AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

[RP commun] La nuit des âmes - FIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Mar 16 Déc - 21:50

Enfin! Enfin libre. Sauvée. Ils ne l'avaient même pas retenue par le poignet ou un quelconque ruban de sa tenue. Elle l'avait échappé belle. Car un peu plus et ils l'auraient très certainement reconnue. Et finir dans les geôles n'était pas vraiment dans son programme actuel... Ni futur. Alors même si elle allait sans doute se sentir un peu perdue avec toutes ses personnes d'une autre race, d'un autre quotidien autour d'elle, elle avait bien fait.

Noyée dans la foule, Nima attendit un certain temps avant de toucher la décoration de ses cheveux auburn. Il fallait être certaine que le Chevalier ne puisse plus l'observer. Il ne manquerait plus qu'il découvre son secret. Tout allait bien. Alors, subtilement, sa magie opéra. Teintant ses longs cheveux d'or liquide, hâlant légèrement sa peau comme celle de l'Elite, modifiant un peu ses traits fins pour les rendre un peu plus communs. Et lorsqu'elle passa derrière un imposant Hybrid-arbre, sa tenue s'était transformée en une longue robe comme celle qu'elle avait aperçu un peu plus tôt sur une bourgeoise venue s'encanailler à cette soirée. L'inverse d'une chrysalide. Le papillon devenait larve.

Enfin en sûreté derrière son masque, elle déambulait parmi ces gens issus de différents peuples, observant ceux qui ne résistaient pas à se mêler aux autres, comme ceux qui restaient plus solitaires ou entre gens de meilleurs compagnie. Elle eut même un petit sourire devant l'extravagance d'un Hybrid, un frisson face à une prothèse mécanique d'un Quantik. Assurément, ce soir, il y en avait pour tous les goûts.

Pourtant, au gré de ses pérégrinations, une figure l'intrigua. Une personne marchait doucement au milieu des autres sans même leur adresser le moindre mot. Elle ne faisait que les observer. Un peu comme elle-même en somme. Un doute s'immisça. Etait-elle également une voleuse comme elle? Allait-elle marcher sur ses plates bandes? Les lèvres de Nima frissonnèrent, exprimant un brin de mépris. En tout cas, il fallait en avoir le coeur net.

Prenant son courage à deux mains, elle s'avança jusqu'à sa hauteur. Mine de rien. En louvoyant entre les différents groupes. Discrètement. Profitant que la demoiselle désignée observe le chaland opposé ou s'imposant dans un groupe en pleine discussion. Histoire que l'étrangère l'admette comme un élément du décor inoffensif.

- Bonsoir... Charmante soirée, n'est-ce pas? Je crois que nos chers disparus auraient aimé assister à un tel événement... Mais de vous à moi, je ne sais pas encore si j'en suis réellement enchantée... Tant de visages inconnus me donne le tournis...

Petit sourire de circonstance avant de lui tendre une main amicale. De ses iris inchangés, elle la scruta toute entière. Peau parfaite. Cheveux de soie et noirs. Des yeux clairs. Des formes où il le fallait et comme il le fallait. La perfection glaciale à l'état pur. De quoi vous donner des frissons dans le dos. Elite ou Quantik? La question se posait définitivement. En tout cas, c'était ainsi que Nima s'imaginait les femmes nobles de sa race.

- Je suis Bridget. Enchantée de faire votre connaissance...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Mer 17 Déc - 17:37

Le cœur en fête, Areïa semblait s'amusait d'un rien ce soir-là. Tout lui paraissait tellement beau et hors du commun. Elle qui pensait venir se moquer de tous ces peuples réunis, elle était en réalité plus émerveillée que quiconque. Bien entendu, il y avait toujours cette aura de haine qui traînait mais elle n'était pas comparable à la douce sérénité qui flottait dans l'air. Éternellement jonchée sur un nuage aux tons rosés qui la transportait de songes en songes, la réalité la frappa à nouveau lorsque des paroles qui lui étaient adressées lui parvinrent. Il s'agissait d'une femme à la chevelure blonde. A en juger par son apparence et ses vêtements, il s'agissait probablement d'une Unik de haut rang. Les paroles portées à l'attention de la Quantik lui avaient semblé tout particulièrement douces, inoffensives. Areïa porta alors son regard jusqu'à celui de la jeune femme et elle n'y trouva aucune trace de mépris. Ah, c'était si singulier, un être de la race des Uniks qui ne la méprisait pas et ne lui demandait pas d'exécuter une tâche. Bien entendu, personne ne le savait mais la brune était libre, profondément libre. Ou presque.

-Bonsoir, enchaîna la gamine avec un sourire entendu avant de lui serrer amicalement la main. Oui, c'est une belle soirée... Je me le demande... Pensez-vous qu'ils entendent les personnes qui leur envoient des prières? Je pense qu'ils rient de nous... 

Areïa adressa à la jeune femme un regard qui traduisait toutes ses pensées. Elle n'avait pas prononcé ces mots par méchanceté, par moquerie mais uniquement parce-qu'il s'agissait réellement de ce qu'elle pensait. Bizarrement, elle avait toujours été persuadée que les morts riaient des vivants,  ces être prisonniers de leur propre vie et qui s’entre-tuaient sans raison valable.

Rassurez-vous, regardez-les bien. Des peuples ayant des différents qui prient ensemble, il y a une certaine harmonie dans l'atmosphère... La haine reste perceptible mais quoiqu'on fasse, l'espoir prend le dessus, c'est toujours comme ça... souffla-t-elle avec une certaine mélancolie. Ah, enchantée, je suis Areïa. Bridget, vous êtes une Unik, n'est-ce pas ? Enfin, peu importe me direz-vous mais je suis une personne plutôt curieuse. Hum, je ne suis pas très polie, je vous ai posé cette question sans même vous donner mon identité exacte.. Les civilités, ça me connaît plutôt mal. Je suis Areïa, une Quantik.

Elle se pencha en avant et leva le bas de sa tenue afin de montrer à ladite Bridget sa jambe mécanique, elle la tapota avec un sourire enfantin puis se redressa lentement. Un air étonnamment paisible planait sur son visage, elle n'avait pas honte de ce qu'elle était. Son regard finit par se détourner de celui de son interlocutrice, se focalisant à nouveau sur diverses personnes. Là encore, ce n'était pas un manque de respect. La Quantik le faisait inconsciemment, aimant observer ceux qui l'entouraient. C'était définitivement une situation amusante pour elle. Peu de personnes avaient fait attention à elle, peu l'avaient fusillé du regard à cause de ses origines. Absolument tout fascinait Areïa, que ce soit l'ambiance incroyablement féerique qui transportait la foule ou bien l'état d'esprit des personnes présentes... Tout lui semblait extraordinaire, singulier... Pivotant à nouveau la tête vers l'Unik, elle écouta sa réponse avec attention, un éternel sourire dessiné sur ses fines lèvres.
Résumé::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Ven 19 Déc - 10:21

La main fut attrapée et serrée. Un sourire aimable saupoudra la scène étrange qui se déroulait entre une Unik et une Quantik. Qui l'aurait crû? Pas de haine, pas de domination, pas de rébellion entre ces deux êtres. Encore une preuve de la volonté de la Déesse. Une preuve sans faille que cette soirée n'était peut-être pas un échec ou une chose utopique. En tout cas, cette inconnue n'était certainement pas une concurrente. Loin de là...

Celle-ci était bien trop franche. Trop honnête. Pour être une voleuse. Ou une Unik. Elle n'avait encore jamais rencontré quelqu'un comme cette fille. Enfin fille... robot, poupée. Rayer la mention inutile. Alors elle resta coi lorsque cette dernière déblatéra sur leur présence à tous, sur le but de ces prières que chacun faisait en son fort intérieur. Elle fronça les sourcils devant l'image étrange qu'elle se faisait de leurs morts. Un mort riant des vivants. Absurde.

- Je ne pense pas qu'ils entendent ou qu'ils rient. Un mort reste mort quoique l'on puisse en penser. Certains disent que l'esprit demeure alors que les corps retournent à la Déesse. Je n'y crois pas car s'ils restaient parmi nous, ils nous enseigneraient leurs erreurs..


Retrouvant son sourire léger, elle balaya les airs de sa main, comme chassant quelques moustiques invisibles.

- Mais vous avez raison, je suis une Unik et je suppose que vous avez bien le droit de poser la question au vu de la nature de notre réunion. Après tout comment savoir à quel peuple appartiennent tous les figures qui nous entourent...

Partiellement amusée, elle gloussa un peu devant l'air concentré de sa compagne du moment. Finalement, elle passa son bras sous le sien. Un geste aussi autoritaire que complice.

- Je dois également vous faire une confidence... Je suis également une curieuse invétérée et j'avoue que vous piquez ma curiosité. Est-ce que cela vous serait possible de me parler un peu de votre pays, de votre peuple? Je n'ai, hélas, que très peu d'occasion de quitter les hauts murs du manoir de mon Père alors que je rêve d'aventures, d'insolites rencontres... S'il vous plait?


C'est alors qu'elle fit cette petite moue. Une grimace adorable qui était supposée fléchir une volonté trop forte et trop ancrée. Un appel à la miséricorde et à l'indulgence. Un appel aux sentiments d'un robot? Vraiment? N'était-ce pas hors de propos ou déplacé? Peu importait à partir du moment où elle obtenait les réponses à ses questions. Et puis la Vieille Rose ne disait-elle pas qu'une idiote réussissait à avoir ce qu'elle voulait? Si ce n'était par confiance mais par marque d'infériorité. En tout cas, il fallait toujours sourire et Nima souriait presque de toutes ses dents pour paraitre la plus inoffensive des créatures.

