Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

[RP commun] La nuit des âmes - FIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Dim 11 Jan - 18:48

Fleya observa la jeune femme s'assoir, tandis qu'elle restait debout. Avoir mal au pied était une chose pour les Ohms, mais pour une IA, c'était quelque chose de totalement inconnue et même de difficilement concevable. Les pieds servaient à marcher, alors pourquoi au bout d'un moment ils devenaient douloureux ? Les Ohm n'étaient vraiment pas fait dans un matériel résistant.... Ça s'usait rapidement et ça vieillissait.... Mais après tout, ce qui était biologique naissait programmé pour mourir. C'était donc dans l'ordre des choses même si cet aspect de la vie demeurait un mystère pour la jeune Qantik. Elle laissa en suspend ces questions métaphysiques pour écouter la réponse de son interlocutrice et l'analyser. Elle la confrontait également avec sa propre base de donnée pour la compléter ou déceler des anomalie. Et si l'explication offerte par la jeune Ünik tenait la route, et qui expliquait du coup la coiffure impeccable de Bliss, le raisonnement suivit était quelque peu étrange pour la jeune Qantik qui renchérit.

-Donc, au nom de la culture et de l'éducation Ünik, vous vous contraignez volontairement à vous infliger des douleurs pour être conforme à une image type associée à votre statut ? Je comprends la logique d'appartenance et de revendication à un statut social mais.... N'est-ce pas un peu cruel ? Jusqu'à quel seuil de privation et de contrainte êtes vous amenez à atteindre ? Jusqu'où pouvez-vous allez pour correspondre aux critères Ünik ?

Fleya abordait avec innocence, et sans l'ombre d'un quelconque préjugé, un point sombre de vie de Ünik. Pour elle, cela semblait juste dur pour un Ohm qui était limité par des contraintes biologiques de répondre à tant d'exigence. Mais en réalité.... Jusqu'à quelles extrémités les Ünik pouvaient-ils aller pour le souci du paraître ? Pour l'image qu'ils souhaitent laisser ? Pour leur fierté.... Bien sûr la Robot ne voyait là que la faculté d'une jeune femme à se contenir et à prendre sur soi. Mais la vérité était bien plus sombre, car en approfondissant la question, ce désir d'une image dorée était la porte ouverte aux pires dérives, et à un monde où mensonges et hypocrisie étaient les mots d'ordre. Mais Fleya était si loin de cela, si loin de toutes les machinations et conspirations donc le cerveau des Ohms étaient capables. Les seuls "méchants" qui existaient pour elle étaient ceux qu'on avait défini comme des ennemis et qui agissaient mal de manière plus ou moins ouverte. Mais elle apprendrait vite la fourberie et la tromperie.... Oui.... Elle apprenait si vite. Elle retenait d'ailleurs que pour être accepté dans une société Ünik, il fallait être bien vu, et laisser un bonne image, qu'importe le prix. L'éducation Ünik.... Elle en demanderait plus à son maître sur le sujet. Qui sait, peut-être cela serait-il amusant ?

Mais en parlant de Maître, elle en revint au sien, et laissa échapper une expression de surprise. Son Maître ? Mort ? Mais quelle drôle d'idée ! La chose lui paraissait parfaitement saugrenue puisqu'elle vivait avec lui. Mais elle n'avait pas finit d'être surprise. Cette jeune femme lui apprit que son Maître avait ainsi perdu tout ce qui lui était cher dans un incendie. La pauvre Qantik en fut littéralement mortifiée sur place. Son visage se décomposa en une expression de tristesse et de choc.


-Mon Maître..... Aurait tout perdu ? Il serait si.... seul ? Seul comme Fleya l'était lorsqu'il l'a trouvée.....

La conception de la situation était insupportable pour la Qantik qui s'en voulait à elle-même. Elle n'avait jamais demandé d'information sur la vie privée de son Maître par respect, mais elle aurait finalement peut-être dû. Si elle avait su ! .... Elle n'aurait peut-être pas pu faire grand chose de plus.... Elle compatissait déjà à la tristesse de Lukas, ayant elle même vécu l'assassinat de son cher et regretté créateur. Elle avait identifié la tristesse dans la voix de Bliss, et elle ne sut quel sens lui donner. Elle finit par émettre l'hypothèse que la jeune femme était triste pour le sort de son maître.

Puis, les paroles de Bliss furent comme un électro-choc pour les circuits de la jeune Qantik. Elle se devait de rendre le sourire à son maître, de lui faire oublier sa tristesse et sa solitude ! Oui, elle devait être présent pour lui, pour qu'il ne soit plus jamais seul, et qu'il soit enfin heureux à jamais ! Tout feu tout flamme, Fleya s'était embrasée d'une nouvelle détermination. Il n'était plus l'heure de découvrir et d'échanger, elle devait rentrer à Anathorey, coûte que coûte, et au plus vite ! Elle devait retrouver Lukas -avant qu'il ne se fasse un ulcère sous l'inquiétude- et être là pour lui !


-Je ne sais pas si le Maître est venu mais je ne l'ai pas vu. Maître Lukas habite en effet à Anathorey, et je compte y retourner de ce pas pour le retrouver ! Je dois être là pour lui, pour qu'il ne soit plus jamais seul ! Pouvez-vous m'indiquer la route la plus rapide pour rentrer à Anathorey ? Si vous le désirez, vous pouvez m'accompagner.


Quitte à la porter jusque là-bas, ce n'était pas le genre de défi qui faisait peur à Fleya. Surtout que cette femme semblait en savoir sur le sujet le plus intéressant de la terre à l'heure actuelle pour Fleya : son Maître. Elle savait que certaines informations pouvaient être douloureuses à délivrer. Si Bliss pouvait les lui donner, elle pourrait enfin savoir ce qu'il fallait sur Lukas sans lui infliger des souvenirs pénibles.
Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Lun 12 Jan - 0:41

Neo devait vraiment avoir l'air stupide, à fixer ces étoiles à la gomme dont il n'avait strictement rien à faire. Son geste avait été totalement irréfléchi et inconscient, et Olivia non plus ne l'avait pas remarqué avant qu'ils ne veuillent tous deux se servir de leurs mains. Alors pourquoi diable s'intimidait-il d'un si simple contact ? C'était juste une main tenue, rien de plus. Ce n'était pas comme si c'était totalement la première fois qu'il entrait en contact avec des doigts de jeune fille. En plus Olivia lui avait gentiment dit que ce n'était rien. Peut-être qu'il n'était pas à l'aise car il s'agissait justement d'Olivia, une fille qui dénotait beaucoup au milieu des autres nénettes qu'il avait pu connaître jusqu'alors. Ceci dit, Neo ne voyait pas clairement pourquoi ce serait si différent cette fois-ci. Il baissa son regard clair vers Olivia, qui applaudissait gentiment le couple de danseurs devant lequel elle était restée admirative. Si une de ses sœurs avaient été là, elle lui aurait sans doute fait une remarque lourdingue et bien gênante, comme chacune d'entre elles le faisaient dès qu'elles en avaient l'occasion.
Neo ne put spéculer davantage sur la situation, car encore une fois un étranger bouscula Olivia. Décidément ce devait être une mode que de rentrer dans les autres. Certes la foule était dense et rassemblée mais on pouvait tout de même se déplacer son déranger les convives autour de soi, pour peu qu'on fasse un peu attention. Neo imita Olivia, et se pencha un peu pour voir qui était le bousculant cette fois-ci. Ils se retrouvèrent nez à nez avec un drôle de type blond, qui adoptait un comportement assez déroutant. Il grognait un peu comme un jeune chat en colère. A croire qu'il s'agissait d'un animal effrayé. Ce blondinet devait être un Hyvbrid, mais il n'avait rien à voir avec celle qui avait servi à boire à Neo tout à l'heure, elle qui l'avait abordé sans aucune timidité. Comme quoi chacun avait son caractère, même chez les Hybrids !

En riant légèrement, Olivia fit un commentaire amusé sur la maladresse de cet homme-chat. Alors que Neo acquiesçait en silence, elle l'appela « sauveur à la moto », pour répondre à son affirmation de ne pas désirer l'enlever. Neo réfléchit une seconde, et se souvint de comment il l'avait débarrassée d'une espèce de gorille qui la poursuivait dans la foule de Nordkia, le jour où il l'avait rencontrée sur les Docks. Il avait d'abord manqué de l'écraser, et il l'avait ensuite embarquée sur la Skooth dans des ruelles discrètes pour que le gros costaud la perde de vue. Olivia lança un regard fier à Neo, qui lui devait bien admettre n'avoir rien à répliquer. Sa moue dépitée se changea en un sourire en coin amusé :
« J't'aurais une prochaine fois, tu verras... » Pour l'heure il s'avouait vaincu. Elle pouvait être fière de sa blague. On en était à combien déjà depuis le début de la fête ? Si cela continuait, Olivia allait passer maître dans l'art de taquiner Neo. Il ne faudrait jamais qu'elle rencontre ses sœurs. Ce serait la fin de sa dignité personnelle !

Olivia changea de sujet, et déclara être intriguée par la nourriture que tous pourraient bien trouver au buffet. Neo frappa frappa une de ses paumes avec son poing, comme s'il venait de comprendre le sens de leur vie à tous  :
« Ah ! T'as faim en fait ! » lâcha-t-il, sans plus de délicatesse. Ce fut dit en toute connaissance de cause, c'était un peu à son tour de la taquiner. La formulation polie d'Olivia sur sa curiosité de découvrir ce qu'on leur offrait lui avait mis la puce à l'oreille. Il ignorait s'il avait raison, mais il semblait à Neo que lorsque Olivia exprimait un souhait, elle adoptait une attitude plus réservée que le reste du temps, et parlait dans des registres soutenus et courtois. Timide, la petite Keegan ? Il commençait à connaître la réponse. Neo posa une main sur l'épaule de la jeune élite, et lui désigna les buffets :
« Alors, on va y faire un tour ? » lui proposa-t-il, juste avant que son estomac ne se mette à grogner à son tour. Cette fois, il était carrément gêné, parce que ce n'était pas un bruit super sexy, n'est-ce pas ? Il n'attendit même pas la réponse de la jeune femme pour se diriger vers les tables, d'un pas calme mais déterminé. Il sentit que le rouge lui était monté aux joues. Il ne s'était pas non plus rendu compte qu'il était temps pour lui de manger un truc. La dernière fois qu'il avait avalé quelque chose, c'était à sa très courte pause déjeuner, durant sa journée de travail.

