N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Autobronzant et trafic de corps. [QUÊTE SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: Autobronzant et trafic de corps. [QUÊTE SOLO]   Mar 11 Aoû - 21:09


Les orphelins du No Man's Land.

Le soleil approchait de son zénith, s’élevant dans l'immensité azuré qui surplombait le Dernier Paradis. Diya entra dans la pièce qui lui servait de chambre avec Merybel et délaissa sa tenue décontractée pour une robe simple aussi sombre que les nuits d'hiver, qui descendait jusqu'à ses genoux, sur laquelle elle passa un tablier d'un blanc immaculé brodé de dentelle. L'heure du dîner arrivait à grand pas et elle devait aider la jeune Unik à dresser le couvert dans la salle à manger avant que la cuisinière n'ai finit les préparations. Il n'y avait que peu de clients, l'auberge venait juste de rouvrir après tout, mais la demoiselle tenait à ce que les client bénéficient des meilleurs services. Elle devait faire parler de l'établissement afin de pouvoir continuer à lever des fonds pour le rénover. Nouant ses longs cheveux anisé d'un ruban ivoire la jeune femme se pressa de quitter la pièce et de rejoindre la salle à manger, accolée aux cuisines, où Merybel s'affairait déjà. La demoiselle aux yeux dorés la salua d'un grand sourire et les deux femmes discutèrent tout en dressant les trois tables qui allaient être utilisées. Il y avait actuellement un couple, une femme âgée et une famille avec un enfant logeant au Dernier Paradis et tous appréciaient la sérénité du lieu tout autant que ses propriétaires. 

La vieille femme, une Hybrid, était venue se ressourcer dans le cadre paisible de l'auberge, la famille, elle aussi composée d'Hybrid était chaleureuse et calme et participait activement au discussion qui animait la demeure. Quand au couple, c’était le contre exemple même de la banalité. Le jeune homme était un paria qui passait le plus clair de son temps a la Cité Neutre et la demoiselle une I.A. qui s’était échappée d'Anathorey. Diya avait surprit une de leur conversation et leur avait garantit qu'elle ne chercherait pas à leur nuire quand elle avait vu l’anxiété sur leur visages. L'ambiance était plutôt chaleureuse, les tables avaient fini par se rapprocher et les clients mangeaient presque tous ensemble à présent. Les deux employées servirent tout le monde d'un excellent ragoût de poisson frais pêché le matin même par Mathias qui s'attelait à apprendre à chasser et cultiver le carré de terrain se trouvant derrière l’hôtel sur demande de sa jumelle. Merybel passait le plus clair de son temps à fleurir l'avant de la bâtisses de toutes sortes de corolles plus colorées et exotiques les unes que les autres. La Qantik lui ramenait souvent des graines de ses promenades et voyages, cela lui faisait plaisir de voir la jeune fille sourire après tout ce qu'elle avait traversé. Tandis que Diya discutait avec la cuisinière recrutée récemment et dont le talent était inégalé, un éclat de voix lui parvint. La demoiselle se dirigea vers la table de convives afin de voir si tout se passait bien. La petit femme aux dos courbé et au visage marqués par l'âge semblait outrée et un silence interloqué régnait dans la pièce, à peine rompu par le bruit de la fourchette de l'enfant effleurant la porcelaine de son assiette.

"Mais enfin, puisque je vous dis que ce n'est pas qu'une rumeur infondée ! Ils ont trouvés des cadavres ! Des rangées de cerceuils enfouis dans le sable ! Ils ne sortaient pas de nulle part tout de même !"

La Qantik se tenait debout, les poings serrés et tous son être exprimait de la colère. Merybel arriva à cet instant pour débarrasser la table et lui lança un regard interrogatif qui fut rapidement rassuré d'un sourire, la situation ne semblait pas trop grave. Toutefois entendre les mots cadavres, cercueils, et sable dans la même phrase la poussa à se mêler de la discutions. Profitant de remplir les verres de chacun et de rassembler les plats vides la jeune Cyborg demanda, faussement désintéressée :

" De quoi parlez vous ? Si ce n'est pas indiscret."

Le père de l'enfant répondit, gêné d'avoir à parler après ce silence, son regard resté fixé sur la part de gâteau que Merybel venait de poser devant lui :

"Vous n'êtes pas au courant ? ..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Autobronzant et trafic de corps. [QUÊTE SOLO]   Mar 11 Aoû - 23:48


A voir le visage contrarié de l'homme, l'histoire ne devait rien avoir de romantique, ni même d'agréable. Diya fronça les sourcils, son regard alla de la tristesse de l'Hybrid à la colère de la Quantik. Quelque chose la contrariait, il y avait un étrange malaise à la table. L'I.A. ne put se retenir, venimeuse, vexée :

" Ce sauvage pense que ce sont les Qantiks vivant à la Cité Neutre qui pratiquent ces massacres, mais il oublie que ce sont mes semblables qui recueillent ces pauvres gosses affamée, si affaibli qu'ils arrivent à peine à marcher, alors qu'ils sortent de nul part !"

La Cyborg posa une main sur l'épaule de la jeune femme, elle ne tolérait pas ce genre de propos, cela faisait partie de la charte. Cette dernière s'excusa et se rassit, honteuse de s'être emportée. Il pesait sur la tablée un silence lourd, même l'enfant avait cessé de manger sa part de dessert et observait les adultes avec de grands yeux. Il ne devait rien comprendre. Diya chercha à obtenir plus d'informations, le peu qu'elle avait entendu ne suffisait pas a comprendre de quoi il était question. 

" De quoi s'agit il exactement ?"

L'Hybrid pris la parole, lui révélant les détails qui lui manquaient alors que sa femme serrait sa main, inquiète :

" Cela fait quelques temps que l'on retrouve des cadavres d'enfants dans le Sidhe. Certains ont même découvert des tombeaux avec des ossements entassés, comme s'il ne s'agissait de rien de plus que du bétail... Apparemment des survivants auraient été recueillit à la Cité Neutre. Personnes ne savent d'où ils viennent ni ce qu'ils font là, ils errent à travers le désert comme s'il n'avait plus de raison de vivre. La plupart de ceux qui sont ont été recueilli la bas sont dans un sale état c'est tout ce que je sais."

