N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

[PV Miyuki] Le fantôme de nos regrets.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: [PV Miyuki] Le fantôme de nos regrets.   Mar 3 Mar - 18:56

Sept heures du matin, le soleil se lève et je perçois sa splendeur au travers de mes paupières. Vision pâle, brouillard orangeâtre qui voile mes yeux et me force à les ouvrir pour percevoir le jour. Il fait beau aujourd'hui. Le vent frémit, fait bruisser les feuilles des arbres qui chantent mon réveil telle une mère qui m'a bercé depuis son éveil et je m'apprête bouger pour mette fin à cette rencontre maternelle. Mon corps presque entièrement nu contre une peau de bête maladroitement posée sur l'écorce d'un arbre se lève soudain et je m'étire pour solliciter mes muscles encore endormis, tel est le rituel pour passer une bonne journée et éviter un faux mouvement. Mes pupilles scrutent le sol et je m'apprête à sauter de ces trois mètres de haut jusqu'à ce que ma raison m'en empêche.

"Tu n'es pas une panthère, Sylph"


Je me retourne pour saisir un gilet de coton et l'enfile puis fais de même avec un pantalon. Le corps léger, l'âme tranquille, je me laisse tomber sur une branche inférieure pour rencontrer à nouveau le sol que j'avais quitté pour la nuit. Je suis prêt pour partir en ville désormais. Je me dirige vers un sentier piétiné par de nombreux passants qui marque la direction vers Nemoto puis l'emprunte afin de découvrir ce que ma journée me réserve.

Arrivé dans la cité qui réunit la plupart de mes confrères, j'affiche un sourire sur mon visage en voyant l'animosité de la ville en cette heure pourtant si matinale. Les chasseurs sont déjà partis à la chasse, les guérisseurs à leurs cueillette mais pourtant il reste beaucoup de monde. Je salue quelques connaissances avec qui j'ai déjà parlé de la pluie et du beau temps mais je ne les rejoins pas aujourd'hui. Aujoud'hui j'ai prévu autre chose, je veux faire quelque chose de nouveau, mais je ne sais pas encore quoi. Je continue alors mon chemin jusqu'à tomber nez à nez avec une affiche qui attire mon attention. L'écriture est grossière mais ne manque pas d'attention, c'est sûrement celle d'un enfant. Mais le plus triste avec ça c'est qu'elle évoque un sujet qui n'a rien d'enfantin, des profanations de tombes... Voilà qui est bien glauque. Soudain je ressens quelque chose, un appel, un désir, un espoir.

Je baisse les yeux et mon regard rencontre celui d'une petite fille qui semble bien effrayée. Un pincement au coeur me fait grimacer et je m'éloigne lentement de l'affiche pour laisser la jeune fille à son sort. Cela ne me regarde pas après tout, et pourquoi risquerais-je ma vie à sauver l'honneur de gens qui ont presque perdu la leur ? Quelque chose me ralentit, je sens que quelqu'un tient ma jambe sans trop de force et je me retourne alors, l'air curieux. C'est elle, elle m'a suivi. Je me baisse et pose ma main sur la sienne en voulant l'enlever mais à ce moment je ressens son réel désir. Elle a besoin d'aide pour sauver son père, il a été victime de quelque chose qui la surpasse, quelque chose que je n'arrive pas à identifier. Je lui réponds alors gentiment, un sourire amer parcourant mes lèvres.

Désolé mais je ne peux pas t'aider. Mon don ne servira à rien dans ce type de situation. Je ne peux risquer ma vie rien que pour essayer.

