N'oubliez pas de voter toutes les 2h sur les top-sites ♪

Races minoritaires et recherchées : Qantiks et Parias, détails ici !


Partagez|

[Solo] Dépasser ses tourments (test rp niveau III)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Louve solitaire (Adaline M.)


RPG
Âge : 19
Groupe: Anemös
Inventaire: chakhram, arc en bois incrusté avec des symboles de loups

MessageSujet: [Solo] Dépasser ses tourments (test rp niveau III)   Dim 20 Déc - 15:23

La jeune femme s'était réveillée tôt ce matin-là. Elle observa un instant la scène qui se jouait autour d'elle avant de soupirer intérieurement. Lentement, elle se glissa hors du lit en essayant de ne réveiller personne. Au pied du matelas dormait roulé en boule l'espèce de renard qu'ils avaient ramené de leur aventure du temple et auquel était attaché Aedan. Côté fenêtre, le matelas était occupé par les jumelles qui dormaient profondément, lovées l'une contre l'autre. Ces derniers temps, les échos des combat qui étaient parvenus à leurs oreilles avaient réveillé des peurs sourdes qu'aucun des enfants Mizu ne savait exprimer à voix haute de peur de faire de la peine à leur mère. Cette dernière espérait chaque jour obtenir des informations sur leur frère aîné tout en espérant en retour que ce ne serait pas de mauvaises nouvelles. La situation était plutôt morose et expliquait sans doutes pourquoi l'aînée de la famille acceptait qu'ils dorment tous dans son lit même si la situation était inconfortable. Adaline se leva sans bruit et commença à préparer le petit déjeuner en silence. Sa mère ne tarda pas à sortir de sa propre chambre, située au rez-de-chaussée de la modeste demeure familiale. Elle avait les yeux rougis mais la jeune Hybrid ne posa aucune question. Elle avait ses propres peurs et ses propres doutes pour s'appesantir sur les peurs d'une mère éplorée. D'autant que cette dernière ne voulait pas la moindre aide de ses enfants, estimant comme une faiblesse l'expression de ce chagrin infondé. Calmement, un sourire se dessina sur les lèvres de l'aînée tandis qu'elle attendait que sa mère prenne la parole. Ce qui ne tarda pas.

« Quelle est cette chose déjà ? »
« Une … chose ? »

Sa mère soupira et reprit, faisant alors référence au renatsu qu'ils avaient ramené. Le petit mammifère roux avait une aile brisée lorsqu'ils l'avaient trouvé et, évidemment, malgré les morsures et le regard virulent qu'il leur avait lancé, Aedan avait voulu le soigner et le garder quand, remis sur patte, le petit animal s'était lové contre lui, en totale confiance. Il n'avait pas fallu longtemps pour comprendre que la boule de poils rousse avait été retiré à sa mère trop jeune et que, seul, il ne pourrait pas survivre. Il s'agissait d'une petite femelle que le gamin avait déjà de nommer « Yssaris », ce qui voulait dire « âme » dans une langue ancienne dont elle ne se souvenait plus le nom. Quoi qu'il en soit, il était fréquent que le renatsu demande du lait ou de quoi se mettre sous la dent à la mère de famille. Encore plus fréquent également qu'il fasse de nombreuses bêtises, disséminées dans la maison ici ou là pour qui voulait bien y jeter un œil. Malgré son air sévère, même leur mère avait fini par apprécier la petite boule de poils. Amusée par le sourire à peine voilé de sa mère, Adaline répondit donc :

« Renatsu, Yssaris est un renatsu maman. »

Avec un sourire complice, sa mère commença à son tour à préparer le petit déjeuner, coupant les tranches de pain frais, tout juste sorti du four. Elles entamèrent une conversation joviale autour des bêtises de la boule de poils quand les trois enfants de la famille descendirent. Aedan tenait l'objet de la conversation dans ses bras et, contre l'avis des deux adultes, le posa sur la table. Le petit animal, encore ensommeillé, baillait allégrement en attendant sa pitance.

« Aedan, tu te souviens de la conversation que nous avons eu tous les deux n'est-ce-pas ? » débuta Adaline d'un ton calme et posé.

