait pas grand-chose.  
                                               

Cela faisait environ deux heures que les deux jeunes femmes avançaient dans la foret, sans toujours rien en vue, excepté la cime des arbres. Un phénomène étrange se produisit : Le  ciel se recouvrit de son manteau de nuit plongeant la foret dans un noir bleuté.  Des étoiles comparables à des diamants  apparurent chacune au fur et à mesure dans le ciel maintenant coloré de sa couleur bleu violette. Puis la lune sortit d’un nuage pour compléter le tableau. Par chance, La nuit était claire, et la lune ronde comme un ballon, baignant certains endroits de la foret de puits de lumière argenté.  La célèbre mer de nuages  en profita alors pour enlacer les arbres de ses bras brumeux et humides, noyant les deux pauvres ères aventureuses dans son corps blanc laiteux. En quelques secondes, le ciel matinal était devenu celui de la nuit noire. Miyuki ne voyait plus rien, entre la brume et l’obscurité. Elle se souvint de sa lampe, utilisé pour aller jusqu’au village. La phytos avança prudemment jusqu'à un point de lumière, et en tâtonnant dans son sac, l’attrapa . C’était une très vielle lampe, qui utilisait une bougie pour éclairer. Miyuki , toujours près de Kitsune lui fit signe d’attendre. A nouveau, en tâtonnant, sa main tomba sur un crayon et une feuille. Prenant appui sur une racine assez plate, une bougie enflammée pris peu à peu forme sur le papier. Cela dura un certain temps de la dessiner car, évidemment, elle ne maîtrisait pas encre son don. La jeune femme pria pour que cela n’ennuie pas sa camarade, car elle se sentait terriblement gênée. Enfin, la bougie apparut dans les mains de Miyuki. Certes, on ne pouvait pas dire que l’objet était très joli, mais peu importe, cela durerait un certain temps, mais il faudra en refaire…  A présent, la lanterne allumée éclairait bien devant elle. Bien que connaissant les légendes de cet endroit, La jeune femme trouva cela très étrange ce qui venait de se produire…On était censé être en plein milieu de matinée…et rien dans les légendes ne contait quelque chose de semblable.  Elle allait se remettre en route quand un Hibou se planta devant les deux Hybrids. Prenant un air arrogant, il prononça ces mots :

« Vous ne devriez pas aller par là »

Miyuki suffoqua : Le hibou venait de parler !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: Le monstre de Nakigao   Jeu 24 Juil - 0:11

La jeune femme avec qui Kitsune se sentait déjà très complice se nommait Miyuki. Elle lui dit espérer que toutes deux s'entendent bien. Alors qu'elles couraient toutes deux en dehors de la ville pour se rendre à Nakigao, la Renarde leva un pouce glorieux en l'air, en signe de ce qu'il n'y avait aucun souci à se faire là-dessus. Elle la sentait très bien, cette petite ! A noter que Kitsune n'était elle-même pas très grande, ni très vieille... Mais la réserve de Miyuki lui laissait à penser que c'était une personne un peu plus fragile que l'espèce de brute fonceuse qu'elle était. Il fallait donc lui apporter sa protection, ainsi que son aide. Finalement, rien d'exceptionnel en matière d'amitié ! Kitsune avait un si bon sentiment de Miyuki qu'elle était persuadée qu'elles allaient devenir amies, et ce pour longtemps.

Quand la ville fut plusieurs longues bornes derrières elles, les deux jeunes femmes entrèrent dans la broussailleuse forêt de Sylva. L'atmosphère de cette matinée douce était moite. L'haleine des végétaux était menaçante, comme à l'accoutumée, et l'on entendait au loin des grognements de bêtes sauvages tapies dans l'ombre, inattentives à un prédateur, ou concentrées sur leurs chasse. Il fallait se faire discret lorsque l'on traversait la forêt. L'air de rien, n'importe quel danger pouvait fondre sur de distraits voyageurs. Alors que Kitsune balayait les environs de son regard écarlate, Miyuki se dépatouillait comme elle le pouvait avec une carte un peu grande pour ses petites mains. Kitsune se gratta la nuque en ricanant lorsque sa compagne lui avoua qu'elle n'avait aucun sens de l'orientation. « Haha, t'inquiètes pas, moi je suis bien incapable de lire une carte ! » Le fait étant que si elle s'y essayait, Kitsune avait deux chances sur trois d'étudier le document à l'envers, et de les mener à l'exact opposé de leur but. « Mais je sais où se trouve Nakigao... Je peux nous y emmener au flair ! ». La Renarde s'y était plusieurs fois rendue avec Maître Yuppa quand elle était petite, pour se recueillir au milieu de tombes. Ses parents ainsi que tous les autres villageois n'avaient pas eu de sépulture digne de ce nom, mais leurs esprits devaient sans doute y errer pour trouver le repos. Alors elle se rendait parfois à Nakigao, ce sanctuaire des Hybrids envolés, pour s'imprégner de la sagesse du silence des esprits des défunts.

La marche des deux Hybrids dans la forêt dura un long moment, durant lequel elles échangèrent peu de mots, fort concentrées sur leur objectif. Le sourire étiré jusqu'au oreilles, Kitsune était enchantée de pouvoir se promener ainsi. Cette matinée était si belle ! La forêt sentait bon, bien qu'elle ne fut pas un havre de paix, il était très agréable de marcher dans la pénombre du matin. La pénombre ? Kitsune réalisa soudain qu'effectivement, il faisait de plus en plus sombre. Se tournant vers Miyuki, elle vit celle-ci regarder dans le ciel. Elle l'imita, et constata que les Lunes jumelles étaient très haut près des nuages. « C'est quoi ce délire ? » se demanda Kitsune, en posant fermement les mains sur ses hanches, comme quelqu'un qui n'est pas du tout satisfait par la tourure des choses. La Planète avait un problème ? Le matin, c'était au tour du Soleil de se lever ! Les Lunes pouvaient bien attendre quelques heures de plus... La Renarde réfléchit avec plus de sérieux, et se dit qu'elles étaient probablement en proie à une illusion.

