Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Louve solitaire (Adaline M.)


RPG
Âge : 19
Groupe: Anemös
Inventaire: chakhram, arc en bois incrusté avec des symboles de loups

MessageSujet: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Sam 12 Sep - 13:41

Elle ne se souvenait plus exactement à quelle heure elle s'était réveillée, la seule chose dont elle se souvenait avec précision était d'avoir eu faim. Ces derniers temps, chaque fois qu'Adaline voyait la journée avancer, elle avait une faim de loup puis, quand elle se trouvait face à son repas, elle se refusait à manger, soudain écœurée par l'odeur ou l'aspect du plat devant elle. Visiblement, son cerveau et son estomac se livraient une bataille que le second perdait bien souvent au profit du premier. Au final, elle s'était levée pour grignoter une tranche de pain aux raisins de la veille. Était-ce l'odeur qui avait attiré son petit frère hors de son lit ? A moins qu'elle ai fait trop de bruit ? Quoi qu'il en soit, elle sursauta lorsqu'il posa sa main sur sa hanche. Le visage du gamin s'éclaira alors avec un sourire qui aurait fait pâlir de jalousie n'importe qui. La grande sœur sourit à son tour et lui demanda ce qu'il faisait là.

« Tu as fais un cauchemar. Viens. »

Elle prit le gamin dans ses bras et le serra contre elle. Aedan enfoui son visage dans le creux de son cou et soupira. Ils restèrent quelques instants comme ça jusqu'à ce que le gamin releva la tête et lui montra la fenêtre. Intriguée, Adaline suivit du regard la direction indiquée. Dehors, un peu plus loin, paissait une biche avec son faon. Il était difficile de les voir car dame lune n'avait pas encore daigné céder sa place au soleil mais la jeune femme ne put rester de marbre face à ce spectacle naturel. Il n'était certes pas rare mais ils prenaient rarement le temps de l'observer ainsi. Comme si cela avait gêné les deux animaux, ils filèrent tranquillement vers le couvert des arbres. Cela parut déplaire au gamin qui soupira à nouveau.

« Que dirais-tu d'aller voir le soleil se lever ? Ça fait longtemps, je t'emmène si tu veux. »

Une remarque vite signée, elle poursuivit, amusée plus qu'autre chose :

« Maman ? Ne t'inquiète pas, je la préviendrai. »

Et c'est ainsi que le frère et la sœur prirent de quoi se restaurer pour le petit déjeuner dans leur sacoche, l'arc de l'aînée, la dague du benjamin et qu'ils partirent en silence tandis que les filles dormaient encore. Leur mère s'était levée entre temps et si elle n'aimait pas spécialement que son précieux petit garçon sortit en forêt, elle ne s'y opposa pas. Il existait entre les deux une complicité que même une mère ne pouvait briser. Mieux valait se contenter de les laisser vivre leur vie, Aedan devait apprendre à se débrouiller un peu plus tout seul. Viendrait le jour où il partirait de lui-même pour vivre sa propre existence.

Aedan marchait plus lentement qu'elle aussi adapta-t-elle sa vitesse aux petites jambes du gamin. Ils se dirigèrent dans la forêt à l'aide de ce qu'il restait d'étoiles dans le ciel. Lorsqu'ils parvinrent aux rochers qu'ils cherchaient, ils s'installèrent tranquillement. Ada sortit le pain, le fromage et la viande séchée que sa mère avait rajouté dans leur panier-repas. Elle coupa une bonne tranche pour le petit et le laissa se débrouiller avec viande et fromage. Ils observèrent ainsi le lever du soleil en silence, admirant l'astre du jour voler sa place à la belle de la nuit.

Adaline n'avait pas fait attention à l'heure, ils étaient en forêt depuis plusieurs heures certainement. Le gamin avait profité de l'occasion pour aller chercher des baies qu'il affectionnait particulièrement. La jeune femme quant à elle prit soin d'aller relever les pièges qu'elle avait posé une semaine auparavant. Elle y trouva un lapin suffisamment gras qu'elle mis dans sa besace. Les réserves avaient diminué pour diverses raisons ces derniers temps et il était peut être venu le moment de chasser un peu plus gros gibier. La demoiselle se décida à encocher une flèche, faisant signe à son frère de la suivre en silence. Elle espérait qu'il puisse apprendre un peu et qu'un jour, il soit capable de chasser seul. Même s'il était sourd, cela ne l'empêchait pas de pouvoir devenir un excellent chasseur. Aedan était concentré et suivait ses instructions à la lettre. Ce fut sans doutes dans ce contexte que la rencontre se fit.

Adaline avançait en silence, flèche encochée sur son arc en bois. Elle se retrouva bien malgré elle nez à nez avec une inconnue. Un peu plus et elle lui tirait une flèche dessus. Façon de parler, avec un frère sourd dans les pattes à longueur de temps, autant dire qu'elle vérifiait toujours à deux fois avant de tirer ou de faire quoi que ce soit. Elle abaissa immédiatement son arme sans pour autant décocher la flèche. La personne se trouvait à quelques mètres, trois ou quatre tout au plus.


« Excusez-moi, je vous ai pris pour du gibier. Vous n'êtes pas blessée ?

Elle l'avait sans doutes effrayée mais son visage était impassible. Juste à côté d'elle, le garçonnet s'était positionné, un sourire paisible sur les lèvres, cherchant sans doutes à comprendre ce qu'il se passait.


Dernière édition par Adaline Mizu le Dim 1 Nov - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Sam 12 Sep - 18:45


L'aube pointait à peine quand Diya, que le sommeil avait fuit, descendit le grand escalier menant au rez-de-chaussée du Dernier Paradis. Tous le monde dormait encore et elle voulait éviter de réveiller qui que ce soit. Merybel, tout comme leur nouvelle employée, Kansy, méritait amplement du repos. Malgré le peu de clients les travaux et l'entretient du domaine demandait de nombreux efforts et à elles deux les deux femmes parvenaient à peine à s'en sortir. C'est pourquoi la Cyborg avait décidé de se rendre aux villages alentours, voir jusqu'à Némoto, pour recruter une personne supplémentaires pour les aider dans leurs tâches. Empruntant le couloir menant au petit dressing ou son amie et la jeune femme partageaient leur tenues, elle se saisit d'une élégante robe soulignant ses yeux et cheveux aux teintes similaires. Elle natta par ailleurs ses derniers, laissant la longue tresse retomber sur son épaule tout en nouant l’extrémité d'une attache fleurie. Prenant ensuite la direction des cuisines elle mis dans une serviette une petite miche de pain de la veille ainsi qu'une pomme et du saucisson qu'elle prit soin de couper en avance pour ne pas avoir à subtiliser un couvert et laissa un mot à l'intention de la douce Elite qui ne manquerait pas de s’inquiéter si elle ne la trouvait pas dans l'auberge à son réveil. Regagnant l'entrée elle chaussa ses mocassins de cuir, confortable et suffisamment résistant pour les longues marches qu'elle entreprenait souvent, et dissimula ses dagues sous son jupon. Après un dernier regard vers la pièce à vivre la demoiselle quitta les lieux, laissant derrière elle le silence paisible pour gagner l'air enjoué des mélodies matinales que les oiseaux et autres créatures de Mère Nature chantaient à tue tête.

Prenant un chemin qu'elle connaissait et qui passait aux alentours de plusieurs villages plus ou moins développés la Qantik se mit à chantonner. La brise caressait son visage, il faisait encore frais mais le soleil ne tarderait à venir poser ses doucereux rayons sur eux afin de les réchauffer. Après avoir marché près de deux heures et salué quelques Hybrids aux abords d'un village d'agriculteurs la jeune femme entrevit une colline où elle avait souvent ramassé des baies étant enfant. Se demandant si les buissons en étaient toujours aussi fournis elle décida de faire un détour. Saisissant les pans de sa robe, peu pratique pour traverser les bois en dehors des chemins fréquentés et débarrassés des ronces et racines perverses, Diya avança, prenant garde où elle mettait les pieds. Elle repéra bientôt les petits buissons aux larges feuilles ovales où pendaient des grappes de petites baies bleues mauves. La Qantik allait se baisser pour en cueillir quelques unes, désirant en ramener au Dernier Paradis, quand un éclat lumineux vint la distraire. Se redressant soudainement la demoiselle se retrouva face à une femme aux cheveux aussi flamboyants que Miyuki. Un arc où une flèche encochée attendait d'être libérée la pointait. Le grelot d'argent à son coup tinta, comme un avertissement, mais dès que l'inconnue la vit elle rengaina son arme et s'excusa, déclarant l'avoir confondu avec une proie. Les muscles de la jeune femme était bandé, prêts à parer ou foncer pour prendre avantage si combat il y avait. Un enfant apparut alors au côtés de la femme, ses deux grands yeux curieux se posèrent sur la Cyborg qui se détendit aussitôt, se permettant même un léger rire, avant de déclarer en plaçant les main sur sa tête comme deux oreilles animales :

" Me serais je changée en biche ? Cela serait amusant !"

