Partagez|

Précieux pétales et douce folie [Reprise solo][QUÊTE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: Précieux pétales et douce folie [Reprise solo][QUÊTE]   Dim 13 Sep - 2:39


"Dame Diya ! Dame Diya !"

Un enfant pénétra dans la grande pièce où les clients du Dernier Paradis dînaient tranquillement. Merybel, la plus proche de la porte, attrapa son col au passage afin de l'arrêter et lui fit les gros yeux :

" Eloi, je t'ai déjà dit de ne pas entrer ici comme dans un moulin en hurlant partout."

La Cyborg s'excusa auprès du couple avec qui elle discutait et se dirigea vers son amie, un sourire à la commissure des lèvres devant l'air agacé de la jeune Elite. 

" Ne soit pas si dure avec lui Merybel, ce n'est qu'un enfant après tout."

La demoiselle aux yeux d'or haussa les épaules et s'éloigna pour aller débarrasser une table. Le travail ne manquait pas dernièrement, le bouche à oreille avait permis à l'auberge de regagner rapidement en notoriété. Saisissant la main du garnement la jeune femme l’entraîna vers le salon qui avait été récemment rénové et permettaient aux invités de passer des heures tranquilles devant un bon feu avec à disposition de confortables fauteuils et une collection de livres pour le moins diverses et intéressante. Lorsqu'ils furent seuls, assis côte à côte sur un grand sofa aux coussins rembourrés , la Qantik reprit :

" Tu devrais utiliser la cloche, tu sais que Merybel n'aime pas le désordre. Je suppose que tu me ramènes du courrier ?"

C’était le système qu'ils avaient mis en place avec ses parents. Comme il etait trop risqué d'envoyer se perdre un faucon dans la forêt profonde le courrier arrivait à la maison paternelle et c’était un coursier, souvent le petit Eloi, qui le lui amenait, monté sur le Lycacyon de son père. L'enfant lui tendit une enveloppe blanche non cacheté avant de marmonner :

" Je ne peux pas rester aujourd'hui, Papa veux que je rentre tôt pour aider à la chasse."

La demoiselle lui sourit et le raccompagna jusqu'à la porte. La jeune Kansy apparut alors, les bras chargée d'un panier plein à craquer et lança pour attirer leur attention :

" Merybel m'a demandé de remettre ceci au jeune homme qui t'accompagne, pour ses parents. Ce sont des légumes du jardin ainsi que du fromage venu d'Anathorey."

La Cyborg lui sourit et récupéra le panier avant de la laisser retourner à ses cuisines. La petite nouvelle de l'équipe s’était vite adaptée aux taches qu'on lui demandait et mettait beaucoup de cœur à l'ouvrage, c’était un plaisir de travailler avec elle. Reportant son attention sur le garçon, la Cyborg transféra le contenu du panier dans une des sacoches accrochées à l'harnachement de l'animal. Elle retourna ensuite vers lui et plaça ses mains sous ses aisselles pour le soulever et le remettre en selle, d'un ton doux et maternel elle lui conseilla de ne pas traîner et d'être prudent sur le retour, elle le remercia ensuite et lui promit de lui garder du gâteau la prochaine fois qu'il viendrait. L'enfant sourit, la salua de la main et lança le Lycacyon à toute vitesse, disparaissant rapidement dans la végétation dense qui entourait la clairière paisible où se situait le Dernier Paradis. La Qantik rentra d'un pas tranquille et alla s'isoler pour ouvrir sa missive. L'écriture, infantile, l'étonna immédiatement. Elle ne connaissait personne qui possède un tel style calligraphique. La demoiselle plongea dans la lecture du contenue de cette lettre intrigante :

"Chère Diya,

Je ne sais pas si tu te souviens de moi, nous avons retrouvé le trésors des Eracléas avec ma grande sœur Evelynne, et les autres. Evy s'est fait mordre par une Ombre Masquée en voulant aider une vieille dame et depuis elle se sent très mal. Sa fièvre ne descend pas et ne fait que s'aggraver, le médecin ne sais pas quoi faire pour l'aider. Elle a des sortes de crises de folie. On à déjà perdu notre Père avec la guerre, je veux pas perdre ma sœur aussi ! Jared dit que comme tu viens de la forêt tu auras peut être un "remède miracle", c'est ce qu'il a dit. Alors s'il te plait Diya ... si tu connais un médicament qui peux soigner Evy ... je te donnerais tout ce que j'ai !

Amicalement,
Lucy, chevalier de Nordkia."

Les yeux de la Cyborg s’étaient agrandis. La petite Lucy, oui elle se souvenait de la petite brune et de ses compagnons. Elle avait aussi entendu parler de ces monstres vivant dans l'ombre de la ville des Dockers mais elle ne connaissait absolument pas l'effet de leur morsure. Pas plus qu'elle n'avait entendu parler d'une plante qui en contrerait les effets. Mais elle voulait venir en aide à ses amis de Nordkia. Saisissant sa besace et attrapant ses bottes de cuir souple la demoiselle quitta son kimono pour une tenue plus confortable composée d'un pantalon en toile beige et d'une tunique blanche nouée à la taille par un lien en bambou tressé. La Qantik sortit en trombe, prévenant à demi Merybel qu'elle s'absentait. La demoiselle fit rapidement le tour du bâtiment et alla seller son Kokobot Luminéa. A l'instant même où elle monta sur le volatile la demoiselle le lança à sa vitesse maximum en direction de Nemoto. Il ne fallut qu'une petite heure à la monture pour atteindre la capitale de la Sylva. Une fois arrivée, la Cyborg déposa sa monture chez un palefrenier et s'en fut à travers les rues pavées qui à cette heure étaient plutôt fréquentées. Pestant car elle ne se souvenait absolument pas du chemin permettant d’accéder à l’hospice la jeune femme aux cheveux lâchés fit un demi-tour sur elle même en pestant, tout en entrant en contact violemment avec une tierce personne :

" Mais où est ce foutue hospice ?! Tout ce ressemble ici ! Dé...Désolé !"


Dernière édition par Diya le Jeu 17 Mar - 17:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Précieux pétales et douce folie [Reprise solo][QUÊTE]   Mer 16 Sep - 17:25

Voilà un moment déjà que mes pieds n'avaient foulé le sol de la cité. Celle-ci n'avait point changé depuis, y vivre devait être toujours aussi apaisant. Si la vie n'en avait offert l'occasion cela aurait été effectivement au sein de cette ville que je me serais établie. Néanmoins, il était impensable qu'une telle fantaisie survienne un jour. Malgré la jouissance d'un certain confort, la sédentarité présentait à mes yeux bien plus de chaines que la rudesse d'une vie nomade, mais émancipée de toute entrave quelle soit culturelle ou d'ordre politique. D'ailleurs, à demeurer en place trop de temps, je craignais que l'on finisse par s'intéresser à moi ... ce qui restait inconvenant. De toute manière, Entropy qui tout comme moi n'avait vécu que d'air et de grands espaces, n'aurait jamais pu s'il conforter. Sans regret, mes émeraudes traversèrent l'ombre bienveillante des ruelles savamment ornementées avant de pondre à l'horizon. Comme toujours, je déambulais en ces lieux de manière temporaire. Probablement pour la journée. Peut être bien pour la semaine. Qui sait? J'avais traversée le Sidhe pour me rendre ici. Je ne ressentais qu'un très faible désir de réitérer cette entreprise, avant un petit moment. Rien ne pressait, en effet.

