Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

Need an upgrade [Pv | Yuris] END

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   Sam 14 Déc - 13:11

Ne cessant d'errer, sans but, Alec marchait. Il n’était pas perdu, loin de là, mais il n’avait que faire de l’endroit où les variables aléatoires le faisaient aller. Il savait pertinemment que la variable aléatoire n’était pas réelle, que rien n’était vraiment le fruit du hasard et qu’elle dépendait forcément d’une autre variable, plus subtile mais pas pour le moins importante. Mais marcher, guidé par une seule variable qui se fichait sûrement de lui, il s’en balançait bien aussi. En fait, il réfléchissait, ou plutôt quelque chose l’intriguait. Suite à l’énigme que son propre esprit lui avait posé, le Qantik n’avait eu de réponses et cela le troublait. Ou plutôt : il ne pouvait pas ranger cet événement tant que toutes les inconnues de l’équation ne seraient pas résolues.

Mais le simple fait d’ouvrir les yeux, écouter ce qu’il se passait autour de lui, dans un endroit peuplé de milles et une créatures plus vivantes les unes que les autres malgré le lieu de mort que ces terres représentaient, le gênait dans sa compréhension, ou plutôt le distrayait plus que de raison. Alors, il s’était isolé. Certes, beaucoup de choses pouvaient encore le distraire, en particulier toutes ces petites choses qu’il n’attendaient que d’être découvertes, mais cela ne le gênait pas autant dans sa réflexion. Il ignorait où les variables le guidaient mais une chose était sûre : il avançait. De jour, de nuit, il ne cessait de marcher. Plutôt satisfait de sa décision, le Qantik ne croisait quasiment personne, mis à part quelques voyageurs emmitouflés dans plusieurs épaisseurs de vêtements qui ne cherchaient pas vraiment à comprendre comment ou pourquoi un type se baladait avec si peu d’habits sur le dos et une simple besace pour y ranger tous ses vivres !

Au bout de plusieurs jours, il finit par arriver dans ce qui semblait être une ville, ou plutôt ce qu’il en restait. Contrairement à ce qu’il avait prévu, son système interne n’avait pas apprécié de faire face à tous les caprices du temps et de l’environnement et son niveau d’énergie avait radicalement baissé à force de fournir le nécessaire au bon fonctionnement de ses circuits et engrenages. Plutôt faible, la fatigue se trahissant un peu dans ses yeux qui se déplaçaient un peu moins vite que d’habitude vers ce qu’il observait, et surtout très sale - ce qui ne lui enlevait toutefois pas son charme, loin de là même - il se mit à arpenter les rues de cette ville qui semblait désolée, au premier abord du moins.

Il découvrit rapidement que ces lieux cachaient une certaine vie, ou une non mort pour certains. Bien qu’il ne savait pas reconnaître aisément les siens, il y avait quelques signes qui ne trompaient pas ! Surpris par le fait de trouver tant de Qantkis au même endroit, il continua d’errer. Mais la nuit était déjà en train de tomber et avec elle la chaleur que même Alec trouvait insupportable. Toutefois, cela ne devint pas vraiment plus agréable car le froid vint faire se rétracter le métal en son corps et le mener à quelques difficultés à fonctionner correctement. Nouvelle découverte pour lui : les chocs thermiques ! Son système se mit à tourner à plein régime pour essayer de compenser en le faisant se réchauffer un peu, mais cela n’aida seulement qu’à l’affaiblir plus que de raison.

C’est alors qu’il tomba sur un lieu où il émanait encore assez de lumière pour l’attirer comme un insecte à la dérive attiré par la source lumineuse, et bien qu’il n’avait rien à voir avec ces petites bêtes volantes, il n’échappa pas à la règle. S’approchant le plus tranquillement possible, il finit par rompre le silence qu’il avait installé dans un « Excusez-moi … » Il se tut un moment, ne parvenant pas à se décider sur ce qu’il pourrait dire ensuite « Sauriez-vous où je puis trouver un endroit où recharger mon système et opérer une maintenance de routine ? Je crois que … » Il y eût un nouveau silence, indépendant de sa volonté celui-ci. Son corps tout entier se déporta sur le côté, de quelques centimètres, pour s’appuyer sur le mur qui se trouvait juste à côté de sa personne « J’aurais besoin d’un peu d’aide. S’il vous plaît. »

En fait, son système avait surtout besoin d’une bonne maintenance et d’un upgrade pour le rendre plus résistant aux assauts des éléments, en plus d'une recharge d'urgence, car il ne tiendrait sûrement pas longtemps dans le cas contraire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)

Originaire depuis le : 28/05/2013
Récits contés : 2177

RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   Sam 21 Déc - 22:28

Les Deux Lunes commençaient à grimper haut dans le ciel. Au cœur de la cité neutre, on n'entendait plus que les rauques plainte des Crapaboks en perdition parmi les ruines. La plupart des Qantiks qui se trouvaient dans les rues effondrées s'étaient immobilisés pour regardé le ciel au dessus d'eux, ou bien le sol sur lequel ils devraient s'allonger pour prendre du repos. La chaleur de la journée laisserait place à une fraîcheur salvatrice, qui glisserait sur la peau et le système de chacun comme une caresse de répit. Dans un abri à deux sous un peu isolé, Yuris jetait des coups d’œil brefs par l'encadrement de ce qui devait être une ancienne fenêtre. Y passait la lumière des deux astres du soir. On aurait dit deux gros yeux qui scrutaient la surface du monde pour contempler sa désolation avec froideur. N'ayant pas la même taille, les deux globes pris tel un regard se donnaient un aspect assez ridicule. Rien n'échappait à la triste aura grotesque d'Origin's, pas même ces deux satellites qui fixaient sans arrêt le sol, en silence, et qui s'effaçaient une fois le jour revenu. Yuris se désintéressait de l'astronomie, et préféra contempler le feu qu'elle avait allumé. La chaleur qui dégageait la faisait frissonner. Elle se frotta vigoureusement les bras pour se réchauffer. Assise en tailleur à même le sol terreux de sa maison de fortune, elle était un peu engourdie. Elle se leva, et fit quelques pas vers son compagnon de la journée.

Il était allongé sur le sol, et semblait dormir à points fermés. Yuris n'avait jamais réussi à lui faire dire son nom, il s'était simplement contenté de la suivre partout dans la mesure où il l'avait aperçue en entrant dans la cité. C'était un Qantik I.A que l'on avait conçu comme un petit garçon Ünik. L'on devait dire de lui qu'il avait dix ans, mais il devait être bien plus jeune. L'état de son système interne était sans doute très récent, car ce garçon était marqué de très peu de traces d'usure. En revanche, il avait dû beaucoup marché pour venir jusqu'ici. Yuris était tombée sur lui par hasard alors qu'il errait dans les tas de pierre. Elle n'avait pu tirer de lui qu'une seule information : il voulait savoir comment retourner chez sa maman.
Yuris posa sa main sur le front du garçon endormi. Elle eut un sourire amer. Ta maman ? Tu peux être sûre que ce n'est pas elle qui t'a engendré. Tu es le fruit malsain d'un esprit complètement dérangé, comme moi. On a du te prendre pour remplacer un être perdu. Qui était vivant, mais qui désormais ne l'est plus. On s'est lassé de toi, parce qu'on a réalisé un beau jour qu'une machine, ce n'est rien de plus qu'un tas de mécanique complexe, imitant fort bien la conscience et les sentiments. Pour eux, nous ne sommes que des coquilles vides, que l'on prend et que l'on jette, sans aucune considération pour ceux que nous sommes. Bien sûr quelque part, tu sais tout cela. Quand on fabrique entièrement un esprit, il est normal que l'intelligence ainsi engendrée soi bien plus à même que les vivants à percevoir les choses alentours. Mais pour ce qui est d'en saisir le sens...

Yuris n'avait bien entendu pas fait ce morne récit à ce petit Qantik. Il l'aurait de toute manière dévisagée avec ses grands yeux vides, et il se serait dit qu'il n'est pas programmé pour entendre ce genre de choses. En clair, il n'aurait rien compris. Et elle aurait soupiré.
Cela faisait des heures qu'il ne bougeait plus. Il avait dit vouloir se reposer un moment, mais il devait être dans un sale état. Traverser le No man's Land pour un I.A était une chose très risquée, surtout s'il n'était pas conçu de manière à supporter les grosses chaleurs. Ce gamin avait répété plusieurs choses complètement insensées avant de venir ici avec elle. Yuris se demanda soudain si son système n'avait pas été endommagé. Elle retira sa main du front de son jeune congénère, et le regarda d'un air triste. Il ne devait pas dormir, il était sans doute mort. Enfin, il avait « cessé de fonctionner » comme disaient ces enfoirés de Scientifiques. Pas de mécano habile dans le secteur, il n'y avait donc aucun espoir pour le faire de nouveau fonctionner. C'était trop tard. Pauvre gosse, se dit Yuris. Elle retourna s'asseoir à sa place, et demeura prostrée pendant quelques minutes. Peut-être une heure. Elle réfléchissait à ce petit robot, à qui on avait prêté une vie qui sans doute n'aurait jamais du être la sienne. Elle attendit bien longtemps...

