Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


World Mistress (MN)

Originaire depuis le : 29/04/2013
Récits contés : 258

RPG
Âge : [A]^(-1)=(1/det[A]) comt(A)
Groupe:
Inventaire: Ce qui est à toi est à moi ~

MessageSujet: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Lun 1 Juin - 21:10



FRONT : Des cris de mort dans

   la Forêt

   
Du côté Ünik - Pugnacité

   La guerre était déclarée. Le monde d’Origin’s autrefois en paix allait connaitre l’atrocité des bains de sangs. Plusieurs groupes devaient se former pour des tâches différentes, mais c’est au général Kiba que revenait la mission d’attaquer les Hybrids. Il avait carte blanche pour le recrutement des soldats mais il voulait un choix de luxe. Pour lui, perdre cette bataille revenait à mourir, alors il était hors de question d’avoir des amateurs pour les rôles importants. Il passa lui-même dans tout Anathorey et Nordkia pour faire des annonces de recrutement.

   Quelques jours plus tard, les valeureux soldats qui combattraient sous son commandement avaient tous passé un test. Cet entretien consistait à mesurer leur force mentale, les caractéristiques de leur Dzêta ainsi que leurs talents. Le rôle de chacun avait été décidé par Kiba lui-même, cet ancien espion connaissait tout des combats. Il avait à maintes reprises infiltré la Sylva pour glaner quelques informations, sa vie a été mise en jeu un bon nombre de fois.

   Le général regarda attentivement la liste des soldats, il essaya d’imaginer tous les schémas possibles, le meilleur plan d’attaque en prenant toutes les variables possibles. Il se faisait plusieurs films en tête, il savait que rien ne pouvait être prédit, mais quelqu’un d’optimiste avait plus de chance de quitter le champ de bataille en vie. Il y avait de tout dans son armée, des nobles, des dockers et même des Qantiks, ce qui le surprenait.

   Les préparatifs étaient terminés à quatre-vingt pourcent. Il se dépêcha d’aller voir les scientifiques, car il avait une mission pour eux. Le Dzêta de Kiba n’était pas optimisé pour le combat. Sa fonction était la transmission de pensée, alors il demanda aux Érudits de booster ses caractéristiques. Après quelques heures, le résultat était fascinant, avec cette nouvelle amélioration il était capable de diriger tout le champ de bataille.
   Il ordonna à tous les soldats d’avancer en direction de Nemoto, des petits groupes se formaient sur le chemin mais à mesure que la distance diminuait, les sourires s’effaçaient.

   Arrivé à destination le général Kiba donna l’ordre de monter le campement, ils avaient été plus rapides que l’estimation en étant sur les lieux trois jours avant la date annoncée. La nuit tomba et les soldats se couchèrent dans les tentes prévues à cet effet. Le lendemain, Kiba avait une importante annonce à faire.

   « Mes compagnons, aujourd’hui est un grand jour ! Nous allons enfin montrer notre supériorité à ces Hybrids dégoutants ! Aujourd’hui est le commencement de notre gloire, si vous êtes ici c’est parce que vous êtes l’élite, la crème de la crème ! Avec des gens comme vous, la victoire ne sera que trop facile !! »

   Des applaudissements bruyants répondaient à la motivation du général, les discours n’étaient pas son fort mais il lui restait une explication à faire. Il présenta son Dzêta, une coupe, qui permettait à quiconque versant une goutte de son sang de communiquer par télépathie avec ceux qui étaient en contact avec cet objet. Les soldats ne pourront pas discuter entre eux, mais ils recevront tous les directives des stratèges.

   Le campement était composé de deux tentes imposantes, l’une était pour le quartier général de cette armée. Le général ainsi que les stratèges devaient s’y retrouver pour parler stratégie, analyser les mouvements ennemis et mettre au point un schéma d’attaque infaillible. Ils devaient également donner des ordres par l’intermédiaire de la coupe de Kiba qui permettait de recevoir et d’envoyer des pensées à tous les soldats à la fois. Le propriétaire de ce Dzêta pouvait faire un tri pour faire passer uniquement les messages importants.

   La guerre allait commencer, chacun se tenait à se place, prêt à envahir cette cité Hybrid. L’atmosphère était tendue, un seul bruissement d’arbre pouvait mettre des dizaines de soldats en alerte. Qui allait gagner ? Combien de blessés ? Des questions que tout le monde se posait sans les dire à haute voix. Pendant ce temps, la réunion stratégique avait déjà commencé.

   « Stratèges, nous sommes en terre inconnue. Nous ne savons pas ce qui se trouve dans cette cité ni comment elle est agencée. Aucun ennemi n’est visible,. Que faudrait-il faire ? »

   
Du côté Hybrid - Défense

    
   Quelques jours auparavant dans la capitale Hybrid, se tenait un grand rassemblement. La population avait été mise au courant de cette guerre contre les Üniks. La confrontation était inévitable, ces êtres abominables avaient fait gicler tant de sang des leurs. Sora, un dresseur Anemös, était le dirigeant de l’armée qui devait défendre Nemoto. Il avait choisi de braves guerriers qui pouvaient aisément tenir tête à l’odieuse technologie de ces monstres. Ils affutaient leurs armes, s’entraînaient à combattre en équipe et se renforçaient physiquement.

   Sora alla consulter un divinateur. Il voulait savoir si la cité craignait un quelconque danger. Le Phytös lui annonça de mauvaises nouvelles, car la plante qu’il avait reçue à ses débuts avait fané sans raison. Les feuilles les plus colorées qu’il possédait devenaient toujours plus fades de jour en jour. Il voyait dans ces signes une grande menace.
   Suite à cet entretien, le dresseur demanda à quelques éclaireurs et quelques murmurants de parcourir la forêt et de l’avertir au moindre changement.

   Pendant quelques jours, un mur de bois se faisait construire autour de Nemoto. Chaque habitation fut renforcée et une cachette avait été indiquée aux non combattants en cas d’attaque. Tout se préparait rapidement, mais en levant les yeux au ciel, Sora aperçu des signaux de fumée. Il savait ce que cela voulait dire, l’armée ennemie arrivait et serait là dans très peu de temps.

   La panique régnait dans Nemoto, mais le chasseur ne se laissa pas déconcentrer. Il imagina un plan pour prendre les attaquants par surprise. Les combattants rassemblaient de quoi camoufler leur présence, comme des faux murs, et se plaçaient devant l’entrée de la cité. Il n’avait pas d’endroit pour soigner les blessés, mais chaque maison pouvait faire l’affaire. Le seul problème à ce plan, était que les soigneurs devaient se déplacer dans la cité, mais ils avaient mis au point des tunnels souterrains pour voyager de maison en maison.

   L’armée Üniks était à proximité, le silence régnait dans la ville et aucun habitant n’était visible. Ils avaient un seul ordre, attendre que les ennemis pénètrent la capitale pour les attaquer par surprise. Ils avaient plusieurs moyens de communication, imiter le bruit des animaux, jouer avec les lumières ou encore les signaux de fumée.
   Cette attente paraissait interminable, comme si aucun des deux camps n’allait bouger. Un seul mouvement, un seul bruit et des centaines de morts recouvriraient le sol.

   
Déroulement - Impératif :


   Le groupe est composé des joueurs suivants, qui devront poster dans cet ordre :
   1) Lukas Rainforth (stratège)
   2) Fleya (stratège)
   3) Neo Collins (combattant)
   4) Selene (soutien côté Hybrid)
   5) Olivia Keegan (soutien côté Ünik)

   - Vous avez chacun un délai de trois jours (ni plus, ni moins) pour poster. Vous devrez faire un minimum de 400 mots. Si vous dépassez ce délai, le tour du joueur après vous commence. Vous pourrez rattraper votre retard en faisant un post cette fois de 800 mots minimum.

   - Vous devez faire un résumé de votre récit en spoiler à la fin de votre post (merci de bien en prendre note, qu'on n'ait pas à vous le répéter systématiquement ^w^)

   A la fin de chaque cycle de post, Mère Nature postera de nouveau et un autre tour commencera.
   
Les joueurs sont encouragés à interagir entre eux ! Ce n'est pas parce que c'est un event que chacun doit rester dans son coin, au contraire.

   Pour rappel, vous pouvez voir sur ce sujet quels sont les gains auxquels vous pourrez prétendre à la fin de la Partie I de la Purge.

   
Admin responsable de ce RP : Yuusuke. Pour toute question, adressez-vous à lui uniquement.

   Très bon rp à tous ! ^w^
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prince de rien (Lukas R.)

Originaire depuis le : 01/10/2013
Récits contés : 338

RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Mar 2 Juin - 21:07


Une clameur formidable s'éleva du quartier général des Üniks, après que le général Kiba a prononcé ses paroles de haine. Des paroles qui se voulaient encourageantes mais qui coulerait dans le sang des hommes comme le venin d'un serpent qui les tuerait petit à petit. Espérait-il justifier cette guerre absurde de manière aussi grotesque, en flattant l'ego de chaque soldat qu'il envoyait à la mort ? Au loin dans la tente qui lui avait été attribuée, Lukas devait être un des seuls hommes à n'avoir pas sourit, et pas applaudit. Il laissa retomber le pan de toile qui servait de porte à son nouveau palace forestier, et retourna s'asseoir sur sa couchette en attendant qu'on l'appelle. Il était nerveux. Rien de tel qu'une bonne petite cigarette pour faire retomber l'adrénaline.

Lukas n'avait pas été appelé au front en tant que combattant. Le Général Kiba, sur ordre des Princes, avait été chargé de nommer des stratèges qui mèneraient les armées Üniks à la victoire dans la Sylva. Autant dire qu'ils étaient en terrain totalement inconnu... Fumant doucement sa cigarette, Lukas se rappela le tracé précis et sûr de la plume du militaire. Ses lettres étaient fines, un peu penchées mais l'on devinait à leur forme qu'elle avaient été écrites sans la moindre hésitation. Avec la même certitude que celle qu'avait le Duc de ne pouvoir éconduire l'ordre du Conseil. Il en avait aussitôt fait par à sa protégée, Fleya, et lui avait expliqué la situation diplomatique entre les Üniks et les Hybrids, dépeinte précisément dans la missive. Il avait donc tout su, à propos des débuts de cette guerre, et de la folle opposition qui ne manquerait pas de déchirer une fois de plus les deux grands peuples d'Origin's.
Après quelques heures d'attente, on fit savoir à Lukas qu'il était temps de rejoindre le général Kiba dans sa tente, où les stratégies du front seraient établies. Il saisit alors son manteau noir et tâcha de ressembler davantage à un Duc en s'arrangeant un peu. Il sortit ensuite, et marcha dans les allées du quartier général Ünik, installé dans un coin d'Hoshizora où la forêt avait été ravagée.

Lukas était par nature quelqu'un de pacifique. Il détestait les conflits ainsi que la violence, car il était intimement persuadé qu'on pouvait toujours parvenir à une entente, si l'on prenait le temps de tendre l'oreille vers autrui. Ce dégoût pour les différends et son goût pour l'empathie et la diplomatie passaient pour de la faiblesse auprès de son père. Beaucoup lui prêtait une personnalité de grand dadais très mou qui ne savait pas administrer son Duché avec poigne. Lukas ne prêtait pas d'oreille aux « on dit ». Il était le mieux placé pour savoir que c'était la haine et la violence ne permettaient pas de résoudre les grands problèmes de société. Sa jeune sœur et son ami d'enfance avaient péri après avoir employé ce genre de méthodes, dans d'effroyables conditions. Cela lui avait laissé un goût amer et triste dans la bouche, comme de la cendre froide...

Le Duc avait parcouru les allées du campement, et était arrivé dans la tente de Kiba. Des gardes l'accueillir et le menèrent au chef de guerre. Les deux hommes se saluèrent respectueusement avant qu'on ne fasse asseoir Lukas autour de la grande table rectangulaire mise à la disposition de l'ensemble des stratèges. Il demanda à ce qu'un siège soit laissé libre à côté de lui, car Fleya ne tarderait sans doute pas à arriver – et sa présence à ses côtés dans un tel moment lui apporterait du baume au cœur. D'autant plus que d'après ses souvenirs, elle s'était présentée comme étant un Qantik de combat, programmé par le Pr. Hojo à l'intelligence plus que remarquable. Sa présence serait du pain bénie pour ce général mégalo.

