N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


World Mistress (MN)


RPG
Âge : [A]^(-1)=(1/det[A]) comt(A)
Groupe:
Inventaire: Ce qui est à toi est à moi ~

MessageSujet: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Lun 1 Juin - 21:11



LES MURMURES DANS LA CITE

   
L'inquiétude croît...

   D'inquiétantes rumeurs parcouraient le Désert de Sidhe depuis quelques temps. Frisson glacé dans ces contrées brûlantes, il parvenait comme un présage de mort jusqu'à la calme Cité Neutre. Sur la place aménagée au milieu des ruines de fer et de pierre de l'ancienne ville Qantik, Gareth songeait avec inquiétude. Il avait entendu dire qu'il y avait eu beaucoup de grabuge entre les deux grands clans dans la Sylva. Les Üniks n'étaient pas aimés de tous, et surtout pas des Hybrids. La famine qui avait frappé Urban City devait être terrible pour les avoir poussé à s'aventurer dans ces contrées sauvages. De nombreux Qantiks avaient déclaré avoir aperçu au loin de très grandes caravanes Üniks, en mal de nourriture qui cherchaient désespérément des ressources pour leur peuple. L'accueil des allumés de la forêt s'était fait très agressif... Gareth serrait les dents. Les tensions se faisaient de plus en plus grandes, et rien de bon ne se répercuterait sur eux.

   Il était en effet persuadé que la Cité Neutre n'était pas du tout en sécurité si la guerre éclatait. Inquiet et se sentant particulièrement concerné par les conflits de la pauvre planète d'Origin's, il avait fait part de ses craintes à ses camarades. Certains étaient Hubots, d'autres Cyborgs de toutes les origines. Mais tous l'avaient entendu et étaient d'accord avec lui. Personne n'était à l'abri si la guerre éclatait. Qu'adviendrait-il de la Cité ? Les leurs ne seraient-ils pas en danger ?
   Gareth et ses hommes n'étaient qu'une dizaine, mais bien vite chacun parla à son entourage de ces rumeurs à propos de la guerre qui s'apprêtait à éclater entre les Hybrids et les Üniks. Ces histoires se répandirent comme une traînée de poudre, si bien que chaque Qantik était désormais au courant dans l'enceinte de la cité.

   En ce jour, les Qantiks avaient décidé de se réunir, sur cette grand place. Gareth était assis sur un énorme bloc de pierre, et toisait se son unique œil ceux qui arrivaient petit à petit. Il fallait les protéger, quoi qu'il puisse advenir. Tous s'étaient réunis pour discuter de ce qui se tramait, et de leur avenir.
   Quand le calme gagna la foule des Qantiks, tous un peu inquiets car peu habitués à se réunir de manière si solennelle, Gareth se leva et prit la parole d'une voix forte.

   « Mes amis ! Je vous remercie d'avoir répondu aux appels de nos semblables. Si l'on vous a demandé de venir aussi nombreux en ce jour, c'est que des jours sombres semblent se profiler dans un avenir proche. A l'heure où je vous parle, la diplomatie entre les Üniks et les Hybrids est au plus mal. La plupart d'entre nous ignore ce que cela aurait comme répercussion sur nos existences, mais il me semble très important de vous dire que nous courons sans doute un grand danger... »

   La foule émit des sons de brouhaha concerné et inquiet. Pourquoi vouloir s'en prendre à la Cité Neutre ? Que chaque race reste dans son coin, avec ses histoires ! Gareth leva le bras, et poursuivit :
   « Vous savez ce pourquoi nous avons tous été conçus à la base. Nous ne sommes... que des armes vivantes, aux yeux des Üniks » Son ton avait failli se rompre en prononçant ces mots, car il était conscient que de très nombreux Qantiks avaient été blessés par le peuple d'Anathorey.
   « Si une guerre éclate, je crains que l'on ne cherche à nous asservir de nouveau, pour l'intérêt seul de la politique Ünik. Nous souhaitons donc entendre l'opinion de chacun. Si vous savez quelque chose, avez entendu une information ou une rumeur digne de nous être utile, prenez la parole et faites-nous partager ce que vous savez ! »

   Les Qantiks se regardèrent, murmurèrent, et réfléchirent. Mais une jeune femme s'avança immédiatement au devant de Gareth. Elle semblait porter sur son visage toute la peur, la tristesse et l'angoisse du monde. Chacun la dévisagea, et l'observa s'approcher lentement de l'orateur pour prendre la parole. Plus pâle que la mort, elle leva une main tremblante, et vint la poser sur le bras de Gareth.

   « … Plus tôt, je chassais dans la Sylva, pour trouver de la nourriture. Mais j'y ai vu des choses affreuses... Des parties entières de la forêt ont été ravagées, et … par endroit, tous les corps n'ont pas été retirés. »

   Cette dernière affirmation s’abattit comme un vent de mort sur la Cité. Plus personne ne pipait mot.

   « C'est trop tard, Gareth... Elle est déjà déclarée... Cette guerre... »

   La jeune femme tomba à terre, et se mit à sangloter. Gareth, quant à lui, leva un regard perdu vers ses semblables. Les Qantiks étaient dans un étau dangereux, qui se resserrait de plus en plus autour d'eux.

   
Déroulement - Impératif :


   Le groupe est composé des joueurs suivants, qui devront poster dans cet ordre :
   1) Iro
   2) Yuris Brooks
   3) Diya

   - Vous avez chacun un délai de trois jours (ni plus, ni moins) pour poster. Vous devrez faire un minimum de 400 mots. Si vous dépassez ce délai, le tour du joueur après vous commence. Vous pourrez rattraper votre retard en faisant un post cette fois de 800 mots minimum.

   - Vous devez faire un résumé de votre récit en spoiler à la fin de votre post (merci de bien en prendre note, qu'on n'ait pas à vous le répéter systématiquement ^w^)

   A la fin de chaque cycle de post, Mère Nature postera de nouveau et un autre tour commencera.
   
Les joueurs sont encouragés à interagir entre eux ! Ce n'est pas parce que c'est un event que chacun doit rester dans son coin, au contraire.

   Pour rappel, vous pouvez voir sur ce sujet quels sont les gains auxquels vous pourrez prétendre à la fin de la Partie I de la Purge.

   
Admin responsable de ce RP : Yuris Brooks. Pour toute question, adressez-vous à elle uniquement.

   Très bon rp à tous ! ^w^
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Mar 2 Juin - 21:14

La rumeur avait enflé, telle une marée montante, à la différence près que celle-ci semblait ne jamais vouloir refluer. Son écume portait en elle l'écho lointain de l'acier contre l'acier, des corps meurtris et du sang abreuvant la terre. Les échos de la guerre. Une guerre qui semblait désormais inévitable. Survivraient-ils à la tempête qui s'annonçait, pauvres hères meurtris par les caprices du destin et des üniks ?
Sortant de ses pensées, Iro ramena son regard azuré vers la foule amassée sur une des grandes places de la Cité Neutre. Installé en hauteur sur un mur en ruine un peu excentré, le jeune homme observait les visages. Partout la crainte se lisait. La crainte de ce que leur réservait cet avenir incertain. A l'initiative d'un certain Gareth les qantiks avaient décidé de se réunir pour en discuter. Fraîchement rentré dans la ville des siens après une période de vadrouille, le cyborg faillit rater le rassemblement, une éventualité à exclure pour quiconque souhaitait pouvoir venir en aide à ce peuple blessé.
Soupirant légèrement Iro parcourut de nouveau les visages à la recherche d'une personne en particulier. Elle aussi devait être là. Il ne la voyait pas rater un tel moment. Mais sa recherche pris fin lorsque, comme suite à un enchantement, le silence s'abattit sur les lieux. Chacun attendait que Gareth prenne la parole, qu'il les rassure, qu'il leur annonce que cette guerre n'était bien qu'une rumeur. Lorsque l'homme se leva, la même peur mêlée d'une pointe d'espoir brillait dans le regard de son auditoire. Un espoir qui s'évanouit tel un filet de fumée dans le vent lorsque sa voix forte s'éleva. Sans détour Gareth leur annonça que de sombres jours se profilaient à l'horizon alors qu'une nouvelle fois üniks et hybrids semblaient à nouveau emprunter le chemin de la guerre. Si les implications exactes restaient incertaines pour la race qantik, nul doute qu'ils en pâtiraient. Conçus comme des armes pour la plupart puis abandonnés par leurs concepteurs, leur destin était-il de retourner entre leurs mains ?
Les billes couleur ciel qui parcouraient encore une fois la foule savait que la plupart de ces âmes ne résisteraient pas à un nouvel affrontement. Pour le bien de ces êtres, ils ne pouvaient permettre à cette guerre étrangère de venir frapper à leur porte. Etait-il temps pour eux de se dresser pour leurs droits trop longtemps bafoués ? Le regard durci Iro tourna de nouveau ses pensées vers l'assemblée. Gareth demandait si quelqu'un en savait plus. Que chacun puisse s'exprimer, que tous aient une idée de ce qui se passait en ce moment au travers des témoignages de leurs semblables. Sans hésitation, une qantik s'avança au devant de la foule qui retenait son souffle. Tous observaient cette scène irréel d'une jeune femme fendant les flots avant de porter une main tremblante au bras de leur orateur. Ses yeux reflétaient les horreurs qu'ils avaient vues alors que sa voix s'élevait pour énoncer la dure vérité. Les corps jonchaient la Sylva, forêt sacrée des hybrids à présent profondément meurtrie par les actes des üniks. Il n'était pas nécessaire que le jeune femme ne continue pour que l'horreur de la situation ne s'insinue dans l'esprit de chacun et ne tire les conclusions qui s'imposaient.
« C'est trop tard, Gareth... Elle est déjà déclarée... Cette guerre... » Les quelques mots résonnèrent dans le silence de mort qui s'était abattu sur la place. Même Gareth posait un regard perdu vers ses semblables. Le peuple qantik semblait prêt à s'effondrer avant même que quoi que ce soit ne se passe.
« Regardez-moi cette bande de pleurnicheurs... » Dans le silence, cette courte phrase claqua comme un coup de fouet. Petit à petit les regards se tournèrent vers son origine. Le regard fermé, Iro dominait l'assemblée du regard depuis son siège improvisé. Sur les visage, la surprise, l'incompréhension, un début de colère. Si il ne continuait pas vite, il ne donnait pas cher de sa peau. « Les üniks et les hybrids ont décidé de se taper dessus ? La belle affaire ! N'est-ce pas la meilleure occasion pour nous ? Depuis des années vous vous terrez dans cette ville comme si vous aviez quelque chose à vous reprocher. » D'une voix forte, Iro marqua chacun des mots qui suivirent : « Avez-vous quelque chose à vous reprocher? » Pendant un instant il laissa ses mots flotter dans l'air. « Les üniks ont fait de vous ce que vous êtes certes, mais y a-t-il une honte à être qantik ? Ils ont décidé de nous exclure de leurs cités parfaites ? Ça les regarde ! Mais devez-vous pour autant pleurer sur votre sort dans votre coin ? Je le dis devant vous et devant quiconque me le demandera, je n'ai aucune honte à être qantik. Alors le malheur des uns faisant le bonheur des autres, je vous le dis : c'est là l'occasion de nous relever enfin ! De devenir ce que nous méritons d'être ! D'arrêter de se cacher, de baisser les yeux devant les autres peuples ! Et grâce à leur guerre futile, avec une bonne organisation cette idée n'est plus un rêve inaccessible ! Comment les armées des üniks pourraient nous empêcher de prendre en main notre destin alors que les hybrids sont à leur porte ? Alors oui, je vous le répète, vous n'êtes qu'une bande de pleurnicheurs ! Mais serez-vous prêts à agir pour vous, pour nous ? Êtes-vous prêts à accepter ce que vous êtes et à en ressortir de la fierté ? ALORS?! »
Tout au long de son discours, la voix d'Iro s'était enflammée pour finalement s'éteindre dans un cri. Avait-il réussi à faire passer ses idées aux autres qantiks ou n'avait-il bafouillé que des mots vides de sens. Il venait de jouer le tout pour le tout, quel en serait le résultat ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Jeu 4 Juin - 0:02

Il était tout à fait impossible d'être passé à côté de ce que l'on racontait ces jours-ci parmi les Qantiks. La menace d'une guerre entre les Deux grandes races était crainte désormais par l'ensemble des habitants de la Cité Neutre. Yuris était rentrée depuis quelques jours, et n'avait cessé de surprendre des conversations qui tournaient uniquement autour de ce grave sujet. Tous ses semblables affichaient un air grave, et concerné. Ils avaient peur. Peur que la guerre ne nuise à la Cité Neutre, et ils avaient raison de réfléchir à ces questions sinistres. Par le passé, les Qantiks avaient toujours eu à subir les frasques des Üniks, quelle que fut leur position pendant les conflits. A leurs yeux ils n'étaient que des marionnettes stupides destinées à leur obéir, à eux, leurs créateurs... Cette philosophie donnait la nausée à Yuris.
Seule Myra, l'I.A douce et innocente, avait le teint coloré comme une fleur de printemps au milieu des visages fatigués des Qantiks. Elle voulait positiver, et se disait naïvement que si une guerre éclatait entre les Üniks et les Hybrids, il n'était pas certain que les habitants de la Cité Neutre en subissent les conséquences. L'Hubot aurait voulu avoir son optimisme... Mais telle n'était pas la nature de la jeune femme.

