N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

L'union fait la force |Part. 2 - Neo|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Mer 8 Juil - 7:28

« Une chic fille. » Il sembla à Olivia que ce n’était pas la première fois que Neo lui fit ce compliment, mais il était toujours aussi sympathique à entendre. La brunette lui adressa un sourire de son meilleur cru, à mi-chemin entre un merci silencieux et son attitude pimbêche sûre d’elle qui savait oui, elle était une bonne personne. Le docker accepta finalement de l’accompagner à Anathorey pour prêter main forte aux üniks de l’élite dans cette ville durement touchée par les séismes. Ce qu’avait fait la Keegan certes, même si au final elle n’avait pas tant l’impression d’avoir aidé, beaucoup avait déjà été fait à Nordkia, mais quoiqu’il en soit, elle avait au moins eu l’intention de le faire contrairement à beaucoup d’autres élites qui n’avaient pas levé le petit doigt.

« Oh des vanships ont été affrétés pour faire la navette entre les deux villes, ça ne devrait pas être trop compliqué pour rejoindre Anathorey, sitôt que nous aurons trouvé une place. C’est comme ça que je suis venue moi-même. »

Olivia tourna sur elle-même pour tenter de retrouver le chemin de la plateforme où étaient stationnés les impressionnants engins üniks. Lorsqu’elle eut repéré sa cible, elle indiqua à Neo de la suivre. Peu de personnes semblaient revenir vers Anathorey ce jour-là, les chevaliers déployés resteraient sûrement plusieurs jours encore pour aider et elle pouvait comprendre que les habitants de la ville trou restent également sur place pour faire ce qu’ils pouvaient. La capitale de l’élite avait beau avoir été très touchée, elle avait également eu l’avantage de profiter de secours très rapides dans leur intervention et dans leurs actions par la suite. Mais il restait encore énormément à faire. Le trajet jusqu’à Anathorey se passa calmement alors qu’Olivia réalisait qu’elle avait oublié un léger détail. Si elle avait réussi à l’éviter lors de la visite improvisée de la ville quelques temps auparavant, il y avait peu de chance que cette fois-ci, elle s’en sorte de la même manière. Aurait-elle droit à un interrogatoire maternel sur la présence de Neo ? « Juste ciel … » elle espérait que non.

Les murailles qui entouraient la ville apparurent rapidement à l’horizon, certaines durement touchées par les séismes, encore debout mais très certainement endommagées et affaiblies. Olivia avait entendu que les ingénieurs avaient déjà décidé de détruire certains pans de la muraille pour le reconstruire complètement. Une mesure de sécurité à ce qu’il paraissait. Le vaisseau se posa à quelques mètres de l’entrée de la capitale qui pour l’occasion ne surveillait pas autant les allées et venues en son sein. Seuls quelques gardes continuaient de rester vigilants, plus pour éviter tout débordement que pour réellement contrôler qui entrait et sortait. Et cette fois, Olivia n’eut pas besoin de ruser pour faire entrer Neo dans la capitale.

« Un des avantages de la catastrophe je suppose … » commenta-t-elle en souriant tristement.

Les équipes dans la ville s’étaient plutôt organisées d’une manière qui leurs correspondait bien, chaque quartier s’occupait de lui-même et pas du voisin. Exception faite du quartier princier qui bénéficiait de beaucoup d’aide, étrangement. L’objectif d’Olivia était évidemment le quartier résidentiel où se trouvait la bâtisse qui abritait la résidence familiale. Lorsqu’elle était partie plus tôt dans la journée, Daniella avait prévu de s’organiser avec d’autres familles pour héberger ceux qui en auraient besoin. Il fallait aussi les aider à déblayer chez eux, et clairement, la brunette ne s’était pas attendue à voir sa mère les bras chargés de pierres lourdes, de meubles détruits, charriant du poids de l’intérieur des maisons jusque dans la rue où les débris seraient ramassés. Elle ne s’était pas attendue à croiser sa mère si vite. La jeune Keegan blêmit en voyant sa mère poser un sac de débris pour se diriger vers elle.

« M’man ?
- Ah Oli chérie tu tombes bien, j’espère que tu t’es bien amusée, on a du boulot ici. Les Talbot n’ont plus rien, enfin plus rien façon de parler, tu sais comme quoi qu’ils n’avaient pas grand-chose de toute manière – tu ne devineras jamais ce que j’ai appris …
- M’man ! Gardons les ragots pour plus tard. Je ne suis pas partie pour m’amuser je te signale et puis … qu’est-ce que tu fais là ?
- Ca ne se voit pas ? J’aide à déblayer les maisons, et à ramasser ce qui peut encore être sauvé. »

Daniella pencha la tête sur le côté en remarquant Neo, Olivia sentant ses forces la quitter. Elle n’était pas prête à expliquer à sa mère qui était Neo et encore moins comment elle l’avait rencontré. Fort heureusement, c’était donné à sa mère trop peu de crédit que de penser qu’elle irait fouiner dans la vie de sa fille pour l’instant. Au lieu de cela, Daniella ramassa son sac de gravats et le tendit au docker avant d’ajouter quelques mots, à mesure qu’Olivia se décomposait.

« Fort bien, tu as ramené de la main d’œuvre. Allez voir par là-bas jeune homme, il reste encore beaucoup de choses à faire, vous ne semblez pas très costaud mais ça sera toujours ça.
- Oh non M’man attends … »

Mais Danielle avait déjà tourné les talons. Olivia soupira avant de se tourner vers Neo et de finalement pouffer de rire.

« Eh bien, jeune homme, je suppose que nous n’avons pas le choix, il va falloir aller sauver les vêtements de luxe bon marché des Talbot, tu sais comme moi qu’ils n’ont rien de valeur … Je suis profondément désolée pour le comportement de ma mère … c’est plutôt difficile d’imaginer, quand on la voit comme ça, qu’elle a un jour vécu à Nordkia mais pourtant c’est bien le cas *soupirant doucement avant de reprendre* Attends-moi ici une minute. »

La jeune Keegan partit en direction de la maison où était sa mère, la maison des Talbots, une famille à peine moins fortunée que la sienne mais qui donnait bien plus dans la démonstration, démonstration d’une richesse peu réaliste mais ils semblaient s’en ficher complètement. Après une brève discussion avec sa mère, Olivia proposa de plutôt prendre les affaires déjà sauvées des décombres et de les transporter chez elles, vu que Daniella – tout en critiquant la famille Talbot – leur avait proposé le gîte et le couvert pour quelques jours ou semaines. Revenant vers Neo, Olivia lui indiqua qu’ils pouvaient donc procéder au déménagement des quelques malles et petits meubles rescapés du séisme de cette rue poussiéreuse jusqu’à la résidence Keegan.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Sam 11 Juil - 17:08

Comme Olivia s'était rendue à Nordkia en Vanship, ils décidèrent de partir vers Anathorey dans ce même moyen de transport. Des navettes avaient été mises en place pour convoyer des aides, des vivres et des hommes pour remettre sur pied les deux cités le plus rapidement possible. Ils n'auraient pas beaucoup de mal à trouver un de ces appareils avec une petite place pour eux. Ils grimpèrent dans l'un d'eux qui s'apprêtait tout juste à décoller. Neo s'était assuré au préalable que Lysa n'en fut pas la pilote, car il n'avait aucune envie en ce jour d'avoir à supporter son … insupportable sœur, justement.

Après quelques dizaines de minutes de vol, ils aperçurent la capitale au loin, à travers les hublot. Ne avait le souvenir d'une majestueuse cité qui écrasait les piétons par sa hauteur, sa prestance, et son éclat. Mais le spectacle était beaucoup moins impressionnant cette fois-ci. Plus le vanship s'approchait, et plus l'on pouvait constater que les murs et bâtiments de la capitale avaient été réduits pour une très grande partie d'entre eux en de menues miettes de craie. Quand ils atterrirent, il n'y avait même pas de garde à l'entrée pour surveiller qui pénétrait Anathorey. La mine d'Olivia se froissa avec tristesse lorsqu'elle fit observer que c'était là un avantage aux événements. Neo posa une main rassurante sur son épaule :
« T'inquiètes pas Oli, ça sera vite réparer ! Suffit de bosser à fond ! » dit-il avec enthousiasme. Le Docker était bien placé pour savoir quels étaient les fruits d'un travail acharné. Et c'était précisément ce qu'ils allaient faire aujourd'hui : travailler d'arrache-pied pour nettoyer les rues et remettre les maisons en état. Comme à Nordkia !

Neo suivit Olivia dans les quartiers résidentiels – ou du moins ce qu'il en restait, la moitié des habitations ayant été réduite à l'état de ruines. Partout sur les pavés s'étalaient des gravats, des meubles, des morceaux de bois de tailles différentes, des vêtements, des jouets d'enfants... C'était un effroyable désordre, tout comme sous les Docks. Neo prenait garde à la où il mettait les pieds,, si biens que tous les deux n'avançaient pas très vite. Il faudrait déblayer tout ça avant tout, sans quoi on ne pourrait pas procéder sans gêne aux réparations.
De nombreuses personnes s'activaient déjà. Ces gens-là portaient des tenues tout de même plus chic que celles que l'on trouvait à Nordkia, si bien que le jeune homme comprit qu'il s'agissait des habitants d'Anathorey qui avaient mis la main à la pâte. Pour certains du moins, les plus richement vêtus agitaient des éventails devant leurs mines – faussement?- bouleversées, trop heureux d'avoir des domestiques ou des gens de rang moins haut placé pour se salir les mains à leur place. Toujours était-il qu'il y avait énormément de travail à faire, et le rouquin entendait bien donner un coup de main lui aussi. Même si le mot « Docker » clignotait en rouge juste au dessus de sa tête. On devinerait d'où il venait rien qu'en voyant sa dégaine de garçon de quartier pauvre.

Soudain Olivia s'arrêta, sans prévenir, si bien que Neo manqua de lui rentrer dedans. Un seul mot lui permit de comprendre pourquoi elle était stupéfaite. « M'man », ce devait être cette femme, qui était l'incroyable sosie d'Olivia en plus âgée. Elle s'approcha d'eux, pour expliquer à sa fille qu'elle avait décidé elle aussi de nettoyer leur rue. Elle s'attachait à transporter des sacs de cailloux et autres saletés pour dégager les voies de passage, et sauvait les objets encore en état de l'être. Madame Keegan semblait une énergique femme, et comme sa fille, n'avait pas l'air d'être facile à décourager.
Lorsqu'elle remarqua Neo, il lui adressa un sourire un peu nerveux, face à son regard insistant. Il avait quelque chose sur le visage ? Fort heureusement elle comprit qu'il était là pour prêter main forte et conseilla au jeune homme pas très costaud qu'il était d'aller voir un peu plus loin ce qu'il pourrait faire. Il tiqua. Comment ça, « pas très costaud » ? Enfin, c'était plutôt drôle d'entendre qu'elle avait le même franc parlé que sa fille.

Quand Daniella – c'était bien ça, le prénom de sa mère ? - eut tourné les talons, Olivia s'excusa pour elle de son comportement. Même si ça ne sautait pas aux yeux qu'elle était originaire de Nordkia, il n'y avait rien de mal ou de déplacé dans ce qu'elle avait dit. Bon sauf peut-être cette remarque sur son gabarit, mais Neo savait fort bien qu'il n'était pas du tout un de ces grands mineurs forts et impétueux qui en imposaient rien que par leur présence.
« Tout va bien ! » la rassura-t-il, en fichant ses mains dans ses poches, et un sourire amusé affiché sur le visage. Conformément à ses ordres suivants, il attendit Olivia alors qu'elle rejoignait plus loin sa mère. Seul, Neo baissa sur son nez ses X-Glasses, comme à Nordkia, et jeta un regard circulaire autour d'eux. Mine de rien les dégâts étaient moins importants qu'à Nordkia, en ce qu'il ne remarqua aucune fuite de gaz ou de produit dangereux. Anathorey n'était pas un lieu de travail industriel après tout, c'était normal. Pas d'inquiétude à avoir pour la vie des gens de ce côté là, c'était un bon point.

Ce qu'il vit ensuite lui fit l'effet d'un choc électrique en plein cœur. Au loin, à plusieurs pâtés de maisons de là, s'était posé sur un grand mur de pierre effondré au sol, un Vanship rouge qu'il connaissait bien. Il avait tout fait sur cet appareil, et son exigeante pilote ne tolérait qu'aucun autre mécanicien que Neo ne s'en approche. Il n'y avait personne à son bord, du moins de ce que pouvait en apercevoir le rouquin, mais bien vite il lança des regards anxieux alentours. Il ne fallait pas qu'il la croise ici. Surtout pas elle. Cela faisait bien trois semaines qu'il ne l'avait pas vue, et ne s'en portait pas plus mal ! Pourvu qu'elle ne traîne pas dans le coin... C'était un coup à passer pour un fou auprès d'Olivia !
D'ailleurs, celle-ci reparut soudainement, tirant Neo de ses recherches. Il leva rapidement son Dzêta à nouveau, et approuva sa proposition.
« Ca marche. Je te suis, Oli-chérie... » ne put-il s'empêcher de plaisanter. Elle allait encore faire sa tête fâchée, un peu rougie par la gêne et au regard furibond.

