AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Ôde au destin. [& Kally]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Ôde au destin. [& Kally]   Dim 28 Juin - 23:35


Le ciel lourd menaçait la Sylva, cela faisait deux heures que la demoiselle était assisse là, immobile, à contempler les nuages, infini tableau dont l'ardoise s'étendait au delà  du champ de vision de la Qantik. Elle avait quitté le matin même le Dernier Paradis en quête d'un ami de longue date. Sans nouvelles depuis maintenant deux mois la demoiselle avait décidé de se rendre sur le lieu de leur rencontre. Se redressant, Diya caressa l'écorce du chêne centenaire avec tristesse. Mais où pouvait il bien être ? L'Anemos et ses sages paroles lui manquait, et comme si Mère Nature, pleine d'empathie avait perçu sa peine, les premières larmes cristallines vinrent s'écraser sur l'herbe grasse. Glissant sur les délicats pétales chatoyants, les perles translucides donnaient à la clairière un air irréel. Presque féerique. Pourtant, sans Rudolph, la beauté de la clairière était aussi pâle et superficielle que le temps orageux. La peine se mua en colère, consumant le peu de contrôle qu'il restait à la femme. Elle se mit à frapper le tapis de mousses spongieux de ses poings, hurlant contre celui qui l'avait abandonné après lui avoir fait de telles promesses. Sa parole ne valait elle donc rien ? Pourquoi lui avoir offert son aide, sa détermination, si c’était ensuite pour la laisser tomber dans l'oubli ? Finalement, lorsque la dernière goutte d’énergie eut quitté son corps la Cyborg se leva, quittant l'endroit sans un regard en arrière. Elle cru entendre au milieu du vent quelques regrets, deux trois excuses, mais cela était impossible, le loup gris n'était plus, et avec lui s’était envolé son dernier espoir de voir un jour les trois races originaires réconciliées. 

Diya se mit à errer, marchant sans but au milieu de la végétation. Elle avait demandé à Mamoru de rester au Dernier Paradis avec les jumeaux. Depuis que ces deux là les avaient rejoint l’hôtel était un peu plus animé chaque jour, les réparations avançaient à bonne vitesse grâce aux financements et aux fournitures offertes par Anna Draspery. On aurait pu dire que tout allait pour le mieux et pourtant il manquait quelque chose à la Qantik. Ce vide paraissait impossible à combler. La pluie collait les cheveux émeraudes de la jeune femme contre sa peau diaphane et le bas de son kimono était couvert de boue et de brindilles. Quelle pitoyable image elle renvoyait là. Pourtant, à mesure que la pluie lavait ses angoisses la Cyborg se sentait plus légère, comme si le fait de s'être résigné la débarrassait d'une lourde charge. D'un fardeau. Le tonnerre continuait de gronder au loin, battant la mesure du temps qui passait. Marybel devait s’inquiéter de son absence prolongée. Elle avait déclaré ne partir qu'une petite heure mais déjà l'astre de feu entamait sa descente derrière les monts enneigés. Si loin qu'ils paraissaient minuscules et insignifiants. L'obscurité gagnait peu à peu du terrain, bientôt les lucioles entameraient leurs valses, tel un millier d'étoile sous la voûte sylvestre, éclairant le chemin des égarés. Mais l’était elle vraiment ? 

L'ancienne Hybrid défit les attaches qui retenaient sa chevelure. Celle-ci tomba en cascadant sur ses épaules, dessinant de larges arabesques où se mêlaient les pétales pastels de quelques arbres en fleur, dont les vents, furieux, avaient arrachés les atouts. Elle ressemblait à ces esprits forestiers, gardiens de l'onde et de la flore, qu'on dessinait dans les livres pour enfants. Son habit, noué à la taille par un large ceinturon aux motifs sylvestres, empêchait sa vitesse de croître. Elle aurait été en bien mauvaise posture si un ennemi avait surgit de nul part. Tout semblait pourtant si calme, les larmes célestes étouffaient les sons. Et pourtant. Diya s'arrêta soudain. Deux individus se trouvaient sur son chemin. Trop perdue pour ne serait ce que penser à dégainer une de ses Trancheuses-de-vent la jeune femme resta pensive tandis que son regard allait de l'un à l'autre. Elle était seule, désavantagée par sa tenue lourde de pluie, et voilà que se dressait face à elle des étrangers. Uniks, destructeurs au milieu de la forêt dont ils étaient les bourreaux. Les fins doigts de la Cyborg joignirent le grelot d’argent pendant à son coup, elle n'avait pas la force de se battre. Pas aujourd'hui. Pas en cet instant d'égarement et de deuil. La fuite aurait cependant entaché sa fierté. Réduisant la distance qui la séparait des formes humanoïdes, Diya s'avança, lentement, jusqu'à se retrouver à quelques mètres d'eux. La jeune femme du forcer sur sa voix afin que celle-ci soit entendu par dessus le battement régulier de la pluie sur la végétation. Ses bras retombèrent le long de son corps, offrant le tintement de l'amulette pour salutation.

