N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

Elégantes allégeances [Pv Fleya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Lun 17 Fév - 21:21

Fleya écouta son nouveau maître parler avec une attention indéniable. Elle assimilait toutes les connaissance qu'il s'attachait à lui donner sans en perdre une miette, mémorisant toutes les subtilités du fonctionnement de la société Ünik. Ainsi elle semblait hiérarchiser par ordre de naissance. Mais pour l'esprit cartésien et logique de Fleya quelque chose manquait dans cette équation. Dans la nature, l'organisation hiérarchique s'opérait en fonction des activités et des utilités de chacun. Les plus forts avaient naturellement une meilleur place etc. Mais ici, cela ne semblait pas être le cas. Et Lukas lui même lui parla d'injustice. Comment une simple naissance pouvait donner accès à autant de privilège ? Un véritable casse-tête pour la jeune Qantik qui s'efforçait de comprendre son erreur, croyant innocemment que le monde fonctionnait de manière logique et rationnelle. Elle finit par demander à l'homme qui se tenait à ses côtés.

-Des privilèges par la naissance ? Les nobles n'ont-ils pas des particularités spéciales qui expliquent ces avantages ? Ne sont-ils pas de grands guerriers qui protègent les autres ? Des chasseurs qui permettent la survive du groupe ? Ou peut-être des soigneurs ?

Pour Fleya il y avait forcément une explication. On ne pouvait pas accepter ainsi d'être inférieur à quelqu'un simplement parce qu'il était dans telle ou telle famille, c'était absurde ! Cela n'avait aucun sens ! Elle observa Lukas se lever, suspendue à ses lèvres en attente d'une réponse. Le verdict tomba pour du thé ! Du thé.... cherchant dans sa base de données, elle trouva toute une série d'information sur le sujet en question. Son maître voulait une boisson chaude, plus ou moins parfumée. Et il l'aurait ! Elle le suivit minutieusement dans la cuisine y découvrant un joyeux bordel ! Qui visiblement mettait mal à l'aise son nouveau possesseur. Fleya ne comprit pas pourquoi il éprouvait une quelconque gêne en sa présence. Il se mit à vouloir lui indiquer où se trouvait le nécessaire pour faire du thé.... sans grand succès à cause du désordre. Il se résigna alors à ranger ce dernier avant de pouvoir continuer. Mais c'était sans compter sur Fleya, qui laissa à peine le temps à son maître de finir sa phrase qu'elle avait déjà saisi plusieurs ustensiles qui trainaient en déclarant toute fière et enjouée.


-Ne vous dérangez pas, je peux ranger à votre place !

Et tout en s'emparant de divers objets qui trainaient et qui passaient à sa portée, elle arborait un large sourire satisfait, heureuse de pouvoir enfin servir celui qu'elle avait choisi. Elle accomplissait ce qu'elle voulait faire, ou du moins ce pourquoi on l'avait créée. Mais elle se figea soudainement en plein élan, avant de se tourner toute penaude vers l'Ünik, et lui dire avec une bouille de chaton triste, complètement désolée.

-Je.... je ne peux pas continuer sans savoir où chaque objet se range.... Il faut que vous me l'indiquiez sinon je ne peux pas accomplir ma mission.... Je suis désolée....

La voix de la pauvre Qantik semblait se mourir dans sa gorge, tellement dépitée de se voir ainsi stoppée dans son élan aussi spontanée et bienveillant. Première mission, premières difficultés.... La jeune Qantik regardait partout autour d'elle, cherchant désespérément un indice qui pourrait l'aider dans sa tâche, la guider un minimum. Elle parvint seulement à faire une différence entre les ustensiles sales et ceux propres. Elle alla donc mettre ce qui était sale dans l'évier prévu pour, restant attentive aux réponses de son maître. Voulant pallier à son sentiment d'inutilité croissant, elle s'empressa de dire au jeune homme, tout en continuant son tri.

-Je pourrais faire la vaisselle ! .... Mais je ne sais pas où se trouve le nécessaire au nettoyage....

Cette fois-ci la Qantik se déconfit sur place, semblant sombrer dans la dépression profonde. Même pas foutu de pouvoir faire une simple vaisselle à cause de son manque de connaissance. Si près du but et si loin en même temps.... Fleya éprouva de nouveau le sentiment de frustration, sous une forme plus amoindrie que celle qu'elle avait éprouvé alors qu'elle n'avait pas pu protéger son maître malgré qu'elle soit conçue pour ce genre de rôle. Mais une frustration tout de même. Elle plongea son regard désemparé dans celui de son maître, comme y attendant la solution à tout ses soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prince de rien (Lukas R.)


RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Ven 28 Fév - 0:24

« Je pense que le plus simple serait de changer intégralement le rangement dans cette pièce ! » trancha Lukas, légèrement dépassé par l'ampleur que prenait la simple question de faire du thé. De plus, le désarroi de Fleya l'avait subitement mis mal à l'aise, il se sentait comme un jeune soldat qui ne savait comment réagir face à une situation d'urgence. Une jeune fille à la maison, voilà qui le changerait de sa vie de célibataire. Fini la procrastination et la négligence, désormais il ne pouvait plus rester enfermé sur lui-même. Il se devait de prendre des responsabilités, mais tout était arrivé si vite qu'il en prenait tout juste conscience. Non sans quelque gêne, il glissa à Fleya : « C'est que je n'ai jamais réussi à faire tenir tous les biens de cuisine dans cette pièce, pour tout avouer... ». Et ce n'était pas peu dire : Lukas était quelqu'un de tellement peu doué pour le rangement qu'il était incapable de placer les objets de sorte à avoir un maximum de gain de place. Il avait l'esprit très logique, mais il était fort peu doué de ses mains. Son père l'avait remarqué depuis qu'il était tout petit, et c'est bien pourquoi le Dzêta de Lukas n'avait strictement aucun rapport avec les arts nobles pratiqués par les Üniks, tels que l'escrime ou le tir. Le voilà toujours au même stade, à vingt-sept ans, devant une cuisine ravagée par le désordre, en compagnie d'une jeune fille qui lui avait confié sa vie, et au bord des larmes car elle ne parvenait pas non plus à savoir ce qu'elle devait faire. Ils faisaient tous deux grotesque figure. Lukas s'en désola un instant.

Après un soupir, il posa gentiment sa main sur le crâne de Fleya, comme il l'avait fait un peu plus tôt. Il tenta de la rassurer gentiment : « Ce n'est rien, ce n'est rien, nous allons trouver une solution. » Un petit retour au calme était nécessaire. Lukas se retroussa ensuite les manches, et s'en alla courageusement affronté une muraille de bibelots de cuisine posés sur son évier. Il s'y enfouit jusqu'au coude, et finit par enfin trouver l'éponge, et le savon pour nettoyer la vaisselle. Il étouffa un soupir de soulagement, tant l'angoisse s'était emparée de son ventre soudainement, et il les tendit gentiment à Fleya. Ensuite, il parvint à faire un peu de place dans le bac d'évier, et y fit couler un peu d'eau. Il fit un geste théâtral en direction de son premier exploit : « Je vous remercie pour votre aide, Fleya. Toute cette pile est sale, si vous pouviez vous en charger pendant que je tente de faire de la place dans la pièce... ». Ce disant il observa le joyeux chaos qui régnait autour d'eux. Mais comment ai-je pu en arriver là, se demanda-t-il, à la fois fasciné et consterné par sa propre négligence. A voir la pièce, on n'aurait jamais dit qu'un Duc vivait là-dedans. Si cela s'était su, bien des grandes dames de l’Élite auraient eu des « vapeurs ». Cette élégance inventée et ridicule que s'imaginait Lukas le fit sourire, et il se dit en regardant Fleya qu'il s'amusait presque.
« Je vous demande pardon, dit-il l'air un peu gêné, mais en souriant sincèrement, je vous impose là une tâche pénible pour votre premier soir. » Lukas décida de se mettre lui aussi au travail. Il s'empara tout d'abord d'un grand sac en toile, saisit toutes les vieilleries et ordures qui traînaient dans la pièce, et les fourra dedans en vue de les jeter. Il s'appliqua ensuite à rassembler tous les objets propres qu'il trouva, et les plaça dans un coin en attendant que la vaisselle soit terminée. Alors qu'il empilait quelques chiffons et ustensiles, il songea à la question – ou plutôt la série de questions- que Fleya lui avait posé suite à ses remarques sur l’Élite. Lukas en déduisit que le Pr. Hojo n'avait pas dû prendre le temps de lui en parler. Après tout, elle ne l'a connu qu'à l'état de « petite fille ».

« J'ignore pourquoi l’Élite est l’Élite, commença Lukas, qui répondit enfin à sa jeune compagne. C'est ainsi depuis des siècles : les Üniks bien nés ont des privilèges. S'ils sont issus comme vous semblez le croire de services rendus, tel qu'une protection des plus faibles, c'est une chose désormais totalement oubliée. L’Élite ne compte plus en son sein que des vieilles familles raccrochées comme des vampires à leur position sociale, et qui du haut de leur rang regardent avec dédain ceux d'en bas. Ceux qui ne sont pas d'accord avec cela sont bien souvent condamné par le Conseil des Princes... ». La désolation se laissait entendre dans la voix de Lukas. Il savait ô combien il avait eu de la chance de naître dans la famille Rainforth. Mais finalement, de cette noble famille il ne restait plus que lui, et un titre complètement grisé par la poussière. Il lui faudrait du temps pour redorer son blason. Chose qu'il comptait faire en ébranlant ce vieux système social complètement injuste et cruel. Il eut un rire discret. « Mais ces titres ne signifient plus rien, quand on est seul. ». Et tel avait été son cas, jusqu'à aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Sam 17 Mai - 14:15

