N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Le Dernier Paradis. [SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: Le Dernier Paradis. [SOLO]   Sam 25 Avr - 18:20


La semaine était passé rapidement après que Diya ai laissé l'Hybrid derrière elle. S'étant promis de se revoir lorsqu'ils auraient trouvés des réponses et de communiquer par lettres de temps à autres chacun avait reprit son chemin. La demoiselle s’était finalement décidée à retourner au village qui l'avait vu naître. Malgré les doutes et la crainte d'être rejetée par ses parents après ce qu'elle avait fait lors de son départ son être lui réclamait  des réponses. Et sa conscience lui criait qu'elle devait mettre les choses au clair au lieu de rester dans cette confusion infantile qui lui laissait un goût amer. Elle devait se tourner vers son passé pour pouvoir profiter du futur, c'est ainsi qu'elle se représentait la chose.

En arrivant en vue de la clôture de bois qui entourait la dizaine de maisonnées composant le village, Diya fit ralentir Luminéa, son kokobot, d'une légère pression des talons. L'animal semblait nerveux, mais pas autant que sa maîtresse. Cette attitude mit la demoiselle en garde, si sa monture était mal à l'aise c'est qu'il devait se passer quelque chose non loin. D'un geste fluide la Cyborg descendit du monstre et saisit sa bride pour le guider vers l'attroupement qu'elle venait de repérer sur la place centrale. Les dirigeants, dont son père, semblaient en grande discussion avec les villageois. Diya repéra quelques visages connus, et même certain qui avaient bien changés. Personne ne remarqua son arrivée et elle noua les rênes de Luminéa à une clôture avant de s'avancer d'une démarche souple et assurée jusqu'à l'attroupement.

Des regards se tournèrent vers elle et soudain le silence tomba sur la clairière. Certains détournèrent les yeux, comme dégoûtés, d'autre la fixèrent sans comprendre ce qu'elle faisait là. Certains, mêmes, crachèrent à ses pieds. Elle allait regretter d'être venu lorsque la voix autoritaire de son père s’éleva :

" Il suffit."

L'homme dont les cheveux grisonnants témoignaient des années passées s'avança vers la Qantik et déclara calmement, presque trop doucement :

" Va a la maison, ta mère dois être dans le jardin, je vous rejoins dans quelques minutes."

Ses yeux reflétaient tant de tendresses et de regrets que la jeune femme se contenta de suivre ses indications, tournant le dos à tout ces Hybrids haineux sans une once de culpabilité. Elle n’était pas là pour eux et n'avait rien à leur dire, elle espérait seulement ne pas attirer d'ennuis à ses parents en se pointant ici comme la cerise sur le gâteau. Ses pas la menèrent à la bâtisse de bois dans laquelle la demoiselle avait fait ses premiers pas. En passant le portail ou la peinture blanche s’écaillait un élan de nostalgie s'éprit d'elle. Si seulement la Cyborg n'avait jamais eut cet accident elle serait toujours ici, mais ce serait sa place légitime. Aujourd'hui elle n’était qu'une étrangère en ces lieux. Le jardin toujours aussi fleurit lui rappela ces journées passée à observer sa mère s'occuper de chaque plante, leur procurer tendresse et soin pour qu'elles s'épanouissent. Arrivée devant une arche de bois sur laquelle poussait un rosier grimpant la demoiselle caressa du bout des doigts les marques gravée sur celui-ci ainsi que les âges indiqués à chaque petit traits. Le dernier s'arrêtait à quinze ans.

Un bruit sourd retentit non loin et Diya se tourna vivement, prête a contre attaquer si elle se sentait menacée, mais sa mère apparut devant elle. Ses longs cheveux étaient parsemées de mèches blanches et la Qantik s'en voulut immédiatement de lui avoir causé tant de souci. La femme se précipité vers elle et la prit dans ses bras, la serrant à l'en étouffer, ses murmures entrecoupés de larmes serrèrent le cœur de la jeune femme.

" Je ne pensais jamais te revoir, tu m'as tellement manqué Diya, ma fille, ma toute petite fille."