Mon eracleate, trainassant derrière moi, reniflant à loisir et grognant de son timbre grave avec plaisir, me suivait de sa nonchalance éternelle. Quant à moi, je continuais de ... de déambuler, haussant les yeux ici et là, détaillant avec attention et curiosité les parures des murs tout en évitant tranquillement les cohortes de passant en m'esquivant d'un jeu d'épaule sans véritablement y prêter attention. Rares étaient les moments où je parvenais à respirer avec autant de sérénité tandis que je progressais de cette même aisance en pleine ville. Peut être étais-je restée trop longtemps en Urban City? Malgré mes humeurs leste et esthète, mon vagabondage actuel n'était guère dénué de sens. Il existait incontestablement une raison de ma présence en ces lieux, en effet. Mon expédition dans le Sidhe n'avait guère été sans heurt et il m'incombait de garnir à nouveau ma besace, notamment en fourniture médicale. M'arrêtant un instant, je sortais de mon sac une carte de la ville griffonnée lors de mes derniers passages et vérifiais ma route.

Je n'étais plus très loin.  Je repris ma marche sans plus attendre, préservant mon guide crayonné au creux de ma main après l'avoir brièvement plié. Parcourant d'une allure tranquille des marches pavées, je bifurquais sur une rue adjacente afin de parvenir sur une place de taille mémorable. Nombres dédales semblaient cheminer vers cette dernière et par soucis de poursuivre sur la bonne voie, je revérifiais mon itinéraire. Dépliant, rouvrant et détaillant ma carte, je plissais mes amandes afin de déchiffrer mes propres inscriptions. Toute sibyllines qu'elles étaient,  je n'eu aucune difficulté à interpréter mon écriture et bien vite, mon regard pu apercevoir non loin, la prochaine ruelle à prendre afin d'arriver à destination. Enroulant ma paperasse, j'allais entamer derechef mon avancée, néanmoins, une force physique m'en dissuada. Par réflexe, j'attrapais fermement ce corps étranger qui me choyait dessus de manière inopinée de mes deux mains, abandonnant par mégarde mon brouillon infâme. Sans relâcher mon emprise, je pris de la distance comme pour mieux percevoir de quoi il s'agissait. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque finalement, je m’aperçus que mes mains s'étaient refermés sur les poignets d'un jeune fille. Demoiselle qui d'ailleurs se rependait en excuse. Libérant ses mains, je lui répondis sans la moindre rancune.

- A deux rues d'ici ... J'ai un truc à faire là-bas, suis moi si tu veux.

Je me contentais donc d'émettre un petit rire amusé en ramassant ma carte griffonnée, puis un sourire bienveillant toisa la jeune inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Précieux pétales et douce folie [Reprise solo][QUÊTE]   Mer 16 Sep - 23:25


Une poigne ferme empêcha la demoiselle de vaciller. Lorsque les mains la relâchèrent la Cyborg se redressa et ouvrit de grands yeux curieux qui dévisagèrent la femme qui lui faisait face. Deux olives légèrement plus pâles que ses émeraudes lui rendirent sa surprise. Des mèches pâles se mêlaient à sa chevelure, pourtant aussi sombre que l'écorce des chênes centenaire, donnant un aspect particulier à l'inconnue. Un chien d'Eracléas suivait la femme, son pelage clair lui parut si différent de celui du Fauvex qui l'accompagnait d'habitude qu'elle resta en arrêt, oubliant presque la maîtresse de l'animal. Les paroles de la jeune femme la ramenèrent à elle, l'inconnue semblait avoir entendu ses lamentations et proposait, comme elle devait s'y rendre également, de la mener à l'hospice. Le visage de la femme s'était éclairé d'un rire suivit d'un sourire chaleureux qui prêtait à la confiance. Diya hocha la tête avec empressement avant de s'exclamer :

" C'est vraiment généreux de votre part, merci ! A chaque fois que je viens ici, c'est la même chose, je ne m'y retrouve pas !"

Réarrangeant sa sacoche qui avait glissé le long de son épaule la Cyborg tendit sa main à, ce qu'elle pensait être une Hybrid, en se présentant amicalement :

" Je me nomme Diya, je ne pensais pas tomber sur quelqu'un d'assez sympa pour me montrer le chemin. C'est une chance que nous nous rendions au même endroit !"

L'entrain de la Qantik s'amenuisa quand elle pensa à Evelynne, souffrante, qui attendait sans doute dans de douloureuses conditions. Avait elle le temps pour sympathiser avec cette jeune femme ? Sa curiosité revint toutefois rapidement à la charge et elle ne put la contenir, laissant soudainement échapper :

" Vous allez visiter un malade ? Ou quérir l'aide d'un guérisseur ?"

Son expression s'arrondit soudain, comme si un déclic s'était opéré :

" Peut être êtes vous, vous même, guérisseuse !"

Son exclamation avait fait se retourner quelques passants qui la toisèrent de haut, comme si sa voix les agaçait. La Qantik s'excusa d'un geste de la tête et attendit que chacun retourne à ses occupations. Adoptant une mine boudeuse la jeune femme aux cheveux anisés déclara plus bas, à l'intention de la femme :

" Qu'ont ils tous ? Est ce  la menace de la guerre qui les rend si coincés et peu bavard ?"

Un enfant d'une dizaine d'année les observait quand sa mère le tira violemment par la main, prenant la direction opposée aux deux femmes. Diya avait connu les Hybrids bien plus chaleureux, pour un peuple qu'on disait pacifique, ces derniers l'avait à peine regardé lorsque plus tôt elle avait questionné les habitants à la recherche d'une direction à suivre. Empoignant ses cheveux qu'elle avait laissé lâchés jusque là, la Qantik en fit une longue tresse qu'elle remonta en chignon avant de le faire tenir grâce à une pince fleurie sortie de sa besace. Le temps se maintenait au beau fixe, et bien que midi soit passé depuis longtemps, il ne faisait pas trop chaud, comme si la flore envahissante de Sylva offrait la fraîcheur à ses enfants. Le temps passait, mais l'aide de cette inconnue lui offrait de précieuses minutes durant lesquelles elle n'aurait pas à chercher vainement l'hospice. Diya espérait trouver un remède miracle là bas, mais n’était ce pas trop espérer ? Et si personne ne pouvait la renseigner ?


