Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

[RP commun] La nuit des âmes - FIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Dim 18 Jan - 21:38

Si elle se sentait idiote après ce geste irréfléchi, Olivia pouvait au moins se féliciter d’avoir cloué le bec à Neo. Le docker d’ordinaire plutôt bavard et sûr de lui restait planté là, silencieux et immobile. A bien y réfléchir, elle avait peut-être fait une bêtise la petite Olivia. Peut-être qu’en fin de compte, surpris et choqué par son geste, Neo réfléchissait à un moyen de lui fausser compagnie sans la froisser. La brunette tourna de nouveau la tête vers le jeune homme, furtivement, pour le voir toujours planté là. Il la regardait mais peut-être n’avait-il pas entendu ce qu’elle avait dit, il faut dire qu’elle avait presque parlé pour elle-même, à voix basse, gênée. Mais finalement, Neo s’anima de nouveau et lui répondit favorablement pour une balade parmi les autres convives, pour profiter encore un peu de l’ambiance festive qui régnait en cette soirée. Le cœur plus léger, Olivia déambula près de Neo, profitant des notes de musiques jouées par l’orchestre, s’amusant de voir les danses plus ou moins réussies qu’offraient les convives à son regard. Il y avait des personnes âgées, des enfants, des gens de tous horizons. Tout en parcourant la fête encore largement animée, Neo réitéra sa proposition de raccompagner la jeune élite jusqu’Anathorey.

La brunette pencha légèrement la tête sur le côté, plissant les yeux tout en observant Neo. Elle hocha la tête à mesure qu’il parlait, acquiesçant en silence tout en affichant un sourire discret. Cherchait-il une raison pour la raccompagner ? Olivia s’arrêta de marcher et posa ses poings sur ses hanches, prenant une moue vexée avant de souffler doucement en souriant.

« D’accord, d’accord … Tu n’as pas besoin d’insister autant, je rentrerai avec toi, mais tu dois me promettre qu’il n’y aura pas de cascade à moto ! B-bien … maintenant que c’est arrangé, profitons encore un peu de cette soirée avant que les conflits de ce monde ne reprennent leur cours habituel. »

Olivia afficha un sourire plus détendu, elle voulait vraiment continuer de s’amuser et de passer une bonne soirée. Et ce chemin du retour jusqu’à Anathorey serait la touche finale de cette agréable soirée. Mais en attendant, la brunette saisit le bras du docker pour l’entrainer dans cette balade. Du coin de l’œil, elle avisa un groupe de fillettes qui semblaient occupées avec des fleurs, que faisaient-elles donc ? L’élite, curieuse de voir cela de plus près, se dirigea vers le groupe d’enfants. Il y avait des fillettes hybrids, mais également des üniks qui travaillaient ensemble à la fabrication de bracelets de colliers en fleurs, et elles étaient sacrément douées. Une jeune blondinette au regard couleur acier leva ses yeux vers les deux üniks avant de tendre un bracelet à Olivia, un bracelet fait de fleurs rouges, presque le même rouge que la chevelure de Neo. D’un petit rire amusé, la brunette tendit le bracelet à Neo.

« Hum je pense qu’il t’ira mieux qu’à moi, regarde, il est assorti à tes cheveux … et puis j’ai déjà suffisamment de bracelets à mon poignet. »

La brunette leva la main à hauteur de son visage et l’agita, faisant tinter les divers bracelets à son poignet dont celui que le docker lui avait gentiment offert en guise de souvenir de sa visite à Nordkia. Reportant son attention vers les fillettes, elle demanda à celle qui venait de lui tendre le bracelet de fleurs rouges si elle pouvait en avoir un fait de fleurs jaunes. Les gamines s’attelèrent à la tâche rapidement et en quelques minutes, un nouveau bracelet vit le jour. Olivia le passa à son poignet, se disant qu’il serait de toute manière éphémère contrairement aux autres.

« Ces fillettes sont sacrément douées … Je ne sais même pas si je serai capable de faire la même chose avec une explication. »

Un petit rire léger vint ponctuer sa phrase avant qu’elle n’entraine le docker ailleurs, continuant de parcourir la fête et d’en découvrir les beautés. Olivia se sentait bien, sa curiosité était satisfaite par chaque nouveauté qu’elle pouvait voir, elle passait une agréable soirée en compagnie du docker. Comme lors de sa visite de Nordkia, la brunette ne pensait plus aux aprioris qu’elle pouvait avoir sur les uns et les autres, profitant simplement de ce qu’elle avait sous les yeux. Il avait un drôle d’effet sur elle, ce Neo.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Mar 20 Jan - 17:21

Face à l'insistance involontaire de Neo, Olivia finit par accepter son offre de la raccompagner chez elle, mais à l’ultime condition qu'il ne fasse aucune acrobatie irréfléchie sur leur route. Neo secoua la tête :
« Promis. T'as rien à craindre. » lui affirma-t-il d'un ton rassurant. La jeune femme lui proposa de continuer à s'amuser encore un moment toutefois, car la soirée n'était pas finie. Le Docker n'eut pas le temps d'acquiescer qu'elle lui avait déjà attrapé le bras pour l’entraîner dans la fête qui battait son plein. Cela lui arracha un sourire égayé. Il se laissa embarquer jusqu'à un groupe de petites filles qui semblaient intéresser Olivia. Assises en cercle, et certaines ayant de drôles d'oreilles et de queues (des Hybrids sans doute?), et étaient toutes penchées sur la délicate tache de tressage floral. Elles levèrent des visages souriants vers les deux Üniks. Neo n'était pas très à l'aise avec les petites filles de manière générale. Elles étaient aussi imprévisibles que des chatons curieux et joueurs. A regarder leur ouvrage, on ne pouvait que constater leur talent. Elles confectionnaient des petites couronnes, ainsi que des sortes de bijoux. Neo se souvenait que Lucya et Janyce aimaient à en faire lorsqu'ils étaient petits.

Olivia se vit offrir un bracelet fait de fleurs rouges par une des petites filles, mais elle le tendit finalement à son compagnon. Selon elle, il était de la même couleur que ses cheveux, et il lui irait parfaitement bien. Dubitatif mais non moins enthousiasmé par le ridicule de la situation, Neo saisit le bracelet en riant. Il le regarda quelques secondes. Il était fait de simples petites fleurs rouges, comme des minuscules clochettes, et de solides tiges sombres en formaient la base. Il était un peu hésitant à le passer à son poignet. Olivia agita alors sous son nez tous les bijoux qu'elle possédait déjà. Le Docker y vit le bracelet à deux sous qu'il lui avait offert lors de leur première rencontre à Nordkia.
« Ça alors, tu l'as gardé ! » s'écria-t-il, franchement surpris. Et dire qu'il était persuadé qu'elle l'avait gardé par politesse, et qu'elle l'aurait ensuite laissé dans un coin de sa chambre... Neo n'aurait su l'expliquer, mais la voir porter ce pauvre bracelet en métal frappé lui fit plaisir.

Le jeune homme baissa les yeux un instant, et croisa le regard immense de la fillette qui avait confectionner le bracelet. Un regard qui l'implorait de passer le bijou à son poignet, car c'était là une récompense très gratifiante pour la petite. Incapable de résister à ces yeux de chaton perdu, le Docker lui fit un petit sourire et plaça le bijou à son bras. Heureusement que le Docker était un jeune homme fin, car il avait craint un instant qu'il ne lui soit trop petit – et si la gosse s'était mise à pleurer, il aurait vraiment paniqué. La petite lui fit un grand sourire, euphorique et fière :
« Ça te va très bien ! lui dit-elle en joignant ses petites mains. D'humeur farceuse, Neo s'accroupit devant elle, et lui montra son poignet désormais orné avec élégance.
- N'est-ce pas ? Maintenant je suis prêt à conquérir le monde ! » Cela fit rire la petite. Olivia se fit offrir un autre bracelet finalement, et complimenta les enfants sur leur ouvrages. Les deux Üniks repartirent un peu plus loin dans la fête. La jeune femme fit part à Neo de son admiration pour le talent de ces gamines. Il approuva ses dires :
« C'est vrai, c'est un taf très délicat. J'suis bien plus doué pour réparer les machines bizarres ! » Ce n'était pas peu dire. Il avait vu défiler tellement d'objets dans les hangars de Nolmë qu'il aurait pu se faire une maison entière avec chacun d'entre eux. Ce qui était le plus épanouissant toutefois pour lui étaient les réparations et montages de Vanships.

