N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Elégantes allégeances [Pv Fleya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Prince de rien (Lukas R.)


RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Ven 17 Jan - 22:36

Les fins d'après-midi à Anathorey étaient toujours très animées. Les commerces des grandes rues, si prestigieux étaient-ils, regorgeaient toujours plus de jeunes femmes de l’Élite assoiffée de style, accompagnées de leurs valets parfois un peu trop lourdement chargés. Ils étaient à plaindre, ces pauvres garçons pour qui elles n'avaient pas le moindre regard. La seule chose qui leur était rendue en échange de leur dur labeur, c'était des gages ridicules et de la sueur puante sous leur livrée. Il était impossible de ne pas croiser un de ces drôles de couples quand on se promenait dans les rues à cette heure là. Quand le regard de Lukas se posait sur une capricieuse de l’Élite suivie par un jeune domestique soucieux de bien servir mademoiselle, cela l'amusait beaucoup. Mais quelque part un goût passablement amer lui restait. Ce pauvre garçon en aurait encore pour quelques années. Les pimbêches et leurs élégances n'étaient pas prêt de se laisser fatiguer par la route qui les séparait de chez elles aux boutiques de mode.

Les adultes, à l'instar des jeunes gens, étaient autrement plus calmes. Des couples légitimes très chic aimaient à se pavaner au milieu de leurs semblables. Tous rivalisaient d'élégance et de raffinement. Parfois, c'était à croire que l'avenue était une vaste scène de défilé, sur laquelle chaque passant tâchait d'être aussi digne qu'une très illustre célébrité. Leur menton était souvent dressé vers le haut. A croire qu'ils désiraient toucher les nues. Les enfants de l’Élite couraient alors au milieu de cette forêt de grandes jambes, en riant comme des fous, comme s'ils vivaient la plus folle des aventures. Assis sur un banc un peu à l'écart des passants, Lukas fumait tranquillement une longue cigarette en laissant couler ce beau monde juste devant lui. Ces gens là étaient ses pairs. Parfois cette idée lui semblait tellement abstraite qu'il parvenait à s'en étonner. Pourtant, il était un des Ducs. Il y en avait très peu comme lui, il aurait dû attirer l'attention. Il n'en était rien du tout. Personne ne connaissait vraiment son visage pour l'heure. Il n'avait pas briller par ses actions. Depuis des années, Lukas vivait dans l'ombre, à l'abri des assaillants de la haute société. Il n'avait pas envie de se fatiguer avec les autres personnes de sa classe. Il venait à peine de réussir à reconstituer le domaine des Rainforth. Lukas souffla une bouffée de tabac. A quoi bon ? Il était le seul survivant de cette famille ducale. Il n'avait rien à prouver à personne. Quant aux autres familles nobles qui jasaient sur cette triste décadence de la famille qui fut autrefois l'une des plus grandiose, il n'en avait que faire. C'était là tout le mal que les bavards pouvaient faire : piailler. A choisir, il préférait s'asseoir sur un banc pour écouter le doux murmure des Pôns, ces jolis petits oiseaux de feu, plutôt que les jactances des vieux hommes à perruque blanche.

Le goût du tabac collait dans sa bouche comme une mauvaise parole. Lukas avait un jour rencontré un homme qui lui avait conseillé d'arrêter de fumer car cela faisait fuir les femmes. En y repensant, le jeune homme eut un petit rire discret. C'était un drôle d'argument... N'importe qui aurait brandi l’étendard de la santé fichue en l'air, la peau devenue parchemineuse, ou les dents jaunies. Cet homme était une espèce de dandy rigolard qui se spécialisait dans les tours de charmes. Il travaillait dans un club à la réputation douteuse, appelé le One-eyed Jack. Ce nom glauque cachait une vérité que les basses sphères de l’Élite tentaient de faire taire. Lukas se disait qu'un jour il irait y boire un verre, histoire de voir si les rumeurs étaient fondées.

Sur ces réflexions qui sortaient de nulle part et ne le mèneraient pas plus loin, Lukas décida de se lever. Il tenait entre ses lèvres sa cigarette, inlassablement. Le souvenir des conseils de cet homme avait assez peu d'impact sur lui, il fallait bien le croire. Lukas renfonça ses mains profondément dans son grand par-dessus noir à col officier. Cela lui donnait une allure très stricte. Il marchait dans le sens inverse des gens qu'il avait alors observer, ses grands yeux noirs perdus derrière quelques mèches brunes qui tombaient de son front. Il se demanda où il pourrait bien aller. Les astres du jour commençaient doucement leur descente dans le ciel, mais il n'avait pas du tout envie de s'en retourner chez lui. C'était trop tôt. Il avait besoin de se vider la tête. Bien souvent, il avait l'esprit occupé par les tristes souvenirs de sa petite sœur, et de son meilleur ami qui avaient péri il y avait de cela dix ans. Leur mort avait été si soudaine qu'encore aujourd'hui il avait beaucoup de mal à surpasser sa souffrance. Il n'avait envie d'en parler à personne, et pas le moins du monde également. Alors il lui fallait marcher, pour que le rythme de ses pas détache ses idées noires de son crâne ébouriffé.

Lukas se disait qu'il devait manquer de classe pour un duc, bien qu'il fut bien habillé. L'habit ne fait pas le moine, c'était là un proverbe bien vrai. Sans doute fallait-il le préciser à ces jolies demoiselles qu'il avait vu plus tôt dans la journée. Lukas était tellement perdu dans ses pensées qu'il en vint à bousculer quelqu'un, et ce assez violemment du fait qu'il s'était mis à marcher assez rapidement. Il s'agissait justement d'une jeune fille, qu'il n'avait absolument pas vu. A croire que sa conscience même avait été absorbée par son esprit un peu trop haut perché aujourd'hui. Confus, Lukas bredouilla quelques mots pour éviter de passer pour un goujat de première.

« Oh... je vous demande pardon. Tout va bien, mademoiselle ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Sam 18 Jan - 16:55

.... restauration système lancé.... Chargement.... Analyse des systèmes endommagés.... En attente....
....
-....Rapport d'erreur reçu. Système d'exploitation endommagé. Système de connexion synaptique endommagé. Système de traitement des informations endommagé. Base de données endommagée. Lancement du protocole de maintenance et du recouvrement du système enclenché. Calcule de la gravité des dommages en cours.... Estimations à 75%. Calcule du temps de restauration des systèmes..... Estimations de 2 à 3 jours. Connexion à la mémoire temporaire.... Accès autorisé, chargement des dernières informations enregistrées.....

Fleya revenait doucement à elle. Ses systèmes malmenés entamaient leur processus de réparation dit "protocole de guérison". Elle se releva péniblement, ses terminaisons nerveuses ayant encore du mal à lui répondre. Ses membres avaient également du mal à effectuer tout les gestes que lui commandait son processeur. Ce dernier avait également subis des dommages, et elle avait beaucoup de mal à rester debout. elle était ainsi dans un état pareil à celui de quelqu'un d'engourdi.

-Système de stabilisation de masse endommagé, en attente de réparation.... Base de donnée de la mémoire temporaire chargé, lecture en cours.... Situation de danger analysée, protocole de repli enclenché jusqu'à nouvel ordre.... Lecture de la dernière plage d'information.... NON !

Fleya s'était elle même surprise à pousser un cri lorsque la mémoire des derniers évènements lui était revenue. Hojo était mort. Elle n'avait pas pu le protéger, elle n'avait pas pu le sauver de l'explosion non plus. Il lui avait ordonné de partir. Elle avait minutieusement et scrupuleusement suivit ses ordres. Techniquement parlant sa mission était donc un succès. Mais pourtant, des ses programmes lui envoyaient des informations contradictoires. Pourquoi éprouvait-elle une insatisfaction alors qu'elle avait fait ce qu'on lui avait demandé ? Non, ce n'était pas de l'insatisfaction, c'était pire, tellement pire. Un sentiment de mal être d'une puissance que ses programmes ne parvenaient pas à quantifier, des sensations douloureuses et désagréables. Comme si une pièce vitale lui manquait à présent, mais que son corps parvenait à fonctionner sans, inexplicablement. Sa gorge était assailli d'impulsions propre aux grandes contrariété et son système digestif bionique également, tant et si bien que les deux semblèrent se nouer. Une nouvelle situation s'inscrivit dans la base de données des connaissance de Fleya. Elle était entrain d'assimiler les conséquences de la perte d'un être proche. La tristesse et la douleur étaient toutes deux nouvelles et insoutenables, la jeune quantik ne parvenait pas à comprendre pourquoi ces sentiments existaient et pourquoi ils faisaient si mal.


-Erreur dans la lecture des données, le script cognitif ne répond pas....

La jeune demoiselle avait l'esprit embrumé, le choc de la mort d'Hojo entrainait plus que le simple accablement qu'elle était entrain de subir. C'était aussi la perte de toutes raisons de vivre, de celui qui lui donnait des ordres sur quoi faire et comment faire, sur celui qui la faisait vivre.... Ses processeurs s'interrogeaient sur la démarche à suivre à présent que la haute instance qui leur donnaient toutes les directives n'était plus. Le tout en devant supporter et traiter les situations délicates liées à la perte dudit professeur, mais aussi le corps temporairement défectueux qu'elle trainait. Et trainait c'était bien le mot. Elle avançait péniblement, chancelante, secouée de spasmes, le regard hagard et.... humide ? Dans sa petite robe bleue et blanche, et son visage de poupée, seul le sang venait apporter une touche macabre à la fois malsaine et fascinante. Le sang.... qui recouvrait une partie de ses vêtements et une moitié de son visage. Bien sur ce n'était pas le sien. Encore fallait-il le savoir....

Entre la recherche sur ce qu'elle allait faire à présent, la souffrance lié à la disparition de Hojo à surmonter, et le rétablissements de ses processeurs et de ses programmes, Fleya semblait ailleurs, comme perdue dans ses pensées. Ce qui était un peu le cas dans un sens. Occupée à essayer de rester debout et d'avancer, elle fit une erreur dans l'estimation de la distance la séparant d'un individu inconnu qui venait en sens inverse. Le choc de la collision fut trop violent pour le corps affaiblit de la jeune qantik qui s'effondra au sol. Elle se redressa lentement comme un pantin désarticuler pour parvenir à se mettre au moins assise. La voix de l'homme parvint à son système d'analyse sonore, et redressant son visage vers la source de cette voix, elle entreprit de lui répondre.