Les mains de la demoiselle se posèrent sur le dos de la femme au teint hâlé. Elles faisaient désormais la même taille et malgré les cheveux courts de Diya leur ressemblance était frappante. Quand la femme l'eut lâchée elle s'écarta de quelques pas et l'observa puis ajouta, émue :

" Tu as tellement changé, tu es devenue une femme magnifique."

Le compliment fit rougir la demoiselle et quand sa mère prit ses mains dans les siennes elle redevint la fillette timide et complice qu'elle regrettait tant. La Phytos l'invita à entrer et alla préparer du thé. Elles parlèrent de tout et de rien, des nouvelles du monde, du temps qui s’était écoulé, de ce que chacune avait fait. Ainsi la Qantik apprit que son père, ainsi qu'un autre homme, avait prit la tête du village et que la prospérité de ce dernier n’était plus a craindre, elle même lui raconta ses péripéties dans le Sidhe et en Urban City. Plusieurs fois sa mère retint un cris de terreur lorsqu'elle parlait de ses combats terrifiants où elle avait craint de trouver la mort. Mais finalement la femme semblait d'avantage soulagée de la trouver ici en pleine santé après toutes ces aventures. La porte claqua et son père les rejoins dans la pièce. Il s'excusa pour son retard et tendit à sa fille une petite boîte ronde fermé par un ruban écarlate. La demoiselle perçut le changement d'atmosphère immédiatement. Quand sa mère prit la parole ses yeux s'emplirent de tristesse et des larmes retenues difficilement s'amassèrent aux coins de ses si beaux yeux :

" Il faut que nous t'annoncions un malheureux événement. Ta grand-mère est morte il y a deux semaines. Nous ne savions comment te joindre ou te trouver ... pour pouvoir te l'annoncer. Je sais que tu tenais beaucoup à elle. Elya à laissé cette boîte et une lettre pour toi."

Plaçant la main devant ses lèvres pour empêcher un sanglot de lui échapper la Phytos lui tendit une enveloppe et Diya la décacheta pour en lire le contenu :

" Ma chère petite Diya,

Je me fait vieille et depuis ta disparition je n'ai trouvé personne avec qui parler comme je le faisait avec toi, nul doute que personne ne m'a jamais tant manqué. Néanmoins j'ai exaucé notre vœux, tu te souviens ? Nous voulions créer un paradis ou la paix pourrait s'épanouir, où tous seraient les bienvenus. Je l'ai fais, même s'il ne doit plus être en très bon état au moment où tu liras ces mots. Je veux que ce soit toi qui le reprenne, parce qu'il n'y a que toi qui puisse comprendre la véritable valeur de ce lieu. Ta mère sauras t'y mener. Je ne veux pas que tu te sente obligée d'accomplir le rêve de la vieille illuminée que je suis, mais rien ne me rendrais plus heureuse que de voir le Dernier Paradis retrouver sa gloire d'entant. Rend toi à Anathorey, trouve Madame Draspery et montre lui la lettre se trouvant à l’intérieur de l'enveloppe, si tu décide de reprendre ton destin en main elle t'aidera.

Ta grand-mère qui t'aimeras toujours,
Elya."

Une larme roula sur la joue de la Qantik, qui ne fit rien pour retenir le chagrin qui lui étrennait le cœur. Elle choisit d'accepter sans même savoir de quoi il était question. Elle irait trouver cette femme même si l'idée de retourner à Anathorey lui déplaisait. Elle devait au moins ça à sa grand-mère. Elle saisit ensuite la petite boîte que lui tendait son père et l'ouvrit après avoir défait le ruban. Une barrette en argent représentant un cœur y trônait, posée sur un coussinet de satin, accompagnée d'un petit mot.

Sois qui tu veux mais n'oublie pas d'être toi même.

Elle demanda ensuite à sa mère, les yeux emplis de détermination de la mener au lieu dont il était question dans la lettre. La femme hocha la tête après avoir jeté un coup d’œil à son mari et se leva en prenant la main de sa fille dans la sienne.

" Suis moi."