Dernière édition par Diya le Ven 11 Mar - 3:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Précieux pétales et douce folie [Reprise solo][QUÊTE]   Ven 25 Sep - 18:38

Sans surprise, la jeune demoiselle accepta de me suivre. J'emboitais alors le pas afin de poursuivre notre chemin vers la direction la plus courte à entreprendre, jetant au passage un regard inquiet à l'animal, désireuse de constater si ce dernier me suivait toujours. L'attitude loquace de la jeune fille m'étonna au premier abord. Moi même, je ne possédais guère autant volubilité bien que je ne pensais point être une âme austère. Néanmoins, mes perpétuels déplacements s'effectuaient rarement en compagnie d'originaire. Je ne détenais que mon unique acolyte, Entropy dont la présence n'était guère temporaire. Du moins, l'espérais je. Quoiqu'il en soit, l'inconnue au regard enjadé me fit émettre un second sourire. Amusée, un poil désabusée, je lui indiquais le morceau de papier tenu dans ma main du coin de l'oeil en lui répondant ces mots:

-Si l'on a pas l'habitude, il est vrai qu'il est aisé de s'y égarer. Mais, il faut savoir anticiper ces erreurs regrettables.

Lorsqu'elle me remercia, j'hochais de la tête en affichant une faible grimace, sans réellement modestie j'estimais qu'il n'avait pas lieu de me remercier pour cela. Après tout, il s'agissait d'un acte on ne peut plus ordinaire. Si je n'avais rien à y gagner en l'aidant, je n'y perdais rien non plus. Alors qu'elle me tendait la main afin d'officialiser notre rencontre, je m'arrêtai un instant afin de joindre ma main à la sienne, tandis que mes commissures de lèvres ne pouvaient s'empêcher d'esquisser un rictus épanouis.

- T'inquiète va, c'est pas grand chose! Tu n'étais plus bien loin de ta destination, c'est à deux rues de là. Du coup, je suppose que les probabilités coïncides. Bref, Diya, je suis enchantée que tu me sois rentrée dedans! Moi c'est Eleya.

Affirmant cela avec assurance, mon index lui démontra du bout du doigt, une rue adjacente, bondée et éclairée. Puis avec ce même rictus souriant, je lui indiquai du regard le chien qui venait de nous rejoindre.

- Quant à l'énorme peluche qui me suit, c'est Entropy.  Si sa grosse taille ne t'effraye pas, n'existe pas à le soudoyer. Il adore ça.

J'avais repris mon avancé, plaçant une main dans l'une de mes poche comme pour vérifier qu'un objet si trouvait toujours. Cependant, quelque chose captiva mon attention, attira mon regard et attisa ma curiosité, lorsque l'avenant minois éclairé de la jeune demoiselle sembla s'assombrir après avoir autant rayonné. Pourtant, cette étrange figure ne dura guère et la lumière parut revenir dans les émeraudes de la petite Diya. Manifestement quelque chose troublait les sentiments de cette dernière. L'envie de lui en mander la raison, s'éleva en mon esprit, mais la loquacité de Diya me distança sans effort. A ces questions, l'un de mes sourcil s'arqua au dessus de l'une de mes prunelles verdoyante. Ma curiosité s'élevant davantage. Cherchait-elle une aide quelconque? Etait ce sa raison pour vouloir se rendre à la clinique?

Malgré moi, alors que sa voix se taisait après un rougissement surmonté d'une mine boudeuse, mon rire claire, franc et cristallin s'échappa une nouvelle fois de mes lèvres. Qu'est ce qui m'amusait le plus entre la réserve de passants à l'allure bien trop frigide pour me laisser de marbre et le contraste chatoyant qui se dessinait  entre les joues d'une Diya rougeoyant et de son ensemble verdoyant? Allez savoir. Cependant, nonchalante, affable et sans démontrer la moindre défiance, j'envoyais une esquisse éclatante à l'attention de la mère qui venait de rapprocher son enfant de soi. Davantage par taquinerie que pour me démontrer réellement apaisante. Partiellement déconnectée de la réalité, les affaires politiques qui existaient entre les différents peuples ne m'intéressaient guère, tant que mon implication n'y était point forcée. Certes, je vouais une certaine colère vis à vis de ces personnes crédules qui véhiculaient cette intolérance entre des peuples indisciplinés qui a mes yeux perdaient tellement d'opportunité fructueuses en querelles incessantes, mais ma présence n'avait rien d'hostile envers ses habitants. Après tout, je n'étais personne et tout le monde à la fois. Peu importait le lieu, j'estimais y détenir  ma place. Ainsi, allait ma nature. Finalement, je ricanais dans ma barbe et me penchais vers la demoiselle qui m'accompagnait pour lui glisser:

- Ca doit être Entropy qui les rebute. Il a pas pris de bain depuis un bail  ... mais quand même ...

En vérité, je ne désirais pas tellement m'attarder sur des sujets polémiques de cette nature, puisque tôt ou tard,  la question de mes origines finissait par tomber. Pourtant, bien loin d'incarner une mauvaise actrice, les mensonges par omission n'étaient guère étrangers à mes lèvres, je n'éprouvais point d'appréhension à en user, mais après tout il demeurait de meilleur ton à rester honnête avec ses paires. Alors pourquoi en abuser? Bref, je récupérais mon sérieux, puis ma contenance, afin de répondre tardivement à l'une des questions que Diya m'avait posé tantôt.

- Sinon, je suis effectivement un genre de ... guérisseuse, mais plus dans l'optique de praticien de campagne qu'un bon médecin citadin. J'ai besoin de fournitures. Et toi? pour quelles raisons te rends tu là-bas? Tu vas rendre visite à quelqu'un?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Précieux pétales et douce folie [Reprise solo][QUÊTE]   Lun 28 Sep - 16:28


La jeune femme faisait preuve d'une sympathie agréable et répondait à se questions et remarques avec amabilité, si bien que la Cyborg se trouva rassurée et que son humeur s'améliora légèrement. Elle n'oubliait toutefois pas la mission qu'elle s’était donné et accéléra le pas pour suivre Eleya, car c'est ainsi qu'elle s’était présenté, dans les rues pavées et animées de la capitale de la Sylva. La femme lui avait indiqué précédemment qu'elles n’étaient pas loin de leur destination, avait de lui présenter le grand chien d'éracléa qui les suivait. La demoiselle caressa sa lourde tête comme pour se présenter à lui, elle ne le craignait pas, trop habituée à la présence du Fauvex à ses cotés pour craindre un animal bien plus ... domestique. Son trait d'humour, lors de la scène où la mère avait tiré son enfant vers elle, avait détendue l'atmosphère. C'est alors que les traits d'Eleya reprirent un air légèrement moins guilleret, plus sérieux, tandis qu'elle pratiquait la médecine et était venue chercher des fournitures. La question qu'elle posa ensuite à la Qantik n’était qu'un juste retour aussi répondit elle rapidement, sans se soucier de ce que la vérité pourrait engendrer :

" Je cherche un remède aux morsures d'Ombres Masquées. Une amie à moi s'est faite attaquer et les médecins de Nordkia ne savent apparemment pas comment la débarrasser de ce mal. J'espère qu'on saura me renseigner à l'hospice."