Ils poursuivirent leur balade dans la fête, qui battait son plein. A voir les gens s'amuser ainsi les uns avec les autres, on avait peine à croire que dès le lendemain la vie reprendrait son cours normal. Chacun s'ignorerait, et la souffrance des uns fera le bonheur est autres. Comme d'habitude, et comme depuis des siècles. Peut-être même que certains Üniks auraient à craindre d'éventuelles répressions de la part des Princes, si jamais il leur venait la brillante idée de punir ceux qui avaient osé franchir les frontières d'Urban City. Cela n'effrayait toutefois pas Neo. Il serait pendu haut et court par ses pairs, le Docker qui oserait dénoncer à ces trois tyrans un de ces camarades ! Cette éventualité ne l'effrayait pas le moins du monde.
Olivia avait l'air émerveillée par les beautés de la fête. Partout autour d'eux se jouaient des petits tours, des démonstrations étonnantes, ou des jeux étaient installés... La voir ainsi faisait chaud au cœur. Peut-être qu'elle s'ennuyait un peu à Anathorey. On avait beau aimé sa ville natale, une fois qu'on en avait fait le tour et qu'on était quelqu'un de curieux, il était très facile de s'y ennuyer. Sans le savoir, Neo observait la jeune femme d'un regard doux. Il ignorait les raisons qui l'avaient poussée à venir ici, dans cette forêt si lointaine de la capitale. Mais l'important, c'était qu'Olivia en garde un très bon souvenir. Neo sentit son estomac se serrer un petit peu lorsqu'il repensa à la façon dont elle l'avait remercier quelques minutes auparavant. On aurait dit qu'un papillon s'y était agité pendant une seconde... Il n'y avait sans doute pas qu'Olivia qui allait garder un bon souvenir de la fête.

« Aahhh !! Attention devant ! Écartez-vous ! » cria une voix de fille, qui semblait un petit peu paniquée. Neo se retourna vers ce cri, et vit la foule se scinder en deux sur le passage d'un Kokobot bien excité qui s'amusait à courir au travers les convives. Ces bestioles, ce n'était pas rien : de grands oiseaux d'environ deux mètres, et très bien taillés pour la course.
Alors que l'animal se rapprochait à vitesse grand V, Neo enroula ses bras autour d'Olivia, et les écarta tous deux de quelques pas pour éviter qu'ils ne se retrouvent sur la trajectoire de l'oiseau. Celui-ci chantait avec bonheur, heureux de s'être défait de la bride de sa toute petite maîtresse qui lui courait après. Déterminée comme une guerrière, elle s'élança dans une course rapide, qu'elle termina d'un bond athlétique. D'une agilité exemplaire, elle réussit à atterrir sur le dos du Kokobot fugueur. A l'aide d'une lanière de cuir, elle parvint à se faire des rênes de fortune. Elle tira d'un coup sec vers l'arrière, ce qui calma immédiatement l'animal. De nouveau d'humeur obéissante, il gazouilla gentiment, alors que la jeune fille s'excusait auprès de la foule pour le dérangement. Elle eut toutefois droit à de petits applaudissements pour être parvenue à maîtriser son compagnon à plumes.

Soulagé que le bulldozer soit passé sans blesser personne, Neo soupira. Quelle soirée.
« Eh ben ! J'avais même pas vu qu'ils avaient ramené des Kokobots. D'habitude c'est des animaux dociles, c'est bizarre. » Celui-ci avait probablement son petit caractère. Le Docker détendit légèrement l'étreinte de ses bras autour d'Olivia, en baissant les yeux vers elle. Il ne s'en était pas rendu compte, mais elle était pas mal plus petite que lui. Et sans doute plus jeune, aussi. Il ne l'avait pas relâchée. Encore un geste irréfléchi de sa part.
« Décidément... » dit-il à voix basse, en scrutant le regard ambré de la jeune femme qu'il tenait gentiment serrée contre lui. Une petite mèche noire de ses cheveux avait été dérangée par le pas de côté qu'il les avait forcés à faire, lui tombant sur sa joue pâle. Prit d'un rire léger, Neo la replaça avec douceur derrière l'oreille de sa jeune compagne. Une petite voix dans un coin de sa tête lui souffla qu'il faisait n'importe quoi depuis quelques instants... C'était peut-être vrai. Mais Neo ne s'était jamais senti d'une pareille humeur. Après avoir cette fois-ci relâché Olivia, il lui demanda avec curiosité :
« Dis-moi Oli, que veux-tu faire à présent ? ».

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Jeu 22 Jan - 7:44

Les deux üniks avaient fière allure avec leurs bracelets floraux aux poignets, et surtout, les gamines semblaient ravies de voir les fruits de leur travail portés. Olivia se sentait heureuse de pouvoir leur faire plaisir, elle regarda le bracelet jaune à son poignet et se dit qu’étrangement, il allait bien avec le reste. Encore quelque chose que peu de filles à Anathorey avaient la chance de porter, avec quelques efforts supplémentaires, Olivia pourrait avoir une garde-robe et des bijoux encore plus uniques que ceux que devait porter la Princesse. Cette pensée idiote la fit rire doucement un instant alors qu’ils continuaient leur promenade parmi les convives. La fête battait encore son plein, certains profiteraient sans doute des festivités jusqu’au petit matin et pour d’autres, le réveil allait sûrement être difficile. Mais malgré tout, il aurait été souhaitable que cette atmosphère perdure éternellement, pour la sécurité de tous, quand bien même, il s’agissait là d’un rêve éveillé.

Un événement inattendu vint néanmoins perturber la fête. Une petite voix hurla au milieu de la foule alors que cette dernière se scindait de façon plus ou moins organisée pour laisser passer un kokobot, poursuivi par la propriétaire de la voix, et sûrement de l’animal. Quelque peu surprise, Olivia faillit rester plantée là mais Neo montra d’excellents réflexes en les sortant de la trajectoire de la bête. La fille parvint au terme d’une cascade épique à rattraper son familier qui semblait heureux de sa petite échappée belle. La brunette, elle, resta sans voix et d’ailleurs elle n’avait presque pas vu le geste de la fille que la foule applaudissait. Le docker l’avait enserrée dans ses bras pour les écarter de la foule, glorieuse idée sinon elle aurait sûrement finie piétinée par le kokobot ou par la foule en panique. Mais Olivia se trouvait là, immobile, se bras repliés contre elle. Elle hocha timidement la tête, ne sachant pas vraiment si les kokobots étaient d’ordinaire plus dociles que cela, avant de relever doucement la tête vers le jeune homme. Encore une fois, il l’avait sauvée d’une catastrophe. Elle voulut le remercier et s’apprêta à ouvrir la bouche mais se trouva bête lorsqu’aucun son ne parvint à s’échapper de ses lèvres.

Le docker, dans un sourire, replaça une mèche de cheveux rebelle derrière l’oreille de la jeune femme qui n’en perdit qu’un peu plus ses moyens. Elle ne réalisa qu’il la tenait encore dans ses bras que lorsqu’il la lâcha. Olivia garda la même position un court instant, ses bras repliés contre elle, toujours muette et fixant le docker. Sortant finalement de sa stase contemplative, la brunette parvint finalement à émettre quelques mots à l’attention de Neo.

