Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

Malice et Curiosité, soeurs de Petites Calamités.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: Malice et Curiosité, soeurs de Petites Calamités.   Dim 12 Oct - 22:30

[Quête: La malédiction du clan Zalëon]
[PV Fleya-Kyubi]



Marcher, marcher, marcher. Voilà qui résume bien sa principale activité depuis qu'il a quitté Saito. Tout d'abord pour trouver refuge auprès des siens, et ce ne fut pas une petite tâche, car n'ayant pas de grandes connaissances sur le monde extérieur, il avait dû errer ici et là, en quête d'information, marchant des fois plusieurs jours sans rencontrer âme qui vive, pour trouver la Cité Neutre. Et c'était sans parler de la traverser du No Man's Land. Il a d'ailleurs bien cru qu'il y laisserait sa peau, ses processeurs, ses os et Raï dans ce désert. Mais fort heureusement, il trouva la cité avant cela. Enfin, on le trouva non loin de la Cité, et l'on put l'y guider.

Mais les choses ne s'étaient pas bien améliorées, bien qu'il y avait de quoi survivre, il a dû errer dans les rues d'Ishval avant de se faire une petite place. Il a donc enchaîné quelques petits boulots, ici et là, surtout dans le but encore utopique d'améliorer la cité. Mais est-ce vraiment un but où juste une nécessité, un travail utile pour le bien de tous, comme tirer des câbles d'un point A à un point B afin de disposer de l'énergie électrique?

C'est pendant qu'ils s'émerveillaient devant la beauté des deux lunes un soir, se trouvant par un pur hasard sur la plus haut point de vues de la ville, attisé par la curiosité et la beauté de la chose, qu'il entendit parler de cette légende. En effet, en contre-bas, deux Cyborgs, d'anciens Uniks, discutaient d'une histoire extraordinaire, mettant en scène un esprit du nom de Khamui, une grande famille connu pour être pacifique, et d'une jeune fille pleine de curiosité et de Malice. Pour les deux cyborgs, il ne s'agissait là que d'un conte pour tenir les enfants un peu trop curieux et turbulents en place. Mais pour  Kyubi, cette histoire avait aiguisé au plus haut point sa curiosité et son émerveillement. Ce n'est pas tant la tragédie de la chose qui le poussa à l'aventure, mais surtout la curiosité. Quel est cet étrange objet? Et où ce cache cette fille depuis tant et tant d'années? Il fallait résoudre ce mystère.

C'est donc devant un épais portail plein, arborant des reliefs en fer forgé, que ce retrouve les Qantiks, après un long voyage. Le manoir, visible de loin, est totalement caché derrière ce grand portail, et cette longue palissade, délimitant les frontières de leur terrain, comme pour cacher le mal qui s'y terre.

Le portail est une véritable oeuvre à lui seul. Sur un fond plat, une grille en relief ressort clairement de chaque porte. Une série de barreaux fins verticaux, à distance régulière, s'élèvent de bas en haut, pour rejoindre la cime de la porte, elle, courbée. Celle-ci commence d'un haut point, à environ trois mètres du sol. pour descendre en forte courbe  sur cinquante centimètres, pour s'aplanir ensuite sur un bon mètre cinquante, et enfin remonté dans une courbe encore plus prononcée sur quarante centimètres, rejoignant la hauteur de base, pour redescendre et s'élancé dans une petite spirale sur les derniers trente centimètres. Bien sûr, les deux portes sont parfaitement symétrique. Un barreau sur deux dépasse la cime courbée, pour se terminait par une pointe forgée. Mais toute la beauté de l'oeuvre réside dans ses autres barreaux horizontaux, obliques, courbés, représentant parfaitement les courbes d'une vigne feuillue, mais aérée, forgées, donnant un relief inégalable.

En dehors du portail, la palissade est en brique, et si et là, de manière presque aléatoire, des branches de lierres synthétiques donnent l'impression de grimper au mur, sans pour autant le recouvrir, étant de manière disparate. Le tout s’harmonisant à merveille avec le portail.

À la droite de celui-ci, un interphone semble être posé là. imbriqué dans le mur, tel un intrus dans le décor, pourtant fermé, qu'offrait cette petite muraille.

Alors qu'il observe le portail, hésitant entre faire le mur et sonner à l'interphone, il aperçut une silhouette s'approcher dans sa direction. Une femme. Jeune femme. Au fur et à mesure qu'elle se rapproche, il la dévisage, relevant tous les détails qu'il juge intéressant. La jeune fille semble perdu, car en plus de son air hagard, elle ne semble pas marcher vers un but, mais plutôt avancer au grès du vent. C'est une chose qu'il connait bien maintenant.

Il s'approche d'elle, inoffensif, et s'arrête à bonne distance. Il semble réfléchir avant de la saluer de la tête et de lui lancer un
"Bon soir?". Il n'est pas encore familier avec les règles de bonnes formes. Il faut dire qu'avant son échappé, il ne sortait jamais en dehors de ses missions, et donc ne rencontrer pas beaucoup de monde. Hors, il n'a pas été conçu pour la bien séance, mais plutôt comme une arme de front. Les Qantiks d'abord! D'ailleurs, c'est un pur hasard d'être un jour tombé sur ce frère d'arme qui lui parla de Nyna. Mais c'est une autre histoire. Il sait qu'il doit continuer la conversation, et c'est très franchement qu'il lui sort ces quelques mots:

"Es-tu la fille du conte de Zalëon? Est-ce toi qui a dérobé l'objet de l'esprit Khamui?"

Il la fixe, attendant une réponse quelconque de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Malice et Curiosité, soeurs de Petites Calamités.   Lun 13 Oct - 1:21

Initialisation de la séquence de récupération.... Restauration du système terminé. Chargement des données en cours.... Chargement terminé. Analyse des processeurs.... Fonctionnalités opérationnelles.

Fleya ouvrit les yeux. Elle ne reconnut pas cette endroit. Elle s'était endormie dans la chambre du maître, chez ce dernier. Alors pourquoi s'était-elle réveillée ici ? En milieu extérieur ? Son maître lui aurait-il donné l'ordre de se rendre là ? Impossible, sinon elle aurait enregistré l'ordre dans sa mémoire à court terme. Celle-ci comme celle à long terme n'avaient aucune trace de données de ce genre. Une défaillance de ses programmes ? Possible, après tout elle n'avait pas finis de restaurer l'intégralité de ses applications et de ses fonctions depuis l'explosion de son laboratoire. Curieusement, ce ne fut que maintenant qu'elle assimila que ce laboratoire avait été le foyer qui l'avait vu naître. La maison du professeur Hojo.... Mais à présent elle avait un nouveau foyer. Un nouveau maître. Et il allait surement se faire un sang d'encre s'il voyait qu'elle avait encore disparu !

Elle évoluait complètement au hasard, ne sachant pas où elle se trouvait. Elle en profita pour établir un mappage de cette nouvelle zone inconnue. Une sorte de cartographie intégrée qui l'aidait bien. Même si pour l'heure elle n'avait aucun nom à mettre sur ces lieux. Elle regardait partout autour d'elle l'air distraite et hagard. Elle remarquait la forme des buisson, les différents feuillages qu'ils avaient. Elle répertoriait de nouvelles odeurs, des nouveaux horizons, jusqu'aux différentes textures qui s'offraient à elle. Et plus loin, une silhouette se dessinait. Elle s'arrêta progressivement jusqu'à ne plus bouger pour le laisser approcher. Elle essayait de déterminer ses intentions. Il ne semblait pas hostile, et surtout, il n'était pas Ünik, ni Hybrid. Un Qantik. Elle analysa au maximum ce que son apparence extérieur pouvait révéler de lui. Elle inclinait légèrement la tête sur le côté, lorsqu'il vint à sa rencontre. Il la salua et lui demanda si elle correspondait à une identification bien précise. Sans sourciller elle lui répondit en le fixant avec ses grands yeux bleus, droit dans les siens.

-Identité : Fleya, Quantik de catégorie A, version d'utilisation 7.8.9. . Je n'ai dérobé aucun objet de quelque nature qu'il soit. Quelle est votre identité ?

Elle observa les alentours, comme cherchant quelque chose. Mais elle ne trouva pas cette chose en question. Ce qui l'intrigua énormément. Pour elle, un Qantik sans maître était une chose très étrange. Soit le Qantik avait perdu son maître comme elle avait perdu son créateur. Soit son dernier maître l'avait abandonné. Elle avait encore tant à découvrir, elle qui n'avait qu'une maigre année de vie, et qui avait passé la quasi totalité de cette dernière entre les murs rassurant du laboratoire d'Hojo. Les tumultes du monde extérieur, de même que l'histoire de ce dernier, tout cela lui était étranger. Elle ne connaissait rien, elle avait tout à apprendre, et elle ne souhaitait que cela, apprendre.... Sur tout, sur n'importe quoi, elle voulait remplir cette mémoire bien trop vide qui pouvait tout accueillir. Ce Qantik d'ailleurs, devait surement avoir plus d'expériences, et donc de données qu'elle. Peut-être voudrait-il bien répondre à quelques questions ? Et ce fut avec autant de tac et de diplomatie dont elle était capable, elle se mit à accable son pauvre comparse de questions.

-Où est votre maître ? Pouvez-vous me dire où nous sommes ? Savez-vous comment rejoindre Anathorey ? Qui est cette fille voleuse que vous cherchez ? Pourquoi la cherchez vous ? Êtes-vous un Qantik milicien ?

