AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Dim 23 Aoû - 23:55


Après que l'inconnu leur ai indiqué l'adresse de la villa en question, le groupe alla s'installer à une taverne proche avec l'intention de se repaître et de discuter de leur futur plan d'action. Le bal masqué avait lieu le soir même, il fallait donc s'organiser, et rapidement. Aucun d'eux n'avait une tenue adéquate où une quelconque invitation excepté cette fameuse note. La femme à qui ils l'avaient arraché devait être la fameuse Rose Bleu, Mais la blondeur de ses cheveux n’était identique à aucune des chevelures féminine présentes, il ne pourrait donc profiter de cette entrée gratuite. Tandis ce qu'ils débattaient, piochant dans les différents mets apportés par une serveuse une femme se présenta. Longue robe de paysanne, chapeau de paille, mais manucure et cheveux parfait, un beau déguisement si on ne prêtait pas attention au détail. D'une voix douce et bienveillante la grande blonde déclara :

" Qu'est ce que Dame Rose à bien pu faire pour que vous aussi vous ayez envie de lui gâcher sa précieuse fête ?"

Abaissant la voix d'un ton, tout en se penchant pour ne pas que les curieux puisse capter la conversation, la mystérieuse inconnue ajouta :

" Je peux vous aider, si vous me rendez un petit service, trois fois rien."

Diya n'aimait pas cela, de quel genre de service était il question ? N’était ce pas juste un piège ? Cela paraissait trop facile, personne ne serait assez idiot pour se laisser embarquer dans une telle proposition. C'est alors que la voix de Mathias, agacé, s’éleva :

" Cessez de jouer la comédie, dites nous de quoi il s'agit sans plus tarder ! S'il s'agit là d'une farce je saurais vous faire regretter de nous faire perdre notre temps !"

Le Fauvex couché aux pieds de la Cyborg leva une oreille en grognant :

" Quelle délicatesse."

La femme, dont les yeux d'un bleu miroitant mangeaient le visage, fronça les sourcils et se redressa de toute sa hauteur, déclarant d'un ton plus ferme, loin de celui, mielleux, qu'elle avait employé plus tôt :

" Je fais partie d'un des groupes chantant ce soir, du moins je le devais. Mes musiciens m'ont fait faux bonds, craignant les conséquences que notre intrusion pourrait avoir sur leur famille. Il se trouve que la Noble vivant dans la demeure où vous comptez vous rendre est ..."

Elle laissa sa phrase en suspension, un grand sourire vint illuminer son visage, sans aucune raison apparente. La Qantik repéra alors la serveuse qui revenait avec leurs boissons, l'étrangère faisait preuve d'une paranoïa inquiétante. Les commanditaires de l’enlèvement de Merybel avaient l'air de tout sauf de rigolos. Pour être crains à ce point ils avaient dû donner de nombreux exemples de ce qui arrivait à ceux qui ne leur obéissait pas. Diya songea à la menace sur le petit mot. Régner par la terreur, le quotidiens de certains Élites d'Anathorey. La serveuse s'inclina poliment et leur rappela qu'il ne fallait pas hésiter à l'appeler s'il leur manquait quoi que ce soit. Merybel la remercia et elle prit congé. La blonde reprit alors, laissant son masque fondre aussi rapidement qu'il était apparu :

" Une vipère, une voleuse, et une capricieuse née avec une cuillère en argent dans la bouche. Elle obtient tout ce qu'elle souhaite, peu importe les moyens employés où l'argent à sortir. Ses frères sont eux aussi de véritables dangers pour ceux qui les approches. Mais peu importe, nous ne sommes pas là pour discuter potins, n'est ce pas ?"

Mathias rétorqua sèchement :

" Non en effet. Venez en au faits."

Amusée l'inconnue tira une chaise pour s'asseoir à leur côté, elle prit tout de même le temps de se commander un verre d'un pinot de mauvaise qualité avant de continuer :

" Faites vous passer pour mes musiciens et vous pourrez entrer sans être embêtés par la sécurité, vous placerez dans vos étuis des changes afin de vous vêtir convenablement, personne ne cherchera à savoir qui vous êtes réellement, il s'agit d'un bal masqué après tout."

Diya étudiait l'offre à mesure que les détails s'assemblaient. De toute évidence ce plan avait été prévu bien avant ce jour et elle n’était venue vers eux que parce que ses autres collaborateurs s’étaient désistes. Le tout était à présent de savoir ce que cette Unik voulait en échange. La Cyborg posa son menton sur ses mains, plongeant ses émeraude dans les saphirs de la blonde, sa voix dure calma l'empressement de l'inconnue :

" Que voulez vous en échange. Qu'est ce qui vaut que vous vous mettiez autant en danger ?"

L'étrangère devint pensive, préoccupée, sa voix ne fut plus qu'un murmure honteux :

" Cette détestable personne s'est emparée de mon Dzeta, une parure incrusté de douze saphir et diamant d'une rareté sans pareille. C'est un présent auquel je tiens énormément. Le savoir dans les mains de cette ... duchesse de pacotille, me rend littéralement malade."

Diya ne pouvait prendre une décision seule. se redressant elle demanda fermement, d'un ton sans appel :

" Nous allons discuter entre nous et prendre une décision. Laisser nous un instant, nous reviendrons vers vous."

La Qantik attendit que la femme s'éloigne et se tourne vers Miyuki :

" Qu'en penses tu ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Mar 25 Aoû - 22:39

Miyuki faisait semblant d'observer la carte, mais en réalité prêtait une oreille attentive à la mystérieuse blonde. Ce qui l'avait d'abord fait sursauter était lorsqu'elle avait évoqué la femme assassiné par Mathias. C'était étonnant pour quelqun de sa condition. On voyait bien des habits déchirés et recousus, son chapeau sale. Ce devait donc être un déguisement. Miyuki connaissait encore trop mal ce peuple pour encore bien distinguer les classes. Mais il est vrai qu' en regardant de près, ses cheveux étaient soyeux, ses mains intactes et délicates, ce qui devait être bizarre pensait elle, pour les gens paysans. La phytos avait tiqué au son du mot service . Ce n 'etait jamais très bon. Surtout avec tout ce qui s'était produit depuis la récupération de merybel. Miyuki resta sur ses gardes. Ça pouvait être tes bien un nouveau piège. Mais Mathias donna le ton en la menaçant. Ce type était agaçant, mais là il marquait un point. La phytos l air rêveur observait les environs pour vérifier qu aucun des clients n 'avait de comportement suspect. Dehors, elle jeta un coup d' oeil dans les recoins sombres, au cas où des cyborgs se seraient planqués. La blonde devait gagner du temps. Pour que ses copains viennent ? Elle s'éternisait en explications sans aborder ce fameux "service " quand allait elle le leur dire ?

La jeune femme expliqua faire parti d'un groupe élus ayant fait faux bond, et comme pour peser leur décision, rappela à quel point cette famille était dangeureuse. Ça allait être embêtant de de méfier de chacun des membres si tel était le cas. Mais Mathias s'impatientait et elle aussi. Que devaient ils faire ? Pourquoi venait elle les chercher ? La blonde proposa qu ils se fassent passer pour les membres de son groupe. Ils auraient de quoi de vêtir dans leurs étuis, et ils passeraient aisément la sécurité, sans s'attirer les ennuis des l'entrée. C était une bonne idée. Mais trop bonne. Trop pour être vrai. En y réfléchissant, elle ne gagnait rien, pire, ça la mettait en danger. Diya n ' etait pas dupe. Il y avait quelque chose là-dessous. C ' etait beaucoup de risques tout de même. La blonde finit par lâcher s'être fait voler son dzeta maintenant dans les mains de la duchesse, ce qui l insupportait. Le but était de le lui redonner. Oui, son service avait du sens pour les faite entrer ainsi. Diya ne voulut pas pecipiter les choses sans doute, et demande l'avis de Miyuki. La phytos réfléchit, muette, puis prit sa décision. La blonde se mit à l'écart pour ne pas entendre.

- Nous n'aurons pas d' autre chance de pouvoir y entrer. La sécurité est maximum et nous n'avons pas les habits adéquats pour se fondre dans les invités.je pense qu'il faut accepter sa proposition. Par contre, Miyuki abaissa sa voix pour être sûre que la blonde n'entende pas. Nous avons eu affaire à de nombreux pièges, je me méfie d'elle. Il faut qu'on reste sur nos gardes.

Sur ce, la rousse hocha la tête et la blonde, visiblement contente de son affaire, leur présenta leurs étuis et elle marcha en direction d'un taxi à chevaux. Miyuki grimpa et le chauffeur les fit un cri aux animaux et ils se nettement au galop. La demeure était loin, mais la mystérieuse blonde indiqua au chauffeur de les déposer un peu avant. Pour ne pas paraître suspicieux des la sécurité, elle leur proposa de se changer rapidement dans les fourrés. Miyuki se piqua à plusieurs reprises aux feuilles en grognant. Son habit était simple: une robe encore longue laissant ses épaules dénudées et tombant jusqu'aux pieds. Le tissu était léger, pratique si jamais ils devaient courrir. Un masque en plume sur le nez, et hop, elle était à peine reconnaissable. La blonde devant, ils de glisserent parmi les beaux habits et se firent examiner de la tête aux pieds par des vigiles baraques en armure, épée tranchante aux hanches.

-On est le groupe chantant de ce soir, tenez, voici mon invitation, nous sommes cinq.

bonne chance pour ce soir alors, je viendrais peut-être vous écouter.

Miyuki souffla de soulagement. L air perturbé du garde lui avait fait imaginer le pire. Elle en suait encore sous son masque. Maintenant ils avaient passé la sécurité, mais ce qu avait dit le garde la perturba à son tour. C était bien beau de se faire passer pour des musiciens, mais comment allaient ils faire sans éveiller les soupçons ? Elle ne savait pas jouer d instrument ! Miyuki chercha le regard de diya pour lui faire comprendre son inquiétude.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Jeu 3 Sep - 15:40


Miyuki semblait être pour accepter la proposition de la femme. Elle affirmait que c’était peut être leur seule chance de passer la sécurité sans souci, en plus d'obtenir de quoi se fondre dans la masse d'invités richement vêtus. La Phytos n'oubliait toutefois pas que de nombreux faux semblant avaient bordés leur chemin et qu'il fallait être prudent. Diya hocha la tête, accompagnée des deux Uniks qui étaient du même avis. La blonde, ayant observé leur réaction revint vers eux avant de déclarer avec assurance :

" Suivez moi."

Elle donna à chacun un étuis. Grand et allongé, sans doute un synthé, pour Mathias, plus petit et ovale, une basse, pour Merybel, à peu près similaire, une guitare, pour Diya et enfin un autre, identique, pour Miyuki. Le petit groupe savait que les contenants ne possédaient pas d'instruments mais bel et bien des vêtements qui leur permettraient de s'infiltrer au bal. La femme les fit monter dans un taxis mené par deux chevaux de traits et donna une adresse précise au conducteur. La calèche se mit en mouvement tandis que la femme pianotait nerveusement sur le montant de la porte. Elle était nerveuse ce qui laissait penser à la Cyborg un mauvais pressentiment. Elle qui avait dit avoir préparé son plan longuement a l'avance n’était visiblement pas certaine du résultat. Les chevaux s'arrêtèrent sur la demande de la Noble qui demanda à tous le monde de descendre. Il se trouvait dans un petit bosquet proche du jardin de l'immense demeure où avait lieu le bal masqué. Une fois que le taxis eut disparu de leur vue l'inconnue désigna leur étuis respectifs et leur demanda de se changer. Mathias soupira en s'éloignant pour se changer à l'écart après que sa sœur lui ai lancé un regard meurtrier. Les quatre femmes se changèrent rapidement, chacune vêtue d'une longue robe dont le tissus, fin, leur laissait une liberté de mouvement suffisante. Ainsi Miyuki, Merybel et Diya portaient à présent une tenue d'un blanc immaculé rehaussé d'un masque à plumes et souligné de perles nacrées. La blonde, elle, portait une robe fourreau plus courte qui la mettait en avant d'un bleu vif. Son masque possédait une améthyste centrale au niveau du front, surmontée de trois plumes de tailles égales. Quand Mathias revint il portait un smoking noir avec un nœud papillon s'accordant aux robes des demoiselles. Cela ne lui allait pas si mal, ses cheveux en bataille lui donnait un style rebelle et lui lunettes d'aviateur pendues à son cou un air décalé. S'il n'avait pas si mauvais caractère il aurait pu être un bon parti.