Après quelques instants où chaque stratège arriva, la réunion put commencer. Kiba, l'air concerné, se tenait debout en place de présidence, et les interrogea : « Stratèges, nous sommes en terre inconnue. Nous ne savons pas ce qui se trouve dans cette cité ni comment elle est agencée. Aucun ennemi n’est visible. Que faudrait-il faire ? »
Alors que les différents stratèges commençaient à se concerter, Lukas sentit pointer en lui un sentiment d'agacement qui lui était fort peu habituel. Il croisa le regard du général, et ne put s'empêcher de faire une remarque acerbe : « Vous lancez une guerre sans connaître le terrain de votre propre bataille ? » Les autres autour s'étaient alors tu, surpris par ces paroles. Qui oserait parler ainsi à un général de l'armée ? Un Duc, songea Lukas.

Pour éviter toutefois de s'attirer les foudres d'entrée de ce brave militaire, le jeune homme tâcha de répondre à l'interrogation de Kiba par une proposition qu'il jugeait judicieuse : « Si nous ne connaissons rien du terrain adverse, il faut tout d'abord rassembler des renseignements à son sujet. Peut-être pourrions nous envoyer des espions près de la cité, et leur demander un rapport sur ce qu'ils auront pu découvrir ». Partant du fait que si l'on avait déjà procédé à cette méthode, les Üniks n'étaient pas prêts de remporter la victoire. Mais Lukas n'allait pas pouvoir dire tout haut qu'il n'en avait rien à faire. Pour lui tout ce qui importait était d'avoir suffisamment de moyen pour protéger Fleya de tous ces barbares, fussent-ils Hybrids ou Üniks.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)

Originaire depuis le : 13/11/2013
Récits contés : 165

RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Mer 3 Juin - 14:52

Tous les enfants devaient un jour grandir. Si la vie se chargeait de leur apprendre qu'ils devaient s'adapter pour survivre, certains possédaient déjà des prédispositions avantageuses. Mais que se passaient-ils lorsque ces avantages n'étaient pas désirés ? Fleya l'apprendrait bientôt à ses dépends.... Dans son monde de candeur et de découvertes, elle évoluait et s'épanouissait à vue d’œil. Véritable source de gaité et de bonne humeur, elle avait prit goût à un bonheur et une quiétude qui avaient un petit goût de paradis. Mais des sinistres ombres perfides vinrent obscurcir cet univers radieux. Elle avait bien vu l'air contrarié de son Maître face à un bout de papier. L'air grave qui avait remplacé son sourire, celui qui la rendait heureuse de vivre. Il lui avait expliqué quels infernaux tourments rongeaient se monde. Et au diapason de son maître Fleya s'en trouva affligée. Elle qui était si encline à vivre dans la paix, l'amour et la découverte.... Elle était dans un monde qui scandait la guerre et la violence. Son sourire avait également quitté son visage de poupée. Elle ne comprenait pas pourquoi les organiques mettaient ainsi leur vie en danger, eux qui ne pouvaient pas être réparés aussi facilement qu'un Qantik. D'un regard triste elle finit par balbutier à son maître.

-Tout ceci n'est que folie.... Une cruelle et sinistre folie..... Fleya n'aime pas voir les gens souffrir et mourir....

La sagesse et la bonté n'avaient pas de visage, elles n'avaient que des voix et des cœurs.... Néanmoins, il était hors de question pour Fleya que son maître aille seul sur les champs de bataille. Après tout, comme tout bon Qantik elle était là pour le protéger. Mais elle ne se doutait alors pas à quel point elle avait été programmée pour ce genre de situation. Silencieuse et embêtée, elle suivait son Ünik qu'elle savait pas plus à l'aise qu'elle. Cela la réconfortait de savoir qu'il pensait comme elle. Aussi, elle s'efforçait de garder un sourire radieux dès qu'il posait son regard sur elle. La situation était déjà difficile, et elle souhaitait apaiser au maximum sa contrariété. Elle avait donc rejoint les hommes levés pour l'occasion. Elle écouta le discours de l'Ünik qui les dirigeaient sans la moindre émotion. Une impassibilité qui cachait l'horreur que les paroles énoncées lui inspiraient. Tant de haine, tant de violence.... Alors qu'aucun de ces Ohms ne connaissaient ceux qu'ils s'apprêtaient à tuer....

-Bêtise que tout cela.... La guerre.... est un échec.

Elle avait parlé si bas que seul Lukas aurait pu l'entendre s'il l'écoutait. Paradoxe que celle qui était une Qantik de combat trouvait en la guerre la conclusion de l'incapacité des personnes à dialoguer. Fleya n'applaudit pas non plus. Elle trouvait le discours fade et dénué de tout bon sens. Pouvait-on seulement trouvé du bon sens à une guerre ? Elle resta ensuite un instant à réfléchir. Elle ne voulait pas tuer des inconnus qui au final ne lui avaient jamais rien fait, ni à elle ni à son maître. Mais le fait été que comme souvent dans une guerre, les innocents étaient embringués dedans de force.... N'y avait-il donc aucune autre solution ? Pour l'heure non.... Elle rejoint la tente dédiée aux stratèges. Elle eut un sourire satisfait et rassuré de voir une place réservée à côté de son maître et se hâta d'aller s'y installer. Lukas était là, à ses côtés. Tout irait donc bien. Ou presque.... Car tout comme son Maître, elle fut stupéfaite d'apprendre qu'on avait envoyé des hommes sans rien savoir de l'ennemi. La Qantik était sciée. Comment pouvait-on être aussi stupide ?! Son Maître dit tout haut ce qu'elle pensait tout bas. Elle acquiesça les propos de ce dernier, avant d'elle même prendre la parole.


-Le Maître a raison. Nous ne pouvons nous permettre d'agir dans la situation présente, ce serait du suicide. Il nous faut toutes les informations nécessaires à l'établissement et le déploiement des hommes. Il faut donc des espions pour déterminer quelle est la force de frappe ennemie et leurs équipements. Mais ils nous faut aussi connaître le terrain. D'après mes données, les Hybrids sont en parfaite harmonie avec leur milieu naturel. Ils ont un avantage qui peut nous être fatal si nous ne nous renseignons pas. Nous devons envoyer des éclaireurs sur tout le périmètre pour établir un carte détaillées des environs. Cela nous permettra par la suite de déterminer à quels endroits positionner nos défenses, mais aussi où poser des pièges pour enrayer et stopper les progressions adverses. Nous disposons d'un peu de temps nous ne devons pas le perdre et le rentabiliser au plus vite pour combler nos lacunes en matière d'informations.

Lorsque Fleya eut terminée de donner des directives, elle fut elle même étonnée de ce qu'elle venait de dire. C'était comme si sa tête avait parlé toute seule. Comme si elle avait répondu distraitement à une simple équation mathématique. Et pourtant, ce qu'elle avait dit était rigoureusement pertinent et vrai.... Elle n'avait pas résolution une simple équation.... Avec son maître, elle avait posé les bases d'une stratégie militaire..... Une réaction presque naturelle qui la troubla et la perturba. Elle savait qu'elle était en mesure de protéger son Maître.... Mais de là établir des plans de batailles, il y avait une marge ! Elle plongea son regard désorienté dans celui de Luka, cherchant et espérant y trouver des réponses ou du réconfort. Quelque chose commençait à s'éveiller en elle, à lui revenir doucement. Quelque chose qu'elle n'était peut-être pas prête à apprendre....

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)

Originaire depuis le : 20/06/2014
Récits contés : 517

RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Dim 7 Juin - 0:03

La nouvelle était tombée sur Nordkia comme la misère sur le monde. La misère, les Dockers connaissaient déjà. La guerre par contre... on croyait jusqu'à ce jour qu'elle ne concernait que les militaires les plus âgés, et parmi les plus jeunes, ceux que l'on entraînait au combat. Les choses avaient évoluées depuis ce temps. Ce jour-là, un convoi militaire d'Anathorey était arrivé à Nordkia, et sur ordre de la Princesse Ulhtia ainsi que du Prince Faust, ils appelèrent tous les jeunes hommes en âge de combattre. C'est de cette manière brutale que les Dockers, rassemblés dans le Parterre, apprirent tous ensemble qu'une guerre avait éclaté contre Nemoto. Quand son nom avait été prononcé par le lieutenant Chevalier chargé du recrutement des jeunes soldats, Janyce s'était effondrée sur le sol, comme si la force de ses jambes s'étaient envolée d'un seul coup. Soudainement. Lucya s'était jetée sur le bras de son frère, l'implorant dans un murmure humide qu'il ne fallait pas qu'il y aille.
Le pire avait été la réaction de sa mère... Au moment de l'annonce, elle ne se trouvait pas à ses côtés. Elle avait fébrilement secoué la tête, les yeux élargis par la terreur. Penchée en avant sous le poids des émotions, elle avait vieilli de dix ans à l'écoute de cet appel affreux. Neo n'avait pas réalisé tout de suite ce que signifiait d'aller au combat. Il jeta un regard à ses deux sœurs, qui les yeux secs, le regardaient avec angoisse suivre le chemin que les autres appelés avaient emprunté : l'escalier qui les ferait rejoindre le convoi, pour partir avec directement vers le front. Madame Collins avait essayé de le rejoindre avant qu'il ne monte ces marches, le dos tourné à sa famille. Elle l'avait appelé, plusieurs fois. Puis ses yeux s'étaient gonflés de larmes, qui perlèrent comme des bombes sur ses joues rougies par le chagrin. Elle se mit à crier, elle lui ordonna de revenir, et finit par hurler que « les Princes n'avaient pas le droit de lui enlever son fils unique ».

Neo s'était retourné pour lui crier de fermer sa gueule. Figée de surprise, c'est que ce fit Madame Collins. Le jeune homme savait combien il avait été odieux de lui parler ainsi. Mais c'était cela, ou laisser les Chevaliers se charger d'elle en tant que dissidente politique, opposante aux Princes qui ne serait davantage tolérée hors des geôles d'Anathorey. Il ne voulait pas que cela arrive. Leur vie était suffisamment difficile comme cela pour priver ses sœurs de la présence douce et rassurante de leur mère.
Alors Neo partit, sous l'oeil misérable et anéanti de sa famille. Le dernier regard familier qu'il croisa sur les Docks fut celui de Lysa, sa chère grande sœur pilote. Elle l'observait d'un air très grave, et très vide à la fois. Elle ouvrit la bouche, mais aucun mot n'en sortit... Elle ne pouvait y croire. Peu après, Neo et Tobias, qui avait été appelé lui aussi, partirent silencieux comme la mort vers Anathorey.

L’entraînement avait été une véritable torture. Quand on lui flanqua une arme entre les mains, Neo ne sut quoi en faire. En corps à corps, il était toujours mis sur le carreau tellement il avait du mal à suivre son instructeur. Le jeune homme ne savait pas se battre. Il n'avait jamais su. Quelques patates à des imbéciles, mais c'était totalement incomparable à ce que l'on demandait à un bon soldat. Il avait souffert comme jamais il ne l'aurait cru. Physiquement, et psychologiquement. On le faisait se battre des heures durant contre des camarades, pour l'endurcir soit disant. Il avait même dû se battre contre Tobias. Le pire, c'est qu'il avait fait exprès de perdre cet imbécile, pour ne pas blesser Neo. Il s'était vu infliger une correction remarquable par leurs supérieurs. Après un entraînement abominablement difficile et court, ils avaient été tous deux envoyés au front de Nemoto. Lâchés dans la guerre comme des naufragés au milieu d'un océan inconnu...

