AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Partie II Event - Nordkia se soulève ! [Groupe de Nordkia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Partie II Event - Nordkia se soulève ! [Groupe de Nordkia]   Mer 12 Aoû - 15:44

Cette rencontre était au bord du précipice, la moindre parole et le moindre geste pouvant faire basculer la situation vers l’émeute à tout moment. Pourquoi fallait-il en arriver là ? Comme si cela n’était pas suffisant, une jeune femme cachée par une large capuche prit la parole, son intention était sûrement louable, dédouaner l’élite des comportements princiers et montrer l’importance de Nordkia dans ce système. Mais le résultat ne fut pas celui escompté vraisemblablement, car la foule grogna de nouveau. Un jeune homme inconnu s’approcha de Neo, il parlait de se battre, tout le monde avait-il perdu la tête ? Olivia se sentait nerveuse, chaque parole portait son lot de crainte et de menace, la guerre civile était-elle inévitable ? Mais la supériorité de ce serpent de Nagisa se montra nette et il ne manqua de montrer à son opposant qui dirigeait. Mais que pourrait-il faire si la foule entière se lançait à l’assaut, si tout le monde atteignait le même niveau de folie ou de courage, les deux étant difficiles à discerner en cette situation.

Tout le monde était tendu, sur la défensive. Les ambassadeurs de l’élite ne manquaient pas à cette règle et depuis la défense impeccable de Nagisa et le coup de feu de son acolyte, Olivia craignait réellement pour la sécurité de chacun. Valareth tenait toujours fermement son arme, et il semblait viser quelqu’un. Il n’aurait pas l’audace de faire ça, n’est-ce pas ? Tuer de sang-froid une personne de l’assemblée paraissait inconcevable, s’il le faisait, alors plus aucun retour en arrière ne serait permis. Sa cible était Lysa, la sœur de Neo, mais fort heureusement, la jeune femme qu’elle avait défendue plus tôt lui rendit la pareille, que cela soit utile ou non. Et bientôt c’est la mère de Neo qui s’interposa. Olivia serra un peu plus la main de Neo dans la sienne, faisant écho au geste du docker. L’envie ne lui manquait sûrement pas de se jeter dans cette scène pour protéger sa mère et sa sœur.

C’est fort heureusement le troisième des ambassadeurs qui calma le jeu et permit à la tension de retomber un instant. Ruthilius était sans conteste le plus ouvert et le plus noble des trois, mais malheureusement Olivia savait bien qu’à Anathorey, ils n’étaient pas nombreux comme lui. Neo adressa un sourire sûrement soulagé à la brunette, bien que rien ne soit résolu. Les envoyés de l’élite parlementaient, que faire, quand, comment ? Tout était sujet à débat, et les avis étaient pour le moins divergents. Mais alors que la discussion semblait être dans une impasse, une voix s’éleva par-dessus le brouhaha ambiant, une comtesse offrait à Nordkia les vivres de son comté, réservés normalement à l’effort de guerre. Le bruit ne fit que s’amplifier dans la foule, chacun y allant de son commentaire. Sa proposition ne sembla pas faire l’unanimité chez les ambassadeurs de l’élite, à l’exception de Ruthilius surement qui depuis le début s’était posé comme le seul vrai diplomate du groupe.

« C’est incroyable, cette femme est notre sauveuse, » commenta Marta qui avait été rejointe par la mère de Neo.

La brunette rendit son sourire au docker, baissant doucement son regard vers leurs mains toujours jointes avant de détourner un instant le regard, sans toutefois quitter ce contact. Olivia releva finalement la tête vers le jeune homme, l’air inquiet.

« Tout arrive mais … Je ne me sens pas plus rassurée. J’espère que tout ceci pourra trouver une issue positive, si chacun décide de suivre les pas de la Comtesse Adriano, alors peut-être qu’un jour … Peut-être qu’un jour, il n’y aura plus besoin de se battre *reprenant d’une voix plus basse* Ta mère est … une femme extraordinaire, enfin toute ta famille semble l’être.
- Tu as entendu ça Olivia ?! Nordkia sera peut-être sauvée ! J’ai hâte de raconter tout ceci à ta mère, quant à toi jeune homme, tu es bien un Collins, t’interposer ainsi pour prendre la défense d’Olivia. Tu as le tempérament de Carlyle, je suppose que tu ressembles plus à ta mère que tu ne veux bien l’avouer Oli. »

La brunette vira au rouge le plus profond en fixant sa tante, ses grands yeux ambrés baignaient dans l’incompréhension et la gêne, que voulait dire Marta par-là ? Olivia savait très bien ce qu’elle voulait dire, elle se racla discrètement la gorge avant de reprendre une posture plus digne de la situation.

« Je vous rappelle qu’il se passe des choses importantes ici … *tentant d’attirer l’attention de la comtesse* Comtesse, votre geste vous honore, la famille Keegan se joindra à vous pour aider la population de Nordkia. »

Nul doute que sa mère serait ravie d’apprendre qu’elle avait promis une partie des vivres de la maison à la cité des Dockers, sans la consulter au préalable. D’un autre côté, les Docks étaient un peu sa maison, leur maison, alors Daniella comprendrait sûrement. Fière de sa proposition, la jeune Keegan adressa un sourire à Neo, c’était en partie pour lui et sa famille qu’elle faisait cela.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Délicate Duchesse (Radja)


RPG
Âge : 23 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Médicaments, carnet de note et fiole de poison, une aiguille à coudre, une photo de sa famille.