Un soupir teinta les traits de la demoiselle de tristesse mais elle se reprit bien vite. Ce n’était pas le moment de se laisser aller à de tels sentiments négatifs. Bientôt elles arrivèrent devant un grand bâtiment couvert de verdure. Construit dans une roche rougeoyante, ce dernier était visible de loin et se démarquait des autres. L'arche de pierre encadrant la lourde porte en bois était gravée d'une phrase que la Cyborg ne parvenait pas à lire à cette distance. Serrant le grelot avec force au creux de ses mains jointes, Diya pria Mère Nature de lui offrir en ce lieux quelqu'un qui saurait l'aider. Puis se tournant vers son guide, et déclara :

" Et bien je crois que nous avons atteint notre destination. Je ne veux pas vous retenir d'avantage, toutefois si vous avez un peu de temps, permettait moi de vous inviter à dîner une fois que nous aurons chacune réglé nos affaires en ce lieu, pour vous remercier."

Diya accompagna sa proposition d'un sourire chaleureux, elle dînait rarement dans des auberges lors de ses déplacements, et était souvent accompagnée de Mathias ou de Mamoru, mais cette fois elle était seule et la perspective de déjeuner sans compagnie ne la réjouissait pas. Attendant la réponse de la femme elle hocha ensuite la tête et se dirigea vers l’accueil du bâtiment. Le hall était éclairé par la lumière du jour qui pénétrait au travers d'immenses vitraux colorés. De nombreuses personnes attendaient et elle dû faire la queue une dizaine de minutes avant d'être accueillie par une Hybrids aux grands yeux marrons. Cette dernière lui demanda la raison de sa venue et la Cyborg lui répéta donc ce qu'elle avait dit plus tôt à Eleya. 

La femme hocha la tête et lui demanda de patienter dans une petite salle avec d'autres personnes. Saisissant un livres sur les plantes médicinales qui traînait sur un fauteuil de bois tressé, elle se plongea dans la lecture des lignes manuscrites jusqu'à ce qu'on appelle son nom. La demoiselle se leva alors et suivit une infirmière dans une autre salle, une fois entrée, on referma la porte derrière elle, la laissant seule face à une inconnue qui lui tournait le dos. Quand cette dernière remarqua sa présence elle se tourna alors vers la Qantik et la dévisagea. Une même expression d’étonnement éclaira les traits des deux femmes tandis qu'elles se reconnaissaient. L'anemos s'exclama alors, souriante :

" Diya ! C'est un plaisir de te revoir, comment vas tu ? Qu'est ce qui t'amène ici dis moi ?"

L’inquiétude lui fit alors froncer les sourcil :

" Tu es blessées ? Tu as mal quelque part ?"

La demoiselle pouffa et rassura rapidement Aenaelle :

" Je vais bien, ce n'est pas pour moi que je suis ici. Moi aussi je suis contente de voir que tu vas bien depuis notre rencontre dans le désert."

La douce femme aux yeux de pluie si doux et aimants s'assit sur un fauteuil et posa ses mains sur son bureau, à l'écoute. La Qantik commença alors son récit, lui racontant rapidement sa rencontre avec le groupe des "Chevaliers de Nordkia" et la raison qui l'avait poussé à se rendre à l'hospice de Némoto. Quand elle eut finit, Diya entendit la femme soupira et vit ses traits s'assombrir. Les coins de sa bouche se tordirent lentement vers le bas et la Cyborg aux yeux émeraudes craignit le pire. 

" Il y a bien un remède, une plante qui peut soigner les effets néfastes de cette morsure. Mais elle est extrêmement rare. On n'en trouve si peu que la plupart des médecins pensent que c'est un mythe. J'ai un ouvrage sur cette fleur quelque part, ne bouge pas."

L’anxiété faisait battre le cœur de la Qantik si fort qu'elle pensa qu'il allait exploser. Même s'il n'y avait qu'un mince espoir, elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour trouver cette plante. Elle ferait le tour d'Origin's s'il le fallait. L'anemos fit le tour de son étagère plusieurs fois, soulignant du doigt le titre de certains livres, puis enfin elle saisit un petit manuscrit relié de cuir et lui tendit. Avec un sourire d'excuse, la femme déclara :

" Je suis désolé, c'est tout ce que j'ai et je n'en connais moi même pas plus sur cette fleur. Je ne pense pas que mes collègues pourront ou voudront t'aider, la plupart pense que c'est une perte de temps et ont cessé toute recherches à son sujet. Je dois m'occuper des autres patients. Revient me voir quand tu aura le temps, je t'inviterais chez moi, pour que tu rencontre mon fils. Après tout c'est grâce à toi si j'ai pu le revoir, je ne te remercierais jamais assez. Va maintenant, sauve ton amie, et sache que même si je ne peux te suivre, une partie de mon cœur sera là pour t'encourager."

La demoiselle remercia Aenaelle et la prit dans ses bras en lui promettant de revenir sous peu avec de bonnes nouvelles. Serrant le livre contre son cœur elle quitta la pièce, puis l'hospice et attendit devant la porte qu'Eleya sorte, perdue dans ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Précieux pétales et douce folie [Reprise solo][QUÊTE]   Ven 11 Mar - 20:43


Lorsqu'enfin la jeune femme aux cheveux si étranges était apparu de nouveau, ce fut pour s'excuser, elle devait à présent s'absenter pour des raisons personnelles. Diya s'excusa de l'avoir dérangé et la remercia au moins trois fois en deux phrases de l'avoir guidé au milieu de ce labyrinthe. Après lui avoir souhaité une bonne continuation, la Cyborg alla s'asseoir sur un banc aux abords d'un jardin et ouvrit le livre que lui avait confié Aenaelle. Les pages étaient couvertes de dessins et de descriptions de fleurs. Il lui fallut presque une heure pour trouver ce qu'elle cherchait. Umbra. Une vivace grimpante qui aurait dû pousser près des clairières sacrés. Seulement, d'après les quelques lignes écrites aux cotés des dessins, cette dernière avait été aperçue seulement deux ou trois fois en dix ans, et seulement par des coups de chance ! Le chercheur avait même noté entre guillemets que quiconque chercher à mettre la main dessus perdait son temps. Diya referma le livre avant de se décourager et décida de se mettre en route immédiatement. Tout en marchant, elle pensait à ce chercheur, comment avait il apprit l'existence de la fleur ? Comment savait il qu'elle soignerait les morsures de cette créature ? Et si tout ceci n’était qu'une perte de temps et qu'il n'y avait rien à faire pour sauver son amie ? Si c’était le cas elle se devait de faire le trajet vers Nordkia le plus rapidement possible afin d'être à ses côtés et ceux de sa sœur cadette. 

