N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Mémoires d'une vie : Carnets de Calyë.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Animaliste (Elindeyë Eären)


RPG
Âge : 17
Groupe: Anemös
Inventaire: Quelques carnets, une plume d'aigle, une griffe de chat sauvage, une dent de loup et un fragment de bois de cerf. Un journal "magique" (avec le stylo a froufrou).

MessageSujet: Mémoires d'une vie : Carnets de Calyë.   Mar 24 Fév - 3:47



Journal de Calyë :
La grotte de cristal

« Il y aura toujours de l'Espoir, même dans les jours les plus sombres. »


Jour 1

Nous somme dans une partie de la forêt profonde dont je n'ai encore jamais entendu parler. Tout y est normal, comme ailleurs, a la différence qu'ici le sol semble percé de larges ouvertures, comme des crevasses. Nous sommes venus ici suite a un témoignage que nous avons trouvé dan un vieux livre. Il semblerait que la montagne abrite quelques lieux secrets ou l'Arbre Légendaire aurait pu se réincarner. Cela n'a pas été facile d'arriver jusqu'ici, j'espère que nous ne sommes pas venus pour rien. Aryë a commencé a visiter ces crevasses pendant que de mon coté j'ai observé et répertoriés la faune et la flore des environs. Sans grande surprise, je n'ai pas trouvé d'espèces extraordinaires. Nous ne sommes probablement pas encore assez loin pour commencer a voir de nouvelles variétés d fleurs ou de nouvelles forme de vies. Je vais me reposer un peu en attendant le retour d'Aryë.


Jour 2

La veille au soir Aryë est rentré couvert de terre mais avec un grand sourire. Ce sourire si particulier qui m'a charmée il y a bien des années, alors que nous n'étions que des adolescents. Le souvenirs de notre rencontre me reviens souvent en mémoire. La façon dont ses yeux verts m'ont irrésistiblement attirés vers lui ... Et notre premier baisé ... Un baisé ... Incroyable ! A un tel point que je me suis littéralement senti poussé des ailes. Cet homme tout fier qui se dresse devant moi ... Mon tendre mari. Il a découvert l'entrée d'une grotte qui s'enfonce loin sous terre, vers la montagne. Nous avons décidé de l'explorer aujourd'hui. Le campement a vite été rangé, a vrai dire nous n'emportons que peu de choses, juste l'essentiel. En tant qu'Hybrid nous avons appris a vivre et nous nourrir de la nature. Nous sommes parti rapidement et j'ai suivi mon mari dans cette descente. La crevasse qui s'ouvre a mes yeux me semble absolument démesurée. Contrairement aux autres qui ne sont que superficielles, celle ci ouvre une gueule béante et aussi noire que l'enfer. Je ne me sens pas rassuré, mais Aryë me prends la main et m'offre un de ses sourires rassurants. J'ai confiance en lui et je le suis. Nous avons avancé dans l'obscurité durant plusieurs heures, main dans la main. Ne comptant que sur notre instinct et notre ouïe pour repérer un éventuel danger. Ma main libre caresse la paroi de pierre qui semble s'étendre sur des kilomètres. Nous sommes épuisés de marcher dans cette obscurité, mais nous ne pouvons pas nous arrêter. Le temps m'a semblé disparaître tout le long de notre descente. C'est un peu comme si tout cessait d'exister. Privé de la vue, nous perdons toute notion. Je me suis sentie comme ... Comme inexistante je dirais.

Quand enfin nous avons aperçu  une lueur, comme un réflexe, nous nous sommes mis a courir, pour échapper a la noirceur, pour nous enfuir de cette nuit noire qui ne semblais jamais vouloir s'arrêter. A la sortie du tunnel, je n'ai pas pu retenir un cri. le paysage qui s'étend sous mes yeux est paradisiaque. Inouï. C'est inimaginable de se dire qu'une telle splendeur existe a quelque kilometre sous terre. Un lac souterrain, immense, semble luire d'un éclat bleuté absolument divin. De la bioluminescence probablement. Cette étrange lueur se reflète et se réfracte sur les immenses cristaux de quarts qui couvre le sol et les murs de cette caverne. L'endroit est nimbé d'une délicate auréole de lumière bleutée tirant quelque fois sur le vert. C'est un enchantement pour les yeux.
J'aimerais partir visiter l'endroit, immédiatement, m'emplir les yeux de toutes ces merveilles. Mais la descente nous a épuisé. Aryë a déja préparer les couche, je vais m'allonger prés de lui, l'exploration attendra demain.


