AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

La curiosité est un vilain défaut [Neo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Mar 26 Aoû - 9:57

Emmitouflée dans une grande cape pour se protéger des rayonnements du soleil, Olivia déambulait sur les quais, ces fameux docks d’où une certaine caste de la population tirait son nom. Cette cape avait également un autre but, masquer aux yeux des badauds qu’elle pourrait croiser son origine riche, sa quête de vérité ne lui faisait pas oublier d’être rusée. Une demoiselle seule sur ces docks, richement vêtue, c’était un appel au larcin et ça Olivia ne le voulait pas. L’on pouvait alors se demander ce que faisait la jeune bourgeoise si loin d’Anathorey, dans un cadre si peu conçu pour elle. La question était légitime, la réponse était logique. Depuis que Dewton, l’ancien collègue de feu son père, lui avait mis un doute sur la mort de celui-ci, la brunette ne pouvait s’empêcher de fouiner. En quatre années de recherches, tout ce qu’elle avait réussi à trouver n’était que du vent, Dewton n’avait quasiment plus remis les pieds à la maison, sa mère était bien plus distante et discrète sur son père qu’elle ne l’était auparavant. Il ne restait plus qu’Olivia, enfermée dans sa recherche de la vérité sur la mort de son héros de père. « Tué en service par une révolte chez les dockers. » Voilà ce que disait le rapport officiel, et pourtant, il n’y avait ni le nom du docker responsable de sa mort, ni la moindre trace de cette émeute dans les journaux de l’époque. Perdue dans ses pensées, Olivia trébucha sur un débris métallique, tombant genoux à terre en pestant avant de se relever. Une tignasse blonde se trouvait devant elle, la fixant de ses yeux gris, avant de ramasser l’objet pour filer rapidement. C’était donc cela leur vie … La jeune femme fouilla dans son petit sac qu’elle portait toujours en bandoulière et en sortit son calepin. A l’intérieur, elle avait noté les renseignements qu’elle avait pu obtenir ces derniers mois sur un possible témoin. Difficilement, la bourgeoise avait réussi à contacter ce témoin et il était d’accord pour la rencontrer. C’était un pas de géant, à supposer que cette personne puisse effectivement lui apporter des réponses.

Le lieu de rendez-vous était fixé à quelques mètres de l’endroit où elle se trouvait, aussi la brunette décida-t-elle de vérifier les lieux d’abord. Se cachant derrière la paroi d’un bâtiment, Olivia sortit sa boite à maquillage de sa sacoche et appliqua quelques nuances d’ombre à paupière sur ses yeux, lui conférant quasi instantanément une vision plus que suffisante pour son office. Ses iris ambrés scrutèrent minutieusement la ruelle, quelque peu effrayante, où devait avoir lieu la rencontre, mais rien de suspect ne lui sauta aux yeux. Elle pouvait donc s’approcher sans crainte, du moins le croyait-elle. A mi-chemin entre son point de départ et le point de rendez-vous, Olivia se stoppa net, discernant deux silhouettes dans la pénombre de la ruelle. Deux ? Ce n’était pas ce qui était convenu, l’individu devait venir seul, comme l’avait fait la bourgeoise. S’agissait-il d’un traquenard où elle laisserait la vie ? Pas aujourd’hui non, elle ne quitterait pas cette terre sans avoir obtenu les questions à ses réponses. Sans même chercher à savoir si ces deux personnes étaient contre elle ou avec elle, après tout ils étaient des dockers et elle ne le faisait pas confiance, Olivia s’élança dans la direction opposée. Elle bouscula plusieurs personnes dans sa course folle pour regagner l’endroit où stationnaient des gardes le plus proche. Elle zigzaguait sans trop de mal dans la petite foule qui se dressait désormais devant elle avant de se heurter à quelqu’un, reculant de quelques pas sous la surprise.

« Et merde … »

La foule se faisait plus dense devant elle et elle n’osait pas se retourner pour voir si elle était toujours suivie, pas sûre de l’avoir été à la base. Elle tenta de contourner la personne bousculée plus tôt mais il y avait trop de mouvement et la frêle bourgeoise se sentait soudain toute petite et faible. Elle devait bouger et vite, aussi quoi de mieux, faute de pouvoir contourner un obstacle, que de le pousser vivement ? Ses deux mains en avant, Olivia poussa l’individu devant elle avant de réaliser la stupidité de son geste en levant ses yeux vers le regard courroucé que lui lançait cette personne. Un rapide regard en arrière lui permit de voir qu’elle n’était plus suivi par les deux types louches, par contre la montagne qu’elle avait essayé de pousser n’avait pas l’air contente du tout, mais alors pas du tout. D’un petit bond sur le côté, Olivia saisit une opportunité de fuir vers les gardes, s’extirpant de la foule pour être à nouveau stoppée par quelque chose de plus original. Un moteur rugissant qui fit irruption sur le chemin devant elle.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Mar 26 Aoû - 14:28

Le brouhaha des clés mécaniques qui cliquetaient contre les Vanships était assourdissant. On se serait cru dans une horloge très complexe, dont chaque engrenage faisait un bruit sec en écho à un autre, comme lors d’une vaste conversation dans laquelle chacun voulait mot dire. Dans le grand hangar de Nolmë, au nord des Docks, la cinquantaine de mécaniciens travaillait dur depuis très tôt dans la matinée. Vrombissements de moteurs et odeurs âcres de l’huile chauffée était leur quotidien. Courageusement, ils transpiraient de concentration sur leur méticuleux labeur. Leur nuque voûtée sur les moteurs et châssis les tirerait à la fin de la journée, et tous s’en retourneraient chez eux les muscles endoloris, et les oreilles bourdonnant encore du vacarme de leurs outils.
Ce travail éreintant, qui bien souvent écourtait la vie des hommes et des femmes qui le pratiquaient, étant d’une passionnante complexité. Les énigmes qu’il fallait résoudre au fil des machines étaient minutieuses et subtiles. Un bon mécano savait qu’il lui fallait prendre du recul et analyser son engin avec circonspection pour trouver la source du dysfonctionnement qui l’avait conduit face à lui. La bonne santé des appareils de vol tels que les Vanships et les hydravions était capitale : sans eux, l’escadrille de Nordkia ne pouvait plus aller chercher des vivres dans les contrées encore saines d’Origin’s. Ce serait le début de la fin – et de la faim – des Dockers. Il serait alors inutile de se tourner vers l’Elite. La cruelle Princesse Ultiah se souciait bien plus de son apparence que de la qualité de l’eau qu’elle faisait distribuer à leurs familles défavorisée. Si une crise éclatait, il était à parier qu’elle serait heureuse de se débarrasser de « l’affaire Nordkia ».

Chaque minute qu’il passait penché sur ses pièces de machines à réparer, Neo songeait à cette ignorance de l’Elite que devaient essuyer les Dockers. Il avait beau y penser pendant ses bricolages, sa concentration n’était jamais perturbée. Il n’était pas triste de leur état de pauvreté. Il n’était pas non plus en colère face à l’injustice quotidienne que subissait Nordkia. Les plus riches qui dénigraient les Dockers ne lui inspiraient ni haine ni mépris. C’était comme ça, c’était tout. Il était inutile de brasser de l’air contre ces choses-là : leur vie avait toujours été ainsi. C’était avec une complaisante nonchalance que Neo fermait les yeux sur les problèmes de la société. Problèmes qui lui valaient de se vêtir comme un clochard du dimanche, et de bosser onze heures par jour pour gagner des clopinettes. Il ne s’en plaignait pas, ne pleurait pas sur son sort. Il ne considérait d’ailleurs pas qu’il y ait eu quoi que ce soit à contester. Dans la nature, c’était exactement la même chose, le plus fort gagnait. Chez les Üniks, les plus forts étaient les membres de l’Elite. Pourquoi cela ? Cela ne servait à rien de chercher à comprendre. Encore une fois, c’était ainsi. Neo n’aimait pas réfléchir à ces embrouilles. Quelque part au fond de lui, il savait que c’était par crainte de découvrir quelque chose qui lui ferait mal au cœur, très mal au cœur. La stupide solution à cela était de ne pas réfléchir sur les questions qu’il jugeait pénibles. Comme le désiraient les Princes, il agissait en bon imbécile qui se laissait faire sans broncher, et qui attendait de crever dans sa bicoque à deux sous, en vivant sa vie dans son coin, sans s’occuper de ce que faisaient les puissants. La mécanique était pour lui un réconfort certain. Aucune machine n’avait de secret pour lui. A défaut de sauver le monde comme un héros vaillant et fort, il était un mécano de génie qui réussissait toujours ce qu’il entreprenait.

L’heure de rentrer sonna. Les collègues posèrent tous leurs outils sur leurs lieux de travail, et tous quittèrent le hangar en bavardant sur la journée. Neo ôta ses X-Glasses, et soupira en s’épongeant le front. Il avait travaillé d’arrache-pied ! Il avait le visage noirci par l’huile et la poussière, qui collait à sa peau transpirante et moite. Comme certains de ses compagnons mécaniciens, il passa rapidement sous les douches froides du hangar. L’eau qui coulait des conduits était sale, et non potable, mais c’était toujours mieux que de sentir comme l’âpre vidange. En sortant du hangar pour s’en retourner dans Nordkia, il ne manqua pas de saluer le portrait immense de la Princesse Ultiah, qui d’une parole gravée rappelait avec sévérité que le travail des Dockers était dû à son bon vouloir. Il lui fit un signe désinvolte de la main :
« Salut ma poule, à demain ! » Cela le faisait toujours rire. Il avait conscience que si un garde l’entendait dire cela, il était passible d’aller en prison. Pourtant c’était bien là tout ce que lui inspirait le visage gracieux et soigné de la princesse.

