Boutique RP ouverte ^^ à ce-sujet N'hésitez pas à y faire un tour !

Partagez|

Un réveil difficile. [Solo-Event part.III]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Soldat déchu - Sylver Likaas


RPG
Âge : La petite vingtaine
Groupe: Cyborg
Inventaire: Montre à gousset, Carnet à dessin (+ matériel), polaroid, cache-oeil

MessageSujet: Un réveil difficile. [Solo-Event part.III]   Dim 22 Nov - 15:55


—PARTIE I

Une forte lueur orangée vient dessiner les contours timides de la cité encore endormie. Çà et là, ses traits se révèlent rapidement fantomatiques, comme pour donner un aspect irréel à la ville meurtrie. Un peu comme si elle sortait d’une guerre aux conséquences dévastatrices. Les ruines à perte de vue, laissent croire que toute forme de vie l’a quitté depuis bien longtemps.
Agressé par cette lueur frappant ma paupière gauche, j’ouvre lentement les yeux avant de défaire mon cache-œil. Seulement à ce moment, j’inspire profondément tout en contemplant l’horizon de la Cité du haut de mon perchoir.
C’est mon premier réveil au sein de cet endroit étrange... Et jamais, je n’avais prêté attention sur la réalité que celui-ci avait à m’offrir. Bien sûr, j’en ai entendu des choses en tant qu’Ünik. Mais comment s’imaginer, que cela puisse en être à ce point ? Cette fameuse Cité Neutre mérite décidément bien sa réputation de ville-déchet. Enfin, ce n’est pas mon problème...
Face à ce spectacle désolant, je ne peux réprimer un soupire. Il fait particulièrement frais ce matin, si bien que je respire avec peine. Tout cela à cause de cette horrible chose en métal qui est désormais lovée au plus profond de ma poitrine. Confortablement... Comme si j’avais besoin d’un tel handicap. De plus, mes membres engourdis par la fraîcheur nuptiale ne demandent qu’à se réveiller. Je baisse un instant la tête vers le sol, et constate que mon carnet de dessin l’a rejoint, visiblement bien plus matinal que moi. A croire, que je devais être plutôt mal en point pour m’endormir ainsi sans m’en rendre compte.
Ne perdant pas plus de temps, je me redresse autant que mes membres endoloris me le permettent, avant de sauter du haut de la branche qui m’a gentiment fait office de hamac pour la nuit.
J’ignore où je me situe exactement parmi cette vaste cité. Mais en trouver la sortie ne devrait pas être bien difficile... Aussi, après avoir soigneusement récupérer et ranger mon carnet, je me dirige tout droit, plus déterminé que jamais. Je parviendrais bien à rencontrer une âme charitable qui m’indiquera mon chemin.
Ce n’est qu’arrivé au cœur du centre ville, que mes dernières pensées se réalisent enfin. Mais le visage grave et fermé des quelques Qantiks qui croisent ma route me dissuadent aussitôt de les aborder.  Tous ont l’air préoccupés, et je ne suis même pas certain qu’ils se rendent compte de ma présence. C’est donc d’un premier pas hésitant, que je poursuis mon chemin quand dans mon dos, une voix vient briser le silence.

« Au lieu de regarder, viens nous aider ! »

Refusant de ralentir, je me retourne discrètement en me demandant si je suis bel et bien le destinataire de cette remarque... Mais rien ne semble avoir changé, tous continuent à se concentrer sur leurs objectifs. Haussant les épaules, je poursuis sur ma lancée. Tant pis, je me débrouillerai seul... Comme le dit le dicton : "On n’est jamais mieux servi que par soi même."
Tandis que je traverse les rues, la solitude se fait de plus en plus pesante. Plus j’avance, plus la vie semble s’être arrêtée. La veille, j’avais fait une totale abstraction de ces détails aussi insignifiants soient-ils, me concentrant uniquement sur moi-même. Mais aujourd’hui, l’atmosphère semble particulièrement lourde. Toutes les ruelles se ressemblent, avec leurs monticules de débris et les ruines qui se succèdent inlassablement. Agacé, je laisse échapper un nouveau soupire. Me suis-je lamentablement trompé de chemin ? Et si, je me dirige actuellement tête la première en plein dans une impasse ? Après tout, cela ne me semble pas impossible aux vues de la chance dont j’hérite ces derniers temps...
Mais coupant soudainement court à toutes réflexion, je sens le sol trembler légèrement sous mes pieds au moment même où un bruit sourd se propage, sans qu’il me soit donné le temps de réagir. Un terrible bruit de fracas, accompagné d'un épais nuage de poussière me fait suffoquer. Si bien, que je failli perdre l’équilibre. Tout en titubant maladroitement, je fais-volte face avant de me retrouver nez à nez avec une imposante bâtisse.
Ou plutôt ce qu’il en reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Soldat déchu - Sylver Likaas