D'un geste de la main la blonde les invita à sortir du bosquet. Ils étaient fin prêt à se rendre à la fête. D'une démarche assurée elle les mena jusqu'à l'entrée du domaine, slalomant entre les invités vêtus de leur parures et atouts hors de prix, avec la grâce de l'habitude. Ils n'eurent aucun de souci avec la sécurité. L'inconnue montra son carton d'invitation et l'homme armé qui protégeait l'accès à la demeure déclara qu'il viendrait surement les entendre jouer. Le Fauvex était resté à l’extérieur, caché dans la végétation, grognon, comme à son habitude. La blonde les mena dans un coin où la masse de participants masqués était moins dense avant de se tourner vers eux, sérieuse :

" Je vais essayer de vous donner toutes les informations que je sais à propos de cette soirée. Rose fera son entrée d'ici une heure avec l'ouverture du banquet, pour l'instants les invités font le tour pour se saluer entre eux. Le premier groupe jouera après le discours de cette ... "

La femme se pinça l'arrête du nez comme pour conserver son calme et reprit :

" Il y a, en tout, cinq groupes avant nous, arrangez vous pour que nous n'ayons pas à monter sur scène, ça risque d'être une véritable catastrophe sinon. J'avais prévu ceci pour mes coéquipiers. Faites en bon usage."

L'élégante inconnue leur donna à chacun une oreillette transparente, invisible sous le masque, et un micro qu'elles cachèrent sous le col de leur robe. Ainsi ils pourraient communiquer entre eux et couvrir plus de terrain. L'Elite termina par quelques précisions supplémentaires d'un air grave :

" Le bâtiment central est immense et il y a une autre pavillon derrière, il faut passer par la roseraie pour y accéder, mais elle doit être bien gardée. Rose aura surement une doublure afin de pouvoir s’éclipser aussi souvent qu'elle le souhaite et des gardes déguisés dans la foule. A partir d'ici vous êtes seuls. Si vous parvenez à trouver ma parure donnez la à la femme dans l'auberge ou nous nous sommes rencontré, elle saura que c'est moi. Bonne chance."


Sans avoir donné son nom la blonde disparue dans la foule sans plus de manière. Tout en soupira Diya enroula une mèche de ses longs cheveux émeraude autour de son index. La mission allait s’avérer plus compliquée que prévu. Si cette femme avait, en plus, une doublure alors qu'ils ne savaient absolument pas à quoi elle ressemblait, le risque de se faire avoir était d'autant plus grand. La Cyborg lâcha, peu à l'aise dans cette pièce blindée de parfum capiteux et d'embruns d'alcool qui déjà, avait fait rougir quelques visages :

" Nous devrions commencer par faire un rapide tour des lieux pour pouvoir nous repérer. Mieux vaux se préparer à décamper rapidement si cela tourne mal. Merybel et Mathias je suppose que vous préférez restez ensemble ?"

Le jeune Unik hocha vivement la tête pour affirmer. Il serrait la main de sa jumelle avec force, comme s'il avait à nouveau peur de la perdre. La Qantik sylvestre soupira mais déclara avec assurance :

"Bien dans ce cas Miyuki et moi allons explorer l'étage, ce domaine à l'air immense. Enfin si cela te vas ?"

Diya s’était tournée vers la rousse, en attente de son avis. Peut être préférerait elle aller de son coté ? Il semblait toutefois plus prudent de ne pas trop se séparer. Qui savait de quelles capacités étaient munis les gardes du lieu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Sam 5 Sep - 0:08

La blonde leur expliqua le déroulement de la soirée et assura que Rose ne sortirai pas avant une heure. Cela laissait du temps. Elle leur avait fourni des appareils de pointe bien dissimulés sous les habits. Miyuki se dit qu’il valait mieux oublier leur présence malgré les sensations de légers chatouillis pour ne pas se faire remarquer. Il fallait donc maintenant faire semblant de rien et être habile pour communiquer sans paraître étrange. Pas facile. Et son sentiment de malaise ne s’était pas arrangé. La blonde n’avait pas de solution, mit à part les informer que cinq groupes passeraient avant eux et qu’il fallait à tout prix éviter de monter sur scène. Rassurant…Miyuki se raisonna en se disant que chaque groupe prendrait au moins une bonne heure, mais en attendant, il fallait repérer les lieux et repérer évidemment cette fameuse doublure. Beaucoup d’informations pour au final presque rien. Même joliment déguisés, ils n’en étaient pas moins en danger, car incapables de jouer d’instruments. Et cette doublure, la blonde aurait au moins pu leur filer quelques indices sur son physique pour la suivre. Comment allaient- ils deviner ? Au lieu de cela, sueur au front, la jeune femme s’éclipsa, car à présent » vous êtes seuls « avait- elle lâché. Bien qu’elle les ai beaucoup aidé, Miyuki ne l’appréciait toujours pas et s’en méfiait comme de la peste, surtout que maintenant elle les avait abandonné dans un monde totalement inconnu. Elle fit bonne figure mais au fond râla. Diya, heureusement, ne perdit pas son sang-froid et proposa de se séparer en deux groupes pour rapidement évaluer les lieux. Merybel et Mathias restaient ensemble pour enquêter en bas, tandis que Diya et elle s’occuperaient de l’étage. La jeune fille inclina tout de même de la tête pour voir si cela lui convenait. Ce qui était le cas. C’était une mauvaise idée de trop de séparer, et ainsi ils couvriraient l'ensemble du lieu. Mais la raison pour laquelle la jeune phytos préférait rester avec elle, était surtout que ce monde lui était totalement étranger, et se sentait terrifiée à l’idée de se retrouver seule au milieu de ces parures et ces étranges manières de parler. Miyuki lui fit un sourire en hochant de la tête et commença à s’engouffrer dans la foule en direction des escaliers.

Malgré son masque, la jeune phytos avait du mal à dissimuler sa gêne. Elle essayait de rester au maximum inexpressive, mais son corps était parcouru de frissons. Elle était partagée entre l’admiration et l’effroi de ce monde si fastueux. En passant devant un miroir doré, Miyuki admira sa blanche tenue qui épousait ses courbes. Le tissu était fin et léger et mettait en valeur ses cheveux de feu. Le masque était très orné, posé sur le nez, coupant son visage laissant voir simplement sa fine bouche. Ses joues rosirent. Etonnement, la jeune femme s’admirait. Elle aimait bien être coquette et se mettre en valeur, mais n’était pas habitué à ce genre de tenue , et étrangement, celle là lui plaisait bien. Tout en observant l’espace de l’escalier au tapis rouge vif, elle se mettait à écouter les conversations, les manières de parler, les gestes, et surtout les vêtements…Une femme attira son attention. Entourée de trois jeunes hommes, visiblement intéressés, elle s’exprimait avec des gestes délicats jouant l’aguicheuse, mais tout en installant une distance. Chacun des trois tentaient vainement d’attirer son attention par des conversations pleines de politesse. Elle riait, passait de l’un à l’autre sans vraiment céder, semblant s’amuser de ce jeu du chat et de la souris tout en agitant sa robe parée de bijoux. Une robe très belle d’ailleurs. Le haut laissait ses épaules découvertes et fines manches blanches couvaient ses bras. Le tissu était rouge et ornée d’or. Son masque lui coupait elle aussi le visage jusqu’au nez, mais montrait sa richesse, tant il était incrusté de perles et de plumes blanches.

L’étage était interminable, rempli de groupes s’abordant ravis de se rencontrer. Masques et robes voletaient à tout va, parmi les courbettes et les petits rires animant les couloirs. Lustres, lustres, lustres, tapisseries, tableaux, tapis respirant le neuf , valets s’agitant à servir promptement des mets sur des plateaux d’argent…Mais pas de femme avec le Dzeta recherché ni de porte dérobée. D’ailleurs, Miyuki remarqua de nombreux gardes bien armés sur les quelques sorties possibles. La sécurité était effectivement maximale. Un bruit d’applaudissement la fit deviner que le premier groupe était monté sur scène. Il leur restait beaucoup de temps mais limité. Le soupçon finirait par monter lorsque le dernier groupe ne répondrait pas présent. Mais à force de chercher, la jeune femme finit par tomber sur quelque chose d’intéressant. Dans la pénombre d’un couloir désert, une femme masquée sortit d’une porte cachée. Deux silhouettes noires tentaient de la retenir et lui murmuraient quelque chose d’un air colérique. Ce groupe retint sous attention et le montra discrètement à Diya. Elle se glissa a pas de velours derrière un rideau baigné par l’obscurité, situé non loin d’eux. La jeune phytos ne bougea plus et respira le plus lentement possible

-Je vous en prie Dalhia, un peu de tenue. Nous ne sommes pas censés nous montrer, vous allez finir par apporter des problèmes à la famille.

Sa voix était légèrement paniquée mais ferme.Une main écaillée sortit de la pénombre pour entrainer une jeune femme au masque exubérant, mais furieuse, la rebelle la gifla et s’enfuit d’un rire narquois. Au bout du corridor, elle finit par se retourner et continua de rire d’un air glaçant :

-Qu’importe ! Avec notre richesse, nous pouvons nous permettre ce que nous voulons. Il y a bien du monde ce soir, et je compte bien m’amuser.

Son dernier mot se conclut par un rire sadique, presque fou. Les deux silhouettes refermèrent furieux la porte se confondant avec le mur, et Miyuki rejoignit en vitesse les couloirs éclairés bondés de robes somptueuses. Ce rire retentissait encore dans sa tête, le cœur en chamade. Cette femme n’annonçait rien de bon et se dirigeait vers le bas, où les jumeaux étaient. Une conversation surprise dans un groupe de jeunes femmes l’inquiéta un peu plus

-J’ai vu la duchesse Dalhia de Fallieni descendre en direction du salon...

A ces mots leurs teints devint livide et s’éventèrent un peu plus , comme si on leur avait annoncé une mort certaine. Une femme encore plus pâle que les autres chuchota en se mordant les lèvres de terreur :

-Grand dieu je crains le pire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Lun 7 Sep - 15:30


Miyuki approuva son idée derrière son masque immaculé, elle prit la direction des escalier, fendant la foule, et la Qantik la suivit, dévisageant discrètement les Uniks fortunés qui les entouraient. Elle sentait la Phytos mal à l'aise mais préférait cacher sa propre gêne derrière une assurance pour le moins factice. Saisissant un verre sur le plateau doré d'un des serveur elle porta le liquide doré à ses lèvres, goûtant à la fraîcheur sucré de son contenu. Tandis qu'elle traversait la salle derrière la rousse, elles dépassèrent un groupe où trois jeunes hommes vêtue avec classe courtisaient avec insistance une demoiselle vêtu de carmin et d'or. Sa robe, sans doute créée sur mesure par un grand couturier d'Anathorey, mettait en valeur sa taille fine et sa peau satinée. Derrière son masque deux billes océanique semblaient se moquer de ses prétendants tandis qu'un sourire, qu'on aurait pu pensé sincère mais qui, pour la Cyborg, tenait plus du jeu des apparences, laissait croire aux hommes qu'elle s’intéressait à eux. Diya détestait ces rôles que s'obligeaient à incarner les Nobles, pour rien au monde elle n'aurait voulu une telle place. Devoir renoncer à la personne qu'elle était pour satisfaire les exigences de la mondanité ce n’était pas pour elle.

Son regard émeraude se porta sur un autre groupe, plus équilibré cette fois, où la discussion tournait visiblement autour d'une acquisition de la part d'une Elite destituée de ses bien. Une femme aux cheveux d'un rouge affreusement laid se vantait d'avoir pu racheter la part de marché de la malheureuse tandis qu'un homme riait de la misère de la pauvre femme sans se retenir, clamant ô combien il aimait trop sa place pour la sacrifier bêtement en tenant tête aux Princes. La demoiselle n'avait pas entendu parler d'une telle affaire. Mais il fallait dire que les histoires de la haute société de la capitale d'Urban City l’intéressait peu. Si bien qu'elle laissa son attention glisser, suivant simplement Miyuki au travers de la foule dans le labyrinthe de salle et de couloirs interminables. De temps à autres ses lèvres rosées rencontraient le cristal de son verre pour goûter aux délices de l'hydromel. La Phytos attira soudain son attention, désignant un trio masqué par la semi-obscurité d'un couloir où les invités étaient absents. Caché par un lourd rideau de velours sombre l'Hybrid se fit aussi discrète que possible, Diya se colla contre son flanc, plus visible cependant, et tendit l'oreille pour percevoir la discussion animée qui avait lieu entre les trois protagonistes. Il était question d'une femme aux riches atouts, une robe d'un vert profond couvrait son buste, se fendant au niveau de la cuisse pour laisser apparaître une peau légèrement bronzée, comme caramélisée par le soleil du Sidhe bien qu'elle n'y ai sans doute jamais mit les pieds. Ses cheveux noir de jais captèrent l'éclat d'une bougie que tenait un des hommes qui l'accompagnait, une main sorti de l'ombre tenta de la retenir mais un soufflet vint rompre le silence dans un grognement indigné alors que la femme répliquait, lâchant pour conclure sa tirade un rire à vous glacer le sang. 

