AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Sam 31 Oct - 1:54


Douleur, obscurité, c’était la seule chose perceptible pour la Qantik. Depuis combien de temps déjà était elle là, étendue sur le sol sablonneux ? Nul n'aurait pu le dire mais la nuit apportait une fraîcheur bienfaitrice pour ses blessures. Diya ouvrit les yeux, il lui fallut un moment avant de se souvenir de ce qu'elle faisait ici. Sans doute un effet du au choc de l'explosion. Soulevant sa main gauche elle frappa le sol d'un geste rageur, la demoiselle n'avait rien pu obtenir des scientifiques qui l'avaient kidnappés, c’était si frustrant. Et maintenant qu'ils étaient tous mort ils ne risquaient pas de lui confier leur projets ou le sujet de leur expériences sur ces combattants. La jeune femme fut soudain interpellé par un détail, elle venait de taper le sol mais n'avait absolument pas sentit sa main. Levant douloureusement cette dernière pour la placer à sa vue, Diya dégluti. L’extrémité de certains de ses doigts étaient dépourvus d'ongles et à quelques endroits il manquait même une part de la chair. Les nerfs avaient dû subir une grave agression, c’était sans doute pourquoi ils étaient partiellement hors service. Les yeux émeraude captèrent la voûte céleste, au delà de son membre blessé, se perdant dans la myriade d'astres qui la parcourait et elle laissa retomber son bras sans la poussière. Elle devait se lever, partir d'ici avant que quelqu'un ne vienne pour rendre compte des dégâts et de ce qui était récupérable ou non.

La Cyborg poussa sur ses coudes pour se redresser, luttant contre elle-même pour ne pas perdre connaissance à nouveau. Si, sous l'afflux d'adrénaline, elle avait pu supporter le supplice, c’était loin d'être le cas à présent que toute tension était retombée. Tâtonnant à sa droite, la demoiselle trouva sa besace, une chance qu'elle n'ai pas volé en éclat dans l'explosion, et en sortit la gourde afin de se désaltérer longuement. Elle se rendit alors compte à quel point sa gorge était sèche et ses lèvres craquelées. Cela lui permit de prendre conscience qu'elle se tenait ici depuis moins de deux jours sans quoi elle serait morte de ce manque d'eau. Se penchant en avant, la Qantik observa ses pied couvert de cloques, le sang avait coagulé et les plaies suintaient, risquant de s'infecter. Ses jambes étaient couvertes d’éraflures, bien moins graves néanmoins, mais son short n'avaient absolument pas pu protéger ses appuis. Ses bras étaient tout aussi marbrés de griffure dû au sable qui avait griffé sa peau lorsqu'elle avait été projetée en arrière. Restait enfin la plaie dans son dos qui la torturait par intermittence, comme pour lui rappeler sa présence. Diya pesta et tenta de se redresser pliant les genoux lentement, tremblante, elle pris appuis sur son pied gauche, le supplice fut immédiat, ardent, et elle dû serrer les dents une fois encore. Qu'elle était pitoyable !

Avisant une tige de métal soufflée par l'explosion, la demoiselle s'en saisit afin de l'utiliser comme canne. Soufflant pour se motiver elle parvint enfin à se lever. Son regard erra un instant sur les alentours. La Cyborg reconnu l'entrée du souterrain par lequel elle avait fuit, un panache de fumée grisâtre s'en échappait et Mère Nature seule savait combien le brasier devait encore faire rage quelque part là dessous. Mais la demoiselle ne voulait plus penser à ce lieu infernal. Poussant sur son corps elle se dirigea vers l'orée de la Sylva, espérant y trouver des plantes médicinales lui permettant de désinfecter ses blessures. Après avoir repéré un arbre immense et majestueux, la Qantik se traîna, plus lente encore qu'un bambin mal assuré tant son corps répondait mal à ses demandes. Un fois qu'elle l'eut atteint, la femme aux cheveux d’émeraude formant un corolle autour de son visage rougi par les larmes se laissa tomber, sa conscience menaçait de laisser son corps sans défense à nouveau. Puisant dans ses dernières forces, la Cyborg rampa un plus profondément dans la végétation, là où les Uniks n'oseraient pénétrer et inspira avant de s'époumoner en espérant que quelqu'un de bien intentionné l'entende :

" Aidez moi !"

La Qantik laissa tomber sa tête sur le tapis mousseux et humide, déjà ses yeux se fermaient tandis que le grelot d'argent, à son cou, grésillait, comme pour prévenir tout danger proche de renoncer à s'avancer. Dans un souffle, Diya lâcha, à bout, si bas qu'elle doutait que quelqu'un puisse l'entendre :

" Je vous en supplie ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Sam 31 Oct - 14:48

C’était vraiment déconcertant de voir un changement aussi radical dans le paysage, d’un côté des plaines verdoyantes de l’orée de Sylva et de l’autre le désert du Sidhe. L’hésitation me prenait, je ne savais pas trop comment approcher les Hybrids après les récents évènements, je risque de me faire tuer juste en essayant de les contacter. En attendant de trouver une solution j’erre comme une âme en peine entre la Sylva et la Sidhe.
Je m’approchais au fur et à mesure du no man’s land, jamais je n’étais allé dans ce coin du désert, je dois avouer que je suis un peu effrayé par cet endroit. Je me suis laissé porter par mes pensées et j’ai continué à marcher sans trop savoir vers ou. La forêt de Sylva m’attirait, les unik peuvent être vaincus et d’après moi il faudrait s’unir contre un ennemi commun, mais pour l’instant c’est peine perdu.

Le froid pointait le bout de son nez et un léger brouillard c’est levé, je devais me reposer un peu voilà un moment maintenant que j’étais en train de marcher. Je me suis dirigé vers une plaine de verdure et je me suis couché dans l’herbe fraiche et quelle odeur fantastique, j’ai vécu toute ma vie autour de technologie et sentir l’air de la nature me donne un sentiment de totale liberté. Alors que le sommeil commençait par me gagner une voix vint à mes oreilles.

" Aidez-moi !"

Je me suis relevé d’un bond, c’était le cri d’une personne en détresse. Il devait sans doute venir du grand arbre que je voyais sur ma droite. J’ai commencé à courir, arrivé à hauteur je n’ai rien vu.
De l’autre côté, je me dépêche de faire le tour et là je tombe sur une jeune femme couché face contre terre sur la mousse au pied de l’arbre. Je m’accroupis à coter d’elle et je la retourne presque maladroitement dans la précipitation, faisant plus attention je l’adosse en douceur contre l’arbre. C’était une jeune femme, elle vient surement de tomber inconsciente, ses cheveux vert collé contre son visage. Elle semblait complètement épuisé et au vu des blessures elle a dû affronter une sacré épreuve, ses pieds sont brûlé et en sang et sa main gauche est à moitié explosé.