Quand elle leva les yeux vers la porte complètement éventrée du petit reste de maison, elle presque sursauté. Un homme avait fait son entrée, sans qu'elle ne l'entende. Yuris ne s'attendait absolument pas à avoir de la visite. Il avait une drôle d'allure. Poli, il s'excusa de son intrusion, et demanda s'il pouvait trouver quelque part de quoi se rechargé. Yuris le dévisagea. Un Qantik, c'était certain. Mais de quel groupe ? Les Cyborgs eux-mêmes nécessitaient parfois une recharge, tout comme quelques Hubots. Cet homme lui demandait en tout cas de l'aide. Yuris n'était pas une jeune femme que l'on pouvait qualifier de très sensible, la preuve en a été donnée de part la maîtrise dont elle a fait preuve face à la mort de ce petit Qantik. Mais elle ne pouvait demeurer sans rien faire quand un être comme elle demandait par lui-même quelque chose à une entité de qui il savait qu'il obtiendrait une réponse. Ce simple raisonnement faisait bouillonner Yuris de rage de vivre, et de lutter pour prouver qu'ils n'étaient pas des armes de guerre, ni des machines aussi stupides que des poupées. Elle se leva, et désigna le corps du Qantik qui gisait sur le sol.

« Lui... Son système est endommagé, mais sa batterie est encore pleine. Vous pouvez vous en servir. »

De toute façon, il ne pourrait plus jamais se relever. Plus personne ne pouvait rien pour lui. Yuris passerait peut-être pour un monstre, en prononçant ces mots. Mais au fond, ce n'était peut-être pas si éloigné que cela de la réalité.

« Quel est votre nom ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   Dim 22 Déc - 0:20

Sans un mot, Alec se redressa tant bien que mal, pour finir aussi rigide qu’un piquet. Mobilisant ses forces pour garder sa stabilité et son équilibre, ce fut un jeu dangereux que de faire quelques pas, usant de l’inertie pour avancer sans tomber d’un côté ou de l’autre de la ligne qu’il s’était fixé. Arrivé à hauteur de la femme, il s’arrêta un instant, lui glissa un « Merci » à la fois concis, monotone et presque froid, mais étrangement plein de sens, comme si le Qantik y avait mit toute son âme, ou ce qui s’en rapprochait le plus. Il fit quelques pas supplémentaires et arriva devant la créature allongée. Dans des mouvements coordonnés d’une façon bien inhumaine, il s’assit en tailleur, comme s’il se trouvait au chevet d’un mourant. Toutefois, lui ne faisait pas ce constat et se contenta d’examiner ce qui semblait être un semblable.

Lorsqu’on lui demanda son nom, l’intéressé garda le silence quelques instants. Non pas pour imiter l’hésitation de l’humain, mais bien parce que cette question l’avait plongé dans quelques souvenirs. Quel était son nom hein ? Lui-même l’ignorait, il ne savait pas comment son créateur avait voulu l’appeler, ni même comment son ancien propriétaire – chose dont sa mémoire avait été purgée mais dont les commentaires de celui qui l’avait réinitialisé ne laissaient aucun doute – l’avait nommé. Feintant un soupir de nostalgie, il répondit de sa voir monocorde et neutre à souhait un simple « Vous pouvez m’appeler Alec. Et vous, quel est votre nom ? » Accompagné de la répartie d’usage.

Sortant quelques outils et câbles de sa sacoche, il remonta ses manches et trifouilla un instant sa peau à l’aide d’un objet à bout plat. Comme s’il se défaisait d’un gant, le film opaque se décolla à partir du coude et un trait droit se dessina par l’absence de cette peau artificielle, entourant ainsi complètement son avant bras. En quelques secondes, il fit remonter cette peau pâle jusqu’à son poignet, révélant ainsi sa véritable peau. Constituée d’un métal très léger mais pas pour autant fragile, il usa de nouveau de son outil pour cette fois séparer une petite plaque, trois fois plus longue que large et qui parcourait son avant bras. Dans un petit bruit métallique caractéristique, il retira l’objet et le posa soigneusement devant lui, juste à côté de l’outil qui ne lui était plus utile. Il connecta alors quelques câbles à son système interne, duquel on pouvait apercevoir le bijou d’horlogerie qu’il était. A chaque mouvement que ses phalanges faisaient, on apercevait quelques tendons artificiels se déplacer, tirés par des vérins d’une extrême finesse.

« Et lui, quel est son nom ? » Alec s’enquerrait bien trop souvent de détails inutiles qui ne faisaient qu’encombrer sa mémoire vive, mais comme s’ils étaient inscrits dans une routine, comme si ces questions étaient viscérales pour lui, il ne pouvait s’empêcher de les poser. Rapidement et par des gestes simples mais calculés à la perfection – les processus de maintenance étant inscrits depuis le début dans son système – il opéra de façon similaire sur le garçon et accéda alors à quelques connexions, qu’il utilisa pour se lier à la batterie et ainsi faire transiter l’énergie. Lorsqu’il fixa le second câble, il eût un sursaut signalant que tout son système reprenait du service, et à plein régime. Préférant ne pas causer d’événements fâcheux par quelques faux mouvements dus à une mauvaise interprétation du monde extérieur, il resta assis là, à attendre que son système accumule de l’énergie et effectue un auto-nettoyage pour faciliter une maintenance ultérieure.

« Savez-vous ce qu’il lui est arrivé ? » Il garda le silence quelques instants, puis finit par rajouter « Je suis … Curieux, de connaître la raison pour laquelle il est inactif … » Le Qantik ne portait là aucune accusation ou suspicion, il tenait juste à savoir, à résoudre l’équation qui se tenait devant lui et qui se résumait à « comment », le « pourquoi » viendrait sûrement plus tard. Mais le Qantik n’en avait pas fini avec ses questions, aussi au bout d’un moment, il rajouta « Comment s’appelle cet endroit ? C’est la première fois que je viens ici, je n’avais jamais eu vent d’un lieu réunissant tant de … » il chercha de nouveau ses mots, et cette fois, cette fois seulement, quelque chose changea. Sa voix se fit un brin rocailleuse et l’intonation s’en trouva changée, plus douce, presque comme si la fin du mot voyait sa mort arriver dans la gorge du Qantik « de semblables … » et il dégluti, troublé par son propre comportement, ne sachant expliquer ce qu’il lui avait pris.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)

Originaire depuis le : 28/05/2013
Récits contés : 2177

RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   Dim 22 Déc - 13:41

Le Qantik répondit qu'il s'appelait Alec. Yuris acquiesça, et le laissa procéder à son rituel de rechargement. Il s'était posté auprès du corps du jeune robot, et entrepris des soins nécessaires à sa propre santé. Ce n'était guère poli, mais elle ne pu s'empêcher de le regarder se défaire de sa peau. Une peau artificielle, qui recouvrait un membre fait de métal. Comme elle, et comme bien des Qantiks à vrai dire. Ces Scientifiques perdaient beaucoup de temps à les faire ressembler à des Üniks... En définitive, ils étaient toujours rejetés, et considérés comme des monstres. C'était là une chose qui échappait totalement à sa compréhension.
Le nouveau venu lui demanda à son tour comment elle s'appelait. Elle s'était rassise à sa place, vers le feu, face au jeune robot inerte. Elle croisait les bras d'un air sérieux, et montrait un visage assez peu aimable. Cette conversation semblait pour l'heure assez creuse. Mais qu'y pouvait-on... « Moi c'est Yuris. » répondit-elle, sur un ton laconique.

Elle sentait comme un malaise chez ce jeune homme. Il y avait quelque chose qui le faisait sortir de la réalité. Outre son apparence en tout point étudiée, il lui semblait que la douceur froide dont il faisait preuve ne le rendait que plus mystérieux. Yuris était quelqu'un de très prudent par nature, c'est pourquoi elle cachait au maximum ses émotions pour éviter que sa méfiance ne soit percée à jour. Elle était très taciturne depuis qu'elle avait quitté son « père ». Même parmi les Qantiks, elle voyait le mal partout. Qu'est-ce qui lui prouvait que ce type n'était pas envoyé en mission d'espionnage par un Ünik en quête de nouveaux jouets ?
Son flot de pensées négatives fut interrompu quand Alec lui demanda quel était le nom du garçon sur qui il était en train de se rechargé. Yuris fut assez surprise par cette question. Qu'est-ce que cela pouvait bien lui faire ? Lui aussi cependant semblait reconnaître comme des personnes les Qantiks qui leur étaient à tous deux semblables, qu'importe quel fut leur série. Yuris ferma les yeux et se fit plus sévère. « Je n'en sais rien. » Ce fut tout. De toute façon, ce jeune Qantik ne comprenait même pas ses questions, jamais elle n'avait pu en tirer quoi que ce soit. « Tout ce que je sais, c'est qu'il cherchait quelqu'un qu'il appelait ''maman'' ».