Elle avait dit cela en lançant un regard amusé à l'enfant. La femme, sans doute une Hybrid, ne semblait pas représenter un danger. Ce qui n’empêcha pas Diya de rester sur ses gardes. Se concentrant sur l'inconnue la jeune femme au yeux émeraude ajouta :

" J'ai dû vous interrompre en pleine chasse, je m'en excuse. Je n'ai pas été très discrète en venant jusqu'ici, j'ai sans doute fais fuir tout ce qui était mangeable. Désolée."

Passant sa main dans ses cheveux, gênée et se sentant coupable car elle savait que tous n'avaient pas le luxe de rentrer au chaud et de trouver un repas chaud les attendant chaque jour, elle sortit de sa besace les vivres qu'elle avait emmenés et les tendit à la rousse. Elle ne connaissait pas vraiment les pratiques de la chasse mais savait qu'il fallait être patient et que tous bruits était exclus. Elle avait sûrement ruiné des heures de silence avec sa stupide envie de myrtilles

" C'est une maigre compensation, mais cela me semble nécessaire au vue du temps que j'ai dû vous faire perdre."
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Louve solitaire (Adaline M.)


RPG
Âge : 19
Groupe: Anemös
Inventaire: chakhram, arc en bois incrusté avec des symboles de loups

MessageSujet: Re: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Dim 13 Sep - 21:53

Adaline s'en voulait de ne pas avoir fait suffisamment attention. Que se serait-il passé si au lieu d'une inconnue cela avait été son petit frère au bout de la flèche, ou l'une des ses sœurs ? Tout portait à croire que son corps lui jouait des tours ces derniers temps, la fatigue n'aidant certainement en rien la demoiselle à être en pleine possession de ses moyens. Aedan demeurait à ses côtés, cherchant à comprendre la situation mais son jeune âge n'aidait pas vraiment ce dernier à saisir pourquoi sa sœur demeurait aussi impassible et pourquoi elle semblait contrariée. Le visage de la louve solitaire était pourtant relativement insaisissable et aucune émotion particulière n'y transparaissait mais pour autant, le gamin connaissait suffisamment sa grande sœur pour savoir que quelque chose clochait. Il ne saisissait juste pas quoi exactement. De son côté, Adaline était perdue dans ses pensées, scrutant néanmoins l'inconnue d'un œil sceptique. Elle finit par soupirer en se disant qu'il était grand temps de reprendre une vie saine et équilibrée et de cesser de penser à ce pseudo-entrevu avec l'Eusilis et l'Emishi qui n'avait rien donné.

Cette rencontre l'avait marquée. Si elle n'était pas spécialement fan des Üniks, si pour ainsi dire, elle n'aurait surement pas hésité à en tuer pour protéger la forêt ou les siens, la jeune femme ne comprenait cependant pas l'hostilité des deux chefs à leur égard. Ils n'avaient rien voulu entendre, pire que tout, ils n'avaient même pas cherché à comprendre le peuple. Ses propres questions étaient restées lettres mortes et il était évident désormais que tout cela la perturbait. En fait, à bien y penser, ces troubles étranges avaient commencé à son retour …

La voix de la jeune femme la tira de ses pensées. Elle remarqua alors les muscles bandés de son interlocutrice. Presque instantanément, elle perçut le changement de comportement de l'inconnue qui ne manquait pas de faire rire Aedan à ses côtés. Le gamin avait toujours eu cette incroyable influence sur les gens. Adaline se détendit à son tour et répondit d'un ton prudent :


« Excusez-moi, j'étais perdue dans mes pensées. Je n'aurais pas dû chasser dans cet état, heureusement que j'ai repris mes esprits à temps. »

Ada observait tout en parlant son interlocutrice. La jeune femme avait de longs cheveux couleur de nuit et des yeux émeraude dont il était difficile de se défaire. A la voir ainsi habillée, la demoiselle se demanda ce qu'elle faisait en forêt mais pour autant, elle n'émit aucun commentaire. Le petit garçon hésitait à ses côtés, visiblement, il avait envie de « parler » mais n'osait pas, attendant certainement que son aînée se décide à agir dans un sens ou dans l'autre. Avec patience, non sans quitter du regard la femme, la chasseuse prit la flèche et la rangea dans son carquois tout en posant l'arc sur son épaule. Ses mains de nouveau libres, elle signa rapidement une explication pour le petit garçon. Elle ajouta également de rester sur ses gardes histoire qu'il ne se jette pas sur elle pour lui « poser des tonnes de questions ». Ceci fait, elle reporta toute son attention sur l'inconnue.

« Ce n'est pas grave, nous avions déjà attrapé un lapin et puis … mon frère est très doué pour la chasse aux baies. »

Aedan dut comprendre qu'elle parlait de lui car il bougea à ses côtés. Quelque part dans un coin de son esprit, quelque chose la prévint de faire attention. Bien incapable de dire si elle avait déjà vu cette femme auparavant, Adaline était tout aussi incapable de savoir si elle était une Hybrid ou autre. Ce genre de choses ne la passionnait pas vraiment. Voyant les vivres qu'on lui tendait, elle émit un mouvement négatif de la tête.

« J'ignore où vous vous rendiez, mais vous aurez surement besoin de ces vivres pour vous y rendre. Nous avons tout notre temps et la chasse permet à mon frère de se familiariser avec la forêt et ses pièges. »

Avisant les myrtilles, Aedan s'agita et elle sourit en voyant sa question. Avec une voix neutre, elle demanda alors pour lui :

« Il aimerait savoir où vous les avez trouvé. Ils n'a trouvé que quelques mûres et des baies rouges dont je ne connais pas le nom mais qu'il adore. Il ne sait visiblement pas où trouver des myrtilles, vous lui feriez plaisir si vous pouviez lui montrer ... »

Se rendant compte qu'elle avait peut-être elle aussi retardé son interlocutrice, elle ajouta ensuite :

« Vous vous rendiez en ville peut-être ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Lun 14 Sep - 2:26


La demoiselle eut l'air de se détendre quand l'enfant rendit son sourire à la Cyborg. Elle se mit soudain à faire de drôle de geste devant le garçonnet et un déclic se produisit dans la tête de la Qantik. L'enfant était sourd. Elle repensa au vieux robot croisé lors de sa première visite à la Cité Neutre et décida d'agir le plus normalement possible. Elle savait que les personnes souffrant d'un handicap n'aimait pas qu'on le leur fasse remarquer. Malheureusement elle ne savait pas signer. Répondant à la fois aux inquiétudes de la femme et à son refus d'accepter son présent, Diya déclara d'un ton apaisant :

" Ne vous inquiétez pas, cette flèche ne m'aurait pas touché. Etes vous sûre de ne pas vouloir accepter ceci? Ce n'est pas grand chose. Je pourrais me repaître plus tard ce n'est pas un souci. J'ai suffisamment déjeuné ce matin."

Ce n’était qu'un petit mensonge, mais la jeune Cyborg était décidé à se faire pardonner sa maladresse. L'enfant, que la jeune Hybrid avait désigné comme son frère, attira l'attention de la demoiselle qui lui retranscrit sa demande à l'oral. Il voulait savoir d'où venaient les myrtilles. La Cyborg avait presque oublié qu'elle les tenait toujours en main depuis qu'elle avait repéré la flèche. Cette dernière avait par ailleurs rejoint son carquois, assurant des intentions neutres ou pacifiques similaires aux siennes. L'inconnue avait parlé de mûres et de baies rouges, si Diya pouvait en ramasser alors elle aurait de quoi faire un excellent gâteau avec Kansy en rentrant. Amusée, elle répondit :

" Pouvez vous lui dire que je veux bien lui montrer où je les ai cueillies s'il me dit où il a trouvé les autres baies ?"

La demoiselle aux long cheveux émeraude ajouta en rougissant, légèrement gênée :

" Je ne sais pas signer." 

Réajustant sa besace pour cacher son malaise, la Cyborg ajouta, après avoir entendu la question de la femme :

" A vrai dire j’espérais ne pas devoir aller jusqu'à Némoto. Je recherche une domestique supplémentaire pour travailler au Dernier Paradis, une auberge. Vous vivez près d'ici, peut être connaissez vous quelqu'un à qui cela pourrait convenir ?"

Soudain lancée, la Qantik enchaîna, désireuse de vendre la place :

" Le salaire est correct, la personne peut être nourrie et logée sur place sans contrepartie. Et ..."

Se rendant compte qu'elle s’était emportée, Diya se tue un instant avant de s'excuser :

" Désolée. Dernièrement nous avons reçu pas mal de monde et nous manquons de personnel. Je pensais trouver quelqu'un dans le premier village croisé mais le fait de devoir travailler dans un lieu où se côtoient Hybrid, Uniks et Qantiks semble en retenir plus d'un."