Je la repose et je commence à chercher des plantes autour de moi pour voir si je peux soigner ses pieds ou au moins nettoyer le sang, mais vu que je n’y connais pas grand-chose je risque peut-être d’aggraver son cas il faut que j’agisse avec prudence. Pour sa main dans l’immédiat je ne peux rien faire. Je ne sais pas pourquoi je me sens tant impliqué, c’est surement du au faite de la voir presque morte sous mes yeux, ça me ramène ramène à une époque assez sombre de ma vie et surtout je ne pouvais accepter l'idée de l'abandonner ici. Je prends son visage dans mes mains et j’essaye de la rendre consciente le temps de savoir ce qu’on lui a fait.

- Tu  m’entends ? Je m’appelle Zack, je suis venu t’aider.

Ne sachant pas trop si elle m’a entendu, je décide de me mettre à côté d’elle en attendant qu’elle se réveille.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Dim 1 Nov - 1:08


Par delà le voile de fatigue, il sembla à la Qantik entendre une voix, sentir des mains se saisirent de son corps mal en point, le redresser. Tout cela semblait si lointain, masqué par toute cette fatigue et cette douleur qui n'en finissait pas. Son esprit ne compris pas les paroles, retenant seulement le nom, Zack. Connaissait elle quelqu'un de ce nom ? Pas que la demoiselle s'en souvienne. Lentement elle se força à ouvrir les paupières, si lourdes que cela lui paru impossible de prime abord. La Cyborg ne vit d’abord qu'une tâche floue devant elle, puis elle sentit la chaleur de deux mains se posant de part et d'autre de son visage. Relevant la tête la jeune femme aperçu enfin la personne se trouvant à ses côtés. Un homme, pas beaucoup plus vieux qu'elle si elle en croyait son apparence. Ses yeux noirs de jais cherchaient à capter les siens et une tignasse blonde en désordre faisait miroiter les éclats de l'astre de feux au travers la masse végétale les entourant. Le regard émeraude de la demoiselle accrocha une sorte d'armature ancré à même son visage. Un Qantik, devait elle considérer cela comme une chance ? Elle savait que tous n’étaient pas prompt à aider leur prochain, pourtant s'il était là et n'avait pas profiter de sa fragilité actuelle, il fallait bien avouer qu'il y avait peu de chance pour qu'il lui cause du tord à présent. 

Ses yeux, curieux, continuèrent d'analyser l'homme. Vêtu d'un pantalon sombre, d'un sweet et d'un long manteau noir, il avait tout de ceux qui cherchent à rester discret. La Qantik sentit soudain le grelot d'argent vibrer légèrement au creux de sa poitrine, comme s'il attendait un infime signal de détresse pour se déployer. Ce ne serait sans pas pas nécessaire pour l'instant. Une migraine lui vrilla soudain le crâne et la jeune femme dû serrer les dents pour ne pas se rouler sur elle-même en cherchant à fuir ce supplice. Plongeant son regard dans celui de son vis à vis, elle déclara, presque trop calme pour quelqu'un dans son état :

" Zack ... je m'appelle Diya, il ne faut pas rester ici..."

Poussant sur ses genoux qui menaçaient de céder sous son propre poids, Diya se leva, s'appuyant sur la barre en fer dont elle s’était servie comme canne pour avancer. Reprenant, haletante sous l'effort que lui demandait le fait de rester debout, la Cyborg l’interrogea :

" Sommes nous... Plus proche de la Cité Neutre... Ou de Némoto ? Il faut ... Il faut que je vois un guérisseur... ou un médecin..."

L’inquiétude envahit soudain ses traits en se souvenant que cela faisait bien cinq jours qu'elle avait laissé les jumeaux sans nouvelles. Ils devaient être fou d’inquiétude ! Elle devait retourner dans un des deux lieux le plus vite possible et les prévenir qu'elle allait bien. Si on pouvait appeler cela ainsi aux vues de son état général plutôt lamentable. La Qantik s'adossa contre un arbre, attendant la réponse du blond en tirant sa gourde presque vide de sa besace pour boire une longue gorgée qui la revigora. Ses émeraudes ne le quittait pas d'un centimètre, craignant un changement d'humeur, pourtant la demoiselle fini par lui demander, hésitant :

" Peux tu m'aider à rejoindre la ville la plus proche ? Je suis désolée de te demander ce service, après tout nous ne nous connaissons même pas... Ces Uniks risquent de me chercher, il faut s’éloigner rapidement."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Dim 1 Nov - 23:16

Ses yeux étaient verts, presque de la même couleur que ses cheveux, un peu plus brillant. Elle reprenait conscience petit à petit, elle semblait confuse, ce qui ne me surprend pas. Elle serra les dents et referma les yeux, comme pris d’un maux de tête, puis elle les ouvrit et parla d’une voix un peu faible mais très calme.

Diya, un joli nom, elle semblait pressée comme traqué, ou ça serait une explication logique. Elle se releva, non sans difficulté s’appuyant sur la barre de fer qui trainé à coter d’elle. Rester debout devait demander de gros effort pour Diya, quand elle m’a demandé si on était plus proche de Nemeto ou la Cité Neutre elle avait du mal à parler. J’étais sur le point de lui dire que ça ne me dérangeait pas de l’aider à rejoindre la Cité Neutre parce que Nemoto avec les récents événements, je ne suis pas sûr de pouvoir y arriver en entier. Avant que je puisse parler, elle ajouta quelque mot, affirmant mon hypothèse de tout à l’heure. Elle était donc bien traqué et pas par n’importe qui.

Je n’ai pas pu m’en pécher de ressentir de la colère à la mention des Unik, encore et toujours eux ! Ne peuvent-ils laisser personne en paix ? Et quand je vois dans quel état elle est ça me rend encore plus furieux. J’ai senti mon visage ce crisper d’un coup, l’expression de ma fureur, heureusement que j’ai appris à me calmer et à ne pas foncer tête baissé vers eux. J’ai jeté un coup d’œil derrière moi, vers le désert de Sidhe, comme pour essayer de voir si quelque chose arrivait.
Il ne faut pas que je laisse mon jugement s’altérer, je dois me concentrer sur la meilleure façon de sauver Diya, même si j’ai des doutes sur elle, je ne la connais pas est peut-être qu’elle est dangereuse de toute façon je ne peux pas l’abandonner ici, surtout aux mains des Unik.

- Les Unik, encore eux !, ma voix trahi ma colère, en tout cas tu peux compter sur moi, mais on va avoir des problèmes sur les deux destinations. En tout cas sur Nemoto moi j’aurais des problèmes et pour la Cité Neutre, ça va dépendre de tes réponses.

J’ai parlé un peu vite en tout cas on a pas le temps de discuter longtemps, si elle est bien poursuivis, on doit agir vite.

- Pour aller vers la cité Quantik, il va falloir faire un bon bout de chemin dans le désert tout en évitant le  et vu la position que tu avais quand je t’ai trouvé, on va se diriger droit vers l’endroit d’où tu viens ou en tout cas on y sera pas loin, donc pour moi le mieux c’est de se diriger vers Nemoto.
- Tu me diras ce que tu veux faire après, ici on est trop exposé on pourra discuter à l’abri derrière les arbres.


