N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Jack le borgne [PV Joshua Ivaran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar




RPG
Âge : 23 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Médicaments, carnet de note et fiole de poison, une aiguille à coudre, une photo de sa famille.

MessageSujet: Jack le borgne [PV Joshua Ivaran]   Jeu 23 Avr - 17:23



Dans sa main, fine et blanche, le papier usé traduisait ce que Radja redoutait le plus. Encore un espion qui avait disparu subitement sans laisser de traces derrière lui. La duchesse émit un petit grognement, agacé, cela faisait bien le troisième homme qu’elle perdait de la sorte et dans le même mois. Elle était frustré, excéder devant sa propre impuissance, fatiguer de voir tous ses hommes disparaitre sans aucune raison.

« Aucune raison » ? Mensonge, Radja savait pertinemment qu’ils ne la trahiraient pas ainsi, elles les payaient trop cher pour cela. Suite à la disparition du premier homme, la jeune femme avait envoyé le second se renseignez à son sujet, il lui avait rapporté que l’homme avait harpant les Ghettos avant de subitement disparaitre et quand cette dernière lui avait demandé plus de précision, il avait disparu à son tour. Ce n’est que le dernier espion qu’elle avait envoyé qui lui avait rapporté la présence d’un étrange établissement nommé « One-eyed Jack » avait ouvert et que de sanglant combat s’y déroulerait. Intriguer, la duchesse avait renvoyé l’espion à sa mission et s’était penché sur le sujet avec plus d’attention. Elle n’eut guère de mal à découvrir qui avait été Jack Reapper et son jolie petit nez se fronça en apprenant ce qu’il avait fait subir à nombres de ses invités. Comment pouvez-t-on être aussi tordu ?

Et c’est à ce moment qu’une lettre arriva en urgence, dérangeant la délicates duchesse dans ses recherches littéraire et lui annonça la disparition de son troisième homme. Ne pouvant plus supporté que des insectes trop audacieux l’empêche de savoir ce qu’il se passe dans leurs quartiers couvert de boue noir et sentant l’urine à plein nez, estimant également qu’ils devraient se réjouir qu’elle accepte encore de leur vendre tes tonneaux d’alcool. La blanche décida de s’y rendre par elle-même accompagné d’un garde du corps et  d’une large cape bleue nuit à capuchon pour rester discrète malgré ses longs cheveux blancs, et malgré le fait que la cape soit fait en velours. Sa propre discrétion n’était pas son fort, après tout elle était une femme d’intérieur, celle qui vivait entre trois piles de paperasse bien empiler et qui faisait rentré l’argent dans les caisses, cependant bien que l’idée de descendre dans les ghettos ne lui plaisait guère elle devait se déplacer, au moins pour assurer du nom de sa maison.

Le lendemain soir, elle était descendue dans les ghettos, comme prévue en charmante compagnie d’un garde du corps. Elle fut prise de nausée, à la fois à cause des ponts en bois qu’elle jugeait peu sûr et qui instaurait une distance avec le sol bien trop grande et flou à son gout. La duchesse n’avouerai surement jamais être atteinte de vertige, car d’être malade de naissance lui suffisait amplement, cependant elle ne pouvait s’empêcher de n’avoir pas pensé à prendre des médicaments contre ce mal. Elle portait un mouchoir blanc à sa bouche, à la fois pour essayer de diminuer ses envies de vomir, mais également pour couvrir son nez fragile qui ne supportait plus que les délicates senteurs des jardins et des rues d’Anathorey, pour Radja venir dans les ghettos était un défi olfactif. C’est ainsi qu’elle bénit la vue de l’établissement, même la lumière jaunâtre qui émanait de ses petites fenêtres n’était là que pour accentuer la réputation du petit bâtiment.

