Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

Même la cupidité se paye ! [Test lvl IV - ft. Ithilion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar


Chevalier Ailé (Ithilion)


RPG
Âge : 23
Groupe: Elite
Inventaire: Bourse sans fond

MessageSujet: Re: Même la cupidité se paye ! [Test lvl IV - ft. Ithilion]   Mar 4 Aoû - 12:38

Lorsque Sally s'approcha de lui, Ithilion se rendit compte à quel point la jeune fille était touchée par les évènements. Son corps tremblait.  Dans ses yeux vagues,  noyés par les larmes, se reflétaient la fatigue causée par le stress et la peur. La détresse de la fugitive pinça le coeur du chevalier, d'ordinaire moins réceptif à ce genre d'émotion.
Une fois à sa hauteur, elle garda la tête baissée, comme si  elle n'osait pas affronter son regard. Comme si elle avait peur qu'il lui fasse du mal, après avoir tué deux hommes de sang froid et frappé son ami. D'ailleurs, d'une voix timide et chargée d'une profonde douleur, elle lâcha comme dans un dernier souffle qu'il fallait pas taper Cecil. Ses petites mains fragiles agrippèrent les vêtements du soldat avec une poigne  qui traduisait tout le désespoir en elle. Apparemment, cet ünik comptait beaucoup pour elle. Malgré son attitude méprisable, il devait être son seul repère dans ce vaste monde, tel un phare lui indiquant la voie à suivre pour échapper aux ténèbres des laboratoires. Ithilion comprenait ce sentiment car il avait vécu des situations identiques , même si il trouvait indécent de comparer une illustre personne comme son maître Elionne  au  morveux à l'égo surdimensionné qu'était Cecil.
A bout de force, la tête de la jeune fille vient se poser contre son torse. Le contact surpris le chevalier, a tel point qu'il faillit la repousser. Mais son corps décida de réagir autrement. Ses bras enlacèrent les épaules de Sally pour la retenir fermement au cas où elle s'effondrerait. Aucun personne n'avait à ce point brisé cette distance d'intimité qu'il s’efforçait pourtant toujours de garder. Son coeur battait à en sortir de sa poitrine. Cette douce chaleur qui se propagea lentement dans tout son corps réussit néanmoins à l'apaiser peu à peu. D'où lui venait cette envie de protéger à tout prix cette inconnue ? Ses idées flottaient dans un épais brouillard pourtant pas désagréable. Lorsqu'elle se détacha de lui, au bout d'une durée qui lui parût une éternité, il retrouva enfin le chemin de la réalité.
Deux grands yeux bleux le fixèrent, attendant probablement de connaitre la raison  pour laquelle le chevalier avait souhaité parler à Sally. Mais ce dernier, rouge comme une pivoine, mit un certain temps avant d'en retrouver la raison. Gêné, il se passa la main derrière la tête pour jouer avec sa chevelure blanche.

-euh...sully...enfin SAlly ! Pardon Sally !
balbutia t-il en devenant encore plus rouge.

Le regard encore humide de la demoiselle le fît  reprendre immédiatement son sérieux. Avant de lui parler de son idée, il fallait remettre un peu d'ordre dans les siens, et lui faire comprendre pourquoi il venait de frapper son ami. Ithilion soupira un grand cou. Il n'aimait pas trop avoir à justifier ses actions. Mais là, il n'arriverait pas à repartir la conscience tranquille en abandonnant cette âme affaiblie, fragilisée d'avantage à cause de lui.
Cela dit, il souhaitait que cette conversation ne soit pas biaisée par la proximité du concerné. Non pas parce qu'il avait peur de dire les choses en face,  mais parce qu'il ne voulait pas que sa présence influence Sally. Il la saisit donc avec délicatesse  par le bras et l'entraina à quelques pas à l'écart.  

-Écoute, commença-t-il en plantant un regard franc dans le sien. Je ne connais pas ton passé, et il ne regarde que toi. Tu es tombé sur Cecil qui t'a aidé, mais pour autant, cela ne fait forcément de lui une personne à suivre absolument. Ce dzêta qu'il utilise pour controler les personnes ne me plait pas du tout. Forcer les personnes à agir contre leur volonté n'est pas une chose bien Sally. Chacun doit être libre de suivre son chemin, même si cela implique d'en subir les conséquence.