La jeune Cyborg avait avancé rapidement sans réellement s'en rendre compte, et lorsque son pied buta contre une racine et qu'elle chuta lourdement dans l'herbe tendre, ce qui l'entourait s'imposa à elle brusquement. Les odeurs boisées de mousses et de terre humide avaient laissées place à des fragrance plus suaves, sucrées et capiteuses qui lui firent tourner la tête un bref instant. Puis se fut un aveuglement de couleurs chatoyantes, de corolles et de pétales de toutes formes et épaisseurs. Diya avait oublié à quel point les clairières sacrées étaient un lieu paisible et accueillant. Elle aurait voulut s'y prélasser quelques instants, mais le temps était compté. D'un mouvement souple, la Qantik se releva et observa les alentours. Un bref mouvement attira alors son attention. A la périphérie de son regard, une forme humanoïde se trouvait à demi-masquée par quelques buissons et arbres aux branches noueuses qui la dépassaient à peine en taille. La jeune femme se pencha en avant, en levant les mains en signe d'apaisement. La silhouette était celle d'un enfant d'une douzaine d'années tout au plus, elle ne voulait pas l'effrayer. D'une voix douce, la demoiselle lança dans sa direction, sans s'avancer d'avantage :

" Tout va bien, je ne te veux pas de mal, tu peux sortir de ta cachette."

L'ombre se déplaça en restant à couvert , masqué par la végétation aux teintes chaudes. Diya attendit un instant, mais aucune réponse ne lui parvint. La Cyborg tenta une autre approche, toujours de ce ton encourageant et chaleureux :

" Je cherche une fleur qu'on appelle Umbra, d'après un ancien herboriste il en pousse par ici, mais elle serait très rare. Tu connais bien le coin ?"

Cette fois, les cheveux de la silhouette captèrent les rayons du soleil qui filtraient au travers de la toison verdoyante. Des mèches rousse, emmêlée, et de grands yeux d'un bleu limpide qui l'observait autant avec curiosité que colère. C’était une étrange mélange, mais Diya fut surprise de ne pas y trouver de la méfiance. Elle n'avait pas peur d'elle, au contraire, son regard clair la défiait de s'avancer, de venir à sa rencontre. Et lorsque la voix enfantine et aiguë lui parvint, la Qantik fut conforté dans son idée. Il n'y avait là qu'agressivité et arrogance :

" Tu trouveras jamais l'Umbra ! Personne ne voudra la montrer à quelqu'un comme toi!"
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Précieux pétales et douce folie [Reprise solo][QUÊTE]   Sam 12 Mar - 0:03


La fillette se mit en mouvement immédiatement après sa tirade. Elle était rapide et ce n'est que pars un réflexe de poursuite que Diya parvint à la garder en visuel. L'enfant semblait connaitre l'endroit comme sa poche. Elle zigzaguait entre les arbres, s'agrippant à certaine branche pour s’accélérer ou contourner des obstacles. Diya commençait à manquer de souffle, sa course se faisait plus maladroite alors que l'inconnue ne paraissait pas souffrir du moindre essoufflement. Elle devait avoir l'habitude de parcourir la Sylva, peut être une fille de chasseuse ? Craignant de perdre la chance qui venait de se présenter à elle, la Cyborg hurla presque, effrayant des wompoofs qui filèrent entre ses pieds, manquant la faire trébucher.

" Tu ne me connais même pas ! Que me reproches tu de si grave qui vaille de laisser Mère Nature reprendre une précieuse vie ?!"

La petite fille s'arrêta dans une dérapage et se tourna vers elle. Alors la Qantik pu enfin la détailler. Ses cheveux flamboyant étaient retenus par des boucles en bronze sur lesquelles d'étranges arabesques s'étalaient. Elle portait une robe légère d'un vert olive retenu au niveau de l'épaule par un fibule du même métal surmonté d'une pierre au reflet bleuté. Cette ci renvoyait à son collier, un fin maillage doré qui tranchait nettement sur sa peau pâle. Mais ce furent d'autres détails qui captivèrent la Cyborg. Au milieux des mèches rousses se tenaient deux oreilles poilues ainsi que de jeunes bois de cerfs. Presque aussitôt, la demoiselle pensa que ce devait être à causes de ces caractéristiques particuliers que l'enfant vivait loin des grandes villes et villages. Peut être même ne les avait elle jamais visités, son regard farouche évoquait plus la nature sauvage de la Sylva que la chaleur et les manières des gens de Némoto. Une enfant sauvage qui pourtant maîtrisait le langage. Peut être avait elle été recueillie par ces Hybrid qui choisissait de vivre en Hermite dans les profondeur de la forêt ? Quoi qu'il en soit, la même colère fit à nouveau vibrer sa voix quand elle lui cracha :

" Les personnes qui viennent voler les richesses de la Sylva sont toutes pareilles ! Elles se font passer pour des gentilles puis elles saccagent les lieux sacrés pour pouvoir se vanter auprès de leur amis de posséder des plantes et des animaux rares. Mais leur places sont ici ! Pas dans des manoirs ou des expositions. Vous avez assez pillé la Sylva !"

La jeune Cyborg s'étonna de voir tant de rancœur dans un corps si frêle. Mais elle comprenait bien ses accusations. Elle en avait été victime elle aussi. Et après que les Princes aient envoyés leurs troupes dépouiller la corne d'abondance qu’était la Sylva, qui oserait accuser les Hybrids d'être devenus si méfiants ? De vouloir préserver les terres qui leur étaient si chère et qu'il vénéraient avec une telle ferveur ? Personne. C’était incontestable. Diya soupira et son visage se tordit dans une expression de tristesse profonde avant qu'elle n'insiste :

" Je comprends que tu ne veuille pas me faire confiance. Mais si je n'arrive pas à trouver cette fleur une amie qui m'est chère va mourir. Tu comprends ?"

Si jouer sur la corde sensible marchait avec la plupart des personnes qu'elle croisait, la fillette ne se laissa pas pour autant attendrir. Campant sur ses position elle lui jeta, méprisante :

" Combien de vies crois tu que les étrangers ont pris à notre peuple ? Qui me dis que ce que tu affirme est la vérité et que tu ne cherches pas à m'amadouer comme beaucoup de ceux qui sont venus avant toi ? Ils croient tous que les enfants sont incapable de rester lucide face à de belles promesse ou des histoires à vous briser le cœur."