Le jeune homme s'élança vers les premiers bagages et paquets, en prit autant qu'il put en porter, et dirigea ses pas derrière Olivia, qui le menait à la résidence Keegan. Les propriétaires de ces vêtements et autres malles seraient logés chez elle, le temps que l'on rebattisse leur maison. Neo, qui ne ménageait pas ses efforts, lança à sa compagne :
« C'est cool de la part de ta mère de loger ces gens. Du coup ta maison a pas subit trop de dégâts, j'imagine ? »
Dans tous les cas, il y avait peu de chance pour ce que soit la maison miraculée du quartier. Mais cette solidarité alors que chacun avait des ennuis, c'était un trait de caractère que possédaient beaucoup de Dockers. En cela, Neo vit que Madame Keegan n'avait pas dû occulter totalement ses origines. Même si ce n'était pas forcément conscient. Neo continua à suivre Olivia, jusqu'à ce qu'ils arrivent à destination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Dim 12 Juil - 10:30

Il fallait sûrement remercier le tempérament détendu de Neo pour sa réaction quant au comportement de la mère d’Olivia. Danielle agissait en parfaite bourgeoise dédaigneuse, Carlyle l’aurait sûrement remise à sa place pour se comportait ainsi mais la brunette, elle, n’en avait plus la patience. Une fois leur nouvelle mission validée par sa maternelle, Olivia revint vers Neo qui semblait préoccupé, était-ce l’état de la capitale de l’élite qui le mettait dans cet état ou bien y avait-il autre chose de plus personnel ? La jeune Keegan garda sa curiosité pour elle pour l’heure, elle aurait tout le loisir de le cuisiner en route. Elle grimaça à la plaisanterie de Neo qui s’amusait à reprendre sa mère, pourquoi avait-il fallu qu’ils la croisent déjà ? Daniella était toujours un tel embarras pour sa fille qui se voulait plus discrète et moins dédaigneuse – du moins le pensait-elle. La brunette se contenta d’adresser une nouvelle grimace à Neo en se tournant vers lui après sa plaisanterie. Elle ralentit le pas et se mit à son niveau, les bras elle-aussi chargés de petites mallettes et sacs remplis de vêtements et objets en tous genres, et reprit la parole pour répondre à sa question.

« Oh si le bureau de mon père a été grandement endommagé, j’ai réussi à récupérer certains livres mais pour d’autres … ce sera plus compliqué, une partie des cuisines également, mais dans l’ensemble, le bâtiment a mieux tenu le coup que d’autres. Il y a deux ou trois bâtiments comme cela dans la rue et ils ont tous tenu le coup. Ma mère … j’aimerais me dire qu’elle fait cela entièrement par grandeur d’âme, mais je pense qu’elle espère aussi pouvoir demander une faveur aux personnes qu’elle aura aidé lorsqu’elle aura besoin … Tu dois me trouver odieuse avec elle, mais c’est la plus stricte vérité, son côté chaleureux a bien su s’adapter à aux gens d’ici … »

Le trajet à pieds continua une grosse quinzaine de minutes. Là où en temps normal cinq minutes étaient suffisantes, les décombres sur les pavés de la ville rendaient le tout bien plus chaotique. Il fallait slalomer entre les meubles, les gravats, les gens dépités qui restaient assez sur de grosses malles. L’entrain était bien moins présent qu’à Nordkia pour réparer les dégâts, peut-être que les gens étaient nettement moins volontaires ici. Par chance, il n’y avait eu que peu de blessés, contrairement à la capitale des dockers qui semblait avoir été plus touchée humainement. Cela rappela d’ailleurs à Olivia qu’elle devrait dire à sa mère pour Marta, elle devrait lui raconter qu’elle avait fouiné dans ses affaires pour récupérer la lettre, qu’elle s’était permis de parler en son nom et qu’elle avait invité sa sœur à venir leur rendre visite à Anathorey. La discussion promettait d’être houleuse. Alors que la demeure des Keegan se profilait à l’horizon, Olivia soupira en reconnaissant la silhouette d’un « ami » à elle. C’était en réalité loin d’être un ami, c’était plutôt le fils d’une amie de sa mère qu’elle était obligée de supporter depuis aussi longtemps qu’elle s’en souvienne.

« Olivia ! Tu es saine et sauve, j’étais mort d’inquiétude.
- Oh … comme c’est dommage. Excuse-nous Terry mais nous sommes pressés.
- Nous ? Toi et ton bagagiste ? Alors ta mère a décidé de jouer les âmes charitables avec les nécessiteux ? Tu veux bien nous laisser toi là ?
- Non Terry, tu vas nous laisser. Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, nous sommes un peu occupés à aider les gens qui en ont besoin, je sais que cette notion t’échappe tout particulièrement mais je suis sûre qu’avec un peu d’entrainement tu comprendras ce que c’est.
- Avec toi, je m’entrainerai à tout.
- Oh la ferme ! »

Olivia leva les yeux au ciel avant de donner un coup d’épaule à Terry pour qu’il se pousse de son chemin. Plus il la courtisait, plus elle le détestait. Terrence Langley, grand brun au regard azur et au sourire éclatant, un héritage familial plutôt conséquent, bref le parti parfait pour toutes les princesses de l’élite qui souhaitaient se caser. Elle pressa le pas pour arriver plus vite à la porte de chez elle qu’elle ouvrit rapidement avant de faire signe à Neo de se dépêcher.

« Excuse-moi pour lui aussi, autant j’ai des raisons pour ma mère, autant lui … c’est juste un abruti … Bien, alors il y a deux chambres d’amis à l’étage, elles suffiront pour la famille Talbot, une chambre pour les parents, une chambre pour les enfants, suis-moi. »

Tout en déambulant dans la maison, Olivia fit une rapide visite guidée des lieux. Le grand salon pour les repas de famille – chose qui ne se faisait plus depuis que son père avait épousé une souillon des Docks – le petit salon où la brunette et sa mère passaient le plus clair de leur temps pour les repas, le bureau salement amoché, l’accès aux cuisines où elle prévoyait de faire un tour après, et le grand escalier qui menait à l’étage et donc aux chambres. Il y en avait en tout et pour tout cinq, mais la dernière n’était pas vraiment faite pour accueillir quiconque, Carlyle et Daniella l’avaient conservée dans l’optique d’un second enfant qui n’avait au final jamais vu le jour, et ainsi après la mort du paternel, la chambre était restée vide.

« On a qu’à tout poser dans une chambre et ils se débrouilleront, j’ai pas envie de fouiller dans leurs affaires, quoique cela pourrait être amusant. Avant que nous repartions pour un nouveau voyage, tu veux peut-être boire un verre et manger un morceau, suis-moi, on va visiter les cuisines. »

La jeune Keegan saisit le docker par le bras et l’entraina à nouveau vers le bas de l’escalier, empruntant cette fois l’étroit couloir qui menait à la grande cuisine. Ces cuisines, comme l’ensemble de la maison, était un héritage de la famille Keegan, désormais il n’y avait plus de domestiques ou de cuisiniers, c’était simplement Olivia et sa mère qui s’occupaient de préparer les repas. Mais si le service n’était plus là, le luxe était resté intact et il fallait remercier les heures passées en ce lieu avec sa mère pour ne pas que la jeune femme se perde. Rapidement, elle sortit quelques pâtisseries d’un large frigo et attrapa deux verres qu’elle remplit d’eau, de l’eau sûrement plus claire qu’elle ne pouvait l’être à Nordkia. Elle posa tout ceci sur le long plan de travail brillant avant de faire un petit saut pour venir s’asseoir à côté, sur le plan de travail donc, vu que cette fois-ci Daniella n’était pas là pour lui faire des remontrances.

« Voilà la vie ici … Même en période de crise, certains ne sont pas capables de faire preuve de la gentillesse la plus primaire. C’est vraiment une chance qu’on ait croisé personne quand tu es venu la première fois, sinon on en entendrait encore parler. Oh et sers-toi, n’hésite pas *adressant un sourire au docker tout en balançant doucement ses jambes dans le vide, avant de reprendre un air plus sérieux et surtout curieuxTu as déjà repéré quelques trucs intéressants pour ta moto ? Je t'ai observé les alentours tout à l'heure.»
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Lun 13 Juil - 1:00

Neo avait été optimiste quant à l'état de la demeure des Keegan. D'après Olivia de nombreuses pièces avaient été endommagées, même si en définitive toute la baraque ne s'était pas cassé la figure. Elle supposa que l'attention de sa mère envers les voisins mis à la rue n'était pas désintéressée. C'est vrai que l'idée de rendre service à autrui pour le rendre redevable n'était pas très charitable, mais le jeune homme ne savait trop qu'en penser. Il ne connaissait pas sa mère après tout, Olivia était mieux placée que quiconque pour dire ce qu'il en était. Cela éveilla en Neo la curiosité de savoir quels rapports elle entretenait avec Madame Keegan. Il se réserva la question pour plus tard, pour l'heure un peu trop occupé à avancer prudemment pour ne pas se vautrer dans les décombres.
« 'Tain, on sait plus sur quel pied danser ! » râla le jeune homme, après une bonne dizaine de minutes à se frayer un chemin dans tout ce bazar de la rue. Autant à Nordkia les Docks avaient tenu le choc, mais ici... Pauvre Anathorey, pouvait-on se dire ! Ce qui pesait le plus à Neo cependant étaient ces malles pleines de vêtements. Comment des fringues pouvaient être si lourdes ? Ils n'y auraient pas enfermé un de leurs mômes par mégarde, des fois ?

Il continuait de se battre contre la pesante gravité et l'accablante chaleur tandis qu'Olivia se mit à soupirer. Elle ne semblait déjà lasse de trimbaler les affaires de la famille Talbot, mais plutôt assez peu enchantée de ce qu'ils croisent la route d'un éphèbe que Neo ne connaissait pas. Si Lucya avait été là, le rouquin aurait lancé l'alerte au beau gosse. C'était un jeune homme de l’Élite – évidemment – grand et élancé, une vraie gueule d'ange soulignée par un sourire charmeur et un regard de la couleur du ciel.

Il s'élança vers eux lorsqu'il eut remarqué Olivia, et lui avoua combien il s'était inquiété pour elle. La jeune femme se montra plutôt fermée à cet élan amical, et tenta de couper court à leur conversation. Elle le lui avait dit poliment, mais son ton avait été si distant qu'elle aurait pu lui dire « dégage » que cela aurait eu le même effet. Le bellâtre ne l'écouta pas et s'étonna de la présence de Neo qu'il prit pour un bagagiste. D'ailleurs il le somma de les laisser tranquille, du même ton impertinent qu'emploient les gens qui se croient supérieurs à tout le monde et convaincus que tout était dû à leur noble personne.
Le Docker ne se vexa pas de cette insolence, sachant très bien que pour ce type, c'était normal de s'adresser comme ça à un pauvre mec à la dégaine de domestique de dernier rang.
Olivia eut cependant tôt fait de l'envoyer valser, y comprit lorsqu'il lui fit ce qui ressemblait à une petite déclaration d'amour, glissée entre deux paroles acerbes. Neo se retint d'éclater de rire quand elle lui ordonna de la fermer avant de le pousser pour que ce fameux Terry leur laisse la voie libre. En passant devant lui, le Docker lui adressa un sourire à mi-chemin entre la politesse et l'air du sale gosse heureux de causer de l'embarras à quelqu'un.

Olivia avait pressé le pas, si bien que Neo dût trottiner un peu pour la rattraper. Ils pénétrèrent enfin dans la résidence familiale, un fier manoir aussi clair et reluisant que le reste d'Anathorey, malgré les sinistres. Il n'eut pas le temps d'admirer le bâtiment que la porte d'entrée se refermait derrière lui.La jeune propriétaire des lieux lui fit faire un petit tour de l'endroit avant d'indiquer où ils poseraient tout leur barda encombrant. Le Docker siffla d'admiration en la suivant. C'était pas tout à fait d'aplomb avec les séismes mais ça avait franchement de la gueule comme endroit ! Spacieux, propre, avec de jolis meubles en bois chic, des tapis sur le sol, et caetera.
« J'vais t'appeler ''Mademoiselle Keegan'' avec tout ça... ! Super baraque. » souffla Neo, qui regardait en l'air les plafonds sains et blancs. Chez lui à Nordkia on voyait plutôt des toiles d'araignées qui se refaisaient, jour après jour. Mais un jour il lui montrerait peut-être, son terrier familial dans la ville cratère. Ça la dépayserait à mort mais cela promettait d'être drôle si cela arrivait !