Dans son uniforme d'infanterie, Neo n'était pas à l'aise. L'aube arrivait, et il n'avait pu trouvé le sommeil. Il sortit de la tente où dormait tous les autres pauvres bougres qui comme lui avaient été enrôlés à Nordkia, pour humer l'air frais du matin. Cet air doux et humide, qui flottait dans la forêt. Il l'avait découvert la veille, en arrivant, et fut tout de suite épris de cette atmosphère silencieuse, et ô combien vivante, contraire à l'air lourd, sec et infertile du désert... Cet air, serait-ce la dernière odeur agréable qu'il pourrait sentir ? Bientôt, le sang recouvrirait ses sens, ses mains, ses vêtements, et plus rien n'aurait d'importance sauf la mort d'un adversaire qu'on lui avait imposé. Neo se demanda pourquoi cette guerre avait éclaté... aucune explication ne leur avait été fournie. Les Dockers n'avaient qu'à obéir aux Princes, c'était tout.

Neo fit quelques pas, et s'assit sur une grosse pierre. L'attente de la bataille faisait croître dans son ventre une angoisse qui lui tirait les entrailles. Il ne comprenait pas pourquoi il avait si mal au bide d'ailleurs. C'était peut-être à cause de cette merde qu'on leur servait à bouffer ? Neo n'arrivait pas à admettre qu'il avait peur. Il était terrifié. Il était mort de trouille... Il n'avait pas envie de faire tout ça. Il ne voulait tuer personne. Tout ce qu'il voulait, c'était revenir dans le hangar, où il était désormais prêt à se tuer au travail du moment qu'on lui fichait la paix avec les histoires des grands des Continents. Neo posa ses coudes sur ses genoux repliés, et baissa la tête vers le sol. Ainsi prstré, il se sentait très lourd.
C'était donc ça, le monde qu'il avait tenté de fuir ? Un monde de conflit, et de peur, dans lequel la seule loi qui parlait aux deux Clans était cette du sang ? Neo pensa avec une certaine nostalgie à ses escapades à dos de Skooth dans le désert, pour échapper à ses mauvaises pensées. Son père, la précarité de sa famille, le dur labeur de ses sœurs, la mésentente avec Lysa, cette connasse de Princesse qui ne voyait les Dockers que comme de la main d’œuvre... tout lui revenait en pleine face alors que durant des années, depuis ses douze ans, il s'était efforcé à tout laisser de côté pour ne jamais y réfléchir... La guerre se chargeait de lui rappeler qu'il vivait sur une planète écorchée vive. Origin's était un monde triste, un monde et en colère, dont les maux se déversaient sur ses habitants comme une malédiction.

Une main qui se posa sur son épaule le fit sursauter vivement. Le visage souriant de Tobias s'offrait à lui, en cette douce matinée de guerre. Son ami blondinet vint s'asseoir à côté lui, et soupira profondément. Il n'avait pas bien dormi lui non plus, à en juger par les énormes cernes qui débordaient sous ses yeux bruns.
« Ça va, mon vieux ? » demanda-t-il à Neo, en souriant. Le jeune homme ne répondit rien. Il regarda Tobias droit dans les yeux, et affichait une mine vide. Jamais Neo ne s'était senti aussi seul, et sec. Comment faisait-il, Tobias, pour être si optimiste ? Il avait peur lui aussi. Mais il avait la force de ne pas le montrer. Tobias donna quelques petites tapes dans le dos de Neo :
« Ça va s'passer.
- Ouais...
- Tu s'ras pas loin ?
- T'auras mon coude dans les côtes, mon gars! »


Ils rirent sincèrement. Même si dans quelques heures ils n'auraient plus envie de voir la lumière du jour, ils rirent. Seuls au monde, ils ne pouvaient plus compter que sur l'un et l'autre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Lun 8 Juin - 19:29

Selene avait été informée qu'une guerre se préparait. Elle n'en doutait pas, mais elle redoutait quand même l'instant où le sang coulerait dans la forêt. Elle avait presque plus peur que ce soit la forêt qui saigne, plus que les Üniks.
La jeune femme était peut-être faible, mais elle n'en restait pas moins motivée à aider la Forêt, croyant fermement que jamais Mère Nature ne laisserait un bain de sang se produire, pas ici. Pas en un lieu sacré. Pourquoi tant de gens pourraient-ils mourir alors que la vie a tant de choses à offrir ?

Selene n'avait pas été appelée au combat en tant que tel, elle s'était portée volontaire pour aider les Hybrids à rester calmes et sereins, et à survivre à cette guerre. Elle n'avait pas de compétences de soigneuse hors pair, mais elle connaissait les plantes utiles aux premiers secours, et son Don pouvait toujours calmer des esprits qui se seraient échauffés. Il n'y a rien de pire que d'être enfermés sans savoir à quelle sauce on va être tué. La demoiselle s'était donc rendue à Nemoto, pour porter secours.
En arrivant, elle avait constaté qu'il y avait des remparts autour de la ville et les maisons avaient été renforcées. On la mit rapidement au courant que des tunnels avaient été construits de façon à se déplacer en toute sécurité (une sécurité relative dans une guerre). Cela rendrait sans doute la chose plus aisée. Elle ne connaissait pas la ville, et son sens de l'orientation lui faisait parfois défaut, mais en cas de nécessité elle disposait de ressources incroyables.

Une tension palpable se ressentait partout en ville. Les habitants échangeaient des regards inquiets, attendant les rapports d'éclaireurs, guettant un bruit de chouette effraie, ou le sifflement d'un roseau. Selene était autant sinon plus stressée que les guerriers avant le combat, et elle s'empressait auprès de chaque citoyen pour s'enquérir de leur état. Elle refusait de donner des plantes alors que le combat n'avait pas encore commencé, elle pourrait en avoir besoin pour la suite.

Elle réconfortait tout un chacun de la meilleure façon qui soit, s'autorisant à déposer quelques petites fleurs discrètes près des habitants et des combattants les plus inquiets, afin de les détendre. L'après-midi était bien entamée quand elle s'autorisa une petite pause afin de recouvrir des forces et d'aborder ce qui lui semblait être la période la plus longue de sa vie.

Un bruissement de feuilles attirait déjà trop l'attention, cela devenait presque insupportable.. Selene espérait juste que les Üniks attaquent les premiers, pendant que toute l'armée était prête à riposter, de cette façon elle imaginait que les Hybrids pourraient tirer un avantage certain de leurs connaissances. La connaissance du terrain était l'atout principal, semblait-il. Mais le fait de pouvoir connaître les plantes, ou d'avoir des Dons exceptionnels, pouvait jouer en leur faveur comme un meilleur effet de surprise.
En y repensant, Selene eut un peu mal au coeur. Les souvenirs d'exhibitions des Dons des autres enfants la mettaient toujours mal à l'aise : ils se moquaient d'elle parce qu'elle n'en avait soi-disant pas, alors que d'autres pouvaient faire se lever le vent, parler avec un animal, ou même pour certains avoir des capacités physiques décuplées. C'était rassurant de savoir que les guerriers n'auraient pas que des armes pour gagner la guerre. Ils auraient aussi la confiance en eux.

Selene ferma rapidement les yeux, et quelques fleurs bleues et violettes apparurent autour d'elle pour la calmer. Elle se sentait chez elle quand elle avait ses fleurs à ses côtés, et eut un sourire. La guerre allait bien se passer, et elle était prête à tout éventualité.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Mar 9 Juin - 18:19

La guerre. Voilà là un concept qui paraissait bien étranger à Olivia, et pourtant elle savait le monde en proie à de violents conflits internes. Mais jamais elle n’avait pensé que la guerre puisse devenir si réelle, si palpable, jamais elle n’aurait cru avoir à prendre part à cette mascarade. Tout le monde était appelé à porter sa pierre à l’édifice, certains pour leurs talents de stratèges, d’autres pour leur force de combattants, et enfin il y avait les gens comme Olivia, pas vraiment taillés pour le combat mais qui avaient une aptitude certaine quand il s’agissait de porter secours. Bien entendu, Olivia n’était pas médecin, elle n’était même pas infirmière, mais souvent sa soif de connaissance l’avait poussée à apprendre bon nombre de choses sur la médecine. Et puis si elle devait prendre part à ce conflit, alors ce ne serait pas avec des armes, ce serait pour aider les autres. Combien des siens reviendraient blessés ? Combien ne reviendraient pas ? La brunette était en colère contre cette guerre mais que pouvait-elle faire d’autre que de limiter la casse ? Elle n’avait pas la stature qu’il fallait pour y mettre un terme, alors elle ferait son possible pour panser les plaies des blessés, remonter le moral de ceux qui resteraient après leurs frères tombés.

« Olivia tu es certaine de vouloir faire cela ?
- Que faire d’autre maman ? Tu voudrais que je reste ici alors que certains de mes amis partent se faire tuer ? Personne ne peut se rebeller, ils devront partir alors … Alors je vais faire mon possible pour leur venir en aide. Moi-même je ne peux refuser cet appel, notre famille a déjà assez souffert des ragots …
- Et notre famille a perdu suffisamment de membres !
- Tout ira bien m’man … C’est promis … C’est promis. »

Cette discussion, Olivia se l’était repassée en boucle plusieurs fois depuis le début de tout cela, durant le trajet vers Nemoto. Elle était restée plutôt seule, préférant se contenter de suivre les directives. Elle n’entrerait pas en scène de suite car après tout sans combat il n’y avait que peu de bobos à soigner. La Keegan faisait néanmoins son possible pour apporter un peu de gaieté à tous ces gens loin de chez eux, la peur au ventre. C’était tout ce qu’elle pouvait faire pour l’instant, pendant que les têtes pensantes, bien pensantes ou non était un autre débat, préparaient la bataille.

La bourgeoise s’étonnait chaque instant des différences dans l’armée ainsi créée. Il y avait des chevaliers, des vrais, de fiers élites qui voyaient là l’occasion de montrer leur suprématie. Mais il y avait aussi des dockers, certains à peine en âge de tenir une arme, en ce point ils étaient parfaitement égaux avec les plus jeunes des chevaliers qui ne savaient pas bien pourquoi la guerre avait éclaté. Olivia soupira avant qu’une main ne vienne se poser sur son épaule. C’était Cécile, une de ses amies qui comme elle avait rejoint les rangs de l’armée Ünik pour aider et soigner les blessés. Cécile était une jeune femme au caractère plutôt discret, contrairement au caractère bien trempé de la Keegan. Elle avait de longs cheveux roux, le teint plutôt pâle, on l’aurait cru malade mais c’était là la complexion normale de sa peau. Cécile était en quelque sorte une poupée, une vraie petite princesse, mais contrairement à la plupart des amis d’Olivia, elle était ouverte et humaine.

« Mon père me manque terriblement … C’est vraiment très dur pour mère qui est restée seule à la maison. Son mari chevalier, sa fille dans le soutien … Mais on est plus costaudes qu’on en a l’air n’est-ce pas Oli’ ?
- Hum … oui sûrement …
- Tu as l’air pensive, inquiète. Tu t’inquiètes pour ta mère ? Daniella est rude, je sais que ta mère affiche une attitude de bourgeoise guindée mais on sait toutes les deux qu’en dessous c’est une vraie guerrière des docks n’est-ce pas ? A ce propos … As-tu eu des nouvelles de ton ami docker ? »

Olivia secoua la tête pour indiquer que non. Mais c’était sûrement mieux, elle n’arriverait à rien l’esprit occupé. D’ailleurs Cécile avait raison, sa mère était forte, bien plus forte qu’elle ne voulait le montrer. La jeune femme ne pouvait pas se permettre de trop réfléchir et de s’inquiéter, il y avait suffisamment de monde encore à la capitale pour le faire à sa place. Elle secoua la tête plus vivement avant d’adresser un sourire confiant à son amie.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


World Mistress (MN)

Originaire depuis le : 29/04/2013
Récits contés : 258

RPG
Âge : [A]^(-1)=(1/det[A]) comt(A)
Groupe:
Inventaire: Ce qui est à toi est à moi ~

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Sam 13 Juin - 15:35



FRONT : Des cris de mort dans

   la Forêt

   
Du côté Ünik - Pugnacité

   Kiba observa avec détail chaque stratège qui entrait dans la tente pour se placer autour de la table. La plupart ne lui rappelait rien, mais il se souvenait de quelques têtes qui lui avaient semblé prometteur et indispensable à cette guerre. A l’énoncé de sa question, chaque personne discutait sur un plan, tout le monde proposait des alternatives mais rien de constructif ce qui agaça l’ancien espion. Un rapide tour de table l’informa que deux stratèges ne disaient rien jusqu’à ce que son regard croisa celui de l’homme.