Sur la place, les Qantiks s'étaient rassemblés après plusieurs jours de flou complet. L'heure était venue de parler, et ils s'étaient réunis en très grand nombre. Tous autant qu'ils étaient. I.A. Cyborgs, Hubots, vieux et jeunes, mêmes les femmes ne sachant pas se battre et les enfants étaient présents. Tous voulaient courageusement faire face à leur destin, et décider ensemble de ce qu'il y aurait à faire.
Telle était la force des Qantiks : leur solidarité. Leur amour pour leurs frères, leur respect pour leurs sœurs, et la protection que chacun et chacune tenait à prodiguer à ses fils et filles. Les autres races n'étaient pas si unies, Yuris le savait. C'était cela qui ferait la différence, qu'importait la force brute qui leur serait opposée : les Qantiks étaient debout, unis, et ne failleraient pas.

La jeune Hubot s'était perdue dans la foule trop nombreuse. Elle cherchait du regard Iro, mais ne le vit pas. Une petite boule dans sa gorge roula jusque dans son ventre. Où était-il, en un mment pareil ?
« Yuris ! » fit soudain une voix derrière elle. Il s'agissait de Myra, qui s'accrocha derechef à son bras. Ce qu'elle pouvait être collante parfois... « Tu n'as pas vu Iro ? » - « Tu ne me l'a jamais présenté ! » répliqua l'I.A, vexée que son amie l'accueille aussi froidement. Yuris sourit, et acquiesça. Ce n'était pas faux, jamais Myra n'avait vu Iro, elle ne pouvait donc pas le reconnaître. Les deux jeunes femmes demeurèrent silencieuses quelques instants, jusqu'à ce que Gareth s'avance au devant de la place pour parler au peuple Qantik.
« Oh regarde, c'est Gareth ! » s'écria Myra. Yuris écarquilla des yeux étonnés. Elle connaissait bien cet homme, et avait il y a peu infiltré les laboratoires Érudits avec lui et ses hommes, pour résoudre un mystère relatif à ces sphères noires étranges qui avaient blessé de nombreuses personnes... Elle attendit avec appréhension ce qu'il avait à dire. Yuris se doutait de ce qui allait en retourner, mais voir Gareth aussi inquiet n'augurait rien de bon.

Le massif Cyborg qu'était Gareth prit la parole, ce qui fit taire la foule entière. L'expression de Yuris s'assombrit au fur et à mesure qu'il parlait... La guerre était bel et bien à leurs portes, et les Qantiks étaient en danger. L'Hubot serra le poing. Elle sentait que des choses terribles allaient se produire, ici-même, dans cette vieille Cité. Chacun devrait se tenir prêt, et elle ne serait assurément pas dans les derniers à faire face à l'ennemi s'il osait pénétrer l'enceinte de leur maison. Après le discours de Gareth, qui appelait à ce que chacun ayant des informations s'exprime, une jeune femme s'avança au milieu de tout le monde pour le rejoindre.
Ce qu'elle lui dit sonna comme un glas aux oreilles de chaque Qantik. C'était trop tard... Elle avait déjà vu des corps, elle avait déjà vu la guerre. Les combats avaient commencé. Myra tourna un regard inquiet vers Yuris, qui avait baissé les yeux vers le sol. Et merde...

C'est alors qu'une voix plus que familière s'éleva parmi les Qantiks. « Regardez-moi cette bande de pleurnicheurs... » disait-elle, cette voix masculine désinvolte qui semblait consternée face à la peur viscérale qui s'était emparée de la Cité Neutre. Le garçon qui parlait avait les cheveux blonds, noués, et des yeux bleu glace qui défiait tous les dangers. « Iro... » souffla Yuris, avant de se défaire de Myra et de marcher pour le rejoindre, tentant d'avancer rapidement sur un  chemin encombré par de nombreux Qantiks.
Iro pensait que l'heure n'était pas à se plaindre, ni à pleurer sur son sort. Les Qantiks devaient lever la tête, et profiter de ce que l'attention des Üniks et des Hybrids soit monopolisée par la race ennemie pour reprendre leurs droits. Les Qantiks n'avaient pas à avoir honte de leur condition, ni de ce qu'ils étaient. Son ton se durcit, s'éleva, comme un cri d'espoir et de colère qui se voulait encourageant envers chacun d'entre eux. Yuris accéléra, pour tenter de le rejoindre le plus rapidement possible. Iro parlait avec son cœur, et était convaincu de ce qu'il disait. Mais il était trop virulent pour leurs fragiles semblables.

Quand elle arriva enfin à quelques mètres de lui, elle le héla alors qu'il sollicitait vivement une réponse de la parti de la foule. « Iro ! » s'écria-t-elle, avant de se dégager des dernières personnes qui le séparaient de lui. Autour d'eux, on s'écarta un peu pour la laisser reprendre son souffle. Elle plongea son regard sombre dans le sien, brillant de motivation et d'agacement face aux craintes de leur entourage. « Tu as raison... dit Yuris, en se redressant. Personne ici n'a à avoir honte d'être un Qantik. Mais ce n'est pas la question » affirma-t-elle, en baissant un peu la tête.

Elle parla alors d'une voix plus forte pour qu'on l'entende : « La véritable crainte de Gareth, et la mienne aussi, c'est de voir des Üniks marcher vers notre Cité pour faire de nous des esclaves de guerre leur permettant de gagner du temps au front ! L'armée de Faust est immense... Il peut très bien décider d'envoyer des soldats pour des enrôlements de force. »
Un murmure d'inquiétude parcourut de nouveau la foule. Yuris prit la main d'Iro, et vint se positionner à ses côtés avant de poursuivre, serrant fort ses doigts entre les siens : « Mais comme Iro l'a dit, nous pouvons nous battre. Nous avons cette force en nous, issue des traitements immondes que chacun d'entre nous avons subis par le passé. Qu'on ne nous croit pas faibles pour autant ! ». Yuris sentait son regard brûler de détermination. « Si les Princes espèrent faire de nous leurs pantins comme autrefois, ils se trompent. Entre ces murs nous sommes tous là, rassemblés, concernés et inquiets par les événements qui déchirent ces deux races qui nous dénigrent ! Ils pensent que nous n'avons rien mais le simple fait que vous soyez tous ici avec nous prouve que nous sommes riches de notre union ! »
Elle reprit son souffle. « Ils ne pourront nous asservir ou nous faire du mal avec autant de facilité qu'autrefois... car aujourd'hui, notre force est collective ! Si nous décidons ensemble de mener le combat rien ne pourra arrêter notre soif de liberté et d'affranchissement ! »

Qu'est-ce qui lui avait pris ? Avait-elle su rassurer autrui autour d'elle ? Ne la prendrait-on pas pour une folle ? Désormais silencieuse, Yuris avait l'impression de se retrouver nue face à ses semblables. Et pourtant, il lui avait semblé voir plusieurs regard s'illuminer face à elle, et Iro.

Résumé du post :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Jeu 4 Juin - 16:48


Après avoir passé plusieurs jours au Dernier Paradis, bien décidée à remonter ses manches pour redorer son enseigne, la demoiselle avait eut vent par sa mère que la guerre était sur le point d'exploser. Le village était en effervescence, les vieillards et les enfants furent envoyés à Nemoto afin d'y être mis en sécurité, seul les guerriers restèrent, affûtant leurs armes et transformant le lieu en camp militaire. Lorsque Diya fit part de son envie d'aider, les enfants de Sylva la regardèrent d'un mauvais œil, lui faisant clairement comprendre que sa place n’était pas ici. Diya voulut insister, c’était son village, elle voulait le défendre coûte que coûte. Sa mère lui conseilla de quitter la forêt quelques temps avec Mamoru, s’inquiétant du fait qu'on la croit alliée aux Uniks et que sa fille en subisse les représailles. La Cyborg, tête basse, réunit quelques vivres et prit le jeune Fauvex sur ses genoux une fois montée sur Luminéa. Saluant ses parents elle leur conseilla d'être prudents et mit le cap sur le seul endroit où elle ne serait pas rejetée : La Cité Neutre.

Après avoir quitté discrètement la forêt qui déjà résonnait des futurs bains de sangs la jeune femme fit accélérer Luminéa, elle n'aimait pas l'idée d'être à découvert. Si une troupe d'Uniks passait par là elle ne pourrait pas se cacher, et elle demanda à Mamoru de rester en alerte, son flaire pouvait être utile. Quelques heures plus tard la demoiselle atteignit enfin les murs de la ville en ruine et le Fauvex la prévint de la proximité d'un très grand nombre de Qantiks. Diya se demanda s'il se mobilisaient eux aussi pour participer à la boucherie. Elle espérait que non. En arrivant près du rassemblement bruyant elle mit pied à terre et attacha le Kokobot à un anneau dans un mur avant de se trouver une place de choix, sur le balcon d'un immeuble à demi détruit surplombant la foule. Jamais la jeune femme n'avait vu autant de ses semblables rassemblés et elle scruta les nombreux présents pour voir si elle reconnaissait des têtes. Une vois grave et puissante s’éleva soudain, mettant fin à son repérage. Assis sur un morceau de pierre surélevé, un Qantik plutôt imposant se dressait face à tout ce monde. L'homme engoncé dans une armure couvrant l'ensemble de son corps confirma ce qu'elle avait entendu et observé en Sylva, la guerre arrivait et frapperait bientôt l'ensemble des territoires, peu importe leurs occupants. Mamoru lui révéla à voix basse que l'odeur de la peur était bien plus présente que celle de la combativité parmi la foule et la jeune femme n'en fut pas surprise. 

La jeune femme serra les poings lorsque l'homme parla de l'origine de la création des Qantiks. Pour la plupart de ces compagnons il devait effectivement s'agir d'une commande d'un Uniks assez riche pour se payer un être artificiels pour l'abandonner ou le jeter en chair à canon ensuite. Elle, était plus chanceuse. Pour autant elle se refusait à abandonner les siens, à laisser les Uniks venir et les utiliser comme bouclier dans cette guerre qui ne les concernaient pas. La foule murmurait, la stupeur, la peur, l’appréhension, toute ces émotions se mélangeaient pour créer un joyeux brouhaha. Lors de l'appel à témoins une femme terrifiée s'avança et révéla ce que Diya avait elle aussi pu observer en quittant la forêt, il était trop tard pour revenir en arrière, la guerre était lancée et aucun des deux clans ne reculerait désormais. Restait à savoir quels moyens ils étaient prêts à mettre en oeuvre pour gagner et asseoir leur domination sur les autres. Diya méditait les renseignements et plans qui pourraient êtres utiles quand une voix, connue cette fois, prit le pas sur l'agitation. Le regard de la Cyborg se tourna automatiquement vers la source du son. 

Iro, même de loin la demoiselle le reconnu. Son esprit combatif redonna courage à certains Qantiks qui virent en lui un espoir de renaître. Mamoru lui confirma que l'humeur globale changeait, la terreur laissait place à la colère, celle tant refoulée ces dernières années. Celle que la misère et les conditions de vies pitoyables avait fait grandir trop longtemps. Le Cyborg avait raison. Il était temps de renverser la situation, de prouver qu'ils n’étaient pas simplement une sous race sur laquelle on pouvait marcher sans en subir les conséquence. Cachée sous sa cape sombre la femme souriait. De sa place Diya vit une Qantik aux cheveux aussi noir que la nuit la plus obscure fendre la foule et se diriger vers lui. Était ce celle qu'il devait rejoindre à la Cité Neutre ? Secouant la tête en se disant que cela ne la regardait pas et que ce n’était pas le moment de jouer les curieuses la demoiselle écouta ce que l'inconnue lançait à la foule. Ne pas avoir honte d'être Qantik ? Elle même avait eut tant de mal à assumer ce changement qu'elle pouvait comprendre que d'autre ai ce même souci. Mais elle avait raison, être fier de ce qu'ils étaient leur ferait gagner confiance en eux. Quand la femme déclara que les Uniks pouvaient toujours chercher à venir les déloger pour les asservir mais qu'ils seraient mal accueillit la demoiselle se leva, ôtant sa capuche pour parler à visage dévoilé, elle lâcha, le regard embrasé de ceux qui étaient prêt à se battre lui donnant d'avantage de force :

" Qu'ils viennent, nous sauront les accueillir comme il se doit ! Organisons notre défense, chacun à quelque chose à apporter, et comme l'a dit notre camarade, ensemble nous sommes plus fort qu'ils ne le seront jamais !"

Des cris similaires percèrent la foule, galvanisés par les encouragements de ceux s'étant exprimés. Diya fit un signe de la main et bondit de son perchoir souplement. La Cyborg réarrangea sa longue robe blanche et entreprit de rejoindre Iro prêt du mur en ruine. Une fois face à la femme elle lui tendit la main et se présenta :

" Diya Art'Heas, enchantée. Et lui c'est Mamoru."