MessageSujet: Re: Partie II Event - Nordkia se soulève ! [Groupe de Nordkia]   Mer 12 Aoû - 23:14



Radja n’eut pas besoin d’attendre pour entendre les dockers hurler leurs indignations. Elle se fit violence pour ne pas se boucher les oreilles alors qu’un rustre lui criait une insulte directement dans l’oreille. Elle s’attendait à ce tôlé de réaction négative, en partie parce qu’elle était quasi-certaine que les dockers prendraient mal la remarque, mais certains noms d’oiseaux fusèrent si fort et ils furent si désobligeant qu’ils firent rougir l’ancienne duchesse de fureur. Comment osait-il la nommer ainsi, alors qu’il y avait quelques mois à peine il buvait l’alcool qu’elle leur fournissait à des prix bien plus abordable. Elle n’eut cependant pas le temps de se retourné pour donner une baffe des plus légendaires à celui qui avait atteint sa fierté qu’elle se sentie perdre l’équilibre. Soudainement, l’univers semblait se basculer, le monde se renverser et Radja crus voir sa position se modifier d’elle-même.

Quand elle se rendit compte qu’elle ne se trouvait plus debout au milieu de la foule, mais au-dessus de cette dernière et, de surcroit, dans le vide elle cligna plusieurs fois des yeux avant de réalisé ce qu’il se passait réellement. Un cri lui échappa et malgré qu’elle cherchait par tous les moyens de s’agripper à quelques chose pour ralentir ou stopper sa chute, rien ne lui permit d’évité à son noble derrière de heurté de le sol avec un bruit mat. La chute était douloureuse, le fessier de la jeune femme lui était très douloureux, mais sa retenue d’ancienne Elite lui refusait de faire quelconques gestes pour soulager la douleur de son postérieur. Radja serra les dents en attendant que la douleur passe, mais elle n’eut pas le temps de prendre connaissance des nouveaux lieux dans lequelle elle se trouvait qu’une voix lui vrilla les oreilles.

- Tiens donc... Ne serait-ce pas là, cette duchesse déchue de Thalionwen ? – Radja leva les yeux vers Nagisa, dont l’épée menaçait la gorge du brun qu’elle avait percuté, dès lors qu’elle croisa ses yeux de serpent elle s’aperçue que la capuche qui protégeait son identité ne la recouvrait plus. - Chers Dockers, avez-vous entendu ce qu'a dit cette si brillante et pourtant déclassée jeune femme ? Anathorey tombera si Nordkia meurt. La richesse ne pourrait exister sans pauvreté... En d'autres termes, si je ne m'abuse, vous affirmez que c'est grâce à la cruelle précarité des habitants de cette cité que la capitale est si glorieuse. Si l'on veut qu'Anathorey vive, il vous faut donc souffrir et encaisser les caprices d'une Élite lointaine et froide...
- Quoi… Non, je … - essaya la jeune femme en le dévisageant.
- Inutile de me regarder ainsi. C'est vous-même qui avez dit tout cela. Je ne fais qu'éclairer notre auditoire...

Il était évident que Radja le foudroyait du regard, elle était outré qu’il abuse des termes qu’elle avait employé pour les retournés contre elle. Elle se maudit. Elle aurait pu maudire Nagisa pour ce qu’il venait de faire, mais a la place elle ne pouvait que s’incliné devant ce tour de force. Elle aurait fait la même chose à sa place. Ainsi, elle se blâma d’avoir parlé, d’avoir réessayé de défendre quelqu’un alors qu’elle n’était visiblement pas faite pour cela. Cela dit, le sourire narquois sur le visage de Nagisa lui donnait une violente envie de le frapper, ne serait-ce que pour lui faire avaler sa langue pour les moqueries proféré à son égards  et retirer cette expression moqueuse qui piétinait son égo.

Alors qu’elle défiait le lieutenant du regard, bien que ce dernier ne semblait pas préoccuper par la jeune femme qui se relevait, Radja remarqua un lourd silence dans l’assembler. Valareth pointait la fille aux cheveux rouges sous le regard d’une population au bord du soulèvement. Une vieille femme s’interposa entre la jeune Lysa et le représentant de l’armé, surement sa mère, mais alors que d’autre voyait là un signe de courage, un symbole d’unicité, la blanche y vie un suicide pur et simple. Comme si une vieille femme affamée allait arrêter un homme surentrainé. Alors qu’elle allait détourner les yeux pour s’épargner ce massacre, Ruthilius interviens et dès lors un grand soupir de soulagement se fit entendre parmi les dockers. Elle commençait à se prendre d’affection pour ce petit homme, qui malgré ses associés près à abattre la moitié des docks à grand coup de canon, gardait un sang-froid exemplaire et faisait tout son possible pour se faire entendre. Elle émit un petit sourire devant sa réaction, mais n’eut pas le temps de savouré la mine scandalisé de Valareth qu’une élégante damoiselle fit son entré.

Elle était belle, très belle, trop belle, et son titre de comtesse n’étonna guère Radja qui avait appris depuis son enfance à reconnaitre ses compères, cependant elle fut aussi surprise qu’un autre d’entendre la proposition de la comtesse Adriano. Pourtant, alors que des milliers de sourires se mirent à illuminé les visages des dockers, celui de Radja sombra dans l’incompréhension. Elle ne comprenait pas pourquoi elle faisait cela, pourquoi c’était elle qu’on acclamait et pas elle qui s’était donner tant de mal pour les sauvés. Radja fut prise d’une terrible jalousie à l’égard de la comtesse, une colère si noir qu’elle mit à se mordre les lèvres et à serrer les poings si fort que ses phalanges en devinrent blanches tellement elle prit sur elle pour ne rien dire. Les docks étaient heureux et c’est tout ce qu’il devait compter. Mais une autre criait que sa famille soutiendrait les docks, puis d’autres la suivièrent. Les Keegans, les Rosenfelt, les Italarent, toutes les familles de nobles présent se mirent à soutenir les docks et Radja, de sa petite place, n’y croyait pas ses yeux. Et elle alors ?