-Envoi de la requête au programme d'analyse contextuelle.... Étude de la base de donnée de la mémoire temporelle en cours.... Analyse des systèmes en cours... Analyse terminée. Étude terminée. Rapport reçu : Avancement du protocole de guérison 1%, 40% du système est opérationnel. Système générale en attente d'instruction. Source des données conflictuelles et d'erreurs analysée : mort du professeur Hojo.....

Sa voix douce avait prononcé la réponse de manière impassible, et pourtant... Lorsqu'elle déclara la mort du professeur, ses terminaisons nerveuses lui indiquèrent une sensation d'humidité chaude sur son visage. Portant une de ses mains en dessous de son visage, des gouttes d'eau vinrent d'y échouer. Fleya observa ces dernières intriguée, penchant légèrement la tête sur le côté. De l'eau s'échappait de ses yeux pour ruisseler sur son visage. Portant de nouveau son regard sur cet inconnu, elle dit alors.


-... Anomalie détectée... fuite des réservoirs lacrymaux non décelé lors de l'analyse des dégâts systèmes. Scann de l'état des réservoirs en cours.... Erreur, étanchéité des réservoirs lacrymaux estimée à 100%. Rapport d'erreur envoyé à la mémoire centrale.... Erreur, accès mémoire centrale refusé, système endommagé. Mise en attente du rapport d'erreur....

Encore un mystère pour Fleya. Ses yeux et ses réservoir lacrymaux fonctionnaient très bien, et ils n'avaient jamais eu de soucis par le passé. Mais voila que les réservoir laissaient les larmes s'échapper sans qu'il y ait une intrusion dans l’œil nécessitant une hydratation ou nettoyage de la surface oculaire.  Sa mémoire générale étant indisponible pour le moment, elle ne parvint pas à identifier les larmes de tristesse par elle même. Elle tenta de se relever, avec toujours autant de difficulté pour le faire que pour rester debout, et encore plus d'avancer. Il lui fallait établir une zone de sécurité où elle pourrait se mettre en veille le temps de régénéré ses systèmes internes. Au moins cela. Car pour ce qui était de savoir ce qu'elle allait faire à présent elle ne savait toujours pas quand elle trouverait une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prince de rien (Lukas R.)


RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Sam 18 Jan - 23:09

Lukas n'était pas un homme qui comprenait grand chose aux femmes. Mais en général, sa logique et sa sensibilité lui valaient de ne pas trop être à côté de la plaque. Il arrivait ainsi parfois à décrypter les sentiments d'une jeune femme sans se torturer l'esprit, et avec un tant soit peu de bon sens. Or, la demoiselle qu'il venait de percuter avait déblatérer bien que lentement un jargon qui était pour l'Ünik tout à fait incompréhensible. La surprise qu'il avait éprouvé en écoutant sa douce voix s'exprimer de manière technique n'avait pas rendu plus accessible son discours. Elle parlait d'analyses, de pourcentages, d'erreurs, de système, bref tout un blabla à coucher dehors s'échappait de sa bouche en une logorrhée scientifique qui était bien au-delà de toute chose que pouvait saisir Lukas. Il demeura un instant complètement incrédule, comme fasciné par ce que venait de dire cette fille. Elle avait de longs cheveux très noirs, et portait une petite robe bleue semblable à celle d'une domestique. Quand il prit conscience de l'air ahuri qu'il affichait, le jeune noble se ressaisi en secouant doucement la tête. *C'est une Qantik...* Ou alors une fille tout ce qu'il y avait de plus curieux ! Lukas venait donc de s'excuser auprès d'une machine vivante dans un état d'ébullition tout à fait remarquable. Elle semblait à peine tenir debout toute seule, elle pleurait, elle tremblait... Dieu du ciel, était-il le responsable de ce carnage intérieur ? Très gêné et encore un peu surpris, Lukas sortit de sa poche un mouchoir de tissu blanc et le tendit à la jeune femme. « Séchez-vos larmes. Je m'excuse sincèrement mademoiselle, je ne pensais pas vous avoir fait mal, surtout à ce point là. » La jeune fille, toujours en train de décrire oralement ses analyses internes, parla d'une « sources de données conflictuelles » qui se résumait en la mort d'un certain professeur Hojo. Lukas fronça un peu les sourcils, et se dit que finalement ce n'était peut-être pas lui le coupable. Il baissa sa main qui tenait toujours le mouchoir, et se trouva hébété face à cette Qantik qui pleurait toutes les larmes de son corps.

Cette pauvre fille avait l'air complètement perdue. A croire qu'elle ne comprenait pas elle-même ce qui lui arrivait. Lukas contemplait son grand visage clair ravagé par le chagrin avec désolation. Cela lui fendait le cœur de voir une jeune fille dans un tel état. Alors que des larmes coulaient à grands flots sur ses joues, elle se remit à parler d'anomalies, d'erreurs, d'endommagement, et caetera. Au delà de son incompréhension de ces paroles, Lukas décida de prendre les devant. De sa main qui tenait le mouchoir, il prit soin d'essuyer doucement le visage de la Qantik. « Essayez de vous calmer. » dit-il, en s'appliquant à ne pas lui faire mal. « Tâchez de ne plus parler de tous vos... euh, tourments internes aussi, cela ne ferait qu'empirer votre état de panique... ». Il lui parlait doucement, pour ne pas l'effrayer. Déjà qu'il lui avait fondu dessus comme un sinistre malotru. La moindre des choses qu'il pouvait faire pour s'excuser était d'aider cette jeune femme à se calmer. Quand il eut fini ses séchages, Lukas rangea le mouchoir tout humide dans sa poche, et en confia un autre bien sec à la bousculée, en lui souriant gentiment. Soucieux de ce qu'elle se retrouve au calme pour reprendre ses esprits, le jeune Duc réfléchit à un endroit où il pourrait menée la Qantik. Un restaurant serait un lieu trop fréquenté, et les boutiques ne permettaient pas de s'asseoir pour souffler. Son choix se porta donc sur une brasserie qui se trouvait à deux pas d'ici. Très calme et de bon standing, personne ne ferait attention à eux car c'était un endroit réputé pour respecter les clients – chose relativement rare dans les milieux de la grande société Ünik. « Accepteriez-vous de me suivre ? » demanda-t-il le plus gentiment du monde. Il était même prêt à lui servir d'appui tant elle semblait fatiguée.

« Vous prendrez quelque chose ? » demanda Lukas à sa frêle compagne, alors qu'ils s'étaient assis dans la discrète bien que chic brasserie. Comme rien ne le lui interdisait, il alluma une nouvelle cigarette, qu'il commença à fumer tranquillement. Il avait plonger son regard dans le cendrier qu'il avait dès lors entrepris de remplir des déchets de son poison consomptible, ô combien apaisant après un moment de stress. « Si vous souhaitez consommer, ne vous gênez pas. Je paierais. » Il n'avait pas spécialement envie de se la jouer gentleman, mais cette fille l'avait touché par ses émotions. Pourtant, il faisait figure froide, un petit peu détachée de la réalité. Comme d’habitude à vrai dire, et les gestes réconfortant qu'il avait eu tout à l'heure étaient assez inhabituels chez lui. Il se concentrait surtout sur sa cigarette à présent. « Je m'appelle Lukas. Lukas Rainforth. Et vous, mademoiselle ? ». Son nom ne devrait pas avoir un impact très grandiose sur sa nouvelle rencontre. Il n'en avait sur strictement personne à vrai dire, il y avait bien longtemps qu'il avait perdu en brillance ducale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Dim 19 Jan - 10:37

Fleya bataillait avec ses analyse internes et la situation extérieur. Sa mémoire centrale inaccessible lui était un gros frein dont elle se serait bien passée ! Un peu perdue, pour ne pas dire complètement, entre ses sentiments naissants, son état quelque lamentable et le nouveau monde qui l'entourait, elle fut ramené à la réalité de ce dernier par l'homme qui se tenait en face d'elle. Il avait pris la gentille initiative de venir sécher ses larmes. Il commença ensuite à lui parler, ne se doutant pas que les propos qu'il voulait surement consolateur et rassurant furent immédiatement interprétés comme de nouvelles instructions. Autant dire que les processeur de Fleya se jetèrent dessus. Ils avait trouvé des instructions à suivre, enfin ! Si ne plus énumérer à voix haute les tâches et la progression de leur résolution était une chose facile, pour les larmes ce fut un peu plus délicat. Car elle ne parvenait pas vraiment à les contrôler, à son grand damne d'ailleurs. Néanmoins, à force de détourner l'attention de la jeune Qantik de la mort d'Hojo, et de lui parler gentiment en plus d'essuyer ses larmes, celles-ci finir par s'estomper.

Vint alors le moment où il lui posa une question bien compliquée. Non pas qu'elle était dure à comprendre mais elle était surtout dure à répondre. Il demandait un avis personnel à Fleya. Est-ce qu'elle voulait l'accompagner ? Elle aurait préféré un ordre, c'était plus simple, il n'y avait qu'à obéir ! Mais c'était sa volonté qui était sollicitée, et elle n'était pas encore vraiment construite. Bien sûr les nouveaux sentiments qu'elle enregistrait ainsi que sa propre histoire qui débutait, étaient autant d'éléments qui avait commencé à la construire. Mais elle était encore bien fragile.... La jeune Qantik observa quelques instants le jeune homme, muette, comme cherchant désespérément la réponse dans le regard de ce dernier. Puis elle finit par accepter, se disant qu'il avait peut-être besoin qu'elle le suive pour qu'il lui donne de nouvelles instructions. Elle acquiesça d'un signe de la tête avant de se mettre en marche aux côtés de cet inconnu. Après tout, elle n'avait aucun ordre ni aucune procédure qui s'opposait à ce qu'elle le suive...