" Êtes vous perdus ?"

Immobile, les getas enfoncées dans la boue et le regard voilé par des milliers de pensées sourdes à la raison, la Qantik se rendit compte de la naïveté de sa question. En ces temps sombres la présence d'un habitant d'Urban City au milieu de la sylve ne pouvait être qu'un mauvais présage. L'immensité anthracite s'illumina brièvement et le chaos aquatique se mua en une légère averse permettant désormais au deux camps de s'observer. L’accalmie ne durerait surement pas, peut être aurait elle dû en profiter pour disparaître. La demoiselle resta pourtant là, attentant une réponse. Son instinct demeurait muet, incapable de lui dicter la conduite à suivre. Insignifiante créature entre les mains capricieuses de Mère Nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Ôde au destin. [& Kally]   Sam 18 Juil - 22:54

« Ferme là gamin.

_ Je dis juste que quand tu fumes j'en ai envie aussi et je pense pas que ce soit vraiment une bonne idée dans le cadre de la mission. Mais enfin bon si tu t'en fous, je vais pas me gêner… Et ce putin de mal de crâne qui ne veut pas me lâcher. Y a intérêt que tout se passe bien aujourd'hui. La journée d'hier… quelle journée de merde.

Avancer dans cette forêt alors que l’orage menaçait n'était pas une perspective réjouissante. Les pluies de Sylva formaient une espèce de rideau qui vous empêchait d'y voir clairement à plus de quinze pieds. Pourtant en bon chien de garde Kally savait que le temps serait propice à l'accomplissement de sa mission. La pluie masquerait le bruit de ses pas tandis qu'elle dévoilerait les traces d'une éventuelle présence dans les parages. Le voyage en aéronef n'avait pas été des plus plaisant sous la chaleur accablante du désert, la fraîcheur de la forêt lui permettrait de soulager la migraine qui tambourinait son crâne. Repérer les signes de civilisation pour se faire une idée des troupes en stationnement dans le coin n'allait pas être une mince affaire. Les Uniks n'étaient pas particulièrement les bienvenues dans les environs. Les tensions palpables semblaient indiquer que la guerre n'allait pas tarder à éclater et d'ailleurs le travail qu'ils effectuaient lui et Nathana n'avaient pas d'autre but que de s'y préparer.

« Hey gamin j'ai l'impression qu'on nous observe.

_ Mhmm… Tu sais Natha ton intuition… Aïe !

_ J'te dis de faire gaffe, ne commence pas à me gonfler. »

A présent le jeune homme se déplaçait prudemment. La barbe naissante sur son visage le grattait et il n'aurait pas dit non à un baquet d'eau pour faire un brin de toilette. Ses vêtements avaient pris la poussière durant le voyage mais l'humidité ambiante la fixait à son corps comme de la crasse. Le sable aussi lui collait à la peau. Ceux qui le connaissaient auraient eu du mal à savoir s'il était sous le coup de la fatigue ou bien si ce n'était rien d'autre que sa mine habituelle. Son attitude blasée masquait ses rares émotions, et seul la colère transparaissait par un léger froncement de sourcil comme maintenant.

_ Tss… Il n'y a rien, tu perds la boule ma vieille.

Sa langue insista particulièrement sur se dernier mot. Il savait qu'il lui faisait horreur.

_ Chut ! Ferme là.

Le ton alerte de la jeune femme l'inquiéta suffisamment pour qu'il obtempère. Le fait qu'elle n'ait pas tiqué à sa remarque l'alarmait encore plus. Pourtant il lui parut peu probable que sous cette pluie on ait pu l'entendre. Il avança néanmoins avec précaution. Une forme alors se dégagea derrière le rideau de pluie qui s'amenuisait peu à peu. « Hybride ». La première pensée qui traversa son esprit fut cet unique mot. Assez jeune, elle s'avançait vers eux, ne dégageant rien d'agressif et ne montrant pas de signe d'hostilité particulier. Tout au plus une sorte de curiosité mais Kally n'en était pas sûr car son regard semblait perdu dans le vide. « Tenue ample, arme cachée potentielle ». Le chien de garde flairait l'individu à sa portée. « Jeune femme, force assez faible. Cheveux détachées et longs, pas une combattante. Individu sans doute peu dangereux sauf si assassin. » Le bruit d'un carillon devança ses paroles :

" Êtes vous perdus ?"

De la curiosité, une bien mauvaise chose. Elle passait du statut de personne insignifiante à celui de personne gênante. Nathana et lui le savait, il fallait s'en débarrasser au plus vite. Sinon il faudrait mentir et le mensonge restait un jeu dangereux en toutes circonstances. Kally chercha à la chasser par la douceur. Seulement… il ne savait pas vraiment comment ça fonctionnait ce qui rendit quelque peu glacial sa réponse.