RPG
Âge : La petite vingtaine
Groupe: Cyborg
Inventaire: Montre à gousset, Carnet à dessin (+ matériel), polaroid, cache-oeil

MessageSujet: Re: Un réveil difficile. [Solo-Event part.III]   Mer 25 Nov - 18:05


—PARTIE II

Telle une scène d’horreur parfaite, tout s’enchaîne sans que je ne puisse faire quoi que ce soit. Rapidement des voix paniquées viennent faire écho et se propagent au loin.  Les Qantiks présents dans les environs accourent, mais se retrouvent aussitôt freinés dans leur élan. Eux non plus, ne savent pas quelle est la bonne attitude à adopter.
C’est ce moment que choisi un homme pour arriver en courant aux côtés d’un garçon au regard complètement horrifié. Le premier, de son imposante carrure, ouvre la bouche et coupe court à toute panique. De cette même voix forte mais posée, il commence à les guider tout en leur sommant de se dépêcher, le temps étant un ennemi redoutable. Ainsi, chacun sachant désormais quoi faire, c'est un groupe organisé et déterminé qui s'exécute sans relâche pour écarter les débris.

« Qu’est-ce que tu attends ? Tu n'as pas entendu Gareth ? »

Surpris, je me retourne vers mon interlocuteur. Un Qantik avec une main mécanisée, âgé de la cinquantaine, me contemple de ses iris verts sans cacher son agacement.
Inconsciemment, je déglutis avant de laisser ma curiosité prendre le dessus.

« Qu’est-ce qui s’est passé ? »

Ce à quoi, après avoir haussé un sourcil, il rétorque simplement, las.

« Un éboulement. Encore un... Des hommes de l’équipe de reconstruction sud sont pris au piège là-dessous, victimes de leur prudence alors qu’ils vérifiaient si le bâtiment était sûr... »

Le regard absent, il poursuit dans un murmure à peine audible.

« Comme si on avait besoin de cette fichu guerre pour aggraver la situation... »
« Quelle guerre ? »

Face à mon ignorance, l’homme me regarde d’abord avec de gros yeux avant de partir dans un long fou rire. Quand il parvient enfin à se calmer, il me remercie tout en essuyant les larmes qui perlent au coin de ses yeux. Mais à la vue de mon expression complètement déboussolée, il comprend aussitôt que je suis on ne peut plus sérieux. Alors, son visage se ferme, et adopte un ton dur, voire très grave.

« D’où tu débarques pour ne pas être au courant de... »

Il ne se gène pas pour me dévisager de la tête au pied, devenant subitement méfiant voir septique à mon égard. Alerté, je prends aussitôt conscience de la situation délicate dans laquelle je me suis engagé. C’est pourquoi, tout en agitant mes doigts dans l’espoir qu’il aperçoive mes jointures métalliques, je m’empresse de le couper.

« C’est... Compliqué. »

Ferme, je le regarde l’air résigné. Pendant quelques secondes, nos yeux ne se quittent pas du regard. Alors, après avoir chasser un petit râle irrité, l’homme s’avance et s’assoit à mes côtés. Les yeux perdu dans le vide, il poursuit d’une voix neutre mais dont les mots sortent avec grandes difficultés de sa bouche.

« Le continent est en crise, gamin. Je vais te raconter ce qu’il en est réellement, car tu ne peux pas rester dans l’ignorance plus longtemps... Ce serait une grave erreur. »

Irrité par la manière dont il me désigne, je serre les poings discrètement pour me contenir.
Ainsi... Cette atmosphère familière d’une bataille encore fraîche, est bien réelle ?... Un nœud se forme au creux de ma gorge, mais j’opine en silence avant de fixer mon regard sur les ruines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Soldat déchu - Sylver Likaas


RPG
Âge : La petite vingtaine
Groupe: Cyborg
Inventaire: Montre à gousset, Carnet à dessin (+ matériel), polaroid, cache-oeil

MessageSujet: Re: Un réveil difficile. [Solo-Event part.III]   Mer 2 Déc - 18:56


—PARTIE III

Son récit, bien que court et allant à l’essentiel, était complet. Suffisamment, pour ne pas négliger les détails importants. Mais je sens cette hâte dans sa voix, qui fait écho à ses paroles meurtries. Celle d’en finir, pour partir aider les siens au plus vite. C’est pourquoi, je me force à refouler toutes les questions qui me brulent les lèvres.
Tout le long du récit, je n’ai pas quitté une seule fois des yeux mon point d’horizon. Malgré des couleurs ternies par ma prothèse, la bataille prenait vie face à moi ; telle une reconstitution parfaite. On peut dire qu’avec mon expérience des champs de batailles, imaginer les faits –aussi dur soient-ils— n’était pas bien difficile. Le problème c’est que des civils, Quantiks ou non, n’auraient jamais du vivre une telle épreuve. Ce n’est pas leur rôle... Et malgré cela, ils ont refusé de se plier aux exigences des soldats et guerriers ennemis. Fièrement et sans peur.
Un haut le cœur m’envahit au moment même ou l’homme se lève, déterminé. Mais il ne me tourne pas le dos. Au contraire, il me tend la main avant de m’inviter à le suivre.