Je me dirige vers elle pour l’aider, prenant son bras je le mets autour de mon cou pour la soutenir et je la force presque à se diriger vers la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Lun 2 Nov - 0:46


Le jeune homme semblait avoir un avis défavorable sur les Uniks, comme beaucoup de Qantiks. Cela ne l’étonnait pas bien qu'elle se demande ce qui le poussait à les détester ainsi. Sa voix avait exprimé une telle colère lorsqu'il s’était exclamé que cela avait atteint directement la demoiselle. Le Qantik lui confirma qu'il lui apporterait son aide, suite à quoi il ajouta qu'il préférait partir vers la Cité Neutre plutôt que vers Nemoto, ou il pensait avoir des problèmes. Il est vrai que son statut trop évident serait dur à cacher. La Cyborg n'avait pas ce genre de problème, après tout il était dur de deviner si elle était bien Hybrid ou non. Ses cheveux anisés jouaient aussi en sa faveur, il fallait l'avouer. Un point essentiel de sa phrase retint l'attention de la jeune femme, le blond avait dit "ça va dépendre de tes réponses". Ses réponses à quoi ? Il comptait la questionner pour savoir s'il devait l'aider ou non ? Diya fronça les sourcils, l'esprit plus clair désormais. Il avait beau avoir accepté de l'aider, elle devait néanmoins rester sur ses gardes.

L'homme ajouta qu'en se dirigeant vers la Cité Neutre il devraient surement passer par le lieu dont elle venait, il avait raison, ce n’était sans doute pas une bonne idée. Il proposa donc de s'enfoncer d'avantage dans la Sylva et de marcher droit vers Némoto. Déclarant soudain qu'ils étaient trop exposa, Zack passa son bras par dessus ses épaule, permettant à la demoiselle de prendre appuis sur lui pour avancer plus aisément. D'un pas légèrement trop rapide pour la jeune femme qui était très affaiblie, il prit la direction du couvert des arbres, plus loin, mettant fin à la conversation. Observant les alentours, Diya tentait de se repérer en calant son rythme sur celui de son appuis, tant bien que mal. Ses pieds la brûlaient toujours mais elle n'osa rien dire. Se plaindre ne les feraient pas progresser. Après quelques minutes de marches, intenables, la Cyborg osa toutefois se dégager, déclarant, essoufflée :

" J'ai besoin d'une pause, de plus je ne pense pas que ce soit réellement une bonne idée de s'enfoncer d'avantage dans la Sylva en pleine nuit."

Observant sa réaction, Diya ajouta, tentant d'expliquer son raisonnement :

" Tu ne dois beaucoup connaître la forêt, je me trompe ? Toutes sortes de créatures partent en chasse la nuit et ils ne fait pas bon les croiser, crois moi."

D'un bref tour d'horizon, la demoiselle repéra un buisson épais, couvert de ronces et encadré par des arbres aux troncs massifs, il ferait une parfaite cachette pour laisser l'obscurité passer. N'ayant aucune idée de l'heure actuelle mais sachant qu'ils se trouvaient en plein milieu de la nuit, elle trouva préférable de se reposer. Malgré son état, la Qantik était tout à fait capable de monter la garde. Elle avait eut son compte de sommeil lors de son coma et cela permettrait à son corps de continuer à se régénérer. Désignant le roncier, la jeune femme reprit :

" Voilà qui fera un très bon camp pour dormir, il est assez feuillu pour nous dissimuler et les ronces qui ont poussé autour dissuaderont les prédateurs de s'en approcher. Ce ne sera certes pas très confortable, mais mieux vaut des conditions spartiates et rester entier, non ? Si cela te vas je prendrais le premier tour de garde et nous repartirons dès l'aurore."

Se souvenant de son inquiétude quand à la ville sylvestre, Diya ajouta, pour le rassurer :

" Ne t'inquiètes pas pour Némoto, nous en prendrons la direction mais n'y entrerons pas. J'habite à une demi-heure de la capitale, c'est là que nous nous rendrons."

La Qantik se rendit soudain compte qu'elle se montrait autoritaire et distribuait ses indications d'un ton sans appel, presque froid. Cela ne devait vraiment pas être agréable pour quelqu'un se proposant volontairement de l'aider. Voulant remédier au malaise qu'elle ressentait, la jeune femme lui offrit un regard d'excuse en soufflant :

" Désolé, je suis un peu sur les nerfs depuis ... mon séjour en enfer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Mer 4 Nov - 19:09

On s’était arrêté, Diya avait besoin d’une pause et vu son état ça ne m’a pas étonné. La forêt n’étais plus très loin mais comme la nuit était presque tombé, trouver un abri semblait être une bonne idée. Je ne suis pas venu souvent dans la forêt, mais j’ai une petite expérience avec certaine créature de la Sylva. La jeune femme désigna un buisson assez, épais et couvert de ronce, effectivement il est assez grand pour que l’on soit à l’abri. Elle m’a parlé de son refuge hors de la ville de Nemoto, d’une voix presque froide, mais d’après les dires que j’ai entendu des clans habite dans la forêt en dehors de Nemoto, mieux vaut pas que je tombe sur l’un deux parce qu’il n’est pas difficile de me reconnaitre en tant que Quantik.

- Tu sais je ne suis pas fatigué et surtout tu as plus besoin que moi de sommeil ! Je peux rester réveillé. Et ne t’inquiète pas je comprends que tu sois sur les nerfs.

Je l’aide à se déplacer vers le roncier. Regardant devant moi j’aperçois l’entrée de la forêt et tout autour de nous il y’a quelque autres buisson et il y’a des sortes de champs, enfin il me semble blé ou mais, je ne saurais pas faire la différence dans ce noir.
A la base je devais venir dans la Sylva, pour apprendre des choses sur les hybrid et gagner leur confiance dans le but d’une entente mutuelle et quoi de mieux pour ça que d’aider une des leurs, de plus pourchassé par les Unik. Cependant je ne dois surtout pas me reposer sur une confiance mutuelle, si c’est une Hybrid, elle doit me détester et me haïr surtout. D’un autre côté vu que je l’aide je trouve ça normal dans savoir un peu plus sur elle.

Sortant de mon pantalon noire une boite métallique, je me tourne dos à Diya et j’ouvre la boîte, à l’intérieur j’ai ce que j’ai de plus précieux au monde, les photos des personnes qui me sont chers, ma famille. Je reste à les fixer, n’écoutant plus le monde extérieur, je reste juste là à penser à toute sorte de chose, que deviennent-ils ? Les reverrais-je un jour ?, la nostalgie menaçant de me couper du monde pour un moment, je me tourne vers la jeune femme en rangeant la petite boîte dans ma poche.

- Avant de se reposer, je pense que je mérite quelques explications sur ce qui t’arrive. Pourquoi on te poursuit ?, si je t’aide je veux savoir dans quoi je m’engage !