_ Tout va bien pour nous. Retourne chez toi. Tes parents doivent s'inquiéter à l'heure qu'il est. »

Il se passa deux secondes sans qu'il n'y ait de réaction immédiate de la part de l'étrangère, ce qui comme de bien entendu énerva Nathana qui réitéra la demande d'un ton acerbe et moins poliment que son compagnon.


_ Bouge de là petite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Ôde au destin. [& Kally]   Dim 19 Juil - 1:00


Un Unik au milieu de Sylva, quelque soit la raison de présence la demoiselle aurait dû chercher à fuir plutôt que demeurer immobile face à lui. Une femme l'accompagnait. La demoiselle sentait si peu sa présence que son regard se focalisa sur cette dernière sans parvenir à trouver ce qui rendait sa présence si gênante, mis à part son air supérieur et hautain, elle reporta finalement son attention sur l'étranger. Des cheveux châtains, plutôt court, bordaient un visage à l'expression figée, une sorte de lassitude et d'ennuis permanent que venaient pourtant percer deux yeux, d'un bleu aussi glacé que son attitude. Des bottes, un pantalons souple et une chemise qui avait subit la poussière ocre du Sidhe, il ne semblait pas dangereux en soi. Les larmes célestes cessèrent finalement d'abreuver la terre déjà détrempée et le silence se fit alors même que petit à petit la faune sylvestre reprenait son activité. Un léger silence avait suivit sa question mais enfin une réponse lui parvint, froide, comme la personne qui laissait échapper ces quelques mots. Un sourire pâle naquit sur les lèvres de la jeune femme à l'évocation de ses parents. Quand à ce qu'elle les laisse errer ici, seuls, il en était hors de question. Si au début de cette conversation la demoiselle avait eut l'air perdu et naïve, elle avait désormais repris ses esprits et la méfiance avaient fusionné à la curiosité. Diya laissa un blanc dans cette pseudo-conversation, se demandant si elle devait s'imposer et les forcer à quitter la terre bénie de Mère Nature ou les guider à Némoto pour que les forces armées décident de la marche à suivre et des précautions à prendre.

La deuxième option lui sembla ennuyeuse, la plaçant au second rang et loin de toute actions. Alors que la première ... l'homme l'intriguait, peut être obtiendrait elle des infos intéressantes sur les futurs actions des Élites. Il était sans doute un éclaireur, un pion qu'on sacrifiait pour obtenir quelques repères à noter sur une carte. La Cyborg ressentit une pointe de pitié, sans même savoir si son jugement s’avérait juste, pour ceux qu'on traitait ainsi. La brune lui cracha de façon agressive le fait qu'elle les dérange, poussant la Qantik à prendre sa décision rapidement. Dans un soupir elle laissa chacun de ses muscles se détendre avant de nouer prestement ses cheveux qui collait à sa peau de façon peu agréable. Se munissant d'un sourire de façade la femme aux yeux émeraude s'approcha du duo gracieusement, les bras repliés dans le dos, jusqu'à n'être plus qu'à un pas de l'inconnu. Elle s'arrêta alors et afficha un air désolé avant de déclarer avec assurance :

" Personne ne m'attend, je ne peux malheureusement pas en dire de même pour vous si vous continuez dans cette direction. Si vous n'êtes pas perdus je vous conseille de faire demi-tour rapidement. Mes semblables seront moins disposés à discuter avec vous que je ne le suis. Ils vous salueront surement d'une lance ou d'une flèche empoisonnée, selon leur humeur."

La demoiselle se mit à jouer avec le grelot d'argent qui pendait à son cou, elle bluffait autant sur son identité que sur la façon dont réagirait les guerriers Hybrids mais cela, l'homme ne pouvait le deviner. La Qantik était toutefois seule, et les Uniks, deux. Elle devait jouer, certes, mais prudemment. Sans quoi les conséquences pourraient s’avérer lourdes et désastreuses. Indiquant une trouée où de maigres éclaircies parvenaient à offrir quelque peu de luminosité à un parterre de petites corolles chatoyantes la jeune femme ajouta calmement, d'une voix mielleuse :

" Je peux vous raccompagner aux abords du Sidhe si vous me garantissez de ne pas revenir. Ainsi je n'aurais pas votre sang sur les mains, peut être même pourrions nous partager les dernières lubies de nos dirigeants respectifs ! Pardonnez moi je m'égare, la traversée du désert s'est elle déroulée dans de bonnes conditions ? On m'a rapporté que les Lézard des sables et la chaleur étaient devenus intenables ces derniers temps ! Quelle idée de vivre dans un environnement hostile quand on a, à sa portée, une source de vie infinie et inépuisable !"