Et c’est alors qu’elle manqua de s’évanouir en pénétrant dans le petit édifice. Si son garde du corps n’avait pas été là pour la maintenir dehors, elle serai tombé à la renverse suite à la découverte des charmantes vapeurs de sueur, d’alcool, de nourriture et de bois sec qui caractérisait une taverne digne de ce nom. Elle jura tout bas de se laver deux fois en retournant chez elle et de parfumer toute sa demeure de parfum de lavande, de rose et de mente pour lui faire vite oublier ce cauchemar. Elle en vint à se demander comment pouvait-on survivre dans un tel environnement, comment ses boissons si délicates pouvaient arriver ici ?  « J’aurais dut investir dans un bordel finalement », maugréât-elle mentalement.

Son « ami », fidèle employer qui suit et protège tant qu’on donne certaines somme d’argent à la fin du mois, la poussa discrètement vers une table de bois où elle put s’assoir sur l’un des larges bans de bois. Soufflant, respirant, retrouvant son souffle à travers un petit chiffrons clair. La nuit risquait d’être diablement longue pour la jeune noble qui se sentait déjà fatiguer par le trajet jusqu’au lieu de disparition de ses espions.

Le glas semblait sonner soudainement, comme une brise discrète mais bien présence, insistant les clients du One-eyed Jack à s’enfoncer encore plus profondément dans l’établissement dont les ombres mouvantes n’inspirait rien de bon. Radja émit un soupire et se força à se relever, en prenant appui sur sa table de bois, bien qu’elle la jugeait crasseuse, et elle rejoignit le reste du petit attroupement au fond du bâtiment. Elle prit soin de tiré sur sa capuche, enfonçant sa tête à l’intérieur de celle-ci, tant que cela camouflait la moindre petite mèche blanche de sa longue chevelure. Cela la décoifferait, mais elle devait faire un effort pour découvrir que devenait ses chers espions. L’attroupement avait formé une sorte de cercle, arène de combat improvisé au milieu de laquelle se trouvait un homme à la posture bien droite et à la voix portante.

- Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, bienvenu cette nuit encore au One-Eyed Jack ! Ce soir, un duel à mort aura lieu, comme organisait jadis notre cher Jack Reapper. – Il y eut quelques sourires et chuchotement à l’entente de ce nom, mais Radja n’en fit rien. -  Allez, veillez faire quelques applaudissements pour nos deux cobayes de ce soir !

Tous, ou presque, se mirent à claquer des mains. Pour se mêler à la foule, la duchesse en fit de même bien qu’elle ne fut pas enchantée d’apprendre ce qu’il se déroulait au fond du ghetto. Son visage de poupée restait impassible, attentive à tout ce qui l’entourait – si l’on faisait objection de l’odeur qu’elle c’était juré d’ignoré – et quel ne fut pas sa surprise quand elle vu débarquer, maintenue par la forte poigne d’un homme bien plus grand que lui, son cher petit espion qui avait disparu le jour d’avant. Elle se serait bien jeter sur lui et l’aurait bien emmené loin de ce combat mortel, mais elle devait rester discrète. De plus, le plancher était difforme et menaçait de la faire tomber à chaque gestes trop vifs, pire encore elle pourrait se retrouver au milieu du combat et être blesser. Non, finalement elle le regardera mourir pour être sûre de ce qui avait été annoncé, tant pos pour l’espion qui disparaissait. Pour Radja, il faudrait qu’il se dise qu’il a bien accomplit sa mission et que tout ce que sa maitresse avait vu serait transmis avec toutes ses amitiés au prince Faust, car après tout, n’était-ce pas lui qui gérait la sécurité de Nordkia ?