Elle avait désigné le Fauvex qui hocha la tête en dévisageant les deux Qantik. La demoiselle ajouta à l'intention d'Iro, plaisantant même si elle se doutait que le moment n’était pas idéal :

" On dirait que tu as retrouvé ce que tu cherchais."


Résumé :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


World Mistress (MN)


RPG
Âge : [A]^(-1)=(1/det[A]) comt(A)
Groupe:
Inventaire: Ce qui est à toi est à moi ~

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Dim 7 Juin - 22:00



LES MURMURES DANS LA CITE

 
Deux dangers et un seul choix...

  Suite à la déclaration de la jeune Qantik qui avait découvert que la guerre avait éclaté, plusieurs Qantiks s'étaient exprimés. Un premier s'indignait de la peur que ressentaient leurs semblables, blessés et renfermés sur eux-mêmes. Ce jeune homme blond au bras de fer semblait très en colère, mais quelque part il cherchait à réveiller les Qantiks pour qu'enfin ils s'élèvent contre l'oppression des deux grands Clans d'Origin's. Il s'emballait, mais avait raison. Ce que souligna Yuris, qui avait déjà côtoyé Gareth par le passé lors de différentes missions. Elle, parla davantage avec ce qu'elle avait sur le cœur, et ses paroles d'espoir furent appuyées par une autre jeune femme, sincère et déterminée. La foule, encouragée par leurs paroles dignes et fortes, acclama leur discours et l'atmosphère si lourde qui flottait dans l'air s'était allégée. Les Qantiks redressèrent la tête, ils sourirent, ils crièrent des « c'est vrai ! » convaincus, et attendaient désormais de pied ferme les ennemis qui oseraient s'aventurer trop près de leurs murs.

A l'image de ses confrères, Gareth reprit le dessus sur ses mauvaises pensées, et admit que la situation ne pourrait tourner à leur avantage que si tous y mettaient du leur. « Vous avez raison » dit-il de sa voix rauque, un léger sourire accroché aux lèvres. « Mais un optimisme aveugle ne nous mènera nulle part. Nous devons rester sur nos gardes ! »

« Tu ne crois pas si bien dire, vieux Cyborg » fit une voix pincée de condescendance derrière lui. Une autre jeune femme, à la chevelure flamboyant sous le Soleil de Désert, s'était approchée sur l'estrade de pierre où avaient parlé Iro, Yuris et Diya précédemment. De ce perchoir, elle toisa les trois Qantiks, et haussa un sourcil. « Vous avez du courage et c'est très appréciable. Mais vos poings vont-ils aussi vite que vos langues ? Je demande à le voir ! ».  

La jeune femme se tourna vers Gareth. « Pourquoi es-tu si amère, Erlen ? » L'intéressée désigna son groupe de compagnons, qui attendaient en bas de l'estrade. Ils avaient près d'eux un chargement énorme de plusieurs caisses, remplies de quelque chose qui aurait de quoi faire frémir plus qu'un Qantik.
« En patrouillant dans le désert, nous avons trouvé ceci, laissé à l'abandon dans les dunes... » répondit Erlen, en ordonnant d'un geste que l'on ouvre les caisses de bois. Un de ses camarades exécuta son ordre, et dévoila au grand jour le stock mystérieux. Erlen en saisit une part avec précaution et brandit l'objet à bout de bras pour le montrer à tous : « Il s'agit de plusieurs centaines de Sphères Noires ! Les mêmes que celle qui, il y a peu, nous a purement expulsés de la Cité Neutre, tant son pouvoir de destruction est énorme ! »

Un murmure d'effroi s'éleva de la foule. « Pour rappel, une seule de ces sphères si elle est activée, produit un champ magnétique qui détruit nos circuits internes. Pour certains, seuls des membres robotisés sont affectés, sans danger pour leur vie. Mais pour ce qui est des I.A... » Erlen ne termina pas sa phrase, laissant planer au dessus de chacun son regard perçant. Elle se tourna de nouveau vers Gareth : « On doit se débarrasser du stock entier. Mais on ne peut pas prendre le risque de détruire ces objets, les conséquences pourraient être désastreuses. Je propose qu'on les enfouisse très profondément, et loin de la Cité. Mais mes compagnons et moi ne seront pas assez nombreux pour ce faire. Nous aurons besoin de coéquipiers ! »

Gareth acquiesça. Un compagnon d'Erlen s'approcha à son tour de l'estrade, et prit la parole : « J'ai vu ce matin des hommes traîner autour de notre Cité. Gareth a raison de s'inquiéter des effets de la guerre sur nous, les Qantiks : je suis sûr et certain que les gars que j'ai vu ne sont pas nos amis ! Ils se cachent dès qu'ils nous voient, mais se rapprochent, d'heure en heure. J'ignore qui ils sont, et ce qu'ils veulent... » Le jeune homme, nommé Asbel, poursuivit, après avoir jeté un regard entendu à Gareth : « Ils sont très peu nombreux. Je propose d'aller à leur rencontre, avec prudence, pour découvrir ce qu'ils mijotent. Je ne crois pas judicieux d'attendre le moment où ils frapperont à nos portes ! »

Gareth hocha son crâne chauve, et leva la main face aux Qantiks : « Très bien ! Nous voilà face à deux missions importantes. Cacher les sphères noires loin dans le désert avec Erlen, et rencontrer les intrus proches de notre Cité avec Asbel ! Que les volontaires pour les accomplir s'approchent ! Mais seuls ceux qui savent se battre, ou qui n'ont pas peur du combat. Formez deux groupes, mais choisissez bien celle que vous assumerez ! »

Le Qantik massif laissa la foule réfléchir. Quelques hommes s'étaient déjà approchés, et répartis dans les deux missions. Il baissa le regard vers les trois bavards... Qu'allaient-ils choisir de faire ?

Précisions:
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Mar 9 Juin - 22:29

L'écho de ses paroles laissa bientôt place à un silence pesant. Ne lui faisaient face que les regards vides d'un peuple déjà vaincu avant même que l'affrontement ne commence. Son discours ne servirait donc à rien ? Ses propos n'avaient pour but que de choquer, de déclencher quelque chose dans le cœur de ces hommes et de ces femmes. Que quelqu'un reprenne son cri, corrige ce qui n'allait pas. Qu'ensemble ils avancent vers un avenir plus radieux ou chacun aurait sa place sans trembler en pensant au lendemain. Mais rien ne venait et le jeune homme sentit son cœur se serrer, ce même cœur qui fit un bond dans sa poitrine lorsqu'une voix qu'il connaissait bien s'éleva enfin. Un large sourire illumina son visage alors que ses yeux se posaient sur Yuris. La jeune femme venait de fendre la foule pour venir à sa rencontre. D'une voix aussi forte que la sienne précédemment, celle qu'il avait appris à aimer pris la parole. Reprenant ses paroles pour les remettre dans la bonne direction, une direction qui peut-être trouverait plus facilement son chemin dans l'âme de leurs pairs.
Les premiers mots de la jeune femme furent bien sombre cela dit. En quelques mots Yuris résuma les craintes de tous, cette situation qui planait au dessus de leur tête comme une épée de damoclès. Mais Iro savait que son discours n'était pas fini, que d'autres mots viendraient rassurer l'inquiétude qui parcourait à nouveau la foule. En quelques pas, elle rejoignit le cyborg sur son estrade de fortune. Le sourire du qantik se s'accentua légèrement lorsque la main de Yuris vint se glisser dans la sienne. Son pouce en caressa le dos un instant avant que ses doigts ne se referment plus fermement.
Bientôt la jeune femme repris son discours. Un discours d'espoir qui fit briller quelques regards dans l'assemblée. Si les mots d'Iro avaient eu pour but de choquer, de faire réagir les qantiks, ceux de Yuris étaient encourageants, telle une main tendue à tous, une main qui les relevaient un par un.
Des regards furent échangés, des murmures. Ci et là des têtes hochaient pour signifier leur soutient à l'oratrice. A nouveau silencieuse, la jeune femme avait désormais l'air un peu perdue. Un nouveau sourire, léger, étira les lèvres du cyborg. Doucement il se pencha à son oreille pour y délivrer quelques mots : « N'aie pas l'air si hésitante, tu as su trouver les bons mots. Observe les simplement. » Cette affirmation s'appuyait sur tout ces petits signes qui ne trompaient pas. Les qantiks étaient en train de trouver une certaine motivation. La flamme de leur âme commençait seulement à brûler et peu manquait pour en faire un brasier ardent face auquel les üniks ne pourraient rien.

Finalement un cri fendit la foule, un cri belliqueux qui fut bientôt suivi par d'autres. Mais la voix à l'origine du tout premier d'entre eux n'était pas inconnue à Iro. Du regard il chercha une silhouette familière qu'il trouva bientôt au milieu de la foule, traçant son chemin vers le couple. Un sourire en coin accueillit la demoiselle. « Je trouve toujours ce que je cherche, même quand une demoiselle se met en tête de se faire trouver la peau, lança-t-il sur un ton clairement humoristique en souvenir de leur dernière rencontre aux laboratoires. En tout cas, content de te savoir parmi nous Diya ! » Le jeune homme conclut sa phrase en tendant la main vers la cyborg. Au cours de cette aventure aux côtés de l'ancienne hybrid, Iro avait appris que l'on pouvait compter sur elle (lorsqu'elle n'entrait pas en mode suicidaire) et l'avoir de leur côté serait un plus non négligeable.

Finalement Iro tourna de nouveau son regard vers Gareth lorsque l'homme reprit la parole. S'il avait eu l'air particulièrement inquiet lors de sa précédente élocution, le vieux qantik arborait désormais un léger sourire. Malgré tout il se chargea de ramener tout le monde sur terre rapidement. Une lueur approbatrice passa dans le regard d'Iro. La situation était parfaite. Yuris leur avait donné l'espoir, Gareth se chargeait de leur donner le sens des réalités afin qu'ils ne se fassent pas massacrer dans un excès de confiance. Une balance bien équilibrée sans laquelle le reste de l'aventure serait difficile.
Soutenant ses propos, une qantik surgie de nulle part pris la parole à son tour. Porteuse de bien mauvaises nouvelles, la femme leur présenta des caisses pleines de sphères noires, ces mêmes sphères qui avaient paralysé la Cité Neutre et causé le dysfonctionnement de bon nombre de leurs semblables. Une légère inquiétude teinta le regard d'Iro qui se suspendit au discours de cette Erlen. Son plan était simple. Enfouir ces outils de destruction dans le désert, loin de leur cité. Un bon plan, mais qui se vit bousculer par une nouvelle prise de parole. Un homme cette fois qui semblait être un compagnon d'Erlen. Le qantik leur annonça que des hommes rôdaient aux alentours de la ville, des hommes loin d'être amicaux si on en croyait leur tentative de discrétion. Il fallait se charger d'eux, avant qu'ils atteignent la ville de préférence. Et surtout empêcher qu'ils ne tombent sur les sphères.

Gareth entreprit finalement de conclure en annonçant les deux choix qui se proposaient à eux. Balayant la foule des yeux, Iro accrocha le regard de Gareth qui les observait. Hochant doucement la tête dans sa direction, le cyborg se tourna ensuite vers Yuris. « Je reviens tout de suite, » fit-il avant de l'embrasser rapidement, un léger sourire étirant ses lèvres par la suite. Puis, lâchant la main de la jeune femme, Iro entreprit de fendre la foule en direction du vieux quantik.
« Beaucoup devront rester ici, faute de savoir se battre, lança le blondinet sitôt qu'il fut à portée de voix. Tout ces bras ne seraient peut-être pas de trop pour préparer des défenses à notre cité. » Les deux hommes continuèrent d'échanger quelques mots avant que finalement Iro ne retourne au côté de Yuris.
« Je pense aller au front, prévint le cyborg sitôt qu'il fut revenu. Ces hommes m'ont l'air plus inquiétant pour le moment que ces sphères… et ce n'est pas peu dire. Qu'est-ce que vous comptez faire ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Sam 13 Juin - 17:33

Iro rassura Yuris lorsqu'elle eut terminé de s'adresser à la foule. Elle n'avait pas l'habitude de s'exprimer ainsi, ni même d'attirer l'attention, étant plutôt discrète au quotidien. Mais le jeune homme lui avait assuré qu'elle avait sû trouver les bons mots et qu'ils sauraient trouver leur chemin jusqu'aux oreilles de leur auditoire. Yuris serra un peu la main de son compagnon, alors qu'un bruissement enthousiaste s'emparait des Qantiks face à eux. Finalement, une autre jeune femme prit la parole et tous finirent par acclamer les personnes qui s'étaient exprimées.
Cette fille-là s'était alors approchée d'Iro et Yuris, et lui tendit la main à l'Hubot pour se présenter. Elle se nommait Diya Art'Heas, et était accompagnée d'un Fauvex nommé Mamoru. La jeune femme salua ensuite Iro avec familiarité, ce qui l'interpella. Il n'avait jamais mentionné Diya en sa présence.
« Yuris Brooks. » répondit-elle d'un ton neutre, en serrant la main de Diya. Elle se tourna ensuite vers Iro, qui aurait selon leur conversation, retrouvé quelque chose qu'il cherchait. De quoi pouvaient-ils bien parler tous les deux ? « Je ne savais pas que vous vous connaissiez... » dit-elle au Cyborg, d'un air interrogateur. Elle était curieuse de savoir dans quelles circonstances ils s'étaient connus... peut-être pendant cette période durant laquelle ils avaient été séparés ?