Une pensée contradictoire l'effleura. La demoiselle se fichait bien de les voir mourir. Que ce soit de la mains des enfants de Sylva où d'une bête sauvage aux griffes acérées. Elle avait besoin d'une distraction et d'informations, et voilà que, sous ses yeux, se présentait une proposition qui réunissait ces deux critères ! Comment aurait elle pu mieux tomber ? Son humeur s'améliora, en osmose avec l'astre de feu qui avait soudain décider de gratifier l'étendue sauvage de sa chaleureuse bénédiction. Son masque était prêt. Restait à savoir s'ils seraient capable de deviner sa véritable nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Ôde au destin. [& Kally]   Lun 27 Juil - 12:51

Courage ou folie. Kally ne savait trop qu'en penser. D'un côté, le fait que la jeune femme ne se laisse pas démonter faisait pencher la balance en sa faveur mais de l'autre elle se trouvait seule face à eux deux et venait de mettre en colère Nathana ce qui ne présageait rien de bon pour elle dans un avenir proche. Toutefois, l'assurance qu'elle affichait ne manqua pas de désarmer le soldat qui s'attendait à une toute autre réaction de sa part. Il n'aimait guère qu'elle se soit autant approchée de lui, d'ailleurs il était à présent sur ses gardes. Le grelot qu'elle manipulait sans cesse ne lui disait rien qui vaille.

Au départ il avait cru qu'elle ne frimait que parce qu'elle se sentait protéger par la présence de semblables cachés dans les environs qu'ils n'auraient pas repéré avec Nathana, mais désormais cette hypothèse lui paraissait peu probable. Il ne comprenait pas vraiment ce qu'elle cherchait à faire. "Elle doit posséder un pouvoir qui la rend sür d'elle." Voilà à quelle conclusion Kally était parvenu. Mieux valait rester prudent. En tout cas il n'était pas question qu'il cède à la menace. Du moins dans les faits... En apparence rien ne l'empêchait d'obtempérer pour faire baisser la garde de l'hybride puis d'aviser ensuite de la manière dont il pourrait retourner la situation. Il jeta un coup d’œil vers son maître mais sa fureur semblait l'aveugler. Un autre problème à régler de toute urgence... Kally soupira. Un poids immense tomba sur ses épaules lorsqu'il comprit qu'il devrait batailler sur deux fronts. "Stupide dinde..." Ne pouvait elle donc pas apprendre à se canaliser ? C'était donc cela un soldat d'élite ? Une capri-chieuse sans le moindre contrôle sur ses émotions ? Il fallait tenter de désamorcer cette bombe qui ne tarderait visiblement pas à exploser.

"Nous ne sommes pas là pour vous chercher des ennuis, pas vrai Nathana ?

Il appuya plus que nécessaire sur ses derniers mots pour capter l'attention de la furie qui l'accompagnait.

"Je me doute que nous ne serons pas très bien accueillis ici. A vrai dire je ne viendrais pas sans une bonne raison comme vous pouvez l'imaginer."

Poursuivre son baratin ne lui coutait pas grand chose. Au pire elle ne le croirait pas et il s'occuperait de son cas, au mieux elle tomberait dans le panneau et ce serait jackpot. Cependant, le cas le plus plausible serait qu'elle ferait au moins semblant d'y croire jusqu'à ce qu'il trouve une faille dont il puisse profiter.

"Je comprends bien l'embarras dans lequel nous pourrions vous mettre, c'est pour cela que ma fiancée et moi avons été quelque peu... glacials de prime abord. Nous sommes déserteurs de l'armée régulière ce qui est un statut peu enviable par les temps qui court, et mieux vaut pour vous que vous ne soyez pas mêlé à cela. Vous comprenez ? Ce n'est pas que je ne souhaite pas bavarder plus longuement avec vous bien que la politique m'intéresse fort peu, mais je suis quelque peu las de fuir et j'aimerai, et je suis sûr que toi aussi Nathana, trouver un endroit pour me poser au moins quelques jours. Comme vous l'avez dit la traversée du désert et la fuite de nos poursuivants nous a laissé quelques traces. Aussi un peu..."

Un raclement de gorge interrompit brutalement son monologue. Une voix pleine de colère fit frissonner Kally qui crut que sa tentative allait tomber à l'eau.

"Dis donc, ça suffit non ? C'est bon quoi ! Tu ne veux pas aussi lui donner un couteau pour qu'elle nous le mette sous la gorge non plus ?! Qu'est ce qui te prends de tout lui raconter ? On ne la connait même pas à ce que je sache. Et si maintenant elle va en parler à des inconnus, hein ? Ah il sera beau notre refuge ! Super bien planqué ! Nan mais j'admire... Vas y continue chérie. Je vois que tu tiens beaucoup à moi pour agir de manière aussi stupide. On va même lui dévoiler les raisons de notre désertion. Hein ? Nan mais si. Au point où on en est.

Kally lui même fut stupéfait, il ne s'attendait pas à ce qu'elle rentre aussi bien dans son jeu mais là ça dépassait toutes ses attentes. Il prit un air paniqué qui n'était pas si loin de la réaction réelle que lui inspirait celle qui venait de devenir sa chère et tendre.