Détournant le regard de son ancien espion, avant que ce dernier ne sente un regard oppresse sur ses épaules, elle contempla celui qui serait son adversaire. Il ne lui dit absolument rien, pourtant la dégaine de ce jeune homme provoqua un petit pincement sur le cœur froid de la duchesse. Il lui faisait visiblement pitié, et elle en vain à l’apprécier quelques peu, malgré sa mort prochaine. « Enfin, ne dit-on pas qu’il faut se méfier des apparences » pensa la duchesse en soupirant, « maintenant il va falloir sortir discrètement d’ici ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Jack le borgne [PV Joshua Ivaran]   Sam 25 Avr - 14:41

Il vient toujours un moment de relâchement. Quelque soit l'attention dont on peu faire preuve, quelque soit l'ardeur que l'on met à regarder par dessus son épaule, il vient toujours un moment où l'esprit se fatigue et fait naître un faux sentiment de sécurité. C'est à cet instant que vous êtes le plus vulnérable. C'est précisément à cet instant, à ce simple relâchement que tout peut arriver. C'était ce que découvrait Joshua, bien trop tardivement alors qu'il se débâtait comme un diable dans le filet qui s'était abattu sur lui…

Quelques jours plus tôt, il avait quitté les terres des Abberline. Les rencontres qu'il y avait faites avaient laissé au jeune homme un sentiment d'incertitude quand à son prochain. Il apprenait seulement à découvrir les individus d'Origin, lui qui les avait seulement appris par le biais de vols, de mensonges et d'agressions. Jusque là, la gentillesse et la bonté étaient pour lui notions abstraites sur lesquelles il ne pouvait mettre de définition précise. Enfin, malgré tout son esprit lui rappelait toujours que tout ce qu'il avait vu n'était peut-être qu'illusion. Comme l'avait été Alice.
Quoi qu'il en soit, Joshua s'était remis en route, cherchant toujousr à fuir ce passé qui, il en était sûr, le pourchassait. Le paria ne pouvait prendre le risque d'être rattrapé par Ewan et sa bande, sachant que ses pires cauchemars n'étaient que promenades de santé comparé à ce qu'ils lui feraient subir.
Pourtant, personne ne semblait le poursuivre. Pas d'ombre au coin des rues, pas de mouvement dans les bosquets. Quelque part, Joshua finit par se dire qu'il avait échappé au pire, qu'il avait réussi à les semer, sans trop y croire… Jusqu'à ce que son inconscient impose cette pensée à son esprit et que le paria commence à faire moins attention à ce qui l'entourait pour souffler un peu. Jusqu'à ce qu'un filet ne s'abatte sur lui et que la peur à l'état pur lui déchire l'estomac.

Hurlant comme un sauvage, le jeune homme tentait de déchirer le filet de ses membres frêles. Une entreprise que d'aucun jugeraient impossible, mais Joshua ne pouvait se résoudre à laisser tomber. Si seulement il avait put saisir ses dagues, mais la corde restreignait ses mouvements. Il était parvenu à fuir Nordkia, à fuir Ewan… A deux doigts de la liberté, il ne pouvait se permettre de mourir comme un chien.
Dans ses hurlements il entendit des pas s'approcher du piège. Des rires s'élevèrent devant ses pathétiques tentatives. « Nan mais regardez-le, il pense vraiment pouvoir s'échapper? » S'arrêtant soudainement, Joshua tourna les yeux vers ces hommes qui venaient d'arriver. Leur voix ne lui disait rien. Pourtant il était sûr de connaître chaque membre du groupe d'Ewan, il avait vécu parmi eux pendant suffisamment d'années pour ça. Vêtus de cape noires dont les capuches pendaient dans leur dos, les hommes posaient sur lui un regard cruel tandis que des sourires torves dévoilaient leurs chicots gâtés. Non, décidément, ce n'était pas les hommes d'Ewan. Ils semblaient bien plus dangereux qu'eux.
« Allez les gars, on retourne au Jack, le patron sera content de voir venir de la chair fraiche pour les invités de ce soir ! » lança celui qui semblait être le chef du petit groupe après avoir constaté avec une mimique déçue que leur prisonnier ne semblait plus vouloir se débattre. Acquiesçant, les autres entreprirent de se saisir du filet et soulevèrent le paria. Quelques secondes  plus tard ils le déposaient, ou plutôt le jetaient, dans une carriole tirée par des kokobots.
Étant enfin sûr qu'il ne s'agissait pas des hommes d'Ewan, Joshua se sentait l'esprit plus clair. Il n'allait peut-être pas mourir de suite. Il lui fallait être attentif, peut-être qu'une opportunité de fuir se manifesterait. Il lui faudrait alors la saisir sans attendre, ces hommes n'avaient pas l'air d'être du genre à plaisanter…