Fleya observait Lukas tel son preux chevalier sur son cheval blanc. Son sauveur qui venait lui apportait la réponse à ses question et la solution à ses problèmes. Et d'ailleurs, il était parvenu à lui trouver le nécessaire à vaisselle, en plus de lui fournir un peu de place dans l’évier. La jeune Qantik le remercia en le gratifiant d'un large et chaleureux sourire, avant de se jeter littéralement à la tâche. Enfin.... Enfin elle servait son maître, ça y est ! Elle faisait ce pourquoi elle était conçue, ce pourquoi elle avait été créée, ce pourquoi Hojo l'avait programmé. Jamais quelqu'un n'avait dû être aussi heureux de faire une vaisselle de sa vie. Autant dire que la jeune fille s'en donnait à cœur joie, et mettait du cœur à la tâche, accomplissant sa corvée rapidement et avec brio. Ses gestes étaient mécaniques, calculés pour accomplir au mieux et en un minimum de temps sa mission. Il n'y avait pas de mouvements inutiles, pas de gestes ratés ou hésitants. Et ainsi, malgré la pile astronomique de vaisselle sale depuis des lustres, la vaisselle propre commençait à s'accumuler, faisant disparaître sa jumelle maléfique. Et étant programmée pour être une femme, Fleya était capable de faire plusieurs choses à la fois. Elle put donc lui répondre tout en nettoyant.

-Ce n'est pas une tâche pénible, cela me fait plaisir de servir mon maître. A chaque fois que je peux accomplir quelque chose pour aider et faire plaisir à mon maître, je suis heureuse.

Logique implacable et imparable. Elle écouta ensuite la réponse de Luka sur cette curieuse Élite. Et elle fut assez surprise de ce qu'elle entendit. Pour Fleya qui avait pour l'heure un esprit aussi cartésien que possible, elle ne comprenait pas cette logique qui reposait sur un calcule faut, ou du moins caduque à l'heure actuelle. Elle voyait là un dysfonctionnement du système de gestion de leur société, et ne voyait pas encore la noirceur plus profonde et l'aspect corrompu que ces êtres organiques pouvaient revêtir. Ce n'était ni plus ni moins qu'un rougae qui avaient rouillé et qu'il fallait changé. Et ce fut donc avec un aplomb et une innocence déconcertante qu'elle enchaina sur une autre question, tout à fait pertinente cela dit.


-Si l'Élite n'assure plus ses fonctions et qu'elle entraine des dysfonctionnement du pouvoir législatif, pourquoi la majorité ne se manifeste-t-elle pas pour la renverser et la remplacer ?

Dit comme cela, venant de sa bouche, cela paraissait d'une facilité déconcertante, comme une évidence qu'on appliquait d'un claquement de doigt. Tout en discutant, elle avait finit la vaisselle et s'attachait à présent à essuyer la vaisselle qu'elle avait fini de nettoyer. Avantage d'un Qantik, la vaisselle est accomplie rapidement, même après des semaines de négligence ! Elle se retourna alors vers son maître joignant ses mains devant elle, l'observant faire. Elle essayait de déterminer la logique qu'il suivait pour le rangement de ses affaires et de ses effets. Et tout en l'observant, elle lui demanda.

-Ma tâche est accomplie, puis-je vous aider ? Ou faire quelque chose d'autre pour vous satisfaire ?


Cela allait vite devenir une manie..... Voire une obsession ! Et bien qu'elle attendait très sagement une réponse, à l'intérieure d'elle, elle bouillait ne tenant plus en place. Elle devait faire quelque chose, occuper ses mains ou son esprit. Il fallait qu'elle se rende utile, indispensable à son maître. Coûte que coûte. Plus le temps passait, plus sa mémoire se restaurait et ses programmes se mettaient petit à petit en route. Mais jusqu'ici, tous lui ordonnaient de se dévouer à l'homme qu'elle avait choisi. Elle sollicita sa mémoire pour activer ses connaissances et ses compétences en cuisine. Elle savait que les Üniks avaient besoin de se repaître, et que certains pouvaient parfois éprouver beaucoup de plaisir à faire cela en fonction des différents plats qu'ils pouvaient manger. Mais là encore elle tomba sur une équation avec inconnu. Qu'est-ce que son maître aimait ?

-Ma compétence cuisine est disponible, voulez-vous enregistrer les recettes et plats favoris dans ma base de registre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prince de rien (Lukas R.)


RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Mar 24 Juin - 23:54

« Si l'Élite n'assure plus ses fonctions et qu'elle entraîne des dysfonctionnement du pouvoir législatif, pourquoi la majorité ne se manifeste-t-elle pas pour la renverser et la remplacer ? »

La question avait l'air tellement moins complexe lorsque Fleya émit cette suggestion. Il était vrai que l’Élite n'avait jamais été qu'un groupuscule de personnes riches et orgueilleuses, qu'il était d'un point de vue numéraire, facile à renverser pour les si nombreux Dockers. Malheureusement la réalité était bien plus insidieuse que ce que cet idéal laissait à penser. Lukas posa les derniers objets de cuisine qu'il avait dans les mains sur un plan de travail, en prenant soin de les ranger correctement. Il songea à ce que l'Histoire avait tenté d'enseigner à Anathorey. Des bandes de terroristes tout droit sortis de Nordkia avaient déjà détruit différents quartiers de la capitale pour revendiquer des droits, qu'ils n'ont jamais pu récupérer. Il y avait pourtant eu des morts, des blessés graves, ainsi que des bâtiments si délabrés qu'il était inenvisageable de les dresser à nouveau sans devoir les reconstruire entièrement.
Malgré toutes les catastrophes que purent provoquer ces terroristes Dockers, jamais les Princes n'avaient cillé, jamais ils n'avaient céder face à ces revendications. Parmi l’Élite, on disait que la volonté inébranlable des Princes montraient la parfaite intégrité Ünik, exemple que tous se devaient de suivre. En réalité les Princes n'écoutaient même pas ce qu'avaient à dire ces terroristes, ces pauvres Dockers désespérés qui ne savaient plus que faire pour se faire entendre. Seules les éclats des bombes atteignaient une intensité sonore comparable aux cris de leurs cœurs meurtris par les clivages injustes de la société Ünik. Mais les Princes n'avaient même pas voulu les entendre. Ils se fichaient non seulement des Dockers, mais également des pauvres Üniks qui étaient leurs victimes. Bien souvent, les cibles étaient des familles de rang renommé, mais qui n'avaient jamais rien demandé à personne.

Lukas se désolait de ce dialogue de sourds. Il arrivait à ne plus savoir qui était le bourreau, et qui était la victime. Le regard dans le vague, il songea à son ami Ethan. Il fut autrefois son meilleur ami, et avait été lui-même un de ces terroristes qui ne savait que faire exploser des manoirs encore habités par des innocents pour revendiquer des droits pour les Dockers, dont il faisait partie. Ravagé par la haine et aveuglé par la souffrance, il avait emporté la petite sœur de Lukas ainsi que leur manoir dans un attentat. Ce soir-là, Lukas avait perdu tout ce qu'il avait au monde, et le pire était que rien de tout cela n'avait fait bouger les choses. Toutes ces tueries, et particulièrement celle de cette soirée, n'avaient servi absolument à rien. Cela avait vaguement occupé les dépêches quelques temps. Mais ce n'était rien qu'un écho creux, qui sonnait dans du vide.
Lukas tourna un regard bienveillant vers Fleya : « La majorité est pauvre, et n'a pas les moyens de l’Élite. Elle a beau être minoritaire, elle détient entre ses mains les richesses et les denrées vitales pour le peuple. Si une révolution éclatait, il serait facile pour l’Élite de mettre la vie de tous en danger. Aussi, l’Élite dispose des Chevaliers, une force armée puissante, et suffisamment stupide pour obéir aveuglément aux ordres des dirigeants. S'ils ordonnent un bain de sang, les Chevaliers s'exécutent. Les conditions de vie sont intolérables, mais on ne peut agir impulsivement, sans mesurer les conséquences d'une révolte. Des innocents pourraient en payer le prix.» Lukas demeura pensif quelques instants. « Quand bien même elle aurait une force égale à l’Élite... Je ne suis même pas certain que la majorité opprimée soit entendue. Si les dirigeants décident de faire la sourde oreille, dans l'état actuel des choses, la situation peut stagner pendant encore des années ».

Tout ceci n'était guère réjouissant. Mais Lukas était résolu à dénicher des alliés de choix pour qu'il puisse réformer le système de fond en comble. Il savait qu'il devrait alors se dresser contre les trois Princes, mais ce n'était pas une perspective qui l'effrayait. Il devait cela à Ethan, ainsi qu'à Alvis. Lukas voulait à tout pris donner un sens à leur mort absurde... Elle devait au moins lui avoir fait prendre conscience du grotesque qui englue les Üniks depuis des générations. Il devait bouger, il devait faire ses preuves à son tour, et prouver qu'il n'était pas trop tard pour changer la société. L'ère des trois Princes touchera à sa fin lorsqu'il aura réussi à s'allier avec d'autres personnes, qui lassent comme lui, auront envie de se battre pour faire de Nordkia et Anathorey les meilleures cités qui aient jamais existé. Mais tout ceci était une entreprise très difficile, et longue.

La petite mine innocente de Fleya pointa un peu dans ses pensées sombres. Ses grands yeux bleus étaient si brillants d'enthousiasme qu'il fut obligé de lui sourire. Elle avait l'air tellement loin de tout cela qu'il n'avait pas envie de s'enfoncer davantage dans ses pensées tristes. Gentiment, elle lui proposa de nouveau son aide, sur un ton très hâtif, comme si elle avait pour seule envie celle de servir son maître. Il lui répondit que cela irait sans doute pour ce soir, et qu'il n'entendait pas lui faire faire toujours les tâches ménagères. Si Fleya le considérait désormais comme son maître, Lukas refusait de faire d'elle sa bonniche. C'est alors qu'elle lui demanda quels étaient ses plats préférés. Elle voulait les enregistrer il ne savait trop où. Ses questions étaient posées d'une façon toujours aussi étrange, mais il commençait à s'y habituer.