Il marqua un temps d'arrêt pour désigner du regard les cadavres encore allongées sur le sol de la grande salle. Ayant conscience de l'état fébrile de son interlocutrice, il essayait de parler sur un ton aussi ferme que rassurant.

Ceux la ont décidé de faire ce braquage. Ils en sont morts, mais ils ont eut le choix. Seulement, leur choix ne respectait pas les autres personnes. Ils ont tué cette pauvre femme, frappé des innocents, ont voulu voler de l'argent qui ne leur appartenait pas. Je n'avais pas d'autre moyen pour les arrêter dans la situation.


A nouveau, il tourna à nouveau son regard vers elle. Il ne savait pas si elle comprendrait l'essence de ces propos. Néanmoins, il se devait de la mettre en garde :

-Cecil est quelqu'un de beaucoup trop sur de lui. Il prend les autres de haut, comme si sa vie valait plus qu'une autre. Tout ça parce qu'il se..pouvoir. C'est ton choix de rester avec lui, je ne le connais pas en profondeur, mais je le sens pas ce gars... Méfie toi qui ne te vole pas ta liberté. Aucune vie n'est plus méritante qu'une autre.  On nait tous de la même façon et lorsqu'on meurt on va tous au même endroit. SI je l'ai frappé, c'est pour qu'il s'en rende compte. Même si je pense qu'il n'en tiendra pas du tout rigueur. Des têtes de mûles ...

D'un coin d'oeil, il s'assura que l'individu ne tentait pas de capter la conversation. Rassuré, il rassembla son courage pour lancer le sujet qu'il avait voulu aborder avec elle.

-Après, tu fais ce que tu veux de ce que je viens de te dire. Ce n'est pas la raison pour laquelle je voulais te parler.


Un silence s'installa entre les deux individus.  Ce n'était pas une décision à prendre à la légère. Il se rendait compte à quel point sa vie risquait de s'en trouver changée, mais il s'était toujours préparé au fond à prendre part à cette aventure. Une aventure qui se révèlerait surement enrichissante, amenant son lot de défi. Avant de se lancer, il se parât de son éternel sourire afin de se donner l'élan nécessaire, puis il tendit une main vers la jeune femme :

SAlly...Moi, Ithilion Gwendilan, je te propose de te faire arpenter la voie des Chasseurs Ailés. Ce choix ne doit être que le tiens. Ni cecil, ni moi, ni qui que se soit ne doit t'aider. Veux-tu devenir plus forte et te faire une place dans ce monde en apprenant les moindres recoins,  en faisant tes propres choix ? Je te propose de te créer une nouvelle vie et de suivre mon enseignement dans le plus grand respect pour te faire trouver le chemin qui te plaira ! Cependant, je ne promets pas que ça sera facile ! Il va falloir que tu donnes tout ce que tu as ! Mais, je suis sur que tu as la volonté au fond de toi pour surmonter ce qui t'attends !


Pour yuyu:
 

Pour Thtihi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: Même la cupidité se paye ! [Test lvl IV - ft. Ithilion]   Mer 5 Aoû - 23:58


Au lieu de remettre Sally à sa place comme l’aurait fait n’importe qui, Ithilion avait refermé ses bras autour de ses épaules, comme un grand échalas protecteur. Ce contact rassurant lui permis de se calmer un peu avant d’écouter ce que le Chevalier avait à lui dire de si important. C’était étrange… Aussi loin que remontait sa mémoire, Sally n’avait pas souvenir de qui que ce soit qui l’aurait enlacée de la sorte. C’était un geste affectueux, chaleureux, celui d’un ami ou bien d’une personne qui se souciait de ce que l’on aille bien. Non, jamais elle n’avait connu pareil réconfort.