Avec le silence de la nuit, j’ai parlé d’une voix plus basse, comme si je parlais à un ami, et tout en lui parlant je jette un coup vers la clairière, dans le noir malheureusement la visibilité n’est pas grande. La pluie commença à s’battre sur nous, quelque onde au-dessus de moi et la pluie ne fût plus un problème pour moi. Sans connaître la réponse de Diya, je savais que les problèmes n’étaient pas loin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Ven 6 Nov - 1:02


Diya continuait de scruter la végétation avec appréhension, de peur de ne voir apparaître les deux gros bras gardant le laboratoire dont elle s’était échappée. Après tout, la demoiselle ne les avait pas vu lors de l'explosion, ils se trouvaient peut être plus loin et avait, comme elle, été soufflé. Dans ce cas ils s’étaient sans doute mis à se recherche à l'instant même où ils s’étaient relevés. Zack déclara ne pas avoir besoin de sommeil, lui proposant plutôt de profiter de ce répit pour se reposer, mais la Qantik était bien trop à cran pour fermer l’œil. Le jeune homme lui apporta à nouveau son soutien pour gagner le buisson. La Cyborg rampa en écartant les branches afin de se glisser au cœur du massif épineux, elle y fit ensuite suffisamment de place pour qu'ils s'y dissimulent tous deux et s'écarta pour qu'il puisse la rejoindre. Ne voyant pas le Qantik arriver, Diya ressorti du roncier et s'appuya contre le tronc d'un arbre accolé à la cachette. Il semblait observer quelque chose, dos à elle. De peur de le déranger, la jeune femme se contenta d'attendre qu'il se tourne vers elle. Ce faisant, il lui demanda de lui expliquer les raisons l'ayant poussées dans cette situation. Pinçant les lèvres, irritée par la façon dont il avait présenté les chose, la Cyborg répliqua, calmement :

" J'ai malencontreusement détruit une de leur installation secrète, ainsi que les travaux qui y étaient effectués. S'il y a des survivant ..."

Diya se tourna un instant, sortit la puce de son soutient-gorge, et la montra à Zack en continuant :

" Ils voudront au moins reprendre ceci."

Rangeant la minuscule pièce de plastique et de métal dans sa bourse pour ne pas la perdre, la jeune femme comprit qu'elle devait lui donner quelques réponses supplémentaires si elle voulait pouvoir compter sur son aide. Elle pris donc le temps de réfléchir, faisant courir ses doigts sur le grelot d'argent par habitude. Elle reprit soudain, rompant les hululements proches d'un volatiles nocturne :

" Ces Uniks cherchaient un moyen de rendre des hôtes plus fort physiquement à l'aide d'injections. J'aurais voulu pouvoir en subtiliser une durant ma captivité mais je n'en ai pas eu l'occasion. Lorsque le décompte pour l'auto-destruction du laboratoire s'est mit à rugir je n'ai pensé qu'à me sauver."

Observant la voûte étoilée, la Qantik repensa à ces horribles pièges, à la façon dont ces Uniks avaient transformé leur laboratoire en tombeau dont ils ne ressortiraient jamais. Elle aurait peut être pu sauver les deux femmes dans la salle des commandes ... mais sur le coup la demoiselle n'avait pensé qu'à elle. A lutter pour survivre et quitter ce lieu à tout prix. Elle avait égoïstement réussi, ne laissant derrière elle qu'un amas de pierres écroulé et de cendre rougeoyantes. Sa migraine la reprit de plus belle, la forçant à s’asseoir pour en diminuer les effets. Avisant Zack, elle lui lança :

" Si tu ne veux pas dormir assieds toi au moins à couvert, tu es bien trop repérable à rester debout ainsi."

Le ciel se parait lentement de lueurs rosées, il ne manquait qu'une ou deux heures avant le lever du jours. Il ne serait peut être pas si long que ça d'attendre de pouvoir repartir. La Qantik ressentait le besoin urgent de rentrer au Dernier Paradis, de retrouver la douceur de Merybel, les bons petits plats de Kansy et la petite Lilith et ses sourires si lumineux. Frôler la mort lui avait fait remarquer qu'elle ne passait pas assez de temps avec ceux qui comptaient tant pour elle, et la demoiselle voulait y remédier. Mais était ce réellement une bonne idée de mener Zack là bas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Jeu 12 Nov - 22:26

Elle m’expliqua sa situation, mais je voyais bien que ça l’avais énervé la façon dont j’avais amené les choses. Il est vrai que j’ai pris mon air de Quantik en colère. De toute façon peut m’importait son avis sur moi, son histoire m’intriguais, je suis étonné qu’une hybrid, comme elle, est réussis à détruire une base Unik  à elle seul. Ça me rend assez nerveux je dois le dire, si ce qu’elle dit est vrai elle doit surement avoir un don incroyablement développé.

Je m’assoie et je pose ma tête en arrière, attendant le lendemain. Je ne préfère pas lui répondre faisant mine de réfléchir à ce qu’elle m’a dit, il ne faut pas que je m’endorme pour surveiller les alentours, mais pour la surveiller aussi. Les rayons commençaient déjà à apparaître, bientôt nous pourrons repartir, si elle se sent d’attaque. La forêt n’est plus très loin, on pourra vite l’atteindre.

Le temps défile, sans aucune approche, sans aucun problème ou même cette impression de regard se posant sur moi. Mes pensées se perdent sur cette puce, je ne lui ai pas posé de question sur celle-ci, mais si elle contient des données sur ce sérum je pourrais peut-être lui prendre et avec... Non je ne dois pas penser comme ça, c’est en jouant sur ce terrain que je risque de faire plus de mal que de bien. Je secoue ma tête pour interrompre mes pensées, surtout si son histoire est vraie.

Je regarde l’horizon, il est temps de partir je pense, je me lève et je m’approche de Dyia, je lui parle avec douceur, c’est vrai qu’elle a vécu un cauchemar, mais quelque chose chez elle me donne envie de la provoquer.

- Je pense qu’il serait temps de y’aller, si ça va pour toi bien sûr, si tu estimes que tu peux te reposer encore un peu ça me va. A la limite je peux te porter jusqu’à la forêt elle n’est pas si loin.

J’espère que c’est quelque heures de repos lui ont fait du bien, je lève ma tête en dehors du buisson et je regarde en arrière, la végétation n’est pas très présente, mais il y’a quelque autre buisson et des arbres plus ou moins grand. J’aperçois une lueur, comme un scintillement d’objet, mais assez loin, d’ici je ne peux pas trop voir, surtout avec la légère pente du terrain qui descendait vers la forêt.

Mon esprit semble s’embrouiller d’un coup, puis je capte un son comme si quelqu’un soufflait dans un objet, mon corps ne semblait plus m’obéir, puis d’un coup je me suis envolé sur près de deux mètres, avant d’apercevoir un petit groupe au loin, des Unik ! Maintenant on était repérait à cause de moi ! Comme toujours, je suis un pantin de ces chiens.

- JE SUIS UN QUANTIK BORDEL DE MERDE VOUS NE ME CONTROLAIS PAS !

Arrivant à concentrer toute ma volonté, j’arrive à retomber à terre, mais j’ai une horrible douleur à la tête, y’a pas à dire, ils sont forts pour faire souffrir les autres. La vue brouillait je parle dans le vide.

- On est repéré, il faut vite partir !

