N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

[Quête] En zone sensible.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: [Quête] En zone sensible.   Mar 3 Fév - 2:37



Cela faisait des heures que la jeune femme marchait entre les dunes. Le sable glissait sous ses bottes de cuir noires. Elle avait décidé de se rendre à la Cité Neutre pour voir de ses propres yeux la ville déchue des Qantik. L'Unik scientifique avec qui elle avait cheminé jusqu'aux portes d'Anathorey l'avait laissé, ne pouvant se permettre de prendre le risque d'être vue avec une Cyborg errante et avait disparu au milieu de la foule. La jeune femme aux cheveux émeraudes pesta, se demandant quelle distance la séparait encore de son but. Le soleil chauffait de façon désagréable mais elle n'osa pas se séparer de sa cape de voyage dont la couleur écarlate devait se repérer à des kilomètres. C'était la seule chose qui la protégeait des brûlures cuisantes de l'astre de feu, et elle préférait étouffer dans le tissus que finir carbonisée.

La sueur lui piquait les yeux et elle but une grande gorgée d'eau de sa gourde. Le sol se mouvait à chacun de ses pas en créant des volutes de poussière qui s’insinuait dans sa gorge. De minuscules grains de sable crissaient sous ses dents et irritait les rares pans de peau à nu. Elle avisa enfin au loin, dans les ondulations troublantes, les carcasses de ferrailles de ce qui avaient du être d'immenses tours. Un soupir rassuré lui échappa, elle avait réussi à ne pas se perdre dans l'immensité du Sidhe. Néanmoins la Cité Neutre était encore à plusieurs heures de marche et elle capta soudain des éclats de voix alors qu'elle réfléchissait en avançant mécaniquement tout droit. La demoiselle se jeta derrière une dune, s’égratignant les genoux au travers des collants bariolés. Heureusement personne ne semblait l'avoir vu ce qui était un vrai miracle. 

La distance entre la demoiselle et les cris étaient suffisamment réduite pour qu'elle perçoive le sujet de la discussion. Cette dernière semblait animée, le ton montait d'ailleurs et elle se risqua un coup d’œil par dessus le sommet de l'amas de sable. En face de la Cyborg se dressaient deux groupes bien distincts dont les marques animales apparentes permirent à le jeune femme d'identifier d'un coté des Anemos et de l'autre sans doute des Uniks aux vues de la situation. Ils se disputaient, argumentant qu'ils étaient arrivés les premiers et qu'ils voulaient s’approprier le lieu. Aucun des deux groupes ne voulait abandonner. Ce qui aurait pu être une discussion bénigne et ridicule pour un lopin de terre aride s'était transformé en conquête raciale et la situation finirait par dégénérer mais la demoiselle n'osait pas bouger, terrifiée à l'idée de se retrouver au milieu du conflit. 

Lorsque l'un des hommes du groupe des Uniks insulta un membre des Anemos, le traitant de chien galeux de par sa queue apparente, ce dernier lui sauta au visage, dévoilant cinq griffes aussi acérées que des lames de rasoirs. Le sang jaillit de la trachée de sa victime, couvrant l'homme de liquide carmin. Presque aussitôt une détonation retenti, brisant le bref silence qui avait suivit la mort de l'Unik. L'anemos aux griffes ensanglantée tituba quelques instants, comme surpris puis il chuta. Le temps, comme disproportionné, sembla ralentir sa chute mais au moment ou le corps atteignit le sol dans un nuage de sable et de poussière les deux camps se raidirent, dégainant leur armes toutes différentes et meurtrières, et la tension dans l'air devint si lourde que Diya crut que tout cela allait finir en bain de sang. 