- De même si vous avez des questions sur mon peuple, je serai ravie de vous instruire dans nos moeurs et coutumes. Surtout n'hésitez pas...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


World Mistress (MN)


RPG
Âge : [A]^(-1)=(1/det[A]) comt(A)
Groupe:
Inventaire: Ce qui est à toi est à moi ~

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Sam 20 Déc - 15:05



La nuit des âmes
La prière s'était bien passée. Les gens s'étaient tu, ils avaient préféré, pas tous, mais une bonne part, célébrer correctement leurs défunts, plutôt que de se chamailler puérilement. Bien sur, la tension était palpable. Le Prêtre avait fait ce qu'il avait pu pour calmer les gens, leur procurer une forme de bien être et de bonheur, mais ils étaient maitres de leur Destin. Il ne pouvait dicter leur comportement, seulement apaiser leurs âmes. Des groupes se formèrent : Üniks, Qantiks, et Hybrids. Mais au fur et à mesure, les plus vaillant, ceux plein de bonne volonté, décidèrent de franchir cette frontière entre leur peuple, et de toucher enfin du doigt ce qui les séparait des autres nations. Le Prêtre d'Or était satisfait de voir comment la foule avait fini par se mélanger au bout d'une ou deux minutes. Les plus farouches, avaient fini par s'exclure d'eux-même. Les gens prenait la différence des uns et des autres de leur propre façon. Il n'y avait pas à les juger, comme eux n'avaient pas à juger leurs pairs. Mais ceci était encore une autre philosophie de vie.

Avant qu'il ne descende de l'estrade, le ton monta dans la foule. Un homme incendiait une femme. Ils n'étaient pas du même peuple. Les mots qu'il prononça étaient durs et violents. La jeune femme était une Qantik, et se sentait seule, démunie, dépossédée. Elle ne savait pas quoi faire, ni quoi dire, et ne pouvait même pas s'excuser si un quelconque mal avait été fait. L'homme qui l'invectivait avait fait s'écarter la foule autour d'eux. Les gens les regardaient, mais personne n'osait bouger. Et puis une main se leva et s'abattit sur le visage de la Qantik. Seulement, quelqu'un s'interposa. Le Prêtre agit instantanément « Messieurs, veuillez emporter ce perturbateur. » Quatre hommes sortirent des bois avoisinants le Désert, et fendirent la foule jusqu'à l'Ünik. L'attrapant rapidement, ils l'emmenèrent loin, au delà de l'Orée du Désert, le renvoyant de là. Le Prêtre prononça une prière, psalmodia quelques mots, et alors le type ne pu revenir. Il ne se retourna même pas, marchant vers Urban City alors que la nuit tombait.

« Il semblerait que tous ne comprennent pas notion d'humilité... Bien, nous allons entamer la procession jusqu'au bûcher. Les prêtres vont passer devant. Veuillez bien rester dans le cortège entre les lampions. » Cela ne servait a rien d'ébruiter l'histoire. La Qantik était à nouveau libre de ses mouvements, et comme les autres, était invitée à avancer.
Le cortège prit pas mal de temps. Il fallait que tout le monde s'organise, que tout le monde avance. Les religieux passèrent les premiers, le Prêtre d'Or en tête.
La marche fut peu bruyante, comme le voulait la tradition, et lorsqu'ils arrivèrent à l'énorme bûcher, le prêtre reprit la parole, le sourire aux lèvres « Mes amis, voici le bûcher. Il était, traditionnellement, fait pour y poser les vœux. Vous pouvez déposer dans le futur feu des objets ou des souvenirs appartenant aux êtres chers, ou encore un message. Du vélin et de l'encre sont mis à la disposition de tous. Quand tout le monde sera prêt, nous brûlerons ces mots et ces objets, et nous rendrons hommage à ces âmes qui, depuis le temps, le mérite amplement. »
Les gens furent alors invités à se déplacer. Ils pouvaient évidemment communiquer, prier, et prendre le temps de rendre grâce à leurs propres amis, parents, et ancêtres.

Le Prêtre d'Or n'était pas abordable, s'étant retiré un moment dans la forêt.

Explications

✧ La prière est donc terminée, les gens sont invités à marcher vers le bucher

✧ Dans la foule une dispute éclate. Le premier qui postera et qui voudra surtout, pourra être celui qui intercepte la main de l'homme contre la Qantik. Si personne ne prendra l'initiative d'intervenir dans la continuité de mon post, aucun soucis, ce sera un PNJ qui prendra le rôle ^^

✧ Après l'altercation, le type est banni donc vous le voyez disparaitre.

✧ Donc la procession reprend, le prêtre explique certaines choses. Comme dites : si vous n'avez pas d'objets sur vous vous pouvez écrire un voeux, quelque chose, le garder secret ou le montrer si vous voulez, et aller l'accrocher au bûcher.

✧ Le prêtre d'or s'est retiré, mais les autres sont toujours là si jamais votre personnage a besoin d'aide, panique ou quoi ^^

✧Prochain message de Mère Nature : le 30/12/14


Pour toutes questions : MP Cocoon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chevalier Ailé (Ithilion)


RPG
Âge : 23
Groupe: Elite
Inventaire: Bourse sans fond

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Sam 20 Déc - 17:14

L'attention d'Ithilion fût interpellé par un échange assez bruillant non loin de lui. Il se détourna de l'hybrid qu'il n'avait quitté des yeux pour se concentrer ce qu'il se passait. L'accrochage devait arriver, même si les tensions avaient été calmées par les sages paroles du prêtre, elles ne pouvaient disparaitre en l'espace d'une simple soirée, aussi sacrée soit-elle. Mais étrangement, la scène ne mettait pas en jeu un unik et un hybrid comme l'aurait parié la plupart. Il s'agissait d'un homme qui jetait toute sa haine sur une pauvre Qantik, complètement démunie face à ces propos violents. Autour d'eux, un cercle de spectateurs s'était formé et les regardait, la mine grave. Personne ne semblait vouloir agir, sans doute de peur d'enflammer la situation et qu'une altercation plus musclée éclate. Mais cet abruti risquait d'aller trop loin et de provoquer l'étincelle qui mettrait le feu aux poudre. Déjà que l'ambiance générale était redevenue électrique à proximité. Et en plus il donnait une mauvaise image des üniks.
Ithilion se dirigea dans leur direction tenter calmer la situation avant qu'elle ne devienne délicate. Soudain la main de l'homme énervé se leva dans le but d’asséner une claque à sa victime.  Surtout le coup ne devait pas être porté sinon la cérémonie courait à la catastrophe. Un bref coup d'oeil lui indiqua qu'il était trop loin de l'unik pour l'intercepter physiquement. Il lâcha un juron en même temps qu il sortit sa bourse contenant tout son argent. Il la lança de toutes ses forces, avec la rage d'avoir à jeter une telle somme dans une foule d'inconnus. Sa cible n'était pas sa tête, bien que cela aurait été avec un plaisir immense, il ne fallait pas envenimer les choses. La bourse frappa la main levée avant qu'elle ne s’abatte. Le type ne comprit pas immédiatement ce qu'il venait de se produire, il vit juste un éclair blanc lui foncer dessus avant de se retrouver maitriser sans avoir pu réagir.

-Espèce d'imbécile. l'insulta Ithilion en maintenant sa prise. J'espère n'avoir perdu aucune pièce dans l'histoire, sinon je te fais la peau.

L'homme essaya de se débattre mais la clé de bras du soldat l'emprisonnait de tout mouvement. Le flot de menaces que son prisonnier lui proféra n'atteignit pas Ithilion le moins du monde,il regardait surtout ou était tombé son trésor, orêt à sauter sur la moindre personne qui esquisserait un geste pour s'en saisir. Les seules personnes qui brisèrent le cercle furent quatre armoires à glace. Sur l'ordre du prêtre d'or, ils avaient surgi de nulle part pour prendre le fauteur de trouble et l'emporter loin de la cérémonie.
Débarrassé, Ithilion courut ramasser son bien pour le replacer rapidement en sécurité sous son blouson. Il passa quand même près de la Qantik pour lui tapoter l'épaule en geste de réconfort. Cette dernière sursauta comme si elle allait de nouveau se faire frapper. Ces êtres créés de la main des üniks se retrouvaient souvent maltraités et assujettis sans n'avoir rien demandé. Maitre Elionne lui avait souvent fait considérer que malgré leurs corps issus de la technologie, leur existence n'en avait pas moins une valeur égale ou supérieur à bien des ûniks. Et qu'à trop considérer comme de simples objets, beaucoup risquaient un jour de s'en mordre les doigts. Après tout, la plupart des Qantiks possédaient un cerveau et donc une conscience.

L ecclésiaste invita à reprendre le cortège pour se diriger vers le bûcher. Le Chasseur Ailé retrouva donc son protégé qui n'avait pas bougé d'un pouce. Ce  dernier accueillit le retour de son garde du corps avec son amabilité habituelle :


- Finalement vous êtes efficace. Même si je ne comprends pas pourquoi vous vous êtes déplacé pour cette machine. Et gratuitement en plus !


-Laissez tomber, même le temps de voyage du retour ne serait pas assez long pour vous faire comprendre. répliqua Ithilion. Dites vous juste que d'un certain point de vue, je viens de vous sauver la vie.

Le reste du chemin se fit au calme. Suivant la voie éclairée par les lanternes suspendues, seul le bruit des pas faisaient échos dans la forêt. Une fois arrivée, le prêtre d'or, entouré de ses subalternes, se positionna devant un énorme tas de bois dont les flammes allaient bientôt jaillir pour caresser le ciel et y apporter aux morts les messages de ceux qui pensaient à eux. Tout était prévus pour que chacun puisse écrire un mot aux être qui leurs étaient chers. Ithilion ne se prit pas au jeu cette fois-ci. A ses yeux, une vie était sacrée, car la mort n'en gardait aucune trace. Cela expliquait la philosophie des Chasseurs Ailés. Grand bien fasse à ceux qui se rassuraient en s'imaginant que par delà les étoiles, les âmes les surveillaient en attendant les retrouvailles. Mais mieux valait profiter de cette chance offerte que de se la gâcher avec des incertitudes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Dim 21 Déc - 0:33

Au cœur du Désert de Sidhe, on entendait vrombir au loin le moteur puissant d'une moto très lourde. Soulevant des nuées de sable gris sur son passage, l'engin filait avec hâte sur la route qu'il suivait. On aurait cru un monstre mécanique d'acier qui hurlait aux alentours qu'il arrivait, comme un prédateur ultime dans ce désert où la vie n'avait pas sa place. Son conducteur était penché en avant sur les commandes électroniques compliquées. Le regard protégé par des lunettes de pilotage, il ne craignait pas que la fraîcheur du soir ne lui arrache des larmes, dues à la vitesse. Il avait fini sa journée de travail depuis quelques heures, et comme à l'accoutumée il avait enfourché son véhicule dès que l'heure de la fin du labeur avait sonné dans le but de s'enfuir de Nordkia pour quelques heures, pour vider son esprit. Rien n'était plus enivrant pour Neo que de s'évader dans le plat alentour d'Urban City. Sous les étoiles qui perlaient sur le ciel noir, il se sentait plus loin que jamais du bourdonnement perpétuel de la Cité des Dockers. Il l'aimait, cette énorme ville-cratère, mais on s'y sentait facilement à l'étroit, surtout lui qui aimait à laisser s'évaporer son esprit très haut dans les nuages.
Ce soir, il ne s'était pas senti la force de rentrer chez lui pour entendre sa mère et ses sœurs. Trop de femmes chez lui. Depuis que son père était mort, il n'éprouvait plus aucun plaisir à rentrer chez lui. Neo savait que penser ainsi était méchant, mais c'était la triste vérité : plus il était loin de leur maison, mieux il se portait. Et ce soir, il avait décidé de rouler jusqu'à ce qu'un obstacle l'empêche d'aller plus loin. A coup sûr, il se ferait tirer les oreilles par Lysa dès qu'il serait de retour chez les Collins. Mais pour une fois la harangue de sa sœur aînée ne le poussait pas au scrupule. Neo avait décidé de rouler jusqu'à plus soif, et quitte à ce qu'il passa la nuit dehors, il le ferait sans an démordre.