« Jolis réflexes … Que … ce que je veux faire à présent euh … hum … Je … »

Du nerf Olivia ! Mais non, tous les muscles de son corps semblaient réduits à l’état de bouillie, les messages envoyés par son cerveau au reste de son corps étaient confus. Elle ne savait pas ce qu’elle voulait faire, par moment elle se demandait même ce qu’il s’était passé. « Ressaisis-toi ma fille, il t’a juste évité la mort par piétinement » hurla une petite voix dans sa tête. La jeune élite se racla doucement la gorge avant de reprendre d’un ton qu’elle voulut plus assuré sans qu’il ne le soit totalement.

« Eh bien … il commence à se faire tard alors je suppose que nous pouvons nous mettre en route pour retrouver ta fière monture. »

Il commençait à se faire tard en effet, l’heure de rentrer approchait et même si Neo la raccompagnait chez elle, Olivia ressentit un petit pincement au cœur. Cette soirée était déjà terminée ? Elle qui ne voulait pas y mettre les pieds au départ se disait maintenant qu’elle y serait bien restée plus longtemps. Mais un peu partout, les convives commençaient à plier bagages, les enfants un instant si vifs bâillaient comme s’ils avaient été privés de sommeil pendant des lustres. Quelle soirée ! La bourgeoise adressa un sourire à Neo alors qu’ils prenaient tous deux la direction de la Skooth, à vrai dire, Olivia était bien forcée de le suivre, ne sachant pas où était garé cet engin de malheur. Avec un peu de chance ils mettraient du temps à la trouver et elle n’aurait pas à rentrer de suite. Elle secoua la tête à cette pensée, gentiment agacée qu’il puisse à ce point perturbait ses réflexions.
Résumé:
 


Dernière édition par Olivia Keegan le Lun 2 Fév - 7:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Ven 23 Jan - 0:09

-Whouaaah ! Mais c’est un gars de chez toi ?  IL avait un super chapeau lui !

Miyuki sortit tout à coup de sa torpeur, comme sortit d’un long sommeil. Pour cause, elle l’était plus ou moins depuis la danse de Nima, stupéfaite et fascinée par sa danse si  belle, si sensuelle.  La jeune femme n’avait pas répondu lorsqu’elle attendait son avis, encore perdu dans ses rêveries. Elle rêvait de posséder la beauté et la grâce naturelle de Nima. Visiblement, Iryelle elle aussi avait été très impressionnée, d’ailleurs, en était si hébété qu’elle arrivait à peine à aligner ses mots , se reprenant tout le temps. Elle jugeait cette danse terrifiante, mais Miyuki avait très bien compris, de toute façon, elle-même n’avait rien trouvé de mieux, c’était…c’était… inqualifiable.  Finalement, elle finit par trouver : sublime. Sans exagérer, Miyuki trouvait ce mot encore trop faible par rapport au spectacle que Nima lui avait offert.  Peut-être allait-elle réussir à sortir un mot ? Non.

Sans attendre, les deux femmes la traînèrent jusqu’au buffet, où s’étalait une impressionnante quantité de nourriture, tout cela avait l’ai si appétissant ! C’était bien la première dois de sa vie qu’elle voyait autant de nourriture, pourtant elle qui avait été invitée a des fêtes aux buffets fournis ! Rien ne manquait, c’en était si somptueux que l’on pouvait  dévorer  des yeux. Toute cette table débordait de rôtis, viandes fumées, marinées aux herbes, à la broche, fruits, légumes en sauce, poissons, sucreries,  dans des odeurs caramélisés, aux couleurs éclatantes ; Il y en avait tant que Miyuki ne savait ou commencer, mais il le fallait, son estomac en frétillait de plaisir, se tordant d’impatience et comme si cela n’était pas assez, gargouillait si fort qu’elle réussit à l’entendre avec le bruit de la foule.  Elle n’était pas la seule. Iryelle se jeta sur le premier fruit venu, Miyuki en fit de même, mais gourmande comme elle était, son dévolu se fit sur les innombrables viandes, et attrapa une cuisse qui sentait exquisément bon. Quel plaisir intense quand elle mordit dedans ! Une explosion, un artifice dans la bouche ! un savoureux mélange d’épices et arrière- goût fumé et sucré. La viande était si moelleuse qu’elle fondait sur sa langue. Nima ne semblait pas y prendre autant de plaisir, la jeune femme n’avait d’ailleurs rien touché et paraissait plongé dans une grande réflexion.  

Elle finit par demander a Iryelle ce qu’ils comptaient faire de toute cette nourriture après la fête, car il devait bien avoir des gens qui n’avaient pas pu venir, malgré toute la volonté du monde.  Miyuki approuvait Nima. Toute cette abondance de nourriture ne serait pas écoulée, même avec une telle foule. Elle se doutait bien qu’il en resterait beaucoup et la jeune femme craignait le gaspillage.  Iryelle eut l’air étonné qu’il puisse y avoir des personnes qui manquaient de nourriture.  Miyuki comprit son incompréhension car il était vrai que peu d’Hybrid manquaient, contrairement aux Dockers , n’étant pas favorisé par l’environnement . Bien que n’étant jamais sortie de sa forêt, la Phytos était consciente de la situation  des Dockers, car quelques membres de sa famille y étaient déjà allés.  Quand aux Quantiks, elle n’en savait rien, mais le manque devait exister aussi. Miyuki voulait faire un geste pour eux et suivre le désir de Nima, qui la touchait. Cette dernière en goûtant un fruit fut toute excitée, n’y ayant jamais goûté . Elle avait des côtés vraiment adorables. La joie revenu dans ses yeux, Miyuki continua de manger , se décidant enfin a parler elle s’adressa a Nima

-  je pense que tu as totalement raison, mangeons et parlons au Prêtre d’Or, je tiens moi aussi à donner le reste à tous ceux n’ayant pas pu venir, et à ceux qui ont faim. Après tout, c’est la Nuit des Âmes, personne ne devrait être malheureux ce soir

A quelques pas de là, elle fut intriguée par deux personnes, une femme aux longs cheveux noirs et un type aux cheveux presque rouge, ils avaient l’air très sympathiques, et eu envie de les rencontrer mais hésitait, car elle n’était franchement pas délicate. Elle reconnut aussi Kitsune. Ouhaou ! quelle coïncidence de la voir dans lieu aussi immense !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Ven 23 Jan - 12:28

Bliss fut surprise par la question. Une prostituée ? En même temps, Fleya n'en avait peut être jamais vu, et elle doutait que Sir Rainforth ne lui ai expliqué le réel terme, et la substance de ces femmes. Bliss élargit son sourire « Je vous expliquerai sur la route, ma chère. » La jeune femme était comme les mères : elle voulait que les gens apprennent, sachent, sans que rien ne soit tabou car à ses yeux, les gens devaient être au courant. Elle voulait que sa petite fille, lorsqu'elle en aurait une, sache comment marche son corps et comment ses hormones risquent de la faire changer, et de la même façon, elle voulait que les Qantik comme Fleya, accroissent leur base de données en définitions qu'ils comprendraient. Il était important que les gens les plus démunis, que ce soit les enfants comme les autres peuples, aient la connaissance. Surtout que ce genre de choses étaient plutôt classiques, il n'y avait aucun mal à ça.