Soupirant la demoiselle se claqua les joues avant de lancer tout sourire, délaissant son air sérieux et un chouia désespéré :

" Et si nous revenions à nos myrtilles ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Louve solitaire (Adaline M.)


RPG
Âge : 19
Groupe: Anemös
Inventaire: chakhram, arc en bois incrusté avec des symboles de loups

MessageSujet: Re: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Dim 20 Sep - 13:26

Adaline ne pouvait pas s'empêcher d'observer son interlocutrice. Non qu'elle soit malpolie mais simplement curieuse et toujours pleine d'appréhension lorsqu'il s'agissait de rencontrer quelqu'un d'inconnu dans la forêt avec son petit frère dans les parages. Il n'était qu'un enfant certes et en général, même si elle même risquait quelque chose, personne ne s'en prenait à un gamin. Mais ce qui faisait peur à la jeune femme était en réalité que le handicap du petit le prenne au piège et qu'il puisse en subir de lourdes conséquences. Quoi qu'il en soit, elle ne disait rien, se contentant d'attendre la réponse de Diya au sujet des myrtilles que son frère aimait tant.

Quelque part dans l'esprit d'Ada tonnait une petite voix qui lui intimait qu'elle n'aurait pas dû signer devant une inconnue. Cela donnait bien trop d'informations à cette femme sur le handicap de son jeune frère mais une fois encore, elle n'y avait pas pensé avant. Peut-être parviendrait-elle à y penser un jour suffisamment tôt pour ne pas s'en vouloir ensuite … A ses côtés, le gamin était impatient, ne quittant pas des yeux leur interlocutrice tout en lui souriant. Insouciant et totalement inconscient du danger qui aurait pu se présenter à lui. Intérieurement, Adaline soupira. Personne n'aurait su dire si était à cause de l'inconscience de son petit frère ou au contraire à cause de sa propre tendance à toujours penser au pire de ce qui pourrait arriver.

La jeune femme reprit la parole et sa première réplique la surprit. Techniquement, elle se trouvait pile dans sa ligne de mire de son arc, comment aurait-elle pu éviter cette fichue flèche ? Impossible. Pour autant, elle n'eut pas l'occasion de poser la question puisqu'on lui en posait une en retour. Elle secoua la tête pour confirmer qu'elle ne souhaitait pas la priver de quoi que ce soit. Ada aurait tout le temps de chercher de quoi manger plus tard, d'autant qu'avec le lapin qu'ils avaient déjà trouvé, ce n'était plus aussi dramatique que lorsqu'ils étaient partis ce matin.


« Ne vous inquiétez pas, nous n'en avons pas besoin. Je n'aurais qu'à relever un autre piège un peu plus tard. »

Elle n'insista pas et se contenta de sourire fugacement en entendant la réplique de Diya. Le pouvoir des enfants était effrayant. Cette pensée la fit sourire à nouveau mais elle hocha la tête et posa sa main sur l'épaule du petit pour qu'il la regarde. Patiemment, elle signa pour lui la proposition de leur interlocutrice. Étonnamment, Aedan afficha une mine contrariée, comme si la demande ne l’enthousiasmait pas. Il croisa les bras sur sa poitrine et prit sa petite moue qu'il avait quand il réfléchissait sérieusement à quelque chose. Amusée plus qu'autre chose, la grande sœur attendit sa réponse. Lorsqu'il eut pris sa décision, il se tourna vers la jeune femme et lui tendit la main avec le plus grand sérieux avant d'articuler difficilement :

« Ok. Moi 'Dan. »

Adaline était surprise mais elle ne s'opposa pas à ce petit manège, au contraire, elle finit par ajouter :

« Je crois qu'il est d'accord. Excusez-le, il n'aime pas trop montrer ses petits secrets, c'est qu'il a sa fierté ce petit. »

Elle passa sa main dans les cheveux du gamin pour une caresse amusée. Ce dernier releva la tête en lui lançant un regard qui en disait long.

« Comme il vous le disait, il s'appelle Aedan, et moi, Adaline. Allez, suivez-nous. »

Elle signa rapidement au gamin de les mener à ses petites cachettes. Il hocha la tête et commença à s'éloigner. Adaline le suivit en silence. Elle se souvint d'un détail et se décida à adopter le ton de la conversation.

« Ne vous inquiétez pas, il ne vous en voudra pas de ne pas savoir signer. Ma mère elle-même a encore du mal. Je me demandais, vous avez dit que cette flèche ne vous aurez pas atteint, pourtant, vous étiez en plein dans ma ligne de mire ... »

Elle s'arrêta de parler et se souvint de la question précédente de la jeune femme. Elle réfléchit un peu avant de finalement préciser.

« Je sais que certains jeunes de mon village cherchent du travail mais comme vous l'aurez surement remarquée, la conversation n'est pas mon fort. Peut-être même ma mère serait-elle intéressée. Elle se languit à la maison. Mais dans son cas, elle ne supporterait pas d'être logée sur place. Enfin, quoi qu'il en soit, vous trouverez surement dans mon village. »

Elle emboita le pas de son petit frère et poursuivit :

« Vous avez l'air de voyager souvent, est-ce le cas ? »

Elle se surprit à poser la question à voix haute. Son frère, encore et toujours. Il hantait ses pensées si bien qu'elle avait parlé sans réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Lun 21 Sep - 0:20


La jeune femme avait définitivement refusé ses provisions, aussi Diya les avait elle rangé dans sa besace avec précaution. L'enfant s'était ensuite tourné vers elle après avoir conversé par signes avec sa sœur, lui tendant vaillamment la main. Diya s'accroupit pour se mettre à sa hauteur et serra sa petite main avec chaleur. Quand la jeune femme vit qu'il faisait l'effort de parler malgré la difficulté que cela semblait représenter elle traça son nom sur le sol pour qu'il sache comment elle se nommait. Elle se redressa ensuite, lui offrant un nouveau sourire. La Cyborg avait rarement des contacts avec des enfants, pour autant elle ne les détestait pas. Au contraire. Ils étaient l'avenir d'Origin's. La femme lui exposa la situation ainsi que la réponse du garçon et les présenta en bonne et due forme. La Qantik lui répondit sans hésiter, oubliant toute trace d'un quelconque risque :

" Je me nomme Diya Art'Heas, je possède l'auberge "Dernier Paradis", à deux heures d'ici."

Alors que l'enfant paraissait parti pour refuser au début il accepta finalement de la mener vers ses planques de fruits des bois. Le rythme de la marche était soutenu et permettait la conversation, aussi, lorsque la jeune femme la rassura quand au fait qu'elle ne sache pas signer la demoiselle dû se retenir de justesse de lui demander de lui apprendre. Curieuse et ayant une soif de connaissance intarissable, la Qantik aimait à développer sans arrêt de nouvelles capacités qui pourraient lui être utiles. Toutefois elle ne s'attendait pas à ce qu'Adaline revienne sur cette phrase qui lui avait échappé. Effectivement elle avait laissé entendre que la flèche ne l'aurait pas touché, révélant qu'elle possédait quelque chose. Cette objet qui la protégeait des projectiles qui comportaient des éléments sensibles au magnétisme n'était autre que le grelot d'argent qui teintait à son cou à chaque pas. Gênée de devoir dévoiler un élément important de son équipement mais quasiment sûre que l'Hybrid ne lui causerait pas de problème, elle désigna le pendentif et expliqua :

" Ce grelot est un bouclier magnétique, il se déclenche automatiquement si un objet entre dans la zone m'entourant. Il aurait repoussé votre ... ta flèche sans mal. il aurait pu également te repousser avec, si tu avais été trop proche. Ce n'est pas arrivé, heureusement."

L'habitante de la Sylva enchaîna sur un autre sujet abordé plus tôt par la Cyborg, lui apprenant que certaines jeunes femmes de son village seraient peut être intéressés par l'emplois. Elle lui proposa même sa propre mère avant d'ajouter que cette dernière refuserait sans doute d'être logée sur place. Toutefois, vu la distance entre le lieu où elles se trouvaient et l'auberge, pratiquer le chemin chaque jour aurait été long. Peut être pourrait elle proposer un autre emplois à cette femme ? Après tout le Dernier Paradis manquait encore de beaucoup. Que ce soit en meuble, en linge de maison, en décoration, tout était à refaire. Les goûts de la Duchesse Anna Draspery n'étant pas similaire à ceux de la Qantik, cette dernière avait déjà refusé nombres de draperies et tableaux ne s'accordant pas au lieu. Heureusement pour la demoiselle, Merybel savait user de tact pour faire comprendre à sa mère que de tels objets ne pouvaient trouver place dans l'auberge. Perdue dans ses réflexions, la Qantik sylvestre faillit ne pas entendre la question de son interlocutrice. D'un air rêveur la demoiselle répondit à son interrogation :

" C'est le cas, le monde a beaucoup à apporter et le voyage forge le caractère. Je considère qu'on ne peux avoir un avis sur une chose qu'en l'ayant expérimenté soi même, c'est pourquoi je laisse ma curiosité me guider là où les mystères de ces terres m'appellent."