Je cherche la jeune femme, prêt à l’aider si la situation le demande.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Ven 13 Nov - 22:33


Diya avait fini par somnoler à demi, les paupières closes mais l'esprit vif et attentif à leur environnement. Le soleil avait fini par se lever et sentant que le jeune homme bougeait la Cyborg ouvrit les yeux et le regarda s'approcher. Sa demande était simple mais la demoiselle y sentit une pointe de provocation et plissa les yeux en le laissant aller au bout de sa phrase. Zack voulait savoir si elle était prête à reprendre la route, ce qui, bien sur, était le cas. Lorsqu'il proposa de la porter jusqu'à la forêt, la Qantik haussa un sourcil sceptique et décida qu'il était temps de l’arrêter dans sa tirade :

" Rassures toi je suis tout à fait capable de marcher. Allons y."

La Qantik ramassa sa besace et banda ses pieds afin que la marche lui soit moins pénible. Quand elle se retourna pour indiquer la direction à prendre au jeune homme, la demoiselle eut la surprise de le voir dans les air. La colère fit vibrer ses paroles lorsqu'elle lui lança :

" A quoi tu joues ? Tu dois être visible à des kilomètres à la ronde !"

Sans savoir si la tirade hurlée par Zack lui était destinée, la jeune femme se força au calme, serrant les poings en attendant qu'il redescende sur terre. Lorsque ses pieds frôlèrent à nouveau le sol il semblait souffrir de mot de tête. Il lui annonça alors qu'il étaient repéré et Diya réagit au quart de tour. Saisissant son poignet elle le tira en avant, sprintant à travers le paysage ras qui continuait en pente douce. Sans le lâcher elle contourna un entassement rocheux et pénétra l’épaisse végétation de la forêt. Les arbres sauraient les dissimuler à leur poursuivants, il ne fallait pour autant pas s’arrêter. Très rapidement leur progression se fit laborieuse, il fallait esquiver racines et branches basses sans chuter et par endroit la verdure était si dense que la Cyborg se résolut à sortir sa dague pour leur créer un passage le plus rapidement possible. Sans ralentir ni même se tourner vers Zack, la Qantik ne put s’empêcher de lui demander :

" Je peux savoir ce qui t'as pris ? Il n'auront qu'à remonter jusque là où ils t'ont aperçu pour deviner que nous nous dirigeons droit dans la Sylva. Je ne suis pas sure qu'il soit suffisamment prudent pour s’arrêter à la frontière."

Décidant qu'ils étaient suffisamment pour ralentir légèrement leur course, Diya le lâcha enfin et s'arrêta brusquement, tournant sur elle-même pour observer l'endroit où ils se trouvaient. Sur leur droite s’étendait un rideau de bambou, et tout autour d'eux la forêt se déployait, prête à les étouffer. Se pressant la tête de ses mains, la Cyborg pesta avant de déclarer en faisait face à Zack :

" On va passer par là. Il sera plus facile de progresser en passant par cette bambouseraies plutôt qu'en tranchant la végétation à l'aveugle."

Se souvenant de l'incident survenu plus tôt, elle ajouta :

" Ça va ? Tu n'avais pas l'air dans ton assiette avant."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Dim 27 Déc - 18:26

Un bourdonnement affreux raisonnait dans ma tête, comme si des milliers d’abeille l’avaient pris pour y faire leur nid. Ma tête me faisait mal, et je sentais qu’une présence y était toujours encrée, mais je devais faire mon possible pour ne pas la laisser émerger une seconde fois sinon je serais un cyborg mort.

Ma course effrénée avec Diya s’avéra de plus en plus difficile, des ronces nous barraient le chemin et la végétation se fit de plus en plus dense. Cette poursuite ce transforma en cauchemar, quel idée de jouer au héros ! En plus cette femme je ne lui fait absolument pas confiance. On s’est arrêté et je voyais bien que Diya était furieuse, mais quand elle m’a demandé si ça allait je n’ai pas pu répondre tout de suite, ma tête me faisait horriblement mal et je sentais la puissance d’un objet Unik, un Dzeta, qui essayé de prendre le contrôle de mon esprit. Il ne devait pas être puissant puisque je réussis à le repousser pour l’instant.

« Je…. Ça va, on a pris le contrôle de mon esprit pendant le court laps de temps ou je me suis envolé, j’ai réussi à la repousser. On ne doit surtout pas trainer ils connaissent notre position. »

La regardant de haut en bas je poursuis.

« Je ne sais pas si on arrivera à les semer tu devrais te préparer à te battre, on essayera de comprendre ce qui se passe quand on sera plus en sécurité, enfin … »

Regardant les alentours, je me force à chercher une sortie, en face de moi se dresse une sorte de gouffre, il suffirait juste que je cours jusque là-haut et il ne me reste plus qu’à m’envoler. Diya ne me fait pas confiance et je ne lui fait pas confiance, je suis sûr qu’elle serait même heureuse que je parte. NON, j’ai décidé de changer.

« Arrrggggh, Si seulement tu étais une Qantik j’aurais peut-être pu bricoler les blessures superficiels. Bon avec tes blessures, on ne va pas pouvoir avancer super loin essayons de continuer tout droit et voir si on peut trouver un terrain favorable à un piège. Maintenant attention ! ».
La soulevant du sol j’utilise la force de mes ondes pour me propulser un petit peu au-dessus du sol, pour traverser la végétation un peu dense et en retombant je laisse Diya se remettre sur ses jambes.

En avançant, les choses se sont gâtées, devant nous deux deux Nago, leurs yeux rouges et leurs positions laissées sous-entendre une attaque imminente, me tournant vers l’un d’eux je sors ma lame et je me mets en position de défense.
Puis une voix dans ma tête retentit.

« Laisse nous la fille et part ou nous tu souffriras comme jamais ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Lun 28 Déc - 20:28


Pendant que Diya, alerte, observaient les alentours, tentant de son mieux d'ignorer la douleur émergeant de ses pieds et la sommant d'abandonner, le Qantik lui répondit enfin. Il déclara qu'on avait pris le contrôle sur son esprit mais qu'il était parvenu à s'en libérer et qu'à présent il fallait partir. Cela coulait sous le sens, aussi la demoiselle ne jugea pas nécessaire d'en rajouter une couche en se contentant de lever les yeux au ciel. Son humeur se dégradait à mesure que le supplice et les problème s'accumulaient et bientôt, même ce dernier semblant de calme lui échapperait. Zack ajouta qu'ils devaient se préparer à l’éventualité d'une bataille et la Cyborg hocha la tête avant de rétorquer quand le jeune homme termina en expliquant qu'ils chercheraient à comprendre plus tard :

" Ne te creuse pas les méninges pour rien, ils veulent récupérer leur puce et ils n'abandonneront pas tant qu'il n'auront pas réussi. Pour ce qui est de l'hypothèse dans laquelle nous devrions nous battre, ne t'inquiètes pas pour moi, je suis blessée, pas infirme, je sais très bien me défendre seule."