Baissant les yeux vers ses mains couvertes de terre et de boue, elle réalisa qu’ils se moquaient bien d’elle, car elle n’avait plus rien à voir avec eux. Elle n’était plus duchesse, elle n’avait plus d’argent, ni de vivre, alors on se moquait bien de son devenir…

Effondré par cette réalité qu’elle refusait de voir, l’ancienne duchesse serra les dents pour bloquer les injures qu’elle réservait à la sauveuse des docks. Elle la détestait, elle et son argent. Jetant un regard à Nagisa dont la lame aurait pu trancher la gorge de cet imbécile si facilement, elle ne put retenir une expression de profonde colère à ses égards avant de lui tourner le dos, se demandant pourquoi les chiens de gardes de Faust étaient-ils si idiot. Radja se dirigea vers la foule euphorique, cherchant un moyen de retourner chez elle et de disparaitre.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


World Mistress (MN)


RPG
Âge : [A]^(-1)=(1/det[A]) comt(A)
Groupe:
Inventaire: Ce qui est à toi est à moi ~

MessageSujet: Re: Partie II Event - Nordkia se soulève ! [Groupe de Nordkia]   Dim 6 Sep - 19:31



Partie II – Nordkia se soulève !

Nouveau départ

L'annonce de la comtesse Adriano souleva des clameurs étonnées. La foule autour d'elle, devant sa classe et son rang, ne comprit pas immédiatement pourquoi une noble agissait ainsi dans les intérêts de Nordkia. Une comtesse n'avait aucun avantage à retirer d'une collaboration avec les Dockers. Leur seule richesse était leur immense savoir-faire, ce dont une personne de la classe supérieure n'avait que faire.
Adriano ne baissait pas la tête devant le regard foudroyant des deux colonels. Elle les toisait fièrement, ces militaires corrompus, en levant le menton droit au dessus de la population qu'elle avait décidé de soutenir en dépit de tout. Inébranlable, la comtesse avait exposé publiquement ses intentions, et n'entendait pas changer une virgule de ses projets, n'en déplaise à autrui. Bientôt, les Dockers acclamèrent son initiative, ils scandèrent son nom sur des slogans d'espoirs et de joie. Après des semaines passées dans la misère et la maladie, un pas fait par un noble vers eux, une main tendue était synonyme de renouveau. A Nordkia, chacun savait que la richesse d'un seul comté pouvait permettre à une cinquantaine de familles de Dockers de vivre confortablement jusqu'à la dernière génération. Le geste de la comtesse Adriano était tout à fait symbolique pour eux.

Mais celle-ci était loin d'être la seule noble présente au rassemblement sur les Docks. Bientôt, d'autres personnes de la haute société dévoilèrent leur présence au grand jour, et agirent dans le même sens que la jeune femme. Un homme d'âge mûr se leva à son tour, au beau milieu d'un amas de personnes rassemblées sur une plateforme mobile près de la corniche où se trouvait Adriano. Il se coiffa du chapeau haut-de-forme qu'il avait pudiquement gardé à la main depuis le début des événements, et parla d'une voix forte : « Lady Adriano agit selon le bon sens même. Je suis le comte de Stonage. Je vais également faire don de mes biens guerriers à la Cité de Nordkia ! ». Sans laisser le temps à la foule de réaliser ce que le comte venait de dire, une jeune femme à l'opposé des Docks grimpa sur les épaules d'un aimable mineur heureux de rendre service, et clama elle aussi ses fous projets : « Je suis la Duchesse de Maryland et moi aussi j'ai décidé d'aider la capitale du désert ! »

D'autres grands noms se firent connaître : Hausen, Sheffield, Jenkins, McAllister, Gavinel, Hawkins, Culligan, entre autres noms riches et célèbres, brillant comme des pierres précieuses sur la couronne de la fière Anathorey. Tous se rallièrent à la cause des Dockers, tous suivirent la démarche courageuse et révolutionnaire de la comtesse Adriano. A présent, le doute n'était plus permis et la situation était claire comme de l'eau de roche : l’Élite faisait corps avec les Dockers face aux Princes. Avec ce soutien précieux, Nordkia saurait se redresser en attendant la fin de la guerre.

Nagisa et Valareth, qui s'étaient retrouvés sur l'estrade, jetèrent à la population en liesse des regards incrédules. Comment était-ce possible, des Dockers acclamant des nobles qui se souciaient brusquement du sort de leurs confrères du petit peuple ? Quelle mouche avait donc piqué ces nobles, ces membres de la haute société que rien d'autre que les ordres des Princes n'atteignait d'ordinaire ? Pourquoi cet élan de charité ? N'avaient-ils aucune dignité, aucune morale ? Désobéir ainsi aux ordres des Princes était un outrage intolérable. Nagisa leva les yeux vers la comtesse Adriano, qui lui adressa un signe de tête entendu, agrémenté d'un sourire satisfait qui agaça profondément le militaire. Un juron sortit de ses lèvres pincées. Il serra le poing, dépassé par la situation. Il ignorait ce qu'il devait faire face à la foule en délire. A présent, les Dockers étaient persuadés d'être sauvés grâce aux élans d'une noblesse bien plus nombreuse en ces lieux que ce que l'on aurait jamais pu imaginer... le convoi n'avait sans doute plus raison d'être. Mais il était hors de question pour l'orgueilleux Nagisa de reculer face à cet obstacle et de rentrer la queue entre les jambes. La Princesse voudrait entendre que Nordkia a été remise à sa place, un échec serait synonyme de mort pour eux s'ils s'en allaient maintenant... Ce qui n'était pas envisageable.