Après avoir décider que les Talbots étaient suffisamment grands pour savoir ce qu'ils feraient de leurs affaires, Olivia attrapa le bras de Neo et l'entraîna rapidement dans les cuisines de sa maison. Les cuisines, hein ?
« Ah, parce qu'une seule ça suffit pas ? » demanda-t-il naïvement, bien loin d'imaginer quelle pouvait être l'organisation d'une maison bourgeoise de la capitale.
Quand ils entrèrent dans la vaste pièce, le Docker demeura interdit quelques instants, ébahis qu'on puisse gaspiller autant de place dans une maison rien que pour faire à bouffer. Il n'était pas méprisant ni hostile à un tel fait, mais incroyablement surpris. C'était très propre avec beaucoup de meubles de rangement, des casseroles brillantes et sans doute de la belle vaisselle, sans oublier un plan de travail sur lequel il aurait pu faire asseoir toutes les sœurs Collins côte à côte sans qu'aucune ne manque de place... Enfin, Olivia vivait dans une belle maison d'Anathorey, c'était peut-être un peu stupide de sa part de s'étonner d'un truc pareil.

La jeune brunette s'activait, et Neo osa rentrer un peu plus. Elle sortit d'une sorte de garde manger élaboré quelques victuailles travaillées – il ignorait ce qu'était un frigo et n'avait jamais vu des gâteaux aussi raffiné. Puis elle leur servit de l'eau dans des verres qui restèrent clairs même une fois remplis. A Nordkia elle aurait troublé leur éclat, cette foutue eau un peu dégueulasse qui coulait des robinets rouillés.
Olivia posa le tout sur le plan de travail où elle se percha également, fière et gaie comme un enfant qui serait heureux d'être plus haut que tout le monde. C'était mignon à voir. Elle l'invita à se servir, puis il tendit une main un peu hésitante vers un petit chou tout ce qu'il y avait de plus neutre. Il mordit dedans, et grimaça un peu lorsqu'il découvrit le goût sucré de la crème. C'était bizarre décidément, la bouffe à Anathorey ! Entre ça et les « bonbons » de l'autre fois. Tandis qu'il avalait difficilement cette nouveauté étrange mais pas si mauvaise, Olivia fit remarquer que malgré les temps difficiles, certains ne faisaient pas preuve d'une grande sollicitude. Puis elle lui demanda s'il n'avait pas déjà repérer des pièces pour sa moto.

Ah oui, sa moto. Bordel. Entre la pilote au Vanship rouge et l'autre Casanova il avait totalement oublié la proposition qu'Olivia lui avait faite avant de venir ici.
« J'ai pas vraiment cherché en fait. Mon Dzêta peut analyser l'environnement autour de moi et toute sorte d'objets, donc je regardais si y avait pas des fuites de gaz, des trucs comme ça. Mais t'as raison faut que j'me penche sur la question sinon, oualou la reconstruction ! Faut pas que je passe à côté des beaux matériaux de la capitale ! » Neo but une gorgée d'eau. Il changea alors totalement de sujet, sans crier gare.
« Le beau mec de t'aleur, Tommy ou j'sais pas quoi. Il te fait du gringue, non ? » Le Docker posa son regard sur Olivia, appuyé sur le plan de travail.
« J'peux le comprendre. T'es une jolie fille » poursuivit-il sans ciller. « Mais s'il t'ennuie et que tu le comptes parmi ces gens pas sympas dont tu m'parles, ça doit pas être très cool pour toi ». Neo avait bien vu qu'elle avait été embêtée de croiser ce mec. Quelque part, il l'était un peu aussi, mais il n'aurait su expliquer pourquoi. Il se gratta la nuque, comme il le faisait lorsqu'il était mal à l'aise d'habitude.
« Si j'peux t'aider, d'une manière ou d'une autre... 'Fin tu vois, quoi. Suffit de me le dire ». Il détourna le regard cette fois, en fronçant un peu les sourcils. L'idée de voir cet autre garçon ennuyer Olivia ça ne lui plaisait pas des masses. Mais ce n'était pas comme lorsqu'un type bizarre ou trop propre sur lui tournait autour d'une de ses sœurs comme une mouche au dessus d'un pot de miel. Est-ce que ça venait du fait que la jeune femme n'était pas de sa famille ? Ça n'expliquait pas spécialement ce qu'il ressentait. De plus Olivia était largement capable de se débrouiller seule, il le savait. Cela n'empêchait pas cette sensation bizarre. Enfin, cela ne devait pas avoir de grande importance.

Il se redressa soudainement, un peu hésitant, et reprenant de l'assurance, lui fit part joyeusement d'une idée qu'il venait d'avoir :
« Au fait, si y a des engins mécaniques cassés chez toi, comme des appareils ménagers ou des trucs du genre, je peux les réparer. J'arrête pas de faire ce genre de taf pour arrondir les fins de mois un peu bancales. J'te garantis la qualité du service ! » Et Olivia pouvait le croire sur parole !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Jeu 16 Juil - 15:25

Les réactions de Neo étaient prévisibles, mais elles n’en étaient pas moins amusantes. Lors de sa première visite d’Anathorey, il avait eu des airs d’enfant en découvrant la capitale de l’élite, mais là il découvrait réellement la vie des riches élites en découvrant l’intérieur luxueux de la demeure des Keegan. Encore que, il y avait des bâtisses bien plus riches et luxueuses, mais venant des Docks, celle-ci était déjà un bon échantillon de ce que pouvaient être les maisons à Anathorey. Daniella n’y avait pas changé grand-chose à part qu’il n’y avait plus de domestiques, ou alors uniquement pendant les périodes où elle était épuisée et seulement une ou deux personnes pour l’aider et lui tenir compagnie. « Mademoiselle Keegan » avait donc fait découvrir à Neo la grande cuisine de la demeure, elle s’était installée sur le plan de travail, assise comme une enfant tout en sirotant un jus de fruits qu’elle venait de se servir. Le docker de son côté n’avait pas l’air conquis par les choux à la crème, celui lui rappela sa réaction face aux bonbons acidulés qu’elle lui avait fait goûter la première fois qu’elle l’avait amené à Anathorey. Le sucre n’était sans doute pas pour tout le monde, de son côté, la brunette attrapa un mini éclair au chocolat qu’elle engloutit d’une bouchée avant de se rendre compte que c’était une idée idiote. Elle tenta néanmoins de le manger avec grâce et politesse du temps que Neo répondait à sa question.

« Oh *reprit-elle finalement une fois l’éclair englouti* Je suppose que certains chevaliers ont des dzeta un peu pareil, enfin tout avait déjà dû être vérifié, tu sais … Il ne faudrait pas qu’une catastrophe arrive aux Princes. Ils ont installé un genre de décharge-casse pour tous les véhicules ou appareils détruits pendant les séismes, on pourra aller y faire un tour, je suis sûre et certaine qu’on y sera plutôt tranquilles. »

La jeune Keegan but une nouvelle gorgée de jus de fruits avant d’ouvrir de grands yeux étonnés face à la question suivante de Neo. Etonnée mais pas tant que cela, elle avait rencontré une bonne partie des proches du docker, c’était normal qu’il s’interroge sur les gens croisés ici. Elle tourna discrètement la tête à son compliment, se maudissant de rougir car après tout ce n’était pas la première fois qu’on lui faisait un compliment puis reprit une consistance plus … consistante pour entamer sa réponse.

« C’est … une longue histoire. Nos mères sont amies, donc par défaut, j’ai dû passer du temps avec lui quand on était enfants. Il était pas comme ça à l’époque, il était plutôt sympa même si c’est une fillette apeurée sur pas mal de sujets là où je suis un peu trop « aventurière » aux dires de ma mère. Et puis … il a grandi, il a vieilli et il est devenu ce que tu as vu tout à l’heure. Un sombre crétin plus intéressé par sa future progéniture, par la richesse, par lui-même. Ses parents ont proposé à ma mère de faire un mariage arrangé, j’étais hors de moi mais heureusement elle me connaît quand même très bien et elle les a envoyé balader. Mais ça n’empêche pas ce cher Terry de tenter sa chance dès qu’il en a l’occasion, malgré toutes les déconvenues qu’il a pu avoir. Je le déteste tellement, il est vraiment idiot de penser que je puisse m’intéresser à quelqu’un comme la personne qu’il est devenu. »

Olivia continua un instant en précisant que Terry avait peur de tout et de rien, qu’elle avait tenté avant qu’il ne devienne l’abruti qu’il était de lui faire découvrir Anathorey vue d’en-haut et d’autres choses intéressantes mais évidemment un peu dangereuses, mais qu’il était partie de se cacher sous les jupons de sa mère. Après quelques minutes de blabla sur les défauts de Terry, la Keegan conclut par un « Désolée », pensant que cela ne devait pas tant que ça intéresser Neo. Pourquoi lui racontait-elle tout ça en plus ? Est-ce qu’il ne risquait pas de fuir ? Mais pourquoi elle se mettait à penser qu’il pouvait fuir ? Des engins mécaniques à réparer ? Quelle transition parfaite monsieur Collins. La jeune Keegan sortit de ses pensées confuses et sautant du plan de travail pour se retrouver face à Neo et constater qu’elle était toujours plus petite qui lui lorsqu’elle dut lever la tête pour lui répondre.

« Je crois qu’il y a quelques trucs qui coincent par endroit, m’man s’en fiche un peu donc ça traine mais si ça te dérange pas … Suis-moi. »

Elle n’était pas certaine que les trucs qui coincent en question soient exactement ce dont Neo voulait parler mais elle pouvait toujours tenter. Elle l’amena dans le bureau de son père, qui était devenu son bureau à elle, sa bibliothèque, son sanctuaire. Il n’était pas en super état mais il tenait encore debout, le plus gros des livres avait été sauvé et plus important, la petite malle qu’elle gardait rangée sous le fauteuil était aussi intacte. Elle la tira de sa cachette et balaya d’un revers de la main toute la poussière accumulée pour ouvrir la grosse boite ouvragée et couverte de cuir. Dedans, il y avait tout un tas de jouets normalement animés, des montres qui ne donnaient plus l’heure et un tas d’objets qu’elle n’était pas capable d’identifier. Il fallait sûrement qu’elle donne une explication à Neo sur tout ceci.

« Ce sont des choses que j’ai récupérées à droite à gauche pour la plupart quand les gens les jetaient, j’étais curieuse de pouvoir les étudier mais au final j’en ai rien fait, alors c’est juste là. Et puis, il y a quelques trucs qui étaient à mon père, je ne sais pas exactement ce que c’est, sûrement du matériel militaire ou des jouets de gamins qu’il a gardé de son enfance. En fait je sais même pas si tu pourras y faire quelque chose. Et puis à part ça, j’ai une clé pour une porte qui ne s’ouvre pas, mais … je sais pas si tu t’y connais en porte monsieur le mécanicien. »

La brunette lança une grimace amusée à Neo, elle n’en oubliait pas moins qu’ils étaient là pour aider si besoin à Anathorey. Elle ne savait cependant pas ce qu’il y avait derrière cette fameuse porte, c’était une porte dans l’allée qui menait à la cour, depuis le décès de son père, sa mère avait fait condamner la porte et Olivia, malgré toutes ces recherches et tentatives, n’avait pas réussi à la rouvrir. Neo ne serait peut-être d’ailleurs pas à même de débloquer la porte, et elle ne lui en tiendrait pas rigueur, cette clé trainait juste dans la malle qu’elle venait d’ouvrir.

« Quand tu le voudras, on pourra aller faire un tour vers cette décharge, tu y trouveras sûrement ton bonheur. Au passage on pourra voir si les Talbots ont encore des choses à faire déplacer. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Lun 20 Juil - 23:35

Neo adressa un sourire un peu nerveux à Olivia lorsqu’elle lui affirma que les Chevaliers avaient déjà analysé les zones détruites par les séismes. A vrai dire il ne savait pas vraiment pourquoi il avait regardé autour de lui, peut-être la force de l’habitude ou l’envie de se servir de son Dzêta. Il y était attaché tout autant qu’à sa vieille Skooth. Olivia lui apprit l’existence d’une décharge où ils pourraient se rendre tous les deux une fois leurs activités au manoir terminées. Elle était sûre qu’ils y seraient « tranquilles ». Elle entendait par là ne pas rencontrer des personnes comme le beau gosse noble de tout à l’heure ?
En tout cas, la réponse d’Olivia à sa question eut tôt fait d’habiller ce garçon pour l’hiver. Il était un ami d’enfance, trouillard à l’époque et désormais imbu de lui-même. La jeune femme en dressa un portrait si détestable que Neo avait l’impression d’entendre Lysa parler de lui – elle non plus n’était pas en reste quand on lui demandait ce qui clochait chez son frère. Quand elle eut terminé, Olivia apposa un « désolée » final à sa tirade peu élogieuse. Neo écarquillait des grands yeux, surpris par la véhémente critique dont Terry avait fait l’objet. Elle semblait pointilleuse sur les relations qu’elle entretenait avec les gens, cette petite brunette. Dans ce cas, le Docker se demanda ce qui lui valait donc l’honneur de se trouver si souvent à ces côtés. Il esquissa un sourire apaisé :
« T’excuse pas. C’est plutôt rassurant d’entendre ça ». Il réalisa après quelques secondes ce qu’il venait de dire, et tenta de se rattraper tant bien que mal : « Enfin, euh, j’vois que tu te laisses pas impressionner. C’est cool. Héhé ». Rassurant ? N’importe quoi. Cela n’était pas ses affaires, il n’avait pas à être inquiété de quoi que ce soit. Pourtant le même petit écho que tout à l’heure toqua dans un coin de sa tête.