Miyuki se précipita en dehors de leur cachette pour rejoindre la foule mais la Qantik n'eut pas le temps de la rejoindre, la porte confondue à la tapisserie se referma en claquant et la femme se dirigea d'un pas dansant, sans même trembler sur ses hauts talons assortis à la robe, vers les convives. Elle passa devant Diya qui retint son souffle de peur d'être repérée. L'inconnue la dépassa et se mêla à la foule, faisant forte impression. Elle inspirait terreur auprès des invités, son nom ne disait pourtant rien à la Cyborg. Qui pouvait donc bien être cette fameuse Daliah ? Diya rejoignit Miyuki au moment où une voix se faisait entendre dans leur oreillette, Merybel leur exposa de sa douce voix ce qu'ils avaient pu constater en bas :

" Rose de Francfort à fini son discours, le premier groupe a commencé à jouer, l'assemblée est plutôt calme, la piste se remplit."

La Qantik passa sa main sur son col discrètement, vérifiant la présence du micro avant de déclarer :

" Parfait, à l'étage tout est calme aussi, même si nous avons assisté à une scène pour le moins étrange. Tu peux me dire à quoi ressemble cette fameuse Rose ?"

Un instant de silence suivit sa question avant que la voix grognonne de Mathias ne réponde :

" Grande, la peau matte, des cheveux noirs et ondulés, une robe verte et à son cou la fameuse parure que nous recherchons. Comme si les choses n’était pas déjà assez compliquées."

Un soupir las vint clore la phrase du jeune Unik. Ainsi donc Daliah était la probable doublure de Rose. Cela expliquerait pourquoi cet homme ne voulait pas la laisser sortir alors que la Duchesse De Francfort se trouvait encore dans la salle de bal. Si elles parvenaient à attraper cette femme et à lui soutirer les informations nécessaires alors Miyuki et Diya gagneraient un certain avantage. Posant sa main sur l'épaule de la Phytos, la demoiselle aux cheveux anisé lui murmura :

" On va discrètement kidnapper cette Daliah, elle pourra nous donner quelques informations utiles apparemment. Suis moi."

Diya se glissa dans la foule, évitant habilement un serveur qui manqua de renverser son plateau après avoir été bousculé par un gentleman au nez déjà bien rougi par l'abus de boisson. Repérant la robe émeraude de la femme elle se plaça à sa droite et posa sa main sur son épaule dénudée, masquant son acte par une phrase inquiète :

" Vous semblez bien pâle, puis-je vous aider à gagner un siège ?"

Les muscles de la femme se relâchèrent tandis qu'elle s'effondrait, comme évanouie, dans les bras de la Qantik. La faible dose d’énergie utilisée ne la laisserait ainsi que quelques minutes, elles devaient rapidement trouver un endroit ou l'allonger afin de la questionner à son réveil. La scène avait attiré quelques regards curieux mais ils se détournèrent rapidement en avisant qu'il s'agissait de l'Elite, qui était visiblement peu apprécié. Quelqu'un dans la foule la somma même de la laisser par terre mais la Cyborg répondit par un léger rire avant de passer le bras de l'inconnue sur son épaule et de la diriger tant bien que mal vers la première pièce à sa droite. Le petit salon aux teinte pastel disposait d'une cheminée éteinte et d'un long sofa bleu sur lequel Diya étendit la femme avant de se tourner vers Miyuki, légèrement tendue :

"Nous n'avons plus qu'à attendre qu'elle se réveille, cela ne devrait pas tarder, restons sur nos gardes, quelqu'un pourrait la chercher et les badauds qui ont vu la scène leur indiquer facilement cet endroit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Lun 7 Sep - 22:19

Les quelques échanges de micro fit comprendre à Miyuki que cette Dalhia correspondait à la description physique de la fameuse doublure de Rose. Un mystère de résolu. Et son idiote imprudence leur permettait d’éviter de gâcher un temps précieux. Par contre la véritable Rose possédait la parure...oui, c'était embêtant. Mais Cette femme qui les avait introduits ici, était-ils sûrs qu’elle ne mentait pas ? Cette parure était-elle bien ce qu’elle prétendait et lui appartenait-il réellement ? Diya lui murmura qu’il fallait kidnapper cette Dalhia , qui aurait des informations, et lui demanda de la suivre. La repérer ne fut pas très long. La foule ne cessait de fixer des yeux angoissés vers sa direction, et celle-ci se pavanait dans sa robe respirant la richesse et la vanité. Jouant admirablement l’Elite inquiète, Diya se glissa à ses côtés , prétextant la trouver bien pâle. Sans être sûre, la phytos vit une de ses mains libérer une petite lumière sur l’épaule , puis la noble tourna de l’œil avant de s’écrouler dans ses bras. Ouah…Qu’avait elle fait ? Quelle efficacité… En y pensant, Miyuki ne lui avait jamais demandé la nature de son Don…Une Elite tourna la tête. Le masque cachait son expression, mais on air pincé la fit deviner qu’elle se demandait bien ce qui se passait. Finalement, cette dernière haussa les épaules en arborant un sourire méchant, mais angoissé. Cette Dalhia devait être sacrément spéciale. Diya cacha les apparences en riant gentiment et l’entraina vers un plus petit salon ce qui dissipa les autres curieux . Diya se chargea de l’allonger pendant que Miyuki s’assura que la porte en bois doublé de velours était bien fermée. Se faire surprendre en plein interrogatoire allait mettre en danger leur identité. Diya la conseilla de rester sur ses gardes, car on finirait par remarquer sa disparition.
Étendue sur un sofa sophistiqué d’ornements et  de velours, la kidnappée fronça des sourcils et commença à gémir

-Qu'est ce qui...

Miyuki sortit de ses dessous un dessin de dague. La même utilisée sur Neizhen, la dague empoisonnée. Elle serra les lèvres, se donnant un air froid et sans pitié, puis sans ménagement, pointa la dague au cou. L’Elite encore à moitié comateuse ne se défendrait pas, ses membres semblaient anesthésiés. La phytos savait le danger qu’ils courrait à attendre qu’elle veuille bien parler, elle préféra na pas lui donner le choix. Après tout, C’était une noble, elle plierai surement vite sous la menace. Au passage, Miyuki en profita pour lui retirer un grand gant sur un de ses bras. Peut-être une arme, sait-on jamais. C'était comme une sorte de gant en métal s’étendant au coude.  Sa couleur était d’argent, incrusté d’une vingtaine de joyaux, tous brillants plus les uns que les autres. Des écritures sculptées décoraient la parure des doigts jusqu’à coude. un véritable travail d’orfèvre. Si précieux…Il devait valoir une fortune. A trop l’observer, cela en devenait aveuglant. Etait-ce vraiment une arme? Ces Elites semblaient si malicieux que Miyuki se méfiait de tout. Elle la posa plus loin et s’occupa à nouveau de cette Dalhia, qui avait à présent les yeux grand ouverts. Cette peste prenait encore le temps d’afficher un sourire satisfait sur son visage. Elle allait vite déchanter

-Bien, je vous préviens. Cette dague est empoisonnée. Si vous refusez de me mentir, ou que vous luttez, j’enfoncerais cette lame un peu plus dans votre peau qui déchargera des éléctrochocs et bien pire encore. Vous souffrirez le martyr, alors je vous conseille de coopérer. Nous sommes au courant pour la rencontre de ce soir et Merybel…A qui devait-elle être livré ensuite ?

-Intéressant…De qui vient cette fuite ? J’ignore qui vous êtes , mais vous êtes fous, vous ne savez vraiment pas à qui vous vous attaquez…

Encore ce rire glaçial…Elle ne la prenait pas au sérieux. Miyuki enfonca la lame et appuya sur la première bulle. Sa victime se cambra et elle étouffa son cri. Ses yeux s’agitèrent, une larme coula tandis que son regard devint légèrement inquiet. La phytos se recula pour la laisser répondre

-Vous êtes fous…ça ne vous regarde pas j’ai pas peur..je ne dirais rien ! Parce hinhin…je fais en quelque sorte partie de la grande famille des De Francfort , une des familles de nobles les plus puissantes. Dès qu’ils sauront ce que vous m’avez fait, ils subiront les pires supplices !

La blonde leur avait bel et bien mentionné ça...Ses frères étaient du même genre que cette Rose apparemment...ou pire, peut-être. Enervée, Miyuki voulut enfoncer la lame un cran de plus. Mais elle n’eut pas le temps. Des cris et un bruit d’une cavalerie déboulant les escaliers la stoppa dans son geste. Ce fut suivi de bruits de verrous et de grandes portes se refermant avec violence. Le bruit lui parvenu étouffé, mais elle crut entendre des invités hurler qu’ils étaient enfermés…Quoi ? Une voix masculine plus proche chouina qu’il n’y avait plus aucun moyen de sortir, et qu’il y avait des soldats partout. Abasourdie, Miyuki se tourna vers la kidnappée sans être vraiment sûre que tout cela se produisait. L’Elite , les yeux injectés de sang déclencha un autre rire sadique

-Hin hin, je vous avait prévenu….Vous vous êtes fourrées dans les pires ennuis!

Miyuki s’assura que son masque tienne bien pour que son visage ne soit pas fiché. Que se passait il dehors ? et les jumeaux s’en sortaient ils ?Ils allaient finir par enfoncer la porte. La phytos vit un découpage dans la teinture du mur. En poussant un peu en suivant la découpe, elle découvrit une sortie secrète menant dans les couloirs cachés de la maison. Miyuki fit signe à Diya et emmena la doublure de Rose qui ne parvint pas à résister et ferma l'entrée de la cachette. Maintenant, il fallait envisager un autre plan, et découvrir l'auteur du marché de Merybel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Mar 8 Sep - 15:32


Comme la Cyborg l'avait présagé bientôt la femme reprit connaissance, lentement, comme émergeant d'un rêve. Elle se demanda à voix haute ce qu'il se passait avant de remarquer qu'elle n’était pas seule. Miyuki avait sortit une dague d'une feuille de papier, comme pour les bombes de poivre qui leur avaient été très utiles précédemment. Ce Don devait être bien pratique et la Qantik ne put s’empêcher de se demander quelle en était la limite, curieuse. L'arme vint presser la jugulaire de la Noble sans ménagement, menaçante, alors même que la douceur que la demoiselle voyait fréquemment sur le visage de la Phytos avaient laissé place à une froideur qui faisait briller ses yeux derrière le masque immaculé. La rousse avait immédiatement repéré un bijoux forgé occupant la moitié du bras de la femme et l'en avait privé en le détachant et le posant plus loin. Le regard de Diya le caressa un instant, comptant les pierre et détaillant le minutieux travail qui devait valoir son pesant d'or. Était ce le Dzeta de la femme ? Les yeux de l'inconnue fortunée fixait avec colère les deux agresseuses, pestant surement contre son corps engourdis qui ne lui permettait pas de se défendre. Mais avec la lame sous la gorge elle aurait de toute manière eut bien du mal. La Qantik aurait préféré la "convaincre" de parler à l'aide de son Sigma mais la méthode de la rousse lui permettait de s'économiser, ce n’était pas plus mal même si la demoiselle craignait qu'elle ne crie, attirant ainsi les multiples gardes postés dans la demeure. 

Sans laisser d'avantage de temps s'écouler Miyuki la menaça des pires supplices si elle cherchait à les duper, usant de sa position de force. Sans se laisser démonter la vipère cracha son mépris, surprise qu'une telle informations se soit échappé et menaçante quand aux conséquences de cette attaque. Ce qui n’impressionnait en rien Diya qui maintenait fermement les bras de la femme sur le sofa. L'inconnue se permit de leur rire au nez et Miyuki, n'appréciant surement pas un tel affront, appuya la lame contre sa gorge, faisant perler une goutte écarlate sur la peau caramélisée. Le poison se répandit rapidement, le corps de la Noble se tordit, ses yeux se révulsèrent et une arme lui échappa, seule témoins de sa souffrance puisqu'elle avait retenu son cris. Peut être avait elle peur d'être repérée elle aussi finalement ? Après tout l'homme qu'elle avait giflé avait bien dit qu'elle ne devait pas se montrer. Quelles pouvaient être les conséquences de sa désobéissance ? Amer, la voix secoué par le souvenir de la douleur Daliah répliqua qu'ils ne devaient pas se mêler de cette histoire, qu'il était fou de chercher à s'en prendre à une telle puissance, se vantant de sa place au sein de la fameuse famille De Francfort dont cette Rose faisait elle aussi partie.  Elle avait cependant utilisé le terme " en quelque sorte", ce qui laissait deviner que ce n’était pas réellement le cas ou qu'il y avait un détail plus compliqué derrière tout cela. La femme aux cheveux d'ébène les mis en garde, si elles ne la relâchaient pas elle souffriraient en conséquence. Un sourire amusé vint assombrir le visage de la Cyborg, elle allait poursuivre l'interrogatoire entamé par la rousse quand des pas pressés et des bruits indignés retentirent dans les couloirs.