Comment la convaincre ? La Qantik avait bien la lettre de la petite Lucie sur elle, mais cela suffirait il ? Ne l'accuserait elle pas de l'avoir écrite elle même et de chercher à la berner d'avantage ? Il y avait tant de questions qui tournoyaient dans son esprit qu'un léger vertige la pris. Se passant la main sur le visage, Diya sortit la missive de sa sacoche et prit le temps de le plier pour en faire un avion sous les yeux curieux mais dénué d’émerveillement de la petite fille. Quand elle eut fini son pliage, la Cyborg envoya l'oiseau de papier vers l'enfant en espérant que celle ci accepterait de s'en saisir. Ce fut le cas et après avoir lissé la feuille elle en lut le contenu. Son regard resta sceptique mais elle lui fit signe d'approcher avant de lancer, mystérieuse mais soudain plus calme :

" Suis moi."
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Précieux pétales et douce folie [Reprise solo][QUÊTE]   Mar 15 Mar - 17:27


La môme au bois de cerf gambadait loin devant elle, mais faisait toujours en sorte de la garder bien en vue. Elle allait même jusqu'à se retourner de nombreuses fois pour la surveiller, son regard impérieux semblant lui demander d’accélérer la cadence. Diya eut l'impression qu'elle avait passé une demi-heure à fouler le terrain mousseux où ses bottes s'enfonçaient avant de rebondir, comme si Mère Nature la poussait en avant. Ou peut être était ce une erreur d'inclure leur Créatrice dans une si petite entreprise. Passer autant de temps dans la Sylva la ramenait à ces racines Hybrids. La fillette disparut brusquement au détour d'une formation rocheuse et la Cyborg parcouru les derniers mètres en courant, persuadée qu'elle lui avait fait faut bond et qu'elle allait se retrouver à errer entre les buissons épineux qui entouraient le bloc de pierre depuis quelques minutes déjà. Finalement, la jeune femme se retrouva face à une modeste cabane de bois, dont la porte semblait mener au cœur même de la formation rocheuse. L'enfant apparu derrière la porte et lui fit signe d'entrer avant de disparaître dans l'obscurité. D'abord intimidée, Diya se résolu à pénétrer dans la galerie qui s'enfonçait rapidement sous terre. Des lanternes pendaient ici et là, éclairant le passage dont la demoiselle avait l'impression qu'il ne finirait jamais. 

Lorsqu'elle déboucha sur une grande pièce étonnement lumineuse pour l'endroit où elle se situait. Elle se trouvait au moins dix mètres sous terre en comptant une hauteur de plafond d'à peu près cinq ou six mètre. Une étendue de verre translucide reposait sur des poutres encastrée dans la roche, permettant à la lumière extérieure de chasser les ténèbres souterraines. Et malgré les ronces qui devaient protéger la pièce des regards curieux, cela était largement suffisant. Diya observa l’intérieur avec plus d'attention maintenant que la surprise était passée. Les murs étaient couverts d'étagères, de plantes en pots, et de schéma de fleurs en tout genre, allant du plus simple à l'étude complète de certain spécimen. L'espoir fit battre le cœur de la Cyborg plus fort, elle devait se trouver dans le terrier d'un apothicaire aux connaissances étendues. Un grincement attira le regard de la Qantik vers un fauteuil qui se balançait lentement. Le vieil qui y était assis la fixait, imperturbable, les sourcils froncés, comme s'il cherchait à voir ce qui se cachait en son être. Ses grands yeux d'acier ressortaient sur sa peau tannée par les nombreuses heures passées à ratisser la Sylva. Il tendit la main vers la fillette et lança de sa voix fatiguée mais autoritaire :

" Elna m'a dit que vous cherchiez l'Umbra pour sauver une vie. Est ce vrai ?"

Le vieillard se leva et la capuche qui couvrait l'arrière de son crâne jusqu’à présent tomba, dévoilant deux cornes alambiquées d'un ivoire abîmé. De nombreuses striures venaient perturber leur surface, comme si quelqu'un avait tenté à maintes reprises de les couper sans réussir. Il alla se saisir d'un livre au cuir usé et repris place dans son fauteuil, face à elle. Intimidée par le personnage, Diya hésité un instant avant de répondre respectueusement :

" C'est exact, une amie qui m'est chère s'est fait mordre par une Ombre Masquée. Elle est actuellement au plus mal. D'après les guérisseurs de Némoto, seule cette fleur extrêmement rare serait à même de la sauver. Je ne connais pas suffisamment les clairières sacrées pour savoir où la chercher, mais vous, vous paraissez les connaitre dans leur moindres détails. Pouvez vous m'aider ?"

Durant sa tirade, Diya avait sortit le livre de sa besace et le présentait à présent ouvert dans la direction de l'homme. Le visage de ce dernier se crispa en voyant l'ouvrage et il rétorqua sèchement :

" Je n'ai pas besoin de voir ce bouquin, c'est moi qui l'ai écris. La plupart des plantes que j'y ai répertoriée ne sont connues que de moi seul. Il faudrait passer des jours entiers à errer dans la Sylva pour n'en trouver ne serait ce qu'une, et encore, avec énormément de chance !"

L'enfant pouffa tout en saisissant une pomme dans un panier de fruits avant de croquer dedans à pleine dents. Le vieil Hybrid se tourna vers elle puis reporta son attention sur la Cyborg avant de déclarer :

" Je vais vous aider. Mais en échange vous me rendrez un service. Sans protester. Cela vous convient ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Précieux pétales et douce folie [Reprise solo][QUÊTE]   Ven 18 Mar - 16:19


Dès que la Cyborg avait accepté la proposition de l'ancien, celui ci avait enfilé une cape rapiécée et avait fait signe à la fillette de la suivre. Après avoir remonté le tunnel qui menait à la surface, le vieil homme avait piqué plein sud avec une assurance qui témoignait de sa connaissance des lieux. Il savait exactement ou tourner, quel coin éviter. De temps à autres il lui expliquait pourquoi il prenait ce détour, ou quel genre d'animaux ou de plantes se trouvaient dans le coin. Ces paroles étaient un flot de savoir dont la demoiselle ne se lassait pas. L'enfant trottinait devant eux, faisant parfois signe à l'homme qui s'arrêtait alors, ou bifurquait en contournant un groupement d'arbres. Il finit par lâcher lorsque la petite fille s’était suffisamment éloignée pour ne pas entendre :

" Elna est trop bonne avec moi, elle s'occupe de la chasse et des provisions alors que je suis à peine capable de rester debout quelques minutes pour touiller la soupe. Ma vue ne cesse de s'amenuiser, sans cette petite je serait presque incapable de me repérer dans la Sylva aujourd'hui."

Il soupira, le ton paternel qu'il avait employé fit fondre le cœur de la Qantik. Alors qu'elle l'avait prit pour le genre de ronchon qui ne s'attache à personne et n'a aucune empathie, il se trouvait en fait être quelqu'un d'attentionné. La jeune femme se demanda ce qui avait rapproché les deux êtres. La curiosité était telle qu'elle ne pu la contenir :

" Comment vous êtes vous trouvés tous les deux ?"

L'ancien tourna vers elle un regard amusé et la laissa mariner quelques instants avant d'enfin lui répondre :

" J'ai recueilli Edna après la destruction de son village par une troupe Unik. Personne ne savait pourquoi ils étayent venus ce jour là, et bien peu sont encore en vie pour y réfléchir aujourd'hui. La pauvre était attachée à un pieu, une chaîne autour du cou comme un vulgaire animal. Ils étaient entrain de lui jeter des caillasse en se moquant de ses bois. J’étais un homme vigoureux à l'époque, je me suis battu pour la libérer et je l'ai emmené avec moi dans le cœur de la Sylva. Au début elle ne parlait pas, refusait même de se nourrir. Et un jour que je rentrais de la chasse je l'ai surprise à observer un de mes herbiers."