Dans un creux de forêt plus sombre, Bliss se déshabilla et se rhabilla avec l'aide de la jolie Qantik brune. Elle lui laça le serre taille par dessus sa chemise, pendant que la Princesse nouait les lacets de son pantalon. Une fois des chaussures de marche mises, plus confortable, elle prit juste soin de garder son chignon « Ma chère Fleya, vous avez des mains de maitre. C'est quelqu'un comme vous qui me faudrait le matin pour m'habiller ! Ma gouvernante, hier, m'a piqué avec une aiguille sans faire exprès. Hum, la vieille femme avait oubliée d'en retirer une dans le vêtement qu'elle m'a recousue. Mon père était furieux... Et puis elle ne m'aide pas vraiment à m'habiller, c'est plutôt mon père qui, parfois, rajuste certaines de mes tenues. Mais vous, vous êtes parfaite, comme vous l'avez si bien dit plus tôt ! » Bliss sourit généreusement. Oui, Fleya avait été faite pour être d'une perfection sans faille, et elle le savait car c'était son rôle, mais la jeune femme ne pouvait pas s'empêcher de le reconnaitre à voix haute. Son aide fut précieuse comparée au début de la soirée, où elle du se débrouiller seule pour mettre sa robe. Fleya lui parla à son tour, et Bliss rougit un peu, ayant du mal à caché la gêne qu'elle ressentait devant l'accablante franchise de la Qantik « Merci beaucoup Fleya. Ne vous inquiétez pas, nous allons rapidement rentrer, et vous le retrouverez en bonne santé. Si vous dites qu'il est vivant, il n'y a donc aucune raison que Sir Rainforth ne soit pas celui que je connaissais. »

Une fois ça fait, les deux femmes se mirent en route, ayant pliée bagages. Bliss murmura pour elle même « Je ne me souviens pas à quoi il ressemble... J'ai été coupée si longtemps de la société Ünik... » Elle releva la tête, s'éloignant avec Fleya de la foule « Vous allez peut être me trouver stupide ma chère, mais quand j'ai appris le drame de la famille Rainforth et l'explosion du manoir, je me trouvais dehors, près de la l'étang chez ma tante. Et on m'a dit ça, on m'a annoncé la nouvelle d'un trait et je me suis mise à pleurer. Sans que je ne sache pourquoi, mes larmes ont commencé à couler. Je sais que c'est stupide, une femme n'a pas à pleurer si spontanément et ouvertement du deuil de personne qu'elle n'a connu il y a longtemps de cela, mais je me suis sentis impuissante. Pour moi... On venait de détruire du patrimoine Ünik, des Ohms vivants, et des gens auxquels ma famille tenait sincèrement. » Un noeud à la gorge se forma à l'évocation de ces souvenir mais elle ne pleura pas. Sa voix se faisait juste un peu plus pressante, avant qu'elle ne se calme. Elle laissa échappé un petit soupir dans un sourire « Pardonnez moi, je suis ridicule. Tout ira bien Fleya, votre maitre doit en être devenu que plus fort. » Mais le pauvre devait être défiguré. Il devait être devenu Qantik maintenant s'il vivait vraiment encore... Un bras, une jambe, ces membres là partent si vite...

Fleya la questionna alors sur cet homme « Je ne sais que ce que les journaux ont bien voulu diffuser ! Le manoir des Rainforth a explosé, et sa famille a péri. Mais j'y pense, si vous me dite que Sir Rainforth est toujours vivant, il doit avoir essuyé de grandes blessures dû aux dégâts du feu non ? Excusez moi, je me fais malsainement curieuse. » Elle voulu se frapper la tête, se mettre une gifle. Elle ne savait que donner l'impression d'avoir été éduquée par des sauvages, ou dans une campagne profonde où on ne connaissait pas les manières, alors que ce n'était absolument pas le cas « Je crois qu'il avait une soeur, plus petite si je me souviens bien. J'étais jeune, je ne me souviens pas de tout, je ne connaissais que lui réellement, et encore nous ne nous étions vu que.... Quelques fois, à des fêtes entres grands adultes. Ceci dit, oui nous avons des orphelinats, des endroits où nous recueillons des enfants sans parents. Cependant je doute que Sir Rainforth ne soit allé dans ces institutions... Nous l'aurions su qu'un survivant subsistait or, dans l'histoire, toute la lignée Rainforth fut décimée. » Bliss se mit à réfléchir, puis elle finit par se dire que ça ne la regardait absolument pas. Elle n'était qu'une femme trop curieuse, et elle devait éradiquer ce trait de personnalité. Ainsi, tournant la tête vers Fleya elle lui dit « Et pour répondre à votre question de tout à l'heure, une prostituée est une femme qui fait payer les hommes pour coucher avec. Admettez que je suis un homme vous voyez, je vous donne de l'argent, pour que vous me donniez votre corps pour une soirée. Bien sur... Tout le monde peut se prostituer. Des hommes, des femmes, mais on rencontre surtout ces dernières, les hommes étant beaucoup moins fréquent. Mais il faut savoir que ça existe. Tout ce qui est dit, tous les termes employés pour décrire une prostituée à savoir : vendeuse de charmes, belle de jour, femme de mauvaise vie, femme de petite vertu, fille de joie, marchande de plaisir, et j'en passe, toutes ces appellations n'en désignent qu'une : prostituée. Elles aguichent, elles cherchent a faire tomber les hommes dans leur bras car tout ce qu'elles veulent, c'est l'argent. Souvent, elles sont dans des lieux, des maisons closes, des bordels, appelez les comme vous voulez. Lieux si sales et dégradants... Rien que d'ouvrir la porte la vue et l'odeur en sont répugnantes. J'estime que l'intimité d'une femme doit être préservée, réservée à celui qu'elle aime, à qui elle est destinée, et non au premier soulard venu, là pour lui tirer son argent. Je trouve que c'est une manière sale et très basse de se faire rémunérer. Enfin... Ce genre de choses se passent à Nordkia, à Anathorey c'est différent. Il n'y a pas de maison de passe, juste des cabarets pour que les hommes jouissent d'un spectacle, et certains spectacles sont vus par des couples même. Ce serait comme aller au théâtre, ou à l'opéra. Et puis nous, nous n'avons pas besoin de prostituées. Nous sommes élevés et éduqué pour être digne, noble et chercher notre promis. C'est ce qui différencie l'Elite, des Dockers. Cependant, même si mon discours peut paraitre dur et tranché, je sais que si un jour j'ai l'occasion de sauver une prostituée, ou de lui venir en aide, je le ferai. Car je l'ai déjà fait par le passé, et ça ne m'a pas tué, au contraire. » Bliss regarda Fleya « Mon amie mais... Mais stoppez moi ! Je vais vous faire enfler les oreilles ! Il faut me coudre les lèvres, par les Trois Princes ! » Elle se mit à rire « Si ma chère tante était là, elle m'aurait déjà faite taire depuis un moment ah ah... » Son rire était petit, très frais. Et même si pendant son discours beaucoup d'émotions s'étaient mélangées dans son coeur, et s'étaient lu sur son visage, elle finit par balayer tout cela d'une main.




Spoiler:
 


Dernière édition par Bliss Abberline le Ven 30 Jan - 0:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Mar 27 Jan - 16:09

Iryelle ne put retenir un sourire lorsqu'elle vit l'Ûnik croquer dans la fruit puis s'extasier comme si c'était la meilleure chose qu'elle avait mangé de sa vie. Ses yeux pétillaient comme si elle venait tout juste de découvrir un nouveau monde dont elle n'aurait jamais entendu parler. Les saveurs de ce fruit frais devaient être une réelle découverte pour la jeune femme pour qu'elle réagisse autant.

- Chest quoi che truc? Chest Chuper bon!!! Cha che trouve où? Cha pousse dans la forêt?