La proposition de faire quelques réparations domestiques n’était pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Olivia conduisit Neo à l’endroit où il pourrait peut-être bidouiller quelques objets et tenter de les remettre en état de marche. Ils se trouvaient dans un bureau ancien, chic et sérieux, néanmoins détruit en partie par des éboulements. Quelques meubles traînaient au sol, mais ce que préservait Olivia semblait être intact. Elle ouvrit ce qui ressemblait à une petite boîte à trésor, qui renfermait des objets divers et variés. De vieux jouets, des montres, des objets étranges, toutes sortes de babioles qu’elle avait récupéré çà et là, et auxquelles elle donnait certainement une précieuse importance. Il y avait aussi une clé, qui était censée ouvrir une porte qui demeurait résolument close. Neo posa une main sur ses X-Glasses et répondit d’un air fier à la jeune femme :
« Au boulot je me concentre sur les motos, les vanships et les aéronefs. Mais tout mécano qui se respecte à Nordkia doit savoir s’occuper des objets de la vie courante. Laisse-moi regarder tout ça… » Il baissa son Dzêta sur son nez, et commença ses observations dans un silence olympien. Le Docker était toujours profondément concentré lorsqu’il se penchait sur un ouvrage. Si on lui parlait, il n’était pas certain qu’il réponde, voire même peu probable qu’il entende qu’on s’adressât à lui. Il inspecta dans un premier temps les montres. Toutes à gousset, un vieux modèle qui devait être en vogue à Anathorey il y avait quelques années. Les X-Glasses lui révélèrent les éléments qui composaient ces montres, si bien qu’il comprit ce qui dysfonctionnait en elles. Il sortit quelques petits outils de la sacoche qui était accrochée à sa ceinture et qu’il gardait toujours sur lui, puis il ouvrit quelques montres. Certaines avaient les mécanismes tout simplement un peu enrayés, il lui suffit de quelques gestes rapides pour les faire fonctionner à nouveau, après les avoir remontées. Pour certaines, il lui faudrait trouver quelques petites pièces pour remplacer les anciennes trop abîmées ou les manquantes. Même topo pour ces petits jouets mécaniques. Debout près d’Olivia, Neo s’appliquait à sa tâche sans sourciller. A croire qu’il était en apnée.

« C’est mignon que tu aies gardé tous ces objets » souffla-t-il alors qu’il reposait le dernier ouvrage sur lequel il s’était penché sur le bureau chargé de livres. Il releva ses lunettes. « J’ai pu réparer certains trucs, faudra sans doute aller faire un tour dans cette décharge pour qu’on trouve des pièces. J’ai repéré ce qui ne va pas, le plus long, ce sera de chercher ce dont on a besoin ».
Il rangea ses petits outils consciencieusement. Son attention fut alors attirée par la clé qui était censée ouvrir cette porte coincée.
« Avant de partir à la décharge et de faire un saut chez les Talbot, tu veux bien que j’essaye de crocheter cette fameuse porte ? » Il avait l’impression que c’était quelque chose d’important pour elle. Lui qui ne se souciait pas de ce qui comptait aux yeux d’autrui d’ordinaire démultipliait les exceptions avec Olivia.

Lorsqu’il se retrouva face à la fameuse porte, aux côtés d’Olivia sans qui il ne l’aurait bien entendu pas trouvée, il répété les mêmes gestes qu’auparavant. Abaissement des X-Glasses et sortie des petits outils. Neo lutta quelques minutes avec le loquet, mais rien n’y fit, celui-ci était fermement coincé par une sorte de bloc qui gênait le passage de la clé de telle sorte qu’on ne puisse plus la tourner. Il soupira, recula, et se tourna vers Olivia :
« C’est bien coincé, mais c’est pas impossible à ouvrir. Il me faudrait une tige de métal pointue et suffisamment grande pour que je puisse débloquer le tout ! » Direction la décharge de ce fait, où ils trouveraient sans doute bien des choses qui leurs seraient utiles.
« Je te suis, Oli. J'te nomme guide officielle du meilleur mécano de Nordkia ! » dit-il joyeusement, en lui prenant la main. Il n’avait pas réfléchit du tout à ce geste. Peut-être qu’il s’en mordrait les doigts d’ici peu.
Soudain le souvenir de la pilote au Vanship rouge refit surface dans son esprit. Dieu du ciel, faîtes qu’ils ne tombent pas sur elle en sortant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Ven 24 Juil - 7:32

Tout mécano qui se respectait ? Donc les mécanos devaient pour être de bons mécanos être capables de réparer même les objets les plus insignifiants. Olivia était amusée et étonnée, elle aurait plutôt pensé qu’un mécano et un mécano qui se respectait ne touchait qu’aux engins les plus imposants et les plus rapides ou bruyants. Elle se posa sur un coin du bureau et observa le docker qui étudiait soigneusement à l’aide de ses lunettes spéciales tous les objets qui se trouvaient en face de lui. Neo commença par les montres, il était très sérieux et très concentré, Olivia ne chercha même pas à le déranger, cela aurait été amusant de l’embêter mais étrangement, elle trouvait quelque chose de reposant à le regarder faire ainsi. Au fur et à mesure qu’il avançait dans sa tâche, le docker déposait sur les bureaux à côté de la brunette qui les observait à son tour, avec un œil bien plus novice évidemment. Lorsqu’il eut terminé, il commenta le coffre au trésor de la jeune Keegan, était-ce réellement mignon ? Elle n’en était pas convaincue, c’était peut-être pathologique sans qu’elle ne s’en rende compte, elle était curieuse, fouineuse et en plus elle collectionnait les objets sans valeur. Voilà de quoi rallonger la liste de choses qui faisaient enrager sa mère.

« Très bien, tu as fait bien plus en quelques minutes que moi en plusieurs années. Je te fais confiance monsieur le mécano qui se respecte. »

Ponctuant sa phrase d’un sourire moqueur mais néanmoins doux, Olivia reposa son regard sur Neo qui lui proposait d’ouvrir cette fameuse porte. Pourquoi pas, à vrai dire elle avait hâte que l’on ouvre cette porte. Elle quitta son perchoir sur le bureau et fit signe à Neo de la suivre dans la maison, vers la porte dans l’allée qui menait à la cour. Son cœur battait étonnamment vite alors que le rouquin s’affairait à ouvrir la porte, elle attendait depuis un long moment pour ouvrir cette porte et qu’importe ce qu’elle disait à sa mère, rien n’y faisait, celle-ci restait ferme et fermée, la porte resterait close et elle n’avait pas à en savoir plus. Mais le docker confessa qu’il ne parviendrait pas à ouvrir la porte sans plus d’outils, il fallait donc vraiment qu’ils se rendent dans la décharge, pour Neo, et pour cette porte et ces jouets dans le bureau. La brunette émit un petit rire à sa remarque avant de se figer sur place lorsqu’il prit sa main. Sans toutefois récupérer sa main, Olivia commença à avancer vers la sortie, direction la rue et ensuite il faudrait de nouveau traverser le quartier quelque peu encombré.

Dans la rue, Olivia resta un instant silencieuse, étrangement concentrée par la chaleur de la main de Neo autour de la sienne. Elle avançait prudemment dans les quelques décombres et les souvenirs éparpillés, mais c’était plus son instinct qui la faisait avancer que son regard qui lui disait où aller. Car son regard était perdu dans le vide, pourquoi devait-il lui prendre la main, était-il un enfant qui avait peur de se perdre dans la grande cité ? Soudain une voix bien connue la sortit de ses pensées et lui donna la force d’arracher sa petite main à celle du docker.

« Oli’ ! Vous avez pu déplacer les affaires des Talbots ? Ils pourront s’installer dans les deux chambres d’amis. Il y a encore du travail ma petite, tu pensais t’éclipser ?
- N-non, à vrai dire … A vrai dire nous hum nous allions à la décharge, il y a quelques trucs à réparer et j’ai pensé qu’il y aurait quelques matériaux pour dépanner là-bas, en attendant de pouvoir avoir du neuf peut-être.
- Oh fort bien *se penchant à nouveau sur le côté pour observer Neo* Je suppose que ton ami va nous aider dans les réparations du coup ?
- O-oui tout à fait, il va nous aider avec … les réparations oui. Quoi donc sinon hein ?
- Fais attention à la décharge Oli, c’est pas un endroit très sûr, d’accord ma puce ? »

La brunette frémit, voilà encore une occasion pour Neo de la taquiner, avant de hocher la tête à l’attention de sa mère qui tourna les talons et repartit aider elle ne savait quelle famille dans le besoin. Daniella était debout depuis très tôt, dans la rue à aider depuis quasiment aussi tôt, elle avait ses mauvais côtés mais la mère Keegan n’était pas une mauvaise personne. Olivia reprit sa marche, jetant rapidement un coup d’œil en arrière pour vérifier si Neo la suivait, direction la décharge établie un peu plus à l’extérieur du quartier résidentiel, à la limite avec l’hyper-centre. Lorsqu’ils furent suffisamment loin et qu’elle fut sûre que sa mère nous pourrait ni voir ni entendre, la brunette s’arrêta et se retourna.

« J-je … excuse-moi, je me rends compte que j’ai sûrement dit quelque chose de blessant tout à l’heure, tu n’es pas là que pour les réparations mais … j’ai paniqué. Ma mère, comment dire … Je tiens ma curiosité de quelque part. Et … Enfin bref, allons-y. »

Ce fut son tour, sans trop savoir pourquoi de reprendre la marche en prenant Neo par la main. Peut-être qu’en fait c’était elle l’enfant qui avait peur de se perdre, ce qui était idiot vu qu’elle connaissait Anathorey comme sa poche. Comme lors de la Nuit des âmes, si la brunette était gênée, il n’en restait pas moins qu’elle appréciait la compagnie du docker et qu’en fin de compte, ce n’était pas si gênant de marcher main dans la main, à bien y réfléchir c’était peut-être plus sûr d’ailleurs. La ville n’était plus aussi sûre avec l’atmosphère qui y régnait. Mais pourquoi avait-elle besoin de chercher une explication à tout ? Elle secoua la tête et réalisa finalement qu’ils étaient tous proches de la décharge, à quelques pas à vrai dire. Mais à partir de là, ce n’était plus vraiment son domaine, elle se tourna alors vers Neo, un air plus assuré sur le visage.

« Nous y voici, j’ai rempli mon boulot de guide, à toi de jouer le mécano. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Mer 5 Aoû - 12:01

Si lui n'avait pas réfléchi à son geste, Olivia n'avait pas lâché sa main non plus. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas tenu ses doigts fins et délicats au creux de sa paume de Docker. Ce doux contact familier, il l'avait déjà éprouvé il y avait de cela quelques temps à la Nuit des âmes. En suivant Olivia dans la rue alors qu'elle les menait à la décharge, Neo laissa planer son esprit jusque dans les souvenirs légèrement floutés qu'il avait de cette soirée. Ils s'étaient retrouvés là tous les deux un peu par hasard et avaient décidé de se supporter. Après quelques mots échangés, ils avaient dansé ensemble sur un air de jazz connu à Nordkia, ils avaient mangé des plats inconnus, ils s'étaient tenus la main sans vraiment s'en rendre compte. Ils avaient également évité un Kokobot fendeur de foule. Neo avait passé ses bras autour d'Olivia puis ils s'étaient écartés du passage pour ne pas se faire piétiner. Ces souvenirs donnaient un sentiment de légèreté à Neo, qui devait sembler un peu rêveur…

Jusqu'à ce que la voix de la maman de la jeune femme ne la poussa à lâcher subitement sa main. Surpris, Neo sortit de sa rêverie, et à défaut de mieux, fourra ses mains dans ses poches. Il espérait qu'on n'avait pas trop remarqué son air « dans la lune ». Assez de questions lui avaient été posées comme ça. Madame Keegan s'enquit de savoir où les deux jeunes gens allaient. Quand Olivia lui eut répondu, elle lui conseilla de faire attention à elle dans la décharge. Neo lui, avait été relégué au rang de main d’œuvre pour les réparations. Il était amusé par la manière dont la jeune femme essayait de dissimuler leur amitié à sa mère. Elle avait si peur que ça de l'inquiéter ? Ou bien elle avait honte de se balader près de chez elle avec un Docker … ? Il fallait chasser cette dernière idée de son esprit. Olivia n’était pas comme ça, il le savait, quoi que puissent dire les mauvaises langues à ce sujet.