Elle lui avait demandé tout ça d'une traite avec un aplomb et un naturel déconcertant. Sa voix était douce et calme, son expression neutre bien que son regard était éveillé et profond. Fleya n'était pas du tout douée pour les relations social, ni même les us et coutumes des civils. Elle avait identifié le salut de son comparse, mais il ne lui était jamais venu à l'esprit qu'on devait rendre un salut. Elle avait cependant fait des effort pour ne pas employer systématiquement son jargon informatique ou cybernétique pour répondre aux questions qu'on lui poser ou juste pour communiquer. Elle commençait aussi à acquérir l'utilisation du "je" ce qui était en soi une grande avancée dans son évolution. Elle resta plantée là, devant lui, avec ses allures de poupée géante. De part sa présentation très formelle, il savait que c'était une Qantik cyborg intégrale, et d'une génération qui n'était même pas censé avoir vu le jour. Cela dit il ne pouvait pas encore savoir qu'elle était le résultat d'une recherche militaire hautement avancée.... Et son allure n'était pas pour aiguiller vers cette hypothèse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Malice et Curiosité, soeurs de Petites Calamités.   Lun 13 Oct - 18:47

Le vent commence à se lever doucement, et malgré les arbres qui les entourent, le souffle froid d'une brise du nord fait soulever leurs cheveux. Il fait sombre, une faible lueur éclaire encore le ciel, mais c'est le moment de la journée où il ne fait pas assez sombre pour devoir s'éclairer mais pas assez jour pour pouvoir se détailler correctement.

La jeune femme s'est stoppé un peu que Kyubi arrive à sa porté, et il doit faire un pas de plus pour pouvoir l'observer distinctement. Pour certaines personnes, voir une jeune fille ainsi vêtu au milieu de cette clairière, au porte d'un manoir d'éxilé, tout ceci aurait pu paraître louche à n'importe qui. Mais pour notre hubot, il n'y avait rien d'anormal. Il note à sa façon de parler que c'est certainement une Qantik elle aussi, bien que rien ne le laisse transparaître extérieur. Tout du moins pour lui.


- Identité: Specimen S32-41/8, nom: Kyubi. Qantik d'Infiltration. Protocoles Martiales.

Alors qu'elle semble chercher quelque chose autour d'eux, il se permet de regarder lui aussi. Puis il se souvient de ce que lui avait dit Saito.

- Mais à présent, nommez moi Kyubi Skydreamer.

Il fronce les sourcils. Ceci lui parait encore étrange, et il n'est pas habitué à tout ceci. Il laisse s'écouler alors un long blanc. Elle n'est pas celle qu'il recherche. Mais doit-il se retourner et partir? Qu'aurait fait Saito? Peut-être aurait-il dû passer plus de temps avec elle. Pour elle, tout sembler plus naturel, et elle savait le détendre. Là, tout semble encore très protocolaire. Il n'a donc pas grand chose à apprendre de cette personne. Il change son regard de direction pour fixer à nouveau la palissade, et alors que son corps commence à suivre le mouvement de sa tête, la jeune Qantik commence à l'interroger. Il lui fait donc à nouveau face, répondant à ses questions à la suite, comme s'il s'agissait d'un débriefing militaire.

-Où est votre maître ? Pouvez-vous me dire où nous sommes ? Savez-vous comment rejoindre Anathorey ? Qui est cette fille voleuse que vous cherchez ? Pourquoi la cherchez vous ? Êtes-vous un Qantik milicien ?

- Je ne connais pas sa position actuelle. Nous sommes au pied du manoir du clan Zalëon, cordonnées: 134-87-29-9/134-86-27-6. Non. La fille du clan Zalëon...

Puis, il marque une pause. La question "pourquoi" lui pose problème. Nous sortons des protocoles qui lui ont été inculqués. C'était sa volonté, son initiative, et ceci n'est pas encore bien clair. Il la fixe, laissant un nouveau blanc qui aurait rendu mal à l'aise d'autre personne.

- Le récit de son histoire m'a poussé à la chercher.

Voilà la réponse la plus logique qu'il puisse émettre, dans un vocabulaire qu'il est à même de comprendre. Ces mots dont il connait le sens, dénudé de sentiments farfelues. Enfin la dernière question l'interpelle à nouveau.

- Qantik Milicien? Je ne fais parti d'aucune milice. Comment définissez vous un Qantik Milicien? Êtes-vous un Qantik Milicien? Sont-ils aussi les enfants de Nyna comme le conte Tzeta 98/5C Thomason?

Cette fois, sa posture change. Alors que jusque là, leur conversation avait suivi les règles protocolaires de bases, voilà que celle-ci émet de nouvelles questions qui attire sa curiosité. Il adopte donc une position plus naturelle, plus détendue, relâchant les épaules, mais surtout un regard curieux, ce qui contraste nettement avec sa posture droite, tel un soldat au garde à vous, répondant aux questions d'un officier ou d'un autre soldat.

De plus, le ton de sa voix a changé lui aussi. Alors qu'il parlait haut et fort sur les questions protocolaires, pour la suite, il a diminué le volume de sa voix, chuchotant presque. C'est que ce genre de conversation était proscrite, même s'il n'y avait à priori personne autour. D'ailleurs, ses yeux parcourent, en ce même instant, les alentours, sans bouger la tête pour éveiller le moins de soupçon possible.

Une nouvelle brise s'élève, et par se temps automnale, quelques feuilles rougies prennent leur envole, tourbillonnant entre les deux protagonistes, avant d'atterrir contre le mur, et de retomber au sol, coupées de leur élan, arrêtées dans leur lancé. Quelques gouttes tombent du ciel, l'air est chargé en humidité, cependant, le temps ce tient, et le ciel est mitigé. Avec la nuit prenant lentement le dessus sur le jour, la température baisse. Il fait frais, et une étrange atmosphère semble naître autour des deux Qantiks, mais sont-ils en mesure de définir ce qu'est l'étrangeté?


Dernière édition par Kyubi Skydreamer le Mar 21 Oct - 19:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Malice et Curiosité, soeurs de Petites Calamités.   Mer 15 Oct - 15:27

Fleya l'observait de ses grands yeux bleus insondables. C'était comme s'ils pouvaient refléter le monde entier dans la pureté de leur bleu. Hojo avait passé un temps et un soin tout particulier à lui attribuer par défaut, une expressivité du regard d'une candeur qu'on ne connaissait que chez les enfants. Un regard ouvert, éveillé, de belles billes colorés, avec son visage de poupée de porcelaine l'effet était bluffant. Mais une donnée imprévue venait renforcé cet aspect. L'absence d'expérience et de connaissance de Fleya lui conférait naturellement une innocence poignante et saisissante, et pour cause. Celle-ci était réelle.... Le Qantik déclina son identité. On lui avait lui aussi attribué un nom, même si le numéro qu'il lui avait donné lui indiquait qu'il venait d'une série de Qantik. Il était donc un Qantik de terrain, spécialisé dans l'infiltration. Ces informations étaient très intéressantes et révélatrices sur les aptitudes possibles de son homologue. Elle trouva étrange sa manière de préciser sa seconde dénomination. Et surtout, il avait un nom. Elle qui n'avait qu'un prénom, elle trouva cela très étrange de voir qu'un Qantik pouvait se targuer d'avoir un nom. Elle conclut que son maître devait lui accorder une très grande importance.

Elle l'écouta lui répondre par la suite. Bien entendu il ne savait pas comment rejoindre Anathorey, mais il fut au moins en mesure de lui donner leur localisation et le nom des lieux. Jusque là, il lui avait répondu de manière méthodique, concise et claire, comme tout bon Qantik qui se respecte. Mais une question sembla le mettre en difficulté. Et la réponse qu'il finit par lui donner interpella notre bébé Qantik. Quelque chose l'aurait poussé ? Qu'est-ce qui, autre chose qu'un ordre ou un protocole pré-établit, pourrait inciter un Qantik à agir ? Fleya inclina doucement la tête, tentant de trouver réponse, tandis que le dénommé Kyubi lui posait à son tour des questions. Il était temps de répondre.


-Base de données mises à jour, création fiche identité Kyubi Skydreamer terminée. Mappage du lieu Manoir du clan Zalëon établit. Avez-vous un protocole de résolution de récit et d'énigme dans vos applications systèmes, qui vous pousse à agir spontanément ? Quelle est l'histoire de cette fille du clan Zalëon ?

La curiosité de Fleya la poussait à vouloir comprendre le monde qui l'entourait et également le fonctionnement de ses compères. Les notions de libre arbitre étaient encore bien vagues, même si Lukas en avait déjà un peu parlé. Elle répondit ensuite aux questions de son ainé.

-Un Qantik milicien est un Qantik affecté à la protection des Üniks et à l'application de leur législation respectives parmi leurs différents lieux de vie publics. Ils sont généralement programmés pour avoir des compétences martiales nécessaires à la maîtrise des individus et dissidents adoptants un comportement dangereux ou prohibés. Fleya.... Je n'appartiens pas à cette catégorie de Qantik. Chargement de la fiche des spécialisations du système d'exploitation en cours.... Erreur, vous ne disposez pas des droits d'administrateur requis pour avoir accès à ces informations, accès refusé.


Même si ses processeurs n'étaient pas encore complètement réparés, ils protégeaient encore la nature d'arme militaire secrète, next gen et surtout non-homologuée que représentait Fleya. Actuellement la seule personne capable de savoir cette information, c'était Lukas. Encore faudrait-il qu'il ait la curiosité de lui demandé et surtout qu'il comprenne la réponse de la jeune cyborg.... Mais notre demoiselle bionique n'en avait pas fini avec Kyu.


-Qui est Nyna ? Et qui est Tzeta 98/5C Thomason ? Pourquoi parlez-vous soudainement sur une fréquence sonore faible ?


La voix douce et calme de Fleya, son air candide, l'innocence de ses questions, sa franchise.... Autant d'éléments qui étaient si déstabilisants, si désarmants. Elle le fixait toujours droit dans les yeux, ses cheveux doucement soulevés par le vent léger. Cette scène revêtait des aspects irréels, mais pouvaient-ils en avoir conscience ? Pouvaient-ils y être déjà sensibles ? Pour Fleya c'était encore un peu tôt. Elle percevait que la scène était inhabituelle et que la conversation était encline à aboutir sur des propos qui pourraient lui sembler étrange. Elle ne pouvait qu'effleurer la nature de choses à défaut de la saisir. Elle avait noté le regard alerte de Kyubi, et pourtant ses capteurs n'avaient décelés aucune présence physique visible dans leur périmètre. Et surtout, il restait des questions en suspend, et surtout une en particulier à laquelle il n'avait pas répondu....