Le petit garçon hocha la tête, la mine soudainement un peu contrariée. Il sembla lutter intérieurement avant de signer qu'il n'était pas d'accord. Les yeux de l'Hybrid semblèrent jeter des éclairs. La tension était palpable bien que les jumelles et leur mère fassent comme si de rien n'était et continuent de parler tranquillement de la journée à venir. Calmement, Adaline reprit alors :


« Aedan, nous étions d'accord. Je t'autorisais à garder Yssaris si tu acceptais d'apprendre à lire sur les lèvres et à améliorer ton alphabet. Tu avais promis, Yssaris va bien désormais. »

Adaline n'avait pas haussé le ton, n'avait pas non plus esquissé le moindre geste menaçant ou la moindre menace directe envers Yssaris. Il était bien entendu hors de question de mettre la boule de poils dehors maintenant. Il n'en avait jamais été question en réalité. Seule, cette renatsu ne survivrait jamais. Elle avait visiblement tout du parfait animal de compagnie. Elle n'était même pas capable de chasser et encore moins de se cacher en cas de danger. Trop imprégné des habitudes humaines, il ne lui viendrait même pas à l'idée de fuir si elle croisait le chemin d'un humanoïde. Mère Nature l'avait mise sur leur chemin pour qu'ils en prennent soin. Bref, tout ça n'était pas négociable. Non, ce que l'aînée des Mizu voulait c'était simplement que son petit frère prenne enfin l'initiative de pouvoir s'exprimer sans aide extérieure, ce qu'il ne semblait pas vouloir faire et elle ignorait pourquoi.

La discussion n'avait rien donné. Boudeur, Aedan regardait le livre et recopiait vaille que vaille les lettres tout en marmonnant quelque chose qu'elle ne comprenait pas. Attendrie par la mine boudeuse, elle s'approcha de lui tandis qu'Yssaris se lovait sur ses genoux, fatiguée par ses bêtises de l'instant (qui consistait à vider le pot d'encre sur toute la table, heureusement sans succès). D'une voix douce, Adaline précisa :


« Ne boude pas, ce n'est pas si terrible. »

Le gamin tourna un visage hésitant visiblement entre la colère et l'angoisse sans savoir vers quoi pencher. Amusée d'autant plus, mais également un peu inquiète, Adaline finit par se dire que son petit frère n'agissait pas ainsi par simple envie de se montrer peu coopératif. Elle soupira, s'assit à côté de lui et prit la plume dans ses mains avec douceur. De sa main libre, elle prit le menton du gamin entre ses doigts et tourna son visage vers elle. Un léger sourire approbateur flottait sur ses lèvres pour encourager le petit à lui parler.

De façon plutôt inattendue, Aedan se mura dans le silence, reprenant la plume dans la main de sa grande sœur et poursuivant en silence ses efforts de recopie. Intriguée mais cette fois terriblement inquiète, Adaline posa sa main sur le poignet de l'enfant, l'obligeant à arrêter son exercice. Il tourna vers elle un visage interrogatif tandis qu'elle se taisait, attendant qu'il fasse le premier pas. D'un air distrait, il caressait Yssaris si bien qu'elle finit par rompre le silence. Elle signa simplement « qu'est-ce-qui ne va pas ? » et le gamin fondit en larmes. Un peu déboussolée, l'aînée des Mizu le prit dans ses bras, le berçant calmement tandis que des centaines de questions fourmillaient dans sa tête. Lorsque, enfin, il se fut calmé, il se dégagea de son étreinte pour finalement plonger son regard dans celui de sa sœur aînée. Les ailes du renatsu se déplièrent tandis que la bestiole se décidait à descendre des genoux d'Aedan pour se poser, assise, devant eux. Ce fut cet instant que le gamin choisit pour s'expliquer. Il signa avec calme mais évita son regard.


« Tu avais peur de .. quoi ? Aedan … ce n'est pas parce que j'insiste pour que tu apprennes à lire sur lèvres ou même à savoir écrire correctement que je vais t'abandonner. Je … je ne suis pas Adam, je ne partirais pas. Je ne t'abandonnerai pas, je veux juste. Comment dire. Je veux juste que tu sois capable de te débrouiller seul car, même en restant ici, je ne serais pas toujours à tes côtés. Tu dois pouvoir te débrouiller seul au cas où ... »

Les larmes revinrent mais le gamin tenta vainement de les refouler. Adaline passa du coup sa main dans les cheveux du gamin, l'ébouriffant au passage, affichant un sourire qui se voulait à la fois protecteur et rassurant.