« Tu as compris ? Tu vas te battre dans cette arène. Tu perds, tu es mort. Tu gagnes, tu vis. C'est aussi simple que ça. Et tu as intérêt à montrer un spectacle intéressant à tout ce beau monde sinon... » Dans une sorte de petit couloir en bois, Joshua était face avec un homme au visage couturé de cicatrices qui lui crachait au visage une haleine fétide mêlée des explications quand à ce que l'on attendait de lui. Un combat à mort. Joshua sentit son cœur se serrer au fond de sa poitrine. Ne pouvait-il donc pas échapper à cette route emprunte de sang ? Mais il devait survivre. C'était tout ce qui importait. Le jeune homme devait devenir ce qu'Ewan avait fait de lui lorsqu'il l'envoyait collecter ses dettes.
La respiration saccadée, Joshua enfila le masque qui pendait à sa ceinture. Un masque qui l'aidait à barricader son esprit derrière une muraille impitoyable. Pour survivre. « C'est bien ça, tu comprends vite petit ! Le public va adorer ça ! » lui fit l'homme en réponse avant d'ouvrir la porte du couloir. L'espace exigu menait sur une arène improvisée autour de laquelle s'entassait des dizaines et des dizaines d'üniks en mal de sensations. Les visages étaient déformés par l'appel du sang et de la violence. Au milieu de l'arène, un homme se repaissait de ces cris, haranguant la foule d'une voix forte. Doucement, Joshua entra dans l'arène, son œil noir à l'iris sanguine parcourant ce paysage qui pouvait être son dernier. Derrière la barrière de son masque sa respiration s'était faite plus calme, plus profonde. Celle d'un prédateur à l'affut. Son adversaire était face à lui, son regard cherchant du soutient où il pouvait le trouver. Dans ses yeux brillait un fond de peur et une envie de vivre presque aussi forte que celle du paria.
Par habitude, Joshua porta sa main à ses dagues pour découvrir avec surprise qu'elles étaient encore là. Mais finalement, ce n'était pas si surprenant que cela. Ces hommes voulaient du sang après tout. Ses deux mains vinrent donc finalement se poser sur les manches, dégainant fluidement les lames. Comprenant finalement qu'aucune aide ne lui serait apportée, L'homme en face de lui dégaina à son tour une fine épée avant de se mettre en garde.
Mus par un signal que seul eux semblaient percevoir, les deux hommes s'élancèrent l'un vers l'autre sous les cris de joie de la foule. L'acier fendit l'air, traçant des courbes brillantes desquelles jaillissaient des nuées d'étincelles. Malgré tout les armes ne semblaient jamais trouver de points vitaux car si l'homme avait pour lui la force et une certaine science des armes, Joshua avait pour lui la finesse et l'agilité. Enfin la dague du jeune homme trouva le chemin de la chair de son ennemi.Le tranchant taillant la peau, du sang s'envola jusque dans le public. Ses poumons cherchant désespérément de l'air dans le flot de sang, l'homme porta ses mains à sa gorge. En sueur, des perles carmins s'écoulant des dizaines de blessures courant sur sa peau, Joshua fouetta l'air de ses armes avant de les rengainer. Mais quand il releva les yeux vers son opposant, il vit avec surprise ses chairs se refermer doucement. Son dzêta… Dans un rugissement sauvage légèrement étouffé par son masque, Joshua se jeta sur son ennemi. A peine ses mains touchèrent sa peau que les soins s'interrompirent. Inconscient de son pouvoir, ou plutôt de son sin, le jeune homme mis cela sur le compte de la surprise. Et puis après tout, quelle importance ? Avec violence, ses poings s'abattirent sur sa victime dont les mouvement se faisaient de plus en plus faibles à chaque coup. Finalement, l'homme inerte sous lui, Joshua laissa ses bras retomber le long de son corps, son visage haletant levé vers le ciel. Il avait survécu...
Revenir en haut Aller en bas
avatar




RPG
Âge : 23 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Médicaments, carnet de note et fiole de poison, une aiguille à coudre, une photo de sa famille.