Lançant un regard inquiet à Miyuki, Diya se releva, entraînant la femme dans son geste. Au dehors une rumeur se mit à courir, les sorties avaient été coupées, ils savaient. Qui qu'ils soient, ils savaient qu'ils étaient là. Il n'était plus temps de traîner. Nouveau rire de l'Elite, sadique, croyant sans doute qu'elle serait bientôt tirée de ce mauvais pas. Il n'en était toutefois rien, la Phytos venait de découvrir une porte dérobée, cachée dans la tapisserie du mur, une telle chance ne pouvait rester ignorée ! Traînant Daliah avec elles les deux femmes s'engouffrèrent dans le passage qui donnait sur un large couloir. Le passage secret ainsi refermé ne devraient pas permettre aux gardes de les suivre, à moins qu'ils n'en connaisse l'existence, ce qui était peu probable. La Noble commença à se débattre alors qu'elles la forçaient à presser le pas. Diya agacée l'arrêta, plaçant ses mains de part et d'autre de son visage. Le regard de Daliah s'adoucit alors que les mains spirituelles brisaient son esprit. La voix de la Cyborg se fit impérieuse, sans appel :

" Suis nous sans faire d'histoire."

Nul ne pouvait savoir combien de temps cela ferait effet mais elles pourraient ainsi fuir plus facilement. La femme courrait maintenant à leur coté sans protester, ses yeux vides derrière le masque témoignait de l'absence de sa volonté propre. La sueur perlait au front de Diya, utiliser son Sigma lui avait tiré beaucoup d’énergie et même si elle avait le TX-mini en réserve la demoiselle ne voulait pas pousser son corps à la rupture. Enfin, après avoir traversé plusieurs couloirs étrangement déserts, sans doute inaccessible au public, elles tombèrent sur une porte qui donnait sur l’extérieur. Un escalier de granit donnait accès à une immense jardin. L'oreillette se mit à grésiller :

" Diya ? Miyuki ? Si vous m'entendez nous avons réussi à sortir avant que les gardes ne bloquent les accès aux extérieurs. Nous sommes près de la roseraie."

La voix de Merybel, était étouffée, comme si quelque chose n'allait pas. Elle devait rester sur ses gardes. D'un signe de tête elle indiqua à la rousse une immense serre au bout du jardin :

" Ce doit être la bas. Mais quelque chose me chiffonne, soyons prudentes. Je vais passer devant, reste derrière avec Daliah, ça nous fera au moins un otage si cela tourne mal. Elle ne devrait pas tarder à se "réveiller", gardes ta dague sous la main."

Laissant les deux femmes derrière la Cyborg fonça droit devant elle, remontant l'allée bordée de fleurs en tout genre. Elle aperçue enfin la chevelure sombre de Merybel. Accourant vers elle, inquiète, la demoiselle sentit soudain un objet froid se poser sur sa tempe. 

" Pas un pas de plus."

La voix de Mathias était dénuée de sentiments, comme robotisée. Ce n'est qu'alors que Diya se rendit compte des fers qui retenaient les mains de Merybel. Quelle idiote, elle s’était jetée droit dans la gueule du loup. Deux hommes apparurent de part et d'autre de Merybel, comme sortit de nul part, s'accoudant sur elle comme si elle n’était qu'un vulgaire objet. Tout deux portaient des queue de pie sur mesure qui mettaient en avant leur silhouette de mannequin. 

" Allons très chère. Ne résistez pas, nous serions obligé de demander à notre cher Mathias de vous tuer."

Le deuxième ajouta, rieur :

" Merci de nous avoir ramené Merybel, nous craignions d'avoir à envoyer d'autres de ces Cyborgs incapables. Vous nous enlevez une épine du pied ! Vraiment !"

Le premier reprit, caressant la joue de Merybel, qui avait été débarrassée de son masque. L'air dégoutté et apeuré de la jeune Elite témoignait de la terreur que lui inspirait l'issue de cette encontre. 

" Ce collier que vous pouvez apercevoir autour du cou de votre ami le prive de toute résistance. Un vrai pantin ! Pratique, surtout quand on sait à quel point il peut être rebelle. Ce vilain garçon est sous nos ordres maintenant, et Merybel nous revient de droit. Que comptez vous faire ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Jeu 10 Sep - 20:21

Le passage bien étroit déboucha sur l' extérieur et un escalier extérieur donnant sur les jardins. Pratique. Ce devait être un de ces moyens permettant de s'échapper en cas d 'assault. Il était vrai que cela était répandu dans les vieilles demeures. Une transmission micro lui apprit que les jumeaux avaient réussi à sortir sans encombre et qu ils se situaient à présent près de la roseraie. Miyuki ignorait si c'était en raison du micro, mais sa voix lui parut bizarre, un peu étouffé. Diya paraissait soucieuse, elle devait se douter de quelque chose. Elle lui désigna le lieu de rencontre mais la mit en garde car quelque chose ne tournait pas rond. Dans ses bras était à nouveau inconsciente cette Dahlia. C'était sûrement pour cette raison qu elle ne l ' avait pas entendu couiner. Pratique son pouvoir, mais Miyuki était soucieuse.  Elle avait l 'impression que Diya avait beaucoup utilisé ses capacités et elle en ignorait ses limites. Mais dans le couloir secret, la phytos avait cru percevoir des signes de fatigue et s'était demandé si elle ne s' était pas trompé.  Et non peut-être. Il fallait se reposer  et en finir avec cette histoire avant que tout cela tourne mal.  Diya lui dit qu elle gardait Dalhia comme otage,  au cas où. Sage décision.  C 'est vrai,  elle avait eu aussi une étrange impression. Bon, maintenant il fallait se dépêcher  ou ils finiraient par arriver au bout de leurs limites. "Gardes ta dague à la main " lui conseillait elle. Ah oui.  Mince. Cela faisait déjà un certain temps que la dague s'était matérialisée...En calculant, Miyuki estima qui lui restait un peu moins d une heure...faisable. Mais si il lui fallait recommencer le dessin il lui faudrait du temps.  Donc il fallait vraiment boucler ça rapidement...

En traversant la roseraie, Miyuki reconnut la silhouette de merybel. Ouf.  Tout allait bien donc.  Diya accourut à sa rencontre, la phytos s ' occupa de l 'Elite encore inconsciente. Mais soudain, à peine à hauteur de merybel, un type apparut de nulle part et lui pointa une arme sur la tempe. Miyuki réussit à le distinguer malgré la pénombre. Mathias ! Mais qu'est ce qu'il lui prenait ? La jeune femme sur la défense, serra un peu plus la potentielle otage. Deux types surgissent et se posèrent tranquillement sur les épaules de merybel qui ne bougea pas d' un pouce. L'un d'eux d' un ton moqueur menaça Diya qu'il pourrait demander à Mathias de la tuer.  Quoi ? Miyuki était atterré. Le jumeau les avait ils trahi ? Mais ça n ' avait pas de sens, il n'avait aucun intérêt !  Le deuxième les remercia de leur avoir en quelque sorte facilité la tâche en ramenant merybel. Le premier lui caressa la joue. Miyuki ne parvenait pas à distinguer les traits de Merybel mais ses tremblements témoignaient de sa terreur. Ne voulait elle pas bouger ou ne pouvait elle pas ? C était certainement la deuxième option. Celui qui lui avait caressé la joue semblait guilleret,  et expliqua le comportement de Mathias.  Il avait donc un collier qui était la cause de ce comportement.  Cela l ' énerva lorsque il prétendit que la jumelle leur appartenait de droit.

-Personne N' appartient à personne !

C était idiot, mais c était sous le coup de la colère. Mais effectivement, que comptaient ils faire ? Diya avait une arme sur la tempe, elle était donc hors jeu. Miyuki installa le silence pour réfléchir. Il y avait un gros problème.  Cela faisait plusieurs jours qu elle et diya ne s' étaient pas réellement reposés, et les combats s' étaient enchaînés.  Bon seulement sa partenaire devait se fatiguer, mais elle aussi commençait sérieusement à ressentir les problèmes de fatigue. Ils n' étaient que trois, hors merybel, et le seul moyen de les assommer était les croquis.  Mais chacun d' eux prenaient trois minutes, et elle serait, à moins d ' utiliser son éventail, sans défense.  Il aurait le temps de tuer diya. Et puis cela demandait une certaine dose d' énergie... Mais elle avait toujours Dalhia, qui commençait à remuer.  Miyuki tenta le coup

-j ai ici un des membres de la famille Francfort, Dalhia Fellini.  Je N' hesiterais pas à la tuer. Ce serait dommage non ? Alors relâchez ma partenaire et merybel !

Malgré le poignard planté, les deux types ricanèrent, pas inquiets pour un sou.

-Mais allez-y, je vous en prie, achevez- là ! Etes vous sûre ? Parce que vous avez un sérieux désavantage là...Mathias ?

Miyuki les regarda incrédule.  C était une élite, pourquoi cela ne les dérangeait pas qu elle puisse mourir ? Non....son otage ne valait plus rien.  Peut-être que finalement rencontrer la famille en personne allait les guider plus facilement à leur but.  A quoi cela leur servirait ils de s enfuir , car ils reviendraient toujours au même but, et ne pourraient pas rentrer de nouveau dans le manoir. Ses Mains tremblaient. Aie... Son corps commençait à saturer. Il fallait qu elle dorme. Non, Miyuki se sentait incapable de se débarrasser d eux.  Elle préféra prendre un risque.  La jeune femme s avança et lança un regard désolé à Diya, puis leva les mains en l' air

-   Très bien. Je me rend.  Baissez vos armes, vous pouvez prendre Merybel et Dalhia

À peine eut elle fini sa phrase qu un coup de feu partit et une douleur aiguë, brûlante comme un fer chauffé à vif lui traversa la jambe et la fit tomber à terre en hurlant. Dents serrés, Miyuki regarda furieuse le premier type,  pleurant de douleur.  Son pistolet en l air était encore fumant.

-Ça c était pour M assurer que vous nous jouiez pas un tour et que tu ne gambaderas pas après.  bien on va vous emmener voir un des frères Francfort. Il est impatient de rencontrer les troubles fêtes qui l ' ont tourmenté depuis des jours.

L arme pointé sur son crâne, Miyuki se força à de relever, malgré la douleur qui lui coupait le souffle.  Elle se mordit la langue pour oublier la brûlure intense, mais ne put s ' empêcher de produire des gémissents de souffrance.  merybel devant, Miyuki parvint en traînassant jusqu'à une porte de service qu ils désignerent. Là un escalier de marbre aux innombrables marches menaient jusqu'à un autre étage. Chaque pas devint un véritable calcaire et ce fut un véritable soulagement lorsqu'ils atterirent dans un somptueux salon privé où se tenait probablement le gras frère mi-excède,  mi-amuse lorsqu il les vit franchir la porte. Il se dressa de tout son aplomb,  tout content

- Eh bien, eh bien. Je vous souhaite la bienvenue très chère Merybel et aussi à vous trois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Sam 12 Sep - 2:50


La morsure de l'acier froid contre sa tempe mettait les nerfs de la Cyborg à rude épreuve. Persuadée que la volonté de Mathias se battait pour que cela n'arrive pas malgré le mystérieux collier de ferraille qui annihilait sa volonté propre. Miyuki joua la carte de l'otage, sans résultat. Diya fut aussi surprise qu'elle. Ainsi il n'avait pas même de pitié pour l'un des leur ? Ne représentait elle rien de plus qu'une balle de revolver gâchée ? La colère prit lentement possession de son corps alors même que la fatigue s'y insinuait à égale distance. Elle avait utilisé son Sigma deux fois en peu de temps, c'était trop pour qu'elle puisse le réactiver à nouveau actuellement. La demoiselle connaissait les conséquences d'un tel abus. Mot de têtes allant crescendo et enfin perte de connaissance. Ce n’était ni le moment ni le lieu propice pour cela. Sans la voir, la Qantik entendit et sentit une baisse d’énergie chez son alliée, juste avant qu'elle ne déclare se rendre. Diya ne comprit pas, gardant son calme par tous les moyens pour ne pas user de ses dernières force inutilement elle ferma les yeux et inspira à fond. Un coup de feu lui fit rouvrir immédiatement. L'incompréhension la gagna une nouvelle fois alors que le cris de douleur de la Phytos résonnait à ses oreilles comme un échec. Elle ne pouvait pas les protéger ainsi. Diya voulut tourner la tête pour s'assurer de l'état de son amie mais le flingue vissé à sa tête l'en empêcha. Furieuse elle se mordit la lèvre inférieur, laissant le gout du sang se mêlait à ses envies meurtrières. 