Jour 5

Déja deux jours que nous sommes arrivés. Et chaque jours nous découvrons de nouvelles choses. Il pousse ici des plantes absolument incroyables. Je n'arrive pas a concevoir comment elles ont pu vivre dans cet environnement, sans la lumière du soleil. Il y a très très peu de vie animale en revanche, seulement quelques insectes tous plus incroyables les uns que les autres, et quelque formes de vies aquatiques dans le lac. Je n'ai pas encore pu étudier l'eau de plus près, la végétation me fascine totalement.

Cette fleur par exemple. Elle est d'une teinte légèrement mauve, mais les pétales semblent translucides. Elles sont très légères mais semble très résistantes. Les étamines sont étrangement durs. Elle ne pousse qu'au bord de la rive du lac. Elle a un léger parfum qui rappelle celui de la violette, mais avec un soupçon d'une autre d'odeur. Je ne saurais décrire laquelle. Lorsque j'en ai cueilli une elle a fané immédiatement. Je n'ai pas retenté l'expérience, me contentant d'un croquis, certaines merveilles de notre monde mérite de rester uniques.

C'est la seconde forme de végétation inconnue que j'ai trouvée. Celle ci semble se développer comme un mineral. Elle ne pousse qu'entre les cristaux de quartz et semble être en symbiose avec eux. Ses pétales sont extrêmement dur et luisent d'un éclat bioluminescent. je n'ai aucune idée de comment cette fleur se développe. Elle semble posséder toutes les caractéristique d'un végétal avec les particularité du cristal de Quartz.



J'ai étudié ses deux espèces toute la journée, et je n'ai rien pu trouver de concluant sur la façon dont elles ont pu pousser et se propager dans ce lieux. Cette découverte est absolument surprenante et pourrait bouleverser les connaissances botaniques actuelles. J'espère pouvoir partager ma découverte un jour.


Jour 7

J'ai terminé d'étudier la végétation. Aryë a exploré une bonne partie de la caverne. Les journées sont longues passées loin de lui, mais l'étude de ses nouvelles formes de vie est tellement passionnante que l'éloignement est plus supportable. J'ai commencé a m'intéresser aux différents insectes vivant ici. La plupart ne sont que des formes de vie qui semblent avoir régressées. Aveugles, presque informe, se nourrissants de terre. Seule une espèce est réellement intéressante. Une espèce que je n'ai jamais vu auparavant.

C'est une sorte de scarabée. Tout y est en nombre normal et dans des proportions tout a fait normales. Somme toute ce spécimen est anatomiquement semblable a tout les scarabée que nous avons a la surface. La ou réside la différence est dans la matière. Ses élytres sont étonnement solides, je ne pense pas que ce soit de la chitine habituelle. Quand a ses ailes, elle sont presque ... "tranchantes". Cet insecte se nourrit exclusivement de la fleur de quartz. Je suppose donc qu'il a absorbé certaine propriété du Quartz. Il est de plus doté d'une grande force, bien que ce soit un insecte, j'ai eu tout les peines du monde a le faire tenir en place pour l'observer. Il a brisé plusieurs flacon en se jetant sur les parois pour s'en libérer. Dernier fait surprenant, il luit de l'intérieur. Aurait-il également absorber la bioluminescence de l'eau du lac ? En tout cas ses couleurs irisées sont merveilleuses a observer et les ballets aériens de ce fascinant coléoptères au dessus de l'eau iridescente est un spectacle époustouflant.


Jour 9

Aryë a finis l'exploration de la caverne. Une fois encore nous rentrerons bredouille. Nous n'avons rien trouvé qui puisse être la réincarnation de l'Arbre Légendaire. Cela fait tellement longtemps que nous le cherchons ... C'est peut être le seul moyen de faire revenir Mère Nature. Nous ne pouvons abandonner. Cette excursion n'aura pas été vaine cependant; nous avons pu profiter d'un spectacle enchanteur, d'un paysage inviolé féérique. Ces quelques jours passés sous terre se sont révélé merveilleux. Aryë a été sensible a la beauté du moment je crois. La nuit dernière, nous nous sommes laissés aller a la passion. J'ai redécouvert mon mari. Il était ... si tendre, si prévenant et en même temps, si fougueux, brulant de passion. Je me suis sentie consumée par les flammes du désir, happée par le tourbillons du plaisir. J'en frémis encore ... Aryë ... Mon tendre époux, mon ami, mon homme ... Si tu savais ce que je peux t'aimer. Je me suis endormie encore nue dans les bras de mon mari, en gravant dans mes yeux le magnifique spectacle de ce lac enchanté.
Nous repartons aujourd'hui. Aryë a trouvé un autre chemin par lequel nous pourrons sortir, il semble s'enfoncer en montant dans la montagne. Je ne sais pas par ou nous sortirons. D'un commun accord, nous avons décidé de garder pour nous la découverte de cet endroit. Il ne dois pas être pervertis par la folie des hommes. Ce lieu doit rester le havre de paix et de magie qu'il est. Les affaires sont prêtes, mes notes sont rassemblées. J'attends Aryë. Il est parti vérifier que rien n'a subit des dommages de notre passage. Il est temps pour nous de quitter cet endroit et de nous diriger vers notre prochaine destination.