Gareth, qui reprit la parole, approuva ce que chacun d'eux avait déclaré, déterminés comme des chefs. Mais il émit une sage réserve à laquelle on ne pouvait qu'adhérer. Le pire était à venir, c'était évident. Il leur faudrait à tous se tenir prêt, et envisager l'idée qu'ils perdent des proches dans le sang de la guerre. Yuris avait parfaitement cela à l'esprit...
C'est alors qu'une nouvelle locutrice monta sur l'estrade de pierre, pour faire part avec arrogance de ce qu'elle n'était pas aussi optimiste. Cette Erlen, qui patrouillait dans le désert depuis quelques temps, montra à tous qu'elle y avait trouvé une énorme cargaison énorme de sphères noires. Les mêmes sphères noires que celle qui avait ravagé la population de la Cité Neutre il y avait peu. Yuris lança un regard inquiet à Gareth... C'était avec lui qu'elle s'était introduit dans les Labos pour en apprendre plus, et jamais ils n'avaient trouvé de trace d'autres machines semblables...

Erlen était inquiète, mais restait digne et gardait son sang-froid. D'une voix forte et déterminée, elle appela au rassemblement. Parmi la foule, des volontaires devraient la rejoindre, pour que soient enfouies loin de la Cité les caisses contenant les très nombreuses sphères noires. Elle estimait que les détruire serait trop risqué.
Aussitôt, un jeune homme que Gareth présenta sous le nom d'Asbel, monta lui aussi sur l'estrade. Il expliqua l'air grave que des rôdeurs étrangers s'approchaient de la Cité de jour en jour. A en juger par leur attitude, ils n'étaient pas des alliés. Il proposait quant à lui de mener un groupe de volontaires à la rencontre de ces rôdeurs, pour que l'on sache quelles étaient leurs intentions, et éventuellement les chasser du territoire des Qantiks.

Ces deux nouvelles secouèrent de nouveau la foule. Yuris échangea un regard inquiet et sérieux avec Iro. Ça avait commencé... il n'aurait pas fallu longtemps. Elle devrait mettre en application le si beau discours qu'elle avait prononcé tout à l'heure. Mais cela n'effrayait pas la courageuse Qantik, car depuis les incidents du One-eyed Jack, elle n'avait plus peur du moindre combat. Iro, qui voulut s'approcher de Gareth et Asbel pour en savoir plus sur la situation, embrassa rapidement Yuris avant de s'éloigner. Il la laissa le teint légèrement rougit face à Diya, à qui elle ne savait pas quoi dire. Ces deux missions à choisir étaient périlleuses, et leur arrivée soudaine avait coupé court à la possibilité de faire davantage connaissance.
Lorsque Iro revint, il déclara qu'il allait rejoindre la mission que dirigerait Asbel. Elle lui semblait plus urgente que le fait de cacher les sphères mortelles pour les Qantiks. C'était dire à quel point il devait se méfier de ces hommes. Yuris acquiesça, le regard enflammé par le désir de protéger la Cité Neutre.

« Je viens avec toi » trancha-t-elle, sans laisser la possibilité pour qui que ce soit de discuter de sa décision. « Mon Sigma est fait pour le combat. S'il peut servir à protéger la Cité Neutre, je veux être de cette mission... ». Yuris suivrait donc Asbel et Iro. Elle s'était de surcroît tenue trop loin de son compagnon ces derniers temps, et voulaient de nouveau pouvoir se battre à ses côtés.
La jeune brune tourna son regard vers Diya, pour connaître à présent quel serait son choix.

Résumé du post:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Sam 13 Juin - 21:38


La femme avec qui se trouvait Iro lui donna son nom et la Cyborg lui sourit chaleureusement. Les sentiments qui unissaient les deux êtres faisait plaisir à voir. Quand le Qantik blond déclara qu'il trouvait toujours ce qu'il cherchait, même dans certaines conditions, Diya sentit qu'il parlait de leur dernier parcours extrême dans les laboratoires du Sidhe et eut un rire quelque peu gêné. Cependant lorsqu'il clama son enthousiasme de la savoir parmi eux la demoiselle lui sourit, serrant sa main et hochant la tête pour signifier que l'inverse était vrai aussi. Après tout, a part Joul qu'elle n'avait plus revu depuis la recherche du scientifique à Anathorey la jeune femme aux cheveux sylvestre ne connaissait aucun être qu'elle aurait pu croiser dans la Cité Neutre. Avoir ne serais ce qu'un point de repère, qu'un visage connu, au milieu de cette foule, la rassurait un peu.

L'homme qui était à la tête du rassemblement reprit la parole, calmant l'ardeur de la foule, qui selon lui, pourrait les mettre en danger. Il leur conseilla à tous de rester sur leurs gardes, ce qui était de toute manière un réflexe lorsque l'on avait peur. Et la plupart des gens, malgré le feux guerrier qui brillait dans leurs yeux, avaient peur. Diya, trop concentrée sur l'homme en armure ne vit la rousse qu'au moment où sa voix claqua, si proche du trio. L'inconnue, vêtue d'une tenue souple qui devait faciliter la rapidité et les mouvements précis, affichait un air hautain et défiait directement l'emprise que Gareth avait sur ses frères et sœurs Qantiks. La demoiselle sentit l'animosité naître envers cette femme à l'instant où elle les provoqua ouvertement. Ses mains se crispèrent sur ses dagues, l'envie de lui faire ravaler sa langue bien pendue, si présente qu'elle en oubliait les regards tournés vers elle. Un bref échange entre les deux opposants et la révélation des nombreuses sphères noires eurent raison de sa rébellion et ses épaules se relâchèrent. Les yeux émeraudes de la jeune Cyborg étaient hypnotisée par la surface lisse et noire comme la mort. Morts qu'elles provoqueraient si elles venaient à être brisées d'une quelconque façon. La femme nommée Erlen confirma que la menace était réelle et qu'un moyen avait été trouvé de s'en débarrasser. Ce dernier consisté à recruter quelques uns des membres présents pour les transporter et les enterrer là où personne ne pourrait les retrouver. Si profondément que même Mère Nature oublierait leur présence. 

Un autre Qantik se manifesta alors, ses cheveux d'une étrange nuance sombrement bleutée tranchaient avec ses yeux d'un rouge sinistre. Une certaine aura l'entourait, il semblait calme mais la jeune femme cru deviner que cette maîtrise de soi devait renfermer une force capable de lui offrir cette confiance. Le nouveau venu déclara avoir aperçu des silhouettes qui, de part en part, se refermaient sur la cité, approchant à mesure que le temps passait, se refermant comme un inévitable piège sur les habitants de la cité en ruines. Le regard de la demoiselle survola la foule. Combien de personnes incapables de se défendre se trouvaient elle là ? Elles devaient êtres préservées coûte que coûte, la Cyborg était prête à mettre sa vie en jeux pour protéger ses semblables. A quoi donc lui aurait il servit de tant s’entraîner et se perfectionner sinon ? Diya écouta distraitement Gareth donner les indications de la suite des événements et Iro déclarer à l'ensemble des Qantiks réunis que ceux qui ne pouvait ni se battre ni aider au transport des sphères pouvaient toujours préparer la défense de la ville. La jeune femme marqua son approbation d'un signe de tête. Tout le monde pouvait aider.

Une fois qu'Iro fut revenu à l'endroit où attendaient toujours les deux femmes il déclara qu'il se joindrait au groupe qui allait partir à la recherche des intrus. Yuris ajouta immédiatement qu'elle le suivrait, argumentant que son sigma serait davantage utile si combat il y avait. L'ancienne Hybrid voyait cependant dans son regard qu'elle aurait tout fait pour ne pas quitter le Cyborg blond et elle ne put empêcher un petit sourire niais de tordre ses lèvres. Quand la jeune femme se tourna vers la demoiselle aux cheveux émeraude cette dernière comprit que c’était à son tour de rendre sa décision. Diya prit le temps d’évaluer là ou sa présence serait le plus utile avant de trancher, presque trop enthousiaste :

" Je viens avec vous ! Allons découvrir ce que ces petits curieux nous veulent !"

Elle ajouta ensuite, sur le ton de la plaisanterie :

" Au pire on pourra toujours s'en servir d'otages et leur soutirer des informations par la torture."



Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


World Mistress (MN)


RPG
Âge : [A]^(-1)=(1/det[A]) comt(A)
Groupe:
Inventaire: Ce qui est à toi est à moi ~

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Dim 21 Juin - 23:41



LES MURMURES DANS LA CITE

 
A la recherche des inconnus

  Les groupes s'étaient formés. L'appel d'Erlen et Asbel n'était pas resté lettre morte : si les Qantiks avaient eu peur à l'annonce du commencement de la guerre, ils surent se mobiliser face aux deux menaces qui se profilaient derrière leurs murs. Quelques hommes et femmes s'étaient rassemblés devant Erlen, qui d'un geste sûr, leur indiqua la direction qu'ils suivraient. Après avoir salué d'un signe de tête déterminé Gareth et Asbel, la jeune femme se mit immédiatement en route. Son groupe quitta la Cité Neutre le premier, en direction du désert.

Asbel quant à lui sauta de son piédestal pour se mêler aux courageux qui acceptaient d'être confrontés aux rôdeurs étrangers. Il marcha quelques instants parmi eux, pour en mémoriser les visages, les noms, et les Sigmas. Ils devaient être une vingtaine. Ce n'était pas beaucoup mais l'Hubot saurait s'en contenter. Il n'était pas aussi meneur et autoritaire que ne l'était Erlen, cependant il était pour lui d'une importance capitale de mener les Qantiks hors de la Cité en bon ordre et de tous les ramener. Il était prêt à mobiliser toutes ses forces pour cela. Il laissa traîner un regard plus appuyé vers Iro, Diya et Yuris. Il les savait un peu plus forts que le restant du groupe. Gareth l'avait mis en garde : on ne connaissait pas très bien cette jeune femme aux cheveux verts, et le duo Iro-Yuris était parfois un peu impulsif...

« Quoi qu'il advienne, gardons tous notre sang-froid ! » dit Asbel, d'une voix forte pour que tous puissent l'entendre. « Nous ignorons qui se trouve derrière les murs : des Hybrids craintifs, des Üniks pugnaces, ou même des Qantiks perdus... Ne foncez pas tête baissée et n'allez pas au combat sans avoir observer votre adversaire. ».
Sur ces mots, Asbel rabattit derrière lui la cape qui lui couvrait les épaules pour se protéger de l'ardent Soleil du désert. Chacun pouvait alors voir que toute la partie de son corps allant de l'abdomen jusqu'au bout de ses pieds était entièrement robotisée. Son Sigma était basé sur la vitesse, si bien que ses deux jambes lui permettaient d'atteindre des allures de pointes remarquable. Le jeune homme ajusta les katanas qu'il portait à la ceinture, et souffla d'un ton ferme : « Allons-y ».

Quelques instants plus tard, le groupe de Qantiks courait dans le désert à la recherche des inconnus rôdeurs. Asbel avait préconisé un schéma classique : un groupe se dirigerait vers l'Est et l'autre vers l'Ouest, les deux directions dans lesquelles on avait vu ces hommes. Chacun était libre de choisir dans lequel il irait, tous étant reliés par un système de radio qu'on leur avait confié avant de partir. Ils pourraient ainsi communiquer sans difficulté.
Asbel avait prit la tête du groupe se trouvant à l'Ouest de la Cité Neutre, endroit où le plus d’étrangers avaient été repérés. Lorsqu'ils arrivèrent près d'un amas de rochers, se trouvant à quelques minutes de marche de l'endroit où ils avaient été vus, le jeune homme stoppa les troupes et leur ordonna de s'y cacher. Ceux dont le Sigma permettait de voir au loin et plus net dans la chaleur du désert se placèrent discrètement de sorte à pouvoir observer l'horizon. Un petit campement était installé : des tentes d'une couleur terne étaient dressées sur plusieurs rangées. Il n'y avait aucun mouvement détectable sur cette zone. A vrai dire, on aurait cru qu'il n'y avait pour l'heure personne dans le campement : pas de fumée, pas d'activité, pas un seul bruissement... L'endroit était silencieux comme la mort. On n'entendait que le murmure très lointain d'une brise désertique.