« Je ne sais pas d’où tu sors... Mais tu as la preuve que les Hybrids, et surtout ces vautours d’Üniks ne sont bons qu’à semer chaos et haine autours d’eux ! »

Puis, le silence reprend son droit. En réponse de ces dernières paroles, les yeux du Qantik reflètent de l’amertume. Non, pire. De la haine. De la haine envers les responsables de ce carnage. Mal à l’aise, je détourne le regard tout en cherchant mes mots.
Un sentiment d’incompréhension me submerge. Mes pensées vont d’abord vers l’étrange jeune fille aux cheveux émeraude que j’ai rencontré la veille... Toutes les mises en gardes et les allusions dont elle a fait preuve à mon égard prennent aussitôt leur sens. Et si... Non. Elle ne peut pas avoir raison. Il suffit juste de regarder à quel point ces êtres mécaniques manquent de cohérence. D’accord, les pertes sont conséquentes... Mais ne devraient-ils pas fêter leur victoire ? C’est totalement insensé de ressasser le passé et de se lamenter sur ce qui ne peut être réparé ! La vie doit continuer, non ? Ils ont réussi à repousser leur ennemi, ils ne se sont pas laissés marchés sur les pieds... Ils devraient être fiers de cette victoire ! Mais non. Avec eux, c’est tout ou rien. Un profond soupire d’agacement m’échappe, tandis qu’une forme de colère m’envahit. Ce peuple est bien pire que ce en quoi j’étais jusqu’alors convaincu... Irrécupérables. Ils ne peuvent être les miens. Je ne suis pas comme eux...
J’essais de me poser, de prendre sur moi. Hélas, c’est trop dur.
Instinctivement, je repousse la main et bondis sans aucune retenue sur le quinquagénaire ; le plaquant au sol. Évacuant ma haine envers les incapables qui osent me considérer comme un des leurs, je commence à le frapper au visage. Une fois. Deux fois. Jusqu’à ce qu’un bras puissant me freine. Tout en refusant de se laisser faire davantage, l’homme roule sur le côté de manière à prendre le dessus pour m’immobiliser. Face aux muscles puissants de ce dernier, je me retrouve rapidement maîtrisé par une force que j’ai sous estimé. Alors nos regards se croisent, mais je ne démords pas pour autant. C'est vrai, le corps à corps a toujours été mon point faible... Ce n’est pas une raison pour s’avouer vaincu aussi facilement ! Au loin, des voix se font sentir : les renforts arrivent. L'homme les ayant également entendus, relâche son attentions pour relever la tête dans leur direction. Grave erreur ! Je profite de ce moment de faiblesse. De mes genoux pointus, je lui donne un coup dans les côtes qui a vite fait de le faire plier.

« Tu as de la chance que je n’ai pas mon katana sur moi. Mais ne t’avise plus jamais de m’insulter ainsi. Car pire que moi, c’est mon peuple tout entier que tu vises en vociférant de tels propos… Et ça, je ne peux le tolérer. »

Non sans mal, je profite de la faille pour me relever ; croisant une dernière fois le regard de l’homme, toujours à terre. Malgré son silence, ses pupilles reflètent provocation et défis. Les nerfs complètement à vifs, je ne peux retenir un dernier coup de pied envers l’homme qui détourne enfin son regard.
Le groupe arrivant presque à ma hauteur, je ramasse ma besace tout en cherchant du regard une issue. Une longue avenue se dresse devant moi, semblant déboucher sur une des portes principales de la ville. De toutes mes forces, j’entame une longue course dans cette direction. Faute de temps pour réfléchir à une autre échappatoire. Il ne me reste plus qu’à prier pour que la chance veuille bien m’accorder un peu de répit.
Fort heureusement, ne pas avoir beaucoup de muscle est un avantage dans ce genre de situation. Si bien, que je les distances sans peine avec mes grandes jambes.
Alors que j’accélère l’allure, je me détends peu à peu. J'en oublie le retard que j’ai pris sur mon départ pour mieux me concentrer sur mon objectif.
Anathorey, me voilà !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Un réveil difficile. [Solo-Event part.III]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Un réveil difficile et un nouveau point de départ. [Libre à un membre de Fairy Tail]
» Un réveil difficile - Terminé
» Un réveil difficile
» Réveil Difficile et Perturbant [Abyss & Libre]
» Poker Theme ♪ - Pway Nami | EVENT. PART I.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sidhe
 :: La Cité Neutre
-