Une fois arrivé à hauteur des buffets, Neo constata que des étiquettes avaient été disposées devant les plats les plus variés et colorés qu'il avait jamais vus. Il y avait des choses très différentes : des végétaux étranges, des viandes inconnues, des spécialités Hybrids... Mais l'étiquette qui retint le plus son attention fut celle des spécialités d'Anathorey.
« Ici, c'est plutôt ton domaine, Oli ! » lui dit-il quand elle fut arrivée près de lui. Mais est-ce que c'était vraiment de la bouffe tous ces trucs-là ? C'était très beau et raffiné, sculpté et monté comme s'il s'agissait de petites œuvres d'art. Mais cela ne ressemblait pas du tout à ce que lui avai l'habitude de manger à Nordkia. On aurait dit de petits objets décoratifs. Alors que son regard s'attardait sur un petit plat rond, dans lequel trônait une sorte de petit... morceau de viande rose visiblement, une femme chargée du service derrière le buffet s'adressa à lui d'une voix douce et distinguée, en désignant ledit plat d'une main gantée :
« Voici un médaillon de rouget à la roquette et au poivron, accompagné d'une sauce crème anglaise au parmesan, et de sa réduction de roquette, Monsieur... » Neo leva des yeux tout ronds vers la serveuse, qui ne se départit pas de son sourire poli. Mais qu'est-ce qu'elle venait de lui dire ? De sa vie il n'avait jamais rien entendu de si inintelligible ! Il rit d'un air un peu gêné, en répétant « bien sûr, bien sûr... », et jeta un regard un peu paumé à Olivia. Si elle avait compris un traître mot de tout ce bordel, Neo était preneur d'une éventuelle traduction.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Lun 12 Jan - 0:55

Bliss trouva intéressante la réflexion que faisait Fleya. C'était très naïf, et à la fois absolument spontané. Elle avait raison en un sens, elle allait droit là où il fallait aller, pourquoi s'embêter de tan de fioritures ? La Princesse eut un petit sourire « Tout est une question d'image, de comment nous paraissons. Votre... Maitre vous l'expliquera, s'il est bien celui auquel je pense, mais nous devons garder une forme de dignité. Cette dignité passe par notre tenue vestimentaire, notre façon de nous comporter, de parler. Ainsi nous devenons des personnes respectables, ou, au contraire, peu fréquentables. Nous avons des codes. Nous devons respecter des règles, des normes, pour se fondre dans cette société, sans quoi, nous passons pour des rebuts, des malpropres, voir des bâtards. Lorsqu'une personne parle, si ce qu'elle dit ne nous intéresse pas, nous ne pouvons pas nous détourner, et nous en aller. Il faut rester en face d'elle, sourire, et attendre qu'elle finisse. Notre peuple est comme cela, du moins ceux vivant à Anathorey. Je ne saurai pas vous dire, Fleya, depuis quand remonte ces adages, mais une chose est sure, je peux reconnaitre, ici, chaque Elite. Car au final, nous nous ressemblons tous. » La belle blonde se mit à sourire « Dans notre société, les femmes qui ont les cheveux lâchés, non coiffés d'un accessoire par exemple, sont considérées comme des filles de joie. Une femme correcte se peigne, se coiffe, et redresse ses cheveux. Une Ünik avec la tignasse hirsute, montre une liberté, que l'on retrouve souvent dans la liberté du corps. Ces femmes aguichent avec tous leurs attributs. Ca fait négligé, car c'est la marque même des prostitués. » Levant une main délicate, elle ajouta sérieusement « Mais je ne vous parle, ici, que de la société Ünik. Nous ne l'appliquons ni aux Qantiks, ni même aux Hybrids, sachant pertinemment qu'ils sont issus d'autres peuples. » Elle ne voulait pas que Fleya se vexe, ou assimile mal ses paroles, pensant alors que toutes les femmes aux cheveux lâchés, sont des filles de rues.


La conversation au sujet du Maitre de Fleya fut particulièrement pertinente. Bliss apprit des choses à la Qantik, que celle-ci ne connaissait point, et dans ses yeux robotiques, la blondinette pouvait y voir une sorte de réflexion, finissant par de la détermination. Peut être n'aurait-elle du pas trop lui en parler, elle qui pensait que ce robot connaissait tout, surtout de celui qui l'avait en sa possession...
Lorsque la jeune femme lui posa des questions, Bliss se sentit évincée. Bien sur, elle était construite pour cet homme, alors cette... Discussion ne fut qu'une perte de temps, car les Qantiks ne s'attachaient pas, ils essayaient juste de comprendre. La princesse releva les yeux vers elle « Vous... Maintenant ? » La surprise se lisait sur ses traits, et elle annonça « Oui, nous pouvons partir évidemment mais, pourquoi être si pressée ? Je ne sais même pas si nous parlions bien du même homme... L'accident du manoir s'est passé il y a... Longtemps. J'étais très jeune... » La dernière réflexion était plus pour elle, dite à voix basse, que pour Fleya. Seulement, Bliss n'eut pas le temps de se lever, qu'elle vit autre chose du coin de l'oeil. Tournant vivement la tête, elle se retrouva très proche d'une femme, qui était tombée nez à nez avec l'homme sur le banc. Elle hurlait, bougeait dans tous les sens, exprimait une joie délirante, sans se soucier de quoi que ce soit.
Bliss regarda à tour de rôle les deux protagonistes, comme quelques personnes autour. Et puis au bout de quelques secondes, peut être une minute, l'homme se leva. Il était immense d'ailleurs. Il attrapa le jeune femme par le bras, et l'emmena plus loin, hors de portée des autres assez stupéfaits.
Un léger sourire aux lèvres, Bliss se leva et dit « Ma chère Fleya, aidez-moi à changer de tenue dans les buissons, et je vous accompagnerai jusqu'à Anathorey. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Lun 12 Jan - 1:41

Kitsune n'eut pas tout de suite la réponse à ses questions. D'un seul coup, Cocoon s'était levé, et la surplombait de sa taille de trois bonnes têtes. La jeune femme ne se départit pas de son sourire, mais elle dû bien admettre qu'elle ne se souvenait plus de ce qu'il fut si grand. Quel impressionnant calibre. Sans qu'elle ne puisse dire le moindre mot, il l'empoigna par le bras et l’entraîna rapidement un peu à l'écart de la foule sous des arbres. Elle n'eut d'autre choix que de le suivre, en s'emmêlant un peu les pieds, étonnée par ce soudain départ. Il ne fallait pas qu'on les voit ensemble ? D'accord, ce n'était pas un problème pour elle. Il lui souffla de cesser de crier. A ces mots, Kitsune ne put s'empêcher de rire avec amusement. C'est vrai qu'elle ne l'avait pas abordé de manière très discrète. Mais elle n'y pouvait rien, Cocoon était bien trop sérieux !

Quand ils furent tenus un peu à l'écart, sous d'épaisses et mousseuses branches d'arbre, Cocoon lâcha le bras de Kitsune. Elle se posta sagement devant lui, et leva son petit minois espiègle vers lui. Ouais, il était décidément vraiment grand par rapport à elle ! Mais si elle lui en faisait la remarque, elle savait qu'il lui répliquerait que non, c'était elle la vraie naine. C'était très drôle à imaginer ! Le jeune homme lui répondit alors enfin, et admit que bien entendu il ne l'avait pas oubliée. Il était vrai que les circonstances de leur rencontre étaient pour le moins incongrues. Tous les deux étaient fatigués, et assoiffés. Et finalement, ils s'étaient donné un coup de main mutuellement. C'était un échange tout à fait équilibré ! Aux mots de Cocoon, Kitsune répondit que par un sourire radieux, alors qu'elle se grattait la nuque. Sa question avait été un peu idiote sans doute, mais elle était contente que le jeune homme ne l'ai pas oubliée. « Ça me fait plaisir. Parce que moi non plus, je t'ai pas oublié ! » lui dit-elle, avec énergie. Le fait été qu'après leur séparation, elle était retournée dans la Sylva pour terminer toutes ses explorations aux quatre coins de la forêt. Mais elle avait souvent pensé à lui, en espérant que les hommes de l'autre fois n'avaient pas envoyé à ses trousses des amis désireux de les venger. D'autant plus qu'elle ne s'était pas du tout mêlée de ses affaires, mais ils avaient l'air de beaucoup lui en vouloir. Elle ignorait la raison de cette traque, mais voir Cocoon d'aplomb et imposant devant elle la rassura. C'était comme si tous ces instants où elle avait eu peur pour lui étaient réduits à l'état de cendres par son regard déterminé. Cocoon, l'Ünik qui sait où il va, se dit Kitsune. Oui c'était totalement l'idée qu'elle se faisait de lui !

Plus détendu au bout de quelques instants, le jeune homme lui dit qu'il avait pensé à elle sur ce banc, et qu'il avait bien cru passer une soirée inutile. Kitsune écarquilla ses grands yeux rouges, avec étonnement : « Tu pensais à moi ? » répéta-t-elle, un peu surprise. Et cette histoire de soirée qui finalement n'était pas perdue, cela voulait dire qu'il était content de la voir, pas vrai ? Eh bien c'était le pied tout ça ! Que des bonnes nouvelles finalement, cette fête paraissait de plus en plus merveilleuse à Kitsune.
Cocoon poursuivit, et demanda à la jeune femme si elle était venu avec de la famille, voire avec mari et enfants. Hm ? Elle, mariée ? La Renarde voulut retenir son éclat de rire, mais elle ne le put tant ce qu'il venait de lui demander était drôle. Son rire clair et dansant se fit entendre autour d'eux pendant quelques secondes, jusqu'à ce qu'elle lâche ses côtes et reprenne son souffle pour lui répondre : « Oh non, je suis pas mariée moi ! J'ai même pas de petit ami. Je suis arrivée ici seule, et complètement par hasard ! » Elle écarta les bras et fit un pas vers Cocoon : « Je savais pas qu'on organisait une fête, alors quand j'en ai connu le thème, je suis restée pour participer à tous les rituels du Prêtre d'Or ! J'ai laissé un message dans le bûcher pour le village où j'ai vécu quand j'étais petite. Ensuite, j'ai lâché un lampion dans le ciel en souvenir de mes parents ! » Kitsune ne se rendait pas compte qu'elle déballait toute sa vie au jeune homme. Son village avait bel et bien été détruit il y avait de cela quatorze ans, et elle avait perdu ses parents lors de cette tragédie.