(c) Codage original par Cocoon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Animaliste (Elindeyë Eären)


RPG
Âge : 17
Groupe: Anemös
Inventaire: Quelques carnets, une plume d'aigle, une griffe de chat sauvage, une dent de loup et un fragment de bois de cerf. Un journal "magique" (avec le stylo a froufrou).

MessageSujet: Re: Mémoires d'une vie : Carnets de Calyë.   Mer 25 Fév - 1:42



Journal de Calyë :
Les fruits d'Ether

« Il n'est pas plus surprenant d'être né deux fois qu'une;
Tout périt et se renouvelle dans la nature. »


Jour 1

Cela nous a pris deux mois pour localiser cet endroit. Aryë a passé des heures a la bibliothèque pendant que je questionnais les anciens dans tous les villages alentours. Heureusement que mon don me permet de parcourir de longues distance en peu de temps. Les vols d'oiseaux sont pratiques quelque fois. Nous avions entendu parler d'un arbre gigantesque ayant poussé dans un endroit unique et inaccessible. Un arbre abritant la vie. Un arbre dont la présence seule contredisait a elle seule les lois de la physique.
Nous en avons entendu parler pour la première fois dans une tribu d'Hybrid vivant près de Nakigao. Une vieille femme nous avais conté les légendes de sa jeunesse. Je me souviens de quelques mots qu'elle avais chantonnés et qui me sont restés un long moment en tête.

"Il ne craint pas le temps l'arbre sauvage,
Ni celui qui passe, ni celui qui ravage.
Qu'importe la saison, hiver comme été
Gardant sa parure et toujours protégé.
Les esprits de l'air et de l'eau veillent
A ce que perdure ses merveilles."

Le reste de la légende parlait d'un arbre miraculeux planté en un lieux oubliés des Originaires. Un endroit ou l'eau et le ciel se mêlait. Un arbre sur lequel ni le froids, ni les saisons n'avaient d'emprise. Un arbre immortel. Ce n'était peut être qu'une vieille légende superstitieuse après tout, mais ça valait le coup de vérifier.

Après de nombreuses recherches nous avons pu déterminer ou chercher. Atteindre l'objectif n'allait pas être facile, mais nous n'en étions pas a notre première expédition. Notre point de départ était un petit village très en retrait dans la forêt profonde d'Hoshizora. Nous devions ensuite monter. Toujours monter. Toujours plus haut. Notre objectif était en hauteur. Les vers de la légende étaient clairs a ce sujet.

"Ce n'est qu'a l'endroit ou la terre
S'enfante dans le ciel d'ether
Que l'arbre merveilleux s'étends
Veillant sur un monde qui l'attends."

Aryë nous a trouvé de nombreuse cartes. Nous devons aller la ou le niveau est le plus élevé. Plus nous monterons et plus nous seront proches. De plus un dernier indice peut nous aider a trouver notre chemin. Un signe, que nous avons aperçu tatoué sur la vielle femme, estampillé sur quelques cartes et gravé sur une pierre du village d'ou nous partons. C'est un enchevêtrement de lignes qui s'entrecroisent pour former un arbre, j'ai eu toute les peines du monde a le recopier. Un symbole que je n'avais jamais vu mais qui m'inspire beaucoup.

J'espère que nous trouverons ce que nous cherchons.


Jour 3

Les traces que nous suivons se font de plus en plus fréquentes. Nous avons retrouvé le symbole de l'arbre sur plusieurs rocher, ainsi que d'autres symboles semblables. Les chemins sont difficilement praticables, ils ont l'air abandonnées depuis des siècles. Mais plus nous montons, et plus nous avons la certitude d'être sur le bon chemin. La nature est fertile et nous mangeons chaque jours a notre faim. Pourtant, je me sens étrangement mal. J'ai de fréquentes nausées et l'odeur de la viande m’écœure plus que toute autre chose en ce moment. Je dois avoir attrapé un microbe au village. Aryë est inquiet, mais j'essaie de le rassurer du mieux possible. La quête de l'arbre doit rester notre seule priorité.