Traversant le village sans prêter attention aux passants elle monta sur son Kokobot et invita Diya à faire de même. Ainsi la demoiselle alla détacher Luminéa et bondit en selle. Le trajet à travers bois dura plus d'une heure, malgré la rapidité des montures mais bientôt elles pénétrèrent dans un sanctuaire naturel entourée de hauts remparts rocheux d'où se déversaient de puissantes cascades. Le souffle coupé par la majesté du lieu le regard de Diya tomba sur une imposante bâtisse rongée par le temps et la végétation. Un panneau de bois ornementé de gravure indiquait "Dernier Paradis". Sans doute était ce le nom du bâtiment. L'Hybrid lui expliqua ce qu'elle savait :

" Elya à tenu cet hôtel pendant dix ans, elle avait de nombreux clients de tous les horizons et était tellement fière quand elle disait que chez elle la race importait peu, que tous étaient égaux et parvenaient à s'entendre. Quand elle est tombée malade personne n'a voulu reprendre l'affaire, ta grand-mère a repoussé les personnes voulant transformer l'endroit en disant que seul toi pouvait lui rendre sa gloire passée. Vous avez le même caractère de cochon toutes les deux, j'avais l'impression de te voir quand je la regardait. Tu nous as manqué tu sais ? J'ai conscience que tu ne pourras jamais me pardonner ce que je t'ai infligé ... Mais je ne pouvais pas me résoudre à te laisser mourir."

Diya resta sans voix, tant par la beauté du paysage qui s’étendait sous ses yeux que par les mots que venait de prononcer sa mère. Finalement elle réussit à lâcher l’hôtel des yeux pour poser son regard sur la femme avant de déclarer, émue :

" Je ne t'en veux plus. Je suis venue pour m'excuser de la façon dont je suis partie, je n'avais pas le droit de me conduire de manière si égoïste, tout le temps passé loin de Sylva m'a permit d'accepter la personne que je suis devenue. "

La Qantik fit avancer le Kokobot jusqu'au panneau de bois et descendit. Sa main se posa sur la surface lisse et couverte de mousse et elle lança de façon forte et déterminée :

" Je vais accepter la mission que m'a confié Grand-mère, je vais réparer le Dernier Paradis et lui offrir une seconde vie, en sa mémoire."


La jeune Cyborg sortit la boîte de son sac et pinça la barrette dans ses cheveux émeraude. Aussitôt ces derniers s'allongèrent jusqu'à caresser le sol, utilisant le ruban écarlate pour nouer la première couette elle sortit ensuite de sa poche un ruban aussi noir que le charbon et attacha le reste de sa longue chevelure de l'autre coté. Elle était prête à mener cette vie. Sa grand mère avait raison. Elle pouvait être qui elle voulait ! Et cet accessoire emplit d'une étrange magie allait lui être bien utile.

Se tournant, tout sourire vers sa mère elle remonta d'un geste souple sur le dos de Luminéa et le regard emplit de fierté de sa mère lui fit chaud au cœur. Elle devait maintenant se rendre à la capitale d'Urban City y trouver cette Madame machin-chouette-chose pour elle ne savait quelle raison. En passant près de sa mère elle l’étreignit brièvement et lui promit de revenir les voir au village. La femme aux yeux si doux lui souhaita bon courage et d'un coup de talons Diya lança sa monture droit vers Anathorey. Un nouveau défis l'attendait : Rendre au Dernier Paradis ses clients, mais il y avait tant à faire ! Elle devait trouver de l'aide ! Le vent faisait voler ses cheveux en tout sens, elle se sentit revigorée, comme si la simple vue du lieu lui avait apportée une énergie nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Le Dernier Paradis. [SOLO]   Mer 14 Oct - 18:15


A la base cette vieille bâtisse abandonnée et rongée par la végétation fut découverte au détour d'une immense cascade, cette dernière couvrant les bruits alentours offre une discrétion aux voyageurs désirant s'éloigner des villes, et l'eau douce qu'elle apporte en masse permet d'avoir une réserve naturelle à portée et de créer un système d'irrigation pour de futures cultures. Le lac dans laquelle s'écoulent les cascades semble regorger de poissons, source de nourriture qui sera utile aux Originaires. Construite à flanc de roche au milieu de la luxuriante Sylva, la terre fertile entourant le lieu promet une richesse de minéraux dont les cultures auront également besoin. Ce lieu masqué à la vue de tous par d'immenses cerisiers centenaires et d'imposantes falaises de grès semble de prime abord difficile d'accès et tomber à cet endroit pas hasard parait impossible. Ainsi seules les habitants des villages alentours sont capable de vous y mener car seules quelques personnes en connaisse le chemin.