La jeune Hybrid hocha la tête en laissant un petit rire traverser ses lèvres. Il devenait évident que toutes les espèces avaient quelque chose à y gagner dans cette Nuit des Âmes et Iryelle s'en réjouissait. Il semblait que tout allait s'arranger peu à peu pour Origin's et cela réchauffait le cœur de la jeune femme. Elle n'aurait osé rêver de mieux.

Oubliant momentanément ses précédents soucis pour le manque de nourriture, elle se laissa aller à croquer dans un autre fruit au moment où Nima recommençait sa tirade.

- Tu connais tous ses trucs-là? C'est quoi ton préféré? Ils sont tous aussi bons que celui-là? Comment qu'il s'appelle celui là? C'est normal qu'il soit aussi rouge? Et le bleu-là? Il se mange vraiment?

Iryelle adorait voir la curiosité de la Docker déborder de cette manière et elle lui pointa un fruit un peu plus gros que les autres qui avait une étrange couleur mélangeant le rose et le orange. Il ressemblait légèrement à une grosse cerise, avec la queue comprise sur le dessus, et Iryelle estimait qu'il goûtait divinement bon, meilleur que tous les autres, en fait.

- C'est celui-là, mon préféré, fit-elle sur le ton de la confidence, et, oui, tout ça se mange et c'est totalement délicieux!

Elle allait rajouter quelque chose lorsqu'un homme Hybrid passa entre les deux femmes, faisant taire la discussion  du même coup.

- Wouhaaa! Mais c'est un gars de chez toi? Il avait un super chapeau, lui! s'exclama Nima après le passage de l'homme et de ses bois.

Iryelle sourit devant l'innocence de la Docker et prit le temps de lui expliquer que ce qu'elle prenait pour un chapeau était directement rattaché à la tête de l'Hybrid.

- Tout comme mes roses, précisa Iryelle en ramenant ses cheveux vers l'avant. C'est naturel et nous naissons comme ça. L'animal totem de cet Anemos est très présent, comme tu peux le voir. C'est tout à fait sublime et majestueux! Je n'avais jamais vu de ramage aussi imposant, cela dit.

Elle regarda un moment le cerf s'éloigner et remarqua ainsi la couleur du ciel. Il se faisait vraiment tard, mais pour Iryelle qui n'avait personne qui l'attendait, ce n'était qu'une simple formalité. La jeune Hybrid se fit toutefois la réflexion que Nima devait avoir quelqu'un qui l'attendait quelque part et de même pour Miyuki. Elle finit donc son fruit avant de s'adresser à ses deux nouvelles amies.

- Il se fait tard, n'est-ce pas? N'avez-vous pas quelqu'un qui attend votre retour quelque part?

Sa voix se fit douce et compréhensive. Elle ne souhaitait pas que cette nuit s'achève, mais elle ne voulait pas non plus causer des problèmes aux deux jeunes femmes. Iryelle se rappelait de l'inquiétude qu'elle causait à ses défunts parents lorsqu'elle ne rentrait pas assez tôt ou qu'elle perdait la mesure du temps en chemin. L'Hybrid, consciente que Nima et Miyuki devaient avoir des gens qui s'inquiétaient pour elles, ne put que leur faire remarquer l'heure de plus en plus tardive. De plus, les gens quittaient peu à peu par petits groupes d'espèces mélangées. Iryelle, devant ces départs, se fit néanmoins la réflexion qu'avant de laisser les deux femmes partir, elle leur demanderait un moyen pour pouvoir les joindre. Avec sa compagne Hybrid, cela devrait facilement se faire, mais pour la Docker, elle s'inquiétait un peu plus de ne pas pouvoir la revoir. Elle s'était vraiment attachée à cette Ûnik et Iryelle savait qu'elle se souviendrait à jamais de cette soirée des plus spéciales.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Mer 28 Jan - 21:59

Fleya sourit doucement face au compliment de Bliss. Ses révélations quant à la maladresse de sa servante ne la surprirent guère. Les Ohms n’avaient pas été conçus pour être parfait, il leur fallait beaucoup d’entrainement pour parvenir à mener une tâche à la perfection, et encore. Le résultat n’était jamais garanti systématiquement, des facteurs extérieurs venant nuire à leur fiabilité. Fatigue, distraction, quelconque mal-être physique ou psychologique, les Ohms étaient étonnamment fragiles. Ici, l’Ünik avait décrit sa gouvernante comme vieille. L’âge nuisait gravement aux facultés des créatures organiques, qui se dégradaient sous l’office du temps. Il était donc prévisible que ce genre d’accident finisse par arriver. La chose étant prévisible et explicable, la jeune Qantik ne condamnait pas cette servante. Elle ne pouvait pas dépasser les limites que la nature lui avait imposées en la créant. La jeune robot trouvait normal qu’elle accomplisse une tâche pour laquelle elle avait été programmé à la perfection. Cela dit elle n’était pas mécontente qu’on la félicite pour son travail. C’était toujours quelque chose d’agréable. Le compliment de Fleya avait fait rougir Bliss. La jeune fille en conclut que malgré leur obligation à tendre vers la perfection, l’Ünik restait quelque peu humble. Ce qui était un trait de caractère qu’elle appréciait. Elle acquiesça à son affirmation sur l’identité de Lukas, et toutes deux se mirent en route. Fleya écouta sa compagne de route lui raconter les circonstances dans lesquelles elle avait appris le drame qui avait frappé son maître. Elle ne comprenait pas pourquoi Bliss se jugeait si sévèrement ni même pourquoi on aurait pu trouver cette réaction stupide. Elle lui répondit un léger sourire aux lèvres.

-Je ne trouve pas ça stupide. Au contraire je trouve ça logique et…. Emouvant. Vous avez pleuré parce qu’on vous a annoncé un drame ayant touché quelqu’un que vous connaissiez et qui vous était sympathique. Même si vous n’aviez pas d’affinités développées avec cette personne, elle était agréable. Et éprouver de la tristesse lorsqu’on apprend un destin aussi tragique pour quelqu’un que l’on respectait, et qui avait une importance de près ou de loin, c’est normal. Vous avez éprouvez de l’empathie pour cette famille décimée. L’empathie est un noble sentiment. Il permet aux Ohms de rester des Ohms, et de ne pas devenir insensible.

Fleya apprenait elle-même peu à peu à laisser s’exprimer ses sentiments et sa pensée. Elle ne pouvait concevoir de perdre cette faculté naissante en elle. C’était se priver d’une richesse incommensurable. Et se réduire à l’état d’un être robotique dénué de faculté de raisonnement par libre arbitre. Comment un Ohm pourrait-il se priver de cet avantage naturel ? Un avantage que Fleya se savait chanceuse de posséder. Et une fois encore Bliss se trouvait ridicule. Fleya était surprise de cette curieuse manie que cette jeune femme avait de se déconsidérer pour un oui ou pour un non. De ce qu’elle avait compris des Üniks, ils se devaient d’être un peuple fier et assuré, une certaine élite qui donc guidait ou moins montrait l’exemple. Et quel était cet exemple, celui de s’accabler au moindre prétexte ? Elle comprenait l’idée de tendre à la perfection, et par conséquent d’adopter une tenue et une contenance à toutes épreuves. Mais lorsqu’il n’y avait pas lieu à faute ou à erreur, pourquoi se corriger ? Le problème de Fleya était qu’elle ne voyait pas où Bliss avait fait un faux pas. Elle n’avait pas fait de raisonnement faux, rien dit d’inconvenant ou de déplacé. Elle n’avait fait part que d’une expérience passée, et d’une réaction qu’elle trouvait justifiée. Non rien ne permettait à Bliss de s’excuser ou de se remettre en question. Mais doucement, Fleya se dit qu’elle n’avait peut-être pas les mêmes critères d’évaluation qu’elle…. Peut-être lui manquait-il des bases comparatives pour comprendre la logique de la jeune femme. Et ce fut donc avec son innocence désarmante qu’elle lui demanda.