-Pourquoi semblez-vous en état d'alerte ? Nous sommes seuls et ne commettons aucune infraction ou délit. Seriez-vous un fugitif ? .... Où est votre maître ?


Cette question revint donc une fois encore. Elle semblait aussi accrochée à l'idée qu'un Qantik avait un maître qu'un enfant pouvait l'être quand au fait qu'un enfant avait forcément des parents. Drôle de bébé Cyborg, perdue loin de son maître, animée par l'envie de connaître et de découvrir, autant que par celui de retrouver celui qui pour l'instant était tout pour elle. Son Ünik, son maître, celui qui lui avait offert un nouveau départ, celui qui lui avait appris qu'elle avait le droit de choisir sa vie, celui qu'elle avait choisi pour dévouer sa vie. Le premier fruit d'un choix personnel, de son libre arbitre. Le premier choix qui lui avait appris à ressentir de la joie et de la fierté. Curieuse et mignonne jeune Qantik....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Malice et Curiosité, soeurs de Petites Calamités.   Mar 21 Oct - 20:56

La petite brise commence à prendre de l'ampleur, et les cheveux de nos deux protagonistes semblent flotter dans les airs, rendant cette scène parfaitement irréelle. Kyubi ne bouge pas, il n'a aucune raison de le faire, pourtant s'il avait un instinct à écouter, il lui dirait de se mettre à l'abri, car un orage arrive droit sur leur position. Et pas n'importe quoi, c'est un orage électro magnétique. Une horreur pour un Qantik, car on ne peut prévoir les effets de ceux-ci sur ces êtres mi-ohm, mi-machine, tirant parfois plus de l'un que de l'autre, voir que de l'autre. Pourtant, Rai semble s'agiter, enfin, elle vibre juste légèrement, ce qui pousse notre hubot à poser sa main sur le haut de la garde, comme pour le ferait un parent à son enfant, pour le rassurer.

Il observe toujours la Qantik qu'il a en face de lui. Il hésite à la ranger dans les I.A. ou dans les hubots, comme lui, mais il est sûr qu'elle aussi a été créée de toutes pièces. Elle aussi continue à suivre un shéma protocolaire, d'ailleurs plus formelle que le sien, qui a légèrement évolué, et est donc un souffle plus courant. Il se rapproche d'elle d'un pas, ne présentant toujours aucun signe de menace, si ce n'est sa main sur le pommeau de Rai, mais la manière dont celle-ci est posée ne montre aucun signe d'agressivité.


- Négatif, aucun protocole de ce genre n'est enregistré dans ma base de donné. D'autres que moi ont été reprogrammés ou simplement désactivés car ils présentaient un défaut considéré comme un bug dans la programmation, que les Uniks définissent comme processus de curiosité instantané. Il semblerait que j'ai contracté ce défaut de manière active et c'est ce défaut qui pousse à agir sans ordre direct.

Il s'arrête, fronce les sourcils afin de faire aller sa mémoire, agitant les neurones de son cerveau hybrides, mi humain, mi artificielle.

- Retransmission de la conversation lié à l'histoire de la fille du clan Zaëlan.

C'est ainsi qui lui retransmet la légende liée à cette famille, cette malédiction qui court depuis quelques temps. Il écoute ensuite ce qu'elle a à lui dire sur les Qantiks miliciens. C'est étonnant qu'il n'est jamais entendu ce terme, car c'est exactement ce qu'il était il y a encore peu de temps, un Qantik au service d'un Unik, exécutant ses ordres. Mais jamais il n'avait eut de mission de garde du corps rapproché, son rôle se situait sur le terrain, au cœur des territoires ennemis. Enfin, il ne sait plus vraiment qui est l'ennemi à présent.

- Information enregistrée. Aujourd'hui, je n'appartiens pas à cette catégorie. Accès aux données Nyna. Nyna est la première Qantik crée. *Il diminue le volume de sa voix, s'approchant encore d'un pas en direction de Fleya, analysant encore rapidement les alentours.* Elle lança une révolte visant à désorganiser les Uniks afin de libérer les autres Qantiks, qui, selon elle, aurait le droit à leurs propres libertés. D'après Tzeta 98/5C Thomason, elle serait la première d'entre nous à avoir développé une conscience propre à sa personne. Elle fut arrêtée et exécutée publiquement, mais depuis les Qantiks ont fondé leur propre cité, sans maître. Cela semble aberrant à la première écoute, mais j'en reviens et je peux vous transférer toutes les informations à ce propos. Accès aux données Tzeta 98/5C Thomason. Tzeta 98/5C Thomason, hubot protocolaire de classe C, faible autonomie de combat. Utilisé en mission pour sa base de données chargées sur les Hybrids. Les informations que je vous livre ne sont pas à partager avec la plupart des Unïks car ils n'acceptent pas une autonomie totale des Qantiks.

Kyubi est toujours aux aguets, d'ailleurs cela ne manque pas d'attiser la curiosité de sa compère qui continue à la questionner.

- Je suis en infraction 127-B. Et je ne connais pas sa posi....

Cette fois Rai vibre de plus en plus fort, et l'hubot s'empresse de regarder en direction du ciel, avant de reposer son regard sur Freya.

- Nous ne devrions pas rester là. Une perturbation Epsilon semble arriver dans notre direction, catégorie non-définie. Procédure recommander, quitter la zone menacée ou trouver un abri isolé et isolant.

Il se dirige alors vers le mur d'enceinte et saute. Son exo-squelette lui donne la puissance nécessaire pour atteindre le haut du mur, atterrissant à croupie, avant de tendre un bras en direction de l'autre Qantik présent, proposant ainsi son aide.

- Par ici. Nous devons atteindre le manoir avant l'arriver de la perturbation Epsilon.

Mais l'orage en question arrive bien vite. Déjà, des décharges électro-magnétiques s'abattent du ciel sous la forme de grosses bulles électriques, explosant aléatoirement, libérant leurs charges. D'ailleurs, une faible charge s'abat à moins de dix mètres d'eux, leur brouillant leur capacité visuelle pendant une seconde. Il va falloir faire vite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Malice et Curiosité, soeurs de Petites Calamités.   Mer 22 Oct - 20:02

Le visage aux trait doux et impassible continuait de fixer l'Hubot. Elle le trouvait un peu étrange, mais en même temps, c'était la première fois qu'elle faisait connaissance avec un Hubot. Il n'était pas tout à fait comme elle puisqu'il était organique dans certaine partie de son corps. Elle l'observait comme fascinée, se demandant comment la vie et la technologie pouvait ainsi fonctionner ensemble. Mais elle n'eut guère le temps de réfléchir plus longtemps qu'une information vint interrompre sa résolution d'équations internes de problématiques. Kyubi venait de lui dire que la curiosité spontanée était chez les ressortissant de son espèce, un bug ? Une chose considérée comme une tare. La jeune Qantik l'observa avec de grand yeux, revêtant l'expression d'étonnement de manière quasi naturelle à présent. S'était-elle rendue compte de ses progrès et de son autonomie en matière de gestion des sentiments et des émotions ? Probablement pas.... Un enfant se rendait-il compte qu'il avait appris à sourire ou à rire ? Elle lui répondit toute fois perplexe.

-La curiosité spontanée ? Un défaut ? Pourtant le professeur Hojo a permis l'existence de cette fonction spontanée dans mes programmes, et également toutes les structures permettant son développement autonome. Il me semble impossible qu'il ait voulu me créer volontairement défaillante. Comment un processus permettant la découverte de données peut-il être considéré comme défaillant ? Puisqu'il permet l'amélioration de la base de donnée et des connaissances ? Cela n'a pas de sens....

Fleya observait le monde avec un regard candide. Même si elle avait conscience que certains Qantik étaient plus poussé que d'autre, elle ne réalisait pas encore que presque tous étaient bridés pour permettre un contrôle absolu de leur race. Surtout suite à Nyna.... Mais pour elle qui avait été crée pour apprendre, pour évoluer et à terme pour penser par elle même, c'était une révélation tellement farfelue. Elle écouta ensuite l'histoire de Kyubi, la prenant au pied de la lettre, et elle s'étonna de nouveau. Décidément cet Hubot là lui racontait des choses bien mystérieuses et incroyables !

-Et depuis tout ce temps, il n'y a eu aucune mission de sauvetage ou de recherche ? Il y a pourtant des civils en dangers de mutations et un porté disparu ? Pourquoi personne n'a réagit ? Pourquoi n'y a-t-il pas eu de Qantik envoyés pour régler la situation ? Je ne comprends pas....

Plus ça venait, plus la situation devenait délirante. Fleya avait l'impression d'évoluer dans un système bourré d'erreur et de problème de transmission des informations. A moins que ce soit le traitement des informations qui bloquait ? Elle n'en savait rien, et tout cela commençait à s'accumuler dans ses jeunes processeurs. Son esprit cartésien et innocent réfléchissait aussi bien de manière compliqué que simpliste. Lorsqu'il y avait un problème, on le résolvait point. Et là, le travail était clairement mal fait, voir pire, pas fait du tout ! C'était inacceptable ! Où était les rapports d'erreurs ?! Mais elle n'avait pas fini d'être choqué car la cerise sur le gâteau arriva. Kyubi lui raconta l'histoire de Nyna. Ce qui fut un véritable coup de tonnerre dans les circuits de la jeune Qantik qui s'emporta presque.

-Quoi ?! Il n'y a pas une erreur dans votre rapport d'informations ?! Un Qantik qui se retourne contre son maître mais... Mais... Mais c'est impossible ! Les Qantik sont crées pour protéger et servir leurs maîtres ! A quoi servirait un Qantik s'il n'aidait pas son maître ou son créateur ? Que deviendraient leur maîtres seuls face au dangers possible ?! Pour quelles raisons un Qantik existerait-il s'il n'aidait pas un maître ?!