Se giflant mentalement pour se concentrer d'avantage sur la conversation, Diya observa discrètement Adaline. On sentait dans sa marche assurée l'habitude d'arpenter la forêt, dans sa façon de regarder son jeune frère un amour fraternel attendrissant et un désir de protéger tout en lui accordant de la liberté. Son corps sculpté par la chasse devait être d'une souplesse et d'une force que sa carrure ne laissait deviner. Amusée et songeuse, la Cyborg soupira :

" Je me demande ce que cela fait d'avoir des frères et sœurs."

S'égarant elle ajouta :

" Je n'en ai pas, et même si je vis entourée d'amis qui représentent pour moi autant que ma famille je me demande quelle sensation cela fait. Est ce compliqué ? Ne s'inquiète on pas plus souvent que nécessaire ? Les liens qui vous unissent sont ils forts ? J'ai entendu dire que certaines fratries ressentaient la douleurs causé à leur familles ! Est ce vrai ?"

Se frappant le front du plat de la main la jeune femme grimaça avant de lancer à la rousse :

" Désolé, je me suis emportée, ne te sens pas obligée de répondre à toutes ces indiscrétions de ma part."
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Louve solitaire (Adaline M.)


RPG
Âge : 19
Groupe: Anemös
Inventaire: chakhram, arc en bois incrusté avec des symboles de loups

MessageSujet: Re: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Dim 27 Sep - 16:50

Il était étrange de parler aux autres, de se mêler à eux comme si on faisait partie de leur groupe sans vraiment en être conscient. Adaline ne s'était jamais vraiment mêlée aux autres, pour ainsi dire, elle ne leur parlait quasi-jamais. Il y avait bien longtemps qu'elle avait abandonné les relations sociales. Depuis l'adolescence, elle se contentait de « vivre » parmi les autres sans vraiment s'en approcher ou même se lier à eux. Alors discuter en plein milieu de la forêt avec une totale inconnue aurait du lui faire bizarre. Pas tant que ça maintenant qu'elle y réfléchissait vraiment. Elle sourit intérieurement en se disant que la réunion l'avait peut-être plus touchée qu'elle ne voulait bien le croire et que cela expliquait sans doutes ses récents « problèmes ». Sans dire un mot, elle observa la scène comme si elle était une spectatrice extérieure. Qu'est-ce-qui avait bien pu lui traverser l'esprit pour qu'elle accepte d'être accompagnée par une inconnue ? Sur un terrain qu'elle maîtrisait certes mais malgré tout semé d'embuches en cas d'altercation. La demoiselle soupira et laissa ces pensées de côté.

Elle remarqua que son interlocutrice avait rangé ses provisions dans sa besace, non sans précaution, et cela la rassura quelque part. Elle avait eu peur que la jeune femme ne prenne mal son refus et son entêtement. D'ailleurs, cette scène lui avait rappelé vaguement une précédente rencontre qui s'était déroulée dans des circonstances quasi similaires. Elle sourit, pour de vrai cette fois, en y repensant. Il était tellement étrange de revivre ça même plusieurs mois après. Quoi qu'il en soit, la forêt recelait des mystères qu'elle trouvait très intéressants. D'un coin de l’œil, elle observa la scène entre son frère et Diya et en fut attendrit malgré elle. Cet air de petit homme qu'il prenait parfois la mettait mal à l'aise, comme si une partie d'elle se refusait à le voir grandir si vite. C'était totalement absurde.

Lorsque la jeune femme reprit la parole, elle l'écouta avec attention et hocha la tête imperceptiblement, comme pour lui affirmer qu'elle avait bien compris. Elle ne connaissait pas les lieux du « Dernier Paradis » mais ne manquerait pas d'y faire un tour un de ces jours. La curiosité, encore et toujours.


« Enchantée. Peut-être ferais-je un tour chez vous un jour. »

Elle se demanda l'espace d'une seconde pourquoi elle avait parlé à voix haute mais laissa tomber encore une fois, peu convaincue qu'elle trouverait une réponse satisfaisante. Avec calme, l'Hybrid se contenta de suivre le petit garçon, amusée plus qu'autre chose par son comportement et l'assurance qu'il tentait d'afficher. Aedan prenait toujours les choses trop au sérieux mais c'était particulièrement amusant, surtout dans ce genres de situations. Adaline fut surprise que la jeune femme lui réponde au sujet de ce qui lui permettait d'être sure de ne pas être touchée par sa flèche. Elle observa en silence le grelot et en fut étonnée.

« Je ne savais pas que ce … genre d'objet existait. »

Elle ne tiqua pas sur le fait d'être tutoyée. En fait, elle s'en moquait, c'était un détail qu'elle n'avait jamais pris la peine d'aborder. Si elle se refusait à se lier aux autres, pourquoi les empêcher de lui parler d'une manière ou d'une autre ? Cela ne changeait rien pour elle au final.

« C'est typiquement ce qu'il faudrait à mon frère. Enfin, pour l'instant, je suis là mais plus tard … Tu saurais me dire où tu l'as trouvé ? »

Le ton n'était pas envieux, pas plus que l'attitude qu'elle arborait. Adaline était simplement soucieuse pour l'avenir du gamin et, comme toujours, elle cherchait à le préparer au mieux à sa vie future et le protéger tout autant qu'elle le pouvait. Mizu avait également tutoyé la jeune femme mais elle n'y songea pas une seconde. Tout cela lui était venu naturellement même si communiquer n'était pas quelque chose de si naturel à ses yeux.

La dresseuse se tut ensuite, attendant que leur compagne du jour reprenne la parole si elle le souhaitait. Elle n'était pas obligée de répondre à ses questions, Adaline ne s'en serait pas vexée, mais elle-même ne savait pas trop quoi dire. Son manque d'expérience en la matière était trop flagrant. Elle entendit de nouveau la voix de son interlocutrice et releva la tête, comme si elle sortait de sa torpeur. La jeune femme partageait la vision qu'on lui présentait. Son discours semblait tellement évident … Elle hésita une seconde, encore une autre et se mordit la lèvre avant de finalement demander malgré tout :


« Est ce que par hasard tu aurais rencontré un Hybrid nommé Adam durant un de tes voyages ? »

Elle fut soudain heureuse que Aedan ne puisse pas entendre ce qu'elle venait de demander. Sans doutes le petit garçon aurait-il posé pas mal de questions à son tour. Et puis. Pourquoi posait-elle cette question au juste ? Elle se demandait pourquoi. Pourquoi Adam revenait toujours dans ses pensées. Adaline soupira.

La remarque de Diya la sortit de ses pensées autant qu'elle la surprit. Elle posa un regard étonné sur elle sans pour autant oser répondre, se demandant si la jeune femme s'était simplement contenter d'énoncer une réalité à haute voix ou si au contraire, elle posait une question sous-jacente. Elle écouta en silence ce qu'elle disait et finit par sourire.


« La famille est ce qu'il y a de plus important à mes yeux. »

Elle hésita et ajouta d'un ton qu'elle voulait neutre mais qui laissait transparaitre son amour infini et inconditionnel pour les siens. Ça ne la gênait pas de répondre aux questions, sur ce terrain là, elle était quasi certaine de pouvoir s'ouvrir sans trop en dévoiler. Et puis, parler des siens était quelque chose qui lui semblait naturel et qui ne la dérangeait pas. Quelque part, elle fut quand même rassurée de savoir qu'Aedan ne pouvait pas entendre ce qu'elle répondrait. Heurter le petit garçon ou même s'ouvrir à lui autant qu'elle pouvait le faire en parlant d'eux ne lui plaisait pas. Pas encore. Elle avait sa fierté envers le gamin, après tout, elle était l'âinée !

« Je ne dirais pas que c'est compliqué. J'ai tendance à m'inquiéter pour mon frère ou mes deux sœurs et sans doutes qu'eux aussi s'inquiètent pour moi mais au fond, ce n'est pas cher payé pour la vie que je mène. Je sais qu'en cas de coup dur, ils seront là pour m'épauler. Un seul sourire de leur part et j'ai tendance à me dire que la situation pourrait être pire. Je ne sais pas si c'est comme ça pour tout le monde, mais pour moi, c'est une chance de les avoir. Je doutes juste un jour de leur dire. »

Elle sourit pour elle-même et se tut, réfléchissant visiblement à la suite. Cela la mettait mal à l'aise mais elle n'osa pas se l'avouer. Les liens qui les unissait … Lorsqu'elle reprit la parole, son ton était dur, presque amer mais elle ne s'en rendit pas compte.