Mais la jeune femme avait le regard pétillant et le sourire aux lèvres. Pensive, elle posa un main sur sa hanche tandis que l'autre tenait son menton. « Et après... je crois que je suis allée manger au buffet. J'ai goûté des trucs d'Anathorey, c'était hyper bon ! Je savais pas que les saveurs changeaient en fonction de l'endroit où elles sont nées, c'était vraiment super à découvrir ! Les plats Üniks sont très différents de ce qu'on peut trouver dans la Sylva, ça c'est sûr ! »

Ce disant, Kitsune ne cachait pas son enthousiasme. C'est alors que le ventre de Cocoon se mit à rugir comme un lion qui n'avait pas eu sa pitance depuis des heures beaucoup trop longues pour lui. La jeune femme pencha la tête sur le côté, et esquissa un sourire malicieux : « On a un peu faim à ce que je vois... » dit-elle, trop heureuse d'avoir un prétexte pour retourner au buffet si bien garni. Elle prit à son tour le bras de Cocoon : « Bon, cette fois c'est toi qui va me suivre ! Et t'as pas le choix ». Et elle ne lui laissa effectivement aucun choix : elle le traîna du mieux qu'elle pu jusqu'aux victuailles festifs, et fit signe au serveur qui l'avaient aidée à se ravitailleur peu auparavant. Affichant une mine un peu inquiète, le jeune serveur lui demanda « Oh, vous revoilà déjà ? » - « Hahaha, non cette fois c'est pas pour moi ! » Elle lui désigna Cocoon d'un air espiègle. « Va nous falloir un truc consistant, parce que ce genre de gaillard a besoin de beaucoup d'énergie pour être en forme ! » Le serveur lança un regard impressionné à l'Ünik que Kitsune lui montrait, et acquiesça avant d'aller chercher quelque chose à servir.
La Renarde observa un peu autour d'eux. Il y avait un type aux cheveux longs et rouges qui avait l'air totalement perdu face à un plat qu'on lui présentait. Il était accompagné par une très jolie fille brune. A le voir si paumé, elle avait envie de rire. Elle aussi elle avait été très déroutée par la gastronomie Ünik. Kitsune reporta bien vite son attention sur Cocoon, et lui demanda d'un ton enjoué : « Alors dis-moi, qu'est-ce qui t'a amené jusque dans la forêt ? »

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Lun 12 Jan - 16:41

Olivia avait gagné ce round de taquinerie mais elle ne doutait pas que Neo se vengerait à un moment ou à un autre. Mais pour l’instant, elle était tranquille dans sa position de vainqueur. Répit de courte durée puisque le docker vit bien à travers sa soudaine curiosité pour la gastronomie de mondes inconnus, s’exclama comme s’il venait de faire une grande découverte qu’elle devait avoir faim. La brunette grimaça, cela ne se faisait pas d’exprimer aussi pleinement sa faim ou n’importe quel autre besoin ou sentiment, ce n’était pas comme ça qu’elle avait été élevée. La spontanéité de Neo à ce sujet était néanmoins amusante à voir, et il ne rechigna pas à aller jeter un coup d’œil aux divers mets proposés par chaque groupe représenté en cette soirée. D’ailleurs, il semblait lui aussi avoir un petit creux et la brunette ne put s’empêcher de rire doucement face à la gêne du docker. Elle le suivit donc vers le buffet. Chaque plat disposait d’une petite étiquette pour indiquer d’où il provenait, de quoi il s’agissait. Olivia se fit la réflexion que sa mère serait sûrement aux anges devant tant de fruits aux couleurs exquises et appétissantes. On reconnaissait également des plats en provenance des meilleures cuisines d’Anathorey, aussi beaux que bons pour la plupart. Cela pouvait paraître tellement futile pour Neo qui venait d’un endroit où manger n’était pas forcément aisé, mais pour Olivia l’aspect de ce qu’elle mangeait était aussi important que le goût alors même qu’elle avait conscience de l’inutilité de la chose. Neo avait raison, c’était plutôt son domaine à elle cette partie-là du buffet. D’ailleurs elle vit clairement son incompréhension face à l’explication de la serveuse qui venait de débiter avec un calme et une politesse sans faille le nom du plat. Lorsqu’elle se fut éloignée de quelques mètres, la brunette reprit à voix plus basse à se rapprochant de Neo.

« C’est du poisson, cuisiné avec de la salade et des poivrons, et avec tout ça il y a une sauce sucrée-salée et un truc qui ressemble à … une soupe de salade. On ne mange pas tous les jours comme ça à Anathorey, du moins pas chez moi, peut-être que la Princesse oui. »

Tout de même curieuse de savoir ce que pouvait être ce plat, Olivia chercha du regard des assiettes qu’elle trouva, en prenant une pour se servir un peu de poisson. Elle sélectionna également un plat composé de légumes qui avaient été sculptés comme les plus beaux monuments de la capitale, tout en étant pas certaine de quels légumes il pouvait s’agir. La jeune élite planta sa fourchette dans le rouget pour goûter avant d’afficher une moue satisfaite, elle tendit son assiette à Neo en souriant.

« Le goût est bien moins pompeux que le nom l’entend, tu devrais goûter. »

La brunette continua de goûter quelques mets qui passaient sous son regard, ceux qu’elle avait pris dans son assiette par exemple, ces légumes qui étaient bien plus jolis qu’ils n’étaient bons. A force de picorer dans les divers plats à disposition, Olivia décida qu’il était temps de passer au dessert et reporta son attention sur les multiples fruits disposés un peu plus loin. Ils provenaient sûrement de la forêt environnante et la brunette se fit d’ailleurs une étrange réflexion, est-ce que pour certains hybrids, ce n’était pas une sorte de cannibalisme de manger ces fruits ? Ou même des viandes ? Haussant les épaules en remettant ce débat à plus tard, Olivia croqua dans ce qui ressemblait à une pomme, c’était sans doute une pomme, mais aux couleurs plus attrayantes et plus naturelles. Tout en grignotant sa pomme, la jeune bourgeoise posa son regard sur Neo.

« Alors tu trouves ton bonheur dans tout ce qu’il y a ici ? Ils ont vraiment mis les petits plats dans les grands, c’est plutôt rare de voir autant de nourriture variée. Je suis sûre qu’il y a de quoi satisfaire ton appétit. »

Encore un peu moqueuse, Olivia trouva sa vengeance pour le manque de tact de Neo. Un partout. Mais à bien y réfléchir, elle se sentit mal de se moquer pour cela. Elle, tranquillement installée dans son salon ou dans un restaurant, elle pouvait tous les jours faire plusieurs repas jusqu’à plus faim. Mais elle savait que la vie sur les Docks n’était pas la même. Elle se sentit soudain très idiote d’avoir blagué là-dessus, son regard fixant la pointe de ses bottines noires qui n’avaient jamais été plus intéressante. Neo allait-il penser qu'elle se moquait des conditions de vie dans les Docks ? Ou alors allait-il penser qu'elle pensait qu'il vivait mal ? Rah, pourquoi penser autant alors que c'était un soir de célébration.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Mar 13 Jan - 11:11


Cocoon appréciait la présence bruyante de Kitsune. Même la première fois, pourtant sous la méfiante et l'indifférence, il avait prit l'arrivée de cette femme comme un vent de fraîcheur dans le désert aride. Il s'était perdu dans une terre étrangère et hostile et tout ce qu'il y rencontra fut une Hybrid, du totem du renard, prête à se battre à ses côtés, avec la plus grande naïveté du monde. Le bronzé aimait ça et, en même temps, ne savait pas trop quoi en penser. Il n'arrivait pas à cerner cette fille sous ses airs d'hurluberlu. Et puis... Elle était tout le temps heureuse. Elle diffusait, dans son monde sombre, énormément de joie et d'espoir. Lutter contre ses détracteurs lui prenait du temps et énormément d'énergie. Venir à cette réunion était d'ailleurs tout aussi risqué pour sa peau et pourtant, il s'était déplacé, en l'espoir de. Et puis Kitsune était apparu, à son plus grand bonheur finalement car... Etant proche de la forêt, ne la cherchait-il pas, du moins par curiosité ? Alors lorsqu'elle lui annonça fièrement que elle non plus ne l'avait pas oublié, avec une spontanéité presque enfantine, il se mit à rire. Elle était naturelle, et finalement, c'était ce qui lui faisait du bien.

Cocoon était quelqu'un de plutôt épanouit sur le plan charnel. Anathorey était une société de gens guidés, dont il se devait de faire partit, mais lui s'imposait d'autres règles. Il était le genre d'homme qui ne passait pas inaperçu, surtout pour les femmes. Une beauté peut être exotique, et sa peau respirait en permanence le soleil d'un autre continent. On pouvait croire qu'il était un nomade du désert, mais il n'en était rien. Ses yeux bicolores en surprenaient plus d'un, mais leur succès était toujours conséquent. Les dames lui faisaient comprendre qui il était et quel effet il faisait. Et Cocoon vécu toujours comme ça, en temps que prédateur. Il était le danger des femmes mariées, il était le monstre qui déchirait les prudes, et pourtant la discrétion dont toutes faisaient preuve, gardait sa réputation au chaud. Malheureusement, c'en était toujours la même chose, la même pièce de théâtre. Les regards, les sous-entendus, les messes basses, et les rendez-vous silencieux. Mais quoi qu'il fasse, le défis était gagné. Et lui se retrouvait toujours seul au final. Kitsune elle, n'avait pas de famille, et ne semblait pas en souffrir. Elle ne semblait pas non plus être du genre à batifoler joyeusement derrière trois buissons feuillus. Le bronzé savait qu'ils étaient de deux peuples différents et, si lui ça l'énervait d'avoir eu sa future union gâchée, des gens comme la renarde ne semblait pas affolé outre mesure de leur solitude. Encore une fois, c'était une question de culture.