Toujours aussi serviable et attentionné, le jeune homme la soutint quelques fois lorsque les connexions de ses jambes défaillaient et qu'elle manquait de tomber, la retenant alors. Aide salutaire pour la demoiselle qui avait bien du mal à récupérer. Ils arrivèrent dans une brasserie. Ils furent placés dans un coin tranquille et là commença un nouvel apprentissage pour Fleya. Elle observa l'homme qui venait de s'installer, puis la propre chaise qui lui était destinée. Que devait-elle faire ? S'assoir ou rester debout ? On ne lui avait pas donné la permission de le faire, mais on ne le lui avait pas interdit non plus.... ce genre de dilemme allait devenir compliqué à la longue, et il lui tardait de pouvoir mettre la ma main sur l'intégralité de sa mémoire. Elle se résolut alors à s'assoir, se disant que si elle ne devait pas, on le lui dirait. Rien ne vint, elle avait donc fait le bon choix ! Une mini victoire pour elle ! Bien vite écourtée par une nouvelle question qui sollicitait de nouveaux son avis. Damned ! Est-ce qu'elle voulait prendre quelque chose ? Elle observa l'homme un peu désemparée avant de finalement répondre d'une voix douce et légèrement désolé, un peu à la manière de quelqu'un qui ne comprenait pas ce qu'on lui disait.


-Demande mise en attente, veuillez préciser et détailler les termes "quelque chose".... Je peux consommer ce que vous désirerez, attention, les composants et ingrédients nocifs et létaux ne sont pas dégradables par le système....

Sait-on jamais hein, des fois qu'il aurait voulu tester s'il pouvait s'amuser à lui faire avaler du cyanure pour voir si elle se transformait en bleuet vivant, on était jamais trop prudent ! Il fallait bien informer les gens sur ses capacités et ses limites après tout. Néanmoins cette phrase anodine fut une mini révolution pour Fleya. Pour la première fois, elle avait parlé d'elle en utilisant "je". Ses programmes commençaient doucement à la définir comme une entité à part entière nommable. Et en parlant de dénomination, l'inconnu ne le fut plus puisqu'il lui donna son nom avant de lui demander de décliner son identité à son tour. Enfin quelque chose qu'elle pouvait faire facilement et qui était inscrit dans ses programmes, elle était sûre de ne pas se tromper au moins !

-Identité : Fleya, Quantik de catégorie A, version d'utilisation 7.8.9. . Enchantée Lukas Rainforth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prince de rien (Lukas R.)


RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Dim 19 Jan - 15:22

« Ma foi... » Lukas écarquilla des yeux étonnés face à la jeune femme. Il n'avait jamais eu l'occasion de converser avec une Qantik, mais leur conversation avait une tournure particulièrement étrange. Elle ne semblait tout d'abord pas saisir  ce que signifiait ''quelque chose''. Lukas en déduisit qu'il devrait faire preuve d'une grande précision, au risque de ne pas se faire comprendre par sa compagne émotive. Le décalage entre ses si chaudes larmes et la froideur mathématique de son discours avait quelque chose de comique, qui fit doucement sourire Lukas. Le meilleur était sa manière de se présenter – à croire qu'elle lisait un cahier des charges accompli. « Identité : Fleya, Quantik de catégorie A, version d'utilisation 7.8.9. Enchantée Lukas Rainforth. ». Le jeune duc eut un rire discret. « Ravi de vous connaître, Fleya. » Il ne se moquait pas d'elle, mais on s'était rarement présenté à lui d'une manière aussi catégorique. Cela ne semblait pas être anormale pour elle. Que pouvait cependant bien signifier cette histoire de catégorie ? Lukas avait très peu de connaissances en matière scientifiques. Tout ce qu'il savait des Qantiks, c'est qu'ils étaient une famille divisée en trois groupes spéciaux, en fonction de leur mode de conception. Il scruta quelques instants Fleya, mais se ravisa car il trouva impoli de la dévisager de la sorte. Sa surprise et son désarroi ne devaient pas justifier l'impolitesse.

Pour en revenir à sa ''demande mise en attente'', Lukas prit dans ses mains la carte des boissons de la brasserie, et l'ouvrit face à Fleya. « Voyez, c'est tout ce que l'on peut boire quand on vient ici. Il faut choisir en fonction de ce que l'on veut. ». Lukas adressa un sourire à Fleya. Plus loin, un serveur leur lançait des regards interrogateurs. Qu'est-ce que c'était que cette fille qui ne savait pas ce qu'on venait faire dans une brasserie ? Le jeune noble lui fit signe, et commanda deux jus de fruit. Chose très anodine, car il n'avait en effet aucune idée de ce que pouvait absorber concrètement la Qantik. Les substances dont elle avait parlé ne devaient pas être sur la carte, mais Lukas préféra se montrer prudent. En attendant que leurs boissons soient servies, Lukas continua à fumer sa cigarette. Elle était déjà de moitié consumée. Il observa ce petit objet pincé entre ses doigts. Il avait un débit très rapide... Peut-être que la courbe de sa santé subirait la même décadence.
Ces pensées éparses montraient que Lukas commençait à ne plus savoir que dire, même à être un peu mal à l'aise. Face aux grands yeux bleus de Fleya, il se trouvait un peu désarmé car il ne savait pas par quel bout il pourrait commencer une conversation. Si tant était qu'il y avait besoin de parler ! Il était cependant un peu intrigué par la présence d'une telle fille dans les quartiers chics d'Anathorey. Il prit son courage à deux mains, et lui demanda posément : « Que faites-vous seule à Anathorey ? Vous aviez l'air si bouleversée tout à l'heure. ». Le serveur apporta les jus de fruit juste à ce moment là. Lukas lui tendit quelques pièces pour régler leurs consommations, et attendit qu'il s'écarte pour être de nouveau tranquille. « Pardonnez mon indiscrétion. » fit-il, avait de boire une gorgée de sa boisson. C'était un jus légèrement acidulé, voire un peu aigre. Ou peut-être que c'était la cigarette qui ne l'aidait pas à sentir un meilleur goût.

Cette fille avait-elle un endroit où aller une fois qu'ils auraient terminé leurs verres ? C'était là une question qui tarauda Lukas sans crier gare. Il ne connaissait pas son histoire, après tout. Peut-être qu'elle avait été fichue dehors par une famille Ünik, ou bien qu'elle avait errer de la Cité Neutre jusqu'à Anathorey en quête d'une raison de vivre. Lukas déduisit enfin de son attitude que Fleya devait certainement appartenir à la classe des Qantik à l'Intelligence Artificielle. Mais elle avait cependant du mal à s'exprimer. On ne lui avait donc pas appris à parler naturellement ? La raison de sa conception n'était donc pas d'en faire une dame de compagnie. Les Qantiks qui n'avaient pas besoin de parler étaient souvent ceux destinés au combat, et Fleya s'exprimait aussi bien qu'un militaire en train de faire un rapport détaillé. Mais étrangement son allure de poupée dénotait totalement avec la nouvelle idée de Lukas. Dans quel but un Scientifique avait-il voulu voir naître cette jeune Qantik ? D'apparence, elle devait avoir une vingtaine d'années... Mais en réalité elle pouvait n'avoir que quelques semaines. Fleya était pour l'heure une énigme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Dim 19 Jan - 19:26

Fleya observa la carte tendue par Luka avec la plus grande attention. on lui aurait offert les parchemin détenant les secrets des temps anciens que cela aurait été du pareil au même. Elle écoutait ce qu'il lui disait, apprenant et retenant toutes les informations qu'il lui livrait. Il y avait fort à parier qu'elle disposait déjà de toutes ces informations dans sa mémoire générale, mais celle-ci étant indisponible pour le moment, et pour elle en savait combien de temps il fallait bien qu'elle se reconstitue une base de donnée temporaire en attendant de pouvoir accéder de nouveau à la principale. Cela dit, elle tiqua sur les derniers propos que Luka avait prononcé. "Ce que l'on veut".... Vouloir.... Encore ce verbe qui lui posait tant problème lorsqu'il s'agissait de l'appliquer pour elle même. Quand il s'agissait d'accomplir les volontés des autres, il n'y avait aucun problème pour elle. Mais lorsqu'il s'agissait d'identifier et d'exprimer ses propres volontés, là c'était une tout autre histoire. Elle longea de nouveau son regard dans celui de Luka et lui demanda de sa voix douce.

-Source d'erreurs et de ralentissements identifiés en rapport avec la notion de vouloir.... Comment décider de ce que je veux ?

Demander à quelqu'un comment programmer ses volontés, c'était presque de l'ordre de la question métaphysique ! Et pourtant Fleya espérait vraiment qu'il puisse lui apporter une réponse. Quand elle questionnait sa base de données, la seule réponse qu'elle trouvait était d'interrogé ses centre d'intérêt en corrélation avec la situation donnée. En l'occurrence, pour le choix d'une boisson, elle aurait interroger la base de donnée relatif au goût. Mais la bibliothèque de données associées était vide. Elle connaissait les goûts. Mais elle ne connaissait pas ses goût. Il lui fallait tester les boissons pour savoir quelle saveur lui serait plus agréable. Et fort heureusement Luka n'attendit pas qu'elle se décide, et prit les devant ! Sinon demain on y était encore.... Vint alors une seconde question, pourtant plus simple puisqu'il n'était pas question de son avis, mais plus dure à répondre pour la jeune fille.

-Anathorey ? Est-ce le nom de ce lieu ?

La jeune Qantik n'était jamais sortie de son laboratoire et ça se voyait ! La seconde partie de la question lui fut plus difficile à répondre. Elle tenta de forcer les protocoles pour obtenir des réponses, mais c'était pénible et difficile. Elle porta une main à son visage comme si elle avait mal à la tête.

-Mémoire endommagée... Lecture des données partielles en cours.... .... Des hommes... ils ont trahis le professeur Hojo.... Ils ont voulu me voler.... Ils ont.... .... Tué le Professeur Hojo....

Fleya resta un instant silencieuse sur ces derniers propos, comme à la fois consternée et affligée. Hojo était mort, et pourtant, elle ne voulait pas qu'il le soit. Mais elle n'avait pas le choix. Elle continuait de forcer sur ses processeurs pour avoir la suite des événements. Et commença à grimacer sous la surchauffe de ses circuits, tentant de tenir bon.

-Ultime ordre de fuite reçu.... Programme d'auto destruction enclenché.... Fuite réussie à 70%.... Choc de l'explosion subit à 60%.... Erreur, téléchargement des données interrompues....  En attente de nouvelles instructions....

Sauf qu'Hojo mort, elle savait qu'elle risquait de les attendre longtemps les nouvelles instructions ! Luka ne pourrait pas en savoir plus pour l'instant, l'exercice ayant semblé être particulièrement éprouvant et difficile pour Fleya. Elle observait interdite le verre qu'on lui avait servit, ne sachant pas si elle avait le droit de le boire ou pas. Dans sa résolution d'algorithmes logiques, elle devait boire ce verre puisqu'on l'avait commandé pour elle. Mais on ne lui en avait donné ni l'ordre, ni la permission. Elle pencha légèrement sa tête sur le côté, comme si elle étudiait le verre et son contenu ce qui n'était pas tout à fait faux. Elle releva ensuite son regard vers celui de Luka et lui demanda.