Après un bref silence durant lequel Zack jeta un œil aux alentours, ce dernier repéra une corniche rocheuse pointant vers le ciel, son regard resta ancré à ce détail quelques minutes avant qu'il ne reporte son attention sur elle. A cet instant il se plaignit qu'elle ne soit pas une Qantik afin qu'il puisse la soigner. Diya soupira, même s'il avait connu sa nature il n'aurait rien pu faire. Après tout les trois quarts de son corps étaient constitués de matières organiques et non de mécanismes. Quand il avança qu'il voulait continuer tout droit, la jeune femme grimaça, elle venait de dire qu'elle voulait passer par la bambouseraie afin de masquer leurs traces, pourquoi ne l’écoutait il pas ? Il la souleva alors, sans remarquer ses traits frustrés, et l’entraîna dans les airs sur plusieurs mètres avant de la reposer. La jeune femme sentit soudainement deux présences supplémentaires. Se tournant, elle fit face aux énormes Nagos qui se trouvaient là, barrant la route de leur imposantes masses. Diya était étonnée, ces animaux se réunissaient rarement et en voir deux ensemble devait être une malheureuse coïncidence. Toutefois les yeux des bêtes brillaient d'un éclat malsain et elles ne tarderaient pas à charger, il ne fallait pas qu'il reste là. Pestant, la demoiselle indiqua un imposant marronnier et commença à s'y hisser en déversant sa colère sur le malheureux Zack :

" Pourquoi tu ne m'as pas écouté ? Je t'ai dis que je voulais passer par la bambouseraie ! Non seulement il aurait été bien plus aisé d'y semer des poursuivants et d'y masquer nos traces, mais en plus ça nous aurait évité cette mauvaise rencontre. Il va falloir attendre des heures qu'ils s'en aillent, et encore, s'ils sont mal lunés ils peuvent rester là des jours entiers et aller jusqu'à déraciner l'arbre pour nous en faire descendre."

Elle ajouta en le voyant sortir une lame, moqueuse :

" Tu risques même pas de les égratigner avec ton couteau, leur cuir est plus épais que tes bras ! Tu ferais bien de te mettre en hauteur."

Une fois que la Cyborg fut bien calée entre deux branches, loin des défenses de l'animal, elle ouvrit sa besace, y cherchant quelque chose qui pourrait les sortir d'affaire. Elle repoussa rapidement un collier en forme de lune, ainsi qu'une tunique et parvint enfin à mettre la main sur le laser. Diya se ravisa alors. L'odeur de chair brûlée risquait d'attirer d'autres prédateurs bien plus dangereux, mais ils pourraient ainsi récolter la précieuse viande afin de se nourrir plus tard. Excepté la méthode un peu drastique cela ne ressemblerait à rien de plus qu'un Nagos tué pour la chasse. Le deuxième fuirait surement en voyant tomber son frère. Diya e cala bien contre le tronc pour éviter de tomber avec la force de recule et laissa le cube se métamorphoser jusqu’à avoir pris cette forme d'arme dont les trois miroir se soudèrent et allèrent se placer un peu plus loin, au dessus d'un des Nagos. La jeune femme se concentra, visa le plus gros des deux, sans doute le plus vieux et le plus entêté, et tira. Le rayon laser illumina la végétation, laissant un long sillon dans la terre meuble, fit voler la mousse et les herbes hachées avant d'atteindre l'animal. L'odeur de cochon grillé prit le pas sur les senteurs naturelles de la Sylva tandis que l'autre animal fuyait en geignant bruyamment. 

Le Nagos resté à terre avait perdu la moitié de la tête et était surement mort sur le coup. La jeune femme se jeta à terre, retenant un cri de douleur. Elle fit apparaître une lame sombre dans sa main et ouvrit le ventre de l'animal dont le sang, encore chaud, s'échappa et vint tacher ses vêtements. Au moins l'odeur les protégerait elle des prédateurs sauvages qu'abritait la forêt. Fermant son esprit la Qantik se mit à couper des parcelles de viande qu'elle savait mangeable avant de les emballer dans des feuilles qu'elle referma le plus hermétiquement qu'elle pu avec des lianes. Elle avait ainsi de quoi nourrir deux personnes quelques jours, amplement pour rejoindre le village qui se trouvait près du Dernier Paradis. Cherchant Zack des yeux elle lança :

" Tu devrais te couvrir de sang avant qu'il ne coagule, comme ça les carnassiers auront du mal à nous trouver. Oui je sais que ça ne donne pas très envie en plus d'avoir une très mauvaise odeur, mais crois moi c'est un mal pour un bien. Et maintenant nous avons de quoi manger. Mais ne traînons pas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Sam 23 Jan - 10:08

Deux Nagos nous barraient la route et pour seul réconfort j’ai une Hybrid qui me reproche mes agissements. Malgré le danger je sentais la colère monter en moi de plus en plus et l’emprise de l’Unik qui se resserrait, moi qui pensait que son Dzeta était de faible puissance je sentais que le lien devenait de plus en plus fort et la jeune femme ne faisait qu’aggraver les choses. Quand elle se moqua de ma lame une seule idée m’a traversé l’esprit, la laisser et partir loin de ces satanés Uniks et elles.

Prenant l’un des Nago en visuel, je me suis ’approché avec lenteur, puis un tir se fît entendre à ma gauche et d’un seul coup une lumière illumina les bois et le plus gros des Nagos se retrouva la moitié de sa tête explosé. Mon regard remonta jusqu’à l’origine du tire, Diya assise au creux d’un arbre venait sans doute d’utiliser une arme.

« Wow » , fût le seul mot auquel j’ai pensé sur le coup même si je ne la supportais plus vraiment en AUCUN cas je dois faire d’elle une ennemie, à cette pensé la petite pression du Dzeta Unik se retira légèrement. Je l’ai regardé couper l’animal en deux et emballer des morceaux de viande, me regardant elle suggéra de se recouvrir avec le sang de l’animal, ce qui semblait être une bonne idée cela serait une petite garantie pour les prochaines surprise qui pourrait m’attendre.

Malgré les sentiments agressif que j’éprouvé pour elle, je ne pouvais pas l’abandonner ici, ou du moins pas tout de suite. Elle était blessée et traqué, il fallait que je change de stratégie avec elle surtout après les erreurs que j’ai commises. Je me suis mis à genoux près du cadavre de la bête, enfonçant mon bras robotisé dans la chair pour recouvrir mon corps du sang puant, l’odeur en soi n’était pas vraiment insupportable j’avais connu bien pire dans la cité Qantik. Je me suis relevé me dirigeant vers la jeune femme.

« Bon, je vais de laisser diriger si tu peux marcher seule je resterais quelque pas dérrière. », hésitant sur la partie suivante je me suis lancé « Je pense pouvoir déterminer si les Unik sont proche de nous on non, je … je t’expliquerais plus tard nous devons continuer à avancer. »

Laissant la jeune femme prendre les devants je me suis mis un petit peu en retrait. Je me suis concentré afin de rechercher dans mon esprit la liaison faite entre mon esprit et celui de l’Unik, une petite irrégularité de la ligne de mon esprit, un tel Dzeta devait surement être influencé par la distance. Ressentant la petite pression j’ai remarqué qu’elle était assez faible nous avions encore de la marge.