Elle voulut en faire part à Miyuki, mais celle-ci était déjà occupée à griffonner quelque chose sur un carnet de croquis. Curieuse, Kitsune s'approcha, et vit en se penchant par dessus l'épaule de sa camarade qu'elle dessinait avec finesse les traits d'une lampe. C'était une bonne idée, vu l'obscurité qui s'épaississait ! Miyuki était un génie ! Mais Kitsune réalisa que le papier ne pouvait pas faire de la lumière, quand bien même on y aurait couché cent silhouettes de lanterne. Elle ne resta pas en reste : la lanterne une fois terminée jaillit du papier, pour se transformer en véritable objet éclairant. Ébahie, Kitsune ne put s'empêcher de s'écrier : « Wahou ! Mais c'est génial ton truc ! Attends, attends, moi aussi je peux faire de la lumière ! ». La guillerette Kitsune tendit son bras en avant, et tourna sa paume de main vers le ciel. Elle se concentra en grognant d'effort, et fit apparaître après quelques secondes une petite boule de feu. « Ça éclaire pas beaucoup, mais au moins on pourra voir où on pose nos pieds ! » dit-elle avec entrain. Avec la lanterne magique de Miyuki et les petites flammes de Kitsune, elles pourraient avancer plus sereinement ! La renarde était curieuse de poursuivre la route... Comment se faisait-il que la nuit tombe ? L'illusion était monstrueusement réaliste ! Elle décida d'avancer à grands pas de nouveau, l'air plus déterminé que jamais.

Soudain, Kitsune remarqua qu'un grand hibou au plumage touffu s'était posé juste devant elle, sur le chemin. Un coup de chance qu'elle l'eut remarqué : si elle avait posé le pied à terre, elle aurait marché sur le pauvre volatile sans défense ! Dans un petit cri de surprise hasardeux, Kitsune bascula en arrière, et parvint à retrouver l'équilibre au prix d'une acrobatie étrange. Elle soupira de soulagement, face au hibou qui s'ébroua, et lui lança un regard méprisant. « Vous ne devriez pas aller par là... » lança le hibou d'un ton huppé. Kitsune fronça instantanément les sourcils. Elle se pencha vers lui, en le pointant d'un index sévère : « Ah ouais ? Et pourquoi on ne devrait pas marcher par là, vieille chouette ? » C'est alors qu'elle réalisa... « OH MAIS CE HIBOU PARLE !! » s'écria-t-elle, en se jetant en arrière vers Miyuki. « Non mais tu as vu ça, Miyuki ?! Ce hibou parle ! » - « Silence ! » poursuivit le hibou, en venant se poser sur l'épaule de Kitsune. Il emmêla d'un mouvement d'ailes quelque peu sa chevelure rousse au passage. « L'endroit vers lequel vous vous dirigez est maudit... Jeunes filles, vous ignorez tout de ce qui vous attend à Nakigao ! » Mais comment ce hibou pouvait-il bien savoir un truc pareil ? Kitsune était très perplexe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: Le monstre de Nakigao   Mar 9 Sep - 20:46

Miyuki pouffa de rire. Non à cause du hibou mais de Kitsune. Oui, elle réagissait un peu tard, mais les derniers évènements l’avaient un peu chamboulé. Elle se remémorait les réactions de la jeune rousse et cela la fit rire. Elle était tellement drôle ! Mais cela n’avait rien de méprisant, Kitsune devait avoir ce naturel comique, ce côté fou et clown qui contrebalançait son apparence sauvage et brutale. Miyuki l’avait à peine rencontré, et pourtant, y était très attachée, et lui donnait une confiance aveugle à un tel point que sans hésiter, elle aurait confié sa vie entre ses mains. Jamais encore la jeune femme n’avait rencontré de personne comme elle. C’en était presque euphorisant. C’était peut-être le début d’une grande amitié qui débutait. En tout cas, Miyuki le pressentait et ce devait être réciproque.
Elle s’arrêta de rire car les deux la regardaient éberlués comme si la jeune femme était atteinte de folie. Non. En réalité ce qui l’avait sortie de son délire, c’était le cri de Kitsune , mais ils la regardaient t bel et bien comme une cinglée, enfin, elle le supposait:

« OH MAIS CE HIBOU PARLE » la renarde se jeta en arrière « non mais t’as vu ça Miyuki, ce hibou parle ! »

Miyuki n’eut même pas le temps de répliquer que le hibou leur coupa la parole:
« Silence ! » se posant au passage sur l’épaule de Kitsune. Son ton était sec, autoritaire. Il n’avait même pas crié. Elle détestait qu’on lui parle de cette façon, pourtant, Miyuki se fit étrangement docile « l’endroit vers lequel vous vous dirigez est maudit…jeunes filles, vous ignorez tout de ce qui vous attend à Nakigao ! »

A ses mots, la jeune phytos eut tout à coup de drôles de sensations : son corps se détendit, se ramollissait, comme pour abandonner toute forme de lutte. Son esprit se troubla et n’eut qu’une envie : suivre ses ordres et rebrousser chemin, abandonner leur quête. Cela semblait évident. Elle perdit vite tout contrôle sur elle-même et ses jambes, lentement, se détournèrent du chemin, pour se diriger vers le village qu’elles avaient précédemment quitté. Une force inconnue poussa le reste de con corps à faire de même. « Il a raison » pensait Miyuki. «C’est trop dangereux….Nous devons abandonner….abandonner…..abandonner….. »

Le reste n’avait plus d’importance. La jeune femme était devenu un pantin, une marionnette au regard vide sans aucune sensation qui se laisser guider par des fils invisibles. Elle n’avait qu’une obsession : retourner d’où elle venait. Elle passa devant Kitsune et eut un éclair de lucidité,sursauta, se réveilla comme si elle s’était endormie : « abandonner….HEIN ? QUOI ? Qu’est-ce que je raconte ? Comment ça abandonner ? Elles avaient à peine commencé ! Quelle idée saugrenue ! Hors de question ! «
La jeune femme se secoua, se donna quelques gifles , se plaça à la hauteur du hibou, furieuse de s’être fait manipuler. « COMMENT CA ABANDONNER ? DE QUOI JE ME MELE ? On ne va pas crier défaite aussi tôt ! De toute façon, on savait déjà que ce serait dangereux, ce n’est pas une nouvelle ! On s’est engagées ! Désolé pour toi mais c’est NON ! AU REVOIR ! « Fulminante, elle bomba son torse, et à grande enjambées, poursuivit vers la route qu il barrait un peu plus tôt, c’est-à-dire l’endroit le plus sombre de la forêt. Un hasard ? Miyuki s’en voulut d’avoir crié aussi fort, mais il l’avait tellement énervé ! Mais quelque chose ne collait pas. Quelque chose la turlupinait. Stoppant net son élan, à nouveau à grandes enjambées, elle retourna dans la direction du hibou