-Suis-je habilitée à boire cela ?


Vous connaissez beaucoup de demoiselle qui vous demande si elle a le droit de boire le verre que vous venez de lui commander ? Parce que c'était positivement la situation dans laquelle se trouvait Luka en cet instant. Le moins qu'on puisse dire, c'était qu'elle demandait la permission avant de faire quelque chose ! Elle commençait à en identifier les odeurs, décrypter les différents composants qu'elle pouvait déceler.... Bien que le goût serait certainement plus précis ! Cela avait des fragrances sucrées.... fruitées.... normal pour du jus de fruit. L'apparence était colorée, légèrement trouble.... Elle ne savait pas si c'était dangereux pour elle ou pas. Mais si Luka pouvait en boire son système pouvait aussi l'assimiler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prince de rien (Lukas R.)


RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Jeu 23 Jan - 23:39

Cette Fleya était d'autant plus curieuse que lorsque Lukas lui avait montré la carte de la brasserie, on aurait cru à son expression qu'elle lisait la réponse au mystère de la vie éternelle. C'était assez drôle, mais quelque part c'était désarmant. Cette Qantik semblait découvrir le monde au même titre qu'une toute petite fille. Quand elle lui demanda comment elle devait faire pour choisir ce qu'elle voulait, Lukas devina qu'il devrait faire preuve d'une patience à toute épreuve. Fleya n'eut pour seule réponse que son regard incrédule. C'était très philosophique, mais il ne s'y était pas du tout attendu. Il préféra ne rien répondre plutôt que de baragouiner un baratin compliqué qu'elle ne comprendrait pas, et peut-être qu'il ne comprendrait pas non plus. De plus, elle ne semblait pas avoir saisi ce qui était désigné par le nom d'Anathorey. Lukas était dans une situation délicate : Fleya avait tout à apprendre. Il tapota de la cendre de sa cigarette dans le cendrier face à lui. « Anathorey est la cité qui sert de Capitale aux Üniks. Les gens comme moi, des humains. C'est ici que je vis. » lui répondit-il patiemment. Il n'allait pas lui faire l'affront d'ignorer toutes ses questions.

Il demeurait cependant une chose qui intriguait Lukas plus que toutes les petites interrogations de la jeune Qantik. Elle avait parlé à plusieurs reprises de la mort d'un certain professeur Hojo. Désormais, elle évoquait avec quelque difficulté la présence d'hommes qui l'auraient tué. Elle avait l'air de souffrir de l'effort de mémoire dont elle faisait part à Lukas, et se tenait la tête. A quel genre de scène cette fille avait-elle bien pu assister ? Lukas ne comptait pas resté les bras croisés, car cette histoire dégageait les mêmes relents qu'une affaire que l'on cherche à étouffer. Fleya poursuivit, et expliqua d'un ton millimétré qu'elle avait reçu l'ordre de fuir, qu'une explosion avait eut lieu... Lukas fronça les sourcils, et se rassit le dos droit face à la jeune fille. Tout cela ne lui disait rien qui vaille. Un Professeur... Il était peut-être un Scientifique affilié à la Chemistry Institute ? La question était de savoir s'il avait eu des ennuis dans le cadre de ses fonctions. Fleya disait qu'on avait tenté de la voler... Lukas réfléchit d'un air sombre. Pourquoi voudrait-on la voler ? Elle avait sans doute quelque chose de particulier. Ou alors, ces types étaient des pervers à la recherche d'une « fausse fille » pour s'amuser avec. Mais pourquoi tenté de voler un Qantik I.A ? Ce n'était pas prudent pour un motif aussi futile. Lukas en déduisit que Fleya devait avoir quelque chose de spécial.

Fleya interrompit les réflexions de Lukas en lui demandant si elle était « habilitée » à boire le jus de fruit, qu'elle ne reconnu d'ailleurs pas comme tel. L'Ünik ne put s'empêcher de rire, amusé par cette innocence. « Oui, c'est un très bon jus de fruit. Il n'y a rien à craindre. » lui dit-il, d'un ton doux, et plus chaleureux qu'à l'accoutumée. Mais Lukas ne devait pas s'en être rendu compte. Il repris son air sérieux, et s'accouda sur la table comme pour appuyer le fait qu'il désirait s'entretenir plus profondément avec la jeune fille. « Dîtes-moi Fleya, qui était ce Professeur Hojo pour vous ? Étiez-vous importante pour lui ? » Il espérait ainsi récolter quelques unes des informations qu'il désirait entendre.
Il y avait toutefois un petit problème qu'il ne saurait contrer qu'en sortant de la brasserie, avec la jeune fille. Visiblement, ils n'étaient pas que deux à profiter de la conversation. Lukas inspira une bouffée de tabac, et tourna son regard sombre vers les bouteilles qui trônaient derrière le bar. Un vieux serveur les observait depuis un petit moment déjà, et semblait prêter une oreille très attentive à ce que racontait Fleya. Lorsqu'il s'aperçut que l'interlocuteur de sa cible l'avait remarqué, il se remis maladroitement au travail, en marmonnant quelque chose pour lui-même. Lukas souffla lentement la fumée qui avait commencé à s'échapper de ses lèvres, sans le quitter des yeux. *Les murs ont des oreilles...* se dit-il, avec prudence. Il se demanda s'ils ne feraient pas mieux de mettre les voiles. Mais lorsqu'il reporta son attention sur Fleya, il s'inquiéta de ce qu'elle ait le temps de finir de boire si elle en avait envie. Alors il se résolu à attendre. De toute façon, il était plus simple pour un Duc de se débarrasser des racontars d'un vieillard qui baignait tout le jour dans les vapeurs d'alcool que d'avoir à faire aux Princes. Ces trois là n'aimaient pas que l'on fouine dans les affaires des Scientifiques.

Lukas se pencha de nouveau vers Fleya. « Où habitez-vous, Fleya ? Il commence à faire sombre dehors, et je ne veux pas que vous rentriez seule dans la rue le soir. Cela peut être dangereux pour une jeune femme de votre âge. » Dis-je sans aucune idée de l'âge qu'elle peut avoir, se dit Lukas, un peu gêné. Il était très doué pour faire le gentleman, mais en réalité il voulait absolument éviter que ce vieux rabougri continue à alimenter ses ragots de leur conversation. On ne savait pas du tout où tout cela pourrait remonter. Le monde était ainsi fait : la moindre fourmi pouvait s'avérer être un espion de choix pour le nid de guêpes.

HRP : Pardonne-moi pour ce retard, c'est inqualifiable !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Sam 25 Jan - 22:05

Fleya avait beau l'observer attentive à la moindre de ses réponses, Luka resta silencieux sur la question métaphysique qu'elle avait soulevé. Elle attendit, mais rien ne vint. Soit il n'avait pas entendu, ce qui était fort peu probable, soit il ne pouvait ou ne voulait pas répondre. Elle ne pouvait pas l'y contraindre et mit donc sa question en suspend. Cela dit, toute ses interrogations ne restèrent pas sans réponse. Et ainsi, l'homme lui apprit dans quelle ville elle se trouvait, et que cette dernière était le lieux de vie des Üniks. Elle avait entendu parlé de cette race, elle était d'ailleurs référencée dans sa base de données. Et pour cause, Hojo appartenait à cette race. Elle était donc là où se trouvait son feu professeur avant qu'il ne s'établisse dans le laboratoire. Et cet homme était de la même race que son créateur Autant d'informations nouvelles que la jeune Quantik enregistra minutieusement pour ne pas en perdre une miette. Des fois que ça puisse avoir son importance un jour, on ne savait jamais....

-Mémoire temporaire mise à jour.

Cela fait, l'homme lui donna l'autorisation de boire son jus de fruit, et la jeune fille s'exécuta.... Découvrant les joies des papilles qui s'emballent ! Acidulé, sucré, légèrement doux, autant de nouvelles saveurs fruités qui vinrent s'ajouter à ses informations, et lui permettre de délimiter les attributs de la boisson nommée "jus de fruits". Sous les diverses sensations, la jeune Qantik esquissa un doux sourire, trouvant amusant l’enchainent de réactions à travers ses systèmes. Tant et si bien que reposant son verre, elle finit par déclarer visiblement satisfaite et toute contente de cette nouvelle découverte.

-Cette boisson est agréable à boire !

Elle aimait le jus de fruit. Même si elle n'y mettait pas encore toutes les notions et les mots dessus, cela ne faisait pas vraiment de doute au vu de sa mine ravie. Puis vint la question délicate du jour. une bonne question cela dit. La jeune fille releva le visage en réfléchissant explicitement. Que représentait Hojo pour elle ? Mais tellement de choses.... Et elle allait bien les lui dire puisqu'il lui avait demandé. Mais elle craignait ne pas être très ordonnée dans ses propos, sa mémoire étant sollicitée sur divers angles. Elle tenterait tout de même de faire au mieux. Et c'est donc sur une voix songeuse qu'elle lui répondit.

-Professeur Hojo.... Ünik de sexe masculin, type caucasien, âgé de 47 ans, couleur des yeux verte, cheveux noirs, raides, d'une longueur de 50 cm, taille 1m75 poids 60 kilos. Il fut mon créateur. Il était celui qui m'a pensée, inventée, assemblée, programmée. Il était celui qui m'a appris tout ce que je sais. Qui m'a permit d'exister et d'être ce que je suis, et ce que je deviendrais. Je... je crois que... Mon système a crée des sensations autour du professeur Hojo. Des sensations qui répondent à la description des sentiments comme le respect et la dévotion. Je lui étais fidèle et dévouée. Hojo disait souvent que j'étais "le projet de toute une vie". Il était fier de m'avoir créer, et heureux de chacune de mes évolutions. Il parlait de moi en tant que "Qantik ultime" "Qantik révolutionnaire" "Qantik évolutif" et de "Qantik Ünik". Le professeur Hojo me décrivait comme "précieuse" et quelque fois il disait "elle sera comme ma fille, et grandira comme une enfant".