-Pourquoi vous excusez vous ? Je ne comprends pas pourquoi vous vous jugez ridicule. Vous partagez une expérience, une réflexion qui vous est propre. Il n’y a pas matière à erreur dans ce que vous avez dit. Vous n’avez rien fait de condamnable ou de répréhensible.

Pour Fleya qui appelait un chat un chat, il n’y avait faute que lors d’un cas avéré, et non pas lors de suppositions arbitraires partagée par une seule personne. Il n’y avait pas de lois, ni de code qui interdisait à un Ünik de raconter ses expériences, surtout à quelqu’un qui ne demandait que ça. Et elle remit ça en s’excusant de poser une question maintenant ! Inlassablement Fleya reprit Bliss.

-Trouvez-vous vraiment malsain de vous renseigner sur l’état de santé de quelqu’un que vous pensiez décédé, et que vous savez survivant d’une catastrophe ? Fleya aurait trouvé le contraire plus déplacé. Peut-être est-ce parce que j’ai une conception Qantik des choses. Mais Fleya trouve que lorsqu’on trouve quelqu’un sympathique et que sa famille a une importance dans sa caste, il est normal de se soucier de sa condition et de son évolution.


Les choses ayant été remises dans leur contexte, la jeune robot répondit enfin à la jeune femme.

-Je n’ai pas eu l’occasion d’observer l’intégralité du corps du Maître, mais son visage et ses mains sont intactes. Son cou également ainsi que la naissance du torse étaient également indemnes. Il ne semblait souffrir d’aucun handicap physique, et je n’ai détecté aucune partie bionique ou mécanique apparente.

Ayant répondu à Bliss, la Qantik apprit de cette dernière que son Maître adoré avait donc au moins eu une sœur. Fleya se demandait à quoi elle pouvait ressemblait…. Si elle et son Maître était proche…. Au vu du grand cœur de celui-ci, elle se dit qu’ils devaient surement s’adorer tous les deux. Après tout, comment ne pouvait-on pas aimer son Maître ? Pauvre Lukas…. Il devait se sentir tellement seul. Mais à présent il ne le serait plus. Elle serait là ! Et en plus elle allait lui ramener des anciennes connaissances. Cela dit, le mystère restait entier. Si son Maître n’avait été dans un orphelinat, comment avait-il pu survivre tout seul ? Fleya savait qu’elle n’aurait pas toutes les réponses voulues aujourd’hui. Mais elle en avait déjà appris beaucoup. Elle écouta d’ailleurs Bliss lui expliquer tout sur le fonctionnement de la prostitution, de même que l’avis de l’Ünik sur la question. Elle comprenait mieux maintenant pourquoi on trouvait ce statut dégradant. Une fois encore, cela lui paraissait étrange qu’on puisse faire payer une chose qui était au final si naturelle. Mais après tout, celles qui vendaient leur charme ne le faisaient pas parce qu’elle avait envie. Elles le faisaient pour l’argent. Cela était une situation relativement complexe. Et une fois encore Bliss s’excusait. Fleya se mit alors à rire et rétorqua.

-Vous vous excusez de répondre à une question que je vous ai posée ? Je devrais plutôt vous remercier. Fleya aime bien parler avec vous. Vous êtes d’une très bonne compagnie.

Cette manie de s’excuser  était si farfelue aux vue des circonstances, que Fleya la trouvait comique. Décidément la journée avait été riche en émotion et en découverte, et la jeune cyborg ne regretta aucun instant d’être venue en ces lieux. Elle y avait découvert tant de gens et de créatures formidables, et aussi tant appris. Chaque jour était une découverte pour elle qui était à l’aube de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Dim 1 Fév - 11:15

Avec une élégance charmée, les deux Phytos ne se firent pas prier pour énumérer les plats et désigner leurs mets favoris. Avide de connaitre tout cela, Nima ne perdait pas une miette ni de ce qu'elle portait à ses lèvres rouges ni de ce qu'elles lui enseignaient. Après tout, ce savoir pourrait lui servir plus tard, lorsqu'elle réussirait à faire entrer dans les bas-fond de tels produits.

Mais le plus étonnant fut encore la révélation d'Iryelle: elle n'avait pas de roses. Elle était la rose. Tout comme cet Animos portant la ramure de son totem. De surprise, elle s'était arrêtée de mâcher pour mieux observer les jeunes femmes. Etait-ce donc pour cela que Miyuki sentait aussi bon? Etait-ce pour cela qu'elle n'avait encore jamais vu de fleurs aussi belles? Peut-être. Peut-être pas. Après tout, il aurait fallu qu'elle connaisse mieux Dame Nature pour arriver à faire une telle conclusion.

Embarrassée d'être aussi inculte, elle s'empressa d'engouffrer une pâtisserie dégoulinante de miel et dut, très certainement, écarquiller ses yeux. C'était divinement bon! Intérieurement, elle décréta que c'était ce qu'elle préférait de tout le buffet. Un péché mignon qui risquerait peut-être de la perdre un jour ou l'autre. Suçotant ses doigts, elle plissait ses paupières de bonheur alors que la Rose s'inquiétait de l'heure avancée.  Y avait-il quelqu'un qui l'attendait chez elle? S'inquiéterait-il de son absence? Elle haussa simplement les épaules.

- Nan. Y a personne qui m'attend... Et je ne crois pas que je supporterai que quelqu'un le fasse. Je n'aime pas l'idée qu'on puisse dépendre de moi. Cela enlève le peu de liberté que l'on possède.


La voilà qu'elle parlait de cette chose qu' encensait la Qantik de tout à l'heure. Aeria. A croire qu'elle avait réussi à mettre un mot sur ce ressenti qui lui pesait sur le coeur depuis belle lurette. Et puis, à quoi bon s'étendre sur l'absence de ses parents, de sa famille? A quoi bon expliquer qu'elle ne connaissait que la chaleur d'un bordel et d'une bande de voleurs pathétiques? Non, elle n'avait pas envie de voir la pitié baigner les iris de ces deux créatures aussi adorables que gentilles. Surtout qu'il n'y avait rien de pitoyable dans cette jeunesse qui avait été la sienne. Elle avait connu la joie et l'amour tout autant que la dureté de la vie.

Alors elle sourit aux deux jeunes femmes et jeta un regard circulaire plein d'espoir. Pouvait-on encore rencontrer le Prêtre d'Or? Hélas, elle avait beau examiné la foule ou les arbres les environnant, elle ne le voyait plus. Il devait déjà être parti. Elle eut une petite moue déçue.

- Par contre, le Prêtre n'est plus là...

Elle avait rapporté son regard sur les victuailles de la table et dut bien admettre qu'elles disparaissaient lentement mais sûrement. Il ne resterait pas tant de restes que cela. Rien qui lui aurait permis de ravitailler son peuple de mets inconnus. Alors, elle fit la seule chose qui lui parut sensée sur le moment, elle remplit son sac de tout ce qu'elle pouvait emporter sans l'abîmer durant le voyage du retour. Des fruits essentiellement, une ou deux bouteilles de ce jus de fruit inconnu et ces carrés pleins de miel qu'elle réussit à emballer dans ces feuilles larges d'érable.
Heureuse de sa récolte, elle souriait toujours et entendant toujours les notes de musiques s'égrener un peu plus loin, elle attrapa les mains des Phytos pour les entraîner à nouveau vers la piste de danse.

- J'ai encore envie de danser... jusqu'à m'écrouler de fatigue. Pouvez-vous encore me montrer vos pas, vos danses? Je vous apprendrai comment font les Uniks.