Au bout de quelques heures de voyage, il vit au loin des cimes d'arbres près du ciel. Le jeune homme commença à ralentir, et se retourna. Les lumières d'Anathorey visibles depuis Nordkia n'étaient qu'un très lointain souvenir à présent. Inquiet, Neo observa de nouveau cette masse sombre qu'était la forêt d'Hoshizora. Le voilà qui entrait en territoire Hybrid. Cela signifiait qu'il avait traverser en quelques heures l'entier Désert de Sidhe. Impressionné par la performance de la Skooth, il siffla d'admiration et tapota avec fierté sur la carcasse de sa moto. Il n'avait encore jamais roulé aussi longtemps, ni aussi loin, et plus encore sans même s'apercevoir de ce très long voyage. Quelles idées noires devait-il avoir en tête pour qu'il ne reprenne conscience seulement après des heures et des heures de route... Il n'était pourtant pas dans ses habitudes de déprimer. La date d'anniversaire de mort de son père avait peut-être un lien avec sa rêverie. Quoique. Il n'était vraiment pas un garçon sensible à ce point. Il était triste quand son père était décédé, et il lui manquait aujourd'hui. Mais Neo ne se morfondait pas car il savait très bien que cela ne ferait qu'affaiblir son cœur et le rendrait vulnérable au monde hostile des Üniks. Mieux valait garder le contrôle de tout ce qui entourait cette histoire, et ne plus y penser.

Neo avait reprit une allure normale lorsqu'il aperçut des lumières dorées qui valsaient au travers des troncs à l'Orée de la forêt. Y avait-il des gens ? Sans se méfier le moins du monde, Neo décida de s'approcher encore un peu. Il lui semblait entendre une vague mélodie festive, et de la fumée blanche s'élevait dans les airs comme lorsque l'on allume un bon feu. Ses X-Glasses lui indiquaient les gaz et les poussières qui se trouvaient présentes dans la fumée. Il voyait également des descriptions de ce qui était des tissus, des métaux, des armes...
* C'est quoi l'embrouille ? * songea-t-il, en haussant les sourcils. La forêt, c'était pas un lieu exclusivement Hybrid, peuple de ceux qui n'aimaient pas les Üniks, et qui réfutaient toute forme de technologie ? Il ne comprenait pas ce que lui indiquaient ces lunettes d'analyse de la matière. A l'évidence ces dernières descriptions correspondaient à ce que des gens portaient sur eux, que ce soit des vêtements ou autres biens. Neo arriva à l'entrée de la forêt, et décida d'y garer discrètement sa Skooth pour s'approcher de plus près et voir de quoi il en retournait.

Depuis sa cachette, on pouvait voir plus loin plusieurs feux allumés, qui déversaient au travers des environs boisés une douce lueur dorée. Neo entendait aussi la rumeur d'une foule qui parlait. Il lui semblait pourtant que l'ambiance n'était pas aussi joyeuse et détendue que lorsque l'on fait une fête. Sa curiosité était plus forte que sa crainte – et sans doute ses instincts de survie. Le Docker décida d'approcher les lieux, en se faisant discret et silencieux. Il ne cherchait pas à se cacher, pour ne pas attirer le regard aguerri d'un garde qui ferait du zèle. S'il s'agissait de festivités Hybrids, il se présenterait comme un homme qui s'était perdu, et repartirait derechef en s'excusant d'avoir déranger ces messieurs dames. Si toutefois on lui laissait le loisir de voir un scénario si optimiste se réaliser. Mais Neo ne vit aucun garde, et c'est avec une facilité déconcertante qu'il put arriver dans la clairière où l'on avait organisé semblait-il une fête cosmopolite.

Le lieu ne présentait pas d'entrée, ni de barrière. C'était à croire qu'on laissait aller et venir tout le monde à sa guise. Il y avait plusieurs buffet, sur lesquels s'étendaient des spécialités qu'il connaissait et d'autres qui lui étaient totalement inconnues. Le plus frappant était la diversité des personnes qui étaient présentes : certains lui ressemblaient et devaient être des Üniks, mais la fille aux oreilles de chat qui venait de lui raser le bout du nez n'était certainement pas originaire de Nordkia ! D'autres arboraient sur leurs membres des végétaux comme s'ils y avait poussé tels des grains de beauté. Enfin, d'autres étaient faits de métal, de parties mécaniques entièrement ou partiellement, et semblaient un peu perdus. Neo écarquilla derrière ses X-Glasses des yeux étonnés. Qu'est-ce que c'était que ce bordel ?
Il tourna la tête vers deux femmes qui chuchotaient en le regardant. Les analyses de leurs vêtements révélait qu'elles étaient vêtues de « fibres végétales inconnues » à Neo. Comment une matière pouvait-elle échapper à la base de données de son Dzêta ? Mais où était-il tombé ? Que signifiait tous ces peuples mêlés les uns aux autres ? Pour éviter d'effrayer ces deux femmes plus longtemps, Neo retira ses lunettes d'un geste un peu maladroit, et leur adressa un sourire gêné un peu idiot. Elles filèrent, l'air inquiet. Voilà qui mis Neo d'autant plus à l'aise... On laissait entrer tout le monde, mais chacun n'était pas forcément le bienvenu. Il fit quelques pas au milieu de la foule, désireux d'en savoir plus sur ce qui se tramait ici-bas.

C'est alors qu'un homme au crâne orné d'opulentes cornes fit son apparition sur un petit estrade sans doute destiné à ce qu'il prononce un discours. Neo n'avait aucune idée de son identité mais il était sûr d'une chose : ce mec, c'était du lourd. Vêtu aussi richement qu'un prince des mille et une nuits, son air angélique et son aura calme lui donnait l'air d'un esprit venu de l'aube des temps. Le jeune Docker, peu habitué à voir des Hybrids, fut un peu impressionné – et il en fallait, pour impressionner Neo ! A bien y réfléchir, il n'était jamais venu en territoire Hybrid jusqu'alors, et c'était la toute première fois qu'il se retrouvait aux côtés des Hybrids. Les Qantiks, il en avait davantage l'habitude, mais les créatures de la forêt beaucoup moins. Au bout de quelques minutes, il se sentit déjà blasé, et se contenta d'écouter le discours de ce drôle de type qui était monté sur la petite scène. Il se présenta comme le Prêtre d'Or – rien que ça ? - et ouvrit les bras vers la foule qui s'était rassemblée devant lui pour l'écouter.
Le prêtre avait employé des mots compliqués qu'il n'avait pas tous compris, mais Neo put se rendre compte que la fête à laquelle il assistait était un hommage aux défunts de la Tempête Exile initialement. Si la tradition de l'éloge funèbre s'était perpétrée pendant quelques temps, les autorités Üniks et Hybrids avaient dû bien vite y mettre fin, et les guerres n'avaient fait que séparer davantage les autres peuples. Mais aujourd'hui, ce drôle de gugusse avait décidé qu'il était temps de reprendre la tradition, et que cette nouvelle Fête des âmes serait dédiée aux défunts qui était proches à la foule présente ce soir. Allons bon, pile quant il s'était mis à penser à son vieux. Quelle coïncidence désagréable.

Ce soir, c'était le soir où tout le monde devait s'aimer, c'était l'idée merveilleuse qui planait dans les vapeurs boisées des feux allumés. Neo n'y croyait pas une seconde. Après le discours du prêtre, il haussa les épaules, et commença à faire quelques pas dans la clairière. Juste histoire de faire un petit tour. Après il s'en irait très certainement. Il n'y avait pas grand intérêt à rester ici. Les mains enfoncées dans les poches, il marchait lentement avec nonchalance. Il lançait des regards aussi incrédules que blasés autour de lui, comme si rien de tout cela ne l'intéressait vraiment. Les gens essayaient de se mélanger, mais lui sentait que s'il s'approchait de quelqu'un, quelle que soit son origine, il n'aurait rien à lui dire. Olivia fit alors irruption dans son esprit. Il se souvenait de sa petite bouille gênée quand il lui avait caressé la tête, et de cet air supérieur qu'elle avait pris pour s'adresser à lui. Il ressentit un léger pincement au cœur. Allons bon. Il ne devait vraiment pas être dans son assiette ce soir. Quelle idée de penser à cela...

« Bah dis donc, toi c'est pas la joie ce soir ! » lui lança une jeune femme qui s'était approchée de lui. Surpris, Neo la dévisagea. Elle avait un œil caché par une énorme fleur blanche qui lui donnait un air charmant. D'autres végétaux similaires parcouraient son corps frêle. Ce devait être une Hybrid. Elle lui tendit une petite choppe, en souriant. Un peu hagard, Neo la prit en silence. La jeune femme ne se départit pas de son sourire.
« C'est du jus de fruit... Tu verras, il est très bon ! » Neo ne lui répondit rien, comme absorbé par sa bonne humeur rayonnante. Elle était bien zen cette fille, pour lui parler ainsi. Lui qui n'était d'ordinaire pas de ceux qui angoissaient, n'était pas très à l'aise ce soir. Il goûta au jus, et admis en effet qu'il était délicieux. La jeune femme joignit ses deux mains en riant :
«  Allez détends-toi jeune homme, ce soir pas de déprime, hein ! » Elle s'en alla sur ces mots, toute guillerette, laissant Neo pensif dans son coin.