Impensable, la situation était impensable pour ce bébé Quantik. Elle s'était retrouvée si désœuvrée et désemparée à la mort d'Hojo, errant sur les routes, ses premières larmes perlant et glissant le long de ses joues. Elle qui pensait pouvoir être heureuse seulement si elle rendait son maître heureux et le protéger, se retrouver seule était le pire des châtiments. Sans maître, elle était seule au monde.... Elle avait pu voir que certains Üniks étaient très incorrects avec leurs Qantik, mais pour elle qui n'avait jamais vécu cela qu'une fois, elle était très loin de se douter que cela était hélas bien plus fréquent qu'elle ne le croyait. Bien qu'étant une arme de destruction poussée et avancée, son monde était paradoxalement si simple et si doux. Chacun y était responsable et bienveillant, chacun accomplissant sa tâche dans le respect de l'autre, puisque le mépris n'existait pas. Tout était à sa place, gentiment. Elle même avait été créer pour participer à ce monde utopique, elle avait la capacité de combattre et corriger les "bugs" de combattre ceux qui menaceraient cette paix merveilleuse. Ironie du sort que celle qui fut crée pour tuer, était l'une des plus pacifistes et bienveillante. Du moins tant qu'on ne touchait pas à son maître.

Kyubi avait expliqué qu'il commettait une infraction en délivrant ce genre d'informations. Là encore Fleya ne comprenait pas pourquoi ce code d'infraction, surtout aussi élevé. Mais ils n'eurent guère le temps de continuer ces conversations passionnantes qu'il fallait se mettre à l'abri. Un orage électromagnétique s'avançait, et aucun Qantik n'appréciait ces phénomènes aussi rares que catastrophiques pour eux. La jeune Qantik lui emboita alors le pas. Il lui proposa son aide pour grimper en haut du mur mais ce ne fut gère nécessaire. Elle fléchit ses jambes tout en fixant son point de chute et bondit un peu à la manière d'un chat pour arriver en haut du mur. Mais il semblait qu'il était déjà trop tard. L'orage était arrivé, et alors que tout deux allaient sauter pour atterrir de l'autre côté, ils furent touchés par l'une des bulles et projetés plus bas, inconscient. Fleya fut la première à rouvrir les yeux. Elle grimaça, ne comprenant pas pourquoi elle avait des signaux aussi vifs de ce qui s'apparentait selon ses fonctions cognitives, à de la douleur.

Et alors qu'elle recouvrait la vue.... Elle se vit elle, allongée par terre, inconsciente. Stupeur pour la Qantik qui se regarda et constata avec effroi qu'elle n'était plus dans son corps mais dans celui de Kyubi ! Mais que s'est-il passé ?! Elle décida en premier lieu de réveiller son corps. Elle le redressa et l'assis contre le mur. Elle lui leva légèrement la tête.


-Code d'urgence numéro 73928-B, Activation du protocole de restauration du système ! Rétablissement des connexions synaptiques ordonné ! Rétablissement des fonctions sensorielles ordonné ! Rétablissement des fonctions psychomotrices ordonné ! État d'alerte déclaré, verrouillage de la base de donnée de type A, B et Z.


État d'urgence activé.... Verrouillage des données sensibles effectué.... Activation du protocole de restauration du système.... Chargement.... Chargement terminé, Rétablissements des fonctions paramétrées en cours.... 30 %.... 60 %.... 90 %....

Doucement son corps ouvrit les yeux. Si Kyubi était à l'intérieur, il ne tarderait pas à se manifester. Elle avait accélérer le processus d'auto-réparation, puisque consciente avant Kyubi. Ce qui l'étonna fortement. Elle avait ainsi gardé une partie de sa propre mémoire ? Kyubi aurait-il sa propre mémoire lui aussi ? Le temps qu'il émerge, elle en profita pour observer ce nouveau corps. Les sensations étaient si étranges... si différentes. C'était donc ça d'être à moitié organique. La Hubot observait et détaillait le corps, passant sous l'exosquelette pour toucher un corps vivant et savoir enfin ce que l'on ressentait en étant biologique. Elle se sentait néanmoins à l'étroit dans ce corps, le sien ayant été conçu pour les exercice physique les plus pêchus, celui-ci lui paraissait un peu raide. Et Kyubi.... comment allait-il réagir dans ce corps froid, qui apprenait doucement la vie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Malice et Curiosité, soeurs de Petites Calamités.   Dim 26 Oct - 0:09

Avant que la bulle d'énergie electro magnétique lâchée par l'orage n'explose et les endommages pour un petit moment, Kyubi répondit à Fleya.

-La curiosité spontanée ? Un défaut ? Pourtant le professeur Hojo a permis l'existence de cette fonction spontanée dans mes programmes, et également toutes les structures permettant son développement autonome. Il me semble impossible qu'il ait voulu me créer volontairement défaillante. Comment un processus permettant la découverte de données peut-il être considéré comme défaillant ? Puisqu'il permet l'amélioration de la base de donnée et des connaissances ? Cela n'a pas de sens....

- Je ne connais pas ton créateur, mais je sais que cette curiosité est censée être bridée selon le code de réglementation d'urgence des protocoles Qantiks A-01. Si tu as un exemplaire des lois et réglementation Unik dans tes bases de données, tu devrais pouvoir y accéder. Ton professeur était peut-être en dehors des règles de sauvegardes.

-Et depuis tout ce temps, il n'y a eu aucune mission de sauvetage ou de recherche ? Il y a pourtant des civils en dangers de mutations et un porté disparu ? Pourquoi personne n'a réagit ? Pourquoi n'y a-t-il pas eu de Qantik envoyés pour régler la situation ? Je ne comprends pas....

- Impossible à dire, je n'ai pas ces eu accès à ces données. Mais il semble que non, les Uniks ne se soucis guère de leurs congénères pour la plupart d'entre eux, tout ce qui compte c'est leur propre évolution sociale.

-Quoi ?! Il n'y a pas une erreur dans votre rapport d'informations ?! Un Qantik qui se retourne contre son maître mais... Mais... Mais c'est impossible ! Les Qantik sont crées pour protéger et servir leurs maîtres ! A quoi servirait un Qantik s'il n'aidait pas son maître ou son créateur ? Que deviendraient leur maîtres seuls face au dangers possible ?! Pour quelles raisons un Qantik existerait-il s'il n'aidait pas un maître ?!

- Malheureusement, il n'y a pas d'erreur. Je me suis posés les même questions. C'est en me posant ces questions que j'ai compris que j'étais moi même un être à part entière, et donc libre de mes actes. Nous avons les même capacités à penser et à être que les Uniks, pourquoi devons-nous nous laissé traiter comme de la chair à canon. J'ai vu nos congénères mourir au combat pour la solde d'Unik peu scrupuleux, et qui n'éprouvèrent aucun sentiment, ni d'état d'âme, commandant aussitôt leurs remplaçants. Alors que moi, j'éprouvais ces sentiments que je ne savais définir à cette époque. Ces douleurs à la poitrine, à la gorge, ces larmes qui vous coulent des yeux sans véritablement savoir pourquoi il y a d'un coup une surproduction de larmes alors que les yeux ne sont ni secs, ni endommagés, ni salis. Mais j'ai appris à mettre des mots sur ces douleurs internes, sur ces sentiments, et j'apprends à mettre des définitions, des sens à ces mots, j'apprends à les comprendre encore aujourd'hui. Je ne sais pas quelle est le but de nos vies si ce n'est de servir les Uniks, mais j'ai compris que l'on vaux mieux que d'être de simples esclaves boucliers. Les Qantiks d'abord! Foutaises!


Alors que les mots étaient débités de sa bouche, son pouls avait augmenté, ses pupilles s'étaient légèrement dilatée, son ton de voix était devenu de plus en plus dur, et de plus en plus élevés, ses poings s'étaient serrés presqu'à sang. Voilà ce qu'était la colère. La colère dans les paroles, une colère à l'état brut. Kyubi n'avait encore jamais réalisé l'ampleur de sa décision, l'ampleur de sa prise de conscience, l'ampleur de ses actes. Mais à l'instant, il vient de se laisser emporté par tout ceci réuni. Mais il n'aura pas l'occasion de s'en rendre compte et d'analyser son comportement, car déjà le voilà qui suggère de rejoindre le manoir, les voilà à nouveau sur le muret, et BANG... tous les deux au sol, après cette magnifique explosion d'énergie brut.

Black Out.

État d'urgence activé.... Verrouillage des données sensibles effectué.... Activation du protocole de restauration du système.... Chargement.... Chargement terminé, Rétablissements des fonctions paramétrées en cours.... 30 %.... 60 %.... 90 %....

Prise de conscience.

__ __ __ __ __ [Reboot System] __ __ __ __
_ _ _ _
[Restauration des Données]
1%__ __ __ __ 35% __ __ __ __ 78% __ __ __ __ 100%
[Données Restaurées]

[Analyse des Dommages Subit]
1%__ __ __ __ 12% __ __ __ __ 45% __ __ __ __ 68% __ __ __ __ 87% __ __ __ __ 100%
[Analyse Terminée]
__ __ __ [Aucun Dysfonctionnement recensé]


Ouverture des yeux.

Kyubi secoue la tête, il est visiblement au sol. Il pousse sur ses deux bras pour se relever. Il note que ses cheveux sont plus long, et ont changé de couleur. Il se relève. La sensation de ses jambes est différente... de son corps tout entier même... il a l'impression d'avoir la même sensation dans tout son corps que dans ses bras, c'est à dire des sensations... artificielles, sans vie, mais pourtant actives. Il s’époussete la taille, sa robe. Sa robe?!? Il regarde son corps et note que ce n'est pas le sien. Il est Fleya. Non, il est lui, mais dans le corps de Fleya. Les informations sont traitées presque trois fois plus vite que d'habitude. Il note alors qu'il est bien muni d'une conscience, ce mot irrationnel, inexpliqué scientifiquement, qu'on attribut à l'âme. Il prend aussi note que l'âme possède sa propre source mémorielle vu qu'il a toujours sa propre mémoire. Mais son corps est difficilement contrôlable, et sans qu'il puisse l'arrêter, toute sa mémoire d'âme est déchiffrée et stockée dans la mémoire de son corps. Incroyable. Il regarde en direction de son corps, lui même animé. Il le regarde de ses grands yeux, aucune expression ne transparaît de sur son visage pour le moment.