Voyant Miyuki observé quelque chose par dessus son épaule, elle suivit son regard et tomba sur la scène touchante du couple d'Unik. Son sourire se raidit et la tristesse envahit ses prunelles. Encore un Docker qui courait à sa perte... Encore un Docker qui allait perdre ce qui faisait de lui un être chaleureux. Encore un qui allait connaitre la malédiction des Elites. Pauvre Neo Colllins...

Se détournant du couple, elle tira une fois de plus sur les deux mains pour ne rien perdre de sa bonne humeur et son envie de continuer la fête jusqu'au petit matin. Rien ni personne ne pourront l'empêcher de s'évader de son quotidien, de jouir de sa passion à tournoyer, à se balancer au rythme envoutant des tambours et autres instruments.
Spoiler:
 


Dernière édition par Nima Silke le Lun 2 Fév - 7:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Dim 1 Fév - 21:33


La demoiselle drapée dans une cape de velours outremer avait finalement suivit un groupe d'Uniks. Ils semblaient se rendre à une importante cérémonie dont la jeune femme n'avait jamais entendu parler. Elle les suivit discrètement et finit par arrêter d'écouter leur remarques incessantes sur les Qantik qui "envahissaient" leur "merveilleuse cité". Un soupire lui échappa. L'ancienne Phytos n'avait pas encore trouvé sa place à Anathorey et cela faisait quelques jours qu'elle dormait dans un parc pour enfant bétonné, à l'abris sous la structure enfantine. Soudain ses oreilles captèrent un brouhaha massif. Ils venaient d'arriver dans un lieu bondé comme un immense tableau composé de millier de formes et couleurs. Au loin se dressait une estrade sur laquelle un homme appelait au silence. Diya se glissa dans la foule, tentant en vain de s'avancer au milieu des gens. 

Il y avait là toute les races, des Anemos, des Phytos, des Unik et des Qantik et cela la rassura d'une certaine façon. Elle garda néanmoins sa capuche, mystifiant son visage d'un voile d'ombre. La demoiselle écouta le discours de l'homme et lorsque celui-ci les invita à prier la Déesse Mère elle posa une main sur son cœur et récita en silence une prière que sa mère lui avait apprit, remerciant la Créatrice de prendre soin d'eux. Un étrange sentiment de plénitude l'emplissait. La mélopée jouée par l'orchestre semblait avoir un effet apaisant sur les cœurs des présents et la Cyborg aux cheveux de Jade finit par découvrir son visage laissant ses yeux capter les milliers d'éclats chatoyant qui se trouvaient dans la foule. Tous différents mais réuni dans le même but. Comme cela lui semblait étrange après avoir entendu l'histoire d'Origins durant son voyage jusqu’à la capitale d'Urban City. 

Des rumeurs montèrent soudain d'un endroit près de la grande scène. Un homme semblait s'en prendre à une Qantik. Diya comprit rapidement que ce dernier devait être un Unik. En trois jours elle avait vu beaucoup de situation similaire dans la capitale. Le prêtre intervint rapidement et l'agitateur fut emmené sans plus de détails. La demoiselle fut happée par des pensées grises et déprimantes et elle oublia ce qu'il se passait autour d'elle. Soudain la foule se mit en mouvement et la jeune femme fut entraînée malgré elle sur un sentier illuminé de lampions. Après quelques minutes elle réussit à récupérer un peu d'espace tandis ce que la foule se régularisait, arpentant le même chemin qui de toute façon permettrait à tout le monde d'atteindre le lieu suivant. Diya profita de cette accalmie pour observer les gens qui se trouvaient à ses cotés. Certains souriaient, d'autre étaient en proie à des démons qui les faisaient se méfier de chaque personne présentes. Le cortège suivait les prêtres qui se trouvaient à l'avant, invisibles aux yeux de la Qantik alors que leurs voix s’élevaient, audibles de tous.

Celui qui devait être le plus important expliqua le déroulement de ce qui allait suivre. Conviant les êtres présents à déposer sur le futur bûcher des objets qui leur étaient important ou à utiliser le matériel mis à disposition pour coucher sur le papier un souhait qui aurait une chance de se réaliser. La demoiselle fit donc la queue devant une des tables où se trouvaient les encres et le papier. Quand ce fut à son tour elle saisit une plume et l'humecta du liquide charbonneux puis elle écrivit d'une belle écriture calligraphique sur une petite carte rectangulaire.

Je voudrais trouver ma place.

Quand la jeune femme aux yeux d’émeraude eut terminé elle laissa la place au suivant et se dirigea vers la construction de bois qui bientôt se parerait de langues brûlantes aux couleurs chaleureuses. Elle y déposa la carte pliée en deux de façon à rendre son vœu invisible puis fit quelques pas en arrière, retournant se cacher dans la foule. Elle ne se sentait plus à l'aise, comme si le fait de s'être ouverte à l'ambiance des festivités ne serait ce qu'un instant avait été une erreur. Elle attendit que le temps passe et que chacun dépose son présent, resserrant sur son corps frêle les pans de sa cape tandis ce que la voûte céleste abandonnait ses teintes rosées pour se couvrir d'astres miroitants. Au bout d'un moment des lampions furent distribués. Ces derniers étaient aussi colorés que la multitude de tenues que portait les invité et le tableau s’égaya d'avantage encore lorsque ce qu'un prêtre les convia enfin à les allumer. Se saisissant d'une allumette qu'elle gratta afin d'enflammer la mèche, Diya déploya ensuite le papier léger qui allait permettre à l'objet de gagner l'étendue nocturne. 

Alors qu'elle regardait la capsule chatoyante fendre les airs au dessus d'elle, gagnant rapidement les milliers d'autres qui avaient été lancés, la demoiselle pensa à tous les morts qu'avaient causés les guerres et ceux qu'elles causeraient encore et se dit que cette soirée était la preuve qu'ils pouvaient vivre en paix s'il le voulait, si chacun y mettait du sien. Et tandis ce que la chaleur du brasier enveloppait le cortège et que tous les yeux étaient tourné vers le ciel ou les deux lunes régnaient en majestés, le sentiment de paix qui l'avait gagné plus tôt l'emplit à nouveau et son regard alla d'un lampion à l'autre, se demandant quels sentiments ils pouvaient bien contenir. Alors qu'au départ la Cyborg avait prévu de partir directement après la fin du premier événement elle entrevit une invitation dans la voix de l'homme dirigeant les festivités et se dirigea vers le lieu indiqué.

Dans une clairière aux arbres enguirlandés et décorés de maintes illuminations se dressait un banquet plus impressionnant qu'elle n'en avait jamais vu. Des centaines de plats, bouchés et pâtisseries aux odeurs inconnues vinrent lui chatouiller les narines. Mal à l'aise et n'osant engager la discussion avec l'un des inconnu qui avait, lui aussi, décidé de fêter la vie en cette soirée spéciale. C'est la musique  qui l'attira finalement, s'insinuant dans son esprit comme un envoûtement qui lui donna irrépressiblement envie de danser. Abandonnant sa cape sur une chaise, dévoilant son kimono de soie blanc dont la taille était soulignée par une ceinture représentant les forêts verdoyante de Sylva, dont s’échappaient les embout d'une corde tressées garnie de deux grelots. C'était un cadeau de son père et elle avait décidé de le garder en souvenir de ces années heureuses. 

Sans prêter attention aux personnes l'entourant elle gagna la piste et laissa les notes claires diriger son être. Elle se mit à tournoyer gracieusement, comme intouchable. Si quelques regards se posèrent sur elle la jeune femme n'y fit absolument pas attention, seul lui importait le rythme mélodieux qu'octroyait l'orchestre à ses oreille. Diya appréciait la musique, c’était un réconfort sans fin, la demoiselle se sentait si légère, les grelots de sa tenue tintaient au rythme de ses pas harmonieux, à peine audible pour qui y faisait attention, tandis ce que ses bras, comme possédés, traçaient des arabesques invisibles. Cependant quand le rythme s’accéléra et que le morceau de piste qu'elle s’était appropriée fut envahit par de nouveaux danseurs la jeune femme quitta la foule se tortillant pour gagner les grandes tables. Soudain elle fut bousculée et alla se cogner contre quelqu'un. Tandis ce qu'elle redressait la tête vers le malchanceux, espérant ne pas s'attirer les foudres d'un inconnu, des paroles d'excuses précédèrent son regard craintif :

" Veuillez me pardonner, je suis d'une maladresse accablante."