Menacé et forcé de suivre le mouvement, les trois jeunes femmes suivirent les deux Élites dont chacun pointait son arme à feu sur l'un de ses "prisonniers". Après avoir passé une porte de service et gagné un petit salon richement décoré sous les gémissements de Miyuki, la Qantik se promit de faire payer le double pour chacun d'entre eux, le ventre noué par la rage. L'homme qui leur faisait face respirait l'assurance et le luxe. Son sourire amusé allait de paire avec son regard pétillant quand il leur souhaita la bienvenu, extrayant volontairement Merybel, qu'il dévorait des yeux, du reste des convives. Saisissant les mains attachées de la jeune Elite il la fit s'asseoir dans un fauteuil de velours à l'écart et indiqua une banquette moins confortable pour le reste du groupe. Les deux hommes qui les avaient escorté furent congédiés sur un geste de la main de l'homme et refermèrent la porte derrière eux en sortant. Nul doute qu'ils montaient la garde de l'autre coté de cette dernière. L'homme s'accouda à un large bureau de bois sombre sculpté avec soin et décoré d'arabesque peint à la feuille d'or, du moins elle le pensait au vu du luxe du lieu, et les toisa d'un air supérieur avant de déclarer froidement :

" Ainsi c'est vous qui m'avez fait perdre mon temps si précieux ?"

Diya le détailla. Vêtu d'un smoking blanc sous la quelle une chemise noire allait de pair avec le teint de sa peau, l'Elite, taillé comme un combattant tout en restant gracieux et élégant avait un charisme certain. Ses yeux d'un bleu outremer étaient encadrés de boucles auburn coiffées avec soin, mais surement pas par lui même. Ses mains propre aux ongles bien coupés témoignait du fait qu'il n'avait sans doute jamais eut à travailler d'une quelconque façon que ce soit. Un Noble dans toute sa splendeur. L'Unik fit un geste agacé de la main avant de renchérir :

" Tout ça pour finalement venir me livrer directement ma promise ? Vraiment, vous n'avez aucune idée du bouleversement de mon emplois du temps que cela à causé. C'est fort peu appréciable."

Sa promise ? Ainsi c’était l'avenir de Merybel qui avait été vendu ? Et non son corps ? Cela était déjà plus compréhensible mais n'en demeurait pas moins révoltant. La Qantik était contre ces bêtises de mariages arrangés. On ne pouvait se forcer à aimer, elle ne comprendrais jamais l’intérêt de ces manies de la noblesses de vouloir sans arrêt utiliser la lignée de leur famille comme des pions pour s’enrichir et avancer dans la hiérarchie. Diya se leva tranquillement, montrant ses mains en signe de pacifisme, elle lâcha d'un ton neutre qui masquait à peine sa colère :

" Ainsi donc vous faites partie de ces rustres qui forcent les Ohms à leur obéir selon leur bon vouloir sans prendre en compte les sentiments qui leur sont propres ?"

L'homme émit un rire amusé et s'assit avec aisance sur le bord du bureau. Il semblait bien plus calme que ses subordonnés, comme s'il avait attendu cet instant. Comme si l'opposition qu'il lisait dans leur yeux n’était qu'un insecte qu'il pouvait écraser du bout du doigts quand l'envie lui en prendrait. Il désigna Merybel d'un mouvement de bras englobant l'ensemble de sa personne :

" Avez vous demandé pourquoi Anna Draspery à ainsi souhaiter donner sa main au rustre que je suis ?"

Son ton sous entendait qu'il n'y était pour rien alors que son attitude contredisait ce point. La Cyborg répliqua presque sèchement tout en gardant la tête haute :

" Vous voudriez me faire croire que vous êtes innocent dans cette affaire ? Alors que vos hommes ont cherchés à nous tuer par plusieurs fois ?"

Diya désigna Miyuki et cracha presque :

" Alors qu'ils ont tirés sur mon amie qui s’était rendue et n'avait aucune arme en sa possession ?!"

La Qantik se força à oublier la dague empoisonnée, cela ne devait pas se lire sur son visage sans quoi son beau discours n'aurait aucun impact. L'Elite grimaça et son visage prit un air penaud, presque coupable quand il émit cette hypothèse :

" Imaginons que tous ceci ne soit qu'un malentendu ? Que les ordres ne soit pas de moi ? Je comprends que vous cherchiez un coupable à tous cela, mais je vous assure que vous faites erreur. Les Cyborgs que vous avez rencontré aux alentours de Nordkia ont bien été envoyé par ma famille. Ils avaient toutefois comme unique ordre de ramener Dame Merybel sans la blesser et d’empêcher toute résistance. Je ne leur ai pas interdit de tuer car je ne pensais pas que ce serait nécessaire. Quand à votre amie je vous prie d'accepter mes sincères excuses, ceci n’était pas non plus prévu. Seb et Noa sont parfois plus méchant qu'orgueilleux mais ils restent les meilleurs gardes du corps qu'on m'ai présenté à ce jour. Je vais de ce pas appeler un médecin."

Diya n'y croyait pas. Était il réellement possible que tout ceci ne soit qu'une erreur fondée sur des détails et des comportements individuels cumulés ? Non, c’était trop gros pour être crédible. Elle laissa l'homme parler dans un interphone sur son bureau. Comme promis il demanda la présence d'un infirmier qui fit son apparitions quelques minutes à peine plus tard pour nettoyer la blessure de la Phytos et la bander soigneusement. Une fois fait, dans un silence total, il repartit comme il était venu après avoir salué le maître des lieux. Ce dernier hocha la tête et reprit :

" Je n'ai pas de mauvaises intentions envers vous, seulement je crains qu'en vous libérant cela ne se retourne contre moi. Comprenez que j'ai eut vent de vos exploits et que je ne tiens pas à voir mes employés blessés. C'est une simple mesure de sécurité."

Merybel s'exprima alors, elle qui était resté de marbre au milieu des événements, comme chamboulée par tant de contrastes entre ce qu'ils avaient pensés et ce qui leur était maintenant révélé :

" Pourriez-vous au moins me débarrasser de cet étau avant que mes poignets ne se scindent en deux ?"

L'homme eut un sursaut avant de se tourner vers la demoiselle en s'exclamant :


" On m'avait vanté votre voix aussi douce que cristalline mais elle me semble bien aigrie envers ma personne. Pardonnez moi de n'avoir veillé plus tôt à votre confort je vais de ce pas vous libérer mais uniquement si vous me garantissez de ne pas chercher à fuir."

Merybel hocha la tête et l'homme la libéra avant de s'incliner :

" J'ai omis de me présenter. Je me nomme Edward De Francfort, premier fils et légitime héritier de l'empire familial. Je suis honorée de votre présence malgré les mauvais sentiments que vous témoignez."

Ses manières semblèrent irriter la jeune femme aux yeux d'or qui se massait les poignets et elle l'envoya paître, glaciale :

" Je n'ai que faire de votre nom, pas plus de la place que vous occupez. Je suis ici contre mon grès et malgré vos sourires vous n'obtiendrez rien de moi. Je suis contre cet accord. N'en espérez rien. Jamais je ne me lierais à un homme que je n'ai pas choisis. Forcez moi à respecter cette promesse que la Duchesse Draspery vous a faite et je fuirais à la moindre occasion. Vous ne gagnerez qu'une prisonnière dont la privation de liberté détruira l'âme et le cœur !"

Sa tirade eut l'air de blesser Edward dont le visage se ferma. Avant que quiconque puisse ajouter quoique ce soit deux coups furent donnés et une Elite plus âgée accompagnée d'un jeune homme aux cheveux corbeau se pavanant dans de beaux apparats entrèrent. Merybel laissa échapper un soupir de frustration en déclarant, après une légère courbette :

" Mère. Je ne vous attendais pas ici."

La femme dans sa longue tenue parée de bijoux inclina la tête pour saluer l'Unik blond avant de se tourner vers sa fille :

" Je suis venue donner le fin mot de cette histoire, ma douce enfant, car vous me causez bien du tracas."

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Dim 13 Sep - 17:04

L’Elite fit asseoir Merybel à l’écart tandis qu’une banquette était réservé pour eux. Ce n’était pas plus mal. S’asseoir. Sa jambe la faisait terriblement souffrir et elle ne pouvait s’empêcher de gémir de douleur. Elle avait bien des baumes calmants mais elle avait, à vrai dire, juste la force d’empoigner l’endroit de sa blessure, et se mordit la langue pour atténuer les lancements brûlants. Se disant qu’il fallait trouver autre chose pour oublier la douleur, Miyuki se mit à observer leur interlocuteur, l’un des frères donc, de cette famille étrange. Il était très élégant, peut-être même plus que tous les invités de la fête. La phtyos était incapable de comprendre les différences de « classes » mais il était certain que lui était au-dessus, il se détachait de tout le reste. Quels beaux yeux …quel bel homme aussi. Assis derrière son somptueux bureau, l’Elite vêtu de cette veste blanche immaculée dégageait sans nul doute un certain charisme dont il était difficile de ne pas être perturbé. Il était puissant. Miyuki sentit une vague de fatigue la faire tomber en arrière. Elle ne pourrait pas se battre, c’était certain, et ignorait ce que ce type comptait faire maintenant qu’il avait Merybel entre ses mains.

D’ailleurs, il semblait agacé, son ton était glacial. Puis il finit par lâcher que Merybel était sa promise et que leur petite aventure lui avait fait perdre un temps précieux. Miyuki qui commençait à frissonner prit conscience de ce qu’il venait de dire dans ce ton si contenu. Sa promise ? C’était lui qui avait lancé tous ces sales types à ses trousses ? Brrr. Leur mot promise lui parut soudainement comme un mot sordide. Pauvre Merybel…Si elle comprenait bien, elle allait se marier avec un inconnu, que visiblement elle n’avait jamais rencontré auparavant…vendue…Quelles drôles de pratiques. Ecœurant. Ce type lui parut de plus en plus antipathique. Miyuki ne voulait pas l’abandonner à ce minable qui se souciait peu du bonheur d’une jeune fille n’ayant rien demandé. Mais ça l’énervait car elle savait pertinemment que si elle se levait, elle s’évanouirait pas terre. Grr. Elle ne servait plus à rien.

Diya se leva pour lui demander d’un ton calme ce que Miyuki pensait. Rustre. Le mot était juste. La phytos sentait l’incompréhension et la colère de Diya malgré ce ton si calme. C’était compréhensible. Quel fou. Les Uniks lui paraissaient de plus en plus bizarres. Quel intérêt de forcer à marier une femme qui ne vous aimait pas ? Ou que ne vous avez jamais vu ? Pourquoi ne pas la laisser choisir son propre bonheur ? Et ce type restait de marbre, ça ne le dérangeait pas ? Puis en réponse à l’intervention de Diya, tout ce qu’il trouva à faire était de rire. Miyuki se crispa. Incroyable.Il n’y avait pas plus méprisable que lui. Il demanda ainsi de toute sa superbe, si elles connaissaient réellement la raison pour laquelle sa mère avait souhaité la marier avec lui. Et alors ? Cette femme l’avait vendu, un point final. Pour Miyuki,il n’y aurait jamais de bonnes raisons pour justifier un tel acte. Diya rappela sèchement qu’il n’était pas innocent dans cette affaire, car à plusieurs reprises ses hommes avaient tenté de les tuer. Oh oui. Plusieurs fois Miyuki avait cru mourir. Ils n’y étaient pas allés de main morte. Si il prétendait juste retrouver sa promise, pourquoi avoir employé tant de violence ? Plus énervée que jamais, Diya désigna sa jambe. Ils avaient tiré sur elle, pourtant désarmée ! Bien sûr, elle omit le détail de sa dague, mais de toute manière elle pouvait se rassurer. En tâtonnant ses poches, l’arme était devenue toute fine et cassante. Le délai s’était terminé plus tôt que prévu. Sans doute son épuisement.

L’Elite expliqua que ce n’était qu’un malentendu, car les ordres ne venaient pas de lui, mais de sa famille. Et que les gardes étaient chargés de ramener Merybel, non de les tuer car ce n’était pas prévu. Il excusa le comportement de ses gardes et auprès de Miyuki et leur dit qu’il allait faire venir un médecin. Son expression avait changé, il avait l’air vraiment désolé. Était-ce un autre tour de sa part ? Pour les amadouer ? Cependant, elle fut un peu soulagée lorsque le médecin promit fit son apparition et soigna sa blessure. Bien sûr, elle aurait été capable de le faire d’elle-même, mais la douleur l’empêchait de réfléchir. Heureusement, il savait s’y faire, et lorsqu’il eut finit de bander sa jambe, la phytos poussa un soupir de soulagement. Tout de même, Miyuki ne parvenait toujours pas à se faire à l’idée que tout cela était un malentendu. Il y avait beaucoup de détails troublants, comme ce mot menaçant ou toutes les fois où ils avaient bien failli y passer. Il assura cependant n’avoir pas de mauvaises intentions mais les retenir ici était une simple mesure de sécurité pour ses employés. Comme Merybel était toujours retenue par ses chaînes, Il se fit tout à coup doucereux en entendant sa voix et lui demanda de promettre de ne pas chercher à s’enfuir et sur ce la libéra. Miyuki était complètement déroutée. Finalement s’étaient-ils trompés sur son compte ? Merybel énervée, lui fit une autre promesse, celle de s’enfuir s’il la forçait à se marier avec elle. Des coups furent frappées alors à la porte et une femme plus âgée, élégamment vêtue, parée de bijoux, entra et Merybel la désigna comme sa mère. Quoi ? Que faisait-elle ici ?