MessageSujet: Re: Jack le borgne [PV Joshua Ivaran]   Lun 15 Juin - 16:04


Il lui semblait affreusement amaigrit et le masque qu’il portait provoque une crainte malvenue chez la duchesse, qui se rappela par la suite qu’elle n’avait rien à craindre de cet homme qui allait surement mourir par la main de son espion en qui elle avait une totale confiance de ses capacités. Ainsi, quand le combat commença la blanche s’attendait à voir le combat se finir rapidement. Il n’en fut rien, car les deux combattants se battaient tout deux pour la même chose, sous les hurlement d’encouragement des dockers euphoriques à l’idée de voir les tripes s’étaler sur le sol poisseux de la taverne, vivre et survivre encore à ce combat pour pouvoir rendez chez eux. Un dzeta fut activé, des coups de poings échangé pour finalement laisser au milieu de cette scène macabre un jeune garçon aux mains couverte de sang.

Alors que des cris triomphant retentissait entre les murs de la bâtisse, la duchesse restait muré dans le silence à contemplé ce jeune homme aux cheveux clair qui venait d’assassiné son espion disparu. Elle savait qu’il fallait se méfier des apparences, mais voilà que le diction qu’elle avait si souvent chéri s’illustrait parfaitement avec ce petit bout d’homme aux mains rouges. D’où venait-il ? Qui était-il ? Qu’allait-il devenir ? Elle qui était venu pour retrouver son serviteur disparu et prendre connaissance de cette baisse d’activité économique, voilà qu’elle découvrait un homme qui n’avait pas sa place ici. Il avait l’air si jeune que Radja fut peiné de le voir ainsi, mais tel était la triste vie des Dockers qui n’étaient loin d’être chouchouté par la princesse Ulhtia. Elle sera les dents, la duchesse n’appréciait pas le moins du monde la princesse, autant pour ce qu’elle était que pour les actions qu’elle entreprenait vis-à-vis des Dockers. Ce n’était pas en les brusquant qu’on obtenait quelques choses d’eux, c’était pourtant évident, mais visiblement pas assez clair pour la princesse.

Un mouvement aux coins de ses yeux attira l’attention de la jeune duchesse et en tournant la tête, vers ce regard oppressant qu’elle s’entait sur ses maigres épaules, elle fut affligé de reconnaitre un noble qu’elle n’appréciait guère. En croisant son regard, ce dernier eut un grand sourire et fit mine d’être heureux de voir sa compatriote en ses lieux. Radja se demanda ce qu’il pouvait bien faire ici, ce fou serait-il donc amoureux de ce genre de divertissement ou serait-il l’investigateur de cette mascarade ?

- Dame Thalionwen, que faite vous donc ici ?

Il parlait doucement malgré les cris, mais le combat terminer certains parieurs s’écartait de la zone pour aller commander un verre d’alcool bien mérité ou compté l’argent qu’ils venaient de gagner si facilement. La duchesse n’aimait pas les paris, c’était une façon bien trop facile pour gagner de l’argent et, en plus de cela, dépourvu de logique. Tout reposait sur de la chance la plupart du temps. Radja resserra les pants de sa cape autour de son visage, pour s’assurer que sa chevelure blanche ne soit pas aussi remarquer que celle du combattant qu’elle venait d’admiré, et répondit à son interlocuteur le regard sévère.

