N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Là où la cruauté fait rage. [Quête][& Dyrael]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Là où la cruauté fait rage. [Quête][& Dyrael]   Sam 10 Sep - 23:06


Après avoir demandé à Kansy et aux personnes les moins touchées par l'assaut d'aider ceux qui avaient été blessés, Diya obligea l'homme qu'elle avait sous son contrôle à la suivre dehors. Lorsqu'ils furent sur les docks, la Cyborg le questionna longuement. Cela l'épuisait de devoir ainsi recourir à son Sigma, mais elle savait ne pas avoir le choix. Lorsqu'elle eu fini, elle attrapa une de ses trancheuses de vent et plongeant ses yeux dans les siens, elle lui rendit sa volonté juste à temps pour que la peur envahisse son regard en voyant la femme à la chevelure verdoyante faire un tour sur elle même, l'éclat de la lame captant les rayons des astres avant de se planter dans sa poitrine. La jeune femme l'enfonça dans son élan, se rapprochant pour murmurer à son oreille d'une voix suave :

" Je déteste les lâches dans ton genre. Ils m'insupportent."

Le corps s'effondra dans un bruit mat et la demoiselle donna un fouetta l'air de son arme pour la débarrasser des goûtes écarlates avant de la rengainer. Comme les prisonniers n'avaient plus rien à craindre, et qu'elle avait à présent confirmation du lieu où se déroulaient les combats illégaux, la Cyborg serra les poings, contenant sa colère et marchant d'un pas déterminés au travers des couloirs jusqu'à atteindre la porte dont le système électronique désirait un badge pour s'ouvrir. Sortant la carte volée sur le Docker dont elle venait d'ôter la vie, Diya la passa dans le boitier et se décala, à l'abris, prête à réagir rapidement si des gardes se trouvaient derrière cette dernière. Elle revit l'I.A. dans la cage contre ce monstre et sa détermination fit bouillir son sang alors que chacune de ses mains se refermait sur une dague. La porte s'ouvrit lentement sans que personne ne s'engouffre dans le sas. Jetant un regard rapide à l’intérieur, la Qantik remarque que la pièce s’était vidée des badauds pour ne garder que trois homme, dont un richement vêtu qui la fixait, un cigare pendu entre les lèvres et de grosses lunettes de soleil masquant le regard. Ce dernier eu un rire gras avant de crier à son intention, provocateur :

" Tu es venue toute seule affronter le boss final ? Comme c'est déraisonnable ! Je ne ferais qu'une bouchée de toi !!!"

La jeune femme laissa les lentilles se réactiver, prit une grande inspiration et se présenta dans l’encadrement de la porte, affichant une allure décontractée loin de la vérité, elle lui lança, doucereuse :

" Oh ! Vous seriez donc le commanditaire de cette copie absurde ? Quel manque de goût !"

L'Unik jeta ses lunettes au sol, révélant des yeux similaire aux siens. Ainsi d'autres prototype de lentilles d'acuité visuelles avaient été produit ? La demoiselle ne s'en étonna qu'un court instant avant que le monstre en elle se mette à ronronner. Peut être s'agissait il d'un adversaire à sa valeur pour une fois ? Voulant le pousser à perdre son sang froid, Diya continua son manège, avançant d'un pas lent et assuré, tandis que les mains spirituelles se déployaient en ondulant autour d'elle.

" Vous avez renvoyé vos amis ? Comme c'est dommage, voilà un spectacle qui, j'en suis sûre, leur aurait plu ! Ou peut être aviez vous trop peur de perdre la face ?"

L'homme en costume frappa le sol de son pied et les deux colosses qui l'accompagnait se précipitèrent vers elle. Une moue agacée déforma son sourire joueur avant que la puissante onde de choc ne percute les assaillants qui allèrent eux même s'encastrer dans le mur devant le regard médusé de leur patron. La Cyborg s'exclama alors, faussement vexée, emportée par le tourbillon d'émotions qui, comme à chaque combat, l'emportait loin de celle qu'elle était vraiment :

" Allons mon cher, ne me boudez pas le plaisir de vous écraser. C'est entre vous et moi, uniquement."
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


MessageSujet: Re: Là où la cruauté fait rage. [Quête][& Dyrael]   Sam 10 Sep - 23:43


L'inconnu s’était alors jeté sur elle, et sa lame avait rencontré une première fois la dague, avant que la seconde vienne la repousser avec force. Mais bien vite il se replaça, asséna un second coup tout en esquivant un des sien avec l'agilité d'une personne fortement entraînée. Diya savait que cela était dû aux lentilles, et son agacement n'en était que renforcé. Le sabre de l'homme frôla son épaule, y laissant une longue estafilade qui fit recula la jeune femme femme d'un pas. Loin de la décourager cela lui fournit un élan d'adrénaline la propulsant à nouveau en avant sur le Docker. S'esquivant au dernier instant, elle contourna son adversaire pour planter la dague dans le haut de son dos, parant de justesse la lame qui venait la cueillir à l'estomac. Offrant un sourire amusé et plein de charme à son vis à vis, la Cyborg s'élança une nouvelle fois, le voyant prêt à bloquer son attaque, elle se laissa tomber en une roulade, passant entre lui et son arme qui percuta le mur à sa droite tant il avait mit de force dans son coup, et se redressa, ébouriffant ses cheveux en lui murmurant :

" Un vrai petit soldat ! Mais tu manque cruellement de pratique, heureusement que ce cher professeur t'a offert ce cadeau. Rends lui honneur, mets plus de volonté à me tuer, s'il te plaît."