« Vous lancez une guerre sans connaître le terrain de votre propre bataille ? »

Il sentait le jeune noble agressif, le général allait répondre quand il entendit la proposition du jeune homme qui était pleine de sens. La Qantik parla à son tour, elle appuya la stratégie précédente en rajoutant d’autre point clé. Kiba était heureux et ne pouvait s’empêcher un léger sourire, il savait que ces deux-là étaient compétents. Ce qui pouvait gagner ou perdre une guerre n’était pas la force des soldats, mais les informations que l’on avait à disposition.

« Bien, c’est exactement ce que je voulais entendre ! Les informations sont plus importantes que tout le reste. De ce que j’ai pu observer en arrivant, je suis persuadé qu’ils savent qu’on est ici. Je vais envoyer des espions avec un Dzêta de discrétion comme l’invisibilité. Je vous mets à disposition la liste de chaque soldat avec son Dzêta, j’ai mis à côté les qualités et défauts de chacun. »

Kiba donna la liste au noble, il toucha sa coupe et ordonna aux soldats ciblés de se rapprocher de la ville ainsi que les alentours. Le général expliqua aux stratèges un autre fonctionnement de son Dzêta, il pouvait voir le point de vu d’un soldat, il fallait simplement se concentrer sur ce dernier. Il invita le jeune homme qui possédait l’Archive Book à toucher la coupe pour schématiser une carte.

Il n’y avait que huit  soldats avec un Dzêta de discrétion, ils formèrent quatre binômes, l’un se dirigeait à l’intérieur de la ville, deux autres contournaient la ville en passant un par la droite et l’autre par la gauche. Le dernier survolait le tout en observant le moindre mouvement depuis les airs. Chacun avança avec le plus de précaution possible, le premier groupe passa l’entrée  principale mais aucun Hybrids n’était visible. La ville était comme déserte, pas un seul bruit hormis celui de quelques animaux.

Un brouillard épais envahissait la ville très rapidement, à l’intérieur plus rien n’était visible. Chaque groupe ne bougeait plus, ne respiraient plus et attendaient un quelconque signe. Des bruits de pas se rapprochaient de plus en plus du groupe à l’entrée qui reculait petit à petit. Un grognement féroce les interpella et ils s’échappèrent en courant en direction du camp des Uniks. A quelques pas derrière eux, des dizaines d’animaux féroces les poursuivaient. Les groupes sur le côté de la ville ne pouvaient pas revenir alors ils décidèrent de courir dans la direction inverse, en longeant les murs de la capitale des Hybrids. D’un coup d’œil très furtif, une petite brèche était visible mais l’espion ne l’avait pas vu, trop occupé à fuir pour ne pas être tué.

Le groupe qui volait apercevait un oiseau qui passait à côté d’eux. Se laissant distraire une demi-seconde sans porter attention à ce qu’il se passait sur la terre ferme. Quand leur regard retournait sur la ville, ils apercevaient beaucoup d’animaux comme des Tingars, des Nagos ou encore des terrifiants Alba Lupus.

« Que tous les soldats se tiennent prêt ! La guerre commence ! »

Kiba venait de parler à tous les soldats, il regarda chaque stratège et particulièrement ce duo Unik-Qantik.

« Bon, nous avons six soldats à sauver et une armée de bêtes féroces qui foncent sur nous. Comment riposter sans faire trop de dégâts ? »

   
Du côté Hybrid - Défense

    
   Cette attente était interminable, personne ne savait ce que préparait les Uniks ni même avec quelle technologie ils allaient venir. Sora avait tout préparé, il se déplaça discrètement vers une Hybrid qui avait le don d’user de la terre comme radar. Toute personne qui marchait dans son rayon d’action pouvait être repérée. Les mouvements ennemis ne se faisaient pas attendre, six soldats approchaient dangereusement de la capitale. D’après les indications de son compagnon, les ennemis devaient avoir passé l’entrée mais il n’y avait rien. Le chasseur réfléchissait et après confirmation de la présence des individus il ordonna en imitant un Nagos de déployer un brouillard très épais à l’aide du Don des soldats alliés.

Sora appela un oiseau messager, il délivra un message pour demander de l’aide aux Hybrids cachés dans la forêt pour prendre à revers l’armée Unik. L’oiseau s’envola, Sora donna l’ordre à tous les chasseurs d’attaquer avec leurs animaux domestiques et à ceux capable de monter des Lycacyons de se cacher dans le brouillard et de les suivre pour une attaque surprise.

Le chasseur voulait faire le premier pas dans la guerre en lançant l’assaut. Les cavaliers Hybrids étaient camouflés et ne pouvaient être repéré par un simple regard. Il y avait vingt créatures et autant de soldats qui fonçaient en direction du camp Unik. Les autres combattants à l’intérieur de la ville se rassemblaient à l’entrée, le plan était d’envoyer une autre vague d’une quarantaine de personnes quand la première serait à proximité des ennemis.

Sora demanda à tous les soigneurs de se tenir prêt, il fallait être extrêmement rapide pour réaliser le plan qu’il avait en tête. Il voulait envoyer successivement des vagues de combattants, les blessés devaient revenir au camp, se faire soigner et repartir immédiatement au combat. Le chasseur n’allait pas laisser les Uniks se reposer.

Précision:
 

Récap':
 

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prince de rien (Lukas R.)

Originaire depuis le : 01/10/2013
Récits contés : 338

RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Sam 13 Juin - 23:18


Fleya avait rejoint la tente de réunion stratégique à son tour, ce qui rassura Lukas. Les hommes et les femmes n'ayant pas le droit de loger au même endroit, il s'était inquiété pour sa petite protégée jusqu'à ce que les sinistres événements commencent. Le noble ne savait pas se battre, mais il était près à faire barrière de son corps si Fleya était en danger. La jeune femme s'assit juste à côté de lui sur le siège qu'il lui avait précieusement gardé. Elle tourna un regard un peu perdu vers lui, et lui affirma qu'elle n'aimait pas cette atmosphère belliqueuse.Lukas posa doucement sa main sur la sienne, et la pressa doucement pour la rassurer. La voir triste lui était particulièrement désagréable. En tout cas si même une jeune fille comme Fleya voyait que tout ceci n'avait aucun sens, c'est que la situation mondiale était bel et bien absurde à ce moment-là. Lorsqu'elle souffla que la guerre était un échec, Lukas acquiesça très discrètement, en silence. Pourquoi diable avait-on fait appel à lui ? Diriger des hommes vers le lieu où s'écraserait leur cadavre sans vie n'était pas une tâche dans laquelle il mettrait du cœur, n'importe qui le connaissant un minimum l'aurait su. Mais la guerre se fiche de votre identité.

Lorsque le général Kiba avait demandé une stratégie, il avait fusillé Lukas du regard pour sa remarque, bien qu'il ait reconnu que le reste de ses propositions était pertinent. Mais la plus impressionnante fut Fleya : elle détailla en un clin d’œil et sans la moindre once d'hésitation, un plan intelligent et prudent de sorte que l'armée Ünik s'en tire avec un minimum de dommages. Le jeune Duc lui adressa un regard interloqué alors qu'elle avait terminé de parler. Il en apprenait toujours un peu plus sur les intentions du Professeur Hojo... Et s'il avait conçu Fleya spécialement pour le combat ? Pour ce type de combat ? Lukas se dit que si la jeune fille savait qu'elle avait été conçue pour la guerre, elle en serait certainement affectée. Elle qui était si douce... A moins qu'elle ne le sache déjà ?

Le général Kiba prit de nouveau la parole, coupant court aux pensées  du jeune homme. Il approuva leurs plans, et expliqua la suite des opérations en se basant sur leur analyse. Il leur faudrait réunir des informations grâce à des espions dotés d'un Dzêta de discrétion. Comme le militaire se doutait de ce que les Hybrids connaissaient déjà leur position, il s'empressa de présenter aux stratèges une liste des soldats, avec chacun une liste de leurs Dzêtas, qualités et défauts personnels. Puis Lukas fut invité à toucher le propre Dzêta du général, afin qu'une carte soit schématisée. Il voulait sans doute utiliser l'Archives Book à des fins militaires. Le jeune homme dégaina alors son grimoire, pris la plume qui allait de paire avec entre ses mains, et laissa le Dzêta écrire toutes les informations qui se trouvaient à sa disposition. Le tout se rangea alors dans la mémoire de Lukas selon un classement précis. Tous ces soldats qui défilaient le rendait triste. Il vit notamment passer sur sa liste le nom de plusieurs Dockers, dont les Dzêtas servaient davantage à la vie quotidienne de Nordkia plutôt qu'au combat. Quelle honte de les avoir envoyé ainsi à la mort... Comme on enverrait des porcs à l’abattoir.

La coupe du général leur permettant de se positionner du point de vue des soldats envoyés en avant, les stratèges purent voir ce qui se déroulait sur les lieux de leur mission. Du silence, du brouillard, et des hommes en très mauvaise posture. Des animaux sauvages les avaient pris en chasse... Même les Dzêtas de discrétion n'avaient pas raison des pouvoirs de la Sylva. C'était très impressionnant. Kiba ordonna à tous les soldats de se tenir prêts, car le combat allait commencer. Puis il se tourna vers les stratèges, et particulièrement vers lui et Fleya pour savoir que faire afin de sauver ces pauvres huit hères pris en chasse par les bêtes sauvages, et peut-être même par des soldats Hybrids adversaires, que l'on n'aurait pas vu.

Lukas esquissa un sourire, et dit tout bas : « Ces animaux sont remarquables... ». En tant qu'Ünik, il n'avait jamais vu de pareilles forces de la nature. Pour une raison mystérieuse, ces créatures lui inspiraient un très profond respect. Mais s'ils ne faisaient rien, ces hommes allaient se faire tuer. Le brouillard ne permettait pas d'y voir grand chose, et les troupes Hybrids voyant les Üniks paniquer dans l'atmosphère trouble en profiteraient certainement pour attaquer leur campement...

« Il faudrait à mon sens envoyer sur place deux types d'hommes : ceux possédant des Dzêtas sensoriels pour pouvoir se repérer dans le brouillard, et ceux qui savent se battre. Nous pourrions former des groupes, composés de ces deux types de soldats. Ainsi, les uns y voyant guideraient les autres pouvant combattre ».
Lukas tourna brièvement son regard vers Fleya avant de reprendre face au Général : « Mais il faut des troupes suffisamment robustes pour protéger le quartier général... Les Hybrids attendent que l'on envoie nos soldats dans le brouillard, mais il faut de quoi protéger les personnes qui demeurent ici... » Lukas avait la nausée de parler ainsi de stratégie. Mais ces jeunes femmes qui étaient venues bravement aider aux tentes de soin et de soutien ne méritaient pas de mourir aux mains de soldats. Personne à vrai dire, ne méritait de mourir ce soir.

Résumé:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)

Originaire depuis le : 13/11/2013
Récits contés : 165

RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Dim 14 Juin - 15:03

Cette main douce et rassurante était semblable à une bouée de secours lumineuse dans un océan de noirceur déchainé. Fleya s'y accrochait, un peu honteuse que ce soit elle qui cherche de la sécurité auprès de son maître. C'était son rôle de le protéger et d'être là pour lui envers et contre tout. Mais lorsqu'il était question d'être effrayé par soi-même, pouvait-elle faire face seule ? En tout cas elle ne boudait pas cette main tendue qui lui faisait tant de bien à elle seule. Elle resserra ses doigts autour de ceux de Lukas, comme y puisant la force nécessaire pour avancer et faire face. Et elle allait en avoir besoin.... Car voila que la situation se gâtait et que le combat arrivait bien plus vite que prévu. Ils n'avaient quasiment rien comme informations et avec la présence de ce brouillard, autant dire qu'ils allaient devoir combattre à l'aveugle. Fleya observait les dzeta qui étaient mis à leur disposition. La plupart n'avaient strictement rien à faire sur un champ de bataille, et la jeune fille ne pu s'empêcher de songer qu'il y avait surtout là de la chair à canon. Un rictus écœuré lui vint à l'esprit au moment où elle fit cette constatation. Comment des êtres vivants pouvaient en envoyés d'autres de faire massacrer sans la moindre vergogne ? L'ohm avait quelque chose de malsain en lui....