"Calme toi. Je suis sûr qu'on peut lui faire confiance... du moins un peu."

"Un peu ?! Et bien moi je suis sûr que tu seras "un peu" refroidi quand la patrouille de chasse nous tombera dessus parce que tu es trop bavard. Tu sais quoi ? Je crois que tu devrais poursuivre avec cette jeune fille sans moi. Si si, fais comme bon te semble puisque tu t'attaches aussi facilement à la première venue."

Une crise de jalousie devant une inconnue suite à l'épuisement due à la fuite. Crédible et astucieux. Cette initiative de sa partenaire ne manquait pas de charme. Le jeune homme se sentait dans l'embarras tout en sachant que cela servirait sa cause. La dernière remarque l'avait fait sourire intérieurement mais aussi inquiété. Il savait bien que la chose était impossible. Holo l'empêchait de se séparer d'elle.

Alors que Nathana continuait de le torpiller avec les meilleurs arguments du monde auquel il était bien en peine de répondre, il se demanda si leur scène de dispute n'allait pas tout simplement faire fuir l'hybride tant lui même ne savait plus où se mettre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Ôde au destin. [& Kally]   Mer 29 Juil - 13:52


Ses propos avaient visiblement fait entrer la femme dans une colère qui la dévorait. Elle semblait prête à lui bondir dessus, aussi un sourire amusé prit il possession de ses traits. Qu'elle essaye. Peut être qu'un bon combat ne lui ferait pas de mal après tout, l'adrénaline ferait disparaître ce sentiment de vide, cette impression qu'il lui manquait quelque chose. L'Unik semblait plus calme, comme s'il analysait chaque détail de la situation, la Cyborg devrait s'en méfier à coup sûr. L'inconnu déclara qu'ils n’étaient pas là pour chercher les ennuis. Diya ne put s’empêcher de provoquer l'étranger, arquant un sourcil qui signifiait clairement qu'elle ne le croyait pas. Elle écouta cependant ce qu'il avait à dire puisque, déjà, les mots affluaient. La jeune Qantik apprit donc que les deux Uniks étaient fiancés et qu'ils avaient désertés l'armé des Princes. Pendant un instant la demoiselle se demanda s'ils n’étaient pas simplement fous. Fuir les rangs d'Urban City pour se réfugier dans les bras de leurs ennemis en ces temps où, tous, savaient que la guerre approchait n’était que pure folie. C’était tomber de Charybde en Scylla ! Pour peu qu'ils aient rencontrés directement des guerrier de la Sylva et leur situation n'aurait pu être plus ridicule. Le reste du monologue ne l’intéressa que peu, ils cherchaient un lieu où se cacher et il était hors de question qu'elle les mène au Dernier Paradis. Un bruit aussi impoli que vulgaire interrompit sa tirade.

La dame bouillonnant de rage s'en prit à l'Unik, proposant de donner un couteau a la Qantik afin qu'elle se débarrasse d'eux dès maintenant. Diya faillit secouer la tête négativement en riant, ses dagues feraient très bien l'affaire. Nul chair ne pouvait les parer et leurs vêtements, légers, ne les protégeraient pas suffisamment contre l'alliage sylvestre. Continuant sur sa lancée la femme proposa de dévoiler les raisons de leur désertion, faisant pétiller les yeux de la Cyborg d'un éclat curieux. La romantique qu'elle était se mit à imaginer un amour interdit entre un soldat et une noble comtesse que la famille empêchait de voir ... Puis son regard se posant à nouveau sur la démone brisa l'image, non décidément, elle n'avait rien d'une comtesse, pas même d'une petite noble de bas étage, elle était bien trop ... vulgaire. D'ailleurs Diya ne comprenait pas comment on pouvait rester avec pareille sauvageonne, chacune de ses réactions témoignait d'une agressivité mal contenue. Peut être était il de ceux qui appréciait de se faire mener à la baguette par une femme. La Qantik ne put s’empêcher de pouffer discrètement à cette pensée. L'homme avait les yeux aussi ronds que des soucoupes, il paraissait quelque peu étonné mais la jeune femme ne pouvait en être sûre aussi attendit elle, observant la scène. Le soldat affirmait qu'il pouvait au moins accorder un peu de confiance à la Cyborg qui rit intérieurement devant la réplique cinglante et maladivement jalouse de la femme qui continuait à s'acharner sur lui sans ménagement.