Quand leurs regards se croisèrent de nouveau, Ithilion avait l’air gêné. Sally ne se doutait pas que c’était son approche spontanée qui l’avait mis dans cet état de mal-être. Le pauvre en balbutia, rougit, et soupira avant de retrouver petit à petit son sérieux. Il prit Sally par le bras et l’entraîna un peu à l’écart de Cecil, qui remarqua leur éloignement en se retournant. Il avait vu la peur de son amie sur son visage, ainsi que sa peine lorsqu’Ithilion l’avait frappé. Il avait vu ses yeux commencer à luire lorsqu’elle s’était penchée vers lui pour l’aider à se relever. Alors qu’il la vit dans les bras du Chevalier, il esquissa un sourire teinté de malice, mais aussi d’une certaine tristesse.
* Sally… Il n’y a que toi qui me comprennes dans ce monde si laid…* songea-t-il, en l’observant écouter d’une oreille sainte les paroles de son héros du jour.

Ithilion parlait à Sally dans le blanc de l’œil. Elle l’écoutait docilement, en hochant la tête parfois à ce qu’il affirmait. Elle ne comprit pas tout, mais une chose lui sauta soudainement aux yeux : Ithilion n’aimait pas Cecil. Il le prenait pour une personne hautaine et prétentieuse qui méprisait autrui. Il jugea également que son Dzêta n’était qu’un fléau, un don néfaste comme une malédiction qui ôtait tout libre arbitre aux personnes sur lesquelles il en était fait usage. Sally ne répliquait rien, et hochait la tête d’un air triste, bien qu’elle tiqua lorsque le Chevalier lui conseilla de se méfier de Cecil.
Absorbée par son flot de paroles, la jeune fille l’écoutait religieusement. Elle ne saisissait pas tout ce qu’il lui disait mais n’avait pas le cœur à poser toutes ses questions naïves habituelles. Ces histoires de mort, de liberté, de choix, tout était un peu trop compliqué pour son petit esprit ignare. Mais elle se jura qu’un jour elle pourrait elle aussi comprendre toute ces choses.

Ithilion conclut sa tirade en expliquant toutefois qu’il ne l’avait pas emmenée ici pour lui parler de ces choses-là. Sally écarquilla ses grands yeux bleus, tout ouï, et pencha la tête avec étonnement lorsque le Chevalier lui tendit la main :
« Sally... Moi, Ithilion Gwendilan, je te propose d’arpenter la voie des Chasseurs Ailés. Ce choix ne doit être que le tiens. Ni Cecil, ni moi, ni qui que ce soit ne doit t'aider. Veux-tu devenir plus forte et te faire une place dans ce monde en apprenant et en faisant tes propres choix ? Je te propose de te créer une nouvelle vie et de suivre mon enseignement dans le plus grand respect, pour te faire trouver le chemin qui te plaira. Cependant, je ne promets pas que ça soit facile. Il va falloir que tu donnes tout ce que tu as. Mais, je suis sûr que tu as la volonté au fond de toi pour surmonter ce qui t'attend ! »

La jeune fille fronça légèrement les sourcils. Les Chasseurs ailés ? Qu’est-ce que c’était ? Malgré cette incompréhension, les mots qui trouvèrent un écho en Sally furent « te faire une place dans ce monde ». Sally songea à toutes les situations embarrassantes dans lesquelles Cecil s’était retrouvé à cause de ses bêtises. Elle pensa également à ce qui c’était passé dans la journée… Ithilion avait été frappé par leurs agresseurs et elle n’avait rien pu faire. Les quelques dysfonctionnements occasionnés par le « Sin », ce pouvoir si bizarre qui était le sien, n’avait fait qu’empirer les choses ou tout au mieux les immobiliser. Même elle, se rendait compte de ce qu’elle n’avait servi à rien dans l’histoire. L’idée d’être un poids pour Cecil lui était insupportable… Lui qui avait tant fait pour les protéger, n’était-ce pas à son tour de lui montrer qu’il pouvait compter sur elle ? Sally réfléchit pendant quelques instants. Ithilion, qui était si fort et qui connaissait si bien cette société, deviendrait son tuteur et lui apprendrait la vie normale. La vie des gens ordinaires. Cela correspondait en tous points à ce qu’elle recherchait. Quant à cette histoire d’entrainement, elle n’avait pas vraiment compris de quoi il s’agissait. Mais Sally avait confiance en Ithilion, elle lui faisait même une confiance aveugle.