Neo fouilla dans la poche noire de son pantalon, s’empara des clés de sa moto –la puissante et énorme Skooth, dont il était si fier- et enfourcha son engin derechef. Le moteur rugit au démarrage, et Neo s’en alla à vive allure sur le quai opposé au sien. C’était l’heure de pointe sur les Docks. Les pilotes et navigateurs s’en revenaient de leurs excursions aériennes, les cales de moitié chargées de vivres et de biens. Les mécaniciens marchaient en troupe dans les galeries descendant vers la cité-trou, et les mineurs revenaient par convois de wagons à grosses roues, tirés par des Kokobots. Femmes et enfants s’agitaient quelques centaines de mètres plus bas au cœur de la cité. Neo sentit un frisson d’excitation le parcourir. Nordkia se remettait d’une journée de dur labeur ! Heureux comme un pape sur la Skooth, il accéléra au beau milieu de la foule. Rabattant ses lunettes sur son nez, il se laissa guider par l’analyse des matières environnantes que leurs verres lui conféraient. Il n’écrasait jamais personne, et s’amusait follement à zigzaguer au milieu des gens, qui gueulaient leur agacement ou lui beuglaient de faire attention. Connu pour se faire remarquer aux heures de sortie de travail, Neo ne pouvait pas rentrer sans se faire remarquer. Quelque part, il cherchait aussi à s’attirer l’attention des jeunes filles, dont il adorait la fréquentation. Il avait rarement eu affaire à des têtes pensantes parmi la gente féminine, celles qui lui plaisaient le plus étaient celles qui ne disaient rien qui le contrariait, et qui lui fichaient la paix quand il en avait besoin.

« ’Tain, regarde où tu roules, tête de coq ! » hurla un homme derrière Neo. Il éclata de rire. Il était égoïste et provocateur, mais il en avait parfaitement conscience et n’entendait pas changer d’un pouce. C’était avec fierté qu’il tenait à son caractère, le petit mécano qu’on appelait « tête de coq » en clin d’œil à sa tignasse ébouriffée et toute rouge. Et que faisaient-ils de sa longue queue de cheval, ces mecs qui l’avaient ainsi nommé ? Aucun sens du style, ceux-là.
Mais la véhémente allure de Neo fut subitement refreinée par un réflexe incroyable de sa part. Une fille vêtue d’une cape s’était soudainement retrouvée au beau milieu de sa route. Si la foule s’écartait au fur et à mesure qu’on l’entendait arriver, elle s’était retrouvée sur la voie ouverte. Si Neo n’avait pas freiné en hâte et donner un coup de guidon hasardeux, elle se serait faite déchirée sous leur impact. Après quelques tête à queue, le Docker parvint à s’immobiliser, sous la harangue courroucée des passants. Neo leva les mains en l’air en souriant bêtement en guise de mea culpa. Il tourna son attention vers la fille qu’il avait manqué d’écrabouiller.

« Hé ma belle, fais gaffe où tu marches ! J’ai failli t’aplatir… »lui lança-t-il, en replaçant ses lunettes sur son front. Sous cette cape, elle avait l’air d’une voleuse fugitive. Malheureusement à Nordkia, plus on voulait se cacher de la sorte et plus on se faisait remarquer. Mieux valait se fondre dans la foule en adaptant un code vestimentaire modeste. Neo remarqua derrière la fille qu’un homme monté comme une armoire à glace s’approchait d’un air mécontent. Après qui en avait-il ? La fille ou Neo ? Le jeune homme esquissa un sourire malicieux, et demanda à l’inconnue :
« Ah, on a des p’tits ennuis ? » Ca avait l’air de l’amuser. Neo était un homme très fin, pas du tout taillé pour le combat. En revanche il était rapide et agile. Pas question de jouer les héros face à ce type trop grand et trop énervé pour lui. Souplement, il sauta par-dessus le siège de sa moto, et s’empara du poignet de la fille.
« Ca sent pas bon, faut pas rester là ! » Sans lui demander son avis, il la fit grimper sur la Skooth derrière lui, et démarra derechef pour s’éloigner de tout le tumulte de la foule. Neo chercha des rues plus enfoncées des Docks, là où personne ne viendrait chercher des ennuis. Même s’il risquait d’en avoir potentiellement, pour avoir enlevé une demoiselle !


Dernière édition par Neo Collins le Sam 20 Déc - 1:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Mer 27 Aoû - 8:55

Vous savez ces moments dont on dit qu’ils nous permettent de relativiser après une très brève mais intense visite de ses souvenirs ? Olivia venait d’en vivre un, là à l’instant, figée au milieu de cette rue bondée, nauséabonde, alors qu’une moto lancée à vive allure l’avait manquée de peu. L’engin avait terminé sa course quelques mètres plus loin dans un tumulte impressionnant pour la jeune élite, la foule pestait. Contre elle ? Contre le pilote du bolide ? Difficile pour Olivia de savoir, elle était quelque peu choquée. Une voix la ramena à la réalité poisseuse des Docks, la voix de son presque meurtrier qui la charriait comme si rien ne s’était passé. N’avait-il aucune considération pour ses semblables ? Il avait failli mettre un terme à la vie d’Olivia et il en plaisantait, quel goujat. Si elle n’avait pas été muette à cause du choc, la jeune élite lui aurait probablement hurlé dessus comme elle savait si bien le faire quand quelque chose lui déplaisait. Elle s’apprêtait à rebrousser chemin sans prendre le temps de lui répondre lorsqu’un grognement derrière elle lui glaça le sang. Avec tout ça elle avait presque oublié le gorille qui la suivait, non mais franchement les gens étaient bizarres ici, elle n’avait fait que le pousser pour se frayer un chemin, pas de quoi se mettre en colère comme ça. Olivia adressa à l’inconnu à la moto un regard dur et froid, il avait failli la tuer – même si d’accord elle y était aussi pour quelque chose – et en plus il se permettait de se moquer d’elle. « Petit merdeux » pensa-t-elle en serrant les dents. La brunette fit un pas en arrière lorsqu’il descendit de sa moto, craignant qu’il ne veuille lui aussi attenter à sa vie, pour finalement lui adresser un regard perdu alors qu’il saisissait son poignet.

« Lâche-moi ! »

Mais pas le temps de dire « ouf », Olivia était déjà juchée sur le semblant de siège arrière de la moto qui partit à vive allure à travers la foule visiblement stupéfaite par la scène. La foule jusqu’ici dense se fit plus rare, d’un rapide regard en arrière Olivia remarqua que le gorille n’était plus à leur poursuite, c’était déjà un bon point. En revanche, elle ne savait toujours pas pourquoi cet homme l’avait sortie de là, il aurait pu profiter du spectacle avec les autres, une élite se faisant bastonner par un gars des Docks, les journaux en auraient fait leurs choux gras même si la suite des événements aurait été nettement moins réjouissante. La jeune femme devait maintenant descendre de cet engin, remercier son sauveur – s’il n’était pas encore plus dangereux que le gorille – et rentrer chez elle avant que sa mère ne la déclare disparue. Quelle idée stupide que de venir chercher des informations ici même dans les Docks, bien joué Olivia. Le problème maintenant, c’était qu’elle n’avait aucune idée de là où elle se trouvait. Tout ce petit manège l’avait éloignée du chemin qu’elle avait suivi pour rejoindre le lieu de rendez-vous, et sans carte ni guide, elle n’était pas fichue de retrouver la route pour la maison. De ses petits poings, elle commença à taper sur les épaules du pilote, le sommant d’arrêter cet engin de malheur pour la laisser descendre. Oui, elle pouvait aussi sauter et s’échapper comme toute aventurière l’aurait fait, sauf que voilà, Olivia n’était pas une aventurière, elle était plutôt du genre rat de bibliothèque et si elle sautait de la moto de son propre chef, elle avait toutes ses chances de se briser le cou.

« Laisse-moi descendre et aide moi à retrouver le chemin pour quitter cet endroit, je m’arrangerai pour que tu sois récompensé. »

Il lui fallait parler fort dans l’oreille de l’inconnu pour couvrir le bruit du moteur et celui des roues qui frappaient les pavés à chaque aspérité. Une fois l’engin stoppé, quelques ruelles sombres et odorantes plus loin, Olivia descendit rapidement du bolide à deux roues, inspirant profondément avant de réaliser la mauvaise idée que c’était. Un haut le cœur lui souleva l’estomac, contrecoup de tout ce tumulte ou mauvaise odeur ambiante ? Difficile à dire, sûrement un peu des deux. La brunette s’appuya à la moto le temps de reprendre ses esprits avant de reporter son attention vers son sauveur, pour l’instant du moins, cherchant à lire sur son visage s’il avait de mauvaises intentions ou non. Elle ajusta finalement sa cape avant de reprendre une posture plus noble, croisant les bras en le fixant.

« Je suis persuadée que tu pourrais être arrêté, d’une part pour ta conduite plus que dangereuse, d’autre part pour enlèvement … M-merci de m’avoir sortie de là … »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Mer 27 Aoû - 11:32

La fille protesta quand Neo lui prit le poignet. Cela n’avait rien d’étonnant, mais il n’y prêta aucune attention. Elle voulait jouer les grandes filles et se débrouiller seule, au milieu de cette foule avec un grand taré qui la poursuivait ? Du grand n’importe quoi. Le jeune homme faufila la Skooth avec dextérité au milieu de la foule, et parvint à atteindre des ruelles qui amorçaient la descente dans Nordkia. Maintenant qu’il avait la fille derrière lui, Neo réalisa qu’il n’avait aucune idée de l’endroit où l’emmener. Il n’y avait pas besoin de la déposer bien loin, l’éloignement du gorille suffisait. Mais dans le secteur, on ne trouvait que ruelles désertes et petites places abandonnées.
Des poings faibles frappèrent les épaules de Neo. Il se tourna vers sa passagère pour lui lancer un sourire malicieux, et tendit l’oreille pour entendre ce qu’elle avait à dire. D’une voix forte pour couvrir les ronronnements puissants de la moto, elle demanda à son chauffeur de la faire descendre, et lui promit une récompense s’il l’aidait à partir de Nordkia. Il ne comprit pas ce qu’elle entendait par « récompense ». Il n’était pas un transporteur, inutile de le payer pour service rendu. Le jeune homme acquiesça sans broncher, et les arrêta à un carrefour tranquille de plusieurs ruelles, au détour d’un quartier résidentiel. Ils n’étaient pas totalement isolés, mais au moins ils s’étaient un peu éloignés des Docks et du mastoc.