Elle chassa rapidement ces pensées parasites de son esprit pour se concentrer sur sa tâche. Car si elle ne repoussait pas l'offensive ennemis, ce serait bientôt son Maître adoré qui serait en danger et ça elle ne pouvait le tolérer. Ce dernier donna des directives pour essayer de débloquer la situation. Elle acquiesça silencieusement lorsque Lukas émit la suggestion comme quoi les Hybrids souhaitaient surement leur faire épuiser leur stock de combattants. Mais ils ne pouvaient pas se permettre de laisser leurs hommes à leur triste sort. Il fallait faire quelque chose pour permettre un replis plus sécurisé. Elle craignait que les Üniks envoyés pour récupérer les hommes ne soient à leur tour la cible des bêtes. Il fallait quelque chose pour faire diversion et les repousser à la fois. Son regard s'arrêta alors sur deux dzêtas.
Celui d'un forgeron et de son bracelet, qui pouvait visiblement commander au feu. et celui d'un souffleur de verre et de son anneau, qui lui pouvait provoquer des bourrasque de vent. Rapidement une idée germa dans l'esprit de la jeune fille.


-Nous pouvons provoquer une diversion qui pourra éventuellement paniquer les bêtes. Nous avons ici deux Dzêtas qui peuvent nous y aider. Le premier peu produire un incendie, et le second des courants de vent pour l'orienter à notre bon vouloir. Que ce soit animal ou végétal, les créatures naturelles redoute la puissance destructrice du feu. Si nos hommes peuvent profiter de l'effet de surprise pour s'enfuir, cela nous fera gagner un temps précieux. Il faudra impérativement garder le feu sous contrôle, donc éviter de faire des lignes de feu trop importantes ou trop étendues. De plus, la chaleur du feu et le vent aideront à dissiper le brouillard....

Elle n'avait aucune certitude que cela fonctionnerait, mais à vrai dire en temps de guerre, on ne pouvait pas être sûr de grand chose. Elle se pencha ensuite sur la protection de leur camp. S'ils avaient eu un peu plus de temps, elle l'aurait bien fortifié, mais c'était trop tard. Fleya secoua la tête. Une cargaison contre une ville, certains Üniks étaient terriblement stupides. Elle observa le dzêta d'un fermier, un pendentif qui lui permettait de rendre la terre meuble et friable. Enrôler jusqu'aux pauvres paysans.... Néanmoins, celui-ci allait être utile. Bien qu'il leur faudrait là encore faire vite.

-Pour la protection du camp, nous avons un homme disposant d'un Dzêta qui affecte la terre. S'il pouvait faire une large ceinture de terre friable autour de notre campement, cela ralentirait nos assaillants. Il faudra qu'il se tienne prêt à ré-solidifier la terre pour laisser nos hommes passer sans peine. Pour ceux que le Maître à désigner comme protégeant notre camp, qu'ils se placent en embuscade. Ils doivent être camouflés le plus possibles. Si le temps nous le permet, nous devrions aussi renforcer la sécurité des entrées principales. Des procédés simples, comme attacher entre chaque côtés des entrées, des fils barbelés. Attention il ne s'agit pas là de condamner les entrées mais bien de les piéger. Aussi, les fils barbelés devront être lâches, et ne seront tendus que lorsque l'adversaire tentera de pénétrer. Au dernier moment. Les zones les plus fragiles de notre campement devront être piégées. Les hommes disposant d'armes à distance devront se tenir prêt à faire feu sur les ennemis une fois qu'ils seront ralentis ou bloqués aux entrées. Et que chacun évite au maximum de rester à découvert si cela n'est pas absolument nécessaire. Nous ne savons pas si les Hybrids disposent d'archers ou non, il ne faut pas leur offrir de cible....

Tout allait si vite dans la tête de la jeune Qantik.... Trop vite même. C'était comme si ses calcules dépassaient sa propre pensée. Comme si elle ne contrôlait même plus ses propres paroles. Elle plaçait et déplaçait les Üniks comme des pions sur un échiquier géant. Était-ce bien elle qui semblait ainsi jouer avec la vie d'autrui ? Était-ce bien elle qui prévoyait et imaginer des moyens pour blesser et tuer d'autres créatures qui ne lui avaient rien demandées ? Son discours terminé, Fleya devint toute pâle, effrayée par sa propre prestation. La main avec laquelle elle tenait celle de Lukas tremblait légèrement. Elle plongea son regard perdu et apeuré dans le sien. Qu'était-elle entrain de faire ? Pourquoi cette odieuse et funeste mascarade qu'elle orchestrait lui semblait si facile à réaliser.... Si naturelle.... Elle en comprenait pas ce qui était entrain de se passer. Elle qui découvrait avec joie et candeur la vie il y avait encore quelques jours.... Elle éprouvait un profond respect et une certaine forme d'admiration pour ce qui vivait... Aujourd'hui, elle procédait à l'exécution méthodique de cette même vie qu'elle aimait tant...

Résumer:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)

Originaire depuis le : 20/06/2014
Récits contés : 517

RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Dim 14 Juin - 17:29

Neo et Tobias attendaient. Ils attendaient que l'on vienne les chercher, eux les petits appâts sans valeur de l'armée pour se rendre au combat. Ils étaient restés silencieux plusieurs longues minutes, chacun ruminant ses souvenirs et taisant leur peur, leur désir de s'en retourner chez eux... La guerre ne leur plaisait pas. Les deux garçons n'étaient pas patriotes, ni fiers d'être des Üniks. Si d'arrogants militaires leur avait rabâché des discours entiers sur l'estime de la nation et la fierté du peuple, ils y étaient restés totalement imperméables. Le peuple Ünik ? Tu parles. L’Élite et les Docks ne s'entendaient pas du tout. Quant aux Érudits ils n'en avaient rien à foutre de personne. A Nordkia on n'appartenait qu'à sa famille, et ses amis. Quelle unité populaire attendaient les Princes au juste ? C'était complètement ridicule.

Le Soleil perça de ses premiers rayons. Sa chaleur douce glissa sur la peau des Dockers comme une caresse rassurante. Mais elle réveilla en Neo une angoisse profonde. Est-ce que c'était la dernière fois qu'il verrait cette lumière ? Il avait vu depuis son arrivée au camp plusieurs dizaines de gars qui revenaient de mission les chairs complètement en charpie. Les plus malchanceux d'entre eux avaient vu leurs cadavres se faire enterrer dans une fosse commune, creusée près du campement... Si les morts étaient traités comme des chiens, comment croire à un honneur de soldat ?

Soudain un cor sonna, et les hauts parleurs disposés dans le quartiers général Üniks firent entendre la voix ferme d'un général qui appelait au rassemblement des soldats. « La guerre va commencer ! » disait-elle, hautaine, impatiente et ferme. On leur ordonnait de mettre leur vie en jeu, pour un idéal auquel aucun d'entre eux n'adhérait.
Tous les soldats qui traînaient dans le coin se dirigèrent au point de rassemblement. Tobias se leva, et tendit sa main à Neo quand il remarqua qu'il n'avait pas bougé. Le rouquin s'en saisit à contrecœur, se leva, et suivit le reste du groupe. La présence familière de Tobias le rassurait. Les mains enfoncées dans les poches de son uniforme, Neo marchait comme un condamné. Beaucoup de gars marchaient comme lui. Tous des Dockers, parmi les Chevaliers heureux de mettre leur vie en jeu pour le bonheur de trois Princes indécents. Quand ils arrivèrent au point de rassemblement, on leur distribua les mêmes armes à feu que celles qui avaient servies à leur entraînement. On leur ordonna de se mettre en ligne, puis un chef militaire monté sur un fier Lumelech défila devant eux en leur expliquant la situation.

Du brouillard s'était levé sur les groupes d'espions envoyés à proximité de Nemoto. Le Dzêta du général Kiba avait permis de visionner des images de ce qui se déroulait sur le terrain. Poursuivis par des bêtes sauvages gigantesques, les hommes avaient été séparés en plusieurs groupes. Certains s'étaient dispersés dans la forêt, tandis que d'autres qui ne parvenaient pas à revenir vers le campement, longeaient les murs d'enceinte de la capitale Hybrid.
Le plan des stratèges était de former des groupes de soldats, composés selon les types de Dzêtas pour contrer le brouillard qui leur bouchait la vue. Chaque groupe devait comprendre un membre avec un Dzêta sensoriel, un Dzêta de combat, un autre  qui permette d'allumer du feu et un dernier qui ferait souffler le vent. Le but était d'effrayer les animaux en contrôlant un incendie, qui par la même occasion dissiperait le brouillard. Un travail d 'équipe devant être mené d'une main de maître !

On appela alors les soldats qui seraient envoyés dans la forêt au secours des espions. Ceux qui n'étaient pas appelés devaient rester pour protéger le campement. Mais cette partie là du plan ne concernait pas Neo, car on l'appela en tant que possesseur d'un Dzêta sensoriel.
« Collins, bataillon n°7 – Dzêta sensoriel basé sur la vue ! » Neo s'avança à l'endroit qu'indiquait l'appelant d'un geste net, et attendit le reste de son équipe. Trois autres hommes arrivèrent, et se placèrent à ses côtés en attendant qu'on leur ordonne de partir. Le jeune homme croisa le regard inquiet de Tobias.
* Fais pas cette tronche mon pote, songea Neo, j'suis heureux que t'aille pas fouiller cette forêt de la mort...* Le Docker était vraiment rassuré. Au QG, les Hybrids n'étaient pas chez eux. Ils auraient du mal à faire tomber la défense Ünik. Tobias était donc en meilleure sécurité. Dans la forêt par contre, c'était une toute autre histoire.

Quand l'ordre leur fut donné de se déployer dans la forêt, les bataillons se répartirent sur le périmètre qu'on leur avait décrit, et chacun activa son Dzêta. Neo posa sur son nez les X-Glasses, et put parfaitement voir ce qui se passait sous leurs yeux grâce à sa capacité d'analyse de terrain. Tous avaient l'oreille tendue, et avançaient prudemment dans la forêt à la recherche de leurs compagnons en mauvaise posture. Mais après environ une heure de recherche, Neo se dit que les espions avaient dû se disperser bien plus loin qu'on ne le pensait. Son bataillon avait du mal à se repérer dans la forêt, et il avait l'impression qu'ils ne faisaient que tourner en rond.

Un grognement sauvage et menaçant surpris alors leur marche. Neo tourna la tête, et vit à quelques mètres d'eux de très grands yeux jaunes. Les X-Gasses lui indiquaient également la présence d'ivoire très pure...
« C'est un Nago ! » s'écria-t-il, en indiquant la direction dans laquelle se trouvait la bête à ses compagnons. Aussitôt, l'animal chargea. Le possesseur du Dzêta de feu activa son pouvoir, de sorte qu'un cercle de flammes les entoure, comme une large ceinture. L'Ünik au Dzêta de vent fit souffler une brise en direction du Nago, de sorte que les flammes se dirigent sur lui. Mais l'animal était un mâle dans la fleur de l'âge, qui ne craignait pas le feu qu'on lui opposait, trop peu puissant face à sa majestueuse carrure. L'animal évita savamment le vent qui soufflait dans sa direction, et sauta par dessus le cercle de protection. Le bataillon éclata alors : le Nago embrocha l'Ünik au Dzêta de feu sur ses défenses, et le jeta au loin contre un tronc. Neo vit son corps s'écraser mollement au sol comme une poupée de chiffon. L'Ünik au Dzêta de vent s'était quant à lui enfuit dans une direction que le Nago ne remarqua pas. Il reporta donc son attention sur les deux Üniks qui restaient : le combattant, et Neo.