Valareth éclata de rire, d'un air sinistre et menaçant. « Pour qui vous prenez-vous, nobles de l’Élite ? Vous avez peut-être de l'argent et du pouvoir, mais vous n'en demeurez pas moins soumis aux ordres de nos Princes et à ceux de l'état major. Vous ne pourrez empêcher sa majesté Faust d'enrôler de nouveaux soldats, tout comme vous ne pouvez vous opposer aux décisions de son altesse Ulhtia quant à la gestion de Nordkia. Vos belles paroles ne sont que vapeurs dans cette cité ouvrière ! Dockers, n'espérez rien de ces braves titrés ! Ils ne savent pas ce qu'il en coûte de contrarier la politique de la Princesse ! »
Le colonel s'empara de son autre arme à feu accrochée à sa ceinture, et se mit à tirer dans les airs des balles fuyantes pour calmer un peu la foule autour de lui. « Vous n'avez pas le droit, ni le pouvoir, de vous mettre sur le chemin de notre gouvernement et de notre armée, tout nobles que vous êtes ! Vous qui avez un rang et une situation sur vos domaines, n'êtes que de misérables insectes face à notre Princesse ! Je vous fais le serment d'éliminer tous ceux qui oseraient prêter main forte à Nordkia au détriment des directives de la Princesse ! » La joie laissa peu à peu place à la peur, à mesure que les gens écoutaient le discours de Valareth. A mesure que la peur prenait place sur leurs visages fatigués, le sourire narquois de Nagisa s'étirait. Les deux colonels étaient fiers de pouvoir rappeler qui étaient les plus forts... Les rapports de domination étaient les seules vraies lois qui régissaient leurs cœurs pourris par les idéologies des Princes.

« Un instant ! » s'écria Rutilius. Chacun reporta son attention sur cet homme, ce tout petit homme vêtu de blanc qui brillait étrangement comme une petite lueur d'espoir sur cet estrade où s'élevaient des voix menaçantes et grises. Il s'approcha des deux colonels, et parla d'une voix claire et distincte pour que tous puissent l'entendre : « Colonels Valareth et Nagisa, je vous rappelle que vous avons été mandatés par la Princesse Ulhtia pour négocier d'une trêve avec les habitants de Nordkia. Vous n'avez aucunement le droit de menacer les Dockers. »

« Vous n'êtes pas sans savoir que la Princesse Ulhtia n'exerce son pouvoir politique que sur Nordkia et ses habitants. Nous sommes aujourd'hui, en ce moment-même, les porte-paroles de son autorité. Vous venez de nous le rappeler... Mais ces personnes qui se sont exprimées tour à tour, ne sont-elles pas des membres de la noblesse ? C'est à présent à moi de vous rappeler une chose : les nobles, eux, dépendent entièrement du bon vouloir du Prince Tarion » Un murmure intrigué parcourut les Docks, tandis que Rutilius s'approcha davantage de l'avant de la scène, pour s'adresser à la foule : « En d'autres termes... Nous n'avons aucun moyen d'empêcher les clans nobles ici-présents d'agir selon ce qu'ils ont décidé. Nous, le convoi mandaté par la princesse Ulhtia, nous trouvons face à une solution proposée par les membres de la noblesse. Nous n'avons donc plus le droit de faire quoi que ce soit à Nordkia : la décision finale appartient désormais au Prince Tarion ! »

Car tel était le fonctionnement des trois Princes du conseil d'Anathorey : Faust était le chef des armées et des Chevaliers, Ulthia était en charge de Nordkia et des Dockers, et enfin, Tarion s'occupait des affaires d'Anathorey et des nobles qui la peuplaient. Comme dans la situation actuelle des nobles étaient venus se mêler du sort des Dockers, Ulhtia seule ne pouvait prendre une décision sans en aviser son frère Tarion : les princes de Nordkia et de la capitale devraient collaborer. Le convoi d'Ulhtia seule se retrouvait coincé, pour une stupide raison d'incompétence, de carence de pouvoir dû à un mandat trop restreint.

Nagisa et Valareth, impuissants, bouleversés et confus, jetèrent un regard hébété à Rutilius, qui n'avait fait qu'expliquer la vérité la plus exacte qui fut. Le jeune homme vêtu de blanc, quelque part, était soulagé que tout cela ne se termine pas en une émeute. Il leva les mains et s'adressa encore une fois à la foule : « Nobles et Dockers, nous nous chargeons d'informer les Princes de tout ce qui a été dit et fait aujourd'hui. Aucune solution ne sera prise tant que son altesse Tarion n'aura pas été mis au courant de la situation. La mission de notre convoi s'achève donc ici. Que tous les militaires venus d'Anathorey se retirent, nous nous en allons ! »

A peine avait-il prononcé ces mots qu'il tourna les talons, pour sortir de la cité. Valareth et Nagisa, furieux et outragés, durent pourtant admettre qu'il avait raison. Ils suivirent le jeune conseiller d'un pas rageur, le regard brillant d'une haine prometteuse de ce que ce conflit avec les Dockers était très loin d'être réglé. Bientôt, les Chevaliers les accompagnants suivirent à leur tour, et le convoi fut reparti pour Anathorey. Rutilius eut un discret sourire, lorsqu'il songea qu'il laissait les Dockers et les Élites ensemble, fermement décidés à collaborer et à faire corps face à une guerre que le peuple entier trouvait injuste. Ils seraient les maîtres de leur sort pour un petit moment, d'ici à ce que les Princes soient en mesure de gérer ce nouveau problème... Cette guerre n'en aurait plus pour très longtemps.

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Petite pinocchio (Anya P.)


RPG
Âge : 22
Groupe: Docker
Inventaire: Du matériel à marionnettes, des fils et l'aiguille

MessageSujet: Re: Partie II Event - Nordkia se soulève ! [Groupe de Nordkia]   Mar 8 Sep - 23:55