Elle pensait avoir tout dit, et alors qu'elle lui énumérait docilement toutes les réponses qu'il attendait, elle sentit en elle cette même sensation oppressante, de mal être, que ses circuits transmettaient lorsqu'elle parlait d'Hojo. Une sensation pareille à celui d'un pincement à son cœur bionique. Elle avait eu tant de respect et de dévotion pour cette homme que ses programmes lui permettait de comparer à un père. Et parler de lui au passé, car elle ne pouvait faire autrement puisqu'il était mort, était une déchirure. Elle aurait tant voulu pouvoir prévoir cette attaque fatale de leur agresseur. Tant voulu le sauver. Mais cela ne faisait pas parti de ses ordres sur le moment. Du moins, la situation ne faisait pas partie de toutes celles prévues par ses logiciels de calcul des probabilités. Et dans la suite des questions délicates vint celles des questions sans réponses. Luka avait mis le doigt sur son problèmes du moment. Dans cette situation embarrassante, les programmes de Fleya commencèrent à réagir de manière spontanée, et elle afficha une petite moue mi embêtée mi tristounette.

-Les ennemis ont été semés, mais le laboratoire a été détruit. Je suis en attente de nouvelles instructions, mais le professeur Hojo est mort. Il ne peut plus me donner d'instructions.... Je dois trouver mes nouvelles instructions.... Mais je ne sais pas où.... Je suis en attente à durée indéterminée d'une nouvelle mission.

Ne pas avoir de toit ou de demeure était le cadet des soucis de Fleya. Elle s'en moquait éperdument. Mais ne pas savoir quoi faire ou à qui se référer pour l'avenir était une véritable catastrophe. Cela dit, elle notifia une autre information. Luka lui avait révélé que les rues n'étaient pas sûres, et qu'elle pouvaient éventuellement encourir un danger plus ou moins grave. Fleya sonda son système pour voir où en était ses réparations et lui répondit.

-Maintenance et réparation système estimé à 20%.... Je serais bientôt en mesure de me défendre pour des combats d'envergure inférieure. Que est le taux de dangerosité des environs ? Y a t-il un endroit plus sûr où je pourrais me replier le temps de finir de réparer mes systèmes ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prince de rien (Lukas R.)


RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Sam 25 Jan - 23:56

Ce professeur Hojo devait avoir été comme un père pour Fleya. Elle l'avait décrit comme s'il était recherché par les forces de l'ordre, en énumérant ses principales caractéristiques physiques, son origine et son statut. C'était donc bien le créateur de cette fille qui aujourd'hui était décédé. Il avait d'ailleurs mis au point un projet de grande envergure avant de passer l'arme à gauche. Il était très ambitieux pour un Scientifique de créer un Qantik que l'on puisse à ce point confondre physiquement avec un Ünik. Lukas ignorait totalement combien de temps Fleya et le Pr. Hojo étaient resté ensemble, mais il ne pensait pas se tromper en les croyant très attachés l'un à l'autre. Il avait suffit de voir les sanglots de Fleya quelques temps plus tôt. Pendant qu'elle parlait Lukas acquiesça poliment, signe qu'il lui prêtait une oreille attentive. Fleya lui expliqua qu'elle était désormais seule, et que le laboratoire avait été détruit. * En d'autres termes, elle n'a plus grand chose... * se dit Lukas, en regardant ses doigts posés sur la table. Il avait fini et écraser sa cigarette dans le cendrier. Elle était à présent toute tordue, et avait un goût tiède. Comme quelqu'un qui n'était pas satisfait de sa vie.

Ce qui inquiétait beaucoup la jeune Qantik était de ne pas savoir où elle pourrait recevoir de nouvelles instructions. Lukas trouva singulier qu'elle s'en soucie, mais il se souvint aussitôt qu'il avait à faire à une fille très particulière. Finalement ce n'était pas si surprenant, tout dépendait de la manière dont Hojo l'avait fabriquée. Elle devait recevoir des instructions, certes, c'était comme une loi de base pour tous les I.A, mais elle semblait être particulièrement axée sur cela. Le terme de Qantik révolutionnaire l'avait alerté. Ce cher professeur avait-il des projets de rébellion ? Ou bien était-il un chien de l’Élite ? On avait beau dire des Scientifiques qu'ils étaient des rats de laboratoires, Lukas savait ô combien on pouvait trouver dans ce milieu des personnes dressées radicalement contre le régime des Trois princes. De plus il était risqué d'agir ainsi. Mais s'il était un opposant, cela pourrait sans doute expliquer ce pourquoi on avait tenté de voler Fleya... Lukas allait de supposition en supposition sans faire part de ses interrogations à l'intéressée. C'était un mystère qui pour l'heure ne le concernait pas vraiment. Pourtant il se voyait mal la laisser flâner seule dans Anathorey à cette heure.

Fleya lui signala qu'elle serait bientôt apte à se battre, et lui demanda le taux de dangerosité des environs. Lukas eut un faible sourire. D'habitude, les jeunes filles lui demandaient la direction d'une boutique quelconque, ou bien s'il n'avait pas vu passer leur valet. Cette première conversation avec une Qantik lui laisserait un souvenir absolument mémorable. Lukas décida de répondre le plus franchement possible. « Le soir, tout lieu est dangereux pour une femme. Sauf son domicile, ou celui d'une personne de confiance. ». Il appuya son regard dans celui de Fleya avant de poursuivre. « Si vous prenez le risque de vous promener seule, ce sont des hommes armés de leurs Dzêta que vous aurez à affronter. J'ignore tout de votre processus de réparation, mais je suis presque certain que ces types-là ne se laissent pas décourager par quelqu'un qui sait se défendre, surtout si c'est une jeune fille. Ce sont comme des loups, qui s'acharnent à poursuivre une proie jusqu'à ce qu'elle s'épuise, et soit entièrement à leur merci. Alors ils vous tiendront dans leurs filets, et c'est dans une situation bien embarrassante que vous vous retrouverez. Au mieux ils feront de vous une esclave, ou au pire une prostituée. Sinon, ils pourraient vous revendre en pièces détachées à un Scientifique malveillant qui se ferait un plaisir de s'adonner à des expériences sur vous. Il réduirait ainsi à néant les efforts du Professeur Hojo, qu'il a mobilisé pendant des années afin de vous donner naissance. Vous conviendrez que rien dans cette perspective n'est très joyeux... ». Il se pouvait aussi qu'il ne lui arrive rien ce soir, mais si ce n'était ce soir, ce serait demain. Ou le jour d'après. De toute manière il n'avait pas envie de la laisser vagabonder seule dans la nature, et surtout pas dans Anathorey. Les filles seules et sans domicile, qu'elles soient de nature organique ou mécanique, se vendaient à prix d'or dans des enchères clandestines. Pas question qu'il ait été complice d'une telle chose en s'abstenant de prévenir Fleya. Mais alors que devait-il faire ? Assumer jusqu'au bout ses responsabilités en se la jouant parfait père de famille ? Il venait de se mettre tout seul dans une situation qui le gênait un peu.

« C'est à vous de décider ce que vous préférez. Pour ce faire, il suffit de vous pencher sur tous les aspects du problème, en comparant les points positifs aux points négatifs. La conclusion que vous tirerez de votre raisonnement sera votre choix. Quand on choisit, il est possible d'écouter ce que l'on ressent. C'est à vous de voir ce que vous voulez faire. » Lukas venait de répondre à la question précédemment posée par Fleya, mine de rien. Soucieux de bien la conseiller, Lukas se permit de donner son opinion afin de l'aider dans sa démarche : « Ce n'est que mon avis, mais si votre souci est d'accomplir des missions, vous pouvez proposer vos services à un employeur. Dans les dépêches d'Anathorey, il y a beaucoup d'offres d'emplois, ou de louage de services. La domesticité de haute société compte beaucoup de personnes comme vous dans ses rangs, vous pourriez envisager cette éventualité si vous le vouliez ». Il se tut un instant pour réfléchir, et lui posa une dernière question : « Avant tout cela, n'y a-t-il personne que vous connaissez, qui soit digne de confiance pour vous accueillir chez lui ? N'avez-vous personne à qui vous raccrocher ? Même une simple connaissance rencontrée il y a peu et chez qui vous voudriez vous rendre ? » Lukas cherchait un moyen pour que Fleya ne se retrouve pas dans la rue. Il ne fallait pas que cette jeune femme, qui avait dit avec tant d'enthousiasme qu'elle aimait le jus de fruit, se retrouve dans une malheureuse situation. Surtout après que le vieux serveur se soit grassement servi en informations dans leur conversation. Il lui suffisait d'envoyer un faucon messager à une crapule, et Fleya était cuite. C'est du moins ce que craignait Lukas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Dim 26 Jan - 11:33

Les révélations que l'Ünik lui fit sur le taux de menace que pouvaient représenter les environs pour la jeune Qantik n'étaient pas des plus réjouissantes. La réponse manquait cruellement de rigueur et de précisions pour l'esprit cartésien de la jeune fille, mais elle n'en était pas moins très claire à ses yeux. Le monde extérieur était un monde truffés d'ennemis visiblement très dangereux et nombreux. Hojo lui avait intégré toute une liste de Dzêta en guise de référencement, et vu la taille de ladite liste, il y avait de quoi se faire du souci. Pas que Fleya avait peur pour sa vie, elle en était pas encore capable à ce stade des opérations. Mais cela l'ennuyait profondément de ne pas pouvoir faire face à cette situation périlleuse à cause de performances inaccessibles pour le moment. Elle avait été conçus pour se battre, c'était quand même un comble de ne même pas pouvoir se défendre ! Elle avait besoin de temps.... Juste de quoi remettre ses programmes et ses fonctions opérationnels à 100%. Elle serait alors capable de faire face, elle avait été formé pour, elle en avait la capacité, et même si au départ elle devrait se débrouiller avec la Vorpale qui sommeillait en elle, elle avait suffisamment de séances d'entrainement et de situations militaires pré-enregistrées dans ses programmes pour savoir comment réagir en situation de crise ! Peut-être même de manière un peu disproportionnée, car des bandits de grands chemins ne représenterait jamais le même risque que des soldats entrainés pour tuer, mais au moins ça serait efficace.

-Je ne suis pas programmée pour avoir ce genre d'utilités avec des personnes non habilitées. Seul le professeur Hojo et mes possesseurs pouvaient décider de mes fonctionnalités. Mais le professeur Hojo ne peut plus me donner d'instructions.... Il est mort avant d'avoir pu définir qui serait mon possesseur. Les individus tentant un asservissement sans autorisation préalable sont considérés comme dangereux et seront mis hors d'état de nuire.