Son rire arracha un demi-sourire forcé à Cocoon, et lorsqu'elle lui répondit avec toute la candeur qui la constituait, le bronzé acquiesça « Je ne connais pas les moeurs Hybrids. Ni ça, ni le mariage. Chez nous, on se mari soit par amour, soit par alliance, mais plus souvent par alliance que par amour. L'amour ce sont les Dockers qui y croient encore. Chez nous, les Elites, c'est une valeur trop abstraite. Sauf pour moi. » Bon.... Bon Cocoon était en train de se défoncer le moral tout seul, ça lui faisait bien plaisir visiblement ! Quel naze... Enclenchant rapidement il poursuivit « Oui je pensais à toi. Nous sommes sur ton territoire non ? C'était assez logique que tu te pointes finalement... » En tout cas Cocoon avait pensé de cette manière depuis le départ.

Kitsune lui raconta alors tout. Depuis le moment où elle tomba sur le début de la cérémonie, jusqu'à maintenant. Elle n'omit aucun détail, se concentrant aussi pour lui raconter quelques anecdotes sur son passé. Cocoon ne l'interrompit pas, ne préférant pas se mêler de ce qui ne le regardait pas. La conversation se termina sur les plats. Le buffet proposait des saveurs venues de partout, et Kitsune semblait être la personne la plus à même de critiquer toutes ces cuisines. Elle emmena le géant près d'une grande table, indiquant alors au serveur qu'il fallait le remplir. Ecarquillant les yeux, Cocoon, qui était derrière elle, mit sa main sur sa bouche en reprenant « Je n'ai pas si faim que ça, excusez-la » Mais le serveur s'échappa quand même, assez impressionné par l'homme. Inconsciemment, il avait plaqué Kitsune contre lui, son dos contre son torse à lui, pour l'empêcher d'être impolie. Il avait un naturel avec elle... Elle faisait ressortir chez lui l'essence même de sa personne, et il ne se gênait de rien, ne se vexait de rien. Enlevant sa main, il baissa la tête pour la regarder vu qu'elle en faisait quelques unes de moins que lui « Kitsune allons... » Mais que pouvait-il lui reprocher réellement ? Ne pas être comme lui ? De ne pas être aussi poli ? Soupirant, il ouvrit ses bras pour la relâcher « Tu sens bon. » Il humait la senteur boisée, florale, et il l'associa immédiatement à Kitsune. Dorénavant, lorsqu'il sentirait cela, ce sera la jeune femme, personne d'autre.

A nouveau face à lui, et les plats revenu, Cocoon mangea quelques mets, laissant un temps entre chaque, prenant le temps de mâcher chaque bouchée, sans parler la bouche pleine. Il mangeait bouche fermée, ne faisait pas de bruit... Un Elite.
Le bronzé connaissait tout ce qu'il mangeait, étant de la même origine que ces fameux plats. Puis Kitsune, la mine un peu plus sérieuse, aborda un autre sujet. Ce qui l'avait emmené dans la forêt. Détournant un peu la tête, il posa sa serviette sur le buffet, remerciant le personnel avant d'attraper le bras de Kitsune, beaucoup plus délicatement que plus tôt, il glissa alors sa main « Viens... » Il avait envie d'être seul avec elle. Cette jeune femme lui apportait tellement de baume au coeur, qu'il ne voulait pas s'en séparer, et pire, il ne voulait pas la partager. Mais à ses yeux, elle était un pansement, une échappatoire éphémère. S'enfonçant un peu plus, ils tombèrent sur une des innombrables clairières peuplant cette forêt. Une marre était là, reflétant la lune. Cocoon s'assit dans l'herbe, laissant la jeune femme faire de même, à ses côtés « Je n'ai perdu personne. Je ne suis pas ici pour les défunts proches... C'était une tradition que nos ancêtres faisaient, et je me disais que si ça leur tenait à coeur, alors cela devait aussi me concerner. » Regardant les étoiles il dit « J'ai perdu le Duc auquel j'étais rattaché, mais c'est comme... Perdre la personne qui nous emploie finalement. Nous ne l'aimons pas particulièrement, nous ne la connaissons pas. J'étais là pour le protéger, pas pour le distraire. Suite à sa mort, le mariage qui devait être organisé avec ma future femme, tomba à l'eau. J'ai du fuir car, comme je te l'avais dit, c'est moi qui fut accusé de meurtre. » Il émit un rire nerveux « J'ai presque trente ans et je dois recommencer toute ma vie... Si tu savais comment c'est dur. C'est dans ce genre de cas que nous avons envie de partir ailleurs, pour toujours. » Soupirant, il laissa planer le silence, et ne bougea pas. Un genoux replié et l'autre tendu, son coude sur le mont qu'il formait, il tourna la tête vers le rousse, finissant par lui dire « Et toi Kitsune, pourquoi ne me détestes-tu pas ? » Lui... Lui mais surtout tout le peuple Ünik. Jamais elle ne s'était montrée agressive ou même froide envers lui, pourquoi ? Chaque Hybrid qu'il avait croisé s'était montré à la fois agressif et craintif. Apeuré, et sur la défensive... Sauf elle. Sauf elle qui respirait la joie, la vie, le bonheur.
Il aimerait partager sa vie avec quelqu'un d'aussi positif, qui arriverait à palier à sa mélancolie quotidienne.


résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Mer 14 Jan - 3:03

Iryelle était estomaquée. Quand Nima les avait quitté pour rejoindre la piste de danse, l'Hybrid avait aussitôt repéré l'homme sur la scène qui semblait attendre l'Ûnik. L'homme était sombre et dégageait une aura qu'Iryelle n'avait jamais ressentie auparavant. Obscure, mystérieuse, sûre. L'ambiance venait de changer du tout au tout alors qu'il frappait dans ses mains et que la musique se modifiait pour s'accorder au claquement sec des paumes cognant l'une contre l'autre. Ensuite avait eu lieu un combat des plus sensuel sur la piste de danse alors que les deux danseurs semblaient se fuir sans cesse pour mieux se réunir encore plus près l'un de l'autre. Ils avaient des gestes osés, très osés, l'un envers l'autre, mais étonnamment, Iryelle ne trouvait pas ça dégoûtant ou même dérangeant. C'était... suave et loin d'être pervers. Elle le sentait dans la musique, dans les mouvements des deux acolytes sur la piste. Ils jouaient ensemble et cela fascinait la jeune femme qu'elle était ainsi à admirer le spectacle sans en manquer une miette. Et Nima dansait si bien sur cette musique avec sa fabuleuse robe noire, Iryelle voyait bien là la place de l'Ûnik. Sur une piste de danse à enflammer la scène d'émotions torrides et hypnotisant le public aux yeux rayonnants. Si on oubliait l'Élite qui semblait tout près de perdre connaissance face à ce manque de tenue, cela dit. Mais Iryelle se fichait de ce que l'Élite pouvait bien penser, personnellement, elle avait été émerveillée par Nima et son partenaire qui eut tôt fait de disparaître de son champ de vision lorsque la jeune femme revint vers elle et Miyuki.  

- Nima... C'était...

Elle n'avait aucun mot pour décrire le spectacle auquel elle venait d'assister et elle se sentait gênée de n'avoir rien à dire à la jeune femme qui avait chauffé la scène si brillamment.

- C'était vraiment terrifiant, fut tout ce qu'elle trouva à dire.

Se rendant soudainement compte de ce qu'elle venait de proférer, elle rectifia le tir en levant les mains avec un sourire timide.

- Enfin... Pas terrifiant dans le genre, horrible, mais plutôt... Désolée, je ne voulais pas dire ça.

Iryelle eut un petit rire nerveux et tenta de rattraper ses paroles maladroitement. Elle ne tenait vraiment pas à se faire un ennemi ici, au milieu de cette foule où elle avait bien du mal. La panique de tout à l'heure lui avait suffit.

- C'était magnifique! Voilà. Sublime!

Repérant soudainement le buffet de l'autre côté de la piste de danse qui avait trouvé de nouveaux danseurs pour occuper ses planches, elle vit en cet amas de nourriture une bonne échappatoire à ses bêtises verbales.

- Et si on allait voir par là? proposa-t-elle en pointant les plats de toutes les couleurs. Toute cette danse m'a donné faim, je dois admettre!

Iryelle commença à contourner la piste et il lui sembla que l'odeur de nourriture se précisait et exerçait une attraction de plus en plus grande sur elle. La jeune Hybrid ne se rappelait même plus de la dernière fois où elle avait pu manger complètement à sa faim. Elle n'était pas une grande mangeuse, mais quand elle était en expédition, comme toujours, en pleine nature, elle mangeait encore moins pour économiser la nourriture qu'elle trouvait. C'était ce qui lui permettait de passer des semaines en forêt sans s'arrêter dans un quelconque village. Le fait de ne consommer aucune viande animale ne l'aidait pas lorsque les fruits manquaient dans certaines parties de la forêt.

Arrivée à la hauteur de la première table couverte de nourriture, elle s'empara du premier fruit qu'elle vit et le savoura en fermant les yeux. Maintenant qu'elle y pensait, elle n'avait rien avalé de la journée et son ventre vide avait vraiment besoin de nourriture.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Mer 14 Jan - 22:50

Dans sa grandeur d'âme, Olivia vola au secours de Neo qui n'avait toujours pas décrypté le plat inconnu dont on venait de lui déblatérer le nom imprononçable. C'était quoi déjà ? Du rougeâtre... du rou... du poisson rouge ? A peine trente secondes après l'énoncé du plat par l'élégante serveuse, il en avait déjà oublié l'intitulé. Quand l'intéressée se fut éloignée pour d'autres tâches, la jeune brunette chuchota au Docker qu'il s'agissait de poisson, accompagné d'une sauce gastronomique et de jeunes pousses vertes. Neo siffla d'admiration.
« Eh ben dis donc, tout ça pour du poiscaille... » ne put-il s'empêcher de lâcher, alors qu'Olivia goûtait le plat en silence. Quand elle eut terminé sa dégustation, elle lui assura que c'était très bon, et qu'il n'y avait rien à craindre de l'énoncé pompeux qu'on leur avait fait de l'assiette. Neo acquiesça. Il choisit sur la table une petite fourchette propre parmi celles proposées au public, et la planta dans la chair tendre du poison rosé. La finesse du goût qu'il découvrit le surpris beaucoup. Les saveurs amalgamées et équilibrées avec légèreté lui donnèrent une sensation de fraîcheur que jamais il n'avait ressentie en mangeant un plat. A Nordkia, la cuisine était beaucoup plus roturière et familiale, et bien qu'il l'appréciait parce qu'il n'avait jamais rien connu d'autre, l'élégance de cette gastronomie Élite lui ravit les papilles. Il ne se fit pas prier pour terminer son plat entièrement, sans en laisser une seule miette.