« Attends, deux minutes…Comment tu peux savoir tout ça, déjà ? Personne n’a la moindre idée de ce qui se passe à Nakigao, même ceux qui ont déjà tenté cette quête, alors comment peux-tu en savoir autant ? Et Pourquoi dis-tu que c’est maudit ? «

Vexé comme un pou, le hibou à la fois sembla visiblement gêné par la question, et dérouté par cet imprévu. Miyuki se dit que Kitsune devait certainement se poser les mêmes questions. Cet animal allait surement leur être utile, car il en savait beaucoup plus. Cela se voyait. Par contre lui faire confiance…il valait peut être mieux se montrer distant. En devenait trop proche il risquait d’endormir leur défense…comme c’était sa première mission, elle avait tendance à être trop naïve, accordant sa confiance à n’importe qui. Or il était bien connu que tout le monde, n’était pas enclin à être généreux envers autrui, ni même serviable ou bon. Il fallait toujours, et sa famille le répétait assez, qu’il fallait toujours être méfiant. L’apparence pouvait cacher hélas, bien des choses, même chez les animaux. N’étant pas sure de comment réagir avec lui elle préféra suivre cette option. Sa confiance dépendra de la suite. Toujours aussi hautain, il indiqua de son aile droite le chemin sombre.

« Vous êtes sacrément têtues. Pas la peine de vous dissuader, hein ? Je vous aurais prévenues, mais bon,… Venez, je vous expliquerais ça en chemin.

Il s’envola, gracieusement malgré son allure pataude, et Miyuki le suivit. Il survola une barrière de bambous, qui n’était pas la auparavant. Elle la franchit sans problème, en écartant les tiges souples, ce qui produit un étrange bruit de percussions. Les feuilles autour secouées, produirent à leur tour un joli bruissement telle une musique produit par le vent…. avant de lui retomber dans la figure. Le hibou devint tout à coup bizarre. Il s’agitait en vol, tournant la tête à droite et gauche nerveusement, agité de tics. Il y eut un bruit de flute aigu dès qu’ils eurent tous les trois franchi la barrière de bambous…Un portail immense apparut à la place. Ils étaient coincés ! Le hibou avait disparu….

Mais que se passait il à la fin ?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: Le monstre de Nakigao   Jeu 25 Sep - 0:49

Kitsune eut envie de pester contre le rapace qui avait élu domicile sur son épaule, mais elle remarqua que Miyuki avait une attitude bizarre. Elle ne se tenait plus aussi bien qu'auparavant, comme subitement très fatiguée. Les traités de son visages étaient très tirés par un ramollissement général qui lui donnait l'air d'une ahurie complète. Surprise, Kitsune s'approcha de la jeune fille, et l'appela : « Miyuki ? » Elle ne lui répondit pas. Kitsune fronça les sourcils, et attrapa les épaules de sa compagne : « Hé, Miyu ! » s'écria-t-elle, en l'agitant un peu. La Phytos ne pipa mot, et demeura complètement hébétée, le regard vague et la bouche ouverte. « Miiii-yuuuu, je te paaarle !! » fit Kitsune d'une voix forte, en secouant sévèrement sa camarade. Qu'est-ce qui lui arrivait à la fin ? Elle avait l'impression de se retrouver face à un marshmallow à la carotte ! Miyuki n'avait pu passer si rapidement d'énergie vive et joyeuse à cet état flasque si rapidement sans aucune explication. Kitsune jeta immédiatement un regard accusateur au hibou qui trônait sur son épaule. Ils échangèrent un regard assassin. Kitsune colla le bout de son nez à son petit bec arrogant : « Hé dis-donc, le piaf de malheur, c'est toi qui l'a mise dans cet état ? » Le hibou rabroua ses plumes en bougonnant, peu satisfait de ce que son hypnose n'ait d'effet que sur une seule personne à la fois. Mais telle était la limite de ses pouvoirs. La Renarde lui ordonna de laisser Miyuki en paix, mais l'oiseau l'ignora avec dédain et s'en alla se poser sur une branche moins remuante.