La jeune femme descendit de la moto alors que Neo en coupait le moteur. « Voilà Mam’selle ! » lança-t-il joyeusement. Il descendit à son tour, et cala son dos contre son engin. Cette petite fuite à toute vitesse sur les Docks lui avait bien plu. Il devrait songer plus souvent à sauver les demoiselles des types pas fréquentables, pour avoir la chance d’être en douce compagnie pour quelques temps – en grand amateur de filles qu’il était. Sa passagère semblait moins enthousiaste que lui.
« N’empêche, je me demande ce que tu lui as fait, à ce grand mec, pour qu’il te suive comme ça au milieu de tout le monde… ». Neo n’était absolument pas inquiet du triste sort qu’aurait pu être celui de la jeune fille. Il était plutôt curieux de savoir ce qu’elle fabriquait avec lui. Elle ne lui répondit pas dans l’immédiat. Toute pâle, elle s’appuya sur la moto, comme écœurée. Neo se pencha un peu en avant :
« Tu tiens le coup ? » demanda-t-il, avec détachement. « Si tu vomis, merci de pas le faire sur ma Skooth… » Il n’avait aucune envie de nettoyer des renvois gastriques sur son bijou de mécanique, qu’il avait mis des années à construire pièce par pièce.

La fille devait aller mieux qu’il n’y paraissait. Elle se redressa, et arrangea sa grande cape pour avoir l’air plus digne. Elle déclara que Neo conduisait très dangereusement, et qu’il mériterait de se faire arrêter pour cela, ainsi que pour enlèvement. D’abord interdit, il ne put s’empêcher d’éclater de rire, surpris par cette réaction scandalisée.
« Eh bien ça m’étonnerait ! lui répondit-il après avoir retrouvé son calme, En six ans de conduite, j’ai seulement croisé des râleurs. Et si je ne t’avais pas emmenée avec moi, tu serais en mauvaise posture à l’heure qu’il est, miss. » Il ponctua sa phrase d’un clin d’œil, charmeur, moqueur ou complice, c’était à voir. Neo trouva que cette fille parlait bizarrement. Elle était d’une politesse qu’il n’avait jamais entendue à Nordkia. C’était peut-être une coincée. Une coincée qui le remercia quand même. Il n’arrivait plus à savoir si elle lui faisait des reproches ou si elle lui était reconnaissante, alors il leva une main devant lui : « De rien, c’est gratos. » Neo se rendit compte qu’il ne savait pas du tout pourquoi il avait sauvé la fille de cette brute épaisse. Finalement il aurait pu passer son chemin et reprendre sa petite vie égoïste, comme il le faisait toujours. Peut-être qu’il s’en voulait d’avoir manqué de la tuer. Cela ne lui ressemblait pas.

Maintenant qu’il avait failli l’écraser et qu’elle l’avait traité de criminel, le Docker jugea qu’ils étaient suffisamment proches pour les présentations.
« Moi c’est Neo Collins. Et toi miss, c’est quoi ton petit nom ? » Le jeune homme avait quelque chose qui lui trottait dans la tête. C’était le moment de poser sa question, un peu bizarre certes, mais il en aurait le cœur net : « Dis, tu fuyais un homme menaçant, t’essayais de te cacher sous cette cape au milieu de tout le monde, et tu me parle de récompense pour te sortir de là… Tu vendrais pas tes charmes des fois ? Parce que j’suis pas intéressé, j’ai pas envie de me retrouver avec un maquereau sur le dos, qui me reprocherait de vouloir lui piquer ses filles ! » C’était là ce qui titillait Neo depuis qu’elle avait pris la parole. S’imaginait-il qu’elle puisse appartenir à l’Elite ? La probabilité qu’un noble se balade dans Nordkia était si faible à ses yeux qu’il n’avait même pas envisagé cette hypothèse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Mer 27 Aoû - 14:59

Il était curieux son sauveur, ce n’était pas bon, pas bon du tout. Olivia ne pouvait pas se permettre de révéler les raisons de sa présence en ces lieus, pas plus que son appartenance à la caste supérieure de la société Ünik. Peut-être que vomir sur sa moto aurait été un bon moyen de changer de sujet, même si Olivia n’avait pas vraiment envie de passer pour … ça. Une faible femme, une princesse écœurée par la crasse des alentours. C’était peut-être ce qu’elle était dans le fond, mais il fallait donner le change. Elle écouta l’inconnu lui raconter comment il s’était débrouillé pour éviter les accidents depuis six années, un record quand on se fiait à son style de conduite du jour mais soit. Elle haussa les épaules avant de soupirer lorsqu’il insista sur le fait que c’était sa conduite sportive qui l’avait éloignée du gros balourd à ses trousses. Il insista également sur le fait qu’il ne voulait pas de récompense, dans un sens cela arrangeait l’élite, elle aurait eu du mal à expliquer à sa mère pourquoi une partie de ses économies avaient disparu ou encore pourquoi elle aurait fait livrer des vivres comestibles sans risque de contamination dans les Docks. Le pilote fou se présenta finalement, Neo Collins, avant de demander à Olivia son nom à elle. La brunette sortit son calepin de sa sacoche et nota dans un coin le nom de celui qui l’avait sauvée, cela pouvait toujours servir si un jour elle devait revenir dans les Docks pour chercher des informations. Tout en griffonnant quelques mots sur son fidèle calepin, la jeune élite répondit d’un air désintéressé un simple « Olivia », il n’avait pas besoin d’en savoir plus sur elle. Absorbée par les notes qu’elle avait prises dans son calepin, Olivia leva néanmoins la tête vers son interlocuteur à la suite de son discours. Elle cligna plusieurs fois des yeux, restant sans voix, ses joues prenant peu à peu une teinte rouge – provenant autant de la gêne engendrée par cette question que par la colère.

« Si je … vendrais pas mes charmes ? Tu m’as bien regardée ? Est-ce que j’ai vraiment l’air d’une fille de peu de vertu ? Ça c’est la meilleure … »

Olivia s’était mise à piétiner sur place en parlant, agitant les bras à mesure que sa voix s’élevait. C’était proprement blessant, même si dans son esprit la jeune élite ne voyait pas que sa réaction aurait pu être blessante envers une jeune femme exerçant ce métier. Elle inspira profondément avant de fixer Neo, son regard doré s’étant un peu plus obscurci.

« Non, je ne vends pas mes charmes. Cet homme était sur mon chemin alors que je tentais d’échapper à deux types bizarres et j’ai voulu le pousser mais il faut croire qu’il l’a plutôt mal pris. Franchement on se demande pourquoi, c’est pas mes cinquante kilos toute mouillée qui allaient lui causer du tort, alors que lui il aurait pu me tordre le cou en un claquement de doigts. Enfin bref, je m’égare … Merci encore, Neo. Et toi ? Est-ce que feindre les accidents pour ensuite secourir les demoiselles fait partie de tes occupations de la journée ? »

Non pas qu’elle soit réellement intéressée par la réponse, elle était sauve et c’était le principal, mais elle n’allait pas rater une occasion d’embêter Neo même s’il l’avait sauvée, après tout il avait failli l’écraser. En revanche, la fouineuse qu’elle était se disait de plus en plus qu’avoir un contact dans les Docks, un docker qui plus est, une personne à même de sympathiser avec la masse de ces quartiers, serait une excellente chose. Dewton n’avait pu lui fournir que les informations que les gardes voulaient bien lâcher et ils étaient bien moins loquaces qu’il n’y paraissait. Peut-être que cet étrange individu à la crinière flamboyante serait à même de l’aider.

Le regard de l’élite parcourut l’endroit où il s’était arrêté, elle était toujours impressionnée de voir les différences qu’il pouvait exister entre Anathorey et Nordkia. Les deux principales villes d’un même peuple, si différentes en apparence, et pourtant sûrement les mêmes lorsque l’on creusait un minimum sous la surface. Olivia réalisait également ce qu’avait dû être le quotidien de son père, militaire en charge de la sécurité dans certains recoins des Docks, elle comprenait mieux pourquoi ses retours à la maison étaient toujours aussi joyeux, et pourquoi ses départs étaient chaque fois plus difficiles. Dire qu’il était mort dans un lieu si inhospitalier, des mains d’un de ces moins que rien, tout ceci était toujours dur à encaisser pour la jeune femme même si elle était devenue plutôt douée pour cacher ses émotions lorsqu’il lui arrivait de penser à tout cela.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Mer 27 Aoû - 17:54

La farouche passagère de Neo répondit qu’elle s’appelait Olivia, tandis qu’elle écrivait frénétiquement sur un petit carnet sorti de sa poche. Neo fut amusé de ce qu’elle refusât de lui parler davantage de sa personne. Il avait eu droit à son prénom, et il devrait s’en contenter. Elle était plutôt froide et fermée, comme une muraille qui ne se laissait pas franchir par n’importe qui. Se donnait-elle beaucoup d’importance, ou était-elle tout simplement timide ? Il était trop tôt pour déduire quoi que ce soit de sa conduite. En revanche, on pouvait être certain de ce qu’elle était plutôt bizarre.

Le visage d’Olivia s’empourpra lorsqu’elle entendit l’audacieuse question du jeune homme. Bouillant d’une colère qu’elle tenait d’assourdir, elle objecta avec verve les suppositions de Neo. Avait-elle l’air d’une prostituée ? Neo esquissa un sourire amusé, et se dit que non, sans doute pas. Sans se départir de son sourire, il leva une main devant lui : « D’accord, d’accord, c’était juste une question ! » Il s’amusa de la voir si fâchée. Peut-être que toutes les filles se vexaient quand on leur posait cette question, sauf peut-être les intéressées. Olivia finit par se calmer, et tâcha de s’expliquer, ses grands yeux clairs figés sur Neo témoins de sa détermination à dissiper tout malentendu. De petite vertu avait-elle dit, hein ? Le choix des termes n’était pas à laisser au hasard. Pendant ses justifications, le jeune homme comprit à sa manière de parler qu’ils ne jouaient pas dans la même cour, tous les deux. Elle avait voulu pousser cet homme, qui mécontent avait sans doute voulu lui faire la leçon sur sa conduite. Neo éclata de rire, la miss Olivia qui se scandalisait pour une simple question, qui ne comprenait pas pourquoi son geste impoli avait été si mal pris. Il se demanda qui était, finalement, cette jeune femme qu’il avait embarquée sur sa moto !
« La politesse n’a pas de gabarit… » dit Neo, à demi-ton, mais parfaitement conscient que ses mots trouveraient leur chemin jusqu’à l’oreille d’Olivia.
L’étonnée lui demanda, à son tour, si feindre des accidents pour s’emparer des jeunes filles était un passe-temps de Neo. Un sourire en coin s’afficha sur le visage du Docker :

« Va savoir ! » répondit-il avec désinvolture. Quel genre de crétin s’amuserait à mettre la vie d’autrui en péril juste pour se farcir une fille ? Il n’était pas un Prince, même faussement charmant. Ok, il était magouilleur et aimait séduire, mais pas au point de risquer d’estropier une fille à vie pour se retrouver avec sa souffrance sur la conscience. Il était bien trop égocentrique pour cela.
« Te surestimes pas, miss. Si j’avais feint un accident pour me retrouver en compagnie d’une nana, j’aurais pas pris pour cible la seule encapuchonnée de toutes les Docks... » Et toc. Neo se redressa de la Skooth, et les mains dans les poches, il fit quelques pas vers Olivia. Cette fille était, comme il le disait bien souvent, chelou. N’écoutant que son envie de fouiner, ainsi que de taquiner son interlocutrice, il tâcha de trouver un moyen de la faire parler.