Jour 6

Nous avons marché durant des jours entiers, sans nous arrêter. J'ai du mal a suivre Aryë, je me sens passablement épuisée, et j'ai toujours des nausées. Je pense que je suis enceinte, mais je ne l'ai pas encore annoncé a mon mari ... J'attends le bon moment. Nous devrions atteindre notre but dans quelque dizaine de kilomètre selon Aryë. Je n'ai pas le temps d'écrire plus, je suis bien trop fatiguée. Je vais me reposer un peu.


Jour 8

Nous sommes enfin arrivés. Ce moment a été ... Riche en émotion. Nous grimpions depuis plusieurs heures quand une grande arche de pierre gravée nous est apparue au détour du chemin. Une construction a la fois simple dans son design mais couverte de gravure complexe et de symbole semblable a celui que nous suivions. Aryë m'a tendu la main et c'est ensemble que nous l'avons franchie. Le paysage qui s'est offert a nous m'a coupé le souffle ... C'était ... Magnifique ! Il était la. L'arbre. Celui que nous cherchons a atteindre depuis plus d'une semaine. Sur un sorte de promontoire de pierre, a flanc de la montagne, surmonté de nombreux restes d'édifices anciens toujours marqués de ses mêmes symboles. Nous ne sommes plus qu'a quelque mètres de cet arbre. Il est immense, bien plus que ce a quoi je m'attendais. Je me sers contre Aryë, émue d'avoir atteint notre objectif.
Il nous a fallut une demi heure pour atteindre l'arbre en lui même. Les chemins rocailleux étaient presque impossible a passer. Il y a du avoir de nombreux éboulement et des pierres énormes bouchaient le chemin principal. Aryë m'a soutenue pour y arriver. Être la, au pied de cet arbre immense ... ça a quelque chose de féérique.

J'ai carressé doucement l'écorce de cette merveille de la nature, en soupirant d'aise. Aryë et venu derrière moi en me serrant contre lui. Je l'ai entendu me murmurer :
"- Calyë ... Je suis heureux, que nous soyons la, tous les deux".
J'ai su que c'était le bon moment. J'ai baissé ses mains sur mon ventre et je lui ai simplement répondu :  
"- Bientot ... Nous serons trois."

Aryë m'a regardé avec ds yeux surpris. Il ouvrait la bouche et la refermait comme si les mots ne voulait pas sortir. Puis il a sourit et m'a serrée contre lui. Je crois même avoir senti une larme couler sur sa joue. Je suis rassurée. Il sera un bon père. Aimant et attentionné. Un ère qui apprendra a notre enfant a aimer et protéger la nature comme nous le faisons. Je suis si fière, si heureuse de porter sa descendance.


Jour 9

Moi qui pensais passer une nuit reposante ... ça a été tout le contraire. Alors que je m'apprêtais a m'endormir dans les bras d'Aryë, que le soleil descendait lentement sur l'horizon pour laisser la nuit tomber sur nous, les fleurs environnantes se mirent a rayonner, comme autant de petits soleils mauve rosés.

Ses fleurs n'ont pas de pétales, elles ressemblent plus a des dizaines de petits globes agglutinés en formant un unique plus large d'environ 7 centimètre de diamètre. Chacune de ses petites boules luit de l'intérieur, d'une lumière vive rosée, qui nimbe la fleur d'un halo magnifique. Les feuille qui, j'en suis sur, étaient vertes sous le soleil sont maintenant teintées de mauve et de bleu. Elle dégage un parfum envoûtant. Cependant, fait étrange, Aryë ne semble pas sentir la même chose que moi. Je sens une enivrante odeur, un subtil mélange d'olivier, d'essence de rose et de pain tout chaud, avec une très légère note de cire ... Un court instant j'ai l'impression d'être de retour a la maison, le pain sortant du four posé sur la table, ma mère agréablement parfumée, assise a coté de mon père lisant a la lueur d'une bougie. Aryë lui a décrit cette senteur comme un arôme mêlant des effluves de jasmin, de vieux parchemin et de citron. Il semblerait que cette fleur aie l'odeur des souvenirs. Une odeur qui diffère pour chacun d'entre nous. Je me suis finalement endormie, bercé par mes souvenirs, les odeurs délicatement entêtantes et les bras de l'homme qui partage ma vie.