L'un des Anemos s'avança, hurlant aux opposant de reculer, il récupéra le corps du défunt dont le haut était taché d'une flaque écarlate en maudissant ces armes métalliques qui ne causaient que destructions et meurtre. Les hommes de l'autres groupes firent de même, portant le cadavre à deux ils l'emmenèrent plus loin, hurlant aux Hybrids qu'ils étaient des bêtes féroces incapable de se contrôler. Chaque personne ayant participé à l’affrontement fulminait et lâchait des insultes dont certaine firent rougir de honte la jeune femme, prévenant d'une revanche totale et cruelle. La Cyborg soupira en voyant disparaître les deux groupes ennemis dans deux directions opposée. Il lui semblait qu'aujourd'hui était un bon jour malgré les deux cadavre à déplorer et alors qu'elle se relevait discrètement afin de s’éloigner le plus rapidement de la scène de bataille dont le sable garderait la marque un moment avant d'être balayé ou dispersé par les rafales, une main se posa sur son épaule tandis ce qu'une lame se posait sur sa gorge. La poigne était ferme, témoignant de la stature de l'inconnu, et Diya comprit que se débattre ne servirait à rien. De plus elle se trouvait certainement en infériorité numérique aussi attendit elle simplement que l'arme lui tranche la jugulaire. Au moins mourrait elle rapidement. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [Quête] En zone sensible.   Mar 3 Fév - 4:34


La demoiselle ferma les yeux avec force, elle pensait déjà avec regret qu'elle n'avait rien accompli dans sa vie avant de mourir et que personne ne se souviendrait d'elle à part peut être ses parents, qui seraient fortement déçus. La lame était froide mais son contact était agréable, presque doux, cela faisait plusieurs jours que la jeune femme n'avait eut de contact avec une autre personne et même si celui ci empestait l'hostilité il était réel. L’agresseur lui ôta sa capuche, manquant l'arracher et sa voix grave s’éleva soudain, titillant l'oreille de son souffle, l'homme la questionna avec précision :

" Pourquoi te caches tu ? Tu fais partis de ces chiens ?"

Diya écarquilla les yeux, étonnée, avant de répondre avec précipitation, la voix tremblante, envisageant une nouvelle option même si la probabilité que l'Unik croit ses paroles était mince :

" J'ai surpris votre discussion par hasard, j'ai eu peur d'être prise entre deux feux et suis donc resté cachée derrière cette dune. Je ne cherche pas d'ennuis, je me dirige vers la Cité Neutre."

Le contact de l'acier contre sa peau disparut et l'homme la força à se tourner face à lui d'un mouvement en saisissant son bras sans la moindre délicatesse. La demoiselle plongea ses yeux anisés dans ceux de glace de l'inconnu, qui, comme elle l'avait présagé avait une forte carrure et n’était pas seul. Son regard fit un tour complet des cinq personnes présentes. Toutes étaient vêtues de noir de la tête au pied et il s'agissait bien du groupe d'Unik qui était entré en conflit avec les Anemos. L'homme dont le crâne rasé arborait un étrange tatouage tribal posa une paire de lunettes de soleil sur son nez, la privant ainsi de lire en lui. Il lâcha ensuite avec nonchalance, masquant son rictus moqueur avec peine :

" Vers la Cité Neutre, dis tu ? Il n'y a qu'une sorte d'"être" qui se rendent là bas et ce sont les Qantik qui désire mourir ou qui tente de survivre en vain sans leur maîtres incontestés : Nous. Mais ta présence va s’avérer utile, si cela est possible."

La Cyborg se raidit, ces paroles n'auguraient rien de bon. Les guillemets dirigés vers son appartenance à la famille robotisée n'étaient pas passés inaperçu, et les collègues de l'homme rirent à gorges déployées. Comment pouvaient ils être aussi cruels ? La demoiselle serra le poing pour contenir l'élan de colère qui se saisissait peu à peu d'elle. La femme derrière ce qui semblait être le chef du groupe, s'avança et déclara de sa voix mielleuse et agaçante :

" Allons du calme chérie, on va pas te faire de mal. Tu as de la chance d'être tombée sur nous tu sais ? Ces bêtes t'auraient sans doute tuée sans se servir de leur cerveau. Ces maudits animaux stupides ! Si tu nous aide nous te ramèneront chez de bons maîtres, à Anathorey. Pour ça tu as juste à tuer le mentor de ces idiots, celui avec l'habit gris et ensuite nous interviendrons pour les massacrer jusqu'aux derniers. C'est pas compliqué, qu'est ce que tu en penses Qantik ? Ces chiens nous ont manqués de respect après tout, nous ne pouvons pas laisser passer ça, je suis sure que tu comprends n'est ce pas ? Tu es bien dotée d'une intelligence non ?"