« Quand j'étais enfant, je pensais que la famille serait toujours « tout ». Je me trompais. Je serais toujours là pour eux, mais si un jour ils décident d'un autre chemin, je les laisserai faire. Je veillerai, parce que je suis l'aînée. Je crois que les liens sont personnels. Forts, indescriptibles et parfois violents. »

Elle se tut et rougit violemment depuis très longtemps.

« Je suis désolée. Ce que je raconte a peu de sens … »

Elle marqua une pause et reprit une nouvelle, sa voix étant beaucoup plus neutre et dénuée de reproches ou autre.

« Tu … tu tiens une auberge c'est bien ça ? Depuis longtemps ? Je n'ai jamais osé sortir de mon village, enfin je suis allée à Nemoto une fois ou deux mais c'est tout. Ça doit être difficile de gérer seule une auberge. »

Elle se tut finalement, mal à l'aise face à son ignorance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Mar 29 Sep - 15:09


Diya avançait en suivant l'enfant et en écoutant l'Hybrid répondre à ses déclarations. Ainsi peut être l’accueillerait elle un jour au Dernier Paradis, cela lui ferai plaisir. La demoiselle recevait rarement la visite de connaissance , il fallait aussi dire qu'elle se déplaçait souvent, au point d'être bien moins présente à l’auberge qu'elle l'aurait voulu. Sa soif d'aventure et de voyage était grande, les mystère l'attirait comme le pollen attire les abeilles, elle ne pouvait y résister. Lorsqu'elle avait parlé du grelot Adaline avait semblait intéressée par l'objet, déclarant que c’était quelque chose qu'il faudrait à son cadet car elle ne serait pas toujours là. Quand elle lui demanda où elle l'avait trouvée, la Cyborg hésita avant de déclarer, passive :

" C'est une Anemos qui me l'a offert, je doute qu'il y en ai deux semblables mais ce genre d'objet doit être facilement trouvable à Anathorey, pour peu qu'on y mette le prix."

Elle ne pouvait renseigner d'avantage la demoiselle, après tout, lorsqu'Aenaelle lui avait offert ce drôle de collier elle lui avait dit que ce dernier appartenais auparavant à sa sœur mais qu'aucune d'elle deux ne pouvait l'activer car il ne réagissait qu'à l'impulsion électromagnétique émanant des pièces mécaniques des Qantiks. Cependant Diya n'hésita pas à penser que sur une simple commande à Anna Draspery elle pourrait obtenir un accessoire similaire sans ce désavantage. La Duchesse avait les moyens de faire appel à des scientifiques qui n'avaient plus à prouver leur talents et leur inventivité. Une autre question sembla lui échapper alors qu'une sorte de gêne était visible sur son visage. Elle lui demanda si elle n'avait pas croisé un certain Hybrid portant le prénom d'Adam. La Qantik se concentra un instant sur ce nom puis secoua la tête négativement et s'excusa :

" Si c'est le cas je ne m'en souviens pas désolé. Je croise beaucoup de monde durant mes voyages et je t'avoue que j'aurais bien du mal à retenir chaque visage et chaque nom. Est ce quelqu'un d'important pour toi ? Dois le prévenir que tu le cherches si je le croise ?"

Diya mémorisa chacun de ses mots sur la famille, elle sentait que la jeune femme était très attachée à la sienne. Sa façon d'en parler, à la fois douce et inquiète, tantôt rayonnante et craintive vis à vis du chemin qu'ils choisiraient, cela fit presque regretter à la Cyborg de s'être autant éloignée de la sienne. Elle avait les jumeaux maintenant, ils étaient comme sa famille. Mais ses géniteurs lui manquaient, elle se promit une nouvelle fois de leur rendre visite à son retour. Après tout, le petit village se trouvait sur sa route et sa mère serait sans doute heureuse de la voir même si la demoiselle craignait le regard des autres villageois. Eux qui connaissaient sa nature la rejetaient en bloc, ne voulant rien savoir d'elle et la Qantik avait peur d'attirer des ennuis à ses parents en se montrant à nouveau là bas. Soupirant discrètement la jeune femme se dit que la vie était bien compliquée par moment. Adeline rougit, s'excusant de son égarement et Diya lui répondit d'une voix chaleureuse :

" Pas du tout, c'est très intéressant au contraire."

Un sourire rêveur flâna sur son visage et elle écouta attentivement la nouvelle question de l'Hybrid avant de satisfaire sa curiosité :

" Cela fait peu de temps à vrai dire. Elle appartenait à ma grand-mère, Elya souhaitait en faire un lieu de paix destiné à tous, un endroit où il n'y aurait aucune distinction de races. Elle avait réussi à réaliser son rêve mais après son décès l'auberge est restée longtemps inoccupée, il y a encore pas mal de travaux à faire pour la remettre en état mais heureusement j'ai de l'aide. Une Duchesse, anciennement amie avec ma grand-mère aide à financer les rénovations et ses deux enfants m'aident à la tenir. Ils sont un peu comme ma seconde famille. Nous avons accueillie Kansy il n'y a pas longtemps, c'est une excellente cuisinière, et son aide nous est très précieuse. J'ai beaucoup de chance de pouvoir compter sur eux."

Diya avisa les ronces d'un vert sombre qui proliféraient à quelques pas d'eux. Nul doute qu'il s'agissait de mûrier. La Cyborg accéléra le pas et se pencha pour observer les fruit d'un noir brillant, certaines, plus claires, n’étaient pas encore tout à fait prête à être cueillies. Se tournant vers le petit garçon elle sortit une petite boîte de son sac et désigna les baies, comme pour lui demander son accord pour en ramasser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Louve solitaire (Adaline M.)


RPG
Âge : 19
Groupe: Anemös
Inventaire: chakhram, arc en bois incrusté avec des symboles de loups

MessageSujet: Re: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Jeu 1 Oct - 21:05

Les relations humaines, c'était un domaine dans lequel Adaline n'excellait pas et n'excellerait sans doutes jamais. D'ordinaire, cela avait peu d'importance mais actuellement, elle avait envie de discuter et de comprendre certaines choses. Son manque était embêtant et elle se demandait quelque part pourquoi elle y accordait de l'importance désormais. Quoi qu'il en soit, elle aimait discuter avec Diya. Avec calme, elle revint à la discussion sans quitter le chemin des yeux de peur de se prendre les pieds dans les racines qui dépassaient ici et là.

Elle écouta avec grand intérêt la réponse à sa question sur le grelot. Avec un tel objet en sa possession, il était évident qu'elle ne risquerait pas grand chose à laisser Aedan un peu plus libre de ses mouvements. Il pourrait plus facilement être laissé seul et, dans le pire des cas, il ne risquerait pas grand chose si leur chemin se séparaient malencontreusement pour telle ou telle raison. Adaline était fatiguée de chercher des solutions pour tout. Avec son handicap, il était difficile pour le petit garçon de grandir à son rythme dans leur village et en même temps, elle aurait bien du mal à le laisser vivre ailleurs pour la même raison. Quoi qu'il en soit, il s'en sortait bien. Peut être était-elle juste inquiète de nature pour lui ?


« Je vois, je suppose qu'il faudra que je m'y rende un jour pour voir ce que je peux trouver dans nos moyens. »

L'aînée des Mizu hésita une seconde et ajouta finalement un « merci » timide pour cette information. Elle ne manquerait pas de s'en servir si elle le pouvait. Concernant son autre question, Ada garda le silence un moment, réfléchissant à ce qu'elle pouvait … non, ce qu'elle devait dire. En réalité, elle était en train de se dire qu'elle n'aurait pas du poser la question. Pourquoi s'en faire pour quelqu'un qui les avait abandonné ? Une part d'elle voulait toujours s'accrocher à l'espoir qu'il reviendrait.

« C'est mon frère. Je ne pense pas que cela change grand chose que tu le préviennes ou non mais si jamais ta route venait à croiser la sienne, pourquoi pas ? »

Là encore, elle fut contente qu'Aedan ne puisse pas entendre cette conversation. A la maison, on évitait le sujet d'Adam. Sa mère voulait oublier les choses en rapport avec lui. Les jumelles ne se souvenaient que peu de leur frère quant au petit dernier, il ne s'en rappelait pas du tout. Et pour cause. Ce n'était pas plus mal.

« La famille … c'est compliqué je crois. »

Elle sourit timidement en disant cela tandis que le gamin s'arrêtait en leur faisant signe qu'ils étaient arrivés à destination. Il leur montra les buissons avec un sourire calme. Son frère observa leur interlocutrice agir, n'esquissant pas un mouvement pour l'arrêter puis, lorsqu'elle sortit la boite, il sourit de plus belle et hocha la tête. Il avait visiblement compris l'intention de la jeune femme et l'acceptait sans problème. Quelque part, Adaline fut fière de lui et de le voir si épanoui. De son côté, Adaline écouta les explications de Diya au sujet de l'auberge. Elle fut touchée par la façon dont elle en parlait et se dit qu'elle devrait vraiment y faire un tour.