C’était assez admirable d’observer l’échange de regards entre la comtesse et les deux colonels. Cette superbe femme aux formes généreuses semblait se moquer intérieurement, le menton levé vers leurs visages crispés. Jamais je n’avais assisté à un échange aussi silencieux et pourtant si tendu. Si le temps pouvait l’imager, je crois que cela ressemblerait à un ciel sombre déferlant d’éclairs s’abattant avec fracas de chaque côté de ce duel mental. Mais bientôt la tension fut à son comble, lorsqu'alors un homme s’adressant à la comtesse Adriano déclara " Lady Adriano agit selon le bon sens même. Je suis le comte de Stonage. Je vais également faire don de mes biens guerriers à la Cité de Nordkia ! La foule ne put s’empêcher de crier de surprise, moi je ne parvenais même plus à exprimer le moindre son. Que se passait-il ? C’était plausible que cette comtesse veuille nous aider, mais d’autres ? Les autres Élites nous soutenaient-ils aussi ? Un homme à côté de moi fronça les sourcils perturbés, les yeux vaguant de la comtesse à ce nouvel inconnu. Ses grosses mains noires de crasse tremblaient un peu, contractant ses doigts comme pour se défendre. Une vieille femme à cette déclaration inattendue ria nerveusement. Était-ce bien ce qu’ils croyaient ? je remarquai une autre se hisser au-dessus du grouillement, tenu par un mineur et déclara « Je suis la Duchesse de Maryland et moi aussi j'ai décidé d'aider la capitale du désert ! » . De nouveaux cris de stupeur. Les Dockers s’agitèrent une fois de plus. Puis, comme ayant allumé une mèche, une lumière d’espoir, ce ne fut pas un, ni deux nobles, mais une dizaine, émergeant, s’adressant à la comtesse qu’ils allaient suivre son mouvement. Et puis un autre nom, encore un autre, encore un, cela n’en finissait plus. Tous les Élites semblaient tourner dos à la politique des Princes, faisant don de leurs terres. Pour moi, ce fut comme un miracle, ils avaient l’air de posséder tant. Tant, si bien que je n’arriver à mesurer ce que cela représentait. C’était une véritable révolution….Des élites aidant des pauvres miséreux comme eux …et pourtant cela ne leur apportait rien. Je fus encore plus soufflée lorsque j’entendis la brunette qui m’avait paru sympathique s’allier elle aussi à ce mouvement prodigieux, proposant également ses biens. C’était donc une Elite aussi ? Il y avait donc bel et bien des gens bons parmi eux.

Il y avait tellement de cris, d’agitation…la foule ne savait comment réagir, partagés entre le doute de cet espoir qu’ils n’avaient jamais cru voir le jour, et l’éclatement pur et simple de la joie. Alors ils criaient, criaient, et moi aussi en fin de compte. Une voisine que je reconnus était figée, le regard vide et cernée, laissant couler des larmes. Je crois que je pleurais un peu aussi, sans le vouloir. Quel miracle ! Ils allaient donc enfin cesser de mourir de faim, ils allaient pouvoir survivre ! J’eus la sensation de respirer à nouveau. Je jetai un regard vers le convoi. En observant la foule, on voyait clairement que plus personne ne leur prêtait attention, et pour cause ! Si leur but avait été de les écraser et d’essayer des refus, leur plan avait échoué. La situation leur échappait. L’un deux remuait les lèvres dans le vide, je ne pouvais pas entendre ce qu’il disait, mais vu sa tête, ça ne devait surement pas être très plaisant aux oreilles. Je fus saisi d’une peur soudaine .Préparaient ils un mauvais coup ?

« Pour qui vous prenez-vous, nobles de l’Élite ? Vous avez peut-être de l'argent et du pouvoir, mais vous n'en demeurez pas moins soumis aux ordres de nos Princes et à ceux de l'état major. Vous ne pourrez empêcher sa majesté Faust d'enrôler de nouveaux soldats, tout comme vous ne pouvez vous opposer aux décisions de son altesse Ulhtia quant à la gestion de Nordkia. Vos belles paroles ne sont que vapeurs dans cette cité ouvrière ! Dockers, n'espérez rien de ces braves titrés ! Ils ne savent pas ce qu'il en coûte de contrarier la politique de la Princesse ! »

Ce qu’il m’énervait ce type ! Il ne pouvait pas s’empêcher de montrer sa satanée langue fourchue ! Il tira deux coups de feu et je me bouchai les oreilles. Les coups me faisaient toujours un effet terrible, mes jambes tremblèrent, je ne me sentais pas très bien. Les plus proches en l’écoutant baissèrent leurs cris de hourra, un peu pâles. Et moi aussi. Je sentis une brulure de rage et de peur au fond de ma gorge. Avait-il raison ? C’était sans espoir à cause du pouvoir des Princes ? Ils étaient toujours pieds et poings liés ? Mais bon sang ! En quoi cela posait problème ? S’ils leur donnaient des biens de leur propre gré en quoi cela les dérangeait? Ce salot ne voulait pas qu’on s’en sorte. Il n’aimait pas perdre la face ! Il ajouta de son abominable bouche qu’ils n’avaient aucun espoir car même les nobles n’étaient rien face aux armées et à la princesse. Mais pourquoi ? Pourquoi ne voulait-il pas les laisser tranquilles ? Pourquoi vouloir tuer leurs espoirs ? Et il en riait ce monstre. Ce ne fut plus qu’a nouveau que des visages angoissés et dépités, rageant de leur pitoyable sort. Personne ne pouvait les aider, c’était si injuste !
Mais alors que je croyais que tout était fini, le troisième envoyé s’exprima.

« Attendez ». La foule penaude se tourna vers lui, fatigué d’avance de ce qu’il allait dire. Je fus un peu moins fataliste. Je l’avais déjà remarqué. Il était différent…Ses précédentes interventions m’avaient marquées. Il ne semblait pas partager le même avis. Il eut l’air fâché et rappela aux colonels qu’ils n’avaient aucun droit de nous menacer. Il expliqua ainsi que les nobles ne dépendaient que du Prince Tarion et qu’il n’était pas concerné dans leur mission. Je fus étonnée. Je ne connaissais pas vraiment l’organisation de ce beau monde…Donc la Princesse n’avait pas de pouvoir sur les nobles ? Elle était donc bloquée? Cet étrange envoyé rayonnant d’une lumière blanche conclut qu’il n’y avait plus rien à faire, puisque la décision reviendrait à Tarion. Ils n’avaient donc bel et bien aucun moyen d’empêcher les nobles de faire don de leurs biens. Je vis que je n’étais pas la seule à ignorer le fonctionnement. Beaucoup l’écoutaient à la fois abasourdis et soulagés. Les deux vicieux colonels furent de nouveau ébranlés, ne répondant plus. Cela devait être vrai, donc. Enfin ils fermaient leur clapet ! Cet envoyé avait rallumé leur lueur d’espoir et il s’adressa à nous une nouvelle fois pour déclarer que leur mission était terminée et que l’armée et le convoi retournaient vers les Princes les informer de la situation et que rien ne serait fait sans la décision de Tarion. L’air rageur, ils le suivirent, les soldats également, et bientôt le convoi disparut totalement.

