Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

La crise du conseil des Princes [Event - PV : Anya, Yuusuke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: La crise du conseil des Princes [Event - PV : Anya, Yuusuke]   Mar 29 Sep - 12:23

La nouvelle était tombée ainsi qu'un couperet dans la chair, et le sang qui s'en écoulait était mêlé d'appréhension, d'incompréhension et de sinistre résignation. La princesse Ulthia était morte ; le palais avait annoncé son suicide avec un froid détachement et il en était pour murmurer que ce trépas n'était peut-être pas si volontaire qu'on voulait bien le faire croire, lorsqu'on connaissait l'ambition brutale des souverains d'Anathorey. Je n'écoutais pas ces rumeurs diffuses, me contentant de faire face au changement avec un masque impassible.

Tarion, l'esthète de notre techno-cité, s'était mis en retrait face à l’Épée Noire - Faust, commandant des chevaliers. Ce n'était pas forcément pour me déplaire ; il était mon supérieur le plus direct, le receveur privilégié de mon allégeance... or mes devoirs avaient toujours primé sur toute autre considération. Dans ma famille, l'on craignait ce revirement, ce déséquilibre trop soudain et trop morbide dans la trinité jadis équilibrée des pouvoirs... mais cela faisait bien longtemps que je ne faisais plus grand cas des opinions de mes ascendants. Leur influence sur ma personne était morte avec leur amour de moi.

Je me penchais avec un léger grincement de métal, apposant dans un bruit mat mon coude sur le comptoir et mon menton au creux de ma paume. La mine sombre, je baissais mes yeux couleur de mer démontée sur les nuances miroitantes de la boisson que l'on m'avait servie ; un vin de paille, ambré à souhait, à la saveur sucrée et légèrement mielleuse. Alcool raffiné s'il en était.
Une fois n'est pas coutume, je m'étais autorisée un temps de repos dans l'un des établissements de la capitale. L'enseigne de l'édifice se voulait un rien pompeuse, le désignant comme « La Coupe d'Argent » ; en temps normal, je ne me serais pas même arrêtée devant la devanture estampillée de motifs sophistiqués, mais ces derniers jours n'appartenaient pas à un temps normal.

Quelques clients s'étaient attablés ici ou là et les discussions allaient bon train sur un ton feutré, discret ; les événements princiers étaient sur toutes les bouches. L'on devisait, entouré du mobilier précieux des lieux, sur les funérailles à venir et sur les changements qui allaient s'opérer dans la politique d'Urban City. Les uns saluaient un peu trop fort, avec des sourires crispés, la prise de pouvoir ostentatoire de l’Épée Noire. D'autres, bien plus bas, s'en inquiétaient au travers de soupçons à peine voilés. Parmi ceux-là, j'en reconnaissais un certain nombre qui s'étaient encanaillés avec la rebuffade des Dockers de Nordkia ; je comprenais aisément qu'à leur place, je craindrais moi aussi les éventuelles représailles de Faust. D'aucuns chuchotaient que c'était à cause de l'absence de la roture que la bataille de la Cité Neutre avait été une telle débâcle - je n'y trouvais là rien de bien contestable. Et peut-être, également, y avait-il ici un lien avec la mort de la princesse : après tout, la responsabilité lui en avait incombé.

Un rictus de dérision ourla mes lèvres en même temps que je les trempais dans le liquide sirupeux, paupières mi-closes tandis que je buvais mon vin. Je faisais partie des Cyborgs avec le plus de composantes artificielles, étant la représentation d'une parfaite harmonie, équitablement partagée entre vie organique et vie technologique - pour mon plus grand malheur. Malgré tout, je me surprenais parfois à apprécier les plaisirs simples que la vie à Anathorey pouvait apporter... et goûter à cette boisson en faisait partie. Du même coup, je prenais subitement conscience de toute la lassitude qui pesait sur mes épaules d'acier. Je poussais un discret soupir en reposant le verre, courbant légèrement la tête.

« Profitez de votre repos, princesse, il n'est pas donné à tous » murmurai-je d'une voix chaude sans vraiment prêter attention au fait que les gens alentours puissent entendre mes paroles. « Et puisse le seigneur des chevaliers nous mener à un avenir moins sombre. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Petite pinocchio (Anya P.)