Le bâtiment en lui même semble avoir accueillit beaucoup de monde autrefois mais il n'en reste aujourd'hui que les fondations et murs, l'intérieur lui à été dévasté par l'humidité et les herbes folles. Ici et là de vieux meubles ont résisté aux affres du temps et pourront être retapés avant d'être réutilisés. Composé de trois étages, une ancienne source chaude semble jaillir de la roche à l'arrière, mais le bassin s'étant à demi écroulé ne retient désormais plus le liquide translucide. A moins de trouver un moyen de boucher la fissure naturelle par laquelle jaillit l'eau pour pouvoir nettoyer le bassin et rétablir son pourtour il parait dur de la remettre en état actuellement.

Le premier étage du bâtiment est consacré à des chambres de diverses grandeurs, le plafond semble résistant et les pièces pourront être rénovées et débarrassées des mauvaises herbes avec un peu d'huile de coude. Le deuxième étages semble accueillir une ancienne bibliothèque contenant de nombreux ouvrages qui ont été rongés par l'humidité, certains restent néanmoins lisibles et en triant bien on devrait pouvoir rétablir un semblant d'ordre dans la pièce. De grande cartes accrochées aux murs dont la tapisserie colorée à perdu son éclat d'entant pourront être redessinée mais devront sans doutes êtres vérifiée avant d'être pleinement utilisées. Cette ancienne bibliothèque sera transformée en salon afin d’accueillir les visiteurs désirant calme et tranquillité. Un grand couloirs sépare cette pièce d'une grande salle où des tables et d'anciennes chaises en mauvais état sont couvertes de poussière, certaines semblent même cassées. Au fond de la pièce se trouve des fourneaux séparés de la salle par un muret en pierre. Un fois restaurée cette salle fera office de salle à manger où convivialité sera synonyme de bonne cuisine.

Enfin au dernier étage se trouvent encore des chambres, plus petites, celle-ci possède juste assez de place pour ajouter une couchette et du petit mobilier, le toit étant troué par endroit le lieu s'est transformé en jardin exotique où poussent diverses plantes vivaces, l'aménagement de cet étage reste à voir, il faudrait au préalable trouver des tuiles pour reboucher le toit sans se rompre le cou. Dans un premier temps seul le rez-de-chaussée sera utilisé, ce dernier possédant quatre chambre, une pièce aménagée en salle de bain, ainsi qu'un petit salon et un bureau comportant le dressing des filles. Il faudra deux mois pour réaménager le premier étage, renforcer la structure, équiper les chambres et les décorer. Une deuxième salle de bain sera ajoutée afin que les voyageurs puissent profiter du confort qui leur est dû. Trois mois supplémentaires seront nécessaire pour équiper la cuisine de mobilier neuf et performant ainsi qu'un garde manger apte à stocker une quantité de nourriture suffisante pour trente personnes sur une semaine. La salle à manger se verra offrir des nouvelles tables et chaises en fer forgé ainsi qu'une service en porcelaine et des couverts en argent. 

La bibliothèque, elle, se verra attribuée de nouveaux ouvrages couvrant divers sujets ainsi que des fauteuils et canapés confortables. Une cheminée dont l'âtre apporteras une douce chaleur sera construite au fond de la pièce. L'arrière du bâtiment sera bientôt réaménagé en jardin où poussent légumes, herbes médicinales et d’assaisonnements dont s'occupera Mathias sur demande de sa sœur. Cette dernière passera la plupart de son temps à embellir l'avant de l'auberge, à créer des parterres de fleurs tous plus resplendissant les uns que les autres et à entretenir le lieu avec une minutie digne d'une véritable maîtresse de maison ! 

Plans:
 
Revenir en haut Aller en bas

Le Dernier Paradis. [SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Le dernier pacte [solo]
» Dernier bilan de choléra:14,642 cas et 917 décès
» Le dernier Tavernier ou "la Louisiane"
» Creation d'une base de donnees sur le dernier recensement
» Choléra, dernier bilan: 305 morts et 4649 cas de contamination
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Hoshizora :: La Forêt Profonde
-