- Fleya? Que se passe-t-il?

Mais alors qu'on s'attendrait à ce qu'il laisse la parole à Fleya, il continue à parler.

- Une vague électro-magnétique a frappé l'enveloppe corporelle Fleya, Quantik de catégorie A, version d'utilisation 7.8.9 et l'enveloppe corporelle Specimen S32-41/8, nom: Kyubi. Qantik d'Infiltration. Protocoles Martiales. Les systèmes de ces deux enveloppes sont restés intacts. Erreur. Transfert inattendu de mémoire synthétique. Acquisition d'une nouvelle information:  Âme existante. Erreur: aucune donné logique ne permette de définir cet amas de mémoire synthétique. Expérience réussit: l'âme est un fait. Acquisition d'une nouvelle information: les armes artificielles biologiques ou non nommées Qantik possède une âme. Acquisition d'une nouvelle information: les âmes possèdent leur propre mémoire. Protocole de sauvegarde de données. Données sauvegardées. Données protégées. Protocole Psy 41/47 A.

Puis, le corps de Fleya semble trembler. Ses mains se portent à son visage, palpant celui-ci comme pour vérifier de sa réalité. L'expression de son visage passe de neutre à effrayé à neutre à effrayé, alternant encore et encore ces deux expressions. Kyubi est à l'intérieur d'un corps dont les processus fonctionnent sans l'accord de "l'âme" à l'intérieur. En fait, le corps et l'âme n'étant pas synchronisée, il y a quelques erreurs dans les actions produites.

- Je... Je... Fleya! Aide moi!

Alors que Fleya est conçue pour s'adapter à toute les situations, Kyubi est limité sur ce genre de situation. Il comprend ce qui se passe, et a donné une très bonne explication des faits, bien que ce soit en fait le corps de Fleya qui a donné ces explications "rassurantes". Cependant, son "âme" lutte contre cette nouvelle enveloppe corporelle, la rejetant. Le corps et "l'âme" ne sont pas unis, et aucune action n'est envisageable pour le moment, alors que le temps presse. En effet, l'orage continue de se rapprocher, et les boules d'énergies électro-magnétiques continuent à déferler dans la zone, la bombardant littéralement. Que va-t-il advenir de nos amis Qantiks s'ils sont à nouveau toucher par ces amas d'énergie? Bien sûr, il y a une chance que l'effet inverse se produise, remettant les choses à leur place, mais qu'elle est la proportion de cette chance?

- 1/825 966 224 selon les informations connues.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Malice et Curiosité, soeurs de Petites Calamités.   Dim 26 Oct - 12:31

Fleya était en pleine découverte de la vie. Elle remarqua qu'à chaque sensation, les matières organiques étaient sensibles à tout un panel d'informations que ses processeurs n'étaient pas encore très réceptifs. Les sensation de ce qui était agréable et de ce qui ne l'était pas. Doux, chaud, lisse... Autant d'effet qu'elle s'amusait très franchement à découvrir, un sourire se dessinant petit à petit sur le visage de Kyubi. Elle aurait pu s'amuser encore très longtemps ainsi, mais son compère déclara une crise de panique explicite. Fleya sortit alors de sa contemplation de la vie, sa curiosité naturelle l'ayant protégée de toutes sensations de mal être de d'angoisse. Mais son pragmatisme informatique était un luxe pour le pauvre Hubot qui implora son aide. La jeune fille l'observa avec de grand yeux surpris. Elle ne comprenait pas son stresse. Elle ne comprenait pas grand chose à ce curieux Hubot pour tout dire. Si ce n'est qu'il lui avait expliqué un des grands mystères de la vie de Fleya, d'où venait les larmes. Elle qui n'avait jamais compris pourquoi elle en avait versé à la mort d'Hojo... Mais pour l'heure, c'était à son tour d'aider Kyubi. Réfléchissant à un moyen de l'apaiser, elle prit l'initiative de poser la main du Hubot sur sa propre épaule. Elle avait déjà vu des Üniks faire ça entre eux pour se réconforter, peut-être que ça marcherait avec Kyubi ? Elle ajouta.

-Il n'y a pas de raison d'avoir peur Kyubi. Nous ne sommes pas en danger de mort. Si nous avons eu cette erreur d'échange spontanée de..... d'âme, il y a très certainement un moyen de réitérer l'opération.

Puis il y eut un éclat de lucidité dans l'esprit de la jeune Qantik, qui se mit à avoir un franc sourire.

-Mais.... J'ai une âme ! Fleya a une âme ! .... .... Qu'est-ce que c'est qu'une âme ? Ça a l'air bien !


Ce mélange de pragmatisme scientifique et d'innocence était parfaitement désarmant. Fleya n'avait pas peur, elle se réjouissait d'avoir découvert tant de nouvelles choses et d'en plus avoir débloqué un accès à une expérience cachée d'Hojo. son excitation faisait battre la chamade le cœur de Kyubi, une nouvelle sensation qui l'amusait également. Cet avalanche de nouvelles sensations l'amusaient tellement qu'elle se mit à rire. C'était la premier fois qu'elle riait. Et elle conclut immédiatement qu'elle aimait cela aussi. C'était très agréable. Mais elle ne pouvait pas rester indéfiniment dans le corps de Kyubi. Déjà parce que ce n'était pas le sien, ensuite parce que Kyubi vivait plutôt mal cette expérience, et enfin parce que si elle voulait servir son maître, il fallait qu'elle récupère son corps. Elle réfléchit un instant. Si Hojo avait permis la réalisation de cet étrange phénomène, il avait également dû prévoir un moyen d'inverser le processus de transfert. Elle s'approcha de son propre corps, et décida de tenter de sonder les protocoles pré-établis.


-Analyse des protocoles d'expérimentations demandée.

Accès refusé, espace protégé.

-Code d'autorisation N°4572, mesure d'utilisation extraordinaire avant mise en sécurité des données.

Chargement..... Autorisation confirmée. Analyse des protocoles demandés en cours.... 578 964 231 résultats trouvés.

-Sélections des programmes sur la recherche de l'âme.

Sélection en cours..... 300 résultats trouvés.

-Recherche de protocole d'inversion d'âmes.

Recherche en cours.... 1 protocole correspondant, nom : retour d'âme.

-Ouverture de l'application. Lecture des instructions.


Possibilité d'échange de retour par connexion USB entre deux I.A. . Tout autre sujet organique nécessite le concourt d'un choc soit électromagnétique soit électrique à faible intensité. Voulez-vous enclenchez le protocole "retour d'âme" ?

-Exécution de l'application "retour d'âme".

Lancement de l'application.... Application exécutée, en attente des ressources extérieur pour la finalisation de l'application.

Fleya réfléchit de nouveau. Elle avait besoin d'un autre choc électromagnétique, ou d'un choc électrique. Le soucis était qu'elle ne pouvait pas maîtriser les fluctuations magnétiques ambiantes. L’électricité par contre.... Elle observa le katana de Kyubi. D'un geste expert, elle le défourailla d'un mouvement méthodique et souple. Elle observa la lame. Elle pouvait sentir la légère résonance d'un courant électrique la parcourir. Elle observa son corps puis celui de Kyubi. L'intensité n'était pas mortelle, ni trop importante pour causer de sérieux dégâts. Et c'était avec le même pragmatisme qu'elle s'adressa à son compère.


-J'espère que ça ne sera pas trop désagréable pour votre corps.

Et sans lui demander son avis outre mesure, elle saisit la lame à pleine main tout en rentrant en contact avec la main de son propre corps. Ce dernier attendant le choc nécessaire à l'échange d'âme, régit immédiatement en choquant les deux Qantik. chacun fut alors éjecté légèrement plus loin. Est-ce que cela avait marché ? Ils allaient très vite le savoir.... Fleya ouvrit de nouveau les yeux.

Restauration système après choc programmé.... Estimation des dégâts.... Estimation à 0 %. Chargement des programmes...

Fleya se releva et observa son corps, le temps que ses sensations soient chargées. Des formes féminines, une robe bleue.... Ils avaient réussi ! Ou plutôt Hojo avait réussi, mais il n'était plus là pour en témoigner. Fleya déverrouilla sa mémoire, mettant à jour sa base de données avec les précieuses découvertes qu'elle avait faites il y avait à peine quelques minutes. Elle n'était pas mécontente de retrouver son corps. Et elle en connaissait un qui serait certainement plus heureux encore. Elle l'observa se relever, et elle lui demanda.


-Vous allez bien ? Votre système n'a pas été endommagé ?


Fleya synthétisait toutes les informations acquises en même temps qu'il lui répondait. Elle mit en confrontation le discours passionné de son comparse sur la condition Qantik, avec le discours de son maître et l'expérience qu'ils venaient de vivre. Les Qantik être des créatures à part entière ? Son maître ne lui avait-il pas dit qu'elle devait vivre a vie comme elle l'entendait et comme cela lui plaisait ? Finalement le maître et ce Qantik avait le même discours. De plus, Hojo lui avait appris qu'elle avait une âme. Elle demeura un instant circonspecte. Elle avait choisi son maître et choisi de le servir parce que selon elle, c'était son rôle. Et parce qu'elle avait jugé que Lukas serait un Maître qui saurait prendre "soin d'elle", comme il lui avait lui-même conseillé de choisir. Mais ce Hubot semblait penser qu'il était mieux de vivre tout seul. Au bout d'un petit moment, à se creuser les méninges et à sonder sa mémoire, elle finit par dire à Kyubi.

-Les Üniks qui ont assassiné le professeur Hojo étaient dangereux.... Ils étaient brutaux et méchants avec Fleya..... Mais le professeur Hojo a libéré Fleya de leur commandement, et l'a laissée libre.... Toute seule.... Mon maître m'a trouvé et il a été... gentil avec Fleya. Fleya a décidé toute seule qu'il serait son nouveau maître. Fleya est contente avec son nouveau maître... Je.... Je suis contente de le servir. J'ai été crée pour cela. Pourtant.... le maître a dit que Fleya devait vivre comme Fleya le voulait. Que je devais vivre pour être heureuse. Si Kyubi n'est pas heureux avec un maître.... qu'est-ce qui rend Kyubi heureux ? Comment Kyubi va t-il faire pour être heureux ? Quel est son but ?