Il y eut un silence, puis un gigantesque hourra, d’acclamations et de larmes, d’embrassades et le nom de la comtesse scandé à s’en arracher les poumons. Les hurlements étaient tels qu’ils devaient retentir dans toute la cité blanche. Chacun se rassemblèrent autour des Elites courageux et jetèrent des fleurs, rubans trouvés ici et là.

-VIVE LES ELITES ! VIVE LA COMTESSE ADRIANO ! HOURRA !

Quelle écrasante foule hurlant jusqu’à s’évanouir. Quelle joie ! Quel miracle ! Jamais je n’avais vécu ça de ma vie. Jamais je n’aurais cru ça d’une Elite. Des centaines s’évertuaient à grimper sur les toits pour déployer des banderoles, malgré leur air fatigué et leur peau décharnée. Peu importe la faim. Maintenant j’avais quelque chose en quoi croire. Peu importe le prince Tarion. La princesse ne pourrait rien et cela leur laisser du temps pour rêver. Oui, rêver…C’était si précieux... comme de l’or entre les doigts. J’observais la foule si pleine d’énergie. J’avais un autre rêve. Etre normale, aux côtés de mon père partageant cette joie. Je pouvais participer bien sûr aux festivités qui allaient suivre, mais je ne me faisais pas d’illusion. Je ne faisais pas partie d’eux. J’étais différente. Je ne vivrai qu’une joie passagère, et la solitude recommencera. Mais aujourd’hui je préférais oublier. Maintenant les dockers chercheraient à faire une grande fête en l’honneur des nobles qui sera la plus longue possible, et je voulais m’y intégrer , pour au moins danser de joie , fêter cet avènement sans précédent, et une fois que les docks sombreront dans le sommeil, je m’éclipserai discrètement dans la nuit.

j'observais le brunette et sa famille, son sauveur aux cheveux de feu et celle qui s'était bravement interposé à ma lapidation. Je leur souhaitai le meilleur et espérais un jour trouver des gens aussi bons qu'eux avec qui partager des aventures...


Résumé final ^^:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Speed Racer (Néo Collins)


RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Outils - Barre de fer téléscopique - Clés de sa Skooth

MessageSujet: Re: Partie II Event - Nordkia se soulève ! [Groupe de Nordkia]   Jeu 10 Sep - 1:17

Les paroles de la comtesse Adriano, pourtant porteuses d'espoir vers des jours meilleurs, ne semblèrent pas rassurer Olivia. Elle avait le regard inquiet, parlait d'une petite voix. Il était vrai que l'action d'une seule noble ne saurait venir à bout des malheurs d'une cité comptant plusieurs millions d'habitants. Y aurait-il un jour où l’Élite et les Dockers cesseraient de se vouer une aversion mutuelle ? C'était la question que la jeune femme semblait se poser. Neo ne savait pas quoi lui répondre, lui le petit mécanicien qui ne réfléchissait pas à ces problèmes de grande ampleur, lui qui se voilait la face depuis la mort de son père sur la situation dramatique de Nordkia... Olivia changea de sujet, affirmant que la famille Collins était formidable. Il esquissa un petit sourire.

« Surtout les filles de la famille... Merci pour elles, Oli » dit-il, touché pour ses sœurs et sa mère par le compliment de la bourgeoise. Lui, il ne se considérait pas comme quelqu'un de très recommandable. Avec son curriculum sévèrement rempli d'expériences de drague et de filles d'un soir, le Docker était plutôt enclin à se qualifier de salopard. Un petit mec insignifiant qui n'avait rien fait d'extraordinaire dans sa vie. A moins qu'aider Olivia et faire barrière de son corps ne soit considéré comme une bonne action. La seule chose dont il était fier jusqu'à maintenant, c'était d'être allé chercher son ami Tobias lorsque le camp Ünik fut rasé lors des combats de Nemoto, il y avait de cela quelques semaines. En pensant à tout cela, Neo observait Olivia d'un air mitigé, le sourire un peu pincé.

Marta arriva près d'eux en trombes. Elle qui semblait être une femme discrète et mesurée, voire un peu sévère, était euphorique. Elle croyait sincèrement que Nordkia allait être sauvée et ne boudait pas sa joie. Puis elle se tourna vers Neo et le félicita pour le courage très « Collins » dont il avait fait preuve. Le jeune homme se gratta le crâne, et en baissant les yeux, il croisa le regard de sa mère qui l'observait d'un air très ému. Il reporta son attention ailleurs, de peur de rougir. Fidèle à sa réputation de miss-sérieuse, Olivia rappela à l'ordre le petit groupe :
« Je vous rappelle qu’il se passe des choses importantes ici …  Comtesse, votre geste vous honore, la famille Keegan se joindra à vous pour aider la population de Nordkia. » Ceci ne tomba pas dans l'oreille d'un sourd. Lysa et Betty écarquillèrent les yeux comme des billes, éberluées par cette annonce soudaine et inattendue. Neo se pencha un peu vers la jeune femme d'un air un peu espiègle :
« De quoi ravir ta mère... On parie combien ? » Il avait encore le souvenir de cette femme bulldozer et débordante d'énergie, au talent inégalable pour diriger les choses. La décision d'Olivia ne serait sans doute pas une très bonne nouvelle pour elle. Mais après tout qu'importait. Tout ce que voyait le jeune homme, c'était que la petite bourgeoise fouineuse d'Anathorey se souciait du sort des habitants de Nordkia. Il passa un de ses bras autour des épaules de la jeune femme, et vint déposer un baiser sur le haut de son crâne. Jamais il  n'avait été si familier avec elle, mais c'était sa manière de la remercier pour son geste. Cette solidarité profiterait à bien des familles, peut-être même à la sienne. Olivia Keegan était définitivement « une chic fille », comme il le lui disait souvent.