La situation devenait plus claire, le mystère était toutefois entier. Comment de jeunes Ohms s’étaient ils retrouvés la bas ? Qu'y faisaient ils ? Un mauvais pressentiments emplis la demoiselle. Incapable de résister à cet appel la Qantik se tourna vers Merybel et lui demanda doucement :

" Tu arriveras à t'occuper du Dernier Paradis sans moi quelques temps ?"

La jeune Elite lui renvoya son sourire, elle connaissait le gout que Diya avait pour l'aventure, tournant la tête vers l'I.A. elle déclara :

" Je devrais réussir à gérer ce petit monde, maintenant que nous avons Kansy derrière les fourneaux ça m'enlève une charge de travail considérable. Ne t'inquiète pas pour nous. Emmène Mathias avec toi, ça ne lui fera pas de mal de se défouler. Je sais qu'il s’ennuie ici."

Diya hocha la tête et se tourna vers ses clients avant de lancer d'un ton polie et désolé :

" Pardonnez moi d'avoir interrompue le bon déroulement de votre repas, je vous souhaites un excellent séjour au Dernier Paradis."

Alors qu'elle allait quitter la salle à manger L'I.A. intervint une nouvelle fois et la Cyborg prit le temps de l'observer. De longs cheveux blonds ondulés, de grands yeux océaniques, une taille fine et des vêtements de qualité. Il était certain qu'elle ne venait pas de la Cité Neutre, c’était surement par compassion pour son compagnon qu'elle s’était ainsi défendue. Cessant de la dévisager la jeune femme écouta ce qu'elle avait à dire.

" Laissez moi vous accompagner. Je ne connais pas beaucoup l'endroit mais je pourrais surement me rendre utile."

Portant un regard sous entendu à l'Hybrid la blonde ajouta :

" Je veux prouver à tous le monde que ce ne sont pas les Qantiks qui sont derrière tous ça."

Ce fut à son compagnon de répliquer :

" Je ne te laisserais pas y aller sans moi. J'ai des contacts la bas, ça nous sera surement utile."

Diya hocha la tête, un peu d'aide ne pourrait pas lui faire de mal, le désert était suffisamment grand et dangereux pour qu'y aller en sous nombre soit stupide et irréfléchi. D'une voix posée mais envisageant déjà chaque détails de leur voyages la Cyborg lâcha :

" Nous partirons à la tombée de la nuit, ainsi le voyage sera moins pénible. Assurez vous de n'emporter que le stricte nécessaire, ce ne sera surement pas une ballade de santé et je ne veux pas être ralentie en cas de danger."

Merybel allégea l'atmosphère, balançant avec son trait d'humour si particulier :

" N’oubliez pas que le Dernier Paradis ne se porte pas garant de cette activité."

Sans attendre d'avantage la demoiselle quitta la pièce. Elle avait beaucoup à faire avant que l'astre de feu ne disparaisse derrière l'horizon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Autobronzant et trafic de corps. [QUÊTE SOLO]   Mar 8 Sep - 14:32


Voyager de nuit n’était pas de tout repos, le Sidhe regorgeait de dangers, aussi invisibles que meurtriers et ces derniers n’étaient pas à prendre à la légère. Toutefois la chaleur pesante en journée serait amoindrie par l'absence de l'astre de feu. Cela leur permettrait d'avancer plus rapidement sans que les rayons brûlant ne les accablent et mettent à mal leur corps fragiles d'Ohms. Une fois que son bagage fut bouclé et qu'elle eut équipé une tenue faite pour le voyage et la chaleur composée d'un pantalon en coton marron et d'une tunique beige maintenue à la taille par un ceinturon de cuir a large boucle, elle gagna l'entrée. Ses longs cheveux avaient été rassemblé en un chignon maintenu d'un lacet par les doigts habiles de Merybel qui la prit dans ses bras en lui demandant d'être prudente et de veiller sur son idiot de frère, comme elle avait dit. D'un dernier geste de la main la demoiselle annonça le départ et prit la tête du groupe. Sur le chemin allant de l'auberge à la frontière entre le désert et la Sylva la jeune femme apprit que le Paria s’appelait Ewos et l'I.A. Lise, cette dernière s'était échappée d'Anathorey, fuyant son ancien maître qui la battait et avait rencontré son compagnon à la Cité Neutre il y avait peu de temps. Cela avait été le coup de foudre entre eux, si bien qu'ils ne se quittaient plus, décidant ensemble de leur destinations et de tous ce qui les concernaient directement ou indirectement. Diya les admirait presque, aurait elle été capable de partager ainsi l'avis d'un autre en toute circonstance ? La question lui demeura sans réponse. 

Le vent qui balayait le sable ocre du Sidhe faisait voleter leurs capes. Tel des ombres ils se glissaient furtivement et sans bruits dans l'étendue aride. Ewos, qui avait prit la tête, laissant Diya surveiller les arrière et tenir compagnie à Lise qui était la moins rapide du convois, leva soudain la main en s'arrêtant. Aussitôt les quatre jeunes gens s'accroupirent, se dissimulant du mieux qu'ils pouvaient dans le renfoncement rocheux d'un massif. Un grognement retentit non loin, rapidement suivit de bruits similaires de nuances plus graves ou aiguës. La main de l'I.A. agrippa un pan de la cape de la Cyborg, qui, derrière le Paria, ne parvenait absolument pas à distinguer ce dont il s'agissait. Sa voix inquiète finit par leur parvenir, nouée :

" Une meute de Slaroth, nous devons être sur leur territoire ... il va falloir attendre qu'ils décident de s’éloigner, même contre quatre de ces créatures nous n'aurions aucune chance ... Alors contre six ce n'est même pas la peine d'y penser. Ce serait suicidaire"