D'une voix traînante, comme si elle parlait au beau milieu d'un rêve flottant, Miyuki déclara que le hibou avait raison, et qu'il était temps d'abandonner. « QUOI ?! » s'écria Kitsune, qui tombait des nues. « Mais ça va pas bien ! Je peux pas te laisser comme ça. Euh... de l'eau ! Oui il me faut de l'eau ! Je vais te maintenir la tête sous l'eau, ça va te ramoner les sinus, ça va te faire du bien ! » Visiblement, Kitsune s'inquiétait beaucoup de cet état soudain de transe. Elle était prête à mettre son plan à exécution, en occultant tout à fait que maintenir Miyuki sous l'eau la priverait d'oxygène vital.
Miyuki passa devant la Renarde, le pas lent et le dos courbé, pour soudainement reprendre ses esprits et hurler sur le hibou. Elle n'envisageait réellement pas le fait d'abandonner, et s'offusqua de ce que le hibou leur souffle cette éventualité. Ne s'attendant pas à cet élan de voix si forte, Kitsune avait méchamment sursauté. Quand Miyuki s'éloigna, en fulminant de rage, la Renarde la suivit le pouce en l'air, et la mine radieuse : « Ah ! Voilà, c'est comme ça qu'on t'aime ! Désolée la chouette, mais tu fais peur à personne ici ! Salut ! » Le pas enchanté et la tête haute, Kitsune suivit Miyuki sur quelques mètres. Mais elles réalisèrent toutes les deux quelque chose de crucial, qui les fit revenir sur leurs pas. Toutes deux s’approchèrent du hibou, l'air mécontent et les mains sur les hanches. Miyuki lui demanda comment il pouvait savoir tout ce qui se passait à Nakigao. « Ouais, d'abord ! Comment tu peux le savoir, puisque personne n'ose y mettre les pieds depuis que ces rumeurs de dingue circulent dans la Sylva ? » renchérit Kitsune, pour bien appuyer qu'elles n'étaient pas dupes des racontars, et peu sensibles aux rumeurs.
Un peu vexé, le hibou admit que les deux Hybrids étaient coriaces. Il leur dit qu'ils feraient donc la route tous les trois, et qu'il leur donnerait de plus amples explications en chemin. Il s'envola en direction de la route que Miyuki et Kitsune s'étaient apprêtées à suivre avant de l'interroger. Mais cette fois-ci, une nuée de bambous avait poussé soudainement. Ce qui surprit un peu Kitsune. « Maître Yuppa m'avait dit que le bambou poussait très vite, mais à ce point-là... Ils doivent avoir un engrais très chargé en Mana, c'est pas hyper bon pour la terre, ça ! » L'hypothèse de l'engrais était idiote, Kitsune le savait, mais celle d'une concentration très forte de Mana dans ces lieux était bien plus pertinente. Ces phénomènes n'étaient explicables que si un peu de magie venait se mêler à leur affaire. Quel genre de bizarrerie allait-il encore se passer... La Renarde avait l'intuition qu'elles n'étaient pas au bout de leur peine.

Kitsune suivit Miyuki et le hibou, et pénétra à son tour dans la barrière de bambous, qui se cognèrent dans un jolis son grave et creux. Le passage qu'ils avaient tracé se referma une fois que Kitsune fut enfoncée sur le chemin. Elle eut des frissons, peu rassurée de voir des plantes bouger toutes seules sans aucune explication. Soudain, le sifflement très aigu de ce qui semblait être un flûte résonna au travers de la Sylva. Kitsune s'immobilisa immédiatement, et resta sur ses gardes, prête à bondir sur le premier danger qui se présenterait à la petite troupe. Elle s'approcha de Miyuki, lorsqu'elle nota le comportement étrange du hibou. Il avait l'air tout à fait paniqué, regardant à droite et à gauche très furtivement, avant de s'envoler en un éclair dans tous les sens. Il finit par disparaître au travers des branches de la forêt. « Hé ! Tu vas où le faucon ?! » l'appela Kitsune. Pas de réponse, seul un silence de mort régnait à présent dans les lieux. Elle se retourna pour parler à Miyuki, mais elle vit que toutes deux se trouvaient devant un gigantesque portail de bois. Les bambous avaient disparu, et plus rien autour d'elles ne ressemblait à la route qu'elles avaient empruntée pour arriver ici.

« On se serait pas téléportées des fois ? Ce bambou était un peu chelou ! » dit Kitsune à Miyuki, en observant la tête en l'air le paysage autour d'elle. Elles se trouvaient cette fois dans un grand bois, au travers des feuilles duquel filtrait une douce lumière matinale. Il flottait dans l'atmosphère une très forte odeur de pollen, et l'on entendait chanter de drôles de créatures. Cela n'avait rien à voir avec les cris et les feulements ordinaires de la Sylva. Ici, les choses avaient l'air plus chantantes et gracieuses, plus belles, et bien loin de l'haleine violente habituelle de la forêt. Mais étrangement on ne s'y sentait pas chez soi, et pas très à l'aise.
Le portail de bois devant lequel se trouvaient les deux jeunes femmes était béant : deux poteaux de vieux bois envahi par des plantes et une poutre transversale dans ce même état. On aurait dit un très grand encadrement de Tôri. « Bon... allons-y ! » déclara Kitsune, avec détermination. Puisqu'il n'y avait pas d'autre chemin, autant aller tout droit, au travers de ce portail ! La jeune femme y posa un pied. Un autre portail identique au premier apparu quelques mètres plus loin. Ce devait être des sortes de balises... Kitsune n'avait aucune idée d'où ce qui semblait être un tunnel magique allait les mener, mais la curiosité la piquait si fort qu'elle ne prit pas le temps de réfléchir. A chaque pas que les Hybrids faisaient, un autre portail apparaissait. Au bout de quelques minutes, Kitsune se retourna : des centaines de portails s'étendaient derrière elles. Devant elles, c'était la même chose. La Renarde se gratta la nuque : « Je crois qu'on est dans un tunnel de Tôri ! » Et c'était déductible à la foule d'objets bizarres qui jonchaient le chemin, et les pièces ouvertes qui se trouvaient dans les quelques renfoncement sur les côtés du tunnel. Il y avait des petits paquets emballés dans des feuilles, de vielles statues mortuaires, des offrandes faites aux morts, des clochettes de funérailles... Tout rapportait au sujet de la mort. Kitsune comprit qu'elles n'étaient pas loin du bazar de Nakigao !

Quand une heure fut passée à marcher sous ces centaines de portails de bois, Kitsune bailla bruyamment. « Hann... J'ai super soif ! Et même pas une rivière qui passerait dans ce fichu tunnel, qui n'a pas de fin ! Mais combien de temps on va marcher encore, comme ça ?! » s'indigna-t-elle, en tapant du pied. Elle s'en alla fouiner dans les objets qui jonchaient les flancs intérieurs du tunnel, à quatre pattes, en quête de quelque indice qui pourrait les aider. Elle fit chou blanc, mais elle remarqua une jolie petite fiole, qui portait une étiquette « Limonade ». C'était bizarre... « C'est une offrande mortuaire valable, la limonade ? » demanda-t-elle à Miyuki. Le petit bouchon de liège lui hurlait de le retirer, pour qu'enfin elle puisse de désaltérer et rafraîchir sa bouche empâtée par la soif. S'oubliant une seconde, Kitsune l'enleva brusquement et s'appliqua à boire l'entier contenu de la fiole. Elle soupira longuement après avoir avalé la dernière gorgée, et rangea la fiole vide dans sa besace. « Ca fait du bien ! » dit Kitsune, heureuse comme un pape.