Cette fois encore il ne put échanger quelques mots avec Madame Keegan car le petit groupe se sépara rapidement. Encore une fois et il passerait pour un fieffé mal élevé – ce qui ne devait pas l’inquiéter plus que cela, à vrai dire. Olivia s’éloigna à grande enjambées dans un coin de la ville à l’écart des regards indiscrets. Neo l’avait suivie en trottant un peu, surpris par son départ soudain. Quelque chose n’allait pas, il aurait pu le parier. Quand elle lui expliqua ce qui la tracassait, il secoua la tête avec consternation et amusement à la fois.
« C’est bon Oli, pas la peine de te prendre la tête comme ça ! Y a pas mort d’homme ». Ce n’était pas la première fois qu’elle craignait de le blesser ainsi. A la nuit des âmes, c’était suite à une remarque sur la nourriture abondante qu’elle avait froncé le nez. Ce qui se passait dans sa tête dans ces moments-là et ce qui la faisait culpabiliser, ça le dépassait de beaucoup. Lui était bien plus zen, bien des choses qu’on lui disait lui glissaient dessus sans même qu’il ne les sente. Ils étaient plutôt différents sur ce point, entre autres très nombreux égards.

Pourtant Olivia saisit à son tour sa main avant qu’ils ne reprennent tous les deux leur route. Neo sourit. Oui, ils étaient totalement différents, mais leurs routes ne cessaient de se croiser. Les pragmatiques parleraient de hasard, les romantiques de destin. Lui ne songeait pas à ces choses-là, mais il pouvait affirmer une chose avec certitude : il aimait bien être avec cette jeune fille. Sa compagnie était particulière, ce n’était pas comme lorsqu’il était avec Tobias, ou ses sœurs. Un autre type de lien sur lequel il ne parvenait pas vraiment à mettre un nom l’unissait à elle.
De nouveau tiré de ses pensées, le Docker réalisa qu’ils se trouvaient désormais aux portes de la décharge. Olivia lui indiqua que c’était son tour, à présent. Il lui sourit, et lui ébouriffa gentiment le crâne d’un air triomphal :
« Héhé, c’est parfait ! Au boulot ! » On ne changeait pas ses bonnes vieilles habitudes.

La décharge était un vaste terrain où s’entassait un bazar monstrueux. Des meubles, des pans de bâtiment, des objets, des outils, du métal, des papiers et des saletés de partout formaient les continents d’un véritable océan d’immondices. Les X-glasses fichées sur le nez, Neo avait rarement vu son Dzêta analyser autant d’objets à la fois. Beaucoup d’information surgissaient sur les petits écrans devant ses yeux, si bien qu’il dû faire une mise au point pour voir où il mettait les pieds.
« Y a vraiment de tout ici, dit-il à Olivia après quelques instant de brèves observations. Je vais fouiner dans les parages ! » Ce disant il se dirigea vers un premier tas de déchets, enfila ses vieux gants de cuir qui lui servait à la mécanique, et commença à fouiller. Il trouva beaucoup de vieux journaux et d’objets domestiques devenus inutilisables.
Au milieu de tout cela, il trouva une petite boîte à musique qui par chance fonctionnait toujours. Il l’ouvrit et constata qu’elle était enrayée, car le coffret demeura silencieux même après l’avoir remonté et la petite danseuse qui s’y trouvait endormie ne tournoyait plus. Neo extirpa le mécanisme de l’objet, et constata que les pièces étaient un peu tordues. Rien qui ne soit difficile à réparer pour lui. Les mécanismes des montres de poche et celui des boîtes à musique étaient similaires. Il pourrait remettre celles d’Olivia en état de marche avec les quelques pièces qu’il venait de récupérer. Le Docker esquissa un sourire satisfait avant de reprendre ses recherches dans un autre entassement de la décharge.

Après un moment, il s’assit en tailleur sur le sol et étala devant lui ce qu’il avait trouvé. Concernant l’affaire Keegan, il avait dégoté des petits outils, des rouages et des vieilles clés au cas où elles puissent lui servir à ouvrir cette fameuse porte. Quant à sa Skooth, il était parvenu à trouver des morceaux de chrome assez rares à Nordkia, ainsi que des pièces qui lui permettraient d’améliorer les rendements du moteur. Pour le reste il saurait recycler ce qu’il avait sous la main. On ne l’appelait pas « génie » dans son domaine par hasard après tout. Neo fourra tous les objets qu’il avait trouvés dans un sac de toile qui trainait par-là.
« J’ai fait que des trouvailles intéressantes ! J'ai largement de quoi réparer tes petits trésors maintenant. » lança avec énergie le jeune homme à Olivia, qui n’était pas très loin. « On va pouvoir… hein ? » Il s’interrompit, car un léger bruissement non loin de lui attira son attention. Un tas de papier s’était mis soudainement à « vibrer », comme si quelque chose se débattait en dessous. On pouvait également entendre des petits grognements. C’était quoi ce bordel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Jeu 6 Aoû - 7:38

Il n’y avait pas mort d’homme certes, mais Olivia s’en voulait lorsqu’elle réagissait de la sorte. Que cela soit pour se protéger des questions incessantes de sa mère, de son inquiétude à venir ou de quoique ce soit d’autre, la brunette n’était pas capable d’assumer. Fort heureusement, et comme à chaque fois qu’elle pouvait se comporter en véritable peste de l’élite, Neo ne sembla pas lui en tenir rigueur, au contraire le docker conservait son attitude joyeusement désinvolte. Elle enfonça instinctivement sa tête dans ses épaules en grimaçant lorsqu’il lui ébouriffa les cheveux, un genre de hobby chez lui. Mais l’heure était venue de parcourir l’immense décharge et autant dire qu’il y avait de quoi faire et que le jeune homme s’amuserait surement beaucoup à fouiner dans tout cela. C’était quelque chose d’assez impressionnant, cette capacité qu’avait les habitants d’Anathorey à se débarrasser des choses sitôt qu’elles devenaient un peu trop compliquées à entretenir ou réparer. Olivia avait bien vu comment les dockers étaient attachés à réparer, récupérer, ici l’on jetait, l’on empilait les débris pourtant encore en bon état comme si cela ne comptait pas.

Laissant le rouquin vaquait à ses occupations de fouilles quasi archéologiques, Olivia déambula dans la décharge. Un peu partout elle pouvait entendre des craquements, des crissements, des bruissements, tout un tas de bruits pas rassurants, mais en même temps il y avait de fortes chances que l’endroit ait attiré quelques rats ou autres animaux du genre. Son regard se posa sur ce qui ressemblait à la carcasse d’un de ces engins que Neo chérissait tant, un qu’il ne semblait cependant pas avoir repéré. La brune s’approcha et regarda la carcasse, il y avait peu à récupérer, pour ainsi dire rien, mais son regard vif remarqua un petit quelque chose qui n’avait sûrement aucun rôle dans le fonctionnement de la moto. Il s’agissait d’un petit insigne chromé, rond avec en son centre une flamme stylisée. Olivia approcha un peu plus son nez de la carcasse et bricola quelques instants pour savoir comment retirer l’insigne. Une fois fait, elle le glissa dans sa petite sacoche et se décida à rejoindre Neo, elle était bonne à rien dans ce lieu, ce n’était pas son univers la bricole.

« J’espère que tu as aussi trouvé de quoi réparer ta moto. »

Mais avant que la conversation ne puisse aller plus loin, le docker s’interrompit lorsqu’il entendit un bruit. Olivia l’avait entendu aussi mais elle avait mis ça sur le compte de rats ou autres charognards. Mais le bruit se faisait plus insistant, les feuilles de papier se soulevaient à un rythme régulier et qui n’avait rien de rassurant. Il n’y avait que des petits animaux inoffensifs ici pourtant. Lentement, Olivia se rapprocha du docker, il était sûrement plus courageux qu’elle et pourrait la défendre s’il y avait un monstre millénaire caché par magie dans cette décharge. Le mouvement du papier s’intensifia et rapidement, une boule rousse s’en extirpa pour filer vers les deux jeunes üniks. Olivia sursauta avant de reconnaître rapidement la boule de poils que venait de courir vers elle pour se frotter à ses jambes, avant de lui mordiller gentiment les chevilles.

« Chaussette ! Qu’est-ce que tu fais là ? C’est dangereux ici ! Oh euh … Neo, je te présente Chaussette, mon renatsu de compagnie. Elle ne sort d’habitude pas le jour mais je suppose que tous ces événements ont dû la perturber *s’accroupissant pour caresser le haut du crâne du petit animal* Ma pauvre petite. C’est une longue histoire d’ailleurs … sa découverte … Mais tu disais que tu avais trouvé de quoi réparer les jouets ? »

La brunette prit le petit renatsu dans ses bras non sans que Chaussette se débatte un minimum et batte des ailes, mais elle se calma finalement, se posant simplement dans les bras de la jeune femme. Olivia se rappela soudain qu’elle avait elle aussi fait quelques trouvailles dans les décombres, stabilisant l’animal sur un bras, elle fouilla dans sa sacoche de l’autre pour en sortir l’insigne chromé qu’elle tendit à Neo en détournant un instant la tête.

« Je-Je me suis dit que ça pourrait peut-être venir décorer ta future moto … Enfin tu n’es pas obligé, c’est … pour te remercier d’être là. »

Elle commençait à rougir, cela voulait dire que l’heure était sûrement venue de repartir vers la demeure des Keegan pour s’atteler aux réparations. Olivia déposa l’animal à terre et s’en vint de nouveau prendre la main du docker pour les guider à nouveau à travers la ville qui pansait ses plaies. Pourquoi faisait-elle cela, c’était idiot, elle le savait. Mais elle en avait envie, elle éprouvait une drôle de sensation, une quiétude et quelque chose de normal. Chaussette sautillait gaiement à côté d’eux alors qu’ils quittaient la décharge, cela inquiéta Olivia de voir qu’elle avait réussi à quitter sa petite maison douillette dans le manoir si facilement. Il faudrait qu’elle jette un coup d’œil à l’installation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Jeu 13 Aoû - 17:50

Le tas de papier commençait à s’agiter sévèrement. Quelque chose allait en sortir d’une seconde à l’autre, mais Neo s’attendait à se trouver face à un gros rat, un chat errant, une bestiole de ce genre, pas bien propre qui essaierait de les impressionner, malgré sa petite taille, pour laver l’affront d’avoir pénétré son territoire. Olivia se plaça derrière Neo et ne bougea plus, bien qu’elle continue de jeter des regards un peu stressés à l’amas qui remuait. Un peu surpris, le Docker s’amusa de l’idée qu’elle était peut-être effrayée par ce qui jaillirait bientôt. Craignait-elle un monstre, comme un enfant avait peur des fantômes sous son lit ? Il lui adressa un regard espiègle, mais n’eut pas le temps de la taquiner sur le sujet.
Lorsque la bête sortit enfin, en une fraction de seconde, Neo eut un mouvement de recul assez vif. Il était surpris : ce qui leur fonçait dessus n’était pas un gros rat, ni un chat, mais une jolie petite boule de poil à la fourrure de feu, étrangement parée de deux ailes aux plumes blanches. C’était un renatsu ! Un animal plutôt rare à Urban City. Sous le regard étonné du Docker, la petite bête vint câliner les chevilles d’Olivia, qui se pencha pour la caresser. Elle lui présentant la dénommée « Chaussette », qui n’était autre que son animal de compagnie.

« Original, le compagnon… » souffla Neo, déridé. Olivia prit la petite renatsu dans ses bras, qui ne semblait pas tout à fait d’accord avec cette idée.  Elle lui demanda s’il avait trouvé de quoi réparer les jouets qu’elle conservait dans sa boîte à secrets.
« Ouais, j’ai tout c’qui faut. J’ai aussi de quoi réparer ma bécane » Il désigna derrière lui de longs morceaux de ce qui semblait être de la ferraille pour un œil non averti. Mais lui savait la valeur de ces objets laissés à l’abandon, et il était hors de question de repartir sans ces petits trésors. Restait à savoir comment les transporter jusqu’à Nordkia, car ils n’étaient pas tout à fait pratiques…

Olivia farfouilla dans sa poche et tendit à Neo un petit insigne chromé qu’elle avait récolté sur la carcasse d’un véhicule hors d’usage. C’était d’après elle pour le remercier d’être là, aujourd’hui. Il le prit dans sa main, et l’examina avec son Dzêta. C’était du chrome ultra pur, d’un gris clair très sain et lisse, qui brillait vivement sous le soleil. Le Docker sourit, en reconnaissant l’insigne : un cercle avec une flamme à l’intérieur.
« C’est l’emblème des pilotes de courses de Nordkia. » dit-il à Olivia, en replaçant son Dzêta sur son front. Le symbole de ces pilotes de Vanship qui bravait vents et tempêtes de sable pour arriver le premier derrière la ligne d’arrivée. Comme pendant la course d’Horizon cave ! Peut-être que cette année, il proposerait à la jeune femme de l’y accompagner, si d’aventure cela l’intéressait.
« En tout cas c’est du bon matos, je m’en servirai. Merci Oli ! »
Heureux comme un pape, Neo glissa le précieux emblème dans sa sacoche de cuir, et s’assura de bien la refermer pour éviter tout risque de perte. Il fixerait ce petit bijou sur son engin quand il rentrerait. Pour te remercier d’être là… ces mots résonnaient doucement dans sa tête, comme une chansonnette agréable qui mettait de bonne humeur. Comme il remarqua qu’Olivia rougissait, il sourit chaleureusement. Avant qu’ils ne repartent, il prit sur son épaule les métaux qu’il avait récoltés pour sa moto. Olivia lui prit la main, et ils se dirigèrent à nouveau vers la demeure des Keegan.