Lorsque les Qantiks observateurs rendirent leur rapport à Asbel, il s'adressa au groupe : « Nous allons nous approcher. Un premier groupe de cinq personnes s'avancera d'abord, et ainsi de suite toutes les dix minutes jusqu'à ce que nous soyons tous sortis d'ici. Pensez à communiquer avec les radios, il faut que nous sachions ce qui se passe sur la zone où nous serons déployés. ». Asbel attendit quelques instants, l'oreille tendue, et ordonna au premier groupe de Qantiks de s'élancer vers les tentes. Ils attendraient cependant leur première communication radio pour envoyer le groupe suivant.

Les cinq premiers Qantiks coururent jusque vers les tentes, installées à flanc d'une haute dune du Sidhe. Ils se firent discrets et furtifs, et parvinrent en quelques minutes à peine jusqu'aux installations inconnues. Attentifs et méfiants, ils se décidèrent à fouiller les tentes quand ils purent être certain que le campement était vide pour le moment.
« Asbel » fit une voix radiophonique dans le récepteur qui se trouvait attaché à la spalière de l'intéressé, « Il y a les armoiries de l'armée d'Anathorey dans les tentes... Des coffres et des armes aussi » - « Reçu » répondit Asbel l'air grave. « Groupe 1 sortez du campement et examinez les environs, j'envoie le groupe 2. Contactez nous au moindre mouvement étranger ! ». Sur ces mots, Asbel fit un geste ferme pour faire partir le deuxième groupe.

Le groupe un sortit du campement, et grimpa jusqu'au sommet de la dune. Une fois presque arrivés au sommet, ils rampèrent pour se dissimuler au maximum dans le sable, avant de lancer de très discrets regards de l'autre côté de l'immense monticule.
En bas, un groupe d'homme entouré de caissons d'armes à la pointe de la technologie et de munitions, s'entraînait autour de quelques pauvres hères, prostrés dans le sable. Un des membres du groupe fit remarquer qu'il s'agissait de Qantiks de sa connaissance, dont on avait noté la disparition il y avait de cela quelques jours. Les espions décidèrent de s'approcher un peu davantage, mais à peine avaient-ils avancé d'un centimètre qu'une terrible force attractive les projeta en avant et les fit rouler un par un jusqu'au pied de la dune, à l'endroit même où se trouvaient les Üniks en plein entraînement.

Les Qantiks qu'ils avaient enlevé gisaient sur le sol, ensanglantés mais pas encore tout à fait mort. Les Qantiks du groupe un tentèrent de bouger, mais la force attractive les maintenait au sol sans qu'ils ne puissent rien faire contre cela. Les Üniks, Chevaliers et mercenaires de luxe pour chacun d'entre eux, cessèrent de torturer leurs camarades, et se tournèrent vers les nouveaux arrivants. L'un d'eux s'approcha du Qantik ayant contacté Asbel par radio, un sourire inquiétant accroché au visage : « Eh bien, eh bien... D'autres cobayes sont tombés dans notre piège ? » dit-il d'un ton très amusé.
Les Qantiks étaient figés sur le sol, comme des glaçons. Il leur était impossible de faire le moindre mouvement. Impossible même de bouger le bras pour actionner une radio et prévenir les autres du danger qui se trouvait juste devant eux.

De son côté, Asbel fit partir le dernier groupe. Tous les Qantiks du groupe Ouest étaient désormais en marche.

 


Dernière édition par Mère Nature le Jeu 25 Juin - 1:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Mer 24 Juin - 19:44

Doucement Iro se pinça l'arrête du nez entre le pouce et l'index. Alors qu'ils marchaient dans le désert en direction des intrus, la chaleur était insoutenable. Comment Asbel faisait-il pour supporter les rayons ardent tapant sur son corps de métal, cela restait un mystère. Mais sans manifester le moindre signe de fatigue ou de faiblesse le jeune homme marchait au devant d'eux d'un bon train.
« Oui, pour résumer nous nous sommes croisés à deux reprises en fait, continua Iro une conversation entamée lorsqu'ils s'étaient mis en route. La première fois à Nordkia, durant… mon absence. Le deuxième fois, c'était peu après que nous nous soyons retrouvés, – une lueur amusée dansa un instant dans son regard – disons que nous avons attaqué les laboratoires à deux… Enfin, c'était quand je suis retourné à Anathorey. » Le jeune homme avait remarqué la surprise de Yuris lorsqu'elle avait remarqué qu'il connaissait Diya. En quelques mots il avait donc entreprit de retracer leurs aventures.

Après une courte hésitation, le jeune homme était parti vers l'ouest lorsque le chemin du groupe s'était séparé en deux voies. Asbel lui inspirait suffisamment confiance pour qu'il se décide de le suivre. C'est donc rapidement que le campement dévoilà pudiquement ses formes, jouant avec les ondulations de la chaleur pour laisser miroiter l'incertain. Ceux qui avaient la meilleure vue s'avancèrent. Le campement semble vide annoncèrent-t-ils. A cela, Asbel répondit que leur petit groupe se séparerait à nouveau en plusieurs salves qui iraient explorer le campement. Sans hésitation cette fois, Iro se porta volontaire pour rejoindre le premier groupe. Rester ici à attendre n'était pas dans son esprit. « Je compte sur vous pour surveiller nos arrières, » fit-il à Diya et Yuris qu'il avait tenté de convaincre d'aller dans des groupes différents. L'idée était simple, il semblait qu'eux trois étaient les plus armés pour faire face à quoi que ce soit qui puisse leur porter préjudice. Autant donc qu'ils se séparent. L'argument qu'il n'évoqua pas néanmoins était  le souvenir du dernier combat auquel il avait participé avec Yuris. S'il partait en tête, il serait plus à même d'empêcher un événement semblable de survenir à nouveau. Après un léger sourire, Iro posa doucement ses lèvres sur le front de la jeune femme avant d'adresser un signe à Diya. L'instant d'après il s'élançait en compagnie des autres membres du groupe un.

Aussi furtivement que possible il se glissèrent jusqu'aux installations qui se révélèrent bientôt être üniks. Une mimique légèrement inquiète apparaissant sur les traits, Iro laissa un autre membre du groupe faire son rapport à Asbel. Les ordres suivant fusèrent rapidement dans les petites radios que chacun portait. Le groupe un ferait le tour des environs tandis que le groupe deux se mettrait en mouvement à son tour.

Ainsi les membres du groupe un s'élancèrent à nouveau sur le sable du Sidhe à la recherche de ceux qui avaient amené ici tout ce matériel. Il ne leur fallut pas longtemps pour tomber sur une scène horrifiante digne des pires rumeurs sur les Üniks. Au centre des hommes qui s'entraînaient gisaient ce qui se révéla être des qantiks enlevés. Couverts de sang qu'ils étaient, il était difficile de déterminer s'ils étaient encore en vie. Dans un même élan de colère le groupe un s'avança à nouveau. Ces Üniks allaient payer le prix fort… Mais c'est à cet instant qu'une force les entraîna en avant, les faisant rouler sur le sable jusqu'au bas des dunes. Un sourire inquiétant aux lèvres, l'un des hommes s'approcha de celui d'entre eux qui avait fait son rapport un peu plus tôt. La réplique qui tomba ensuite comme un couperet ne dit rien qui vaille au petit groupe immobilisé sur le sol. Dans un même mouvement, les hommes commencèrent à s'approcher de leur nouveau prisonnier dans une attitude menaçante. Un rictus de haine sur le visage, Iro se maudissait de ne pas avoir réfléchi plus. Peut-être aurait-il pu empêcher ça ? Mais maintenant ils se retrouvaient tous cloué au sol sans même pouvoir prévenir les autres…
Dans un mouvement de défiance, lorsque les Üniks furent suffisamment proches de lui Iro se concentra sur son sigma, déclenchant l'apparition d'une barrière constituée d'énergie pure. Cela ne serait pas suffisant pour les blesser, mais jamais il ne se laisserait faire sans combattre.

Mais alors que les soldats se trouvaient propulsés en arrière, le jeune homme se rendit compte qu'il était possible de bouger à l'intérieur de cette bulle. Sachant qu'il n'avait pas beaucoup de temps devant lui avant que son énergie ne s'épuise, le jeune homme empoigna la radio qu'il portait avant d'en enfoncer le déclencheur. Le grésillement de l'appareil lui appris que si la technologie ünik ne pouvait l'atteindre dans sa bulle, les ondes radio ne le pouvaient pas non plus. Déroutant un reste du peu d'énergie qu'il possédait encore, le cyborg utilisa son sigma pour bloquer la radio en position allumée. Enfin son énergie s'épuisa. Doucement la barrière d'énergie se délita, écrasant à nouveau Iro au sol. Mais cette fois ci il put hurler leur position dans la radio, prévenant aussi du piège qui les entourait. L'instant d'après une botte fendit l'air, s'écrasant sur son visage et l'envoyant au pays des songes. Il fallait espérer que son message était parvenu à quelqu'un…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Ven 26 Juin - 21:16

Asbel était un chef d'une carrure charismatique. A l'écouter parler de leur mission Yuris avait l'impression que sa pugnacité et son envie de protéger la Cité Neutre s'accroissaient. Plus déterminée que jamais, elle le suivit, ainsi que tout le groupe de Qantiks qui s'était courageusement décidé à aller à la rencontre des inconnus. La chaleur du Désert leur brûlait la peau, mais sa détermination brûlait plus fort encore au creux de ses entrailles. Il était temps de prouver au monde entier qui étaient les Qantiks, qui étaient les braves habitants du désert et qu'on ne pouvait lutter contre leur soif de liberté.

Sur le chemin de leur destination, Yuris courut en compagnie d'Iro et Diya. Le jeune homme, qui subissait péniblement la chaleur aride accablante comme eux tous, lui expliqua dans quelles circonstances il avait rencontré la Qantik aux longs cheveux verts. Yuris sentit son cœur se serrer un peu à l'évocation de « l'absence » d'Iro. Elle ignorait pourquoi, elle pensait être passée à autre chose. Mais le fait qu'il ait rencontré une autre jeune femme pendant ce temps lui prêta de mauvaises pensées.
Ce n'était pas du tout le moment de s'embrouiller l'esprit avec des histoires à l'eau de rose, songea-t-elle en poursuivant sa course, plus dynamique que jamais. Ils avaient une Cité à sauver ! Yuris se contenta d'acquiescer silencieusement les dires de son compagnon, un rictus un peu nerveux collé à son visage pâle. Les Qantiks cessèrent de courir au bout de plusieurs dizaines de minutes, près d'un amas de rochers où Asbel leur ordonna de se cacher. Plus loin de trouvait un campement, dont on ne pouvait déterminer la nature à moins de s'en approcher. Lorsque le chef eu fini de leur exposer son plan, Iro tourna un air complice vers Diya et Yuris. Il voulait qu'elles surveillent les arrières du premier groupe d'exploration qui serait envoyé. Cela signifiait qu'elles devaient se répartir dans un groupe différent du sien, et peut-être même se séparer toutes les deux. La jeune femme baissa les yeux, contrariée à l'idée de ne pouvoir se tenir aux côtés d'Iro pendant cette mission. Elle le savait fort et combatif, elle savait que les adversaires seraient réduits en chair à pâté par son Sigma et ses poings. Cependant elle ne pouvait s'empêcher de craindre les événements à venir.

Iro partit avec les Qantiks du groupe un, après avoir embrassé Yuris sur le front. Elle se sentit rassurée pendant quelques secondes, un peu surprise par son geste. Elle ne le savait pas si démonstratif au milieu de leurs semblables, toujours était-il qu'à présent tout le monde savait la nature de leur relation.
Retrouvant son sérieux, Yuris serra le poing contre son cœur en voyant les hommes du premier groupe s'aventurer près de ce campement mystérieux. Pourvu qu'aucune mauvaise surprise ne les y attende... Asbel reçut un signal radio plus après, qui les informait tous de ce que les tentes appartenaient à l'armée d'Anathorey. Évidemment... C'était toujours, encore et toujours les Üniks qui venaient leur causer des ennuis.
Yuris tourna un regard déterminé vers Diya : « Je partirai dans le groupe suivant ! » annonça-t-elle d'un ton certain. La jeune femme voulait être proche du premier commando en cas de danger. Diya était quant à elle, totalement libre de faire ce qu'elle voulait, de l'accompagner ou de rester dans un groupe suivant. Yuris n'en avait cure. Elle n'osait pour l'heure pas vraiment s'ouvrir à cette jeune femme qu'elle ne connaissait pas.

Lorsqu'Asbel lança le signal pour le départ du deuxième groupe, Yuris se mit en marche à une vitesse fulgurante aussitôt. Il leur fallait de leur côté mieux examiner le campement, sous couvert d'un éventuel appel au danger de la part des premiers hommes. Les Qantiks se dispersèrent dans les tentes, et Yuris en pénétra une également pour la fouiller avec précaution. Elle se trouvait dans une sorte de petit dortoir personnel, où rien ne se trouvait d'intéressant, si ce n'était les armoiries d'un soldat haut gradé d'Anathorey. Un colonel, visiblement. Mais faisait donc un groupe de soldats Ünik ici ? Cela n'avait aucun sens, en plein désert et si peu nombreux face à la Cité Neutre. S'ils ne cherchaient pas le combat, s'agissait-il d'une analyse de terrain avant un assaut ? Mais là encore Yuris trouvait cela illogique. A moins que d'autres camps de la sorte ne fussent répartis autour de la Cité dans le Désert, et que l'on n'ait pas encore découverts ceux-ci ?