« Ça a l'air d'être une aventure fascinante. Tu as eu raison de reprendre cette auberge, si elle peut offrir un havre de paix aux gens. Nous avons besoin d'un peu de paix ces derniers temps. »

Elle se souvint de la réunion avec leurs dirigeants et pensa vraiment que cette phrase prenait tout son sens.

« Au moins, tu n'as pas tout perdu » dit-elle en souriant en la regardant prélever des baies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Ven 2 Oct - 1:22


Diya mémorisa toutes les réponses de la demoiselle et répondit on effectuant sa cueillette. Le garçon lui avait donné l'autorisation et elle était à présent penchée sur les buissons. Elle commença, pensive :

" J'ai des contact à Anathorey, je pourrais peut être leur demander de chercher un objet semblable à mon grelot, ainsi tu n'aurais pas à te promener dans les rues sur-fréquentées de la capitale. Ce n'est pas toujours évidents pour des étrangers ..."

Saisissant une grappe de mûres la demoiselle les ajouta à celles qui avaient déjà rejoint la petite boîte et enchaîna :

" Tes relations avec ton frères ont l'air compliquées, j'imagine que tout ne peux pas toujours être rose entre frères et sœurs."

La Cyborg referma la boîte, estimant qu'elle en avait assez et attrapa trois des baies les plus mûres pour les tendre à l'enfant et a la jeune femme. Après tout il y en avait suffisamment pour ne pas se priver. Gobant la sienne avec gourmandise la Qantik posa ses mains sur ses joues en déclarant, conquise :

" Elles sont vraiment excellentes, je m'en serais voulues de louper un tel régal."

La demoiselle aux cheveux de feu déclara alors qu'ils avaient besoin de paix en ce temps de conflits et Diya ne put qu'hocher la tête avant qu'elle n'ajoute, souriant, qu'elle au moins n'avait pas tout perdu. Tout en rangeant la boîte dans sa besace, la jeune femme donna son point de vue sur cette déclaration. Un masque neutre avait prit place sur son visage, masquant le tourbillon d'émotions qui se disputaient.

" J'ai vu des connaissances mourir à la Cité Neutre. J'ai moi même ôté la vie à des Uniks qui cherchaient à tuer les miens. Mais je ne regrette pas, je me suis battue pour ce en quoi je croyais, c'est ainsi qu'il faut agir. Pas sous les ordres de personnes qui ne croient en aucun idéal si ce n'est le règne par la tyrannie ou d'anciennes croyances qu'il faudrait mettre à jour."

Se souvenant du point de vue qu'avait les Hybrids sur les Qantiks et se rendant compte que jusque là elle n'avait pas révélé de ce détail à la jeune femme elle ajouta rapidement, sereine et sincère :

" Nous ne sommes pas qu'un amas de chair et de technologies sans cœur attendant de servir un quelconque Elite ayant les moyens de nous entretenir. Alors oui, bien sûr, il y en a. Mais la plupart cherche à vivre par leur propres moyens et ils sont comme toi et moi doté d'une conscience et capables d’éprouver des sentiments."

Son regard se porta sur le garçon dont l'insouciance se lisait sur les traits et un doux sourire vint adoucir ses lèvres. La Qantik était presque ... soulagée qu'il ne puisse entendre ses paroles. Lui qu'on ne pouvait pas manipuler par le bourrage de crâne pourrait se forger une opinion pure de ce qui l'entourait et des personnes qui croiseraient sa route. Soupirant elle demanda à Adaline, consciente que ce qu'elle venait de lui révéler avait pu lui causer un choc :

" Nous devrions peut être nous rendre vers le lieu où se trouve les fameuses baies rouges dont tu parlais avant ? Je ne voudrais pas vous retenir trop longtemps et nous devons encore aller à la chasse aux myrtilles. Si vous le permettez tous les deux je voudrait vous inviter à venir déguster un cake aux fruits des bois lorsque vous aurez le temps. Ainsi je pourrais vous montrer de quoi est capable notre chef."
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Louve solitaire (Adaline M.)


RPG
Âge : 19
Groupe: Anemös
Inventaire: chakhram, arc en bois incrusté avec des symboles de loups

MessageSujet: Re: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Dim 4 Oct - 16:15

Le monde lui semblait un peu moins froid, un peu plus vivant et un peu moins effrayant. Par monde, elle entendait essentiellement les relations, les interactions avec les autres. Quoi qu'il en soit, cette journée se déroulait un peu mieux qu'elle n'avait pu commencer. Dans un silence concentré, Adaline notait précieusement les informations qu'elle pouvait obtenir de la part de Diya. S'il existait un moyen de protéger d'autant mieux son petit frère, elle n'hésiterait pas une seconde à l'obtenir. Perdue dans ce genre de pensées, elle se rendit compte rapidement que ce n'était pas correct de sa part d'agir de la sorte.

L'ainée des Mizu prit le temps de réfléchir à la proposition. En général, elle ne faisait confiance à personne et n'aimait pas dépendre de qui que ce soit. Mais en même temps, elle n'était jamais sortie de sa forêt, à de rares exceptions près. Elle risquait de se perdre voire même de s'attirer des ennuis … si jamais c'était le cas, qui s'occuperait de sa famille ? Adaline souffla et finit par prendre la parole :


« Ce serait sans doutes mieux je crois. Je ne passerai pas inaperçue je pense … je ne connais pas du tout Anathorey. En tout cas, je te remercie de ta proposition, c'est gentil de ta part. »

La réflexion suivante de Diya la laissa perplexe. Sans doutes avait-elle trop parlé de sa famille et sans doutes encore avait-elle trop dit de choses. Peu importait, ce que son frère avait dit par le passé était un mensonge. Elle plongea son regard dans la forêt et s'y perdit un instant avant de reprendre finalement.

« Mon frère est parti. En nous abandonnant, il a laissé derrière lui tout ce en quoi il croyait. Si ça ne tenait qu'à moi, je ne le chercherai pas mais ma mère pleure encore son départ et mes sœurs comme mon petit frère voient encore en lui un héros. »

Elle n'était pas certaine de savoir exactement pourquoi elle avouait tout cela mais peu importait. Maintenant que c'était dit, elle n'allait pas revenir en arrière. Adam ne comptait plus que pour ce qu'il apporterait à sa famille. Du moins était-ce le mensonge qu'elle voulait croire car au fond d'elle-même, une petite fille attendait toujours le retour de son grand frère.

« Les relations familiales sont parfois un peu complexes. » ajouta-t-elle avec un demi-sourire.

Elle se tourna ensuite vers le petit Aedan qui en avait profité pour récupérer quelques baies et les enfourner rapidement. Elle lui sourit d'un air entendu et il sourit à son tour, fier comme tout. Hésitant l'ombre d'une seconde, elle accepta la baie en la remerciant. Aedan fit de même avec beaucoup plus d'innocence.

Adaline écouta en silence la fin de leur conversation. Elle ne fut pas choquée que Diya ai pu tuer quelqu'un. Sa finesse n'était pas trompeuse, elle était toute en muscles et renfermait quelque chose de « sauvage ». Ada n'avait pas mieux en tête.


« J'aurai fait pareil. » elle avait parlé sans vraiment s'en rendre compte mais assuma parfaitement sa réplique. « Pour ma famille, je n'aurai pas hésité une seule seconde. Mais je … pour tout t'avouer, quand j'ai vu un gamin Ünik ce jour-là, je n'ai pas vu la différence avec mon frère. Je suis lasse des fils, des frères et des pères qu'on enterre. »

Elle ne voyait pas un amas de chair en Diya, pas plus que chez qui que ce soit d'autre.

« Beaucoup pensent que la paix passent pas la guerre. J'ai vécu dans les préceptes de Mère Nature et je ne crois pas que la guerre soit dans notre nature. J'aimerai qu'il puisse grandir dans un monde où il n'aura pas à prendre une arme. »

Aedan était à ses yeux l'innocence même. Il ne pouvait pas entendre le monde et le comprenait à sa façon. Si leurs dirigeants n'étaient plus aussi sensibles que lui, peu lui importait, elle espérait juste qu'elle pourrait conserver cette innocence encore longtemps. Dans tous les cas, Adaline ne jugea pas Diya pour ce qu'elle avait fait. Elle comprenait.