Pendant une minute, Neo fut anormalement déconcentré. Toute son attention était portée sur la main d’Olivia, qui était revenue chercher la sienne encore une fois cet après-midi. Ces gestes, il les connaissait bien, mais il ne les lui connaissait pas. Ils avaient un arôme particulier qu’il lui semblait découvrir pour la toute première fois. C’était agréable. Les pensées du jeune homme flottaient dans des hauteurs moites et duveteuses qui l’empêchaient de recouvrer son flegme habituel. Neo demeura muet. Il ne savait pas quoi dire, et ne savait pas s’il devait chercher à dire quoi que ce soit. Tout restait bloqué dans sa tête, comme des engrenages aux dents coincées et rouillées, refusant de tourner normalement. Lorsqu’ils tournèrent à un carrefour, il ne trouva pas davantage de réponses à ces questions suspendues comme son esprit, et son cœur léger.
« Tiens, Neo ! Qu’est-ce que tu fais là ? » Retour à la réalité.
« M’sieur Hawk ! » répondit-il gaiement. Les deux hommes se serrèrent la main. « Je suis venu aider miss Keegan ici présente  à remettre un peu d’ordre dans sa maison. Olivia, voici James Hawk ! Membre de l’escadrille des Vanships de Nordkia. » L’intéressé salua poliment la jeune femme. C’était un homme âgé d’une trentaine d’année, grand et très blond, souvent mal rasé et toujours avec un mégot coincé entre les lèvres. Avec sa tête de vieux jeune et sa combinaison de pilote toute noire, il avait un certain style qui lui attirait la sympathie d’autrui très facilement.
« Oui, enfin je suis surtout navigateur. Il est rare que je pilote. Aujourd’hui, c’est une exception. »

Le sang de Neo ne fit qu’un tour. Ah. C’est vrai. Il l’avait totalement oublié, sur le moment. James était son navigateur, à elle.
« Où est Lysa ? » se risqua à demander le jeune homme, non sans caché le très moindre enthousiasme à l’idée de croiser sa sœur d’ici peu. James éclata de rire.
« Réjouis-toi mon gars, elle n’est pas là. Quand on est arrivés à Nordkia elle a préféré rester pour aider ta mère et tous les autres sur les Docks. Je n’ai fait qu’emprunter son Vanship » Neo ne put réprimer un radieux sourire.
« Nickel ! Dis-moi, tu prendrais pas ça avec toi en partant ? » Il désigna les métaux qu’il portait. « C’est pas super pratique, ton biplace serait assez grand pour que tu les déposes à l’atelier ?
- C’est pour la Skooth ? Haha, tu y tiens vraiment beaucoup à cet engin de malheur. Diego serait fier de…»
Pour l’empêcher de finir sa phrase, Neo lui passa lourdement les matériaux qu’il avait ramassés. L’air malicieux qu’il arborait cachait l’affection qu’il ressentait lorsque l’on évoquait son père devant lui. Il n’aimait pas ça du tout. James redressa les métaux pour les caler contre son épaule, et lança au jeune homme qu’il les déposerait à l’endroit convenu le soir-même.
« Faites attention à vous, les amoureux ! » ajouta-t-il, avant de s’en aller vers de nouvelles tâches. Le Docker n’eut pas le loisir de répliquer que Hawk avait déjà disparu de leur vue. Il soupira. Depuis quand ce type-là écoutait les ragôts, hein ? Et on ne le lâcherait jamais avec cette histoire ?

Eux aussi avaient à faire. Neo glissa de nouveau sa mains dans celle d’Olivia, mais cette fois, leurs doigts s’entremêlèrent.
« Bon, on y retourne ? Et si tu m’racontais où t’as dégoté Chaussette ? » Hors de question de subir de nouveau un blanc pareil, il avait été trop mal à l’aise. Et il n’était même pas capable d’expliquer pourquoi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Ven 14 Aoû - 9:25

Les deux üniks marchèrent un petit moment en silence, sûrement aussi gênés l’un que l’autre, ce qui poussa Olivia à se dire que son geste était idiot. Il ne risquait pas de se perdre, elle lui avait montré le chemin une fois, c’était suffisant non ? Et pourtant, elle avait ressenti le besoin de lui prendre la main, ce n’était pas pour le chemin alors ? Son regard se posa sur Chaussette qui marchait toujours gaiment à côté d’eux, puis ses prunelles ambrées se reposèrent discrètement sur Neo, c’était étrange qu’il ne dise rien, qu’il ne se moque pas d’elle. C’est au détour d’une rue que le monde du silence fut de nouveau brisé par la voix de l’homme, une voix qui était inconnue de la brunette mais que le docker semblait connaître. Un homme répondant au nom de Hawk lui fit présenter, en même temps qu’elle fut rapidement présentée à l’homme en question. Olivia lui adressa poliment un signe de la tête et un simple « enchantée » avant qu’il ne se présente un peu plus. Navigateur, pilote, la Keegan réalisa qu’elle n’avait pas la moindre idée du fonctionnement des vanships dans la réalité réelle de tous les jours. Elle les voyait passer, déchirant le ciel de leur puissance technologique, mais jamais elle n’aurait pensé qu’il y avait deux personnes responsables pour cela. C’était somme toute assez rassurant, même si Neo de son côté n’avait pas l’air rassuré. Lysa. Qui était Lysa ? Olivia fouilla rapidement dans sa mémoire pour se rappeler qu’il s’agissait d’une sœur du docker, il y en avait quand même un paquet et elle n’avait pas toujours réussi à se rappeler les prénoms de chacune.

A la réaction de monsieur Hawk ajoutée à sa réponse, la brunette comprit que c’était sûrement un soulagement pour Neo que sa sœur ne soit pas là. Rapidement cependant, le rouquin lui confia une tâche de la plus haute importance, ramener les pièces qu’il avait trouvée jusqu’à Nordkia. Il faut dire que c’est un point que la bourgeoise avait négligé, lui proposer de récupérer des matériaux était bien gentil, mais il fallait qu’il les transporte et tout le temps qu’ils avaient marché jusque-là, elle n’avait pas réalisé que cela pouvait être inconfortable et lourd, trop concentrée sur ses propres réflexions. Hawk comprit de suite qu’il s’agissait de pièce pour la Skooth, blaguant sur l’attachement du docker pour cet engin de malheur – enfin quelqu’un qui comprenait ce qu’elle pouvait ressentir – mais sa phrase fut coupée par Neo alors qu’il abordait un point sûrement sensible. Le vieux navigateur se contenta de prendre les pièces à ramener à Nordkia avant d’ajouter un au revoir qui ne manqua pas de faire virer Olivia au rouge. La réaction des gens n’était cependant pas la même à leur égard que l’on se trouve à Nordkia ou à Anathorey, pour les dockers, c’était plutôt ce genre de plaisanteries, pour les élites, c’était plutôt des comportements désobligeants. Là-dessus, elle devait bien reconnaître que les plaisanteries des Tobias et autres James Hawk étaient nettement plus agréables, mais la brunette fut sortie de ses pensées par la main de Neo dans la sienne. Ses doigts fins s’entremêlèrent délicatement à ceux du docker avant qu’il ne la questionne soudain sur Chaussette. Mais étrangement, elle l’aurait presque remercié de cette question. Tout en se remettant en route, la Keegan jeta un coup d’œil au renatsu qui marchait à côté d’eux.

« Oh c’est … euh … une longue histoire. J’étais partie me promener aux alentours de la ville pour … Faire ce que je fais toujours quand je me promène quelque part, fouiner, espionner, ce genre de choses. Et puis au loin il y avait un convoi à l’arrêt, de force si je pouvais en croire l’état catastrophique de leur véhicule. Plusieurs chevaliers encerclaient les lieux. Je me suis approchée en essayant de rester discrète et j’ai entendu quelques bribes de conversation. Un groupe de braconniers revenaient d’Hoshizora, ils avaient capturés plusieurs animaux, dont une famille de renatsu. Leur but était de les revendre à de riches comtes, ducs ou que sais-je peut-être même les princes … Les parents renatsu n’avaient pas survécu à l’accident, prisonniers dans leur cage … Et à ce moment-là, alors que les chevaliers faisaient le compte des animaux morts et réfléchissaient à comment les ramener dans leur forêt, j’ai vu cette petite boule de poils marcher faiblement vers moi. Elle avait tout perdu et j’ai simplement pas pu la ramener vers les chevaliers, ils l’auraient reconduite dans la forêt et après ? Elle aurait sûrement finie dévorée par plus gros qu’elle ou capturée à nouveau. Elle est venue se blottir contre moi, je suppose que les animaux de nuit se comprennent entre eux, elle a pas été agressive une seule fois. Je l’ai cachée dans ma cape et je l’ai ramenée à la maison. M’man est pas au courant, elle piquerait sans doute une crise si elle savait. Quant à son nom et bien … j’ai longtemps réfléchi et puis cette peste est allée se nicher dans une vieille chaussette alors … »

Olivia adressa un sourire triste à la fin de cette histoire, elle avait récupéré la pauvre bête mais savait que ce n’était pas non plus la vie qu’elle méritait. Chaussette semblait heureuse de cette vie néanmoins, elle avait à manger, à boire, elle était chouchoutée par la jeune bourgeoise et pouvait se balader partout tant qu’elle ne faisait pas de bêtise. La brunette jeta un coup d’œil aux alentours, de nouveau sujette à cette gêne qui était en réalité loin d’être désagréable, puis elle reprit doucement.

« Lysa … C’est bien ta sœur n’est-ce pas ? Et … Diego ? Je suppose que … enfin pardon, ça ne me regarde pas. Je sais bien que je suis trop curieuse. Oh regarde, nous sommes presque arrivés, m’man doit être rentrée. »

En effet, Daniella était rentrée et elle était affairée dans le hall d’entrée du manoir. Elle indiquait aux gens où amener telle ou telle malle, à croire qu’elle avait décidé d’inviter tout le quartier. C’est ce moment-là que choisit Chaussette pour grimper sur la façade du bâtiment et rejoindre discrètement la chambre d’Olivia à l’étage, sous le regard admiratif et amusé de la brunette. Daniella de son côté, remarqua surtout que sa fille tenait la main d’un docker dans la sienne, elle se retint de toute remarque et se contenta de les saluer à nouveau.

« On en finira jamais, est-ce que tu peux imaginer toutes les malles de vêtements qu’on a transporté ? Vous avez trouvé ce qu’il vous fallait à la décharge ? Je suppose que ton ami restera manger. D’ailleurs, quel est votre nom jeune homme ? Je ne crois pas qu’Olivia m’ait parlé de vous, même si elle ne me parle pas de grand-chose au final …
- M’man euh … C’est gentil pour l’invitation. »

Olivia était prête à réprimander sa mère avant de réaliser qu’elle s’était finalement comportée de façon plus humaine. Son regard se posa alors sur Neo, c’était d’un côté la moindre des choses que de lui offrir un bon repas après cette journée. Et puis la journée n’était pas terminée, il fallait réparer les jouets, montres et autre breloques, et surtout il fallait ouvrir la porte sous l’escalier, dans le couloir qui menait à la cour. La chose risquait d’être un peu plus compliquée maintenant que Daniella était là mais la brunette était persuadée qu’elle la laisserait tranquille jusqu’au dîner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Ven 21 Aoû - 16:48

Olivia avait trouvé Chaussette lors d’un accident d’un convoi de braconniers. Les animaux capturés étaient destinés à la revente, mais les cages furent abîmées dans la collision dont on ignorait l’origine, si bien que nombreux d’entre eux étaient morts. La petite renatsu était l’une des seules survivantes, et elle avait été suffisamment chanceuse pour croiser la route d’Olivia. Neo sourit, à l’idée de voir la distante bourgeoise fondre devant une petite bête perdue mignonne, pour finalement la ramener chez elle en catimini. Il se demanda quelle serait la réaction de madame Keegan si elle apprenait qu’elle abritait sous son toit cette habitante clandestine. Olivia était sûre qu’elle se mettrait en colère, mais le rejet d’un compagnon domestique était une réaction parentale assez banale, à laquelle chaque enfant pouvait s’attendre. La famille de Neo n’avait jamais eu d’animal de compagnie, mais des chats errants ou abandonnés se donnaient souvent rendez-vous au Démineur pour grignoter des restes de repas que Janyce et Lucya gardaient spécialement pour eux.  