Mon regard essaye de fuir le sien pour éviter de ressentir davantage de la peine et alléger le pincement à mon coeur puis je me retourne sans qu'elle ne réponde. Et là mes pensées se concentrent sur les potentiels regrets que je pourrai avoir et je me dis alors qu'il faut que je fasse quelque chose, au moins pour découvrir ce qu'il se passe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: [PV Miyuki] Le fantôme de nos regrets.   Mar 3 Mar - 22:10

Assise sur le sol, son carnet dans les mains, Miyuki se sentait comme coupée du monde. Pas le moindre son, ou sensations. Ni les odeurs délicieuses des marchandises, ni la brise fraîche du matin ne venait la perturber dans la réalisation de son dessin.  Seul comptait le Dojo et ses aquarelles.  Depuis plus d’une heure, la jeune femme s’était posé là et se plaisait à dessiner le magnifique bâtiment en bois cuivré décoré de tuiles rouges feu perdu au milieu de cascades fumantes. Maintenant il était presque fini, et elle se surprenait de son progrès. Elle était à présent plus rapide et précise dans ses gestes. L’aquarelle ressortait bien et pour finaliser la touche, remit une petite couche de crayons de couleur. Sortant de sa torpeur, cela fut comme si son corps avait été anesthésié, de nouveau réveillée en plein Nemoto : Les odeurs, le bruit, les conversations et les passages de foule. Sans même se retourner, Miyuki sentit que des gens l’observaient. Ce n’était pas rare, car qu’il y avait-il de plus curieux qu’une jeune femme seule assise en plein milieu de pavés, essayant de recopier ce qu’elle avait devant soi ? Par habitude, elle ne faisait maintenant plus attention, mais cela la gênait, car ses dessins étaient encore très amateurs, et redoutaient leur jugement, même si  ils n’en faisaient pas forcément. Avant de se relever, Elle vérifia sa réserve de dessins en cas de problèmes ou de bataille. Ouf. Une bonne quarantaine. Largement assez, surtout que certains pouvaient être utilisés plusieurs fois. Miyuki se cogna violemment contre une jeune fille d’environ quatorze ans et s’écroula mochement par terre. Aie ! Décidément, cela lui arrivait trop souvent. Evidemment, il fallait forcément qu’elle commence sa journée en se cognant quelque part !

-Aya, mais qu’est-ce que tu fiches ? Une femme affolée agrippa la main de l’adolescente et la tira en arrière à la hâte. Je ne veux surtout pas que tu t’approches de ca, il pourrait t’arriver malheur !

Avant  qu’elle n’ait eu la moindre explication, elle les vit s’enfuir l’air épouvanté.  Ayant vu la scène les gens aux alentours changèrent de comportement. Ils arboraient un visage sombre, angoissés ou tenaillé par la peur. Ils se mettaient à marcher à reculons, regardant de tous les côtés, comme si ils avaient  peur qu’on ne les attaque de dos. Les supercistieux se mettaient à chanter des chants mystiques en agitant leurs grigris, avant de se projeter de la poussière. Tel un élan de solidarité, qu’ils soient seuls ou plusieurs, les gens se groupaient entre eux et parlaient des derniers ragots, en parlant très bas pour qu’on les entende pas.

-….Vous avez entendu la nouvelle ? Il paraît qu’il y a encore un maître qui s’est bléssé
-Oui on dit même qu’il a eu une sacrée chance, encore un peu et il aurait pu mourir.
-Tout ça c’est à cause de

En la voyant le type baissa le regard et se mordit la lèvre. Tout cela était mystérieux et Miyuki voulut leur poser des questions, mais on lui tourna le dos. Que cachaient-ils ? Elle voulut insister mais s’essuya de nouveaux rejets. Tous avaient l’air terrifiés. La suite ne fit qu’amplifier le phénomène. Car quelque chose fit soudain l’objet d’une grande agitation. Une foule de curieux s’amassait en direction du pont pour rejoindre le Dojo. Puis des cris, des appels au secours, de la peur. En s’immergeant dans la foule, elle en vit bien vite la cause : deux hommes en tenue blanche transportaient un autre. Ils quémandaient des guérisseurs d’urgence.
Dans le brancard, l’un des leurs était allongé, inconscient, ses membres brisés formaient de drôles d’angles et son visage méconnaissable était rongé par d’étranges champignons...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [PV Miyuki] Le fantôme de nos regrets.   Mer 4 Mar - 22:14

Je me recule et tourne les yeux vers le ciel en réfléchissant à mes mots. Comment demander les détails d'un drame à un enfant sans le brusquer ? Hésitant, je me frotte le menton puis elle remarque que je n'arrive pas à aborder le sujet, elle demande alors de sa voix innocente.