Lise se tendit d'avantage, s'effaçant du mieux qu'elle pouvait contre la pierre tiède dont la couleur rappelait le paysage désertique. Un monde entier d'ocre et d'or délavé rongé par le temps. Il fallut plus de deux heures pour que les monstres nés des Scientifiques décident de délaisser le lieu pour repartir à l'assaut des dunes. Durant ce laps de temps Ewos leur avait expliqué l'origine de ces créatures, du but de leur existence jusqu'à la façon dont ils s’étaient retrouvés libre après qu'on eut comprit que personne ne réussirait à les dompter. Le groupe reprit son chemin, plus prudent désormais. Les astres qui par milliers illuminaient le ciel pur du Sidhe guidaient leur route vers l'ancienne capitale Qantik. Et bientôt les tours en ruines perceraient l'horizon, les rassurants quand à la distance qui les séparaient d'un peu de repos. Diya se tourna vers Mathias qui n'avait pas dit un mot du trajet, délaissant la tête du convois où le couple murmurait. Le jeune Elite semblait tendu, d'une voix apaisante mais neutre la demoiselle lui demanda :

" Quelque chose t'inquiète ? Tu es resté isolé durant tout le trajet, muet comme une tombe !"

L'Unik soupira avant de tourner vers elle des yeux dorés voilés d'incertitude. Sa voix manquait de l'assurance que la Cyborg lui connaissait si bien quand il lui répondit :


" Je crains de déjà connaître la réponse à tous ceci. Je ne serais pas étonné de découvrir qu'il s'agit là encore d'un scientifique de mon peuple qui avait besoin de cobayes pour je ne sais quelle expérience interdite par les Princes. C'est arrivé de nombreuses fois par le passé et cela se produira de nombreuses fois encore ..."

Diya posa une main sur l'épaule de Mathias et lâcha en soupirant :

" Ne tirons pas de conclusions hâtives, même si tu avais raison il ne faut pas s'emporter. Tu n'as pas non plus à te sentir coupable de ce que ces personnes décident d'accomplir, chacun et responsable de ses actes et chacun en paiera les conséquences."

Le garnement se mit à rire doucement avant de lui donner une boutade dans l'épaule en lui lançant :

" Tu parles comme une vieille Diya !"

Il accéléra ensuite le pas et même si l’inquiétude n'avait pas quitté son regard il paraissait aller un peu mieux alors même que les murs à demi-écroulés de la Cité Neutre se montraient enfin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Autobronzant et trafic de corps. [QUÊTE SOLO]   Mer 30 Sep - 15:25


Lorsqu'ils franchirent les hauts murs, par endroit à demi-écroulés, la demoiselle se mit sur ses gardes. Elle ne connaissait pas suffisamment le lieu pour faire entièrement confiance à ses guides. Ewos les menas à travers les rues désertes où les bâtiments menaçaient de 'écrouler d'avantage à tout moment. La vision de ce lieu détruit évoquait à la demoiselle toute la haine des autres races pour les Qantiks. C’était à la fois leur ville et leur tombeau, un lieu porteur d'espoir mais aussi emplie d'une triste vérité. Jamais ils ne seraient accueilli chaleureusement nul part. Seul le vent chaud du Sidhe les poussaient vers le cœur de la ville. Le Paria leur expliqua qu'il les menait vers Ishval, une sorte de quartier bidonville où vivaient la plupart des Qantiks. Il disait avoir un contact là bas qui pourrait les informer. Mathias semblait aussi tendu que la jeune femme, prêt à sortir son arme à tout moment si quelqu'un surgissait d'une des ruelles sombres qu'ils longeaient par moment. Ils débouchèrent finalement dans un espace où les regards, tantôt curieux, tantôt vide, se tournèrent vers eux. L'endroit comportait une odeur lourde de déchets et de cadavre qui mit la Cyborg mal à l'aise, elle poursuivit cependant son chemin, marchant dans les pas du couple. Ils arrivèrent enfin devant un immeuble en mauvais état et Ewos poussa la porte blindée, pénétrant dans le lieux mal éclairé qui sentait la poussière et l'urine. 

Le petit groupe grimpa les marches menant au premier étage et le Paria ouvrit une nouvelle porte, moins épaisse, qui grinça dans ses gonds. La pièce était plus lumineuse, de vieux fauteuils trônaient dans un coin de la pièce, quelques autres meubles, sans doute récupérés ici et là dans les décombres de la ville, donnaient l'impression d'un squat. Un vieil homme sans un cheveux sur le caillou se leva de sa place et se dirigea vers eux. Lorsqu'il reconnu Ewos sont regard craintif disparu et sa main, qui avait disparu dans son dos pour chercher une arme, redevint visible. Un sourire amicale prit place sur ses traits alors qu'il prenait tour à tour le Paria et l'I.A. dans ses bras.

" Déjà de retour ? Je vous manquais les jeunes ?"

Le couple rit à sa remarque tandis que Diya et Mathias restaient derrière eux, dans l'ombre. La demoiselle venait de repérer les bouteilles d'alcool vides qui traînaient dans la pièce et l'haleine du chauve ne laissait aucun doute quand à la disparition de leur contenu. Le Paria se massa le coup en expliquant la raison de leur venue :

" A vrai dire, on ne comptait pas rentrer avant un bon mois. Nous sommes là pour enquêter sur le mystère des enfants qui sortent de nul part. Nous avons eu vent de la nouvelle et devant les accusations des autres races nous avons décidés de faire la lumière sur cette histoire."

Le visage du soûlard s'assombrit et il grommela :

" Mhoui je vois, je me doutes que les accusations se portent sur nous, ça ne m'étonnes même pas. Tous les maux du monde sont la faute des Qantiks, tout le monde le sait."

Il eut soudain l'air de remarquer la présence des deux jeunes gens en retrait et s'exclama, suspicieux :

" Mais dis moi gamin, tu me présente même pas tes amis ? D'où tu les as ramenés ceux là ?"