Elle la voyait de très loin, cette histoire triste et ô combien banale qui s'était déroulée dans les rues d'Anathorey. Une famille heureuse, une femme qui élève avec amour son fils. La mort l'emporte bien trop tôt, et rongée par le désespoir elle formule le grotesque vœux de faire revivre son fils. Ou bien elle n'a pas pu avoir d'enfant et en a voulu un à sa convenance. Sauf qu'un Qantik I.A est loin d'être un simple automate idéalisé par son créateur. C'est une mine de récepteurs à informations, qui au cours des études qu'il fait de ses données parvient à les apprendre, à les analyser, à les comprendre. Parfois même il s'en fait une opinion tout ce qu'il y a de plus personnelle. Alors ces Üniks sont déçus de ne pas avoir ce qu'ils souhaitaient, et balance ce qu'ils considèrent à présent comme un simple robot dans les fin fonds du bidonville d'Ishval. Yuris pensait que tous ces hommes et femmes qui cherchaient par la science à reconstruire un bonheur perdu ou inaccessible avait l'esprit totalement infecté par une folie abjecte. Pauvres crétins.
Alec demanda à Yuris ce qui était arrivé au petit I.A. Il était décidément très intéressé par sa source d'énergie. Chose qui échappait quelque peu à l'Hubot qu'elle était. Elle se contenta de répondre. « Je ne sais pas vraiment ce qu'il fabriquait ici. Il a dû traverser le No man's Land en plein jour. Pour un Qantik qui n'est pas conçu pour résister aux fortes températures, ça ne pardonne pas... » Elle parlait d'une voix très monocorde, comme si elle n'était nullement touchée par ce qu'elle racontait. C'était faux bien entendu, mais malheureusement de telles pertes étaient chose bien courante.

Alec finit par questionner Yuris sur cet endroit même où tous se trouvaient. Il lui confia qu'il n'en avait jamais eu connaissance, et s'étonnait de ce qu'autant de Qantiks y soient réunis. Yuris eut un sourire en coin qu'elle ne s'expliqua pas. « Ici, c'est la Cité Neutre. Au Sud du désert du No man's Land. On y trouve un bidonville nommé Ishval, et des grottes où il fait moins chaud pendant la journée ». Yuris réfléchit à ses mots, quant à la remarque d'Alec concernant les semblables tous ici présents. Elle avait une idée assez peu réjouissante du pourquoi ils étaient tous là. « Si les Qantiks se réunissent dans la cité, c'est pour éviter de se faire tuer. Par les Üniks ou par les Hybrids. On n'est à l'abri que dans ces ruines. Sinon, on a intérêt dans le reste du monde à cacher notre véritable nature ».
Yuris leva les yeux vers son interlocuteur. « Si vous ne saviez rien de l'existence de la Cité Neutre, que faites-vous là ? Vous vous êtes perdu ? ». C'était un moyen pour Yuris de savoir qui était réellement cet Alec. Certains de ses semblables savaient faire comme si, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   Lun 23 Déc - 19:33

« Enchanté. » rajouta-t-il, du tac-o-tac, après que la demoiselle se fut présentée. Petit à petit, il parvint à reprendre le contrôle complet sur son corps, son système absorbant assez vite l’énergie. Des processus non vitaux mais toutefois plus ou moins nécessaires au bon fonctionnement du Qantik se remirent en marche, aidant Alec à mieux raisonner et comprendre ce qu’il observait, ce qu’il se passait autour de lui. C’est d’ailleurs grâce à cela qu’il pu s’enquérir aussi aisément de l’identité de ce qui semblait être un gamin et qu’il fit preuve de curiosité. « Je vois. »

Bien qu’il comprenne ce qu’elle avait dit, le Qantik était tout sauf satisfait. Le fait que la demoiselle ne puisse lui répondre clairement ne le satisfaisait pas et il tenait réellement à savoir pourquoi. C’est alors qu’une idée germa en son esprit et qu’il sorti plusieurs outils de sa besace. Les procédures de réparation de son système étaient bien entendu intégrées depuis le départ dans son code source, mais cela ne voulait pas dire qu’il ne pouvait réparer que sa propre personne. Une écrasante majorité de Qantiks devaient avoir une racine commune – basée certes sur la constitution physique de leurs créateurs – et cela voulait surtout dire qu’il y avait peut être une chance pour qu’il trouve ce qui avait causé l’extinction de la créature, pour peut être même parvenir à la remettre en marche et lui faire cracher le morceau.

Pouvant gérer plusieurs tâches à la fois, le processus de discussion fut de temps à autres relégué au second plan, tandis que celui de réparation occupait tout l’espace mémoire disponible pour ne pas faillir à la tâche. Ses gestes commençaient à devenir plutôt rapides, d’une précision chirurgicale et le tout sans la moindre hésitation. Minutes après minutes, il désossa la carrosserie du gamin et révéla le système complexe qui le composait. Certes, il semblait avoir souffert, mais un diagnostique rapide révéla qu’il devait y avoir autre chose qui avait causé son extinction, car il avait plutôt bien résisté à la traversée en fait. Ce qu’Alec ne tarda d’ailleurs pas à signaler « Il devrait être en état de marche. Bien qu’il n’ait pas été conçu pour résister aux écarts de température, tout comme moi, il semble qu’il n’y ait pas été exposé trop longtemps ou qu’il ait trouvé un moyen pour ne pas trop en subir les conséquences. Pouvez-vous m’aider ? Il faudrait le redresser pour que je puisse vérifier le dos … »

Alec ne chercha pas à expliquer pourquoi il faisait ça, les raisons étaient trop nombreuses. Toutefois, si elle demandait, il n’hésiterait pas à répondre, quitte à ce qu’elle ne le comprenne pas. De toute façon, il parlait tellement de dialectes qu’il y avait peu de chances qu’il n’en trouve pas un qui lui corresponde ! Pour ce qui était des quiproquos en revanche, là le Qantik ne pouvait absolument rien y faire ! Elle lui expliqua ce qu’était ce lieu et bien que la seule réponse qu’il aurait normalement lancée se soit résumée à « Les salopards … », s’il avait seulement été capable de ressentir quelque chose, il ne broncha pas. Quoique, une nouvelle question lui vint en tête, question qu’il n’hésita pas à poser à la demoiselle en répondant à une autre.

« Il est difficile pour moi de me perdre. Je suis capable de me repérer grâce aux Astres, de complexes algorithmes sont intégrés à mon système pour me permettre de me repérer, peu importe où je puis me trouver. Cela fait plusieurs semaines que je parcours le monde. Je n’ai pas vraiment de raison qui m’y ait poussé, mais aucune pour me retenir. C’est un peu le hasard qui m’a mené ici, même s’il est impossible qu’une telle variable existe réellement. Il y a toutefois une chose que je ne comprends pas. Vous dites qu’il y a un grand nombre de Qantiks ici bas, qu’ils se réunissent pour ne pas se faire tuer … Pourquoi ? Pourquoi quelqu’un voudrait les tuer ? Nous tuer ? »

S’il lui avait resté un fragment de sa mémoire avant réinitialisation, il aurait eu quelques éléments de réponse. Toutefois, dans l’état, il ne pouvait comprendre le comportement d’autrui ni trouver de raisons suffisantes pour pousser à tuer, si ce n’était pour la science. Et encore, eux étaient un produit né de la science, qui avait fait l’objet de bien des études pour les paramétrer correctement. Il n’y avait donc aucune raison de les disséquer ou les tuer, il n’y avait aucune information supplémentaire à obtenir, même si l’inverse n’était pas vrai. Les üniks et les Hybrids possédaient tellement d’inconnues qu’il aurait fallu en analyser et disséquer des milliers pour effleurer l’immense base de connaissance qu’ils représentaient sans le savoir. En bref, tout ceci n’avait aucun sens, Alec ne comprenait pas pourquoi les siens étaient la cible de ces êtres et il voulait simplement comprendre. Si seulement le monde l’était, si simple …
Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)

Originaire depuis le : 28/05/2013
Récits contés : 2177

RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   Ven 27 Déc - 18:53

Ce Qantik ne semblait pas entendre le fait que le gamin était fichu de cette oreille. Appliqué, il commença à démonter le petit Qantik, pour s'adonner à ce que Yuris prit pour une analyse complète. Il devait pouvoir réparer les autres, visiblement. Cela n'était pas très étonnant, bien des I.A étaient par conventions fabriqués avec cette option de pouvoir soigner autrui, puisque à la base les Qantiks étaient sensés être des machines de guerre autonomes. Pas de médecin sur les champs de bataille, mais une myriade de petits soldats infirmiers. Le risque était moindre pour les Üniks qui donnaient l'impulsion vitale à ces êtres issus de la Science.
Alec demanda à Yuris si elle pouvait redresser le garçon. Elle ne se fit pas prier. Elle s'approcha, et tint le morceau que souhaitait examiner son visiteur. Elle le laissait faire, sans rien dire. Qu'espérait-il ? Ce gamin venait de traverser un désert auquel mêmes les vigoureux Hybrids ne survivaient pas. A moins qu'il ait eu une chance inouïe, Yuris ne croyait pas du tout à son rétablissement. Pessimiste dans l'âme, elle ne perdait pas son temps à des causes qu'elle croyait perdues d'avance, sans même chercher à savoir si éventuellement elle pourrait avoir tors. Elle, ne perdait pas son temps avec ce genre d'affaires qu'elle pensait fichues, c'était tout. Pourtant, Alec lui le croyait en état de marche. Yuris posa ses yeux sur le visage fermé du petit Qantik. Était-ce une bonne chose que de vouloir le réveiller ? Il allait encore chercher sa mère. Yuris serait agacée, et lui tiendrait des paroles dures pour qu'il se taise et cesse de se leurrer. Mais il ne cesserait pas. Il agirait comme un programme en boucle qui ne comprend que ce qui a déjà été inculqué dans son système. Yuris avait conscience que son pragmatisme exacerbé était souvent pris pour de la froideur extrême, qui frôlait l'insensibilité. Elle était ainsi faite, et elle se le disait sans aucune honte : entendre ce faux môme geindre à ses oreilles qu'il cherche sa maman la mettait d'avance en colère.