Il était à présent plutôt curieux de découvrir le reste de ce que le buffet proposait. Son regard s'attarda sur des végétaux étranges et très colorés, issus des clairières de Shimizu d'après ce qu'il avait pu lire. Il s'agissait de fruits gorgés d'une eau pure et fraîche qui le désaltéra immédiatement lorsqu'il en mordit la peau ferme, d'une drôle de couleur bleue. Contrairement à d'habitude, Neo s’intéressa à d'autres choses que celles qui constituaient sa petite connaissance du monde Ünik. Il prit son temps pour choisir les plats qui l'attiraient, échangea parfois quelques mots avec les personnes chargées d'expliquer le contenu des assiettes. Son voyage gustatif au travers de tous les Continents d'Origin's ne dura que quelques instants, mais il y prit un plaisir auquel il ne s'était pas attendu.
Quand l'appétit vint à lui manquer, il soupira et posa couverts et assiette sur une table non loin de lui. Il ne se souvenait pas avoir mangé aussi bien un jour dans sa vie ! Certes sa mère cuisinait très bien dans son domaine, mais les rations étaient bien plus maigres que ce que le buffet de cette Nuit des âmes proposait ! Il ressentit toutefois un léger pincement au cœur. S'il avait su qu'une telle fête avait eu lieu, il sera aller chercher ses sœurs et sa mère à la maison, et les auraient amenées ici. Si ses sœurs aînées Euphy et Lysa se seraient certainement montrées méfiantes, Neo se doutait que Lucya et Janyce elles auraient été absolument ravies de sortir de Nordkia pour voir enfin autre chose. Des saveurs, danses et jeunes hommes venus d'ailleurs. C'était ce qu'il leur aurait fallu ! Le jeune homme se surprit à espérer que cette fête aie de nouveau lieu très prochainement.

Olivia, qui elle aussi avait goûté à bien des mets, revint vers lui une fois repue elle aussi. Elle lui demanda s'il avait trouvé son bonheur, et surtout de quoi caler son appétit. Heureux comme un pape Neo lui montra une figure des plus rassasiées :
« Haha tu m'étonnes ! C'est dingue tout ce frichti, très varié et complet. Ils ont assurés les organisateurs ! »
Il avait prononcé des paroles des plus positives, mais le Docker remarqua avec étonnement qu'Olivia avait baissé une petite mine renfrognée vers ses pieds, serrés l'un contre l'autre. C'était un changement d'attitude soudain qu'il ne s'expliquait pas. Il avait l'habitude des sautes d'humeur avec se sœurs, et au fil du temps avait appris que c'était un comportement assez commun chez les filles. Il ignorait ce à quoi elles pensaient, mais leurs idées devaient s'enchaîner très vite pour qu'elles changent aussi d'émotion d'un instant à l'autre. Il savait aussi que les femmes avaient tendance à se prendre la tête pour pas grand chose. Mais du moment que cela leur tenait à cœur, elles allaient à fond et ne seraient pas bien tant que personne ne les aurait consolées. Il ne pouvait donc pas faire comme s'il n'avait pas vu la moue de la jeune élite. Même s'il n'avait fichtrement aucune idée de ce qui lui arrivait.

Délicatement, il prit entre son pouce et son index le menton de la jeune femme, pour lui redresser la tête vers le haut d'un geste doux. Olivia qui fixait ses pieds se retrouva donc face à Neo, qui arquait un sourcil d'un air un peu perplexe :
« Te caches pas. Sinon, on voit plus ton visage. C'est dommage ! » lui dit-il, dans un demi-sourire. Elle avait l'air triste, la petite Olivia. Il n'aimait pas vraiment cela. Ça non plus, il n'aurait pas su l'expliquer. C'était une sensation étrange, comme si quelque chose n'allait alors vraiment pas, et qu'il fallait rectifier le tir sans quoi c'était vraiment signe que la soirée se finirait mal ! Neo étira quelques secondes ses bras et son dos endoloris à force d'être debout, et plaça ensuite ses mains sur ses hanches, en expirant avec soulagement.
« Tu sais... Cette fête, c'est vraiment la surprise d'après le boulot pour moi. J'passe vraiment une bonne soirée ! Et vu les visages des gens ici, j'ai l'impression que je suis pas le seul. » Il regarda aux alentours, autour d'eux. Il voyait des rigolards, des bruyants, des timides, de discrets bavards... Mais en définitive tout le monde avait l'air heureux. Pas une seule personne ne semblait mécontente de se trouver ici. Ou alors, les rageurs se cachaient bien et c'était pas plus mal.

Neo se tourna de nouveau vers Olivia, et plongea son regard dans le sien, ambré et chaleureux comme ces beaux lampions qui éclairaient avec gaieté les clairières :
« Je passe vraiment un bon moment à tous les points de vue... » Puis il rit en posant sa main sur le crâne de la jeune femme, sans doute pour essayer de la consoler joyeusement. « Alors chasse vite tes idées noires. J'sais pas à quoi tu penses, mais... si j'peux me permettre, mets ça de côté pour ce soir ! Laisse pas des mauvaises pensées polluer ton bon temps ! »
C'était sans doute un peu naïf de la part de Neo, car il n'avait aucune idée de ce qui tracassait Olivia. S'il s'agissait d'une peine qui lui avait refroidit le cœur soudainement comme un rude hiver, ses paroles seraient très certainement perçues comme maladroites, et elle pourrait s'en vexer. Mais il espérait que ce ne fut pas le cas, bien entendu.
« Au fait, si t'es fatiguée, j'peux faire un détour par Anathorey et te ramener chez toi. T'auras qu'un mot à dire. Et promis cette fois j'nous ferai pas rouler dans le vide ! » ajouta-t-il, avec humilité et amusement à la fois.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Mer 14 Jan - 23:55

A peine Kitsune avait-elle posé sa question à Cocoon que celui-ci avait posé sa main contre sa bouche, comme pour l'empêcher de parler, et la tint dos contre son torse. Surprise, elle émit une petite exclamation étouffée par la paume massive de l'Ünik. Elle leva ses deux grands yeux rouges interrogateur vers lui. Par réflexe, elle avait accroché ses deux mains au bras qui la retenait prisonnière. Elle ne comprenait plus rien. Il n'avait pas faim ? Oh ! Mais il devait avoir très certainement des problèmes d'estomac. Kitsune pouffa d'un rire étouffé en pensant à cette éventualité. Cocoon avait prononcé des paroles sur un ton mesuré à l'attention de la jeune femme. C'était à croire qu'il voulait absolument l'empêcher de faire n'importe quoi. Maître Yuppa agissait aussi souvent ainsi avec la Renarde, mais dans une optique sans doute bien plus paternelle que l'Ünik  qui lui ne devait que se soucier de la tranquillité des personnes les entourant. La jeune femme avait levé ses prunelles amusées par la situation vers Cocoon. Ce dernier finit par relâcher un peu son étreinte, mais son torse accueillait toujours le dos de l'Hybrid.

Cocoon fit alors un compliment à Kitsune, sur quelque chose que jamais jusqu'alors n'avait mentionné chez elle : son odeur. Il lui dit le plus naturellement du monde qu'elle sentait bon. Ça alors, elle avait pourtant passé sa journée à crapahuter dans la forêt comme un Deerespers, en mal d'aventure et de sensations. Si elle s'était attendue à ce qu'on lui dise un truc pareil. La tête toujours levée vers le jeune homme, la Renarde haussa un sourcil, et lui dit d'une voix amusée : « T'es bizarre, Cocoon ! » Et c'était là tout ce que lui inspirait ce compliment, sorti de nulle part et totalement inattendu pour une fille comme elle, qui ne prêtait guère attention à son apparence. Quand l'anxieux serveur fut revenu, Kitsune laissa Cocoon manger tranquillement pendant qu'elle regardait la foule qui s'agitait autour d'eux. Après les danses, les gens s'étaient rassemblés autour des buffets pour découvrir des plats inconnus aux saveurs exotiques, en conversant les uns avec les autres. Des musiciens continuaient à jouer de leurs instruments avec rythme, et faisaient des roulements entre ceux qui avaient droit à leur pause et ceux qui en revenaient. La Renarde inspira profondément l'air pur de la forêt jusqu'au fond de ses poumons, et expira en fermant les yeux, et le sourire aux lèvres. Elle était vraiment de très bonne humeur ce soir ! La surprise de cette fête et le facteur Cocoon n'y étaient certainement pas pour rien, bien qu'elle fut d'un naturel très optimiste.

Lorsque l'Ünik eut terminé son repas, il prit de nouveau le bras de Kitsune entre ses doigts robustes et protecteurs, et lui demanda de le suivre d'une voix douce. Elle acquiesça sans broncher, et suivit Cocoon dans une clairière voisine à la fête. Éclairée par la clarté blafarde des deux Lunes qui flottaient dans le ciel, on entendait en joyeux bruit de fond la fête qui battait son plein un peu plus loin. L'herbe où ils s'installèrent était très douce, et tendre. Kitsune imita Cocoon et s'y assit, mais elle retira ses épaisses chaussures pour rafraîchir entre les brins fermes ses pieds endoloris par ses promenades très longues. Cela lui faisait beaucoup de bien. En tailleur à présent, elle scruta le visage de Cocoon qui visiblement avait besoin d'intimité ce soir. C'est vrai qu'à leur première rencontre, il ne lui avait pas parut très exubérant. C'était un homme au tempérament discret, même s'il était très loin d'être invisible dans une foule.
C'est alors que Cocoon se mit à parler à Kitsune. Sans préambule ni que rien ne l'ai incitée à penser qu'il se confierait à elle, il délia sa langue. Le plus naturellement du monde. Il dit à la Renarde la raison de sa présence à la fête, et de fil en aiguille en arriva à son histoire personnelle. Le drame de son Duc, son amour perdu et cette fausse accusation dont il faisait l'objet. Comme elle n'était pas stupide, Kitsune fit le lien entre cette histoire peu réjouissante et ces hommes armés jusqu'aux dents qui l'avaient poursuivi jusque dans le désert. Cocoon lui dit d'un air résigné et amer qu'à presque trente ans, il devait refaire sa vie dans son intégralité – la jeune femme trouva instantanément qu'il ne les faisait vraiment pas !