Lise répondit à la place de son compagnon, calmant l'attitude méfiante du vieil homme :

" Ils sont là pour nous aider, tu n'as rien à craindre d'eux. Mathias, Diya, je vous présente Garry, les yeux et les oreilles de cette ville. Quand quelque chose se passe aux alentours vous pouvez être sûr que ce monsieur détient des informations."
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Autobronzant et trafic de corps. [QUÊTE SOLO]   Mer 30 Sep - 15:52


Le vieux Qantik s'assit sur l'un des fauteuil, étendant sa jambe sur un tabouret instable. Ce n'est qu'alors que Diya remarqua que cette dernière était constituée de pièces métalliques en mauvais état. Le tout avait du être trafiqué et rafistolé avec les moyens du bord, ce dont témoignait certaines pièces comme neuve à coté de celle tâchée de rouille. Garry se servit un whisky dans un verre sale et l'avala cul sec avant de marmonner :

" Je vois, je vois, je vais vous dire ce qu'on m'a confié mais j'ai peur que ça ne vous aide pas beaucoup."

Il sortit une carte déchirée de sa poche et indiqua un point en dehors de la ville tout en commentant :

" C'est là où on a retrouvé les corps des gamins, certains n'avaient plus un gramme de chair sur les os, d'autres semblaient plus récents d'après les dires. Un des éclaireur à dit que certains étaient difforme, comme si on avait joué à remodeler leur corps. Cette petite affaire devait durer depuis un moment à l'abris des regards indiscrets."

Il pointa un autre endroit, dans l’enceinte de la Cité Neutre cette fois :

" Vous devriez vous rendre dans cette vieille usine, c'est là bas qu'on a rassemblé les gamins qu'on a pu sauver. C'est pas beau à voir de ce qu'on m'a dit mais vous jugerez par vous même. Peut être que certains des petiots sauront vous dire d'où ils viennent et ce qui leur est arrivé. Mais comptez pas trop là dessus. D'après un des gars qui aide à s'occuper d'eux ils ont plus toute leurs tête. Pauvres gamins."

Haussant les épaules, le Qantik chauve se laissa basculer en arrière, faisant grincer les ressorts mal en point du vieux fauteuil, il soupira :

" C'est tout ce que je peux vous dire, mais n'hésitez pas à passer me voir si vous avez du nouveau."

Ewos alla lui serrer la main et le remercia pour ses informations. L'échange n'avait duré qu'une quinzaine de minutes et déjà ils redescendaient les marches menant dans la rue. Le groupe s'arrêta alors, discutant des options qui s'offraient à eux, il fut décider que leur prochaine destination serait la fameuse usine où avaient été rassemblés les enfants qui avaient réussi à survivre. La chaleur pesante les étouffait et l'humeur du groupe avait atteint un point mort, laissant le silence accompagner leurs pas. Ils arrivèrent alors devant le grand bâtiment de tôles gondolée que Garry avait désigné sur son plan. La porte inexistante avait été remplacée par un rideau de tissus et la Cyborg prit les devants en voyant le couple hésiter. 

Lorsqu'elle fut entrée dans l'immense pièce la chaleur la quitta pour une fraîcheur bienfaitrice. Au même moment l'odeur de la mort la frappa, nauséabonde, et son regard chercha la provenance d'une telle puanteur. Le hangar était plongée dans une semi obscurité, rompue par les quelques trous dans le toits qui laissait la lumière du jour pénétrer et les yeux de la demoiselle s'habituèrent rapidement. Elle parvint alors à distinguer les multiples petits corps recroquevillés, tantôt couchés sur des draps et couvertures sales, tantôt assis dans des coin, se balançant d'avant en arrière les yeux perdus dans le vides. Le cœur de la Qantik se serra douloureusement devant cet horrible spectacle et elle eut envie de fuir aussi loin que possible. Mais elle ne pouvait se défiler alors qu'elle avait promis au couple de les aider à résoudre ce mystère. Une femme vêtue d'un blouse blanche vint à leur rencontre d'un pas lent. Sa chevelure ambrée flottait autour d'elle comme une corolle et son regard doux lui rappela celui de l'Anemos aux yeux de pluie. L'amour maternel et une peine dévorante y brillait intensément.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Autobronzant et trafic de corps. [QUÊTE SOLO]   Mer 30 Sep - 18:25


La femme les regarda avec méfiance, s'arrêtant juste devant eux. Sa blouse immaculée s'arrêtait sous ses genoux, lui donnant un air sérieux malgré son jeune âge. Nul doute qu'elle n'avait même pas la trentaine et déjà les cernes sous ses yeux témoignaient de nombreux problèmes. Tout en griffonnant quelque chose sur un carnet elle demanda d'une voix gracieuse :

" Je peux vous aider ?"

Lise s’agrippait au bras de son conjoint, intimidée par le lieu, mais ce fut elle qui prit la parole, timidement :

" Nous sommes venus comprendre ce qui est arrivé à ces enfants. Pourrait on les voir et discuter avec eux ? Certains se souviendront peut être de quelques détails qui nous aideront ?"

L'infirmière rangea son calepin et son stylo dans une grand poche de sa veste et ses sourcils s’arquèrent de mécontentement :

" Ce ne sont pas des bêtes de foires ! La plupart d'entre eux ont été maltraité et ne se souviennent de rien, la moindre question déplacée pourrait les faire replonger et anéantir le travail que nous avons fait depuis qu'ils sont arrivés."

Ce fut à Diya de répliquer, presque sèchement :

" Vous préférez peut être voir leur nombre doubler ? On ne va pas les torturer, simplement leur demander s'ils veulent bien nous aider. Si ce n'est pas le cas nous trouveront d'autre façon de venir à bout de cette histoire abracadabrante."

Le visage de la Qantik sembla retrouver sa chaleur et ses joues rougirent quand elle répondit, gênée :

" Je vois. Les enfants qui sont dans la partie rouge sont ceux qui vont le mieux, au pires ils s'en sortiront avec quelques mauvais souvenirs mais rien qu'ils ne puissent surmonter. Je n'ai rien pu leur faire dire mais si vous pensez qu'ils vous parleront vous pouvez toujours essayer. Faites attention s'il vous plait ... Ils restent fragiles."