La jeune femme redressa un regard d’enfant déterminé vers le Chevalier, et saisit doucement la main qu’il lui tendait. Elle hocha la tête.
« D’accord… » dit-elle d’un ton qu’elle voulut plus assuré que d’ordinaire. Elle serra un peu la main d’Ithilion, et remarqua que ses petits doigts tremblaient. Avait-elle peur ? Quelque chose lui brûlait les lèvres.
« Il faut emmener Cecil avec nous ! » ajouta-t-elle, avec beaucoup de cœur.
« Je sais que vous ne l’aimez pas beaucoup mais… mais je lui dois la vie. Il m’a sauvée, deux fois. Sans lui, je… » Sally ne parvint pas à finir sa phrase, en proie à une vive émotion. Elle se retourna pour regarder l’Ünik. Il discutait sans se soucier d’eux avec les Chevaliers qui étaient entrés dans la banque à l’instant. Sally lança un regard suppliant à Ithilion.
« Je ne pourrais pas vous suivre s’il n’est pas là… Il a droit à une vie plus paisible, lui aussi. Je vous promets qu’il n’y aurait aucun problème avec lui ! S’il vous plait, acceptez… En échange, je suis prête à faire tout ce que vous souhaiterez. Vous pourrez faire ce que vous voudrez de moi, toute ma vie ! »
La Paria ne se rendait pas compte de l’impact qu’auraient pu avoir ses paroles si elles avaient été adressées à une personne malintentionnées. Elle joignit ses mains et ne lâcha pas Ithilion du regard. Il fallait qu’il dise oui, il le fallait ! Le Chevalier avait le choix. Après tout on n’obtient pas tout d’un simple battement de cil, dans ce monde…


Dernière édition par Sally Sullivan le Ven 7 Aoû - 12:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chevalier Ailé (Ithilion)


RPG
Âge : 23
Groupe: Elite
Inventaire: Bourse sans fond

MessageSujet: Re: Même la cupidité se paye ! [Test lvl IV - ft. Ithilion]   Ven 7 Aoû - 11:41

Une étincelle de détermination s'alluma au fond des prunelles de Sally.  Un éclat encore bien fébrile, mais Ithilion y décela une source de force qui ne demandait qu'a jaillir à l'air libre. Les doigts fins de la jeune femme se resserrèrent avec timidité autour des siens. De ce contact, le chevalier ressentit les tremblements qui la saisissaient. Il posa son autre main pour lui montrer que tout allait bien.
Lorsqu'elle accepta, son coeur s'était à nouveau emballé. Et en même temps, il sentit tout à coup peser sur ses épaules  l'énorme poids de conséquences qu'entrainait cette décision. A partir de maintenant, cette âme innocente le suivrait aveuglement, il avait la dur charge de l'aiguiller sur le bon chemin.  Il espérait seulement que Sally comprenait un peu dans quoi elle s'engageait en acceptant sa proposition. Pas si sur. Pourtant, sa réponse ne lui parût pas hésitante. Dans sa voix avait raisonné ce timbre si spécial; celui qui provenait du plus profond de soit, porté par la certitude infaillible de son choix.

Toutefois, Ithilion remarqua qu'un détail semblait soucier sa nouvelle élève. Elle ne mit pas longtemps à lui partager son tracas. Il s'agissait bien évidemment du cas de Cecil. Et vu la manière désespérée sur laquelle elle le lui demanda, le chevalier comprit l'importance que représentait cet homme à ses yeux. Son regard suppliant lui transperça littéralement la barrière d'animosité qu'il éprouvait à l'égard de cet Ünik. Cependant, la proposition qu'elle lui fit à la fin ne lui plus du tout.Elle ne se rendait assurément pas compte de l'importance de ces mots, et encore moins du danger de les respecter. Cela renforça également ses doutes sur la manière dont Sally avait réfléchi à son offre. Finalement, elle le suivait aveuglement, sans réellement comprendre ce qui l'attendait et pire, en lui cédant sa liberté. Le chevalier, toujours très soucieux de garder son libre-arbitre, ne comprenait pas ce genre d'agissement. Ce n'était pas le genre d'élève dont il souhaitait s'occuper.