Puis Cocoon demanda à Kitsune pourquoi elle ne le détestait pas. Jusqu'à maintenant muette, et humble face à son histoire, la Renarde ne put qu'éclater de rire, totalement prise au dépourvu par cette dernière interrogation. « Décidément, t'es bizarre Cocoon ! » Elle se jeta en arrière, pour s'allonger de tout son long dans l'herbe fraîche qui humidifiait ses cheveux et vêtements de la rosée du soir. « Je sais pas trop quoi te dire par rapport aux épreuves que tu as traversées. Je me doute que ça n'a pas été facile pour toi. J'en suis vraiment désolée... » lui dit-elle d'une voix douce, en regardant les étoiles, la mine un peu assombrie par ce qu'elle venait d'apprendre. Elle reprit derechef : « Mais ce que je sais, c'est que la vie, c'est très bizarre ! » Kitsune tourna un visage serein vers le jeune homme : « Tu vas peut être me trouver très culottée de penser comme ça, mais je pense pas que fuir soit la solution pour toi, Cocoon. Si tu vas très loin et que tu recommences, tu le ferais à partir d'où ? Et avec quels repères ? » Kitsune s'amusa à bouger un peu ses jambes dans l'herbe, pour s’imprégner encore de la douceur de l'herbe. « Il suffit parfois d'une rencontre pour que notre regard sur le monde soit changé. Et pour ça, il faut rien de plus que cette rencontre ait su toucher notre cœur ! Moi, c'est ce qui m'est arrivé avec mon maître. S'il n'avait pas été là, je suis pas sûre que je t'aurais un jour causé ! ». Une petite pause fut marquée. « Cocoon... ce serait dommage que tu te détournes de tout ce qui t'est cher parce que d'autres s'amusent à pourrir ton existence. Si tu penses que partir loin est une solution, moi je pense que si tu ne l'as pas fait pour le moment c'est qu'au fond, t'en as pas tellement envie, non ? » La renarde adressa un sourire complice à Cocoon, qui peut être songeait qu'elle disait connerie sur connerie depuis tout à l'heure. « Si j'ai raison, y a aucune raison pour que ton destin soit chamboulé à cause d'une bande de crétins qui a juré ta perte ! »

Kitsune se redressa, et leva son index devant elle : « Et si tu crois que tu dois faire face à tes problèmes seul, tu te trompes. Maintenant que je suis au courant, laisse moi te dire  une bonne chose : ne te fais pas de souci ! Kitsune Shibata est là, et a envie de t'aider ! » Ce disant, elle affichait une mine radieuse, qui se voulut la plus rassurante possible. Kitsune était d'un naturel très joyeux. Mais elle avait expérimenté elle aussi la solitude, l'indifférence et la souffrance due à des persécutions étrangères. Et pour rien au monde elle n'aurait voulu revivre cette période de sa vie où elle avait eu si peur de mourir et si mal au cœur qu'elle en avait perdu le sommeil pendant plusieurs mois.
« Je ne te déteste pas... parce que je n'ai aucune raison de te détester ! » conclut la Renarde, d'un ton faussement sérieux. « Me demande pas de t'expliquer pourquoi, mais j'ai envie de te faire confiance. Et les histoires entre nos peuples n'ont vraiment rien à voir là-dedans. C'est comme ça ! » poursuivit-elle, en attrapant ses chevilles croisées en tailleur.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Ven 16 Jan - 9:57

Les deux üniks avaient pu goûter chaque plat sur ce buffet qui attirait leur attention, pour Olivia seuls les plats de provenance inconnue éveillaient de l’intérêt, le reste elle pouvait le trouver plus facilement dans les restaurants d’Anathorey. Neo semblait de son côté fort ravi de tout ce qu’il avait pu goûter, sa bonne humeur se voyant comme à son habitude. Et pourtant, la brunette avait la sensation d’avoir commis une bourde, plaisanter sur l’appétit de quelqu’un qui peut-être ne pouvait pas toujours manger à sa fin pour finalement se dire que cette même pensée pouvait être vexante. Que savait-elle de la vie dans les docks ? Ce n’était clairement pas ces quelques heures passées à Nordkia qui pouvaient lui permettre de savoir ce qu’était la vie là-bas, même si cette visite avait eu le mérite de lui ouvrir les yeux sur tout ce qu’il pouvait y avoir de beau et d’agréable dans cette ville à l’opposé d’Anathorey. C’était donc quelque peu honteuse que la jeune élite avait baissé la tête avant que le docker ne s’avance pour tenter de lui remonter le moral dans un geste doux et délicat qui ne manqua pas de la surprendre et de la faire rougir. Olivia releva la tête pour voir Neo qui affichait une mine perplexe, c’était sûrement bon signe, il ne s’était visiblement pas offensé de la stupide boutade de la jeune bourgeoise. Un léger sourire barra le visage du docker, un sourire qui força Olivia à lui sourire à son tour. Comment sa bonne humeur pouvait-elle autant jouer sur celle de la jeune femme, un mystère pour une autre fois.

Le jeune homme s’étira avant de reprendre la parole, sortant Olivia de ses pensées. La brunette ne put qu’hocher la tête en guise de réponse, tout le monde semblait profiter de cette soirée au mieux, les bougons s’en étaient allés et ne restaient que les habitants du monde prêts à oublier leurs désaccords pour rendre hommage aux disparus et savourer ce que la vie pouvait leur apporter. Chacun trouvait son compte dans cette soirée, la danse, la nourriture, le recueillement ou encore la découverte des autres. C’était une réussite et la jeune Keegan ne regrettait pas que sa mère ait lourdement insisté pour qu’elle fasse le déplacement, à croire que sa mère la connaissait mieux qu’elle, à croire qu’elle savait que cette soirée serait tout juste ce dont avait besoin sa fille. Neo qui s’était tourné pour observer la foule se retourna de nouveau vers Olivia qui ne l’avait pas quitté des yeux. Quelque peu décontenancée, la brunette se mit à son tour à scruter les environs alors que le docker tentait un geste de réconfort en riant de bon cœur. L’élite se racla doucement la gorge avant de reprendre en souriant.

« Je- je passe également une excellente soirée, qui l’aurait cru *écoutant sa promesse de sécurité routière avant de rire doucement* Tu serais capable de conduire cet engin normalement et sans risquer nos vies ? Je suis épatée Neo. Hum … mais je n’ai pas envie de t’embêter, enfin … tu es peut-être fatigué et tu as peut-être envie de dormir et de ne pas t’embêter à faire le détour par la capitale et … Enfin si tu insistes ça ne me dérange pas de rentrer avec toi *reprenant son souffle un instant avant de reprendre dans un ton plus modéré* Merci, pour … pour cette soirée, je sais que nous ne sommes pas encore rentrés, mais merci. »

Oui, elle devait bien l’admettre. Olivia passait une bonne soirée en grande partie parce qu’elle avait pu y trouver Neo, ce type agaçant et trop sûr de lui qui l’avait sauvée sur les docks. Ce n’était pas un aveu facile, aussi elle ne le ferait pas de vive voix, mais elle était heureuse d’avoir pu le revoir. Et elle serait ravie qu’il la raccompagne car cela représentait un peu de plus de temps pour profiter de sa compagnie – et par là, entendons bien sûr l’embêter un peu plus. Dans un geste qu’elle ne s’expliqua pas totalement et qu’elle décida de démentir si quiconque lui posait la question, Olivia se hissa sur la pointe des pieds pour déposer un rapide baiser sur la joue du docker en soufflant un simple « merci » après quoi elle se recula pour parcourir à nouveau les alentours du regard.

« Hum … que dirais-tu de … euh de se balader dans la foule ? »


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Ven 16 Jan - 14:53

De son pas souple de danseuse, Nima avait rejoint les deux Hybrids. Les deux fleurs perdues au milieu de la foule. Et ce fut avec un sourire un peu nerveux qu'elle attendit la sentence des deux Phytos. Une sentence des plus élogieuses. Une sentence qui ressemblait étrangement à celle de son peuple, de sa classe sociale. Une sentence qui la toucha en plein coeur lui clouant le bec d'une émotion trop vive. Contrairement aux Elits, les Hybrids voyaient comme elle la beauté que recelait les Guettos: celle du coeur et de la force de l'Ame. Au milieu de l'acier, du bois mort survivait un feu fort et vif, une vie grouillante et pleine d'énergie. Et même si Nima n'aurait pas eu ces mots là, on aurait pu dire que l'oeuvre de la Déesse était partout... comme cette fleur poussant sur des ruines incongrues.

Alors face à la nervosité d'Iryelle, elle ne put qu'hocher la tête et plonger sa main dans la sienne et celle de Miyuki pour l'accompagner jusqu'au buffet. Arrivées devant la première table, Nima ne put qu'écarquiller les yeux devant la profusion de parfums, de formes, de couleurs qu'offraient les cuisiniers de la Sylva. Aussi loin que remontaient ses souvenirs, elle n'avait jamais vu autant de nourriture. Il y avait de quoi nourrir un nombre incalculable de familles sur cette seule planche. Levant les yeux, elle put en comptabiliser une demi-douzaine. Hébétée par tant de richesses, elle ne put que regarder Iryelle croquer dans un fruit qu'elle n'avait jamais vu.... comme si cette créature fait le geste le plus incroyable du monde. A croire que croquer un fruit était un geste d'une bravoure sans nom.

Encore une fois troublée dans ses convictions, dans ses habitudes, elle eut un seul réflexe: chercher un Docker des yeux. Elle trouva Lulu, la blonde, en pleine conversation avec des musiciens et, tournant la tête, aperçut le fameux Neo aux cheveux rouge, ses doigts sur le menton fragile de sa princesse Elite. Elle en fronça ses sourcils. N'y avait-elle donc qu'elle a être choquée par toute cette nourriture alors que les Ghettos mourraient de faim?