La demoiselle eut un frisson d'horreur en comprenant qu'ils voulaient se servir d'elle pour commettre une véritable boucherie. Elle ne voulait pas. Non. Elle ne pouvait pas accepter cela ! Mais quel choix avait elle après tout ? Prenant une grande inspiration elle répondit calmement et osa finalement poser la question dérangeante qui lui brûlait les lèvres :

" Je comprend tout à fait. Que ce passera t il si je refuse de vous aider ? Me permettez vous de réfléchir avant de vous donner ma réponse ?"

Cette fois-ci se fut le deuxième homme dont les mains étaient posées sur une arme à feux depuis le début de la discussion qui répondit, manquant s’étouffer de rire, sa voix descendait et montait dans les octaves prouvant son jeune age. Ce n’était qu'un gamin prétentieux qu'on avait entraîné dans une guerre qu'il ne devait même pas comprendre.

" Qui à dit que tu avais le choix ? Cependant tu as de la chance, le chef est sympa. Je suppose donc que nous te laisserons une dizaine de minutes pour fuir. Ce délais passé tu deviendra un ennemi à nos yeux. Et tu sais ce qu'on leur fait aux ennemis ? On les descend !"


Le "chef" de ces individus sans scrupules donna une tape sur l'épaule de l'adolescent, lui intimant le silence avant de reprendre lui même la parole, amusé :

" Ce soldat est bien trop gentil, dix minutes c'est beaucoup jeune homme et nous n'avons pas de temps à perdre. Il t'en seras accordées cinq, pas une de plus. Mais comme ce brave garçon l'a dit je suis gentil, je vais donc te laisser une heure pour peser le pour et le contre et décider si ta misérable vie vaut encore la peine d'être vécue."

Sa voix se fit soudain sinistre et il ajouta d'un ton haineux tandis que la jeune femme frémissait sous l'assaut de sueurs froides :

" Si tu tente quoi que ce soit je t’abat sur le champ."

Le cœur de Diya loupa un battement. La situation ne lui laissait pas beaucoup de choix. L'Unik dirigeant le groupe la guida, entouré de ses comparses, jusqu'à leur camp composé de quelques toiles de tentes de différentes dimensions et de caisses devant contenir des vivres et des armes, voir du matériel d'exploration. Quand ils furent au milieu des installations le chef lâcha enfin son bras ou la marque des doigts resta imprimée deux longues minutes, lui lançant un regard d'avertissement il rappela, sévère :

" Une heure, à partir de maintenant. Je te conseille de ne pas faire de bêtises."

La Cyborg gagna rapidement une des extrémité du camp, qui se trouvait caché entre des formations rocailleuse ocre et plus ou moins larges et élevées, elle s'assit sur une caisse de façon à  rester visible, car même si elle n'avait pour l'instant trouvé aucun moyen de fuir, la demoiselle ne voulait pas être abattue par "erreur". Les minutes commencèrent à défiler tandis que le crépuscule dessinait des arabesque oranges dans l'immensité céleste. Elle sentait des regards curieux et inamicaux se poser sur elle sans arrêts et la femme trouvait ça tout sauf agréable. La Qantik se creusa les méninges en vain, l'organe palpitant en elle ne voulait pas se calmer et elle ne parvenait pas à penser avec efficacité dans ces conditions. Alors qu'elle désespérait déjà, ayant abandonné tout espoir, prévoyant de mourir en protégeant comme elle le pourrait les Hybrids, qui se rapprochaient plus de son ancienne famille que ces ignoble Uniks, une fois la bataille engagée et de tuer le commandant venant d'Urban City s'il était assez idiot pour baisser sa garde. Soudain un violent coup heurta sa tête, la plongeant dans l'inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [Quête] En zone sensible.   Mer 4 Fév - 8:09



Lumineux. C'est le premier mot qui lui vint à l'esprit quand elle reprit connaissance. Une femme était penchée au dessus d'elle, ses cheveux châtain effleuraient son visage, lui procurant des chatouilles presque imperceptibles. Cette dernière se redressa et fit signe à un homme assis plus loin en le hélant :

" Meryl ? Je crois qu'elle revient à elle."