-Je suis venue donner le fin mot de cette histoire, ma douce enfant, car vous me causez bien du tracas.

Dos bien droit, tête haute elle regarda sa fille avec des yeux peinés

-Croyez-moi bien chère enfant que je n’ai pas fait cela par plaisir. C’est même une torture pour moi de forcer une femme à se marier avec un homme qu’elle n’aimera sans doute jamais.

« Madame Draspery » semblait un peu mal, mais l’Edward de Francfort hocha de la tête comme pour la rassurer

-Je n’ai pas…été toujours exemplaire dans ma vie, et il y a peu de temps, on m’a envoyé une lettre anonyme, pour me faire chanter. Au début je n’ai pas cru au contenu, mais plus les lettres s’accumulaient plus cet inconnu semblait s’être bien renseigné sur ma vie et représentait une menace. Voilà….Il a …Je ne sais comment….découvert des choses me concernant…

Miyuki voyait bien qu’elle avait envie de pleurer mais son regard, bien qu’embrouillé, ne versa aucune larme. Elle devait effectuer un sacré contrôle sur elle-même

-Il ou elle, menaçait de tout révéler, et ce scandale sans précédent allait ruiner à coup sûr notre famille, et aujourd’hui nous serions déshonorées, réduits à mendier dans… la boue des Docks, si les De Francfort n’avaient rien fait. J’ai demandé de l’aide à Rose, une vieille connaissance, et le seul moyen était de te marier à l’un des fils pour que cela soit étouffé et oublié. Les DeFrancforts se sont fait une réputation terrible, ce qui leur a permis de devenir puissants et craints. Ils peuvent ainsi aider des familles comme la nôtre, et personne n’osera les braver. Croyez-moi, mon enfant je ne voulais pas…

Miyuki la trouant tout de même touchante intervint

-Mais pourquoi n’avoir pas fait taire le maître chanteur ? Cela aurait évité tout cela à Merybel

-Nous avons bien essayé de le trouver mais sans succès. Et nous ignorons si plusieurs personnes sont au courant. Je conçois, et je suis désolée ma chère enfant que les gardes du corps aient employé des méthodes si barbares. Mais le temps pressait, et nous craignons que le maître chanteur s’aperçoive de notre plan et révèle tout avant le mariage, personne n’aurait pu nous sauver…

Quelle femme ! Elle savait maîtriser ses émotions ! Mais une question lui brula les lèvres

-Quel était donc ce scandale pour que vous soyez prête à aller aussi loin ?

Madame Draspery prit une grande inspiration comme si ce secret douloureux l’empêchait de parler

-Eh bien….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Lun 14 Sep - 0:24


Anna Draspery venait d'entrer dans le bureau, accompagnée d'un homme aux cheveux foncés, vêtu comme un prince. Les traits de son visage rapelèrent à la jeune femme ceux du blond et lorsqu'elle se tourna vers lui pour le dévisager l'évidence se fit. Il devait sans doute s'agir du frère d'Edward, le deuxième fils de la famille De Francfort. Ne manquait que la fameuse Rose et ils seraient au complet. Diya pesta, la situation se présentait mal à présent que la femme à l'influence bien connue avait fait son apparition. Si son comportement lui déplaisait, la Duchesse pouvait choisir de cesser de nourrir les fonds du Dernier Paradis et la Cyborg se retrouverait au point de départ. Sa mâchoire se crispa tandis qu'elle se tournait, faisant face à la Noble qui avait entreprit d’expliquer la raison de sa venue. Elle déclara tout d'abord qu'elle ne tirait aucun plaisir de cette affaire mais qu'elle n'avait pas réellement le choix. Son visage ne paraissait montrer ses émotion qu'à demi tant elle était mesurée. Elle leur apprit alors avoir fait des erreurs par le passé, et que ce dernier avait fini par la rattraper, menaçant de détruire tout ce qui avait été battit. Faisant entrer la si crainte famille De Francfort dans son récit, la femme déclara que le seul moyen de faire taire cette histoire définitivement etait de leur demander leur aide. Ils étaient visiblement tant respectés que seul un fou oserait s'attaquer à eux. Un fou ou un inconscient. L'Hybrid intervint, demandant pourquoi il n'avait pas chercher à tout simplement supprimer le détenteur de ces informations compromettantes.

La Duchesse était fatiguée de toute cette histoire, son visage s'affaissa d'avantage quand elle dépeignit l'impossibilité de trouver cette ou ces personnes, ne sachant pas même combien de charlatans pouvaient être au courant de ceci. Anna s'excusa également pour les méthodes dures qu'avaient employé les Cyborg et gardes du corps engagés pour les ramener. Sans doute avait elle crains qu'il n'arrive malheur à sa fille, ce qui mettrait alors en péril son seul recours. La Qantik soupira tout en croisant les bras sous sa poitrine lorsque Miyuki mit au grand jour la question que tout le monde se posait. Quel secret pouvait peser si lourd dans la balance qu'il soit capable de briser une Noble au sommet de sa gloire. Anna fit retirer le collier de métal à son fils qui manqua la frapper de toute ses forces mais se retint devant son air si sérieux et posé. Cela ne lui ressemblait pas, ce devait être important. Elle hésita, puis décida de tout dévoiler à ses enfants :

" Lorsque votre père, le Duc Draspery disparut pour la première fois lors de l'une de ses expéditions avec les chevaliers, j'ai crains de ne jamais le revoir. J'ai eut une période d'égarement, dans laquelle j'ai rencontré Valentin, un Anemos tout a fait charmant. Je ne saurait me le pardonner, alors que c'est une nourrice qui vous berçait, je trompais votre père avec cet homme. Puis vint le jour où l'on m'annonça que j’étais enceinte. C’était impossible, nous avions tant fait attention. C’était pourtant la seule explication. Je nourrissait de ma chair et de mon sang un minuscule Paria. L’élever au grand jour aurait été fatale à ma réputation. Alors quand vint le moment de donner naissance à ce bâtard je le fis dans la discrétion, allant jusqu'à commanditer le meurtre de la sage femme qui m'avait aider à mettre l'enfant au monde. Elle et le père de l'enfant, ils étaient les seuls à savoir. Vous étiez bien trop jeunes pour le remarquer et cela était suffisamment discret pour que ce ne se remarque pas."

La Duchesse marqua un temps d'arrêt et ses yeux se perdirent dans le vague, comme si les souvenirs de ces instants lui étaient terriblement douloureux et nostalgiques. Puis elle reprit, d'un ton doux mais chargé de regrets :

" La petite Alice fut chassée de la capitale avec son géniteur, l'Anemos dont je connais seulement le prénom. C’était plus sûr pour lui ainsi, nous ne devions ni l'un ni l'autre connaitre l'identité de notre partenaire. C'est ce que nous avions décidés. Pour notre sécurité et celle de notre fille."

Merybel s'avança d'un pas, le visage marqué par le choc que cette histoire lui avait causé :

" Père était au courant ?"

La femme esquiva le regard de sa fille et lâcha dans un chuchotement :

" Non."

Diya vit Mathias serrer les poings, comme s'il s’apprêtait à bondir sur sa mère. Elle pouvait comprendre la colère qu'une telle révélation pouvait causer. La Cyborg savait à quel point les deux Élites étaient attachés à leur Père. C’était un Héros pour eux. La Qantik osa une question malgré que tout ceci ne la regarde en rien :

" Comment ces personnes mal intentionnées ont elles découvert le pot aux roses ?"

Anna se crispa et le poids de cette affaire pesa dans sa voix quand elle répondit :

" Alice à demandé à un scientifique de faire un test ADN, je ne pensais pas qu'elle irait si loin pour me retrouver. Mais je ne sais pas quel effet cela fait de grandir sans mère. J'imagine que c’était plus dur encore pour elle que de ne pas essayer. Mes hommes de main ont découvert que le scientifique avait vendu l'information."

Merybel reprit la parole, un éclat de colère faisant monter sa voix dans les aiguë :

" Ne croyez vous pas qu'il vaudrait mieux admettre la vérité et révéler l'affaire une fois pour toute plutôt que me vendre comme du bétail ?"

La Duchesse pâlit et rétorqua rapidement :

" Allons ma douce enfant, vous n'imaginez pas à quel point cela me peine de devoir vous utiliser ainsi. Mais je ne peux laisser cette vérité éclater et détruire le travail de toute une vie."

Mathias se crispa d'avantage, les jointures de ses mains blanchirent et la Cyborg cru qu'il allait perdre le peu de patience dont il faisait preuve. Elle fut étonnée de constater qu'il se contenta de lancer d'un air assassin :

" Dans ce cas c'est moi qui irait balancer la nouvelle. Tu es peut être prête à sacrifier Mery' pour tes petits bénéfices. Mais pas moi !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Mar 15 Sep - 17:46

Lorsque l’Elite eut terminé son récit, Miyuki en resta abasourdie, le souffle coupé. Effectivement, elle comprenait mieux son silence, et à quel point ce lourd secret pouvait la destituer de son titre. Ce n’était pas le fait qu’elle ait trompé son mari qui la dégoûta. C’était davantage l’idée qu’un Hybrid et qu’un Unik puissent s’accoupler. Brr…L’idée l’écoeurait un peu. Même si la jeune femme commençait à s’ouvrir par rapport aux relations entre les différents peuples, elle avait par contre, du mal avec cette image-là. Puis l’Elite lâcha le mot « Paria » qui la fit trembler de tous ces membres. Ces êtres maudits ? Alors elle en avait conçu un ? Ce secret était effectivement des plus terribles…Ceux ayant mis au monde des Parias étaient dit-on, mis à mort, ayant bravé le plus grand des interdits. Miyuki comprenait mieux son engouement à marier Merybel jusqu’à utiliser une telle violence. Sa réputation à laquelle elle semblait tenir tant aurait été plus que piétinée. Mais si Miyuki commençait à être partagé entre le dégoût et la pitié de cette femme, ce qu’elle révéla par la suite l’ébranla totalement.

Bien sûr , elle avait tout caché et rien révélé à son mari qu’elle croyait disparu. Mathias bouillait de colère et Miyuki se demandait si il n’allait pas finir par lui réserver le même sort que cette autre noble. La phytos elle-même se retenait, bien qu’elle ne la connaisse pas assez bien pour la hair, cette femme lui semblait des plus méprisables et égoiste. Comment cet Anemos avait il pu se laisser charmer par quelqu’un comme elle? Tss. Le pauvre devait bien regretter maintenant, et cette paria…Miyuki doutait franchement qu’elle soit resté dans la Sylva. Les Hybrid haïssaient tellement les Uniks que laisser un être conçu par leurs ennemis fouler leurs terres sacrées était une abomination. Tss. Cette femme incarnait tout le mépris et l’horreur Unik. Elle n’en revenait pas. Pour cacher sa faute, elle avait fait tuer une femme qui l’avait aidé à accoucher. Quelle garce ! quel monstre ! Rien que l’idée que cette noble ai du sang sur les mains lui donnait de moins en moins envie de l’aider. Non. Si quoique ce soit arrivait par la suite, elle le ferait dans l’intérêt de Merybel et de Mathias, pas de cette peste.

Diya lui demanda de quelle façon la suite s’était déclenché. Evidemment, Miyuki fut à peine surprise que la Paria revienne dans son histoire. Cependant la phytos trouva cette idée à la fois courageuse et extrêmement risqué. Si le scientifique avait découvert sa véritable nature ? Elle n’aurait pas vécu longtemps. La duchesse refusa de révéler son secret au grand public. Miyuki comprenait d’une certaine façon, mais d’un autre côté, elle désirait que cette femme paye un peu, après avoir fait subir cela à ses enfants et à cette inconnue à présent enterrée on ne sait où.  La phytos n’avait décidément plus de pitié pour cette Elite. Ses explications ne faisaient que mettre en avant son égoïsme et le fait qu’elle se souciait à peine de ses enfants. Mathias menaça de tout révéler, sans doute excédé, rempli de désir de vengeance. Il devait vraiment tenir à sa sœur, mais cela révélait peut être aussi une éducation sans vraiment d’affection de sa part, ce qui ne l’étonnait guère. Miyuki ignorait ce que pensait Diya à ce moment-là, mais elle refusait tout bonnement de laisser Merybel à ce type, bien qu’il n’était pas aussi cruel qu’elle le pensait. La mission de départ était de trouver le kidnappeur de Merybel et de faire en sorte par la suite que les jumeaux se refassent une nouvelle vie, loin de cela. Et elle allait les aider. Ce monde la dégoûtait. Elle prit la parole

-Et bien moi, je me pardonne d’être aussi franche, mais je refuse d’aider une criminelle qui possède autant d’amour pour ses enfants que des vulgaires ustensiles. Je refuse que Merybel soit forcée à se marier pour assurer vos arrières. Vos enfants ont le droit aussi d’être heureux, et votre plan va , je suis sûre ruiner des vies entières, même Edward de Francfort.