Alors elle resta planter là, devant tous ses plats qui sentaient divinement bon. Devant ses fruits et ses légumes qu'elle ne connaissait absolument pas et qui pourtant, semblaient si appétissants. N'osant pas les toucher, elle fronçait ses sourcils autant par perplexité que par désaccord.

- Dis moi, Iryelle.... Sais-tu ce qu'il adviendra de toute cette nourriture après la fête? Qu'allez vous en faire? Le Prête d'Or a-t-il prévu d'envoyer également de la nourriture à ceux qui n'ont pas pu venir ce soir? Après tout bon nombre de gens auraient bien voulu partager leurs prières avec nous... et il serait dommage de gâcher tout cela, non?


Les prunelles pleines d'interrogation, elle observait toujours les deux Phytos comme si elles pouvaient avoir réponse à tout ce qui concernait le Prêtre. Après tout, c'était leur peuple à elles qui ne s'était pas détourné de la Déesse. C'était donc elles qui connaissaient le mieux la coutume de cette Fête étrange. Pleine d'espoir pour les gens des Ghettos, elle les regardait comme un noyé observait la bouée de sauvetage qui flottait non loin de lui. Par la Déesse, faites qu'elles disent oui. Faites qu'elles disent qu'ils vont livrer ces denrées aux Docks sans même passer par les Elites. Pour la deuxième fois de sa courte vie, Nima se mit à prier une Déesse qui n'existait plus dans son monde.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Ven 16 Jan - 20:16

Iryelle, se sentant légèrement observer par Nima alors qu'elle mordait à pleine dent dans le fruit si délicieux, rougit en éloignant la nourriture de sa bouche. Elle se sentait grossière avec un tel appétit. Elle cacha donc le fruit derrière son dos pour essayer de calmer sa faim grandissante, mais elle ne put l'éloigner bien longtemps avant d'en reprendre une autre bouchée. Elle était affamée. La jeune femme remarqua alors que la Docker ne faisait que regarder la buffet sans rien manger et cela la titilla. Elle prit donc un autre fruit identique au sien et s'apprêta à le donner à la Ûnik quand elle lui adressa la parole.

- Dis moi, Iryelle.... Sais-tu ce qu'il adviendra de toute cette nourriture après la fête? Qu'allez vous en faire? Le Prête d'Or a-t-il prévu d'envoyer également de la nourriture à ceux qui n'ont pas pu venir ce soir? Après tout bon nombre de gens auraient bien voulu partager leurs prières avec nous... et il serait dommage de gâcher tout cela, non?

Iryelle en fut sans mot. Fixant silencieusement le fruit entamé ainsi que celui qu'elle s'apprêtait à tendre, elle ne trouva pas immédiatement quoi dire. Que sous-entendait-elle? Les gens n'avaient-ils pas tous assez de nourriture pour combler leur appétit? Le regard qu'avait Nima semblait lui répondre de lui-même. Ainsi, les originaires ne mangeaient pas tous à leur faim, là où elle vivait? Iryelle connaissait l'effet que donnait l'absence de nourriture dans son ventre, mais c'était par choix, par survie. Cela lui faisait un choc d'apprendre qu'il existait des gens qui n'avaient pas choisi cette situation, des gens à qui on imposait un manque.

La jeune Hybrid mangea le reste de son fruit, mais avec une toute autre modération. Ce qu'il signifiait à cet instant même venait de changer sa vision des choses.

- Je ne sais pas, avoua-t-elle à demi-mot. Je ne sais pas ce qu'ils vont faire de toute cette nourriture. Il existe vraiment des personnes qui ne mangent pas car ils ne peuvent pas?

L'Hybrid se sentait vraiment naïve. C'était stupide de penser que tout le monde vivait dans le même monde qu'elle et que tous avaient de quoi vivre. La jeune femme possédait peu, mais cela lui suffisait. Ce n'était pas comme ça partout apparemment.

- Il faudrait en parler au Prêtre d'Or. Peut-être qu'il sait ce qu'il adviendra de toute cette nourriture? Et s'il ne compte pas la partager avec les gens qui en manquent...

De plus en plus, la jeune Hybrid trouvait injuste que des gens soient privés de quelque chose qui était vital. Une idée, une résolution, se forgeait peu à peu dans son esprit et elle en parla à haute voix, d'un ton déterminé.

- Et s'il ne veut pas la donner ou qu'il ne compte pas la partager, eh bien je ramasserai des trucs et j'irai les porter moi-même, s'il le faut. La nature a tant à offrir et ce, à tout les êtres qui ont posés le pieds sur cette terre.

Inconsciemment, elle se mit à regarder autour d'elle pour trouver le Prêtre d'Or. Elle ne le trouva pas, mais elle vit bon nombre de gens autour du buffet. Certains mangeaient du bout des lèvres et recrachaient la nourriture ensuite alors que d'autres dévoraient littéralement tout ce qui se trouvait devant eux, dont un jeune garçon bien maigre. Manquait-il de nourriture, là où il vivait?

Continuant de scruter la foule et s'indignant intérieurement des gens qui jetaient de la nourriture, elle tendit finalement le deuxième fruit à Nima.

- Mange donc, on trouvera bien une solution pour donner cette nourriture à ceux qui en ont besoin, fit-elle pensive en tournant définitivement le dos au buffet, ignorant sa faim.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Dim 18 Jan - 12:19

Fleya observait Bliss, écoutant sa réponse. Elle ne savait pas encore pourquoi, mais elle éprouvait une profonde tristesse d'apprendre que les Üniks se contraignaient à tous se ressembler pour s'accepter. Parmi la race des Qantik, leurs créateurs recherchaient l'exacte opposé, le Qantik qui se différencierait des autres, celui qui serait unique, qui marquerait les esprits par sa différence. Si toutes les femmes Ünik se ressemblaient... Remarquait-on seulement l'absence ou la disparition de l'une d'entre elle ? Resteraient-elles dans le cœur de quelqu'un, ou dans l'esprit d'une personne ? Ou n'étaient-elles que de magnifiques poupées éphémères.... ? De jolis fleurs que l'on faisait pousser sur le bord d'un balcon, mais que personne ne regrettait une fois fanées.... Un triste constat que la jeune Qnatik préféra renier. La réalité ne pouvait être aussi triste. Lorsque son interlocutrice aborda le fait qu'une femme aux cheveux lâchés et sans accessoires était prise pour une prostituée Fleya se sentit immédiatement mal à l'aise. Certes ses cheveux étaient lisses et impeccablement coiffé, pas un seul épis à l'horizon, ni même de frisottis. Mais ils étaient lâche et il n'y avait aucun accessoire.... Cependant Bliss précisa ne valait que pour les Ünik, ce qui rassura Fleya avant de soulever une question.

Qu'est-ce que c'était au juste qu'une prostituée ? Elle savait que c'était un terme à connotation péjorative, et la définition qui était entrée dans sa base de données stipulait que c'était une femme qui vendait ses charmes. Mais qu'est-ce que cela signifiait réellement ? Quels étaient ces charmes honteux que la morale condamnait ? Et avec une expression affligeante d'innocence qui se retrouvait également dans sa voix, elle demanda avec tout le naturel du monde.


-Qu'est-ce que c'est qu'une prostituée ? Je ne comprends pas la notions de "vendre ses charmes".

Fleya, ou l'art et la manière de vous mettre dans les situations les plus délicates. Bliss n'avait pas fini d'être surprise, car à présent la jeune robot la prenait au dépourvue. La Qantik elle ne semblait pas se démonter et lorsque l'Ünik lui demanda de l'aider à se changer derrière des buissons, elle acquiesça et l'accompagna. Elles se retirèrent ainsi de la foule, bien à l'abri de tous regards indiscrets. Aider quelqu'un à se préparer était une tâche facile pour Fleya. Elle avait également été conçue pour être une parfaite Qantik domestique. Même si elle ignorait que cela n'avait été décidé que dans l'optique où elle devait infiltrer une demeure.... Elle alliait donc des gestes méthodiques et fluides. Elle se montrait d'une douceur insoupçonnée, ne brusquant à aucun moment la jeune femme et la secondant dans la perfection de sa tenue. Au sens de Fleya, il était normal de vouloir se montrer présentable et même belle pour son Maître. C'était son Maître, s'il-vous-plaît ! Elle veilla à ce qu'il ne subsiste pas le moindre faux plis, à une position parfaitement symétrique des manches, au bon placement de la moindre dentelle ou froufou. Et surtout, à ce que la coiffure de Bliss reste définitivement parfaite !

La jeune Qantik se découvrit un goût pour habiller et veiller à la beauté des femmes. S'évertuer de les rendre aussi belles que des poupées de collection était très amusant tout en demandant beaucoup de soin. Bliss étant déjà habitué à être soigneuse et coquette, ça n'était pas des plus compliqué, elle s'était surtout attaché aux détails. L'avantage de la rigueur cybernétique, c'était que rien n'avait été laissé au hasard. Fleya recula pour admirer son travail et afficha un doux sourire satisfait. Elle dit alors à la jeune femme.


-Je doute que l'on puisse trouver de femme plus rigoureusement soignée que vous à Anathorey à présent ! Si vous êtes prête, nous pouvons partir. Le Maître s'inquiète beaucoup lorsque je me perds, et Fleya n'aime pas lui causer de chagrin. Fleya veut être là pour le rendre heureux... Autant qu'il l'a rendue heureuse lorsque je l'ai choisi pour Maître et qu'il a dit s'en trouver honoré....


La jeune Qantik avait un sourire empli de nostalgie et de bonheur en ressassant ce souvenir. Ce moment avait été définitivement gravé dans sa mémoire pour son plus grand bonheur. Et il suffisait à donner du baume au cœur à la demoiselle. Elle se tenait à présent prête à suivre Bliss en direction d'Anathorey, impatiente de retrouver son Ünik adoré. Mais elle voulait également en savoir plus sur son Maître. Elle ne pouvait pas se résoudre à lui demander directement à lui ce qu'elle voulait savoir, parce que le sujet était douloureux. Aussi elle questionna l'Ünik.