La demoiselle acquiesça et dépassa l'infirmière pour se diriger vers la fameuse zone rouge. Elle ne l'avait pas remarqué avant, mais les couvertures et les vêtements des enfants recueillis avaient une couleur bien précise selon l'endroit où ils se trouvaient dans l'usine. Sans doute était ce plus simple pour les médecins de les différencier ainsi. Quatre jeunes enfants étaient assis sur un plaid d'un rouge criard, trois garçon et une fille qui serrait dans ses bras une peluche difforme. Ils décidèrent d'interroger chacun un gamin, ainsi la fillette fut assignée à la Cyborg tandis que Mathias se retrouvait avec le plus vieux des garçons. Les deux derniers restèrent avec le couple. La demoiselle se força à adopter un sourire doux et s'agenouilla devant l'enfant, cette dernière leva vers elle des yeux rose décolorés brillants de larmes et l'observa sans dire un mot. La Qantik hésita un instant sur l'approche à adopter puis commença d'une voix chaleureuse :

" Je m'appelle Diya, avec mes amis nous cherchons à savoir ce qu'ils vous est arrivés. Je sais que ça à dû être dur pour toi et les autres enfants mais nous voulons empêcher que cela se reproduise et arrêter les méchant qui vous ont enlevés, et pour ça il faut que vous nous aidiez, tu comprends ?"

Les lèvres de l'enfant tremblèrent et de nouvelles larmes vinrent dévaler ses joues. L'avait elle trop brusqué ? Diya grimaça et déclara en caressant ses cheveux délicatement :

" Je ne vais pas te faire de mal, promis, si tu ne sais rien ce n'est pas grave ne t'inquiètes pas."

Alors qu'elle se redressait la main de la fillette agrippa sa cape. La Cyborg l'observa alors d'avantage. Elle portait une jupe à plis foncée et un tee-shirt d'enfant avec un dessin enfantin d'un bordeaux profond, ses cheveux d'un cobalt sans éclat tombaient sur ses yeux en une frange désordonnée. La fillette devait avoir une dizaine d'année, peut être un peu moins mais ses yeux exprimaient tant qu'ils captivèrent instantanément l'attention de la Qantik. Elle faillit ne pas entendre le murmure qui s'échappa des lèvres pâles de l'enfant :

" Moi c'est Lilith, si je te dis ce que tu m'a demandé tu m’emmènera loin d'ici ?"


Dernière édition par Diya le Mar 13 Oct - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Autobronzant et trafic de corps. [QUÊTE SOLO]   Mer 30 Sep - 22:38


Alors elle lui fit cette promesse insensée. Elle lui promit de revenir quand tout cela serait terminé et de l'emmener dans un endroit merveilleux. C’était bien peu, la demoiselle pourrait toujours la confier à Merybel et l'enfant aurait une chance de vivre heureuse dans le Dernier Paradis, loin de la Cité en ruine et de cette ambiance lourde et silencieuse. La fillette lui dit alors tout ce qu'elle savait, le moindre détail qui remontait à ses souvenirs. Elle avait été enlevée à Anathorey par un homme qui prétendait être médecin, celui-ci avait fait des prises de sangs à plusieurs enfants et elle était certaine d'en avoir revue dans le laboratoire où ils avaient été emmenés. L'enfant se rappelait de l'odeur de souffre et la puanteur des cadavres qui s'accumulaient. Elle lui décrivit avec trop de précision les injections qui avaient transformés certains des enfants en monstres. Le jour où elle avait été balancée dans la fosse commune, le personnel la croyant morte, elle se souvenait d'avoir vu un rocher un forme de banane géante. C'est tout ce qu'elle parvint à lui dire, suite à cela la Cyborg posa un léger baiser sur son front et déclara qu'elle sauverait les enfants retenus là bas, qu'elle punirait les méchants et reviendrait la chercher. La fillette eut du mal à la laisser partir mais elle l'accepta finalement. Diya quitta l'usine et rejoignit les autres membre du groupe qui attendaient à l’extérieur. 

Le couple, Mathias et la demoiselle partagèrent leur informations. Les garçons avaient dit que le laboratoire était plein d'humidité et qu'il y faisait toujours froid, ce qui permit de le situer sous terre, dans un renfoncement rocheux, sans doute une caverne. Grace à Lilith ils savaient également que le laboratoire illégal se trouvait proche d'un gisement de soufre, ce qui était peu commun, et qu'un rocher en forme de banane se trouvait à proximité. Le plus vieux des garçons avait pu leur indiquer que cinq ou six personnes différences au minimum travaillaient dans les locaux et que ces derniers étaient surveillés par des caméras. Il avait apparemment essayer de s’échapper une fois et était parvenu à explorer l’intérieur au point de pouvoir les guider vers la salle où le vigile surveillait toute la structure. D'après lui ce n’était pas bien grand mais tout y était étroit. Sur ces information ils retournèrent voir Garry afin de consulter sa carte. Faisant coïncider les marques indiquant des mines et des gisements en tout genre avec les zones rocailleuses. Après avoir discuté longuement ils réduisirent leur destination à deux point suffisamment proche pour être vérifiés en un seul trajet. Une fois les gourdes remplies pour être sûr de ne pas manquer d'eau le groupe quitta Ishval, puis la ville en ruine, marchant dans le sable chaud qui les ralentissait.

Après un peu plus d'une heure de marche lente sous les rayons accablants de l'astre de feu ils arrivèrent enfin à l'endroit voulu. Ewos les avait guidé grâce à la carte, qu'il avait promis de ramener en bon état, et à une boussole qui ne quittait jamais son matériel. Mathias repéra sans mal le rocher en forme de banane qui dominait le lieu de sa stature. Amusé il déclara :

" C'est vrai qu'elle me donnerait presque faim cette banane !"