… Tiens, elle ne s'était pas entendue parler ! Pourtant elle était certaine de l'avoir fait. « Hé ho ? » appela-t-elle. Elle sentait sa gorge vibrer du son de sa voix, mais elle ne s'entendait pas. Elle tendit l'oreille. La forêt non plus n'émettait aucun bruit. Elle regarda Miyuki, qu'elle n'entendait pas non plus. Kitsune bondit sur ses jambes, et s'agita dans tous les sens : « OUAAAAAH ON A COUPE LE SON !! CE TUNNEL NE FAIT PLUS DE BRUIT ! » hurla-t-elle sans même s'en rendre compte. A dire vrai, et Kitsune l'ignorait totalement, de la forêt s'échappaient toujours les mêmes sons, et Miyuki avait toujours de la voix. C'était simplement la Renarde qui était devenue sourde ! Et le contenu de cette « limonade » n'y était sans doute pas étranger !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: Le monstre de Nakigao   Dim 28 Sep - 16:03

« Bon… allons-y ! »

Kitsune traversa le grand portail rouge visiblement très ancien, en témoignait l’envahissement des plantes dans le bois vieilli et la peinture écaillée. Il dégageait une agréable odeur avinée qui chatouillaient les narines de la jeune Phytos. Un drôle de parfum, mais qu’elle appréciait beaucoup. Cependant, en franchissant le portail, elle crut s’être trompée, car ce portail, en tous points identique, apparut de encore, tant de fois qu’elle en eut le tournis. Quelque chose clochait, tout ça n’était pas normal, et puis elle commençait vraiment à être essoufflée.

Mais la jeune femme avait confiance en Kitsune et puis elle se donnait du courage en se persuadant qu’il y allait bien avoir une fin. De plus Miyuki mourrait d’envie de savoir de ce qu’elles allaient trouver au bout de cet interminable défilé de portails rouges. Kitsune s’arrêta, puis se retourna et afficha pendant quelques secondes une sorte d’expression d’incompréhension… presque un peu paniquée. Soucieuse de sa réaction, Miyuki l’imita et comprit tout de suite : Derrière les deux jeunes femmes , des centaines de portails rouges , tous identiques , empilés les uns derrière les autres en forme de couloir ouvert sans que l’on puisse apercevoir l’entrée . Elles avaient franchi tout ca ? C’était possible ? Et toujours aucune sortie à l’horizon, c’en devenait vraiment angoissant… On aurait dit qu’elles avaient marché pendant plusieurs heures avec toujours le même horizon : une nuée de bois rouges, avec toujours les mêmes plantes, et ces étranges objets qui jonchaient le sol, éparpillées : statues, feuilles emballées, clochettes… jusqu’au moindre détail ! Comme si elles revenaient au point de départ dans un cercle infini…

« je crois qu’on est dans un tunnel de Tôri ! »

A vrai dire la jeune femme avait de très minces connaissances sur le sujet, mais à cette évocation, Miyuki en déduisit que c’était une mauvaise nouvelle qui leur valaient des ennuis. Pas inquiète du tout, Kitsune, déclarant qu’elle avait soif et ayant assez, elle se mit à quatre pattes cherchant dans les creux, avant de tomber sur une fiole «
« C’est une offrande mortuaire valable la limonade ? » euh … »Hein ? une offrande mortuaire la limonade ?

« Heu, Kitsune où t’as trouvé ça, parce que moi aussi j’ai vraiment soif ! enfin fais gaffe, ca a l’air un peu suspect… »

La renarde ne répondit pas. Zut, elle n’avait pas du l’entendre, Miyuki avait sûrement marmonné sans s’en rendre compte. Elle répéta sa question plus fort. Toujours pas. Bon, ses oreilles étaient bouchonnées ou quoi ? A nouveau, elle se répéta, mais en criant. Non mais c’était quoi ce cirque ? elle faisait exprès de l’ignorer ou quoi ? Toute rouge elle hurla de tous ses poumons. Rien.

« OUAAAAH !!!! ON A COUPE LE SON !! CE TUNNEL NE FAIT PLUS DE BRUIT ! »

ARG ! Bon sang, Miyuki ne s’y attendait pas. Son cœur non plus. Il s’était arrêté pendant quelques seconde repartant a cent a l’heure. Elle était tellement surprise que son corps avait fait un roulé boulé, dévalant cinq ou six portails. Maintenant elle était étalée de tout son long comme une idiote, bouche ouverte, bras et jambes en étoile. Le choc avait été dur, ça faisait un mal de chien ! Et Kitsune qui s’égosillait comme une folle en sortant de drôle de sons comme une machine déréglée. Que lui arrivait il ? C’était comme si elle était devenue subitement sourde…Miyki ne s’étonna pas que la cause de cette soudaine surdité provienne de l’étrange limonade. A peine l’ avait elle bue que ces symptomes étaient apparus . Une leçon a retenir : se méfier des offrandes mortuaires.
Soudain, elle fut chassée de ses pensées car La vision de la renarde en panique laissa place à une fiole dégringolant dans sa direction. On zut, il fallait qu’elle se bouge sans quoi Miyuki allait se la prendre en pleine tête, non merci, de plus il n’était pas impossible que ce soit la m^me boisson étrange. Cependant, son corps refusait tout simplement de bouger. Il fallait se dépêcher, mais non, trop tard ! Elle ferma les yeux, prenant une respiration, s’attendant au choc et à la douleur qui allait s’ensuivre…qui ne vint pas. A la place, un bruit de verre brisé éclata au-dessus de sa tête puis un liquide à l’odeur forte aspergea toute entière. Le liquide parfumé dégoulina de ses cheveux jusqu’à travers ses vêtements, de telle sorte que la jeune femme fut complètement trempée comme si elle avait plongée dans un bain odorant. Comme si cela ne suffisait pas, ce liquide en dégageait une odeur écoeurante, similaire aux lourds parfums capiteux de certaines Phytos qui en donnaient la migraine. Miyuki se releva, difficilement, à cause du poids de ses vêtement imbibés. Pouah !Qu'est ce que ca puait! Elle était complètement trempée; Il fallait impérativement qu’elle se sèche avant de tomber malade, ce serait malin !