RPG
Âge : 22
Groupe: Docker
Inventaire: Du matériel à marionnettes, des fils et l'aiguille

MessageSujet: Re: La crise du conseil des Princes [Event - PV : Anya, Yuusuke]   Lun 12 Oct - 21:52

J’étais de nouveau à Nordkia, après tous ces événements…repassant à travers certaines ruelles, je me remémorais le cœur battant la révolte, toute cette masse de dockers ployant d’habitude sous les ordres princiers, faire bloc et montrer leur fureur. J’avais été parmi eux parce que je pensais que même si la majorité me haïssait, je devais exprimer ma colère autant qu’eux, les défendre autant que moi,et puis nous mourrions de faim…Ces types, ces envoyés avaient été si méprisables, prêts à tirer au hasard dans la foule et faire usage des pires violences pour mener leur but à bien : que l’on fasse partie des troupes, aller sans répliquer droit à la boucherie. Au final, le miracle eu lieu et la révolte fut un succès. Les envoyés ont dû plier l’échine se rendant compte que les nobles joignaient notre opinion. En foulant les rues grouillant de cadavres infectés il y a quelques temps, je me repassais ces moments si incroyables, pour une fois les princes avaient perdu !

Après la fête, je n’avais plus rien à faire à Nordkia, et puis je craignais qu’une fois l’euphorie retombée, on ne se remette à ma chasse. Je décidai donc de prendre mes maigres affaires et parcourir le monde extérieur. Comme on avait voulu nous enrôler dans la bataille de la cité neutre, j’avais entendu par ci par là des détails, mais j'ignorais totalement le reste, comment cela s'était fini. Il y avait eu beaucoup de morts, d’ailleurs, c’est ceux- là même qui se déversaient par centaines dans la boue de Nordkia, avant la révolte. J’étais soulagée d’avoir échappé à ça. J’étais encore bien en vie, décidé à découvrir des choses . Mais parfois en dormant, j’étais assailli par des visions cauchemardesques. Et si personne n’avait fait front ? Si encore une fois on avait obéi ? Je ne savais pas encore vraiment me battre. J’aurais rejoint le bain de sang et finit en morceaux ou en décomposition au milieu d’un Nordkia affamé. Je serais morte dans la souffrance et l’indifférence, sans jamais avoir pu, peut-être découvrir les joies de la vie, ni revoir le visage de mon père…Est-ce qu’un jour je le retrouverai ? Je dus m’arrêter un instant et me poser derrière un muret pour que personne ne me voie. Ces visions d’horreur m’avaient envahi et l’image de mon père m’avait bouleversé. Je ne sais pas pourquoi, mais ma gorge se noua à sa pensée et je pleurai Je refusais de mourir avant d’avoir pu le revoir, ni connaître la raison de mon abandon. C’était quelqu’un de si bien, si adorable, lui qui me décrivait comme sa fille adorée, son soleil, sa raison de vivre, pourquoi cette cruauté ? Je me mouchai et séchai mon visage mouillé puis baissa ma casquette pour cacher mes yeux un peu rougis. Je savais que je me mettais en danger si je montrai le moindre signe de faiblesse à la mauvaise personne. Heureusement je traversais une ruelle où les dockers que je croisais étaient trop affairés ou épuisés pour me remarquer.

Bientôt je fus si plongée dans mes pensées que je déambula sans me rendre compte réellement où je me rendais. Je ne savais pas quoi faire, je ne savais pas pourquoi j’étais là…peut-être juste le profond désir de retourner chez moi, dans ces lieux si familiers, revoir ma chambre, mes affaires, mes livres…Mais je ne pouvais pas. Y mettre un pied revenait à alerter ma présence à mes anciens voisins et je finissais au bout d’une corde la tête en bas me faisant lapider. Non, j’avais trop peur. Je tomba sur un bar à l’allure assez sympathique et bondé. J’avais faim et quelques sous ramassés de mon voyage. J’entra et fut d’abord un peu étourdie par la chaleur de la pièce et l’odeur des fumées. Il y régnait un brouhaha incroyable et une joie intense. Les visages étaient animés et de nombreux hommes annonçaient des tournées générales comme si un événement des plus importants les réunissaient tous. Un mariage ? A moins que ce ne soit une nombreuse famille, c’était peu probable. J’allas m’assoir à côté d’une femme à l’allure à la fois un peu classe et étrange, qui sortait de l’ordinaire blouse crasseuse pleine de tâches de graisse. Je ne lui adressai pas la parole, mais je la trouvai de premier abord assez sympathique. Mais méfiance. Les apparences étaient toujours trompeuses. Je parcourus la carte des plats et ils semblaient tous bons selon la description. Il y en avait tant que je ne connaissais pas ! Les prix étaient raisonnables et j’avais de quoi. Je fis signe au patron du bar et passa ma commande. Le bonhomme moustachu prit un air suspicieux et prétenda qu’il croyait me connaitre . Oups pas bon signe...Je mentis en disant d’un air le plus naturel possible qu’il devait se tromper car je ne venais jamais par ici, ce qui était à moitié vrai. Il haussa les épaules en se grattant la tête et alla gueuler dans les cuisines ce que j’avais demandé. Je fus intrigué par les bruits que produisait ma voisine, comme du…métal ? Le patron revint et j’en profita pour poser la question qui me taraudait depuis un moment