Asservissement avec autorisation préalable, il n'y avait surement que Fleya pour pouvoir tenir des propos aussi étranges. Néanmoins il étaient clairs. Sauf sur ordre expresse de son maître, si quelqu'un tentait de la forcer à quoique ce soit, il serait au mieux assommé ou châtié de manière à le faire fuir, au pire, il était réduit au silence ultime.... Mais ce qu'elle avait dit aussi innocemment était surtout une véritable catastrophe pour sa sécurité. Hojo était mort avant d'avoir pu entrer l'identité de son possesseur. La place était donc vacante, et le premier venu pourrait s'emparer de Fleya sans ménagement et l'asservir sans le moindre mal. Déjà qu'elle n'était pas spécialement en sécurité à la base, elle était à présent plus qu'en danger. Mais Fleya n'en avait pas conscience, ou du moins elle s'en moquait. Pour l'heure, elle devait trouver qui servir, et peu importait de quelle manière elle devait le servir par la suite. Son programme de génération de sentiments apporteraient surement plus de complexité à cette situation par la suite. Mais pour l'heure ses propres sentiments étaient trop faible pour pouvoir réellement compter. Aussi lorsque Lukas lui expliqua enfin comment faire ses choix, l'exercice parut bien compliqué pour la jeune demoiselle.

-Je peux faire des études comparatives et confronter les résultats.... Mais.... Je ne sais pas ce que je veux. Je voulais ce que le professeur Hojo voulait. Mais il n'est plus là... Je dois apprendre à vouloir.

Curieux comme une conversation avec un être bionique à souhait pouvait revêtir des aspects philosophiques et métaphysiques parfois bien plus poussés que pourrait l'être une conversation normale ! Luka vint alors lui proposer des solutions pour trouver des missions et des ordres. Fleya l'écouta attentive, suspendue à ses lèvres comme s'il allait lui donner la réponse à tous ses problèmes ! Elle analysa les propos tenus par l'homme et les synthétisa avant de finalement lui donner une réponse qui venait nuancer les propos qu'elle avait tenu plus tôt.

-Définition de la notion de travail.... Échange de services contre rémunération de différents types.... Je ne cherche pas une rémunération. Je cherche la personne que je dois servir et protéger. Elle n'a pas besoin de me rémunérer pour que j'accomplisse ses ordres. Je ne dois obéir qu'à ses ordres et en fonctions des autorisations qu'elle m'aura dictées. Mais.... je ne sais pas où trouver cette personne. Ni comment identifier cette personne. Car.... la situation et mes fonctionnalités font que c'est à moi de définir cette personne. Je dois.... choisir.

Encore une fois elle se retrouvait bien embêtée avec cette notion de choix ! C'était étrange pour Fleya de devoir choisir son maître. Sur quels critères devait-elle le choisir ? Comment choisir la personne qui aura tous les droits sur vous et à qui vous devrez obéir aveuglément ? Elle aurait bien voulu servir Hojo, mais il n'était plus là. Et il était hors de question qu'elle aille servir ceux pour qui elle avait été conçus. Ils étaient devenus des traîtres et des ennemis, ils étaient dangereux et surtout ils avaient tué Hojo ! Ils devaient être exécutés pour leur crime ! Mais avant de se lancer à corps perdu dans une vendetta que personne ne lui avait demandé sauf sa rancœur, elle devait déjà songer à sa propre sécurité. Lukas lui demanda si elle ne connaissait pas une personne digne de confiance chez qui elle aurait pu établir un point de chute en attendant de se retourner. Elle réfléchit brièvement et lui répondit.

-Consultation de la base de données.... recherche terminée.
Nombre de personne certifiée de confiance : 1, identité : professeur Hojo, statut : indisponible-décédé. Nombre de personne catégorisée de connaissance : 1, identité : Lukas Rainforth statut : indéterminé.
Accès au répertoire des lieux connus autorisé. Liste des lieux visités :
Laboratoire du professeur Hojo - sécurité élevée - Lieux indisponible-détruit,
Chemin menant à Anathorey - sécurité nulle - Lieux accessible,
Brasserie d'Anathorey - sécurité indéterminée - Localisation actuelle.
Aucun autre lieu n'a été découvert depuis le repli du laboratoire.


En gros elle ne connaissait personne et elle n'avait nul part où aller. Ce qui ne semblait pas la déranger outre mesure. Ses dires indiquaient également qu'elle venait tout juste de découvrir le monde extérieur, trahissant une captivité complète dans le laboratoire d'Hojo jusque là. Fleya ne connaissait rien du monde extérieur, à l'exception des informations que l'on avait entré dans ses programmes. Ce qui était peut-être une des raisons pour laquelle elle semblait si étrangère à tout ce qui lui arrivait. Elle était en un sens d'une innocence rare, qui s'estomperait surement avec le temps cela dit. Après tout, à présent qu'elle était confrontée un peu de force à ce monde extérieur, elle n'allait pas pouvoir en ignorer les rouages bien longtemps....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prince de rien (Lukas R.)


RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Dim 26 Jan - 15:21

Lukas était presque ébahi de voir que Fleya ne connaissait que lui en dehors du Professeur Hojo. C'était incroyable ! Alors tout ce qu'elle avait vécu devait être bien plus récent qu'il ne se l'était imaginé. Fleya lui expliqua ensuite de bout en bout qu'elle était programmée pour obéir à des ordres, et ce contre aucune rémunération. Lukas commençait à se lasser de cette rengaine. Les Scientifiques n'aidaient vraiment pas les Qantiks à s'émanciper, et faisaient d'eux des jouets qui en l'absence de leur maître étaient bien souvent complètement perdus. La pauvre Fleya avait un long chemin à parcourir, et malheureusement elle se retrouvait désormais seule. Lukas attendit quelques instants après qu'elle ait fini d'énumérer toutes ses habilitations, ses connaissances et ses données. Il avait pris l'habitude de cette manière de parler, et cette gymnastique de compréhension lui était à présent plus facile. Il croisa ses doigts, et expliqua son fond de pensées à la jeune fille d'une manière assez sérieuses :
« Le problème Fleya est que désormais, plus personne n'est là pour vous donner des instructions. Vous ne pouvez plus vous contenter d'attendre un ordre, car si celui-ci ne vient jamais, vous aurez gâcher votre vie à patienter et n'aurez rien fait. Je ne pense pas que cela soit le souhait du Pr. Hojo, qui voulait comme vous me l'avez dit, que vous grandissiez comme sa fille. ». Lukas regarda sa montre. Il était tard. Dehors, il commençait à faire sévèrement sombre. Cependant il poursuivit son discours, soucieux de ce qu'elle ait bien ses mots en tête. « Pour la plupart des parents, il est important d'aider leurs enfants à grandir. Mais l'émancipation fait aussi partie du processus de croissance, et un beau jour les enfants deviennent des personnes responsables de leurs décisions. Peut-être que vous n'êtes pas programmée de la sorte, mais si vous ne faîtes rien et attendez, il se peut que rien ne se passe, et vos circuits ne feront que prendre la poussière. » Il marqua une pause. Lukas prenait aussi bien garde à ne pas employé de ton tendu ou agressif. Il était d'un naturel très calme. « Vous me l'avez dit vous-même. Vous ignorez tout de la façon dont vous devez vous prendre pour trouver ce maître duquel vous dépendez. Mais si vous n'agissez pas, le serpent se mordra la queue et vous ne ferez que tourner en rond. ». Lukas lui fit un petit sourire, et conclut son conseil : « Si faire des choix vous ennuie tant que cela, comme cela embarrasse bien des gens, vous pourriez faire ceci : faire un choix ultime, celui de la personne qui sera votre maître. Vous n'aurez alors que ce choix-là à faire, en fonction d'un critère bien simple : est-ce que cette personne est dangereuse pour vous ? J'imagine qu'un seul coup d’œil vous suffirait, vous semblez très vive d'esprit Fleya. Si vous jugez que oui, passez votre chemin. Sinon, proposez-lui vos services. ».

Restait le problème de la rémunération que Fleya refusait. Lukas se remit à réfléchir, et finalement trouva peut-être une solution. « Les personnes de la haute noblesse recherchent bien souvent des gardes du corps. Si la rémunération est en générale de mise, sachez que si vous proposez vos bons et loyaux services gratuitement à l'un d'entre eux, il ne dira certainement pas non. Cela peut semblez curieux, mais l'avarice a une place prépondérante dans la vie des personnes riches. Vous pourriez vous tourner vers un Comte, ou un Duc. ». Lukas faisait des efforts pour trouver une solution et aider Fleya, mais curieusement il n'avait pas pensé à lui comme potentiel possesseur. Cette idée ne l'avait même pas effleuré, à croire qu'il oubliait qu'il était lui-même un membre de la Haute société d'Anathorey. Peut-être était-ce dû au fait que sa famille avait perdu toute son envergure depuis des années, et qu'il redorait le blason seul petit à petit. Ou bien il était profondément humble et n'avait pas la prétention d'être le sauveur d'une jeune Qantik en détresse. Ou encore, il était étourdi. Toujours était-il que Lukas recherchait qui parmi ses connaissances dans l’Élite pourrait éventuellement faire l'affaire. A bien y regarder, tous n'étaient que des jeunes crétins ou des vieux cochons. Il était impensable de jeter une jeune femme ainsi dans la gueule du loup. Cette impasse l'embêtait profondément.