Il finit la choppe, et la posa sur une table de bois au hasard avant de continuer à marcher sans but parmi la foule. Il n'avait pas du tout la tête à s'amuser ou à aller parler aux inconnus. Il était un garçon distant, qui n'aimait pas du tout réfléchir aux affaires guerrières ou de diplomatie. Il ne s'intéressait même pas aux mauvais traitements que les Dockers subissaient à cause de l’Élite, ce n'était pas pour s'apitoyer sur les autres races et les pertes de guerres séculaires. Il se désintéressait totalement de la fête de ce soir. L'ennui vint lui tenir compagnie alors qu'il s'était assis dans un coin pour laisser passer le temps. La route l'avait fatigué, il n'avait pas envie de remonter sur la Skooth tout de suite. Il devait en outre être à cinq bonnes heures de Nordkia.
Au bout de quelques temps, Neo se leva, et fut témoin comme tous les autres présents d'un accrochage entre un type et une pauvre fille qui sanglotait presque, effrayée par sa voix forte. Neo ne savait pas pourquoi elle se faisant engueuler, mais elle prenait cher cette petite nana. Publiquement, et très fort. Ce devait être humiliant. Soudain un type fendit la foule avec fougue, et se fit un plaisir d'immobiliser le gêneur en lui tordant le bras dans les règles de l'art. Neo leva les yeux au ciel, Ouais, elle était dans la merde et elle avait besoin d'aide. Mais est-ce que c'était vraiment la peine de faire tout ce boucan juste pour montrer que Monsieur était le plus fort ? Ce genre de comportement l'agaçait au plus haut point. Lui, il n'avait jamais eu l'intention d'aller sauver cette demoiselle. Chacun ses problèmes, et à son âge il était temps qu'elle sache se débrouiller seule. Neo avait parfois des jugements durs, voire un peu cruels. Mais il ne voulait tout simplement pas ouvrir les yeux sur la réalité d'un monde qui l'effrayait. Il ne voulait pas faire face, et ne s'en sentait pas le courage.

Alors qu'il se disait qu'il avait envie de repartie, le prêtre prit de nouveau la parole, et invita chacun à se rendre près d'un bûcher près duquel on pourrait formuler des vœux. Tiens, ça bougeait enfin un peu. Neo vit toute une procession se diriger dans la direction indiquée par le prêtre, et fit de même sans trop réfléchir. Un bûcher pour les défunts hein... Décidément il n'arrivait pas à se défaire de l'image de son père. C'était lassant à force.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Dim 21 Déc - 20:44

Des paroles flottant doucement dans l'air, toutes délicatement transportées par une brise de vent rafraîchissante. La Qantik avait écoutait les paroles de son interlocutrice avec grande attention, adoptant un silence respectueux. L'idée que les esprits puissent enseigner leurs erreurs aux vivants fit plus ou moins tiquer la jolie brune qui afficha alors un sourire amusé. Ce n'était pas de la moquerie, elle n'avait tout simplement jamais pensé à cette éventualité et cette découverte semblait divertir son esprit. Alors, elle se demandait. Dans les tréfonds de son âme tourbillonnaient subitement des raisonnements aussi absurdes que cohérents. Aideraient-ils réellement les vivants à corriger leurs erreurs si les esprits étaient toujours parmi eux ? Pas si sûr. Il faudrait pour cela qu'ils aient pris du recul. Leur mort aurait pu y contribuer mais là encore, ce n'était pas garanti. Un être ne change peut-être pas de façon de penser après sa mort. Et si tel est le cas, il refait les mêmes erreurs, induisant même ceux qui l'entourent à les reproduire. C'était ainsi qu'Areïa raisonnait. Pour elle, tous se moquaient des vivants. Ils se moquaient de leurs erreurs et pourtant, ils continuaient de faire les mêmes et ce, indéfiniment. La jeune fille n'en rajouta pas sur le sujet, la mort n'étant pas un débat qui la passionnait ce jour-là. Là, elle était beaucoup trop préoccupée. En fait, l'idée de rater un être extraordinaire l'effrayait. Sachant que chaque être était extraordinaire, elle se devait d'observer toutes les personnes présentes. Alors, lorsqu'elle sentit le bras de Bridget se glisser sous le sien, elle lui accorda un bref regard ainsi qu'un joli sourire, écoutant toujours attentivement ses paroles tout en regardant les diverses personnes sur les lieux.

-Eh bien, que pourrais-je vous dire sur mon pays ? Je n'appartiens à aucune terre et aucune terre ne m'appartient. Je ne viens de nulle part et pourtant, je viens de partout. Disons que je suis une personne aux tendances nomades. La liberté appartient à ceux qui ne possèdent aucune attache, non ? Fit-elle dans un sourire confiant. Je serais enchantée de vous parler de mon peuple mais je le serai davantage de le connaître moi-même. Je n'ai rencontré que très peu de Qantiks et quant à ceux que j'ai pu croisé durant ma quête de liberté, il étaient tous esclaves d'Uniks. Voyez-vous, à l'origine, j'étais moi-même une Unik. Le seul peuple dont je pourrais vous parler serait celui-ci. Mais je pense que vous le connaissez déjà suffisamment.

La jeune Qantik reconnut dans son sourire toutes les caractéristiques propres aux Uniks, celles qui avaient tant été utilisées pour décrire sa génitrice. Cette pensée l'amusa. Après tout, un rien l'amusait. Décidément, sa mère hantait ses pensées ce soir-là. A jamais omniprésente dans sa vie. Elle était la responsable de sa venue au monde et comme si ça n'avait pas suffi, il fallait qu'elle la poursuive même après sa mort. Ridicule. Encore à se raccrocher à ce passé indésirable. La brune releva soudainement la tête, ses sens soudainement captivés par le grabuge qu'avait causé une querelle. Apparemment, un Unik s'en était pris à une Qantik. Quelle soirée divertissante ! Le sourire toujours creusé sur ses joues rosées, Areïa fixait la scène avec intensité, son sourire prenant cette allure effrayante que portaient si bien les clowns.

-C'est si amusant... Les êtres vivants sont si divertissants... Leur complexité est fascinante je trouve. On pourrait croire certains sans aucune profondeur d'esprit et pourtant, je suis certaine que même les plus simplets peuvent nous surprendre. Nous possédons tous nos propres réactions et raisonnements, alors je crois que l'on peut dire que nous sommes tous complexes. Mais je crois que leur complexité réside dans leur cruauté et leur incohérence.

Des paroles murmurées sans vraiment y faire attention. Étant souvent seule, la Qantik disait ses pensées à voix haute, de toute façon, bien souvent, personne n'était là pour les entendre alors ça n'avait jamais été un problème. Finalement, Areïa entama la marche, avançant elle aussi jusqu'au bûcher. Un spectacle singulier s'offrit à elle, des personnes écrivaient des vœux sur des papiers, les accrochant ensuite au bûcher. Ah, la volonté de communiquer avec l'au-delà. Sans doute que la plupart d'entre eux avaient des choses à se reprocher. Ils s'accrochaient probablement à l'idée d'être pardonnés. Voilà qui était encore plus amusant et qui s'accordait parfaitement avec l'image qu'elle avait des différents peuples.
Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Lun 22 Déc - 11:53

Les prunelles jamais immobiles, la Qantik lui souriait toujours, comme ravie d'être présente à cette fête. Comme si elle n'arrivait pas à se repaitre de tous ces visages, de tous ces accoutrements. Son sourire en devenait presque communicatif. Etrange petite créature qui lui parlait de liberté. Etre libre... Chose inconcevable pour l'Unik. Les seuls à être vraiment libre étaient bien ces morts qu'ils vénéraient ce soir. Ils n'avaient plus aucun besoin. Pas de faim à satisfaire. Pas de soif à enrayer. Pas de désir à assouvir. Pas de peur à combattre. La Liberté n'était qu'une chimère amère. Une illusion donnée à la naissance. Mais cela, elle n'allait pas en faire étalage devant cette poupée idéaliste.

Heureusement, une altercation vint troubler leur conversation. Un Unik agressait une Qantik. En soi, rien de bien différent de ce qui se déroulait tous les jours. Mais aujourd'hui était un jour différent. Cette nuit était la Nuit Ames. Une soirée de communion entre les Peuples. Un instant de paix... qui pouvait être brisé par un grain de sable. Heureusement, quelqu'un intervint rapidement. Se hissant sur la pointe des pieds, Nima essaya de voir qui venait de sauver la "machine" et fut surprise de trouver le garde du corps du gros bourgeois de tout à l'heure. Pourquoi la défendait-il? Un Chevalier n'était pas sensé être la force armée des Elites? N'était-il pas un de ceux envoyés contre les Rebelles Qantiks? A moins que le gros lui ait demandé de redorer le blason des Uniks en cette soirée. Après tout, cela faisait des années qu'ils avaient l'image du Méchant dans toutes ces histoires....

Divertissant son esprit de cet épisode, ses oreilles captèrent les phrases obscures de la demoiselle au sourire de clown. Sans doute était-ce parce qu'elle les avait murmuré qu'elle les avait remarqué. Quoiqu'il en soit, ses méninges ne purent exprimer qu'un: HEIN? devant tant de philosophie. Après tout, Nima était une fille de la rue, quelqu'un de terre à terre et de pratique. Alors les réflexions sur le moi profond des choses et de chacun étaient bien loin de ses sujets favoris.

- Euh... Oui. Certes...


Embarrassée, Nima se laissa conduire jusqu'au bucher sans même s'en rendre compte. Elle cherchait toujours quoi répondre à cette énigme sur le divertissement et la complexité des êtres vivants. Elle n se réveilla qu'à l'arrêt de sa compagne devant une file de personne attendant leur tour. Leur tour de faire quoi? Se penchant un peu sur le côté, elle découvrit avec horreur que l'on demandait aux gens d'écrire quelques mots sur du papier. Son coeur eut un raté. Il fallait trouver une solution et vite!

- Oh! Ma chère! Je viens de voir quelqu'un qu'il me faut absolument saluer. Je vous laisse écrire vos voeux mais aussitôt fait, vous devez impérativement nous rejoindre, n'est-ce pas?