Soudain le grésillement inattendu de la radio qu'elle portait la fit sursauter. La personne qui s'exprimait de l'autre côté des ondes criait si fort que le son en fut saturé. Mais la voix qui hurlait une position dans le désert la fit immédiatement sortir de la tente, horrifiée de voir ses craintes se réaliser. C'était Iro, et il était en mauvaise posture.
Les autres Qantiks étaient également sortis des tentes, car chacun avait reçu le signal. Le groupe échangea des regard un instant, avec inquiétude, ne sachant comment réagir, et terrifié à l'idée qu'Asbel avait sans doute déjà fait partir tous les autres. Ils se jetaient tous dans la gueule du loup ! Mais Yuris retrouva son sang-froid et lança, la tête sur les épaules : « On va s'approcher de leur position. Mais discrètement, et à bonne distance, personne ne doit nous voir ! ».

Elle n'attendit pas l'approbation des autres pour s'élancer à son tour près de la dune où les autres Qantiks avaient disparu. Mais Yuris s'y avança très précautionneusement, curieuse de savoir pourquoi Iro avait dû crier pour se faire entendre dans la radio... Des armes et objets que ces hommes portaient sur eux gisaient encore tout en haut du monticule énorme de sable. La jeune femme eut une idée : de son bras gauche, elle fit jaillir une petite lame de poignard, et l'éjecta au sommet. La lame trembla un instant, avant de disparaître de l'autre côté, comme attirée par un aimant très puissant.
« Il y a un champ de force, là-bas ! » souffla Yuris aux quelques Qantiks qui l'avaient suivie. Elle se doutait que le groupe un s'était approché sans avoir connaissance de cette force d'attraction, et s'était retrouvé pris au piège. Comment les aider sans se faire prendre, à présent ? De plus ils ne pouvaient pas jeter un œil par dessus la dune sans entrer dans l'enceinte magnétique. Ils se feraient prendre eux aussi, et si Iro n'était pas revenu, c'était qu'aucun homme ne pouvait s'enfuir. Yuris fronça les sourcils, à court d'idée.

Soudain, et par un coup du destin tout à fait incroyable, elle aperçut plus loin à flanc de la dune, un homme qui marchait avec la démarche de quelqu'un qui ne veut pas se faire remarquer. Il venait de l'autre côté, et n'avait pas la tête de quelqu'un de la Cité Neutre. De plus Yuris avait regardé attentivement chaque Qantik partis dans le désert, et elle ne se souvenait pas de ce visage. Ce type devait être un des Üniks qui campait sous ces tentes. Il ne semblait pas les avoir remarqué, les Qantiks étant situés un peu à l'arrière de son champ de vision, derrière l'ombre de la dune. Sans plus attendre, Yuris se précipita dans sa direction.
Elle le faucha si violemment que l'homme en eut le souffle coupé, incapable de réagir suffisamment vite pour éviter sa charge. Elle roula avec lui sur plusieurs mètres dans le sable avec lui, mais parvint après de rudes efforts à l'immobiliser. Ses longues griffes de métal sortant de ses mains collées à la gorge sèche de l'Ünik avaient sans doute contribué à sa victoire.

Plus acerbe que jamais, Yuris se pencha vers l'Ünik qu'elle maintenait sous la menace de ses griffes, et cracha un ordre qui se voulait sans appel : « Relâche-les. Laisse partir nos compagnons sinon je t'arrache la gorge ! »

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Dim 28 Juin - 0:21


Asbel donna directives et conseils avant de mener son groupe en dehors de la ville en ruines. Le soleil brûlait la peau de la jeune femme malgré sa cape. Bientôt il ne resta plus que des dunes ocre à perte de vue, le groupe avançait rapidement, scindé en deux parties pour pouvoir couvrir plus de terrain. Le trio était resté avec Asbel et chacun possédait désormais une radio permettant de communiquer au sein du groupe de recherche. La Qantik avait attaché la sienne au ceinturon de cuir qui ceignait sa taille certaine qu'elle pourrait l'attraper à tout moment si cela se révélait nécessaire. Une formation rocheuse servit de repaire aux Qantiks, cette dernière, en amont d'un regroupement de tentes étrangères leur offrait une couverture et un poste d'observation avantageux. Ceux de leur groupe qui possédaient des altérations permettant d’améliorer leur vision se postèrent de façon à espionner le campement. Diya osa passer sa tête entre deux morceaux de roche, fronçant les yeux pour mieux distinguer par elle même l'absence d'individus visibles. Elle repensa brièvement au manque de réaction de Yuris quand Iro lui avait expliqués, en bref, leurs deux rencontres. Peut être la Qantik aux cheveux de jais craignait elle que Diya ne s’intéresse à celui qui avait conquit son cœur ? Devait elle lui en toucher deux mots ? La rassurer sur ce point pour éviter que cela ne devienne un différent compliqué à gérer ? Non. Ce n’était absolument pas le moment. Mais la Cyborg garda précieusement cette idée, il serait toujours temps d'en discuter avec elle lorsqu'ils seraient rentrés de cette mission. S'ils rentraient.

Les quelques personnes ayant quadrillés les lieux à l'aide de leur Sigma firent leur rapport au chef du groupe. Asbel, ayant apprit que nul mouvement où signe de vie n’était visible, décida qu'ils se rendraient sur place par groupe de cinq, laissant entre chacun dix minutes. Cela leur permettrait de ne pas être trop visible, mais aussi de palier à de mauvais dénouements. Iro décida de partir avec le groupe de tête, demandant aux deux femmes de choisir des groupes différents et de couvrir ses arrières. Diya hocha la tête et détourna le regard lorsque le jeune homme manifesta sa tendresse envers Yuris, soucieuse de ne pas être indiscrète. Elle rendit son signe à Iro et le regarda s'éloigner, accompagné de quatre autres Qantiks. Impatiente, la jeune femme aux cheveux originaux trépignait sur place, en attente du signal qui ferait partir la seconde salve. La radio d'Asbel grésilla et les informations sur les détenteurs des installations et ce qu'elles contenaient furent rapidement entendues par leur meneur. De nouveaux ordres leurs furent donnés et le Quantik aux sabres fit signe au groupe deux. Quand Yuris déclara partir avec celui-ci la demoiselle lui répondit qu'elle viendrait également, argumentant qu'il serait plus simple de réagir rapidement dans ce groupe, le dernier arriverait surement trop tard s'il arrivait quoi que ce soit au groupe dont Iro faisait parti. Et puis, c’était au cœur de l'action que la Cyborg pouvait se rendre le plus utile, arriver sur les lieux après que tout le travail ait été fait l'aurait fortement contrarié. La Cyborg demanda toutefois à Mamoru de protéger le dernier groupe et de se montrer prudent.
Le groupe de Yuris et Diya gagnait rapidement du terrain et se dispersa une fois arrivée au campement. Chacun fouilla de son coté. Des caisses d'armes furent éventrées et débarrassées de leurs munitions et les armoiries de la capitale d'Urban City déchirées et brûlées par ceux qui le pouvaient. Le premier groupe s’était éloigné pour examiner les alentours, les deux parties du bataillon d'explorateurs ne s’étaient pas croisées et n'avait donc pas pu partager leurs impressions. Plus la jeune Cyborg découvrait les détails, les vivres, les armes, le matériel des assaillants, et plus son cœur se serrait. Qu'est ce que ces monstres prévoyaient exactement ? Avoir détruit la Cité Neutre ne leur suffisaient ils pas ? Il fallait maintenant qu'ils viennent finir le massacre des survivants ? Serrant les poings à s'en faire mal Diya sortit de la tente, le visage fermé. A cet instant la radio grésilla, quelque mots, des indications en jaillirent, le son, déformé, témoignait de la force avec laquelle avait été criés la position. Les yeux de Diya s’écarquillèrent, elle avait reconnu la voix et elle savait que la femme aux cheveux de jais aussi, slalomant entre les toiles elle se précipita vers Yuris dont le visage prouvaient la peur de voir Iro blessé. Peut être même mort ...

Diya se gifla mentalement. Il était plus fort que ça ! Pour ces fois où il l'avait sortit d'un mauvais pas la demoiselle devait lui rendre la pareille. Yuris donna des directives et les trois autre membres la suivirent sans hésiter. Le sang froid avec lequel la Qantik prenait la situation étonnait la Cyborg. Aurait elle été capable de ne pas foncer tête baissée si l'homme à qui elle offrait son affection était en danger ? Mais elle avait raison, courir ainsi droit vers le danger était stupide. Hochant la tête l'ex-Hybrid suivit la femme qui avait déjà entamé son accélération. Lorsqu'elle s'arrêta, Diya repéra immédiatement les armes au sol. Personne ne lâche son arme pendant un affrontement, le premier groupe avait du se faire avoir par surprise. Une petite lame fendit l'air, la demoiselle se tourna vers Yuris, incapable de deviner d'où cette dernière sortait avant de très rapidement reporter son attention sur l'objet dont le vol fut abruptement écourté. La lame avait plongé, rendu presque invisible par la violence avec laquelle elle avait été attirée. La Qantik fit la même constatation que sa camarade, elle se redressa discrètement, mais même de sa position elle pouvait ressentir l'attractivité du piège. Quelle bande de lâches, exploiter leur composition pour leur nuire. La colère refit surface, consumant tous les autres sentiments. La Cyborg aux yeux émeraude n'avait jamais été particulièrement proche des autres Qantiks, mais tant de cruauté ne pouvait la laisser indifférente. Une liste d'idées apparu à l'esprit de la demoiselle mais elle en raya rapidement chaque propositions, trop risquées, trop prévisibles, emporté par son élan de négativité elle faillit ne pas remarquer le sprint de Yuris. Cherchant à comprendre sa manœuvre elle avisa une forme humanoïde avançant dans les ondes chaleureuses du désert. Il y avait la bas un Unik. Diya ne comprenait pas la raison de sa présence si loin de ceux qui devaient être au bas de la dune mais elle se savait capable d'en tirer des réponses. 

D'un bond elle se releva, courant en position courbée pour ne pas se faire repérer, incapable de discerner s'il y avait des patrouilleurs autours d'eux. Le corps de la Qantik entra en contact avec l'étranger si violemment qu'ils furent tout deux emportés dans l'élan. Un nuage de poussière cacha la scène pendant deux minuscules secondes, mais quand il se dissipa Diya fut soulagée, Yuris se tenait au dessus de l'Unik, des lames semblaient sortir de sa chair, à moins que son squelette ne soit entièrement métallique, et menaçaient la gorge de sa victime. Craignant qu'elle ne le tue la demoiselle poussa son corps à sa vitesse maximale. Elle freina brutalement attrapant le bras de la femme pour la retenir. Il était leur seul espoir d'obtenir des informations sur ce qu'il se passait ! Sèche et essoufflé elle lâcha :

" Arrête ! Je peux le faire parler !"

Le visage de l'homme était aussi pâle que la peau diaphane de la jeune femme et ses yeux révulsés avançait la terreur dont il était victime à l'heure actuelle. Ne laissant pas le temps à Yuris de la contredire ou de reprendre le contrôle sur la situation, Diya posa ses mains de part et d'autre de son visage et plongea son regard dans le sien. Le temps ralentit, les mains immatérielles s'étendirent, avides, criant leur envie de détruire l'esprit de cet enfoiré d'Unik, leurs ombres dansaient sur le sable brûlant, répondant à la colère de leur propriétaire. Plongeant soudain sur lui, l’étouffant et l'assaillant de toute part la demoiselle sentit la résistance se morceler avant de voler en éclat. Comme à chaque fois elle ressentit un plaisir malsain à s'insinuer ainsi dans la tête d'un inconnu. Sa voix s'éleva, impérieuse, ne laissant d'autre choix à l'homme de lui répondre :

" Qui contrôle le champ de force ?"

Les yeux de l'Unik s'étrécirent jusque ne plus être que deux minuscules billes de teinte boueuses, il balbutia, en pleine confusion :

" Le général Jared ne laissera personne l’empêcher de mener son plan à bien !"

Secouant la tête le soldat rejeta violemment la présence de la Cyborg dans son esprit et leur cracha, un rictus cruel ayant prit possession de ses traits :

" Vous n’êtes que des objets ! Des armes ! Rien de plus ! Reprenez la place qui est vôtre !"

Il mordit alors dans une minuscule poche brodée sur l'épaule droite de sa chemise. Diya ne l'avait pas remarqué jusque là et elle comprit trop tard son erreur. Un sourire de satisfaction naissait déjà sur ses lèvres, une traînée de bave blanchâtre en sortit tandis qu'il se mettait à convulser. Quand son corps s'immobilisa, les yeux figé dans l'horreur éternelle, l'homme était mort. Diya frappa violemment la cage thoracique de l'Unik en jurant :

" Et merde !" 