La duchesse se crispa, la fusillant du regard. Edward détourna les yeux et Miyuki sentit une tension dans la pièce. Oui , elle ne respectait pas du tout leurs codes, et la franchise ne devait pas être vraiment bien accepté ici. Mais elle s’en fichait. Elle venait d’un autre monde où elle ne reverrait heureusement plus cette affreuse bonne femme. Autant briser la glace et avancer. Pincée, la duchesse prit un ton narquois

-Vous êtes une sauvage, cela se voit. Faites attention, je tolère votre présence, mais ici, vous êtes loin de la protection de la Sylva…Puisque vous êtes si intelligente, jeune sauvage, présentez-nous donc un meilleur plan ![

La menaçait-elle ? Sauvage…Miyuki tiqua. Une unik dans toute sa splendeur. Mais oui, elle avait une vague idée. Plus qu’à se demander si Diya en avait une autre ou approuverait.

-Nous pouvons-nous charger de retrouver votre « fille » et le maître chanteur. Peut-être que vos gens n’ont pas cherché de la bonne façon, qui sait. Nous nous occuperons de lui à notre façon et ferons étouffer ou disparaître le secret avant qu’il ne soit révélé. Votre « fille » vous rencontrera, ainsi, elle aura eu ce qu’elle désirait, et verra quelle femme vous êtes. Miyuki ricana à cette idée.Nous ferons ça à la seule condition que vous laissiez tranquille Mathias et Merybel et qu’ils mènent leurs vies comme ils l’entendent. C’est plutôt arrangeant, non ?

La duchesse était dubitative lorsque Miyuki évoqua la condition. La Phytos se demanda si elle aimait réellement ses enfants ou si elle ne les voyait que comme des atouts à utiliser dans des situations la compromettant. Peut-être imaginait-elle trop de choses par rapport à sa profonde aversion avec les Uniks. Mais la réaction de Mathias et le récit de la noble l’avait vraiment retourné.

-Je le fais dans l’intérêt de Merybel et Mathias. Mais je ne ferais rien sans votre accord et celle de mon amie Diya. Sauf que même si vous mariez Merybel, le maître chanteur courra toujours, et ce secret qu’il détient finira par se retourner contre vous un jour ou l’autre. Les rumeurs font partie des pires armes pour détruire une vie…

Miyuki voulait surtout qu’elle accepte la condition du marché, car elle pouvait toujours s’arranger avec Diya et les jumeaux pour les faire « disparaître » de la circulation comme ils le désiraient, ainsi, la duchesse ne courrait plus après eux. La phytos se tourna vers Diya pour connaître son avis

-Ca te va ? Ou as-tu d’autres idées ou un autre plan ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Mar 15 Sep - 22:29


Miyuki rompit le silence qui s’était installé après la déclaration de Mathias. Anna avait pâlit, perdant le peu d'assurance qu'il lui restait et paraissait prête à gifler ce gamin irrespectueux. Malgré la façon, inappropriée pour ces grandes gens, dont l'Hybrid avait présenté les choses, Diya était d'accord avec elle. Il était hors de question que Merybel paye pour les erreur passées de sa mère. Il y avait surement un autre moyen d'arranger les choses. Aux vues de la réaction du blond il ne devait pas être lui non plus, tout à fait d'accord avec cet arrangement. L'absence de soutient énerva la Duchesse qui critiqua lourdement l'Hybrid, allant jusqu'à employer des mots durs et un ton tout simplement supérieur et irrespectueux. La Cyborg se crispa, malgré le fait qu'elle connaisse les rivalités de toujours entre les deux camps elle préférait ne pas s’immiscer. Toutefois elle ne supportait pas cette façon hostile de toiser les autres. Devant la provocation d'Anna, Miyuki donna sa propre solution au problème. Sa proposition n'était pas sotte, elle demandait certes beaucoup d'organisation et de temps, mais la Qantik trouvait l'idée excellente. Ainsi leur petit groupe résoudrait cette histoire et retournerait à sa tranquillité. Quand à Anna Draspery, elle serait débarrassée de la menace de voir son secret révélé et ne causerait plus de problème.
Anna leva les yeux aux ciel, comme si ce plan ne lui paraissait pas du tout négociable. Il est vrai que si des professionnels n'avaient pas réussi à retrouver la personne derrière ce marchandage elles auraient peut être du mal à mettre la main dessus mais Diya avait un avantage sur ces personnes. Elle pouvait faire dire la vérité à ce scientifique et en utilisant le fait qu'Alice soit une Paria elle pouvait même mettre en péril son poste en le menaçant de le mener au conseil disciplinaire pour faute grave. Du moins, en tant que Cyborg elle ne le pouvait pas, mais Mathias ou Merybel pourrait très bien s'en charger. Gardant cette idée dans un coin de la tête elle se concentra à nouveau sur la conversation. La jeune femme aux cheveux flamboyants venait de mettre la Duchesse face à la vérité sur ce qui arriverait. Elle avait vu juste et Diya elle même y avait pensé. Il y aurait un jour des gens suffisamment fou pour révéler l'information publiquement malgré le couperet au dessus de leur tête, alors le mariage n'aurait servit à rien. Excepté détruire la vie de deux jeunes Uniks ayant la vie devant eux pour trouver une personne leur convenant d'avantage. Miyuki se tourna vers la Cyborg pour lui demander son avis et cette dernière répondit calmement après avoir demandé l'approbation de Merybel du regard :

" Donnez nous un mois Anna, nous feront comme l'a dit mon amie. L'information disparaîtra et votre fille viendra vous voir. Nous la feront passer pour une jeune dame de compagnie, ainsi elle n’éveillera pas les soupçons de vos employés et de votre entourage. Offrez lui une entrevue et vous pourrez ensuite décider de la façon dont vous voulez gérer cette situation délicate."

Fronçant les sourcils la Qantik ajouta, saisie d'un doute :

" Sachez toute fois que la jeune Alice sera sous ma protection, cela équivaux pour tout le monde dans cette pièce. Vous semblez tous avoir l'esprit étroit quand au droit d'exister des Parias. Ils restent des êtres vivants et je ne tolérerais aucun égard de comportement sans quoi l'accord sera brisé. J'espère être suffisamment claire sur ce point."

La Duchesse Draspery replaça son chapeau couvert de plumes sur le haut de se chevelure, autrefois d'un brun chatoyant, que l'age avait parsemé de mèches grises, pour se donner une contenance. Elle semblait agacée de ne pas y avoir pensé elle même et lâcha d'un ton sec :

" Très bien, un mois. Pas un jour de plus. J'attendrais Alice dans ma maison de vacance dans les prairies à la fin du temps impartis. Mon majordome vous donnera tout les détails dont vous aurez besoin. Notes toutefois ma jeune enfant que c'est par amitié pour ta grand-mère que je t'accorde cette chance. Si jamais ce secret refaisait surface un jour je ferais immédiatement détruire le Dernier Paradis et Merybel reprendrais sa place, qu'elle le veuille ou non."

Diya hocha la tête, c’était sans doute le mieux qu'elle pouvait obtenir de la Duchesse. Se permettant un regard plein d'assurance la Cyborg déclara :

" Dans ce cas nous sommes d'accord. Si vous le voulez bien ne perdons pas de temps, les fêtes ne sont pas ma tasse de thé et je n'ai aucune envie de m'attarder ici, allons directement voir votre majordome. Nous pourrons ainsi étudier nos possibilités et commencer les recherches dès demain."

Merybel et Mathias donnèrent leur accord, ils semblaient tout deux soulagés du dénouement de cette histoire. La demoiselle savait qu'ils donneraient tout ce qu'ils avaient pour résoudre le problème sans offrir la main de la douce Elite à cet homme, aussi gentil paraisse t il. La jeune femme se souvint soudainement qu'elle avait promis à la femme de lui ramener son Dzeta et se tourna vers le blond :

" Pardonnez moi de vous embêter avec un détail, mais la personne qui nous a fait entrer ici tenait à récupérer un objet qui lui appartient. Etant une femme de parole je refuse de partir sans celui ci."

Le blond se mit alors à rire, et Diya pencha la tête de coté, perdue. Qu'y avait il de drôle à cela ? Quand il parvint à se calmer il lui lança, souriant :

" Si vous parlez de Lisbeth, c'est la meilleure amie de ma sœur, Rose. Elle était chargée de vous faire entrer ici d'une manière ou d'une autre. J'imagines qu'elle vous à sorti le grand jeux, elle n'est pas comédienne pour rien."

La Cyborg soupira, ils s’étaient fait rouler dès le départ, comme l'avait pressenti Miyuki. Les yeux d'Edward brillaient de sincérité. Même s'il n'était pas l'homme que Merybel aimait la demoiselle était persuadée qu'elle n'aurait pas été malheureuse avec lui. Chassant ces pensées elle fit face à Anna, et ajouta, plus sérieusement :

" Dans ce cas je n'ai plus rien à régler ici. Nous vous suivons."

La Duchesse approuva de la tête, pas franchement ravie de perdre sa soirée et se dirigea vers la porte. Dans son dos, Diya entendit Merybel s'excuser auprès du blond, pour tous les dérangements et excentricités de sa mère, au grand malheur de son frère qui ne supportait visiblement pas la présence du fils De Francfort. Elle tendit la main à Miyuki et lui offrit un sourire rassurant :

" Je vais t'aider à marcher, tu peux t'appuyer sur moi. C'est la moindre des choses. Je ferais mon possible pour que ton pansement soit changé et la plaie nettoyée avant que nous ne repartions demain. Je ne pourrais jamais assez te remercier pour le soutiens que tu nous as apporté. Nous ne nous connaissons pas  vraiment mais, et je pense que je peux parler en mon nom et celui des jumeaux, nous n'oublieront jamais ce que tu as fais." 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Artiste lunaire (Miyuki)


RPG
Âge : 20 ans
Groupe: Phytös
Inventaire: Une besace, du matériel d'art :(peinture, gomme crayon, argile..) et un éventail permettant une barrière électrique.

MessageSujet: Re: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Jeu 17 Sep - 22:20

La Duchesse accepta le délai d’un mois exigé par Diya, et Miyuki l’en remercia d’avoir eu cette idée, car cela lui permettrait d’avoir le temps que sa jambe se remette, et avant tout, qu’ils puissent tous se reposer. Elle et Diya étaient sûrement arrivés au bout de leurs capacités, et dormir leur ferait le plus grand bien. D’ailleurs, Miyuki pensait déjà préparer plusieurs dessins d’avance pour avoir une réserve lorsqu’ils seraient repartis dans leur nouvelle quête. Mais d’abord, dormir. Un mois, cela semblait long, mais ils n’arriveraient pas tout de suite à démasquer le maître chanteur. Il fallait déjà trouver les deux personnes à l’origine du problème : sa fille rejetée et le scientifique.Ce qui, bien évidemment, ne se faisait pas en deux jours. La duchesse fit une nouvelle menace en mentionnant le « Dernier Paradis «  à Diya. Elle avait déjà entendu ça quelque part…lors de précédentes conversations entre les jumeaux et Diya.  Qu’est-ce que c’était ? Miyuki se rendit compte qu’elle n’avait pas cherché à la connaître davantage. Elle eut un peu honte. Elle se promit d’engager un peu la conversation avec elle lorsqu’ils reprendraient leur voyage. Diya semblait déjà avoir tout planifié, ce qui faisait gagner du temps. Ainsi, ils commenceraient leurs recherches le lendemain. Pour le moment, sa jambe lui faisait encore mal, et elle redoutait le moment où il faudrait se lever. Des réserves d’herbes et de potions étaient heureusement stockées dans son sac, qui lui permettaient de se fabriquer des pâtes à appliquer sur sa blessure, afin de soulager la douleur et cicatriser au plus vite.