« Très bien par ou partons nous ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Dim 24 Jan - 17:00


Diya se tourna vers le Qantik, les avants bras couvert de lambeaux de chair et de sang à-demi séché, loin d'une vision idyllique, et l'observa un bref instant. Elle lisait de la colère en lui, quelque chose prêt à exploser si elle n'y prenait pas garde. Peut être avait elle été trop loin ? Mais après tout, c'est son erreur qui aurait pu leur coûter cher. Soupirant, la jeune femme tâcha de se détendre en remuant ses épaules d'avant en arrière pour se débarrasser de la nervosité. Cela attisa le brasier qu'était la plaie recouvrant son dos, mais elle fit comme si de rien n’était et se redressa après avoir rangé la viande dans sa besace. Heureusement pour elle, Zack n'avait pu qu'entrevoir l'arme laser, guère plus, il serait sans doute incapable de la reconnaître ou de la décrire à quelqu'un de mal placé. Posant son sac au sol, la Cyborg entreprit de recouvrir ses jambes et le reste de ses bras du liquide écarlate. Lorsqu'elle fut satisfaite et que le jeune homme se fut également exécuté, elle l'écouta. Ses paroles lui firent froncer les sourcils. Alors que la première partie, consistant à la laisser marcher seule en tête, lui allait tout à fait, la deuxième, selon laquelle il pouvait à peu près identifier la distance les séparant de leur poursuivant, l’inquiétait. Si son Sigma consistait en ce saut amélioré qu'il avait effectué plus tôt, il ne pouvait pas également lui permettre d'analyser les alentours. Alors comment ?

" Très bien, remettons nous en marche. Plus vite je serais chez moi, plus tôt tu seras débarrassé de moi et de nos poursuivants." 

La demoiselle avait lâché ça sans reproche, d'un ton neutre et lointain. La douleur lui permettait à peine de se concentrer sur toute les choses qui l’entouraient et si l'homme s’était retourné contre elle la Qantik aurait été bien en peine de lui résister. Diya écouta la question de Zack distraitement et prit le temps de réfléchir, avançant pas par pas, appuyée sur son bâton, avant de répondre :

" Nous allons continuer plein nord, une fois que nous aurons atteint un village j'enverrais une missive pour que quelqu'un vienne me chercher et si tu le désire je ferais en sorte qu'on te remette suffisamment de vivre pour retourner jusqu'au Sidhe et que quelqu'un t'y accompagne. Ainsi tu ne perdras pas. Qu'en penses tu ?"

Bien que le lien entre les deux Qantiks soit plus axé sur la méfiance que sur une entente mutuelle, la demoiselle tenait à la remercier en bonne et due forme. Ils marchèrent longuement, sans faire la moindre pause. Chaque pas déchirait le cœur de l'ancienne Phytos tant la douleur était insupportable. Mais se plaindre n'aurait rien changer, il fallait avancer, elle aurait tout le temps de se laisser aller une fois qu'elle aurait regagné la sécurité du Dernier Paradis. Pour se changer les idées, Diya entreprit de poser des questions à son compagnon de voyage :

" Alors, où est ce que tu as vécu jusqu'à maintenant ? Parmi les Élites ? Ou à la Cité Neutre ?"

Voulant éviter que Zack ne prenne son soudain intérêt pour de la curiosité mal placée, la demoiselle ajouta, accompagnant ses paroles d'un sourire grimaçant :

" Je ne te jugerais pas sur tes réponses, ne t'inquiètes pas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Jeu 28 Jan - 21:24

Quand j’ai mentionné le faite que je savais à quelle distance ce situé les Uniks, j’ai bien vu dans le regard de Diya une méfiance qui ne cesser de croître envers moi.  Diya et moi nous nous sommes mis en route, je suivais la jeune femme à quelque pas derrière elle. Je sentais le lien comme un flux traversant mon corps, tout en marchant et à force de concentration je pouvais le sentir clairement maintenant, il était clair que c’était un Dzeta puissant et au cas échéant je serais incapable de pouvoir y résister.

Le lien s’amenuisait et c’était bon signe on s’éloignait bien des Uniks, ça me rassurait on prenait de l’avance et il fallait la garder. Au bout d’un moment Diya rompit le silence de la marche pour me questionner sur l’endroit où j’habitais, je ne sais pas trop quoi lui dire, il est vrai que je ne l’aime pas spécialement mais le silence est pire que tout.

« Je n’ai pas vraiment eu d’habitation jusqu’à maintenant, je vagabonde la plupart du temps. Pour des raisons personnelles je cherche un … ami. »

Une pointe de dégout se sentait au ton de ma voix, mais je ne pouvais m’empêcher de sortir un sourire ironique.

« Et toi, ou a tu …. »

Je me suis arrêté brusquement, le lien je ne le sentais plus il venait de s’envoler brusquement. Trois solution s’offrait à nous, soit ils sont morts mais c’est peu probable, soit ils sont trop loin, soit elle m’a relâché. Mais pourquoi diable m’aurait-elle relâché ?

« Je ne sens plus la présence des Uniks »

Après elle ne peut pas comprendre, je ne lui ai pas parlé du lien entre moi et l’Unik, c’était le moment ou jamais de lui avouer. Me remettant en marche j’ai décidé de tout lui dire.

« Bon, quand je me suis envolé tout à l’heure, je n’étais pas mettre de mon corps je pense que c’était un Dzeta Unik  à l’œuvre, une sorte de lien c’est tissé entre moi et l’Unik, j’ai plutôt l’habitude du contrôle mental donc j’ai réussi à comprendre et à percevoir assez vite la connexion du Dzeta. »

Je fais une petite pose pour lui laisser le temps de digérer tout ça.

« Je pouvais déterminer si ils étaient plus ou moins proche de nous avec ça, mais la connexion vient de disparaitre d’un coup. Et avant que tu ne dises quoi que ce soit sache que tant qu’ils ne s’approcheront pas trop près je pourrais résister au Dzeta. »

Sur ces mots, une douleur explosa dans ma tête, rien d’insupportable mais c’était comme si l’Unik c’était rapproché d’un seul coup est très près de nous ! Je ne pouvais dire qu’une seul chose.

« Ils arrivent ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


L'égarée (Diya)


RPG
Âge : 18 ans
Groupe: Cyborg
Inventaire: Ses Trancheuses-de-vent, Kurokaze, un grelot, une arme laser, un sac de couchage imperméable, une cape d'invisibilité, une bague d'Eracléa, un pendentif en forme de lune, des lentilles d'acuité visuelle accrue,un TX-mini,un S.P.L.A.,un monocle spécial,une pierre de lave.