La demoiselle aux yeux anisé décida de les interrompre, ils n’étaient pas les seuls à ne pas être appréciés dans le coin, si une patrouille de chasse leur tombait dessus sa couverture serait grillée aussi facilement que la leur. Repensant à cet abris miteux qui se trouvait non loin de la frontière la jeune femme décida de les y conduire. Ce serait toujours mieux que rien et personne ne viendrait les y embêter. Le cabanon en mauvais état était une ancienne cache d'arme Unik désormais vide dont le mobilier, rudimentaire, comportait deux lits. Ainsi sans les abandonner et en espérant en apprendre un peu plus sur eux, la Cyborg ferait preuve de bonté. Qui l'eut cru ? Elle allait aider ceux qui avaient détruit sa vie, même si ces deux là n'y étaient surement pour rien. Sa voix, moqueuse et légère emplit l'espace les séparant :

" Quand vous aurez fini de vous disputer inutilement je pourrais peut être vous mener vers un hébergement de fortune qui vous conviendra sans doute."

Craignant que la femme ne retourne son venin contre elle, Diya lança les mains spirituelles dans sa direction. Invisibles et indétectables, ses dernières s'enroulèrent autour de l'Unik, prête à détruire la carapace qui protégeait son esprit. Cependant, à l'instant où elles auraient du se refermer sur l'esprit de l'étrangère, elle ne firent que fendre l'air, traversant totalement la femme. Le choc fut visible sur le visage de la Qantik un bref instant avant qu'elle ne se gifle mentalement, reprenant le contrôle de son masque. Ses sourcils, toutefois, restèrent froncés, c’était bien la première fois qu'une telle chose lui arrivait. Personne ne pouvait se soustraire totalement à son Sigma. A moins que ... Son regard se tourna vers l'homme, cherchant le moindre indice susceptible de la mener sur une piste. Finalement elle s'avança vers la femme et demanda, aussi innocemment que possible :

" Qu'en pensez-vous ?"

Sa curiosité durement contenue faisait battre son cœur de façon désordonnée mais il serait toujours temps d'en apprendre d'avantage plus tard. Pour l'instant elle devait jouer prudemment. Cette femme était peut être une arme des plus dangereuse, dont le corps, immatériel, ne craignait ni les lames ni les balles. 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Ôde au destin. [& Kally]   Ven 7 Aoû - 19:11

Un hébergement de fortune ? Voilà qui ne satisfaisait qui ne le satisfaisait qu'à moitié. C'était loin d'être ce qu'il espérait en premier lieu mais il devrait s'en contenter et faire preuve de patience. Après tout s'il arrivait à gagner la confiance de l'étrangère ce soir, il pourrait bien repartir le lendemain avec encore plus. Certaines choses demandent du temps et il le savait. Plongé dans ses réflexions il ne vit pas le changement d'attitude de l'hybride, toutefois il ne put échapper à Nathana rendue furieuse par l'intervention de la jeune femme. D'instinct elle se retourna pour essayer de sentir une présence dans les alentours. Mais son corps holographique bien que parfaitement reconstitué ne lui permettait pas de ressentir le monde avec la même acuité qu'elle ne l'aurait pu auparavant. C'était comme si son environnement avait été placé sous une cloche et qu'elle s'était trouvée à l'extérieur. Elle voyait mais la vitre bien que transparente faisait écran. Elle entendait mais le son était atténué bien qu'il s'y était faite avec le temps. Non, cette situation ne lui convenait définitivement pas, mais avait elle réellement le choix ? Kally était la seule personne qu'elle percevait sans perturbation, elle s'était donc rattachée à lui comme à une naufragée se serait agrippée à la seule planche flottante au milieu de l'océan. Mais cette planche avec quelques éclis dont il fallait se méfier, aussi s'était elle échinée à faire de ce bois un radeau convenable pour naviguer jusqu'à ce qu'elle retrouve enfin la terre ferme.
Cependant l'embarcation avait beau être de suffisamment bonne qualité, la marrée pouvait elle aussi se montrer capricieuse comme en cet instant.


_ Ce que j'en pense ? J'en pense que je ne te fais pas confiance petite. Des filles dans ton genre...


Kally sentit qu'il valait mieux intervenir avant qu'elle ne poursuive.


_ C'est inutile de t'en prendre à elle, elle ne fait que chercher à nous aider.


_ Ah parce qu'en plus tu es de son côté toi maintenant ? Elle n'est plus la petite fille qui devrait rentrer chez ses parents depuis qu'elle t'a fait les yeux doux c'est ça ?


_ Arrête ça, tu racontes n'importe quoi…


_ Oui bien sûr, c'est moi qui délire comme toujours !


_ Je n'ai pas dit ça…


_ C'est tout comme. Mais je ne te retiens pas, vas y, vas faire joujou avec elle dans sa cabane.


Bon elle commençait à l'énerver pour de bon à lui mettre des bâtons dans les roues quand la meilleure des stratégies auraient été d'accepter simplement la proposition. Si seulement il avait pu la planter ici. Il inspira à fond, il fallait qu'il se calme. A quoi jouait-elle en le poussant ainsi à bout ? Il n'en avait pas la moindre idée. Tandis qu'il croisait les bras en réfléchissant, il sentit un objet métallique cogner sa poitrine. L'idée lui traversa l'esprit puis il se ravisa.