Yuris reposa le corps qu'elle soutenait depuis quelques minutes. Ses bras tiraient un peu, et son dos commençait à fatiguer. Alors qu'elle se rasseyait en tailleur, Alec lui expliqua qu'il était presque impossible pour lui de se perdre. Vu ce qu'il lui déblatéra par la suite, sur les systèmes les variables et tout ce bordel, Yuris fut convaincue qu'il était bien un I.A. Un Cyborg ou un Hubot ne parlerait pas de la sorte, même avec un cerveau entièrement robotisé. Mais sa question la surpris davantage que les précédentes. Les I.A sont des êtres curieux et désireux d'apprendre des choses sur ce qui les entoure comme pour en faire dans leur esprit une immense bibliothèque de savoir. Tels des angoissés, ils posent des questions, toujours pertinentes toutefois. Devant son air perdu, Yuris sentit un léger pincement au cœur. Il lui avait demandé plusieurs fois ''pourquoi'', comme si le fait que les Qantiks puissent se faire tuer lui semblait complètement insensé. Elle eut un petit sourire amer, et répondit d'une manière assez brutale : « Pour nous détruire. Ni plus, ni moins ». Elle anticipa le prochain questionnement sur le pourquoi de la destruction, et tâcha de s'expliquer avec clarté : « A la base, les Qantiks ont été créés par les Üniks pour devenir des armes de guerre, et ce dans le but de riposter face aux Hybrids. Vous n'êtes pas sans savoir que ces deux peuples se détestent depuis la nuit des temps ? Voilà ce que nous sommes pour les Üniks : leurs armes. Autrement dit, nous sommes les ennemis de première ligne pour les Hybrids, les êtres à éliminer pour empêcher d'éventuelles attaques. Ils ont peur de nous, bien qu'en réalité assez peu de Qantiks soient agressifs. On nous créer, et on doit servir les Üniks. C'est du moins les motivations de l’Élite, celle des Scientifiques sont plus... tordues. » Yuris avait hésité quant au choix de son dernier mot. Tordu, c'était absolument parfait pour la bande de rat de laboratoires qu'étaient ces tarés en blouse.
Yuris sortit quelques outils de sa petite sacoche, et commença à les examiner un par un, elle ne les avait pas encore nettoyés de ce jour. « Bien entendu, la raison de fabrication initiale des Qantiks a subi des digressions. Par exemple, on peut penser que ce garçon a été créé pour remplacer un enfant Ünik » Tout comme elle à dire vrai. Mais elle n'entendait pas se confier sur la question.

« Vous êtes un I.A, c'est ça ? Votre créateur ne vous en a pas parlé ? » demanda Yuris, qui se décida à son tour à poser une question. Elle avait rencontré dans la cité quelques I.A qui tous ne parlaient qu'en le nom de celui qu'il appelaient « maître », plus généralement le Scientifique qui leur avait donné la vie. Ceux-là aimaient beaucoup expliquer à leur créateur leurs motivations, et les convictions qui les animaient. Un peu comme un journal intime, comme un enfant se confierait à une jolie poupée complice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   Lun 30 Déc - 15:59

De surprise, Alec aurait pu arquer un sourcil. La réponse de Yuris l’avait en quelques sortes intrigué et surtout intéressé. La même question, « Pourquoi ? » qu’il n’eut pas le temps de poser même si le cœur y était. Lui ne comprenait pas le comportement des êtres dits vivants et bien qu’il faisait de son mieux pour quantifier les émotions humaines, il était encore bien loin du compte. Alors les explications de la demoiselle furent une manne inespérée d’informations utiles qu’il analysa aussi sec.

« Non. Il ne m’a pas dit grand-chose. Il m’a seulement confié que j’avais demandé à ne pas savoir, que j’avais été réinitialisé de ma propre initiative. J’ai cherché à en savoir plus et il a seulement répondu que la colère avait eu raison de l’existence de mon ancienne propriétaire, qui m’avait pris des années durant pour une copie conforme et perfectionnée de son premier amant qui n’était qu’un amour à sens unique. » Voilà tout ce dont il se souvenait, ce qu’il y avait à la racine de sa mémoire et qui était aussi la seule chose qui le gardait accroché à un semblant de réalité, pour l’empêcher d’errer comme une coquille vraiment vide. « Vous y comprenez quelque chose ? Pour ma part, je ne pense pas avoir saisi la nature de ses raisonnements, ils me paraissent … Paradoxaux … » Car oui, la colère était une notion complètement étrangère au Qantik – il le pensait du moins – et il était pour lui impensable qu’il ait pu, avant ou après réinitialisation, se mettre en colère. Cela allait à l’encontre de la façon dont son système avait été créé. Pour éviter de déclencher un processus récursif infini, initialement lancé pour analyser ce paradoxe, il se concentra sur le reste des dires de la femme et repris, comme si de rien était, toujours d’une voix aussi monocorde et mesurée.

« N’ont-ils jamais tenté de comprendre comment l’on fonctionnait ? De se présenter sans la moindre intention malsaine pour constater notre comportement autrement que dans des situations renvoyant des statistiques à l’opposée de ce qui correspond à notre nature ? Ces êtres semblent bien étranges, peut-être devrais-je envisager de ne jamais les rencontrer … Peut être ne devrais-je jamais chercher à comprendre ... » Car la notion de survie d’Alec, fonctionnait correctement, elle ! D’un coup, il bloqua quelques secondes et s’afféra sur une partie mécanique dans le haut du dos du Qantik « C’est pour ça … » Il retira ses mains un instant, trifouilla ailleurs et rajouta « Ce n’est pas un problème mécanique qu’il a … Normalement, en modifiant les cavaliers ici et là … » Puis il asséna une bonne tape dans le dos de la créature, qui imita une longue inspiration en reprenant connaissance.

« Qui êtes vous ? Et qui suis-je ? »

Alec soupira et, de façon quasiment imperceptible, esquissa un petit sourire, bref. « Un paradoxe, c’est un paradoxe qui s’est glissé dans son système. J’ignore comment, mais il a du recevoir une information que son système n’a pu analyser. Alors il a mobilisé plus de ressources, a traité l’information de façon récursive et infinie, a saturé la mémoire, ce qui a finalement mis en surcharge et l’a éteint. » Lui aussi connaissait quelques petits trucs à force de discuter, il savait qu’il n’était pas le seul à vouloir savoir « comment » et « pourquoi », aussi il rajouta peu après « Son système semble en quelques sortes similaire au mien, donc j’ai vite compris son fonctionnement. J’ai simplement fait quelques réglages sur son système et causé un effacement complet de sa mémoire. Pour faire simple, je l’ai réinitialisé. Peut-être pensez-vous qu’il est moralement incorrect d’avoir effacé son existence, mais d’expérience, il semblerait qu’il faut parfois faire table rase du passé et repartir sur de bonnes bases. » Alec avait pris cette décision suite au souvenir de sa propre réinitialisation et ne regrettait en rien ce choix. De toutes façons, il n’avait pas encore découvert la notion de regret, alors il ne risquait pas grand-chose !

« Pouvez-vous me répondre, s’il vous plaît ? Qui êtes-vous ? Qui suis-je ? »

Il lui faudrait aussi quelques réponses en plus, à un « comment » et « pourquoi » qui ne tarderaient sûrement pas à venir, mais Alec laissait cela à la demoiselle, lui devait impérativement purger sa mémoire temporaire car bien trop de processus parasites qu’il aurait pu qualifier de « sentiments nostalgiques » étaient en train de le rendre complètement dingue intérieurement !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)

Originaire depuis le : 28/05/2013
Récits contés : 2177

RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   Jeu 2 Jan - 13:40

Ça ne m'étonne même pas, songea Yuris, quand Alec lui dit que son concepteur ne lui avait rien  raconté. Ce qui était plus troublant, c'est qu'il devait s'agir à l'origine du souhait propre du Qantik. Vu qu'elle était un Hubot, elle ne pouvait se figurer ce qui se déroulait dans la tête d'un I.A. Qu'est-ce qui pouvait pousser un être artificiel à la réinitialisation ? En fait je m'en moque, se dit-elle aussitôt. Cela ne la regardait pas du tout. Alec semblait s'étonner de tout ce que Yuris lui avait révélé. Elle rentra la tête dans ses épaules, et détacha son regard du petit blessé pour se concentrer sur le sol gris de la maison. « A quoi bon comprendre quand on peut détruire ? Ils ne s’embarrassent pas avec tout ça. C'est le principe des gens qui ont peur. ». Ils sont ridicules, se disait-elle sans cesse. Les Hybrids pouvaient craindre les Qantiks, forcément puisqu'ils furent créés pour les anéantir. Mais les Üniks avaient une attitude tout à fait incohérente. C'était le résultat d'années de vie en réclusion dans le désert d'Urban city, à la frontière du No man's Land. Puisqu'ils avaient peur de la nature, il fallait s'en éloigner. Mais personne ne peut vivre au milieu de rien. Même à la cité neutre, il y avait un cœur qui battait. Un cœur faible, mais qui faisait vivre une communauté soudée et particulière. Le problème est Üniks étaient leur désunion. Ils n'avaient pas le courage de se faire confiance, les liens entre les vivants étaient en voie de disparition, en voie d'une mort certaine. Alors la vie artificielle des Qantiks était pour eux une source d'angoisse immense, comme leur horrible reflet vide. En somme, ils étaient tous à peu près cinglés selon Yuris.