-Maître Lukas avait donc une famille aussi lorsqu'il était plus jeune ? Je me demande s'il avait des frères et sœurs.... Mais.... S'il a tout perdus dans un incendie, comment a-t-il fait pour survivre par la suite ? Les Üniks ont des structures pour accueillir les enfants orphelins ?

Bliss n'avait pas fini de répondre aux question de la jeune fille....


Dernière édition par Fleya le Dim 18 Jan - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Dim 18 Jan - 15:48

Quand Olivia releva une mine timide mais souriante, Neo fut rassuré. Il était hors de question que son humeur soit perturbée par des pensées qui n'avaient pas leur place dans son esprit ce soir. Même s'il n'avait aucune idée de ce qui pouvait bien se passer dans la tête d'Olivia. Finalement, quels étaient les problèmes des Élites ? Ils avaient une cité qui offrait tout ce dont un Ünik avait besoin. Mais Neo se souvint qu'un jour sa sœur Euphy, femme de chambre chez un comte et de retour pour quelques jours à la maison, avait un peu parlé du malheur de la fille de son employeur. La pauvre fille avait été abandonnée à l'autel le jour de son mariage, et ce devant l'assemblée des deux familles réunies. Honteuse et humiliée, elle était restée cloîtrée dans sa chambre pendant plusieurs jours.
« Toutes les créatures de ce monde ont leurs problèmes... » avait-elle dit, en souriant d'un air triste en songeant à sa jeune maîtresse.
Neo baissa les yeux vers le visage fin d'Olivia, qui s'était assombrit si soudainement. Si elle avait des ennuis, pourrait-il l'aider ? Où n'était-il qu'un pauvre Docker arrogant qui lui permettait de se changer les idées ?

Il cessa de réfléchir lorsqu'elle lui répondit qu'elle passait elle aussi un très bon moment. Évidemment, elle ne put retenir une petite farce sur sa manière de conduire – dire qu'il ne s'y attendait pas serait un mensonge. Il ne s'en vexa pas et eut un petit rire. Il méritait cette pique, pour l'avoir prévenue un peu tard qu'il allait avoir une conduite un peu dangereuse. Olivia se mit à bafouiller rapidement, hésitante face à la proposition de Neo et confuse à l'idée de le déranger. Alors qu'elle se confondait en justifications, le jeune homme la regardait sans rien dire. A la fois surpris et hébété, la seule chose qu'il put se dire, c'est qu'elle était vraiment mignonne. Il hochait la tête à mesure qu'elle déblatérait, étonné qu'une simple proposition de sa part puisse susciter tant de passion. La jeune femme finit par se calmer, et remercia Neo pour la soirée qu'ils passaient. Il haussa les épaules en souriant, un peu pris au dépourvu :
« Héhé, de rien. J'ai pas fais grand chose mais... » Mais cela lui faisait plaisir qu'elle exprime sa joie, elle qui était si réservée et digne d'habitude. Lui aussi aurait pu la remercier. Elle l'avait tiré d'une situation délicate, avait supporté sa compagnie, accepté de danser, mangé avec lui... Et maintenant ils discutaient tous les deux. Si Olivia rencontrait Lysa, cette dernière aurait un respect éternelle pour la jeune élite, suffisamment costaud pour supporter son bon à rien de frère pendant plusieurs heures d'affilée !

Neo s'apprêtait à ouvrir la bouche à son tour, mais un geste totalement inattendu l'en empêcha. Olivia s'était approchée soudainement de son visage pour lui faire un petit baiser sur la joue. Cela avait été très rapide. Aussi furtif que le saut d'un petit félin en train de chasser. Immobile, le Docker demeura sans voix quelques secondes. Il sentit un léger frisson lui parcourir l'échine avec douceur. A moins que ce ne fut un petit coup de vent ? Le jeune homme regarda Olivia, qui s'était détournée de lui à présent, et lui proposait de marcher parmi la foule. Ce n'était pas du tout la première fois qu'une jeune femme lui faisait une bise. Il avait vécu d'autres expériences bien plus profondes, et nombreuses dans son adolescence. Mais ce soir, ce n'était pas du tout comme lors de précédents flirts, qui jamais n'avaient éveillé autre chose chez lui que des envies charnelles et sans lendemain. Quelque chose d'autre avait été touché en lui. Doucement, tout doucement, sans qu'il n'en prenne immédiatement conscience. Comme quand on allume un petit feu de bois et qu'il rougît gentiment avant de s'embraser.
Réalisant que cela faisait bien deux minutes qu'il observait la jeune femme en silence, complètement absorbé par ses pensées et la douce surprise de son geste, Neo secoua la tête brièvement pour lui répondre :
« Euh, oui ! Bien sûr. On y va... » il ne put retenir un rire un peu gêné. Il avait eu l'air malin, encore une fois. Il allait pouvoir se spécialiser en la matière, comme en mécanique.

Ils commencèrent à se promener dans la fête. On jouait toujours de la musique, devant des convives qui avaient à leur tour rejoint la piste de danse. Des enfants couraient parmi les adultes, et s'amusaient à s'attraper. Plus loin sur quelques bancs, des aînés fatigués par la soirée se ressourçaient d'une boisson, sans doute en parlant de tout et de rien comme ces gens-là le faisaient souvent. De plus jeunes hommes courtisaient des filles joliment apprêtées tandis que des petites troupes de copines s'amusaient à faire des aller retour entre le buffet et différentes échoppes de friandises, qui dégageait un parfum sucré alléchant. Il avait beau détailler tout ce qui se passait autour d'eux, Neo ne parvenait pas retrouver sa nonchalance habituelle. Olivia lui avait coupé le sifflet et ce de la manière la plus agréable qui soit. Il se rendait compte que cette fois, c'était totalement dissemblable à ce qu'il avait pu vivre auparavant. Restait à savoir à quel point cela l'était.  Le Docker se racla un peu la gorge avant de prendre la parole :
« Pour en rev'nir à ce que je t'ai proposé... Sache que ça m'ennuie pas de te ramener à la capitale. La route est longue, et il fait nuit. J'serais rassuré si je t'avais sur la Skooth, avec moi.  ». Se rendant compte de ce qu'il venait de dire, Neo se hasarda à ajouter quelques mots, mais sans doute un peu trop tard :
« P-parce que j'suis sûr que tu te perdras pas comme ça ! » Comme si elle était suffisamment stupide pour se perdre. Avec le monde parmi les convives, nul doute que de très nombreuses personnes rentreraient à Anathorey, telle que la demoiselle Abberline qu'ils avaient rencontrée plus tôt dans la soirée. Dans tous les cas Olivia aurait eu de la compagnie. Cependant Neo devait bien se l'avouer : il serait plus tranquille s'il la voyait de ses propres yeux rentrer chez elle. Il l'observa de nouveau, promenant son regard sur sa chevelure de velours noir. Mais qu'est-ce qui le prenait ?

Spoiler:
 


Dernière édition par Neo Collins le Lun 19 Jan - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Dim 18 Jan - 16:05

Devant l'incrédulité d'Iryelle, Nima ne put s'empêcher de froncer ses sourcils. Les Dockers étaient-ils donc les seuls Originaires à ne pas manger à leur faim tous les jours? Apparemment, la jeune Hybrid n'avait jamais pensé que son peuple pouvait manquer des choses les plus rudimentaires pour vivre.

Immédiatement, le cerveau de la danseuse se mit en branle. C'était peut-être l'occasion de passer devant le nez de la Princesse Ulhtia et d'aider la population de Nordkia. Se pouvait-il que cette forêt contienne assez de nourriture pour tout le monde? Etaient-ils prêts à l'aider dans son entreprise? Que voudraient-ils en compensation? Parce qu'après tout, tout échange avait un prix... Mais qu'est-ce qui pouvait donner envie aux Hybrids? De l'or? Du matériel? Des entrées en ville? Des statues? des peintures? Quoi donc?

Soudain, elle lui tendit un fruit, lui intimant presque l'ordre de manger et tournant le dos à toute cette nourriture. Encore un froncement de sourcils. Juste avant qu'elle ne sourit à nouveau.

- Je crois que c'est également valable pour toi, non? Tu ne pourras pas nous aider si ton ventre crie famine comme le notre. On peut toujours aller voir le Prêtre après avoir rassasié nos ventres, n'est-ce pas?

Pour l'encourager, elle croqua dans cette fameuse chose toute ronde et écarquilla les yeux lorsque le jus sucré s'éparpilla sur les papilles de sa langue. C'était si doux, si suave. Presque autant que... que... que... Aucune chose connue ne pouvait s'apparenter à ce gout totalement unique. Elle en fut si étonnée qu'elle ne put s'empêcher de parler la bouche pleine.

- Chest quoi che truc? Chest Chuper bon!!! Cha che trouve où? Cha pousse dans la forêt?

A peine les mots furent prononcés qu'elle en croquait déjà un deuxième bout. Avec la même férocité dont Iryelle avait fait preuve un peu plus tôt. Il n'y avait aucun doute, la Docker se régalait. A tel point qu'elle tendait déjà sa main vers un deuxième fruit.

- Tu connais tous ses trucs-là?, demanda-t-elle en désignant les autres plats d'un mouvement large de son bras. C'est quoi ton préféré? Ils sont tous aussi bons que celui-là? Comment qu'il s'appelle celui là? C'est normal qu'il soit aussi rouge? Et le bleu-là? Il se mange vraiment?

Sa sénestre partait déjà vers une sorte de brochette grillée alors que ses yeux pétillaient d'envie devant chaque plat. On aurait dit une petite fille devant tout un tas de cadeaux merveilleux. A croire que les Hybrid venaient de se transformer en Déesse bienfaitrice.

Soudain, elle fut bousculée par un être totalement différent. Un homme portant les bois royaux des Seigneurs de la forêt. Déglutissant, elle resta bouche bée devant lui et l'observa se servir une assiette de légumes. L'Animos lui sourit avant de s'éclipser dans la foule et Nima se tourna vers la Rose.

- Wouhaaa! Mais c'est un gars de chez toi? Il avait un super chapeau, lui!
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

[RP commun] La nuit des âmes - FIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [RP commun] La nuit des âmes - FIN
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Hoshizora :: L'Orée du bois
-