_ Écoute Natha, si tu as une meilleure idée d'où on pourrait passer la nuit je suis tout ouï mais pour l'instant ça me paraît la solution évidente tu ne crois pas ? Je n'ai pas dit que c'était l'idée du siècle mais un petit boutchou dans son genre est inoffensif pour de grandes personnes comme nous non ? Alors suivons là.


_ Tsss…


Ce scepticisme l'exaspérait. Il se décida à accélérer légèrement les choses. Prenant dans sa veste le Desert Eagle, il le pointa vers le front de sa partenaire. Les sourcils de Nathana se froncèrent. Et son ton changea de l'hystérie à la froideur de la tueuse qu'elle était.


_ Qu'est ce que tu fais ?


Il ne répondit pas tout de suite. Il chercha dans sa poche un petit étui qu'il ouvrit d'un geste qu'on devinait routinier. Il saisit une cigarette qu'il se mit au bec, rangea l'étui et sorti du feu.



_ Tu sais chérie, annonça-t-il calmement en allumant sa cigarette sans prendre la peine de jeter un coup d'oeil à Nathana, peu importe à quel point nous sommes liés, ton corps m'accompagnera vif ou mort car toi et moi savons qu'il n'y a pas d'autre solution.


Il jouait clairement avec le feu et les mots en s'exprimant ainsi. Un sourire quelque peu maléfique naquit sur les lèvres de sa partenaire. Elle ne craignait absolument pas cette arme, tous deux le savaient, mais jouer cette scène qu'ils avaient imaginé un jour se produire et qui leur semblait inéluctable les excitaient au plus haut point. Un je-ne-sais-quoi rappela à l'Unik la présence de l'hyride et la tension retomba.


_ Désolé petite, comme tu peux le voir nous sommes tout disposé à te suivre. Mais n'essaye pas de me séduire, tu as bien vu comme il est difficile de dompter cette tigresse quand elle est en colère.


Bien entendu, il reçu instantanément un énorme coup de coude qui lui coupa le souffle.


_ La prochaine fois je ne crois pas que je viserai le ventre. Allons y petite, sa connerie est contagieuse inutile de l'attendre ou de rester trop près. Dis moi un peu ce que tu fais dans le coin et qui tu es. J'ai définitivement du mal à faire confiance à une personne qui promène seul dans les bois à une heure pareille. Ton peuple ne nous a pas laissé que de bon souvenir en plus de ça.


Pendant ce temps là, une limace rampait péniblement en jurant qu'elle se vengerait quand l'heure serait venue. La cigarette avait roulé dans l'herbe et fallait il beaucoup de malchance pour qu'après ce torrent de pluie elle vienne s'écraser sur l'une des rares feuilles sèches des environs. Nan vraiment ça aurait été trop bête. Pourtant un peu de fumée commençait à s'échapper de derrière les arbres...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Ôde au destin. [& Kally]   Lun 10 Aoû - 16:59


Immédiatement la femme, toujours aussi énervée, la chargea, la comparant à une enfant à laquelle on ne pouvait faire confiance. Il est vrai qu'avec ses traits naïfs la demoiselle pouvait paraître innocente et indigne de confiance mais sous ce masque se trouvait un monstre endormi qui attendait son heure pour se réveiller. Un sourire amusé continuait de flâner sur les lèvres de la Qantik tandis que l'homme prenait sa défense, argumentant qu'elle voulait les aider. Ce qui n’était pas entièrement faux en passant. Mais ils s'agissait avant tout d'obtenir des informations et d'utiliser le temps passé avec eux à son avantage. Diya écouta les deux Uniks se disputer, plaçant ses mains sur ses hanches en se demandant s'ils en auraient pour longtemps. La femme avait vraiment l'air de la prendre pour une idiote, cela énervait et faisait rire la Cyborg. Même l'homme semblait la croire inoffensive, son sourire accrut l'étincelle qui animait son regard. L'Unik plongea alors sa main dans sa veste et l'ambiance de la conversation changea d'un coup tandis que le canon pointait la tête de la femme. La situation devenait intéressante mais Diya se crispa légèrement. Bien qu'elle savait que le grelot empêcherait toute balle de la toucher la présence d'une arme de ce calibre la mettait mal à l'aise. La fumée âcre de la cigarette qui venait d'être allumée brûla sa gorge. Qu'elle détestait cette odeur ! 