« Qui êtes-vous ? Et qui suis-je ? »

Yuris écarquilla de grands yeux face à cette réparation inattendue. C'était cela que faisait Alec depuis tout à l'heure ? Il lui expliqua ce qu'il avait fait, mais elle avait cessé d'écouter au bout du deuxième mot. Elle n'y comprenait rien, et n'aimait pas qu'on soit trop didactique avec elle. Yuris avait tout appris complètement seule depuis la mort de celui qu'elle pensait être son père. Ce n'était donc pas aujourd'hui qu'on pourrait la prendre par la main pour la guider sur des voies scientifiques inconnues. Yuris soupira. Elle sentait qu'elle était en train de s'énerver toute seule, et ce pour rien du tout. Cela lui arrivait systématiquement quand elle restait trop longtemps au contact de personnes qu'elles ne comprenaient pas. Aussi elle était mal à l'aise avec les I.A, car elle ignorait s'ils étaient entièrement aptes à cerner une conversation émanant d'une intelligence organique. Alec semblait à l'aise, et l'illusion de ce qu'il était un Ünik était parfaite. Cependant sa manière de parler était un peu curieuse, très retenue et excessivement polie. Les Scientifiques aimaient beaucoup les petites poupées bien soignées. Cette femme qui était la maîtresse d'Alec avait du établir un cahier des charges complet. Elle aussi elle devait être tarée.

« Pouvez-vous me répondre s'il vous plaît ? Qui êtes-vous ? Qui suis-je ? » - « J'en sais rien, moi !! » cria Yuris, agacée par cette interrogation répétée par le petite Qantik. Il eut un léger mouvement de recule face à cette agressivité inattendue. De ses grands yeux clairs, il parcourait avec inquiétude le visage en colère de la jeune Hubot. Celle-ci ferma les yeux et leva le bras en s'écartant un peu, pour signifier qu'elle allait se calmer. Et d'ailleurs il le fallait. Ce garçon ne lui avait rien fait.

« C'est moi qui t'ai trouvé. Tu gisais par terre dans la rue. » mentit-elle. Elle n'allait tout de même pas lui dire qu'il l'avait abordée comme un fou et s'était accroché à ses vêtements en beuglant qu'il voulait voir sa mère. Ç'aurait été l'ouverture totale aux grandes questions. C'est quoi maman, qu'est-ce que je faisais là, pourquoi tu m'as ramassé, patati patata, et rien que cette idée épuisait déjà Yuris. Elle ajouta sèchement « C'est lui qui t'a réveillé .» en désignant Alec. Riche idée que de l'avoir réinitialisé, mais désormais c'étaient sans doute à eux de faire l'éducation de ce petit garçon à la tête pleine de flux complètement vides.
Alors qu'elle s'adossait contre le mur pour prendre un maximum de distance avec eux, le petit Qantik s'approcha d'elle avec curiosité. Yuris se redressait au fur et à mesure qu'il se rapprochait. Dégage, se disait-elle, je ne veux pas m'apitoyer sur ton sort. Tu vas me rendre trop sensible, et j'ai horreur de ça.

Il pencha la tête sur le côté et fit un sourire. « Vous êtes mes parents ? » demanda-t-il le plus innocemment du monde. Quoi ? Yuris sentit qu'elle se mettait à rougir très bêtement. En fait elle s'était attendu à tout, sauf à ça. Et sa conscience avait beau être « naturelle », elle ne savait pas du tout s'y prendre avec les enfants et perdit tout ses moyens. C'était pour ce genre de trucs qu'elle n'aimait pas les plus petits qu'elle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   Ven 3 Jan - 15:45

« La peur est une drôle de notion, qui semble pouvoir faire faire n’importe quoi à n’importe qui. N’y a-t-il donc aucun moyen de leur montrer qu’ils n’ont pas à avoir peur de nous ? » Alec était pensif, car là aussi cette notion était à double tranchant, presque paradoxale « Mais d’un autre côté, s’ils cessent d’avoir peur de nous et qu’ils apprennent à nous connaître, peut-être risquent-ils de se sentir assez en confiance pour avoir l’audace de nous frapper là où cela pourrait nous faire mal, s’ils en savaient assez sur nous. » Son esprit avait bien du mal à analyse tout ceci, car cela reposait sur des principes que lui ne pouvait saisir, même pas effleurer de son niveau de pensée encore bien trop basique.

Finalement, il parvint à remettre le Qantik en marche, plutôt satisfait de le voir reprendre vie. Toutefois, devant les questions existentielles mais évidentes qu’il posait, faisant sûrement partie de son protocole d’initialisation, le Qantik resta un instant sans voix. Qu’allait-il bien lui dire, à ce modèle à la fois semblable et tellement différent … Tandis que l’un semblait déjà doté de la notion de curiosité et même de quelques émotions, l’autre restait une machine aux réactions bien plus basiques et posées, bien moins humaines et en même temps bien plus … Docile. C’était le mot, Alec était docile, et la découverte de cette notion lui fit en un sens assez froid dans le dos. Il suffisait de voir Yuris pour comprendre qu’elle fonctionnait différemment et que, quelque part, elle et le jeune Qantik étaient bien plus « humains » que lui. Il n’en ressentait aucune jalousie ou mal être, loin de là, mais l’idée qu’il puisse de la sorte être capable de raisonner autrement et mieux comprendre le monde, cela lui paraissait être un avantage, même si n’avait toutefois aucune idée de la contrepartie qui accompagnait cette notion de vie.

Le gamin renchéri et c’est alors que l’autre fit preuve de quelque chose qui intrigua beaucoup Alec. C’était une démonstration de colère, quelque chose qui fascinait réellement le Qantik. Encore quelque chose que l’on pouvait faire en étant plus « humain » et que lui pouvait à peine cerner de son esprit si carré. Les deux éternelles questions qu’il se posait,  savoir « comment ? » et « pourquoi ? » revinrent à la charge, mais il n’eut guère le temps d’y réfléchir, la demoiselle ayant eu la bonne idée de rejeter la faute sur le Qantik qui se trouva être le centre de l’attention de la part de son homologue. S’il avait pu, il aurait soupiré, un tantinet désespéré par la susceptibilité dont faisait preuve l’autre – si ce n’était de la mauvaise volonté – mais à la place, il s’agenouilla en face du gosse toujours à moitié démonté. Autant profiter de l’instant pour lui expliquer clairement ce qu’il avait besoin de savoir, et ainsi prévenir tout autre paradoxe, processus récursif de compréhension d’un mystère impossible à résoudre et surtout, surtout d’éviter que cela ne le tue une nouvelle fois.

« Nous ne sommes pas tes parents. Comme elle, comme moi, tu as été créé de toutes pièces, pour satisfaire un besoin. C’est un constat qui peut paraître dur, mais l’illusion de ton humanité que certains pourraient laisser planer à l’avenir est un poison bien plus dangereux pour ton esprit. Tu n’as donc pas de parents, plus aucun but mais celui qui t’a créé t’a laissé libre de partir à la découverte de ce monde et il t’a surtout laissé le choix, de vivre ta propre vie ou d’y mettre un terme. Bien entendu, il serait suicidaire de chercher à le retrouver. Pour des raisons qu’aucun de nous ne peut comprendre, mais qui se résument au terme « humain », tous ceux qui ne sont pas des nôtres, tous ceux qui n’ont pas été créés de toutes pièces tendent à nous faire du mal. Bien sûr, il peut exister des exceptions, mais celles-ci sont rares et tu devras donc faire preuve de méfiance, ne pas accorder de crédit à tout ce qu’ils pourraient te dire, car chacun de leurs mots sera sûrement un mensonge potentiel. Tu comprends ? »

Il y eût un long silence, que le gamin brisa dans un « Oui, mais … Pourquoi ? » auquel Alec esquissa un nouveau petit sourire discret. Pour la première fois, sa voix devint un peu plus chaleureuse et il rajouta, se voulant un peu rassurant, tout en faisant un brin d’humour « Là est la question ! En réalité, c’est à toi de comprendre le pourquoi. Le pourquoi est quelque chose que l’on ne peut expliquer avec des mots, mais que l’on peut définir à force de vivre et d’apprendre au contact des autres. Moi-même je cherche à comprendre, comment et pourquoi. Bien que le chemin soit long, j’ai parfois quelques réponses qui me viennent en tête et j’y réfléchis, longuement. Il ne tient qu’à toi de chercher comment et pourquoi, ou alors de simplement vivre ta vie sans te poser de telles questions, tout dépend ce que tu préfères. »

Un nouveau petit silence, qu’Alec brisa cette fois en annonçant de sa voix redevenue si posée et mesurée « Laisse-moi te remonter maintenant. » et qui fut suivi, quelques dizaines de secondes plus tard, par un « Ais-je le droit et le choix de rester ici, si j’ai envie ? » - « Ce n’est pas à moi de répondre à cette question, mais sache que si tu veux réussir à obtenir une réponse de sa part, tu vas devoir être en mesure de répondre à un pourquoi qu’elle cherchera à comprendre. Peut être que, cette fois, quelques mots suffiront à l'expliquer … »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)