« Pour en revenir à tout à l’heure, je ne sais pas de quoi t’as l’air, mais je crois bien que tu n’es pas d’ici. ». Avec nonchalance, il se posta devant elle et la regarda droit dans les yeux.
« Pas la peine de le nier. Si tu connaissais Nordkia, t’aurais jamais demandé mon aide pour sortir de la ville. En plus, ça se voit que tu es mal à l’aise ici. Tu te caches sous une cape en fuyant. Et puis, tu ne parles pas du tout comme un Docker… Pour pas se faire repérer, faut se fondre dans la masse et ça glisse nickel. Je t’aurais probablement pas remarquée dans ce cas-là ! »
. Neo pencha un peu sa tête sur le côté.
« J'me trompe ? » interrogea-t-il finalement. C’était purement rhétorique, car son comportement laissait filtrer bien des indices. Le jeune homme avait remarqué également comment elle observait les lieux. Elle découvrait les Docks, c’était clair, et chaque habitant de Nordkia y avait forcément mis les pieds un jour. Olivia lui faisait songer à un gosse qui s’était perdu, et qui se raccrochait un peu à n’importe qui pour se tirer de son pétrin. Neo avait le sentiment, en tout cas, que cette fille n’était pas une personne lambda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Jeu 28 Aoû - 10:08

« La politesse n’a pas de gabarit ? » Pour qui se prenait-il celui-là ? Il voulait lui apprendre la politesse ? La politesse de la part de ce gorille aurait été d’au moins baisser son regard vitreux vers Olivia lorsqu’elle avait gentiment demandé de sa petite voix à passer. Elle savait bien ce qu’était la politesse, et qu’elle s’appliquait à tout le monde. Et surtout, elle n’aimait pas particulièrement l’idée qu’un docker lui fasse la morale. Elle haussa discrètement les épaules en faisant une moue agacée, peu importait dans l’absolu, elle était hors de danger et il ne lui restait plus qu’à trouver le chemin pour rentrer. D’un sourire narquois, Neo répondit finalement à la question que l’élite lui avait posée. Réponse qu’elle accueillit d’un rire discret, elle l’avait bien cherché après tout. La brunette rangea son précieux calepin dans sa sacoche avant de relever la tête vers Neo qui continuait de se montrer curieux. Olivia ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, sa curiosité était tout à fait compréhensible, l’attitude de l’élite n’étant pas des plus naturelles. Son regard croisa celui du docker, cherchant à savoir si elle pourrait le rouler avec un mensonge. Mais elle n’était pas vraiment douée pour le mensonge, une semi-vérité serait peut-être plus facile à glisser.

« Peut-être … peut-être pas *haussant doucement les épaules avant de reprendre* Je ne suis pas de Nordkia en effet, je voyage beaucoup et je n’avais encore jamais mis les pieds dans cette ville. Je ne sais pas trop si c’était un bien ou un mal d’ailleurs … »

Olivia fit quelques pas en arrière avant de tourner le dos à Neo, observant les ruelles alentour. Il y avait un peu de passage, quelques dockers qui regagnaient leur foyer, des gardes qui s’assuraient que le calme n’était pas troublé. Cette ville était réellement un mystère pour l’élite, là où Anathorey ne présentait presque plus aucune surprise pour elle. Mais son problème c’était bien que les réponses qu’elle cherchait se trouvaient ici, à Nordkia, dans les docks et les ghettos, pas dans les quartiers chics de la riche capitale Ünik. Elle inspira profondément avant de se retourner vers Neo, repoussant sa capuche sur ses épaules.

« Olivia Keegan … c’est mon nom complet. Je déteste les docks, je déteste les dockers, mais je ne suis pas certaine d’apprécier le reste de la société pour autant. Pour l’instant, j’ai juste envie de rentrer chez moi et pour cela, il faut que je sache comment sortir d’ici, cet endroit est un vrai labyrinthe. Tu veux bien m’accompagner ? »

C’était un coup de poker, il y avait peu de chance que Neo connaisse feu son père et donc le nom de Keegan. Si c’était le cas, alors il y avait une chance sur deux qu’il puisse l’aider à obtenir des informations, ou alors qu’il la livre en pâture aux dockers mécontents qui ne rêvaient que d’une chose, renverser l’élite. La brunette espérait donc qu’il serait au moins prêt à l’aider à sortir de Nordkia, c’était pour cette raison qu’elle s’était montrée honnête, au moins sur son nom. Le reste n’était que broderie à partir de la vérité, elle n’était pas de Nordkia, et elle voyageait beaucoup, au moins par l’esprit. Avant qu’il ne puisse répondre à sa requête, Olivia rajouta sur le ton de la plaisanterie.

« Et puis, c’est pas tous les jours qu’on tombe sur un pilote de ton envergure … Neo Collins, pilote de course des docks. Je suis sûre que tu pourrais faire fortune ... ou pas. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Lun 8 Sep - 23:25

La jeune femme répondit vaguement aux soupçons de Neo. D'une voix lente, elle lui dit être une voyageuse qui n'avait encore jamais mis les pieds à Nordkia. Tiens donc, se dit le jeune homme, intéressé par son histoire. A voir sa tête un peu dépassée, il aurait presque put croire qu'elle venait de s'inventer une vie – celle de voyageuse – en une seconde. Ceci dit rien ne lui prouvait que ce soit le cas.
« Mouais... Tu t'en tires bien, pour cette fois. » lui lança-t-il, d'un air espiègle. Il voulut bien faire semblant de la croire. Olivia fit quelques pas, et se mit à observer la cité en silence. Le Docker ne disait rien non plus, un peu à court d'arguments. Elle voyageait, cette petite jeune femme à la peau si pâle ? Neo remarqua également la superbe chevelure d'Olivia. Il voyait mal comment elle pouvait en prendre aussi bien soin en ayant choisi une vie de nomade. Alors qu'il se dit qu'elle n'allait sans doute pas lui en dire plus et que sa curiosité ne serait jamais épongée, la jeune femme poursuivit le dos tourné à Neo. Elle s'appelait Olivia Keegan, de son nom complet. Elle déclara détester les Docks, détester les Dockers, et qu'elle n'était pas sûre d'aimer le reste de la société. Neo tiqua.
« Attends, je te suis pas... Si t'es jamais venue à Nordkia avant aujourd'hui, comment tu peux savoir que tu détestes les Docks, et les Dockers ? » demanda-t-il, de manière purement rhétorique. Elle aussi devait être pourrie de préjugés envers les habitants de Nordkia, de braves gens qui ne lui avaient jamais rien fait. Si elle était ainsi butée et qu'elle tentait de se cacher, il n'y avait plus aucun doute : cette nana faisait partie de l’Élite. Le nom de Keegan ne lui servit absolument à rien dans cette déduction. Les noms des nobles, il en connaissait aucun. La culture de Neo concernant l’Élite se limitait aux noms et titres des trois Princes, mais le reste lui passait totalement à côté de la tête.

Olivia demanda à Neo s'il acceptait de la raccompagner en dehors de la ville. Il se gratta la nuque et regarda le sol à ses pieds. Elle ne pouvait pas simplement revenir sur ses pas ? Eh non vieux, tu l'as embarquée avec la Skooth pendant dix bonnes minutes, vous avez fait du chemin ! Quelle tuile. Il n'avait aucune envie de jouer les taxis. Olivia ajouta qu'elle trouvait exceptionnel d'avoir rencontré un pilote tel que Neo, même s'il était incertain qu'il fasse fortune dans le domaine de la vitesse. Le jeune homme lui adressa un sourire en coin appuyé :
« Merci, miss. Mais moi, j'suis surtout un mécano. Les pilotes, c'est ceux qui conduisent les engins aériens, comme les Vanships ou les Hydravions. T'en as sûrement déjà vu ? » Ce dont il doutait beaucoup, mais il garda cette remarque hilarante pour lui-même. Neo soupira, et croisa les bras derrière sa nuque, d'un air très désinvolte.
« Ahh... C'est dommage. Le jour où je croise une jolie fille, faut que je tombe sur une bêcheuse de l’Élite ! » Ça, c'était pour avoir dit détester les Dockers sans même les connaître. Mais si Neo n'avait pas envie de jouer au gentil valet de pied de Mademoiselle, il trouva une bien meilleure idée.

Il s'approcha un peu d'Olivia, et enroula son bras autour de ses épaules avec entrain, mes yeux pétillants de malice :
« Tu trouves pas que c'est dommage de repartir maintenant, alors que tu connais pas Nordkia ? C'est une ville magnifique ! Tellement plus chouette qu'Anathorey. Suffit de voir les choses en ouvrant les yeux un peu plus grands. Ça te dit pas que je te fasse faire un petit tour ? Enfin sans accident de la route cette fois, héhé! proposa Neo avec enthousiasme, non mécontent d'avoir trouvé cette idée, selon lui tout à fait géniale. « T'as rien à craindre, puisque t'es avec moi ! Les autres, y z'ont l'habitude de me voir traîner avec des filles, y a pas de raison qu'ils aient des soupçons à ton égard. Et comme ça tu partirais de Nordkia avec une vraie opinion, un avis rien qu'à toi, et pas une idée reçue des classes supérieures ! » Neo se surpassait. A croire qu'il tenait à faire visiter les lieux à Olivia. Il se calma un peu, et lâcha la jeune femme.