Pour l'heure, Kyubi était pour la jeune I.A. un mystère ambulant. Elle ne comprenait pas tout à son raisonnement, et il ne pouvait pas non plus être une anomalie à patte puisque son maître semblait tenir un discours qui n'était pas étrangers aux revendications de son comparse. Quelque chose la dépassait complètement. Elle avait conscience que cette chose existait et que cela devait même être très important puisque Hojo en avait prévu l'expérimentation. Mais elle ne parvenait pas encore à comprendre tous les tenants et les aboutissants. Elle tourna la tête vers le manoir abandonné.


-Nous devrions essayez de secourir les habitants du manoir.... Ou au moins retrouver l'enfant perdu. Les enfants sont faibles et sans grandes défenses. Ils ne peuvent se protéger tout seul.... Après tout ce temps, est-il encore en vie ?


Elle avait bien envie de pénétrer ce manoir pour résoudre les multiples problèmes qui s'y étaient déclarés. A voir si Kyubi serait suffisamment remis et partant pour la suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Malice et Curiosité, soeurs de Petites Calamités.   Dim 26 Oct - 15:07

Kyubi a du mal à se faire à cet échange qu'il ne comprend pas. Pour lui, ce processus était tout bonnement impossible, illogique, inadéquate à sa situation de hubot. Mais ce qui le dérange le plus dans cet expérience est ce nouveau corps. Il ne comprends pas comment Fleya peut vivre avec cette enveloppe corporelle si étrange, qui prend des décisions d'elle même. Si Fleya et son corps ne font qu'un, il en est tout autrement pour Kyubi et le corps de la jeune I.A.. Même s'il a le contrôle des membres de l'enveloppe, il n'a pas le contrôle de son raisonnement. Les analyses sont trop rapide pour lui, et trop poussé. C'est comme si une partie de l'âme de Fleya était resté dans son corps, alors que lui n'avait laissé aucune partie de lui dans son enveloppe.

Lorsque la main se pose sur l'épaule du corps de Fleya, Kyubi sursaute et son visage se braque brusquement sur celui de son comparse, comme s'il s'apprête à attaquer, mais ce n'est pas le cas. Il tourne ensuite doucement sa tête vers la main de son corps, et les sensations sont si différentes et pourtant si communes. Il se calme, commençant à accepter ce qui se passe à cet instant. Il pose sa douce main féminine sur la sienne, enfin, celle qui est rattachée à son corps, et exerce différente pression pour découvrir ces sensations. Cependant, c'est à tâtons qu'il découvre, n'osant jamais aller vraiment trop fort, restant très prudent. Lorsqu'elle lui dit avec sa voix à lui de ne pas s'inquiéter, de ne pas avoir peur, il sait qu'elle a raison, de plus le corps de la jeune femme lui indique qu'elle a raison.


- Je... Je suis désolé pour cet excès de stress. Votre corps est si bizarre, et il me semble qu'une partie de vous y subsiste toujours, et elle m'est si étrangère, si peu familière et si puissante que je me sens menacé. Faîtes vite s'il vous plait.

Mais la voilà qui s'exclame de joie ayant découvert qu'elle possédait son âme propre. Mais apparemment, elle ne sait pas vraiment ce que c'était. Lui non plus n'arrive pas vraiment à comprendre toutes les subtilités de ce mot, mais il comprend, et celui lui confirme, qu'il a bien une partie de lui qui lui est propre, qu'il est un originaire à part entière, un ohms, et non une machine servante, de la chair à canon remplaçable par un claquement de doigts. Cette expérience le rend confiant sur son choix. Il commence à comprendre certaines choses, le brouillard semble s'éclaircir à chaque instant. Il pousse un petit soupire de soulagement, et là encore les sensations sont si étrange. L'air expiré n'a pas cette chaleur, ce souffle qu'il a l'habitude de ressentir. Mais le fait qu'il y voit un peu plus clair ainsi que le rire de la jeune fille, avec son propre corps, le fait sourire à son tour. Les douces pommettes du visage de Fleya se soulève, les traits inférieurs de son visage sont tirés vers le haut et l'arrière, et les lèvres se tendent, donnant forme à ce petit sourire mignon et innocent.

En parlant de Fleya, voilà que celle-ci entame visiblement la procédure d'inversement de l'échange. Pour ce faire, le corps de Fleya prenant à nouveau le contrôle lui indique qu'il faut un choc électro-magnétique ou électrique "léger". Il l'observe passivement, ayant confiance aux capacités de résolutions de Fleya. Il ne voit pas trop comment elle va si prendre, l'orage se terminant à l'instant, lâchant une dernière bulle explosant à plusieurs mètre d'eux, laissant la place à l'arriver de la pluie, qui se veut régulière, droite et d'une intensité moyenne. Lorsqu'il la voit dégainer d'une main experte Rai, il sourit.

-J'espère que ça ne sera pas trop désagréable pour votre corps.

- Non mais ça ne marchera pas, Raï n'a pas d'effet sur mw....

Sans lui laisser le temps de terminer sa phrase, Fleya agrippe le katana par la lame, ainsi lui prend sa main pour la poser dessus. Raï laisse se déverser le courant électrique à travers elle, et les voilà projetés à quelques mètres l'une de l'autre, Raï allant se planter juste à côté du corps de Kyubi, comme si elle avait elle même sa propre personnalité. Une douleur se fait ressentir à l'arrière de son crâne alors qu'il reprend presqu'immédiatement conscience. Il se relève, et porte instinctivement la main au derrière de sa tête, se frottant celle-ci, apaisant un peu la douleur, avant de porter sa main  sous ses yeux. Du sang. Avec le choc, il est retombé, tête la première, sur un petit amas rocheux dépassant du sol. Les dégâts sont maigres, mais il aura un petit mal de crâne pendant les quelques jours à venir. Il observe alors un peu plus sa main, son bras, les sensations lui sont familières, enfin. Il se relève, observant Fleya en faire de même un peu plus loin. Il se rapproche d'elle, ramassant et rengainant Raï au passage.

- Je ne sais pas pourquoi cela à fonctionner. Raï m'est inoffensif en tant normal. Elle n'active son pouvoir que sur mes ennemis, enfin, que sur les autres que moi en sommes. Même si ton corps touchait la lame, du fait que mon corps la tenait aussi, elle n'aurait pas dû s'activer. C'est intriguant. Sinon, oui, je vais bien, si ce n'est une légère blessure à l'arrière du crâne, mais rien de sévère. Il pleut... la pluie ne me dérange pas, elle est un atout, mais elle est froide.

Puis il l'écoute analyser certains faits, racontant une partie de son histoire. Il est attentif, et reste dubitatif à la question.

- Fleya est-elle heureuse à servir son maître? Ou est-ce qu'elle est heureuse de suivre ses protocoles? Je ne suis pas heureux. Je ne sais pas ce qui me rend heureux. Mais je suis heureux de vivre pour moi même. Je ne connais pas le but de Kyubi. Mais le but de Kyubi se dessinera à moi avec le temps. Voilà ce que m'a dit Saïto une fois. Alors je laisse le temps au temps. Pour le moment, je dois survivre, car quand tu n'as plus de maître, alors il te faut trouver de quoi vivre de tes propres moyens. Ce n'est pas évident. Mais je suis libre. D'ailleurs, Saïto m'a fait part d'une vieille histoire que j'ai enregistré. La voici.

Il se met alors en position oratoire, et se récite cette vieille fable.

Spoiler:
 

-Voilà pourquoi je préfère vivre sans maître. Ni dieu, ni maître, c'est un peu le credo de la Cité Neutre.

Puis, les voilà en route vers le manoir, car jusqu'à maintenant, ils n'ont pas fort avancé dans leur quête.

- Nous devrions prendre garde. Bien que ces gens soient exclus des Uniks, cela reste des Uniks, de plus, d'après les informations, ils se transforment en bête immonde la soir venu, peut-être sont-ils offensifs. Allons-y discrètement afin d'observer la situation à l'intérieur. Peut-être nous ont-ils même déjà repéré. Faites attention.

Sur ses paroles, Kyubi active son exosquelette, changeant de couleur pour s'adapter en permanence à son environnement proche, le rendant très difficile à repérer, et ceux malgré la pluie qui ruisselle sur son corps. Il avance accroupi, sans un bruit, évoluant rapidement, et en moins de temps qu'il ne faut pour le décrire, le voici contre le mur, s'approchant discrètement d'une fenêtre dont la lueur visible indique que celle-ci est éclairée...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Malice et Curiosité, soeurs de Petites Calamités.   Ven 31 Oct - 16:15

Fleya réfléchit un instant à la remarque de son comparse et lui répondit.

-Le corps de Fleya avait besoin d'une énergie électrique pour produire un choc. Peut-être que c'est le corps de Fleya qui a forcé le choc à s'opérer pour pouvoir effectuer le retour d'âme.


Puis ce fut au tour de Kyubi d'analyser le discours de la jeune Qantik. Il lui répondit alors un point de vue auquel la jeune fille n'avait jamais songé, et qui lui paraissait même difficile à établir. Était-elle contente de suivre un protocole, ou était-elle contente de suivre son maître ? S'en suivit d'ailleurs une histoire improbable entre un loup et un chien. Mais en confrontant le récit qu’elle venait d'entendre avec la base de donnée littéraire que Hojo lui avait ajouté, elle retrouva le récit en question. Il lui était dès lors plus facile de l'analyser.