La Cyborg tenta de se redresser mais la femme posa une main sur son torse, la repoussant doucement mais fermement, son regard était pâle, comme si la couleur s'était diluée au fil des années et sa peau diaphane laissait voir des veines bleutées. Elle était belle. Nul doute là dessus. Mais qu'est ce qu'une femme aussi délicate faisait ici, au milieu du Sidhe alors qu'elle pourrait être avec ses enfants et son mari au cœur de Sylva ? Car oui, au travers des gestes doux mais autoritaires la demoiselle avait reconnu la façon d'être d'une mère et cela la préoccupait fortement. Qu'est ce que ces deux groupes étaient venu chercher ici, au milieu de ce lopin de terre aride ?

Arrêtant là le fil de ses pensées elle décida d'observer le lieu dont elle était captive. Il s'agissait apparemment d'une tente, une immense toile séparée en plusieurs compartiment. Celui dans lequel la Qantik se trouvait était composé de plusieurs lit de camps et devait sans doute faire chambre et d'infirmerie aux vues du matériel médical entreposé dans un coin. Un élancement sur le sommet du front lui fit y poser la main. Elle se rendit alors compte que sa tête était entourée de bandages. La femme au regard chaleureux intervint aussitôt :

" Je suis navrée, Kael y a été un peu fort mais c'est juste une égratignure. Je m'appelle Aenaelle, j'ai désinfecté et bandé la plaie, elle aura sans doute cicatrisé d'ici quelques jours. Ces hommes sont vraiment des brutes épaisses !"

Son sourire était éblouissant. Comment faisait elle pour sourire alors qu'ils avaient perdu l'un des leurs dans l'après midi et qu'elle risquait de mourir elle aussi si le conflit n’était pas résolu rapidement ? Diya allait prendre la parole, elle voulait savoir, comprendre ce qui pouvait pousser une femme aimante dans une telle situation quand un Anemos s'approcha et s'assit sur un tabouret qu'il rapprocha du lit de la convalescente. Ses traits marqués témoignaient de son âge avancé et parmi ses cheveux poivre et sel se détachaient nettement deux cornes fièrement dressées vers le ciel. Sa voix, auquel la sagesse prêtait un certain charisme, emplit soudain la tente :

" Je suis désolé qu'un des nôtres t'es assommé de cette façon barbare mais si tu avais crié il ne serait pas sorti vivant de ta libération. Une des personnes sous mes ordres à surpris la conversation que tu as eut avec ce maudit Elite, il faut dire qu'il a l’ouïe fine, et nous avons décidé de te venir en aide. Cependant ..."

Le cœur de la Cyborg accéléra. Allait elle encore entendre le même discours ? Avaient ils fait cela pour qu'elle leur soit redevable et rejoigne leur cause ? Ses sourcils s'arquèrent, la colère gagna son être, prit possession de son corps et elle se redressa complètement cette foi ci, allant contre la main chaude de la femme, pour se mettre à hauteur de l'Hybrid. Elle répondit froidement, ignorant clairement le statut de l'homme qui semblait être respecté de tous ici :

" Si vous attendez de moi que je vous aide autant me tuer sur le champ."

Le regard de l'homme s'étréci et la jeune femme craignit de l'avoir fortement contrarié. Aurait elle tout de même le temps de voir venir sa propre mort ? Un éclat de rire franc et communicatif échappa au vieil homme, laissant Diya dans une situation gênée et perplexe, ne sachant comment elle devait réagir. Soudain l'homme prit sa main et plongeant ses yeux gris dans ceux, émeraudes, de la Qantik, il expliqua ses intentions :

" Je ne compte pas t'obliger à faire quoi que ce soit, tu es libre de partir dès à présent si tu le souhaite même si je ne te le conseille pas dans ton état. Tu peux rester pour la nuit et te reposer en sécurité parmi nous ou fuir des que nous aurons le dos tourné. Je n'attend aucun remerciement quand au fait que nous t'ayons libéré des griffes des ces êtres infâmes mais fais moi plaisir, si tu es assez folle pour croire en leurs paroles tue moi mais ne touches pas à mes compagnons."