« J'te promets que ce sera pas long. Et puis, si t'aimes vraiment pas, eh bien j'te remonterais à la surface du sol ! Ça marche, miss ? ». De Neo, on pouvait dire que c'était un idiot sans cervelle, immature et puéril qui aimait faire ce qu'il voulait. Mais quand il le voulait, il pouvait être un type bien. Si Olivia acceptait, le jeune homme aurait accompli sa bonne action de l'année, sans aucune ambiguïté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Mar 9 Sep - 9:09

C’est vrai, il y avait mieux comme histoire et il y avait mieux comme entrée en matière. Débarquer dans un endroit inconnu avec une explication bancale et insulter les habitants ou presque n’avait pas été la meilleure idée qu’Olivia ait jamais eu. Mais d’un côté, Neo n’essaierait pas de la tuer ou de la vendre, après tout il l’avait sortie des ennuis, non ? Il ne semblait marcher dans son histoire de voyageuse ce qui poussa la jeune Elite à se demander ce qui clochait entre la réalité et son récit. Elle ne connaissait que très peu le monde en dehors des murs d’Anathorey mais elle avait vu des gens qui voyageaient beaucoup, des hommes et des femmes à la recherche de richesse ou d’aventures, certains tirés à quatre épingles comme elle-même pouvait l’être. Ce n’était pas parce qu’on était un souillon qu’on devait ressembler à un souillon, voilà ce que sa mère lui avait appris. Sans ce dicton, sa mère n’aurait sans doute jamais attiré le regard de son père d’ailleurs. Bref, tout ceci était un débat bien inutile dans la tête d’Olivia pour l’instant, ce qui était important c’était de savoir si oui ou non son sauveur allait devenir son pire cauchemar. Dans un souffle, la brunette répondit à la question de Neo, même s’il n’attendait sûrement pas de réponse.

« J’ai mes raisons … »

Olivia était prête à changer d’avis, mais pour l’instant, le poids du passé l’emportait sur tout le reste, le poids du passé et un bon paquet d’apriori que sa mère n’avait jamais cherché à démentir. En revanche, la jeune élite se rassura en ne voyant pas Neo réagir à l’évocation de son nom de famille, non pas qu’elle s’attendait à ce que la famille Keegan soit une famille hautement connue dans les bas-fonds de Nordkia, mais ne sachant pas du tout la place qu’avait pu avoir son père dans ces lieux, elle était rassurée de pouvoir continuer son enquête discrètement. Sans que la brunette n’en dise plus, la conversation continua. Neo lui indiqua qu’il était « mécano » et non pilote, il fallait qu’elle prenne des notes. Si la société élite des Üniks n’avait que peu de secrets pour elle, Olivia ne connaissait pas grand-chose à l’organisation des Dockers, et c’était crucial pour ce qu’elle voulait faire. Tout ce qu’elle ne savait pas ou tout ce dont elle n’était pas certaine, l’étudiante élite le nota soigneusement dans son bloc-note. « Tchh » ne put-elle s’empêcher de souffler à la remarque de Neo, même si elle l’avait bien cherché. Son regard suivit le docker alors qu’il s’approchait d’elle, sa tête s’enfonçant un peu dans ses épaules lorsqu’il s’approcha un peu plus. Pour qui se prenait-il ? Ils n’avaient pas gardé les cochons ensemble. D’un autre côté, ce qu’il lui proposait était honnête, à moins qu’il ne prévoit de l’abandonner au fond du trou qu’était cette cité.

« Anathorey est une ville tout à fait agréable … Mince … Avant toute chose, dis-moi, qu’est-ce qui trahit mon … mensonge ? *adressant une moue curieuse à Neo* Bien, bien, allons-y, tu me répondras en chemin. »

Olivia se recula légèrement, poussant gentiment le bras de Neo avant d’attendre qu’il lui indique la direction. D’ailleurs, est-ce qu’il comptait repartir sur cet engin diabolique ? Ce n’était clairement pas ce que la bourgeoise avait à l’esprit en rejoignant les docks quelques heures plus tôt. Elle devait rencontrer un indic’, pas faire du tourisme avec un mariol … Mais elle pouvait au moins lui accorder le bénéfice du doute, il l’avait sortie du pétrin et n’avait pas hurlé sur tous les toits qu’il y avait une élite à massacrer alors … Et puis cette visite pourrait s’avérer utile, là où seule, Olivia serait probablement perdue à l’heure qu’il était. Elle rangea son carnet et son crayon dans sa sacoche, attendant que le guide donne les directives.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Dim 19 Oct - 14:15

Quand Olivia accepta sa proposition, Neo ne put s'empêcher de sourire d'un air victorieux. Il lui donna une petite tape sur l'épaule, enthousiasmé par leur nouvelle occupation.
«  Promis, tu seras pas déçue ! » Il fit signe à la jeune femme de le suivre, et tous deux amorcèrent la descente de petits escaliers creusés dans le flanc intérieur de Nordkia. Ils arrivèrent à un belvédère, depuis lequel on voyait la totalité de la ville. Neo s'accouda à une petite barrière de métal tremblante, faite uniquement d'une barre de fer qui menaçait de s'effondrer d'un instant à l'autre. Le Docker leva le bras, et montra à Olivia différents endroits de la cité à mesure qu'il les décrivait.
« En bas, c'est le parterre. Y a tout un tas de commerces, qui restent ouverts jusque tard même si la journée est bien avancée ! Là par exemple, tout le monde rentre du boulot : c'est l'heure pour les commerçants de déballer tout leur bordel. Y a des trucs pour les filles aussi, je vais t'y emmener. En haut, on en vient, c'est les Docks. Et toutes les galeries qui rampent et grimpent le long des murs, et qui creusent jusque dans le ventre des parois, c'est des maisons, des garages, des hangars de mécanos... Et le top : des lieux de stockage des Vanships ! » Neo descendit quelques marches encore, et dit à Olivia qu'il valait mieux qu'ils se promènent à pied. Elle profiterait ainsi bien mieux de Nordkia, et verrait les choses au plus près.

Ils descendirent encore les escaliers, jusqu'à arriver au parterre de la cité. En relevant la tête, on pouvait voir le cercle un peu difforme du ciel qui s'assombrissait peu à peu. Nordkia était si profonde que cette vue semblait écraser le pauvre piéton qui levait son regard vers l'air libre. Ils étaient comme des insectes pris dans un très haut tuyau sombre. C'était vertigineux. Neo se souvenait que quand il était petit, il avait peur de regarder en haut depuis le parterre.
« Regardes le ciel toi aussi. C'est pas super pour le moment, mais ça devrait bientôt arriver... »
Après quelques secondes d'attente, durant lesquelles le ciel s’obscurcit encore, une petite lumière dorée s'illumina tout en haut des Docks. Comme une réponse, une autre vint éclaircir un autre point du cercle céleste, et encore une autre, pour qu'au final une véritable cascade de lumières s'allument partout dans toute la cité. Le trou n'était plus angoissant, il était un antre chaleureux baigné par la douce lumière des torches et des lampes électriques. L'atmosphère tamisée de Nordkia annonçait la douce ambiance des soirées où les Dockers se réunissaient pour décompresser de leur dure journée de labeur. Neo adressa un sourire radieux à Olivia :
« J'aime bien quand ils allument tout. Il fait sombre, la journée est finie, mais ça veut dire qu'on a encore toute la soirée devant nous ! »

Le Docker et la jeune femme passèrent devant une Taverne, qui n'avait pas de devanture, si bien que les buveurs étaient abrités, mais pouvaient profiter de l'air libre en sirotant les alcools un peu rustres que préparaient de jolies serveuses. On y avait fait venir des musiciens, et des ami riaient de bon cœur autour d'une table tandis que d'autres s'amusaient à danser au rythme joyeux des mélodies. A une table, un jeune homme se leva, une pinte à la main, et héla Neo bruyamment :
« Hé mon vieux ! Encore avec une nana ? 'Tain, tu penses vraiment qu'à ça ! » - « Mais non, abruti ! Je fais visiter Nordkia à cette jeune voyageuse. Elle nous vient de très loin, alors si tu pouvais éviter de jouer les rustres devant elle... » L'ami de Neo éclata de rire. « Ouais, à d'autres. Eh la miss, laisse pas Neo te ramener chez lui ! » . L'intéressé soupira en esquissant un sourire en coin. Comme s'il allait prendre des risques avec l’Élite. Et s'il se retrouvait avec sa Comtesse de mère sur le dos ? Pas la peine d'y penser !

Neo emmena Olivia dans les quartiers commerçants de la ville, dans des ruelles qui sentaient la nourriture bon marché et les épices. Une vendeuse de vêtements s'enticha de la grâce d'Olivia lorsqu'ils passèrent devant ses rayons, si bien qu'elle voulut lui faire essayer toute la nouvelle collection. Neo parvint à sauver la jeune femme des griffes de la styliste en herbe, en souriant et assurant qu'ils repasseraient ultérieurement.
« Désolé pour ce bazar. Mais ici, tout ce qui est vendu est fait des propres main des commerçants. C'est un peu de l'artisanat en fait... Donc forcément, y sont super fiers ! J'espère qu'elle t'as pas fait trop peur ».