« Aedan, il ne m'arrivera rien et rien ne pourrait me convaincre de vous quitter. Seulement, je ne suis pas toujours présente et je ne peux pas toujours t'emmener avec moi. Maman et les filles ont besoin d'un homme et tu es le seul à pouvoir remplir ce rôle. Je veux que tu ai toutes les cartes en main pour pouvoir remplir pleinement ce rôle. Tu comprends ? »

L'idée fit doucement et sûrement son chemin et le visage du garnement commença à s'éclairer tandis qu'il comprenait enfin pourquoi elle avait tant insisté sur ce point. Il signa rapidement les choses si bien qu'elle dut se concentrer pour comprendre ce qu'il disait. Ainsi, elle apprit qu'il avait eu peur qu'elle se décide à partir car il avait cru comprendre que la soif d'aventure lui manquait. Amusée, elle soupira en expliquant qu'il était hors de question de partir, que sa vie était ici et que cela ne changerait pas. Et puis … qui s'occuperait de tout ce petit monde si elle partait hein ? Rassuré, l'enfant l'embrassa sur la joue tandis qu'Adaline lui ébouriffait de nouveau les cheveux. Ils discutèrent ensuite longuement et Aedan finit par accepter d'apprendre à lire sur les lèvres malgré de dernières réticences à ce sujet. Lorsqu'il fut certain de son choix, elle commença la première leçon, non sans un verre de lait chaud accompagné de miel pour lui « donner du courage » comme il disait si bien.

Le leçon se révéla difficile mais ce n'était que la première. Pour le récompenser de ses efforts, elle entraîna le gamin et le renatsu pour une belle balade dans les bois. La boule de poils était toute heureuse de pouvoir vagabonder à leurs côtés et ne se fit pas prier pour sortir. Son arrivée avait été une bonne chose, depuis le début, songea Adaline. Yssaris était calme, patiente et aimante avec Aedan et elle le soutenait voire même semblait apaiser ses peurs les plus viscérales. Il s'était ouvert un peu plus aux autres depuis qu'elle était arrivée. C'était même seul qu'il était allé voir l'herboriste pour réclamer des plantes capables de soigner l'aile blessée de l'animal. Oui, l'arrivée de cette petite boule de poils dans le foyer était une bonne chose et, maintenant qu'il avait accepté d'apprendre à communiquer, Aedan pourrait se débrouiller de plus en plus seul. Cela la terrifiait secrètement mais la rendait également très fière. Elle ne serait pas toujours là pour pouvoir le protéger, il devait apprendre par lui-même et cela, elle ne pouvait que l'aider à le faire. Son chemin serait différent du sien, elle l'avait compris ces derniers mois. L'accompagner et l'aider étaient ses deux seules options et cela lui allait parfaitement.

Ils rentrèrent exténues si bien qu'Aedan trouva le chemin du lit sans même passer par la case repas. Inquiète, leur mère demanda ce qu'il se passait mais Adaline la rassura en quelques mots. Un sourire fier se dessina sur les traits de la vieille femme tandis que sa main se posait sur l'épaule de l'aînée de la famille. Adaline regarda ensuite seule mais sereine, le petit garçon dormir paisiblement, un sourire figé par le sommeil, la petite renatsu roulée en boule à côté de sa tête. Le bonheur n'était pas difficile à trouver, il suffisait juste de lui tendre la main.

Avec tendresse, elle déposa un baiser sur le front du petit endormi et descendit. La vie d'adulte était encore loin pour Aedan mais il y était désormais préparé au mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Solo] Dépasser ses tourments (test rp niveau III)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Duels et test de niveau ☆ Premier cours de DCFM
» Test d'Astronomie!
» [Guide] Les Pré requis pour être Niveau 4-5
» Haiti - Nicaragua Niveau de Pauvreté En interprétant l’article sur le ralen
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origins :: 
Sylva
 :: Hoshizora :: La Forêt Profonde
-