La franchise de l'inconnu la laissa bouche bée et un silence plein de sous entendus s'installa. Ainsi la chance avait tourné, ces personnes ne lui voulaient pas de mal, elle pouvait voir la sincérité de l'Anemos dans son regard d'acier. Elle se sentit aussitôt ridicule et impardonnable de s'être emportée de la sorte et elle répondit avec précipitation, la voix tremblante de mal être :

" Je ... Excusez moi... C'est qu'après le discours de l'Unik j'ai cru être passée de Charybde en Scylla. Mon attitude est inexcusable vous n'imaginez pas à quel point je vous suis reconnaissantes pour cette aide inattendue et inespérée, je dois l'avouer. Je me nomme Diya Art'Heas et je ne sais quoi faire pour laver la honte que j'éprouve à avoir pu penser pendant ne serait ce que quelques secondes que des fidèles de la Créatrice aurait pu tuer un innocent sans raison. J'accepte votre invitation à rester cette nuit mais je partirais demain matin à l'aube, rien ne pourra m'en empêcher."

Avisant le regard de la femme au cheveux chocolat une question totalement prévisible franchit ses lèvres :

" Qu'y a t'il de si important en ce lieu que vous vous le disputiez avec ces Uniks ?"

Le dénommé Meryl se racla la gorge, comme gêné et déclara, le son de sa voix étrangement voilé :

" Sous nos pied se trouve une immense mine d'un métal très particulier. Ce matériaux permet de fabriquer un alliage presque indestructible. J'ai été envoyé pour cartographier la zone et procurer la position de la mine à un haut conseiller de Némoto. Je ne pensais pas que ces ordures seraient déjà sur le coup et cela nous à coûté très cher. Mère Nature à emporté un fils bien trop jeune aujourd'hui, j’espère qu'elle ne prendra pas prématurément d'autres de mes amis demain."

L'homme se leva, s'excusa brièvement et sortit du compartiment sans manières. Aenaelle lui tendit un verre d'eau que la demoiselle but avec avidité. Cette dernière se leva ensuite, réarrangeant sa jupe longue dont la couleur rappelait les violettes au début du printemps. Elle prit le même chemin que l'homme après lui avoir sourit une dernière fois. Cependant, arrivée sur le pas de la fente découpée dans la toile qui permettait de passer à la pièce suivante elle s'arrêta et lança à voix basse sans la regarder, dos au lits de camp :

" Tu veux être pardonnée ? Trouve un moyen de convaincre Meryl que se battre pour quelques morceaux de pierres ne vaut pas la peine de sacrifier la vie d'enfants tel que Kael dont le frère nous a quitté cet après-midi. Moi je n'ai pas réussi mais peut être que ta présence ici n'est pas le fruit du hasard."

Sans laisser à la Cyborg le temps de répondre ou de demander plus d'explication elle sortit et referma le zip du passage, la laissant seule. Au bout d'un certain temps à tourner et retourner la situation dans sa tête elle finit par s'endormir sans le moindre début d'idée. Laissant la flamme vacillante de la lanterne dessiner des ombres dansantes dans l'espace clos. Pourtant, empêcher la mort de ces Hybrids lui était bien plus cher qu'elle ne voulait se l'avouer et cela hanta son sommeil, lui montrant un combat sanglant et des pertes importantes. Étrangement c'est le fait de voir cette femme, Aenaelle, pleurer dans son rêve qui la poussa à faire le choix d'utiliser la part d'elle qui la répugnait. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [Quête] En zone sensible.   Mer 4 Fév - 19:37



Quand l'aurore fit pâlir le ciel de ses douces teintes azurées la Qantik avait fait son choix. Elle se leva, silencieuse comme une ombre. La nuit avait été agitée par des songes tous plus terrifiant les uns que les autres et le demoiselle craignait que certain de ses rêves prennent des allures de réalité. Elle devait empêcher cet homme de commettre cette horrible erreur. Elle fit parcourir au zip le tour de la porte de toile afin de l'ouvrir et passa dans la pièce voisine de celle ou elle avait été reçue. Plongée dans l'obscurité cette dernière était meublée d'une grande table pliable, de cartes finement détaillées et d'outils de repérages. L'Hybrid en charge du groupe était assis là. Il la regarda avec entonnement et déclara :

" Il semblerait que je ne sois pas le seul à avoir passé une sale nuit, tu as mauvaise mine tu sais ?"