Originaire depuis le : 28/05/2013
Récits contés : 2177

RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   Dim 12 Jan - 23:25

Yuris ne put réprimer un amer sourire. L'illusion de l'humanité ? Ce n'était pas un poison. C'était tout simplement une des plus viles cruautés, à l'image ignoble de ces égocentriques Üniks. Alec avait bien fait d'expliquer tout ça au gamin avant qu'ils ne soient questionnés sur le sujet. Yuris savait qu'elle ferait preuve de très de peu délicatesse, car elle n'avait aucune envie de jouer les nounous plus longtemps. Il était hors de question que ce petit reste avec eux. Ou du moins avec elle : son périple était bien trop dangereux, et elle n'avait aucune envie de s'inquiéter pour sa santé, ni avoir sa mort sur la conscience.
La jeune Qantik prêtait attention à ce que se racontaient les deux I.A. Elle haussa un sourcil et dit à voix basse, tant pour Alec que pour elle-même, en un faux semblant de lassitude : « Vous assimilez vite ce qu'on vous dit, vous... ». Elle était presque surprise de l'explication complète et logique qu'il donnait au gosse des dangers qui guettaient les êtres artificiels que tous trois étaient. La tournure des choses n'étaient pas très réjouissante, voilà qu'ils échangeaient leurs points de vue sur la survie. Yuris était quelqu'un de très calé en la matière. Elle ne savait faire que cela : survivre, et ce particulièrement dans les milieux Üniks. Comme on pouvait s'y attendre, le petit demanda pourquoi ils devaient à ce point faire attention. Yuris croisa les bras, et demeura dans son coin pendant que son compagnon répondait à la question. Tiens, lui le pourquoi ne pose pas de problème à son système, se dit-elle. De toute évidence, le mec qui avait conçu Alec était un expert très compétent dans son domaine. C'était d'autant plus étonnant qu'il était en mesure d'expliquer ce que l'on pouvait faire de ce genre de question au jeune Qantik, qui l'écoutait ébahi et attentif. Yuris aussi écoutait, et ne pu s'empêcher de rire doucement lorsque Alec évoqua la possibilité de vivre sans se questionner, selon la préférence de chacun.

« Exactement. » trancha-t-elle avec froideur. « D'ailleurs, si tu peux éviter de te triturer les circuits avec ces choses-là, fais-le. » Elle lui donnait cet ordre en sachant pertinemment l'impact que cela aurait sur le jeune robot. Yuris poursuivit, et ce pour mettre fin à cette conversation qui prenait une tournure dangereuse pour ce petit : « Garde bien en tête que si tu cherches trop à comprendre, tu risques de mourir. A trois questions, deux chances de claquer ! » fit-elle, très sèchement. Et elle claqua des doigts pour appuyer ses paroles. Yuris savait parfaitement de quoi elle parlait. A trop fouiller partout pour obtenir des réponses, on avait surtout la chance de tomber sur des dangers particulièrement importants, et il n'y avait plus qu'à prier pour que la vie soit laissée sauve ! C'était là pour elle une conviction des plus inébranlables.
Alors qu'elle se levait, le petit demanda s'il avait le droit de rester dans cette maison s'il en avait envie. Yuris sentit son cœur se serrer à l'écoute de cette question. Un sensation désagréable s'empara de sa gorge, et elle eu un léger pincement dans le ventre. Encore un peu penchée, elle observait à travers ses grandes mèches de cheveux brunes le visage perdu de ce petit garçon qu'elle avait ramassé. Elle sentit les muscles de son visage se contracter. Elle demeura muette quelques instants. Alec eu la politesse de dire que la réponse ne lui revenait pas. Quel savoir-vivre, se dit Yuris en souriant sincèrement et pourtant un peu tristement. Cette bicoque tenait à peine debout, et pourtant ces deux-là semblaient la respecter, ainsi que la présence même de Yuris. C'était pour cela entre autres que Yuris aimait profondément les siens, et leur souhaitaient à tous de trouver le bonheur, pour lequel elle tachait de se battre sans relâche. Sans qu'elle ne s'en rende compte, elle se fit plus douce.

« Non, je suis seulement de passage, et le voyage que j'ai entrepris est bien trop dangereux pour toi. » Car moi, j'ai décidé de me les poser, ces mortelles questions, songea Yuris en secret. Elle déporta son regard vers Alec. Lui, il avait vraiment aidé ce petit. Elle aussi devait faire un geste pour montrer qu'elle n'était pas totalement indifférente à son sort. Elle jeta un coup d’œil par la fenêtre. Il faisait nuit, mais les deux Lunes éclairaient parfaitement la Cité Neutre, dans laquelle au cœur du soir on ne craignait absolument rien. Elle posa sa main sur l'épaule du jeune Qantik : « Mais si tu cherches un foyer, on peut t'en trouver un ici. » Elle attrapa alors sur une vieille chaise une veste sans manches beige qui était la sienne, et ouvrit la porte. « Suis-moi si tu veux trouver ta place. ». Le petit acquiesça timidement, et sortit le premier dans la rue très calme. Yuris se tourna vers Alec : « Vous venez avec nous ? Je ne veux pas vous laisser seul. Et l'air du soir dans la Cité est idéal pour nous tous ». Yuris se surpris à devenir bavarde. Elle sortit, et se rendit aux côtés du petit garçon qui observait avec émerveillement les deux Lunes. Au loin, on voyait des lumières diverses qui bougeaient, signe que des Qantiks se trouvaient dans le coin. On entendait même des rires, et quelques brouhaha de conversations. Yuris posa sa main sur sa hanche, et sourit. La Cité avait quelque chose de définitivement très beau à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   Sam 18 Jan - 16:36

Les réactions de Yuris déclenchèrent quelques réactions internes assez étranges chez le Qantik, qui hésita un moment à qualifier de « sarcasmes » les quelques mots qu’elle avait eu le bon goût de glisser au moment opportun, durant les explications au petit Qantik. C’est d’ailleurs pour éviter de trop réfléchir à un autre qualificatif qu’il soupira, exaspéré. Oui, Alec venait de découvrir l’exaspération, même s’il n’était pas encore en mesure de mettre le mot dessus, et oui, il apprenait vite, très vite ! Etrangement, ces moments auparavant plutôt rares, où le Qantik faisait preuve de réactions imprévues et inqualifiables – de son point de vue du moins – devenaient assez fréquents et il se demanda si c’était ou non la présence de la jeune femme qui lui faisait ce genre d’effet … Et à quel point cela pouvait-il être dangereux. Car quelque chose lui disait qu’à trop jouer à l’être vivant, il pourrait en subir les conséquences, et pas des moindres.

En réponse à l’annonce par la négative de la part de Yuris, le petit soupira un instant, faisant déjà la démonstration de quelques émotions qu’il ressentait, la déception en particulier. Toutefois, lorsqu’elle lui proposa une alternative, le gamin l’analysa à une vitesse folle et ne pu qu’esquisser un sourire radieux, défiant toutes les prévisions qu’un Qantik aurait pu faire de la situation. Il répondit un « Oui ! » motivé et se dépêcha de coller la jeune femme comme son ombre pour être sûr de ne rien manquer, pour même prendre un peu d’avance en calculant avec succès le chemin qu’ils allaient prendre en analysant la trajectoire que prenait Yuris, pas après pas. Alec quant à lui se releva un peu plus tard, le temps de remonter ses propres composants et vérifier que son système était pleinement opérationnel. Ayant de nouveau l’apparence d’un Ünik tout simplement parfait – le côté crasseux ne faisant que ressortir la beauté de la machine, il fallait l’avouer – il rétorqua un simple « J’arrive. » et suivit le duo, pour arriver à hauteur de la jeune femme à côté de qui il resta, tandis que le petit s’aventurait déjà un peu partout, assez motivé.

Bien qu’apparemment détendu, beaucoup de questions s’étaient immiscées dans sa tête tandis qu’il réfléchissait et, ne pouvant obtenir quelques réponses seul, il finit par demander à la jeune femme, de but en blanc et sans chercher à édulcorer ses dires « Pourquoi avoir été si dur avec lui ? Vous savez qu’il est de base capable de ressentir des émotions, à peine initialisé il en a largement fait preuve et sans les avoir vues auparavant. J’ai cherché à le mettre en garde d’une façon qui ne le choquerait pas – ce qui de toutes façons ne risquait pas d’arriver étant donné qu’il n’avait plus aucune expérience, plus aucune donnée lui permettant de qualifier mes dires de durs ou non – mais vous, vous avez usé de mots bien plus forts que j’hésite encore à qualifier de sarcasmes. Qu’il le veuille ou non, que vous le vouliez ou non d’ailleurs, c’est un enfant et il le restera. Alors … Pourquoi ? »

Alec n’avait pas peur de la réponse, ce qu’il craignait en revanche, c’était de ne pas comprendre. Il y avait pour lui deux types de pourquoi : ceux auxquels on pouvait répondre par une simple question, et les autres, comme les questions existentielles ou qui déclenchaient une certaine incompréhension et pouvaient mener à quelques paradoxes extrêmement dangereux pour quiconque n’était pas paré ou prêt à abandonner l’analyse de ces questions. La réponse que pouvait donner Yuris risquait certes d’entrainer bon nombre de questions supplémentaires, mais n’avait en revanche aucune chance de mener à des questions existentielles ou dangereuses, l’analyse probabiliste du Qantik quant à cette variable risque avait renvoyé un zéro formel ! Et puis, pour tout avouer, il voulait simplement savoir car même s’il l’ignorait, le comportement de la demoiselle l’avait énervé et pour passer à autre chose, il devait comprendre, coûte que coûte.