Face à la petite vitrine un peu salie d'une bijouterie populaire, Neo se pencha sur des bracelets en métal frappé et des pendentifs faits en os de petits animaux.
« Ca, c'est des bijoux faits par les mineurs, et les forgerons pendant leurs pauses. Y trouvent le matos' dans la Muraille de roches, là où ils bossent. C'est sans doute pas aussi fin que ce qu'on trouve à Anathorey, mais ça vaut le coup d’œil ! J'aime bien me dire qu'ils ont été faits dans le noir complet, et qu'on ne connaît leur véritable forme qu'une fois à la surface, même au plus profond du trou de Nordkia. ». Neo ouvrit la vitrine précautionneusement, et pris un bracelet de métal frappé blanc. Il envoya une pièce de cuivre sur le comptoir proche de la boutique, et tendit le bijou à Olivia :
« Un p'tit souvenir de Nordkia. J'suis sûr qu'il t'ira très bien ! »

Ils marchèrent encore pendant quelques temps. Arrivés dans une rue piétonne ou bien des gens se promenaient encore, Neo se mit à bailler peu discrètement. Il réfléchissait à ce qu'il avait montré à Olivia. Des maisons aux commerces en passant par les hangars et les garages à mécanique, il se dit qu'il lui avait fait faire un tour plutôt complet de ce qu'il connaissait. Il restait encore bien des choses à voir, mais il lui faudrait rester plusieurs mois pour les découvrir ! Neo trouva un banc pour s'asseoir, et ne se priva pas d'y poser son postérieur, en soufflant longuement. Il était fatigué par leurs pérégrinations.
« Pour répondre à ta question de tout à l'heure... Si j't'ai grillée, c'est parce que tu m'a dit que tu détestais les Dockers, mais peu après, tu as dit que t'étais jamais venue à Nordkia. Compte tenu de l'amour fou qui unit notre société, j'ai compris que c'était des bêtises de l'Elite ! » Neo adressa un sourire fier à Olivia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Mer 29 Oct - 9:45

Alors que la brunette attendait de savoir par où partir pour commencer cette visite de Nordkia, elle put constater que Neo avait l’air ravi qu’elle accepte sa proposition. C’était amusant, jusqu’ici elle avait plutôt eu l’impression de l’exaspérer, peut-être était-il heureux de voir qu’elle était prête à changer d’idée sur les docks et les dockers. Les deux Üniks se mirent finalement en route, à pieds pour le plus grand soulagement d’Olivia, même si elle déchanta vite en découvrant les escaliers qui menaient au fond du trou qu’était cette ville. « Vois le bon côté des choses Olivia, ça fera un peu de sport ! » tenta-t-elle de se convaincre alors qu’ils arrivaient à un endroit d’où l’on pouvait profiter de la vue. Neo, appuyé sur une rambarde peu engageante, désigna les points clés de la ville à une Olivia bien moins rassurée et qui restait en retrait, suivant tout de même du regard ce que le docker lui montrait. Cette ville était réellement étrange pour la jeune Elite, comme à Anathorey, tout était l’œuvre des constructions üniks, mais ici, tout semblait tellement plus … fragile et solide en même temps. Ces gens, ces bâtisses, tout était fait pour résister à tout, à n’importe qui, Anathorey derrière son allure impressionnante, ne donnait pas cette impression de force.

Les deux jeunes gens continuèrent leur descente dans la ville creusée à même le sol et la roche, vers le Parterre et à mesure qu’ils descendaient, Olivia se sentait minuscule. Si chaque élite qui se prenait pour le roi du monde prenait la peine de venir découvrir cette vue que l’on a d’en bas, ils comprendraient tous à quel point ils ne sont rien. La brunette secoua la tête, l’Elite était son monde, les Dockers lui avaient enlevé son père. Mais alors que les lumières s’allumaient doucement, descendant en une cascade scintillante vers le Parterre, Olivia se prit à regretter de ne pas avoir connu cette vie qui avait vu grandir sa mère. Elle connaissait ses origines modestes, mais la nouvelle bourgeoise qu’était sa maternelle ne lui parlait jamais des Docks, jamais en bien néanmoins. Pourtant, il semblait à cet instant précis y avoir autant de beau et de bon qu’ailleurs, autant de moins beau et de mauvais qu’ailleurs sûrement aussi. Neo commenta cette petite scène enchanteresse, un sourire radieux accroché à son visage. Il aimait cette ville et cette vie, à n’en pas douter, qui était-elle pour avoir des préjugés sur des inconnus qui n’avaient rien fait contre elle.


La balade se poursuivit et les deux Üniks passèrent devant une sorte de café ou de taverne à l’atmosphère chaleureuse malgré son aspect rustique. Visiblement un endroit où l’on connaissait bien Neo. Olivia grimaça à la remarque de cet inconnu, « une nana », elle leva les yeux au ciel alors que le docker donnait une explication à la présence de cette nana-là. La discussion entre les deux semblait détendue, bon enfant, l’inconnu s’adressa même à Olivia, lui conseillant de ne pas se laisser embarquer par Neo.

« Merci pour le conseil mon bon monsieur. »

Dans un sourire amical, la brunette adressa un léger signe de l’inconnu avant que son guide ne lui fasse signe de continuer la promenade nocturne dans les rues de Nordkia. Ils arrivaient cette fois dans un endroit très animé où se mêlaient diverses odeurs de nourriture, d’épices, où se croisaient des marchands en tous genres dans une agitation de fourmilière. Une vendeuse de vêtement, visiblement étonnée de voir Olivia ou du moins quelqu’un de sa prestance, ne la lâcha plus pendant une bonne poignée de minutes, lui présentant tout un tas de vêtements alors que la brunette ne pouvait que faire signe qu’elle n’était pas intéressée. Elle avait peur d’offenser cette femme, mais elle n’était clairement pas là pour faire du shopping. Neo avait finalement réussi à calmer les ardeurs de la vendeuse à qui Olivia adressa un sourire en chuchotant.

« Je ne manquerai pas de repasser vous voir et de prendre le temps de tout essayer, et peut-être que je pourrai vous faire une bonne réputation dans mon quartier. »

Le docker expliqua ensuite l’organisation et le travail des marchands du Parterre, tout y était fait main, à la sueur de leur front. La jeune Elite secoua la tête en souriant en guise de réponse, non elle n’avait pas eu peur, ou alors juste d’offenser cette femme qui avait l’air tellement pleine d’espoir et de vie. A l’image de Nordkia en somme, tout l’inverse de ce qu’Olivia imaginait de la ville-trou, les gens n’y étaient pas aigris, amers de leur condition, la vie était peut-être plus dure qu’à la surface mais ils semblaient s’en accommoder et vivre heureux. Pouvait-elle à la chaleur de son foyer luxueux dire la même chose ? Les deux üniks se trouvaient désormais devant la vitrine rustique d’une bijouterie et la bourgeoise ne put s’empêcher de regarder la collection proposée d’un air étonné et ébloui. Tout ceci était fait par des mineurs ? Les bijouteries d’Anathorey étaient remplies de bijoux de créateurs célèbres, doués certes, mais étrangement leur travail n’égalait en rien ce qu’elle pouvait voir là, dans les bas-fonds de Nordkia. Concentrée par son étude des bijoux qu’elle voyait là, la brunette fut surprise de voir Neo lui tendre un bracelet.

« Oh tu n’as pas besoin … »

Un souvenir hein … L’Elite se saisit du bracelet et le passa à son poignet droit, regardant d’un œil amusé comme il détonait avec ses autres breloques. Il n’était pas laid, il n’était pas plus beau, il était différent, plus brut, moins soigné, mais tout aussi séduisant. Le bracelet, évidemment ! La balade reprit, se poursuivant dans une rue piétonne où Neo se laissa tomber sur un banc avant de répondre à une question restée en suspens. Il avait fier de lui d’avoir découvert l’identité cachée de la brunette qui le toisa de son regard ambré en croisant les bras un instant avant de poser ses mains sur ses hanches.

« Ce n’est pas ma faute … On ne nous apprend pas vraiment à vous apprécier vous autres dockers, on ne nous apprend pas non plus à vous détester, comme je te l’ai dit, j’ai mes raisons *se laissant finalement tomber sur le banc à côté de Neo, regardant en l’air une nouvelle fois* Mais j’ai eu tort, et je m’en excuse. J’ai mal jugé cet endroit, et je t’ai mal jugé. Je ne pensais pas que cette ville pouvait renfermer autant de … belles choses. Merci … »

Olivia se tourna vers Neo et lui adressa un sourire, non pas narquois comme elle avait pu le faire plus tôt mais chaleureux et empli de remerciements sincères. Elle se releva d’un bond, détournant le regard avant de bafouiller sans se retourner, jouant avec ce bracelet souvenir qu'elle ramènerait de sa visite à Nordkia.

« B-bien … tu as peut-être envie de te débarrasser de moi pour pouvoir te reposer maintenant … J-je devrais rentrer et je devrais pouvoir rentrer seule enfin … peut-être pas … »

En réalité Olivia ne pensait pas le moins du monde pouvoir rentrer seule, d’une il fallait qu’elle retrouve son chemin jusqu’à la surface, de deux il fallait qu’une fois à la surface elle retrouve son chemin pour sortir des Docks, et si le Parterre était un endroit enchanteur, les Docks ne l’étaient pas le moins du monde. Oui, elle avait encore besoin d’aide pour quitter cet endroit, mais Neo avait peut-être mieux à faire, ou peut-être pas après tout. Et peut-être que l’Elite avait envie de profiter encore un peu de l’atmosphère de cette ville, avant de revenir chez elle, seule face à son enquête inutile et aux facéties d’Anathorey.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Ven 31 Oct - 21:24

Neo n'était pas peu fier de la visite guidée qu'il avait faite de Nordkia à la jeune curieuse. Ils n'avaient fait qu'un tour plutôt général de ce qu'on pouvait trouver dans la cité, mais elle avait au moins pu voir l'envers du décor. Et il restait tant à voir ! Il éclata de rire quand Olivia lui dit qu'à Anathorey, on n'apprenait pas aux jeunes gens à aimer Nordkia. Logique, dans une capital princière, on aime ceux qui ont les mains propres. Mais Neo n'était pas de ceux qui se vexaient des discriminations, étrangement. Pourtant son père était mort dans d'atroces souffrances, causées par une décision capricieuse de la Princesse Ulthia. Mais qu'importait en définitive, puisqu'il ne reviendrait pas. Les beaux discours ont leurs limites. Il était sans doute trop immature, ou trop oisif. Ou bien foncièrement réaliste pour savoir qu'un petit mécanicien comme lui ne pouvait pas sauver le monde.
Avec timidité, Olivia s'excusa d'avoir mal jugé les Dockers, et leur cité. Plus encore, elle remercia Neo de lui avoir montré la beauté de Nordkia. Cela interpella le jeune homme, radieux, car il avait réussi. Olivia s'était faite sa propre opinion des lieux. Le fait qu'elle soit positive était autrement plus enthousiasmante et dépassait ses maigres espérances. Heureux comme un pape d'être parvenu à un tel tour de force, il lui sourit de nouveau et lui lança amicalement :
« Tu parles, j'ai rien fait ! J't'ai juste montré l'autre côté des choses. Si ça t'a plu, c'est l'pied ! »

Détendu, il croisa les bras derrière sa nuque. Qu'allait bien vouloir faire Olivia, à présent ? Elle s'était montré très gentille avec les gens qu'ils avaient croisé. Pas du tout hautaine ou snob avec la petite vendeuse qui lui avait sauté dessus, ni méprisante avec son pote qui l'avait fait passé pour un obsédé de renom. Elle avait écouté Neo avec l'attention et le recul d'un élève calme. Pourtant de la part d'une Élite, on aurait pu s'attendre à bien des choses, en somme une forme de dédain pour tous les gens qui vivaient ici. Elle avait même accepté de prendre le bracelet à trois sous qu'il lui avait acheté. Mieux encore, elle le portait à son poignet. Peut-être que ce n'était que de la politesse, mais Olivia faisait preuve de bonne volonté. Neo était satisfait de ce qu'elle ait bien voulu joué le jeu.