Des mon réveil je me suis intéressé de prés a cette fleur, mais les feuilles semblait totalement normale et la fleur en elle même était désormais noire. Comme ... Comme "éteinte". De plus, elle n'exhale plus aucunes senteurs. J'ai eu du mal a cacher ma déception.

J'ai rejoint Aryë qui avait commencé a s'intéresser a l'arbre. Il est immense, J'en ai rarement vu d'aussi imposant. Celui ci semble émaner d'une énergie particulière, j'ai la nette impression que l'altitude a eu un effet absolument divin sur lui. Je ne saurais l'expliquer mon son énergie vitale est chargée d'une sorte de spiritualité. Cet arbre est lié a son environnement, pas seulement pas ses racines, mais de manière plus intimes, plus puissante. Cet arbre a une sorte de connexion avec toute la végétation alentours.

Aryë a commencé a "communiquer" avec l'arbre. Le laissant faire, j'ai fait le tour du tronc majestueux pour découvrir l'envers du paysage. Une chute vertigineuse dans le vide. Au dela de cet arbre immense, il n'y a rien. Rien d'autre que le vide, et un spectacle que je pourrais aisément qualifié d'enchanteur. Et puis, un peu plus loin, l'océan, se profilant entre les falaise déchiquetée ou la végétation tente de reprendre ses droits. Des ruines, vestige d'une antique civilisation depuis longtemps disparue. Ou bien simplement que les habitants ont migré vers l'intérieur des terres, laissant a l'abandon ce lieu merveilleux ... Un endroit chargé des histoires du passé. Peut être même de l'époque des Ohms. Toujours est-il qu'il règne dans ces lieux une entêtante sensation de bien être, comme la promesse d'un lendemain de paix pour Origins.
La journée s'est terminée bien trop rapidement a mes yeux. Aryë n'a rien pu tirer de sa tentative de communication, quand a moi, j'ai cru apercevoir un éclair bleuté dans l'arbre, mais impossible d'être sure de moi. L'arbre abrite peut être la vie. Je vérifierais ça demain matin. En attendant, je dois vraiment me reposer, la grossesse commence a se faire sentir.


Jour 10

Cette journée a été vraiment très intense. Ce matin lorsque j'ai ouvert les yeux, j'ai aperçue une petite créature ailée flottant a quelques mètre de l'arbre. Je suis restée allongée de longues minutes observant son manège. Une façon de voler particulièrement intrigante. Je la voyais plonger dans l'arbre, attraper un fruit et le manger rapidement. Puis elle a plongé dans le vide et n'est pas reparue.

Je me suis levée, laissant Aryë endormi et je me suis approchée de l'arbre. Je me suis assise entre les racines et j'ai regardé le soleil se lever, en souriant. Il fait beau, j'attends un enfant de l'homme que j'ai épousé et je suis heureuse de la vie que je mène, de chacune de ses exploration qui offre a ma mémoire des souvenirs inouïs. J'ai fermé les yeux pour profiter d'un courant d'air frais et parfumé qui souffle légèrement entre les branches de l'arbre millénaire. Je me suis fait tirer de mes rêveries par un petit gémissement. Lorsque j'ai rouvert les yeux, le petit animal de ce matin était juste devant moi et m'observais. J'ai eu un petit sourire et j'ai tendu la main doucement. Il s'est approché et m'a flairé. J'ai même eu droit a une petite léchouille avant de le voir s'envoler et se poser sur une branche au dessus de ma tête pour manger d'autre fruits.

Je suis resté la, a l'observer, intriguée, jusqu'a ce qu'Aryë se réveille et vienne me rejoindre. Nous avons beaucoup discuter. Le petit animal est revenu nous voir, de temps en temps. S'approchant de nous sans jamais nous laisser le toucher. Aryë est retourné tenter de communiquer avec l'arbre. Ce n'est pas chose facile, ce végétal est vieux de plusieurs siècles, établir une connexion avec lui est quelque chose d'extrêmement complexe, surtout s'il est chargé de magie.

Le petit animal m'a apporté un fruit de l'arbre. Ou plutot, il l'a laissé tombé a mes pieds. Après en avoir consciencieusement enlever la peau épaisse et brunâtre révélant une chaire bleue, j'en ai croqué un morceau. Le gout en était exquis. A la fois frais et sucré, légèrement acidulé. Je ne sais pas quel genre de fruit c'est, mais une chose est sure, je n'en ai jamais mangé de tel auparavant. Une seule bouchée m'a remplie d'énergie et a fait passer toutes mes nausées. J'ai appelé Aryë, il devait gouter. Il a été du même avis que moi, ces fruits ont littéralement un gout de paradis.