Comme un écho à la voix d'Adriano et d'Olivia, un vieil homme à la toilette si soignée qu'on devinait qu'il était riche lui aussi, se manifesta à son tour. Quant il eut attiré l'attention sur lui, il déclara son intention de suivre l'exemple de la comtesse, et de faire don de ses biens de guerre à Nordkia lui aussi. Puis ce fut au tour d'une certaine Duchesse de Maryland de se faire connaître, ainsi que d'autres nobles. Alors, comme une vague prenait en force et en hauteur à mesure qu'elle déferlait vers la plage, les Élites dissimulés dans la foule se firent voir au grand jour, se dressèrent face aux militaires du convoi, et déclarèrent un à un leur intention de ne pas laisser sombrer Nordkia dans la misère.

C'était comme si à travers un ciel lourd et gris, nuageux à souhait, était soudain percé par de légers rayons de soleil, qui petit à petit de plus en plus nombreux déversaient sur le sol froid un flot de chaleur rassurante, un renouveau d'espoir pour un avenir meilleur. C'était cette lumière qui se reflétait dans les yeux brillants des Dockers. Luisants de joie, de larmes, d'espérance, de soulagement, de fatigue enfin apaisée, tous ces yeux étaient tournés vers ces nobles venus leur prêter main forte et leur assurer qu'enfin, les habitants de la cité du désert n'étaient plus seuls face à l'injuste politique des Princes. Les cœurs ternis comme la pierre étaient rassurés, réchauffés par la main qui leur était tendue par quelques uns de ceux qui étaient jusqu'à ce jour de véritables étrangers pour eux.

Le colonel Valareth tenta de faire déchanter ces réjouissances. Mais Rutilius, qui décidément était bien décidé à aider Nordkia, lui rappela ainsi qu'à Nagisa, que bien qu'ils soient tous à la cité des Dockers, la princesse Ulhita n'avait aucun pouvoir sur les nobles. Il faudrait donc faire un rapport au prince Tarion, chef de la noblesse, pour que toute décision soit prise. C'est ainsi que le convoi militaire d'Anathorey, sur ordre de Rutilius, se retira de Nordkia, laissant les Dockers et les nobles gérer pour un temps le destin qui serait le leur.
Le cri de victoire que poussa la foule à cet instant fit trembler les murs de la cité. Ils avaient gagné. Ils avaient gagné face à ces péteux d'ambassadeurs de la Princesse qui avaient tenté de les intimider et de leur faire du mal.

Neo avait peine à y croire. Et pourtant, ces événements étaient bien réels. Même les militaires avaient l'air complètement dépassés par la situation, qui avait tourné d'une manière totalement inattendue pour leurs esprits belliqueux. Le Docker observa les réactions des personnes proches de lui, outre les élans de joie et les acclamations retentissantes et glorieuses qui éclataient depuis quelques secondes. Lysa avait cessé de faire des yeux de merlan frit, et affichait une mine radieuse. Il reconnut bien sa pilote de sœur, avec son sourire satisfait qu'elle adressa à Anya, et ses mains posées sur ses hanches sous son regard déterminé et fier.

Neo lui ne laissa pas rejaillir ses sentiments aussi explicitement que les autres Dockers, il souriait tout simplement d'un air ravi. S'ils avaient l'aide des nobles et leurs donations, Tobias pourrait se rétablir rapidement de sa fracture. C'était finalement ce qui comptait le plus pour le jeune homme, que ses proches soient saufs et en bonne santé.
Il voulut parler à Olivia, et partager avec elle ce qu'il avait sur le cœur, mais Betty lui sauta soudainement au cou. Elle s'était précipitée sur lui si vite qu'il en fut déséquilibré et qu'il chuta, serré très fort par sa mère qui pleurait de joie dans ses bras. Neo émit un petit rire amusé, et leva les yeux vers sa compagne d'Anathorey. Était-elle toujours inquiète ? Il espéra sincèrement pouvoir lire sur son visage un sourire, un sourire heureux tout comme devait l'être le sien à ce moment-même.

THE EEEEEND... je me calme :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Partie II Event - Nordkia se soulève ! [Groupe de Nordkia]   Sam 12 Sep - 10:38

Elle l’avait fait, sans le moindre accord de la part de sa mère, Olivia avait proposé son aide à Nordkia, faisant écho à la promesse de la Comtesse Adriano. Neo s’était chargé de lui rappeler ce fait d’ailleurs, que sa mère serait sûrement ravie d’apprendre cet acte de bravoure. Elle grimaça légèrement avant de se dire que sa mère ne pourrait pas refuser, venant elle-même des Docks. Le docker, sûrement pour la remercier, vint passer ses bras autour de ses épaules et déposer un baiser sur le haut de son crâne. La brunette se figea sur place, soudain muette comme une carpe. Elle leva timidement ses prunelles ambrées vers le jeune homme, pour quelle autre raison que la remercier aurait-il fait cela ? Mais la situation alentour ne la laissa pas réfléchir trop longtemps, petit à petit plusieurs autres élites présents firent connaître leur présence et leur souhait d’aider Nordkia également. Le cœur d’Olivia s’emplit d’un sentiment nouveau. La jeune élite avait toujours été fière de son rang, mais son rang seulement, pas pour les actions des siens. Désormais elle pensait vraiment qu’il y avait un espoir pour leurs deux cités.

Bien entendu, Valareth ne l’entendait pas de cette oreille et s’empressa de leur rappeler qu’ils n’étaient rien face au pouvoir des Princes. Mais c’était sans compter sur Rutilus, qui rappela haut et fort le but de leur présence sur les Docks mais également la répartition des pouvoirs entre les Princes. Leur chère Ulhtia n’avait pas son mot à dire sur les actions des élites, les nobles étaient de la responsabilité de Tarion. Alors le dénouement de tout ceci reposait entre ses mains, il y aurait sûrement encore pas mal de discussions, mais l’avenir semblait bien plus clair maintenant qu’il ne l’était quelques heures auparavant.