[ HRP : Désolé pour le temps de réponse et la longueur du post, c'est pas très fourni --' ! Si jamais tu as du mal à répondre, n'hésite pas à m'en faire part, je réfléchirai à quelques idées pour avancer un peu plus :) ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)

Originaire depuis le : 28/05/2013
Récits contés : 2177

RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   Sam 18 Jan - 23:44

[HRP : Oh, nooon c'est très bien ! Pis je t'ai bien fait poireauté avant aussi xD]

« J'ai une sainte horreur des sarcasmes, soyez certain que je n'en use jamais. » trancha froidement Yuris, pour première réponses aux inquiétudes d'Alec qui lui avait demandé d'expliquer le comportement qu'elle avait eu à l'égard du petit. Elle n'aimait pas à ce que l'on l'analyse sa personne en permanence, cela lui rappelait le comportement de ce scientifique fou qui s'était fait passé pour son père pendant des années. Mais face à deux I.A, elle devrait faire preuve de patience. Les nerfs de Yuris étaient même mis à rude épreuve, elle qui avait horreur des digressions. C'était justement la clé de tout ce qui s'était passé précédemment. « Je n'allais pas lui mentir. Et prendre des pincettes ce n'est pas mon fort. » poursuivit-elle. Ils marchaient tous sur un chemin de cailloux blancs, sur lequel le petit Qantik trottinait pour ne pas perdre les deux adultes. Yuris les menait vers un lieu où se réunissaient tous types de Qantiks. Des Cyborgs, des I.A et des Hubots. On y trouvait parfois quelques Dockers, des Üniks pas bien dangereux et plus intelligents que leurs compères de l’Élite, moins atteints que les Scientifiques également. Selon elle, c'était un lieu approprié pour lui qui devait reprendre un nouveau départ.

« Ce monde est dur. Il est inutile de faire des élégances pour préserver des jeunes esprits. ». Yuris se tourna alors vers Alec en affichant l'air le plus sérieux et concerné dont elle pu faire preuve. « Quiconque cherche la vérité sur Origins a d'immenses chances d'être confronté à une mort cruelle. C'est justement parce qu'il est capable de ressentir des émotions que je lui ai parlé aussi durement. Il sait désormais à quoi s'en tenir. Quant à ses choix futurs partant de ce postulat, cela ne me concerne absolument pas. ». Elle savait qu'elle allait passer pour quelqu'un d'abominablement insensible. Et pourtant, dieu savait combien elle priait pour que les personnes que le gamin allait rencontrer ce soir soient suffisantes à son bonheur, et qu'il laisse les plus grands s'occuper de la tournure des choses.

Yuris indiqua à la petite troupe qu'il fallait tourner à gauche. Ils allaient traverser une grande déchetterie, dans laquelle on trouvait tout un bordel électronique, mêlé à des poussières de briques et de la sciure de bois, venant d'anciennes maisons désormais réduites à néant ou presque. Le petit gambadait gaiement, comme s'il était certain qu'il était promis à un avenir heureux. Yuris avait eu envie de sourire, mais elle se contint pour ne pas se décrédibiliser. Elle jeta un coup d’œil à Alec. De part son allure, on aurait dit un Ünik de l’Élite, ou un domestique de haut rang. Quelque chose clochait. Elle continua leur conversation, car elle estimait ne pas avoir encore complètement répondu à son compagnon. « Vous ne vous infiltrez jamais en milieu Ünik ? Vous n'êtes jamais allé dans la forêt d'Hoshizora ? » Elle fit quelques pas en silence. « Moi, si. Je passe mon temps à parcourir les continents pour tenter de trouver une solution, pour guérir le monde de ses lésions pourries. Comme le traitement des Qantiks. Et je ne sais que trop à quels dangers je m'expose ainsi, du fait de ma faiblesse et de mon inexpérience. C'est un mode de vie particulièrement barbare que je ne suis pas la seule à avoir décidé de suivre. La plupart de ceux que je connaissais qui ont emprunté ce chemin sont morts engloutis par une souffrance inouïe... ». Yuris parlait sur un ton très froid, et pragmatique, sans aucune connotations pathétiques ou touchées. Ces histoires au contraire faisaient bouillonner en elle un grand sentiment de colère, et d'injustice.

« Alors certes, cela ne rend pas aimable. Mais vous pensez que c'est bon pour lui de s'aventurer sur ce chemin ? » dit-elle à Alec, en désignant le petit Qantik du doigt. Celui-ci était trop loin devant eux pour entendre leur conversation. Il se retournait parfois pour faire coucou. « C'est trop dangereux. Il ne pourrait rien faire. Vous l'avez démonter, et je n'ai vu en lui absolument rien qui lui permette d'être offensif. Or, quand on veut des réponses à des questions aussi importantes, la voie du combat est inéluctablement engagée. Pour un garçon qui a été conçu pour satisfaire un Ünik, c'est la mort assurée, car ils n'ont pas d'armes en eux, comme vous ou moi. Et pourquoi cela ? Parce que les familles Üniks sont hypocrites : ils veulent un enfant artificiel, mais pas une machine à l'intelligence factice, susceptible un jour de se détraquer. L'absence de Sigma offensif en un Qantik signifie pour les Üniks la maîtrise de la situation. Si jamais le ''robot'' venait à devenir fou, il ne représente strictement aucune menace pour eux.».
Yuris aperçut au loin le repaire qui était leur destination. Une bande de Qantiks de tous types s'étaient réunis, et discutaient doucement entre eux, comme s'ils craignaient de déranger les Kokobots et Crapaboks endormis. Tous avaient l'air très serein, mais certains semblaient désabusés, ou fatigués. Les plus détendus étaient souvent des I.A, les plus sinistres des Hubots ou des Cyborgs.  Le petit se fit plus timide à l'approche de cet endroit, et s'arrêta. Yuris conclut sa tirade : « Au delà de tout cela... Je refuse de voir un enfant sur les champs de bataille. Ce n'est pas dans l'ordre des choses. Tant pis si ma franchise choque, c'est ainsi que je vois les choses : nous devons laisser les enfants en dehors de tout cela. Même si cela suppose de leur parler durement pour qu'ils soient tenus à l'écart. ». Alors qu'ils arrivaient à l'entrée de la petite place du repère de réunion, le petit Qantik s'agrippa à la besace de Yuris et à une manche d'Alec. Il était un peu craintif, ce qui se concevait parfaitement. En les voyant arriver, les autres leur firent des sourires de bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   Dim 19 Jan - 16:11

En quelques mots, Alec comprit son erreur. En cet instant, il se sentait bien idiot, n’ayant même pas été fichu de se projeter une seule seconde dans la peau de la jeune femme. Pour un Qantik d’apparat, destiné à assouvir les moindres désirs de quiconque, il en avait bien perdu ! Alors, préférant ne pas faire deux fois la même erreur, il écouta patiemment les dires de Yuris, comprenant de mieux en mieux les raisons l’ayant poussé à agir de la sorte. Glissant un petit « Non. » puis un « Je l’ignore … » montrant le peu de connaissances qu’il avait, tout bien réfléchi.

Un instant, il se demanda comment elle savait si le petit Qantik avait ou non quelques dons offensifs, puis il tiqua sur le fait qu’elle avait réussi à le catégoriser, lui. De par sa propre expérience, il savait qu’on pouvait aisément le confondre avec un Ünik et que, malgré son apparence douce et inoffensive, son sigma était en effet de nature offensive. Bien que le but premier du sigma d’Alec était en réalité de garantir l’intégrité de son cœur énergétique, le concerné découvrait un peu plus chaque jour quelques utilisations diverses et variées de son don, comme il aimait l’appeler. Au final, cela n’avait pas grande importance, un gamin restait un gamin et elle avait raison, il n’avait pas à découvrir toutes les horreurs du monde avant d’y être préparé et, de ce fait, agir en étant pleinement conscient de ce qu’il risquait. Il venait à peine de renaître, ce n’était pas pour l’envoyer de suite au casse-pipe pour trouver des réponses à quelques questions qui n’avaient finalement pas lieu d’être quand on souhaitait simplement vivre.

« Vous avez raison, veuillez excuser mon jugement hâtif, je n’aurais pas du … » Il soupira, quelque part dégoûté de lui-même. Expliqué comme ça, son point de vue était juste et évident et il n’y avait simplement rien à redire, mais cela ne voulait pas dire qu’il n’y avait rien à commenter ! « Si ce n’est indiscret, quelle est la raison qui vous a poussé à chercher ces réponses, à risquer votre vie, à devoir faire face à des créatures que vous ne semblez pas supporter ? Qu’avez-vous à y gagner ? Je ne comprends pas … » Là était la limite d’Alec, il ne comprenait toujours pas, il ne comprenait jamais rien et posait toujours des questions, celles que personne n’aimait entendre en particulier. Mais s’il les posait, ce n’était pas pour mettre les autres dans l’embarras, loin de là. Quelque part, lui aussi se posait les mêmes questions et, ne pouvant obtenir de réponses par lui-même, il devait se fier à ce que lui disaient les autres, pour se forger son propre avis, en un mot : apprendre.