Diya recula légèrement, changeant de position par rapport au vent afin de ne plus être intoxiquée, la déclaration ayant suivie l'apparition de l'arme était pour le moins perturbante. Quel type de lien invisible pouvait bien unir les deux êtres ? Qu'est ce qui pouvait empêcher une femme avec un caractère si débordant de colère de se débarrasser de lui pour partir de son coté ? Tout ceci était véritablement intéressant. Des fourmis parcoururent les mains de la demoiselle, elle en avait assez d'écouter sans réagir. Enfin le duo sembla se souvenir qu'il n’était pas seul et le brun tourna son attention vers la femme aux cheveux sylvestre qui s'impatientait, déclarant qu'ils la suivraient. Lorsqu'il la mit en garde contre la femme, lui demandant de ne pas chercher à le séduire, Diya pouffa. Elle allait répondre sur un ton léger lorsque le coude de l'inconnue heurta le ventre du brun violemment, le pliant en deux. La femme la pressa d'avancer et de le laisser la où il était mais elle ne put s’empêcher de s'approcher de lui, se penchant pour se placer à hauteur de son visage, elle déclara, malicieuse, à voix basse :

"Ouille ! ça doit faire mal, non ? Merci pour le conseil en tout cas, mais rassurez vous. Je n'en avais nullement l'intention."

Sans attendre de réponse la Cyborg fit un demi tour gracieux et rejoignit la "tigresse" qui attendait elle aussi une réponse à ses interrogations. Il y avait mille façons de répondre en s'éloignant, ou non, de la vérité. Tout en soupirant la jeune femme prit un ton affligé :

"J’étais à la recherche d'une plante médicinale suffisamment rare pour qu'il n'en pousse que dans des lieux très précis et extrêmement reculés avant d'être surprise par l'averse. Je travaille chez un vieil apothicaire trop affaiblis pour faire lui même sa cueillette, ce n'est pas tout les jours facile mais l'étude des simples est suffisamment passionnante pour palier à l'ennuis de devoir supporter un vieil homme aigris."

Se souvenant de la dernière remarque de la femme elle ajouta, ironique :

" Pensez vous que les Uniks aient laissés ne serait ce qu'un souvenir positif par ici ? Je crains que non. Mais cela a toujours été ainsi. Puis je vous demander votre nom ? J'aime savoir à qui je m'adresse, vous pouvez même mentir si cela vous chantes, tant que j'ai de quoi vous nommer. C'est tout de même plus agréable que : Hé vous ! Non ?"

La Qantik avançait à bon pas, ne se souciant pas du retard qu'avait prit l'homme, et le trio avait déjà parcourut quelques bons mètres quand une odeur caractéristique emplis ses narines. La demoiselle se retourna aussitôt, repérant au loin la colonne de fumée. Un incendie ? Après autant de pluie cela semblait tellement improbable ... Elle se souvint alors de la cigarette du brun et lui lança, accompagnant la parole d'un regard aussi agacé que las :

" Et bien sûr vous n'auriez pas pu éteindre votre saloperie de mégot au lieu de le balancer sur les créations de Mère Nature ? Partons rapidement, une patrouille de chasseurs va surement se précipiter pour éteindre ça. Je ne veux pas me retrouver à coté avec vous."

Diya pressa le pas, écartant la végétation à la hâte pour se frayer un chemin hors des sentiers qu'elle savait fréquentés. Ils atteignirent finalement la lisière de la forêt, à travers le voile végétal, on pouvait apercevoir l'ocre omniprésent du désert. La cabane était non loin, il suffisait de longer la frontière de la Sylva. Des éclats de voix retentirent, si proche que la jeune femme crut d’abord qu'ils étaient déjà repérés. Se retournant à la hâte, la main posée sur sa jambe, elle se prépara à parer toute éventualités. Sentir la présence rassurante des lames glacées sur sa cuisse stoppa la montée d'adrénaline qui menaçait de la submerger. Ils ne devaient pas rester ici. Devaient elle les abandonner ? Les remettre aux gardes Hybrids qui venaient immanquablement vers eux ? Les chasseurs avaient dû suivre leur piste, elle ne pouvait les égaler sur leur terrain, même si elle y avait vécu longtemps, ce n'était clairement pas suffisant. Serrant les poings la Cyborg lâcha à l'attention des deux Uniks, concentrée sur les bruissements qui venaient droit sur eux :

" Je ne veux pas qu'il y ai de morts. Laissez moi gérer ça. Continuez par la bas, vous tomberez sur l'endroit dont je vous ai parlé."

La main de la demoiselle glissa le long de sa cuisse, remontant sous le tissus satiné, avant de laisser apparaître une des Trancheuses-de-vent, son kimono imprégné de pluie et d'humidité ne lui offrait que peu de liberté de mouvement. Elle pensa un instant se dévêtir si la situation tournait mal avant de rougir en chassant cette pensée. Elle n'avait pas le temps de fuir, aussi resta t elle immobile, concentrée, dague cachée dans son dos prête à transpercer la chair si fine et fragile des Ohms si cela devenait nécessaire. Un infime espoir que les Uniks choisissent de partir rapidement afin qu'elle puisse régler cela pacifiquement l’obsédait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ôde au destin. [& Kally]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Un acte , un destin qui change...
» On ne contrôle pas le destin !
» Hasard ou destin? [Guenièvre]
» Loominëi , la déesse du destin.
» Arc-en-ciel [PV Zarathos][DESTIN]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins ::  Sylva  :: Hoshizora :: L'Orée du bois-