Les deux jeunes hommes coururent à toutes jambes dans la forêt. Le combattant, qui portait sur lui une radio, indiqua qu'ils se faisaient attaquer par cette créature monstrueuse, priant pour que le message arrive jusqu'au QG. Dans le brouillard, ils ne voyaient pas grand chose, n'ayant plus de feu ni de vent pour les en préserver. Neo ne voyait que des plantes, des roches, des arbres, des petits chemins accidentés... Mais il courait plus vite que jamais, sentant le souffle chaud et âpre du furieux sanglier juste derrière lui.
Malheureusement, Neo n'était pas endurant ni très sportif. L'entraînement qu'il avait suivi était insuffisant pour faire face à la situation. Il avait mal partout à force de fuir comme un forcené. Il n'en pouvait plus... Sa gorge était serrée par le froid, ses poumons criaient de douleur, ses jambes se faisaient faibles et son souffle de plus en plus court. Sans qu'il ne l'ai souhaité, sa course ralentit, de plus en plus, le rapprochant de la bête sauvage qui le poursuivait sans relâche et sans difficulté depuis de longues minutes. Et malheureusement elle était bien trop près pour que les deux soldats puissent lui tirer dessus avec leurs armes...

Neo sentit une pression intense dans son dos, qui le souleva du sol tant elle était puissante et soudaine. Il n'eut pas le temps de réagir qu'une douleur intense s'empara de son épaule, d'où s'échappa une gerbe de sang immense. Le Nago avait chargé une dernière fois, et réussi à perforer le jeune homme de part en part au niveau de l'omoplate. Neo poussa un cri de douleur étouffé par la surprise, incapable de se défaire de l'emprise infernale de cet animal de malheur. Se retrouvant douloureusement accroché à l'animal, subit le même sort que le soldat au Dzêta de feu : le Nago d'un coup de tête magistral l'envoya au travers de la Sylva, à plusieurs dizaines de mètres du lieu de sa blessure. La tête du Docker se cogna lourdement contre une branche. Il atterrit très lourdement, face contre terre, près d'un autre bataillon d'exploration. Il sentait son sang couler de sa plaie, et de son crâne. Il était incapable de bouger. Avant de sombrer dans un sommeil forcé, il sentit que plusieurs soldats se dirigeaient vers lui, et appelaient d'autres hommes pour qu'on le conduise aux tentes de secours.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Jeu 18 Juin - 6:42

« Soutien numéro quatre et huit, à l’entrée du camp, cinq et six aux tentes de secours. On nous ramène des éclaireurs amochés, soyez prêts. »

L’infirmière en chef était une femme plutôt âgée, rompue à la médecine de secours en temps de guerre, c’est du moins ce qu’Olivia et Cécile avaient conclu devant son comportement froid et sûr. Elle n’était pas sans cœur, bien au contraire elle avait su montrer à tous les üniks présents qu’il fallait se montrer humain, mais elle savait garder la tête froide en toutes circonstances. Dans ce petit groupe de soutien, quatre et cinq, c’était Olivia et son amie blonde, ce serait donc la première fois que les deux élites étaient séparées. Elles seraient toujours dans le même camp mais l’une avait toujours gardé un œil sur l’autre depuis le début de cette guerre et de cet assaut. Cécile devait partir à l’entrée du camp récupérer les blessés, prodiguer les premiers soins, pendant qu’Olivia devait s’assurer de préparer des places dans les tentes de secours. Ce serait aussi le rôle de la blondinette de lui indiquer combien de blessés arrivaient et le type ainsi que la gravité des blessures. En somme, les deux üniks avaient une énorme pression sur les épaules et c’est dans un échange de regard plein de soutien que les deux jeunes femmes se quittèrent.

Olivia resta donc sur place, préparant plusieurs lits et plateaux avec tout le nécessaire pour désinfecter, recoudre, par peur et dégoût elle préféra laisser de côté les instruments plus barbares mais Melinda l’infirmière en chef lui rappela calmement que suivant l’étendue des blessures, il faudrait peut-être prendre des mesures plus radicales. La brunette hocha doucement la tête, l’air grave, espérant réellement qu’elle n’aurait pas besoin d’utiliser les outils en question. Dans les tentes de secours, peu d’information avaient filtré concernant la situation à l’extérieur du camp, les infirmiers et infirmières savaient que des groupes d’espions et éclaireurs avaient été envoyés pour mesurer les forces ennemies – du moins ce qu’Olivia avait compris – mais que tout ne s’était pas passé comme prévu. Mais qu’attendre d’autre ? Les üniks venaient attaquer les hybrids dans leur domaine, cette forêt était leur royaume, leur territoire et ils la connaissaient, la protégeaient. C’était une idée idiote de venir les envahir dans ces conditions-là. La Keegan n’était pas rompue aux arts de la guerre, mais une rencontre en terrain neutre aurait sûrement été plus judicieuse à son sens. Les üniks partaient juste à la boucherie dans ces conditions-là. A l’extérieur de la tente, elle entendit que l’on s’agitait, les blessés arrivaient sûrement.

Cécile avait couru avec son comparse soigneur vers l’entrée du camp où se trouvaient deux des soldats envoyés en éclaireurs. L’un d’eux tenait encore sur ses deux jambes, il avait l’air épuisé mais sauf. Le deuxième soldat en revanche ne payait pas de mine, il était inconscient pour commencer, son uniforme était tâché de sang et il semblait également avoir pris un méchant coup au crâne à tel point que Cécile n’aurait su dire si ses cheveux étaient naturellement de cette couleur ou non. D’un ton calme, la blonde indiqua à son collègue – un garçon plus gaillard qu’elle – d’aller épauler le premier blessé, celui qui se tenait debout, pour l’escorter jusqu’à la tente. De son côté, elle déplia le brancard qui servirait à transporter le second blessé, il faudrait le bouger avec précaution. Deux autres infirmiers les avaient rejoints, attendant la prochaine vague de blessés si elle arrivait, ils l’aidèrent à installer le soldat blessé sur le brancard. Durant le trajet jusqu’à la tente de secours, Cécila tenta d’examiner ses blessures, la plaie à la tête n’avait pas l’air si affreuse qu’elle l’aurait cru, il devait sûrement avoir perdu conscience sous le choc et la fatigue, sans oublier la violence de son autre blessure.

Lorsque le premier soldat entra dans la tente, fatigué et abattu, Olivia se précipita dans sa direction pour lui indiquer un lit où s’installer. Aussitôt, elle alla lui préparer une solution sucrée qui n’était pas forcément agréable au goût mais qui aurait le mérite de le requinquer, un mélange de médicaments pour éviter les infections, de vitamines, quelques arômes hautement artificiels, rien de tel pour renvoyer un soldat à la guerre illico presto. Une fois le remède ingéré, Olivia demanda l’homme de se coucher pour prendre du repos, il n’aurait sûrement pas une nuit de sommeil complète, soit parce qu’il serait hanté par les souvenirs de la mission, soit parce qu’on viendrait bien vite le chercher pour repartir à l’attaque. Il tourna le dos au reste de la tente, remontant sur lui une couverture de couleur beige, n’entendant pas la petite voix d’Olivia qui tentait de le convaincre que tout irait bien. Tout irait bien, elle l’espérait du moins.

« Oli’ par ici, celui-ci a besoin de plus de soins. Il a été blessé à l’omoplate, c’est pas beau à voir, et il a pris un coup à la tête. Il a perdu connaissance, j’ai essayé de le réveiller pour m’assurer qu’il était toujours parmi nous mais rien à faire. Installez-le là-bas ! »

Cécile se montrait autoritaire, sûre d’elle, une vision plutôt rassurante pour la brunette qui sentit ses forces la quittaient lorsqu’elle posa son regard sur le blessé. Son teint de porcelaine perdit de son éclat et c’est blanche comme un linge que la Keegan s’approcha du lit où on installait quelqu’un qu’elle connaissait bien. Muette comme une carpe, Olivia ne put décrocher son regard de la forme inconsciente, soupirant dans un murmure le nom du docker avant que son amie ne vienne la réveiller.

« Oli’ il faut faire vite ! Essaie de voir si tu arrives à le réveiller, je vais chercher de quoi anesthésier.
- O-oui pardon, je m’en occupe *s’approchant et cherchant à capter l’attention du rouquin* N-Neo … Réveille-toi, fais nous signe … »

L’infirmière en chef s’approcha et leur indiqua qu’il était juste inconscient, et qu’il valait mieux qu’il le reste le temps des soins. Elle vérifiait son pouls tout en parlant, rassurant les deux infirmières qui étaient loin d’être expertes en la matière. C’était une erreur de se placer dans les groupes de soutien, elles n’y connaissaient rien, elles risquaient même de faire des erreurs qui pourraient être fatales.

« Cinq ! On se réveille. Apportez moi ce plateau qui vous avez préparé, il y a tout ce qu’il faut dessus. D’abord, nous allons voir l’étendue de la blessure à l’omoplate, il a perdu beaucoup de sang mais la blessure est nette, c’est une bonne chose. »

Melinda continua l’examen et les explications, personne ne prononçait un mot à part elle mais tout le monde était à sa disposition, lui donnant tour à tour des ciseaux, des compresses, du fil, des aiguilles. Même Olivia qui tentait de garder toute sa concentration, c’était Neo mais c’était un soldat comme un autre, elle avait vu d’autres blessures, elle en verrait sûrement d’autres avant que la guerre ne soit terminée. Après une longue heure de travail minutieux, Melinda déclara qu’elle avait fait tout son possible pour la blessure du jeune soldat, il restait aux infirmières en herbe à soigner ce mauvais coup au crâne et attendre qu’il se réveille. Cécile, qui avait bien remarqué l’attitude de son amie, s’approcha d’elle et lui lança un regard inquiet.

« Fais-lui confiance, il va se réveiller. Cette blessure aurait sûrement fait tomber n’importe qui dans les pommes, ça plus le fait qu’il s’est cogner je ne sais comment … Tout ira bien Oli’. Je vais aller m’assurer que les autres n’ont besoin de rien, je te laisse t’occuper de lui.
- J-je m’en occupe … Cécile ? Merci. »

La blonde lui lança un sourire rassurant avant de partir voir comment se portait l’autre soldat blessé arrivait ce jour. Il était grincheux, mais semblait plus en forme. Il raconta ce qu’il s’était passé à la jeune femme qui tourna la tête vers son amie, surveillant tout de même qu’elle ne fasse pas de bêtise en tentant de l’aider. De son côté, Olivia prit une profonde inspiration avant de prendre une nouvelle compresse et du désinfectant. Elle alla s’asseoir sur le bord du lit de camp et tourna avec précaution la tête du docker, il devait encore être sous l’effet de l’anesthésie alors elle n’avait que peu de chance de lui faire mal, mais son intention n’était pas de lui causer des blessures encore plus graves. Toujours avec la même prudence et avec une minutie empruntée à Melinda, Olivia nettoya la petite plaie à la tête, s’assurant que rien ne viendrait causer d’infections ou empêcher la guérison. Un pansement et un bandage plus tard, son travail était terminé, elle resta là un instant, dégageant les cheveux en bataille du docker avant de soupirer.

« T'es pas un soldat toi, t'es un mécanicien … »

De sa main elle vint rapidement essuyer de petites larmes qui se formaient aux coins de ses yeux. Elle devait être forte et surtout elle devait se montrer également forte pour tous les blessés. Olivia ajusta une couverture sur Neo et le laissa car après tout Melinda l’avait dit, il fallait maintenant attendre qu’il se réveille. Un nouveau groupe de blessés arriva alors qu’elle rejoignait Cécile, des égratignures à panser, d’autres blessures plus importantes. Les soldats la remercièrent chaleureusement pour les soins, sûrement contents de voir que tout le monde ne les considérait pas comme de la chair à canon, comme des moyens pour atteindre une fin. D’autres se montraient plus fiers, préférant quitter la tente aussitôt soignés. Du coin de l’œil, Olivia surveillait le réveil de Neo, sous le regard de son amie qui si la situation n’avait pas été aussi critique l’aurait noyée de questions.