Se laissant retomber en arrière dans la poussière ocre la jeune Cyborg garda les yeux fixé sur le visage de l'Unik. L'avait elle tué ? Non ... sans doute pas. Il avait décidé de son plein grès de mettre fin à ses jours. Pourtant les mains de Diya tremblaient et une étrange plaie s'était ouverte en elle. La jeune femme se releva souplement, le regard toutefois voilé, et déclara, chassant le tourbillons de sentiments qui l'attaquait pour ne garder que la détermination : 

" Allons trouver ce général."

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


World Mistress (MN)


RPG
Âge : [A]^(-1)=(1/det[A]) comt(A)
Groupe:
Inventaire: Ce qui est à toi est à moi ~

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Dim 28 Juin - 16:50



LES MURMURES DANS LA CITE


Faits comme des Rats

Lorsque Asbel arriva sur les lieux où gisait le cadavre de l'Ünik qui s'était empoisonné, l'ensemble des groupes de Qantiks se trouvaient à proximité du campement. Le dernier groupe était resté sous les ordres du jeune homme pour que soient détruites les armes laissées par les Üniks sous les tentes. Il avait également reçu l'appel radio d'Iro un peu plus tôt, mais s'était trouvé trop loin pour intervenir immédiatement. Les Qantiks du deuxième groupe l'informèrent alors de ce qu'ils avaient appris sur le mystérieux champ de force qui maintenait le groupe un sous le joug des Üniks, ainsi que de l'aveu que venait de faire le bougre qui s'était tué afin de ne pas en dire trop.

L'Ünik avait dit « Le général Jared ne laissera personne l’empêcher de mener son plan à bien ! ». Diya, qui était parvenue à lui faire avouer cela, déclara qu'il fallait désormais aller trouver ce général.
« Pas de précipitation » lâcha-t-il d'un ton décidé. « Nous n'avons aucune preuve que ce qu'a dit cet homme est vrai. Le fait qu'un militaire d'Anathorey se soit montré de manière si visible à son ennemi, et totalement isolé, est étrange. Il se peut qu'il ait reçu l'ordre de se sacrifier après nous avoir mené sur une fausse piste. ». Asbel jeta un regard en haut de la dune, où avaient disparu leurs compagnons. « Cela dit je n'ai pas de preuve pour appuyer ce que j'avance. Dans tous les cas, nous devons avancer. Derrière cette dune se trouve une cuvette, dans laquelle les Üniks retiennent nos compagnons. Nous allons encercler cette cuvette, et les attaquer à distance. Prenez garde à ne pas entrer dans le champ d'attraction. Tenez-vous derrière la limite de son influence. Un mètre derrière la lame lancée par Yuris devrait faire l'affaire... » Et ce, en suivant le contour complet de la cuvette.

Asbel lança alors un signal radio, à l'attention du groupe des Qantiks envoyés à l'Est. Entonnement, ce groupe n'avait rencontré aucun campement similaire à celui près duquel le groupe Ouest se trouvait. Les renforts arrivèrent quelques minutes plus tard, par le même chemin qu'avaient emprunté Asbel et ses troupes. Il leur expliqua le plan, et l'ensemble des Qantiks envoyés en mission dans le désert encercla petit à petit la cuvette où se trouvaient les Üniks tortionnaires. Tortionnaires, on pouvait en effet le comprendre en écoutant les cris de douleurs qui s'élevaient de l'autre côté de la dune. Certains visages se fondaient en moues tristes, ou horrifiées à leur écoute. Asbel, qui sut garder la tête froide, ordonna par des signes concis que chacun devrait se tenir près, surtout les Qantiks capables de se battre à distance.
« Asbel, on ne peut pas tirer si nos hommes sont derrière la dune, on risque que de les toucher ! » fit remarquer fort justement un des Qantiks proche de l'Hubot. « Ne t'inquiète pas. Nous allons tenir en respect les Üniks, et demander la libération des nôtres. Nous attaquerons ensuite pour nous débarrasser d'eux définitivement. »

Si tous les nombreux Qantiks se levaient de leur cachette, les Üniks au creux de la cuvette n'auraient aucun mal à les voir. Ils seraient contraints de se rendre à leur adversaire de métal. Le plan d'Asbel n'avait pas de défaut, il fallait absolument que cela marche ! Après avoir très longuement inspiré, Asbel cria le signal, de sorte que tous les Qantiks, qui s'étaient couchés à flan de la dune, se lèvent, et puissent être vus depuis le contrebas où se trouvaient les Üniks, leurs armes, et leurs amis infortunés du groupe un. Comme tous se tenaient à bonne distance du champ de force, aucun ne fut aspiré vers le bas.
Les Üniks pouvaient désormais voir tous les plus valeureux Qantiks de la Cité Neutre les encercler. Les militaires, qui s'amusaient à martyriser leurs prisonniers au fond de leur cuvette de sable, étaient faits comme des rats. Asbel les héla, debout devant ses courageux frères d'arme : « Rendez vous, Üniks ! Laissez partir nos compagnons, vous n'êtes pas en position de victoire ! ».

Et pourtant, quelque chose n'allait pas. S'ils étaient pris au piège, s'ils étaient à ce point finis et condamnés à se faire tuer par les Qantiks, pourquoi ces Chevaliers restaient si sereins ? Pis, certains souriaient et il sembla à Asbel entendre des rires tout en bas. Ils ne relâchèrent aucun Qantik, et se contentèrent de jeter un regard circulaire tout autour de leur magnifique trou de sable. « Vous entendez ça, général Jared ? On nous demande de nous rendre ! » s'esclaffa un des soldats en bas. Les Qantiks ne comprirent pas ce qu'il se passait.
C'est alors que le plus massif et âgé des Chevaliers s'approcha un peu de sorte qu'il soit bien en face d'Asbel. Il sortit de sa très riche veste d'uniforme, un récepteur qui semblait pouvoir activer quelque chose à distance, comme une télécommande très rudimentaire. Le vieux général leva cet objet à bout de bras, prêt à appuyer sur la commande qui lui permettrait de terminer en beauté cette mission  périlleuse et fatale que lui avait confié Anathorey. Quelques secondes de silence s'ensuivirent, mais elles parurent longue comme des minutes. Pourtant personne ne bougeait, les uns craignant la suite des événements, et les autres prêts à affronter la mort.

« Pour les Princes ! » s'écria le général Jared, brandissant toujours son étrange télécommande du bout de son bras. Asbel comprit alors avec effroi ce qui se tramait. « FUYEZ !!! » hurla-t-il aussitôt, en repoussant les Qantiks les plus proches de lui physiquement. Mais c'était trop tard. Le général appuya sur son le détonateur de sa télécommande. S'ensuivit alors une formidable série d'explosions, au creux de la cuvette, et tout autour des dunes sur lesquelles s'étaient positionnés les Qantiks venus porter secours à leurs camarades du groupe un. Le chaos le plus total régna pendant plusieurs dizaines de secondes. Tout le monde fut totalement désorienté. Cela explosait, pétaradait et grondait de-ci, de-là, partout où l'on croyait pouvoir poser le pied, le sable et les souffles explosifs empêchaient d'avancer. Les corps tombaient, qu'ils fussent Qantiks ou Üniks, et l'on entendit de moins en moins les cris de terreur des pauvres Qantiks qui avaient été si savamment pris au piège par les Üniks...

Après les explosions, le calme suivit l'écho violent des explosions meurtrières. Les dunes avaient tellement été maltraitées par les explosions qu'à présent, tous se trouvaient dans un cratère teinté du noir de la poudre, et de rouge. Asbel avait été projeté à plusieurs dizaines de mètres de l'endroit où il  s'était tenu debout. Ses oreilles bourdonnaient, sa vue était trouble, et tout son corps le faisait atrocement souffrir. Sauf ses jambes métalliques, qu'il retrouva à quelques mètres de lui. Elles n'étaient plus reliées à lui que part une traînée d'un sang si épais qu'il était presque noir. Asbel n'avait même plus assez de force pour en être horrifié.

Un traquenard... ils étaient tombés dans un piège savamment orchestré par des militaires Üniks, sacrifiés par la capitale spécialement pour exterminer les Qantiks les plus curieux, et les plus forts, qui auraient osé s'approcher d'eux pour leur faire face en voyant leurs mouvements étranges dans le désert. C'étaient ce qu'ils avaient voulu... Attirer les Qantiks les plus valeureux pour les tuer, dans un piège qui leur coûterait la vie, même à eux, les Chevaliers. Ce champ de force... Ce n'était qu'un moyen de se procurer des appâts.
Asbel sentit sa tête tomber lourdement sur le sable brûlant. Ses dernières forces lui permirent de voir combien étaient nombreuses les victimes Qantiks de ce piège immonde et lâche. Les Üniks du campement avaient tous péris. Mais on ne distinguait plus la forme de leur corps, au milieu de la boucherie de leur chair éparpillée sur le sable. Tous ces Qantiks... ses frères, ses amis, ses protégés... Asbel se maudit de ne s'être douté de rien. Il se maudit de n'avoir pas su protéger les siens. Quelle horreur attendait ceux qui étaient restés à la Cité Neutre... Il fallait que quelqu'un les protège. Que quelqu'un les aide... Ces pensées noires et tristes furent les dernières d'Asbel.

Le champ de force n'était plus. Plus aucun piège n'était monté dans le désert. Il n'y avait plus rien.

---

A la Cité Neutre, Gareth se rongeait les sangs pour Erlen et Asbel, partis depuis de très longues heures déjà dans le désert. Le Soleil déclinait petit à petit, et l'on n'avait aucune nouvelle de leurs amis. Lorsque la nuit commença à faire naître les premières étoiles, un jeune homme partit avec le groupe d'Erlen revint à la Cité Neutre. Mais il ne fut accueilli que par des regards horrifiés, et des cris de peur, et de panique, des habitants qui étaient resté derrière leurs murs. Il lui manquait son dernier bras organique, et il était couvert de sang, à tel point qu'on aurait pu croire qu'il s'était roulé dans une mare sinistre.

Le jeune homme s'approcha de Gareth, et s'écroula de fatigue dans ses bras. Le massif Cyborg lui demanda ce qu'il s'était passé. Le jeune homme, plus pâle que la mort, articula en usant de ses toutes dernières forces : « Les sphères... étaient programmées pour exploser. On n'a rien pu faire. Erlen... et les autres... Ils... ». Le Qantik n'y vit plus rien, d'épaisses larmes roulant le long de ses joues salies par l'horreur à laquelle il avait assistée. Gareth le confia à une équipe de soin, et se rendit d'un pas lent et lourd près des portes de la Cité Neutre. Il perdit son regard d'acier sur les dunes assombries du désert. Il guetta. Il guetta le retour d'Asbel, et de ses hommes.

Il ne fallait plus se voiler la face. Les Qantiks étaient pris pour cibles... On chercherait à les soumettre comme autrefois. On leur voulait du mal. Les survivants se devraient de protéger les leurs, sans hésiter à mettre leur vie en jeu. Les Qantiks seraient unis jusqu'au bout, et ce jusqu'à ce que la mort ne les sépare tous.

Précision finale :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Mar 30 Juin - 21:45

Les sons lui venaient de loin, très loin, comme étouffés par une épaisse couche d'eau. Un ensemble sans aucune cohérence que son esprit tentait d'analyser. Puis soudainement, comme si cette membrane aqueuse s'était déchirée, tout lui revint. La mission, l'embuscade. Ses yeux s'ouvrirent d'un seul coup sur la luminosité du Sidhe. L'instant d'après sa tête partait sur  le côté sous la violence du coup qui s'était écrasé sur sa joue. « Général ! Il est revenu à lui ! » Iro cligna des yeux un instant, cherchant à comprendre ce qui se jouait là. « Eh bien, eh bien… Ce n'est pas trop tôt ! Je commençais à croire que tu ne te réveillerais jamais, cela aurait été dommage…
- Qu'est-ce que... ? » commença le cyborg avant que sa voix ne s'étrangle dans sa gorge. Sous la surprise ses yeux s'écarquillèrent. Autour de lui courraient des fils, à peine visible dans le sable. Si leur extrémité s'enfonçait dans le sol, il n'était pas bien compliqué de déterminer leur utilité. D'aucun auraient pu penser qu'il s'agissait des câbles d'alimentation de l'étrange générateur d'attraction qui les avaient menés ici, mais ils étaient bien trop reconnaissables pour que quiconque en ayant déjà vus ne connaisse par avance leur utilité. Des bombes… Et en hurlant leur position il avait attiré les autres dans un piège…

Les yeux fixes, Iro réfléchissait. Insensible aux coups qui pleuvaient, le jeune homme tentait de trouver une issue à cette situation qui semblait perdu d'avance. Peu de temps après qu'il se soit réveillé, les soldats d'Anathorey entreprirent de passer le temps en torturant leurs prisonniers. Pour l'instant cela se résumait à de simples coups, mais nul doute que pire finirait par arriver si la situation devait se prolonger.
Les radios reposant en pièce détachées non loin excluaient de pouvoir communiquer à nouveau avec leurs camarades afin de les prévenir. De son côté, le champ de force continuait de restreindre leurs mouvements, empêchant une quelconque riposte. Le cyborg avait beau chercher sous tout les angles, rien ne venait éclairer une lueur d'espoir dans son esprit.