Soudain, Olivia se leva du banc sur lequel elle avait rejoint Neo, et lui tourna le dos. Elle dit qu'il était sans doute temps pour elle de rentrer chez elle, au cas où il veuille se débarrasser d'elle. Il haussa les sourcils, étonné. Elle dit qu'elle devrait sans doute rentrer chez elle seule. Peut-être, mais peut-être pas. Elle avait l'air un peu mal à l'aise. Neo éclata de rire encore une fois, et se leva pour ébouriffer affectueusement la chevelure d'Olivia :
« Hahaha ! T'es mignonne ! J'ai pas très bien compris ce que tu veux, mais saches que tu peux rester ici pour la nuit si tu veux. Mais si tu préfères rentrer chez toi, j'te ramène ! En secret pour pas qu'on te voit avec moi à Anathorey ! » Et il lui adressa un clin d’œil complice. Il l'aimait bien, la petite Olivia. En fait, il ignorait si elle était si petite que ça : il était plus grand qu'elle en taille, mais en âge rien n'était moins sûr.

« En fait, moi aussi j'avais des idées toutes faites. J'pensais que les filles de l’Élite, c'était des bêcheuses puissance mille. Je pense pas avoir eu une vision très étayée de toutes les nanas d'Anathorey à travers toi, mais j'me dis qu'il y en a au moins une de sympa. Neo leva les yeux vers le ciel étoilé, inspiré par sa bonne humeur.
  « Et j'trouve ça vraiment cool, pour tout avouer ! Quand j'pense que j'ai cru que tu vendais tes charmes, tout à l'heure. J'ai été un peu con, sur ce coup là. Scuse moi !»

Qu'aillait-elle décider ? Neo n'était pas fatigué, et n'avait rien de mieux à faire que de se balader pendant la nuit. Quand il avait de longues journées de travail, il aimait à se détendre le soir, quitte à ce qu'il veille longuement. Cela n'avait aucune importance pour lui. Il serait le brave guide d'Olivia encore quelque temps si elle le désirait. Ou tout autre chose, son copain de banc pour papoter, son chauffeur pour la ramener. Ce n'était pas les hypothèses qui manquaient. Toutes convenaient à Neo, même s'il fallait bien l'avouer, la compagnie de la jeune femme lui était très agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Lun 10 Nov - 11:45

Cette journée devait être une date clé dans l’enquête qu’Olivia menait sur la mort de son père, voire même sur la vie de son père, mais au final par un hasard malencontreux, la journée s’était avérée être pour elle une découverte du monde dans lequel sa mère avait grandi et dont elle ne parlait que rarement pour ne pas dire jamais. Et celui qui n’était au début de la balade qu’un mariolle de docker, s’était avéré être quelqu’un d’agréable loin des clichés qui emplissaient la tête de la jeune élite. Oui, Olivia se sentait stupide d’avoir eu tous ces aprioris sur Nordkia et sur Neo, même si d’un autre côté il ne pouvait en être autrement pour elle qui avait grandi bercée par ces ragots. Même une mère d’origine pauvre n’avait pas réussi à aller contre ce qui était raconté des Docks aux enfants de l’Elite. Neo semblait ravi de voir que sa visite avait permis d’ouvrir les yeux d’Olivia sur ce monde qu’elle ne connaissait pas, elle avait fait sa BA de la journée. Alors que la brunette attendait de savoir si elle devrait retrouver son chemin seule sans réellement l’avoir demandé, elle entendit Neo éclatait de rire. Il se moquait d’elle, super. Mieux encore, il se leva et lui ébouriffa les cheveux comme on l’aurait fait avec un enfant. Intérieurement, Olivia était en ébullition, extérieurement elle était rouge, de colère et peut-être d’autre chose.

Le docker, après avoir proposé deux alternatives à la bourgeoise, lui expliqua que lui aussi était bourré d’aprioris sur l’élite, sur les filles de l’Elite précisément. Neo faisait son mea culpa comme Olivia l’avait fait, chacun avait pu apprendre un peu plus du monde de l’autre, des mondes très différents et dont au final on ignorait tout si l’on n’avait pas grandi à l’intérieur. La brune laissa sa petite colère de côté pour sourire, ravie de savoir qu’elle avait également pu changer sa vision des choses, alors que Neo de son côté s’excusait pour l’erreur de jugement qu’il avait commis plus tôt. La jeune Elite pouffa de rire avant de se rapprocher de lui en affichant un air supérieur.

« Et même si je les vendais, mes charmes, personne ici n’aurait les moyens ! Rester ici pour la nuit ne sera pas possible, ma mère se ferait un sang d’encre si je disparaissais comme ça, mais … je ne dirais pas non à un guide, chauffeur, escorte pour revenir dans la capitale. Qui sait peut-être que la prochaine fois je serai capable de trouver mon chemin toute seule dans ce dédale. »

La prochaine fois oui, parce qu’Olivia comptait bien revenir maintenant qu’elle avait découvert le monde des Dockers. Non pas qu’elle se soit découvert une véritable passion pour Nordkia, mais maintenant qu’elle comprenait un peu mieux leur vie, il lui serait plus facile d’enquêter pour comprendre comment vivait son père en ce lieu lorsqu’il y était de garde. Elle n’avait pas pu rencontrer de source ou d’indic’ ce jour-là mais elle avait appris quelque chose de bien plus important, elle avait appris comment faire pour se déplacer dans la ville trou, sans chercher à se cacher derrière une longue cape dans des ruelles sombres. Ajustant sa coiffure qui avait été un peu chamboulée par le geste amical du docker, Olivia reprit d’un ton plus bas.

« D’ailleurs, peut-être que la prochaine fois je pourrai arranger un séjour plus long à Nordkia et repenser à ton offre … *pouffant de rire avant de lui tirer la langue* Bien, je te suis pour regagner la surface. »

Reprenant une attitude plus froide mais tout de même agréable, Olivia se recula d’un pas, attendant son guide touristique pour quitter les lieux. Elle était vraiment incapable de remonter vers les Docks toute seule ou du moins de retrouver l’escalier escarpé qui permettait de regagner les Docks.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Dim 14 Déc - 18:00

Olivia décida qu'il était temps de rentrer chez elle. Neo acquiesça, et chercha du regard les galeries les plus proches qui les mèneraient rapidement à l'endroit où il avait laissé la Skooth.
«  Ok, j'te ramène à la capitale ma grande !  » déclara-t-il joyeusement. Olivia lui confia qu'elle envisagerait à l'avenir de revenir à Nordkia. C'était là un point qu'il avait oublié. Il avait dû se poser la question à un moment où à un autre, mais la visite lui avait fait complètement oublié ce détail : qu'est-ce qu'une Élite pouvait bien vouloir faire à Nordkia ? D'autant plus qu'à la base elle était plutôt hostile à la cité. Neo haussa les sourcils avec curiosité, et se pencha un peu vers la jeune femme, comme pour chercher une réponse écrite sur son visage.
* Bah, qu'est-ce que ça peut me faire de toute façon ! * songea-t-il, à défaut de trouver une explication tout seul. C'était pas évident, il fallait réfléchir, faire des suppositions, prendre de la hauteur et analyser certains trucs. Il avait envie de bailler rien qu'en y pensant.

Il adressa un sourire complice à Olivia :
« Content que tu prévoies de rev'nir. Si jamais tu m'vois, hésite pas à me faire signe. » C'était plutôt rare que Neo propose cela à une jeune femme, surtout s'il l'avait rencontrée le jour même. Mais il n'avait pas eu une approche si oisive que d'ordinaire avec Olivia. Peut-être que sa noble origine l'avait poussé à ne pas faire trop le malin, finalement. Dans tous les cas il n'était pas contre l'idée de la revoir un jour.
Il lui fit signe de le suivre, et les fit grimper de nouveau sur les Docks après quelques minutes de marche. Quand ils retrouvèrent la Skooth, Neo en épousseta un peu le siège avant de proposer à Olivia de monter dessus. Il l'enfourcha à son tour, et posa ses mains sur les commandes, déjà très désireux de faire des pointes de vitesse. Toutefois la présence féminine derrière lui le ramena à la réalité. S'il filait à toute allure dans le désert comme il l'aimait, Olivia risquait de hurler de peur. C'était tout Nordkia qui entendrait leur départ et Anathorey qui serait prévenue de leur arrivée... Il n'y avait qu'une seule solution, qu'il se fit un plaisir de proposer à Olivia, l'air espiègle :
« Hors de la ville, je roule hyper vite. Donc si tu veux pas vlaser dans l'décor, je te conseille de m'tenir par la taille. »

A peine l'avait-il prévenue que Neo baissa sur ses yeux les X-Glasses, et démarra dans un grondement mécanique monstrueux. Les phares photosensibles de la Skooth s'allumèrent, et il fila dans les ruelles des Docks pour atteindre la surface. En conducteur chevronné et habile, Neo arrivait parfaitement à conduire précisément son engin, et les mena en très peu de temps en haut des Docks. Sur le grand plateau de pierre, lèvres ouvertes de l'entrée de Nordkia, débouchaient quelques routes pour descendre gentiment dans le désert froid les séparant d'Anathorey. Mais ce n'était absolument pas amusant de passer par les chemins déjà tout tracés par autrui, et c'était encore un coup à se coltiner les gardes de la Cité... Neo n'avait aucune envie de leur faire perdre du temps. Il se retourna légèrement pour s'adresser à sa passagère :
« Accroche-toi bien Olivia, on va faire le grand saut !  » lui lança-t-il d'une voix forte pour être sûr qu'elle l'entende. Elle avait tout intérêt à suivre le conseil du Docker, car il fonçait droit vers les rebords des Docks, hauts d'une dizaine de mètres au dessus du désert là où il n'y avait aucune route pour amorcer la descente. Ils allaient tous deux faire un saut dans le vide. Neo accéléra encore un peu, de sorte que la vitesse soit suffisante pour les projeter dans les airs sans danger. Ils décollèrent en quelques secondes.