« Ca sent bon… Slap !»

De nouveau, Miyuki fut prise de nouveau d’un violent sursaut. La jeune femme ne s’était pas rendue compte d’une présence dans son dos. Ce qu’elle vit la surpris plus encore : Derrière elle se tenait, debout, Une girafe en pantalon avec une tête d’éléphant et ce qui semblait être des pattes griffues de crocodile. Quel énergumène ! Ce qu’il y avait d’étrange était non seulement ce drôle de mixage tenu par de grossières coutures, mais aussi le fait qu’il était apparu comme par enchantement sans le moindre bruit, et pourtant, il semblait peser très lourd. Pourquoi n’avait-elle rien entendu ?

« Vous…Vous sentez drôlement bon…Slap ! »

Il semblait très bizarre .Avec cette voix grinçante, Ses narines grandes ouvertes, il respirait bruyamment en produisant de drôles de bruits. Mais c’est surtout sa tête affolait Miyuki. Il affichait un sourire béat, tout rouge avec des yeux…lubriques. Il avait cet air malsain, qui lui hurlait de fuir le plus vite possible. Cet occasion lui fut donnée lorsque l’ »éléphant » brusquement tenta de l’attraper :

« Vous sentez tellement boooon !!! Je vous veux à moi tout entière !!!! Vous êtes à MOI ! SLAP !«

« AAAAAAAAAAAAAAH ! Mais ça va pas la tête, laissez-moi !!! « Elle se mit à courir de toutes ses forces pour échapper à son emprise. Elle fut doté d’une incroyable vitesse, accrue par l’adrénaline, la peur au ventre. Mais malheureusement cela ne suffisait pas à le distancer. Elle sentit son souffle chaud dans son dos. Il courrait, les yeux remplis de folie et de pensées malsaines, langue pendante. Elle hurla de nouveau.

« A l’AIIIIIIIIIIIIIIIDE ! KITSUNE AU SECOUUUUUUUUUURS ! Y A UN ELEPHANT FOU QUI VEUT M’EMMENER !!!!!! »

Dans la panique, Miyuki avait évidemment oublié que la pauvre Kitsune était devenue sourde. Elle s’égosilla de toutes ses forces pour se faire entendre en vain. Parvenue à sa hauteur, elle eut le réflexe de se cacher dans son dos, tout en panique. Cela rendit l’animal encore plus fou. La Phytos échangea un regard avec Kitsune. Il fallait le combattre si elle voulaient se débarrasser de lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: Le monstre de Nakigao   Dim 19 Oct - 18:33

Kitsune se mit les doigts très profondément dans les oreilles, et les en retirant subitement. L'appel d'air lui fit mal, mais elle n'entendait toujours rien. Mais qu'est-ce que c'était que ce délire ?! Elle tapa du pied, cria, se craqua les doigts, se roula à terre, sauta, fit des galipettes, mais rien n'y fit : elle était bel et bien devenue sourde ! D'abord en proie à une panique flle à l'idée de ce qu'elle ne pourrait plus jamais rien entendre, Kitsune s'accroupit, et réfléchit quelques instants à ce qui venait de se passer. Après quelques secondes de concentration, ses yeux se posèrent sur la fiole de limonade qu'elle avait bue. La jeune femme se dit que la boisson contenue dans cette fiole devait être la source de son malheur. Maître Yuppa l'avait prévenue de ce que des catalyseurs à base de plantes pouvaient altérer les cinq sens, ou du moins l'un d'entre eux. L'effet était foudroyant, mais temporaire. Kitsune soupira bruyamment – sans le savoir – et se sentit rassurée. Elle espérait en revanche que cela ne dure pas trop longtemps. Ces premières minutes de surdité lui avaient bien pesé sur le système. A ce rythme, la quête pour rencontrer le fameux monstre de Nakigao n'était pas prête d'aboutir !

Kitsune réfléchissait tranquillement à la suite d'un plan, sans se rendre compte le moins du monde que dans son dos la pauvre Miyuki rencontrait elle aussi quelques problèmes. Elle avait renversé un parfum magique, qui l'avait rendue divine aux yeux d'une drôle de créature qui désormais n'entendait plus se séparer d'elle. La jeune femme s'agitait dans tous les sens et hurlait sa détresse à pleins poumons. Les oreilles de Kitsune frétillaient, mais aucun son ne leur parvenait. La Renarde était devenue sourde comme un pot, et était dans un tel état de concentration qu'elle en avait totalement oublié qu'elle était accompagnée pour cette mission.
Kitsune se demandait comment elles pourraient toutes deux sortir du tunnel de Tôri. Elles avaient traversé une petite barrière de bambou avant d'ouvrir un grand portail de bois sombre, derrière lequel se trouvait ce drôle de bois. Elles marchaient à présent sous un tunnel sans fin, qui les maintiendraient prisonnières si elles ne parvenaient pas à se défaire de son emprise. Tout cela n'avait strictement aucun sens, sachant qu'elles voulaient se rendre à Nakigao. C'était un cimetière, un immense lieu de recueillement pour les Hybrids. Mais sommes toutes, c'était un endroit banal qui ne nécessitait pas qu'on pose tous ces pièges sur le chemin qui menait à lui. Toutes ces choses inexplicables, c'était la clef de leur libération !