« Monsieur le Duc ? » fit un serveur, qui s'était approché de leur table sans que Lukas ne l'ai remarqué. Celui-ci eut un moment d'absence, et bredouilla un « Oui ? » maladroit – il ne s'était pas attendu à ce qu'on l'appelle ainsi en ces lieux. « Je vous prie de m'excuser, mais nous allons fermer pour ce soir. Les Lunes commencent à se faire hautes dans le ciel. » Lukas acquiesça et s'excusa de ce qu'ils fussent restés aussi longtemps. Il paya la somme exacte des boissons, et invita Fleya à le suivre dehors. Devant la porte de la brasserie, il ajusta le col de son grand pardessus noir, car le vent qui soufflait était très froid. Anathorey se situait en plein désert, les journées étaient très chaudes, et les nuits souvent glaciales. Il se tourna vers Fleya. Est-ce qu'elle craignait le froid ? « Que comptez-vous faire à présent ? » Lui allait certainement rentré chez lui. Dans le petit appartement des quartiers les moins chics des Banlieues résidentielles – son manoir était en reconstruction, et il n'y avait guère qu'un appartement de ce genre qu'il était en mesure de s'offrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Dim 26 Jan - 20:03

Plus Luka parlait, plus Fleya se décomposait littéralement sur sa chaise. Les afflux d'informations à caractère problématique qu'il lui débitait la mettaient dans un état pas possible. Il la mettait ni plus ni moins qu'au pied du mur face à ses problèmes et ses interrogations. Son discours présentait pour elle les difficultés de son avenir proche, voire futur. Comment allait-elle pouvoir faire face à toutes ces situations toute seule et sans instruction ?! Il mentionnait régulièrement Hojo, et ce qu'il aurait voulu et souhaité pour elle. Après tout, ne l'avait-il pas programmé pour qu'elle soit évolutive ? Autant de propos qui commençaient à saturer légèrement sa mémoire au vue de l'importance des informations. Tant et si bien qu'elle ne finit pas se concentrer que sur la dernière partie qu'avait prononcer l'Ünik. Elle devait faire au moins un choix, celui de définir qui lui donnerait des ordres par la suite. Et Lukas lui donna quelques pistes pour l'aider à le faire. Quelqu'un qui ne lui voulait pas du mal et qui serait donc prévenant avec elle. La question était de trouver qui, et où trouver cette personne.

Elle était tellement perdue dans ses pensées qu'elle ne fit guère attention au barman qui les invitait à sortir. Ses circuits imprimèrent seulement deux informations. Lukas était un Duc, et il y avait plusieurs lunes. Des informations dont elle ne prit guère conscience sur le moment mais qui pourraient être réutilisées plus tard. Elle se retrouva donc dehors, ses systèmes lui indiquèrent un changement de température assez net. Ses programmes ordonnèrent ainsi la dégradation du jus de fruit consommé plus tôt pour produire le manque de chaleur. Cela n'était pas vraiment nécessaire, étant Qantik elle pouvait se permettre de rester dehors ainsi vêtue sans broncher. Elle n'était pas insensible aux températures, mais n'étant pas organique elle y était plus résistante. Elle fut arrachée à ses réflexions par l'ultime question de Lukas. Et c'est en posant son regard sur ce dernier que la solution lui apparue. Elle esquissa un franc sourire d'une sincérité saisissante, et enjoué elle dit à Luka.

-J'ai trouvé qui !

Et sans autre forme de procès, elle attrapa avec une douceur insoupçonnée le visage du Duc, et elle l'approcha tout près du sien, comme si elle allait l'embrasser ! Séparé par quelques millimètres seulement, elle plongea son regard céruléen poignant dans le sien. Ses pupilles se mirent alors à tourner doucement faisant un tour complet, comme si elle sondait jusqu'à l'âme même de l'Ünik. Cela ne dura qu'un court instant et pourtant, cet instant allait changé le cours de sa vie. Elle relâcha alors l'homme de son étreinte et lui annonça avec une fierté comparable à celle d'une enfant ramenant un trophée à la maison.

-Scann de l'image rétinienne effectuée, enregistrement de l'image rétinienne effectué. Association de l'identité effectuée. Nouveau possesseur identifié : Lukas Rainforth.

Oui oui, elle l'avait choisi lui ! Après tout, il répondait parfaitement aux critères qu'il avait lui même cité non ? En plus il se montrait bienveillant et d'un tempérament gentil, il lui expliquait la vie.... Optimal le petit monsieur ! Et toujours avec un large sourire, elle lui annonça fièrement.

-Fleya en attente d'instructions !

A présent, c'était officiel. Elle l'avait choisi lui pour maître, elle serait liée à lui jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus être utilisée. Elle lui serait aussi dévouée qu'elle l'était avec Hojo, et elle le protégerait ! Mieux qu'Hojo en tout cas.... Fleya venait de résoudre un bon nombre de ses erreurs et de ses problèmes mis en attente. Elle allait enfin pouvoir se concentrer sur ses nouvelles instructions et sur la réparation de son système ! Il lui tardait de pouvoir retrouver toutes ses fonctionnalités et que son nouveau maître puisse être fier d'elle, tout comme Hojo l'était de son vivant.La jeune fille avait juste oublié un touuuut petit détail dans cette affaire.... Comme demander son avis à son nouveau maître avant de le déclarer comme tel par exemple, mais c'était accessoire hein...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prince de rien (Lukas R.)


RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Dim 9 Fév - 23:41

Fleya déclara subitement qu'elle venait de trouver qui serait son nouveau maître. Lukas n'eut même pas le temps de lui demander de qui il s'agissait qu'elle s'empara avec grande délicatesse de son visage pour l'approcher du sien très pâle. La liesse qu'il avait éprouver à son annonce s'estompa fort vite. Il crû même l'espace d'un instant s'être fait avoir par une jeune femme qui ne désirait qu'une seule chose depuis le début : un baiser volé. Peut-être s'était elle impatientée face à l'inaction de Lukas et avait décidé de prendre les devants. Il s'était donc fait avoir ? C'était à n'y plus rien comprendre, cette histoire ! Mais elle stoppa son geste pour qu'ils ne fussent plus séparés par un espace infime. Pétrifié de surprise, Lukas ne pu que se laisser faire. Le tout n'avait durer qu'un très bref instant, durant lequel son regard sombre s'était plongé dans les yeux bleu ciel de Fleya. Alors qu'ils commençaient à tourner brièvement, Lukas se sentit complètement désarmé face à ces prunelles mécaniques qui ne demandaient qu'à engloutir le monde entier. Elle relâcha enfin son étreinte, et parla d'un enregistrement rétinien, et d'une cible identifiée portant son nom. Fleya lui annonça alors avec grande fierté qu'elle était en attentes d'instructions, un large sourire affiché sur son visage.

Lukas demeura interdit quelques secondes, avant de secouer un peu sa tête pour mieux réaliser ce qu'il se passait. Il se sentit alors infiniment stupide, et eu honte des questions qu'il venait de se poser. Fleya n'avait jamais cherché le moindre rapprochement avec lui, cette proximité avait été nécessaire pour qu'elle enregistre la marque de ses yeux, et faire de lui son nouveau maître. Son estomac se serra lorsqu'il le réalisa. Quoi ? C'était lui qu'elle avait choisi ?! Il ne put s'empêcher d'afficher une mine totalement abasourdie, que bien peu de gens lui connaissait. Comment avait-il pu faire preuve d'autant d'étourderie ? Il lui avait donné de si bons conseils qu'ils s'étaient finalement retournés contre lui.

Lukas regardait le sourire de Fleya, et sentit que la corde sensible de ses émotions vibrait d'une manière très sourde. Pauvre jeune fille... Tout ce dont elle avait besoin, c'était d'un nouveau départ. Quelque chose qui soit sa nouvelle raison de vivre. Pour ce faire, elle n'avait pas hésité à se jeter entre les mains du premier venu, qui n'avait fait que lui offrir un jus de fruit bon marché. Quelque part, Lukas sentit honteux. Étrangement, c'est à ce moment-là que le doux visage d'Alvis vint se calquer sur celui de Fleya. Avait-il des hallucinations, à présent ? Quelque chose chez elle devait lui rappeler Alvis. Peut-être l'innocence et la curiosité. Lukas devait avoir enfoui en lui encore une petite part de lumière, qui lui chuchotait doucement qu'il avait quelqu'un à protéger. Cette lueur, il la pensait éteinte depuis dix ans déjà avec la mort de sa petite sœur. Mais Fleya devait l'avoir rallumée, quelque part, tout doucement. Peut-être qu'un jour cette lumière l'inonderait, et qu'il ne serait plus un noble de l'ombre qui se bat contre les Princes. Il serait alors un des vainqueurs de l'amélioration de la société des Üniks. Il n'avait cependant aucunement conscience de tout cela. Les choses ne faisaient que commencer à bouger pour lui.

« En êtes-vous certaine ? » lui demanda Lukas, très sincèrement. Il angoissait presque, mais affichait l'aplomb d'un soldat désarmé par l'ordre que l'on vient de lui donner. « Pensez-vous que je puisse vous apporter ce que vous recherchez ? » Il n'était qu'un Ünik parmi les autres, au détail près qu'il était bien né et que le Conseil des Princes l'avait de ce fait à l’œil, pour en faire un pion ou un ennemi à abattre. Il n'avait même pas de manoir pour les loger comme il se devait. Il vivait pour l'heure dans un petit appartement dans les quartiers les moins chics d'Anathorey. Ce n'était pas là un terrain de jeu fort épanouissant pour une jeune fille de cette trempe... Mais face au grand regard clair de Fleya, bouillonnant d'espoir et de curiosité, il sentit qu'il n'avait pas le droit de la décevoir. Il agit donc comme un frère aîné l'aurait fait avec sa cadette, comme il l'aurait fait avec Alvis si elle était toujours là. Il se détendit, et posa sa main sur la tête de Fleya. « Mais si tel est votre souhait, mademoiselle, je suis votre obligé avec grand plaisir ! » dit-il doucement, en lui adressant à son tour un sourire.

Lukas relâcha Fleya de l'étreinte de ses doigts, et lui fit signe de le suivre. Il était tard, et désormais il était temps de rejoindre son foyer. Lukas la mena dans les rues silencieuses et éventées d'Anathorey pendant un bon quart d'heure, avant d'ouvrir une petite grille de fer forgé qui menait à une cour pavée. Au fond de cette cour, il monta des escaliers installés contre une façade étroite, et s'arrêta au troisième étage. Il s'empara du trousseau dans sa poche, et tourna la clé adéquate dans la serrure un peu difficile. Il s'écarta de deux pas pour laisser entre Fleya avant lui, et ferma la porte derrière eux une fois qu'ils furent rentrés au chaud.

Un feu à l'agonie finissait de brûler dans l'âtre du salon. Juste devant ce foyer se tenaient deux fauteuils, et un vieux canapé de cuir, plissé par les longues nuits que Lukas passait affalé dessus, aussi négligent qu'un jeune célibataire. Le parquet de bois sombre craquait un peu sous les pas, et n'était pas ciré. Pour autant, l'appartement de Lukas était propre, car même s'il n'était pas une parfaite fée du logis, il était facilement incommodé par la poussière. Souvent, il laissait les volets de bois des fenêtres de l'appartement fermés, mais il ouvrait les vitres de sorte que l'air circule. Un petit corridor au fond dans un coin du salon menait à une chambre, et à une petite salle d'eau. Ce n'était pas le grand luxe, mais c'était pourtant bien là que Lukas vivait depuis des années. Il avait emménagé juste après la destruction de son manoir.