MessageSujet: Re: Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]   Ven 29 Jan - 21:23


La réponse du jeune homme fut différente de celle à laquelle s’était attendu Diya. Loin de correspondre aux propositions données elle fut même tout autre. Ainsi il n'avait pas de réelle ancre, pas d'endroit où rentrer pour se languir du passé, il errait à la rechercher d'une personne. Lorsqu'il prononça ce mot, son visage se tordit en une grimace, comme s'il éprouvait une certaine aversion pour la personne en question. Plutôt étrange. Pourquoi chercher une personne pour laquelle on n'éprouve que des sentiments négatifs ? A moins que cela ne soit bien plus compliqué. La demoiselle chassa toutes ses interrogations indiscrètes de son esprit et se concentra sur la discussion. Zack allait lui retourner la question lorsqu'il s'interrompit avant de lui annoncer qu'il ne percevait plus la distance entre eux et les Uniks. Était ce là une bonne nouvelle ? Avaient ils atteint une sorte de safe zone dans laquelle ils ne risquaient rien ? Ou leurs poursuivants se jouaient ils d'eux ? Il n'y avait aucun moyen de le savoir, mais ils devaient continuer d'avancer. 

La Qantik ne s’était pas même tournée vers son semblable pour l'écouter parler. Elle craignait de ne pouvoir repartir si elle ralentissait le pas, pire encore, si elle s'arrêtait ne serait ce qu'une seconde. Le dessous de ses pieds n'était qu'une fournaise ardente, un centre de douleur qui la déchirait à chaque pas, mais si elle cédait tout serait perdu. Cela elle ne pouvait se le permettre. La Cyborg prêtait à peine l'oreille aux explication de Zack, elle comprit rapidement de quel type d'altération il s'agissait, l'Unik responsable de ce Dzeta n'avait surement pas réussi à s'en prendre à elle, donc il s’était attaqué au jeune homme à sa place. Et c’était la présence de ce contrôle qui lui avait permis de dire si leurs ennemis étaient vaguement proches ou non. Tout devenait plus clair à présent. Lorsqu'il s'écria soudain que ceux qui les talonnaient depuis de longues heures étaient tout proches, Diya grimaça. Cela confirmait ses soupçons, il avait réduit à néant ce fameux lien afin de s'approcher en toute discrétion, mais comment avaient ils pu les rattraper dans cette flore dont ils ignoraient tout ? La demoiselle se secoua, ce n’était pas le moment d'y réfléchir, il ne devait plus être très loin du village à présent, elle siffla alors de toute ses forces, trois fois, trois sons très distincts les uns des autres. Si des chasseurs ou des guerriers se trouvaient non loin ils comprendraient ce signal. 

Un long bruissement se fit entendre et un groupe d'une dizaine d'Uniks en tenue militaire, couvert de sueur et armé, apparut sur leur droite. L'un d'eux portait une sorte de casque avec une bannière. Ou l'avait elle déjà vu ? Il lui fallut une seconde supplémentaire pour s'en souvenir. Les scientifique qui l'avaient retenu dans les laboratoires arboraient le même sur leur blouse. Ainsi les Élites cachés derrière tout ceci avaient envoyés leurs forces de combat pour leur restituer la puce qui contenaient indéniablement des informations sensés être gardées secrètes. Cela n’étonnait pas la jeune femme qui invoqua deux exemplaires de kurokaze, prête à combattre malgré son piètre état. C'est alors que d'autres bruits de course se firent entendre, juste derrière eux. Un deuxième groupe débarqua, mais leur style vestimentaire et leurs armes les différenciaient en tout points de leurs agresseurs. Diya soupira de soulagement, des Hybrids avaient entendu son appel et, craignant pour l'un des leurs, avaient accouru. En comptant les deux Qantiks, ils étaient désormais en mesure de tenir l'assaut contre ceux qui refusaient de les laisser partir. L'un des Hybrid, une montagne de muscle, écarta les siens et lança d'une voix tonitruante en direction des étrangers : 

" Vous n'avez rien à faire ici, Uniks ! Retournez sur vos terres désolées et infertiles avant que nous ne décidions de vous y renvoyer en morceaux pour avoir osé profaner notre sol sacré !"

Le militaire qui portait le casque fit alors un pas en avant. Sa stature était semblable à celle du guerrier de la Sylva, mais son autorité était loin d'être acquise au sein de son groupe et certain commençait déjà à reculer. Ce qui devait être une chasse contre une femme seule devenait un combat risqué contre des chasseurs aguerris. L'homme s'exprima alors, hautain :

" Nous voulons seulement cette femme, elle a quelque chose qui appartient à notre employeur. Remettez nous là et vous vous épargnerez des pertes inutiles."

Les deux camps se toisaient sans qu'aucun veuillent lâcher l'affaire. Les Hybrids étaient en confiance, il foulaient leur terre sacrée, la bénédiction de Mère Nature leur offrirait la victoire. Quand aux Uniks, ils semblaient moins sûrs d'eux et certain avaient même des regards fuyant, comme pressé de quitter cet endroit étouffants qui les répugnait. Leur chef lui, pointait son arme vers l'Anemos dont le tranchant de la lance étincelait. Le combat éclata d'un coup, lorsque les deux costauds se jetèrent l'un sur l'autre. Leurs sbires hésitèrent un instant, mais finir par suivre le mouvement. On voyait clairement que l'envie manquait et que seuls leur commandant souhaitait bomber le torse et rentrer chez eux en annonçant une victoire contre le camp ennemis, aussi petite soit elle. Diya attrapa le bras de Zac et le tira brusquement sur leur droite. Au milieu de l'action personne ne remarqua leur départ. Ils coururent une bonne vingtaine de minutes et lorsqu'enfin les chocs et les crissement d'armes se turent, la Cyborg posa les mains sur les épaules de son sauveur et lui expliqua :

" Il faut que tu te rende à la Cité Neutre. Il auront surement de quoi t’immuniser contre ces intrusions. Je ne peux pas t'accompagner, mais je peux te dessiner un plan et t'expliquer comment la rejoindre. Quand tu sera là bas, cherche un dénommé Garry, dis lui que tu viens de ma part et il t'aidera, d'accord ?"

Le jeune homme acquiesça, il devait souhaiter se débarrasser de ce parasite au plus vite alors la demoiselle sortit un vulgaire bout de papier plié de son sac et y nota de rapides instructions ainsi qu'un plan gribouillé. Tout en agitant le crayon, il lui expliquait oralement comment se rendre dans le Sidhe et le meilleure façon de ne pas s'y perdre. Puis après l'avoir remercié du fond du cœur de lui avoir porté secours, la jeune femme raffermit la prise de sa besace sur son épaule et partit de son coté en lui souhaitant bon courage. Il lui fallut deux bonnes heures pour gagner le Dernier Paradis, et lorsqu'elle posa enfin le pied sur le perron, son courage vacilla, sa vision se brouilla et elle s'effondra. Ce ne fut que le lendemain, réveillée par la lumière des deux astres, qu'elle rouvrit les yeux. Couchée dans son lit, Merybel dormant à son chevet, la jeune femme soupira. Elle n'avait plus à s’inquiéter, elle était entre de bonnes mains. Alors la Cyborg referma les yeux et entreprit de prendre un repos bien mérité afin de se rétablir au plus vite. Avait de se laisser emporter par le tourbillon des rêveries, la demoiselle aux yeux émeraudes eu une pensée pour le Qantik. Allait il parvenir à la Cité Neutre sans encombres ? 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Car jamais ils n'abandonneront. [& Zack]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins ::  Sidhe  :: Le No man's land-