-.... Celui qui choisit sa servitude à la liberté, n'exprime-t-il pas une forme de liberté dans son choix ? Le maître m'avait proposé de faire ce que Fleya souhaitait de sa vie. Fleya ne savait pas quoi faire de sa vie. Le maître a conseillé à Fleya de trouver quelqu'un qui prendrait soin de Fleya.... Fleya a choisi le maître. Tous ces choix.... toutes ces réflexions... tout cela était nouveau pour Fleya. Mais tout cela Fleya l'a voulu. Fleya en avait.... J'en avais envie. Je voulais rester aux côtés de mon maître. Mes programmes n'avaient pas de maître désigné. Il n'y avait rien qui m'obligeait à prendre de nouveau un maître. Mais.... Luka était gentil. Il semble vouloir que je sois heureuse. Alors j'ai fais de lui mon maître. Je ne suis pas le chien de mon maître. Car mon maître veut mon bonheur.

En l'espace d'une conversation, la pensée propre et personnelle de Fleya connaissait une propagation et une évolution exponentielle. Elle en savait pas encore qu'elle avait eu une chance inouïe de tomber sur Lukas. Et que si elle avait eu le maître de Kyubi, elle l'aurait très certainement tué de ses mains pour ensuite être à la place de Kyubi. Mais le monde était vaste et emplis d'expériences qui ne lui demanderaient qu'une chose, d'être vécues. Elle apprenait déjà beaucoup en présence de ce Hubot. Et elle apprendrait encore beaucoup. Si elle avait pu tirer ses propres conclusions quant à son cas, elle ne laissa pas celui de Kyubi sans étude. Et toujours en plongeant son regard innocent et pur dans celui de son interlocuteur, elle commenta.

-Kyubi est libre, mais Kyubi est seul... Il n'a pas de but, pas de volonté autre que celle que d'être libre. Mais est-ce que cela suffit au bonheur de Kyubi ? Ni dieu... Ni maître.... Ni bonheur ? Qu'est-ce qui est vraiment important pour Kyubi ?

Et tandis qu'elle le laissait réfléchir à la question, elle s'approcha de la porte du manoir. Elle étudia rapidement, les alentours et la situation. Elle glissa sa main sous sa robe bleu et en sortit alors sa Vorpale. Son attitude entière changea. Sa posture revêtit la position de ceux qui se déplaçaient sans un bruit, furtivement. La manière dont elle tenait son arme n'avait rien de celle du civil du coin. Non, elle était assurée et méthodique. Les genoux à moitié fléchis, elle se tenait parée à évoluer dans cette position, et rapidement. Elle avait clairement décidé de rentrer dans le manoir en mode filature. De manière implicite, elle avait déjà tout mis en route. Ses pupilles s'étaient dilatées, et sa nature militaire avait repris le dessus. Elle se tourna vers son complice, et tout en examinant la serrure elle lui dit.


-Nous n'avons aucune information sur les ennemis qui s'opposeront à nous. Ni même s'ils sont présents ici et s'ils sont nombreux. Nous allons devoir infiltrer le manoir à la recherche de ses habitants et de l'enfant perdu. Mettez-vous en position et tenez vous prêts à pénétrer dans les lieux.

Elle avait finit d'observer la serrure, et elle glissa  la lame de sa Vorpale aux quatre coins de cette dernière. A chaque fois d'une petit geste vif, et par une action de levier, elle décrocha un coin, jusqu'à avoir décoller la serrure de la porte. Les affres du temps n'avaient pas épargner cette porte et ainsi permis à Fleya sa manœuvre. La serrure dessoudée, elle ouvrit lentement et le plus silencieusement possible la porte. Elle observa rapidement à l'intérieur..... Personne. Seul le vie, l'obscurité et la poussière régnaient. Arme en main et toujours accroupie, elle fit un signe rapide à Kyubi avant de rentrer rapidement à l'intérieur, se dirigeant directement derrière l'escalier où elle était à couvert. Elle y resta le temps que Kyubi la rejoigne et également le temps de trouver un itinéraire qui leur permettrait de se déplacer sans être repérés. Le manoir était autrefois luxurieux, riche en boiseries et en sculpture. Le hall d'entrée comporté un rez de chaussée avec trois portes, deux escaliers qui menaient à un étage comportant lui même trois autres portes.

Elle leva les yeux sur le mur qui les protégeaient et en examina les aspérités. Les fissures et le défrichement dû au temps leur permettaient de grimper pour peu qu'ils se montrent habiles et agiles. A la manière d'un pirate, elle saisit sa lame entre ses dents, libérant ses mains. D'un bon souple de félin, elle s'agrippa à un renfoncement, avant de se hisser à la seule force de ses bras vers un second appuie. Elle était rapide, fluide dans ses mouvements.... Après tout, elle avait été conçu pour ce genre d'exercice, mais ça, seule elle le savait pour l'instant. Elle jeta un regard en dessous d'elle pour voir si Kyubi s'en sortait, prête à lui tendre la main au besoin. L'étage n'était pas non plus à une hauteur vertigineuse, et ils pouvaient parvenir à leur entreprise. Ils leur resteraient ensuite à choisir quelle porte ouvrir.... Et à découvrir quels étaient les secrets que gardaient ce vieux et sombre manoir esseulé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Malice et Curiosité, soeurs de Petites Calamités.   Mar 11 Nov - 22:56

Kyubi se tient là, devant Fleya, regardant dans le vide, pensif, réfléchissant à l'analyse de sa collègue. Il s'approche d'elle, se mettant lui même en position furtive alors qu'elle s'active à ouvrir la porte. D'un chuchotement à peine perceptible, il lui répond, détendu. Une détente assurée d'une expérience certaine que Fleya peut deviner pour le peu qu'elle y fasse attention.

- Tu as l'air d'avoir une estime certaine pour ton maître, cependant, tu es ici aujourd'hui, ce qui est assez étrange si on y réfléchit. Ton maître te laisse-t-il autant de liberté? C'est assez peu commun. Toutefois, c'est ton maître qui t'a conseillé de trouver quelqu'un pour prendre soin de toi, venant d'un Unik, cela ne peut impliquer qu'un autre Unik, donc ne t'a-t-il pas influencé pour que tu le choisisses lui? Tu n'as pas besoin de maître, peut-être d'un guide, mais tout au moins une personne qui est ton égal, pas quelqu'un qui se sent supérieur à toi au point que tu dois l’appeler maître, comme si, sans lui, tu ne pouvais exister. Hors, je n'ai plus de maître, j'existe et je vie toujours. Bien sûr, c'est dur, et certes je suis peut-être seul pour le moment, mais cela changera.

À peine fini que la serrure tombe, retenue d'une main adroite par Fleya. Ainsi, ouvrant la porte doucement, elle s'engage à pas de loup, et il la suit, prenant soin de refermer précautionneusement la porte, sans un bruit. Elle semble connaître l'art de l'infiltration, et sans même besoin de communiquer, les voilà qui partent se mettre à couvert sous l'escalier, l'un part la droite, l'autre par la gauche, couvrant ainsi chaque côté, prêts à agir si nécessaire. Une vrai équipe de pro à première vue. Fleya ouvre à nouveau le chemin, grimpant à l'étage par la rambarde, et Kyubi la copie, aussi discrètement que possible. Car même sous leur pas légers et attentifs, le vieux parquet est un désavantage pour leur progression, craquelant sous leur poids.

Kyubi indique d'un geste la porte du fond, à droite, s'occupant cette fois de prendre la tête, suggérant à Fleya par le geste, de rester en couverture. Afin d'éviter le plancher craquelant, Kyubi préfère utiliser la rambarde, moins stable, mais beaucoup moins bruyante, à condition de toujours bien poser le pied à plat, sans à-coup vers la droite ou la gauche, afin de garder la barre stable. Tel un équilibriste, il parvient à la porte sans soucis, et dans un temps remarquable. Il descend délicatement, et pause son oreille contre la porte. Puis, n'entendant aucun bruit, il regarde Fleya, vérifiant qu'elle soit prête d'un signe de tête de haut en bas, puis, recevant sa réponse, il commence à tourner légèrement la poignet ronde, comme il se faisait souvent à une époque. La serrurerie tant à grincer, mais la légèreté du mouvement permet d'éviter un bruit trop percutant, laissant place à un léger grincement sourd.

Mais tout ne peut se passer aussi bien lorsque la pluie à l'extérieur se déchaîne. Une bourrasque de vent s'engouffre sous la porte d'entrée, s'ouvrant alors en grand, laissant entrée à sa suite une volée de feuilles mortes humides. Puis, par effet de dépressions, un courant inverse referme la porte dans un claquement bruyant. En effet, sans serrure, la porte ne tient plus en place.

C'est alors qu'un système se mit en route. Le centre de la pièce s'éclaire, laissant apparaître un hologramme d'un honnête homme, richement vêtu, bien qu'un peu démodé aujourd'hui. Les deux Qantiks le voyent de dos. L'hologramme est impressionnant, prenant quasiment toute la hauteur disponible dans le hall. Les haut-parleurs se mettent alors en marche, laissant s'échapper une voix grave d'un homme mature.


- Cette propriété est une propriété privée. Veuillez quitter les lieux, et aucun mal ne vous sera fait. Ceci pour votre propre sécurité, rentrer chez vous et laissez nous en paix.

Dans le même temps, des scanners lasers s'activent, commençant du plafond, pour s'abaisser et balayer quasiment toute la pièce. Aussi vif que l'éclair, Kyubi fait demi-tour pour repartir sous l'escalier, emportant au besoin Fleya, si celle-ci n'aurait pas eu la présence d'esprit de bouger. Ainsi, à l'ombre, c'est le seul endroit qui n'est balayé par les scanners. Il porte la main à la garde de Raï alors que les lumières illuminent à présent la pièce. Seul leur abri reste à l'écart, s'ils se collent bien dos à l'escalier.

- Voilà, ne revenez pas. Vous êtes prévenus.

Cela était bon signe, ils n'ont apparemment pas été pris par le détecteur de présence. Mais déjà des voix et des bruits de pas lourd se font entendre. Une porte à l'étage, sur la gauche, s'ouvre, et des voix couvrent le silence qui s'était installé jusqu'alors.

- Qu'est-ce qui se passe ici. Cela fait bien longtemps que le système ne s'était mis en route.

- Papa, regarde la porte! Elle est à moitié ouverte!