« Je suis sûre que ton père serait fier de toi, Oli’.
- Reste à savoir ce que m’man va en penser …
- Elle sera sûrement ravie aussi, elle ne le montre pas mais ta mère est une vraie crème sous son attitude dure et droite. »

Olivia haussa les épaules en souriant, elle craignait vraiment la réaction de sa mère, pas nécessairement par rapport à l’aide à apporter, Daniella serait prête à le faire uniquement pour paraître bien. Mais plutôt vis-à-vis de son comportement, Olivia aurait pu s’attirer des ennuis. Mais c’est la joie de la famille Collins à côté d’elle qui lui fit penser que cela valait bien quelques ennuis et quelques remontrances de la part de sa mère. La mère de Neo pleurait de joie dans les bras de son fils, cela avait le mérite de ne pas faire douter de ses choix. Si la comtesse ne s’était pas dressée dans la foule, Olivia n’aurait sûrement pas lancé le pas, mais elle était contente d’avoir suivi le mouvement. Elle adressa un sourire au docker avant que sa tante de vienne la prendre par les épaules, la pressant contre elle en lui répétant combien elle était heureuse d’avoir retrouvé cette famille perdue et combien elle était fière de pouvoir dire que sa nièce était une élite au grand cœur.

L’avenir semblait meilleur, mais il restait impossible de savoir ce qu’apporterait les semaines ou les mois à venir. Olivia, elle, était persuadée qu’elle passerait encore pas mal de temps à Nordkia, après tout elle avait proposé son aide, pas seulement financière, aux Dockers.
Résuméééééé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Délicate Duchesse (Radja)


RPG
Âge : 23 ans
Groupe: Docker
Inventaire: Médicaments, carnet de note et fiole de poison, une aiguille à coudre, une photo de sa famille.

MessageSujet: Re: Partie II Event - Nordkia se soulève ! [Groupe de Nordkia]   Dim 13 Sep - 11:48


Les douces paroles de la comtesse avait donné assez de courage aux autres familles pour que celle-ci face entendre leurs voix. Partout dans la foule, des mains se levaient, des déclarations étaient faites et des cris de joies étaient poussés. Radja en avait la nausée. Comment cette pauvre femme, une simple comtesse, rien que cela, osait se dresser au-dessus de tous et s’attiré la sympathie des gens alors qu’elle-même n’y était pas arrivé.

L’ancienne duchesse était tellement jalouse de Lady qu’elle aurait souhaité que Nagisa la morde avec toute la hargne dont il était capable et qu’il laisse coulé son venin dans ses veines, la faisant mourir devant les yeux désabusés de tout Nordkia. Elle devait avoir recourt à tout son sang-froid pour ne pas hurler, éclaté en sanglots ou frapper les gens qu’elle essayait en vains d’écarté de son chemin. Elle n’avait parcourue que quelques mètres depuis qu’elle avait entrepris de quitter les lieux du conflit et elle ne savait pas si elle arriverait à rentrer chez elle sans perdre l’audition tellement les Dockers laissait entre leurs joies.

Viens un moment où même si Radja poussait les Dockers de toute ses forces, elle n’aurait pu réussir à les faires se déplacer d’un pouce. Nagisa, dans sa rage, énonçait un discours qui figeait ses miséreux sur place. La terreur flottait tel un brouillard toxique autour de Radja, mais elle se moquait bien de cette peine, de cette peur qui érodait l’espoir de ses gens qui ne lui vouait aucune reconnaissance. Elle voulait que cette comtesse de pacotille perde, qu’elle tombe à genoux une balle dans le front. Que Nagisa cède à ses pulsions lui était bien égale.

Mais rien de tout ce qu’elle souhaitait ne s’accomplit. Heureusement pour la foule, Rutilius intervins en déclarant haut et fort que ce conflit ne concernait plus uniquement la Princesse Ulhtia. Bloquer contre les corps massif des Docker, la blanche était contrainte d’écouté la voix du jeune homme. La rage lui brulait l’estomac, pourquoi fallait-il que cet homme sauve la vie de cette affreuse bonne femme ? Pourquoi Nagisa n’avait-il pas réussit à faire plier les Docks ? Tous les principes de la jeune femme n’était plus, elle ne souhaitait plus qu’une seule chose : Voir la comtesse Adriano tomber, comme elle l’avait fait et voir son si beau visage recouvert par la boue de la honte.

- Nobles et Dockers, nous nous chargeons d'informer les Princes de tout ce qui a été dit et fait aujourd'hui. Aucune solution ne sera prise tant que son altesse Tarion n'aura pas été mis au courant de la situation. La mission de notre convoi s'achève donc ici. Que tous les militaires venus d'Anathorey se retirent, nous nous en allons !

A ses mots, le convoi et les troupes militaires qui furent présent dans Nordkia se mirent en marche vers Anathorey. Alors que les réjouissances reprenant de plus belle, Radja écarta les derniers Dockers qui la séparait des rues sombres de Nordkia et s’y enfonça avec empressement. Des larmes de rage coulèrent sur le long de ses joues et ses yeux emplie de haine foudroyait cette obscurité à l’image de cette détestable comtesse qui avait réussi là où elle avait échoué. Courant au travers des rues de Nordkia, le cœur de Radja se retrouva acculé par un monstre de jalousie qui la dévorait lentement et la pousserait, probablement, à commettre des actes irréversible.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Partie II Event - Nordkia se soulève ! [Groupe de Nordkia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Partie II Event - Nordkia se soulève ! [Groupe de Nordkia]
» Partie II Event - La forêt se meurt [Groupe de Nemoto] FIN
» [Event] Gehenna Battle - Premier Groupe d'Attaque !
» [Terminé] Event- Les Landes Rocheuses (Groupe n°5)
» EVENT CITIZEN ✖ Camping : groupe du montage des tentes
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins ::  Urban City  :: Nordkia-