- Il s’avère que plusieurs de mes hommes ont disparu, je voulais voir quel en était la cause. – fit-elle avec un ton froid.
- Oh, vous ne venez donc pas admirer les prouesses du One-eyes Jacks ! Que c’est regrettable, je pensais que cela vous plairait. Etes-vous venez seule, duchesse ?
- Pour qui me prenez vous ?

Duchesse. S’il avait pris soin de dissimuler le titre de Radja a sa première question, il ne le cachait plus à présent, affichant une hostilité réciproque entre les deux membres de la noblesse. Radja aurait adoré lui faire couper la tête, ou alors lui servir du cidre empoisonner, mais ce n’était pas l’heure de faire les malins. Elle était accompagné d’un garde du corps massif, mais elle était entouré de dockers qui avait approximativement la même carrure et au vu de ce qu’elle venait de voir autant dire qu’elle n’avait pas du tout confiance quant aux capacités de son protecteur. Le noble se mit à glousser, rien de rassurant pour la duchesse qui souhaitait s’enfuir le plus rapidement possible, car maintenant qu’elle savait de ce qu’il se passait, elle n’avait plus cas aller avertir les autorités et verser quelques pièces d’or en cas de besoin. Cependant, le comte en face d’elle ne semblait pas de cet avis, préférant largement son petit plaisir macabre à la bonne santé de la duchesse, il tendit le bras pour la saisir. Le garde du corps de la duchesse Thalionwen réagit aussitôt en arrêtant son geste et en le foudroyant du regard, menant le compte de lui tordre le bras en cas de persévérance.

- Je souhaitais juste invité la duchesse à voir un verre, voyons.
- Je ne le désir aucunement, allez voir ailleurs je vous prie.

Elle fit demi-tour et s’éloigna du comte aussi rapidement qu’une démarche normal pouvait le permettre. Un empressement soudain pourrait être mal vu, surtout que le geste brusque de l’homme qui l’accompagnait avait attiré quelques regards malvenus. Contre toutes attente, la duchesse ne se dirigea pas vers la sortie, après le combat qu’elle venait de voir cela aurait révélé ses intentions aux grands jours et l’aurait nuit. Au contraire, elle s’approcha du jeune homme qu’elle venait de voir combattre, sans même jeter un regard sur le cadavre sanguinolent de son homme de main dont elle oublia jusqu’à l’existante. Ce dernier, les mains encore couverte de sang, semblait occuper avec un homme aux cheveux bruns qui lui parlait avec un sourire enthousiasme. Il devait surement être heureux et époustouflé par ce dont le petit homme en face de lui avait été capable de faire. Cependant, qu’il soit en pleine conversation avec ce dernier n’empêcha pas Radja d’approcher, de se raclé la gorge pour attirer l’attention de l’adulte et de lui couper la parole sans aucune gêne dans le but d’arriver à ses fins.

- S’il vous plait ? Puis-je m’entretenir avec le vainqueur ?

Par « vainqueur », elle entendait aussi « prisonnier ». Si son espion, qu’elle payait grassement, avait été entrainé ici pour être finalement tuer, c’est qu’on l’avait capturé et obliger à faire cela. Elle ne voyait aucune autre solution. Pour appuyer ses propos, et surtout sa demande pour le moins urgente, elle regarda son interlocuteur droit dans les yeux, dénotant ainsi sa détermination. Elle voulait parler à ce jeune homme et elle y arriverait, si son regard persuasif ne suffisait pas elle avait toujours quelques pièces dans sa poche de toute façon, et elle ne réfléchirait pas longtemps avant de les utiliser. Son garde du corps pouvait être aussi efficace qu’elle le voudrait, le compte qu’il retenait pouvait l’être tout autant.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jack le borgne [PV Joshua Ivaran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Technique du Jeune Jack
» rescue Jack Russel
» Jack Skellington
» fiche technique jack rellon
» Jack Layton est mort
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Urban City
 :: Nordkia :: Les Ghettos
-