Avant qu’un nouveau silence ne s’installe entre eux, Olivia demanda qui était ces deux personnes dont James venait de parler. Il acquiesça quand elle supposa que Lysa était – encore – une de ses sœurs. Mais quand elle évoqua le nom de Diego Collins, Neo se crispa un peu. Comme si elle avait eu l’intuition que ce n’était pas un bon sujet de conversation, la jeune femme se ravisa, et s’excusa de se montrer trop curieuse sur des questions qui ne la regardaient pas. Le Docker voulut lui dire que ce n’était pas ça le problème, mais ils étaient arrivés devant le manoir Keegan. Déjà ? Il leva les yeux vers le ciel et vit qu’il prenait une couleur orangée de soleil couchant. Il n’avait vraiment pas vu le temps passer du tout…
Daniella les accueillit avec la même énergie que lors de leurs deux entrevues précédentes. Dès qu’elle ouvrait la bouche, il semblait impossible de l’arrêter tant qu’elle n’avait pas fini de dire ce qu’elle avait en tête. Elle avait beau leur poser des questions, ils n’avaient tout bonnement pas le temps de lui répondre : tout de suite, la maman embrayait sur une autre réplique. Pas le temps de lui dire ce qu’ils avaient trouvé à la décharge ni-même de réagir au difficile transport d’affaires dont elle venait de se confier. Puis d’un coup d’un seul, la bourgeoise affirma que Neo allait rester chez elle et sa fille pour le repas du soir même. Le jeune homme tiqua, il ne trouvait pas que c’était spécialement une bonne idée. Il avait l’habitude de manger des plats un peu rustiques et légers au Démineur, s’adapter soudainement à une table d’élite, à laquelle il faudrait bien se tenir, parler convenablement et surtout, surtout, manger toutes ces choses au goût bizarre – comme du chou à la crème  -, le mettait presque dans un état d’angoisse. Et pourtant, malgré toutes ces pensées issues d’une réaction épidermique peu contrôlée, Neo ne dit rien de ce qu’il avait sur le cœur. Il savait qu’il aurait été malvenu de décliner la proposition de Madame Keegan – de toute manière, lui en aurait-elle laissé le temps, avec son débit rapide ?

« D’ailleurs, quel est votre nom jeune homme ? Je ne crois pas qu’Olivia m’ait parlé de vous, même si elle ne me parle pas de grand-chose au final …
- C’est… Neo Collins. » répondit-il, en se grattant la nuque. Son geste phare lorsqu’il était déstabilisé. Son nom ne lui dirait certainement rien du tout, à moins qu’elle n’ait su à un moment ou un autre que sa sœur et Betty Collins entretenaient des relations amicales. Il baissa les yeux vers Olivia, qui le regardait gentiment. Il se sentit stupide un instant, à faire des yeux de merlan frit, puis il se souvint qu’il avait une mission à mener à bien.
« Au fait, tu voulais pas que je finisse ce que j’ai commencé ? Vu que j’ai de quoi faire maintenant… » Les petits jouets qu’il n’avait pas pu réparer l’attendaient encore sagement dans le bureau du défunt père d’Olivia. Il laissa la jeune femme l’y mener, et quand ils entrèrent dans la pièce, Neo se mit immédiatement au travail. En quelques minutes à peine, les rouages manquants furent fixés aux montres muettes et les mécanismes enrayés de petits personnages animés furent remplacés à leur tour. Le Docker travaillait vite, mais il était redoutablement efficace. La mécanique étant le seul domaine où il excellait, il y mettait toujours tout son cœur et toute son énergie.

Alors qu’il luttait un peu contre une boîte à musique assez rouillée, le Dzêta fermement baissé sur ses yeux, Neo dit d’une voix basse :
« Diego Collins, c’est bien mon père. T’avais deviné. » Il farfouilla encore avec un tournevis dans la boîte, jusqu’à ce qu’un « clac » retentisse. Une douce mélodie s’échappa de son petit caisson de résonnance. Le Docker souffla, victorieux, et posa l’objet sur le bureau à côté du reste. Tout était réparé.
« C’est pas d’une importance capitale, mais vu que tu m’as parlé du tien, j’peux au moins te dire ça » Un petit silence s’invita, durant lequel on n’entendit que le tic-tac clair d’une montre à gousset fraîchement remise en marche.
«  Et maintenant, si on retournait voir cette fameuse porte ? » demanda-t-il en brandissant une longue tige de métal solide entre ses doigts. Quand ils se retrouvèrent devant l’édifice, Neo introduisit dans la serrure l’outil récupéré à la décharge, et après quelques secondes de rude bataille, parvint à enclencher le loquet. Il lança un regard curieux à Olivia, mais lui laissa l’honneur de pénétrer les lieux. En espérant que la maman des lieux ne les surprenne pas en train de profaner la pièce secrète…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Dim 23 Aoû - 14:11

Neo se présenta à une Daniella qui s’éclipsa dès qu’elle eut entendu son nom, elle avait d’autres choses à faire que papoter, des gens à aider, des valises à porter, bref, la pauvre Madame Keegan était très occupée ce qui ne manqua pas de faire rire doucement sa fille. Daniella était le genre de personne à se porter volontaire pour tout faire et à râler par la suite sur la charge de travail que celui lui causait. Pour l’heure elle serait sûrement occupée à la cuisine, avec Neo qui restait, et qui sait d’autres également, cela ferait plus de couverts qu’en temps normal où elles n’étaient que deux. Neo qui s’était brillamment tiré de cette nouvelle entrevue avec la mère d’Olivia proposa de se remettre au travail, il y avait en effet un petit paquet d’objets à réparer et surtout la porte. La brunette le mena vers le bureau de son défunt père où se trouvaient toujours les jouets et montres et il put se mettre au travail. Elle s’était assise dans le large fauteuil où autrefois son père s’asseyait pour lire les nouvelles, il lui racontait également ses journées, des histoires. Elle remonta ses genoux contre sa poitrine, enroulant ses bras autour de ses jambes et se contenta d’observer Neo qui travaillait. Il était drôlement appliqué, sérieux, c’était amusant à voir et intéressant également.

C’était une toute autre personne lorsqu’il était sérieux comme ça, Neo qui était d’ordinaire plutôt détendu et nonchalant qui agissait avec autant de minutie et de rigueur. Il s’attelait à la réparation d’une boite à musique qui s’avérait plus ardue que prévu lorsqu’il lui indiqua que Diego Collins était bien son père, elle avait vu juste. Mais elle comprit bien au petit silence qui suivit que ce n’était pas un sujet de discussion que le docker appréciait particulièrement, ce qu’elle pouvait aisément comprendre. Elle parlait de son côté de son père mais au final elle ne le faisait que rarement, quand bien même cela lui était facile. La boite à musique avait fini de jouer son petit air entêtant, laissant le silence emplir la pièce avant que Neo ne propose de s’occuper de la porte, armé d’une tige métallique. Etendant de nouveau ses jambes avant de bondir hors du fauteuil, Olivia hocha la tête avant d’entrainer le docker vers la fameuse porte, vérifiant avant toute chose que sa mère n’était pas dans les parages. Les bruits dans la cuisine lui indiquèrent que Daniella était occupée ailleurs, la brunette entraina alors rapidement Neo vers le couloir où se trouvait la porte. Il tenterait d’ouvrir la porte pendant qu’elle monterait la garde.

« Je sais pas trop ce qu’on va trouver là-dedans, j’ai toujours pensé que c’était un genre de débarras mais y’a pas longtemps j’ai demandé à M’man si je pouvais y stocker des trucs qui trainaient à droite à gauche et … sa réaction m’a rendue curieuse *entendant le bruit d’une poignée qui tourne enfin* Tu as réussi ? »

C’est à ce moment-là que Daniella sortit de la cuisine à la recherche de sa fille qui s’empressa d’ouvrir la porte pour s’engouffre dans la pièce mystère avec Neo, lui faisant signe de ne pas faire de bruit. Ce n’était pas malin car il faisait plutôt sombre sous l’escalier, tout ce qu’elle pouvait dire c’était que cela sentait la poussière ou comme l’odeur d’une vieille bibliothèque. Ce n’était sûrement pas très grand. Silencieuse et quelque peu nerveuse, Olivia attendit que les pas de Daniella s’éloignent, elle l’entendit monter l’escalier et décida de profiter de cette occasion pour aller chercher de quoi éclairer, s’éclipsant rapidement et laissant ce pauvre Neo seul dans le noir. Discrète comme elle savait l’être, Olivia revint rapidement dans la fameuse pièce armée d’une petite lampe qu’elle alluma une fois à l’intérieur.

« C’est mieux comme ça. »

Elle réalisa alors la taille de la pièce, minuscule, et c’était une chance qu’elle n’ait pas été plus éclairée plus tôt car la brunette aurait sûrement rougi de la proximité que cela avait créée avec le docker. Son regard passa de Neo aux murs de la pièce cachée qui étaient couverts d’étagères, elles-mêmes remplies de documents en tous genres. Il lui faudrait des jours entiers voire même des semaines pour pouvoir lire tout ceci, mais elle était on ne peut plus impatiente. Olivia reporta son attention sur Neo et lui adressa un sourire, chuchotant pour ne pas attirer l’attention.

« Merci pour ton aide. Je ne sais pas trop ce qu’il y a dans ces documents, je suppose que je vais avoir de la lecture à faire … Mais ce n’est peut-être pas le bon moment non ? »

Pourtant, trop curieuse, Olivia saisit un des épais cahiers posés sur l’étagère la plus proche d’elle. A l’intérieur, une fois que l’on avait ouvert le registre couvert de poussière, il y avait une liste de noms sur la gauche de chaque page, ainsi qu’une date et une liste de biens ou vivres. De quoi s’agissait-il ? Elle n’en savait rien, ces noms ne lui évoquaient d’ailleurs rien du tout, il ne devait pas s’agir de personnes qu’elle connaissait, donc pas des bourgeois du quartier ou des collègues de son père. La brunette tourna le cahier vers Neo pour qu’il puisse voir un peu mieux. Que faisait donc son père ? Est-ce que certains de ces noms rappelleraient quelque chose au docker ? Ce serait un coup de chance, et elle avait déjà eu de la chance que la famille Collins connaisse sa tante, peut-être qu’il faudrait plus que de la chance cette fois. Elle soupira avant de refermer le cahier et de le reposer à sa place.

« Je pensais … Mon père était mon héros, je pensais tout savoir sur lui, son histoire, sa vie. Il y a quelques temps j’ai découvert que peut-être il n’était pas celui que je pensais, pas qu’il soit une mauvaise personne, bien au contraire, mais je ne sais pas ce qu’il se passait et … C’est quand même frustrant de ne pas savoir, non ? »

A nouveau, des bruits de pas se firent entendre dans le couloir, forçant Olivia à se taire, elle éteignit également la lumière qu’elle avait amenée et resta figée. Si sa mère les découvrait là-dessous, elle serait sûrement folle de colère et pas parce que sa fille amenait quelqu’un qu’elle ne connaissait pas dans un endroit sombre et secret.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Dim 13 Sep - 22:29

Olivia et Neo s'apprêtaient à pénétrer la petite pièce mystérieuse quand des bruits de pas se firent entendre dans les couloirs. La jeune femme, les jugeant bien proches, s'empressa de pousser le Docker à l'intérieur avant de le suivre et refermer la porte derrière eux. L'endroit était terriblement sombre. Ça sentait le vieux bouquin. Ils devaient se trouver dans un genre de remise, où l'on rangeait les papiers et autres trucs administratifs incompréhensibles. Neo se cogna lourdement la tête contre la montée d'escalier. Il constata l'étroitesse de leur cachette lorsqu'il sentit Olivia toute proche de lui. Méfiante, elle attendait silencieusement que les pas de sa mère s'éloignent. Daniella monta à l'étage, très loin de se douter que sa fille se trouvait actuellement seule dans le noir avec un garçon que sa chère maman ne connaissait pas du tout. Neo n'osait imaginer sa réaction si elle en venait à les surprendre. Elle se ferait plein d'idées à coup sûr, tout comme ses sœurs si elles avaient été là. Quoique dans le cas de ces dernières, elles se seraient peut-être réjouies de la chose...