Vous avez changé d'avis ?

Je fronce les sourcils comme si je ne comprenais pas puis ma bouche s'ouvre lentement sans en sortir de mot. Un éclat, une vision, un désir. Je vois son père couché sur un lit et couvert de bandages ainsi qu'elle, installée à son côté.

Oui... Enfin, je ne sais pas vraiment si je peux t'aider, mon avis restera le même sur ça. C'est juste que, pour une raison inconnue je me sens comme obligé de t'aider, pour être sincère.
Oh ?
Oui, ton innocence, ta voix perverse qui fait que l'on croie que c'est le malin déguisé sous son manteau de diable, les événements étranges qui se trament, puis finalement cette fille, Plum. Tu ne comprends peut-être pas, mais tout cela c'est des choses que moi seul peut voir. J'ai ressenti ton désir de m'intimider, tu profites de ton statut de jeune fille pour implorer la pitié des gens, certes ce n'est pas à des faims perverses mais pourtant il y a quelque chose de malsain en toi. Je vais tout de même t'aider, mais seulement parce que j'attends de ta part un service en retour.
T...Tu... Que veux-tu ?
Tu as quel âge ?
Douze ans.
L'âge où l'on se croit tout permis, c'est bien ce que je pensais. Cependant cela ne sert à rien que je te dise ce que je veux avant que je ne t'aie apporté ce que toi tu veux. Au final, j'y perdrai de l'intérêt.


Je ressens alors sa curiosité, son désir de savoir et je souris pour provoquer cette nouvelle naissance. Le poisson a mordu à l'hameçon. Cette fille ne semble pas si innocente qu'elle en avait l'air avec son air dépité, assise sous l'affiche. Néanmoins, pour moi il y a une raison à sa présence, je veux bien croire que les mauvais esprits éloignent la plupart des gens mais pourquoi les attirer avec la pitié ? Je réfléchis un instant et ne trouve pas de réponse automatiquement alors je mets cette question de côté, la gardant pour plus tard et décide de commencer mon enquête.

"C'est un marché conclu ?
-Oui !
-Très bien, je te prie de m'emmener au dojo. Je n'y ai jamais mis les pieds.
-Très bien, suis-moi. Moi c'est Evelyn
-Enchanté, Sylph.
"

Je la suis, elle qui avance avec une démarche semblable à celle d'un fantôme, elle qui sur un ton neutre déambule devant moi, jongle pas à pas entre pied droit et gauche de manière machinale. Ses bras, oui, c'est ses bras qui, inertes, donnent un air nonchalant à sa marche. Tels deux poids qui l'enchaînent à la terre, fardeaux de ce corps pourtant frêle, ils la ralentissent et la guident à la fois. Ses épaules immobiles tentent de se défaire de leur position dans les quelques tournants que nous empruntont mais à chaque fois, ses bras ne bougent pas. Je tente de lui poser quelques questions pour en apprendre plus sur la situation mais elle ne fait que me rapporter les rumeurs. Des mauvais esprits, hun ? Je n'y crois pas une seule seconde et c'est peut être ça mon avantage, c'est peut être ça qui fera de moi le premier à élucider le problème.

Finalement nous arrivons dans la rue menant au dojo et je vois une foule de gens s'affoler quant à la nouvelle qui vient à peine de s'ébruiter. Décidément, cette fille à fait vite pour demander de l'aide aux citoyens de Nemoto. A son âge je serais resté aux côtés de mon père toute la journée mais bon, nous sommes tous différents après tout. J'entends alors ces paroles qui me font directement changer d'avis.