« Il va nous y emmener. Ce n'est pas loin du tout et … ce sera un plaisir. Surtout pour lui, de nous tous, il est celui qui aime le plus les fruits rouges ! »

Sur ces mots, elle posa sa main sur l'épaule du gamin et lui expliqua en signant ce qu'il avait à faire. Il hocha la tête et se dirigea vers leur prochaine destination. La bonne nouvelle demeurait que cette destination n'était pas loin, comme l'avait promis l'Hybrid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Ven 9 Oct - 2:40


La demoiselle l'avait remercié, acceptant également la mûre qu'elle lui tendait. Elle lui parla de son aîné, du fait qu'il les avait abandonné alors que sa famille avait besoin de lui, énonçant a nouveau combien cela était compliqué. Le petit garçon avait accepté sa mûre avec un grand sourire et la jeune femme posa sur lui un regard doux, qu'il paraissait aisé d'être enfant. Elle aurait tant voulu grandit bordée d'amour. Les choses avaient été si compliquées après son opération. Comme un gouffre qui l'avait petit à petit avalé, la réduisant à deux sentiments destructeur : la colère et la rancune. Elle était parvenue à les chasser depuis et s’était épanouie, mais chacun de ses souvenirs restait durement ancré dans sa poitrine à demi composée de la technologie Unik. La réponse d'Adaline sur son récit des récents événements de la Cité Neutre la rassura. Elle aussi semblait las de cette guerre stupide visant à départager les Originaires. Celle là même qui emportait dans son sillage tant d'êtres aimés sans laisser aux autres le temps de les pleurer en paix. Souriant tranquillement elle imagina ce fameux monde sans conflits dont la femme aux cheveux flamboyant rêvait, une ère nouvelle qui apporterait enfin la prospérité, laissant derrière elle la soif de pouvoir et de sang de certains des leurs. 

Finalement après avoir observé son jeune frère elle accepta la proposition de Diya concernant ce fameux cake et expliqua au garçonnet qu'ils allaient continuer leur chemin. Ce dernier accepta et se mit en marche. La complicité qui se dégageait de ce duo était si chaleureuse, la Cyborg l'enviait presque. Malgré son rapprochement avec Merybel qu'elle considérait comme sa cadette leur relation gardait cette légère distance qu'on les personnes qui ne se connaissent pas assez pour tout partager. Cela la peinait par moment, mais elle savait qu'en redoublant d'efforts cette barrière finirait par se briser. Perdue dans ses pensées la demoiselle se mit à parler, laissant sa main effleurer les végétaux, lui apportant d'infimes chatouilles. Sa voix paraissait lointaine, comme voilée :

" Au final nous ne sommes pas bien différents. Uniks, Qantiks, Hybrids, nous voulons tous le bonheur de nos proches. Nous désirons tous voir cette guerre inutile cesser. Mais il y en aura toujours qui tenteront d'obtenir plus que ce qu'ils n'ont, qui s’agripperont au pouvoir et au biens matériels plus qu'aux sentiments de leur confrères. Tant que ces personnes existeront les conflits ne cesseront jamais. Et lorsqu'ils tomberont d'autres les remplaceront avec autant sinon plus d'ambition. Cela ne cessera jamais et chaque année de paix précédent l'explosion de haine suivante nous semblera dérisoire. C'est pourquoi ..."

La fin de sa phrase se perdit dans une rafale de vent, bruissement de végétation soulevé par la main de Mère Nature, comme si la créatrice e souhaitait pas entendre ces mots prononcé dans son sanctuaire :

" Je les détruirais."

Les trois mots sautèrent à l'esprit de la Qantik au moment où ils franchirent ses lèvres, ses yeux se fermèrent lentement, sans qu'elle ne cesse d'avancer. Oui, s'il y avait une chose qu'elle pouvait faire pour empêcher d'autres morts alors la jeune femme y consacrerait son existence, aussi futile soit elle. Quand elle rouvrit les yeux sa décision était prise, un air serein vint lisser ses traits. Jamais elle n'avait avoué à quiconque ses ambitions, et peut être celle ci n’étaient elle qu'illusions mais le fait de s'y accrocher la ferait avancer chaque jour qui passerait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Louve solitaire (Adaline M.)


RPG
Âge : 19
Groupe: Anemös
Inventaire: chakhram, arc en bois incrusté avec des symboles de loups

MessageSujet: Re: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Dim 11 Oct - 13:38

En remarquant la course du soleil à travers la cime des arbres, Adaline se demanda une seconde combien de temps ils avaient passé en forêt sans vraiment trouver de réponse. Eux-mêmes étaient partis relativement tôt et elle en avait un peu perdu la notion du temps. Aedan semblait cependant être heureux de gambader tranquillement dans la forêt et il ne paraissait pas spécialement fatigué. Sa joie et la simplicité avec laquelle il accueillait la vie étaient communicatives si bien que sa grande sœur avait presque totalement abandonné ses craintes et ses alarmes naturelles internes. Elle profitait à son tour de l'instant sans se poser trop de questions et sans craindre que le pire ne lui arrive. C'était « agréable » d'une certaine façon. Il était finalement tellement plus facile d'être un enfant et de ne pas avoir à se préoccuper du reste. Vivre était alors une aventure perpétuelle et rien ne semblait pouvoir l'atteindre. Son sourire aurait su illuminer les coins les plus sombres. Une fois de plus, elle fut surprise par l'innocence de son petit frère et se demanda quand elle avait perdu la sienne. Sans doutes l'avait-elle perdu en même temps qu'Adam. Quand il avait disparu, ne laissant qu'un trou béant dans le cœur de la famille, Ada avait commencé à perdre de son innocence. Quand leur père était mort, sans doutes avait-elle perdu ce qu'il lui restait de son enfance. Aujourd'hui, tous ces souvenirs étaient trop lointains pour qu'elle se rappelle vraiment comment les choses s'étaient passées.

Peut-être que les choses auraient pu être différentes. Quand elle voyait Aedan, la demoiselle ne pouvait pas s'empêcher de se demander ce que sa vie aurait été si elle avait su conserver cet était d'esprit. Aurait-elle été plus insouciante ? Serait-elle devenue la chef de famille ? Et si son frère n'était pas parti, est-ce-qu'il aurait assumé son rôle comme le faisait aujourd'hui ? Adaline secoua la tête pour chasser toutes ces pensées. C'était stupide de réfléchir à ce qui n'était pas. Elle reporta son attention sur la scène du présent. La voix de Diya la rappela définitivement à la réalité. Elle écouta en silence ce que son interlocutrice lui disait.


« Cette guerre est devenue obsolète. J'ai vu le regard de nos chefs, j'ai entendu leurs souhaits et je ne suis pas en mesure de les accepter. Aujourd'hui, je suis lasse de voir les larmes sur le visage des femmes et des enfants restés en arrière. Combien de père, de frère et d'amant devront encore mourir pour qu'on comprenne que le sang n'engendre que le sang ? »

Elle soupira. L'aînée des Mizu ne pouvait pas comprendre la violence. Elle l'avait vécu depuis l'enfance, les moqueries des enfants ne s'apparentaient cependant pas à la réalité de cette guerre. Mère Nature ne prônait pas les conflits, du moins pas à son sens et c'était la raison même pour laquelle Adaline ne parvenait pas à comprendre la volonté de leurs chefs qui demeurait de vouloir continuer le conflit. Les pourparlers étaient morts avant même qu'ils ne soient proposés. L'aveu de la Quantik ne la surprit pas. En fait, elle finissait par penser que c'était la seule solution pour parvenir à un semblant de paix. Adaline prit le temps de réfléchir avant de répondre.

« Je crois qu'aujourd'hui, il n'y a pas de solution. Quand les dirigeants n'écoutent plus le peuple .. J'aimerai juste que mon frère puisse grandir dans un monde où tout ceci n'existe pas. »

Elle marqua une pause et hésita avant d'ajouter tranquillement :

« Peut être est-il temps pour le peuple de faire entendre sa voix. »

La jeune femme regarda au loin, comme si elle cherchait une réponse à une question qu'elle se posait. La forêt demeura sourde à ses prières et elle finit par reporter son attention sur Diya et Aedan. Le petit garçon les avait menées à destination et attendait leur réaction. Il avait l'air de comprendre qu'elles discutaient de quelque chose de sérieux et n'osait pas les interrompre. Ada sourit avec calme pour le rassurer.

« Prendre les armes ne m'a jamais fait peur. Je crains juste de ne pas savoir pour quelle cause. Vouloir la paix tout en versant du sang est-il juste ? La paix doit-elle s'obtenir à n'importe quel prix ? »

L'Hybrid se tut, ayant posé ses questions à voix haute sans vraiment savoir si elle attendait une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Lun 12 Oct - 0:57


La réponse de son interlocutrice, soupirée d'un air las, fit écho à ses propres paroles. La jeune femme lui parla de l'Emishi et de l'Eulisis, les puissants chefs et protecteurs des Hybrids, de leurs choix qui ne paraissait pas lui convenir, à elle et au peuple. Diya en avait assurément entendu parler par ses parents et quelques villageois croisés dans les jours précédents et cela ne l'avait pas ravie. Pendant un instant la Cyborg avait même soupçonné un excès de folie chez la prêtresse, mais c’était rapidement rappelée qu'il s'agissait des messagers de Mère Nature et que rien ne lui permettait de les critiquer de sa petite place. Le sang n'amène que le sang, le sens de ces mots la frappa, elle ne put s’empêcher de déclarer presque froidement :

" C'est parfois nécessaire, mais rien n'excuse le meurtre d'innocents."