Le premier accès était une vieille mine qui n'avait plus servit depuis une dizaine d'années d'après Garry. Ewos se proposa pour faire une reconnaissance rapide et alluma une lampe torche avant de s'enfoncer dans les ténèbres. Les autres attendirent à l’extérieur, profitant de l'ombre rafraîchissante du gros rocher. Le Paria revint rapidement et haussa les épaules en déclarant qu'il n'y avait rien, que la galerie était bouché par des éboulements moins d'un kilomètre plus loin. Ils se dirigèrent donc vers l'autre bouche terrestre. Cette dernière était plus brut, aucune construction Originaire ne venait souiller la roche nue. Lise ne semblait pas rassurée mais le Paria réussi à la convaincre de les suivre au cœur de la terre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Autobronzant et trafic de corps. [QUÊTE SOLO]   Dim 4 Oct - 3:48


L'obscurité n'était percée que par le faisceau lumineux de la lampe du Paria et le tunnel semblait s’étrécir au fur et à mesure qu'ils descendaient sous le niveau de la surface. L'odeur de souffre, présente, obligeait le groupe à se masquer le nez et la bouche pour pouvoir respirer. Ce qui était tout sauf agréable. Après une vingtaine minute de descente dans le boyau humide et glissant ils débouchèrent sur une immense caverne creusée dans la roche. La voûte n’excédait pas les dix mètres mais sa longueur faisait bien dix fois cette unité. Posé au milieu, comme lâché là par hasard, se tenait une construction, un bâtiment d'un gris froid. Ce dernier paraissait aussi résistant qu'un tank, on ne distinguait aucune ouverture de ce coté ci. Diya fit signe à Ewos de faire le tour par la droite tandis qu'elle même prenait sur sa gauche pour contourner la masse grisâtre. Sur le pan droit du bâtiments des fenêtres munies de barreaux se dessinèrent ainsi qu'une passerelle dont l'accès était restreint par un cadenas hors d'atteinte. La Cyborg continua son chemin, étonnée qu'il n'y ai aucune caméra et aucun gardes à l’extérieur. Cela aurait il semblé trop suspect de placer des hommes pour surveiller quelque chose qui ne devrait pas exister ? Sans doute.

A l'arrière de la construction se trouvait un autre accès, une double porte renforcée à laquelle un homme endormi était appuyé. Voyant le couple de l'autre coté du bâtiment Diya décida de passer à l'offensive, elle était suffisamment proche pour pénétrer l'esprit de l'homme. Les mains invisibles enserrèrent la tête de l'homme, pulvérisant toute défense. Les gros bras étaient souvent les plus démunis face à de telles méthodes. La Cyborg n'eut aucun mal à pénétrer son esprit, elle y sema alors un ensemble d'idée, ordonna à l'homme de lui faire confiance et de lui obéir, de la considérer. Elle s'avança ensuite sous les yeux ébahis et surpris du reste du groupe et se plaça devant lui, sa voix s’éleva, douce et convaincante devant son esprit dénaturé :

" Tu peux me dire où trouver les enfants ? Oh et nous ouvrir la porte s'il te plait."

Le garde souriant fit trois grands pas et saisit les poignées de la double portes, les ouvrant rapidement il répondit, presque trop calmement :

" Suivez le couloir principal, ce sera la deuxième salle sur votre droite."

Diya fit signe au couple ainsi qu'à Mathias qui s'empressa de les rejoindre. Il fixait la Qantik qui venait de plonger l'homme dans un profond sommeil d'une simple pression de paume, à la fois impressionnée et sombre et il ne manqua pas de rapidement lui faire part de ce qui le gênait, arrogant :

" Ça doit t'amuser de leur laver le crâne comme ça. Par moment je me demande même si tu n'y prend pas un plaisir malsain."

Le regard noir de la demoiselle fut immédiat, accompagné d'une réplique cinglante :

" Je ne le fais que lorsque c'est nécessaire, mais si tu considère qu'accompagner un tel monstre est trop dur pour toi je ne te retiens pas. Choisis rapidement, je ne veux pas traîner un boulet dans cette opération."

Le jeune Unik pâlit et se tue, le visage fermé et le silence se fit. Tandis qu'ils progressaient dans le bâtiment dont le gris uniforme n’était fendu qu'ici et là de câbles, tuyaux et autres appareils clignotant la Cyborg se demanda s'ils feraient le poids face à ce qui les attendait. Elle craignait de perdre le contrôle face ces monstres qui osaient s'en prendre à des enfants. La deuxième porte de droite apparut enfin, Ewos passa devant, indiquant qu'il allait entrer en premier et la jeune femme sortit une de ses dagues, prête à agir rapidement. Le Paria appuya sur la poignée et s'engouffra d'un bond dans la pièce, suivit par la demoiselle, se retrouvant face à face avec un scientifique en blouse. Celui-ci, surpris s'apprêtait à crier, cherchant quelque chose dans sa poche mais un coup net porté par Ewos l’assomma et il s'effondra dans un bruit sourd. Mathias et Lise refermèrent la porte derrière eux et alors ils purent enfin distinguer l'état lamentable dans lequel se trouvaient les captifs et les conditions pitoyable dans lesquelles ils étaient gardés. L'odeur d'urine et de vomi mêlée à la pourriture et à cette fragrance de mort et de charogne monta à la gorge de la Qantik qui tira sur sa tunique pour masquer son nez. Lise ne semblait pas plus résistante à cette atmosphère d’horreur, agrippant à son compagnon. 

De multiples cages contenaient des enfants de tout âges et de toutes provenances. Des lésions et cicatrices barraient leur peau pâle, privée de la lumière du jour et d'une nourriture bienfaitrice qui ne leur laissait que la peau sur les os. De nombreuses paires d'yeux vides de tout éclat étaient tournés vers eux mais ne paraissaient pas les voir, pas un seul ne réagit, comme si tout espoir avait été abandonné depuis longtemps. Des cris de douleurs retentirent soudains dans le couloir, sortant Diya de cette transe malsaine et elle jeta au couple en se précipitant vers l'origine de cette souffrance :

" Occupez vous des enfants, cet homme devait avoir la clef des serrures, faites les sortir si vous le pouvez. On s'occupe de ces salauds."
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Autobronzant et trafic de corps. [QUÊTE SOLO]   Mar 13 Oct - 1:16