La colère de l'homme, retenue à grande peine, rougissait ses joues, et la demoiselle savait déjà qu'elle avait gagné rien qu'en le voyant ainsi. L'Unik se débarrassa soudain de sa veste de costume avant de d'arracher sa chemise, faisant valser les boutons qui ricochèrent sur le sol dans des tintements dissonants. Le tatouage apparu alors, semblable à celui que portait l'homme en noir précédement. L'insigne de Jack Le Borgne. Le combattant jeta ensuite son sabre, attrapant une double hache sur un mur où étaient suspendues de nombreuses armes. Il la pointa vers elle et cracha, de plus en plus rouge :

" Mon père n'aurait fait qu'une bouchée de toi, je ne suis peut être pas aussi fort que lui, mais je fais vivre sa mémoire avec tout ce dont je suis capable !"

Son père ? Était ce là le rejeton de l'original Jack Le Borgne ? Ceci expliquerait cet engouement pour les combats défendus ainsi que le respect de la tradition originelle s'agissant des combattants finissant leur vie par un combat à mort au milieu de petite gens venus voir un bain de sang. Soupirant, Diya se détendit, maintenant qu'elle connaissait l'origine de cette idée, elle savait que celle ci mourrait avec son défenseur. Il lui restait donc à accomplir la part ingrate de cette mission. Le tuer. Attendant qu'il revienne vers elle en agitant son nouveau jouet, qui le rendait encore plus lent que ses mouvements au sabre, la Cyborg tournoya sur elle même, roulant sur son dos pour éviter un coup avant de se redresser dans une galipette souple et presque élégante. La danse funéraire ne s'arrêta pas là. Effectuant esquive sur parade, puis cabrioles sur attaque ne vissant pas à toucher, simplement à persécuter son adversaire, la demoiselle le laissa s'épuiser sans qu'il ne puisse jamais que la frôler. Quand il finit par tomber à genoux d'épuisement, une bonne demi heure plus tard, la jeune femme se planta devant lui et posa sa main sur sa joue en lui annonçant :

" Avec toi mourra une lignée maudite et plus jamais nous ne verrons ce symbole. Va donc retrouver ce père que tu vénère tant et que personne ne regrette !"

Sans le laisser réagir, la Qatik posa ses mains délicatement sur ses joues et força son cœur à ralentir, encore et encore, jusqu'à ce qu'il cesse de battre et que l'étincelle, dans ses yeux, s'éteigne à jamais. Alors elle alla se saisir d'une torche qui brûlait dans un coin, illuminant la pièce d'un halo chaleureux et mit feu aux rideaux, puis au bar et aux chaises, et enfin aux tapis épais qui couvrait le sol par endroit. Le bâtiment s'embrasa rapidement et la Cyborg quitta la pièce pour courir rejoindre les autres. La plupart avait déjà quitté l'endroit mais il fallut aider les blessés avant que les flammes ne gagnent le hangar. Quand elles furent sûr d'avoir sortis tous le monde, Diya et Kansy regardèrent les flammes dévorer ce sinistre le lieux quelques instants. C'en était fini définitivement de Jack Le Borgne et de sa progéniture. La plupart des hommes en noirs étaient décédés durant l'attaque et les autres ne reviendraient certainement pas à présent qu'il n'y avait plus rien à sauver. Il fallait espérer que cela leur serve de leçon. Après avoir pansé son unique blessure à l'épaule, Kansy, qui avait retrouvé des couleurs, souhaita s'éloigner le plus rapidement possible d'Urban City. La Qantik, qui ne pouvait que la comprendre, la raccompagna jusqu'aux Docks où elles prirent un Aéronef pour quelques modiques pièces. Une fois au Laboratoires, Diya récupéra Luminéa et Kansy loua un Kokobot de couleur fauve et elles rejoignirent rapidement le couvert de la Sylva. Quand la jeune femme aux longs cheveux émeraude, aussi épuisée que son amie, laissa cette dernière sur le pas de sa porte après maintes remerciements, entourée des villageois venus l’accueillir et entendre le récit de son périple, un sourire las gagna son visage aux traits tirés. Les Uniks arrêteraient ils leur folie meurtrière un jour ? C'est sur cette question fatidique que la jeune femme rentra au Dernier Paradis, pressée de retrouver son havre de sérénité.
Revenir en haut Aller en bas

Là où la cruauté fait rage. [Quête][& Dyrael]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [RP EVENT] Dans mon cœur, la tempête fait rage aussi... [X Launysk]
» QUE FAIT L'ETAT?
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» La chanson qui fait kiffer les geeks
» Un fait surprenant ( suite )
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Urban City
 :: Nordkia :: Les Ghettos
-