Son regard émeraude orienté vers la voûte céleste la regardait se teindre de couleur chaudes, c’était elle seulement rendu compte du temps qui passait ? Adaline déclara que les dirigeants des différents peuples n'écoutait plus ce dernier. C’était vrai, tellement. S'ils prenaient le temps de tendre l'oreille vers ceux sur qui ils étaient sensés veiller alors ces grandes gens se rendraient surement compte que leurs désirs et ceux du peuple différaient. Mais qu'en avaient ils a faire après tout ? Il leur suffisait de donner des ordres pour les voir exécuter. Quelqu'un de gênant ? Envoyons donc des soldats ! Oublions qu'ils ont pour la plupart une famille et des proches, ne nous focalisons que sur leur missions. Voilà comment les Princes et les assoiffés de pouvoirs raisonnaient. La demoiselle aux cheveu roux voulait que son frère puisse grandir dans de bonnes conditions, quoi de plus normal ? Chaque jour ou l'astre de feu parcourait inlassablement le ciel était une raison de se battre pour que cela se réalise. D'un ton plus doux, Diya répondit à ses dernières phrases :

" Le peuple à souvent peur d'être réprimandé s'il se fait entendre. Mais s'il trouve de bons porte paroles alors il saura s'exprimer. Quand aux armes, elles ne sont faites que pour blesser. Sache que tes mots peuvent être plus aiguisés que n'importe quelle lame s'ils savent toucher leur cible. Certains sacrifices sont fait en vain, d'autres sauvent des vies et permette au monde d’évoluer, de changer. C'est à toi, et à toi seule, de trouver pourquoi tu veux te battre et de décider ce qui est juste. Ouvre toi au monde et il saura t'instruire en retour."

La Qantik sourit, rêveuse, en se souvenant de la personne qui lui avait dit ces mots. Ce vieux Cyborg rouillé qu'elle avait rencontré lors de son premier passage à la Cité Neutre lui avait tant appris. Il avait changé sa vision de ce qui l'entourait, l'avait rendu plus nette, plus pure. Chaque rencontre qu'elle avait faite depuis avait élargit son horizon, travaillé son caractère et ses convictions. La jeune femme n'en regrettait aucune et remerciait Mère Nature d'avoir mis sur sa route ces personnes aux points de vus et modes de vie si divers. Diya remarqua que l'enfant les observait, comme s'il craignait de les interrompre, et son regard s'orienta vers les petits buissons feuillus dans lesquels se trouvaient de multiples baies rouges. 

" Des groseilles !" 

La Cyborg s’était exclamé à voix haute, surprise et heureuse de trouver ces petites billes écarlates ici car elle n'en avait encore jamais vu dans ce coin de la forêt. Elle réitéra sa demanda au garçon, sortant sa boîte afin d'y ajouter cette nouvelle aubaine. Décidément ce gâteau serait succulent, Diya le pressentait ! Elle ramassa quelques grappes avant de se tourner vers Adaline, amusée :

" Je crois que j'en ai suffisamment, je ne voudrais pas abuser de ce plant secret. Et si je vous menais aux myrtilles maintenant ? Avant que le soleil ne se couche." 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Louve solitaire (Adaline M.)


RPG
Âge : 19
Groupe: Anemös
Inventaire: chakhram, arc en bois incrusté avec des symboles de loups

MessageSujet: Re: Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)   Mar 13 Oct - 20:49

L'assemblée qu'elle avait vécu avait visiblement laissé plus de marques qu'elle ne voulait bien se l'avouer. Adaline savait que quelque chose clochait depuis qu'elle les avait vu discuter d'un sujet aussi sensible que la guerre comme si tout n'était qu'une évidence. Quand le peuple voulait une solution plus pacifique, leurs dirigeants ne l'entendaient pas de cette oreille. Ils n'étaient que le peuple, ils ne pouvaient pas comprendre ce qui les dépassaient nécessairement. Pour sa part, l'ainée des Mizu ne comprenait pas pourquoi ils n'étaient pas à même de comprendre ce qui les concernaient au premier plan. Pourquoi fallait-il perdre ceux qu'ils aimaient ? Pourquoi fallait-il toujours se battre ? Ignorer la peur dans le regard de leur peuple était-il la solution ? La jeune femme soupira finalement, ne parvenant pas à trouver des réponses à ses questions. Depuis qu'elle avait quitté l'assemblée, elle n'avait pas trouvé de réponse. Depuis, elle se réveillait la nuit et repensait à ce qu'elle aurait pu … non. Ce qu'elle aurait du faire.

Mère Nature pouvait-elle vraiment tolérer qu'ils agissent ainsi ? Qu'ils décident que leur vie avait plus de valeur que celle des autres ? Elle ne comprenait pas comment tout cela était possible. Cette décision semblait tellement contraire aux préceptes qu'on lui enseignait depuis toute petite. Elle comprenait désormais que certains Hybrid aient décidé de partir. De son côté, il était hors de question qu'elle agisse ainsi mais si elle avait été seule … Aurait-elle fait comme Adam ? C'était peut-être la raison pour laquelle son frère était parti. D'un geste, Adaline chassa tout cela de son esprit.

La voix de son interlocutrice la ramena à la réalité. Elle avait parlé durement mais pour autant, elle ne semblait pas hostile. Ada se força à rester calme et à méditer sur ces quelques mots. La mort était parfois nécessaire, elle ne pouvait pas le nier. Après tout, ne tuait-elle pas pour se nourrir ? Pouvait-elle vraiment considérer qu'éliminer ceux qui entretenaient le conflit apporterait la paix au plus grand nombre … Là encore, une question sans réponse. Le ton de la jeune femme se fit plus doux lorsqu'elle reprit la parole.


« C'était la première fois que je prenais la parole devant autant de monde. Pour tout avouer, je ne l'ai fait que pour éviter que ma mère pose des questions qui me dérangeaient. Mais j'ai parlé avec mon cœur et … j'ai vu ce petit Ünik dans la foule. Il ressemblait tellement à Aedan, à peu près le même âge et surtout, ce même air apeuré qui ne comprenait pas ce qu'il se passait autour de lui. Quoi qu'il en soit, mes mots n'ont pas trouvé bon entendeur. » elle marqua une petite pause et ajouta tranquillement« Je ne suis pas la meilleure oratrice qu'il soit. »

Méditant sur les paroles de Diya, elle prit le temps de réfléchir avant de finalement reprendre la parole d'une voix neutre :

« Je n'ai pas peur des réprimandes mais je veux que mon frère grandisse dans un monde en paix. C'est la voie que je choisis. Qui sait, elle me mènera peut-être à ton auberge ? »

Le ton était pour la première fois amusé même si on pouvait clairement sentir son hésitation. Comme une retenue qu'elle se contentait de garder à longueur de journée. Quoi qu'il en soit, elle demanda quand même mais d'un ton prudent cette fois :

« Et toi, quelle voie as-tu choisis ? »

Adaline laissa ensuite son interlocutrice se diriger vers les groseilles, un sourire amusé sur les lèvres. Son petit frère était aux anges, visiblement très fier d'avoir su guider tout le monde à bon port et, plus encore, d'avoir su faire plaisir aux deux filles. Il était certainement content d'avoir pu faire quelque chose tout seul sans qu'elle ne soit sur son dos ou qu'elle ne veille sur lui. Force fut pour elle de constater qu'elle ne pouvait pas l'empêcher de grandir, juste de le préparer à ce qu'il aurait à affronter.

« Pourquoi pas. J'en connais un qui sera content de pouvoir les ramener à la maison pour que sa mère lui prépare une tranche de pain avec. Nous te suivons. »

Puis, tranquillement, elle signa pour le petit garçon. Un large sourire apparut sur ses traits et il était si enthousiaste qu'il avait surement fait fuir toutes les proies potentielles des environs. La remarque la fit sourire tandis qu'elle attendait, curieuse, de voir où se trouvaient les myrtilles. Quelque part, elle avait déjà décidé que Diya était digne de confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Louve solitaire égarée (pv Diya) (end)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Les garçons des mangas(Sujet réservé aux filles et Baptiste)
» Nouvelle louve solitaire cherche Rp !!
» Solitaire
» Nymeria, louve solitaire
» Grands garçons musclés et bronzés
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Hoshizora :: La Forêt Profonde
-