Diya remonta le couloir désert, fonçant à toute allure vers la source de cette douleur. Mathias la suivait de près, l'arme au poing, prêt à faire feux si quelqu'un s'imposait pour leur barrer la route. Le duo passa devant trois salles avant d'arriver devant la dernière porte. Derrière cette dernière se trouvait visiblement une pièce bien plus grande que celle dans laquelle étaient retenus les enfants. Il devait d'agir du centre de cette manigance, son cœur. Et tout le monde savait que le meilleur moyen de tuer un être était de le lui arracher. De mettre fin à ces palpitations désordonnées pour toujours. Ses doigts se resserrèrent sur la Trancheuse-de-vent et la demoiselle indiqua au jeune Unik de la couvrir. D'une simple pression sur la poignée, la salle s'offrit à la vue à la Qantik, qu'un haut le cœur prit rapidement. Elle ne savait que regarder en premier. Il y avait là un laboratoire, de la haute technologie et du matériel valant sans doute une fortune. Dans un coin un enfant livide était harnaché à une table, les poignets sanglants de s'être débattu. Dans un autre une sorte d'aquarium contenait un adolescent nu dont les yeux révulsé témoignait de la douleur. Le liquide semblait ronger sa peau à mesure que le temps passait, chacun de ses coups contre le verre se faisait plus faible et désespéré. Enfin, au centre de la pièce, sur une table en verre transparente, se tenait une fillette agenouillée, pieds et poings liés. Ses bras et son buste présentaient de nombreuses lésions et impacts de balle qui se régénéraient lentement. L'arme à feux, elle, fumait encore de son récent délit, suspendue à dans la main d'un homme portant de grosse lunette de protection.

La colère monta dans les veines de la Cyborg si rapidement qu'elle ne put lui résister. Telle une folle furieuse la demoiselle s'élança droit vers le scientifique portant l'arme, qu'elle envoya par ailleurs valser d'un coup de pied fouetté, avant de lui envoyer une droite de toute ses forces. Il y avait cinq autres hommes dans la pièce, mais aucun ne semblait capable de se défendre, comme s'ils n'avaient jamais crains que quelqu'un les découvre ici. D'un bond la Cyborg se dirigea vers le suivant , enfonçant la lame dans sa poitrine sans plus de cérémonie, transperçant son palpitant sans pitié. Le grand roux s'effondra, médusé, les yeux marqué à jamais par la surprise. Le suivant ne tint pas plus longtemps, la dague glissa sur sa peau, trancha sa jugulaire d'un ample mouvement, le laissant agoniser en se vidant de son sang sur le sol carrelé. Mathias avait abattus deux autres des responsables de ces expérimentations, il ne restait donc que deux Uniks vivants dont un debout. La Qantik reporta son attention sur cette dernière, surprise de découvrir qu'il s'agissait d'une femme. De longues nattes auburn encadraient un visage aux traits circonspects et sa voix, haut perché, parvint à la demoiselle comme étouffée :

" Qu'avez vous fait ? Qui êtes vous, que nous voulez vous ?"

Mathias pointa son arme sur la femme, son visage, rouge de colère, prouvait qu'il était prêt a la tuer de sang froid. Diya posa la main sur le glock 19mm et baissa le canon. L'Elite s’écria alors :

" Pourquoi tu m'empêches de la tuer ? Ce n'est qu'une pourrie comme tous ceux présents ici !"

La jeune Cyborg, qui avait retrouvé un calme froid et un minimum de contrôle, se tourna vers lui, impassible :

" Je meurs d'envie de mettre fin à ses jours au moins autant que toi. Mais avant ça je veux savoir ce qui se tramait ici. Alors elle va nous le dire, à moins qu'elle ne préfère que je la torture comme elle l'a fait à ces pauvres gamins."

La scientifique avait pâlit, perdant le peu d'assurance qui lui restait, oubliant même d’évoquer l'idée d’appeler du renfort. Elle devait avoir compris que rien ne pourrait la sauver. Apeurée elle recula jusqu'au mur du fond de la pièce, comme si celui ci allait l'absorber pour lui offrir une échappatoire, sa voix trembla :

" Je ne peux rien vous dire !"

La balle frôla sa joue avant de finir dans le mur, à un millimètre de son visage et la femme tomba à genoux, glissant contre la paroi les larmes aux yeux. Pleurnichant elle se décida enfin à parler :

" D'accord ! Nous faisions des recherches sur le moyens de priver les enfants de leur altérations. Que ce soit leur Don, leur Dzéta ou leur Sin, nous cherchions à les en libérer ! Quand ces derniers étaient rattachés à une partie de leur corps nous cherchions à les amputer ou a détruire chaque part de  leur pouvoir. Quand c’était mental nous les poussions à bout pour localiser leur capacité et la détruire en remodelant leur façon d'agir, en les reformatant en quelque sorte. Qu'y a t il de mal là dedans ? Nous cherchions seulement à créer un avenir ou chacun serait à égalité !"

La scientifique semblait tellement certaine de ses conviction que le cœur de la Qantik se serra. Qui était assez stupide pour commettre pareille folie ? Sa voix, glaciale, mitrailla le courage qu'avait utilisé la femme pour s'exprimer :

" Qui a financé cela ? Combien de personne étaient au courant ?"

Les larmes ruisselaient le long des joues de l'inconnue quand elle répondit en sanglotant :

" Seul le Duc Derganster et les scientifiques de notre équipe étaient informés de ce projet, je vous le jure. Nous n'avions même pas le droit de sortir d'ici ! Les enfants, les vivres et le matériel était livré par un subordonné chaque semaine, mais ce n’était jamais le même et je ne peux vous donner aucun nom car nous n'avions pas de contacts. Laissez moi partir, je vous en supplie !"

Diya ignora sa plainte mais nota précieusement le nom du responsable de ce massacre. Elle se dirigea ensuite vers l'enfant prisonnier du liquide acide, la moitié de sa chair était a présent rougeoyante, il était trop tard pour le sauver, son regard vide n'observerait plus jamais la lumière du jour. Mathias avait détaché le petit garçon au poignets abîmé par ses liens, l'attirant dans ses bras pour le porter contre lui. La Qantik alla alors détacher la fillette aux multiples blessures, la serrant contre elle en murmurant à son oreille d'une voix douce :

" C'est fini, je vais t'emmener loin d'ici, dans un endroit ou l'on prendra soin de toi."