Une fois arrivés, Alec s’efforça de respecter les discussions des autres, non sans les saluer avec autant d’aplomb que ce qu’il avait reçu comme salutations. Il remarqua un peu tard les signes évidents de crainte émanant du petit et eût une réaction encore plus étrange que celle que le gamin avait eue envers les deux adultes. Ainsi, il le prit dans ses bras et lui annonça avec une douceur qui lui était habituellement bien lointaine « Yuris et moi sommes des voyageurs, nous parcourons le monde à la recherche de réponses à des questions que nous avons choisi de nous poser, mais cela est réellement dangereux. Aucun de nous ne veut t’impliquer là dedans et, avant que tu choisisses ce que tu feras de ton futur, tu dois tout d’abord apprendre, à connaître les autres, les dangers qu’ils peuvent représenter mais aussi ce qu’ils peuvent t’apporter et qui peut t’aider à faire de nouveaux choix. Et cela commence en faisant connaissance avec eux ! »

L’ayant fait implicitement se présenter aux autres, le Qantik tenta ainsi de briser un peu la glace, l’aidant à faire le premier pas vers les autres, sachant qu’il n’y avait ici rien à craindre et qu’il pouvait donc abuser de son innocence dans ses dires et sa franchise. Les autres l’avaient bien sûr entendu et, supposant que leur sens de la logique était assez développé, ils sauraient ce qu’ils devraient faire pour aider le petit à grandir et apprendre. Il resta à discuter quelques temps, jusqu’à ce que quelques alertes systèmes se déclenchent, celles qu’il n’avait pu terminer de force toutefois. Il savait pertinemment ce qu’il se passait et se leva alors, annonçant autant à Yuris qu’au petit Qantik « Veuillez m’excuser, il me faut retourner à l’entretien de mon système et je préfère m’occuper de cette tâche pendant que le climat y est propice. Ce fut un plaisir de faire votre rencontre et j’espère sincèrement avoir l’occasion de vous revoir. » Forcément, le gamin s’en inquiéta mais Alec prit les devants, s’accroupissant un instant, le temps de lui glisser un « Je reviendrai te voir ne t’inquiète pas ! En attendant, il faut que tu prennes soin de toi, d’accord ? » Pour ensuite tourner les talons et se rendre hors de vue du petit groupe.

Un instant, il se demanda si l’euphémisme qu’il avait employé ne tendait pas plus sur le mensonge qu’autre chose, mais il détruisit bien vite ce processus un peu gênant de son système, ayant réellement d’autres priorités. Tout d’abord, il n’avait eu le temps de prélever qu’une infime partie de l’énergie nécessaire à son bon fonctionnement et il aurait besoin de bien plus d’électricité pour pouvoir s’en remettre, sans parler de sa mécanique qui avait réellement souffert de la traversée et qui était en très sale état. Bien qu’il était capable de s’auto-réparer, il avait quand même besoin de bien des pièces de rechange et d’une source d’énergie à drainer pour assurer le bon fonctionnement de son système. En bref, il avait encore du boulot et avait préféré mentir pour ne pas inquiéter le gamin, même s’il détestait déjà cela.

[ HRP : Tu peux soit aller voir Alec (et lui faire la morale et l'aider xD), soit finir le RP, c'est comme tu le sens :) ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


the storm surge (Yuris B.)

Originaire depuis le : 28/05/2013
Récits contés : 2177

RPG
Âge : 24 ans
Groupe: Paria
Inventaire: Des lunettes de pilote - Deux pistolets 9mm à 15 coups

MessageSujet: Re: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   Sam 8 Fév - 20:41

« Ce n'est rien, vous ne pouviez pas vous en douter.» dit Yuris, conciliante. Malgré son caractère de chien errant, elle n'était pas toujours une personne agressive et désagréable. Elle n'avait pas envie de l'être envers Alec. Il était d'une compagnie agréable, et toutes ses questions posées sur un ton doux et pourtant curieux, lui avaient apporter au moins matière à réfléchir cette nuit. Yuris dormait toujours très mal depuis qu'elle était partie de la maison de cet homme qui s'était fait passer pour son père. Son tortionnaire hantait encore son esprit, elle avait beaucoup de mal à reposer son esprit tant il était collé à sa conscience comme un moustique vorace. Elle n'avait pas sommeil. Elle avait froid, faim, elle avait peur, elle était triste, et parfois morte de rire, elle avait tout, mais elle n'avait jamais sommeil. Yuris en oubliait parfois ce qu'était que la fatigue. Elle ne connaissait que l'épuisement, et les vertiges de la faim qui envoyaient valser doucement dans l'inconscience. Yuris sentait parfois son cœur se soulever brutalement dans sa poitrine. Est-ce que son organisme lui envoyait des messages, lui hurlant de s'arrêter un moment ? Elle l'ignorait. Ce dont Yuris était en revanche certaine, c'est que quand elle fermait ses yeux, l'image de cet homme affreux lui apparaissait aussitôt. A croire qu'elle était écorchée vive, qu'elle le haïssait du plus profond de son cœur encore aujourd'hui bien qu'il soit mort, et que de son cadavre il ne reste que des morceaux infâmes laissés par les vers repus. Le jour où Yuris avait compris qu'il s'était servi d'elle, elle avait tout perdu. A présent, elle vivait car son corps pouvait bouger. Ni plus, ni moins. C'était une existence assez plate, et triste.

Alec demanda à Yuris pourquoi elle prenait elle-même autant de risque à s'interroger, et à mener ces quêtes si périlleuses. Son estomac se serra à l'écoute de cette innocente question, et pourtant Yuris fit un sourire amer qui traduisait toute la rancœur qu'elle gardait stagnante au fond de ses entrailles. « Parce que je n'ai rien à perdre... » répondit-elle, simplement, les bras croisés et le regard perdu dans les flammes du petit feu de camp dans lequel ils avaient pénétré juste à l'instant. Les autres ne faisaient guère attention à eux. Ils prenaient surtout grand soin d'examiner sous toutes les coutures le petit qu'ils avaient amené, et celui-ci prenait garde à faire connaissance avec tout le monde. Yuris avait l'impression de se tenir bien loin de cette chaleur qui se dégageait de tout ce monde qui s'intéressait les uns aux autres. Est-ce que Alec ressentait la même chose en voyant des gens malheureux qui pourtant avaient la force de s'aimer comme des amis ? Un léger vent frais souffla doucement sur la petite compagnie. « Ouais... Je suis complètement seule. Alors quitte à vivre... » Yuris ne savait pas réellement comment s'expliquer. Mais cette indifférence non-feinte révélait combien elle n'avait aucune attache à demeurer en vie. Certes elle tenait à son combat, et était prête à tout pour aider les Qantiks à vivre de meilleure façon. Mais mourir dans des années ou demain lui était complètement égal. Finalement elle n'était rien du tout, rien de plus qu'une fille bizarre du corps de laquelle pouvaient jaillir des lames acérées. Cela avait sans doute quelque chose de monstrueux.

Alec déclara qu'il était comme elle, un Qantik qui se posait des questions et qui menait une longue quête pour trouver des réponses. Le petit Qantik qu'ils avaient amené affichait un visage attristé, car il avait compris que l'heure des adieux avec elle et Alec était venue. Yuris trouva curieux et amusant que son compagnon se présente comme un voyageur aux réflexions existentielles. En fin de compte la conversation qu'ils avaient eu ensemble devait avoir pris son sens... Elle ignorait s'il disait vrai ou non, mais elle savait que tout ce qu'elle avait raconté n'était pas vain. Peut-être que les choses changeraient si elle poursuivait sa persuasion avec d'autres Qantiks. Alec déclara ensuite qu'il devait s'en retourner entretenir son système. Les autres Qantiks acquiescèrent en souriant doucement. Yuris observa leurs yeux. Il se dégageait de leur regard la douceur impénétrable de l'intelligence construite de toute pièce. Cette sensation de chaleureuse et discrète sollicitude faisait frissonner Yuris d'admiration. Les I.A étaient des personnes tout à fait incroyables, qu'elle avait envie de côtoyer davantage. Les quelques Hubots en présence lui avaient adressé quelques paroles d'invitation, pour le repas ou pour la nuit. Yuris les remercia, mais déclina cette invitation. Elle sentait que si elle restait trop longtemps, elle perdrait l'envie de se battre, et irait pleurer comme une gamine dans les bras de qui voudrait bien la comprendre. Elle décida donc de partir à son tour.
Alors que le gamin s'approchait d'elle, Yuris lui caressa doucement la tête, et lui dit d'une voix douce « Au revoir, petit. Porte-toi bien. » Et elle sortit du petit campement de fortune que s'étaient construit les autres Qantiks.

Avant qu'Alec ne tourne les talons, Yuris lui adressa quelques mots. « Si vous vous lancez aussi dans cette quête, tâchez de ne pas perdre la vie ». Elle avait dit ces mots en souriant discrètement. Elle n'avait pas envie d'apprendre plus tard sa mort. Bien qu'ils ne fussent pas resté ensemble très longtemps, Yuris se disait qu'elle l'avait apprécié. « J'espère que nous aurons l'occasion de nous revoir, Alec. Au revoir ! ». Sur ces mots, elle se mit à courir au loin, dans la direction opposée à la petite cabane où elle se trouvait juste avant sa rencontre avec Alec. Elle avait besoin de nouveauté, d'aventure. Ou peut-être juste d'oublier ses pensées noires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Need an upgrade [Pv | Yuris] END   

Revenir en haut Aller en bas

Need an upgrade [Pv | Yuris] END

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Upgrade d'equipement...
» technique d'upgrade
» Les upgrade event.
» Upgrade event
» upgrade au dk2
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sidhe
 :: La Cité Neutre
-