Kitsune sauta sur ses deux jambes, et s'écria en se tournant vers sa compagne : « HEE MIYU ! JE SAIS CE QUI SE PASSE, C'EST UNE... MAIS ?! » Miyuki courait partout, poursuivie par un drôle de type à trompe, qui bavait toute sa salive. Les bras tendus, il semblait vouloir attraper Miyuki comme si sa vie en dépendait. Kitsune demeura interdite quelques instants. Qu'est-ce qu'elle avait fichu pour se retrouver dans une telle situation ? Elle avait bu de la limonade elle aussi ? Quelle plaie, ce tunnel !
Kitsune n'entendait pas laisser Miyuki se défaire de ce redoutable pervers seule. Elle sortit de sa sacoche quelques kunaïs, et les lança avec précision sur les bras du type à trompe. Légèrement blessé, il s'arrêta net pour voir qui avait eu l'audace de se dresser entre son amour et lui. Miyuki avait ainsi quelques secondes pour se réfugier en lieu sûr, ou de se tenir prête à attaquer. La créature lança un regard mauvais à Kitsune : « Tu veux me piquer ma femme ? HEIN ?! Viens 't'battre si t'es un homme ! » maugréa-t-il en fléchissant les genoux. Il reçut une pierre lourde en plein milieu du front, savamment envoyée par la Renarde : « GASPILLE PAS TA SALIVE, J'ENTENDS QUE DALLE !! » cria-t-elle, toujours aussi sourde.

Elle avait face à elle un animal bien étrange : à la fois girafe, éléphant et ce qui semblait être des pattes de crocodile. Kitsune sourit. Les animaux étaient dotés d'un instinct incroyable, et se battaient souvent avec plus de cœur que le plus brave des hommes. Mais tous avaient peur d'un élément destructeur, le feu. La jeune femme tendit la main, et concentra dans sa paume toute la force qu'elle pu drainer depuis le for intérieur de son corps. Elle maîtrisa sa respiration de sorte qu'elle n'émette plus qu'un souffle très infime, elle clos ses paupières et se figura le chemin que suivrait sa magie le long de ses veines, pour venir s'accumuler au creux de sa main comme un cœur battant de bravoure. Quand elle sentit une douce chaleur entre ses doigts, la jeune femme impulsa une dernière charge d'énergie, celle qui lui serait salutaire et qui lui assurerait la victoire pour la suite du combat. « HA ! » cria-t-elle, pour se donner de la force, et faire ainsi jaillir une ardente et glorieuse flamme.

Mais au lieu de cela, elle ne créa que quelques flammèches furtives, qui partaient de tout côté. On était très loin du feu majestueux auquel elle s'attendait ! Mais la créature qui poursuivait Miyuki se mit à trembler comme une feuille gelée : « Aaah ! Quelle abomination, quelle horreur, quel malheur, du FEU ! Cette folle est capable de créer du feu ! Je ne veux pas mourir ! Adieu, reine de mon cœur, nos chemins se retrouveront peut-être un jour !! » Il pris la poudre d'escampette, en criant encore quelques belles phrases à Miyuki, sans que Kitsune n'entende ni ne comprenne quoi que ce soit. Son visage déconfit laissa place à une surprise sans nom. Quoi, il avait eu peur de ce minable petit éclat qu'elle avait produit ? « IL SE MOQUE DE MOI EN PLUS !! » hurla-t-elle, très en colère. Elle lui lança derechef tous les kunaïs qu'elle avait à sa disposition, en espérant de tout son cœur que l'un d'entre eux allait se ficher dans son immonde trompe libidineuse. « J'AI DES PROGRÈS A FAIRE MAIS C'EST PAS UNE RAISON POUR TE MOQUER DE MOI, ESPÈCE DE GROS CRÉTIN ! REVIENS PAS ICI OU TU VAS EN AVALER TES PARASOLS D'OREILLES, TU PIGES ?! » s'époumona Kitsune, hors d'elle. Elle repris son souffle une fois que la créature fut partie très loin dans le tunnel, et qu'elle fut hors de vue. Un brouillard épais l'avait englouti, et plus rien ne laissait croire que le monstre était encore dans les parages.

Retrouvant sa bonne humeur, Kitsune s'approcha de Miyuki les mains sur les hanches et la tête haute. Elle lui donna l'accolade, et lui cria (malgré elle) dans les oreilles quelques mots de sa réflexion : « MIYU, JE CROIS QU'ON EST PRISES DANS UNE ILLUSION DEPUIS QU'ON EST ENTREES DANS LA FORÊT ! MAIS PAS D'INQUIETUDE, POUR EN SORTIR SUFFIT D'EN TROUVER LA SOURCE ET DE LA METTRE KO ! » Kitsune s'était penchée près de Miyuki, mais une très forte odeur suave la fit reculer vivement de quelques pas. Mais qu'est-ce que c'était que cette odeur ? Miyuki était tombée dans une marmite de parfum ou quoi ? La Renarde se tint le nez, et regarda sa camarade l'air intrigué. C'était peut-être pour ça que ce drôle d'animal lui avait couru après, finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: Le monstre de Nakigao   Mar 25 Nov - 0:40

Ouf ! Les voilà débarrassées de ce pervers immonde, mais pas du parfum, à l’odeur écœurante qui visiblement perturbait l’odorat de Kitsune, mais plus celui de Miyuki s’étant habitué. A en juger par son expression, elle devait vraiment sentir mauvais…pourvu que cela s’estompe ou disparaisse… Qu’elle ne s’attire pas d’autres phénomènes ! Après s’être une fois de plus fait violenter les tympans, la jeune femme compris dans les hurlements de la renarde qu’elle avait trouvé la solution ; tout ceci n’était qu’une illusion et le seul moyen de s’en sortir état de détruire le nœud du problème. Encore fallait-il le trouver ! Comment le reconnaître ?

« Tu as entièrement raison ! J’en ai marre Kitsune , ce tunnel est vraiment insupportable, on dirait que toute la poisse du monde s’est donné rendez-vous pour nous saouler ! Je parie qu’il y a encore un de ces maudits trucs qui va nous tomber dessus »


Long moment de silence… Ah, elle était toujours sourde donc, combien de temps aller durer ce maléfice ? Pour se faire comprendre, Miyuki se mit à faire un semblant de mime, mais en soi ce n’était pas terrible, juste des singeries. Miyuki remarqua un élément nouveau dans le décor : Une grande boule de cristal, arrivant à la hauteur des genoux…Peut-être était-ce le nœud de l’illusion ? Boule de cristal, magie…tout était lié, c’était forcément la solution. Miyuki envoya un gros coup de pied à la boule d’une légèreté surprenante, au moins aussi lourde qu’une bulle de savon : L’objet roula, se brisa en mille morceaux et en échappa une fumée rose bonbon à l’odeur caramélisée qui les aveugla momentanément. Bêtement, la jeune femme jubila, se persuadant d’avoir eu raison, tout cela était de la magie, cette fumée à l’odeur alléchante allait forcément les sortir de cette illusion.