"La plaie s'est rouverte, il faut vite lui apporter les soins d'urgence."

Je vois, il est dans un état critique. Mon attention se dirige vers Evelyn qui ne bronche pas, son regard est devenu plus amer et inquiet mais son visage reste de marbre. Je lui demande gentiment si elle va bien mais elle ne me répond pas. Je la laisse alors ici et je m'en vais interroger les témoins. Au loin une rousse attise ma curiosité puisqu'elle s'est infiltrée dans la foule pour découvrir le corps du blessé. Je ressens son désir, son envie, et je lui souris puis me dirige vers elle, un peu à l'écart du groupe pour l'attendre à sa sortie. Tapotant sur son bras, je l'interpelle.

Mademoiselle, mademoiselle. Je me prénomme Sylph et j'aimerai vous poser quelques questions si cela ne vous dérange pas.

J'inspire un bon coup avant de me lancer, enregistrant son nom dans ma mémoire si elle s'était présentée puis lui pose ma question.

J'ai remarqué que vous souhaitez en savoir plus sur cette affaire, voulez-vous bien faire affaire avec moi.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: [PV Miyuki] Le fantôme de nos regrets.   Jeu 5 Mar - 14:07

Beuh. Une de ses plaies s’était brusquement ouverte, laissant échapper un filet de pus et de sang, et une odeur de renfermé. Un spectacle impressionnant et écœurant auquel Miyuki était impuissante. Elle en bouillait de rage d’être assise là sans rien faire, mais, hélas, c’était une novice en matière de guérison et mal s’y prendre, c’était aggraver son cas. Il se mit à trembler violemment, atteint d’une fièvre fulgurante, il suait à grosses gouttes. Voyant son état s’aggraver, ses transporteurs n’eurent d’autres choix que de le poser à terre, et d’autres blessures mal cousues se rouvrirent. Arg . Il fallait agir vite, et même ayant de minces connaissances, son état laissait envisager le pire…elle ne lui donnait au plus que quelques heures.  Lorsqu’une  des plaies s’était rouverte, Une femme hurla de tous ses poumons :

- AAAAh !  C’est LUI, c’est LUI vous dis-je, c’est l’Esprit, nous sommes tous condamnés !

A son cri, Miyuki s’était retournée. C’était une Anémos phacochère, au visage qui aurait pu être plaisant si elle n’avait pas eu l’idée saugrenue de se couvrir de signes sur toute sa peau. Ses yeux étaient entourés de cernes noires et profondes, causées sans nul doute, en jugea la jeune femme par la peur et une fatigue extrême. Ses nuits devaient être courtes et agitées. La phacochère était affublée de vêtements vieillots, qui croulaient sous le poids de nombreux et lourds colliers, certains dégageant de lourds parfums. Ah, bon sang. Ce genre de personne l’agaçait particulièrement et s’en méfiait comme la peste. En effet, obsédées par la présence d’esprits et de maléfices, elles finissaient par être persuadé d’en voir partout, et en conséquence se couvraient de tatouages, potions et de signes « protecteurs » en tout genre. D’ailleurs leurs obsessions les rendaient particulièrement crédules et tout esprit de raison en était annihilé.  C’est ce qui les rendait dangereux et c’était un vrai problème pour Miyuki  et la rendait particulièrement colérique. Car ces imbéciles se prenaient pour des sauveurs, se mettant à chasser tout et n’importe quoi, jusqu'à tuer en étant persuadé de faire le bien. N’avait-elle pas parlé d’esprit ? D’ailleurs depuis que la phacochère avait prononcé ce mot l’agitation était encore plus grande, et ils firent de nouveau des danses, et se jetaient leurs boues « sacrées » sur leurs visages. Toute cette agitation était malsaine pour le blessé, et au lieu de s’occuper de son cas, ils ne faisaient que perdre du temps, alors qu’il était vital de trouver au plus vite un guérisseur ! Ils parlaient tous d’esprit à présent. Est-ce que les événements qu’ils évoquaient étaient en rapport ? Habitant dans un endroit de la Sylva protégé par les esprits, Miyuki connaissait assez bien cet univers, nourrie d’histoires et de légendes contées par ses grands-mères. Elle en avait même rencontré un par hasard, au cours de ses aventures, particulièrement farceur. Oui, la jeune femme croyait aux esprits mais elle aimait la logique, l’observation. Il fallait garder la tête froide et tout évènement étrange comme celui-là n’avait pas forcément de lien avec les Esprits. Il y avait souvent des explications physiques et logiques. Bon sang, mais pouvaient ils se taire ? A quoi servaient ces égosillements ? La jeune femme, sur ses gonds allait s’énerver lorsqu’un homme, un Phytos d’ailleurs, le fit à sa place :