Avec un sourire désarmant, elle lui tapota le poignet affectueusement et s'élança à travers la foule jusqu'à un grand échalas rouquin aux lunettes visés sur le crâne.
S'avançant vers Néo, elle se jeta littéralement dans ses bras en s'écriant de joie. Pressant diligemment son corps contre le sien. D'ailleurs, n'aurait-il pas dû sentir le tissu de sa robe s'emmêler autour de ses jambes?

- Mon cher! Quel plaisir de vous voir ici! Cela faisait si longtemps!

Puis, plus bas, presque au creux de son oreille.

- Par pitié, sauvez moi! Faites comme si vous me connaissiez depuis longue date... S'il vous plait!

Se redressant un peu, elle lui offrit un sourire charmeur avant d'agiter sa main vers la Qantik pour lui signaler sa position. Heureusement, le rouquin ne portait pas ses lunettes et ne put donc constater sa supercherie physique. Cela éviterait peut-être les mains baladeuses... Enfin s'il n'y avait que cela pour éviter de dévoiler qu'elle ne savait ni lire ni écrire, elle s'en tirait à bon compte.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Mar 23 Déc - 18:06

Pas du tout tenté par l'idée d'écrire sur un parchemin ses vœux aux défunts, Neo décida de rester planté à quelques mètres de la queue des personnes qui elles attendaient de pouvoir faire leurs prières. Quelle chance les défunts pourraient-ils bien leur apporter ? Ils était précisément morts ! Le jeune homme fit quelques pas de côté, pour s'éloigner un peu du tumulte des priants et ne pas perturber leur tranquillité. D'autres personnes comme lui s'étaient un peu tenues en retrait. A vue de nez, ces gens étaient des Üniks. La race des terre à terre, de ceux qui ne croient qu'en la force des vivants, en leur propre force. C'était bien mieux que toutes les bondieuseries que cette fête essayait de fourrer à tous dans le crâne. Plus détaché que jamais, Neo donna un petit coup de pied dans un caillou qui traînait par là.
* Je me fais chier ici... * se dit-il. Les mains enfoncées profondément dans les poches, Neo était plus nonchalant que jamais. Il avait beau regarder le sol, sa tête volait très haut dans les nuages. Il se déconnecta totalement de la réalité le temps de quelques minutes, jusqu'à ce qu'on vienne le tirer de sa rêverie plus ou moins brutalement.

Un rire cristallin de jeune femme le fit sursauter tant il sonna fort à ses oreilles. A peine avait-il relever la tête pour comprendre ce qui lui arrivait qu'une convive des festivités se jeta littéralement dans ses bras, à corps ouvert et bras déployés, comme si sa vie avait dépendu de ce que Neo la rattrape. Totalement pris de cours, il eut le réflexe de réceptionner la jeune femme rayonnante de joie.
* C'est quoi c'te greluche ?! * se demanda-t-il éberlué. Il n'était pas un novice en la matière mais c'était bien la première fois qu'une fille se jetait à corps que veux-tu dans ses bras. Comme il l'avait juste sous le nez, il observa l'inconnue. C'était une jeune femme blonde qui portait une opulente robe de soirée. Le visage pétillant, elle avait le regard vif et la bouche joyeuse. Elle n'était pas spécialement jolie. Elle n'était même pas vraiment jolie du tout. Neo se crispa de ce contact inattendu, et tâcha de reculer un peu la tête de celle qui s'esclaffait comme une princesse ivre entre ses mains.
Ahuri, il l'écouta se réjouir de leurs retrouvailles. Hein ? Il n'avait pas du tout souvenir d'avoir rencontré une personne aussi exubérante de toute sa vie ! Pour sûr, il s'en souviendrait. On ne peut pas oublié quelqu'un qui se précipite contre soi comme un assoiffé de chair fraîche.

Neo saisit les épaules de la jeune femme et tenta de reculer plus encore. Mais c'est qu'elle avait de la force cette nana !
« Euh... S'cuse mais j'pense pas qu'on se... ? » Neo fut interrompu par la jeune femme qui, sur la pointe des pieds, vint supplier à son oreille un discret appel au secours. Elle avait besoin que le jeune homme fasse semblant de la connaître, pour la sauver d'il ne savait pas quoi. Soudainement inquiet, Neo jeta des coups d’œil très vifs autour d'eux. Bien entendu il ne s'inquiétait pas pour la fille, mais pour lui : si elle fuyait un gros costaud il ne ferait pas le poids, idem s'il devait se retrouver face à un gang armé, à des combattants d'élite.. Il n'était que mécanicien, pas super-héros. Fronçant les sourcils d'un air agacé, et la bouche tirée d'un rictus nerveux, il repoussa d'un ou deux pas la fille qui le collait.
« Déjà, arrête de t'agripper à moi comme un gosse à la jambe de sa mère ! » lança-t-il d'une voix étouffée par l'étreinte, ce qui fit qu'on ne l'entendit pas autour d'eux. Il ajouta d'un ton excédé : « J'vois pas en quel honneur j'devrais te rendre ce service, miss. ».

Il se souvint alors de la jeune Hybrid qui lui avait ordonné de ne pas déprimer ce soir, ainsi que de l'altercation musclée entre les organisateurs et l'Ünik agressif qui s'en était pris à cette pauvre Qantik pleurnicharde. Et si cette nana avait vraiment un problème et qu'il la laissait dans la panade alors qu'elle s'était personnellement adressée à lui ? Bordel. Neo soupira, et se gratta le front de sa main, l'air dépassé par les événements. Et merde, elle avait de la chance que le thème de cette fichue fête soit le respect envers autrui ! A Nordkia il l'aurait envoyée valdinguer dans les bras d'un gigolo fissa. Il lui plaça sa main derrière sa nuque, et feint un rire heureux... qui parut plus nerveux qu'autre chose.
« Ha...haha, ça faisait longtemps c-c'est vrai... euh... ma grande ! » Fiou, c'était sorti. Ce fameux sobriquet était bien pratique. Il avait l'habitude de le donner aux filles qu'il appréciait. Ce n'était pas le cas de cette inconnue, mais au moins il avait joué le jeu.

Neo plongea son regard gris clair sur le visage bon enfant de la jeune fille. C'était qui celle-là à la fin ? Elle avait l'air d'une nana tout droit sortie d'Anathorey. Il la dévisagea d'un air de dire si tu me donnes pas d'explications ça va mal aller, crois-moi. A voix très basse et en se penchant vers elle, il lui demanda :
« J'peux savoir pourquoi tu m'as sauté au cou ? J'vois rien de dangereux à l'horizon, j'comprend pas pourquoi tu flippes ! » Neo se redressa, et attendit patiemment que sa « charmante » nouvelle compagne lui en dise plus sur son comportement. Il n'était pas tout à fait ouvert avec elle. Il avait beau aimer les filles, manque de bol pour elle, il n'avait jamais vraiment aimé les blondes. Et il avait beau être un dragueur, ce n'était pas pour autant qu'il acceptait de se jeter dans les jupons de la première midinette venue. Il s'assurait au préalable que la fille ciblée ne serait pas trop pénible pour la supporter quelques temps avant de l'envoyer valser, au grand risque pour lui de s'en prendre une.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Ven 26 Déc - 15:49

Une nouvelle brise de vent vînt chatouiller la peau de la Qantik, toujours aussi absorbée par l’ambiance qui régnait actuellement. Bien entendu, des tensions persistaient entre les différentes races, tout comme l’avait démontrée la confrontation précédente entre un Unik et une Qantik. Mais peu importait, la jeune fille n’était pas d’humeur à s’attarder sur ces détails-là. Désormais, elle avait trouvé une autre occupation. S’imprégner de la chaleur festive en faisait notamment partie. Certains marquaient avec enthousiasme quelques mots doux à leurs anciens, d’autres se contentaient, tout comme elle, d’observer le spectacle. Soudain, Bridget l’informa qu’elle avait l’intention de s’éloigner dans le but de saluer une connaissance, ce à quoi Areïa acquiesça gentiment, reportant bien rapidement son attention sur les faits et gestes d’autrui. Brusquement, on lui tendit un papier, il s’agissait d’une Hybrid joliment vêtue et dont la grâce n’était comparable. La brune la scruta avec une étincelle d’admiration dans les yeux tandis qu’un sourire se traçait sur ses lèvres rosées. Elle fit en guise de remerciement une courbette, maladroite certes, mais une courbette tout de même. Eh bien… C’était amusant mais qu’attendait-on d’elle ? Que fallait-il qu’elle fasse de ce papier. Marquer un vœu ? Humph, elle n’en possédait pas vraiment. Savoir qu’elle était en vie lui suffisait amplement. Il était vrai qu’elle poursuivait une utopie surréaliste de liberté mais elle ne souhaitait pas plaquer un tel vœu sur ce papier. Après tout, l’acquisition de sa liberté, elle voulait la faire par elle-même et seulement par elle-même, sans avoir à faire intervenir une quelconque force surnaturelle. Finalement, elle se décida. Elle ne marqua rien mais plutôt, traça. En effet, la petite brune, n’ayant aucun souhait à exaucer, s’était sagement contentée de faire quelques gribouillis. Dessinant des personnages divers et variés comme ceux présents à l’évènement. Finalement, elle alla elle aussi accrocher son papier, se confondant parmi les individus. Un sentiment de gaieté insoutenable, elle tenta de rejoindre sa nouvelle connaissance par de multiples moyens mais la foule mouvante l’avait perdu à plusieurs reprises. Ainsi, elle ne savait plus comment retrouver Bridget. Après un certain temps, elle parvînt tout de même à retrouver la jeune femme et c’est avec un large sourire –digne de celui d’un enfant ayant reçu un nouveau jouet- qu’elle revînt à ses côtés. Elle entrouvrit ses lèvres, s’apprêtant à donner son avis sur cette étrange coutume, oubliée pendant longtemps mais la présence d’un jeune homme la rappelé à l’ordre. Bridget avait aperçu ce dernier et l’avait apparemment reconnu, Areïa avait donc freiné son élan de légendaire bavarde pour ne pas déranger ou paraître impolie. Quoique… La politesse, elle s’en fichait assez en fait. Mais bon, faire preuve d’un tant soit peu de respect n’avait jamais abattu quiconque. Alors, la bouche toujours rieuse, elle les observait, gardant un certain recul pour ne pas perturber une conversation. Finalement, elle se décida à prendre la parole mais d’une façon restant discrète et détachée… parce-que c’était le cas. Encore. Elle était toujours dans cette espèce de petit monde pathétique qu’elle s’était bâtie étant gamine

-J’ai fini… murmura-t-elle. C’était… Inhabituel et hum, divertissant peut-être.