Se tournant vers la femme elle poursuivit, d'une voix amère :

" Cet endroit sera votre tombeau."

La Cyborg sorti ensuite, suivant le jeune Elite ils rejoignirent le couple qui avait eut le temps d'explorer le reste des pièces et de sortir les enfants prisonniers. Sans parler ils s'affairèrent à les faire sortir de la grotte puis Diya demanda à tous le monde de s'éloigner de l'entrée souterraine. La demoiselle remonta alors le tunnel jusqu'au bâtiment, caressant le petit cube immaculé dans sa paume. L'arme laser se déploya autour de son poignet et elle dirigea les miroirs vers les parois de la caverne et le laboratoire. Un dizaine de tirs furent nécessaire pour que le plafond s’effrite et que de lourds morceau de roches s’effondrent sur la structure. Quand Diya quitta enfin la bouche sombre menant au cœur de la terre il ne restait derrière elle que des décombres et quitter l'endroit pour les quelques survivants seraient parfaitement impossible. Mais encore fallait il qu'ils n'aient pas été écrasés par les décombres. Elle lança au petit groupe qu'une dizaine d'enfants avaient rejoint :

" Rentrons, cette journée est la dernière de votre calvaire."
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Autobronzant et trafic de corps. [QUÊTE SOLO]   Mar 13 Oct - 21:36


Ramener les enfants à la Cité Neutre avait pris du temps, seul deux ou trois pouvaient marcher et la distance à parcourir était grande. Si bien qu'il avait fallut deux bonnes heures sous le soleil ardents pour retrouver la sécurité des murs de pierre. Quand l'infirmière les vit arriver depuis l'entrée du hangar elle se précipita à leur rencontre, appelant du renfort pour récupérer les rescapés. Quand tous eurent été amené à l’intérieur, la femme aux cheveux ambrés revint alors vers eux et leur demanda ce qu'il s’était passé, la raison de tout ceci. Le petit groupe alla s'asseoir et Diya, aidée de Lise, fit un rapport complet sur ce qu'ils avaient vu là bas. Sur l'horreur qu'elle avait aperçu dans le laboratoire et les conditions affreuses dans lesquelles étaient gardés les prisonniers. Les yeux de la Qantik s’agrandirent sous le choc et la demoiselle crut qu'elle allait défaillir. Pourtant elle devait souvent être confronté à ce genre d'horreur dans son choix de soigner les autres. Soupirant la Cyborg laissa le couple continuer à discuter avec l'infirmière tandis qu'elle entraînait Mathias à l'écart et lui demandait d'un ton ferme mais dénué d'agressivité :

" Tu peux contacter Merybel et lui demander de communiquer le nom de Derganster à votre mère, voir ce qu'on en tire ? Je serais curieuse de rencontrer cette personne aussi stupide qu'insensible et lui faire entendre le fond de ma pensée quand à ses expérimentations."

Le jeune homme hocha la tête et sortit du bâtiment. Sans doute l'air lourd le rendait il dépressif et l'envie de parler à sa sœur devenait elle pressante. Après tout ces deux là étaient bien plus proche qu'elle ne le serait sans doute jamais avec quiconque et le fait d'être séparé de sa jumelle devait lui coûter par moment. La jeune femme s'adossa au mur proche de la sortie, se remémorant les événements marquants de la journée. Elle avait appris aujourd'hui que certains désiraient débarrasser le monde des altérations de chacune des races, cela l'avait choqué de prime abord mais en y réfléchissant bien elle s’était finalement rendu compte que ce serait peut être plus viable. Non, se giflant mentalement, la Cyborg se redressa et quitta le coin sombre pour rejoindre la partie rouge de l'usine. Celle réservée aux enfants qui allaient s'en sortir sans séquelles. Quand Lilith la vit arriver, elle se précipita vers elle et enlaça ses cuisses de ses petits bras fragiles. De grosse larmes roulèrent sur ses joues rouges, comme si l'enfant avait crains qu'elle ne reviendrait pas. Diya caressa ses cheveux lapis-lazuli avec douceur avant de s'agenouiller et de la serrer contre elle en chuchotant :

" Je suis revenue, et j'ai tenu ma promesse. Maintenant que j'ai libéré les autres enfants et que ce mystère est élucidé, je vais t'emmener avec moi dans un endroit où tu pourra vivre en paix et t'épanouir. Tu es toujours sûre de toi ?"

La fillette s'écarta et plongea ses yeux larmoyant dans ceux, émeraude, de la Qantik. Chassant ses larmes de ses mains rapidement, elle s'écria, enthousiasme :

" Bien sûr ! Je veux partir avec toi !"

La Cyborg lui sourit et prit sa main minuscule dans la sienne pour aller demander l'autorisation à l'infirmière de la prendre en charge. Après une longue discussion emplie de scepticisme et de doutes quand à sa capacité à s'occuper d'une enfant ayant vécu un traumatisme, elle du se résoudre devant la ténacité de Lilith. Cette dernière avait visiblement pris sa décision et ne voulait en aucun cas revenir dessus. L'idée de rester dans cet endroit semblait déprimante, la Cybord comprenait qu'une enfant veuille a tout prix le quitter et elle espérait que chacun des gamins ici présent trouverait quelqu'un capable de les mener vers une nouvelle vie. Il fut décidé que le petit groupe rentrerait le lendemain matin, accompagné de leur nouvelle membre qui, du haut de ces dix ans, menait tout le monde a la baguette avec son entrain et son énergie déconcertante. Diya se projeta au moment ou Merybel rencontrerait Lilith. C’était à n'en pas louper un duo qui allait parfaitement s'entendre, et la famille du Dernier Paradis continuait de s’agrandir.

~FIN~
Revenir en haut Aller en bas

Autobronzant et trafic de corps. [QUÊTE SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !
» LE PROFILE D'1 BEAU- CORPS LAVALASSIEN DE PETIT-GOAVE..
» Plus sur le trafic drogues-armes entre Haiti et la Jamaique
» Le trafic du cafe a la frontiere Haiti-Rep. Dominicaine nuit
» La lune s’attardait sur leurs corps endormis
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sidhe
 :: Le No man's land
-