«  Allons, êtes-vous stupides ? Vous ne voyez pas que cet homme va mourir ? Vous, au lieu d’agiter vos camelotes, allez querir d’urgence le guérisseur ! »

Il était assez diplomate. Qui sait le nombre d’insultes qu’elle aurait sorti s’il n’avait pas parlé à sa place. La situation empira. L’un des transporteurs était en proie à la panique, il agitait son doigt en direction du blessé:

« La plaie s’est rouverte, il faut vite lui apporter les soins d’urgence »

Oh non. Il avait suturé quelques-unes en vitesse mails le fil n’avait pas tenu. Et le temps que le guérisseur arrive, il allait sans doute mourir. Tant pis, elle en tremblait d’avance, mais il fallait agir. Sa grand-mère guérisseuse, lui avait appris quelques bases .Comme il lui manquait de temps de réaliser un nouveau dessin, Miyuki saisit un des anciens  et le modifia pour faire apparaître du fil et une aiguille. D’un autre, elle en sortit des pansements solides. Fiévreuse, la jeune femme prit le désinfectant qu’elle avait sous la main. Sa grand-mère lui avait donné en cas d’urgence. Elle le passa sur les plaies  avant de passer le fil dans l’aiguille. Enfin, couvrit les plaies refermées avec les pansements et lui fit boire une potion fortifiante pour qu’il tienne jusqu'à l’arrivée du guérisseur. Totalement inconscient l’homme ne ressentait aucune douleur.

-Qu’est-ce que vous faites bon sang ?

Un des transporteurs tentait de l’arrêter dans sa besogne.

-Des soins provisoires, j’essaye de lui sauver la vie !

Qui l’avait mis dans cet état ? Etait-ce réellement l’œuvre d’un esprit ? La jeune femme brulait d’envie de résoudre ce mystère.
Un inconnu lui tapota sur le bras. Un jeune homme aux cheveux noirs. Il semblait différent et lui souriait.

- Mademoiselle, mademoiselle. Je me prénomme Sylph et j’aimerais vous poser quelques questions si cela ne vous dérange pas.

Hein ? Des questions ? Elle avait fait quelque chose de mal ? Pourtant il semblait sympathique.

-J’ai remarqué que vous souhaitez en savoir plus sur cette affaire, voulez-vous bien avoir affaire avec moi.

Comment avait-il deviné avec tous ces fous ? Il était perspicace, Miyuki aimait les gens perspicaces. De plus une aide dans cette affaire n’était pas de refus

-Oui effectivement ce mystère me trouble, et j’aimerais le résoudre,  Je m’appelle Miyuki, ravi d’avoir trouvé un partenaire. Oh pardon, j’ai les mains en sang, désolé...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: [PV Miyuki] Le fantôme de nos regrets.   Ven 6 Mar - 17:21

Le calme dans ma voix et l'insouciance même de mes propos font que mon interlocutrice n'hésite pas à me révéler ses intentions. J'ai vu juste et je m'étonne même qu'elle accepte la proposition aussi vite. Mon sourire qui se faisait commercial devient alors sincère, je suis content de faire sa connaissance. Les salutations se font tacitement puisqu'elle présente ses mains couvertes de sang, expliquant qu'une poignée de main ne peut se faire. Mon regard de prédateur observe le liquide et mon sourire s'efface alors pour laisser place à la stupéfaction.