Peut-être ? Ça l’était carrément vu sa tête de gamine fiérote. Tss, qu’est-ce qu’elle croyait ? Ce n’était certainement pas la découverte du siècle. Et pourtant, cet air indéniablement idiot trônait toujours fièrement sur son visage de gamine avide de découvertes.

-Ah, Bridget, vous souhaitez peut-être vous retrouver un peu seule avec votre ami ? Si c’est le cas, je peux vous laisser, en attendant, je pourrais aller me promener. Il y a beaucoup de personnes que je n’ai pas encore observées.
Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Sam 27 Déc - 13:06

Les deux bras autour du cou du mécanicien, Nima ne se laissa pas repousser, allant jusqu'à coller sa poitrine contre ce torse pas si accueillant que cela au final. Pourtant, ce fut un mélange d'agacement et de surprise qui la fit le lâcher. Un agacement car son charme n'avait pas agi pour une fois. Une surprise d'entendre cet argot qu'elle connaissait très bien. Cet homme était un homme du Peuple. Un Plébéien. Un Docker. Comme elle. Que faisait-il ici? Comment était-il venu? Pourquoi s'était-il perdu ici? Et surtout comment était-il au courant de l'événement? Tant de questions qui se bousculaient sur le circuit de ses neurones, butant à la connexion de ses synapses.

Plongée dans ses réflexions, elle le dévisageait comme un ivrogne le ferait de la bouteille encore accrochée à son étagère. Il en profita pour se pencher vers elle et lui glisser quelques mots. Des demandes d'explications qui la fit redescendre sur cette bonne vieille Origins. Plissant ses paupières, elle l'observa une ou deux secondes avant de faire la même chose avec les alentours. A croire qu'il y avait vraiment quelqu'un... ou quelque chose à sa poursuite. Ou peut-être venait-elle enfin de réaliser qu'il ne pouvait pas agir autrement au vu de son déguisement. Il était normal qu'un gars comme lui ne veuille pas aider une Elite. Cela allait tellement de soi qu'elle eut un sourire en coin.

Finalement, elle porta ses doigts à la rose en tissu qu'elle portait dans ses cheveux et qui avait sans doute dû chatouiller les narines du faux gentleman. Aussitôt, l'image de Bridget se troubla pour laisser celle d'une rouquine au corps à peine caché par quelques pièces de tissus et de cuir. La fille quelconque était devenue un véritable fantasme pour bien des hommes. Cette vision ne dura, malheureusement, que quelques instants. A peine le temps pour que l'on se demande si on a rêvé ou pas. Chimère? Ivrognerie? Réalité?

- Parce que je suis comme toi et que personne, ici, nous aime. Ni les autres, ni les Elites.... Et qu'il est dangereux de montrer ses faiblesses à des ennemis...


A peine un murmure et l'explication fut donnée alors qu'elle lui prenait maintenant le bras, en compagnons intimes. Regardant la procession vers le bûcher, elle souriait toujours comme une idiote, riant parfois à un bon mot imaginaire. Elle était redevenue cette Elite joyeusement folle. Du moins en apparence car il y eu encore ce souffle chargé de mots qui se déversait uniquement vers ses oreilles. De quoi être perdu quand à l'identité de cette demoiselle.

- On me nomme Nima... Nima Silke du Puit du Fou.... Ici, je suis Bridget. Il faut que je te parle... Pas ici... ou peut-être ce soir...


Puis, soudainement, à haute voix, alors qu'elle se tournait vivement sur le côté, entrainant le mécanicien avec elle.

- Ah! Vous êtes de retour ma chère! Mais ne racontez pas de balivernes, je vous prie. Vous êtes la bienvenue parmi nous, voyons! Alors, en quoi ces voeux sont-ils divertissants?


La blonde arguait toujours son sourire radieux et chaleureux, incitant les gens à la confiance et surtout aux confidences. Et même si elle accueillait la Qantik avec bon coeur, elle n'avait toujours pas lâché le bras du Docker, qu'elle tenait fermement contre ses seins.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Sam 27 Déc - 17:58

« Ahah... Ma chérie, dis moi que tu plaisante... ? », « Non. », « Hors de question. Je ne laisserai pas une femme comme toi, de ton rang, se mêler à la plèbe, et côtoyer des gens variolés. Cette mascarade n'est là que pour les superstitieux. Nos ancêtres vont parfaitement bien. », « Et mère ?! Tu y as pensé ?! Je veux qu'elle sache ! Je veux qu'elle sache que je pense à elle, que je lui rend hommage, et que je l'aimerai toute ma vie ! Tu ne m'empêcheras pas d'aller là-bas ! » La princesse se leva de sa chaise, la renversant presque. Les mains à plat sur la table, elle cogna celle-ci sans ménagement, faisant légèrement tressauter les couverts. Lançant un regard de défis à son paternel, elle se retourna, quittant les lieux. Malgré cela, malgré la distance qui avait séparé son père de sa fille, il anticipa sa réaction. Se levant à son tour il tendit le bras, refermant ses doigts sur son poignet « BLISS ! RESTE ICI ! Je n'ai pas à recevoir de leçon de morale de ta part jeune fille. J'ai déjà perdu ta mère, je ne prendrai pas le risque de te perdre toi. Tu n'as pas le choix, tu resteras ici. » Serrant les dents, Bliss se détacha de sa poigne d'un geste brusque et partie en courant. Son père avertit le personnel de ne la laisser sortir sous aucun prétexte.
Cette fille n'ira pas à cette 'fête' pitoyable.

~♡♡♡♡~

Bliss regarda le ciel. Elle se tourna vers les personnes qui l'accompagnaient. Une femme enceinte souffrait de la chaleur du désert, et était au bord du malaise. Mais au loin, la foule se dessinait. S'approchant d'elle, elle la soutint en lui disant « Restez avec moi. Regardez là-bas, nous sommes tout proche. Mais vous auriez dû rester chez vous... Ce genre de pèlerinage est particulièrement dangereux... » La femme souffla, exténuée, et dit doucement « J'ai... Mon mari m'a quitté... Il y a quelques mois... Il... Il ne verra jamais... Cet enfant... » Et comment lui en vouloir de s'être déplacée après tout cela... ? Bliss ne fit que la soutenir un peu plus, essayant de se ménager elle-même. Elle était très élégante, mais avait préféré, pour la traversée, revêtir une tenue un peu plus commune, dotée d'un pantalon. Dans la forêt, elle trouverait un coin pour se changer, sans peine. Il ne fallait pas oublié qu'elle était en public et que certains auraient peut être pu la reconnaitre.

Plus près encore, elle s'aperçut que la foule était vraiment très dense. Ils étaient à l'orée et pénétrer à travers les arbres ne serait pas une mince affaire. Se détachant de son groupe de nomades, elle s'enfonça un peu plus, visant les arbres feuillus « Pardon... Pardon... Excusez moi... Désolé ! Vous allez bien ? Pardon... » Jouer des coudes était donc dorénavant vital si elle voulait s'en sortir !
Armée de son petit sac très minion et ma foi fort compact, elle arriva à percer, et à atterrir dans des fourrés. De là, elle entendit parfaitement le discours du prêtre et la minute de silence se fit juste un peu agitée...
Revêtir une robe demandait de l'entrainement et de l'agilité... Ce qu'elle avait acquis, en somme, avec les années ! Heureusement, elle n'avait qu'un serre-taille, et non un corset entier. Sa robe était magnifique, azurée, presque turquoises, comme ses yeux. Ses longues mèches blondes n'étaient pas savamment coiffées, un peu négligée. N'ayant pu quérir une gouvernante, vu qu'elle avait fait le mur, la belle Princesse ne se débrouilla que par ses propres moyens. Mais ceux-ci étaient assez réduit, et ce fut alors indigne, qu'elle abandonna ses chignons, laissant ses cheveux à l'air libre. Elle demanderait à quelqu'un. Elle ne pouvait se rendre à l'évidence ! Toute sa vie on ne lui avait répété qu'une seule et même chose : Seules les prostitués avaient les cheveux lâchés ! Comment pouvait-elle descemment marcher, avec ça sur la conscience ?

~♡♡♡♡~

Elle sortit de là lorsque le silence se rompit. Déjà l'agitation se faisait sentir, et certains furent rapidement expulsés de la cérémonie. N'ayant pu voir les différentes altercations, elle paniqua. Il y avait trop de monde. Des gens marchaient sur sa robe, la bousculaient, ne faisaient pas attention à elle. Ünik, comme autre peuple. Elle se sentait éperdument seule... Seule contre le monde, et elle donna raison à son père. Elle n'aurait jamais du mettre les pieds ici.
« Elizabeth ? Elizabeth ! Je... Oh ! Mais poussez vous bon sang ! Elizabeth ! » Cette voix, elle l'aurait reconnu parmi des centaines ! « TANTINE ! » Oh oui... Entre mille....