« Merci mesdemoiselles pour votre travail, pour votre soutien. »

Un soldat blessé à la jambe passa une bonne dizaine de minutes à les remercier avant de s’épandre sur sa vie à la capitale, sur sa femme et ses enfants qu’il voulait revoir et qu’il reverrait sûrement grâce à leur travail. Il se montra moins poli lorsqu’il sentit l’atèle se refermer sur sa jambe encore douloureuse. Le quotidien d’Olivia serait sûrement ainsi pour les jours voire les semaines à venir, combien de temps cela durerait-il ? Personne n’aurait su le dire pour l’instant.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


World Mistress (MN)

Originaire depuis le : 29/04/2013
Récits contés : 258

RPG
Âge : [A]^(-1)=(1/det[A]) comt(A)
Groupe:
Inventaire: Ce qui est à toi est à moi ~

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Jeu 25 Juin - 23:31



FRONT : Des cris de mort dans la Forêt


P'tit mot de Yuusuke : Je suis désolé mais cette semaine j'ai eu des horaires de travail pénibles, je ne vais donc pas faire de rp pour ce post PNJ mais je vous donne les actions qu'il se passe pour continuer l'évent. Si jamais vous avez la moindre question n'hésitez pas à me MP.



  • Les deux Uniks en charge de la diversion opéraient avec une synchronisation parfaite. Les flammes guidées par le vent faisaient fuir les animaux. A cause de cette panique de nombreux cavalier Hybrid se sont fait piétiné et brisé les os.

  • L’armée Hybrid qui arrivait par vague successive fût plus rapide que le timing annoncé par Sora. La moitié protégeait les blessés tandis que les autres les transportaient vers les médecins dans la capitale.

  • Les vagues suivantes étaient dépourvues d’animaux, uniquement des soldats prêts à tout pour tuer. Plus le temps passait et plus l’armée Hybrid était nombreuse, les combattants Uniks se faisaient éliminer un par un.

  • Les autres Uniks attendaient caché dans le camp, ils étaient prêts à actionner le piège à la moindre présence ennemie. Le premier groupe Hybrid passa l’entrée et les fils barbelés se tendirent ainsi qu’une nuée de flèches volait. Aucun survivant n’avait été déclaré mais les autres groupes de combattants adverses ne bougeaient plus.

  • L’oiseau messager que Sora avait envoyé trouva sa cible. Il s’agissait de deux puissants chefs de bataillons. Ils sont cachés sous la terre dans la forêt, l’un fait deux mètres, cent cinquante kilos et possède un gros marteau. Tout ce qu’il touche avec son arme se transforme en état de fantôme, c’est-à-dire qu’il disparait et n’a plus aucun contact physique avec le monde. En revanche, s’il retouche quelqu’un dans cet état avec son marteau, la personne redevient comme elle était (elle n’est plus fantôme).  La deuxième est très fine et agile, son don lui permet de repousser des attaques par choc mental.

  • Les deux chefs étaient arrivés discrètement par l’arrière avec deux cents soldats, l’homme au marteau frappa le mur de terre et  en supprima une partie faisant apparaitre une nouvelle entrée proche des tentes des médecins.

  • L’armée principale Hybrid attendait le signal qui a été donné quand les deux chefs sont entrés dans le camp. Tous les combattants foncèrent en direction des entrées du camp Unik.

  • Les Uniks devaient faire face à une armée autour du camp qui cherchait à entrer par tous les moyens ainsi qu’une plus petite armée à l’intérieur à proximité des tentes de soins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prince de rien (Lukas R.)

Originaire depuis le : 01/10/2013
Récits contés : 338

RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Sam 27 Juin - 1:58


Fleya appuya de nouveau les propos de son maître, en y apportant encore une fois des précisions et des compléments si pertinents et rusés que c'en était diabolique. A l'écouter, on ne pouvait qu'acquiescer ses plans réfléchis et intelligents, qui garantiraient à coup sûr de sauver bien des vies Üniks, mais qui détruiraient d'un autre côté celles des Hybrids et des grands animaux de la forêt. Le Duc observait sa jeune protégée avec une légère lueur d'inquiétude dans son regard sombre. Il la voyait, fragile comme un papillon qui peinait à prendre son envol dans un monde qu'elle ne connaissait pas, déblatérer pourtant des tactiques de mort qui l'effrayaient davantage que l'inconnue vie quotidienne d'Anathorey. Sa petite main blanche tremblait dans celle de Lukas. Il la serra petit à petit, de plus en plus fort, pour la rassurer. Tout allait bien. Il était là, il ne la laisserait pas seule. Tous les deux, ils comprendraient pourquoi elle parvenait à dire tout cela, s'ils en discutaient à tête reposée loin de tout ce tumulte guerrier. Quand ils seraient rentrés au manoir de Lukas, tout irait pour le mieux. C'était là la promesse silencieuse que le noble fit à la jeune femme.

Pendant que les esprits s'échauffaient de réflexion dans la tente des stratèges, au dehors, le carnage avait commencé. Le sang des fils d'Anathorey se répandait dans la forêt comme une mousson maudite qui abreuverait les sous-sols pour plusieurs générations. Les bêtes hurlaient de terreur face au feu, perdues dans le brouillard, et piétinaient les pauvres hères qui se trouvaient sur leur chemin. Les hommes, qu'ils fussent Ünik ou Hybrids, tombaient les uns après les autres, tels des pantins désarticulés. Le massacre dura pendant des heures, et la retransmission permise par le Dzêta du général Kiba faisait d'eux les spectateurs les plus privilégiés de cette grotesque tragédie. Toutes ces vies étaient gâchées pour des considérations princières rivales et haineuses. C'était intolérable. Comment pouvait-on affirmer protéger une nation en envoyant ses propres congénères à l’échafaud de la sorte ? Tout cela avait le goût de cendres froides. De la poudre à canon refroidie sur un sol maculé de sang innocent.

Les stratégies Üniks fonctionnaient, mais il semblait que l'armée Hybrid était parvenue à avoir un coup d'avance. Un message transmis, ainsi qu'une fissure que personne n'avait vue permirent à l'adversaire de se rapprocher fort dangereusement du camp Ünik. Les soldats Hybrids étaient désormais à leurs portes, et une brève retransmission d'images fit voir aux stratèges que les tentes de soins risquaient de tomber aux mains de deux Chefs Hybrids dont les pouvoirs semblaient tout à fait redoutables.
Lukas adressa un regard doux à Fleya, et décida qu'à présent il était temps pour lui de faire des propositions davantage pertinentes. Si des choses horribles devaient être envisagées, il voulait préserver la candide Qantik de ces idées. Alors il tenterai de monter un plan convenable. Le jeune Duc se leva, et prit la parole d'un air solennel.

« Adoptons la même stratégie que les Hybrids. Faisons créer à l'intérieur de notre campement, et tout autour, une barrière de brouillard si dense qu'elle perturbera au moins pour quelques instants leurs sens. Nous pouvons utiliser de nouveau la tactique des Dzêtas sensoriels combinés à ceux de combat. Notre avantage cette fois-ci est que chacun de nos soldats connaît parfaitement le terrain du camp, je pense qu'il y aura donc beaucoup moins de pertes inutiles que dans la forêt. Les Dzêtas de feu et de vent pourront quant à eux ouvrir la voie aux premiers, et les guider de manière contrôlée jusqu'à l'ennemi, sans pour autant permettre à ce dernier de profiter de leurs manipulations. Il faut que les Üniks y voient, mais pas les Hybrids... ».

Lukas poursuivit, en désignant du bout de ses doigts les zones du camp affectées par sa stratégie. « De plus, je suggère que les Dzêtas permettant de créer ou manipuler du gaz s'associent avec les Dzêtas de pyromancie. Ces hommes pourraient se placer en hauteur, sur les remparts du camp, et créer des explosifs aériens que l'on larguerait à l'approche de l'ennemi... ». Le jeune homme se détestait pour ce qu'il racontait. Il aurait voulu se taire, partir de la tente, et laisser tout ce beau monde se débrouiller avec ses histoires de guerre et de haine vieille de centaines d'années. Mais il ne pouvait abandonner tout ces soldats, vieux comme jeunes, qui se battaient la peur au ventre, et ces femmes qui aidaient bravement aux tentes de soin... Il ne le pouvait. Il était de son devoir de protéger les Üniks, en tant que membre de la pègre d'Anathorey. C'était une question d'éthique et d'intégrité : Lukas ne pouvait abandonner quelqu'un qu'il pouvait aider. Même si son aide était minime. Il ne le pouvait tout simplement pas.

« Restent ces deux chefs Hybrids, dont les pouvoirs semblent défier les lois scientifiques que nous connaissons si bien, ajouta-t-il l'air grave. Nous ne pourrons les battre lors d'un combat, ils auront forcément l'avantage, et ils ne feront pas de prisonnier. Je suggère de les conduire à un piège, qui les maintiendrait captifs et qui les empêcheraient d'utiliser leurs pouvoirs. Nous pourrions faire une fosse avec ceux qui maîtrisent la matière terrestre, et ce près des tentes de soins qu'ils semblent approcher à très grand pas. Nous nous devons d'envoyer des soldats dans ce secteur également. Nous ne pouvons abandonner nos blessés, et le personnel soignant qui travaille très durement à leur sauver la vie... ».

Sur ces mots, Lukas se tut, et regarda droit dans les yeux le général Kiba. Avait-il une meilleure idée ?

Résumé du post:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)

Originaire depuis le : 13/11/2013
Récits contés : 165

RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Mar 30 Juin - 14:17

Qu'importe ses efforts la situation ne cessait de s'empirer. Au point qu'à présent, elle était devenue critique. Cerné par une armée, et envahi par une division, tel était leur situation. Le visage de Fleya se fermait toujours un peu plus. Que ce soit par les images horribles et insoutenables qu'on lui imposait en torture silencieuse. Ou par les décisions atroces que sa bouche ne cessait de prononcer depuis tout à l'heure. Et pourtant, le danger se rapprocher. Si l'armée adverse était tenue plus ou moins en respect pour l'instant, la division mener par ces deux chefs risquait de leur être fatale. Fleya commençait à se crisper. Le danger se rapprochait de son précieux Maître. Elle avait plus en plus de mal à se contenir. Elle était à présent victime d'une propre lutte interne, déchirer par des sentiments qui eux-mêmes s'affrontaient. Le dégoût et la terreur que lui inspirait la guerre et les morts.... La colère et la fureur que lui provoquait la simple idée que son maître puisse être blessé ou tué. Et aussi rapidement qu'inexplicablement, ce fut ce penchant qui pris le dessus. Non.... On ne lui prendrait pas son Maître ! Jamais plus elle ne perdrait un être cher sans pouvoir agir ! Et tant pis si pour cela elle devrait détruire des vies.

Fort heureusement Lukas avait pris les devants et orchestré le plus gros de la réplique et de la mise en place de la défense. Cela éviterait à la jeune Qantik de prendre la responsabilité des décisions pénibles. Mais il lui restait le problème des deux chefs. Fleya examina rapidement la situation. Ses yeux balayaient en vitesse la liste des Dzêtas pour trouver celui qui pourrait l'aider à cela. Et finalement elle ajouta.