Changeant de conversation, Diya demanda à Edward de Francfort qui semblait mal à l’aise maintenant, de récupérer la parure quémandée par la mystérieuse blonde. Ah, oups. Oui, c’est vrai, Miyuki avait complétement oublié cette histoire. Cette femme devait maintenant s’impatienter de ne toujours pas avoir entre les mains son précieux dzêta. Heureusement que Diya, au moins, s’en était rappelé ! Sauf qu’a nouveau l’Elite se mit à rire, sans que ni son amie, ni elle n’y comprennent rien . Et l’explication fut des plus simples : Ce n’était qu’un tour de plus pour les faire pénétrer dans cet endroit. Malin. Miyuki s’était bien méfié de cette femme, mais elle ne pensait certainement pas que cette histoire prendrait cette tournure-là. Une comédienne. Quelle imbécile tout de même de s’être fait avoir comme cela. Si un jour de nouveau, cela lui arrivait, le dénouement ne serait pas aussi chanceux que celui-là. Ces Elites tout de même…Sacrifier leur vie juste pour le bien paraître. La « sauvage », elle au moins, avait des principes. La duchesse, visiblement agacée de cette situation, prit les devants pour les guider jusqu’à son majordome. Merybel s’excusa auprès d’Edward, ce que Miyuki trouva juste. Il n’était pas si méchant après tout, il semblait même avoir un bon fond. La phtyos espéra pour son bien-être qu’il se trouve quelqu’un d’autre à aimer véritablement, et ne pas se laisser dicter par ses maudits codes.

Diya se proposa de l’aider à marcher, ce que Miyuki ne pouvait pas refuser, les lancements brulants avaient affaiblis son muscle et marcher allait être une épreuve. Elle la remercia elle, et au nom des jumeaux pour ce qu’elle avait fait. Oui, elles ne se connaissaient pas vraiment, ce qui était dommage. La phytos fut heureuse de recevoir ces remerciements, même si elle trouvait cela parfaitement normal d’avoir fait ça. Miyuki essaya au moins de se relever de la banquette. Le premier pas fut effectivement terrible, une douleur si fulgurante qu’elle la plia pratiquement en deux. La jeune femme s’appuya doucement sur l’épaule de Diya et ils suivirent les pas de Madame Draspery. Miyuki appuyait avec le plus de précautions possibles, sur la pointe du pied gauche. Ils traversèrent à nouveau les escaliers luxueux de la demeure, et les allées et venues des riches invités qui semblaient avoir déjà oublié ce qui s’était passé. Musique, rires, valses, tout était revenu à la normale. La phytos reconnut la femme vêtu de dorures dont les trois hommes tentaient vainement de la séduire. Restée à la même place, elle riait, faussement attirée par le plus jeune des nobles. Ce spectacle l’énervant un peu, Miyuki en profita pour répondre à Diya


-Je n’ai pas envie que Merybel et Mathias soient encore sous le contrôle de cette femme , je vous aiderais tous les trois jusqu’au bout, jusqu’à ce que cette histoire soit réglée et que je m’assure qu’ils seront libres. Pour la blessure, ne t’en fais pas, j’ai des notions de guérison. Il faudra que je prépare des potions et des pâtes , mais je pense que je m’en remettrai vite. Miyuki lui fit un sourire, curieuse, et décidée à en apprendre un peu plus sur son amie. ...Il faudra un jour que tu parles de ce qu’est « Le Paradis perdu »!


La douleur était plus difficile à supporter en descendant les escaliers. Elle sentait la chaleur lui monter au visage et la sueur perler à grosses gouttes. Madame Draspery lui fit enfin quitter le cauchemar de la descente des marches, en sortant de la demeure. Le majordome les attendait. Il était un peu âgé, la cinquantaine, mais peu de rides. Seules ses joues étaient bien marquées.  Il se tenait droit et fier, les cheveux gris bien peignés. Aucun défaut sur son uniforme, et lorsqu’ils arrivèrent devant lui, soucieux de son apparence, il chassa une poussière sur ses gants blancs. Il faisait encore nuit noire et seules les lampes de la porte d’entrée éclairaient son visage. Comme ils se tenaient trop près du lieu de la fête, le majordome les guida jusqu’à l’arrière du domaine, sur une petite terrasse où leur entretien serait plus discret, et davantage éclairé. Il leur tendit des documents:


-Nous avions déjà entrepris des recherches sur le scientifique et « Alice » , mais la suite fut sans succès. Nous avons obtenu sa photo et des renseignements sur lui. Il se nomme Loic Wallas. Il continue de travailler dans les laboratoires, vous devrez donc traverser le désert et avoir une rencontre avec lui, le lieu est hautement sécurisé. C’est un homme irritable et désespéré qui ne parvient pas à se faire remarquer par ses collègues. La conversation risque d’être difficile. Quand à Alice, nous ignorons où elle est, ni quel est son visage. Il est fort probable qu’elle se soit cachée à Nordkia ou des petits villages, en attendant de trouver le moyen de rencontre Madame Draspery. C’est tout ce que nous savons, je vous souhaite bonne chance.



C’était maigre…Cette femme ignorait le visage de sa fille ? Comme cela ne l'étonnait pas... La duchesse leur dit une sorte d’au revoir mais Miyuki n’entendait plus, le sommeil la gagnait. Revenus dans le village où ils avaient fait la rencontre de la blonde, la phytos demanda une chambre, et à moitié assommé, bredouilla un remerciement à Diya pour l’avoir aidé, et oubliant la douleur, s’écroula de fatigue sur son lit douillet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]   Ven 18 Sep - 1:21


La Phytos eut du mal à se lever, Diya lisait dans ses yeux toute la douleur qu'elle retenait, cela la peinait qu'ils aient dû en arriver là. Mais plus encore de ne rien pouvoir faire pour apaiser sa souffrance. La russe s'appuya sur son épaule et ensemble, elles suivirent le chemin emprunté par la Duchesse, les jumeaux sur les talons. Un silence empli de mystère planait sur le groupe. Chacun y allait de ses interrogations, peu importe le sujet. Avec tout ce qu'ils avaient appris aujourd'hui, tous avaient droit à un peu de temps pour digérer ce flot d'informations. La femme les fit passer au milieu des invités sans les attendre, oubliant surement volontairement qu'ils avaient une blessée avec eux. La jeune femme lui donna les nobles raisons pour lesquelles elle les aidait. Cela fit sourire la Cyborg, rares étaient les gens honnêtes, encore moins ceux qui se vouaient à des causes justes. Elle la rassura ensuite quand à sa blessure, lui indiquant qu'elle avait de quoi se soigner avant de soulever un point qui semblait l'avoir piqué. Diya la reprit presque naturellement, parlant à voix basse pour ne pas attirer l'attention :

" Tu veux sans doute parler du Dernier Paradis. Il s'agit de l’auberge que j'ai hérité de ma Grand-mère. Anna et elle se sont connue lorsqu'elles étaient jeunes. La Duchesse m'a promis de m'aider à financer les travaux pour le remettre en état en souvenirs de leur amitié. Nous reparlerons de tous cela plus tard si tu le veux bien, je t'y inviterais même, si tu le veux. C'est un merveilleux endroit en plein cœur de la Sylva, un refuge de paix et de partage."

Après un escalier qui fut une véritable torture pour l'Hybrid, le petit groupe gagna la fraîcheur qui régnait à l’extérieur. Parcourant quelques mètres ils arrivèrent en vue d'un homme quinquagénaire vêtu d'un costume impeccable aussi droit q'un piquet, un parfait majordome. Ce dernier attendit que Madame arrive à sa hauteur avant de les inciter à le suivre d'un signe poli de la main. Ce dernier les fit donc rejoindre une terrasse lovée entre des rangées de pins, invisible donc pour les invités. Une table en bois et des chaises en fer forgé, étrange mélange, les attendaient, éclairée par des guirlande lumineuse couverte de papier coloré. Le serviteur leur présenta les documents en sa possession tout en leur relatant grosso-modo ce qu'ils y trouveraient. C’était peu à vrai dire, la Qantik comprenait seulement le long travail qu'il restait à faire. Ils apprirent que le scientifique ayant dévoilé l'information se nommait Loic Wallas, qu'il travaillait encore actuellement dans les laboratoires et que c’était quelqu'un de désagréable, du moins c'est ce qu'en retint Diya. La photo montrait un petit homme grassouillet aux visage porcin où de petits yeux encadrés par des mèches d'un blond sale venaient retomber sur sa blouse tâchée et peu entretenue. Prendre contact avec lui ne serait pas si compliqué que cela. La demoiselle avait bien des idées pour le faire sortir, puisqu'il était hors de question qu'elle remette les pieds là-bas. 

Quand à Alice, la Paria abandonnée bébé par la Duchesse, le peu de détails relevait presque du Néant. Ils n'avaient aucun indice sur son physique, pas plus que sur le lieu où elle se trouvait bien que le raisonnement du majordome soit le bon. Elle se cachait probablement non loin, trop terrifiée pour oser se montrer en plein jour devant la haine qu'on témoignait aux siens. Elle ne bougerait pas d'elle-même, c’était une quasi certitude. Ce n'était donc pas l'enfant qui avait la priorité, mais bel et bien celui qui menaçait l'ensemble de la famille, le scientifique. Après leur avoir laissé le dossier aussi fin qu'inutile la Duchesse et son serviteur prirent congé, leur laissant une bourse servant à couvrir d'éventuels frais. Mamoru, qui était resté caché jusque là sorti de l'ombre de l'immense demeure et les rejoignit rapidement. La Qantik lui fit un rapide résumé mais le Fauvex ne pipa mot, cogitant surement, lui aussi. Une calèche les ramena jusqu'au petit village où la comédienne les avait dupés.

Presque aussitôt Miyuki demanda une chambre et s'en alla dormir après les avoir remercié. Mathias demanda trois chambre supplémentaires et leur conseilla à tous d'aller se reposer, qu'il prenait cela sur sa note. Diya les salua tout deux avant de gagner sa chambre où elle s'enferma à clef avec Mamoru. Ôtant rapidement la robe de soirée pour gagner une tenue plus confortable, la demoiselle s'allongea sur le dos, le regard ancré au plafond. Elle repassa les événements récents dans sa tête. Il s'était passé tant de chose en si peu de temps, mais jamais elle n'avait été si entourée de personnes amicales. Toutes les péripéties lui avaient permis de se rapprocher des jumeaux et de Miyuki, et même si elle ne les connaissaient pas encore très bien, la jeune Cyborg espérait nouer des liens plus solides encore avec eux. Morphée l'emporta sur cette pensée agréable et chaleureuse, dans un sommeil réparateur dont elle avait bien besoin.

~

Au matin, lorsque les rayons lumineux vinrent caresser son visage, la demoiselle se leva de bonne humeur, revigorée. Choisissant une robe légère dans son sac, elle quitta rapidement la pièce après avoir remballé ses affaires, Mamoru derrière elle. Gagnant le rez-de-chaussée après avoir vérifié que tous dormaient encore elle alla directement au comptoir et commanda un copieux petit déjeuner pour cinq en demandant d'envoyer la note à la Duchesse Draspery. Elle leur devait au moins ça. Bientôt la longue table où la jeune femme s’était installée fut recouverte de délicieuses victuailles. Des œufs au plat, des viennoiseries, de la charcuterie et plusieurs sortes de pains avec leur confitures et autres sucrerie, accompagnées de jus de fruits et de café. Diya s'en lécha les lèvres d'avance, voilà longtemps qu'elle n'avait rien vu d'aussi bon ! Les jumeaux arrivèrent à cet instant, leurs traits reposés faisaient plaisir à voir et ils se mirent rapidement à discuter dans la bonne humeur. Tous avaient décidés d'attendre l'Hybrid pour entamer leur festin, et lorsqu'elle se présenta enfin elle fut presque acclamée. Fait surprenant, même Mathias souriait ! Diya l'accueillit amicalement :

" J'espère que tu as pu te reposer un peu, nous t'attendions pour déjeuner. Tous ceci aux frais d'Anna, nous n'allons pas nous priver tout de même ! Reprenons des forces et filons vers de nouvelle aventures !"

La jeune femme leva sa tasse, rapidement rejoint par Merybel et Mathias.

" A notre nouvelle quête !"

" A de nouvelles emmerdes !"

La douce Elite frappa son frère qui grimaça en riant. Les clients autour d'eux semblaient amusés par ce curieux spectacle mais la bonne humeur ambiante, et contagieuse, eut raison d'eux, laissant des rires s’élever dans la pièce. Lorsqu'ils eurent trinqué, le Fauvex ne pu retenir le grognement de son estomac, ce qui les fit rire d'avantage tandis qu'il lançait, à sa façon grognonne :

" A table maintenant !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bal masqué [& Miyuki][Test niveau V]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Les magiciens, le retour[Test Niveau 6, Lynn]
» Test d'Astronomie!
» Haiti - Nicaragua Niveau de Pauvreté En interprétant l’article sur le ralen
» La mangue dominicaine depasse le niveau d'Haiti
» Nouveau test de répartition
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins ::  Urban City  :: Anathorey :: Les banlieues résidentielles-