Bliss se jeta littéralement sur elle. Elle ne pleura pas, mais elle voulait remercier tous les dieux que sa tante soit là. Elle était la plus heureuse des filles « Je suis tellement contente de te voir ! Je n'arrive pas à me coiffée ! », « Mais que fais-tu ici ? Tu n'étais pas censé resté au domaine ? », « Non ! Mon père est un vieux grincheux, je suis sortie sans son autorisation ! Peu importe ce qu'il en pense ! », « Elizabeth... Je ne cautionne pas ce genre d'attitude. Tu aurais pu mourir dans le désert, et même ici, certains peuvent vouloir tuer des gens comme toi. », « Non ! Ils ne peuvent pas c'est marqué qu'après, ils se feraient bannir. », « Tu es naïve, idiote ! Ils s'en fichent de se faire bannir penses-tu ! S'ils arrivent à tuer un noble, ils ne se gêneront pas ! Tu aurais du venir avec un Chevalier. Les gardes du corps sont communs, et obligatoires pour les Dames de ton rang. », « Arrête de parler comme mon père... J'en ai assez à la maison. Pourquoi es-tu ici ? », « Contrairement à ce que tu penses je ne suis pas comme mon frère. Les morts et leur mémoire sont importants pour moi, sache le. Et je t'ai élevé dans le respect de ces derniers. D'où le fait que tu sois ici ma belle. Tourne toi, je vais te faire un chignon, tu ne peux pas rester comme ça. », « Merci Tantine. » Les deux femmes parlèrent pendant qu'elle la coiffait. Malgré les mouvements de la foule, elles restèrent figées, attendant qu'elle finisse. Malheureusement, à peine eut-elle fini d'accrocher les épingles, et le matériel avec lequel était venue Bliss, que la femme se fit emporter par une petit bousculade inoffensive. Voulant revenir vers sa nièce, elle vit que ce ne serait pas possible et lui cria « Attention où tu marches ! Et redresse le menton ! »

~♡♡♡♡~

Bliss, toujours très émotive, suivait la foule, la mine lasse. Elle trouvait la séparation avec sa tante, très déchirante. Une partie de la foule avait avancé, et pas l'autre... Elle était à nouveau seule. Elle employait toute son énergie pour ne toucher personne, pour ne bousculer qu'un minimum de gens. Elle trouvait cela très fatiguant et c'était peu recommandable de faire cela, chaque année, régulièrement... Une bonne idée, mais peu ingénieuse quant à l'organisation.
La princesse ficha une mèche blonde derrière son oreille. Sa tante avait fait un chignon très élégant, mais assez commun. Elle avait volontairement omis d'en constituer un tiré à quatre épingle, et parfait. Enfin, bien sur, seuls les nobles le considèrerait comme imparfait, les autres ne trouveraient en Bliss aucun défaut, si ce n'était d'être Ünik.
Dans sa rêverie, elle ne se maitrisa pas lorsqu'on la bouscula à nouveau. Déconcentrée, elle fut projetée en avant, par un gaillard qui ne se méfia même pas de son geste. La blondinette fut envoyée vers l'avant. Elle tapa une bonne femme aux cheveux noirs, avant de se rattraper comme elle pu à la chemise d'un type. Sans faire exprès, elle lui griffa le dos, avant de rebasculer en arrière. Elle essayait depuis une heure de ne toucher personne et voilà qu'en trois secondes elle s'était pris deux personnes. C'était beaucoup trop pour elle.

Bliss se redressa pour ne pas affubler l'homme, qui avait l'air déjà en bonne compagnie. Rouge de gêne elle dit « Sieur, veuillez pardonner mon impolitesse. Un gentilhomme m'a malencontreusement bousculé, et je pense vous avoir blessé. Je n'ai pas d'argent sur moi, mais si il s'avère que la blessure est grave, ou que votre chemise est effilée, n'hésitez pas à venir à Anathorey me trouver, et je vous dédommagerai. Je m'appelle Bliss. Bliss Elizabeth Abberline. » Elle releva les yeux vers le visage de cet homme. S'empourprant un peu plus en le voyant comme un bel homme, et qui plus est, accompagné de sa femme, elle s'adressa alors à celle-ci « Ma Dame, pardonnez moi, je vous pris, d'avoir blessé votre mari. Cette cérémonie est plus... Peuplée que ce à quoi je m'attendais. » Elle lissa le haut de sa robe de ses main. Il était étrange de voir les couples qui se formaient dans le monde. Un grand homme, aux cheveux acajou, et au corps et visage jeune et bien fait, avec une femme, plus mure, petite et au corps et au visage bouffi. Seulement, Bliss ne jugeait personne et elle respectait tout le monde, et si leur bonheur était dans une alchimie qu'elle-même ne pouvait percevoir, elle le respectait malgré tout.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Dim 28 Déc - 18:39

Refroidie par le comportement peu accueillant de Neo, la jeune femme le dévisageait d'un air plus réservé qu'auparavant. Il lui avait demandé des explications et entendait fermement les avoir. C'était quand même pas à Anathorey qu'on lui avait appris à se jeter sur un inconnu sans aucune raison valable ? Neo avait beau observer les alentours, il le voyait rien qui ait pu être hostile à cette nana. Pas d'homme envahissant, pas même un groupe de commères qui l'aurait prise pour cible. Quand il reporta son attention sur la fille, elle avait porté la main à un élément de sa coiffure, l'air de rien. En un flash, Neo put voir une toute autre figure que celle qu'il avait juste sous les yeux. Cette apparition n'avait rien à voir avec l'Elite qui minaudait devant lui. Il avait vu une jeune femme rousse, très peu vêtue, et définitivement plus plantureuse que la petite blonde qui lui tenait compagnie.
*Soit c'est une illusion, soit elle a changé d'apparence...* se dit-il. Neo avait beau être quelqu'un de très désinvolte, il n'était pas du tout idiot. Les apparences oisives qu'il se donnaient pouvaient parfois lui être très utiles, car on le pensait parfois à tort à côté de la plaque. En l'occurrence il préféra ne pas tirer de conclusion hâtives. Peut-être que cette fille n'était pas si innocente que cela, et qu'elle voulait se jouer de lui. Dans un but bien vain hélas, car il ne possédait rien !

Lorsqu'elle reprit la parole, c'était sur un ton sulfureux et bas, qui dénotait fortement avec le timbre aigu et niais qu'elle avait eu pour l'aborder. Tout ceci n'avait été certes qu'une comédie, mais où s'était-elle arrêtée exactement ? A supposer seulement qu'à présent, cette énigmatique inconnue ait cessé de jouer un rôle. Rien n'était moins sûr, Neo se méfiait d'elle.
Tout bas donc, la jeune femme lui dit qu'elle avait voulu se réfugier auprès de lui car elle était comme lui. Autour d'eux ne se trouvaient que des « ennemis » qui ne les aimaient pas. Elle avait eu peur de la foule ? Quelle blague, se dit le Docker, un peu perplexe face à son histoire. Ne laissant paraître qu'un sourire narquois, il toisa la demoiselle :
« Erreur ma grande. Moi j'ai pas d'ennemi ici. J'vois juste des gens qui se sont réunis, parce qu'une symbolique qui leur tenait à cœur leur a dit qu'ils devaient l'faire. Mais si t'en as, tu m'en vois navré... » Inutile de préciser que rien dans l'expression de Neo ne laissait croire à sa sincérité. Ça le faisait marrer, cette peur que tout le monde avait d'autrui sur cette foutue planète. Visiblement, miss double-face n'y faisait pas exception.

La jeune femme reprit l'allure enjouée et nunuche des quelques instants précédents. A quoi elle jouait celle-là ? Neo sentit qu'elle avait pris fermement son bras en otage entre ses petites mains, et son opulente poitrine. Elle se présenta : Nima Silke, du Puits du Fou. Ah, ça c'était un établissement de danseuses un peu « hot » à Nordkia. Il avait quelques copains qui aimaient bien y aller pour regarder des jolies filles exhiber leurs courbes vertigineuses. Lui en revanche n'y était jamais allé. Plutôt que les bas fond sombres des Ghettos, il préférait l'aérienne liberté qu'offraient les Docks de Nolmë. On ne pouvait pas inventer cet établissement. Elle devait connaître Nordkia, alors le jeune homme en conclut qu'il avait face à lui une jeune Dockeuse qui avait la capacité de changer de peau comme de chemise. Elle lui confia qu'à cette fête toutefois elle s'appelait Bridget, et qu'elle avait envie de lui parler, ce soir ou ailleurs. Tiens donc. Neo ne put retenir un petit rire.  Il la regarda d'un air désirable, et lâcha en toute modestie :
« Pas la peine de jouer les effrayées, miss. Avoues-le : t'es v'nue vers moi parce que ma tête te revient. On va pas se mentir... ». C'était là ce que pensait Neo. Il n'y avait pas d'autre explication qui tienne vraiment la route à ses yeux. L'envisager ne lui faisait d'ailleurs ni chaud ni froid.
« Moi, c'est Neo Collins. Des hangars de Nolmë. » ajouta-t-il avec légèreté. « Et j'me d'mande ce que t'as de si intéressant à me dire, pour pas oser l'évoquer en public... » Est-ce que cela l'intriguait vraiment ? La réponse devait être non. Mais quand une jeune femme se montrait joueuse, il avait du mal à ne pas se laisser prendre dans la danse.

Soudainement, Nima fit un pas de côté, entraînant dans son brusque mouvement Neo qui avait oublié qu'elle lui tenait fermement le bras. Si ça, ça voulait pas dire « il est à moi », il n'y connaissait plus rien aux filles ! Quelle idée avait-il eu de traîner par ici. Quoique si elle était plus jolie que ce qu'elle voulait bien laisser voir pour l'instant, ce serait peut être plus intéressant par la suite. Neo n'en était pourtant pas convaincu.
Nima avait vu une amie à elle, visiblement, qui revenait du bûcher. Une fois les secousses exercées sur son bras cessées par l'excentrique déguisée, Neo salua cette amie d'un léger signe de tête. C'était une jeune femme brune, et très pâle au regard glacé. Elle n'était pas commune non plus celle-ci ! Et à peine allait-il ouvrir la bouche pour sans doute ne rien dire, qu'il vit une robe très chic chuter juste devant lui, et s'accrocher à sa chemise tant bien que mal pour éviter de heurter le sol.

*Quoi ! Encore une nana ?!* songea-t-il, dépassé par cette pluie féminine. C'était bien la première fois que ça lui arrivait. A quand la prochaine ?
Mais cette jeune femme là était tout à fait différente de celles qui se trouvaient à la fête. Levant un visage fin et très gracieux vers lui pour s'excuser de la bousculade, elle paraissait plus précieuse qu'une princesse fragile. Il resta sans voix devant son élégance et son aura si distinguée. Il réalisait à peine qu'il écarquillait des yeux émerveillés par la prestance de cette demoiselle. Là, pas de doute possible, elle était bien issue de l’Élite. Elle lui parla dans un langage d'une si exquise politesse qu'il ne comprit qu'un mot sur deux. Après quelques instants, il rassembla ses esprits l'air un peu perdu, et adressa un sourire à l'élégante jeune fille :
« Pas de souci mam'zelle, j'ai rien sentit. Pis tu vas pas me dédommager pour une pauvre chemise à deux sous ! » Il lui fit gentiment un clin d’œil. Elle avait vraiment l'air très gentille, c'était totalement différent de toutes les filles un peu bêcheuses ou hautaines qu'il avait pu rencontrer jusque là. Celle-ci devait avoir le pouvoir d'attendrir les cœurs les plus durs. Timidement, elle s'adressa à Nima, et s'excusa d'avoir bousculé son mari.