Résumé:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: [RP commun] La nuit des âmes - FIN   Lun 2 Fév - 0:35

Qu'est-ce qui lui avait pris, ce jour-là ? C'était il n'y avait pas si longtemps que cela finalement. Il sortait tout simplement de son boulot, et avait failli écraser une jeune femme qui se cachait sous une cape pour échapper à un colosse. Il lui avait attrapé le poignet pour l'embarquer sur sa moto, et l'emmener loin de tout danger. Cela ne s'était pas fait sans quelques protestations, c'était certain, mais ensuite il avait pu faire la connaissance d'Olivia. C'était vraiment étrange... d'ordinaire Neo se désintéressait ouvertement du sort d'autrui. La preuve, il ne rendait jamais service spontanément et tombait les filles sans état d'âme. Qu'elles pleurent, il s'en fichait pas mal. Mais depuis quelques semaines, quelque chose en lui s'était tordu, et on ne manquait pas de le lui faire remarquer dans son entourage – bien que lui, n'ai pas l'impression d'avoir tant changé que cela en surface. Neo serait toujours une tête de nœuds.
Il n'avait pas spécialement eu peur en voyant le Kokobot foncer au travers des allées. Il n'avait pas craint d'être blessé, ni que les autres ne le soient. Et pourtant, il avait pris Olivia dans ses bras sans réfléchir, et les avait déplacés sur le côté. Il aurait très bien pu s'écarter seul, ou bien lui tirer le bras avec force. La douceur spontanée de son geste le surprenait tout seul.

La jeune élite lui dit qu'il avait de bons réflexes. Comme à chaque fois qu'il était embarrassé, Neo se gratta légèrement la nuque, en détournant un peu le regard. Ce soir, il avait répété ce rituel un nombre incalculable de fois. Le Docker n'aurait sans doute jamais voulu l'admettre, mais c'était « l'effet Olivia Keegan » qui le voulait. Cette jeune femme le déstabilisait d'une façon inexplicable. Devant elle, il se sentait tout petit. Le prestige de son statut social ? Rien n'était moins sûr pour un je-m'en-foutiste.
« Ah... merci ! » finit-il par articuler, dans un demi-sourire un peu crispé. Olivia avait un corps frêle, et était aussi légère qu'une plume. A la serrer contre lui, il avait presque eu peur de lui faire mal, avec sa délicatesse de mécanicien. Ce contact n'avait pas été désagréable, ceci dit. Neo secoua un peu sa tête, comme pour chasser cette dernière pensée de son esprit. Il n'était pas un pervers, qu'est-ce qui lui prenait de songer à ça ? Le jus de fruit que la fille-chat lui avait donné à son arrivée contenait certainement un peu d'alcool. Il n'y avait pas d'autre explication à ses divagations.

Olivia le tira de sa rêverie, en lui proposant de rentrer au vu de l'heure tardive. Voilà qui était une excellente idée ! Sans doute la meilleure qui fut née ce soir, et ce parmi toute la foule des convives ! Il était temps de retourner chez soi, pour décuver. Mais Neo avait beau penser que son esprit était embué par une boisson suspecte, il n'était pas idiot au point de ne pas remarquer qu'il était maître de tous ses mouvements et qu'il avait toute sa lucidité. Aucune sensation d'ivresse ne s'était fait une place dans son corps. A l'évidence, ces canailleries sentimentales allaient le travailler encore pendant cette nuit.
« O-oui, on y va ! J'suis garé pas très loin. » dit Neo, d'un ton plus assuré qu'auparavant. Il était temps de se reprendre. Le jeune homme jeta quelques regards de part et d'autre de leur position, et retrouva le chemin qui les mènerait à la Skooth. Il invita Olivia à le suivre, alors qu'il marchait déjà en direction de la première clairière où la fête s'était déroulée.

La foule elle aussi se retirait peu à peu si bien qu'un long cortège s'en rentrait à l'orée des arbres bordant la forêt. La plupart étaient des Üniks et dans Qantiks, les Hybrids restant quant à eux dans la forêt. Neo avait l'impression de se retrouver Nordkia à l'heure de pointe, quand chacun rentrait du travail. Il se tourna vers Olivia, pour être certain de ne pas la perdre. Elle lui adressait un gentil sourire, charmant malgré la légère fatigue que l'on pouvait y lire. Neo le lui rendit sans le savoir, et lui prit la main doucement :
« Comme ça, on s'perdra pas dans tout ce beau monde ! » Et ce n'était pas peu dire, car il y avait beaucoup de gens autour d'eux. A moins que ce ne fut qu'un prétexte pour sentir de nouveau ses doigts minces de jeune fille au creux de sa paume ?

Le chemin qu'avait emprunté Neo pour venir s'écartait de la route prise par la foule. C'était logique, car il était arrivé par hasard, et à travers un petit sentier qui n'était pas destiné à mener le public à l'événement. C'était un court chemin sombre, le long duquel le jeune homme n'avait pas lâcher la main de l'élite. S'il y avait eu un prétexte cette fois-ci, est-ce que cela aurait été l'obscurité de la forêt ? Qui savait, encore une fois.
La Skooth était toujours sagement endormie contre un tronc d'arbre qui marquait la sortie vers le désert de Sidhe. Il faudrait un bon moment pour faire la route, mais Neo se dit qu'en mettant les gaz il pourrait ramener Olivia à une heure pas si indécente que cela chez elle. Et une fois qu'elle serait chez elle, la reverrait-il une fois prochaine ? Le Docker se posait la question. Un léger pincement au cœur surpris Neo, qui farfouillait dans ses poches pour retrouver les clefs de son engin. Il se prenait la tête pour pas grand chose ce soir. Encore « l'effet Keegan » sans doute. Il glissa ses clefs dans une serrure de la Skooth, qui déplia ses commandes, son cockpit et ses sièges.

Le Docker tourna un visage glorieux vers la jeune élite :
« En scelle Oli ! J'te ramène au bercail ! Même consigne que l'autre fois. Mieux vaut que tu t'accroche à moi... » Cette dernière remarque le fit songer à tous les contacts qu'ils avaient eu ce soir. S'il s'était douté qu'il la ferait danser, et qu'il lui éviterait de se faire piétiner par un gros piaf cinglé... Décidément, quelle drôle de fête que la Nuit des âmes ! Quand Olivia fut installée, Neo chaussa ses X-Glasses qui lui permettrait de mieux se repérer dans la pénombre du désert, et enclencha le contact de la Skooth. Elle vrombit quelques secondes, et ils démarrèrent leur route vers Anathorey.
Neo ne roula en définitive pas si vite que cela. Il respecta sa promesse, et ne fit aucune cabriole irréfléchie. Mais sa conduite en ligne droite ne fut pas si véloce qu'à l'accoutumée. Peut-être avait-il voulu retarder le moment où il dirait à Olivia, devant les grandes portes d'Anathorey : « Voilà miss, t'es chez toi ». Cette phrase, qu'il aurait sans doute un peu de mal à prononcer, était connue d'Olivia depuis un petit moment déjà.

Résumé final:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[RP commun] La nuit des âmes - FIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [RP commun] La nuit des âmes - FIN
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Hoshizora :: L'Orée du bois
-