Le jeune homme se gratta le crâne, l'air un peu mal à l'aise : « Pour tout avouer, je n'ai jamais réfléchi à cette question... Le plus souvent, je mange dans un petit restaurant de quartier, mais je ne fais pas vraiment attention à ce que j'y consomme. » Pour Lukas, le goût qu'avait sa nourriture n'était pas d'une importance capitale. Il se voyait mal faire le difficile, sachant surtout qu'à quelques kilomètres d'Anathorey se trouvait la cité des Dockers, où tous souffraient de malnutrition. Il n'avait donc pas idée de ce qu'il aimait mangé. Il était tout simplement heureux d'avoir les moyens de se restaurer, au moins une fois par jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Ven 27 Juin - 21:41

Fleya observait Luka de ses grands yeux bleus. Ils semblaient si purs, si innocent, après tout il étaient encore dénués des notion de bien de mal d'hypocrisie, de mensonge.... Oui en un sens Fleya était une enfant, une toute petite fille au coeur pur, qui comme tout les enfants s'acclimaterait au monde extérieur.... Mais tout les enfants n'avaient pas en leur gène les prédispositions pour tuer, pour être un soldat d'élite aussi obéissant et aveugle que redoutable. Fleya était conçue et programmée pour cela.... En partie.... Pour l'heure, elle ne jurait que par le bonheur et la satisfaction de son maître. Telle une enfant elle cherchait sa reconnaissance, son approbation. Elle était prête à tous les sacrifices pour un seul de ses sourires, et le regard bienveillant qu'il lui offrait semblait être à l'origine du feu qui la faisait vivre. Soucieuse du moindre détail garant de son bien être, l'Ünik n'avait hélas plus rien à lui faire faire. De plus il n'avait aucun plat à lui communiquer à sa connaissance.

Privé de tout travaux à faire, le système de Fleya se concentra donc sur la restauration de ses systèmes, programmes et mémoire. Et tandis que le rétablissement de ses données progressait, son système centrale procéda à une synchronisation des données recueillies pour les mettre en corrélation avec ses programmes. Or, il avait été question de révolution... de Chevaliers.... de puissante armée.... de bain de sang.... d'action.... de conséquence.... Autant de termes qui associés représentaient des mots clefs, rattachaient à un champ lexical bien spécifique. Et machinalement, les processus associés se mire en action. Le sourire de Fleya s'évanouit doucement en même temps que son regard se perdit dans le vide. Comme dans un état second ou dans une sorte de transe, elle se mit à parler tout doucement.


-Synchronisation des informations reçues.... Mappage de la simulation de combat activé... Calcule des taux de probabilités..... Calcule des actions préventives et punitives.... Random des exercices d'infiltration activé, génération d'un plan d'invasion.... Mise à jour des conditions "si", protection des civils intégrés.... Erreur, information sources ennemis manquantes.... Erreur contexte géographique manquant.... Erreur disponibilité des ressources manquante....

Fleya se prit la tête d'une main tremblante. Ses processeurs avaient machinalement commencé le travail pour lequel on l'avait programmé, et établir un plan d'attaque dans une situation donnée en faisait parti. Mais il lui manquait des informations, et surtout elle n'était pas encore suffisamment rétablit pour pouvoir mener cette fonction à bien. Le temps de chargement augmenta de façon alarmante, ralentissant son système de manière générale, ayant pour effet sa main tremblante qui était en réalité affligée de mouvement saccadés rapides. Pourtant, ses difficultés d'un point de vue extérieur semblait pareil à l'effet d'une grosse migraine. Et pourtant la Qantik se forçait. Inconsciemment, elle ne voulait pas décevoir son maître et quitte à s'en faire sauter les connexions synaptiques, elle voulait arriver à établir un plan. Mais dans son état actuel, elle ne parviendrait seulement qu'à se faire du mal....

-Je.... n'y..... arrive pas..... Veu... Veuillez m'excuser.... Je tente de... résoudre les erreurs.... S'il-vous-plaît.... Patientez....

Elle forçait sur ses systèmes, encore et encore, ignorant les messages d'alertes internes de surchauffe de ses circuits. Elle risquait le blackout.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prince de rien (Lukas R.)


RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Sam 26 Juil - 21:22

La triste explication de Lukas terminée, Fleya se mit en activité d'une manière étrange. Son regard bleu azur devint vague, et son sourire fondit petit à petit avec inquiétude. Elle n'avait plus aucun éclat de vie sur le visage, plus aucun relief humain comme précédemment. Elle était devenue soudainement stoïque. Quelque chose avait dû avoir lieu dans son cerveau artificiel. Les questions innocentes qu'elle avaient posé avaient fait oublié à Lukas qu'il avait à faire à une jeune femme de métal. Fleya parla de nouveau de cette voix si particulière, d'un automate qui s'analyse et décrit ce qui se passe à l'intérieur de lui. Un regard interne sur sa propre conscience... Or cette fois-ci, Fleya semblait faire des recherches dans sa mémoire. Elle essayait de comprendre tout ce qu'il venait de lui dire, sur l'Elite et les combats entre Üniks. Cela semblait la perturber beaucoup. Mais ce qui interpella le plus Lukas était ses ''calculs'' : Fleya disait calculer des probabilités, des actions, des plan de protection des civils, des stratégies de combat rapproché... Très intrigué, Lukas fronça les sourcils, et se pencha vers la jeune femme. Qu'est-ce que c'était encore que cela ? Pourquoi triait-elle de telles données ?

Les erreurs survinrent. Fleya ne trouvait aucun ennemi, et ne comprenait plus où elle se trouvait. Lukas se mit à réfléchir, fasciné par ce revirement de situation. Elle qui semblait si humaine il y avait de cela à peine quelques minutes s'était subitement adonnée à nouveau à un nettoyage de sa mémoire... Le jeune Duc songeait. Il lui avait demandé de faire la vaisselle, puis elle s'était mise à lui poser des questions sur les Üniks, sur l'oppression, la rébellion. Il lui avait répondu que ce combat risqué ne mènerait à rien si les armes manquaient, et si les puissants écrasaient le peuple... Et si c'était ça, la clé de ce qui remuait Fleya en son fort intérieur ? Lukas ne connaissait de la Science que ce qu'elle voulait bien laisser voir au grand public, mais il savait que les premiers Qantiks avaient été pensés et conçus par le Professeur Rupert McDougall, soucieux d'offrir aux Üniks des armes vivantes capables de dominer les Dons des Hybrids, les Dzêta représentant bien souvent une simple limite de rivalité entre ces deux clans. Un Qantik qui sert d'arme est programmé pour le combat. Et si tel était le cas de Fleya ? Et si c'était là ce que le Pr. Hojo avait souhaité faire d'elle, une combattante d'élite qui réagirait à la prononciation de certains mots clés ?

Lukas ne pouvait encore s'avancer à ce point, car ses soupçons étaient bien trop ténus pour être vérifiés, malgré ses grandes capacités déductives. Il pourrait poser la question plus tard à Fleya, lorsque celle-ci serait guérie de son amnésie. Il lui paraissait évident qu'elle avait encore besoin de repos pour ce faire. Demain est un autre jour, et l'espérait-il, qui serait meilleur pour la jeune femme.
Elle se tenait la tête, et grimaçait de douleur, était légèrement vacillante. On aurait dit quelqu'un en mauvaise santé. C'était si inattendu que Lukas commença à s'inquiéter. « Fleya, est-ce que ça va ? » lui demanda-t-il, d'une voix pressante. Elle lui répondit avec difficulté qu'elle n'y arrivait pas. « Tu n'y arrives pas ? » répéta l'Ünik, qui ne comprenait pas de quoi la jeune femme était en train de lui parler. L'angoisse était telle qu'il en fut enfin venu  à la tutoyer. Elle ânonna des excuses, et demanda à avoir un peu plus de temps pour résoudre les erreurs de son système. Quelles erreurs ? C'était bien trop de questions pour Lukas aussi. Non, cela suffisait. Il s'approcha vivement de Fleya, et lui saisit les épaules avec fermeté : « Fleya, arrête ! » lui demanda-t-il d'un ton hâtif.

Sans attendre la moindre réaction, Lukas s'empara de la main de la jeune femme, et l'accompagna dans le salon, le bras toujours enroulé autour de ses épaules, pour la faire asseoir sur un fauteuil. Il se posta face à elle, et lui serra les mains avec force, avec l'espoir que ce geste rappellerait à la jeune femme sa présence, et ainsi la sortirait de sa torpeur technologique. Lukas parla d'une voix douce : « Il n'y a aucun ennemi ici, il n'y a rien à craindre. Ne pense plus à ce que j'ai dit. Si tu y tiens tant, je pourrais tout expliquer à nouveau, mais il faut d'abord que tu prennes du repos. ». Il y avait dans l'appartement de Lukas une petite pièce qui n'était pas occupée. Il ne s'en servait d'ordinaire que lorsqu'il travaillait sur son Dzêta, l'Archives Book. Cependant cette pièce serait bien plus utile à une jeune femme fatiguée qu'à un noble qui s'adonne à mémoriser absolument tout ce qui l'entoure dans les moindres détails. Il pourrait compléter l'Archives plus tard. « Est-ce que tu te sens mieux ? Peux-tu te lever ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Qantik militaire (Fleya)


RPG
Âge : Apparence 20 ans
Groupe: I.A.
Inventaire: Vorpale, Jeu de carte, Pendantif en forme de symbole d'Alpha, Hobby Horse