Lukas alluma quelques bougies, et les déposa de part et d'autres dans la pièce, de sorte qu'ils fussent éclairés comme il se devait. Il en posa plusieurs sur la table à laquelle il choisit de s'asseoir. Il avait retiré son manteau. Sa chemise blanche légèrement entrouverte et sa mine fatiguée lui donnaient un air désabusé. Il se tourna vers Fleya. « Ce n'est pas un domicile très chic pour un noble... mais j'aime bien cet appartement. ». Il s'enquit de l'état de feu, et alla mettre une nouvelle bûche à brûler. Lukas s'adressa encore une fois à Fleya. « Asseyez-vous où vous le souhaitez, vous êtes ici chez vous. ». Lukas se demandait quelles curiosités Fleya allait encore lui sortir, suite à cet emménagement pour le moins rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Mar 11 Fév - 15:31

Fleya ne le savait pas, mais Hojo l'avait doté d'une capacité spéciale redoutable. Celle d'être par instant parfaitement désarmante ! Pauvre Lukas, comment pouvait-il seulement résister devant cet élan si spontané, débordant de gaité et de bienveillance lorsqu'elle avait déclaré avec autant de ferveur et de joie lui remettre sa vie entre ses mains. Elle lui accordait ainsi une confiance parfaitement aveugle, le déclarant digne d'avoir droit de vie et de mort sur elle, lui donnant la même importance qu'un maître ou qu'un dieu pour bien des autres âmes. Et tout cela de part sa propre volonté, ce début de libre arbitre que Lukas avait encouragé à se développer et qui à partir de ce soir allait doucement grandir pour s'épanouir et éclore en une fleur aussi magnifique qu'unique. Paradoxe attendrissant que ce jardinier de la liberté par la libre pensée, récolte la fleur qu'il avait encouragé à s'émanciper. Et il en était peut-être le plus surpris, affichant un air abasourdi et dubitatif, air auquel Fleya répondit par l'aplomb d'une conviction inébranlable.

« En êtes-vous certaine ? »

-Affirmatif !
« Pensez-vous que je puisse vous apporter ce que vous recherchez ? »
-Absolument affirmatif !

Plus il lui demandait et plus elle répondait avec un large sourire et un enthousiasme qui ne permettait aucun doute quant à sa bonne volonté. Elle était clairement heureuse et fière de sa décision, comme si elle avait fait le meilleur choix de toute sa vie. A partir de ce moment, et à son sens, tout irait bien pour Fleya. Elle avait retrouvé une raison de vivre, elle avait trouvé la personne digne de confiance pour qui elle serait prête à tout, et elle serait de nouveau là pour quelqu'un. Et lorsque Lukas vint poser sa main sur sa tête dans un geste bienveillant et affectueux, ce fut comme la consécration de la quête de toute une vie. Fleya affichait un sourire resplendissant, ne boudant pas son bonheur. Son nouveau maître était content, elle lui avait fait plaisir en le choisissant, et lui plaire de la sorte était une extase pour ses programmes, et surtout..... Il lui avait sourit. Elle ressentit là encore un émotion puissante et enivrante à le voir ainsi sourire. Elle aimait et aimerait le voir ainsi sourire.... Elle ferait tout pour le voir constamment sourire. En tout cas, la réaction du jeune homme semblait avoir gravé un sourire indélébile sur le visage de la jeune fille qui semblait aux anges.

-Je suis à vos ordres pour vous servir et vous protéger !


Lui dit-elle avec le même entrain qui ne la lâchait plus. Elle le suivit avec une bonne humeur rayonnante jusqu'à chez lui, découvrant son appartement. C'était tellement différent du laboratoire qui lui semblait bien froid et irréel par rapport à cet endroit qui paraissait vrai. Le bois qui avait subit l'influence du temps, la chaleur du feu, la lumière des bougies. Elle avait l'impression de découvrir le monde réel, ce qui n'était pas tout à fais faux à y songer. Son regard analysait chaque détails, tout étant une découverte, jusqu'à ce que Lukas ne s'installe, et lui parle. Il décrivit l'endroit comme étant chez lui, et que malgré qu'il ne semblait pas répondre à certains critères qui échappaient à la jeune fille, il lui plaisait. Il l'invita ensuite à s'assoir où bon lui semblait, lui indiquant que cette demeure était aussi la sienne. Fleya prit donc une chaise pour aller s'assoir.... Juste à côté de Luka ! Sait-on jamais des fois qu'il s'envole.... Puis elle lui demanda.

-Qu'est-ce qu'un noble ? Si cet endroit vous plaît, alors il me plaît !

Elle notifia l'air fatigué de son nouveau maître et s'empressa de lui demander.


-Puis-je faire quelque chose pour soulager votre lassitude ?

Si Lukas était fatigué après cette journée riche en émotions, Fleya elle demeurait au taquet, légèrement mue par l'excitation de tout ce qu'il s'était passé. Elle voulait servir son maître dès à présent et se montrait prête à cela !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prince de rien (Lukas R.)


RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Dim 16 Fév - 22:28

Fleya déclara que cet appartement lui plaisait aussi. Bien qu'elle se soit calquée sur lui pour affirmer cela, Lukas ne put réprimer un sourire attendri. Maintenant, il était chargé de s'occuper de Fleya. La tâche n'était pas aisée, mais il était déterminé à laisser venir les choses naturellement. Les fondations de son savoir se bâtiraient ainsi peu à peu, comme un jeu de construction auquel un enfant apporte sa touche minutieuse et parfois maladroite. Il la voyait déjà, ses mains blanches tendues vers des briques de connaissances, et ses grands yeux clairs fixés sur cette construction, témoins de son application sans faille. Lukas devait avoir tout à l'heure donné un bon conseil à la jeune fille, mais il était curieux qu'elle se soit fiée à lui. Le jeune homme se dit qu'il ne devait pas avoir une figure de détraqué complètement fou, ce qui était un point rassurant pour lui. Il se mit à songer à ce fameux professeur Hojo. Il aurait aimé en savoir plus sur cet homme.
Lukas posa son menton dans la paume de sa main, alors qu'il regardait Fleya découvrir l'appartement. Que représentait réellement Fleya pour lui ? Il devait beaucoup l'aimer. Quelque chose comme un lointain écho lui chuchotait qu'il y avait en elle tout l'amour d'un père, qui avait pu le transmettre à son enfant avant de mourir. Mais ce Scientifique était parti trop tôt. Où son âme pouvait-elle bien errer à présent ? De là où il était, est-ce qu'il voyait qu'un total inconnu avait pris en charge sa chère fille ? Il me faut être à la hauteur des espérances de cet homme, se dit Lukas. Il ignorait encore pourquoi cette tâche lui tenait à ce point à cœur. Mais la réponse n'était pas forcément très facile à réaliser, ni à admettre.

La candide Fleya avait demandé à Lukas ce qu'était un noble. Il se redressa pour s'adresser à elle, d'une manière qui soi plus correcte qu'un quasi-trentenaire à demi affalé sur sa table de salon. Alors qu'il s'apprêtait à lui expliquer de quoi il en retournait, Lukas réalisa que ce ne serait pas facile d'exposer les choses clairement. Il se sentait désarmé comme n'importe quel adulte face à un « pourquoi » d'un enfant. « C'est un concept un peu compliqué. Un noble est un Ünik qui appartient à une classe de personnes que l'on appelle Élite. Ce sont par ordre hiérarchique des Chevaliers, des Comtes, des Ducs, et enfin des Princes. Ces titres permettent d'avoir des privilèges exclusifs, que les autres personnes qui n'appartiennent pas à l’Élite ne possèdent pas. Souvent, les nobles sont riches.».

Conscient de l'impact que son explication pourrait avoir sur Fleya, il précisa davantage sa réponse : « Autrement dit, un noble est quelqu'un qui a des avantages sur le reste du peuple, parfois très injustes, uniquement parce qu'il est né dans la bonne famille. ». Réaliserait-elle à quel point cela pouvait donner lieu à des injustices ? C'était peut-être encore trop tôt pour elle, mais si elle gardait cette explication dans un coin de sa tête, Lukas savait qu'elle serait en mesure de la mettre en relation avec d'autres connaissances ultérieures. Il serait l'heureux spectateur de son évolution, et cette idée lui plaisait. Si elle le considérait comme son maître, à qui elle devait être fidèle et dévouée, lui saurait être son protecteur avisé et prudent. Et quand il repensait à la détermination dont elle avait fait preuve, en déclarant tout à l'heure qu'elle était à ses ordres pour le servir et le protéger, il se promit qu'il ne laisserait jamais rien lui arriver. Même si un Qantik possédait bien souvent un Sigma plus puissant que le Dzeta des Üniks, Lukas se devrait de faire preuve d'une grande force.

Alors que Fleya lui demandait si elle pouvait faire quelque chose pour le soulager de sa fatigue, Lukas lui adressa un sourire et se leva doucement. « Ma foi, savez-vous faire du thé ? » Par un petit geste, il lui indiqua de le suivre, et l'amena dans la cuisine de l'appartement. Il ouvrit la petite porte de la pièce, et alluma la lumière. La pièce révéla un joyeux bazar. Lukas n'était pas vraiment discipliné pour ce qui était du ménage, et plus particulièrement de la vaisselle. Il lança un regard d'excuse à Fleya, et se dirigea vers les placards. « Ici, il y a de la vaisselle propre, et de la nourriture. Derrière cette porte-ci, vous pourrez trouver du thé. Une bouilloire devrait être par ici... » Lukas se mit à la chercher pendant qu'il parlait. Il se rendit compte que tout cela était ridicule, et se résigna. « Bon, il faudrait d'abord que je fasse un peu de rangement, sinon vous ne pourrez prendre de bons repères... ». Il se demanda alors s'il devait continuer à vouvoyer Felya, ou bien s'il pouvait se permettre de la tutoyer. Leur relation était désormais moins stricte que lorsqu'ils ne se connaissaient pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elégantes allégeances [Pv Fleya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Présentation de "Fleya"
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Urban City
 :: Anathorey :: Centre ville
-