Et bien... commença t-il à contrecœur.

L'idée de séparer Sally de cet homme à l'influence néfaste tournait langoureusement à l'intérieur de lui. Mais aussi tentante soit elle, il ne pouvait pas retirer à cette naufragée la seule bouée qui lui avait permis de rester en vie. Cela risquait de briser d'avantage cette conscience encore trop fragilisée par son passé. Le jour viendra ou il faudra qu'elle s'affranchisse de ses dernières chaines  pour pouvoir s'envoler à coeur ouvert.

-Je vais voir si je peux trouver une place pour un civil. accepta alors le soldat non sans lâcher un profond soupire. Mais je vais y poser mes conditions, et elles seront non négociables. Si Cecil use de son Dzêta sur l'un des membres des chasseurs ailés ou si il est source de problème, si mes camarades ne se sont pas occupés de son cas avant moi, je veillerais à ce qu'il soit exilé hors d'Anathorey. Deuxièmement, si tu acceptes de venir, c'est que tu acceptes mon apprentissage. Cela signifie que c'est moi que tu devras écouter en priorité, qu'importe ce que en pensera ton ami. Et il devra trouver un travail pour me payer son loyer. Suis-je bien clair ?

Le ton s'était raffermi pour bien faire comprendre  à cet esprit ingénu la valeur incessible de ses exigences. Déjà qu'à l'instar de son maitre pour son propre cas, il allait devoir batailler comme un lion pour faire accepter sa nouvelle disciple, ses supérieurs ne le rateraient pas si un civil provoquait du remue-ménage au sein du quartier général.

-Et par pitié, poursuivit-il en plantant ses mains sur ses hanches. Ne marchande plus ton corps de cette façon et a qui que ce soit. Tu n'appartiens à personne, tu dois être la seule à faire tes choix. Tu peux demander de l'aide à ceux en qui tu as confiance, mais en aucun cas tu dois faire ce qu'ils te disent. Soit libre de bouger comme tu le sens, tu te rendras compte à quel point il fait bon vivre alors.

Cette liberté qu'il chérissait tant provenait de l'héritage de l'instruction de son maître. Un trésor devenu bien rare aujourd'hui à Anathorey, mais qu'il n'abandonnerait pour rien au monde.
La réprimande terminée, son visage retrouva son éternel sourire goguenard, il ne put s'empêcher de tapoter la tête de Sally et de lâcher avec une pointe d'humour :

-Mais puisque tu y tiens, tu me masseras les pieds en arrivant. Il retrouva ensuite son sérieux pour rajouter : Bon, je te laisse aller le chercher. Je t'attendrai dehors, à droite de la sortie. Si tu me rejoins, c'est que tu te sens prête à me suivre jusqu'au bout, quoi qu'il arrive, et que mes conditions sont acceptées. Je ne te promets pas que la route sera facile, néanmoins, je te dévoilerai les chemins inaccessibles de ce monde et je t'apprendrai à te respecter.  Sinon, et bien je te souhaite bon vent.

En ajoutant un ultime clin d'oeil, il se retourna sans attendre de réponse. Laissant son élève face à sa première épreuve : affronter son ami et lui imposer sa décision. Ainsi, le chevalier comptait évaluer si Sally était digne de suivre son enseignement ou non.
Au vu de sa personnalité soumise, il ne mettrait pas sa main à coupé sur la réussite  de la jeune femme. Toutefois, il avait semé en elle des graines qu'il avait déjà senti frémir. Il ne faisait aucun doute qu'en elle se cachait une véritable volonté ne demandant qu'a fleurir à l'air libre. Et à partir de cet instant, Ithilion se promit de l'aider à s'épanouir, de la même manière qu'Elionne l'avait recueilli dans les rues de Nordkia pour l'aider à grandir.

Habitué aux scènes sanglantes, le soldat traversa lentement la grande salle, jetant un simple regard de regret sur ces vies qu'il avait ôté, avant de trouver la sortie. Alaryk et  Etan l'attendaient surement de pied ferme à l'extérieur, il se devait donc de les rejoindre. Mais avant cela, il patienterait quelques minutes près de la grande porte, en espérant voir venir vers lui la promesse d'une nouvelle aventure pleine de surprises
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeune fille traquée (Sally S.)