Le vieil Anemos avait les traits tirés, et avisant les feuilles griffonnée et roulée en boule elle devina qu'il avait pesé le pour et le contre durant le règne des deux lunes. Il portait les mêmes vêtements gris que la veille. Ces derniers accentuaient son regard métallique et lorsqu'il lui proposa soudain :

" Je suppose que tu n'es pas venue me voir pour m'entendre radoter ? Et si nous sortions discuter un peu plus loin ?"

La jeune femme se contenta de hocher la tête et de suivre le fils de Sylva hors du couvert de la toile imperméable. Une fois illuminée du soleil levant la demoiselle se demanda comment lancer le sujet. Elle n'avait jamais était douée pour les relations humaines, encore moins depuis qu'elle était " différente" et voulait à tous prix éviter de contrarier l'homme en  créant un mal entendu. Soupirant, le regard tourné vers le lointain, là où les astres disparaissaient peu à peu, éclipsés par la présence de l'immense boule de gaz qui réchauffait leur planète chaque jour, elle lâcha :

" Pourquoi ces minerais sont ils aussi important pour vous ? Valent ils vraiment de mettre les gens qui vous accompagne en danger ?"

L'Hybrid avait lui aussi la tête levée vers la voûte céleste, si bien qu'elle ne pouvait en aucun cas voir ses réactions ou même son expression. Après quelque minute la voix rauque qui lui avait offert l'asile la veille lui répondit :

" Avec l'alliage auquel il est indispensable nous fabriquerons de quoi nous défendre face au assauts toujours plus nombreux des Uniks. Je voudrais protéger ces gens qui m'ont suivit sans poser de question mais ils sont tous là car ils ont perdu un proche à cause de ces lâches qui envoient sur nos villages des guerriers d'aciers surentraînés et décime nos peuples. Mais dis moi, toi qui à perdu ta nature première, comment fais tu pour croire encore qu'un avenir de paix est possible ? Je l'ai vu dans tes yeux hier, lorsque tu as cru que j'allais te demander de te battre pour nous. Ces Uniks t'ont proposé une bonne place et tu as refusé, pourquoi ?"

Ainsi le sage aux cornes d'ébène savait qu'elle était une Cyborg. Cela ne l’étonna presque pas. Croyait elle vraiment encore que les races pourraient à nouveau s'entendre un jour ? Oui surement. Mais ses rêves idylliques étaient bien loin de la réalité telle qu'elle la percevait actuellement.  Elle prit une grande inspiration et se lança, la demoiselle voulait faire entendre son avis :

" Je ne suis peut être plus une enfant bénie de Mère Nature mais je n'ai pas oublié les principes dans lesquels j'ai grandis. Je refuse de tuer pour améliorer ma condition. Quel mérite aurais je à voler la vie d’autrui pour créer la mienne ? Je ne veux pas vivre de cette façon. Je préfère mourir."

Laissait l'homme analyser ses paroles un bref instant elle reprit :

" Je ne suis pas venue vous voir pour vous parler de moi. Abandonnez cette idée, quittez ce lieu et retournez en Sylva. Vous n'avez aucune chance face à ses hommes suréquipé d'armes à feux et de matériel militaire en tout genre. Je n'ai pas autant d’expérience que vous et je suis loin d’égaler votre sagesse, mais je ne peux pas me contenter de partir sans essayer de vous sauver. "

L'Anemos se tourna vers elle. Son sourire triste permit à la jeune femme de comprendre qu'il ne comptait pas abandonner, et il confirma rapidement l'intuition de la Qantik :

" Si nous partons maintenant et rentrons les mains vides la mort du frère de Kael aura été vaine et je ne peux me permettre cela. Avec le contenu de ces mines nous pourrons d'avantage protéger nos villes et nos enfants pourrons grandir en sécurité et s'épanouir. Je ne veux plus voir ce regard emplit de peur et d'incertitudes dans les yeux des villageois qui vivent en marge de Sylva et sont si souvent attaqué qu'il sont obligés d'abandonner leurs terres et leur possessions. Ce sont nos vies qu'ils nous volent et je ne peut pas tolérer ça."