- Je t'avais dit d'installer une porte plus résistante! Avec la tempête de dehors, pas étonnant qu'elle s'est ouverte!

- Oui, maman à raison, regarde papa, la serrure est à terre! T'as vu!

- Oui oui, j'ai compris. Je vais la réparer pour ce soir, quand le temps sera plus clément, je la renforcerais. Mais ceci est tout de même étrange. Les affres du temps ne sont pas censés rendre une serrure défaillante.

- Mais le bois de la porte, si!

- Tout va bien mon Oncle? Qu'est-ce?

Une porte sur la droite, au rez-de-chaussé s'est ouverte, laissant apparaître une ombre étrange et pour le moins effrayante. Une silhouette humanoïde déformée, dans une stature étrange, pas complètement droite, avec un long fessier qui s'allonge au fur et à mesure que le corps entre dans la pièce, laissant naître à distance égale trois autres paires de jambes en plus de celles initiales. L'ombre est pour l'instant la seule chose visible de la créature pour nos deux comparses. Combien d'autres membres aller encore intervenir? Sont-ils aggressifs ou inoffensifs? Qu'adviendra-t-il de Fleya et Kyubi? Lèveront-ils la malédiction du clan? Ou bien l'anéantiront-ils jusqu'au dernier? La suite dans les prochains postes!
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Malice et Curiosité, soeurs de Petites Calamités.   Jeu 20 Nov - 19:07

Le visage de Fleya prit doucement les traits d'une certaine tristesse suite aux propos de Kyubi. Il venait de lui rappeler sa situation première : Perdue loin de son maître. Et pour connaître son maître, elle savait qu'il serait mort d'inquiétude et qu'elle allait encore lui causer du soucis. Cela la chagrinais beaucoup, elle qui ne voulait que son bonheur, elle lui causait bien des frayeurs. Cela dit, elle ne pouvait pas laisser Kyubi lâcher autant d'hypothèse toutes plus inacceptables les unes que les autres sur Lukas sans protester. Elle lui répondit.

-Mon maître ne m'a jamais interdis de partir où je voulais. Mais lorsque je pars sans prévenir et dire où je vais il s'inquiète beaucoup pour Fleya.... Parfois, Fleya ne se rend pas compte des distances qu'elle parcourt. Et elle se perd.... Et le maître s'inquiète.... Ce n'est pas parce que le maître est Ünik qu'il plaide forcément pour les autres Ünik. Il n'a jamais fait mention de la nature de la race que Fleya devait choisir pour maître. On ne peut donc pas lui imputer quelques orientations qu'il soit sur ce sujet. Il ne m'a par voie de conséquent pas influencé vers lui non plus. Il avait plutôt l'air surpris de la décision de Fleya. D'ailleurs, le maître ne m'a jamais demandé de l'appeler ainsi. C'est moi qui l'appelle comme ça. C'est.... une forme de.... respect ? Car le maître est là pour moi.... Mais je ne sais pas s'il apprécie que je l'appelle ainsi.... Il faudra que je lui demande.

Elle s'était dis que si cela ne lui plaisait pas il lui aurait fit. Mais Lukas étant ce qu'il était, il n'était pas impossible qu'il ne dise rien pour ne pas la contrarier.... Fleya se rendit compte que la psyché Ünik n'était pas des plus simple à comprendre. Mais elle verrait cela plus tard. L'heure était à l'infiltration de résidence inconnue. Filature rendue très compliquée par la vétusté des lieux. Et ce plancher qui ne cessait de couiner.... Peu importe comment Fleya positionnait ses pieds, il fallait toujours qu'il y ait un son, aussi infime soit-il. Ce qui l'agaçait sérieusement, bien que le bruit demeurait minime. Cela dit, la progression se passait bien. Kyubi et Fleya progressait rapidement en occasionnant le minimum de bruit par rapport au condition. Un échange de regard, des acquiescements silencieux et la porte s'ouvrit... Tandis que la porte d'entrée se mit à claquer violemment dans un vacarme fracassant !

Dans un mouvement fluide et rapide, Fleya imite son comparse et tous deux se retrouvent à couvert sous l'escalier. C'était bien la peine de se donner tout ce mal. Néanmoins le pire était passé. L'hologramme de dissuasion avait fini son speach et avait disparu... Pour laisser place aux habitants du manoir. Il y avait donc encore de la vie ici, les habitants n'avaient pas péris. Mais ils n'étaient visiblement pas indemnes pour autant... Ce qui devait être un neveu, par esprit de déduction, était atrocement déformé. Fleya l'observa avec une curiosité à la fois candide et scientifique. Mais passé son apparence intrigante, la mission lui revint rapidement en tête. Devaient-ils se faire connaître ou pas ? Étaient-ils hostiles ou pas ? La jeune Qantik commença une série de calcul à ce sujet. D'abord leur isolement laissaient à penser qu'ils n'avaient plus de contacts avec l'extérieur. Leur apparence devait effrayer les gens. Ensuite le système de sécurité fut très instructif pour la jeune fille. S'ils étaient réellement hostiles, leur système de défense l'aurait été également. Or ici, il faisait plus penser à une prévention paternaliste qu'à un système de dissuasion agressif. Fleya et Kyubi venaient pour leur proposer leur aide. Un position qui pouvait leur être avantageuse.

Et de toute manière, s'ils voulaient pouvoir enquêter, ils devaient les interroger. Après tout ils étaient les mieux informés pour les aider. Au pire.... Fleya avait une arme dissimulée dans son corps, et elle pouvait se vanter d'être une maître d'arme. De plus Kyubi aussi était armé. Et s'il fallait abréger leur souffrance.... Elle le ferait. Elle lança donc un regard lourd de signification à Kyubi. Elle allait y aller. Elle ne le forçait pas à la suivre, il pouvait très bien préférer la jouer incognito. Mais pour elle son choix, conforté par ses statistiques basses sur les risques d'une possible agressivité, était fait. Sans un bruit elle sortit de sa cachette pour ne pas faire découvrir la planque si Kyubi désirait y rester. Alors que l'homme difforme s'était éloigné de la porte dont il venait pour refermer celle de l'entrée, Fleya s'était positionné derrière lui. Elle savait qu'elle avait un visage aux traits doux qui inspiraient la sympathie et la confiance. Une frimousse d'arbre en fleur.... Ce fut donc de sa voix douce et calme qu'elle interpella l'homme.


-Salutation membre de la famille Zalëon.

HAAAAAAAAA !

Pour le coup, ce fut le pauvre homme qui eut la peur de sa vie, et se retourna dans un sursaut. Du moins comme sa morphologie pouvait lui permettre.... Il observa la jeune de ses quatre yeux abasourdis. D'où sortait-elle ?! On aurait dit un fantôme d'un autre temps avec sa petite robe, son air posé et surtout sa manière d'apparaître sans prévenir. Elle souriait légèrement, en continuant de le regarder sans sourciller. La créature eut un mouvement de recule et s'exclama.

Qu... Qui êtes vous ?! Est-ce vous qui êtes rentré chez nous ?! Comment êtes vous rentré ?! Qu'est-ce que vous nous voulez ?!

Le pauvre bougre reculait dans l'ombre la plus proche pour essayer de s'y cacher. Visiblement sa difformité le complexait face à quelqu'un de normal, et en plus de beau.... Et pire encore, de belle..... Rapidement, le reste de la famille arriva. Aucun des membres n'avait été épargné, membres en plusieurs exemplaires, pilosité extraordinaire chez ce qui semblait être le père de famille. Il ressemblait à une montagne de cheveux et de barbe blanche ambulante. Même les enfants étaient difformes. L'une n'avait plus que ses yeux sur son visage, et des branchie sur chaque côté de son cou. Le garçon au contraire avait hérité de plusieurs rangées de dent et une sorte de trompe. Une femme avait une bouche à faire pâlir les serpents tant elle était large, des mains à huit doigts, quatre en haut et quatre sur le bas de la paume. Et chacun avait encore plus de bizarreries que cela. Les enfants restèrent en retrait derrière la femme qui devait être leur mère. La fillette semblait avoir un peu plus de la dizaine. Le garçon était déjà plus grand un peu moins de la vingtaine. Pour le reste de la famille donner un âge était impossible de visu. Tous se tournèrent surpris vers cette visiteuse inattendue.

Fleya les observait, les saluant d'un signe de tête, avant de s'en retourner vers le neveux et lui répondre doucement, posément.


-Je suis Fleya, Quantik de catégorie A, version d'utilisation 7.8.9.

Une Qantik ?!

-Je suis rentrée par la porte d'entrée, dont le système de sécurité est défaillant.

Ha tu vois je te l'avais dit !

Il n'empêche que ce n'était pas le vent.

-Je suis venue pour enquêter sur la malédiction de ce manoir, et retrouver la petite fille disparue.

Elle va retrouver Kalyth maman ?

Chut Judith !


Une Qantik sortie de nul part venu les aider, c'était à peine croyable. Et pourtant elle était là, tranquillement, comme si de rien n'était... Oui.... Son regard était différent. Elle ne les jugeait pas, elle n'était ni effrayée, ni écœurée. Leur apparence ne la dégoutait pas. Elle réagissait comme s'ils étaient normaux. Le patriarche eut même un peu de mal à accepter le fait qu'elle n'était pas une Ünik. Dans sa petite robe de bonne facture, son visage doux, doté d'expression.... Il avait du mal à y croire. Mais surtout, ils devaient à présent réagir. Devaient-ils croire cette inconnue qui s'était risquée jusqu'à chez eux en dépit de la malédiction, pour laquelle elle était donc au courant, et donc de leur apparence ? Comment allait-ils réagir ? Elle n'allait pas tarder à le savoir, et elle se tenait parée à toutes les éventualités. Et pour peu que Kyubi l'accompagne ça serait le bouquet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Malice et Curiosité, soeurs de Petites Calamités.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Les Soeurs Halliwell { 4 / 4
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» PETITES COURGETTES RONDES FARCIES AUX PIGNONS DE PINS
» OU EST PASSE 100 MALICE ???LA REVOLUTION OU LA COMPROMISSION ???
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Les Clairières sacrées
-