RPG
Âge : 19 ans
Groupe: Discret
Inventaire: Poupée de chiffon

MessageSujet: Re: Même la cupidité se paye ! [Test lvl IV - ft. Ithilion]   Dim 9 Aoû - 22:15


Ithilion, non sans cacher le dégoût que cette idée lui inspirait, accepta malgré tout que Cecil les accompagne. Aussitôt le regard de Sally s’illumina de joie, d’une joie si immense que même les conditions très strictes du Chevalier quant à l’admission du jeune homme au sein des Chevaliers Ailés ne purent tarir. Il n’était pas si évident que le principal intéressé entende de cette oreille les restrictions d’utilisation de son Dzêta ainsi que le fait qu’il doive payer un loyer, mais tout ce qui comptait pour Sally était qu’ils ne soient pas séparés. Lorsqu’il l’avait sortie de ce bouge infâme dans les Ghettos, Cecil avait fait promettre à la jeune femme qu’elle ne devrait jamais se séparer de lui. Réciproquement, il avait juré de ne jamais l’abandonner. Seuls au monde alors, tous les deux s’étaient ainsi assurés d’une présence réconfortante à leurs côtés.

Sally, dont le visage s’était illuminé comme rarement cela lui arrivait, adressa un sourire sincère à Ithilion :
« Merci ! Merci infiniment ! » Elle était vraiment soulagée de ce qu’il ait accepté. Elle savait que suivre Ithilion était synonyme de protection pour eux, et si elle parvenait à devenir une Ünik à son tour, elle en serait comblée. Elle n’imaginait pas une seule seconde ce en quoi consisterait son apprentissage, mais elle était motivée et était prête à faire tout ce qu’on lui demanderait.

A ce sujet, le Chevalier lui dit d’un air consterné qu’elle n’avait pas à s’offrir ainsi à autrui lorsqu’elle formulaire une requête. Sally acquiesçait comme une enfant à mesure qu’il lui expliquait en quoi c’était dangereux. Elle n’avait pas tout saisi mais qu’importait, elle était trop heureuse de pouvoir commencer à se faire une identité rien qu’à elle, au sein d’Anathorey. Comme une vraie Ünik. Elle saurait se montrer à la hauteur des attentes des deux jeunes hommes !
Ithilion lui tapota le haut du crâne avant de lui indiquer qu’il sortait. Elle pouvait le rejoindre avec Cecil, il les attendrait tout près des portes du bâtiment. Mais si elle venait, c’était qu’elle l’acceptait comme seul et unique maître, qu’elle devrait lui obéir en priorité. De plus cette voie qu’elle choisirait de suivre n’était pas celle de la facilité. Mais elle aurait la garantie de la protection du Chevalier, qui l’épaulerait comme un tuteur. Après ces dernières explications, Ithilion tourna les talons et sortit, laissant la Paria seule.

D’abord un peu prise au dépourvu, et ne sachant comment annoncer la chose à Cecil, elle se redressa fièrement et se dirigea d’un pas décidé vers son ami. Les militaires avec qui il discutait venaient justement de le quitter. Il n’eut pas le temps de se retourner vers elle que Sally lui prit la main pour l’emmener vers la sortie :
« Viens Cecil. Nous allons suivre Ithilion et rester avec lui !
- Euh… Pardon ?
- Je vais devenir sa ‘’disciple’’. Il va me montrer la voie des ‘’Chevalier ailés’’ et m’a promis de nous protéger tous les deux. Tu dois venir avec nous !
- Quoi ?! s’écria Cecil, éberlué. Qu’est-ce que cet imbécile d’albinos t’a fourré dans le crâne ? »
Il s’arrêta soudainement, et saisit fermement sa compagne par les épaules :
«  Comment ça, tu vas devenir sa disciple ? Qu’est-ce qui se passe ?
- C’est simple, répondit Sally en souriant, il m’a proposé de me faire une place dans le monde des Üniks. Il veut aussi m’apprendre à devenir plus forte. Comme ça je ne ferais plus de bêtises qui te mettront dans l’embarras, Cecil ! »