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Dim 27 Juil - 21:38

La saturation des systèmes avait déjà atteint 90% lorsque la voix de Luka retentit. Il lui avait donné un ordre direct, un ordre ferme et immédiat, celui de tout arrêter. Immédiatement la Qantik s'exécuta et arrêta tout les programmes de calculs d'algorithme et de programmation de stratégie d'invasion. Le forcing sur ses programmes ayant cessé, la température interne de ses processeurs était tombée. Son iris se focalisa alors sur le visage de Luka. Il avait quelque chose de rassurant en cet instant, alors que le monde de la jeune fille s'embrouillait et avait manqué de vaciller dans les ténèbres, sa voix avait retenti. Elle avait mit un terme la confusion qui faisait sombrer la demoiselle, et grâce à lui, elle avait retrouvé ses esprits et la quiétude. Oui, le visage de Luka lui avait fait du bien, de même que son intervention. Son maître était résolument quelqu'un de bon.

Mais elle n'était pas au bout de ses surprises car avant même qu'elle n'ai eu le temps de répondre quoi que ce soit, il l'avait saisi par la main avant de passer son bras autour d'elle pour la mener dans le salon et l'assoir dans un fauteuil. Que faisait-il ? Fleya l'observait, sans comprendre. Il s'était installé devant elle et serrait ses mains à présent. La jeune fille l'observait toujours incrédule, inclinant légèrement la tête sur le côté. La jeune fille écouta alors ce qu'il lui dit avec attention. Il n'y aurait finalement aucun ennemi ? Elle n'avait pas besoin de "craindre" quelque chose ? Mais que pouvait-elle craindre ? De nouvelles question se bousculèrent dans l'esprit de la jeune Qantik, qui finit par demander à son maître.


-Qu'est-ce que ça fait d'avoir peur ? Je.... Je ne connais pas cette émotion.

Dans la série des questions qui tuent, Fleya avait une fois encore frappé très fort. Elle avait résolument le don de demander le difficilement explicable. Elle enregistra la demande de son maître et remettrait la recherche à plus tard pour se concentrer sur le repos..... La jeune fille traduisit cette demande par la la récupération de son système. Elle acquiesça à la demande de son maître avant que celui-ci lui demande s'il allait mieux, visiblement inquiet. Encore une émotion qui lui échappait totalement mais en observant, écoutant et peut-être même en reproduisant, comme le ferait un enfant. Elle acquiesça à la dernière question de l'Ünik, se levant doucement pour lui prouver l'amélioration de son état. Même si elle ne savait pas ce que ça faisait d'être inquiet, elle savait que c'était quelque chose de désagréable pour celui qui l'éprouvait. Elle ajouta donc un peu penaude.

-Je suis désolée, je ne voulais pas inquiéter mon maître... Je suis là pour le soulager de tout ses soucis, pas pour lui en procurer des nouveaux. J'ai été crée pour lui être utile.... Je veux être utile. Je veux que mon maître sois heureux et fier de me posséder....


Fleya avait cette particularité d'être déstabilisante. Tantôt elle paraissait comme ce cyborg froid et dénué de toute sensibilité et humanité. Mais l'instant d'après elle faisait preuve d'une sincérité et d'une bonne volonté parfaitement désarmante. Elle aurait voulu lui prouver qu'elle était prête à déplacer des montagnes pour lui, mais si elle n'était déjà pas capable d'établir une stratégie d'attaque, cela allait être délicat de lui démontrer ses capacités. Non ce n'était pas tolérable, elle devait lui prouver qu'elle était compétente et qu'il pouvait compter sur elle. Ce fut à son tour de lui serrer doucement les mains, sans trop savoir pourquoi elle faisait ça. Elle reproduisait de manière instinctive pourrait-on dire, les gestes de Luka.


-J'exécuterai n'importe quel des ordres que vous me donnerez. N'importe lequel. Tant qu'il vous plaira. Mon système est déjà en cours de restauration comme vous l'avez demandé, je peux parfaitement accomplir d'autres tâches en même temps

C'était le genre d'histoire qui finissait par tourner en rond. Fleya apprenait beaucoup et très rapidement. Mais c'était tout une manière de pensée qu'il lui fallait apprendre et assimiler. Tout la complexité du raisonnement humains et de ses raisonnements à appréhender. Même pour le plus performant des ordinateurs la tâche était très loin d'être moindre. Elle avait cela dit toutes les structures d'accueil permettant cet exploit, mais elle fallait qu'elle s'en laisse le temps. Un peu à l'image des jeunes enfants toujours si pressés de devenir grands. Mais si la vision d'un enfant désireux de sauter les étapes peut-être attendrissant, qu'en sera-t-il pour une jeune Qantik face à son maître malgré lui ? Là était un des dilemmes imposé à Luka.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prince de rien (Lukas R.)