Il semblait visiblement impossible de faire changer l'homme de décision simplement en parlant avec lui. Un de ses subordonné vint dire quelque chose à l'oreille et l'Hybrid s'inclina poliment vers Diya avant de le suivre. La discussion était close, il n'avait visiblement rien de plus à ajouter à ce qui avait été dit. La demoiselle les suivit et écouta le discours du patriarche avec désespoir :

" Préparez vous nous attaquerons dans une demi-heure. Pas d'otages ils sont assez cruel pour employé des Qantiks gavés de dynamite pour nous avoir à coup sur."

La Cyborg croisa le regard d'Aenaelle et secoua discrètement la tête négativement. La femme aux yeux de pluie se détourna et s’éloigna du reste du groupe pour se réfugier dans la tente et ses yeux remplient de larmes déchirèrent le cœur de la jeune femme aux cheveux anisés. La demoiselle aurait voulu en faire plus mais elle avait peur de faire du mal à cet homme en pénétrant son esprit et elle ne serait pas capable de se le pardonner si cela arrivait. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [Quête] En zone sensible.   Jeu 5 Fév - 4:21



Chacun parti préparer ses affaires et se vêtir en prévoyance du combat qui allait se dérouler. La tente fut pliée, les caisses cachées dans un renfoncement rocheux et tandis ce que tout le monde s'affairait à lever le camp et à cacher leur biens en sécurité, la demoiselle chercha leur mentor. Contournant une masse rocheuse elle le trouva assis à même le sol. Comme plongé dans une profonde transe. Lorsqu'elle s'approcha de lui il releva la tête et plongea son regard argenté dans le siens, puis il déclara en soupirant :

" Je pensais que tu étais déjà partie. Tu ne me feras pas changer d'avis alors si tu es resté pour ça je te conseille de ne pas perdre ton temps"

Un frisson de colère la parcouru, la jeune femme n’était vraiment pas fière de ce qu'elle allait entreprendre. Mais quelle autre solution avait elle pour chasser les larmes des yeux de la douce Aenaelle ? La demoiselle avait lu dans son regard tant de peine et de souffrance qu'elle se demandait comment l'Anemos faisait pour sourire encore, jour après jour. S'avançant elle s'assit dans l'ombre, à coté de l'homme. Meryl se leva aussitôt, comme si l'air autour de la Qantik était devenu irrespirable et cette dernière saisit son poignet, le retenant. 

Le temps ralentit autour du duo, les mains spirituelles de la Cyborg se posèrent sur l'enveloppe charnelle de l'Hybrid, son esprit se tendit vers celui de l'homme, caressant la carapace mentale jusqu'à ce qu'elle se rompe. Alors elle lui murmura, envoûtant son esprit, sans qu'aucun son ne soit émis :

Il serais plus sage de partir dès à présent. Vous serez en Sylva avant la nuit. Cette mine ne vaut pas la vie de tes compagnons.

Elle soutira ensuite son esprit de l'âme de l'Hybrid et relâcha sa main, brisant le contact. L'homme se tourna vers Diya, comme perturbé par un détail de ce qu'elle avait dit. Il n'avait pourtant pas conscience de ce qu'avait fait la Cyborg. Il lâcha, prouvant à la jeune femme qu'elle avait réussi sans toutefois la rendre fière d'une telle manipulation :

" La mort du frère de Kael m'atteins bien plus que je ne laisse voir, seulement ... Renoncer à cette mine c'est l'offrir à ces Uniks et ils n'hésiterons pas à les convertir en armes pour nous massacrer plus rapidement. Je ne veux pas perdre mes amis, mes frères ou des enfants qui n'ont rien demandé. J’espère que Mère Nature nous aidera à les protéger. "

Un sourire fatigué naquit à la commissures de ses lèvres et les rides sur sont front se plissèrent. Saisissant les mains de la demoiselle il plongea son regard dans le siens. Diya y lu une sorte de reconnaissance, comme si le sage avait comprit. Cependant il n'en dit rien et se contenta de déclarer :

" Nous allons rentrer chez nous."