"Oh je vois ! Vous étiez en train de... Soigner cet homme. Excusez-moi d'ailleurs pour cette minable présentation que j'ai faite de moi, c'est juste que je sentais le besoin de vous demander votre compagnie et dans cet élan de précipitation j'avais peur de vous déranger davantage en vous racontant ma vie. "

Mon regard balaye le sol, cherche du réconfort et de l'assurance auprès de la terre avant de remonter et rencontrer à nouveau celui de l'hybrid. Qu'ils sont étranges ses désirs, ils sont vraiment intenses et cela me trouble un peu. Je me sens comme une tâche à côté d'elle car c'est poussé par la pitié que je suis venu aider Evelyn. Pour elle, c'est bien différent, ca se ressent depuis ses entrailles, un gouffre qui aspire à aider les autres muni d'un altruisme sans pareille. Et bien que déconcerté, mes yeux ne reflètent aucun de mes sentiments, regardant la jeune femme tel un chat dont le mutisme nourrit le mystère. Le silence se rompt alors au son de ma voix quand je trouve enfin les mots capables de l'attirer hors de tout ce groupe.

"J'ai cru comprendre qu'ils ne voulaient pas de vous. C'est dommage car je peux ressentir votre motivation et sans prendre en compte vos compétences en soin, je pense que vous seriez un merveilleux atout pour cette équipe médicale. L'envie est une chose principale pour mener les choses à bien, même si l'expérience pèse tout autant sur la balance.

D'ailleurs, je tenais à vous informer que je ne suis nullement impliqué personnellement dans cette affaire. C'est peut être un peu maladroit de me présenter comme ça après ce que je viens de vous dire mais je veux dire par là qu'aucun membre de ma famille n'a été touché par ces soi-disants esprits dont je me permets de douter de l'existence. C'est d'ailleurs pour cette raison que je suis là, pour voir si j'ai raison ou non, pour chercher quelque chose de palpitant et d'utile à la fois.

Enfin, j'avais dit que je ne vous ennuierai pas avec mes histoires alors ne tardons pas si vous voulez bien. Et si on allait vous laver les mains pour commencer ?
"

Je me recule de quelques pas en lui laissant assez d'espace pour sortir du groupe puis fronce les sourcils en voyant les médecins ne rien faire face au corps de l'homme blessé. Il semble qu'ils aient fini la suture mais leur apathie mêlée à la peur créée par les rumeurs ne m'inspire rien de bon, s'ils ne se bougent pas c'est certains qu'il va mourir. Un des médecins rencontre mon regard puis tourne la tête aussitôt avant de partir, emmenant avec lui le brancard supportant le blessé. Je souris à Miyuki pour effacer mon incompréhension puis entame une marche vers la rivière où elle pourrait aller se laver les mains.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: [PV Miyuki] Le fantôme de nos regrets.   Mar 17 Mar - 20:50

Le dénommé Sylph s’éloigna de la foule grondante pour aller vers la rivière. Au lieu de le suivre, elle lui fit signe de la main et partit sans réfléchir au Dojo, car oui, autant se plonger tout de suite au cœur du monument, la source de ces problèmes. Ils devaient sûrement posséder un endroit pour l’hygiène, avec tous les disciples et maitres qu’il y avait là, et puis ses mains seraient mieux nettoyées que dans la rivière. En vérité, elle cherchait une excuse pour entrer et se présenter.