RPG
Âge : 27 ans
Groupe: Elite
Inventaire: Archives Book - 2 revolvers

MessageSujet: Re: Elégantes allégeances [Pv Fleya]   Dim 3 Aoû - 1:47

Fleya reprit peu à peu ses esprits. Elle regarda son maître avec incrédulité, et penchait un peu la tête sur le côté. Sans rien montrer de ses émotions, Lukas se sentit soulagé. Les doigts fins de la jeune femme s'étaient doucement resserrées autour des siennes. Il n'avait rien compris de ce qui venait de se passer, mais Fleya avait l'air chamboulé. Ce contact avec ses petites mains avait quelque chose d'attendrissant, qui réchauffait son cœur comme autrefois, lorsque c'était Alvis qui venait se serrer contre lui après une grosse frayeur. Il se disait alors qu'il se devait d'être un grand frère digne, et fort, capable de protéger sa sœur.
Fleya le scrutait de ses grands yeux bleus, brillants de naïveté et de curiosité. Si la société Ünik la rabaisserait volontiers au statut de simple machine, Lukas avait l'impression d'avoir à faire à une véritable enfant. En proie à un mal, elle ne semblait pas comprendre ce qui lui arrivait. Son visage blême avait l'allure d'un très jeune enfant qui ne sait pas où il en est. Était-ce à lui de la protéger, à présent ?

Fleya demanda à Lukas ce qu'était la peur. Un sourire naquit sur le visage de l'Ünik. « Tu poses des questions bien étranges... » répondit-il d'une voix douce. Ce qu'était la peur ? Comment répondre à cela. La jeune femme avait l'art et la manière de le mettre dans des situations d'explications délicates. Lukas réalisa alors combien des choses naturelles et innées pouvaient s'avérer difficiles à définir. Pour était-ce si difficile, d'ailleurs ? Car personne ne ressentait le besoin de les expliquer. Chacun savait ce que signifiait avoir peur. Lukas posa une de ses mains par dessus les doigts de Fleya, pour les maintenir en sécurité au creux de ses paumes, et répondit à sa jeune amie : « Assez d'émotions pour aujourd'hui. Mais je te promets de répondre à tes prochaines questions, si tu me les poses demain. ». Il ne voulait pas davantage lui encombrer l'esprit avec des interrogations connexes, au vu de ce que chez Fleya une réponse à une question amenait à un autre mystère...

La jeune Qantik prit une mine contrariée. Parlant d'une voix confuse, l'air déconfit, elle s'excusa d'avoir inquiété son maître (elle parlait de lui à la troisième personne). Elle ajouta qu'elle n'avait pas voulu lui créer de nouveaux ennuis, et qu'elle voulait qu'il soit fier de la posséder, qu'elle voulait être utile.Après cette déclaration, qui aurait pu douter de ce qu'une I.A puisse ressentir des sentiments ? Lukas resta muet quelques instants, désarmé par cette attachante dévotion. Il lui répondit avec douceur, pour la rassurer : « N'aies aucun souci, tu ne m'as pas causé de tort... » Il se voulait conciliant. Il ne voulait pas être un simple maître qui donnât des ordres à Fleya sans plus tisser de lien avec elle. Si elle lui était fidèle, il était son protecteur, celui chez qui elle saurait que toujours elle aurait sa place.
Fleya ajouta qu'elle exécuterait n'importe lequel des ordres que Lukas lui donnerait. Elle était donc prête à répondre au moindre caprice de celui qui était son maître ? Le jeune homme posa sa main sur le crâne de la jeune femme, comme il en avait pris l'habitude, et lui parla d'une voix conciliante : « C'est bon Fleya, tout va très bien... ». Il se leva, et aida la jeune femme à se lever du fauteuil. « Je crois qu'il est temps d'aller se reposer. Suis-moi, je t'emmène à ta chambre. »

La pièce en question se trouvait au bout du petit couloir de l'appartement. Lukas s'en servait habituellement pour travailler avec son Dzêta, mais on y trouvait tout le confort d'un petit salon. Pour l'heure, il n'y avait qu'un grand canapé et une couverture, mais il lui arrivait d'y dormir et c'était tout à fait confortable. Lukas y fit entrer Fleya, et alluma une petite lumière : « J'achèterais un lit demain. Nous pourrons arranger la pièce pour qu'elle ressemble à une chambre... Tu es libre d'y mettre tout ce que tu veux. ». Le noble sortit ensuite de la pièce, après avoir adressé un sourire à la jeune femme. « Bonne nuit, Fleya... » avait-il dit, d'une voix douce.

Lorsqu'il revint dans le salon, Lukas s'assit dans son canapé de cuir usé. Il soupira longuement, avant de se laisser tomber sur le flanc, ivre de fatigue. Il ne réalisait pas encore bien ce qui lui était arrivé en ce jour... Cette jeune femme, sortie de nulle part, qui pleurait toutes les larmes de son corps et qui s'était accrochée à lui comme s'il était devenu sa nouvelle raison de vivre. Quelle histoire incroyable, tout de même... Voilà qui allait changé sa vie, pour toujours.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elégantes allégeances [Pv Fleya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Présentation de "Fleya"
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Urban City
 :: Anathorey :: Centre ville
-