Alors que la Skooth chutait vers le sol sombre du désert, Neo poussa un cri de joie comme il le faisait toujours lorsqu'il conduisait à vive allure, les tripes serrées par l'adrénaline et l'excitation de la vitesse. Il ne craignait pas de faire des cascades dangereuses : la Skooth était une large moto dont les suspensions pouvaient résister au plus redoutable des séismes, et ses X-Glasses lui affichaient juste sous les yeux une analyse précise du paysage et des objets environnants. Lorsqu'ils atterrirent, la Skooth rebondit sur quelques mètres, sans qu'aucun des deux passagers ne subisse le moindre mal, et l'engin repartit plus véloce que jamais au travers du désert plat et froid. Le vent qui fouettait le visage de Neo lui faisait le plus grand bien. Quand tout son corps vibrait sous l'impulsion du moteur de la Skooth, quand il fuyait Nordkia de toute la force de son cœur, quand il cherchait par la vitesse à faire sortir son esprit de son tout petit corps d'Ünik, il avait l'impression qu'il était vraiment vivant, et qu'aucune sensation au monde ne saurait l'ébranler de façon plus délectable. Aucun alcool n'aurait su être suffisamment fort et enivrant, aucune femme n'aurait jamais pu être aussi douce, aucun coup n'aurait pu être assez puissant pour lui faire retrouver une sensation aussi intense que d'aller vite, sur la Skooth qu'il avait conçue avec son père.

Au loin, les lumières d'Anathorey se rapprochaient toujours plus. Neo demeura silencieux tout le long du voyage, avide du plaisir de rouler, et complètement absorbé par l'obscurité de la nuit. Il espérait ne pas avoir trop effrayer Olivia. Si tel était le cas il pourrait s'asseoir sur toutes retrouvailles avec elle, et il n'aurait laissé qu'une image de jeune type immature à l’Élite. Est-ce que cela le blessait ? Il n'en avait aucune idée. Quelque part, cela ne devait pas l'affecter plus que cela. Mais peut-être qu'au fond, un petit peu. Neo n'aimait pas se prendre la tête sur des choses aussi futiles, et l'arrivée devant un des portails d'entrée d'Anathorey fut un prétexte bienvenu pour qu'il arrête d'y réfléchir.
A distance raisonnable des Chevaliers qui gardaient la capitale, Neo arrêta la Skooth, et laissa Olivia descendre. Il replaça les X-Glasses sur son front, et adressa un sourire à Olivia.
« Voilà Miss. T'es chez toi. J'espère qu'un jour, tu m'feras visiter la capitale à ton tour ! Chuis jamais rentré. Faudrait pourtant que j'aille voir le palais de cette chère Ultiah, un jour... » Ouais, allez voir le palais de Mémère la princesse. Ça le faisait marrer rien que d'y penser.
«  Bon... est-ce que t'as encore besoin de moi ?  » Neo n'était pas pressé, il avait toute la nuit devant lui pour vaquer à ses occupations. Mais si Olivia ne jugeait pas qu'elle avait encore besoin d'une escorte, il s'en irait avec le sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Neo]   Lun 22 Déc - 9:03

L’ascension vers les Docks pouvait commencer maintenant que Neo avait accepté de la raccompagner, Olivia serait donc chez elle dans peu de temps sûrement, elle n’avait pas vraiment la notion du temps en ce qui concernait le trajet entre les deux capitales. C’était d’ailleurs plutôt idiot car cela aurait pu bien l’aider pour savoir quand rentrer, quand revenir, mais la brunette n’y avait pas prêté attention en partant le matin. L’élite remarqua l’interrogation sur le visage de Neo mais ne chercha pas à savoir ce qui la causait, s’il avait une question à lui poser, il pourrait toujours le faire sur le chemin du retour, s’il ne la posait pas c’était qu’elle n’était pas importante. Alors que les deux Üniks grimpaient vers la surface, Neo l’invita à le prévenir si toutefois elle devait revenir à Nordkia. Pour sûr elle le ferait, avoir un guide dans cette ville inconnue était une aubaine, et la compagnie du docker n’était pas désagréable, même s’il s’était montré un peu rustre au départ. Quelques minutes de marche les menèrent jusqu’à l’engin motorisé de malheur du jeune homme, il faudrait effectivement passer par là pour rentrer, un détail qu’Olivia avait quelque peu oublié. Une fois le siège poliment épousseté par le docker, la jeune bourgeoise fut invitée à s’asseoir avec plus de discrétion que la première qu’elle avait pu monter sur la moto.

« Hyper vite ? »

Olivia n’obtint pas plus de détails que Neo avait déjà démarré l’engin et filé à travers les ruelles des Docks. Pour l’instant la brune n’avait pas réellement peur, leur escapade plus tôt pour fuir à la foule s’était avérée plus rapide et effrayante. Mais ils n’étaient pas encore en dehors de la ville, ce qui ne tarda pas. Les deux Üniks arrivèrent sur les plateaux rocailleux qui indiquaient la sortie des Docks et l’approche du désert. Fort heureusement quelques routes permettaient de rallier les deux villes. Malheureusement, au ton de Neo, Olivia comprit vite qu’il ne prévoyait pas d’emprunter ces jolies petites routes, agréables et calmes. « Le grand saut » ? N’étant pas certaine du prochain mouvement du pilote, Olivia se rappela tout de même son conseil et enroula ses bras autour de la taille de Neo, d’abord délicatement pour ne pas le déranger dans sa conduite. Mais à mesure que le précipice approchait, l’élite resserra son étreinte, à tel point qu’elle craint de le couper en deux. La brunette se mit à crier alors que la moto flottait un instant dans les airs avant d’amorcer sa chute vers le sol du désert. Son cri s’arrêta net une fois au sol et elle réalisa alors qu’elle avait préféré fermer les yeux et enfoncer sa tête entre les épaules du Docker. Elle se recula aussitôt en se promettant de le tuer une fois qu’ils seraient arrivés à Anathorey. Elle perçut néanmoins sa réaction à lui, il n’avait pas l’air d’être le moins du monde effrayé par ce saut, il avait juste l’air de s’amuser comme un enfant. Après tout chacun avait sa façon de s’amuser, sa propre façon d’oublier la misère du quotidien. Même si celle de Neo venait de flanquer une sacrée peur à la brunette assise derrière lui.

Le reste du trajet s’avéra calme, reposant même. Le ronron du moteur, le calme du désert, finalement Olivia commencerait presque à apprécier cet engin de mort. Elle bailla timidement avant de laisser retomber sa tête sur le dos de Neo, fermant les yeux pour faire une petite sieste, bercée par le bruit de la moto. Elle se tenait toujours au docker, au cas où il essaie de faire de nouvelles cascades inédites, mais l’élite était bien plus rassurée. Olivia resta somnolente un petit moment, jusqu’à ce que la moto s’arrête et la force à rouvrir les yeux. Anathorey n’était plus qu’à quelques mètres, elle pouvait en voir les lumières. Ces deux villes étaient si différentes. Anathorey était lumineuse lorsqu’on la voyait pour la première fois, sombre lorsqu’on en connaissait certains aspects. Nordkia était tout son contraire, un gouffre béant qui pouvait effrayer mais en réalité un cœur battant chaleureux et accueillant. Elle comprenait désormais pourquoi son père n’avait jamais eu l’air triste de devoir passer une partie de ses journées là-bas plutôt que dans la capitale de l’Elite. Tout en réfléchissant, Olivia descendit de la moto et tituba un instant, ses jambes étaient encore un peu troublées par la peur due au saut.

« Si tu raccompagnes toujours les filles chez elles comme ça, ça m’étonne pas que tu sois obligée de changer de copine souvent *inspirant profondément en posant ses mains sur ses hanches avant de relever la tête en souriant* Merci pour la balade. »

La brunette s’apprêtait à tourner les talons, saluant discrètement Neo avant de faire une moue pensive. Elle avait perdu la notion du temps à Nordkia, mais à en juger par les gardes qui tenaient la porte plus loin, il n’était pas si tard que cela. Elle avait appris à reconnaître chaque garde et chaque changement de garde, lorsqu’elle était enfant c’était un moyen pour elle de passer le temps après la mort de son père. Elle espérait sûrement qu’il apparaîtrait entre deux changements, ce qu’il n’avait jamais fait malheureusement. Elle était donc certaine que ces deux bonhommes là-bas étaient en poste pendant quatre heures, entre vingt heures et minuit, après quoi ils échangeaient leur place avec deux autres bonhommes qui resteraient là jusqu’à quatre heures du matin. Sa mère ne s’inquièterait pas tant qu’elle revenait avant minuit. La brunette se retourna vers Neo qui s’apprêtait  à partir.

« Je ne promets pas que la Princesse pourra te recevoir ce soir sans avoir demandé d’audience auparavant mais … je connais quelques endroits intéressants, peut-être que toi aussi tu pourrais changer d’idée sur l’Elite … »

Attendant la réponse du Docker, Olivia réfléchit rapidement à un moyen d’entrer. Passer par la grande porte était hors de question, il y avait bien trop de contrôles là-bas, même cette porte secondaire à quelques mètres d’eux était encore trop contrôlée. Mais quelques mètres à l’est de la ville, il y avait à cette heure-ci un garde qu’Olivia connaissait, il gardait la porte seul et accepterait de laisser entrer son ami sans trop de question. C’était là qu’ils se dirigeraient si Neo acceptait de découvrir un peu la capitale de l’Elite ce soir. Espérait-elle qu’il accepterait ? Peut-être un peu oui.

SUITE DU RP
Revenir en haut Aller en bas

La curiosité est un vilain défaut [Neo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» La curiosité est un vilain défaut [Nicolas de Ruzé]
» La curiosité est un vilain défaut chère filleule [Fae]
» [Défi] La curiosité est un vilain défaut...
» La curiosité est un vilain défaut ! || PV Sapy
» O1 - La curiosité est un vilain défaut. | Allyson [TERMINER]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins ::  Urban City  :: Nordkia :: Docks de Nolmë-