Un cri déchira finalement l'air. Un cri de défiance. Les autres qantiks avaient fini par arriver. Du haut  de la cuvette ils toisaient leurs ennemis, confiants en une victoire facile. Avant qu'Iro ne puisse crier quoi que ce soit, un soldat plaça un bâillon dans sa bouche. Les yeux paniqués du cyborg croisèrent le regard amusé du général qui plaça espièglement son index sur sa bouche. Étouffé par le tissus, un hurlement déchira les cordes vocales du jeune homme. Son regard désespéré se posa sur Yuris, là haut avec les autres. Il fallait qu'elle comprenne, au moins elle.
Mais personne ne compris. Un soldat amusé répliqua. Enfin le général leva le contrôleur, peu de temps s'écoula ensuite. Quelques secondes à peine. Mais ces secondes distillaient une sensation d'éternité. Finalement les cris des deux meneurs se chevauchèrent...et l'enfer s'abattit sur la cuvette.

Les explosions furent cataclysmiques. Le sable se soulevaient en geysers de flammes, emportant avec eux les corps des malheureux se trouvant à côté. Comme une réaction chaîne, toutes les bombes explosèrent les unes à  la suite des autres, ravageant l'entièreté de la cuvette. Iro ne savait plus où était le ciel, ni où était la terre. Etait-il toujours en vie ou bien déjà mort ? Le monde n'était plus que détonations et mer de flammes sanglantes.
Puis tout aussi soudainement que ça avait commencé, le calme revint. Ne restait qu'un sifflement aux oreilles d'Iro qui ne comprenait pas comment il pouvait encore être en vie après tout ça. Et rangement il ne ressentait pas de douleur. Il savait néanmoins que ce n'était que temporaire. Lorsque son cerveau aurait fini d'analyser la situation, lorsqu'il serait prêt à prêter attention aux signaux que lui envoyaient les nerfs, alors la souffrance déferlerait. En attendant, le jeune entreprit de se redresser. Ses mouvements étaient malaisés, son équilibre, inhabituel. Mais après tout, quoi de plus normal après de tels événements. Le simple fait qu'il soit en vie était déjà miraculeux en soit, rien d'étrange à ce que ses sens soient secoués.

Une fois assis, Iro balaya les alentours du regard. Partout les corps jonchaient le sol. Ça et là quelques survivants gémissaient, dans un sale état. Nulle trace de Yuris à première vue, même si le jeune homme ne savait pas s'il devait en être inquiet ou rassuré. Finalement ses yeux finirent leur tour d'horizon, s'arrêtant sur ses jambes. Son visage se crispa alors que ses pupilles se dilataient. En quelques instants sa respiration s'accéléra, son cœur se mettant à tambouriner dans sa poitrine, bien mauvais remède pour une telle situation. A mi-cuisse, ses jambes s'arrêtaient, ne laissant qu'un trou de chair béant. A chaque battement de son cœur affolé s'était un peu plus de sang qui abreuvait le sable du désert. Il fallut au qantik mobiliser toute sa volonté pour ne pas tourner de l’œil. Et lorsque finalement la douleur survint, comme après avoir attendu qu'il se rende compte de son état pour se manifester, il lui fallut plus de volonté encore pour ne pas hurler.

Tandis qu'un halètement de souffrance franchissait ses lèvres et que des larmes inondaient ses joues, Iro se focalisa sur sa tâche. Il était hors de question qu'il meure ici. Son bras mécanique s'approcha donc de ses plaies pour boucher les écoulements de sang les plus importants. Refermer entièrement les plaies aurait été dans ses capacités, mais la douleur était telle que son esprit enfiévré ne pourrait tenir jusque là. Les éclairs coururent sur le métal, plongeant dans les chairs. Sitôt le dernier d'entre eux disparu, le jeune homme retomba en arrière, sa poitrine se soulevant au rythme de sa respiration hachée. Le monde tanguant autour de lui, Iro referma les yeux sur un dernier murmure : « Yuris... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)   Ven 3 Juil - 0:18

Alors que Yuris menaçait l'Ünik de le blesser très gravement si lui et copains d'Anathorey ne relâchaient pas tout de suite leurs compagnons Qantiks, Diya se jeta sur elle et lui empoigna le bras pour éviter qu'elle ne lui fasse du mal. Elle argua qu'elle pouvait le faire parler, et sans plus attendre activa son Sigma, en plongeant son regard déterminé dans celui de l'Ünik. Tout ce que l'on put tirer de leur ôtage fut le nom d'un certain Général Jared, avant qu'il ne se suivi de en mordant une capsule de poison qu'il avait dissimulée sur lui. Si Diya lâcha un juron, Yuris soupira avec un agacement profond. Elle était fière d'elle maintenant, leur chère informatrice ? Si elle avait pu le tenir en joue comme elle le faisait avant son intervention inutile, peut-être que les Qantiks auraient eu une chance d'être libérés !

Asbel, qui arriva sur place, se fit tout expliquer par les hommes déjà présents. Lorsque Diya proposa d'aller trouver ce général Jared, il lui dit de ne pas s'emballer et proposa un autre plan que tous s'enquirent de suivre à la lettre. Quant à Yuris, elle adressa un regard noir de colère à la jeune femme aux cheveux verts : « Je n'ai aucun ordre à recevoir de toi. Et je ne te permets pas non plus de me toucher ! » cracha-t-elle avec agressivité. Pour qui se prenait cette Diya, après tout ? Sur ces mots, Yuris fila sur la dune, pour appliquer le plan expliqué par Asbel. Il leur fallait encercler la cuvette dans laquelle se trouvait les Üniks, en se tenant à bonne distance du champ de force pour ne pas en être fait prisonnier.
Les Qantiks se mirent en place plus furtivement que des espions. Les Üniks étaient désormais en parfaite ligne de mire de tous leurs Sigmas. Asbel avait pour projet d'attaquer à distance. Mais d'abord, il faudrait dévoiler aux Üniks leur position pour qu'ils prennent conscience de leur position de faiblesse, et relâchent les Qantiks avant de se faire massacrer. A la Cité Neutre, on ne sacrifiait jamais les siens, même pour protéger le plus grand nombre. Unis comme les doigts d'une main, les habitants du désert entendaient se débarrasser définitivement de cette menace.

Lorsque que leur chef en donna le signal, chaque combattant se leva pour être vu des Üniks, tout en bas. Les Qantiks formaient un anneau sombre et compact autour de la cuvette dans laquelle leurs adversaires étaient faits comme des rats. Yuris, qui se trouvait à quelques pas d'Asbel, jetait des regards inquiets vers le fond : Iro se trouvait là, soumis par les forces d'Anathorey. La jeune femme se sentit très soulagée lorsqu'elle l'aperçut enfin. Il bougeait, il était en vie. Iro n'était pas mort. Mais lorsqu'elle croisa son regard, elle eut le pressentiment que quelque chose n'allait pas. Le jeune homme s'agitait étrangement pour un otage. Que se passait-il ? Yuris voulut en faire part à Asbel, mais lorsqu'elle se tourna vers lui, elle vit qu'il affichait l'expression de quelqu'un qui comprenait à peine que quelque chose de très grave se déroulait juste sous son nez, sans qu'il puisse y changer quoi que ce soit.
En bas, les Üniks ricanèrent. Un soldat plus gradé que les autres, que ses subordonnés appelèrent Jared, s'avança doucement en brandissant un détonateur à bout de bras. Asbel leur ordonna de fuir en hurlant à plein poumon, et en poussant les Qantiks les plus proches de lui. Fuir ? Yuris comprit alors ce qui se tramait. Son estomac se noua avec horreur, et la première explosion retentit dans le désert, comme un grondement formidable annonciateur de leur mort prochaine, à tous.

Les bombes avaient été savamment réparties sous le sable. Il était impossible de les éviter à moins de ne savoir voler dans les airs. Ces fourbes d'Üniks leur avaient tendu un piège dans lequel ils étaient royalement tombés, sans se douter le moins du monde du guet-âpens. Le bruit des dizaines de détonations qui se déclenchaient chaque nouvelle seconde vrillait douloureusement les tympans de Yuris, si bien qu'elle crût devenir sourde. Déséquilibrée, poussée, ébranlée par ce chaos si soudain, elle porta ses mains à ses oreilles et y plaqua ses doigts avec tellement de force qu'elle se fit mal. Elle courut à toutes jambes, aussi vite qu'elle le pût, mais le sable qui volait dans l'air soufflé par les explosions l'empêchait d'y voir. Où était Iro ? Elle devait le retrouver ! Vite ! Il était attaché, il ne pouvait s'en être sorti seul ! Yuris avait très peur... Elle sentit son corps la tirailler de toute part, puis elle chuta lourdement sur le sol pour ne se réveiller qu'après le chaos terminé.

Le silence revint comme le calme après une tempête féroce. Yuris tremblait beaucoup, ignorant si c'était la peur, la tension de ses muscles ou bien des blessures qui la mettaient dans cet état. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle ne vit que des masses floues de couleur claire ou foncée, selon qu'elle regardait sans le savoir des cadavres en charpie ou le pur sable du désert, souillé par le sang des siens, et des Üniks. Le Sidhe avait été mis à feu et à sang. Yuris fut saisie par l'odeur de sang, et de chair brûlée, qui lui donna la nausée. Elle sentait un liquide chaud et sirupeux dégouliner le long de son visage, et d'un de ses bras. Elle avait très mal, au dos, et au ventre aussi. Sa vieille cicatrice du Jack avait dû se rouvrir... Quelle ironie. Mais Yuris rassembla toutes ses forces et sa rage de vivre pour se remettre debout.

Le paysage de mort qui s'étalait sous ses yeux était épouvantable. La plupart des Qantiks qui avaient rejoint la mission du campement étaient morts. Partout autour, on pouvait entendre les gémissements de douleurs et les râles de ceux qui étaient blessés, ou qui allaient mourir. Après quelques minutes, les plus vigoureux tentèrent d'aider les blesser. Une petite dizaine de personnes avait dû se remettre sur pieds, mais ce n'était rien en comparaison de leur nombre de départ. Yuris ne vit pas Asbel. Elle chercha derechef Iro, en clopinant, car elle avait beaucoup de peine à avancer avec une plaie au ventre, et ses jambes endolories, meurtries par la chaleur et le souffle des explosions. L'angoisse faisait battre son cœur. Yuris, tiraillée par la fatigue et sa volonté de rester éveillée, lutta de toutes ses forces pour ne pas s'évanouir. Elle devait le retrouver... Lui avait eu le courage de se lancer dans les premiers face à l'ennemi. Elle lui devait cet effort !

Lorsqu'elle le retrouva enfin, il baignait dans son sang. Yuris fut saisit d'horreur lorsqu'elle remarqua qu'il n'avait plus ses jambes. Sa vue se troubla aussitôt qu'elle se précipita vers lui, pour l'appeler et vérifier qu'il était bien vivant. Elle ignorait si ce trouble était dû à sa fatigue ou bien à des larmes qui commençaient à couler. Par une chance inqualifiable tant elle était insolente, Iro était encore vivant. Il avait peut-être usé de ses pouvoirs pour stopper l'hémorragie avant de s'évanouir... Yuris dénoua ses cheveux, tenus par un épais ruban rustique désormais souillé de sang. Elle le déchira dans la longueur, et l'enroula autour de sa taille pour couvrir sa cicatrice qui s'était rouverte. Elle serra aussi fort qu'elle le put pour empêcher des écoulements. Durant le temps de la manœuvre, elle sentait son bras organique s'engourdir de plus en plus. Il fallait très vite rentrer à la Cité Neutre, sans quoi ils allaient mourir comme des chiens ici, en plein désert. Ce n'était pas acceptable... Alors sans se poser davantage de questions, Yuris souleva Iro du sol avec peine, et le plaça sur son dos avant de rejoindre les autres survivants, pour rentrer chez eux. Leur retour serait fracassant, et il faudrait parler de ces événements. Gareth serait bouleversé par leur récit et les autres Qantiks aussi. Tout le monde aurait terriblement peur.

Yuris marcha dans le sable brûlant sans plus prêter attention à ses douleurs. Penchée et essoufflée, elle sentait en elle croître quelque chose de sombre. Elle avait l'estomac retourné par ces horreurs... Mais il ne faudrait pas que ses frères aient peur. Elle était prête à les protéger au péril de sa vie. Aucun Qantik ne serait plus jamais tué devant elle si elle peut y faire quelque chose. Elle les tuerait. Yuris tuerait les Üniks. Elle tuerait ceux qui oseraient se dresser devant eux, qui qu'ils soient.

Résumé final:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» PART. I EVENT - Missions de la Cité Neutre (FIN)
» Partie II Event - Combats à la Cité Neutre [Groupes A et B]
» Les Maudits (préparation - part 1) [Event]
» [EVENT] Partie I | La Cité d'Earudien
» La cité d'Atlantide [Event Majeur]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sidhe
 :: La Cité Neutre
-