Tout cela état trop beau pour être vrai, bien sûr, sinon cela aurait été beaucoup trop simple, car quand le nuage rose fut dispersé entièrement dans l’air, et que les deux hybrides recouvrèrent la vue, ce fut une grande déception : le tunnel était toujours là, les narguant, ricanant sous cape de les voir prises au piège, avec juste en plein milieu des marches une boule brisée.

C’était impossible, il devait avoir un piège, une cachette secrète, un message caché, un sort à prononcer…cela n’avait aucun sens, pourquoi une boule apparaîtrait soudainement juste pour ça ? Comme pour lui donner raison, une petite ombre se dandina dans la boule brisée. En se rapprochant, cette ombre se mit à grossir, grossir, grossir, jusqu’à ce que la jeune femme soit à la hauteur du cristal en pagaille. Là, l’ombre mystérieuse avait disparu. Une illusion une fois de plus ? Ou alors elle devenait folle, là,c’était plus grave. C’est ce tunnel qui bousillait son cerveau ! Bien que le tunnel perturbe complètement ses sens, l’ombre n’avait pas disparu, mais métamorphosée. Miyuki le compris en se retournant. A nouveau un étrange personnage se dandinait autour des portails rouges, en haut des marches. Il restait sur place, scrutant avec un sourire malicieux les deux pauvres Hybrid coincées dans le piège infernal.

« Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire avec vous…. »

Il fut pris d’un soubresaut suivi d’un rire aigu. Si la chimère de l’autre fois était déjà bien étrange celui-ci le dépassait largement.  C’était un petit homme, d’à peine un mètre vingt qui combinait des physiques opposés :Si le torse et les bras étaient d’une finesse effrayante, le bas lui était tout de rond. Son ventre était si gros qu’il le ratatinait davantage, le rendant encore plus petit qu’il ne l’était déjà. Du milieu de son visage partait un très grand nez, si on pouvait appeler ça un nez ! À la fois dur et souple qui formait un tourbillon à l’extrémité comme certains papillons. Dans ses grands yeux sournois gigotaient deux pupilles dilatées, aux couleurs orangées jaunes dont le centre était si noir que l’on aurait dit qu’il vous aspirait à l’intérieur. Quant à ses joues si creuses elles ne faisaient que mettre en avant ses dents si longues et jaunies par le manque de soins, qui mastiquaient un mélange vert ignoble. Quand il finit de les scruter, il sortit de sa poche deux petits dés qu’il agita très fort dans ses mains maigrichonnes et osseuses  et produisit un drôle de gloussement, bruit qui sentait les ennuis.  Miyuki ne bougeait plus, bouche pendante, captivée par le personnage, comme figée dans le temps. Les dés tombèrent, dégringolèrent les marches dans un rythme effréné avant de s’arrêter comme par magie à égale distance entre les deux jeunes rousses. En chantonnant, toujours aussi guilleret, le drôle de bonhomme dessina un grand sourire en voyant le résultat.

« Parfait, je n’ai jamais encore essayé ça ! Mais comment dois-je m’y prendre petits dés ? Ah vous ne me direz rien n’est-ce pas ? Je dois me débrouiller seul, comme d’habitude !...Ah oui ! Ca y est ! Leçon numéro 6 …ou 10 ? Bon, mesdemoiselles, veillez m’excuser d’avance, ça risque d’être désagréable, la délicatesse n’est Hélas pas ma grande qualité, mais je vous promets que le résultat sera follement…amusant ! «  

A  ces derniers mots, il se mit à courir à une telle vitesse, que son corps devint tout d’abord transparent, puis invisible. Il se mit à rire de plus en plus fort devenant un véritable grondement de tonnerre.  Miyuki sentit une douleur aigue dans la poitrine qui lui laissa échapper malgré elle, un cri de douleur. S’ensuivit une sensation de faiblesse et de lourdeur, comme si ses membres ne réagissaient plus, et que son esprit se paralysait. Au loin, elle crut distinguer à peine quelques secondes, la main fourchue du sale bonhomme arracher une grande flamme rouge écarlate de Kitsune. A peine eut elle cligné des yeux que sa tronche verdâtre lui fit face, riant de toutes ses dents, avant de lui enfoncer cette flamme écarlate dans la poitrine, d’une telle force, que le coup la plia en deux. La bourrasque se transforma brusquement en un vent doux et chaleureux. Le bonhomme, tout joyeux sautillait sur place comme une pile électrique, totalement surexcité, du résultat, certainement.

«Bon, le boulot est fait,  Je vous salue et vous souhaite…une très bonne journée ? Non…une très agréable expérience !

Il disparut aussi vite qu’il était apparu.
AAAAAAAAAAAAAH !!!! Miyuki émetta un son de cri étrange à la fois déboussolée par ce qui s’était passé, mais qu’en plus, maintenant ELLE PROJETAIT DES FLAMMES DE PARTOUT !OUAAAAAAH ! C’était quoi ce cirque cette fois ? Elle avait les mêmes pouvoirs que Kitsune ? Mais pas le contrôle visiblement. En agitant ses mains dans tous les sens, elle avait réussi à enflammer les marches, et ça se répandait de partout ! Mais bon sang, comment ça fonctionnait ce truc ????? Concentration ? Ah non, c’était pire, maintenant des flammèches sortaient de ses cheveux.

-AAAAAAh ! Pitié ! Je ne veux pas cramer ! KITSUNE J’ VEUX PAS MOURIR !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le monstre de Nakigao

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Monstre de la nouvelle map (Ascadia)
» Question monstre !
» Seaux, rateaux & monstre. [Orange Town, Rang C, Chasseur de Prime, Elimination monstrueuse]
» Le Mini-jeu : Comment élever un monstre
» [Mission] Maman, ya un monstre sous mon lit !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins ::  Sylva  :: Mura no Mori-