Dès qu'on n'entendit plus les pas de Daniella, Olivia se précipita hors de la pièce. Se retrouvant seul, Neo chercha ses repères à tâtons. Il discerna quelques étagères, et des tranches d'ouvrages reliés et épais, qui le firent songer aux registres tenus dans le hangar où il travaillait sur les Docks. Après quelques minutes, la jeune femme revint, armée d'une petite lampe de poche qu'elle alluma aussitôt qu'elle eut rouvert la porte.
La pièce maintenant éclairée leur dévoila qu'elle était particulièrement minuscule. Dans la pénombre, Olivia et Neo ne s'étaient pas touchés, mais ils devaient alors se trouver à quelques petits centimètres l'un de l'autre à peine. Le Docker dissimula un petit sourire amusé à cette idée, puis l'image d'une Olivia gênée toute pris soudain une toute autre saveur dans son esprit, il sentit son cœur se serrer un peu et son ventre se contracter doucement. Ils avaient été si proches, et pourtant... Le jeune homme secoua la tête comme pour chasser des pensées qui le mettaient mal à l'aise. Ils avaient d'autres chats à fouetter, ce n'était pas le moment de se laisser aller à un sentimentalisme hors de circonstances.

Comme il l'avait deviner du bout de ses doigts, les murs de ce petit cagibis étaient entièrement couverts d'étagères un petit peu plus hautes qu'un homme. De vieux ouvrages ainsi que de très nombreux dossiers et documents étaient sagement rangés sur leurs vieilles planches poussiéreuses. Olivia semblait satisfaite de leur trouvaille, remercia Neo pour son aide, et s'empressa d'ouvrir un des bouquins au hasard pour regarder ce qu'il y avait d'inscrit sur ses pages défraîchies. Elles avaient été noircies de noms, écris à l'encre noire, et selon la discipline ordonnée d'une liste. Mais pour Neo, ces belles lettres élégantes n'étaient que du gribouillis illisible. Lui qui travaillait dans un atelier de mécanique savait lire les plans, et quelques mots par-ci par-là, ceux nécessaires à son travail. Mais pour tout le reste il avait beaucoup de mal, surtout quand l'écriture était manuscrite. Les caractères imprimé lui demandaient moins de temps de déchiffrage, et il parvenait tant bien que mal à comprendre ce qu'il avait sous le nez. Mais dans le cas présent, il essaya de lire un de ces mots étranges, et il abandonna au bout de quelques secondes de lutte avec la première syllabe. Il se garda bien de dire quoi que ce soit sur cette tare à Olivia, due au fait que les enfants Dockers n'allaient pas à l'école. Si la jeune femme apprenait qu'elle traînait avec un presque analphabète, il n'était pas certain qu'elle veuille encore de sa compagnie. Mais pourquoi se souciait-il de savoir si sa présence était désirée par Olivia ?

La jeune bourgeoise interrompit ses pensées fluctuantes. D'un air un peu désolé, elle déclara qu'elle pensait tout savoir sur son père, le héros qu'admiraient ses yeux de petite fille par le passé. Apparemment elle avait découvert il y avait peu quelques zones d'ombre dans la vie de cet homme, et voulait absolument connaître tout ce qu'il y avait à savoir. Elle se sentait frustrée de ne pas savoir. Neo l'écouta, mais ne répondit rien. Lui, il ne savait que le strict minimum sur le passé de son père et n'avait jamais cherché à le connaître davantage. Son père lui avait appris la mécanique et ils avaient passé de très nombreux moments ensemble, parfois de très longues heures, pendant lesquelles tous deux étaient penchés sur des pièces et des moteurs à réparer. Le Docker réalisa qu'il n'avait pourtant jamais cherché à creuser un peu plus loin pour mieux connaître le dénommé Diego Collins. Il était sur ce point l'opposé total d'Olivia : il n'aimait pas qu'on parle de son père, ne l'évoquait presque jamais et ne voulait pas faire de recherches sur lui. C'était peut-être dû au fait que le père de Neo était mort lorsque son fils avait douze ans, peut-être qu'Olivia était plus jeune que lui  lorsque Carlyle avait disparu et qu'elle ne l'avait pas beaucoup côtoyé étant petite.

Neo voulut parler, mais de nouveau on entendit des bruits de pas derrière la porte du dessous d'escalier. Olivia eut le réflexe d'éteindre de nouveau la lampe, très soudainement, à tel point que Neo qui avait fait un pas vers elle s'en trouva déséquilibré. Il se cogna donc la tête une nouvelle fois contre la montée qui servait de plafond, décidément bien trop penchée dans la pièce.
« Aie !! Bordel... » souffla-t-il en serrant les dents, la main posée sur la bosse qui commençait déjà à se former au dessus de sa tempe droite. Pile au même endroit qu'avant, foutue pièce minuscule et étriquée !!
Neo soupira, mais en baissant la main qui lui servait à masser la zone douloureuse, il sentit qu'il effleura quelque chose de doux et d'un peu chaud. Il glissa un peu ses doigts le long de cette zone qu'il n'arrivait pas à identifier, jusqu'à ce qu'il sente des mèches de cheveux longs. Quand Neo comprit qu'il avait caressé la joue d'Olivia, il recula vivement et se plaqua contre l'étagère qui se trouvait derrière lui – au passage il manqua encore une fois de se cogner la tête.
« P-pardon... Oli je... j'tavais pas vue. » chuchota-t-il mal à l'aise. Si la jeune femme se mettait en colère, il le comprenait totalement : tout portait à croire qu'il avait profité de l'obscurité pour lui tripoter le visage. Pourtant ce fut un geste aussi malencontreux qu'aveugle. Bien qu'il ait tenté de reculer, il sentait encore que la distance qui les séparait était vraiment ridicule. Neo sentit son cœur commencer à battre un peu rapidement. Et dire qu'il était venu pour réparer une fichue porte...

Son sang ne fit qu'un tour lorsqu'il crût entendre la mère d'Olivia appeler sa fille. Les pas semblaient d'ailleurs se rapprocher de la porte, de plus en plus. Est-ce que c'était la fin de leur petite exploration ?
« Dis-moi, miss fouineuse, comment on va faire pour sortir, si ta mère est dans le coin ? » demanda Neo le plus discrètement possible. Les voir sortir tous deux de ce cagibis condamné ne ravirait sans doute pas Madame Keegan... Mais quelque part c'était hyper amusant de se retrouver dans un guêpier pareil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: L'union fait la force |Part. 2 - Neo|   Sam 26 Sep - 7:53

Ah qu’est-ce qu’on est serré au fond de cette boite, ou plutôt sous cet escalier dans cette remise mystérieuse. Olivia était trop concentrée sur les précieux documents pour se laisser décontenancer par l’étroitesse de la pièce et la proximité qu’elle créait avec le docker. Du moins, ces documents étaient suffisants pour détourner son attention au moins le temps qu’elle reprenne ses esprits. La brunette parcourait de son regard ambré les pages de l’ouvrage qu’elle présenta à Neo qui ne sembla pas reconnaître les noms. Après tout même si ces personnes étaient des habitants de Nordkia, c’était tout de même une grande ville, il y avait peu de chance que le jeune homme connaisse tout le monde, ce serait vraiment étonnant même. De nouveaux bruits de pas près de la remise avaient forcé la brunette à se taire et avait malheureusement propulsé Neo contre le plafond bas de la petite pièce secrète. Olivia souffla un léger « désolée », en espérant qu’il ne s’était pas fait trop mal. Elle se figea lorsqu’elle sentit les doigts de Neo sur sa joue. Il ne faisait sûrement pas cela intentionnellement car à moins d’utiliser ses super lunettes, il ne devait pas y grand-chose lui non plus. La respiration de la jeune élite se fit plus lente l’espace d’un instant, suspendue à ce simple geste non calculé. Neo s’excusa finalement, expliquant qu’il ne l’avait pas vue. La brunette pouffa doucement de rire, se détendant en même temps. Évidemment qu’il ne l’avait pas vue, on n’y voyait rien là-dessous.

Malgré le côté critique de la situation, l’atmosphère était plutôt agréable là-dessous, un peu étrange du fait de l’obscurité certes, mais imaginer les réactions de Neo était plutôt amusant. En revanche, la brunette se crispa lorsqu’elle entendit sa mère qui l’appelait. Elle était toute proche de la porte, si elle les trouvait, ils étaient cuits. Neo serait renvoyé manu militari à Nordkia et elle, elle ne préférait pas imaginer ce que lui réserverait sa mère. Même si elle sortait seule, Olivia ne pouvait prévoir les réactions de sa mère. Elle réfléchissait, rapidement, ses pensées s’embrouillant alors qu’elle voyait le petit loquet de la porte tourner. Mais comme un ange venu du ciel, Olivia comprit qu’une boule de poils farceuse venait de faire irruption en bas des escaliers.

« Mais … Qu’est-ce que c’est que ça ? Olivia Keegan ! Tu vas avoir des explications à me donner quand je te retrouve ma fille. »

Olivia entendit les pas de sa mère s’éloignaient et relâcha un souffle qu’elle retenait depuis quelques instants. Elle souffla doucement de soulagement. Oui, elle allait devoir s’expliquer pour Chaussette, mais c’était tout de même moins délicat à expliquer que « je cherchais à découvrir la vérité sur papa alors j’ai entrainé ce jeune homme sous l’escalier avec moi. » Lorsque la voix de sa mère fut suffisamment éloignée, alors que celle-ci poursuivait sûrement le renatsu qui courrait se réfugier à l’étage à nouveau, Olivia ralluma la petite lampe.

« On l’a échappé belle … Je suis désolée de te mettre dans des situations pas possibles. On devrait pouvoir sortir maintenant, je propose qu’on file dans le bureau, elle ne dira rien si on est là-bas. Tu es prêt ? »

La jeune femme ouvrit doucement la porte pour vérifier que la voie était libre, elle entendit sa mère pester à l’étage et fit signe à Neo de la suivre. Une fois qu’ils eurent traversé le couloir et furent à l’abri dans le bureau, la brunette souffla enfin. Cela avait été un peu mouvementé finalement, se cacher, agir dans l’ombre, elle avait l’habitude de tout cela, mais là elle mentait plus ouvertement à sa propre mère.

« Merci encore pour ton aide … Au moins, on ne s’ennuie pas non ? *adressa un sourire au docker avant de reprendre* Il faudra que je fasse beaucoup de recherche je suppose, peut-être que je devrais revenir t’embêter à Nordkia, qui sais. »

La brunette fut coupée dans sa phrase par la porte du bureau qui s’ouvrit d’un coup pour laisser apparaître sa mère qui tenait le pauvre renatsu par la peau du cou. Chaussette ne faisait pas la fière, mais elle les avait sauvés Neo et elle, avait-elle senti qu’ils étaient dans une mauvaise posture.

« Tu peux m’expliquer ce que cette chose fait dans la maison ?
- Oui.
- Très bien, alors explique-moi.
- C’est une longue histoire m’man mais pour faire court, je l’ai trouvée, elle était seule et abandonnée et … je lui ai offert une maison. Un peu comme tu le fais avec les Talbots pour quelques jours.
- Et depuis combien de temps durent ces « quelques jours » ?
- Depuis … un certain temps. Mais elle n’a pas fait de dégât, la preuve c’est que tu n’avais même pas remarqué sa présence. Alors, je peux continuer à m’occuper d’elle non ? Cela m’apprend à être responsable et à faire attention à moi, à elle, à la maison, bref … »

Daniella soupira en reposant l’animal au sol, Chaussette se précipita vers Olivia pour se frotter contre ses chevilles. La jeune femme prit l’animal dans ses bras avant de lui chuchoter un discret « merci » et de lui gratter le haut de la tête. Alors que Daniella quittait la pièce en glissant que le repas serait servi à dix-neuf heures, le petit renatsu se lança des bras d’Olivia jusqu’à Neo.

« Ah bah … merci, c’est moi qui défend ta présence ici et tu vas voir Neo ? Merci bien. Je crois qu’elle t’aime bien elle aussi … »

Elle aussi ? Pourquoi préciser cela ? Olivia se maudit intérieurement pour ce mot de trop. « Elle t’aime bien » aurait été suffisant, là elle sous entendait que Chaussette n’était pas la seule. D’un autre côté elle pouvait faire référence à sa mère même si elle n’était pas sûre que l’on puisse en dire autant pour sa mère. Elle tolérait la présence de Neo dans la maison tout au plus. Se mettant à rougir de nouveau, Olivia se mit à faire les cent pas dans la pièce, il restait un peu moins d’une heure avant le repas et revenir dans la remise était trop risqué.

« Tu … Est-ce que tu voudrais faire quelque chose avant de passer à table ? Peut-être visiter un peu plus la maison ou faire un tour du quartier … Enfin il n’est pas aussi joli qu’en temps normal là mais … Enfin bref … »
Revenir en haut Aller en bas

L'union fait la force |Part. 2 - Neo|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» L'union fait la force |Part. I - Pv Oli'Keegan|
» L'union fait la force.... Oui ! Mais....
» Mission Chapitre un : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]
» La waaagh de Grifskull
» L'union fait la force (PV Seki Zennosuke, Kahei et Kazuo)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Urban City
 :: Anathorey
-