Jour 16

Cela fait maintenant plus d'une semaine que nous sommes ici. Nous aurions du repartir il y a 4 jours, mais nous avons voulu nous accorder une pause. Après tout, il faut maintenant penser au bébé qui grandis dans mon ventre. Et puis, nous avons enfin réussis a apprivoiser les petites créatures. Je les ai baptisées provisoirement les Gwelÿn. Il y en a une dizaine qui vivent ici, dans la cime de l'arbre. Cet arbre dont nous savons dorénavant qu'il n'est pas celui que nous cherchons. Nous avons pris quelque jours pour nous reposer, nous nous nourrissions des fruits de l'arbre en jouant avec nos nouveaux petits amis, qui n'hésitaient plus a plonger dans nos bras. Ils ont une forte connexion avec Aryë, probablement a cause de son don.

Ses petits animaux ont une morphologie tout a fait spéciale. Ils se servent de leurs oreilles dont les poils se sont changé en plumes, comme d'ailes pour voler et plus généralement planer. Ils mesurent environ 60 cm. J'ai repéré 5 couleurs différentes. Ils vivent en harmonie parfaite avec cet arbre des hauteurs qu'il semble protéger. Ils se nourrissent presque exclusivement de ses fruits. Leur vol est fluide et extrêmement rapide, c'est a croire qu'il filent comme le vent. Particularité intéressante, chacun des spécimen observé dégage une odeur particulière. Aucun d'eux n'a la même mais toutes sont exquises. J'ai cru reconnaître la framboise, le santal et même le parfum iodé de la mer ! Ils se servent de ses mêmes odeurs a plus ou moins forte dose pour communiquer entre eux. Aryë possédant un don similaire a esssayé d'instaurer le dialogue avec eux, mais il n'a obtenu que des calin de ses petites boules de fourrures ailées. Ce sont de petits être très pacifique, un peu farouche mais très curieux et surtout très joueurs.

Je serais ravie d'en ramener un comme animal de compagnie, mais je crois que c'est tout ce microcosme qui en souffrirais au final. Ici, chaque être a sa place définie et apporte quelque chose au tout. Je me contenterais de mes dessins et de mes souvenirs.


Jour 18

Et bien ça y'est, c'est l'heure du départ. Nous avons décidé de repartir retrouver la civilisation. Au moins un village, pour s'assurer que ma grossesse se déroule bien. Cela ne fait que trois mois et demi, mais mieux vaux prévenir que guérir. Ce matin, au réveil, Aryë était penché sur moi, il me regardait dormir. Le soleil était haut dans le ciel et je ne distinguais que sa silhouette. C'est une image que j'ai tellement aimé que j'ai eu envie de le dessiner.
Nous repartons d'ici le coeur léger. Cet endroit restera pour nous le symbole de notre famille. La première fois ou nous avons pu rêver a notre vie future, avec notre enfant. Nous repartons serein, un petit pincement au coeur de quitter cet endroit magique ou la vie semble s'être mis en pause, hors du temps et de l'espace, comme un monde parallèle qui se serait ouvert sur le notre, ces fruits succulents a la chaire exquise et a la couleurs aussi originale que le gout et les bienfaits sur la santé sont miraculeux et surtout les adorables Gwelÿns, créatures nées de la rencontre de l'air et de l'arbre, comme des esprits protecteur de ce vestige d'une autre époque.
Mais nous savons que nous reviendront un jour. Ce lieu a comme un parfum de mystère qui pousse notre imaginaire a échafauder des théories sur le passé de notre peuple, pourtant, c'est en pensant a l'avenir et au jour ou nous t'amènerons ici, toi, le petit être qui sommeil en moi, pour que tu découvres les merveilles de ce monde que nous le quittons.



« Dans tout chaos est un cosmos,
Dans tout désordre, un ordre secret. »



(c) Codage original par Cocoon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mémoires d'une vie : Carnets de Calyë.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Mémoires d'une vie : Carnets de Calyë.
» Les mémoires d'un tyran
» Modèle des Carnets de Bord
» Le Japon, mémoires d'un Empire secret
» Mémoires de Victoire de Noailles-Norfolk
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Endless Story
 :: Vos mémoires
-