-Il nous faut impérativement mettre hors d'état de nuire les deux dirigeants. Ou plutôt être les plus rapides. La cible de la division n'est pas les zones de secours et de soin, même s'ils n'hésiteront pas à les saccager. Stratégiquement parlant, les camps de soin ne sont pas intéressant dans ce genre de bataille à camp unique. Non.... La cible.... C'est nous. Les hybrids cherchent à nous couper la tête pour nous empêcher de nous organiser et de contre attaquer. Diviser pour mieux régner. Mais dans la même idée du maître, nous allons retourner leur stratégie contre eux. En touchant leurs propres chefs, leurs troupes seront désorganisées et la confusion nous permettra de les repousser aisément. Mais se débarrasser d'eux sera chose difficile. Premièrement, il faudra impérativement les attaquer à distance. Comme l'a dit le Maître, leurs aptitudes sont trop dangereuses pour une attaque frontale, cela serait un échec sans équivoque. Pour le plus imposant, l'important et de l'empêcher de se servir de son arme. Il faudra l'attaquer par derrière, et lui envoyer une charge d'explosif de type anti-personnel. Même si ça ne le tue pas, le choc de l'explosion l'étourdira temporairement. Il faudra alors que des hommes disposant d'armes à feu et d'armes de jets concentre leur tire à des endroits précis. En premier lieux ses mains, pour l'empêcher de se servir de son arme. En second lieu, ses genoux. En agissant de la sorte, nous l'empêcheront tout simplement de pouvoir se mouvoir et d'attaquer.

Si en quelques minutes Fleya semblait avoir sceller le destin de l'un des chefs Hybrids, il en demeurait encore un autre qui risquait d'être tout aussi pénible à gérer. Mais la sécurité de son Maître étant en jeu, la jeune Qantik n'eut aucun mal à trouver la motivation à la destruction de ce qui n'était plus désormais qu'une menace. Elle poursuivit alors implacablement.

-Pour la seconde, la stratégie de la terre meuble proposée par le Maître est certainement la plus sûre. Surtout si l'on a pu neutraliser le premier dirigeant au marteau. Mais il faudra l'appliquer sur un grand rayon pour lui soustraire toute possibilité de fuite et d'esquive. La meilleure option pour cette cible sera de l'attaquer par dessous. Pour cela, nous allons créer un sable mouvant.... Nous avons à disposition deux dockers, l'un marin de profession, dont le dzêta permet la création d'eau salée.... l'autre ouvrier en chantier, dont le dzêta permet la création de sable.... Si nous combinons ces deux dzêtas à celui qui permet de mouvoir la terre.... Alors nous pourront engloutir notre cible. Car le sol de cette région est très riche en argile... L'argile mélangée à du sable et à de l'eau salé donne un terrain spongieux et embourbant, mais surtout qui offre une résistance dès que l'on essaye de s'en dépêtrer. Le chef sera prisonnier du sable mouvant, et mis hors d'état de nuire. Le dzêta permettant le contrôle de la densité nous permettra de le sortir ou non de là.

Cette fois, les deux cas avaient été traité. Lukas avait fait le plus gros du travail, Fleya s'étant contentée d'approfondir les idées qu'il avait proposé. Les stratégies de contre offensive établies, Fleya put se détendre un peu, et retrouver partiellement ses esprits. Une fois encore, elle avait fait preuve d'une cruauté aussi épouvantable que tristement nécessaire. De nouveau le conflit qu'il y avait en elle se fit entendre, plus poignant et déchirant que jamais. Au point qu'elle commençait à s'en sentir mal.... Ses pauvres processeurs étaient surchargés d'informations contradictoires, presque violentes de part leur importance et de leur ordre de priorité. La pauvre Qantik changea de couleur, comme prête à faire un malaise. Il fallait que cela cesse, il fallait qu'ils partent d'ici.... Dans un effort qui lui parut bien pénible, elle reprit de nouveau parole.

-Si nous parvenons à capturer les dirigeants.... Nous devrions en profiter pour négocier un repli. Nous sommes clairement en sous-effectifs, et avec les pertes que nous avons subies, nous ne pourront pas tenir fasse à des armées alimenter par une ville à proximité. Nos points de renforts et de ravitaillement sont trop éloignés pour nous permettre de combattre et de tenir nos positions. Notre survie est une question d'heures voire un jour tout au plus. Nous ne pouvons maintenir l'assaut dans ces conditions. La seule chose que nous pouvons encore faire est d'épargner des pertes inutiles, et sauver ce qui peut encore l'être. Cette mission est un échec général Kiba. Le prorata de pertes par rapport aux dégâts infligés est médiocre. La préparation de la mission semble être complètement absente, et les risques encourus sont définitivement trop importants par rapport au pourcentage de chance inexistant de réussite.

Ils avaient été dans l'erreur et la prétention dès le début. La préparation ? Elle brillait par son absence ! L'organisation ? Lukas et Fleya essayaient désespérément de sauver les meubles ! Dans un exercice qui les écœurait et les affligeait inlassablement.... Il n'y avait rien à attendre de cette bataille. Rien à y gagner. Pas de terrain, pas de position, et certainement pas de gloire. Fleya n'en pouvait plus. Sa nature profonde luttait sans merci avec les idéaux qu'elle avait pris soin de se construire, encouragé par l'influence positive de son Maître. L'une demandait encore plus de combat, de partir sur le terrain même ! L'autre hurlait pour arrêter le massacre et se sentait violé et bafoué dans ce qui lui était le plus cher et précieux. Il fallait que cela cesse.... Fleya voulait retrouver sa paix et sa joie de vivre habituelle, cette douce quiétude qu'elle aimait tant. Mais pourrait-elle seulement la retrouver un jour après les atrocités de cette journée ? Elle n'osait même plus regarder Lukas, morte de honte de ses propres capacités et de sa faiblesse. Il était à présent la seule personne qui lui éviter de s'effondrer et de sombrer dans la noirceur qui s'était éveiller en elle.... Elle se tenait à lui avec la force du désespoir, le suppliant silencieusement de l'emmener loin d'ici, de la sauver de toute cette horreur.... De la sauver d'elle-même....

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)

Originaire depuis le : 20/06/2014
Récits contés : 517

RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   Mer 1 Juil - 0:06

Neo entendait un écho bizarre. Un son étouffé et lointain. Son corps flottait comme s'il était sous l'eau. Etait-il dans l'eau ? Ce son provenait-il de la surface ? A bien tendre l'oreille il lui semblait que c'était son nom qui était prononcé. Il ne fallait pas l'appeler, Neo était en train de dormir. Du moins un poids lourd dans son crâne lui donnait le vertige d'une fatigue intense. Mais cette sensation était le signe de ce que le jeune homme se réveillait. Pus il reprenait conscience, plus il avait l'impression qu'une force incommensurable s'abattait sur ses membres. Il était lourd, tellement lourd qu'il en vint à ne plus sentir certains membres. Le son bizarre se fit de plus en plus net, mais il s'éloigna de lui.

Le Docker vint un brin de lumière percer au travers de ses paupières closes. Il les ouvrit péniblement. Sa vue était très trouble, sa tête le faisait souffrir. Il devait s'être cogné méchamment pour avoir si mal. Après quelques instants, Neo fut de nouveau conscient, bien qu'il eut les yeux chargés de fatigue. Il voulut se redresser, et se frotter un peu les yeux pour mieux y voir. Mais lorsqu'il s'assit, il fut saisi d'une terrible douleur au niveau de son épaule droite, qui lui arracha une exclamation de douleur étranglée. Il porta sa main gauche à sa blessure, et remarqua soudain qu'un bandage très soigné avait été fait.
Neo baissa les yeux sur le lit blanc où on l'avait allongé. Où est-ce qu'il avait atterrit ? A regarder un peu autour de lui, et à écouter le brouhaha ambiant, les pas pressés de ces femmes vêtues de blouses blanches et les gémissements plaintifs de voix masculines, c'était le vrai bazar ici. Il y avait des gens partout, de nombreux lits à droite et à gauche, sur lesquels se tenaient plutôt mal en point. Il était dans une infirmerie. Une des tentes de soin qui étaient sur le front de Nemoto. Mais qu'avait-il donc fait pour se retrouver ici ?

Il se souvint alors. Les petites unités de soldats envoyées dans le brouillard de la forêt, le feu, et les bêtes... Ce terrible Nago au souffle rauque et grondant qui l'avait pourchassé jusqu'à ce que son épaule fut transpercée par ses impressionnantes défenses. Neo frissonna quand il pensa de nouveau à la course poursuite. Cette saloperie ne l'avait pas lâché. Et voilà qu'il se retrouvait avec une épaule fichue, et un bandage sur le crâne, qu'il avait dût cogner à un moment où à un autre. Le Docker voulut lever sa main droite pour tâter l'épais pansement qui serrait son front et ses cheveux en bataille. Mais il ne le put pas. Avec un certain effroi, Neo baissa les yeux vers sa main, qui tétanisait  lorsqu'il tentait de bouger son bras. Il ne pouvait plus bouger son bras. Et s'il essayait de se mouvoir depuis son épaule, celle-ci lui rappelait de manière cinglante qu'elle n'était pas en forme pour le moment. Après quelques tentatives désespérées, le jeune homme cessa d'essayer de bouger, et regarda impuissant sa main reposer mollement sur le matelas d'infirmerie.

Le Docker baissa son regard gris et esquissa un sourire désolé. Toutes ces conneries merdiques de combat et de patriotisme, c'était vraiment pas son fort. Il avait tout raté : la stratégie de l'armée Üniks, le guidage de ses compagnons d'unité, la course avec le Nago... et maintenant il risquait peut-être de perdre son boulot. Un mécanicien manchot, c'était une vraie farce. Neo tâta son bras, et s'aperçut qu'il avait encore des sensations de toucher. Bon. Sachant cela il n'était pas forcément rassuré, ignorant totalement de quoi cela pouvait bien être signe ou non.

Le Docker s'assit sur le rebord de son lit avec peine. Il portait toujours son pantalon d'uniforme de fantassin. Sinon il n'avait rien à se mettre sur le dos, les bandages encombraient trop son torse pour cela. Neo n'avait pas envie de rester ici. Il avait mal mais il pouvait marcher. Alors il se leva doucement, et dirigea ses pas vers la sortie de la tente, plus loin. Où en étaient les troupes ? Où était Tobias ? Il fallait que son pote d'enfance s'en tire. Putain oui, il le fallait. Sinon la vie à Nordkia ne serait plus jamais la même. Ce serait l'enfer. Sans la mécanique et sans Tobias, c'étaient d'énormes parts de bonheur de sa vie qui s'envoleraient. Neo avait eu besoin d'une guerre à la con pour s'en rendre compte. En sortant il pourrait peut-être s'assurer que Tobias allait bien. Peut-être...

Mais sur son chemin, et par le plus grand des hasards qui voulut que son regard soit attiré sur sa gauche, Neo aperçut un visage qui lui était désormais bien familier, et que jamais il n'aurait crût croiser dans un endroit pareil. Le visage pâle d'une jeune femme plus petite et plus jeune que lui, aux grands yeux ambrés fatigués par l'effort et aux cheveux si noirs de jais qu'ils évoquaient le plus riche des velours. Le Docker écarquilla lentement des yeux étonnés. Il s'approcha d'un pas lent vers Olivia, cette Olivia qui était depuis peu devenue une rencontre très récurrente dans la vie du Docker, et se plaça juste devant elle après quelques pas qui lui demandèrent un effort inattendu.

« Oli... Mais qu'est-ce que tu fais là ? » lui demanda-t-il d'une voix étrangement posée, en comparaison avec son habituel débit énergique et exubérant, parfois un peu blasé. Il voulut lever son bras, mais son geste lui coûta un spasme douloureux dans l'épaule, ainsi que de nouveaux tremblements à la main droite. Il avait oublié qu'il pouvait pas le bouger pour le moment tiens... Neo adressa un sourire un peu désolé à Olivia et lui dit en toute humilité :
« Héhé. J'crois que j'ai un peu merdé sur le terrain... ».

Neo était très surpris de voir Olivia ici. Mais il était aussi, au fond, très heureux de la voir. Même s'il n'en avait pas conscience, et même si le sourire sur son visage fatigué ne le ferait pas dire à la jeune femme.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN   

Revenir en haut Aller en bas

PART. I EVENT - Front de Nemoto (Groupe 1) FIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Event] Gehenna Battle - Premier Groupe d'Attaque !
» Les Maudits (préparation - part 1) [Event]
» [Terminé] Event- Les Landes Rocheuses (Groupe n°5)
» EVENT CITIZEN ✖ Camping : groupe du montage des tentes
» Partie II Event - Nordkia se soulève ! [Groupe de Nordkia]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Nemoto
-