Avant l’arrivée de Sylph, impossible de savoir comment les aborder et se faire entendre, comment se présenter. Maintenant elle l’avait. Autant foncer. Miyuki se buta à deux hommes qui gardaient fermement la porte d’entrée. Craignant cette foule agitée, capable d folies insensées, ils bloquaient le passage. Maligne, Miyuki se précipita et joua l’affolée presque en larmes, tendant ses mains en sang encore dégoulinant. Surpris, ils firent un bond en arrière et flanquèrent un coup dans les grands pans de bois rouge qui ouvrit la grande porte. Ils n’osaient s’approcher, comme si elle était victime d’une contagion. Toujours dans son rôle, la jeune femme fit de grands gestes saccadés, paniqués. Réaction générale : les disciples tendaient tous le doigt vers la gauche, vers une petite porte entre deux murs. En entrant, sa main la tâcha. Bonne nouvelle, sa comédie avait payé, car elle avait réussi à entrer et trouver une superbe pièce où il y avait de quoi se nettoyer !
C’était une salle d’un étrange chic pour un simple dojo, même de cette taille. Tout en bois cuivré, elle était spacieuse et possédait une grande baignoire, un robinet et d’autres meubles de marbre blanc. Miyuki se frotta les mains vigoureusement avec un des nombreux savons colorés à disposition pour en faire partir le sang qui se mettait déjà à sécher. Les mains propres et parfumées, elle chercha Sylph. Elle le vit de loin. La jeune femme était encore troublée par le jeune homme. Il semblait doux et gentil, visiblement motivé à ‘l’aider mais plusieurs fois dans son discours il avait fait allusion au fait de « ressentir » Qu’est-ce que cela voulait dire ? Comme si il possédait quelque chose en plus, qu’il n’avait pas fait de déduction comme le pensait Miyuki. Il dégageait quelque chose de mystérieux .autant lui poser la question. Cependant elle surprit une conversation qui lui fit aussitôt oublier:

«- Maître, encore un accident. Hélas, il semble que cela soit très grave cette fois, les disciples ont peur, ils commencent à se désinscrire à grande vitesse, nous sommes au bord du gouffre ! »

Le jeune homme était très pâle, cerné, parcouru de tremblotis. Il semblait écrasé par la carrure du maître, bras croisés, physique costaud, en plein bouillonnement intérieur. D’abord il ne répondit pas. Il imposa un silence plombant et le jeune homme déjà si courbé se ratatina d’autant plus lorsque le maître lui lança un regard noir. C’était amusant parce que Miyuki se rendit compte en les suivant que le jeune homme était en réalité beaucoup plus âgé, au moins une cinquantaine d’années mais son physique de petit maigrichon le rajeunissait d’une manière impressionnante de loin. Ou bien avait-il un secret. En tout cas il se faisait petit et docile face à un homme au moins aussi âgé que lui.

« J’en ai assez de vos sottises et de vos gémissements, ces disciples sont des idiots il n’y a aucun spectre là- dessous ! Ce sont des coups montés ! Trouvez-moi les coupables, engagez des gens pour vous aider, mais réglez moi cette histoire au plus vite, j’en ai assez que l’on salisse la réputation de ce dojo ! »

Il était rouge. « Engagez des gens ? » ah ; C’était le moment. Surgissant avec un grand sourire, elle se pointa au milieu des deux:

« Bonjour je me nomme Miyuki et je suis avec quelqu’un d’autre, Sylph, c’est son nom. Nous avons entendu parler de cette histoire, nous serions ravi de vous aider. Je sais me battre …

Le cinquantenaire maigrichon offusqué, fit un signe de refus mais le maître l’air toujours aussi ours, n’était pas de cet avis et lui tendit la main.

« Peu m’importe c’est très bien. Vous n’aurez pas besoin de vous battre, nous avons affaire à un mauvais farceur, suivez-moi, je vais vous montrer où tout cela a débuté…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[PV Miyuki] Le fantôme de nos regrets.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [PV Miyuki] Le fantôme de nos regrets.
» Gâteau des fantômes
» Cédric Diggory [ Pouffy-Fantôme ]
» Un fantôme
» [UPTOBOX] Les Fantômes du Titanic [DVDRiP]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Nemoto :: Le Dojo
-