Il prit ensuite le chemin du groupe d'Anemos qui l'attendait. La Cyborg le suivit, soulagée d'avoir réussi à le faire changer d'avis. Le vieil homme cornu expliqua sa décision et les raisons qui l'avait poussé à reconsidérer la situation. Il s'excusa ensuite auprès de son groupe de les avoir amenés en sachant les risque encourus et d'avoir voulu les pousser à se sacrifier pour une "bonne cause.". Il demanda ensuite à tous de récupérer les kokobots qui avaient été mis en sécurité dans une carrière plus loin et de charger le matériel. Quand ils furent tous prêt Meryl et Aenaelle vinrent la trouver. La jeune femme aidait à accrocher les sangles de sacs remplit de matériel sur un kokobot orangé. La femme lui demanda d'une voix douce si elle voulait les accompagner, au moins jusqu'à la Cité Neutre. La Qantik accepta et remercia l'Hybrid dont le sourire la réchauffait doucement, emplissant son cœur de joie et d'une légèreté qu'elle ne croyait plus être capable d'éprouver.

La caravane de Kokobots se mit en marche tandis que le soleil entamait son ascension dans l'immensité azurée. La demoiselle ne se rendit pas compte de la vitesse à laquelle le temps passa alors qu'elle discutait avec la femme aux yeux délavés et le patriarche qui avait un sens de l'humour plutôt particulier. Une fois en vue de la ville en ruines le cœur de la jeune femme se serra. Déjà ? Elle avait eut le temps de s'attacher à ses gens malgré qu'ils n'aient passés qu'une journée ensemble et elle regrettait de ne pouvoir les suivre et rentrer en Sylva comme si de rien n’était. Le vieil homme cornu vint lui serrer la main, plongeant son regard brillant de gratitude dans le sien en tentant de lui apporter du courage.

Ce fut ensuite Aenaelle qui vint la prendre dans ses bras. La chaleur doucereuse l'enveloppa, calmant sa peine, et Diya eut l'impression de retomber en enfance, quand elle courait voir sa mère après avoir fait un mauvais rêve. Aydeleen la prenait alors dans ses bras et lui chantait une berceuse en caressant ses cheveux. C’était la douceur d'une mère, réconfortante et apaisante et elle n'oublierait jamais son regard perle. L'Anemos prit ses mains et y déposa un objet froid et arrondit, comme une petite bille de métal percée d'un trou, qui était rattachée à une chaîne en argent finement ciselé.L'objet roula dans sa paume en tintant et elle reconnut un grelot sur lequel était gravé des végétaux en fleur. Elle lui murmura au creux de l'oreille :

" C’était à ma sœur, elle est devenue Cyborg tout comme toi et un jour elle m'a donné ceci. Ce grelot renferme un champ magnétique protecteur que seul les Qantik peuvent déclencher. Il te sera bien plus utile qu'à moi. Prend soins de toi, d'accord ? Et si jamais tu as besoin d'aide ou de te reposer quelques jours dans un endroit serein vient me voir à Némoto, je t'y accueillerais à bras ouverts."

Ses paroles firent briller une larme aux coin de l’œil de la demoiselle et elle serra la femme contre elle avec force, faisant toutefois attention à ne pas la blesser avec ses parties robotiques. La jeune femme fit ensuite un grand signe de la main au reste du groupe, affichant un sourire alors que son cœur, serré, la faisait souffrir. Elle les regarda s’éloigner, assise sur un mur, jusqu'à ce qu'il disparaissent à l'horizon dans les ondulations torrides. La fatigue suite à l'utilisation de son Sigma la poussa ensuite à chercher un abris pour la prochaine nuit et la demoiselle se mit à déambuler dans les rues de la Cité Neutre. L'état chaotique du lieu était en accord parfait avec son âme après cet épisode orageux qui avait failli tourner au bain de sang. Une première larme coula sur sa joue, puis une deuxième qu'elle essuya rageusement. En quittant les bras de l'Hybrid elle avait l'impression d'avoir perdu sa mère une seconde fois. Elle se laissa soudain tomber sur le sol, se roulant en position fœtale, et laissa libre cours à son chagrin. Hurlant sa colère et sa peine.

-♣-
Revenir en haut Aller en bas

[Quête] En zone sensible.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Agriculture en zone urbaine face au deficit d'infrastructure
» La zone métropolitaine contribue à 90% à la recette fiscale
» Zone de stockage
» Forêt interne de Konoha - Zone interdite
» Vidéos Zone litigieuse et opération des gardiens d'anachore
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sidhe
 :: La frontière Sud :: Le Littoral noir
-