Il s'arrêta, reprenant son souffle. Diya imaginait tout à fait le genre d'horreur dont etait capable les soldats des Princes, elle en avait trop de fois été témoin. La demoiselle sortit sa gourde et la tendit au vieil homme qui en but deux longues gorgées avant de la lui rendre. Il reprit alors, la voix effacée, comme perdu dans ses souvenirs :

" Elle semblait tellement intéressée que je lui ai proposé de lui apprendre tout ce que je savais sur la flore de notre chère foret. Elle était une élève enthousiaste, travailleuse, elle passait de longue heures à mémoriser tout ce que je lui confiait. Nous nous sommes liés au fur et à mesure de ces leçons. Mais maintenant je n'ai plus rien à lui apprendre et Mère Nature ne tardera pas à me rappeler à ses cotés. Je ne veux pas qu'elle reste seule, vous comprenez ? Elle est trop jeune pour s'isoler ainsi."

L'ancien lui jeta un dernier regard avant de se remettre en marche. La jeune femme eu le temps d'y lire une tristesse infinie, sa première impression lui semblait bien loin. Elle comprenait le sentiment du vieil Hybird. Mais la fillette accepterait elle seulement de se rapprocher d'autre personne si elle n'avait eu que lui pendant si longtemps ? Déjà l'enfant revenait, leur demandant pourquoi ils traînaient tant. L'Anemos s'excusa en rigolant en la suivit, mettant fin à ses confidences.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Précieux pétales et douce folie [Reprise solo][QUÊTE]   Sam 19 Mar - 1:23


La fillette les mena aux abords d'une bambouseraie sauvage. Le vieil homme, essoufflé, profita de la présence d'un bloc de granit pour s'asseoir un instant. Durant ce temps, Diya continuait de réfléchir à ce que lui avait confié l'Anemos précédement. Il ne voulait pas qu'elle reste seule, selon ses propres mots. Et il lui avait demandé un service, que devait elle en conclure ? L'ancien allait il lui demander d'emmener l'enfant avec elle ? Et dans ce cas que ferait elle de cette fillette ? La Cyborg pouvait bien l'emmener au Dernier Paradis, mais était ce qu'il fallait à l'enfant ? Elle n'en était pas certaine. A qui d'autre pouvait elle bien la confier ? A moins que le vieil homme ai déjà une idée derrière la tête de ce cote là, il devait bien y avoir pensé d'une façon ou d'une autre sans quoi il ne lui aurait pas fait cette demande. Lorsqu'il se releva, ses yeux pétillaient d'entrain, comme s'il avait soudain retrouvé toute sa joie de vivre d'un coup. La raison de ce changement d'humeur ne mit pas longtemps à se manifester. La fillette fit signe à Diya de ne pas faire de bruit et désigna un être lumineux qui passait à quelques mètres d'eux. L'enfant chuchota, en admiration :

" C'est un Deeresper, ce sont les esprits protecteurs de Mère Nature, les gardiens de la Sylva en quelques sortes. C'est beau n'est ce pas ?"

Le cerf semblait auréolé de lumière, il se déplaçait en bondissant rapidement entre les arbres et il finit par disparaître tel un fantôme au détour d'un bosquet plus touffus. Alors seulement, le vieillard se remis en marche, indiquant l'est à la fillette. Il marmonna quelque chose que la jeune femme n'entendit pas, ou ne comprit pas toutefois, et la petite rigola avant de s'engouffrer entre les longs végétaux qui formait une muraille devant eux. L'Anemos aux bois ivoire fermait les yeux de temps à autre puis les faisait changer de direction soudainement tout en jetant des regard au ras du sol. Diya avait mis du temps à se rendre compte de ce petit manège, mais comme celui le perturbait chaque fois d'avantage, elle finit par lui poser la question :

" Qu'est ce que vous faites exactement ? Je vous observes depuis quelques minutes et cela m'intrigue."

L'Hybrid s'arrêta un instant pour lui répondre, amusé de son intérêt :

" Mon Don me permet de mémoriser des milliers d'odeurs et ainsi de retrouver ce que je cherche d'après ces dernières. C'est pourquoi je prétend être le seul à pouvoir situer ces plantes extrêmement rares. Chacune d'entre elle dégage des effluves particulières."

La Qantik hocha la tête, elle comprenait mieux pourquoi il avait d'une probabilité infime de trouver ces simples. L'ancien leva soudain la main et la fillette revint vers lui, toute excité, s'exclamant :

" Où ça ?"

Le vieil homme eut un rire caverneux, usé par le temps, avant de désigner un buisson aux larges feuilles épaisses et couverte d'une sorte de duvet laiteux. La fillette se rapprocha avant de s'accroupir et d'écarter les feuilles velues à l'aide d'un bâton. De petites corolles bleues ciel apparurent alors, encadrant un cœur d'un jaune vif et parfaitement circulaire. La tige, elle, était d'un mauve tendant vers le bleu, très sombre, et de minuscule et rares feuilles venaient les garnir. Les yeux de la jeune femme s'écarquillèrent. Était ce à cette plante étrange qu'elle devrait le salut de sa blonde amie ? 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Précieux pétales et douce folie [Reprise solo][QUÊTE]   Dim 20 Mar - 0:48


L'ancien observait la surprise de son invitée, il demanda ensuite à l'enfant de cueillir plusieurs pieds de la plante qui poussaient sous le buisson et les fourra dans un sac, puis patiemment, il expliqua à la Qantik :

" Les feuilles de ce buisson sont urticantes, un seul contact et vous vous gratteriez jusqu'au sang durant une semaine, au minimum. Personne n’aurait l'idée de mettre sa main dans ce buisson pour y chercher l'Umbra. Il faudrait déjà savoir qu'elle se trouve là. Bien suivez moi, nous retournons chez moi, je vais vous montrer comment préparer le remède contre les morsures d'Ombres Masquées."

Le vieil Hybrid fit craquer ses épaules, pestant contre son grand age, et fit signe à la petite qu'ils rentraient. Cette dernière se mit à gambader gaiement en chantonnant devant eux, comme à l'aller. Diya, qui d'un naturel curieux et impatient ne savait se contenir, voulut savoir comment il allait utiliser cette plante pour soigner son amie. L'homme aux bois haussa les sourcils et lui lança :

" Sachez être patiente jeune femme, tout vient à point à qui sait attendre."

Diya soupira et releva ses cheveux que l'humidité de la forêt collait à sa peau de façon désagréable. Les moustiques commençaient à leur tourner autour et la moiteur rendait les vêtements poisseux de transpiration. La demoiselle songeait avec délice à une bonne douche bien fraîche et à un mojito sur la terrasse du Dernier Paradis, mais elle n'aura pas le temps pour cela avant un bon moment. Sur le chemin qui menait à la pièce souterraine, la Cyborg ressentit à nouveau l'angoisse d'arriver trop tard pour Evy'. Si la blonde mourrait avant son arrivée elle ne parviendrait jamais à se le pardonner, encore moins à regarder la petite Lucy dans les yeux. Le vieil homme poussa la porte de bois et invita tous le monde à entrer avant de se diriger vers une partie de la salle où étaient entreposée différents récipients et alambics ainsi que des tubes et des boîtes contenants des graines de formes exotiques. Il installa son dispositif sur une table à l'équilibre incertain et plongea les fleur dans un bécher d'eau claire. Puis il disposa ce dernier sur un réchaud. Rapidement, l'onde se tinta d'un azur vif. Soudain, de façon inattendue, une pellicule dorée se forma au dessus du liquide. L'ancien lui expliqua :

" Vous voyez, ce résidu là, c'est du poison. Il est bien plus mortel que celui des Ombres masquées, c'est pourquoi il faut bien veiller à faire bouillir les fleurs afin de le soustraire à la préparation. Regardez, là, l'eau devient plus foncée, comme la couleurs des tiges, mémorisez bien cette teinte, ça veut dire que la tisane est prête."