Hein ? Après avoir baissé les yeux vers Nima, qui s'accrochait toujours à lui bien fort (et bien au creux de sa poitrine), le Docker éclata de rire fort peu discrètement. Mais c'était vraiment trop drôle pour qu'il puisse se retenir ! Quand il parvint à aligner deux mots, il répondit encore secoué de spasmes amusés :
« On est pas mariés du tout ! C'est juste une connaissance, que j'ai pas vu d'puis un bail... Pas du tout ma fiancée, ma copine, ni c'que tu veux. Haha énorme !... » On ne la lui avait jamais faite, celle-ci !

Spoiler:
 


Dernière édition par Neo Collins le Mar 30 Déc - 14:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Lun 29 Déc - 18:51

- Vous connaissez cette personne ? Pourquoi êtes vous anxieuse ? 

Non, elle ne connaissait pas cette personne. Pourquoi elle était anxieuse? Beaucoup trop de monde. Beaucoup, beaucoup trop. Sa tête tournait de tout bord tout côté dans l'espoir de trouver une échappatoire.

- Je... fut-elle sur le point de répondre à Fleya quand des cris se firent entendre tout près.

Heureusement, la jeune Hybrid entendit immédiatement la voix du prêtre s'élever pour calmer la foule et elle n'attendit plus que l'annonce du bûcher qui se révélait maintenant être sa seule sortie. Se retournant vers la jeune Qantik curieuse, elle marmonna quelques mots d'excuses avant de fuir ailleurs dans l'espoir d'atteindre le bûcher avant qu'il ne vienne en tête aux deux robots de la retenir. Elle voulait vraiment sortir de ce rassemblement d'Originaires, mais elle souhaitait également écrire un mot pour sa sœur ainsi que pour ses parents décédés. Se créant rapidement un chemin dans la foule, elle essaya de ne pas trop paniquer alors qu'elle sentait ses roses effleurer les personnes qui l'entouraient. Allait-elle sortir vivante de cette Nuit de Âmes? Rien n'était moins sûr que cela! Une crise cardiaque pourrait la tuer sur-le-champ, pour tout dire, et elle n'en était pas loin avec son cœur qui faisait du cent mille à l'heure. Elle arriva néanmoins vivante au bûcher et elle pu enfin écrire un mot à ses proches ayant rejoint la Grande Déesse. Ils étaient sa seule famille... et elle les avait perdu... Tous. Quelques larmes s'échappèrent de ses yeux et elle finit bientôt par pleurer franchement en écrivant sa lettre. Pour un instant, elle avait carrément oublié qu'elle se trouvait en public avec des Ûniks et des Qantiks partout qui pouvaient observer sa détresse. En finissant sa lettre, elle eut tout de même le temps de se ressaisir et d'arrêter ses larmes avant d'essayer de sortir de cette masse de gens. Elle savait qu'elle avait les yeux bouffis, mais elle n'y pouvait pas grand chose. Elle était seule au monde. Comment ne pas être triste?

Iryelle ramena ses cheveux vers l'avant avant de tenter de fendre la foule à nouveau. Déjà, en voyant tous ces gens devant elle, elle sentait le stress monter. Elle n'aurait peut-être pas dû venir ici, en fin de compte. Peut-être aurait-il été plus sage pour elle de rester dans la forêt et d'écouter la cérémonie de là-bas. Mais à la place, elle se trouvait en plein cœur de l'événement à tenter de se calmer. Elle ne se savait pas aussi paranoïaque, elle devait bien l'admettre, mais une fois confronter à une telle masse, elle ne pouvait que se rendre à l'évidence : elle ne supportait pas du tout les foules.

« Aller, tu peux le faire, s'encouragea-t-elle muettement. »

Baissant la tête, elle prit une grande respiration avant de se faufiler dans la foule. Tout allait bien pour l'instant, il n'y avait pas trop de gens qui touchaient ses cheveux par accident ou encore intentionnellement, mais elle commençait à se sentir légèrement asphyxiée. Elle ne s'était même pas rendue compte qu'elle retenait son souffle jusqu'à ce qu'elle parvienne dans un espace beaucoup moins peuplé. Elle put enfin respirer un tant soit peu librement jusqu'à ce qu'un fort éclat de rire menace de lui arracher le cœur de la poitrine. Il lui arracha cependant un cri qu'elle eut tôt fait de réprimer en se couvrant la bouche. Elle était vraiment à fleur de peau...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Mar 30 Déc - 8:04

La nuit des âmes. Olivia en avait entendu parler, elle avait lu à propos de cela dans les livres, mais jamais plus. Dans son entourage, personne d’encore vivant n’était là pour en parler et pour cause, la plupart étaient sûrement six pieds sous terre depuis des lustres. Mais partout dans la belle cité d’Anathorey, des affiches étaient apparues, annonçant l’événement. Curieuse au premier abord, la brunette avait finalement décidé que cela ne l’intéressait pas outre mesure et que cela ne valait pas le déplacement. Beaucoup de ses camarades étudiants avaient prévu d’y aller apparemment, certains se montrant insistant pour que la jeune Keegan les accompagne. Mais rien n’était pire que forcer la main pour la bourgeoise qui avait plutôt tendance à partir s’enfermer dans un livre lorsque c’était comme ça.

« Tu ne comptes pas y aller donc ?
- Non, ça ne m’intéresse pas.
- Ton père aurait adoré voir ça, tu sais. »

Celle qui détenait l’argument de choc n’était autre que sa mère, qui savait parfaitement que dès que l’on mentionnait son défunt père, Olivia se sentait prête à tout pour pouvoir vivre ce qu’il n’avait pu vivre. C’était un coup bas de la part de Madame Keegan mais c’était toujours mieux que de voir sa fille encore enfermée dans sa chambre.

******************

C’est donc ainsi qu’Olivia se retrouva le jour venu dans cette foule, assez impressionnante il fallait bien le dire, et multiculturelle. C’était en effet un point qu’Olivia n’avait pas pris en considération, mais cet événement était l’occasion de réunir toutes les ethnies qui peuplaient ce monde. Qu’ils soient proches de la nature ou de la technologie, des villes ou des campagnes, tout être ici présent pouvait comprendre ce discours qui parvint bientôt aux oreilles de la brune. « Renouer les liens avec ceux qui sont partis trop tôt. » Un sourire triste s’afficha sur le visage de la jeune Ünik, elle espérait que ce soit possible, mais elle craignait que la prière n’aide en rien. Néanmoins, lorsque le discours fut terminé, comme tout le monde, Olivia se recueillit en silence, priant pour celles et ceux qui étaient partis trop tôt, qui étaient partis tout court d’ailleurs. Son esprit néanmoins rivé sur un seul visage qu’elle n’aurait plus jamais l’occasion de contempler, son héros. Cet instant de communion terminé, la foule s’agita légèrement, des groupes s’étaient formés à moins qu’ils ne l’aient déjà été, et la stupidité d’Olivia lui sauta encore une fois au visage. Etait-elle la seule à s’être rendue dans cet événement seule ? Elle aurait pu suivre ses camarades mais non, la tête de mule – doublée d’une tête de linotte – qu’elle était avait préféré venir seule. Un mince soupir s’échappa de ses lèvres avant qu’elle ne se décide à parcourir cette foule, marchant doucement, profitant de cette ambiance différente de ce qu’elle pouvait connaître. Déjà parce qu’il y avait beaucoup de personnes différentes d’elle. Des Dockers ? Il était plutôt difficile de les reconnaître et de les juger différents dans cette foule composée d’Hybrids et de Quantiks autant que d’Üniks. Cette réunion de tous ces clans qui pourtant ne s’appréciaient guère était agréable au final, emplie d’espoir.

Pourtant, au loin Olivia entendit quelques mots plus forts que d’autres, un ton qui ressemblait à s’y méprendre à celui d’une querelle. Elle était bien trop loin pour voir ou entendre plus mais la scène se calma après l’intervention du prêtre qui avait prononcé le discours plus tôt. La procession reprit doucement, l’événement reprenant son cour normal jusqu’à ce que la foule s’approche de ce qui ressemblait à un bûcher. Allait-on sacrifier quelqu’un ? Juste ciel, Olivia espérait que ce n’était pas cela. Mais le prêtre expliqua la suite des événements, rassurant au passage l’ünik solitaire qui commença à réfléchir. La brune fouilla rapidement ses poches mais ne trouva rien dont elle puisse se séparer, elle se replia donc sur les objets mis à la disposition de la foule et de sa plus belle plume écrivit simplement : « Puisses-tu avoir trouvé la paix. De mon côté, je ne l’aurai qu’une fois que je connaîtrai la vérité. Nous allons bien. Olivia. » Une lettre à son père, c’était idiot, comment pourrait-il la lire de toute manière. Pourtant il fallait bien croire, c’était le but de cette réunion. La brunette, après avoir laissé son message, s’éloigna du bûcher avant d’afficher une mine curieuse.

Une silhouette et une voix connue s’élevait non loin du bûcher. Ce n’était pas une altercation, du moins ça n’y ressemblait pas de loin. Elle était prête à mettre sa main au feu que le jeune homme aux prises avec plusieurs demoiselles plus loin était le même qui l’avait guidée à travers les Docks. Il y avait trop de bruits aux alentours pour que la bourgeoise puisse entendre l’étendue de la conversation, elle remarqua juste plusieurs individus de sexe féminin et Neo au milieu. L’opportunité était trop belle d’aller se venger de cette balade à moto où elle avait cru perdre la vie.

« Alors Neo, encore et toujours avec une fille ? Voire même plusieurs ? *pouffant doucement de rire avant de s’excuser auprès des autres personnes présentes pour se présenter* Je m’appelle Olivia … et euh … désolée j’interromps peut-être quelque chose. »

Oui bon, maintenant qu’elle avait fait sa blague, elle se sentait idiote de débarquer ainsi au milieu d’un groupe composé essentiellement de personnes qu’elle ne connaissait pas. C’était certes l’occasion de les connaître, mais se connaissant elle-même, les reverrait seulement un jour ? Finalement elle aurait peut-être dû ne pas s’approcher et continuer la procession seule.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas

[RP commun] La nuit des âmes - FIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [RP commun] La nuit des âmes - FIN
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins ::  Sylva  :: Hoshizora :: L'Orée du bois-