-Pourquoi il y a toute cette animation ? Il y a un événement spécial ?

Le patron rigola de sa grosse voix comme si la question lui paraissait des plus stupides ou bien croyait il à une bonne blague. Mais mon air sincère le dérouta et il se reprit, toujours un peu hébété de mon ignorance

-Vous n’êtes pas au courant ? La princesse….La princesse Ulthia est morte !

Je pâlis à ce qu’il m’annonca et mon sang ne fit qu’un tour. Comment ça ? Comment était-elle morte ? Je tremblais de partout et eu le tournis. Quand je repris un peu mes esprits, je ne pensais qu’a déverser un flot de question à mon interlocuteur, sans prendre le temps de respirer, partagé entre une forme de joie et la plus grande des consternations. Ma réaction le fit à peine sourciller et il mâchonna une réponse « on sait pas . Suicide, c’est le rapport officiel. Apparemment elle aurait pas supporté la révolte » . Suicide ? Etrange…Je ne connaissais pas cette peste, mais cette femme semblait si cruelle et égocentrique qu’un suicide me semblait absurde. Au contraire, notre révolte n’aurait fait qu’animer en elle un désir de revanche ou un plan plus cruel pour faire payer notre affront…Mais un suicide…Je n’arrivais plus à réfléchir. Suicide ou non, elle était morte. Elle leur laissait enfin la paix ! Je comprenais mieux l’engouement général. Sa mort signifiait la fin de notre répression et ses caprices. Elle qui avait affamé Nordkia et laissé les maladies se propager ! Cette nouvelle ne m’attrista en rien. Je n’eus pas une once de pitié pour elle, mais une forme de joie, de miracle. Allait-on avoir l’espoir d’être respecté ? Les nobles qui aidaient maintenant…Ma voisine marmonna quelque chose en sirotant sa boisson et je tiqua lorsqu’elle dit « Puisse le seigneur des chevaliers nous amener à un avenir moins sombre » Je fronça les sourcils. Mais oui. J’avais oublié cela:

-Qui va reprendre le rôle d’Ulthia alors ? La comtesse Adriano ? Demandai -je au patron qui semblait en savoir beaucoup avec espoir. La comtesse me semblait parfaite pour succéder à cette incapable.

-La comtesse n’est qu’une comtesse. Faut pas rêver.Je ne sais pas, mais on dit que ce sont les deux princes qui s’en occuperont.

C’est donc ce qu’elle marmonnait…Je rageas. Ce n’était pas vraiment une bonne nouvelle. Il y avait tout à craindre d’eux…Si Ulthia était comme ça…Et puis Faust était de ceux qui avait mené la bataille, il était à l’origine de la boucherie. Je me tourna vers ma voisine qui m’intriguai de plus en plus

-Vous avez l’air bien contente que ses frères lui succèdent. Croyez-moi, vous vous plantez, ils sont tous aussi cruels qu’elle l’était. J’ai même peur que cela s’empire avec eux. Nous allons retourner à la répression ! Je ne comprends pas que la comtesse ne puisse pas s’occuper des dockers, elle est bien meilleure qu’eux !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La crise du conseil des Princes [Event - PV : Anya, Yuusuke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [mini-event] Raviver une legende : le conseil pirate
» [CONSEIL] Nains
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Une crise alimentaire majeure se profile dans le Monde
» Charte du Conseil Comtal du Maine: Abrogée
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Urban City
 :: Anathorey
-