Il attrapa un filtre à café des plus basique et passa la préparation. La pellicule miroitante resta coincée dans celui ci tandis que le liquide indigo gagnait un verre. L'ancien reprit :

" Six fleurs, cela devrait être suffisant si elle n'a subit qu'une morsure. Je vous en laisse quelques unes en plus, au cas ou. Si vous faite exactement comme je vous ai montré votre amie sera vite remise sur pieds."

L'Hybrid délaissa son installation pour regagner son fauteuil, il semblait exténué mais son regard, lorsqu'il se posa sur elle, était tout ce qu'il y avait de plus vif. 

" Lorsque la Docker sera sauve, vous reviendrez vous acquitter de notre accord. Je vous crois assez honnête et droite pour que vous ne fuyiez pas votre promesse. Je vous attendrais."

Diya hocha la tête, notant précieusement tout ce qu'elle avait appris au contact de l’ermite. D'un sourire, elle déclara tandis que la fillette la raccompagnait :

" Je serais de retour d'ici cinq jours, je suis sûre qu'Elna me trouvera avant que je ne tombe à nouveau sur ce lieu. Vous n'imaginez pas à quel point je vous suis reconnaissante, vraiment. Quelle que soit votre demande je tiendrais parole" 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Précieux pétales et douce folie [Reprise solo][QUÊTE]   Lun 21 Mar - 20:03


Le chemin entre la Sylva et Nordkia dura une journée et demi. Une longue partie à pied pour ne pas perdre le temps de retourner chercher Luminéa, puis l’aéronef et enfin à nouveau de la marche. Parcourir les rues aux pavés mal arrangés n’était pas un plaisir, loin de là, mais elle devait rejoindre Evelyn au plus vite. Les fleurs dans son sac. Toutes ses pensées étaient focalisées là dessus, sur la tisane qu'elle devait faire. En n'oubliant surtout pas le procédé pour éliminer le poison en faisant bouillir la décoction d'Umbra. Elle entrevit enfin la petite baraque étriquée, coincée entre d'autre de ses semblables, toutes aussi étroites. Un seul coup de sonnette suffit à faire apparaître la frimousse de la petite Lucy. Son visage montrait de nombreux signe de fatigue et d’anxiété, des sentiments que n'aurait jamais du connaitre une enfant de son age. Son visage s'illumina quand elle reconnu la Cyborg et elle l’attrapa pars la main pour l'attirer à l’intérieur. Evy était couché sur le divan, couverte de sueur et plus pâle que la mort, un linge sur le front. Sans perdre de temps en explication, Diya demanda à la mère de la blonde de mettre de l'eau à bouillir. Elle sortit les fleurs de son sac et les détacha délicatement de leur tiges avant de les plonger dans la casserole où l'eau frétillait déjà. Il ne fallu pas longtemps pour que la réaction qu'elle avait observé chez l'ancien se produise sous ses yeux. La précipité doré vint recouvrir le liquide bleuâtre et lorsque la couleur fut similaire à celle que le vieil Hybrid lui avait montré, elle arrêta le feu, attrapa un filtre à café et passa le tout avant de remplir un verre et de l'apporter à  Evy. Soulevant sa tête délicatement, elle versa le liquide entre ses lèvres entrouverte et épongea le linge humide afin de lui redonner sa fraîcheur. 

La Qantik conseilla à la femme de prendre du repos et cette dernière s'éclipsa dans une pièce de l'étage. Pendant ce temps, Lucy avait amené du thé glacé et des biscuits et demanda à Diya de tout lui raconter. La demoiselle ne se fit pas prier, lui contant à voix basse comment elle avait trouvé le remède. Trois heures plus tard la fièvre d'Evy avait commencé à baisser et elle reprenait lentement des couleurs. La mère de la malade leur fit des sandwichs et convia la jeune femme à rester jusqu'au lendemain. La petite brune s’était déjà endormie au chevet de son aînée et la Qantik alla poser un plaid sur ses épaules avant de s'asseoir dans un rocking-chair où elle se laissa rapidement gagner par le sommeil. Sa course contre la montre n'avait pas été de tout repos et ses muscles endoloris clamaient une pause. Dans ses rêves, Diya revit l'enfant aux bois de cerf, ainsi qu'une femme aux cheveux aussi roux que Miyuki qui la prenait dans ses bras. Une toux sèche la sorti de cet étrange songe et lorsqu'elle vit Evelyn assise, elle su que le remède avait fonctionné. Se levant, la Cyborg alla saluer son amie et lui amena de l'eau et de quoi se restaurer. Elles parlèrent longuement de la façon dont elle s’était fait mordre en cherchant à rattraper un chiot d'Eraclea, puis de celle dont Diya avait rencontré l'herboriste et enfin de la fillette qui avait hanté ses rêves. 

Lorsque Lucy fit son apparition dans le salon, son visage en voyant sa sœur rétabli émue Diya aux larmes. Les voir toutes deux dans les bras l'une de l'autre, c’était sa plus belle récompense. Mais la blonde aux airs rebelles devait encore se reposer, la demoiselle insista bien sur ce point. Toutes la remercièrent mille fois au moins pour ce qu'elle avait fait, et lorsque le reste des chevaliers de Nordkia débarqua dans l'après midi, ce ne fut plus que rires et boutades. Le sombre nuage qui avait failli emporter Evy semblait déjà loin, chassé par la volonté de vivre et de protéger de ses proches. La chaleur qui régnait dans la petite maison était si agréable, ces gens simples qui se serraient les coudes possédaient un immense courage. La Qantik se mit légèrement en retrait, observant le portrait de cette communauté, et lorsque Jared l'invita à utiliser son canapé le soir même afin de pouvoir dormir dans un lit un minimum confortable, Diya accepta sans réfléchir, heureuse de pouvoir passé d'avantage de temps avec eux. Et même si la suite lui paraissait floue, elle voulait profiter un maximum de cette bonne humeur contagieuse.

-Fin-
Revenir en haut Aller en bas

Précieux pétales et douce folie [Reprise solo][QUÊTE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» La folie des BAM ! [FINI]
» THE PURSUIT TALES ▲ all of a mind trick
» L’argent conduit à la folie !
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Crise de folie... |Libre|
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Nemoto
-