Cecil secoua la tête d’un air dépassé, tenta d’articuler des mots sui restèrent coincés dans sa gorge puis soupira avec consternation.
« Sally… Tu ne peux pas… Sa voix était saccadée, par l’agacement et le fait qu’il n’arrivait pas à en vouloir à la jeune femme pour sa naïveté. Tu ne peux pas faire confiance comme ça à un inconnu. Ce n’est pas prudent, on ne sait pas qui est cet Ithilion.
- Mais nous n’avons rien à craindre de lui… S’il nous voulait du mal il l’aurait déjà fait non ?
- Bon sang, tu n’écoutes jamais rien de ce que je te dis ! Je refuse de le suivre, il ne m’inspire pas confiance ! »
Cecil avait amorcé un mouvement pour s’en aller dans la direction opposée à la sortie, mais Sally le retint en tirant son bras.
« Non, attends, s’il te plait. Moi, j’aimerais y aller. Je veux devenir quelqu’un de plus fort, je veux pouvoir devenir une fille comme les autres.
-  Tu n’as pas besoin de lui pour apprendre ces choses-là, répliqua sèchement Cecil. Ne sois pas stupide, Sally, tu ne le connais même pas !
- Mais… toi non plus ! se défendit-elle, non sans hausser un peu la voix à son tour.

Le visage du jeune noble se figea, et l’expression de colère qui tentait ses traits fondit en quelques secondes. Les grands yeux de Sally semblaient vouloir l’engloutir tout entier. Son regard clair et candide était saisissant de sérieux, ce dont il n’avait pas l’habitude. Cecil souffla et réfléchit de nouveau. Cet Ithilion était un Chevalier, membre du célèbre escadron des Chasseurs Ailés, des tireurs d’élite triés sur le volet que l’on assignait aux plus importantes missions. L’armée d’Anathorey ne recrutait pas n’importe qui, mais en même temps les informations la concernant et plus particulièrement celles affiliées aux groupes de haute volée de cette sorte, étaient presque impossibles à obtenir lorsque l’on venait de l’extérieur. S’ils étaient cachés dans un tel endroit, même une fouine de la trempe de Madame Sullivan ne serait pas apte à les retrouver de sitôt. C’était sans doute mieux que de vivre caché, d’auberge en auberge et de taverne en cave, avec des capuches et de fausses identités renouvelées chaque jour. Après ces longues secondes de réflexion intense, Cecil leva les yeux au ciel et soupira très profondément :
« Bon... D’accord, je te suis. Nous verrons bien où nous mène cette galère. Mais je te préviens si ça ne se passe pas aussi bien que je l’entends, nous quitterons ce Chevalier immédiatement ! De plus, tu devras prendre en compte mes conseils avisés. Ils ne t’ont jamais desservi jusqu’à présent, n’est-ce pas ? Tâche de ne pas te laisser impressionner par ce poseur ! »

Si cela se trouvait, Ithilion avait fait cette proposition tombée du ciel à Sally uniquement parce qu’il la trouvait jolie. Cecil avait appris à se méfier d’autrui, et il connaissait les bassesses des hommes. Bien plus que celles des femmes, à vrai dire… Sally quant à elle, était bien loin de toutes ces considérations obscures, et adressa son plus beau sourire à l’Ünik avant de l’entraîner par la main jusqu’à l’endroit où Ithilion les attendait.
Quand la lumière du jour inonda de nouveau leurs corps libres, Sally trottinait gaiement en direction du Chevalier. Cecil ne cachait pas le peu d’enthousiasme que suscitait en lui ce nouvel avenir imposé. Mais il n’oubliait pas que derrière eux planait l’ombre de la main crochue de cette Erudite infecte… Sally ralentit le pas, et se posta aux côtés d’Ithilion. Elle leva un regard épanoui vers lui. Un regard empli d’espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Même la cupidité se paye ! [Test lvl IV - ft. Ithilion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Nouveau test de répartition
» Mélanie passe le test HIV (pv Guillaume et un autre médecin)
» Test : qui est ton idole...
» Le langage des fleurs... Petit test...
» Etes-vous attentifs aux autres ??? Petit test...
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Urban City
 :: Anathorey
-